pub
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...   BD Encheres 468x60
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 5277 avis et 2030 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Ulysse Wincoop  posté le 20/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je mise sur cette série en espérant qu'elle réussisse à prendre son envol. Car si ce premier tome n'est qu'une grande mise en place, elle est très bien réalisée et pleine de potentiel.

Nous sommes fin 19e, début 20e siècle, dans le Dakota du Sud. Le peuple Sioux a définitivement perdu la guerre une dizaine d'années plus tôt. Mais lors du massacre de Wounded Knee, un bébé a été sauvé par un tunique bleue qui l'a confié en secret à sa soeur et son mari pour qu'ils l'adoptent. Cet enfant a grandi et comprend doucement quelles sont ses véritables origines et pourquoi son enfance parmi les blancs est si compliquée. Quand les drames s'accumulent pour lui, il se retrouve tiraillé entre deux civilisations.

C'est un récit dur et réaliste. La tragédie du peuple Sioux est présentée sans ambiguïté . Et même si le héros est un jeune garçon, ce qui lui arrive est sans pitié quoique parfaitement crédible et conforme à la réalité de l'époque.
Et c'est bien réalisé.
Le récit est sensible et prenant. On a de la peine pour ce jeune garçon même si on comprend sa situation, et cela fait plaisir de le voir rester vif et volontaire. Même si bien des comportements des personnages sont blâmables, les auteurs évitent heureusement tout manichéisme.
Le dessin est agréable et présente quelques planches très jolies notamment grâce à ses belles couleurs directes.

A la fin du premier tome, les choses sont posées et le jeune héros, même s'il reste tourmenté, est bien conscient de sa situation et décidé à garder la tête haute. Il est temps maintenant de voir où son chemin va le mener et si, sur cette bonne base que pose l'introduction de cette série, il va pouvoir se développer une intrigue intéressante. Car si elle est du niveau de ce premier tome, on tiendra sans doute là une excellente série d'aventure et d'Histoire.

Nom série  Passe-passe  posté le 20/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand on ne sait pas de quoi parle cette BD, le début de sa lecture est assez intrigant. Comme la narration est muette, on est en droit de se demander ce qu'il se passe, quel est donc ce papillon et qu'est-ce qui arrive à cette souriante grand-mère ?

Mais on est très vite charmé par le dessin vraiment mignon et agréable. Son style me rappelle celui de Mickaël Roux que j'aime vraiment beaucoup et qui a d'ailleurs collaboré avec Dawid le temps d'un album (Coloriage). Dessins doux, couleurs chaudes, on est dans un douillet cocon graphique avec cette BD.

Cette douceur visuelle tranche un peu du coup avec la relative dureté de ce qui arrive à la grand-mère du récit. Sans comprendre de quoi il s'agissait, je trouvais un peu méchant ce qui lui arrivait, pertes de ses couleurs et de sa substance. J'avais un peu de mal à comprendre pourquoi elle et sa petite fille gardaient au final quand même le sourire.
Quand vient la conclusion du récit et que les événements précédents s'éclairent, c'est une émotion assez triste que j'ai ressentie. C'est assez juste et émouvant. Ceci étant dit, si je comprends la morale de l'histoire, je ne suis qu'à moitié convaincu par la façon dont elle est amenée et cette succession de pertes de couleurs au profit d'un papillon souvenir. Quelque chose m'a déplu dans ce fameux papillon trop collant et annonciateur de mauvaises choses.
C'est donc un joli album assez touchant, doté d'un très sympathique dessin, mais je ne suis pas complètement tombé sous son charme.

Nom série  La Dame à la Licorne revisitée par 16 étudiants de l'École Estienne  posté le 17/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cet album recueille le travail d'étudiants en art de l'école Estienne qui ont eu comme devoir de dessiner chacun une histoire courte sur ce que leur inspirait la composition de tapisseries de la Dame à la Licorne. Cela donne un recueil de créations très différentes où la Licorne, sa Dame, le lion et autres éléments de la tapisserie sont imbriqués de manière parfois surprenante. Et entre chaque histoire, l'album offre quelques pages présentant l'oeuvre historique qui a inspiré l'ensemble pour permettre aux lecteurs d'en apprendre plus sur ces chefs-d'oeuvre du début de la Renaissance.

Si le concept peut être intéressant, la réalisation l'est moins.
La première histoire m'avait pourtant mis l'eau à la bouche. Revisite iconoclaste de la plus connue de ces tapisseries, elle est pleine d'humour et joliment dessiné. Mais ce n'est qu'après coup que j'ai réalisé que c'était Emile Bravo qui l'avait réalisée donc pas un simple étudiant comme les auteurs des histoires suivantes.

Et leurs réalisations à eux m'ont nettement moins convaincu.
Leurs capacités sont très inégales. Si certains dessinent bien, d'autres nettement moins. Et malheureusement, ceux qui dessinent bien n'ont souvent pas grand chose à raconter dirait-on. La grande majorité des histoires ainsi imaginées est sans saveur, ennuyeuse et décevante. C'est souvent verbeux ou alors artificiellement artistico-poétique. Certains récits sortent quand même un peu du lot en étant à la fois plutôt jolies et pas inintéressantes, mais ils ne dépassent pas le stade du simplement "pas mal". Ce qui fait que dans l'ensemble, cette lecture m'a paru fastidieuse et m'a ennuyé.

Nom série  21st Century Boys  posté le 17/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Autant le début de la série 20th Century Boys m'avait vraiment plu, autant au fil des nombreux tomes, j'avais fini par décrocher. L'accumulation de personnages, de sous-intrigues, de sous-mystères, de flash-back avait commencé à se faire lourde, l'auteur en faisait trop et semblait chercher à noyer le poisson et à rallonger la sauce avec beaucoup d'éléments dispensables et alourdissant inutilement la complexité de l'intrigue.

Est-ce à cause de cela, pour remettre un peu les choses à plat, que l'auteur et l'éditeur ont décidé de ne pas inclure la grande scène finale dans la série initiale mais de créer une nouvelle série de 2 tomes pour apporter cette conclusion au récit ? Une manière de remettre un peu les pendules à l'heure et de récapituler l'essentiel avant de raconter la fin ?
Bof, l'idée ne me plait pas. J'aurais préféré tout en une seule série, et encore mieux si cette série avait été moins étirée en longueur.

Et comme trop souvent, Naoki Ursawa n'arrive pas à conclure de manière convaincante son récit à mes yeux. Il avait laissé trop de portes ouvertes et sa manière de les clore est nettement moins bonne que celle d'attiser le mystère et la curiosité.
Une lecture douce-amère pour moi donc : la satisfaction de voir ce récit initialement excellent enfin trouver sa fin, et l'impression que cette fin est nettement moins bonne et marquante que le début le laissait espérer.

Nom série  Les Cahiers d'Esther  posté le 16/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Riad Sattouf avait déjà raconté la vie des adolescents dans La Vie secrète des jeunes et des collégiens dans Retour au collège. Avec cette nouvelle série, il nous raconte cette fois la vie des écoliers... et au-delà sans doute. Car en se basant sur les témoignages d'une véritable jeune fille, il a le projet de raconter les anecdotes de sa vie à l'école et en famille de ses 10 ans jusqu’à ses 18 ans, à raison d'une planche par semaine.

Le premier album traite de l'année de CM1 d'Esther.
Esther, c'est une fillette de la banlieue parisienne qui va dans une école privée tandis que son grand frère, cet idiot, va dans un collège public. Elle est folle de son père, prof de sport, mais elle aime bien aussi sa mère. A l'école, elle a son petit groupe de copines et elle se méfie des garçons qui sont tous des idiots. Et elle a la haine car c'est la seule de son école qui n'a pas d'Iphone ! Trop relouuu !

J'ai eu un peu de mal à apprécier cette lecture au départ. J'y ai ressenti la même chose que dans plusieurs autres oeuvres de Riad Sattouf, à commencer par La Vie secrète des jeunes : une mise en scène d'une jeunesse de banlieue franchement déprimante de vulgarité et de conformisme à la mode rap/hip hop/joueurs de foot/smartphones. Mon fils est lui-même en CM1 pour encore quelques jours et rien de ce que je vois dans son école et ses amis ne s'apparente à cette violence et cette vulgarité. Il faut croire que ma banlieue est plus éloignée de Paris.
Cependant, au fil des pages et des saynètes, j'ai fini par rentrer un peu dans l'ambiance du récit et trouver quelques passages amusants ou un peu touchants. Le ton du récit est juste et factuel, même si c'est une vision d'enfant qui est mise en scène telle quelle, et ça le rend sincère et donc intéressant. Du coup, je me dis que je pourrais finir par m'attacher à ce personnage d'Esther et accepter de la suivre au fil des ans comme propose de le faire l'auteur.

Nom série  Vieux fou !  posté le 15/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une petite histoire qui voit un ancien combattant de la guerre civile espagnole puis terroriste anarchiste se confronter, un peu par erreur, à des mafieux de Barcelone alors qu'il a l'âge d'être à la retraite.
C'est un récit léger, mélangeant un certain humour à une intrigue de kidnapping et de conflits entre gangs rivaux.
Le dessin de Moynot est dans un style assez proche de celui de Tardi, en plus moderne dans l'encrage, la colorisation et le contexte. Il ne me ravit pas vraiment mais il remplit bien son office.
Le scénario est sympathique, plus divertissant que vraiment marquant. Il comporte pas mal de petites facilités, entre des mafieux bien couillons et des vieux bien chanceux. Je n'ai pas trop accroché et cette lecture ne marquera pas trop ma mémoire mais elle est plutôt plaisante et amène un peu le sourire.

Nom série  L'Homme qui refusait de mourir  posté le 14/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Même si cette trilogie se laisse lire, j'ai trouvé son scénario trop bancal et rempli de facilités et d'incohérences.

L'histoire part sur le concept fantastique d'un homme rendu immortel par un artifice qui nous sera expliqué en cours d'histoire et qui veut comprendre d'où lui vient cette capacité et qui lui en veut. D'autant plus que sa capacité et le besoin pressant de boire du sang, pas forcément humain heureusement, fait fortement penser à une histoire de vampire.
La base n'est pas mauvaise et peut amener d'intéressants développements mais j'ai trouvé qu'ici cela ne tenait pas la route. Les révélations se dévoilent au fur et à mesure mais certaines choses et motivations restent incohérentes. Je vais essayer d'éviter les spoilers mais c'est un peu compliqué. Globalement et entre autres, pourquoi s'est-il passé ce qu'il s'est passé dans la décharge avant le début de l'histoire ? Pourquoi a-t-il fallu ces manigances et combines quand une discussion aurait probablement pu suffire ? Et pourquoi avoir continuer ensuite à agir en douce et à laisser le héros agir de son côté alors que les intrigants savaient qu'il ressusciterait immédiatement ?
Les réactions des personnages ne sont pas non plus très crédibles. Déjà il y a le héros que je trouve peu charismatique, trop froid et sans empathie. Il y a ce "méchant" qui se cache et n'intervient pas alors qu'il nous apprend ensuite qu'il sait à peu près tout sur tout. Il y a aussi une mère qui réagit bien peu quand on lui kidnappe sa fille. Il y a ces policiers qui vident sans hésiter un chargeur sur un fuyard. Entre autres comportements bizarres...

Du début à la fin, je n'ai pas accroché au scénario même si sa part de mystère et son rythme assez animé m'a permis de ne pas m'ennuyer. Je n'ai pas non plus aimé le dessin que je trouve trop raide et un peu trop vide, comme si les planches étaient trop grandes pour son niveau de détail. D'autant que les vides sont comblés par des dégradés, type de colorisation que je n'aime pas.
Bref, je suis ressorti un peu blasé de ma lecture.

Nom série  Magnum Photos  posté le 13/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Deux tomes de cette série sont parus à ce jour et ils ne se valent pas vraiment à mes yeux.
La série aborde des biographies partielles des célèbres photographes à l'origine de la coopérative Magnum Photos.

Le premier tome parle de Robert Capa et plus spécialement des photos qu'il a prises durant le débarquement. Autour de ces photos, le récit en bande dessinée raconte le contexte qui les a entourées, la vie de Robert Capa avant et après et quelques questions à leur sujet.
Le récit est raconté de manière intéressante, permettant au lecteur d'être plus ou moins transporté dans l'époque et aux côtés de Capa et des soldats américains. Et surtout j'aime beaucoup le dessin qui est très agréable, beau et bien adapté au sujet.

Le second tome est plus froid à mes yeux. Il traite cette fois de Henri Cartier-Bresson et s'articule autour des photos qu'il a prises à la fin de la seconde guerre mondiale, lors du retour des déportés. Pour cela, il aborde les quelques années précédentes, présentant comment il a été capturé et a vécu en camp de prisonniers durant trois ans avant de s'évader et retrouver sa passion de photographe reporter. Et là encore, le récit va au-delà de ces seules années de guerre en présentant par différentes ellipses le personnage de HCB, ses amis (dont notamment Capa) et son rapport à la photographie.
Même s'il est instructif, ce récit m'a paru trop académique. Je n'ai pas été plongé dans les événements et ai davantage eu l'impression d'y survoler une succession de faits et d'anecdotes sans m'imprégner de leurs sensations. Le dessin est lui aussi plus austère que celui du tome précédent, même s'il est impeccable sur le plan technique.

C'est une série intéressante mais elle parlera sans doute plus aux passionnés de photo-reportage qui connaissent déjà assez bien les personnages mis en scène car elle peine un peu à dépasser le stade de la biographie hommage et à transmettre l'émotion.

Nom série  Sept mages  posté le 10/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album est divertissant mais j'ai trouvé que son scénario manquait de consistance.

L'intrigue suit une trame assez classique. Dans un royaume magique d'inspiration haut-moyen-âge avec des restes d'antiquité romaine, une équipe de 7 mages d'origine diverses est convoquée pour protéger le pays de l'attaque d'un dangereux nécromant. Trois sorcières élémentalistes, un géant proche de la nature et des animaux, un mage du type dieu romain de la foudre, une enchanteresse qui charme les coeurs et les âmes et enfin un larron à part, plus un scientifique et enquêteur que mage. Et ce sont les méthodes plus terre à terre de ce dernier qui vont devoir rivaliser avec les dons magiques des autres pour accomplir leur quête.

L'idée de base peut séduire mais le déroulé ne m'a pas convaincu.
Les personnages manquent de charisme. Leurs interactions manquent de saveur et sont trop convenues. Alors qu'elles sont mises en avant dans le scénario, les déductions logiques de l'intellectuel ne s'avèrent bonnes que parce qu'elles se confrontent à la basicité crasse de la pensée des autres mages bien plus rentre-dedans. Et de manière générale, l'intrigue reste superficielle, sans profondeur, presque stéréotypée.
Le graphisme ne m'a pas tellement enthousiasmé non plus même s'il est correct. Je le trouve trop inégal.
Et enfin j'ai trouvé la conclusion et le petit retournement de fin d'histoire assez plats. La morale m'a laissé indifférent.

Le titre et le résumé de l'histoire me laissaient espérer un récit nettement plus prenant et amusant. Peut-être aurait-il fallu plus de tomes pour développer cette idée de base. Tel quel, j'ai le sentiment d'avoir lu un album qui fait passer le temps mais ne marque pas les esprits.

Nom série  Les Naufragés du Métropolitain  posté le 10/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai bien aimé comme cette série, en tout cas les 2 premiers tomes qui forment une histoire complète, redonne vie au Paris de 1910. C'est fait avec un style particulier qui rappelle l'ambiance des récits populaires d'époque. Anars, poulbots, putes, flics façon Brigade du Tigre, les personnages sont plein de vie et de personnalité. Et l'utilisation, heureusement pas trop envahissante, de l'argot de l'époque ajoute à l'atmosphère.

Le graphisme aussi joue dans ce sens. Il est assez particulier. Les personnages se détachent nettement des décors, comme des acteurs d'une pièce de théâtre. Leurs visages ont des expressions très marquées, souvent proches de la caricature. L'un des malfrats ressemble d'ailleurs fortement à Gabin jeune. Et derrière eux, les décors sont colorés et présentent des perspectives un peu étranges, comme si certains immeubles n'étaient pas à la même échelle que les autres. Cela se retrouve aussi dans les anatomies des protagonistes, dont les têtes et les mains sont parfois trop petites, parfois trop grandes. On pourrait penser à des erreurs techniques mais je trouve que ça donne un charme au dessin et une légèreté au récit qui est pourtant assez dur sur le fond. J'ai plutôt bien apprécié.

L'intrigue n'est pas exceptionnelle mais sympathique. Quand l'action se lance pour de bon à partir de la fin du premier tome, cela devient prenant et j'ai aimé suivre les péripéties de cette brochette de personnages variés dans le Paris inondé de 1910.
Seule la fin m'a un peu déçu car le moment clé du mystérieux retournement de situation n'est pas bien mis en scène à mes yeux. J'ai dû le relire plusieurs fois pour comprendre qui était où et pourquoi on retrouvait soudain tel personnage mort. Je n'ai pas été non plus convaincu par les motivations secrètes révélées à la toute fin. Dommage, cela a un peu gâché mon plaisir de lecture.

Nom série  Holly Ann  posté le 20/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime cette plongée dans la Nouvelle-Orléans de la fin 19e siècle que nous offre cette série. Ce n'est pas une série à grand spectacle parsemée d'action, non, nous y découvrons par le biais des enquêtes de l'héroïne une ville et une ambiance d'époque nettement plus réaliste même s'il s'y ajoute une petite pointe de fantastique. Peuple métissé, rites vaudous, coutumes locales, cocktail entre western et bayous et prémisses du 20e siècle, le tout est bien rendu et dépaysant.

Le dessin réaliste de Servain s'adapte parfaitement à cette ambiance. Décors sobres mais beaux, personnages élégants et mise en scène claire et fluide. C'est du bon boulot. Seules les lèvres trop lippues de l'héroïne quand on la voit de face m'ont déçu.

La série est composée d'histoires en un tome, une enquête à chaque fois. Celles-ci sont assez intéressantes et permettent au passage de découvrir différents aspects de la Louisiane de l'époque. Je trouve cependant que leur déroulement est empreint d'une dose de facilité. Les informations viennent trop facilement à elle et elle a tendance aussi à deviner un peu facilement qui est le coupable et à obtenir ses aveux sans peine. Cela réduit un peu mon intérêt pour l'intrigue. Mais hormis cela, c'est une série sympathique.

Nom série  Le Livre qui met du bonheur à l'intérieur de toi  posté le 19/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Note : 1,5/5

Cet album n'est pas exactement comme les autres albums humoristiques grand public de Jim (La Flemme, Le Désir, La Honte, etc...). Ici ce ne sont pas des gags en une planche mais une histoire complète qui est mise en scène, racontant les pensées et bavardages d'un gars qui se trouve déprimé, s'interroge sur le bonheur et qui va découvrir et parcourir les conseils d'un livre grand public destiné à donner des conseils pour être heureux. Par ce biais, après avoir donné une vision superficielle de ce qu'est la mauvaise humeur et le minimum syndical du bonheur, l'auteur a la possibilité de nous présenter successivement une liste de petits conseils et réflexions philosophiques sur comment trouver le bonheur simplement.
Mais tout cela m'a paru franchement cheap et facile.

Le graphisme est réduit à son strict minimum. Un personnage moche dans un décor totalement vide, le tout colorié à l'informatique avec gros dégradés hideux. Parfois quelques autres personnages d'aspect basique, un décor ou un bout de décor par-ci par-là, et emballé c'est pesé.
Pour le reste, c'est uniquement du blabla avec des tentatives de ce qui semble parfois vouloir s'apparenter à de l'humour mais niveau tarte à la crème.
L'idée semble d'en profiter pour diffuser quelques idées philosophiques simples sur le bonheur mais au-delà des quelques concepts vraiment évidents entrecoupés de faux concepts à destination humoristique, on a très vite fait le tour et on n'apprendra pas grand chose. Et l'ensemble est mis en scène de façon lourdingue et pas drôle du tout avec un héros sans aucun charisme.

Je n'ai pas mis la note minimale car il y a quelques notions de bonheur simple qui ne sont pas fausses, mais dans l'ensemble, je n'ai pris aucun plaisir à la lecture de cet album que je ne recommande pas.

Nom série  Aurore (Soleil)  posté le 19/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un joli conte d'inspiration shamanique. Le décor et les personnages rappellent les légendes Inuites. C'est l'histoire d'un ruisseau magique qui bouleverse la vie d'un petit village et fait disparaître une jeune fille. Tandis que les parents de celle-ci partent vers la source du ruisseau pour comprendre son origine et essayer de sauver leur enfant, la fille se retrouve suspendue entre deux mondes, comme un fantôme invisible aux yeux des vivants. Accompagnée d'un esprit en forme de loup, elle va devoir trouver l'inspiration pour créer une chanson qui saura redonner espoir et sauver son peuple.

J'ai été immédiatement charmé par le graphisme. Je le trouve très beau, même si pas toujours très clair dans sa construction. Le trait est très agréable, en rondeur et en douceur. Les couleurs sont ravissantes et pleines de vigueur. Rien que pour la beauté de ses planches, cette BD vaut le coup.

Le scénario, pour sa part, est sympathique mais il m'a moins envoûté que je l'espérais. Son déroulé est simple mais légèrement décousu. Et la petite héroïne est moyennement attachante avec son caractère très changeant. C'est un récit que j'ai trouvé agréable mais pas vraiment marquant. Il permet cependant de nous offrir ces belles planches donc je l'aime bien.

Nom série  Superman - Infinite City  posté le 18/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce récit de Superman sort des canons habituels du personnage.

D'abord par son graphisme qui est assez délirant, mélangeant différentes techniques dont la plupart issues du monde de l'animation. Peintures informatiques, personnages stylisées façon dessins animés américains, personnages et créatures comme posées sur les décors, changements de styles... C'est très bigarré, assez joli à regarder, mais un peu compliqué à lire car fouillis et pas toujours évident au niveau des perspectives.

Ce côté embrouillé et délirant reflète celui du scénario. Car Superman et Loïs Lane y sont projetés dans un monde parallèle qui mélange un peu tout : créatures de fantasy, rétro-futurisme, steampunk, robots, multiverse... Notre super-héros n'est donc pas dans son environnement habituel et doit vivre des aventures dans un endroit où il n'a pas exactement ses pouvoirs standards et où il est confronté à une situation déstabilisante.

Cela pourrait être amusant mais c'est un peu décevant car il se retrouve finalement à suivre une histoire basique de méchant à stopper et de belle à sauver. L'idée et le graphisme laissaient espérer davantage d'originalité et d'humour mais il y en a finalement bien peu. L'histoire ne se révèle pas marquante même si elle n'est pas désagréable. Juste du divertissement donc.

Nom série  Célimène  posté le 18/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Célimène est une série jeunesse, à priori destinée aux jeunes adolescentes, qui mêle les thématiques du secret de famille, de l'équitation et du cirque dans un cocktail très fleur bleue.
C'est l'histoire de Célimène, jeune fille d'une riche famille bourgeoise, entourée d'amies avec qui elle partage la passion des compétitions hippiques, qui découvre le jour de ses 16 ans le secret sur l'origine de sa naissance et le destin de ses parents disparus.

Au dessin, un couple de dessinateurs italiens formés à l'école Disney. Cela se retrouve très vite dans le côté tout beau tout mignon des personnages et dans le fait que les filles ne se différencient que par leur coiffure tant leurs visages sont identiques et parfaits. De même, il sera bien difficile de donner un âge à beaucoup de protagonistes tant la grande majorité d'entre eux ont des allures d'éternels adolescents. Malgré ces reproches et l'aspect très formaté de ce style graphique, le dessin est soigné et pas désagréable.

L'histoire pour sa part présente beaucoup de stéréotypes des récits à l'eau de rose. Un beau décor riche et propre, des amis tous gentils et souriants, une héroïne mignonne mais un peu tourmentée, et puis un jour se dévoile un secret de famille qui va la bouleverser et lui faire découvrir une nouvelle famille et un nouveau destin pour le meilleur et pour le pire. Romantisme, secret de polichinelle, découverte de la liberté, conflit familial et finalement tout est bien qui finit bien.
Si le récit est un peu cucul la praline, il tient quand même la route et les personnages restent crédibles même si bien enjolivés et souvent clichés. Par contre, la narration est très bavarde, avec de longs dialogues qui plombent la lecture. On dirait que l'auteure avait envie d'écrire un petit roman pour adolescentes et qu'elle a utilisé finalement son scénario pour en faire une BD mais du coup la lecture est dense et pas toujours de manière très utile. On attend parfois de lire toute une longue page de dialogues avant d'en venir aux faits et au contenu véritablement intéressant de la discussion. Cela aurait mérité d'être rendu plus concis, plus fluide à la lecture.

Au final, ce n'est pas une mauvaise bande dessinée mais elle s'adresse vraiment en priorité aux jeunes lectrices. Les autres s'y ennuieront plutôt notamment à cause de son côté trop verbeux et de son intrigue à l'eau de rose.

Nom série  Nomad 2.0  posté le 17/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai lu la série Nomad il y a environ quinze ans. A l'époque, même si le scénario ne cassait pas trois pattes à un canard, j'avais apprécié son ambiance cyberpunk débridée façon années 90, avec tous les ingrédients du genre, super infiltrations informatiques, hologrammes, cyber-guerriers et action tout autour du Monde. D'autant que Savoia et Buchet donnait un bon peps au graphisme du récit.
Et voilà que 13 ans après le dernier tome de la série initiale, Morvan remet le couvert avec une suite en forme de come-back. Alors qu'on croyait que notre héros avait enfin trouvé le repos et une vie familiale heureuse, l'aventure vient le chercher directement dans son refuge en s'en prenant à sa femme enceinte de leur premier enfant.

Cette fois-ci, même si Savoia participe pour lui passer la main, c'est Julien Carette qui est au dessin. Et je dois dire que son dessin est très inégal. Il est parfois soigné, avec un encrage fin et détaillé. Dans ces moments là, je le trouve sympa et plutôt beau. Mais d'autres fois, il est beaucoup plus brouillon, avec un encrage devenant subitement épais. Ces changements de style ne me plaisent pas, d'autant que je ne vois pas ce qui les motive. Et l'aspect proche du croquis de certains décors se ressent de manière très négative quand il est mis en avant par un grand dessin en double page comme celui du goulag du second tome. On dirait l'esquisse d'un dessin que l'auteur n'aurait pas pris la peine de terminer avant publication.

Quant au scénario, il n'est vraiment pas terrible et cela ne méritait pas de faire revivre la série pour cela, à part peut-être pour donner envie de relire les 5 tomes initiaux. Le premier tome est une course-poursuite longue mais très rapidement lue. Il ne s'y passe pas grand chose de passionnant. Le second lui, est nettement plus dense en événements, mais sa densité semble l'empêcher d'être contenue de manière crédible en un seul tome. L'action y semble expédiée et superficielle. Est-ce que la série était prévue sur davantage d'albums et a dû être raccourcie brutalement pour terminer en 2 tomes seulement ?
Quoiqu'il en soit, c'est bourré de facilités, de deux ex machina, de péripéties téléphonées et de clichés. Cela frise même souvent l'incohérence la plus complète. Ce n'est pas amusant à lire car on ne s'attache pas au héros et à son histoire. Pourtant c'était plutôt sympa d'imaginer mettre en scène la libération de la Corée du Nord mais ça ne suffit pas à rendre l'intrigue prenante. J'imagine que cette fois là, les aventures du Nomad vont s'arrêter là pour de bon.

Nom série  Star Wars - The Clone Wars Aventures  posté le 17/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La série Star Wars - The Clone Wars Aventures pourrait facilement être confondue avec la série très similaire d'aspect et de titre Star Wars - Clone Wars Episodes. Toutes deux sont en effet publiées en petit format souple, sont réalisées par des collectifs d'auteurs, disposent de couvertures et de mise en page semblables et se déroulent durant la même période, avec les mêmes personnages ou presque. Mais elles diffèrent un peu par le ton, un peu plus encore par leur graphisme et enfin parce que l'une contient plusieurs histoires courtes par tome tandis que celle qui nous préoccupe ici est formée d'histoires complètes en un tome.

Avec The Clone Wars Aventures, nous avons de purs récits d'action sur une ambiance militaire et SF puisque nous contents d'être des récits de Star Wars, ils se déroulent dans le contexte purement martial de la Guerre des Clones. Missions secrètes, infiltrations, espionnage, missions diplomatiques musclées, nous avons droit à la palette complète du genre.
Le ton est assez léger mais il se prend un peu au sérieux quand même. Le public visé me parait assez jeune car nous avons droit à pas mal de facilités et de péripéties convenues. Mais la lecture est fluide et rythmée. C'est du divertissement qui ne se cache pas et est assez efficace.
Le graphisme est dans la même veine : il va à l'essentiel et à l'efficacité. Bien qu'il y ait différents dessinateurs, le style qu'ils appliquent à leurs histoires est à peu de choses près le même à chaque fois. Il n'est pas particulièrement joli mais il diffère des comics trop formatés et il fonctionne plutôt bien.

C'est une lecture qui permet de passer le temps, ne vous apprendra pas grand chose sur l'univers de Star Wars et la Guerre des Clones et est tout à fait dispensable même aux fans, mais ça se lit bien.

Nom série  One-Punch Man  posté le 13/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bien qu'on me l'ait chaudement conseillé, je n'ai jamais eu l'occasion ni le temps de regarder la série animée One-Punch Man. J'ai par contre eu l'occasion de lire les tomes du manga parus à ce jour.

Je connaissais le concept, assez original pour une publication japonaise puisqu'il s'agit d'histoires de super-héros mais au sens parodique du terme. Le héros est en effet un chauve maigrichon qui ne paie pas de mine mais il a comme occupation d'être accessoirement le super-héros le plus puissant de l'univers. Tellement puissant que quelque soit l'ennemi aussi monstrueux ou titanesque qui l'affronte, il le massacre d'un unique coup de poing à chaque fois. A tel point qu'il en est complètement blasé et frustré.

Le récit tord donc les concepts habituels du genre et des mangas d'action et de fantastique. Les méchants impressionnants, représentés de manière majestueuse et effrayante, n'ont souvent même pas le temps de donner leur nom qu'ils sont expédiés. Les autres super-héros, avec leur sens de l'honneur et de la majesté, sont tournés en ridicule par ce gringalet qui achève leurs Némésis comme on se cure une crotte de nez.
Les auteurs jouent la carte de l'humour et c'est vrai que ça marche assez bien, avec régulièrement des passages ou gags qui amènent le rire. Mais ce n'est pas hilarant pour autant. Comme on me l'avait décrit, je m'attendais à mieux. C'est souvent trop couillon ou prévisible pour être vraiment drôle.
Et pour le moment, il n'y a pas de véritable intrigue d'ensemble en fil rouge qui se met en place. Il faut dire qu'avec un héros capable de battre n'importe qui en une pichenette, il est difficile d'imaginer ce que les scénaristes vont mettre en place pour donner vraiment du piquant et du captivant au scénario. Mais l'intégration de Saitama dans un véritable groupe de super-héros laisse espérer encore quelques moments bien sympathiques.
D'autant que le dessin tient très bien la route et rend l'ensemble fluide et agréable à lire.

C'est donc une série sympa, qui sort des sentiers battus surtout en matière de manga, et dont je lirai la suite avec plaisir même si elle ne m'a pas foncièrement marqué pour le moment.

Nom série  Grand Nord  posté le 12/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Deux histoires d'aventure dans le Grand Nord Canadien aux alentours de 1900, à la façon de Jack London, avec un graphisme à la façon de Hugo Pratt. On s'attend à voir apparaître Corto et Raspoutine aux détours d'une case, même si l'ambiance est bien plus terre à terre et moins poétique.
Ce sont des histoires bien racontées et plaisantes. Le dessin est très proche de celui de Pratt en un peu plus formaté. Ça se lit bien.
Cependant, je n'ai pas été vraiment charmé car je trouve que les histoires se terminent de manière un peu abrupte, comme des introductions qui attendent une suite, et sans avoir eu le temps de me laisser tomber sous le charme et dans l'exotisme glacé de leur décor enneigé. Ça manque d'originalité et de force évocatrice à mes yeux, et les scénarios manquent d'envergure et de développements.

Nom série  Le Souffle du vent dans les pins  posté le 12/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Du début à la fin de cet album, je me suis demandé s'il s'agissait véritablement d'une bande dessinée ou alors d'un recueil d'illustrations agencées les unes après les autres pour donner plus ou moins l'apparence d'un récit organisé. Seule une poignée de planches ont la structure d'une bande dessinée. Les autres pages contiennent de beaux dessins en une ou deux pages mettant en scène à peu près les mêmes personnages même s'il est facile de les confondre et seul l'ajout de textes narratifs par-ci par-là permet de bâtir un semblant d'histoire.
Autant dire qu'il est difficile de se sentir captivé par le scénario du coup. C'est très décousu, davantage poétique ou allégorique que concret, et on a bien du mal à entrer dedans.

Mais par contre, il faut dire que le graphisme est de toute beauté. Il mêle peinture chinoise classique, influence du manga et des films de Miyazaki. Les couleurs désaturées ajoutent à l'élégance de l'ensemble. Ce sont de vrais tableaux et un pur ravissement pour les yeux.
A moins de tomber sous le charme de la poésie épique qui se dégage de l'ensemble, ça ne suffit pas à en faire une belle BD mais ça donne en tout cas un très beau recueil d'illustrations.

PS :
Je cite une interview de l'auteure que je viens de lire :

"- L’éditeur français a voulu ajouter des textes. Pourquoi ?
- Sans doute qu’il ne comprenait pas bien mon histoire (rires). En Chine, ce qui importe plus que l’histoire, c’est l’impression que les images provoquent, leur beauté. Les Chinois se contentent souvent d’un à peu près. L’éditeur français m’a dit qu’il éditait des BD et des livres mêlant textes et dessins. Donc finalement, j’ai séparé mon histoire en cinq chapitres, en les reliant aux éléments traditionnels chinois : l’Eau, le Bois, le Feu, la Terre et le Métal. J’ai écrit un texte très simple expliquant mon histoire et l’éditeur l’a réécrit avec son style."

Donc cela confirme l'impression que j'ai eue à la lecture : c'est plus une suite de dessins qui valent avant tout par leur beauté et leur ambiance que la recherche d'une histoire bien construite.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 264 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque