Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3499 avis et 511 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Clues  posté le 20/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce genre de série est plutôt habituel dans la trame. On a un inspecteur de police qui fait très Sherlock Holmes dans l’Angleterre victorienne de la fin du XIXème siècle. On va lui adjoindre une petite novice qui va devoir faire ses preuves pour plaire au grand maître sur un mode du genre les opposés s’attirent. L’histoire se corse un peu lorsque l’on sait que ce n’est pas pour la passion du métier que notre jeune femme va participer à une enquête criminelle. Les ficelles sont d’ailleurs tellement grosses qu’on se demande si c’est bien raisonnable. Ainsi la jeune femme se rappelle parfaitement le visage d’une bande de malfrat qu’elle a dû voir quelques minutes durant son enfance.

Fort heureusement, cette série possède également des qualités à commencer par le graphisme. C’est vrai que celui-ci fait très disneyen ce qui n’est pas pour me déplaire. L’héroïne est d’ailleurs assez charmante. J’ai bien aimé les postures des personnages ainsi que les décors. Il y a une réelle maîtrise des proportions ce qui confère à l’ensemble un certain charme dans l’élégance du trait.

Et puis, et surtout, on va s’amuser de l’antagonisme des deux principaux personnages. La conclusion du premier tome laisse devenir la suite. Pour autant, on a l’impression de faire du surplace dans le second tome. On espère que l’auteure sera plus inspirée par la suite. Il est également question d’un attentat de grande envergure pour changer la face politique de la Grande-Bretagne (ce qui demeure toujours aussi invraisemblable). Il y a pourtant un petit quelque chose de plaisant dans cette lecture. Clues assure indéniablement sa part de divertissement.

Nom série  Meteors  posté le 18/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Peut-on imaginer un monde où les hommes confieraient totalement leur destinée à des intelligences artificielles ? Et si c’était pour les sauver d’un cataclysme écologique majeur ? Bref, cette idée anticipatrice est loin d’être idiote dans un horizon d’une centaine d’années où les dangers climatiques et de pollution menacent notre planète. De nos jours, on se repose bien sur des machines pour réaliser des actes de vie courante de plus en plus élaborées. L’évolution conduira à ce constat. Tout n’est plus qu’une question de temps.

Cependant, quel peut être le problème en pareil cas ? Les individus ne savent actuellement plus faire un calcul mathématique car ils se sont trop reposés sur la calculatrice qui donne le résultat automatiquement. L’homme va petit à petit perdre l’habitude de réaliser un effort. Il va perdre à plus ou moins long terme la maîtrise sur les actes de la vie courante, puis sur l’évolution politique de la planète. Il est d’ailleurs marquant de souligner que l’émergence de cette entité I.A. se fera avec le vote démocratique des populations. Cela rappelle également de tristes heures dans l’histoire de l’humanité. La réflexion sera de mise.

Le monde imaginé par Duval semble être un prolongement direct de l’idée que Stanley Kubrick avait imaginée dans l’Odyssée de l’espace dont nous aurons d’ailleurs droit à un fameux clin d’œil en guise de conclusion. J’ai bien aimé l’univers composé sur le clivage espèce humaine et digitale. L’arrivée d’une troisième entité n’est pas la bienvenue et cela sera d’ailleurs le point d’orgue à une guerre sans merci où les pires craintes se réaliseront malgré la présence volontaire de garde-fou.

J’ai beaucoup apprécié le dynamisme du dessin avec ses décors impressionnants ainsi que la mise en couleur qui donne du relief. Quant au scénario, malgré quelques invraisemblances et des personnages sous exploités, c’est l’un des meilleurs et des plus inventifs pour une très bonne série de science-fiction. Météors est véritablement une réussite du genre. Il est dommage que l’aventure se termine au bout d’une trilogie. On remarquera que la fin est assez ouverte et appelle à un second cycle. Il est vrai qu’avec cette qualité, on en redemande !

Nom série  Jeanne d'Arc  posté le 17/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Valérie Mangin est avant tout une historienne. Elle le prouve en nous livrant sa version personnelle de Jeanne d'Arc qui ressemble un peu à celle de Luc Besson dans son film.
Il est vrai que jusqu'ici, Valérie Mangin avait utilisé le procédé de l'uchronie dans ses précédentes oeuvres. Elle surprend un peu mais on ne retrouve pas ce qui faisait justement le charme de ses récits.

En l'occurrence, on est plongé dans une espèce de vision à deux mondes: celle de divinités anciennes de la forêt qui s'opposerait au christianisme. Dans cette version, Jeanne d'Arc serait une sorcière qui savait le sacrifice qu'elle ferait. Oui, cette lecture n'a pas convaincu. Loin de l'instrumentalisation politique, l'auteur a le mérite de nous donner une biographie osée et controversée de la pucelle d'Orléans. Un résultat en tout cas assez loin de la version officielle et en cela, cela mérite lecture.

A noter que j'ai lu l'édition intégrale parue en mars 2012 par l'éditeur des Ronds dans l'eau. Le titre est légèrement modifié: Moi, Jeanne d'Arc.

Nom série  L'Ecole des biches  posté le 16/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il est vrai que cette école là est un peu spéciale. Il s'agit d'initier de naïves jeunes filles à peine pubères aux joies de l'amour et du libertinage (ou du vice diront certains). C'est d'ailleurs tiré d'un roman érotique de la fin du XIXème siècle.

Les dialogues au rythme de calembours m'ont littéralement assommé au début. Bref, cela coupe toute envie de poursuivre l'aventure. Cela perd même en dynamisme et finalement en toute sensualité. Il faut quand même le faire ! Néanmoins, les nouvelles qui se succèdent en deuxième partie passent tout juste malgré leur caractère subversif lié à l'âge des protagonistes. On pourra s'interroger tout de même...

Bref, c'est un peu traité à la manière d'une pièce de théâtre ce qui devient pesant. Certes, il y a de la classe mais c'est trop guindé. Même le dessin est d'une facture très classique. Bref, cela ne m'a pas semblé très attirant.

Nom série  L'Ane d'or (La Métamorphose de Lucius)  posté le 16/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La métamorphose de Lucius est l'occasion pour Milo Manara d'explorer les légendes romaines. L'âne d'or est en effet un roman écrit au II ème siècle après Jésus Christ. Un homme est transformé en âne accidentellement. Il s'en suivra diverses aventures. Il est dommage cependant que la fin arrive un peu abruptement.

Cette oeuvre est encore une fois un régal pour les yeux au niveau du dessin de Manara qui excelle dans son art. Il y a incontestablement du génie. Au niveau du scénario, c'est léger car cette bd sera prétexte essentiellement à des scènes sensuelles. La femme est toujours aussi belle chez Manara. On aurait sans doute souhaité un peu plus.

Nom série  199 combats  posté le 16/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai été assez sensible à ce témoignage d'un grand boxeur malheureusement tombé dans l'oubli. Ce titre fait partie d'une collection visiblement parrainée par la chaîne Eurosport. C'est plutôt instructif de montrer des carrières de sportifs. Là, on se rend compte que ce boxeur le plus doué de sa génération a été pris en otage par les enjeux de la guerre froide.

Je n'arrive pas vraiment à comprendre les motivations profondes de cette famille. Une mère fait une promesse sur son lit de mort à son mari. Elle prend la décision d'écouter l'appel de Staline alors qu'ils ont choisi la France. On se méprend souvent sur la fameuse diaspora arménienne. J'en connais qui n'ont jamais pris contact avec celle-ci en se fondant totalement dans le paysage français. Il est clair qu'il est important de connaître ses origines mais de là, à foncer dans la gueule du loup, non merci.

Ce titre est un hommage appuyé certainement mérité. Il n'évite cependant pas l'académisme du genre, là où j'aurais aimé un peu plus de dynamisme. En effet, le récit est souvent assez plat et manque de rebondissement. Qu'importe car le réalisme sera de mise et c'est peut-être mieux ainsi.

Nom série  Le Marathon de Safia  posté le 16/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La couverture du marathon de Safia ne me donnait a priori pas d'envie à lire cette bd. Et pourtant, au ressortir de cette lecture, c'est une réelle bonne surprise. Je croyais que j'allais lire une oeuvre qui met l'accent sur une championne déjà connue dans le monde féminin des marathons. Il n'en est rien. D'ailleurs l'action commence le 20 mars 2013 soit dans notre futur pour se terminer en 2024. On pourrait se dire qu'il s'agit alors d'un récit de science-fiction mais cela ne sera pas le cas tant l'histoire est ancrée dans notre présent. Bref, l'horizon de ce marathon dépasse largement le cadre qu'on croyait fixé.

Sofia est une jeune fille d'origine maghrébine qui vit pauvrement dans une caravane avec sa famille. Elle aime courir mais son père reste attaché à de vieilles traditions obscurantistes où la place de la femme serait à la vaisselle. Le père travaille sur les chantiers de la construction d'un nouveau stade de France. La mère est femme de ménage dans les vestiaires de ce stade. J'ai apprécié le fait que certaines valeurs me parlaient véritablement comme la chasse au gaspillage. Et puis, et surtout, il ne s'agit pas d'une revanche sur la vie mais d'un défi pour faire évoluer une bonne cause.

On se rend compte également qu'à travers le sport, c'est une critique de la société tout entière. Le sport ne sera d'ailleurs pas épargné tant il y a eu des dérives commerciales notamment dans le football. Je ne suis d'ailleurs pas moi-même un adepte des matchs de foot où les hurlantes, le racisme, la débauche et la violence font honte aux sports. A cela, je me suis retrouvé dans le personnage du frère de Sofia. Il y a également une vraie réflexion sur la place des femmes dans le sport. Il faut dire qu'elles n'occupent pas une place privilégiée actuellement dans les hautes instances dirigeantes sportives. Bref, il y a encore beaucoup de boulot à réaliser !

Nom série  Sur les bords du monde  posté le 15/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sur les bords du monde nous entraîne dans une aventure aux confins de l'extrême. Les rêves de gloire d'un explorateur des temps modernes vont être réduit à une opération de sauvetage. Fort heureusement, il aura la conscience de perdre son navire et de sauver en priorité les membres de son équipage l'ayant suivi dans cette folie.

Je n'éprouve pas une réelle sympathie pour ce commandant qui visiblement à réussi à planter son navire au milieu de la banquise en s'obstinant. Par ailleurs, il n'hésite pas à tuer par précaution de pauvres petits chiens de peur de manquer de nourriture. J'ai l'impression qu'il n'opère pas les bons choix au moment opportun. Cependant, il est vrai qu'on n'aimerait pas être à sa place. Quand il est question de survie, des sacrifices s'imposent.

Il faut dire que cette histoire a déjà été adapté dans le monde de la bd par l'excellent titre Endurance qui porte d'ailleurs le nom du navire. Il n'en demeure pas moins que cette nouvelle version a été fort agréable avec un dessin qui traduit bien la difficulté de ce grand désert blanc plongé dans l'obscurité 8 mois dans l'année. On attend par conséquent le second tome avec plaisir qui devrait terminer ce diptyque. Après une telle lecture, on n'a plus qu'une envie: se réchauffer auprès de la cheminée.

Nom série  XIII  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 07/12/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
XIII est un must de la BD d’espionnage et du political-fiction. Les premiers tomes sont réellement passionnants. L’histoire va se compliquer singulièrement au fil des tomes. Le lecteur va devoir s'accrocher. On va finir par se familiariser avec les différents personnages charismatiques qui parcourent cette série survoltée.

Le dessin n’est pas vraiment « top » non plus mais on s’y fait. Par exemple, la tête du héros semble changer d'un tome à l'autre ce qui confère un caractère un peu brouillon à l'oeuvre. Pourtant, je me suis vite accommodé de ce style graphique un peu vieillot et aux couleurs fades.

C'est vrai que les derniers tomes semblent tirer en longueur. Les deux derniers tomes parviennent tout de même à clore la série avec brio. Il n'en demeure pas moins que c'est une série qui a connu un réel succès et qui est peut-être à la base de la BD « moderne ». En tout cas, c'est l'une de ses emblématiques séries qui m'a fait aimer la bande dessinée. Elle mérite amplement le qualificatif de culte. Avec ça, je rentre définitivement dans la catégorie des lecteurs « grand public ».

Cependant, il n’y a pas de mal à ne pas être élitiste dans le choix des bd cultes. Je crois que ce n’est pas pour rien que cette série a su s’imposer et devenir un véritable phénomène dans l’édition de la bd au même titre qu’un Astérix par exemple. Or, on aura peut-être plus de facilité pour un Astérix que pour un XIII à accorder la note maximale malgré la piètre qualité des dernières aventures calamiteuses du gaulois. J’aimerais rétablir une certaine équité et exposer le fait que XIII fait définitivement partie du paysage de la bd. Bref, culte et incontournable !

Et alors que l'on croyait que c'était définitivement terminé, voilà que le repreneur attitré de Jean Van Hamme à savoir Yves Sente reprend également la destinée de cette série après Thorgal. Nous revoilà dans un nouveau complot avec en prime un XIII en quête de sa mémoire. Le nouveau dessinateur reproduit à merveille le style graphique de William Vance.

Au niveau scénario, c'est intéressant même si on se demande ce que vient faire les pionniers de la civilisation américaine dans cette aventure. A suivre par conséquent. Et cette suite ne va pas trop décevoir. Il y aura sans doute moins de révélations surprenantes mais plus d'aventures. On sent qu'on est embarqué pour une longue quête avec la description encore vague d'un nouvel ennemi qui aurait été à l'origine du précédent complot. Même si la ficelle paraît énorme, on se laisse tout de même prendre au jeu. Oui, Sente est bien le digne successeur de Van Hamme puisque on en redemande malgré tout.

Note Dessin : 4.5/5 – Note Scénario : 4.5/5 – Note Globale : 4.5/5



Nom série  Le Troisième Testament : Julius  posté le 08/10/2010 (dernière MAJ le 07/12/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le personnage de Julius planait littéralement sur l’œuvre originale qu’était « le Troisième testament ». Aussi, le fait de réaliser une anté-suite en prenant ce personnage paraissait opportun. Cette BD impressionne tout d'abord par sa virtuosité esthétique. Les planches de dessins sont d'une rare beauté et d’une finesse exquise. La colorisation semble également très réussie. On notera qu’Alex Alice qui supervise toujours le projet laisse sa place à un véritable disciple qui a tout le talent de son mentor d’où une revendication assumée ...

La scène d’ouverture est tout à fait époustouflante dans le fait de se donner dans une dimension presque cosmique. Pourtant, on sera totalement immergé dans cette société romaine. Par ailleurs, chaque personne semble posséder une véritable âme ce qui facilite le fait que le lecteur suit avec plaisir leur parcours et leur évolution au fil des épreuves qu’ils subiront. Le traitement demeure certes classique. Cependant, la mise en scène est d’une fabuleuse maîtrise aussi bien narrative que scénaristique.

Pour autant, on regrettera les fautes d’impression calligraphiques absolument impardonnables pour une série aussi médiatisée. C’est à croire qu’il n’y a aucune relecture démontrant ainsi un amateurisme qui n’a pas sa place à ce niveau. On pardonnera cependant… sans doute par charité chrétienne qui est justement ici de mise. On suivra donc avec attention la suite de cette fabuleuse saga qui nous réserve certainement de très bonnes surprises !

Après un premier tome qui joue sur la rivalité entre deux personnages charismatiques, on part pour une quête dans le second opus. Cela ressemble un peu à du Indiana Jones mais au temps de la Babylone antique. Le dessin sera splendide par moment avec un découpage totalement adapté. J'ai bien aimé cette aventure qui nous fait sortir du cadre de l'Empire romain et de la Judée. On retrouve parfaitement le lien avec Le Troisième Testament qui a marqué à tout jamais de son empreinte la bd historique et ésotérique.

Bref, cette suite m'a surpris dans la mesure où elle est totalement différente de la première partie en mettant un peu moins l'accent sur Julius et en accentuant le rôle de ce nouveau messie. A la fin de cette lecture, on n'a qu'une envie: découvrir la suite car le résultat est étonnant de maîtrise et de qualité.

Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 4/5 - Note Globale: 4/5

Nom série  Arcanes  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 07/12/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est le premier cycle d’une aventure originale crée par Pécau relatant l’histoire d’une agence extra-gouvernementale surveillant les agissements de joueurs de cartes très spéciales ayant un pouvoir sur le cours des évènements.

Nous avons là une idée de base très originale sur la théorie du hasard mettant en jeu des cartes ayant le pouvoir de changer celui-ci. Une très bonne mise en scène dignes des films hollywoodiens. Je reproche toutefois une lecture un peu trop facile mais il faut reconnaître qu'il y a de belles trouvailles comme ma théorie sur la retro-synchronicité.

Le tome 1 est à l'origine des 3 séries qui vont se bâtir progressivement autour de ce concept original (Arcanes, Arcane majeur et l'Histoire secrète). Plus d'une trentaine de tomes vont paraître en 12 ans soit de 1998 à 2010. Pourtant, à la fin de ce premier tome, on ressent comme un gros défaut d'inachevé. Cependant, la mise en scène étant efficace, on a envie d'en savoir plus.

Le tome 2 recèlera un scénario plus fouillé qui ouvre de nouvelles perspectives mais toujours pas d'explication convaincante sur la retro-synchronocité. Le résultat demeure toujours aussi satisfaisant.

Le tome 3 augmente le mystère autour des cartes magiques sans dévoiler les tenants et les aboutissants tout en formant une histoire totalement indépendante. Un nouveau dessinateur apporte un graphisme frais, fin et précis.

Les tomes 4 et 5 forment un diptyque un peu décousue qui manque de cohérence avec une multiplication des références aux séries dérivées (Arcane Majeur, L'Histoire Secrète) et avec des flashbacks qui s'accumulent.

Le tome 6 se passe en Irak où l'Agence enquête sur les traces de cartes primitives qui restent encore inconnues. On notera un changement de dessinateur. On pourra ressentir une certaine gêne graphiquement. La qualité narrative reste cependant intacte. On se pose quand même des questions sur le fait de savoir où va cette série qui est devenue véritablement indissociable des autres dans le même univers (Arcane Majeur, l'Histoire Secrète).

Le tome 7 et 8 utilisent à bon escient la catastrophe liée au pire cyclone ayant frappé les Etats-Unis à savoir Katrina en 2005. La Nouvelle-Orléans ne s'en est d'ailleurs toujours pas remise. Les références par rapport à l'Histoire secrète se multiplient. On a du mal à suivre et faire le lien. Pour autant, ce diptyque est agréable à suivre car les aventures liées à ses cartes vivantes maléfiques sont rythmées.

Le tome 9 est également encore d'actualité puisqu'il est question du programme scientifique tournant autour du CERN à la frontière franco-helvétique. C'est regrettable que j'ai relevé une grosse erreur de transcription lié au message envoyé par les démons à un moment donné et qui est repris un peu plus tard de manière totalement erronée. J'ai l'impression qu'il n'y a pas véritablement une maîtrise lors de la conception même de la bd : je conseille tout simplement aux professionnels une relecture tout simplement pour éviter ce genre d'infâme bévue. Le dessin semble également moins bon qu'au début de cette série. C'est lié certainement au changement de dessinateur. Bref, la qualité n'est plus au rendez-vous. Et puis, l'univers de ces arcanes commence un peu à me gaver. Vivement que cela se termine !

Le tome 10 sera étonnant à plus d'un titre. Tout d'abord, il fait le lien direct avec la sortie simultanée du tome 28 de L'Histoire Secrète. On en apprendra plus sur l'identité de notre héros qui doit jouer manifestement un grand rôle. Il y a également un coup de théâtre inattendu qui relance la série. Il était temps ! Pandora va revenir pour jouer les troubles- fêtes. Bref, l'interconnection semble totale avec l'univers des arcanes.

Note Dessin : 3.5/5 – Note Scénario : 3.5/5 – Note Globale : 3.5/5.

Nom série  Le Scorpion  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 07/12/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Nous avons là une excellente série que je n'hésiterais pas à qualifier de "culte". J’ai véritablement aimé grâce notamment au dessin et aux couleurs de Marini ainsi qu'à un scénario impeccable de Desberg. Les traits des personnages sont sublimes de précision. Nous assistons à un véritable bal de lignes belles et fluides avec une action qui s'enchaîne à un rythme haletant. Il s'agit bel et bien de la meilleure série de cape et d'épée.

Certes, les personnages peuvent paraître stéréotypés mais qui ne résisterait pas au charme de cette égyptienne secrètement amoureuse ? Oui, il y a également beaucoup de clichés mais on se laisse prendre facilement car la mise en scène est d'une efficacité remarquable et d'une déconcertante virtuosité ! Je sais bien que c'est une bd typiquement commerciale mais qui se plaindra si elle a un succès amplement mérité ?

Je dois bien avouer que c’est l’une de mes BD préférées car le scénario est totalement prenant. On passe toujours un très bon moment de lecture. Jugez par vous même: l'intrigue se base sur la volonté d'un cardinal ambitieux de restaurer à Rome le pouvoir des neuf familles. Il conquiert alors la papauté pour ce faire. Néanmoins, il aura un adversaire de taille qui se dressera sur sa route à savoir le fils d'une hérétique brûlée vive pour avoir détourné de sa voie un homme d'Eglise. Ce fils n'est autre que le Scorpion bien décidé à se venger. Entre fiction et histoire de la deuxième moitié du XVIIIème siècle, le scénario distille une théorie machiavélique du pouvoir religieux.

L'album hors collection n'est pas absolument indispensable mais il peut apporter des éléments intéressants pour les fans de la série. Le second cycle (tomes 7 et 8 ) développe un peu plus l'intrigue au détriment de l'action ce qui n'est pas pour me déplaire. Il y a l'arrivée de personnages qui vont jouer un rôle d'importance dans la guerre que livre le Scorpion au despote intégriste Trebaldi. On souhaite en connaître un peu plus sur le secret de la naissance du Scorpion qui n'est pas totalement éclairci. Il y a également de nouvelles révélations qui relancent singulièrement ce scénario déjà passionnant.

Nous allons enfin connaître la vérité sur l'identité du père dans le 10ème tome. La révélation sera fracassante car les auteurs nous ont induit volontairement en erreur. L'aventure ne sera pas terminée pour autant.

En conclusion, nous avons là une BD dynamique et plus encore: une formidable aventure de cape et d’épée sur fond de complot religieux et politique avec en prime des décors véritablement somptueux.

Note Dessin : 4.5/5 – Note Scénario : 4.5/5 – Note Globale : 4.5/5



Nom série  Libre de choisir  posté le 01/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Nous sommes en 1971. Anna va bientôt passer son bac. Elle a une famille unie. C'est plutôt une fille réservée alors que sa meilleure amie s'en donne à coeur joie. Anna souhaite découvrir l'amour sur un mode totalement romantique. Elle va faire la connaissance d'un goujat dragueur qui ne pense qu'à collectionner les conquêtes. Elle va se laisse prendre dans un contexte de libération sexuelle post 1968. Et puis, va advenir ce qu'il advient presque toujours dans pareille cas: la voilà enceinte ! Cependant, elle n'est pas libre de choisir dans une société pro-conservatrice qui va tout faire pour la culpabiliser. Les lois sur l'IVG ne viendront que quelques années plus tard grâce à une certaine Simone Veil sensible au problème.

L'histoire m'a littéralement touché alors que c'est plutôt conventionnel et sans aucune surprise avec des personnages assez convenues. On se dit que c'est une réelle injustice qui frappe l'héroïne peu habituée aux affres de l'amour. Le dessin est plutôt réussi et l'atmosphère des années 70 est bien retranscrite. Bref, on passe un agréable moment de lecture sur un sujet sérieux comme celui du droit de la femme de disposer de son propre corps.

Près de 40 ans après l'adoption de la loi, le débat fait toujours rage. Il est bon de lire une bande dessinée qui rappelle les heures sombres où les femmes violées n'avaient pas le droit d'avorter et où elles étaient stigmatisées. Plus jamais un retour en arrière vers un obscurantisme animé pour des motifs religieux aussi ridicule que le fait de ne pas utiliser de préservatif. Ce combat prouve à quel point l'avancée demeure fragile. Le retour à l'ordre moral demeure possible dans notre pays avec la montée des extrêmes entre un bleu marine et une droite décomplexée.

Après mise à part le fait de comparer la voix du chanteur Julien Clerc à celle d'une chèvre (ce qui n'est pas très sympa pour lui), ce récit psychologique et social pourra toucher par l'ampleur de son message. Il va falloir dire aux jeunes filles que rien n'est définitivement acquis.

Nom série  Paul au parc  posté le 25/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tâchez de quitter cette terre en l'ayant rendue meilleure que vous l'avez trouvée, et quand votre tour viendra de mourir, vous mourrez heureux en pensant que, en chaque occasion, vous n'avez pas perdu votre temps, mais que vous avez fait de votre mieux. C'est par cette citation de Robert Stephenson Baden-Powell que commencent innocemment les aventures de Paul au parc.

C'est le septième tome de la série des Paul et nous faisons un retour sur son enfance. Nous avons là le meilleur car l'auteur qui livre un récit autobiographique semble être à son apogée quant à la maturité de l'écriture avec cette recherche constante de la simplicité. Il réussit à nous faire vivre tout ces petits rien qui rappelle l'enfance sur fond de crise du fameux Octobre noir québécois avec une grande Histoire qui rejoint la petite. Nous plongerons également dans le monde du scoutisme avec la découverte de valeurs telles que l'amitié, le partage ou encore la solidarité. Sous des couverts très légers, l'auteur aborde des thématiques politiques très sérieuses. On sera fort loin des clichés habituels.

Et puis, et surtout, il y aura cette fin plus que tragique alors qu'on ne s'y attendait pas. La phrase introductive livrera tout son sens. On sort totalement atterré par une telle lecture qui reste authentique en dépit de tout. Une œuvre qui séduit et qui nous prend par les tripes. Une explosion inattendue qui touchera en plein cœur les lecteurs. C'est l'album à lire de toute urgence !

Nom série  Saison brune  posté le 17/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je n'avais aucun a priori en commençant cette longue lecture sur les dangers que représente le réchauffement climatique. Je n'ai pas aimé cette démonstration alarmiste tout à fait orientée qui vise à démontrer que le réchauffement climatique et l'augmentation dramatique de gaz à effet de serre sont directement liés à l'activité humaine. J'ai bien entendu les arguments de l'auteur (altermondialiste convaincu) qui s'appuie sur des données scientifiques récoltées pour le compte du GIEC. Chacun est libre de ses pensées et de croire que le monde va tourner mal. Nous sommes d'ailleurs noyés de données qui peuvent d'ailleurs se contredire. Ce sujet mérite de la réflexion et non une acceptation pure et simple d'un parti pris. L'auteur reconnaît que le mécanisme n'est pas aussi simpliste que cela.

Personnellement, je n'y crois pas et je ne vais pas me joindre à une hystérie collective sous l'égide d'un organisme intergouvernemental dont il a été démontré que les résultats scientifiques sont erronés. C'est comme si on fabriquait de fausses preuves pour orienter la pensée de la population. Cela s'est d'ailleurs déjà fait dans le passé (les fameuses armes de destruction massive de l'Irak). On peut se demander légitimement si le but n'est pas d'empêcher la croissance des pays émergents. Vous aurez compris mon scepticisme qui s'appuie sur la manipulation de données pour cautionner une fausse urgence mondiale.

En effet, je ne crois pas à cette fameuse courbe d'augmentation du CO2 qui s'appuie d'ailleurs sur un modèle inadapté. En 1940, le taux de CO2 était supérieur à ce qu'il est aujourd'hui. Le GIEC a perdu sa raison en abandonnant sa réserve et a utilisé des méthodes de calcul qui allaient toujours dans son sens. Or, l'auteur s'appuie essentiellement sur cette donnée peu rassurante sur l'avenir de la planète. Je n'aime pas cette malhonnêteté que certains n'hésitent pas à qualifier de fraude.

D'ailleurs, 31000 scientifiques parmi lesquelles des prix nobels ont signé une pétition, la fameuse Oregon Petition, pour indiquer qu'ils étaient sceptiques sur la réalité d'un réchauffement climatique exceptionnel, sur son origine humaine ou encore sur le fait qu'il ait des conséquences négatives. Parmi les réactions : «le GIEC fonctionne en circuit clos, il n’écoute pas les autres. Ses membres manquent de largeur de vue. Je suis étonné que le Prix Nobel ait été donné pour des conclusions inexactes par des gens qui ne sont pas des géologues» ou encore «on montre la banquise du Groenland qui fond mais pas l'accroissement de la glaciation en Antarctique». Bref, pour eux, tout cela relève de la plus grave supercherie qui fait honte à la science («l'arnaque du réchauffement climatique est la fraude pseudo-scientifique la plus grande et la plus réussie jamais vue de toute ma carrière de physicien » déclare Harold Lewis). Les générations futures pourront se demander avec une stupéfaction amusée pourquoi, au début du 21ème siècle, le monde développé s'est plongé dans une panique hystérique à propos d'une augmentation globale moyenne de température de quelques dixièmes de degré, et, sur la base d'exagérations grossières, de projections informatiques hautement incertaines, combinées en déductions improbables, il s'est trouvé en face d'un recul de l'âge industrie... 

Bref, mon avis ne cautionnera pas la thèse développée par l'auteur que je respecte. Je tenais à apporter ma contribution dissonante pour démontrer que le débat est ouvert et que rien ne prouve qu'il y a bien un réchauffement climatique provoqué en grande partie par la main de l'homme. J'ai vécu dans ma région le 4ème été pourri d'affiliée en me posant la question sur la réalité d'un réchauffement climatique. En conséquence, on peut dormir sur nos deux oreilles car cela ne sera pas la fin du monde pour cette raison là. Le climat de la planète suit son propre cours et nous ne pouvons pas désigner de tendances significatives dans le changement car elles datent de millions d'années alors que leur étude est toute récente. Nous manquons tout simplement de données pour faire des conclusions hâtives.

Maintenant et ceci dit, nous devons tout faire pour lutter contre la pollution mais vous aurez compris que ceci est un autre débat. C'est un fait : l'homme pollue et détruit la nature. Cependant, est-il plus efficace que le soleil en matière de réchauffement ? Voilà l'interrogation.
Cet ouvrage a le mérite de nous poser des questions et d'entraîner la réflexion. L'auteur fait une démonstration plutôt brillante. Je reconnais là son talent. L'oeuvre est en soi très intéressante.

Nom série  Nu-Men  posté le 14/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Que je suis réellement déçu alors que je me faisais une joie de découvrir la nouvelle oeuvre du peu prolifique Fabrice Néaud. Il faut dire que son oeuvre phare Le Journal m'avait captivé dans un genre totalement différent. On passe de l'introspectif à un récit de science-fiction se passant dans un contexte géopolitique plus qu'improbable (comme si le Yellowstone pouvait d'un coup rayer les USA de la carte).

Je n'ai pas aimé la coordination de cette histoire d'anticipation. Je n'ai pas aimé les dialogues qui m'ont paru soporifiques à souhait. J'ai cherché un peu de subtilité et j'ai eu beau chercher, je n'ai trouvé que violence et cruauté. Où est passé ce que j'avais tant aimé chez cet auteur ? Je ne ferai pas dans la demi-mesure de bon aloi. Ma note reflète ma déception de lecture.

Nom série  Muraqqa'  posté le 13/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il est vrai que le dessin d'Ana Mirallès est toujours un plaisir pour les yeux surtout lorsqu'il s'agit d'apprécier les contours de ces jolies femmes dans un harem moghol du XVIIème siècle. On pourra également admirer les décors avec un souci du détail inégalé. Oui, il y en aura pour tous les goûts.

Pour autant, le récit de cette héroïne me rappelle beaucoup trop Djinn qui est l'un de ses chefs-d'oeuvres. Cependant, cela restera très soft comme pour souligner la sensualité à l'état pur et rien d'autres. J'avoue avoir été un peu déçu. Oui, je l'avoue.

Le contexte historique est toujours aussi crédible. Le grand absent est l'empereur moghol qu'il nous tarde de découvrir. Ce premier tome plante surtout le contexte de la cour de ce palais. Il manque également un peu d'action ainsi que le suspense d'une intrigue. On voit que Dufaux manque cruellement.

Nom série  La Guerre des Sambre - Werner & Charlotte  posté le 09/06/2011 (dernière MAJ le 12/11/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Quand j'ai commencé le second cycle de la guerre des Sambre, j'étais certainement le plus dubitatif face à cette exploitation commerciale. Or, je n'ai rien contre le succès commercial dès lors que c'est justifié par la qualité. Et c'est bien le cas en l'espèce ! Il faut véritablement se plonger dans cette saga et remonter l'origine de cette malédiction pour succomber totalement aux charmes et aux délices d'une lecture franchement agréable.

L'écrin est toujours aussi somptueux et on passe un agréable moment de lecture. Le second tome confirme une qualité à la fois graphique et narrative. Et puis, il y a surtout le démarrage en fanfare du second cycle à savoir "Werner et Charlotte" dont le personnage de la mère Jeanne-Sophie est véritablement charismatique au point de voler la vedette à ce couple et d'être représenté en couverture.

J'ai été agréablement surpris par autant de virtuosité dans la capacité de l'auteur à renouveler le scénario et ceux malgré une erreur de taille dans la datation (si elle a conçue Charlotte alors qu'elle n'avait que 14 ans que sa fille a désormais 13 ans dans le récit, comment peut-elle avoir 30 ans ? Mathématiquement, cela fait 27 ! A croire qu'il n'y a pas de relecture sérieuse avant parution à grand renfort de publicité). Cependant, on ne va pas rester sur un aspect négatif lié après tout à un simple détail. Encore une fois , l'ensemble demeure de la plus haute qualité pour le plus grand bonheur des fans de la série Sambre.

Le scénario se tient et le graphisme est de toute beauté. On remarquera que cette fois-ci, les yeux rouges sont représentés dans le camp des hommes en la personne de Werner Von Gotha. Une belle histoire d'amour en perspective avec une mère qui fera tout pour s'opposer. Cela promet !

D'ailleurs, le second tome tient toutes ses promesses avec une ambiance des plus réussies et un final des plus révélateurs. On est véritablement embarqué dans le monde de la noblesse de la cour impériale d'Autriche au siècle des lumières avec tous ces petits jeux d'intrigues. On retrouve la même folie amoureuse qui semble traverser les générations. J'aime cette série car on constate une égale qualité tout au long des albums. On est franchement comblé.

Le troisième tome qui vient refermer ce cycle sera l'un des plus marquants en ce qui concerne la chute finale avec une révélation fracassante. C'est manifestement du grand art. Je ne pensais pas que cette série tiendrait sur la distance mais l'auteur nous prouve le contraire. La comtesse Jeanne-Sophie restera dans les annales tant le personnage retient l'attention par son côté manipulateur ! Elle va nous manquer. Ceux qui aiment cette saga vont être ravi par cette série.

Note Dessin: 4.5/5 - Note Scénario: 4.5/5 - Note Globale: 4,5/5

Nom série  La Grande évasion - Biribi  posté le 12/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec la grande évasion, nous restons toujours sur la mode des bandes dessinées à thème d'une même série qui va se multiplier. On aura alors l'occasion de se voir raconter les plus célèbres évasions ayant marqué l'histoire. Il faut dire que depuis la série TV Prison Break, le thème est à la mode. Je ne connaissais pas celle de la prison militaire de Biribi située dans le désert marocain en 1898, époque coloniale où la France avait ses quartiers pour le meilleur mais surtout pour le pire.

En effet, les conditions de détention seront passées au peigne fin avec des détails les plus sordides les uns que les autres. Du coup, on a l'impression d'assister à une véritable surenchère dans l'absence d'humanisation et de compassion alors que l'évasion en elle-même n'aura plus rien d'extraordinaire. Visiblement, il y a eu un loupé quelque part dans le scénario qui s'attarde trop sur certains détails pour ne pas en montrer d'autres qui auraient du coup plus d'importance.

La bd en elle-même est assez bien dessinée avec des couleurs laissant passer le soleil de plomb. Par ailleurs, cela se lit plutôt bien malgré l'évocation de tant de souffrance. Cependant, comme dit, on attendait sans doute plus d'une nouvelle série carcérale qui ne démarrera pas en fanfare.

Nom série  La Nouvelle Orléans après le Déluge, A.D.  posté le 11/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Katrina a été l'une des pires catastrophes naturelles que les Etats-Unis ont connu ces dernières années. C'est l'une des plus belles villes américaine aux origines françaises qui a été sévèrement touchée. Ce one-shot est un témoignage qui retrace l'itinéraire de 5 familles qui ont connu des sorts différents. En effet, il y a ceux qui ont fuit la ville comme 90% de la population. Il y a également les 10% restants parmi les plus pauvres qui n'avaient pas les moyens de partir.

C'est clair que des pays comme le Bangladesh connaissent des moussons et des inondations qui font plusieurs milliers de victimes et cela passe dans l'indifférence générale. Quand il s'agit des USA, tout le monde a le regard tourné. Il y a des injustices dans le traitement des médias et de l'attention qu'on ne pourra changer.

J'ai su que l'administration Bush avait plutôt assez mal gérer les conséquences de cette catastrophe humanitaire. Je ne savais concrètement que c'était à ce point et que cela a entraîné la mort de rescapés qui n'avaient pas même pas de bouteille d'eau alors que l'armée circulait mitraillette à la main. Bref, cet ouvrage apportera un éclairage sans concession et sans parti pris sur ce nouveau déluge des temps modernes.

Le style graphique proche de celui de Daniel Clowes ne m'a pas trop séduit. La narration est parfois indécise et beaucoup trop anecdotique. La colorisation manque. Malgré ces défauts, on sent que l'auteur a voulu retranscrire de manière honnête la réalité. Pour autant, j'espérais sans doute autre chose qu'un traitement documentaire sur le sujet.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 175 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque