Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 948 avis et 435 séries (Note moyenne: 3.01)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Mégret Gèrent la Ville  posté le 16/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"Ne jamais se faire un ennemi de Luz", telle est en somme une des pensées qui peut venir à la lecture des Mégret gèrent la ville. Car la caricature est féroce. Poussée très loin aussi. Il ne s'agit pas d'une caricature qui reste proche de la réalité, non, plutôt une caricature qui extraie la substantifique moëlle de l'esprit des événements et des personnages et les restitue sous des dehors outrés, grotesques... et terriblement jouissifs. Les pages suivent parfois l'actualité de l'époque, mais certains thèmes reviennent (nécéssairement) fréquemment et sont plutôt intemporels.

Qu'il s'agisse des Agad' mon p'tit rat, agad' ! de (je cite) "la grande gourde", des exclamations telles que Par la sainte moustache !, Doux Adolf !, Führer for ever et autres, ou encore du dessin qui fourmille de petits détails (tiens, l'appareil photo qui au lieu de faire "clic" fait "kuklux" ! ), tout dans cet album est absolument jubilatoire ! L'image donnée par Luz est extrême (droite, ah ah ah. Pardon...) et en plus de faire rire, fait bien comprendre certains mécanismes.

Le dessin justement, est également un des points forts de l'album : le coup de crayon de Luz est vraiment excellent, d'une parfaite maîtrise dans ses persos et leurs expressions.

Je mettrais presque un 5, si ce n'était une petite lassitude au bout de 80 pages (rappelons qu'il s'agit initialement de planches hebdomadaires), mais ne vous y trompez pas : dans son genre, cet album EST culte ! Par contre, si vous faites parti du FN, vous risquez de moins rire. Evidemment, mille bunkers.

Nom série  Real  posté le 16/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne sais pas trop pourquoi j'ai lu ce manga. Probablement à cause du dessin de Vagabond, assez excellent même si la série ne m'attire pas plus que ça. Toujours est-il que si ce premier tome présente certaines qualités, il ne m'a vraiment pas plu plus que ça. Le premier chapitre est assez difficile à suivre puisqu'on voit Nomiya quitter son lycée sans rien connaître de la situation et des personnages. C'est d'ailleurs le cas à plusieurs reprises dans l'album, on peine à comprendre ce qui se passe. Et le découpage n'y est pas étranger, avec des ellipses qui ont parfois une drôle de tête (= d'une case à l'autre on a du mal à suivre. Ou alors c'est Alzheimer qui est précoce chez moi).

De plus l'esprit a tendance à pouvoir passer pour un peu trop macho/crâneur par moment. Non pas qu'il le soit vraiment (pas comme Worst par exemple, ouhla !), mais on n'en est pas loin...

Le point positif tout de même, est une thématique pas piquée des vers : handicap, sport et volonté forment un triumvirat intéressant. Pour l'instant peu approfondi, on peut tout de même avoir l'espoir de quelques développements plus consistants. Rien que pour ça je lirai le tome 2, en espérant m'adapter à la narration et voir cultiver ces thèmes.

Nom série  Entre les draps  posté le 14/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Me voilà bien embêté pour donner une note. L'album présente en effet de bonnes qualités, mais aussi malheureusement quelques défauts.

Le dessin assez épuré de Sakurazawa, qui rappelle un peu celui de Nananan n'y est pour presque rien. Ses personnages, certes assez typés, sont plutôt séduisants, et le dénuement global a plutôt tendance à mettre en exergue les relations entre eux. Le seul reproche que je lui ferai concerne les pieds : l'auteur les dessine GRANDS, c'est vraiment disgracieux et vaguement agaçant. A croire qu'elle aime les Big Foot...

Ce qui me chiffonne un peu dans cette histoire, c'est le personnage de Minako, ingénu(e) à l'extrême. Certes cette qualité est essentielle à l'histoire, mais c'est vraiment, vraiment pénnible. On lui donnerait l'âge mental d'un gosse de primaire... C'est lourd et ça plombe la lecture. Par contre le personnage de Saki lui, est nettement plus séduisant. Elle est le parfait opposé de Minako : l'une est vierge, amoureuse/dépendante de Saki et apparaît très "sage", très enfantine, l'autre couche à droite à gauche, paraît nettement plus sûre d'elle et aime juste bien Minako. Et c'est ce qui se déroule entre Minako et Saki qui est intéressant. Plus précisément ce que Saki ignore, et qui va aboutir à une espèce de retournement de situation, aussi joli que bien amené.

Pour information, "Entre les draps" appartient au genre Yuri, qui désigne les mangas où sont exposés des relations homosexuelles féminines. Ici les relations en question ne tiennent que de l'intention, mais le sujet est bien présent. Ah, et pour les âmes sensibles, il y a une ou deux scènes à caractère érotique. Mais rien de bien méchant, c'est gentil et plutôt mignon.

Nom série  Bandolero  posté le 13/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ayant pris l'album sans trop regarder, je m'attendais au vu du dessin, à une parodie. Mais non, "Bandolero" est tout ce qu'il y a de plus sérieux, comme vous le prouvera la lecture de la très intéressante préface, presque plus intéressante que l'album. Non pas qu'il soit mauvais, non, mais loin de constituer une biographie précise de Juan Caballero, il transmet plutôt à travers quelques anecdotes l'esprit général de la vie de ce brigand romanesque et chevaleresque. Le personnage et le sujet sont des grands classiques, à classer aux côtés des Zorro et autres Robin des bois, il n'y a donc pas de grande surprise à lire cet album. Juan Caballero essaie de garder son sang froid en toute circonstance et de ne tuer que lorsque c'est strictement nécessaire. Ca n'en fait pas un exemple pour autant, mais le côté romanesque du personnage, très marqué, ne laisse pas complètement indifférent, même si on peut être curieux de connaître la vraie réalité (rappelons qu'il s'agit là de l'adaptation de l'autobiographie du bonhomme).

Nom série  La nuit barbare  posté le 13/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon, la couverture m'a bien fait rigoler quand je suis tombé dessus, le scénario était du gars qui a fait "Ayak le loup blanc", ça parlait de cul et de préhistoire, donc je l'ai pris, avec une brassée d'orties fraîches pour compléter le tout.

Difficile de ne pas citer le terme "moisi" pour qualifier cet album. Le ton est très vieillot, avec beaucoup de textes off qui disparaissent quand même par la suite, et une ambiance qui rappelle assez Rahan (oui, oui, le fils des âges farouches).

Le début est assez... euh, spécial, avec une tribu qui fait copuler ses femmes avec un gorille. Hum. Pour bénéficier de sa force, bien sûr. Ah. Et puis dès que Moi-être a enlvé la belle, ça commence à niquer sous le moindre prétexte. T'es en forme ? Allez, on nique. T'es fatigué ? Allez, on nique. Et donc Moi-être découvre avec bonheur la position du missionnaire (** Joie ! **), la turlutte (** Bonheur ! **)... et le bain (** Félicité ! **). Le passage où ses femmes font grève est franchement marrant, involontairement je dirais.

Bon, tout cela tourne vite à une longue course-poursuite où les deux personnages niquent tout le temps, entremélé de quelques instants de suspense, de combat, etc. Bizarrement ça n'est pas complètement mauvais, c'est juste pas génial, mais on rigole quand même bien à certains moments. Comme nanar ça vaudrait un gentil trois étoiles.

Nom série  Kosmo  posté le 12/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Excellent ! L'album mélange allègrement les genres : pas mal de SF, un peu de thriller, une dose de roman graphique, et beaucoup de délire et d'humour (souvent discret, mais bien présent). Le sujet, qui peut apparaître au début comme vaguement ennuyeux, est en fait traité sur un mode vraiment jouissif, avec pas mal de petits détails pétillants. Comme ces terribles lagomorphes (vous savez, les créatures du démon, dévoreuses de carottes, dont on ne doit pas prononcer le nom sur un navire) qui à défaut d'envahir le vaisseau envahissent le scénario, de manière joliment exploitée. Le voyage a beau durer 18 ans on ne s'ennuie pas, Witko réussissant fort bien à faire bifurquer l'histoire et à garder l'intérêt du lecteur tout éveillé.

Et lorsqu'on sent le point mort arriver, la "surprise" est totale, et le délire se poursuit avec un bonheur pour ma part complet dans les dernières pages, que j'ai vraiment adorées.

Bref, très jolie surprise, je vais le relire avec plaisir. Seul le prix me fait un peu tiquer, mais bon, l'album fait 64 pages.

Nom série  Gulliveriana  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ahlala, le dessin de Manara ! Mon dieu qu’il est beau ! Les courbes qu’il dessine sont d’une perfection qui laisse rêveur, et les poses qu’il donne à Gulliveriana aguichantes au possible ! L’histoire reprend la forme des voyages de Gulliver, en l’épurant beaucoup pour n’en conserver qu’un aspect strictement superficiel. Cependant le ton est ici résolument à la farce, et en cela cet album diffère complètement de l’ouvrage duquel il s’inspire. L’histoire en tant que scénario n’a aucun intérêt, c’est une simple suite d’aventures dénuées de sens. C’est clairement fait pour faire sourire, et montrer une jolie fille se tortiller. En cela c’est assez réussi.

Ah oui, et j'ai lu la version noir et blanc, donc les couleurs...

Nom série  Le Salon des Châtiments  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Encore un truc à base de domination... Le début est bien sordide, assez dégoûtant, très hard. Et puis on arrive aux 2/3 de l'album, et là on a un tournant façon "Orange mécanique", et du coup l'album en acquiert presque un véritable propos ! Je me suis même surpris à rire à certains passages. Et c'est intéressant parce que cette deuxième moitié dédramatise vraiment le tout et pour un peu ferait presque "accepter" tout ce qui précède. Finalement ce qui commence comme un enlèvement et des pratiques sexuelles extrêmes et subies, finit "bien". Entre-temps l'héroïne a changé, et le lecteur désormais convaincu va se chercher son costume en cuir, ses menottes et sa cravache. L'intégriste par contre crierait sans doute au lavage de cerval, s'il pouvait avouer avoir lu un tel album.

Nom série  Casa Howhard  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ouhla ! On découvre dans les premières pages une demoiselle généreusement dotée par la nature. Le dessin, très propre, d’une grande netteté, quasi-géométrique de précision est assez sédusant. Chouette alors !

Que nenni ! Car, comme tous les personnages (exclusivement "féminins") de ces pages, la jolie demoiselle a une bite ! Eh oui. Et donc elle se tripote en fantasmant, et puis elle tripote une autre Nana, et puis elle se fait tripoter, etc. La succession de scènes est franchement lourdingue, et si les femmes à bite ne font pas partie de vos fantasmes, il vaut mieux passer votre chemin. D’autant plus que les fiers organes en question bavent en permanence. Tic graphique, certes, mais pas ragoûtant pour autant.

Nom série  Dodo, chronique d'une maison close  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Vieille bd, tant dans le dessin assez réaliste (laid et avec une impression de mouvement vraiment vieillotte) doté de couleurs elles aussi très datées, que dans le scénario qui, essayant d'être réaliste, réussit à être ridicule. Si jamais le côté occupation/allemands résultait d'une volonté documentaire, il est gâché par l'indigence du scénario. S'il n'est là que comme décor, il n'apporte rien de particulier à l'histoire. Au final il reste de cette histoire une coquille très dépassionnée et sans aucun intérêt.

L'érotisme est lui aussi vieillot et alterne entre le mièvre (des nanas nues vues de dos, en petite tenue, éventuellement les seins à l'air), le crade (une nana s'est fait éjaculer sur la poitrine et envoie Dodo chercher un client pour qu'il lèche tout ça) et le glauque (Dodo regarde sa mère baiser et aide un peu).

Bref, daté à tout point de vue et intéressant à aucun.

Nom série  Gomorrhe  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
"Gomorrhe" semble être un des premiers albums de Riverstone. Si son coup de crayon laisse déjà rêveur, la mise en couleur par contre, a très nettement évolué depuis. On remarquera d'ailleurs qu'elle change très souvent dans cet album. Mauvaise, façon feutres pour gosses au début, on aura aussi droit a des passages avec de superbes aplats roses, violets, jaunes ou verts très années 70/80, et les dix dernières pages, sans relever de la peinture comme "Thamara & Juda" par exemple, sont déjà superbes.

Une chose à noter (rigoureusement immanquable quand vous lisez l'album), c'est le ridicule absolu des poses des filles. Elles peuvent être assises, en train de tomber, de parler, de se remettre d'un choc, elles auront TOUJOURS une pose d'une lascivité aussi fascinante qu'improbable. Impressionnant !

L'histoire n'est bien sûr qu'un prétexte à voir se tortiller les nanas dans tous les sens, et ce qu'on en devine est quand même assez ridicule (à l'image de cette fille vue de derrière et qui urine au-dessus de champignons suggestivement phalliques. Jean-Michel Lemaire a donc de la concurrence ! ). Le vocabulaire choisi n'est pas vraiment là pour faire sérieux non plus : "les explorateurs s'enfoncent dans le sol inhospitalier", "Pendant ce temps, tout en déculant le pal de sa victime...", "Je ne puis rien vous dire de tout cela! C'est trop dur !", et autres cruels mandrins et codes morses in vagina.

Et pourtant les dialogues sont longs ! Très longs ! Trop longs ! Un lecteur moyen a bien du mal à se les enfourner, et -- criant grâce ! -- finira sans doute par effeuiller rapidement l'album.

Bref, tout ça ressemble à un gros délire visuellement superbe, gentiment émoustillant et plus ou moins complètement barré. Les scènes de torture du début (qui disparaissent vite) sont d'ailleurs à la fois rigolotes et dégoûtantes... On n'aura par contre sans doute jamais la fin, puisque l'album s'achève très brusquement par une chute (ah ah) avec cette pensée du héros : Aaaarg, Morgane ! C'est elle ! Quel bonheur ! Nous allons mourir ensemble ! ... Ouch !, suivie du commentaire scénaristiquement magistral : Rod est comblé d'avoir retrouvé Morgane ! Le destin de la révolte lui importe peu.

Ah ah ah ! J'adore ce truc, c'est complètement barje !

Nom série  Count down  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Peu de chose à dire sur les histoires en tant que telles, puisque non seulement elles sont très courtes, mais qu’en plus elles ne sont vraiment là que pour servir de prétexte (et encore, minimal, le prétexte) à des scènes érotiques. Les scènes en question sont très typées manga de cul : aucun poil, des sexes invisibles, abondance de fluides corporels divers et variés, filles jouets qui ne cessent de dire non non non en pensant oui oui oui, surprises elles-mêmes de leur goût pour le sexe. Il y a aussi une bonne dose de scènes lesbiennes. Tout ça est vraiment très typé et pas bien méchant. J’ai quand même souri quelques fois (et ri une fois, si si, la dernière page de Un pas de danse !) et dans l’accumulation de situations, l’une ou l’autres sont quand même vaguement émoustillantes, d’où un petit 3.

Nom série  Prison Très Spéciale  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ri-di-cule ! Au début l'héroïne esclave passe son temps à penser qu'elle rêve ou que ses méchants gardiens n'ont pas le droit de la traiter ainsi, elle n'arrête pas de dire "non, non, non" et de se tortiller dans tous les sens de plaisir, elle se fait frapper, mettre de partout, lubrifier à coup de litres de gel, éjaculer dessus dans tous les sens, les bites font au minimum 30cm (normal, z'ont été bien choisis, les gardiens), la première scène de fouettage est franchement dégoûtante (pas autant que celle de "La passion du Christ" de Mel Gibson, mais quand même)... Un truc m'a bien fait rire quand même, c'est quand elle mord la bite d'un gardien. Bien fait !

Na-vrant, et clairement pas DU TOUT émoustillant. Berk : pour moi, album bite flasque d'or.

Nom série  Agapê  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ahaha ! Moi j'ai vu une daube pire : Prison Très Spéciale.
"Agapê" c'est du cul du cul du cul, mais avec un enrobage parodique. Il suffit de voir la quatrième de couverture, avec des sigles et messages du genre "peut provoquer des envies de métissage", "préserve des pratiques sadomasochistes", "les actes sexuels commis dans cet album sont fictifs contrairement au sida qui est bien réel", etc. Les (rares) dialogues de l'album sont dans la même veine, complètement décalés, et je dois avouer (confesser !) avoir souri plus d'une fois. Les "flip your eyes" aussi sont une bonne idée.

Les scènes sont à l'image de tout cela : volontairement grotesques, et c'est ce qui fait que pour moi elles passent beaucoup beaucoup mieux que du Von Gotha. Après, je trouve ça clairement plus "rigolo" (délirant) qu'excitant. Par contre, pour ce qui est d'être choqué, bof... La nana enceinte, le fisting, le sperme dégoulinant de partout, la (le ?) transsexuel(le), et même l'urologie finale, oui, c'est plus ou moins pas ragoûtant, mais AU MOINS ici il n'y a pas de sadomasochisme, et surtout ce n'est pas présenté comme étant quelque chose qui se veut réel. Mon pire reproche à cet album est la police de caractère, absolument laide.

Nom série  Thamara & Juda  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le dessin de Riverstone est très beau, aucun doute là-dessus. Au contraire des autres albums de cul que j'ai pu lire jusqu'à présent, il propose ici un vrai scénario (sisi !) inspiré -- comme fièrement signalé sur la couverture -- de la Genèse, chapitre 38, lequel chapitre est d'ailleurs reproduit dans l'album ; on peut donc en particulier voir les quelques libertés que l'auteur s'est permis...

Certains passages sont franchement amusants (quelques dialogues font vraiment sourire), d'autres assez sado-maso, mais pleinement "justifiés" par le contexte. Et puis ici la violence reste de la violence, elle ne passe pas pour quelque chose d'agréable.

On a un peu de mal à comprendre quelques transitions, mais a posteriori on reconstitue tout sans problème. Les scènes de cul ne sont pas majoritaires, on a l'impression de lire une histoire avec pas mal de passages un peu hard plutôt qu'un bouquin de cul pur et dur. Personnellement je préfère ce genre là.

Pour un peu j'achèterais presque l'album.

Nom série  Little Ego  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Très bonne idée que de parodier le Little Nemo de Mc Cay ! Non seulement le principe de l'histoire de base s'y prête bien, mais en plus la mise en page était (pour ce que j'en ai vu) superbe, d'une inventivité et d'une adéquation avec l'histoire parfois magistrale. La mise en page en question ici est beaucoup moins marquante : jolie pour la forme des cases, un peu à la façon du "Démon des glaces", d'ailleurs (en moins systématique et poussé quand même), mais sans vraiment apporter en signification et cohérence. Giardino s'en débarrasse d'ailleurs complètement pendant un bon tiers de l'album.

L'esprit des différentes aventures varie : il va des "gags" en deux planches au départ, inventifs,
délirants et bien pensés, jusqu'aux aventures à suivre de la fin, à mon avis nettement très nettement moins percutantes, plus "banales" et moins drôles.

Un album vraiment sympa à lire tout de même, très rafraîchissant, dont je suis convaincu qu'il aurait pu être très nettement meilleur avec un peu plus de recherche. A noter deux énormes pieds de nez :
- à la morale puisque tout cela n'est que rêve,
- à l'idée de base puisque dans un de ses rêves un homme dit à Little Ego "vous êtes la femme de mes rêves".

Nom série  Twenty  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Raaâaah ! Mais qu'est-ce qu'il est pénible cet album ! Là-dedans le texte c'est comme les bites et le sperme : il y en a PLEIN PARTOUT. Ô_ô Et attention, il faut tout lire parce que sinon on ne comprend rien. Car il y a une histoire, que j'ai arrêté de suivre au bout de la moitié / les deux tiers de l'album pour feuilleter rapidement afin de finir le plus vite possible : j'en pouvais plus. Ca baise de partout dans tous les sens avec tout le monde pour le moindre prétexte, et évidemment ça ''Empire'' au fur et à mesure... en fait au début on partait sur une espèce de "libération de tout préjugé sexuel", c'était très hard mais ça passait, surtout que Twenty est un objet sexuel volontaire, ça change largement de Prison Très Spéciale. J'ai quand même atteint mes limites à peu près quand Twenty épouse Gil et j'ai commencé à être vraiment dégoûté quand elle se fait fouetter (bin oui, fallait bien, c'est du Von Gotha, quand même...). En plus le fantasme (récurrent pour ce que j'en ai vu) que la pauvre petite héroïne est celle que tout le monde attendait, le centre du monde qui baise le mieux, est franchement lourd.

En plus on voit ici que le dessin est tout informatique (on voit limite les traces de l'aérographe), ça enlaidit sérieusement l'ensemble.

Bref... "Twenty" m'a confirmé que décidément je n'aime pas Von Gotha, et que ses albums ne suscitent pas le plus petit émoustillement chez moi.

Bite flasque d'argent, juste derrière Prison Très Spéciale.

Nom série  Nathalie, la petite hôtesse  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ah ah ah ! Un gentil pastiche pas si gentil que ça.

Les scènes ne sont pas vraiment faites pour être excitantes car outre le style du dessin, c'est la
composition qui n'est pas vraiment appropriée. On sent de plus une certaine forme de retenue... disons qu'il s'agit d'un pastiche à forte connotation sexuelle, et que le but n'était pas de faire un album porno. Enfin bon, pour le coup c'est assez osé (dans l'idée), franchement sympa à lire et souvent drôle .

Clairement pas indispensable, mais plaisant.

Nom série  Lorna (Soleil Production)  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bof. Des histoires courtes sur fond très SF, à caractère légèrement érotique (à part les seins et les fesses de Lorna on ne voit strictement rien), trop rapides pour développer grand chose et franchement lassantes. Les gros extraterrestres verdâtres ne font pas grand chose pour la chaleur de l'ambiance. Le dessin d'Aszpiri varie entre le assez beau et le très fanzineux amateur.

Sans intérêt.

Nom série  Lorna (Albin Michel)  posté le 11/02/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bof. "L'arche" est totalement inintéressant. Aventure pure et dure avec des personnages qui surgissent arbitrairement, peu d'érotisme et en plus assez mal intégré. Je ne raffole toujours pas plus que ça du dessin.

Le tome 2, "Léviatan", est clairement moins mauvais, en bonne partie parce qu'il se base sur l'histoire de "Moby dick". Il reprend quand même certains tics, comme les extraterrestres verdâtres, les viols, les flingues et les gros seins. Ca reste tout de même très creux, ça ne va nulle part et ça n'a aucun propos.

L'érotisme est toujours aussi diffus et peu émousti(ti)llant.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 48 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque