Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5238 avis et 1102 séries (Note moyenne: 2.81)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Journal d'un enfant de la Lune  posté le 29/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est une bd qui permet de se focaliser sur une maladie rare, la Xeroderma Pigmentosum, plus sommairement appelé syndrome XP. Celle-ci l’empêche de sortir le jour, sans une lourde protection contre les UV du soleil. Une adolescente arrive avec ses parents et son jeune frère dans une nouvelle maison où elle découvre un journal intime ayant appartenu à un adolescent atteint par cette maladie.

Elle va être sensibiliser par cette maladie alors qu'elle était plutôt de méchante humeur au début de cette aventure. Il faut préciser qu'elle tombe progressivement amoureuse de quelqu'un qu'elle ne connait pas. Elle fera tout pour le retrouver et là, grosse surprise.

Au niveau du scénario, c'est une lecture plutôt agréable servi par un dessin réaliste très plaisant avec ses couleurs chaudes et douces (même si réalisé avec l'ordinateur). Après, on pourra accuser l'auteur de faire dans le caritatif avec cette maladie orpheline rare mais pour moi, c'est bien d'en parler pour une meilleure prise de conscience des handicaps. Pour le reste, c'est plutôt bien construit. Alors, je dis oui et je conseille chaleureusement cette bd émouvante.

Nom série  Ni Terre ni Mer  posté le 29/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis pourtant friand de ce genre de huis clos qui se passe dans un phare sur un îlot isolé au beau milieu d'un océan déchaîné. Cependant, le récit n'est pas très linéaire avec de nombreux flash-back qui remonte progressivement le temps. Cela pourrait fonctionner pour un film au cinéma mais c'est plus difficilement transposable sur le support bande dessinée. Je me suis un peu perdu dans le fil de ce scénario avec autant de personnages.

Reste l'atmosphère un peu oppressante des lieux et un magnifique dessin. Les jeunes gens en détresse semble faire un pèlerinage salvateur. Cela va les conduire dans un piège qui va se refermer sur eux. Je n'ai pas frissonné à la lecture de ce thriller qui se veut haletant mais qui manque singulièrement de surprises et d'originalité. Il y a beaucoup mieux sur le marché. Il ne faut pas être attiré par la couverture mais voir plus loin.

Nom série  Le Nouveau Monde  posté le 29/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime bien les bds qui traite de l'invasion espagnole à savoir une poignée de soldat qui met un empire millénaire à genoux. J'avais par exemple adoré Quetzalcoatl de Jean-Yves Mitton. Là, il faut dire que la comparaison annonce un match perdu pour ce titre.

J'espérais quelque chose de neuf qui n'est pas venu. La magnifique couverture cache en réalité un dessin avec bien des défauts d'imprécision. Le classicisme sera de rigueur au niveau de l'aventure sur fond de recherche des cités d'or aztèques. C'est assez convenu dans l'ensemble avec ce flagrant manque d'originalité. On reprends 3 personnages différents sur la trace des mystérieuses cités d'or, cela ne vous rappelle rien ?

Et puis, que dire de ce black conquistador qui n'est pas crédible dans son rôle. Cela apparaît comme anachronique. Heureusement qu'il y a le jeune moine plein d'idéaux qui partage l'affiche. On a envie quand même de découvrir la suite de ce diptyque car un nouveau monde nous attend.

Nom série  Héraclès  posté le 29/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Luc Ferry continue dans sa collection pour nous présenter les plus grands héros de la Grèce antique. Il faut dire qu'il y a de quoi faire entre les dieux facétieux et les humains cupides de pouvoir.

Rien à redire sur ce graphisme accessible au plus grand nombre pour une lecture ludique et instructive. Une narration également très habile.

Ce premier tome nous présente la jeunesse du héros mythique sur fond de trame familial et de trahison. On a déjà hâte de voir se réaliser ses fameux douze travaux.

Il est juste dommage que notre héros manque tellement de consistance psychologique. Il apparaît assez fade et presque effacé. Mais bon, ce n'est que le début.

Nom série  Giant  posté le 29/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il y avait certainement de quoi faire avec cette idée de bâtisseur de building new-yorkais. Cependant, l'exploitation n'a pas franchement été à la hauteur de nos attentes.

Je crois que ce qui pêche dans la lecture et qui la ralentis considérablement malgré quelques cases assez contemplatives, ce sont les dialogues d'époque assez fournis et trop bavard en détails inutiles. Il faut le faire avec un héros pourtant taiseux. Je crois que l'accent a été mis sur l'atmosphère au détriment d'un scénario tout simple.

Un ensemble plus aéré et équilibré aurait été sans doute plus satisfaisant. Pour autant, il y a pas mal d'éléments qui sont signes d'une bonne qualité comme le dessin par exemple avec ses couleurs assez sobres mais qui respirent l'architecture locale.

On devine déjà la tragédie annoncée dans le second et dernier tome.

Nom série  Le Pays des Purs  posté le 28/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'aime beaucoup de type de bd documentaire sur le théâtre des opérations par une journaliste. Ils risquent leur vie pour nous apporter de l'information. Autant dire que cette bd a eu une certaine utilité. Il est vrai qu'on est façonné pour penser cela ou autre chose à propos de tel homme ou figure politique dans le monde. C'est parfois à raison mais également à tort.

Ainsi, on apprendra des choses que l'on ignorait sur Benazir Bhutto et sa famille notamment son "charmant" mari qui lui a succéder à la tête de l'Etat pakistanais peu après l'attentat qui lui a couté la vie en 2007. On se rend compte que tout le monde n'est pas pur dans le pays des purs. Mais cela, on aurait pu facilement le déceler.

C'est une oeuvre qui nous plonge dans un monde cruel et sans aucune pitié notamment pour les femmes. C'est également un bon boulot de reporter de terrain très bien retranscrit en bande dessinée car la forme est assez plaisante à la lecture. Cela nous apporte un autre regard sur l'actualité récente du Pakistan, pays détenteur de l'arme nucléaire.

Nom série  Kérosène  posté le 23/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est toujours bien d'avoir un autre regard plus humaniste sur certains phénomènes de société qui sont souvent stigmatisé et rejeté. Il est clair qu'on ne vît pas dans le meilleur des mondes.

J'ai toutefois bien aimé cette approche même si on pourrait reprocher son côté un peu partial car soutenu par exemple par Amnesty International. Cependant, cela traduit très bien la réalité donc une certaine vérité. Il faut parfois faire un long voyage pour comprendre le point de vue des autres et surtout leur donner la parole quand ils veulent bien s'ouvrir ce qui n'était pas évident pour l'auteur. On se situe de l'autre côté de la barrière dans une France très pauvre.

Cet album m'aura sans doute attendri sur le sujet en décortiquant la complexité des situations.

Nom série  Postal  posté le 23/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un comics qui joue avec une certaine ambiance dans une ville reculée des Etats-Unis où les habitants se font justice à eux-même: bienvenue à Eden dans le Wyoming ! Tout va bien jusqu'à ce qu'un cadavre est découvert. Les secrets de famille vont ressortir pour le plus grand malheur de notre héros le facteur Mark qui souffre du syndrome d'Asperger.

Ce comics possède quelques moment assez intéressants en soi mais il y a également certaines choses qui ne fonctionne pas vraiment au niveau de la fluidité du récit qui se perd. Un style graphique assez sobre mais soigné qui ne parvient pas à faire oublier les maladresses du scénario.

C'est une sorte de Twin Peaks avec un héros un peu différent des autres. Un thriller également assez sombre.

Nom série  Short Love Stories  posté le 20/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce sont des histoires d’amour compilées concernant des lycéennes qui jettent leurs dévolus sur des camarades de classe. Nous aurons droit à des questions existentialistes du style "je l’aime mais il aime une autre personne". Parfois, les amoureuses iront juste à coucher avec d’autres mecs pour attirer l’attention. Bref, c’est un peu pathétique mais sans doute dans l’ordre des choses.

Pour autant, j’avoue avoir été séduit par la toute première histoire qui garde encore une grande part de naïveté. Le public concerné sera typiquement féminin et plus précisément des adolescentes en mal d’amour ce qui est tout à fait louable. A noter que certaines histoires peuvent paraître assez longues malgré le titre indiquant le contraire.

La maturité de l’œuvre ne sera pas son grand atout. Pour autant, il y a tout de même du potentiel car on peut trouver tel personnage attachant et s’embarquer avec elle dans une aventure amoureuse où l’enjeu est le dévoilement des sentiments. Tout un programme !

Nom série  L'Aimant  posté le 19/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il fallait faire une bd portant sur un complexe hôtelier et thermal assez récent. Il s’agit des thermes de Vals en Suisse construit en 1996 et qui rendit célèbre son architecte. Il faut également aimer ces constructions géométriques carrés qui peuvent regorger de petits secrets. Une quinzaine de blocs assez différents sont ancrés dans le paysage au lieu même où jaillit la source. Le toit végétal permet de respecter l’environnement.

Le graphisme assez minimaliste fait très vieille école avec ses dégradés de bleus et de noirs. Fort heureusement, le propos sera un peu plus moderne avec Pierre, un jeune étudiant parisien en architecture, qui frise l’obstination à percer les secrets de ces lieux. A noter que le méchant professeur n’est pas très crédible derrière ses mauvaises manières. On regrettera également une fin qui ne convaincra pas réellement. Convenu mais tout de même bien réalisé pour rester honnête.

C’est une bd qui peut plaire à un certain public assez élitiste et snobinard. Nul ne doute du tabac qui sera réalisé à Angoulême. Pour autant, l’intrigue reste assez conventionnelle dans ses codes. Il reste l’atmosphère entre la Suisse, les montagnes et architecture moderne. Cependant, on peut être attiré comme un aimant. Pierre qui roule n'amasse pas foule dit-on.

Nom série  Souterrains  posté le 19/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Souterrains est une bd étonnante dans la direction qu’elle prend à un moment donné. On se croirait dans la lutte des classes version mine de charbon et on se retrouve avec un voyage au centre de la Terre façon Jules Verne. Il ne manquait plus que les dinosaures pour apporter une touche d’exotisme mais on aura droit à d’autres créatures tout aussi folkloriques dans un univers à la limite du steampunk entre fantastique et réalisme.

C’est un récit assez agréable qui se laisse suivre et qui est bien dosé. On passe d’un personnage qui aurait pu être le héros à un autre qui va porter toute cette histoire. On se trompera également d’ennemi. Bref, les fausses pistes sont multipliées dès le début pour nous réserver quelques surprises.

Au final, l’idée maîtresse de cette lutte sociale sera assez respectée sur la dominance d’une poignée d’hommes avides d’argent et de pouvoir. Tous les mêmes !

Nom série  Le Premier Homme  posté le 13/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Jacques Ferrandez est devenu au fil du temps le spécialiste de l’histoire de l’Algérie sous domination coloniale française pendant plus de 150 ans avant de connaître l’indépendance pour son plus grand bonheur. Il s’attaque à une grande œuvre littéraire de Camus qui était resté inachevé à sa mort assez brutale lors d’un tragique accident de voiture.

On plonge dans une Algérie où les français et les arabes cohabitaient presque de manière assez pacifique pour faire tourner l’économie locale. Il ne faudra pas omettre le fait qu’ils ne vivaient pas sur un même pied d’égalité ce qui peut expliquer bien des choses. Graphiquement, c’est toujours aussi beau avec des couleurs bien chaudes comme pour rappeler le climat et les paysages ensoleillés. On ressent avec nostalgie tout le quotidien de cette Algérie aujourd’hui disparue.

Il s’agit en l’occurrence de raconter l'enfance de Jacques Cormery inspirée par celle du jeune Camus puis de partir plus tard à la recherche du père. Le défi était plutôt de taille car il fallait adapter en bande dessinée une œuvre littéraire assez majeure qui est enseigné dans toutes les universités consacrées aux grands auteurs du XXème siècle. Il a su conserver l’esprit de l’auteur en illustrant le roman. Bien écrit et bien dessiné.

A noter une grosse erreur de datation. Le héros ne peut avoir 40 ans en 1957 alors qu’il n’avait qu’un an en 1914. Il y a parfois de grosses incohérences qu’on relève et qui peuvent pourtant passer assez inaperçu.

Ceux qui sont nés à Alger et qui ont dû quitter ce pays suite à la guerre et au terrorisme pourront s’y retrouver. Les autres apprécieront sans doute un certain humanisme dans l’appréhension des situations malgré quelques faiblesses.

Nom série  Au bout du fleuve  posté le 12/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce n’est pas la première fois que l’auteur consacre un ouvrage à l’Afrique (voir Abdallahi). Les dessins sont toujours aussi beaux avec des couleurs toujours aussi rayonnantes mais dans la nuance.

L’originalité est de nous présenter une réalité méconnue de l’Afrique d’aujourd’hui. On va s’intéresser au parcours d’un jeune homme qui souhaite retrouver son frère jumeau dans un pays en proie à l’affreux capitalisme des compagnies pétrolières destructrices de l’environnement. A la limite du cliché ou d’une certaine réalité entre pauvreté et misère humaine…

C’est d’abord une aventure humaine avec une approche qui perd parfois le sens du réalisme. Il y a un côté superstition avec ses fantômes au milieu de la brousse. C’est surtout une plongée dans une Afrique mythique qui essaye de retrouver ses repères. Au bout du fleuve et du périple, une certaine délivrance.

Nom série  Le Voyageur  posté le 11/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’aime beaucoup cet auteur israélien. J’ai découvert récemment une œuvre qui m’avait plutôt fait bonne impression avec son Love Addict - Confessions d'un tombeur en série. Là, il réitère pour un genre totalement différent où il marque incontestablement des points. Je suis admiratif de ce changement de registre qui est fort réussi.

Le scénario est assez élaboré alors que nous retrouvons ce voyageur à différente époque à la recherche d’un objet mystérieux. Visiblement, il ne voyagerait pas dans le temps mais il vivrait un peu plus longtemps que la moyenne. L’éternité peut être également une malédiction…

Sur le fond et la forme, je n’ai rien à redire. J’ai apprécié les quelques variations graphiques selon les époques car cela concourt à une certaine audace du trait. Pour le reste, je n’ai pu qu’apprécier l’intelligence d’un tel scénario construit comme une mécanique bien huilée. La fin est d’ailleurs assez surprenante. C’est une œuvre qui mérite lecture. Indéniablement.

Nom série  Premiers pas  posté le 11/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Premiers pas est une bd beaucoup trop sommaire malgré un écrin somptueux. Je suis toujours étonné par un déploiement de moyens étonnant pour si peu de choses finalement.

Par ailleurs, les chapitres sont divisés par des titres indiquant une progression de périodes historiques telles que la préhistoire, l’antiquité ou le Moyen-Age. Jusqu’ici, tout va bien sauf que cela ne colle pas aux différentes époques évoquées puisqu’il s’agit de suivre la progression d’un chimpanzé que la NASA va envoyer dans l’espace dans les années 60 avant d’y envoyer son premier homme. Reste la symbolique...

Nous avons une bd totalement muette centrée sur le chimpanzé. On pourrait certes admirer le dessin mais il y a si peu de matière sur autant de pages.

Nom série  William Adams, samouraï  posté le 10/08/2017 (dernière MAJ le 07/12/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette aventure nous plonge dans le pays du soleil levant aux alentours des années 1600 alors que ce pays n'est connu que des missionnaires catholiques portugais ou espagnol. Voilà qu'un anglais sur un navire commercial battant pavillon hollandais vient s'échouer après avoir traversé le Pacifique.

C'est le temps où le Shogun règne en maître sur le Japon alors que l'empereur est cantonné à un rôle purement honorifique. Mais voilà, le shogun n'a que 7 ans et le pays est divisé par un conseil qui se décline en deux clans. L'intelligent général Tokugawa souhaite unifier le pays et le faire entrer dans une ère de modernité. Sa devise: vaut mieux un tyran qui veut le bien de tous qu'un soldat juste mais égoïste.

Le décor est planté et notre héros va jouer sa diva pour finir par rallier l'un des camps en pleine préparation de guerre civile. Il est vrai que la mise en place des situations n'est pas banale. Pour le reste, le Japon de cette époque peu connue est réellement bien mis en valeur avec un décor fort exotique. On se rend compte de la magnificence de cette civilisation qui ne connaissait pas les navires et la poudre à canon.

Le fond et la forme semblent être bien alliés pour une suite à la hauteur de nos espérances. A noter qu'il s'agit tout de même d'une histoire vraie à savoir le premier anglais à avoir foulé le sol du Japon pour aider une famille à prendre le contrôle du Japon durant les trois prochains siècles jusqu'à l'ère Meiji. A noter qu'il existait une belle série dénommée Shogun dans les années 80 avec Richard Chamberlain dans un rôle inspiré de William Adams et traitant du même sujet. Les nostalgiques pourront faire des rapprochements.

C'est bien beau de poster une série et de s'émerveiller pour un premier tome mais encore faut-il revenir pour parler de la suite ! Celle-ci promet des surprises de taille dans un rebondissement très réfléchi. William Adams va enfin prendre parti dans ce conflit qui oppose un général avec un clan pour devenir le futur shogun capable d'unifier le pays et surtout faire face à la mondialisation des échanges commerciaux. On pourra être choqué par une vision bien loin de la démocratie et qui semble privilégier la voie du tyran à condition qu'il soit éclairé.

Nous avons là une des meilleures séries traitant de cette période historique du pays au soleil levant qui s'est construit également avec le sang de ses fameux samouraïs.

Nom série  Les Nouvelles Aventures de Lapinot  posté le 07/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les nouvelles aventures de Lapinot ne sont guère trépidantes même si elles restent pour le moins assez rocambolesques. J’ai toujours aimé ces auteurs qui ont l’art de faire un récit avec presque rien. C’est une chronique typiquement urbaine sur une déambulation de fête amicale en rencontre sur fond d’accrochage de voiture en stationnement.

Pour autant, je reconnais qu’il y a des dialogues assez savoureux et qu’on ne s’ennuie pas. C’est une lecture typiquement divertissante mais qui n’apportera rien d’autre sauf si on arrive à suivre minutieusement cet effet papillon partant d'un bon sentiment. On peut vite oublier le propos tant il apparaît insignifiant. Certes, il s'agit de refaire le monde avec la parlotte. Dans les actes, c'est autre chose.

Il faut également accepter l'idée qu'un héros peut ressusciter avec pour guise d'explication les univers parallèles. Oui, il va falloir avaler des couleuvres et en silence. C'est pour mieux apprécier la suite.

Au niveau graphique, je n'ai rien à ajouter car on retrouve le même trait qu'il y a déjà 13 ans. L'immersion de cet univers est totale dès les premières planches. Le talent est là.

Nom série  Golden City  posté le 08/06/2006 (dernière MAJ le 04/12/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Golden City est l’histoire d’une ville flottante peuplée de gens riches se protégeant contre la masse du peuple vivant sur un continent exsangue. De tel concept ont déjà été imaginé de nos jours par des promoteurs et autres architectes. On met les riches d’un côté et les pauvres de l’autre accentuant encore les disparités sociales.

Le dessin net et précis peut paraître froid voir « glacé » au niveau des couleurs très « flashy » (teinte de dominante bleue et jaune) mais j’adore le concept. Cette colorisation informatique est parfaitement maîtrisée. Cependant, je dois bien avouer que quelques problèmes de perspectives demeurent. C’est ultramoderne dans l’approche car les auteurs nous livrent un univers futuriste intéressant. L’histoire est bien enlevée car il y a de multiples rebondissements. Un tome 4 cependant un peu décevant car un peu invraisemblable.

Le tome 5 relève toutefois le niveau au niveau de l'intrigue qui souffre d'un déficit d'éclaircissements logiques. Il est cependant dommage que les auteurs ne font pas une analyse plus poussée des problèmes et des inégalités qu’une telle société pourrait engendrer. Cela reste encore très gentil. Au final, j’ai bien aimé car j’ai passé un réel bon moment de lecture au rythme d’un scénario enlevé au rythme endiablé. Les couvertures sont certes accrocheuses..., et alors ?

Le second cycle commence avec le 7ème tome qui se passe chronologiquement pas moins d'une journée après les faits tragiques à la fin du 6ème chapitre ce qui n'est guère crédible. Le cadre du récit se situe un peu plus sur les enfants perdus où l'on explore en profondeur leur passé. Vont démarrer deux intrigues en même temps que l'on va avoir un peu de mal à suivre en raison de nombreux flash-back qui concerne l'une et l'autre des aventures. Le procédé n'est pas génial quand on développe une telle dualité. Notre héros Harrisson va avoir un rôle amoindri au point de ne presque plus apparaître.

Pour autant, on ne sera pas au bout de nos surprises car il y aura un retentissement de taille dans le 9ème tome qui est presque invraisemblable. Je n'ai pas non plus aimé la redondance de certaines situations dans ce cycle. On sait pourquoi il y a un zoo sur Golden City : inutile de nous bassiner les mêmes explications écologiques. Et puis, chaque scène d'action n'a pas besoin d'être revécue une seconde fois par le lecteur façon dialogue peu naturel : voir la scène finale sur le bateau qui est assez éloquente sur ce que je viens d'expliquer.

Les derniers tomes peinent un peu à convaincre. Pourtant, le contexte géopolitique a beaucoup changé car le monde est touché par des guerres civiles. Partout dans le monde, les pauvres se sont rebellés contre le pouvoir de l’argent. Le tome 11 nous fait voyager dans l’espace et notamment sur la Lune puis au fond de l’océan sur notre planète pour retrouver les vestiges. L’aventure reste toujours présente mais de manière assez artificielle. Cela se ressent d'ailleurs dans le 12ème tome où l'action est omniprésente au détriment de la psychologie des personnages. Du coup, la crédibilité n'est plus de mise avec une série qui traine en longueur.

Golden City reste toujours une série d'anticipation élégante graphiquement et certes intéressante pour peu qu'on ferme les yeux sur certaines maladresses scénaristiques et ses dialogues qui sonnent parfois très creux. Aujourd’hui, je ne peux m’empêcher de penser que c’est la première série que j’ai posté sur ce site. Depuis, il a coulé beaucoup d’eau sous les ponts. Malgré toutes mes lectures ultérieures, est-ce que je remettrais les mêmes appréciations ? Presque car mon regard est sans doute moins naïf.

Note Dessin : 3.75/5 – Note Scénario : 3.75/5 – Note Globale : 3.75/5

Nom série  Les Tuniques Bleues  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 04/12/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Western humoristique mettant en cause le caporal Blucht et le sergent Chesterfield qui s’oppose gentiment au milieu de la guerre de Sécession. Cependant, c'est surtout une dénonciation à peine déguisée des horreurs de la guerre. En effet, cette bd porte un gentil message pacifiste dont la détermination et la violence de la condamnation ne sont que mieux mises en valeur par l'aspect humoristique des deux personnages principaux très sympathiques. Sur un mode comique, le petit rusé et antimilitariste Blutch réussit à dénoncer l'illusion de l'héroïsme du sergent Chesterfield, le grand simplet en quête de gloire. Ces rapports d'amitié et d'antagonisme forment le ciment de cette lecture.

C’est une série qui avait connu ses heures de gloire mais qui s’est banalisé à cause de la multiplication de ses tomes (près de 60 depuis les années 70). Il faut bien avouer que la qualité n’est plus totalement au rendez-vous au niveau du scénario des albums qui se succèdent inlassablement. On reprochera notamment des scènes répétitives ainsi qu'un manque de souffle et d’imagination. Les derniers albums s'avèrent assez décevants dans l'ensemble. Il serait réellement temps d'arrêter afin de rester sur une note positive. Or, j'achète pourtant toujours et à chaque fois la même déception. Le tome 61 ne fera pas malheureusement exception.

Cependant, il reste la nostalgie des lectures durant mon adolescence car c’était jadis ma série favorite. Globalement, "Les tuniques bleues" se lit avec un réel plaisir. Certains albums se démarquent nettement du lot comme "la prison de Robertsonville", "Le blanc bec","El padre" ou encore "le David".

D'autres m'ont marqué comme "Captain Nepel" où il s'agit juste d'inverser les mots pour savoir de qui on parle. "Miss Walker" va assez loin subtilement dans la dénonciation des ravages corporels de la guerre. "Indien mon frère" met par exemple le doigt sur la question indienne qui sera traitée de manière fort brutale. "L'étrange soldat Franklin" parle du thème de l'espionnage tout en se basant sur une anecdote authentique de la guerre de Sécession.

Il y a une simplicité et une efficacité dans le scénario qui va de pair avec un dessin dans la tradition des séries humoristes franco-belge. A noter que je possède tous les volumes de cette collection. C’est de loin la plus grosse série de ma bdthèque.

Note Dessin : 3.5/5 – Note Scénario : 3.5/5 – Note Globale : 3.5/5

Nom série  Les Vieux Fourneaux  posté le 31/10/2014 (dernière MAJ le 04/12/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures confitures dit le dicton qui semble inspirer cette œuvre que sont les vieux fourneaux. Etre vieux, c’est devenu très in de nos jours, question maturité et compétence sur les choses de la vie. Le pire reste pour moi les jeunes avec des goûts de vieux dans une attitude purement suiviste mais bon, il faut de tout pour faire un monde. Bref, c’est vrai que tout ce qui est âgé provoque chez moi une petite aversion.

Tome 1: Ceux qui restent

J’ai beaucoup apprécié la jeune fille Sophie qui hurle, à la barbe de cette génération qui a tout gâché, les quatre vérités dures à entendre. C’est vrai qu’ils nous laissent un monde pourri : le chômage, la crise et ils partent faire la retraite à 60 ans en vivant le plus longtemps possible. Et il faudrait encore s’extasier devant eux ! Non, merci ! En tout cas, j’ai bien aimé la pensée profonde de l’auteur qui les aime quand même. Oui, on leur doit le respect tout de même. Cependant, les vieux estiment qu’on leur doit tout. Ils n’hésitent pas à prendre la place dans le bus en faisant se lever un enfant de moins de 5 ans ou une femme enceinte.

On a droit à une histoire plutôt touchante qui commence avec un décès et une mystérieuse lettre qui sera le point de départ à un road-movie maison de retraite attitude. D’ailleurs, cela conduit très mal un vieux (à 50km sur l’autoroute ou à 160 selon les cas). Rien ne leur sera épargné pour notre plus grand plaisir. Rien n’est d’ailleurs pire qu’un vieux riche qui s’exhibe avec une femme à forte poitrine afin de montrer leur insolente réussite.

Cette comédie sociale entre amitié et amour traite aussi du thème de la finance facile. Il y a des piques bien pensées ici et là. Les personnages sont réellement attachants. Oui, on les aime quand même ces vieux septuagénaires car ils sont parfois très drôles. Je regrette juste la calligraphie choisie un peu illisible. C’est dommage car les dialogues sont de haute volée avec des références assez amusantes. Lupano est devenu en ce qui me concerne le meilleur scénariste de sa génération. Après Ma révérence, c’est véritablement la consécration !

Tome 2: Bonny and Pierrot

Le second tome fait même l'exploit de dépasser le premier qui était déjà une bonne surprise. C'est dire ! On a droit à une histoire totalement indépendante du premier volume bien qu'il y ait une transition et un fil conducteur. J'ai bien apprécié la critique sans détour des travers de notre société et plus généralement du mode de vie capitaliste.

L'exemple de l'évolution de l'île de Nauru au sein du Pacifique est assez caractéristique notamment son histoire économique basée sur l'exploitation du phosphate. Les habitants sont devenus parmi les plus riches du monde avant de connaître la ruine avec l'épuisement des ressources ou la maladie pour avoir adopté un mode de vie occidental pas adapté. Le taux de chômage est actuellement l'un des plus élevés au monde avec 90%.

Bref, outre cet exemple assez marquant, il y a dans cette bd de nombreuses références assez amusantes. L'esprit est franchement contestataire. Cela rend nos trois vieux absolument sympathiques.

Tome 3: Celui qui part

Qu'est-ce qu'on aimerait bien être comme eux au 3ème âge ! C'est presque idéalisé. On les retrouve pour notre plus grand bonheur pour de nouvelles aventures toujours aussi truculentes. Notre société de consommation en prendra encore pour son grade.

Pour le reste, tout semble bien fonctionner dans cette comédie sociale. A noter la présence de flashback qui éclaire un peu le passé de nos protagonistes. Pour autant, l'effet de surprise des premiers tomes est passé. Il ne faudra pas essouffler le lectorat en multipliant les tomes à tout va.

Tome 4: La magicienne

Lorsque l'on va apprendre qui est la magicienne, nul doute qu'on aura un petit choc. Le ton reste toujours aussi écolo-bobo tout en se moquant également de cette tendance nombriliste. La série a connu un grand succès au point d'intéresser le cinéma. Le filon est loin de s'éteindre. On est parti pour une suite à la fin de ce quatrième chapitre qui semble faire du surplace. Pour autant, les thèmes abordés sont plutôt d'actualité.

Il y a toujours le plaisir qui reste intact de lire les vieux fourneaux. J'ai beaucoup aimé certaines trouvailles comme le fantasme imagé de Sophie sur deux pages où il y a cette double lecture avec la réalité. Du grand art !

Nous avons là une des meilleures séries comiques de ces dernières années !

Note Dessin : 4/5 – Note Scénario : 4,5/5 – Note Globale : 4,25/5

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 262 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque