Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1999 avis et 378 séries (Note moyenne: 2.95)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Biotope  posté le 22/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sans les avis positifs (pour ne pas dire enthousiastes) d’autres lecteurs, jamais je n’aurais lu cette série. Le dessin, en effet, n’est pas de ceux qui m’attirent. Trop minimaliste, trop simpliste, trop « mou » aurais je envie de dire.

Mais comme je sais que, chez moi, un bon scénario peut effacer les faiblesses d’un dessin ou mon manque d’attirance pour un style graphique, je me suis lancé dans l’aventure avec enthousiasme.

Et c’est un fait que j’ai trouvé le premier tome plutôt convainquant. Une narration à la première personne nerveuse et vivante. Un huis-clos qui n’a rien d’original mais bien mené. Un univers SF basique mais cohérent. Le tout donne un premier tome agréable à lire, si je fais abstraction du dessin, vraiment pas à mon goût.

Vient alors le second tome. Très moyen, celui-ci. L’histoire se traîne. L’univers SF perd de son charme et de sa cohérence. Beaucoup de questions restent en suspens. Certaines idées graphiques me paraissent absurdes (à commencer par une tête de cerf). L’ensemble reste facile à lire. Faut dire que je ne m’attarde pas sur le dessin et que la narration est tout sauf envahissante.

Au total : un petit « pas mal » sans plus. Après un bon début, le soufflé retombe mais l’ensemble demeure aisé à lire (sans déclencher les passions).

Nom série  Valentine Pitié  posté le 22/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Benn nous offre ici le portrait d’une aventurière au parcours pour le moins original. Cette originalité est à la fois la force et la faiblesse de l’album. J’ai trouvé qu’en changeant de lieu et d’univers (du pôle nord à Paris), l’auteur casse son histoire. Il y a vraiment rupture. C’est à la fois logique et dérangeant (enfin, pour moi). J’ai eu du mal à reprendre ma lecture sur ce deuxième tome, pourtant intéressant en soi mais tellement différend du premier.

La conclusion de l’album ne m’a pas totalement convaincu, non plus. Le côté positif est que je ne l’avais absolument pas senti venir mais, a contrario, cette conclusion me fait me poser pas mal de questions sur certains passages précédents. Des passages qui, du coup, deviennent moins efficaces, moins touchants.

Pourtant, de l’émotion, il s’en dégage de ce récit. Et surtout dans la première partie durant laquelle on passe des larmes au rire, et inversement. Les deux univers explorés (celui des Inuits et celui des premiers balbutiements de l’aviation) sont aussi de nature à me plaire. D’autant qu’ils sont développés d’une manière convaincante.

Au niveau du visuel, j’aime bien le style de Benn. Cet aspect griffonné combiné à une étonnante lisibilité fait le charme de l’artiste. Je me retrouve dans une espèce de franco-belge torturé et poétique (pas sûr de bien me faire comprendre, pour le coup). La colorisation aux teintes ternes convient bien et au scénario et au style de Benn. Ce n’est pas des plus joyeux mais, en la circonstance, ce n’est pas dérangeant.

Pas mal du tout, en somme, et malgré ses faiblesses, et surtout ce côté « décousu ». Ce portrait d’une aventurière du siècle passé a su me toucher mais le final m’est apparu déplacé voire inutile.

Nom série  Dallas Barr  posté le 22/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai bien aimé les premiers tomes avec ce postulat de départ assez original.

Les intrigues sont bien menées même si la narration est parfois un peu hermétique. L’univers est intéressant. Les personnages sont bien typés, classiques dans le genre mais disposent du charisme nécessaire pour que je m’y attache.

Mais les trois derniers tomes m’ont déçu. J’ai eu le sentiment que les auteurs cherchaient à apporter une conclusion à une série qui n’en avait pas vraiment besoin. En effet, elle pouvait continuer à fonctionner en cours cycles ou en tomes indépendants mais le fait de changer d’éditeur et d’intégrer la collection Polyptique obligeait les auteurs à déterminer un nombre de tomes et à s’y tenir. C’est peut-être la raison pour laquelle je trouve cette fin précipitée et étrange.

Au niveau du dessin, le style de Marvano n’est pas celui que je préfère. Ce sont surtout ses visages qui me dérangent, trop bruts et peu harmonieux. La colorisation aux teintes parfois criardes n’est pas non plus de nature à me séduire. Par contre, le trait nerveux de l’artiste et son aisance dans ce genre de décors SF froid font que je n’ai pas été rebuté outre mesure par l’aspect visuel de la série.

Pour l’ensemble des sept tomes, je dirais « pas mal ». Les premiers sont vraiment agréables à lire, les derniers me paraissent précipités. A louer plutôt qu’à acheter car, dans ce domaine, je connais beaucoup d’autres œuvres autrement indispensables.

Nom série  Le Rêve du papillon  posté le 17/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Impossible pour moi d’apprécier cet album avec, d’une part, une héroïne gonflante au possible et, d’autre part, un dessin typé manga qui ne correspond pas à mes goûts personnels.

C’est dommage car, d’un autre côté, et c’est le seul point positif que je retire de cet album, l’univers créé par Marazano n’était pas sans rappeler celui de « MangeCoeur ». On y retrouve en effet un(e) jeune orphelin(e) comme personnage principal, un chat très particulier comme compagnon d’aventures, une cité étrange où les enfants ne sont pas bien vus, des papillons comme moteurs du mystère… beaucoup de points communs, donc. Mais, à lire d’autres avis, il semblerait que l’influence majeure soit à chercher ailleurs. Quoiqu’il en soit, ce genre d’univers aurait pu me plaire.

Seulement, voilà : l’héroïne est un croisement entre Heidi et Candy. Elle pleurniche à intervalles réguliers, n’en fait qu’à sa tête et s’étonne d’énerver son monde (moi le premier). Pas moyen pour moi de m’attacher à ce genre de personnage ! De plus, les auteurs mettent dans sa bouche des mots qui me semblent inadaptés. Vous vous imaginez, vous, entendre une gamine parler de monomaniaquerie ?

Ensuite, le dessin. Il est d’une belle qualité… pourvu qu’on aime le style « manga », ce qui n’est pas mon cas. Vous y retrouverez, logiquement, tous les codes du genre. Mais, rien à faire, je n’aime pas. C’est trop « surjoué » pour moi.

Malgré ses qualités, je ne peux donc que dire « bof ». Pas faite pour moi, tout simplement.

Nom série  Garance  posté le 16/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici un bien bel album destiné à un jeune lectorat.

Mon seul reproche concerne sa longueur. Il manque, en effet, à ce récit un peu de développement pour totalement me convaincre. C’est d’autant plus regrettable que j’ai vraiment aimé regarder le dessin de Thomas Labouret, que l’écriture de Séverine Gauthier est belle et dépouillée, et que le scénario ne manque pas de poésie.

Seulement, voilà : les ellipses présentes à la fin de l’album, si elles permettent de conserver un doute sur les événements survenus, m’ont frustré de quelques conclusions.

Reste la place du rêve et de l’interprétation des dernières images par le lecteur. Finalement, chacun imaginera ce qu’il veut, du plus dramatique (option que je privilégie) au plus fantastique. Et, à la réflexion, c’est pas plus mal de laisser au lecteur une part d’interprétation. La lecture devient interactive, le lecteur s’implique dans l’histoire.

Voilà qu’en rédigeant cet avis, je me rends compte que ce qui me frustre dans cet album peut aussi être vu comme une force !

Objectivement, entre le pas mal du tout et le franchement bien ! L’album se lit vite, ce qui devrait plaire aux jeunes lecteurs. Mais, par moments, j’aurais préféré un rythme narratif plus lent, plus progressif. Une jolie place est laissée à l’interprétation personnelle, ce qui m’a frustré quelque peu. La poésie est présente. Le dessin est rond et expressif. La colorisation à l’aspect « crayonné » est de celles que j’adore.

Bon, j’opte pour le « pas mal » avec coup de cœur. Mais si vous avez de jeunes enfants (entre 6 et 12 ans, je dirais), n’hésitez pas à acquérir l’objet ! Il y a de fortes chances que l’album leur plaise profondément.

Nom série  Bruxelles, mille ans d'épopées  posté le 15/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Amateurs de moisi, bonjour…

Comment réagiriez-vous si vous découvriez dans un catalogue de bibliothèque un album totalement inconnu de vous réalisé par deux grands noms de la bande dessinée ? Pour ma part, je fonce… au grand étonnement de ma bibliothécaire, qui se demande ce qui peut bien m’attirer vers ce poussiéreux objet peu ragoutant. Faut avouer que la couverture a de quoi faire peur…

Tout d’abord, le nom de Franz. Un grand, un immense talent trop tôt disparu (remarquez : il aurait vécu 200 ans que je trouverais encore qu’il est parti trop tôt). Pour cette œuvre de commande, l’artiste nous livre un travail soigné mais moins abouti que d’habitude. Son trait y gagne un peu en netteté mais ne nous offre pas autant de détails que d’habitude. N’empêche, vivacité du trait, sensualité des courbes, rigueur historique dans les décors et les costumes, paysages convainquant, et ces chevaux, raaaaahhh, ces chevaux : c’est de la belle ouvrage, ça, madame !

Ensuite, Vernal au scénario. Là, les plus jeunes se disent « qui ? » Jean-Luc Vernal, scénariste qui connut son heure de gloire durant les années ’80 est, surtout, un de ces obscurs auteurs qui, bien souvent, nous pondaient vite fait (toujours) bien fait (parfois) une courte histoire complète pour le journal de Tintin. Un nom qui apparaissait souvent mais un scénariste qui est resté fort méconnu. Ici, je le retrouve dans ce qu’il faisait de mieux, selon moi : l’évocation historique en courts chapitres.

Résultat présent (enfin, présent, on se comprend…) : un album de 60 pages réalisé à l’occasion du 1.000ème anniversaire de la ville de Bruxelles et qui, par le truchement de quelques faits marquants ou d’anecdotes pittoresques, nous en apprend pas mal sur la capitale européenne.

Le découpage en courts chapitres entrecoupés de notes instructives permet une lecture agréable. Ceci dit, avec un tel foisonnement d’informations sur un si court espace, il m’a été impossible de tout retenir. N’empêche ! Quelques faits me resteront encore longtemps en mémoire, et rien que pour ça, je ne regrette pas ma lecture. Car il y a beaucoup d’informations à glaner dans ces quelques pages ! De ce point de vue, l’album est d’une grande richesse, tout en restant lisible (ce qui est assez remarquable). Cela reste du survol mais cette lecture m’a remis certaines notions en tête tout en m’apprenant d’autres faits.

Enfin après lecture, je vois Bruxelles différemment. La notion de carrefour d’échange est bien développée. Celle de ville ouverte aux autres cultures aussi. Et tout cela sans oublier le Bruxelles pittoresque, celui des Marolles et de son parler original.

Bon ! Ce n’est pas cet album qui va révolutionner le genre et il est certain que si le sujet ne m’avait pas intéressé, j’aurais eu bien plus de mal à finir cette lecture. Mais, ici, le talent des auteurs et le sujet de l’album ont suffit à mon plaisir. Une chouette découverte !
(Pour amateurs de moisi, only. Et certainement pas à conseiller aux jeunes lecteurs car trop daté pour eux).

Nom série  Contes et Légendes du Moyen âge en bandes dessinées  posté le 11/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal du tout, ce bouquin ! J’en suis le premier surpris, tant je m’en méfiais. Et pourtant…

Tout d’abord, sa structure permet de combiner bande dessinée et aspect didactique. Chaque légende est en effet remise dans un contexte global se référant au Moyen-âge. C’est à la fois divertissant et instructif.

Ensuite, Céka a l’intelligence de moderniser ces vieux contes (on a même droit à un mouton s’exclamant « Yes, we can ! ») Les puristes le regretteront peut-être. Pas moi ! Ce dépoussiérage énergique ne se fait pas au détriment de l’esprit, la morale reste donc sauve.

De plus, les multiples illustrateurs présents font tous montre de talent. Bien sûr, tous ne me séduisent pas mais aucun ne bâcle le travail. Personnellement, j’ai été heureux de retrouver Etienne M sur ce collectif, un dessinateur qui me convainc à nouveau grâce, cette fois, à un trait en couleurs directes de haut vol.

Reste que toutes les légendes ne sont pas des plus passionnantes. Certaines sont trop connues pour me surprendre. D’autres sont trop anodines pour me passionner. Mais deux tiers des légendes illustrées m’ont tout de même séduit.

Pas mal du tout, vous disais-je. Un achat conseillé pour les lecteurs intéressés par le Moyen-âge et à la recherche d’un petit bouquin (de 180 pages) pas prise de tête tout en étant instructif (avec modération).

Nom série  Huitième Continent  posté le 10/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai vraiment eu du mal à terminer cet album. La cause principale : mon manque d’attachement vis-à-vis des personnages. En fait, je n’ai jamais réussi à rentrer dans l’histoire parce que je me fichais complètement de ce qui arrivait.

Pourtant, Edgar Allan Poe est un auteur que j’apprécie beaucoup. Son personnage véhicule à mes yeux des images de monde noir, de poésie dérangeante. Et je n’ai rien retrouvé de cela ici. Ce récit m’a bien plus fait penser à un sous-Lovecraft nourrit aux films d’épouvante d’Edward Wood. De plus, le scénario est, à mes yeux, inutilement tarabiscoté avec des ennemis multiples dont on ne comprend guère les motivations.

Le dessin, trop sombre et manquant de netteté dans le trait, n’a pas su me faire changer d’opinion sur l’ensemble de l’œuvre. Le style est adéquat mais manque de lisibilité pour me séduire.

La narration, enfin, est trop présente et impersonnelle. Certains dialogues sonnent franchement faux. Pour exemple, Poe évoque un moment Les aventures d'Arthur Gordon Pym et le présente comme son premier et unique roman. Comment pouvait-il savoir à ce moment de sa vie que ce serait son seul roman ? Ce genre de dialogue est décalé. C’est le scénariste qui nous parle et non plus son personnage. A tous les coups, ce type d’erreur me fait sortir du récit. Et c’est arrivé quelques fois au cours de ma lecture.

Pas convaincu, le Mac Arthur…

Nom série  Géronimo  posté le 10/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une bonne série pour ados. Rien de prodigieux mais certains dialogues et l’art de l’anecdote de Davodeau rendent plusieurs passages accrocheurs. De plus, les personnages sont bien typés et je me suis facilement attaché à eux.

Pour le reste, la série pêche malheureusement par excès de naïveté et par un gros manque de réalisme. Peu crédible mais trop ancrée dans la réalité pour passer pour un conte, elle se retrouve le cul entre deux chaises.

L’ensemble se lit bien. D’autant plus que les dialogues ne sont pas envahissants. J’ai enfilé les trois tomes sans lassitude mais à une vitesse v->v’ assez conséquente.

Un dernier point positif : le dessin de Joub. Simple, immédiat, colorisé dans des teintes douces, il convient parfaitement à ce genre de récit et n’a pas désorienté un fan de Davodeau dans mon genre.

Pas mal. A lire à l’occasion. Et à posséder si vous aimez ce genre de récit ado intimiste et léger.

Nom série  Football - Dans l’ombre des étoiles  posté le 10/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La première chose qui a attiré mon attention sur la série est l’avis ci-dessous. Ro y parlait d’une série réaliste dédiée au football, et qui s’attardait sur le parcours de trois jeunes sportifs au profil bien typé. De prime abord, ancien joueur et entraineur, je me sentais attiré par ce concept.

Le deuxième point qui m’a décidé est le nom d’un des scénaristes. Stéphane Pauwels est loin d’être un inconnu dans le monde du football business. Responsable de la communication, directeur sportif, recruteur, en France comme en Belgique, le personnage, réputé pour ne pas avoir sa langue en poche quitte à tomber dans la provoc’, est un fin connaisseur et, surtout un professionnel passionné par les jeunes footballeurs. Il connaît son sujet, et c’est une importante garantie de crédibilité à mes yeux. On ne passe pas par des clubs comme Metz, Monaco, Lille, l’équipe nationale d’Algérie ou l’Excelsior de Mouscron (du temps de sa splendeur) sans avoir un minimum de talent.

Le troisième point qui a motivé mon achat est que la série est annoncée en trois tomes. Cela me laisse espérer qu’elle ira à son terme, d’une part, et qu’elle ne s’éternisera pas, d’autre part.

La dernière chose qui aurait pu motiver mon achat est cette hideuse couverture ! Drôle d’idée que cette option ! En tous les cas, sans les deux points susmentionnés, jamais, je n’aurais ouvert l’album.

Résultat de ma lecture : pas mal. J’ai eu droit à un scénario assez convenu, qui prend pour point de départ un « accident » qui en rappelle un autre survenu en Belgique. Les personnages sont bien choisis et regroupent en un minimum de rôle un maximum de stéréotypes (mention spéciale au père, qui veut absolument faire de son fils une star, au risque de le dégouter à jamais du sport. Des comme ça, j’en ai croisés). Le fait de passer d’un joueur à un autre relance constamment la mécanique et la lecture y gagne en dynamisme et en suspense (un suspense tout relatif, mais j’avais quand même envie de savoir ce qui allait arriver).

Seul gros point faible : le dessin. Le style d’Ignacio Noé ne me plait pas du tout. Je le trouve trop brut, peu travaillé. Ses nez gardent, pour tous les personnages, deux lignes qui sont autant de restes de la construction du dessin. C’est… moche, il n’y a pas d’autre mots (enfin c’est un avis personnel, hein. Y en a p’têt qui aiment). Heureusement, le style est dynamique et ce scénario est suffisamment prenant pour que je passe outre ce défaut.

Pas mal du tout, en somme. Je l'ai acheté, je ne le regrette pas, donc je ne déconseille pas l'achat mais jetez un œil à l’intérieur avant de faire comme moi. Le style du dessinateur (et son côté débutant) risque de vous donner des boutons.

Nom série  En attendant que le vent tourne  posté le 08/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album vaut la peine d’être lu.

Les propos et le dessin sont en parfaite osmose. Si l’histoire nous parle d’enfants, elle ne le fait pas sur un ton enfantin. Si le dessin est rond et dépouillé, il ne néglige pas la profondeur du champ et bénéficie d’une colorisation douce et nuancée.

Et donc, si cet album peut paraître quelconque au premier coup d’œil, il l’est bien moins lorsque l’on se donne la peine de le lire (chose que j’ai failli ne pas faire… un grand merci aux précédents aviseurs ).

Ce qui est vraiment remarquable à mes yeux, c’est la manière toute naturelle (en apparence) avec laquelle les auteurs parviennent à nous faire pénétrer le monde grave des jeux d’enfant. Cette simplicité, c’est du grand art. Cette narration est d’une efficacité inattaquable. Je n’ai pas lu une histoire, j’étais DANS l’histoire.

Et puis, cette manière de nous faire sentir que le drame est là, tout proche… que tout peut basculer à tout moment, ce suspense bâti sur un mensonge enfantin : grandiose !

Alors, oui, pour chicaner, je pourrais dire que j’ai trouvé quelques longueurs dans la seconde partie du récit… mais je ne peux m’empêcher de trouver ces longueurs justifiées. Ce récit m’a semblé, en fait, en constante progression et si cette seconde partie m’est apparue par moment plus lente, c’est, je le crains, surtout dû à mon empressement de connaître le fin mot de l’histoire.

A découvrir !

Nom série  Lady Doll  posté le 08/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cela faisait longtemps qu’un graphisme n’avait plus suscité un pareil effet sur mes pupilles, dilatées pour l’occasion. Magnifique, vraiment ! Ce dessin parvient à combiner couleurs vives et ambiance noire, rondeur du trait et style tranchant.

Et le thème me semble en parfaite adéquation avec ce style graphique. Nous sommes en plein conte noir, avec une pauvre petite fille riche, des adultes effrayants (la plupart du temps) ou aimants (exceptionnellement), des décors baroques. Oui, franchement, avec ce genre d’univers, « ça pouvait le faire »…

Seulement voilà… le scénario se résume à peau de chagrin. Ce premier tome aurait pu tenir sur 10 planches sans se sentir à l’étroit. La trame est hyper classique et sans surprise. La narration est des plus lentes et (problème de traduction ?) peu dynamique. Les dialogues manquent de naturel, de vivacité, d’esprit. En clair : s’il n’y avait pas eu le dessin, je me serais endormi.

Reste à voir si le deuxième (et dernier) tome parviendra à nous offrir (enfin) une histoire digne d’intérêt, auquel cas l’achat se justifierait. Mais, dans l’état actuel des choses, et malgré la beauté graphique de l’objet, ce n’est pas le cas à mes yeux.

Nom série  La Zone  posté le 08/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Références bd : Simon du fleuve, Jeremiah, Neige.
Référence cinématographique : 28 hours later.

Voilà ! L’univers est posé. Pas original en soi et traité d’une manière très classique.
Oui, mais voilà, Eric Stalner sait y faire, et le premier tome est vraiment plaisant à suivre. Narration à la première personne qui favorise l’empathie, univers post-apocalyptique plaisant à découvrir, dessin soigné alliant grande lisibilité, immédiateté et élégance : tout cela fleure bon le professionnalisme soigné et efficace.

Et puis le deuxième tome arrive… et déçoit. Car tout semble déjà avoir été dit dans le premier. Ce deuxième chapitre se résume alors à une longue et ennuyeuse course poursuite. Les péripéties ne manquent pas, non, mais elles sont tellement des classiques du genre que rien n’est de nature à me surprendre ou à susciter ma curiosité.

Arrivé à la fin de ce deuxième tome, j’ai surtout l’impression d’avoir lu une longue introduction pour parvenir à ce qui sera peut-être le réel point de départ de la série. Un nouveau départ qui ne m’emballe pas plus que cela, d’ailleurs, car je me demande vraiment ce que Stalner pourra m’y raconter pour m’intéresser.

Je lirai le troisième tome, en espérant être surpris mais je passerai par une location plutôt que par l’achat (une option déjà privilégiée pour les premiers tomes).

Pour la qualité du dessin et de la narration, je dirais « pas mal ». Mais le manque d’originalité du scénario m’inciterait plutôt à dire « bof ». Entre les deux, il y a le « pas mal » sans option d’achat.

Nom série  Zentak  posté le 04/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette lecture date d’il y a quelques mois seulement et, pourtant, je dois faire de gros efforts de mémoire pour me rappeler le fond de l’intrigue. Oui, bon, je sais, Alzheimer me guette, mais tout de même !

Première chose qui me revient à l’esprit : un dessin qui manque de travail en profondeur. Les traits des personnages manquent de finesse et les décors, s’ils existent, ne sont pas des plus soignés. L’ensemble reste cependant lisible mais ce manque de profondeur m’empêche de réellement plonger dans le récit. La colorisation, elle, est aussi terne que passe-partout.

Au niveau de l’histoire. Pour ce que je m’en souviens, celle-ci est peu passionnante tant à cause d’un langage inutilement complexifié qui rend la lecture pénible que du fait d’une intrigue somme toute basique dès qu’on a décodé ce langage. En fait, je trouve l’ensemble artificiel. Je ne suis pas un grand amateur de cyberpunk mais, dans le cas présent, j’estime ce récit vraiment trop peu passionnant.

Les personnages ne sont pas des plus charismatiques et, si les péripéties et rebondissements s’enchainent, il n’y a rien qui me surprenne ou retienne mon attention outre mesure. Même le final est un grand classique du genre.

A oublier (pour moi, c’est bien parti).

Nom série  Memory  posté le 04/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une œuvre encore trop naïve pour réellement me convaincre mais dans laquelle on sent poindre le talent des deux auteurs. Cothias nous livre un scénario intéressant dans ses postulats de départ mais qui use de grosses facilités dans son développement. Ses personnages sont, eux aussi, trop prévisibles, trop typés et insuffisamment travaillés pour que je m’y attache.

Sternis, lui, est encore à la recherche de son style propre (qui n’arrivera qu’avec Solo, selon moi) mais son dessin est agréable à regarder. Seuls les mouvements et mimiques expressives de ses personnages semblent encore un peu figés. Par contre, ses héroïnes sont déjà bien agréables à regarder et son style est déjà d’une grande lisibilité.

La série ne va malheureusement pas au bout de ses idées. Elle s’arrête après trois tomes alors qu’elle avait, à la base, été conçue pour un nombre bien plus élevé d’épisodes. Ce qui est quelque peu frustrant.

Maladroit mais pas inintéressant, je dirais « pas mal » sans pour autant vous pousser à l’achat. Les idées développées sont typiques de l‘époque et, même si elles sont passées de mode, demeurent pertinentes au jour d’aujourd’hui. L’album présente donc un côté démodé sans pour autant tomber dans le ringard dépassé.

Nom série  Philip et Francis (Les aventures de)  posté le 04/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dans le genre, et des mêmes auteurs, je préfère Baker Street.

Mais je ne vais quand même pas bouder mon plaisir. Certains passages sont jubilatoires avec, surtout, des dialogues bien décalés. Par contre, et c’est là que je trouve la série inférieure à la précitée, j’estime que les auteurs ont parfois recours à un humour à la vulgarité inutilement gratuite. Ces passages sont rares mais desservent la série.

Autre petit reproche : certaines longueurs. Il arrive en effet que l’une ou l’autre séquence de deux, trois pages, ne soit pas amusante du tout, à mes yeux, n’offrant pas un gag ou un dialogue vraiment efficace. Et là, le soufflé a tendance à vite retomber. Heureusement, pas au point de me faire abandonner ma lecture, qui redevient plaisante dès la séquence suivante.

Au niveau du dessin, j’ai bien aimé le style employé par Barral. C’est à la fois respectueux de l’esprit de la série parodiée et suffisamment souple et caricatural pour servir ce genre de série parodique. Un bon travail, en somme, qui pourrait toutefois être amélioré grâce à un lettrage plus en accord avec, justement, ce côté parodique.

Pas mal. L’album alterne les très bonnes séquences avec d’autres plus poussives ou inutilement vulgaires mais, dans l’ensemble, j’ai apprécié cette lecture.

Nom série  Frère Joyeux  posté le 04/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal, ce frère joyeux.

Certes, le scénario est tellement classique que la surprise n’est pas vraiment au rendez-vous. Mais la narration comme le dessin sont d’une agréable qualité. Le ton est enjoué, le trait est rond et la colorisation est douce et lumineuse avec ce petit côté crayonné que j’aime tant !

L’ensemble se lit sans peine, avec un goût de trop peu à l’arrivée (ce qui n’est pas vraiment mauvais signe).

Une bonne surprise, en somme. Pas un chef d’œuvre (trop prévisible pour cela) mais un album dont l’achat peut se justifier si vous avez de jeunes enfants. Il y a beaucoup de chances qu’ils éprouvent du plaisir à le lire en votre compagnie.

Nom série  Hugo  posté le 04/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai découvert cette série trop tard pour vraiment en profiter.

Je lui reconnais cependant plusieurs qualités. Tout d’abord, l’originalité de l’univers créé par Bédu. L’auteur fait en effet montre de créativité et parvient à se singulariser de la production habituelle du genre.

Ensuite, la narration est fluide et vivante. Ces aventures, sans être trépidantes, sont agréables à suivre.

Enfin, le dessin de Bédu est expressif et très lisible. C’est du franco-belge assez carré mais de qualité.

Par contre, les intrigues et les rebondissements me sont apparus très prévisibles. Sortie de cet univers fantaisiste, la construction des scénarios est très basique et ne fait pas vraiment montre d’originalité.

De plus, il n’y a qu’un niveau de lecture. Par conséquent, le plaisir éprouvé par un adulte à relire ces albums ne peut découler que d’une certaine nostalgie. Et comme je n’ai pas de souvenirs à rattacher à la lecture de la série…

Pas mal en somme. Sans doute l’ai-je découvert trop tard mais un enfant pourrait bien encore y trouver son bonheur.

Nom série  Les aventures du jeune Jules Verne  posté le 04/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le scénario est assez classique. Trop pour me surprendre en tous les cas. Par contre, je trouve que c’est une bonne idée d’employer le personnage de Jules Verne pour en faire un très jeune adolescent rêveur en quête d’aventures.

L’intrigue, si elle est sans grande originalité, demeure toutefois bien construite et plaisante à suivre. On est dans du fantastique « old fashion » avec des druides, des fantômes et un trésor.

L’album offre aussi une petite morale bien pensée que j’ai apprécié.

Le dessin, enfin, est à mes yeux l’atout principal de la série. J’ai aimé ces personnages difformes aux corps minces et fragiles, aux épaules atrophiées, surplombés d’une tête volontairement trop grosse et régulièrement très expressive. Les personnages y gagnent en spontanéité et en dynamisme. Et, chose que j’apprécie particulièrement, les décors sont soignés. Les passages dans les bois offrent quelques cases avec des arbres tortueux du plus bel effet. Les bâtiments aussi bénéficient d’un beau travail.

On reste cependant toujours dans une espèce de franco-belge moderne et espagnol (ne me dites pas qu’il y a une contradiction dans cette phrase, je le sais). Ce trait est très lisible et immédiat mais plus riche en profondeur qu’il pourrait le laisser croire.

Je vais continuer à suivre la série, en espérant trouver des scénarios plus originaux à l’avenir (mais sans excès) et en priant pour que les qualités précitées perdurent. Après ce premier tome, je ne déconseille certainement pas l’achat mais je me demande si cette construction « à l’ancienne » ne plaira finalement pas plus à des adultes qu’à de jeunes lecteurs.

N’empêche ! Pour un premier tome, c’est pas mal du tout.

Nom série  Dom Juan  posté le 23/02/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Malgré l’efficacité du trait de Léturgie, cette adaptation ne m’a pas séduit.

Tout d’abord, le noir et blanc ne me semble pas adapté pour une œuvre aussi « colorée ». Cette option est très réductrice et m’empêche de m’attarder sur des décors quasi inexistants. Les personnages eux mêmes, leurs vêtements, la couleur de leurs visages (blêmes ou en colère) s’appauvrissent énormément dans cette version.

Ensuite, l’option de rester fidèle au texte original est louable mais rend la lecture pénible. Par moments, le style très daté de ce texte rend les dialogues pompeux (pour ne pas dire pompant). Au théâtre, cela passe encore, mais dans une version écrite, cela ne fonctionne plus du tout, du moins pour moi.

Enfin, il n’y a plus rien d’imprévisible dans cette histoire. L’adaptation est fidèle et, donc, sans surprise.

Par conséquent, même si Léturgie nous livre un travail soigné, même si ses personnages sont bien typés et expressifs au niveau de leurs visages et de leurs mimiques, et même si ce texte est un classique de Molière, je me suis ennuyé et finir cette lecture m’a été pénible.

La démarche était louable et, si certains jeunes lecteurs peuvent découvrir Molière par ce biais, je dis « Pourquoi pas ? » Mais, à titre personnel, je n’ai pas aimé du tout.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque