Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3423 avis et 494 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Gouttes de Dieu  posté le 15/05/2008 (dernière MAJ le 02/07/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Incroyable que ce manga japonais qui s'empare de l'œnologie comme thème principal pour nous faire découvrir les saveurs des plus prestigieux vins du monde qui sont français : Bordeaux et Bourgogne en tête. Il y a un véritable travail de recherche de la part des deux auteurs, Tadashi Agi et Shu Okimoto, puisqu'on nous livre également dans le glossaire de précieux renseignements sur les appellations des vins et sur les meilleures récoltes. Il paraît que grâce à ce manga qui connait un véritable succès en Asie, les Sud-Coréens se bousculeraient dans les bars à vins !

Cependant, ce manga va plus loin qu'un cours sur la production vinicole ainsi que les millésimes en nous proposant une histoire de rivalité familiale assez passionnante. Le héros commence son parcours en étant dégoûté par le vin car son père l'a initié d'une façon peu orthodoxe depuis son plus jeune âge, ce qui a fini par le rebuter. Néanmoins, à la mort de son père, il est obligé de gagner un concours de dégustation pour conserver son héritage. Bref, un véritable défi pour celui qui éprouve une aversion pour le vin !

On va donc suivre la progression de ce jeune homme dans le milieu vinicole qui devra faire ses preuves pour devenir à son tour un expert en œnologie. Au travers de cet affrontement, le scénario conduit le lecteur dans une découverte de l’univers du vin, son langage, ses particularités, ses traditions. On s'intéresse également au parcours des différents personnages au cours de leur existence. Sous des apparences parfois anodines et rigolotes, cette bd recèle d'une très grande profondeur d'âme.

A l'efficacité du scénario s'ajoute un dessin réaliste et soigné comme il se doit. On tombe vite sous le charme. C'est vrai que les auteurs ont réussi à nous faire partager leur passion. Sitôt le premier tome lu, on n'a qu'une envie : déboucher une bouteille d'un grand cru, le servir dans une carafe à décanter et l'apprécier. "Les Gouttes de Dieu" sont à consommer sans modération !

Les tomes se succèdent et le plaisir est toujours présent grâce à sa remarquable construction notamment dans l'évolution psychologique des personnages. C'est une série qu'on n'a pas envie de ranger dans sa cave! Et puis, grosse surprise: cette série a été nominé pour la catégorie "essentiel" au festival d'Angoulême 2009. Cela traduit un signal fort alors qu'on connaît l'aversion du festival pour la norme manga. La série dépasse d'ailleurs en France les 400.000 exemplaires vendus. Elle fait des nouveaux adeptes chaque mois grâce à une certaine renommée. Le milieu de l'œnologie l'a reconnu comme un des meilleurs ouvrages qui n'a rien à envier avec des livres purement techniques. Il y a quelque chose de magique avec un pareil titre qui va au-delà d'un public traditionnel de connaisseurs.

Note Dessin: 4.25/5 - Note Scénario: 4.25/5 - Note Globale: 4.25/5

Nom série  Carthago  posté le 22/04/2007 (dernière MAJ le 02/07/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les mégalodons comme sujet d'une BD en jouant sur les mystères de la mer, c'est assez original comme concept ! Je dois avouer que cela fonctionne plutôt bien. Le fait que cela soit traité aussi bien sous un aspect paléontologique que sur celui du thriller écolo-financier, donne un ton tout particulier au scénario riche et dense en informations. Il est dommage que la fin de ce premier tome vienne complexifier un peu plus l'histoire en ouvrant d'autres brèches qui paraissent inutiles à première vue, mais qui peuvent par la suite avoir une explication tout à fait plausible; cependant ce n'est pas très bien amené.

J'admire cependant le talent du scénariste Bec qui nous tient en haleine sans toutefois vouloir révolutionner le genre. On est dans une atmosphère qui rappelle à la fois les films Les dents de la mer et Abyss ou d’autres bd comme Sanctuaire ou encore Les Aquanautes.

Les dessins sont saisissants de réalisme : ces mégalodons font peur ! Les planches sont véritablement détaillées avec d’excellents cadrages et une mise en couleur vraiment appropriée. Cette BD est une vraie réussite aussi bien visuelle que du scénario haletant.
C'est à découvrir sans attendre ! J’ai remarqué que Bec n’est pas très apprécié sur le site alors qu’il fonctionne bien ailleurs. J’avoue que je m’interroge sur une certaine animosité qui ne me parait pas justifiée.

Il est vraiment dommage que le rythme de parution soit si long pour attendre le prochain tome. Je précise que c'est bien sûr relatif par rapport à d'autres séries plus anciennes qui ont eu des délais d'attente bien plus longs. Cependant, la mode actuelle est à des séries où le rythme de parution est effréné. On en aurait autant pour cette série qui aurait sans doute alors gagné en notoriété dans la masse des productions actuelles. Initialement prévue en 8 tomes, cette série en comptera beaucoup moins. Visiblement, les rapports entre le scénariste et le dessinateur sur fond de crise chez l’Editeur semblent tendus. Quoiqu’il en soit, Christophe Bec est bien décidé à continuer l’aventure surtout au vu de l’excellent accueil du public.

Le second tome est bien dans la suite logique du premier. Je m'aperçois également que l’auteur utilise le même procédé que pour sa nouvelle série Prométhée à savoir des séquences courtes et situées à des époques différentes dans le temps afin d'accentuer le mystère. Je dois reconnaître que ce procédé également utilisé dans les fictions cinématographique est plutôt efficace. La question qu'on pourrait se poser est s'il en abuse?

Il y a une chose par contre que je ne pardonne pas: c'est la faute de frappe à la page 39 du second tome (slendeur au lieu de splendeur !). C'est à croire qu'il n'y a pas de relecture avant la parution de l'ouvrage. C'est fait réellement amateur ! Et puis, le coup de la petite fille aux branchies alors que je viens juste de lire Antarès où il en est également question. Que dire également de ce ridicule Yéti?...

J’ai appris que le dessinateur Henninot a décidé de jeter l’éponge 3 ans après la fin du tome 2. Il se justifie en indiquant qu’il mène d’autres projets qui sont visiblement plus intéressant pour lui. Il n’était déjà pas chaud pour continuer l’aventure. Mon reproche est de ne pas avoir tiré les conséquences un peu plus tôt ce qui aurait fait gagner du temps à tout le monde.

Ceci dit, il ne faut pas se tromper: nous avons là une œuvre majeure des plus réussies sur un sujet passionnant.

Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 4/5 - Note Globale: 4/5

Nom série  Les Âmes nomades  posté le 01/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai pas été totalement charmé par ce voyage où les âmes vagabondent comme des nomades. C'est emprunt de poésie mêlé à une situation un peu fantastique avec pour thématique central les clandestins en quête d'une société plus juste.

Il y a certes une générosité d'esprit qu'on ne peut qu'admirer surtout venant d'un haut cadre qui rompt avec la logique purement capitalistique. Abandonner sa position et aller vers les exclus est déjà en soi une grande aventure humaine.

Il manque sans doute un petit supplément d'âme qui ferait toute la différence. Et surtout, il émane une grande naïveté de l'ensemble. A vrai dire l'histoire de ce don d'ubiquité fait perdre toute crédibilité à un récit qui se voulait être une réflexion sur les valeurs de notre société.

Nom série  La Rage  posté le 01/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La série commence par un clin d'œil à de nombreux auteurs de bande dessinée en faisant référence à leur nom en campant un personnage d'une patrouille militaire en exercice. Très vite, on s'aperçoit avec la disparition de cette unité que nous sommes plutôt dans un registre dramatique. Bref, cela n'avait pas sa place pour un tel type de bd car cela décrédibilise le récit.

L'idée d'une contagion n'est pas très originale. Cependant, la bonne idée est de jouer sur la charge émotionnelle que cela peut avoir quand cela ne touche que des enfants qui se transforment en mort-vivant près à vous dévorer. Quand on a lu Walking Dead, le reste vous paraît bien fade !

Le scénariste a produit déjà de bonnes séries dont j'ai été très souvent acheteur. J'ai l'impression qu'il a voulu s'essayer à ce genre avec plus ou moins de succès. Il y a de nombreux flash-back explicatifs qui alternent avec des scènes d'action. Il est dommage que le tout n'arrive jamais à véritablement décoller. Cela reste divertissant à l'image d'une série B ou d'un bon feuilleton.

Nom série  Wounded  posté le 29/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il fallait oser un parallèle entre les meurtres commis par le célèbre tueur en série Jack l’éventreur en 1888 à Whitechapel et ceux commis dans une bourgade du Far-West quelques années plus tard sur fond de révolte indienne. Il est vrai que les thèses les plus farfelus continue de circuler plus d’un siècle après l’énigme non résolue de ces cinq assassinats attribués.

Il est vrai que la folie meurtrière s’est arrêtée brusquement en novembre 1888 avec celui de Mary Jane Kelly, la plus jeune des prostituées. On n’a jamais compris les raisons ce qui laisse la part belle à l’imagination. Dès lors, une fuite sur le nouveau continent apparaît comme plausible. Notons que la police de Scotland Yard fut totalement incapable d'identifier ou de capturer le monstrueux assassin.

J’ai beaucoup moins aimé que la thèse soit reprise du fameux « From Hell » même si les faits sont adaptés à une autre sauce. La présente version nous livre toutefois une surprise assez inattendue comme un retournement de situation finale à la fin du diptyque. Il est vrai que le résumé au dos de la couverture du premier tome en révèle beaucoup trop ce qui gâche l’effet de surprise au lecteur.

Les scènes de visions psychédéliques sont assez réussies. Dans l’ensemble, cela a été une lecture des plus agréables. Il manque le quelque chose qui ferait la grosse différence. Cependant, comme dit, c’est intéressant de voir une nouvelle thèse explicative. Outre l’identité du tueur, on va découvrir les motivations même si au fond, on sait que cela ne tient pas la route.

Nom série  Le Voyage en Italie  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 22/06/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L’auteur nous plonge du Colorado en Italie dans une sorte de retour aux sources à travers l’histoire d’un trio de vétérans de la guerre du Viêt-Nam et une femme au caractère bien trempé. C’est une BD qui explore les sentiments humains de manière non conventionnelle et cela en ressort plus vrai. L’histoire ne m’a pas paru aussi touchante pour autant.

Je n’ai pas été plus séduit que cela. Il est vrai que je n’aime pas trop le style graphique ainsi que narratif de cet auteur qui fait pourtant l’unanimité. Pour moi, le rythme confère véritablement à l’ennui. Et ce n’est pas le style graphique assez figé qui va en arrangeant les choses.

Je n’arrive parfois pas à comprendre que certaines œuvres acquièrent un caractère culte alors que cela ne me semble pas mérité. Il y a sans doute de ma part de la frustration à être à contre-courant de la pensée dominante. Bon, cela arrive assez rarement d’où je sais relativiser. Suis-je passé à côté de quelque chose ? Je ne le pense pas pour avoir parcouru les autres œuvres de l’auteur tout en ayant le même ressenti. Ma notation restera malgré tout sur un registre objectif en éloignant tout paramètre sur le registre des émotions.

Note Dessin : 3/5 – Note Scénario : 3/5 – Note Globale : 3/5

Nom série  La vie secrète de Marine Le Pen  posté le 18/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette bd nous livre la vie secrète de Marine Le Pen qui actuellement préside un parti d’extrême droite qui a le vent en poupe. La démarche est un peu la même que celle de La Face karchée de Sarkozy parue un peu avant l’élection présidentielle de 2007. La parution des révélations n’avait pas empêché ce personnage contreversé de remporter haut la main l’élection présidentielle. Bref, ce n’est pas parce qu’on va connaître les sombres recoins d’un personnage politique que cela va influer sur l’opinion et finalement le vote de la population. Il y a désormais tellement de paramètres qui entrent en ligne de compte.

J’avoue avoir trouvé assez passionnante cette lecture qui apprend bien des choses sur cette dynastie de politiciens et des gens qui tournent autour pour les servir. J’ajoute à toutes fins utiles que je ne suis pas vraiment le lecteur visé dans cette démarche de découverte d’un personnage pour infléchir mes opinions. L’œuvre se veut objective mais on sent bien le parti pris avec une fin tout à fait risible. Ce n’est pas très difficile quand on voit les idées ou même les faits qui conduisent à avoir une opinion. On découvre sous une tout autre dimension une fille à papa aussi colérique que son père avec un côté fort manipulatrice. Difficile de faire pire portrait!

La bd semble occulter le principal à savoir la réussite de cette politicienne hors pair qui arrive à séduire au-delà des frontières de son parti. Il aurait été intéressant de voir les causes, c'est-à-dire ce qui amène une population en souffrance à un vote purement contestataire et nationaliste. Cependant, c’est tout de même assez intéressant de voir la vie privée autrement dit la vie secrète de cette femme qui va marquer durablement le paysage politique. Cela permet de la situer dans un contexte et de comprendre les mécanismes de cette machine politique. J’ai compris qu’on va encore en entendre parler au moins pour 30 ans! La relève semble d'ailleurs assurée.

Nom série  Les Enfants de Jessica  posté le 18/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’avoue avoir accepté assez difficilement l’idée d’une suite au Pouvoir des innocents. Cependant, étant assez ouvert par principe et surtout ayant eu la garantie directe que c’était bien voulu dès le départ, je me suis plongé dans cette lecture avec enthousiasme mais non sans un certain esprit critique qui me caractérise.

L’originalité est la sortie presque simultanée de deux séries parallèles, l’une se situant après l’attentat dont on attribue à tort la responsabilité à Joshua et l’autre se situant 10 ans après. Alors que Jessica paraît assez âgée et fatiguée dans la série mère, on la voit mal rempiler au gouvernement des Etats-Unis bien des années après ! Mais bon, passons !

Ce qui tue un peu l’intrigue, c’est le fait de savoir d’emblée que Joshua ne sortira pas de sa prison alors que c’est, je crois, tout l’enjeu de la seconde saison. N’aurait-il pas été plus judicieux de terminer tranquillement la seconde saison avant d’entamer la troisième ? Cette question mérite d’être posée.

Sur le fond, les enfants de Jessica nous présentent une Amérique bien étrange qui ne correspond pas à celle que nous connaissons en 2007. Là encore, il aurait été judicieux de mettre une date plus éloignée dans le futur mais cela aurait posé l’épineux problème de l’âge de Jessica. On devine tout doucement que ce personnage dont les desseins sont parfaitement louables doit cacher une face bien plus sombre.

Le seul gros reproche que je ferai, c’est que j’ai constaté que l’action avance assez doucement dans cette troisième saison comme pour mieux installer une nouvelle intrigue. C’est intéressant car on se tourne vers le personnage d’Amy dont la psychologie est assez fragile. Cela promet !

Pour le reste, je me répète un peu : le scénario est diablement efficace avec une absence de temps mort et le dessin est correct. Le tout forme une série qu’on suivra avec plaisir ne serait-ce que pour la vision d’un nouvel aspect social et économique avec une autre alternative au capitalisme sauvage.

Nom série  El Niño  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 08/06/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
On suit les aventures de Vera, une belle jeune femme, au bout du monde pour retrouver son frère jumeau qu'elle n'a jamais connu et dont elle apprend l'existence à la mort de son père. Au travers de ses missions humanitaires en tant qu'infirmière, cette fille de gitan part à la recherche de ses origines. On accompagne volontiers l'héroïne dans ses voyages non seulement géographiques mais également dans ses voyages intérieurs.

L'intrigue est fort bien menée et les différents tomes vont s'avérer plus passionnant les uns que les autres. Différents thèmes y sont évoqués de manière crédible : le piratage des mers, la vie dans les bidonvilles, les missions humanitaires, le conflit en Afghanistan... Le fil conducteur demeure toujours la recherche du frère.

Nous passons un très bon moment de lecture servi par des dessins corrects assez réalistes. Il faut dire que l'héroïne est très attachante. Véra figure également parmi mes préférés car elle véhicule beaucoup d'humanité avec ses doutes et ses qualités dont la générosité.

Finesse du dessin et du scénario, beauté des couleurs, profondeur du personnage principal : cette BD ne manque pas d’atouts! Ce récit est plein de vie et surtout imprégné d'humanité. Il y a ce quelque chose d’indéfinissable qui a fait pencher la balance dans le bon sens du tout ce que j’aime dans la bd. Généralement, je suis plutôt grand public. Avec ce titre, c’est plus intimiste. Je vous recommande chaudement la lecture de cette série. Vous pourriez très vite y trouver votre compte.

Note Dessin : 4.25/5 – Note Scénario : 4.25/5 – Note Globale : 4.25/5

Nom série  Carmen Mc Callum  posté le 08/06/2006 (dernière MAJ le 01/06/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Carmen Mac Callum est le pendant féminin de la série Travis par le même auteur (Duval) et se situant à la même époque du futur vers l’an 2050. Il existe même une série parallèle contant les récits de Carmen et Travis qui est malheureusement un ratage complet. L’action dans Carmen y est plus rythmée au détriment d’un scénario plus basique. Cela reste néanmoins intéressant. La qualité de la série ira justement en grandissant.

En effet, le coup de foudre n’a pas été immédiat avec cette série mais elle se bonifie au fil des albums grâce à l’intrigue. Le dessin reste toutefois assez quelconque. La mise en couleur est peu attirante du moins à ses débuts. Je n’arrivais pas non plus à m’attacher au personnage de Carmen que je trouvais un peu froide. C’est difficile d’appréhender une série dont on n’aime pas l’héroïne.

Cependant, je dois avouer que depuis le tome 6, cette série a atteint une forme de maturité aussi bien graphique que narrative. En effet, ce n'est plus de l'action à l'état brut mais une véritable réflexion, voire une densité du récit autour de sujets d'anticipation quelques fois complexes (ex: les dérives génétiques). Par ailleurs, le découpage dynamique révèle une grande maîtrise notamment dans les scènes d'actions.

Le tome 7 me réconcilie totalement avec le personnage de Carmen qui laisse enfin apparaître une certaine humanité notamment par rapport au drame qui l'a frappée dans son passé (p.10 où elle appuie sa main sur une photo du groupe de rock "the dirty Mac") et le drame qui va l'atteindre dans ce tome riche en émotion.

Je trouve également que le scénariste Fred Duval est très à l'aise dans ce monde de science-fiction. On sent une réelle efficacité notamment dans les derniers tomes. Une bonne BD de divertissement à l’image des films d’actions américains mais qui s'épaissit dans le récit au fil des tomes. Le changement de dessinateur ne m’a pas affecté pour le tome 9 car je trouve que la qualité s’est également améliorée de ce côté là. Bref, Carmen est devenue au fil du temps l’une de mes héroïnes préférées. Je suis également un lecteur assidu de son passé dans la série Code Mc Callum. Comme quoi, tout est possible !

Pour l’instant, la série se décline en 4 cycles assez distincts :

- 1er cycle (tome 1 à 3) : L’affaire Sonoda
Carmen aide à faire évader Sonoda pour le compte d’un yakuza. On fait la connaissance d’une tueuse hors norme et c’est bien de l’action à l’état pur avec toutes les maladresses du genre liées au manque de maturité.

- 2ème cycle (tome 4 à 5) : Le dossier Earp
Carmen enlève Samuel Earp pour le livrer à l’ONU qui constitue le dernier rempart contre les multinationales hyperpuissantes dans un monde où le libéralisme est roi. Cependant, Earp n’a pas dit son dernier mot. L’héroïne est toujours super vitaminée mais on voit l’ébauche d’un scénario qui commence à tenir la route.

- 3ème cycle (tome 6 à 8 ) : La question E.G.M
Carmen est appelée par Scott Brennan afin d’élucider la mort d’un vieil ami. Enfin l’âge de la maturité pour cette série qui va révéler toutes ses facettes.

- 4ème cycle (tome 9 à 12) : Le cycle de l’eau
Carmen se trouve impliquée malgré elle dans la lutte pour le contrôle de l’eau. Ce cycle semble compléter en parallèle celui de la série Travis où l’on retrouvera le personnage de Dommy, une intelligence artificielle émancipée.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4/5 – Note Globale : 4/5

Nom série  En Mer  posté le 01/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme il y a des bds sous cotées, il y en a manifestement qui sont surcotées. Celle-ci en fait partie à mon humble avis. En mer se lit en 10 minutes maximum car le format est petit et les dessins en noir et blanc sont assez minimalistes. On croirait presque tenir en main une bd pour des enfants de moins de 3 ans. C’est sans doute l’effet de ce format petit et carré avec un dessin sur chaque page qui renforce cette impression. Pour la forme, on a déjà vu mieux !

Sur le fond, on va avoir droit à un gros malabar un peu bon à rien qui va se révéler au contact de la vie en mer. Il suffira d’un petit somme sur le port pour être embarqué dans l’aventure. L’action consistera en une prise de conscience de sa force pendant un abordage de pirates. Le reste ne sera que des scènes contemplatives sur la beauté de la mer et de la vie marine le tout saupoudré avec un zeste de poésie.

Ce n’est pas un album qui va me marquer. Cependant, j’avoue que la lecture procure une certaine quiétude dans le parcours d’un homme qui a su trouver sa voie…

Nom série  Mezolith  posté le 01/06/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je trouve que cette bd est un peu injustement notée au regard de l’ensemble des productions du même genre et dans lesquelles on s’ennuie ferme. En l’occurrence et dans ce contexte, elle ne se débrouille pas trop mal sur un mode mi-réaliste mi-fantastique. Le dessin est de très bonne facture et les récits qui s’enchaînent réussissent à captiver le lecteur. J’ai souvent lu des œuvres qui ne servaient à rien et je peux dire que Mezolith s’en détache tout de même. Il est vrai que la fin aurait dû être un peu plus marquante pour laisser une bonne impression.

L’action se passe 10.000 ans avant JC mais on peut remarquer que le mode de vie se rapprocherait plus des indiens d’Amérique du Nord ayant vécu au XVIème siècle. Plus bizarrement, on ne croisera pas de mammouth mais plutôt un taureau. J’ai l’impression que l’aspect préhistorique a été gommé volontairement. L’originalité provient du fait qu’il y a des légendes qui sont véhiculées et qui préfigurent la mythologie grecque ou nordique. Bref, c’est un concept un peu étrange qui peut bousculer les idées reçues. En cela, la lecture est recommandée. Pour ce qui est de l’achat, il me faut désormais un vrai coup de cœur ce qui n’est pas le cas.

Pour la petite histoire, c’est une bd d’origine anglaise. C’est une première pour le scénariste. Quant au dessinateur, il a travaillé pour la conception des créatures et des décors des films Harry Potter. L’univers est bien différent et comme dit, c’est plutôt bien fait avec un rendu assez réaliste.

Nom série  H.O.P.E.  posté le 13/02/2011 (dernière MAJ le 30/05/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai franchement été séduit par les trois tomes que je viens de lire. Les planches de dessin sont magnifiques avec ces décors sophistiqués. C’est surtout le scénario qui a retenu toute mon attention. Le plaisir de lecture a été au maximum ce qui est assez rare pour le souligner. Il est vrai qu'on retrouve tous les éléments du genre science-fiction d'anticipation avec un mélange Matrix, Indépendance Day, Stargate, La fin du monde, Alien, La planète des singes, Starship Troopers, Terminator etc... Ce sont autant de références qui en font une œuvre résolument bien ancrés dans son temps.

Pour les fans de science-fiction, c'est en tout cas un vrai must à découvrir ! Le concept est d'ailleurs fort intéressant : la Terre a été détruite partiellement par une invasion extraterrestre en 2055. En 5 ans, les hommes ont tous été exterminé au terme d’une guerre sans pitié. Des scientifiques voulant sauvés la race humaine ont conservé dans des laboratoires souterrains des formes d'embryons qui reprennent leur place près de 400 ans après le désastre. Entre temps, ces fameux extraterrestres les Drachs ont quitté notre planète mais ils ont laissé derrière eux des Sentinelles, une sorte de robots insectoïdes qui détruisent toute forme de vie au cas où. Il est vrai qu’il est difficile dans ces conditions extrêmes de reconstruire une nouvelle société. C’est donc un véritable combat entre les derniers survivants qui sont tous des enfants ou des adolescents et des machines tueuses avec la peur du retour de ces entités d’un autre monde.

Cela ressemble un peu à la fameuse série Seuls de Vehlmann mais en plus dramatique et en plus psychologique. Si les protagonistes avaient été des adultes, je pense que cela aurait sans doute gagné en crédibilité auprès d'un plus large public. Il y a également des facilités scénaristiques qui vont agacer plus d’un lecteur. Pour autant, on se laisse prendre par cette aventure qu'on suivra avec plaisir car c'est intrigant et effrayant à la fois. Les trois premiers tomes forment un cycle d'après l'éditeur alors que la fin du 3ème ne semblait pas clairement le laisser entendre.

On en saura un peu plus avec la parution du 4ème tome qui est très attendu. En tout cas, cela faisait longtemps que je n'avais plus lu une aussi bonne histoire de science-fiction. Je conseille vivement l'achat et la découverte de cette série. Un must depuis Universal War One ! C’est dire !

Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 4.5/5 - Note Globale: 4.25/5

Nom série  Eclipse (Vents d'ouest)  posté le 27/03/2007 (dernière MAJ le 30/05/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un début d’histoire assez prometteur avec un dessin tout à fait correct. Une jeune femme, à la recherche de son père, est prête à traverser toute la galaxie et à affronter tous les dangers pour le retrouver.

Cependant, de gros bémol à cet emballement : une chronologie plus simplifiée aurait sans doute aidé le lecteur. Les nombreux flash black du début de l’histoire et la quantité d’information dévoilée peuvent apparaître contradictoires. Ainsi, comment expliquer que la guerre contre les extra-terrestres soit gagné en 2383 alors que la rébellion des soldats cyborg terriens a lieu en 2380 ? Je trouve également que l’héroïne et son amie n’ont pas vieillies d’un pouce quand on passe de leur époque université (elles avaient alors 18 ans) à 8 ans après en 2396 (où elles préparent leurs expéditions).

Enfin, sur le dessin, la dernière page de l’ouvrage qui sert de final loupe son coup, non seulement par manque d’explication, mais également dans le trait du dessin beaucoup moins bon que sur les autres planches. Par ailleurs, ce futur dévoilé ne me semble pas assez travaillé : c’est comme si la Terre n’avait connu que peu de progrès par rapport à notre époque actuelle. Ça fait beaucoup de critiques… Cette BD a du potentiel et pourra peut-être rivaliser avec d’autres space-opéra en perdition.

Cependant la lecture du tome 2, bien qu'agréable, ne m'a pas renforcé dans cette conviction. Le ton est beaucoup trop léger. Les auteurs n'ont pas fait preuve d'une réelle originalité en empruntant la mythologie grecque sur le Minotaure. Cet épisode ne fait pas avancer grandement l'histoire. Le dessin paraît même en perte de vitesse au niveau de la qualité graphique. Le pire, c'est qu'on ne croit pas une seconde en la véracité d'un tel scénario. Comment une fillette peut-elle être à la tête d'un vaisseau expérimental et faire son intéressante ? J'ai du mal à avaler certaines pilules.

Le 3ème tome va renouer avec le premier c'est-à-dire avec une science fiction dans la plus pure tradition. Exit la mythologie grecque ! Il apporte un dénouement attendu à cette histoire. Action, suspense et rebondissements sont les ingrédients de cette bd estampillée dans le genre détente. C’est la fin d’une trilogie qui laisse la place ouverte à un second cycle. Cependant, je doute fort d’une suite en raison d’un piètre succès commercial lié en partie à une concurrence féroce sur ce créneau avec des séries déjà bien implantées sur le marché (Sillage, Carmen Mc Callum…).

Note Dessin : 3.25/5 – Note Scénario : 3.25/5 – Note Globale : 3.25/5

Nom série  La Licorne  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 29/05/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une série qui a pour personnage principal un véritable pionnier de la chirurgie moderne ayant existé à savoir le médecin du roi Ambroise Paré qui était à la fois humaniste et anti-conformiste. Le récit se déroule en 1565 au temps de la Renaissance dans une époque où de nouvelles disciplines émergent (anatomie, biologie, chirurgie...) malgré l'hostilité des facultés de médecine de l'époque encore tributaires d'un savoir ancestral. L’intrigue se base sur les découvertes liées au corps humain : c’est assez «original » dans le concept même si on a parfois du mal à suivre.

Entraîné dans un complot visant à exterminer une ancienne confrérie de médecin, Ambroise paré est amené à reconsidérer ses convictions les plus profondes sur la nature du corps humain et les méthodes médicales. En enquêtant sur la mort de plusieurs anatomistes réputés, il va croiser d'inquiétantes créatures qu'il n'imaginait même pas et découvre que certaines recherches sont étouffées par le pouvoir et l'Eglise.

Le thème du complot et des monstres est « encore » utilisé ; ce qui m’a laissé quelque peu dubitatif dans un premier temps face aux critiques élogieuses de cette série. A suivre pour son originalité.
Et justement, cette suite ne m'a pas laissé indifférent! Certaines planches de ce second tome sont tout bonnement magnifiques et on ne peut que le constater. L'intrigue se précise laissant apercevoir une grande richesse du scénario: le corps humain comme enjeu entre les scientifiques et l'Eglise.

Le problème de cette série est justement cette sérieuse complexité du scénario. Il faut bien suivre chaque étape pour comprendre les enjeux de cette histoire qui se dessine à travers les alliances des uns avec les autres. Je peux comprendre que cela donne mal à la tête. Je viens de lire le 4ème et dernier tome qui apporte toutes les réponses sur l’identité de la Licorne mais on ne comprend plus très bien si les méchants présentés (en gros l’alliance vampire et Eglise) avaient de bonnes ou de mauvaises raisons. J’avoue que ce n’est pas très clair dans mon esprit. Une relecture de l’ensemble s’imposera. Quoiqu’il en soit, c’est assez original pour retenir l’attention.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4/5 – Note Globale : 4/5

Nom série  L'Ordre de Cicéron  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 29/05/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une saga familiale au travers de la lutte de deux familles dans le milieu des grands cabinets d’avocat aux manières des "Maîtres de l’Orge". Un scénario béton et un dessin agréable, sobre et élégant. Une couverture accrocheuse. De la maîtrise également dans la narration. La lecture est très agréable. On suit avec plaisir cette enquête judiciaire bâtie sur un fond historique. Une réelle bonne histoire servie par une qualité de dialogues et une authenticité des personnages. Par ailleurs, le trait du dessinateur contribue à l’esprit de ce récit. Bref, un très bon cocktail !

Je me rappelle que mon vendeur de bd habituel le proposait très souvent aux clients hésitants à la recherche d’un bon scénario. Pour ma part, je ne me suis pas laissé prier. Les deux premiers tomes ont été publié assez rapidement puis plus rien. On attend un troisième tome qui est à chaque fois repoussé. C’est dommage car on avait bien l’histoire en tête puis cela s’estompe petit à petit. J'ai appris plus tard que le retard de cette publication était lié à l'état de santé du dessinateur. Après coup, on se dit qu'on a réagit un peu égoïstement...

Le tome 4 vient clore une excellente série initiée par Malka et Gillion. Ce dernier est malheureusement décédé à l’âge de 85 ans après de bons et loyaux services dans le monde de la bande dessinée. Personnellement, j’appréciais beaucoup son graphisme. Le remplacement s’est fait au profit d’un système photoshop sur certaines vignettes à l’image des romans- photos. Je dois dire que je ne suis pas vraiment satisfait du résultat que je juge trop artificiel et dénaturé. Je sais que c’est actuellement la grande mode. Cependant, cela me dérangerait moins sur une nouvelle série qui choisit d’emblée ce procédé de facilité. Ce dernier tome est d’ailleurs dédié à Paul Gillion qui se retournerait peut-être dans sa tombe, lui qui avait le talent du dessin bien fait.

Concernant le fond, je suis d’accord qu’il fallait terminer l’histoire de cette saga familiale. Sur un plan historique, après les horreurs de la seconde guerre mondiale commises par les nazis sur les populations juives, on va avoir droit à celles des victimes du maccarthysme. C’est intéressant mais il était temps véritablement de clôre le chapitre.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4.5/5 – Note Globale : 4.25/5

Nom série  Kookaburra Universe  posté le 17/04/2007 (dernière MAJ le 27/05/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Suis-je devenu un véritable « fan » de cette saga pour ne pas voir quels sont les défauts par rapport à la série mère ? Suis-je aveuglé à ce point ? Il faut savoir que l’auteur de la saga originelle a beaucoup de détracteurs et qu’on lui a souvent fait de mauvais procès. Un auteur a le droit d’arrêter une série et de la confier à des collaborateurs de confiance s’il doit faire face dans sa vie personnelle de terribles drames l'empêchant d'avoir le goût de continuer… Bref, les quelques mauvaises notes attribuées ne me semblent pas justifiées. Il ne faut pas vous arrêter sur cela mais vous faire votre propre opinion. Vous ne serez pas déçus du voyage intergalactique!

L’exploration d’un personnage par tome de la saga originelle pour se replonger dans le passé de ce vaste space-opéra est passionnante de bout en bout. Kookaburra Universe est un ensemble de spin-off relatifs aux origines et à la vie des héros de la série mère. Quand il y a, au-delà de la simple histoire, une consonance sur de graves problèmes de société et sur l’avenir de l’humanité, c’est réellement à la hauteur. Par ailleurs, les dessins sont de bonne facture, ce qui ne gâche rien au plaisir. Le scénario est haletant et réserve quelques surprises. Le sujet est nettement pessimiste enlevant le côté bon enfant. Que du bonheur dans cette lecture!

Si on fait les comptes, on se rend compte que cette série peut se ranger aisément dans la catégorie «franchement bien» car l'ensemble est réellement satisfaisant avec des creux ici et là ce qui est normal quand nous sommes en présence de différents scénaristes et dessinateurs à travers les tomes qui se succèdent.

Le détail de mes notes sur chacun des tomes pourrait être finalement le suivant :

Tome 1: Le secret du Sniper
Le premier tome de Kookaburra Universe revient sur l’enfance de Preko, héros principal de la série. Le duo Crisse et Mitric ne vont pas nous livrer le meilleur des scénarios en la matière pour inaugurer cette série parallèle afin de prolonger la saga Kookaburra. C'est un peu plat et cela manque même d'un peu de piment. Cependant, la lecture demeure tout de même assez agréable et on suit les aventures de notre héros avec plaisir sans s'encombrer la tête. Il ne faudra pas s'attacher à ce seul premier tome mais bien continuer à explorer cette série qui réservera bien d'autres surprises plus intéressantes.

Tome 2: Taman Kha
Ce 2ème tome s’attache à décrire l’organisation sociale de la planète Lilith à travers les aventures de Taman Kha, compagnon d’aventures de Preko. Le scénariste imagine une société originale et cohérente, et nous conte l'apprentissage d'une petite fille dans l'utilisation des pouvoirs psychologiques et du combat. Bref, l'univers commence à devenir intéressant. A noter que Crisse et Mitric ont passé la main à de nouveaux auteurs qui vont à chaque fois développer leur aspect des choses à leurs manières et pour notre plus grand plaisir!

Tome 3: Mano Kha
Ce tome 3 clos l’épisode de Kookaburra Universe revenant sur les épreuves endurées par Taman Kha, commencées le tome précédent. L'histoire est véritablement tragique ce qui donne une nouvelle consonance à cet univers. Cela l'élève à une espèce fresque spatial mythique. Bref, cela prend de l'envergure!

Tome 4: Skullface
Ce personnage était sans doute l'un des plus intéressants à découvrir. Comment est 'il devenu Skullface ? Par quel destin tragique était 'il passé ? Nous étions réellement curieux de connaître l'évolution du compagnon d'arme de Preko. Malheureusement, le traitement un peu poussif qui en sera fait ne sera pas vraiment à la hauteur des attentes suscitées par les fans. On a l'impression que ce personnage semble aux antipodes de celui imaginé par Crisse dans la série mère. On pourra regretter ce manque d'inspiration.

Tome 5: Les Larmes de Gosharad
C'est un épisode qui ne sert pas vraiment à grand chose dans cet univers. On va assister à une bataille entre les redoutables guerrières amazones et les forces de l'alliance. On bascule également dans un graphisme un peu manga qui s'éloigne de l'univers original de la série. Bref, pour l'instant, on se trouve à un creux de la série qui a besoin sérieusement d'être relancée.

Tome 6: Le Serment Dakoid
Je dois bien avouer que j'ai eu un faible pour le tome 6 signé par les frères Peru à savoir "le serment Dakoïd" où l'on explore le peuple le plus énigmatique de la saga Kookaburra dans une atmosphère plutôt dark mais particulièrement inédite. C'est avec beaucoup de tristesse que j'ai appris le décès de l'un des frères à seulement 26 ans. Un talent prometteur de dessinateur... La vie est parfois très injuste. Cet album restera un bon moment de lecture!

Tome 7: Le Sourire de Myra
On va s'interresser au personnage de Myra, l'une des enfants de la prophétie Kookaburra. On va également retrouver l'excellent scénariste de la série Orbital qui va nous livrer un scénario assez fluide assez agréable à suivre d'autant que le dessin est très bien assuré également. Un opus intéressant où le niveau monte incontestablement. On commence à se demander si cette série n'est pas plus intéressante que la série mère: c'est dire !

Tome 8: Le Dernier Vol de l'Enclume
Ce tome est un véritable huit-clos qui se déroule dans un vaisseau spatial en quelques heures. Le pari scénaristique était audacieux mais le résultat n'est pas à la hauteur de nos espérances. Par ailleurs, au niveau du graphisme, cela ressemble à un vulgaire montage informatique sans cohérence. On est loin du trait subtil des dessinateurs qui se sont succédés jusqu'ici. Que dire également des dialogues assez creux et misérables ? Un raté de la collection!

Tome 9: Le Lamentin Noir
Le tome 9 à savoir « Le Lamentin noir » est également excellent. Finalement, il y a une alternance de bons et de moins bons volumes. Tout dépend finalement du dessinateur et du scénariste qui change à chaque fois. Une bonne mention également pour le coloriste Sébastien lamirand qui a fait un excellent travail ! Ce tome va nous éclairer sur quelques zones d'ombre en revenant 20 ans en arrière. Le final va se révéler grandiose.

Tome 10: Les Prêtresses d'Isis
J’ai également apprécié le tome 10 avec son graphisme étonnant et son scénario passionnant.
Cela manque toutefois d'un peu de rythme mais on aura droit à de superbes planches avec un scénario fort habile. On prend plaisir à lire la montée de cette jeune prêtresse d'Isis qui jouera un rôle majeur dans le futur conflit inter-galactique.

Tome 11: L'île des Amantes Religieuses
Le Tome 11 apporte un vent d'humour et de fraîcheur sur une série qui devenait de plus en plus noire. On va passer un bon moment de détente pour des aventures tout à fait exotiques avec des scènes plutôt cocasses et sexys ! On remarquera également une excellente mise en scène scénaristique parsemé de clin d'oeil les plus divers (à Albator entre autre). Au final, un très bon cocktail d'aventure et d'humour.

Tome 12: L'honneur du Sniper
Un scénario habile et judicieux servi par un dessin de qualité. Un récit dynamique et véritablement rythmé où le thème principal est bien l'honneur qu'il soit retrouvé ou bafoué. Un album qui ravira les fans incontestablement ! On a l'impression que la saga est sans cesse revisitée et part dans des directions insoupçonnées.

Tome 13: L'appel des étoiles
C'est un récit plus sombre qu'à l'accoutumée qui nous est livré. On pourra se perdre dans les méandres du scénario. Il serait peut-être temps d'arrêter de développer à l'infini cet univers car cela pourrait lasser à la longue. C'est pourtant un fan qui parle !

Tome 14: Lames soeurs
C'est certainement le tome que j'ai le moins apprécié jusqu'ici. Et pourtant, il nous livre des informations essentielles sur les mystères qui sont attachés à la série. C'est la faute d'un scénario trop confus dont les enchaînements ne sont absolument pas convaincants avec des dialogues que nous auront du mal à déchiffrer. Par contre, rien à redire sur le dessin et sur la colorisation qui sont au niveau attendu.

Tome 15: Casus Belli : terra incognita
Après le tome que j'ai apprécié le moins, voilà l'un de ceux que j'ai appréciés le plus de cette saga. Visiblement, les tomes se succèdent et ne se ressemblent pas. C'est normal quand on a un scénariste et un dessinateur à chaque fois différent. Tous ne se valent pas au niveau de la qualité. Il est vrai que j'avais beaucoup hésité à l'achat avec l'énorme déception du dernier tome. Je croyais que c'était la fin de la saga et voilà que je découvre que cette aventure n'est que la première partie d'un diptyque. On sent tout de même que la fin est proche. Nous avons droit aux origines de la guerre entre les Amazones et la fédération terrienne comme le titre l'indique subtilement. Les personnages sont bien creusés et les retournements de situation seront à la hauteur. Le style graphique a du caractère tout comme les personnages. J'ai passé un bon moment de lecture grâce à un scénario ingénieux. Je n'attends plus que le tome final de cette formidable épopée intergalactique. Un gros bémol cependant qui a quelque peu gâcher mon plaisir de lecture: à l'intérieur des bulles, les dialogues ne sont pas découpés correctement. Ceci est une grave erreur de forme. On ne peut pas terminer une ligne par exemple avec un s apostrophe et continuer sur la ligne suivante avec le mot dans son entier. Bref, le découpage des phrases ne respecte pas la norme en la matière. Cette erreur s'est répétée sur toute la bd.

Tome 16: Casus Belli: invasion
C'est un final attendu pour cette série dérivé qui aura été mieux exploité que la série mère. Le récit va prendre une dimension épique à une planète désertique qui rappelle le film Dune où l'on rencontre également des vers géant et où il est question d'un élu. Il est dommage que l'histoire d'amour originale disparaît au profit de l'action à l'état pur. Les principaux personnages vont mourir un par un et au détour d'une case sans aucune émotion. Tout cela est quelque peu précipité. Pour autant, le plaisir de cette lecture est resté intacte même si le défaut du dessin sur certaines cases est perceptible. On retiendra surtout la cause de la guerre entre l'alliance terrienne et les amazones. Cela vaut tout de même le détour.

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4/5 – Note Globale : 4/5

Nom série  Car l'enfer est ici (Le Pouvoir des innocents - cycle 2)  posté le 25/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’avais beaucoup aimé Le Pouvoir des innocents qui fut d’ailleurs une série que j’ai acquise au tout début pour constituer une collection de bande dessinée. Il faut dire que cette bd figurait dans les classements des meilleurs polars sur les sites consacrés au 9ème art. Bref, cela a été une de mes premières bd réellement adultes.

Une question se pose : la nécessité d’une suite était ‘elle franchement indispensable ? De mémoire, la série d’origine n’appelait pas vraiment à une continuation surtout au vu de la fin assez explosive. J’ai l’impression que l’auteur répond à une demande typiquement commerciale commandé par un éditeur. Et puis, même si c’était le cas, qu’importe si le produit répond à toutes les exigences de qualité !

Or, même des années après, on se replonge dans le bain de l’histoire de ce complot à visée politique. C’est bien écrit, bien agencé et ma foi, assez bien dessiné. Le talent est manifestement présent pour nous tenir en haleine. Je n’ai pas encore lu Les Enfants de Jessica qui marque le début d’une troisième période avant même que la seconde soit terminée. Là encore, quelque chose peut chiffonner et encore une fois, personnellement je n’ai rien contre une logique commerciale.

De toute façon, on dira que les lecteurs étaient en attente de savoir ce qu’il advient de l’innocent accusé d’un crime qu’il n’a pas commis. Il aurait fallu sans doute le faire plus tôt pour croire en la sincérité d’une telle démarche. Je dois bien avouer que le pari est plutôt réussi. La couverture par contre n’est pas très attirante. Ce titre m’a d’ailleurs totalement échappé lors de sa sortie. Voilà une séance de rattrapage assez salutaire.

Nom série  Piero  posté le 23/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il est vrai que je ne suis pas réellement un gros fan de l’auteur. Ce titre fait partie de la sélection 2012 du prix IRCOS de la bd. Bref, ceci pour expliquer que je lis parfois des œuvres non par choix mais par obligation d’esprit. Qu’importe d’ailleurs car ma boulimie de lecture me permet également de faire des découvertes. C’est peut-être également celà l’ouverture d’esprit.

En réalité, l’auteur a déjà réalisé il y a plus d’une dizaine d’années ce titre qui revient sur le devant de la scène grâce à une réédition. J’ai toujours beaucoup de mal avec le trait graphique en noir et blanc que je n’arrive pas à apprécier. Sur le fond, il n’y aura guère de péripéties mais une impression sur l’enfance, les vacances, les rêveries et la fraternité. On sent qu’il y a beaucoup de sensibilité mais retenue. J’ai aimé ce côté amour fraternel et passage du flambeau.

Nom série  Troie  posté le 23/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai lu récemment Sparte et j’enchaîne aujourd’hui avec Troie. Ce sont deux cités grecques qui ont marqué l’histoire antique de cette période helléniste. Alors que Sparte s’inscrivait dans un registre plus véridique par rapport à l’histoire, Troie s’en éloigne pour se rapprocher nettement de la mythologie et du fantastique puisque par exemple les hommes côtoient les centaures.

Pour autant, alors que plane l’ombre des Dieux, c’est surtout l’aspect politique qui prédomine avec les enjeux de pouvoirs de ces cités par rapport aux royaumes ennemis. C’est sans doute cette dimension qui m’a le plus intéressé avec l’émergence d’un nouvel ennemi plus mystérieux.

On connait presque tous l’histoire de Troie donc on sait ce qu’il va advenir de nos héros à commencer par Achille. J’espère que les prochains tomes de cette série vont apporter une autre lecture qui ira dans une direction différente.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 172 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque