Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4992 avis et 1925 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Daylight  posté le 08/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ça m'énerve de perdre mon temps à lire de mangas aussi mauvais. Faut-il que Soleil n'ait vraiment rien d'autre sous la main pour publier une bouse pareille ? J'imagine qu'ils ont en tête qu'avec un bon dessin (car le dessin de ce manga est bon) et un titre et une couverture rappelant forcément Twilight, les adolescentes vont se faire avoir et acheter l'album sans réfléchir. Ça m'énerve d'autant plus de me dire que c'est sûrement ainsi qu'ils envisagent la chose...

Alors, oui, le graphisme de ce shojo est de qualité. La mise en page et le dessin des personnages sont impeccables.
Mais à côté de cela, il n'y a tout simplement pas de scénariste, juste un ramassis de clichés romantico-gothiques pour adolescentes et surtout une narration et des dialogues exécrables.
Dès les premières pages, on a compris qu'il se tramait quelque chose d'obscur dans cette école, que les élèves et professeurs que côtoyait le jeune héros était sûrement tous des vampires ou presque et que lui-même cachait un secret enfoui dans sa mémoire en lien avec un ancien pacte liant les humains aux créatures de la nuit. Comme point de départ d'une intrigue, c'est déjà vu mais ça peut entraîner un récit intéressant.
Sauf que voilà, ce point de départ, c'est en fait l'intrigue dans sa totalité. Pendant presque 200 pages, les personnages vont se tourner autour, parler par allusions permanentes, tourner autour du pot encore et encore et attiser complètement artificiellement un mystère de plus en plus lourdingue d'autant plus qu'il n'en est plus un depuis longtemps. C'est la plupart du temps incompréhensible, on n'arrive pas à savoir qui veut quoi, de quoi ils parlent, si le héros a compris qui étaient autour de lui et pourquoi il réagit aussi peu, etc... Et le tout sera noyé dans une mascarade de vie collégienne sans aucun fondement : comment expliquer que ces seigneurs vampires et cet élu-sacrifice jouent stupidement leurs rôles de profs et d'élèves à part pour faire croire aux lectrices pré-adolescentes que ça pourrait peut-être se passer dans leur propre collège...?
Et quand est venue la fin de l'album, j'ai dû aller vérifier pour savoir si c'était un premier tome ou vraiment la fin du one-shot qu'il est en réalité tellement c'est plat et toujours aussi peu compréhensible.

Ne lisez pas ce manga, vous gagnerez une vingtaine de minutes de vie supplémentaire.

Nom série  L'idole dans la bombe  posté le 09/06/2006 (dernière MAJ le 08/06/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
De l'éphémère Collection 32 de Futuropolis, c'était cette série que je préfèrais, essentiellement du fait de son dessin.
Et pourtant, il parait tout simple ce dessin en premier aperçu. Fait de crayonnés, il est même plutôt simpliste concernant les visages de la plupart des personnages, aux nez dessinés en 2 traits et aux yeux en simples points. Mais les cadrages, les décors, la colorisation s'imbriquent pour donner un excellent rendu, fluide et beau à la fois. Certaines planches, je pense par exemple au décollage du dirigeable, sont superbes.

A côté de cela, le scénario est plaisant même si encore très confus dans le premier tome. Le décor de ce qui ressemble à une URSS dictatoriale fantasmée est assez originale car on ne sait jamais s'il faut le prendre au sérieux ou à la rigolade. Le ton est mi-figue mi-raisin, ce qui ajoute d'ailleurs un peu à la confusion narrative mais n'est pas désagréable.

Hélas, même si j'ai été charmé par sa douce originalité et la beauté simple de ses planches, il était dur de se faire une vraie opinion sur le seul début de cette série... et comme je viens d'apprendre qu'elle avait été abandonnée par Futuropolis, je ne peux plus en conseiller l'achat... Dommage...

Nom série  L'Epopée de Gilgamesh  posté le 02/02/2010 (dernière MAJ le 08/06/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne connaissais que très vaguement la saga de Gilgamesh et je m'estime plutôt heureux de la découvrir pour de bon par le biais de cette bande dessinée qui est de bon niveau.

Le graphisme est assez impressionnant de travail. Il s'agit de peinture assistée par ordinateur et chaque planche est une belle fresque. D'ordinaire je trouve ce style de graphisme un peu indigeste voire même kitsch, mais je reconnais ici sa qualité et sa lisibilité. J'ai surtout apprécié la recherche de crédibilité historique avec des paysages, des constructions et des vêtements qui paraissent bien correspondre à ce à quoi devait ressembler la civilisation sumérienne, l'une des toutes premières civilisations au sortir de la préhistoire. Même si ce n'est pas tout à fait à mon genre de dessin, il n'en demeure pas moins que c'est beau et probablement réaliste.

L'adaptation du mythe de Gilgamesh est claire et agréable à lire.
L'entrée en matière est un tout petit peu abrupte. Entre autres, je me suis demandé pourquoi tout le monde disait le personnage principal fils d'un dieu et doté d'une force divine. J'ai dû accepter ce fait sans me poser trop de questions. Néanmoins, les choses s'expliquent au fur et à mesure et j'ai apprécié le petit lexique des personnages en fin d'album.
L'intrigue est bien menée et m'a permis de découvrir ce qui n'est pour le moment que le début de l'épopée de Gilgamesh. C'est intéressant... disons instructif.
Le récit n'est cependant pas des plus originaux et palpitants pour un lecteur moderne gavé de fantasy et de récits d'aventures et de magie. J'ai pris plaisir à le lire mais je ne suis pas plus motivé que ça à l'idée de lire la suite, si ce n'est pas curiosité ou pour le divertissement.

Or je viens d'apprendre que de suite, il n'y en aura pas puisque Soleil, comme à son habitude, a décidé d'arrêter cette série pour des raisons commerciales et au mépris de ses lecteurs. Donc tant pis pour mon conseil d'achat...

Nom série  Delta  posté le 09/03/2008 (dernière MAJ le 08/06/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voilà une série qui s'entame de manière assez surprenante. Ce premier et unique tome démarre en effet directement au coeur de l'action. Pas d'introduction, pas de mise en place, le lecteur est directement plongé dans les aventures mouvementées du jeune Boissy d'Aigremont et de la jolie Lina. Et c'est parti pour tout un tome de course-poursuite, de marche en avant au travers d'une jungle et sur un fleuve qui n'est pas sans rappeler l'Orénoque, au coeur de l'Amazone.
A cette trame historique et aventuresque s'ajoute une bonne dose de fantastique. Clan du Rêve, Esprit Jaguar, citadelle mystérieuse perdue au coeur de la jungle, tout un background empli de magie shamanique et d'esprits fantômes.

L'ennui, c'est que le premier tome ne se suffit pas à lui-même. L'action est assez échevelée et s'enchaîne sans qu'on réussisse vraiment à s'imprégner du récit. Le lecteur est laissé trop longtemps en dehors du récit par ce manque de pause explicative, ce petit quelque chose qui lui aurait permis de mieux cerner les lieux, les personnages et le contexte global de l'intrigue. Les péripéties se suivent, ne se ressemblent pas mais captivent moyennement tant on ne sait pas les motivations de la jeune shaman Lina, des nègres-marrons et autres indigènes qui la côtoient, ni des serviteurs de ce mystérieux Prince d'Or.

Au niveau du dessin, le trait n'est pas mauvais et assez plaisant à lire. Malgré une jolie couverture, il manque cependant un peu de maturité et cela se ressent au niveau des décors trop souvent vides ou manquant de détails. Et la colorisation informatique tend encore davantage à les aplatir et à les assombrir. De même, les anatomies des personnages manquent d'assurance et de continuité. On sent cependant qu'il y a là un vrai potentiel graphique qui aurait pu s'affirmer au fil des tomes.

En résumé, cette BD aurait pu devenir une bonne série de divertissement à base d'aventure historique et de fantastique, mais son entame est un peu trop brusque pour en juger. Et comme l'éditeur a décidé l'abandon de la série, nous ne verrons jamais la suite...

Nom série  Le Ruistre  posté le 05/08/2004 (dernière MAJ le 08/06/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le dessin est assez plaisant, souvent joli mais surtout agréable à lire. Il n'est pas parfait, les couleurs sont sympas sans plus, mais globalement ça se laisse lire.
Quant au scénario, il a l'avantage d'être juste et proche d'un réalisme historique. Ayant adoré Les Compagnons du Crépuscule de Bourgeon, je me suis assez rapidement habitué aux textes écrits en ancien français et au fait que le moyen-âge qui est dépeint là est tout sauf chatoyant et romantique. Aucun manichéisme dans cette histoire; il y a bien un méchant mais il n'y a aucun gentil, et surtout pas le Ruistre lui-même. Tous les personnages ont été élevés à la dure comme on pouvait l'être au moyen-âge, leur caractère s'en trouve oscillant entre dureté et vulgarité et Ruistre rime ici fortement avec Rustre, notamment dans la violence et l'injustice dont peut faire usage le héros dans ce tome 1. Et pourtant, tout semble tellement véridique, tellement proche de la réalité telle qu'elle aurait pu l'être à l'époque.
Le récit est assez prenant, les personnages forts, la BD plaisante.
Sympa et intéressant au niveau du réalisme historique.

La série a été malheureusement abandonnée faute de ventes suffisantes. Je ne déconseille pour autant pas forcément l'achat des 2 tomes parus si vous voulez profiter d'une adaptation réussie en BD d'un moyen-âge historiquement très réaliste.

Nom série  Chinguetti  posté le 12/04/2008 (dernière MAJ le 08/06/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne suis vraiment pas convaincu par ce premier tome.

Choisir comme titre et comme décor la ville de Chinguetti me paraissait une idée intéressante. Ville sainte de l'Islam dans l'actuelle Mauritanie, l'imaginer s'étant développée en grande métropole futuriste au IVe millénaire était assez original. Mais le récit de ce premier tome ne semble guère apporter quoi que ce soit de plus à ce décor qui devient celui d'une simple cité futuriste en guerre.

La trame principale du scénario qui veut que la Terre ne dispose quasiment plus d'eau me semble également peu crédible. Déjà cela voudrait dire que les océans aient tous disparu et c'est là pour moi de la SF à laquelle je ne puisse croire, scientifiquement parlant. Et ensuite comment imaginer qu'une société aussi moderne que celle de Chinguetti, capable de produire des fluides de substitution et suffisamment riche et technologiquement avancée pour faire des allers-retours réguliers vers Mars et entretenir une guerre permanente, ne soit pas capable de transformer hydrogène et oxygène en eau pour sa propre consommation ? Le postulat de départ de ce récit est donc difficile à accepter pour moi.

Mais même en passant outre, le reste du scénario ne m'a pas intéressé. La narration à base de flash-backs est assez pénible. Les personnages ne sont pas vraiment attachants et difficiles à différencier. Et le complot qui semble se dresser à leur encontre n'est pas des plus passionnants.

Quant au dessin, il ne me plait pas non plus. Le trait est moyen mais correct. Par contre l'encrage est complètement écrasé par une colorisation que je trouve médiocre. Les planches sont complètement aplaties, assombries, les personnages rendus uniformes et sans personnalité. Sans parler des onomatopées qui sont incrustées dans le dessin mais en ressortent de manière trop artificielle. Je ne trouve cela ni beau ni plaisant à lire.

Et comme de toute façon, cette série restera inachevée, je déconseille évidemment l'achat du seul tome paru.

Nom série  Quartier M  posté le 02/05/2007 (dernière MAJ le 08/06/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quartier M s'annonce comme une trilogie SF dont le décor particulièrement original intéressera grandement les amateurs du genre.

Imaginez-vous une métropole qui s'oublie... Dans cette ville, les adultes perdent tous peu à peu la mémoire, sous les yeux peinés ou rebelles des jeunes qui savent que leur tour viendra un jour. Mais dans cette ville, outre les mémoires, ce sont également les immeubles entiers qui disparaissent, s'évanouissant en quelques secondes à intervalles réguliers. Des quartiers entiers deviennent alors frontières impassables et dangereuses où les êtres humains risquent de disparaître aussi s'ils se trouvent au mauvais endroit au mauvais moment.
Un univers mystérieux et prenant dans lequel évoluent deux jeunes garçons qui vont bientôt se retrouver seuls face à l'adversité.

Le traitement graphique de Quartier M rapellera le style manga, la parenté avec Akira étant assez évidente. La force visuelle d'Otomo n'est pas atteinte mais la technique est bonne quoique le trait soit assez lisse.

La colorisation est également intéressante. Bien maîtrisée, elle est harmonieusement choisie. Jolie quoique assez sombre, elle a cependant une forte tendance à aplatir les contrastes. Certaines planches en ressortent si peu contrastées qu'un simple reflet lumineux sur la page les rend presque illisibles. C'est dommage.

L'histoire de ce premier tome est bonne mais il aurait fallu encore transformer l'essai avec les tomes suivants. Hélas, probablement à cause d'un échec commercial, la série ne connaîtra pas de suite. J'en déconseille donc l'achat.

Nom série  Mékong  posté le 06/04/2006 (dernière MAJ le 08/06/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Décidément, le scénariste d'Insiders sort de nouvelles séries à la pelle en ce moment : L'Agence, Mortelle riviera... Mais Mekong est peut-être bien la seule à m'avoir plu.

Le décor est assez original puisque l'action se passe en Indochine, mais pas à la vue et revue époque de la Guerre du Vietnam mais en fin 19e siècle, à l'époque où la colonie était Française et où les aventuriers régnaient en maîtres sur la région. Ce décor permet d'avoir à la fois une action débridée façon Western (au "Far-East"), des décors exotiques mais aussi une ambiance coloniale bien rendue.

Le dessinateur m'était inconnu, un nouveau dans le monde de la Bd, et un nouveau de talent à mes yeux. Son style n'est pas vraiment original, son dessin est assez lisse et rappelle d'autres styles (ses visages me rappellent par exemple ceux des personnages de Bonhomme (Le Marquis d'Anaon, Messire Guillaume) ce qui est un gage de qualité à mes yeux). Mais vraiment je trouve que Xavier Coyère a du talent et offre des planches tout à fait remarquables et très agréables à lire. Un dessinateur à suivre, je pense.

Quant au scénario, c'est un scénario d'action/aventure/exotisme assez classique mais bien fait et assez prenant. Conflits de puissants, organisations criminelles, Bartoll est dans son élément habituel mais je n'en suis pas aussi lassé que dans ses autres séries.

Bref, une série agréable qui s'entamait mais le dessinateur a décidé d'abandonner en plein milieu du 3e tome. La série restera donc probablement inachevée...

Nom série  Feux (Tome - Hardy)  posté le 13/06/2007 (dernière MAJ le 08/06/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Depuis sa sortie, cette BD m'avait intriguée. Mais ce n'est que maintenant que j'ai eu l'occasion d'en lire le premier tome.
Premier point, je trouve le dessin très bon. Marc Hardy y a clairement soigné son style par rapport à ses autres oeuvres à l'aspect plus brouillons. Ici, ce sont de beaux décors, des dinosaures très réussis et de belles couleurs. Seul le faciès de Feux elle-même me parait parfois un peu moche.
L'histoire aussi m'a bien plu même si j'ai eu du mal avec deux points.
D'abord j'ai eu du mal à admettre la possibilité d'une civilisation de dinosaures. Hum... Et ils tricotent leurs pulls avec leurs petites papattes griffues ? Et ils le mettent comment leurs sacs à dos les tyrannosaures ? Avec la queue ? Bon, bref, il m'a fallu admettre le postulat de cette civilisation incongrue (que je trouve déjà grotesque dans une série comme Dinotopia) mais cela a fini par bien passer pour moi.
Puis j'ai eu un peu de mal à trouver crédible le comportement de Feux, capable de grands discours et de supers prouesses alors que ce n'est qu'une gamine élevée par une grosse maman dinosaure gentille mais bon...
Mais passés ces points, l'intrigue est assez prenante, la narration fluide et agréable, et arrivé en fin d'album, j'ai vraiment envie de savoir la suite.

L'ennui, c'est que ce tome 1 restera orphelin, probablement faute de succès commercial comparé à une autre série de Marc Hardy telle que Pierre Tombal. Impossible donc d'en conseiller l'achat dans ces conditions.

Nom série  Trust  posté le 02/03/2007 (dernière MAJ le 08/06/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Trust est une série sur le thème du thriller financier dotée de nombreuses qualités mais aussi de défauts qui ne m'en font conseiller l'achat ou la lecture qu'à ceux qui sont amateurs du genre.

Au rang des qualités se range le dessin. Très pro, il est clair et net comme les lecteurs de thrillers financiers à la Largo Winch l'apprécient. Sa colorisation informatique manque d'âme mais elle est également très maîtrisée.

Autre qualité, son décor et son héroïne. Il était en effet bien temps avec un marché chinois qui a maintenant émergé depuis plusieurs années de s'intéresser pour de bon à son décor politique et financier complexe. L'héroïne, par son origine franco-chinoise, née en Chine, ayant grandi en France, fait ainsi le lien entre la culture occidentale et la Chine. Capital-communisme, jeunes requins de la finance, implication financière de l'état, délocalisations, mouvements dans l'ombre, tout y est.

Le récit est assez prenant et la narration tout à fait correcte pour captiver le lecteur.

L'ennui, c'est que l'intrigue devient rapidement assez confuse dans ce premier tome.
Tout d'abord, le lecteur comprend mal la relation entre l'héroïne et son mystérieux père qui est resté en Chine. D'où lui vient le ressentiment qu'elle éprouve ? Pourquoi ce dernier l'évite-t-elle ? Et comment a-t-il atteint la puissante et obscure position d'où il semble tirer les ficelles ? Tout cela est très mal voire pas du tout expliqué et ça m'a empêché de bien entrer dans une part du récit.
En outre, l'intrigue financière de ce premier tome, après un début relativement limpide, sombre dans une vraie confusion, surtout quand vient le moment des révélations. Il m'apparaît alors diverses facilités scénaristiques ou du moins des coïncidences un peu grosses alors qu'elles sont justement les clés de l'intrigue. En outre, même après les révélations, je vois guère l'intérêt de la Zyb Bank vis-à-vis du rachat de Future Green et son opposition à Ming... Ou alors le monde de la finance international est vraiment trop petit.

Quoiqu'il en soit, les auteurs déposent avec cet album une bonne héroïne et le décor d'une série qui aurait pu être très intéressante car elle aurait pu nous permettre de découvrir un peu plus les méandres de la Chine et de son “socialisme de marché”.
Mais comme la série a été abandonnée, ce ne sera pas le cas et j'en déconseille donc évidemment l'achat.

Nom série  Frères de la côte  posté le 25/09/2007 (dernière MAJ le 08/06/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Note approximative : 2.5/5

Après feuilletage, j'avais un bon a priori sur cette BD. Son dessin légèrement typé cartoon, ses couleurs chatoyantes et sa thématique, la piraterie vue sous l'angle de l'humour et de l'aventure, avaient de quoi me séduire.

Et c'est vrai qu'au premier coup d'oeil, le dessin me plait bien. Le trait est maîtrisé et expressif. Hélas, à la lecture, je lui trouve des défauts qui m'ont légèrement rebuté, défauts qui ne tiennent pas au trait en lui-même mais à la mise en page.
Très vite, j'ai trouvé les cadrages trop serrés, ne laissant pas assez d'espace, ramenant un peu trop souvent la grande aventure à suite d'images en plans américains rapprochés et étouffants. Du coup, les décors sont souvent quasi inexistants car masqués ou inutiles.
Autre défaut à mon goût, les angles de vues sont vraiment trop classiques. Presque toujours vus à hauteur d'oeil humain, ils ne se permettent quasiment aucune fantaisie, vues de dessus ou angles plus originaux. C'est lassant et décevant car avec de si belles couleurs et un trait aussi dynamique, j'aurais aimé plus d'exhubérance visuelle.

En outre, je n'ai pas accroché au récit. Même si j'apprécie de varier le décor habituel des histoires de pirates en se plaçant en Mer de Chine, j'ai trouvé l'histoire relativement confuse mais surtout sans rythme, sans accroche. Qui plus est, je n'ai pas du tout apprécié l'humour que je trouve trop enfantin, trop basique voire clownesque à certains moments. Peut-être ne suis-je pas le bon public pour cette oeuvre destinée, semble-t-il, à plus jeunes que moi.

Dommage car il y a certains aspects attachants dans cette BD et ses personnages. Mais comme de toute façon, la série restera inachevée, personne n'aura l'occasion de savoir si ce dessin aurait pu donner à la longue, avec plus de maîtrise et de fantaisie, quelque chose de plus rafraîchissant.

Nom série  Le Céleste noir  posté le 07/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quand je suis arrivé à la dernière page de ce premier tome, j'ai littéralement crié "argh !" car je voulais absolument en savoir plus et je n'avais strictement pas vu passer les 48 pages que je venais de lire. Où est la suite ?

S'inspirant visiblement de la mythologie de Lovecraft, les auteurs nous présentent un monde moderne où le gouvernement américain étudie en secret des ouvrages magiques en prévision du retour des Anciens Dieux, exilés de la Terre depuis des temps antédiluviens mais désireux de revenir la conquérir.
Alliés des humains, le mystérieux Céleste Noir, lui même divinité liée aux Anciens Dieux mais ayant étrangement retourné sa veste, du moins semble-t-il, mais aussi Ramsey Ligorn, sorcier humain à qui le Céleste Noir va permettre de venir en aide à la jolie professeur Lindsay Heggarth, au service du gouvernement. Contre eux, les pouvoirs des dieux destructeurs mais aussi une secte à leur service et disséminant le mal sur Terre. Et au coeur du conflit à venir entre humains et divinités antiques, un grimoire magique, l'Ex Abisso Lumen, duquel les hommes pourraient tirer le pouvoir de résister aux dieux, s'ils arrivaient à le déchiffrer.

La trame est posée et elle m'accroche carrément. Le dessin est bon et colle parfaitement au style du récit, entre série moderne américaine et récit occulte et magique à la Lovecraft. L'ambiance est réussie. La narration est prenante. Les mystères sont dévoilés au compte-gouttes.
Bref, je fondais de grands espoirs dans cette série.
Hélas pour le moment, tout n'est qu'au stade de l'introduction et je viens de réaliser que cette série a été annoncée abandonnée par les éditions Delcourt ! Argh! Double argh ! Quel gâchis !
Dans ces conditions, impossible d'en conseiller l'achat à moins d'apprendre que la série sera finalement continuée...

Nom série  Les Instincts pervers  posté le 07/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après avoir lu les 2 premiers tomes de cette série, j'estime qu'elle atteint plutôt bien son but mais je vais m'arrêter là car je n'aime pas son état d'esprit et que le second tome m'a définitivement refroidi.

Il y a dans cette série strictement pour adultes quelques vraies qualités.
La première est le dessin qui est très bon et élégant. Un noir et blanc soigné, un encrage bien maîtrisé, des décors soignés, et des anatomies féminines et masculines tout à fait réussies.
Ensuite, il y a l'aspect réaliste des scènes qui les rend assez émoustillantes. Et au-delà des simples scènes de cul, il y a aussi la psychologie des personnages féminins qui, si je ne partage pas leurs fantasmes, parait assez fouillée et crédible.

Là où le bât blesse, c'est que le thème de cette série porno, c'est le fantasme de soumission. Quand cela commence doucement, avec la belle institutrice qui découvre ses envies sexuelles et se lâche de plus en plus, c'est assez excitant. Mais quand cela finit par tourner pour elle à l'esclavage sexuel, moi, ça ne m'attire plus du tout. Du coup, j'ai lu la seconde moitié du premier tome comme on observe avec un regard extérieur les dangers d'une perversion presque maladive. C'est d'ailleurs ainsi que les choses sont présentées par l'auteur et par la narration des pensées de l'héroïne : elle réalise qu'elle n'arrive plus à avoir une vie sexuelle normale et qu'elle doit être humiliée et souffrir pour pouvoir jouir.
Le second tome est encore pire. On y change de cadre puisque l'héroïne est cette fois la nièce du fermier dominateur que l'institutrice part retrouver en fin du premier tome et avec qui elle sera dans le troisième. Et cela commence d'emblée par le viol de celle-ci par son oncle, puis sa longue déchéance dans des fantasmes de soumission de plus en plus extrêmes. Sincèrement, ce n'est vraiment pas ma tasse de thé, même si les choses sont présentées comme l'assouvissement d'envies perverses et plus ou moins assumées de la jeune fille.

Bref, malgré un beau dessin, une bonne crédibilité et quelques scènes excitantes au départ, ce ne sont pas mes fantasmes donc je n'ai pas su apprécier cette BD pornographique pourtant de qualité objectivement parlant, pour peu qu'on puisse l'être dans ce domaine particulier.

Nom série  Thamara & Juda  posté le 07/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les autres ouvrages de Riverstone que j'ai lus jusqu'à présent ne m'ont pas plu du tout. Je n'y aimais pas son dessin à cause des corps outrés de ses personnages, notamment des sexes démesurés, je n'y aimais pas ses scènes porno trop souvent à base de domination/sodomie et ses scénarios m'apparaissaient complètement vides et gratuits.
Mais j'ai trouvé cet album-ci pas mal du tout.

Comme Judith et Holopherne, cette BD est l'adaptation d'un passage de l'Ancien Testament. Mais là où le précédent était un simple prétexte à une suite de scènes de cul idiotes, celui-ci colle nettement plus au récit authentique. A tel point qu'il vaut d'ailleurs mieux se renseigner un peu pour le comprendre correctement. Certes, l'album offre en guise de prologue l'extrait des deux pages de la Bible traitant de Juda, ses 3 fils et de Thamara, mais un petit passage par Wikipedia m'a permis de mieux saisir le sujet et de constater qu'il était traité avec justesse par Riverstone.
Je dois hélas déplorer le manque flagrant de clarté du passage avec le premier fils, Her, dont la Bible dit certes qu'il est mauvais mais n'explique en rien la façon dont il se comporte vis-à-vis de sa famille dans la BD, comme s'il était en guerre ouverte et meurtrière contre elle, alors qu'inversement son père et ses frères semblent l'aimer et faire comme si de rien n'était. Bizarre. Ce passage violent et inexpliqué gâche un peu la cohérence du scénario.
De même, le comportement d'Onan (celui d'où vient le mot onanisme) parait bien confus dans la BD et il vaut mieux lire le passage de la Bible et son explication dans Wikipedia pour comprendre sa réaction et sa fin.

Avec tout ça, vous me direz qu'on ne dirait pas que je parle d'une BD de cul. Pourtant il y a de bien nombreuses scènes pornographiques et les personnages, hommes et femmes, sont la majorité du temps nus, prêts à l'acte ou en pleine action. C'est très cru mais le tout s'intègre cependant bien dans le scénario. Et finalement, même si Thamara est très belle, je me suis rendu compte après coup que ce n'est finalement pas pour le côté excitant de l'ouvrage que je l'ai lue.

Et puis il y a aussi le dessin qui est assez remarquable. Riverstone nous offre ici de beaux décors peints et des femmes superbes (si l'on est pas allergique aux seins énormes et triomphants et aux sexes fermés et bizarrement allongés). Quelques scènes sexuelles en vue rapprochée m'ont impressionné par leur qualité. Et pour une fois, même si leurs tailles restent trop grandes pour être vraies, Riverstone ne dessine pas des sexes masculins trop démesurément énormes.

Bref, cet ouvrage mélange scènes pornographiques, beaux dessins et adaptation instructive d'un passage de la Bible, et le mélange n'est pas mauvais du tout pourvu qu'on s'appuie sur un soutien encyclopédique pour bien savoir de quoi il retourne. Dommage que la narration manque de clarté à plusieurs moments...

Nom série  Connexion X  posté le 07/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais repéré cette BD depuis un moment puisque c'était à ce jour la mieux notée du genre strictement pour adultes sur BDthèque. Autant dire que j'étais curieux.
Au final, elle n'est pas mal mais j'ai quand même lu mieux en matière de BD pornographique.

Elle se distingue par son dessin dans un style légèrement cartoon. L'héroïne notamment a un visage très mignon, le genre adorable et paradoxalement excitant. Par contre, les anatomies un peu caricaturales ne sont pas des plus émoustillantes. Entre les seins dignes de melons, les pénis démesurés et le petit vieux moustachu qui joue le mari de l'héroïne, ce manque de réalisme m'empêche de trouver les scènes porno vraiment efficaces.

Ce n'est d'ailleurs pas vraiment le but de l'auteur puisqu'il joue grandement la part de l'humour, mélangeant fantasme et comique. Car oui, il y a un scénario, même s'il n'est pas des plus évolués. Malheureusement, il ne m'a pas tellement séduit car d'une part, il n'est pas assez crédible à mon goût, ensuite la psychologie de l'héroïne est trop superficielle et enfin la fin ne m'a pas emballé, pas vraiment drôle et trop facile.
Bref, c'est une BD qui selon moi n'atteint ni vraiment l'objectif d'une BD porno ni celle d'une BD humoristique mais se lit quand même avec le sourire et un peu d'envie.

Nom série  La Quête de l'Oiseau du Temps - Avant la Quête  posté le 07/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Tombé sous le charme de La Quête de l'Oiseau du Temps il y a plus de 20 ans, je n'ai pas réfléchi et j'ai aussitôt plongé sur ces nouveaux tomes racontant les débuts de Bragon dès que le premier d'entre eux est paru.

J'y ai retrouvé avec bonheur le monde d'Akbar. Les versions jeunes des personnages me sont aussitôt apparus très crédibles, parfaitement en lien, physiquement et psychologiquement parlant avec ceux qu'on retrouvera, 40 ans plus vieux, dans la Quête. Et j'ai aussi savouré la façon dont cette avant-quête mettait en place une intrigue globale à première vue indépendante et pourtant complètement liée avec celle à venir de la Quête de l'Oiseau du Temps.

Le dessin de chaque album est superbe, aussi racé que celui de Loisel tout en étant encore plus fin et soigné. On sent à quel point Lidwine, Aouamri et Mallié ont travaillé en commun avec Loisel pour se rapprocher au maximum de son style tout en apportant un soin du détail et des personnalités supplémentaires. C'est avec bonheur que j'ai admiré de nouveaux décors du monde d'Akbar. Ils sont superbes, beaux et évocateurs.

Les scénarios sont denses et offrent de nombreuses références aux évènements futurs, à savoir aux 4 premiers tomes de la série indispensable à mon coeur. C'est avec grande joie que j'y ai découvert ce qui va forger les personnages, objets et décors de la véritable Quête de l'Oiseau du Temps, comment Mara a récupéré le Grimoire des Dieux, comment Bragon a commencé à forger sa réputation, comment Mara et lui ont vécu leurs premières aventures, sa première rencontre avec Bulrog, avec le Rige, etc... Et plein d'autres détails qui ajoutent une telle profondeur à l'univers d'Akbar et à la Quête. En outre, j'ai hâte de découvrir la clé de la mystérieuse intrigue autour de la secte de « l’Ordre des signes ».

Concrètement, j'ai beaucoup aimé le premier tome, j'ai complètement adoré le second et j'ai été un poil déçu par le scénario du troisième.
Mais dans tous les cas, voilà une série qui redonne vie, beauté et intérêt aux personnages de La Quête de l'Oiseau du Temps et à cet univers où il m'est particulièrement agréable de laisser errer mon esprit et mon imaginaire.

Nom série  L'Autre Monde - Cycle 2  posté le 07/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L'Autre Monde fait partie de mes séries cultes. Dans ces conditions, et parce que son histoire était parfaitement close, j'ai hésité avant d'acheter ce nouveau cycle qui parait près de 20 ans après le précédent. J'avais bien trop peur que la belle histoire que j'avais encore en mémoire soit dénaturée par une revisite que je craignais commerciale.
Au final, même si je ne suis pas aussi séduit que par le premier cycle, cette nouvelle histoire qui s'entame reste dans un esprit proche et agréable.

On retrouve immédiatement cet autre monde si plaisant, cet endroit paradisiaque où les légendes sont réalité. Il y a une belle continuité.
Le graphisme de Florence Magnin est resté tel quel, profitant néanmoins de l'expérience acquise sur L'héritage d'Emilie et sur ses travaux d'illustrations (je pense notamment au jeu de cartes "Citadelles") pour offrir quelques belles planches rappelant l'une et l'autre de ses précédentes oeuvres.

Je suis pourtant moins tombé sous le charme du scénario. Là où L'Autre Monde jouait la carte du Merveilleux, ce nouveau cycle joue un peu plus la carte du Fantastique ou de la Fantasy. Il faut dire que c'est le thème du cycle qui veut cela puisqu'il s'agit cette fois non plus d'explorer la surface ensoleillé ou enneigé de ce monde magique mais ses souterrains et ses Enfers. Du coup, les aspects un peu naïfs du récit ressortent davantage et ne sont pas éludés par la beauté envoûtante des lieux et des personnages.
En tant que lecteur, je suis moins transporté et moins marqué au niveau émotionnel.
Le récit reste pourtant tout à fait plaisant et j'ai bien envie de lire la suite.

Nom série  Le Chien dans la Vallée de Chambara  posté le 06/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le Chien dans la Vallée de Chambara est une fable de vengeance dans le cadre du Japon de l'ère Edo.

Elle est servie par un dessin doté d'une vraie personnalité et de couleurs originales et agréables. Même s'il ne s'agit pas d'un graphisme qui me séduit totalement, c'est indéniablement joli.

L'histoire quant à elle est dense mais m'a paru un peu confuse par moment. Elle se tient mais semble décousue, surtout sur la fin. Le thème de base, la vengeance, est assez banal et ne m'a pas vraiment motivé, d'autant plus qu'au final ce n'est pas vraiment grâce à son action que l'héroïne sera plus ou moins vengée.

J'ai davantage apprécié la plongée dans le Japon historique qu'offre cet ouvrage que son conte et son intrigue. J'ai donc passé une plaisante lecture mais, au vu de la réputation de son ouvrage, je n'ai pas été touché comme je l'aurais souhaité ni par son graphisme ni par son scénario.

Nom série  Psykoparis  posté le 06/06/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne suis pas amateur de violence gratuite, de baston et de sang qui gicle, et cette BD en est pleine. Et pourtant, grâce à un dessin plaisant, une narration dynamique et à une bonne accroche scénaristique, je l'ai bien appréciée.

L'idée de base est originale. Il s'agit d'imaginer un Paris imaginaire où chacun a le droit de porter une arme blanche et, à condition de respecter un certain code d'honneur, de tuer qui bon lui semble. J'ai eu un peu de mal à accepter ce postulat au départ car une telle société ne tiendrait pas longtemps debout si les gens passaient leur temps à s’entre-tuer et à se venger. Mais pour le fun et pour une intrigue pleine de punch, on oublie bien vite le manque de crédibilité pour laisser la place au divertissement.

Et celui-ci est bien présent. D'abord grâce à de bons personnages, de vraies personnalités amusantes ou caricaturales, qu'on aime imaginer se rencontrer et se confronter. Ensuite grâce à une très bonne narration, avec juste ce qu'il faut d'ellipses et de dynamisme pour conserver un rythme parfait et une intrigue dense sans jamais lasser le lecteur.

C'est du beau boulot. Alors certes le scénario est un peu light avec quelques facilités, mais si la suite est du même tonneau, je pourrais revoir ma note à la hausse.

Nom série  John Lord  posté le 20/06/2005 (dernière MAJ le 06/06/2011) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après lecture de la première (et unique ?) enquête en 3 tomes, je ne suis pas tellement convaincu par cette série. Elle est divertissante mais elle manque de clarté et sa conclusion m'a laissé sur ma faim.

Le dessin est un peu original même s'il ne me plait pas plus que ça.
Son choix pour les décors est intéressant. Pour résumer, les vues de loin sont épurées, presque géométriques, tandis qu'elles deviennent plus détaillées quand on s'en rapproche.
La colorisation informatique est un peu froide mais je m'y suis bien fait.
Quant aux personnages, même si les visages sont assez changeants, je ne les trouve pas si mal. J'ai trouvé amusant que le héros soit le portrait de Ruppert Everett. A noter une changement graphique un peu particulier pour le tome 3 puisque les visages encrés y alternent avec des visages peints de manière photo-réaliste et sans encrage. J'ai trouvé ce choix un peu bizarre...

Quant au scénario, il me laisse une impression mitigée.
Pour commencer, le héros est assez antipathique. Il se la joue "mec à qui on ne la fait plus, qui a trop vécu et connait toutes les ficelles". Il est misogyne et désagréable avec tout le monde sans que les auteurs donnent une raison valable à cette autorité qu'il se donne. Il s'en révèle exaspérant. Et l'héroïne, quant à elle, est assez insignifiante.
L'intrigue donne l'impression étrange qu'on débarque au milieu d'une série sans savoir ce qu'il se passait dans les tomes précédents : les personnages parlent de choses du passé dont on ne sait rien, tout le monde parle de cet UPI qui ressemble aux "services des affaires non classées" de X-Files sans qu'on sache ce dont il s'agit vraiment ni ce que veut dire UPI.
La narration alterne enquête des protagonistes et flash-back muets autour d'une histoire d'enfants naufragés sur une île déserte. Cette intrigue parallèle, peu aisée à comprendre au début mais qu'on capte mieux en relecture, est particulièrement violente, même si j'ai trouvé assez gratuite l'accumulation d'horreurs destinées à créer ce personnage de "fille sauvage et folle".
Et de son côté, l'enquête manque souvent de clarté avec aussi quelques grosses ficelles assez faciles pour le scénariste. Le coup de la "reproduction parentale", avec accessoires et agilité surhumaine inclus, notamment n'est franchement pas crédible.
Et puis surtout, la fin m'a déçu, me donnant un sentiment de "tout ça pour ça ?".

Cette bande dessinée se laisse lire et divertit par son côté assez intriguant, mais arrivé en bout de lecture, je n'ai pas été convaincu par elle du fait de personnages peu charismatiques, d'une narration parfois difficile et d'un scénario qui manque de crédibilité quand on y réfléchit.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque