Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1487 avis et 325 séries (Note moyenne: 2.97)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Où es-tu Léopold ?  posté le 28/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Qui n’a pas rêvé de posséder le don d’invisibilité ?

C’est ce qui arrive à Léopold sans trop savoir pourquoi. Bien vite, il saura tirer parti des avantages de la situation avec la complicité de sa sœur qui est dans la confidence. Le sujet n’est pas neuf mais il est bien exploité. De plus, les auteurs évitent l’écueil de la répétition avec des gags qui font mouche. En tant qu’adulte, on peut regretter la brièveté des récits. Toutefois, un semblant de fil conducteur lie les histoires entre elles. Une lecture parfaite pour les pré-ados. Côté dessin, c’est simple, sans fioriture, un peu à l’image de ce que peut faire Mickael Roux.

A noter qu’une intégrale regroupant les deux tomes parus chez Dupuis sortira en octobre chez La boite à bulles.

Nom série  Âme perdue  posté le 28/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette bd m’a fait de l’œil et je n’ai pu résister bien longtemps. Le risque de la déception était bien présent (j’en avais conscience) mais le pouvoir attractif était trop fort.

Ce petit pavé est quasi muet dans la première moitié et truffé d’un dialecte franco-italo-anglais dans la seconde moitié. Ce n’est donc pas avec cette bd qu’on va pouvoir parfaire son vocabulaire dans la langue de Molière. Mais peu importe … Pour en venir à l’histoire, on se trouve en compagnie d’un petit être difforme affamé qui erre dans un milieu hostile où tout lui semble étranger. Il y fera des rencontres bonnes et surtout mauvaises. Avec une pagination aussi importante, le mouvement est quasi décomposé, presque animé. Beaucoup de pages pour pas grand-chose donc, si ce n’est pour le plaisir des yeux. Tout se joue sur l’ambiance distillée par un choix judicieux de couleurs. C’est du beau travail. Côté scénario, peu de choses se passe et c’est relativement répétitif sans pour autant rendre la lecture ennuyeuse. Par contre, le final me laisse perplexe. Je pense en avoir saisi le sens mais je serais curieux de connaitre l’avis et l’interprétation d’autres lecteurs.

A lire mais, vu le prix, l’achat reste selon moi une option pour des déraisonnables dans mon genre.

Nom série  Jack Joseph, soudeur sous-marin  posté le 27/08/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cet album n’éveillait pas en moi d’intérêt particulier. L’histoire d’un plongeur-soudeur, il y a plus passionnant comme sujet, non ?

Mais ma curiosité fut titillée après qu’elveen ait lu le livre. Et je me suis rendu compte que je me trompais lourdement. Ce métier spécifique des plateformes pétrolières n’est pas le centre du récit (même s’il joue un rôle symbolique essentiel). L’objet est ailleurs, enfoui dans l’angoisse d’une paternité imminente qui ravive un manque, celui d’un père disparu trop tôt dans des conditions obscures. Ce récit d'un futur père qui semble fuir ses responsabilités est à la fois touchant et prenant. Le milieu sous-marin représente idéalement les moments de solitude où Jack se replie sur lui-même. Des flashbacks lui permettront de revivre ses jeunes années à la recherche d’explications sur la disparition de son père … pour faire table rase du passé et prendre un nouveau départ? Je vous laisse le découvrir. Le final, très symbolique, m’a aussi beaucoup plu.

A recommander.

Nom série  Du vent sous les pieds emporte mes pas  posté le 12/07/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je me suis laissé emporter par le récit, ce qui est plutôt bon signe.

Cependant, je le trouve manquant de consistance. Bref, sans doute un poil trop contemplatif et stéréotypé. Mais c'est enrobé d'une telle façon que ça se lit bien, très bien même. La fin est relativement ouverte mais cela ne me gêne pas outre mesure compte tenu qu’on suit une tranche de vie d’un garçon qui aura à traverser bien des épreuves. Peu de choses à dire finalement. Ca se lit puis ça s’oublie. Les planches valent le détour davantage pour leur traitement à l’aquarelle que pour le trait relativement consensuel.

Sans doute pas un achat indispensable, mais une lecture à conseiller si vous tombez dessus.

Nom série  La Danse Macabre  posté le 12/07/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici une bd dont le récit comme le dessin ne m’attiraient pas franchement mais qui s’est révélée être une bonne surprise.

La narration peut paraitre saccadée mais cela n’a en rien altéré ma lecture. Finalement, ce rythme haché correspond bien aux errements de Martin qui doit trouver les raisons de sa pendaison pour obtenir plus rapidement sa place dans l’au-delà. C’est glauque, donc à réserver à un public averti. Je trouve les dialogues ciselés et percutants. Ce n’est pas un simple récit de morts-vivants qui nous est proposé, il y a du travail, de la réflexion derrière. Il n’y a pas de lourdeur superflue ni de gratuité dans les propos. Tout (ou presque) trouve sa raison d’être. Côté dessin, c’est moche mais esthétique, assumé et pleinement justifié. En effet, le trait tout en laideur convient bien pour illustrer des corps en décomposition en attente d’une place au paradis.

Une petite curiosité à ne pas bouder.

Nom série  La Vie rêvée du capitaine Salgari  posté le 10/07/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le titre peut sembler trompeur car la vie de Salgari, écrivain italien populaire du début XXe siècle, était loin d’être enviable. Suite au trait qu’il a dû tirer sur sa carrière de marin, il s’est réfugié dans l’écriture. Son imagination prolixe et son côté affabulateur l’a amené à parcourir les mers du monde qu’il retrace dans ses récits. Exploité par son éditeur, peu reconnu par ses pairs, sa vie s’étiolera jusqu’à un point de non-retour. D’ailleurs, il mettra fin à ses jours d’une manière plutôt exotique.

Ce one shot m’a permis de découvrir un personnage haut en couleurs qui, malgré le succès rencontré, vivra dans la précarité. Le récit retrace son parcours depuis son enfance par le biais de flashbacks alors qu’il se trouve au crépuscule de sa vie. Certes les propos relatés ne sont pas dénués d’intérêt, mais je trouve la narration brouillonne, ce qui entrave quelque peu la lecture. La faute au rythme saccadé due à un agencement des flashbacks perfectible. C’est typiquement le genre d’album qu’on loue en bibliothèque pour le lire une fois et puis passer à autre chose. Côté dessin, Paolo Bacilieri a un style très plaisant se rapprochant de certains graphic novel avec un souci du détail très poussé.

A lire si l’occasion se présente pour enrichir sa culture personnelle.

Nom série  Le curé du diable  posté le 12/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette histoire vraie du 17e siècle met en lumière les rouages implacables qui conduisirent bon nombre d’innocents au bûcher, accusés de sorcellerie ou de pactiser avec le diable.

Ce récit historique est traité de manière relativement « moderne », tant dans le découpage et la narration que dans le dessin. Point de lourdeur ou de complexité, la clarté et la fluidité sont privilégiées pour une lecture facilitée et plus agréable. Ca se lit vite mais l’intérêt reste bien présent. Côté dessin, le trait de Bogo est plein de promesses. Il nécessiterait encore quelques ajustements mais il évite l’écueil du réalisme qui est classiquement de rigueur pour pareil récit. Voici donc un bon moment de lecture sur un sujet qui devrait en intéresser plus d’un.

A noter la présence d’un dossier de 8 pages en toute fin d’album qui vient éclairer le contexte historique de cette période trouble.

Nom série  Notre seul ami commun  posté le 11/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici un ovni dans le petit monde de la bd.

BenGrrr, je le connaissais comme coloriste, je le découvre maintenant comme dessinateur (même si j’avais déjà lu Zzzwük - Celui qui ressemble à un lapin sans pour autant en faire le rapprochement des pseudos à l’époque).

Il propose un récit autobiographique dont le premier volume m’a laissé perplexe même si le final était fort émotionnellement. Sans les avis enthousiastes de mes prédécesseurs, j’aurais certainement arrêté ma lecture prématurément. Il est vrai que ce triptyque ne prend toute sa dimension que si lu dans son intégralité. J’ai beaucoup apprécié la narration et la mise en page. L’auteur s’accorde pas mal de libertés (absence récurrente de bras pour Boris) et le souci du détail est très présent. Le symbolisme dont parle Spooky (composition des couvertures, choix des titres) est poussé très en avant. Ainsi, chaque chapitre est précédé par une définition d’un objet a priori anodin mais qui a une réelle signification pour le chapitre en question. Voilà un récit en marge des productions actuelles, riche en significations et émotions, qui porte un regard très personnel sur ses relations avec la vie, la mort, l’amitié. Et si tout était lié ? …

Une lecture déprimante mais intéressante qui a été, j’imagine, un bel exutoire pour l’auteur.

Nom série  Blackface Banjo  posté le 05/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ma note ne traduit certainement pas la qualité de l’œuvre mais bien le ressenti que j’ai eu après sa lecture. Et il est plutôt mitigé.

J’apprécie beaucoup le trait fin et virevoltant de Duchazeau. Le noir et blanc lui sied bien. Les planches en gaufrier sont légions. Vu leur multitude, elles permettent quasi d’avoir des séquences animées particulièrement bien adaptées pour suivre le swing de notre ami unijambiste Blackface banjo. L’ambiance est aussi posée avec cette immersion dans l’Amérique profonde post-western sur fond musical. Pourtant, ce qui y est dépeint l’est moins. Le noir sert de faire-valoir (tout comme l’indien) et est sujet à moqueries à l’occasion de spectacles itinérants (les Minstrel’s Shows). Par contre, si le sujet est intéressant, je n’ai pas accroché à la narration qui alterne dialogues et onomatopées. Je trouve le mariage des deux peu convaincant pour le coup. Le final me laisse aussi circonspect. Bref, l’album m’est à moitié tombé des mains, ce qui n’est pas bon signe.

Peut-être suis-je passé à côté de ma lecture ? A vous de me le dire …

Nom série  Le Vent des Cimes  posté le 04/06/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je rejoins en bien des points la critique de pol.

L’édition est qualitative. La couverture de style rétro sied bien au contenu. On est plongé dans la grande aventure de l’aéropostale durant les années folles. Il y est question de l’amour entre Rachel et Jack qui va se voir contrarié par la disparition de ce dernier en survolant les Andes. Le récit est assez prenant et le découpage bien dosé en alternant la mise en place des secours d’un côté et le périple de Jack après le crash de l’autre. Quelques flashbacks viennent enrichir le récit pour mieux cerner l’histoire de ces deux personnages au caractère bien trempé. Il souffle sur ce récit d’aventure aérienne un petit "je ne sais quoi" de St-Ex. Sans doute parce que Perrissin s’est inspiré du crash d’Henri Guillaumet, pilote et ami du papa du petit prince. Côté dessin, on retrouve Buche de la bande à tchô, auteur qui s’est fait connaître avec Franky Snow et dont j’ai personnellement apprécié son tout premier album Carapace. Ce dessinateur étonne par la malléabilité de son trait qui s’adapte, avec une réussite certaine, à différents styles narratifs. Mention particulière aussi à la colorisation, réalisée par Buche himself, qui participe indéniablement à la qualité visuelle de l’album. Décidément, c’est un auteur complet et de talent.

Cette bd se situe entre le "pas mal" et le "franchement bien". Mais comme cet album est copieux et de qualité, je lui mets 4 étoiles (même si ça peut paraitre surfait).

Nom série  Sorties de route  posté le 28/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le titre est plutôt bien trouvé et la couverture résume à elle seule la bd.

Que dire ? Du Pomès, j’y vais les yeux fermés. Il n’a "que" trois albums à son actif et, quasi, trois incontournables. "Sorties de route" est sans doute le plus travaillé, tant au niveau graphique que narratif. Son trait ici atteint des sommets. Il crée de véritable ambiances avec un simple crayon et une gomme (bon, 'toshop aide un peu aussi). Côté récit, on suit le quotidien de Lindley, tenancier d’un fritkot en bord de route, qui va être bousculé suite à un tragique accident qui fait ressurgir de vieux démons. On sent que l’histoire a muri longtemps avant d’être couchée sur papier. Il ne se passe rien de bien transcendant (hormis l’accident) et pourtant … le lecteur se trouve rapidement immergé dans le récit où chaque détail participe à l’ambiance générale. Le final doit s’apprivoiser. Je pense avoir saisi sa portée mais sans doute pas toutes ses subtilités. Bref, en à peine trois albums, Cyrille Pomès a su s’imposer comme un auteur incontournable de la bd.

Merci à Spooky pour m’avoir dégoté cet album introuvable en Belgique (et avec une dédi sivouplé).

Nom série  La Fin du monde  posté le 22/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici un récit étrange concocté par notre duo suisse qui prend sa pleine mesure avec la révélation finale.

A l’instar de Vanoli, le trait de Tom Tirabosco évolue . . . il est toujours aussi gras mais moins caricatural qu’un Cabinet de curiosités par exemple. Bref, il perd en personnalité ce qu’il gagne en consensualité et réalisme. Mais le travail fourni reste bien en adéquation avec l’histoire de Wazem. Une histoire qui démarre sur fond de déluge pour s’ouvrir ensuite au fantastique. Il s’agit en quelques sortes d’un cheminement intérieur pour dissiper les brumes du passé qui pèsent sur les frêles épaules d’une jeune fille en perdition. Même si le récit tarde à se lancer (pour sans doute mieux imprégner le lecteur de l’ambiance), il suit une logique implacable … Rien est laissé au hasard. C’est intelligemment amené ! Bref, du bel ouvrage que voici !

Assurément un bon one shot, à ne pas manquer !

Nom série  Fragments de l’encyclopédie des dauphins (Demain les dauphins)  posté le 13/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album n’est pas sans me rappeler Stratos du même auteur (même si ce dernier lui est postérieur).

Le trait est sensiblement le même (sans doute plus caricatural avec Stratos) avec un sujet plus ambitieux. De l’évolution de la société dont il était question avec Stratos, "Demain les dauphins" apporte sa vision de l’évolution de l’humanité qui devra composer avec le développement d’autres espèces intelligentes (les singes et les dauphins). Je n’ai pas l’érudition de mes compères en matière SF. Je ne peux donc vérifier la similitude des sujets traités avec d’autres auteurs du genre tel Asimov. Mais je dois avouer que le futur qui est dépeint reste cohérent et riche d’enseignements. Finalement, si l’homme n’évolue pas (au moins dans sa mentalité), il court à sa perte. C’est quelque part le message véhiculé par Prado qui veut secouer les gens pour leur ouvrir les yeux. Et dire que cette bd à 25 ans (et pas une ride). Maintenant, tous les récits n’ont pas la même portée ni la même puissance. J’ai bien apprécié ma lecture mais je ne pense pas la relire un jour. Bref, vous l’avez compris, l’achat ne me parait pas une nécessité absolue (sauf pour les amateurs de SF et d’anticipation).

A lire !

Nom série  Coeur de pierre  posté le 13/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un peu dans la lignée d’ Aristide broie du noir, cet album est un conte (pas si enfantin que ça) se focalisant sur les sentiments éprouvés par les enfants. Après la peur, le thème abordé ici concerne le sentiment amoureux. La parabole avec le cœur de pierre, celui d’artichaut ou encore d’or est bien exploitée jusqu’à la fin. Il en résulte une histoire lisible par les petits comme les grands avec un final plutôt bien vu. Le traitement graphique, comme l’univers créé, est très burtonien avec son côté sombre et son côté plus éclairé. Bref, l’amour peut faire énormément, même pour un cœur endurci . . .

A lire, à découvrir . . .

Nom série  Impostures  posté le 12/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Nom d’un schtroumpf, cet album est une vraie imposture !

Je n’ai pas accroché à ce pastiche de figures marquantes de la bd franco-belge. Pourtant, l’intention était bonne et il y a des idées intéressantes. Mais, clairement, il aurait fallu que l’auteur s’adjoigne les services d’un scénariste pour mettre en musique ses idées. La narration souffre la critique. C’est fourre-tout et pas toujours de bon goût (Titeuf et Boule et Bill par exemple). Certaines histoires sont bonnes, sans plus. C’est le cas de la première avec Spirou et Fantasio qui subissent les changements successifs de dessinateurs. Celle relative à Blake et Mortimer est bien vue également. Mais les autres … celle de l’agent 2012 est trop courte (il manque des pages) et celle sur Lucky Luke est trop longue (deux pages en trop qui plombent le récit). Je passe sur celle de nos irréductibles gaulois devenus pour l’occasion cannibales. Bref, j’ai l’impression que l’auteur ne maîtrise pas ses scenarii. Côté dessin, c’est bon mais pas du niveau de la couverture.

Bref, un album que je ne conseille pas à l’achat, ni même à la lecture.

Nom série  Le Quartier de la lumière  posté le 08/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Comme d'autres, je me sens un peu floué.

Sous un dessin des plus attractifs, se cachent des récits très spéciaux qui ont une unité de lieu comme point commun (le quartier de la lumière). Comme vous pouvez le deviner, je n’ai pas accroché à ces histoires un peu dérangeantes, voire morbides. Bref, on a ici une belle brochette de jeunes gens en manque de repères. Le final est plus onirique mais je n’y ai pas compris grand-chose.

Il reste de beaux dessins … mais ce n’est pas suffisant pour qu’il reste dans ma bibli.

Nom série  La Route des Monterias  posté le 08/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je rejoins l’avis de cac.

Vanoli est un auteur que j’apprécie pour son intégrité et son indépendance. Il sait résister à l’appel de la facilité, quitte à rester dans des productions confidentielles. Ses productions ne laissent personne indifférent et, en général, les avis sont tranchés. On aime ou pas. L’auteur m’avait enthousiasmé avec Le Bon Endroit et déçu avec Le Décaméron. "La Route des Monterias" ne m’a pas emballé outre mesure. Pourtant, on se trouve une nouvelle fois dans un récit sans réel début ni fin. La lecture n’est pas de nature laborieuse mais elle se fait sans réelle passion. Le plus dérangeant est cette fin ouverte qui laisse les desseins du titre en suspend. Du coup, tout parait un peu vain et fade. Côté dessin, je trouve son trait moins typé qu’à l’ordinaire. Bref, moins plaisant.

Nom série  My way  posté le 02/05/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"My way" est une bd atypique qu'il m’est difficile de noter.

J’ai été émerveillé par l’univers coloré de cette jeune auteure qui nous invite à la suivre dans son monde imaginaire, emprunt d’onirisme et de poésie. Les courts récits mettent en scène un certain monsieur "V". Qui est-il ? Pourquoi est-il appelé comme ça ? Nul ne le sait vraiment. Sans doute parce qu’il est le "vecteur" des émotions des gens qu’il croise sur son chemin ? Mais là n’est pas l’essentiel. Les histoires mises en image ont une portée universelle. Elles sont très souvent tristes et mélancoliques mais toujours avec une note d’optimisme à la clé. Chacune d’entre elle est ensuite commentée par l’auteure. Et c’est à ce moment qu’on se rend compte que toutes les histoires sont inspirées de choses vécues par Ji Di ou par ses proches. Malgré son jeune âge (elle est née en 1983), elle a déjà surmonté bien des épreuves (dont le décès de sa maman) et le canal qu’elle a trouvé pour les exorciser est la bd. Difficile donc de rester indifférent au talent de cette petite chinoise qui possède une identité graphique forte où les gens ressemblent davantage à des pantins mus par des fils invisibles et où l’impassibilité de leurs visages laisse pourtant transparaitre bien des émotions.

Certains trouveront ces histoires trop simples, trop lisses voire trop naïves. Je ne pourrai leur donner entièrement tort. Mais ce que je retiendrai de ma lecture, c’est la sincérité de l’auteure qui sait trouver les mots justes pour apaiser ses maux et ceux de beaucoup de gens. Bref, une bd qui aide à relativiser.

Nom série  Le Magicien d'Oz (Panini Comics)  posté le 27/03/2013 (dernière MAJ le 19/04/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Gros coup de cœur pour le coup de patte de Skottie Young.

Le graphisme, et plus encore la mise en couleur, sont vraiment une réussite et un enchantement pour les yeux. L’enthousiasme retombe un peu avec le récit qui a voulu rester très fidèle à l’œuvre originale (sans doute trop). Le résultat est celui décrit ci-avant par Miranda. Le côté itératif pèse (lourdement même) et la naïveté des protagonistes peut énerver. Mais c’est aussi oublier que c’est une histoire destinée aux enfants et qu’ils devraient bien apprécier. Car l’univers est riche et sans limites. Et puis les planches ont de quoi séduire et porter le lecteur.

Bref, cette adaptation est sans doute plus fidèle que celle de Fernandez et Chauvel mais ces derniers ont su s’approprier l’essence de l’œuvre originale pour en proposer une version actualisée, plus dynamique et moins niaise.

MAJ du 19/04/2013
Avec le tome 2, les auteurs continuent d’approfondir l’œuvre de L. Frank Baum relative au pays d’Oz. On peut toujours leur reprocher de rester trop fidèle au roman original. Cela a pour conséquence la présence de quelques longueurs … une adaptation plus rythmée aurait été la bienvenue. Le ton candide et naïf en agacera toujours certains mais il devrait convenir au lectorat plus jeune. Par contre, le dessin est toujours au top et les couleurs nickelles. Même si on change d’endroit (Dorothée se retrouve au pays d’Ev) et si elle se fait de nouveaux copains avec une nouvelle quête à accomplir, le récit use des mêmes ressorts narratifs. Heureusement, la richesse des mondes visités pallie en partie ce handicap.

En clair, si vous n’avez pas accroché au tome 1, inutile de vous lancer dans la lecture du deuxième opus.

Nom série  Frères d'âmes  posté le 20/11/2007 (dernière MAJ le 16/04/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le premier tome met en place le récit avec une présentation de nos trois protagonistes mais où leurs desseins restent obscurs. Rien n’est donc dévoilé sur les raisons de leurs agissements peu conventionnels. Reste des éléments d’accroche pour le lecteur : une base originale avec un ronin, un yakusa et une geisha qui, à eux trois, ne forment qu’un (deux bras, deux jambes, deux yeux), un dessin assez dynamique et typé manga qui me plait et enfin un final étrange qui donne envie d’en savoir plus. A noter que la lecture est assez rapide vu le découpage fort "aéré" avec l’insertion récurrente de pleines pages. Le second opus en dit davantage sur le passé de nos compères (surtout du ronin) et sur les raisons de leur alliance "forcée". C’est toujours aussi bon et on a envie d’en savoir plus avec le troisième tome sensé clôturer la série.

5 années se sont écoulées depuis la parution du tome 2. La série ayant été retirée du catalogue de l’éditeur, ça sent mauvais pour la suite … donc je révise mon conseil d’achat en conséquence.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 75 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque