Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3261 avis et 453 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Candy Mountains  posté le 16/03/2013 (dernière MAJ le 28/02/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Candy Mountains nous entraîne aux confins de l'horreur sur une idée déjà reprise dans la bd Seuls sur un mode plus soft.

J'ai oscillé entre le 3 et le 4 étoiles mais force est de reconnaître que cette histoire originale va nous tenir en haleine. On a envie de connaître la suite de ce diptyque ayant pour cadre un service de traumatologie. Le bémol concerne des scènes d'une cruauté sans pareille où il faudra s'accrocher. Et puis, certains visages des protagonistes se ressemblent trop prêtant à la confusion.

J'ai bien aimé l'atmosphère angoissante de ce récit parfois glauque. Les ambiances sont merveilleusement retranscrites. Il y a la coexistence de deux mondes au sein de cet hôpital dans lequel travaille Alice. Un terrible drame psychologique la relie à sa fille Maya.

Pour l'instant, on ne sait rien de ce mystère qui semble être la clé entre ces deux mondes à savoir la réalité et une espèce de purgatoire où sévit un tueur boucher attiré par la peur. Bref, j'ai été plutôt séduit par ce thriller angoissant résolument adulte.

Le second tome va donner la réponse à ce phénomène mystère dans cet hôpital. Cette réponse sera difficile à entendre psychologiquement. C’est un véritable drame qui se cache derrière tout cela mais pas là où on l'attendait. On ne peut qu’être sensible à ce récit horrifique qui explore l’âme humaine. Toute la noirceur de l’être semble être enfermée. Ce diptyque a su tenir ses promesses. Là, je n'ai plus aucune hésitation concernant le 4 étoiles !

Nom série  Les Guerres silencieuses  posté le 27/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je peux enchaîner la lecture de 7 albums différents dans une seule journée ou mettre une semaine à lire une bd. Les guerres silencieuses font partie de cette seconde catégorie. C’est hautement bavard malgré une mise en page dynamique.

A vrai dire, je me suis un peu ennuyé durant cette lecture laborieuse où l’auteur se met en scène dans sa relation avec son père qui a fait durant son service militaire une drôle de guerre dans l’Espagne dirigée alors par Franco. Le thème est celui du retour aux sources familiales…

Le mode narratif faisait penser à la bd Maus où le père transmet son histoire personnelle à son fils qui découvre alors des facettes inconnues de son paternel. La relation ne m’a pas parue avenante et sympathique. On se retrouve en famille autour du repas et chacun y va de ses remarques. On ne sait plus quel est le fil conducteur. C’est touchant mais pas assez construit.

Par ailleurs, de cette guerre silencieuse entre l’Espagne et le Maroc en 1957 dans la région d’Ifni dans le Sahara espagnol, on n’assistera pas franchement à beaucoup de combats. Le propos sera surtout tourné vers une critique de l’armée bête et méchante qui avait été déjà brillamment dénoncée par Manuel Larcenet dans Presque.

Une bd que j’ai ressenti en panne d’inspiration à l’image de son auteur dont le style m’avait pourtant antérieurement séduit (Ce que le vent apporte, Toute la Poussière du Chemin…). C’est un aspect méconnu de l’Espagne de Franco qui est abordé et en ce sens, c’est toujours intéressant pour des amateurs d’histoire.

Cependant, j’avoue un manque manifeste de plaisir à la lecture du fait d’une désorganisation totale du récit et d'un sacré manque de cohérence entre les scènes.

Nom série  L'Attaque des Titans  posté le 24/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est un manga qui part d’un concept plutôt original à savoir l’invasion de titans dévorant la race humaine. L’action se situe dans le futur où un dernier bastion de l’humanité a survécu dans une ville derrière de grandes murailles. Une centaine d’années se sont écoulées et la forteresse tient toujours.

Cependant, un titan bien plus grand que les autres fait irruption en faisant une brèche dans la muraille permettant le passage à ses congénères. La ville comporte plusieurs murs d’enceinte et visiblement, il va attendre 5 ans pour reprendre le service. C’est là où le bât blesse. Les incohérences vont alors s’enchaîner.

Et puis surtout, il y a cette bande de jeunes adolescents qui doivent sauver le monde ou plutôt ce qu’il en reste. Certaines scènes sont franchement pathétiques. Bref, c’est conçu pour un public ado en mal de sensations fortes. Les atermoiements tactiques des personnages et leur survie éventuelle ne m’importent pas vraiment…

Les géants sont plutôt bien dessinés car terrifiants surtout lorsqu’ils croquent allègrement les êtres humains. On se demande pourquoi ils ne se nourrissent que de chairs humaines et non d’animaux qui pullulent et comment ils ont pu tenir une centaine d’année sans déjeuner. Ces géants pourraient être remplacés aisément par des zombies et le tour serait joué.

L’univers de ce manga est le médiéval fantastique ce qui est plutôt rare. Cela va être incontestablement un succès car tous les ingrédients efficaces sont présents pour accrocher sa cible. La moralité est de ne jamais perdre espoir même quand tout semble perdu. C’est un beau thème qui est ainsi véhiculé à nos enfants. Mais bon, cela ne nous fait pas de mal également.

Nom série  Toi au moins tu es mort avant  posté le 23/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est une très longue lecture où il faut s'accrocher. Il est vrai que l'ennui guette. Et pourtant, cela partait d'une bonne idée avec de bonnes intentions. C'est le parcours d'un homme au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale qui nous est conté dans une Grèce en proie au chaos de la guerre civile.

Il s'agit pourtant d'une lutte pour ses idées. Cet homme sera emprisonné tout le long de sa vie pour être un combattant communiste. Il va endurer les pires exactions et les pires tortures sans jamais se renier. Et pourtant, lorsqu'on sait que l'idéologie qu'il a défendu a conduit à la mort de millions de personnes, on se dit que c'était un combat pour pas grand chose. Que de vies gâchées au nom de la politique! Cet ouvrage est un parcours de souffrance...

Maintenant, je respecte le combat courageux de cet homme ayant réellement existé et qui est mort juste avant la parution de cette bd à l'âge de 82 ans. On parle beaucoup de la Grèce ces derniers temps avec cette terrible crise économique. On connaît moins son passé au cours des 60 dernières années. Ce titre peut permettre de combler ces lacunes.

Nom série  MediaEntity  posté le 23/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le protagoniste principal de cette série me rappelle étrangement Jérôme Kerviel, un trader qui a fait perdre beaucoup d'argent à sa banque (4.82 milliards d'euros) et qui a porté le chapeau sous le regard un peu complice de la justice et des institutions financières. Bon, en l'occurrence, cette histoire va plus loin car il s'agit d'une machination qui dépasse notre trader. La réalité ne rejoint pas forcément la fiction.

Les thèmes exploités sont l'identité et la réputation à l'heure des nouvelles technologies de l'information. La lecture s'est révélée très fluide. On est tout de suite happé par le scénario. Le second tome ne fait que confirmer la qualité du premier. C'est un thriller dynamique que l'on pourra suivre avec plaisir.

Nom série  Une petite tentation  posté le 23/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'avais déjà bien aimé Le Sourire de la babysitter. Voilà une reprise de ce même récit assez salutaire. En effet, le résultat final me plaît et m'a davantage convaincu. On ne lâche à aucun moment cette lecture assez fluide.

Il est vrai que ces deux filles sont de véritables garces dont il faudra se méfier. Cependant, j'ai bien aimé le final où l'on voit que les chemins parfois se séparent. La conclusion m'a rappelé de mauvais souvenirs avec l'amitié. Qui cesse d'être un ami ne l'a jamais été disait le proverbe. Je pense plutôt qu'il faut le voir comme l'auteur, c'est à dire comme une étape de sa vie qui nous permet d'acquérir de la maturité.

Il est vrai que cela se concentre sur le plaisir et sur le désir avec la tentation. On peut avoir une autre lecture sur le plan des relations amicales dans une compétition finalement assez malsaine. Bref, sous un aspect assez léger, il y a une profonde réflexion. La fin de ce récit ne sera pas si immorale que cela !

Nom série  Memphis  posté le 23/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le scénario est digne d'un film comme Dark City ou encore Le village. J'adore ce genre d'ambiance un peu claustrophobique ou avec la théorie du complot.

Dans le cas présent, c'est la ville de Memphis qui est isolée du reste du monde depuis les années 60. Les habitants s'aperçoivent qu'ils n'ont jamais voyagé au-delà du comté.

Cela commence par une scène qui en dit long à savoir votre ancienne petite amie qui ne vous reconnait pas. Les faits étranges vont s'accumuler jusqu'à la révélation à la fin de ce premier tome.

A noter que c'est Léo qui signe la préface avec pour conclusion c'est quand la suite ?

C'est en tout cas savamment bien construit avec une ambiance très prenante. A découvrir!

Nom série  Lancaster  posté le 23/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime beaucoup les séries de Christophe Bec de manière générale. Il a le don de pouvoir délivrer des scénarios intéressants en se basant sur des mystères. En l'occurrence, il s'agira de savoir pourquoi on voit sur des parois de caverne, des dessins représentant des hommes chassant les dinosaures il y a près de 70 millions d'années. On sait que l'apparition de l'homme sur terre date à tout casser de 3 millions d'années. Il s'agit alors de faire fi de la théorie de Darwin. Il va falloir nous expliquer ce nouveau mystère. Voilà pour le pitch !

Pour le reste, c'est une aventure à l'ancienne dans un style Bob Morane. J'avoue être passé totalement à côté de la personnalité stéréotypée de notre héros et de sa blondasse. Par ailleurs, et c'est le plus grave, le scénario ne décolle pas vraiment notamment arrivé à la fin de ce premier volume.

A noter que l'auteur situe la fin du Doggerland (terre qui reliant la Grande Bretagne au reste de l'Europe du Nord) à 5000 ans avant J.C. alors que les scientifiques le datent de 6200 ans. Certes, on n'est plus à mille ans près !

Au final, nous avons un premier tome qui n'est guère convaincant. Il faudra attendre la suite pour voir si cela mérite attention. Je pense que cela peut le faire.

Nom série  Le Printemps des Arabes  posté le 23/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai franchement apprécié la lecture du Printemps des Arabes essentiellement parce que cela m'a permis d'apprendre beaucoup de choses qui ne sont pas expliquées par les médias occidentaux. La vision que donne l'auteur est très complète et loin des clichés véhiculés par les soi-disant experts du Moyen-Orient. Je ne m'attendais pas à ce qu'autant de pays succombent à ce vent de liberté qui a soufflé et qui souffle toujours après des décennies de totalitarisme.

Le prix à payer est très lourd pour certains pays. Je pense notamment à la Syrie. Je ne peux qu'admirer le courage de ces hommes et femmes qui se battent. L'auteur, qui est professeur de Science-Po à Paris, apporte un éclairage nouveau tout en étant parfaitement organisé dans ses chapitres.

A noter que dans le même registre, j'avais beaucoup apprécié ma lecture de Sidi Bouzid Kids qui raconte le début de cette colère située en Tunisie. Ce one-shot s'était uniquement concentré sur le soulèvement tunisien. En l'espèce, c'est beaucoup plus global.

On pourra reprocher le manque de distance par rapport à ces événements encore tout frais. En ce qui me concerne, cela permet de faire le point. Le futur nous dira quelles sont les conséquences de ces révolutions. Cela bouge toujours à travers le monde.

Cet ouvrage aura le mérite d'informer tout en évitant l'académisme ce qui permet une lecture facile. L'analyse qui est délivrée me paraît très pertinente. A découvrir pour ceux que cela intéresse.

Nom série  La Terre des vampires  posté le 21/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les histoires de vampires en bande dessinée se multiplient. Dans ce flot, il faut alors savoir déceler une certaine originalité. Or, cette série en manque malgré un concept original dans le genre road movie horrifique.

Nous sommes dans un monde apocalyptique qui a été ravagé par l’émergence des vampires sur le même mode des morts-vivants. Et là encore, on va prendre le gentil vampire qui s’opppose à ses congénères et qui va aider un groupe d’humain composé d’une femme et des enfants. Bref, tout ce qu’il y a de plus bateau.

Je pointe par conséquent le manque d’originalité dans le scénario qui ne fait que reprendre des concepts existants et retravaillés pour coller au genre. Bref, c’est très convenu. Maintenant, la lecture n’a franchement pas été désagréable. Il faut le prendre comme une sucrerie qu’on avalera très vite. Cela reste un divertissement de qualité.

Il est étonnant de voir les Humanoïdes associés se lancer dans une nouvelle série compte tenu de leurs difficultés financières. Les fans du genre devront tout de même faire preuve de prudence quant à l’achat. Il est vrai que devant l’abandon de nombreuses séries, les collectionneurs attendent la fin d’une série avant leur décision d’achat.

Nom série  La Barbe Bleue  posté le 21/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
La barbe bleue est un conte pour enfant que je ne connais pas vraiment. Je sais juste que c’était un homme qui assassinait ses épouses successivement. Le principe de la série est de remonter à l’origine du conte. Le procédé reste le même : des choses horribles ont inspiré le conte mais on n’en parlera pas. La lecture s’adresse par conséquent aux parents et non aux enfants qui auront droit à une version beaucoup plus soft.

Une fois qu’on a compris le principe, on se concentre sur le récit. Celui-ci est hachuré par des va et vient avec le conteur un certain Charles Perrault au XVIIème siècle. Or, l’action se situe quelques siècles auparavant dans un Moyen-Age ravagé par la peste. C’est dans ce contexte que vont sévir deux frères jumeaux d’une grande beauté dont l’un a malheureusement été défiguré. Cette difformité va pousser le monstre à accomplir de terribles meurtres envers les femmes. Bref, il est question d’une malédiction.

Je n’ai pas trop été convaincu par cet exercice malgré un bon début. La suite s’est révélée un peu décevante. Toutefois, par rapport à Pinocchio (Bonifay) que j'ai avisé récemment, il y a un léger mieux. C’est un récit dense, ténébreux et cruel né de la relation fusionnelle entre deux frères. Il y avait une bonne idée de départ mais mal exploité par le scénario.

Nom série  Royal Aubrac  posté le 29/03/2012 (dernière MAJ le 20/02/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
On va suivre la destinée d’un jeune homme de 21 ans, étudiant en beaux-art, souffrant de tuberculose dans la France de 1904. Il accepte de se faire soigner dans un établissement perdu dans les montagnes de l’Aveyron : bienvenue dans le sanatorium de Royal Aubrac ! Bon, il faut dire qu’une odeur de mort rôde dans les couloirs avec ses courants d’air frais qui glacent le sang. Cela ne sera pas une sinécure pour notre héros. A moins que…

Christophe Bec semble s’intéresser à ces hospices d’un genre particulier depuis son fameux Pandemonium où le lecteur avait littéralement basculé dans l’horreur sur fond de vérité historique. Il est clair que la tuberculose est une grave maladie dont peu en réchappent vivants car la façon de vaincre l’infection demeure un mystère pour les médecins. Or, ce récit va se différencier totalement de sa précédente œuvre car c’est plutôt intimiste et même romanesque. L’auteur a réussi à nous surprendre grâce à ce virage loin de l’horreur et du fantastique.

En effet, notre jeune homme va rencontrer l’amour en la présence d’une belle jeune fille, malade également. Il va rencontrer des gens étonnants et ce passage à Royal Aubrac va être pour lui une formidable expérience humaine. On va suivre avec beaucoup d’émotion le combat que mène ce jeune homme contre la maladie. Il faut dire que cet établissement réservé aux classes aisées avait des idées révolutionnaires concernant les traitements dont certains aboutissaient à une rémission de la maladie.

Concernant le dessin, le graphisme est plutôt d’un trait élégant avec de beaux paysages en perspective et une certaine finesse des personnages. Cette oeuvre crédible est réellement passionnante avec pour cadre une ambiance feutrée plutôt froide et blafarde. C’est un récit intense qui apporte une certaine humanité dans un lieu peu enclin à la joie. Une belle leçon de vie en somme ! Royal Aubrac va marquer les esprits.

Le second tome qui clos ce diptyque est marqué par une forte émotion avec la disparition de plusieurs personnages atteint de tuberculose qu’on avait appris à connaître. Il faut dire que notre héros baignait dans un univers pas franchement très joyeux. Pour contrebalancer ce côté sombre et pessimiste, il y aura également des moments de joie et de relâchement comme cette virée nocturne en ville.

En conclusion, c’est une œuvre sur la maladie et sur le fait que l’on doit profiter de chaque instant de vie, se concentrer sur le fait que cela pourrait être le dernier et qu’il faut le vivre pleinement. Bref, une belle leçon de vie. Pourtant, Je n’ai pas l’impression cependant que notre malheureux survivant va en profiter par la suite malgré une reconnaissance artistique tardive. Il y a beaucoup de nostalgie surtout à la fin.

Bec nous a surpris par une bd résolument humaniste loin de ces séries à action retentissante. Il y a un remarquable talent d’écriture qu’il faut reconnaître. Bravo !

Nom série  Shahidas  posté le 08/05/2013 (dernière MAJ le 20/02/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un titre qui m'a agréablement surpris. On entre directement dans le monde du terrorisme proche-orientaux avec ces femmes qui se suicident au nom de la cause et que l'on nomme les Shahidas. Le point de vue de l'histoire ne sera pas du côté des occidentaux qui vont être absents. En effet, notre héros est un policier égyptien vivant au Caire avec sa fillette. Il va remonter progressivement la filière en prenant d'énormes risques à partir d'une banale affaire d'adultère.

Ce premier tome est une réussite à tous les étages. Pourtant, le sujet n'était pas facile. On évite la caricature ce que j'ai fortement apprécié. Je m'aperçois que depuis L'Envolée sauvage, l'auteur a encore bien progressé. Il a acquis une véritable maîtrise sur le scénario sur un fond très réaliste. On ne peut que le féliciter. Pourvu que cela dure...

Le second tome m’a beaucoup moins convaincu que le premier. Et pourtant, il y a de bonnes idées comme celle de montrer ce qui amène ces jeunes femmes à commettre des actes suicidaires en se faisant littéralement exploser. On se rend compte que c’est le fruit d’un endoctrinement dès la plus jeune enfance. Cela fait très peur et c’est justement ce qui me fait douter de la sincérité de l’œuvre quant au résultat voulu. Il y a un parti pris qui me semble totalement pro-occidental même si on ne voit pas l’ombre d’un européen ou d’un américain. C’est franchement très subtil, ou pas.

Je comprends parfaitement le fait qu’il faut condamner tout acte de terrorisme. C’est abominable et intolérable sous toutes ces formes ! Je ne souhaite pas scier non plus la branche sur laquelle je suis assis. Cependant, je vais sans doute plus loin en m’intéressant aux causes du mal profond, à ce qui amène ce flot de violence et de désespérance. Et là, je n’ai pas la moindre explication de la part des auteurs. On me rétorquera que rien ne peut justifier ces atrocités. Et pourtant, je ne peux me contenter de cette réponse.

Je laisse le mérite aux auteurs de nous avoir fait découvrir une bande dessinée sur un sujet peu traité car difficile dans son approche. Et en ce qui me concerne, ce n’est déjà pas si mal.

Nom série  L'Appel des Origines  posté le 02/10/2011 (dernière MAJ le 20/02/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Elle s'appelle Anna. C'est une jeune et jolie métisse né d'un père blanc et d'une mère noire qui ont disparu à sa naissance. Elle sert dans le bar de sa tante dans le quartier d'Harlem en pleine ébullition.

Nous sommes au beau milieu des années 20. C'est l'heure de la prohibition mais également celui du rythme endiablé du jazz. On s'amuse beaucoup derrière toutes les interdictions morales. Cependant, au détour d'un article de journal, de vieux souvenirs vont ressurgir. En effet, il se cache un lourd secret de famille. Quand il sera révélé, rien ne sera plus pareil.

Le scénario est certes classique mais encore une fois, Joël Callède sait le mettre en perspective. C'est du grand art et une véritable réussite. Au-delà de l'histoire, on voit le malaise d'une personne qui est le fruit de deux communautés que tout oppose dans une époque résolument raciste.

Anna va donc à la recherche de ses origines. C'est d'ailleurs couplé avec celle d'une expédition qui tente de retrouver les traces où l'homme est né. Tout va nous ramener au berceau de l'humanité c'est à dire l'Afrique. Nous avons tous la même origine...

Avec un dessin raffiné et élégant, ce premier tome introductif met en place une aventure passionnante et romantique que l'on suivra avec plaisir.

Le second tome nous entraîne sur la terre africaine après un voyage en paquebot de luxe. On découvre de belles images de la savane africaine qui ressemble à des clichés de cartes postales. Les couleurs sont chaudes. C’est un émerveillement pour les yeux. En même temps, le récit évolue et on assiste à des amours marqué par la passion entre rapprochement et séparation.

On voit également l’émergence d’un personnage ayant réellement existé à savoir Karen Blixen qui ressemble trait pour trait à une certaine Meryl Streep qui avait joué le rôle au cinéma pour Out of Africa. Ce film fait partie de mes préférés. J’ai d’ailleurs retrouvé dans ce second tome tout le parfum de ce film mythique.

Cependant, cela va plus loin car il est question de recherches archéologiques sur l’origine de l’humanité. Il faut dire qu’à l’époque, on situait cette origine en Asie. L’appel des origines n’est pas seulement la recherche du père mais bien de celui de la race humaine. En tout cas, j’ai apprécié cette nouvelle mise en perspective.

Au final, c'est une très belle série où l'on retrouve un souffle romantique qui fait défaut actuellement. Nous aurons d'ailleurs droit à une fin grandiose...

Nom série  L'Homme qui n'aimait pas les armes à feu  posté le 18/09/2011 (dernière MAJ le 20/02/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'aime le genre du western spaghetti dont semble s'inspirer ce titre. Il y a déjà une grande maîtrise du scénariste qui nous présente des personnages aux caractères bien trempés et donc différentiables.

On se souvient tous de la magnifique série culte Alim le tanneur. J'ai été agréablement surpris de voir le même auteur abordé un genre différent. Un petit mot également pour le dessinateur Paul Salomone dont c'est la première réalisation à ce niveau pour dire qu'il dessine très bien. La colorisation est également parfaitement réussie. Bref, la qualité est incontestablement au rendez-vous. Maintenant, il reste à savoir si cette aventure va continuer sur cette lancée. On l'espère en attendant le second tome.

Je n’avais pas trop compris la résonnance de ce titre car on voit un homme Byron Peck qui semble prendre son pied avec les armes à feu bien qu’il dit les détester. Le second tome va être une véritable révélation à défaut de révolution mexicaine. On va se pencher sur le passé récent de nos trois protagonistes et surtout découvrir le traumatisme de notre héros qui ne sera pas forcément aussi sympathique qu’on le croyait. J’ai beaucoup aimé le changement progressif de ce personnage avocat de métier. Bref, la psychologie sera de mise après l’humour dévastateur du premier volume.

Et puis, et surtout, il y a l’objet de la quête que l’on comprend. Il s’agit d’une interprétation de l’un des articles les plus litigieux de la Constitution des Etats-Unis d’Amérique. On aperçoit clairement quels sont les enjeux de ce petit bout de papier qui fut volé malencontreusement. De nos jours encore, le port d’arme est l’objet d’un vif débat dans ce pays pas comme les autres. Les récentes tueries n’ont pas eu raison des marchands d’armes représenté par le puissant lobby la National Rifle Association dont le but est de promouvoir les armes à feu sous couvert de protection des droits civiques. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé la boutade de l’auteur au niveau des dédicaces sur la page de garde.

En conclusion, ce second tome aura réussi l’exploit à faire mieux que le premier en prenant un virage inattendu. En effet, on avait été plongé au cœur d’une action tonitruante. Le second a une portée plus philosophique au risque d’un long flashback. Résultat : l’aventure s’éclaire. Pari réussi. Et puis, ce dessin est d’une incroyable vitalité. J’adore véritablement !

Juste un dernier mot pour dire que j'aimerais bien voir plus de titres dans le genre « western ». Cela me manque de ne plus voir de western à la télé comme dans le temps. Le genre a disparu même si régulièrement on trouve quelques œuvres ici et là.

Note Dessin: 4.5/5 - Note Scénario: 4.5/5 - Note Globale: 4.5/5


Nom série  L'Assassin qu'elle mérite  posté le 08/11/2010 (dernière MAJ le 18/02/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avec un titre pareil et une telle couverture, on croit que c’est un personnage féminin qui mérite d’être tuée et on se pose des questions sur ce qu’elle a pu bien faire. Cependant, ce titre intrigant est une vraie fausse piste. De toute façon, les dés seront vite jetés dès le début par une théorie qui sera mise en pratique. Il est vrai que la série « Quintett » avait déjà exploité ce filon intéressant. Bref, on connaîtra très vite la signification du titre.

La série est agréable à lire. On est vite happé par ce récit qui se déroule à Vienne en 1900. On sent presque l’empreinte de Sigmund Freud. Cependant, je regrette que le personnage principal, jeune et naïf à la fois, bascule aussi vite du côté obscur puisque c’est de cela dont il s’agit. On aurait aimé voir une progression dans le changement de comportement. Cela apparaît trop artificiel pour être crédible.

Néanmoins, comme dit, il s’agit du genre d’histoire un peu sordide que j’aime bien lire même avec ce côté un peu hollywoodien. On suivra celle-ci avec plaisir en espérant que cela gagne en intensité maintenant qu’on a fait connaissance avec les différents protagonistes. Mention spéciale pour Alec, ce riche perverti par le cynisme. On évolue dans une société injuste car dominé par le pouvoir de l'argent.

Le second tome semble être celui de la transition. On avait déjà compris dans le tome précédent que c'était bien la fin de l'innocence. La descente aux enfers se poursuit pour Victor. Je n'arrive pas à comprendre qui s'en prend à son ami et à sa famille ainsi que les raisons. Il y a comme un flou quant à l'apparition de cette nouvelle menace. Il est question également de racisme avec la haine du juif. Bref, on sombre totalement dans une Vienne, capitale d'un empire en pleine effervescence. Pourtant, il semble y avoir les prémices d'une future rédemption concernant Victor.

Lupano est au sommet de son art. Corboz se débrouille très bien au dessin. Bref, c'est une très bonne série. Je maintiens le 4 étoiles et j'attends la suite avec impatience.

Nom série  King's Game  posté le 08/01/2014 (dernière MAJ le 16/02/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est un thriller ado qui commence à la manière de Death Note avec des règles bien précises qui entraînent la mort de ceux qui ne les respectent pas. L'introduction est plutôt moyenne et peu avenante mais plus le récit avance, plus la tension monte et on est finalement en plein dedans.

En effet, à la fin de chaque tome, on n'a qu'une envie: connaître la suite avec impatience. C'est vrai que la technique n'est pas nouvelle pour susciter le suspense. Cependant, l'efficacité sera de mise car tout est conçu pour tenir le lecteur en haleine. Bref, le pari est réussi à ce niveau.

Par ailleurs, et pour ne rien gâcher, le trait paraît plutôt avenant en étant fin. Le découpage et la mise en scène sont parfaitement équilibrés. Sur la forme, c'est convenable car le dessin ne s'embarrasse pas des détails pour aller à l'essentiel. Il y a un très fort rythme de la narration.

Au niveau des incohérences du scénario, on se rend compte que les morts s'accumulent et que la police semble absente. Le monde des adultes est totalement écarté. On a l'impression de plonger dans un délire d'adolescent avec l'introduction d'une dose de fantastique.

En conclusion, on passe un agréable moment de lecture assez addictive. A qui le tour ? A noter qu'après 5 tomes, une seconde saison serait en cours en prenant les mêmes bases scénaristiques que la première.

Nom série  Sigurd et Vigdis  posté le 16/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le contexte historique est très intéressant puisqu'il s'agissait de conter une saga viking en Europe Centrale au Xème siècle. On sait que les drakkars sont allés sur la Mer Noire. Les auteurs se sont appuyés sur une documentation bien précise sur les confins de l'Empire Romain. On va alors fréquenter les Bulgares de la Volga. Bref, c'est plutôt inédit comme contexte.

Pour le reste, le dessin est un brin faiblard. On a l'impression d'avoir des esquisses à peine terminées, c'est sans doute l'effet aquarelle. C'est vrai que la colorisation donne un aspect plutôt esthétique à cet ensemble. Cela peut plaire ou pas. J'aime pour ma part les décors soignés ainsi que la précision des décors. Je ne dis pas que ce n'est pas réalisé en l'occurrence mais il manque sans doute une dernière touche plus concrète.

Il est des oeuvres où j'ai envie de mettre la moyenne car je perçois toute une construction plutôt originale. Cependant, il manque l'essentiel à savoir le plaisir de lecture. La faute est sans doute liée à la construction, à la mise en scène avec la fluidité d'un scénario plausible. On n'arrive pas à prendre part à l'aventure avec le couple Sigurd et Vigdis alors que l'oeuvre semble être ambitieuse. C'est franchement dommage.

Nom série  François sans nom  posté le 16/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une bd fort bien dessinée. J'ai tout de suite été conquis par un dessin sublime grâce à des encrages réussis et des décors soignés. Pour le reste, on se plonge dans la France du XVème siècle où la religion dominait les esprits faibles d'un peuple miséreux qui panse encore les plaies de la guerre de cent ans.

Le récit entre la voleuse et le sculpteur demeure assez classique dans son approche avec des personnages malheureusement bien caricaturaux. Cependant, le dynamisme des planches fait que l'action progresse et procure un plaisir de lecture. Le contexte historique est plutôt celui d'une époque charnière assez méconnue. On s'intéressera par conséquent aux détails historiques comme celui des coquillards.

Au final, une série qui débute sous de bons auspices. Il faudra sans doute un peu relever le niveau narratif au prochain tome pour tenir en haleine le lecteur.

Nom série  Paco les mains rouges  posté le 16/02/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les récits dans les prisons guyanaises sont plutôt à la mode en ce moment en témoigne le récent "Aux îles, point de salut' que j'ai posté dernièrement. Ce récit de Vehlmann va plus loin en terme de maturité introspective. On dirait effectivement une histoire vraie tant cela sent le vécu. Bref, on reconnaît le talent de l'auteur de nous faire croire. Et pourtant, le sujet est plutôt difficile dans cet univers carcéral au bout du monde. Cayenne a toujours une image de bagne qui colle à la peau. On se souvient de l'excellent film Papillon avec Steve McQueen.

L'auteur se concentre sur l'enfer du bagne entre violence et intimité. On ne reviendra pas sur le crime commis par ce jeune instituteur. Ce qui importe, c'est le moyen de survivre dans cet univers carcéral très difficile pour tout le monde y compris les gardiens. Visiblement, le message véhiculé est que la violence serait le seul moyen de survivre ce qui est moralement choquant. Les adeptes du tout répressif et qui dénoncent un certain laxisme devraient sans doute réfléchir. Mais bon, cela ne les arrêtera pas.

Je n'ai pas trop aimé la fin où Paco tombe amoureux d'un autre détenu. Cette romance ne colle pas avec ce qu'il a vécu dans ces lieux ténébreux. On tombe dans un excès qu'il est difficile de comprendre compte tenu des circonstances entre viol et lynchage. C'est traité tout en pudeur avec un trait et des couleurs qui se marient à merveille pour représenter ce climat oppressant. On verra ce que nous donne la suite et fin.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 164 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque