Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5542 avis et 2105 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  L'Envers des rêves  posté le 17/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme son titre l'indique, Warnaut et Raives nous offrent ici une vision de l'envers du décor du cinéma hollywoodien des années 50 : productions complexes, conflits d'égo, luttes d'influence, magouilles et autres coucheries.

J'ai apprécié l'ambiance d'après-guerre sous le soleil californien, avec les premiers échos du Maccarthysme, les stars à l'ancienne, le strass et les producteurs tous puissants. Le graphisme clair, lumineux et réaliste de Guy Raives s'accorde très bien avec un tel cadre.
Sous le couvert d'une vraie intrigue, on a droit à une vision d'ensemble des différents métiers du cinéma de l'époque, du scénario au montage en passant par le script, les décors, l'habillement, etc...
L'histoire est un peu fouillis au départ car on découvre d'emblée toute un ensemble de personnages et on peut s'y perdre dans les noms, rôles et ambitions de chacun. Mais les choses s'éclaircissent au fil de la lecture pour devenir limpide en fin d'album. Et ce que je prenais pour une coïncidence un peu bête quelques pages avant la fin devient finalement juste après logique avec l'arrivée d'un retournement de situation assez bien vu et m'ayant convaincu que le reste de l'histoire, que je croyais un peu embrouillée, tenait en fait bien la route.

Une bonne lecture et une vision assez grinçante du Hollywood des années 50, qui ne pêche à mes yeux que par le temps qu'on met à s'y retrouver dans les nombreux personnages.

Nom série  Catherine de Médicis  posté le 14/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette lecture fut pour moi frustrante. Car le personnage de Catherine de Médicis et la complexité de son règne en pleines guerres de religions en France sont intéressants. Et parce que le dessin de Paolo Martinello est de belle qualité, soigné, beau et doté de couleurs originales et élégantes. Mais pour quelqu'un comme moi qui connait très mal cette période de l'Histoire de France, j'ai trouvé cette lecture trop compliquée et pas assez claire.

J'ai l'impression qu'il faut connaitre à l'avance le détail de tous ces conflits de religions et ces luttes de pouvoirs pour s'y retrouver parmi tous ces événements et tous ces personnages. Les choses sont rarement expliquées dans cet album et on s'y perd souvent. Le récit est dense car il se passe énormément de choses entre la jeunesse et la fin de Catherine de Médicis mais du coup, le lecteur néophyte est noyé dans cette somme de faits, de noms et d'événements. Quand venaient des moments plus connus du grand public, je m'y retrouvais, comme dans les pages relatant de belle manière le massacre de la Saint-Barthélémy (raconté avec un point de vue bien distinct d'ailleurs de celui de la BD Charly 9 où les rôles de la reine régente et du jeune roi étaient très différents, je trouve). Mais trop souvent je me suis senti perdu à essayer de comprendre qui était qui, pourquoi les seigneurs et les peuples réagissaient ainsi, et pourquoi les choses étaient si compliquées à l'époque.

Ce que j'en retire, en tout cas, c'est une belle dénonciation, s'il en était encore besoin, de la stupidité et de la violence qu’entraînent les fanatismes religieux. Et le fait que pour avoir louvoyé comme elle le pouvait dans cette époque particulièrement retorse, le personnage de Catherine de Médicis est clairement digne d'intérêt et de complexité. Dommage du coup que la lecture de cette BD soit aussi difficile quand on ne connaît pas déjà bien cette période historique.

Nom série  L'Amour est une haine comme les autres  posté le 13/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album raconte l'histoire d'amitié, dans la Louisiane de la première moitié du XXe siècle entre un blanc, fils d'un riche entrepreneur, costaud mais un peu benêt, et un noir, malingre mais très intelligent. Après que le garçon blanc ait sauvé la vie du noir, les deux se lient d'une amitié sincère et décident de s'aider mutuellement. Le noir aidera le blanc à réussir ses études et à reprendre la société de son père, tandis que l'autre protégera son ami contre les exactions racistes de la population locale. Mais ils devront garder le secret sur leur amitié sous peine d'être punis tous les deux par la société ségrégationniste et haineuse dans laquelle ils vivent.

Sur le fond, ce scénario est intéressant et dispose d'un bon potentiel. La dénonciation du racisme dans le Sud des Etats-Unis n'est clairement pas un sujet neuf mais le traiter par le biais d'une telle amitié secrète entre un noir et un blanc apporte un peu d'originalité. On est curieux de voir comment ils vont se débrouiller l'un et l'autre et si leur amitié réussira à durer, même si les pages d'introduction de l'album semblent ne rien présager de bon pour leur avenir commun.

Le style de dessin de Lionel Marty est assez personnel. Je le trouve agréable, bien colorisé, et j'aime bien ses décors et l'aspect de ses personnages. J'ai un peu plus de mal par contre avec la façon dont il dessine les bouches qui ont régulièrement l'air d'être déformées ou déchirées.

Maintenant, le déroulement de l'histoire en elle-même ne m'a pas convaincu.
Déjà la narration est un peu confuse avec des flash back qui s'insèrent régulièrement sans prévenir dans le récit. J'aurais préféré un peu plus de linéarité dans ces circonstances.
Ensuite il y a quelques passages qui sonnent artificiels, notamment les morts similaires des mères des deux héros qui ne sont pas crédibles.
Et enfin et surtout, il y a un trop fort manichéisme dans cette histoire. On sent que les auteurs mettent bien d'un côté les deux gentils héros contre tous les méchants du monde, des méchants qui sont tous plus méchants, haineux et pourris les uns que les autres. Cette accentuation de la haine, même envers les membres de sa propre famille, s'apparente presque à de la caricature et réduit l'élégance et l'impact de cette dénonciation du racisme.

Dommage car le thème est bon et de mettre en comparaison, comme les auteurs le font ici, la situation intolérable en Louisiane dans les années 30-40 avec la bouffée d'espoir des années 60 de Martin Luther King était une initiative louable.

Nom série  Gilles Durance  posté le 13/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A lire cette série, j'ai bien l'impression que l'auteur aime les avions, les belles mécaniques, l'aventure-action à l'ancienne et les jolies filles en jupes très courtes qui s'envolent au moindre courant d'air. Et si vous aimez ça aussi, cette série n'est pas mal dans le genre.

J'aime bien la façon dont elle nous plonge dans l'ambiance aventureuse des années 60. Nos trois héros sont des anciens de la Guerre d'Algérie mais ils n'aiment pas la politique et se passionnent avant tout pour l'aviation et l'action quand elle se présente. Cette série a énormément de points communs avec Tanguy et Laverdure, avec ces héros pilotes d'avions évidemment, pour le cadre historique, mais aussi pour les décors et contextes des histoires, qui rappellent différents albums comme Baroud sur le désert, Destination Pacifique, la Mystérieuse Escadre Delta ou encore l'Espion venu du ciel. Comme dans ces deux derniers tomes notamment, Gilles Durance et ses amis sont embarqués dans des opérations troubles de barbouzes français où leur sens de l'honneur et de la franchise est mis à rude épreuve face aux magouilles complexes des espions et autres trafiquants d'armes.

Le dessin de Calixte est une ligne claire nette et lumineuse. Ses personnages sont parfois un peu raides et leurs poses et expressions un peu artificielles mais ce style permet une lecture fluide et plaisante. Ses véhicules, avions et autres voitures, sont en outre dessinés de manière très maîtrisée.

Les histoires sont agréables et pleines d'exotisme. On est vraiment dans l'aventure "à papa", avec les bons héros aux idéaux justes et valeureux. J'ai bien apprécié cette plongée dans l'ambiance un peu désuète d'une époque où l'aventure ne se perdait pas en complexité et en noirceur. Néanmoins j'ai un peu tiqué à certains moments, notamment quand je vois nos héros pourtant civils partir bombarder un aéroport comme si c'était la bonne chose à faire de s'impliquer aussi vite dans un conflit dont ils ne connaissent quasiment rien. De même certaines péripéties sonnent un peu faux, comme cet espion ennemi qui se trouve pile dans le bar où nos héros débarquent par hasard après avoir atterri d'urgence avec leur avion. Ce type de situation et quelques raccourcis moraux favorisant de l'aventure un peu guerrière façon "ouais, on va gagner parce qu'on est du côté des bons" a un petit peu refroidi l'affection que j'avais pu ressentir pour le reste du récit.

Je vois donc avec cette série une bonne BD d'aventure-action à l'ancienne pour les amateurs d'avions, de belles mécaniques et d'exotisme, mais pas un indispensable pour autant.

Nom série  Sailor Twain ou La sirène dans l'Hudson  posté le 13/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai beaucoup aimé l'originalité de ce récit. Quand on voit une série s’appeler Sailor Twain avec un bateau à roues à aubes sur la couverture, on s'imagine une histoire classique de navigation sur le Mississippi. Mais il s'agit en fait ici d'une histoire se déroulant sur la rivière Hudson, avec un bateau célèbre pour les fêtes de célébrités qu'il accueille, ayant pour propriétaire un excentrique français à la fois romantique et grand coureur de jupons, et le tout dans un récit clairement orienté vers le fantastique.
Cette histoire de sirène charmeuse et mystérieuse dans le folklore des USA de la fin XIXe siècle m'a bien plu. J'étais intrigué et je voulais voir où elle allait me mener.

Le dessin est un peu spécial. Les décors sont soignés et réalistes. Certaines illustrations pleine page sont même très belles. En contraste, les personnages aux visages bien plus simples et aux grands yeux sont assez étonnants. Je dois dire que je n'ai pas trop aimé, surtout le visage du héros, le capitaine Twain, avec ses yeux tous ronds, son nez en triangle et ses cheveux en pétard. J'ai trouvé la façon de le dessiner trop basique pour me plaire. Il ne cadre pas bien avec le reste du graphisme et du récit.

Mais ça ne m'a pas empêché de bien apprécier l'histoire... jusqu'à la toute fin qui m'a un petit peu déçu. Ironiquement, je trouve que ça se finit un peu trop en queue de poisson. J'espérais une conclusion plus concrète, moins fataliste et romantique.

Nom série  Le Feul  posté le 10/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série d'heroïc-fantasy bien classique sur la forme, avec ses guerriers et guerrières et ses différentes peuplades, mais qui m'a séduit par sa sobriété plutôt mature et la beauté de son dessin.

Le trait réaliste et très soigné de Frédéric Peynet m'a immédiatement plu et surpris. J'étais surpris d'être passé à côté d'une série aussi bien réalisée. Ses personnages et ses décors sont très chouettes, et les couleurs élégantes ne gâchent rien.

J'ai également été charmé par le récit qui évite toute esbroufe et tape-à-l'oeil immature. Si l'on excepte des caractéristiques physiques différentes pour les différentes peuplades et quelques rares créatures imaginaires, on pourrait presque croire à un simple récit médiéval sans fantastique. Et ce qui m'y a plu, ce sont les personnages et les relations entre les différents peuples, à la fois opposés par des coutumes différentes et des préjugés méfiants, et en même temps unis par un même objectif de combattre une maladie qui les frappe tous.
Le premier tome m'a vraiment plu mais j'attendais encore que l'aventure se lance pour de bon. Le second tome est resté dans la même lignée assez sobre et je l'ai trouvée du coup un peu longuet. D'aligner des rencontres de nouvelles peuplades, ça va un moment mais ça lasse à la longue. Puis vient le troisième tome où tout s'accélère, presque trop car en voyant les dernières pages venir je m'inquiétais à l'idée que l'histoire s'arrête en plan et que la série ait été abandonnée. Mais non, il y a une vraie fin même s'il ne clôt pas certains aspects et laisse un léger goût d'incomplet, de frustration. Et surtout, je dois admettre que le twist final était devenu prévisible depuis de longues pages en ce qui me concerne et qu'il m'a déçu par son côté anachronique qui rompt avec l'élégance de la fantasy du reste de l'histoire.
Un peu déçu par la fin donc, mais ça reste une bonne série de fantasy avec un très bon dessin.

Nom série  Le Piano Oriental  posté le 09/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album raconte deux récits en parallèle. D'un côté, il y a l'histoire du grand-père de la narratrice, musicien libanais joyeux et ouvert d'esprit ayant inventé un piano permettant de jouer les quarts de ton spécifiques de la musique orientale. Et il y a l'histoire de la narratrice qui, de nos jours, nous fait connaître son état d'esprit par rapport à sa culture à la fois française et libanaise et son amour pour les deux langues et les deux pays. Les deux récit ne sont liés que par le fait que la première fait partie de la légende historique de l'autre.

J'ai bien aimé l'aspect optimiste de cette vision d'un pays avant et après une guerre civile qui l'a pourtant ravagé et qui n'est ici que mentionnée de loin. Le dessin naïf en noir et blanc de l'auteure permet de bien appuyer sur ce côté joyeux et légèrement insouciant. S'il fait initialement penser au style de Marjane Satrapi (Persepolis), elle-même influencée par David B. (L'Ascension du Haut Mal), il se différencie parfois par un aspect assez proche de l'illustration en enluminures. C'est joli et agréable à lire, même si je dois dire que la tendance à l'esthétisme rend parfois la narration graphique un petit peu confuse.

Le récit en lui-même n'est pas exceptionnel. L'histoire du grand-père et de son piano est intéressante et plaisante mais sans plus. Celle de la narratrice et de son rapport à sa langue et son pays ne m'a pas tellement captivé. Je l'ai trouvé trop personnel même s'il est sincère et même si j'ai trouvé sa fin assez jolie. J'aime bien cette image des toits parisiens avec la mer libanaise à l'horizon.

Nom série  Suite Française  posté le 08/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'Exode de Juin 40 en BD mais avec comme intérêt notable qu'il s'agit de l'adaptation d'un récit écrit entre 1940 et 1942, donc clairement au cœur de l’événement. Nous y suivons une brochette de personnages variés, allant de la famille bourgeoise à de simples employés de banque en passant par un écrivain snob et la maîtresse débrouillarde d'un riche banquier. L'histoire se passe entre le moment où ils décident tous de quitter Paris dans l'urgence et celui où la plupart d'entre eux y reviennent quand finalement la France a signé l'Armistice.

J'ai bien aimé la crédibilité de cet ensemble de récits ainsi que la diversité de son panel de protagonistes. Cela permet d'avoir plusieurs points de vue et plusieurs types de déroulement de ce moment historique. Le dessin est également appréciable, dans ce style d'Emmanuel Moynot qui s'apparente à celui de Tardi.
Par contre, le fait que le récit alterne rapidement entre les situations de chaque groupe de personnages donne un sentiment de superficialité au récit. On ne s'attache à aucun d'entre eux. De même, le rythme est un peu rapide et empêche le lecteur de se sentir impliqué et de vraiment apprécier ce qui arrive à chacun.
En définitive, ce fut pour moi une lecture historiquement intéressante mais pas vraiment très prenante.

Nom série  Cendres  posté le 06/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai eu un léger sentiment de déjà-vu avec cette histoire. On y retrouve en effet le thème de trois anciens amis qui se retrouvent à l'occasion de la mort du quatrième membre de la bande qu'ils formaient étant jeunes et qui partent pour un road-movie qui va leur permettre de se retrouver et de vivre ensemble des aventures qui vont les rapprocher.
Outre son graphisme assez personnel, l'album se différencie un peu quand même par l'originalité de ses personnages, aussi bien dans le background de ces fameux amis que dans celui des deux brutes qui les poursuivent. Car il y a en effet une petite touche de récit de gangsters avec deux gros bras au look de ZZ Top qui en veulent pour une raison au départ mystérieuse à l'un des trois amis. Or il s'avère au fil des tomes que la raison pour laquelle ils le poursuivent est plutôt amusante et que ces deux là se révèlent finalement assez attachants.
Ah ! Et il y a aussi un singe, adopté par l'un des trois amis.

Tout ça pour dire que cette histoire inclut des éléments assez originaux et amusants dans une intrigue plus classique. Associés à un graphisme clair et un peu naïf et à des couleurs doucement acidulées, cela donne une lecture légère et divertissante. Je n'ai pas toujours fortement accroché car je trouvais que les amis en question n'étaient pas des plus attachants, mais par contre j'ai plutôt bien aimé la toute fin et le fameux endroit où ils arrivent. C'est un rêve qui me parle bien.

Nom série  Douce France  posté le 03/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un album qui aborde plusieurs thèmes à la fois mais sans véritablement se positionner à mes yeux.

Il y a ce jeune chef de projet immobilier qui se débat dans le panier de crabes de sa société où les connards prétentieux et ambitieux sont légion. Et il y a ce mémorial de la Résistance ayant pour figure de proue un ancien résistant devenu haut dignitaire et figure locale célèbre mais dont le passé durant la guerre est visiblement plus complexe qu'il n'y parait. Le jeune chef de projet se retrouve tiraillé entre de nombreux éléments contradictoires : ses ambitions professionnelles, sa femme bientôt enceinte qu'il délaisse, ses soucis de chantier et de rivalité interne, son admiration pour l'ancien résistant, les reproches à son père qui lui n'a pas fait partie de la Résistance, et finalement ses doutes sur des révélations volées et sur comment il doit se comporter face à tout ça.

Tous ces thèmes se mélangent et, même si l'ensemble reste réaliste, le déroulé de l'histoire se révèle un peu confus. On ne voit pas bien où l'auteur veut en venir si ce n'est à soulever des questions, souvent des questions d'éthique ou de sociologie, mais sans répondre à aucune.
La narration est un peu spéciale en outre car elle offre à plusieurs moments et sans crier gare de grosses ellipses de plusieurs mois qui obligent le lecteur à se replacer dans un contexte un peu différent à chaque fois.
Le personnage principal n'est en outre pas rendu attachant car il parait aussi renfermé et distant aux yeux du lecteur qu'il l'est aux yeux de ses proches. Ses réactions parfois brutales sont crédibles mais ne le rendent pas sympathique.

Pour ce qui concerne le graphisme, il est réalisé avec un trait épais de type crayon fusain qui rappelle le style de Jean-Claude Götting. S'il est élégant et plutôt esthétique, ce dessin a le défaut de ne pas permettre de bien reconnaître certains personnages, surtout quand ils sont vus d'un peu loin, et ne facilite pas la clarté de toutes les scènes. A noter que le dessinateur fait le choix d'une sorte de bichromie en bleu et rouge qui est assez originale et jolie mais dont je ne comprends pas bien la logique : pourquoi parfois rouge, pourquoi parfois bleu ? Juste pour le contraste et pour différencier certaines scènes ?

Douce France est un récit adulte abordant plusieurs sujets sérieux et intéressants, mais je trouve qu'il ne les approfondit pas de manière satisfaisante, que le personnage principal n'est pas attachant et que la narration n'est pas toujours très claire. Je suis moyennement convaincu.

Nom série  Star Wars - Vador abattu  posté le 02/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je découvre tout doucement le nouvel univers étendu Star Wars tel que Marvel/Disney le réinvente depuis qu'ils ont racheté les droits. Cet album-ci se déroule entre la destruction de la première Etoile Noire et le film l'Empire Contre-Attaque. C'est en réalité un cross-over entre deux séries : Star Wars - Dark Vador (Marvel) et Star Wars (Marvel/Disney). Il se déroule en effet après le tome 2 de chacune de ces deux séries. La première raconte les déboires de Vador face à des rivaux au sein même de l'Empire tandis que la seconde raconte les recherches de Luke Skywalker en quête de moyens d'apprendre à devenir un Jedi. Et dans ce cross-over, Vador est justement poussé à la poursuite de son fils (même si ce dernier ignore encore qu'il l'est) et se rend sur la planète où celui-ci cherche les ruines d'un vieux temple Jedi. Sauf qu'il s'agit d'un piège d'un de ses rivaux car cette planète est le site d'une base rebelle et que Vador se jette dans la gueule du loup.

J'ai un sentiment mi-figue mi-raisin par rapport au contexte de ce récit.
Pour commencer, ayant une connaissance très large de l'univers étendu pré-Marvel, je grince des dents à l'idée de voir tout réinventé et remis à plat par de nouveaux venus. Si c'était pour en faire quelque chose de vraiment fort et élégant, quelque chose d'indéniablement meilleur, j'aurais très bien pris la chose. Mais là, j'ai l'impression de voir simplement un monde parallèle au Star Wars que je connais où une bande d'auteurs inventent de nouvelles choses pour l'argent et pour faire plaisir aux investisseurs financiers.
Dans le tas de ces nouvelles histoires, il y a quand même de bonnes choses. J'aime bien notamment les personnages qui ont été imaginés ici par Kieron Gillen dans Star Wars - Dark Vador (Marvel) et qu'on retrouve ici : ces serviteurs de Dark Vador et ses puissants rivaux (même si je trouvais Xizor plus sobre et élégant comme rival dans l'univers étendu tel que je le connaissais). Le Mon Calamari, amiral de la flotte impériale et cyborg façon Grievous, est un personnage plein de potentiel. Le Dr Aphra, au service de Vador, est intéressante par son côté non manichéen. Et ses deux acolytes droïdes, versions maléfiques et psychopathes de C-3PO et R2-D2 sont assez amusants. Les voir affronter nos héros habituels, Luke, Han et compagnie, est plutôt plaisant.

Pourtant cette histoire parait presque comme un gâchis avec une telle galerie de personnages et de potentiel. C'est du gros divertissement qui tâche empli de fan service pour les aficionados de Star Wars.
Tout bon fan aime l'idée de voir Vador faire la preuve de sa supériorité et de ses pouvoirs, mais de le voir comme ici se balader tout seul sans aucun souci et massacrer une flotte puis une armée entière de rebelles, c'est trop. C'est trop facile, trop artificiel, trop cheaté. Un scénariste plus sérieux l'aurait vu davantage utiliser la ruse, la retraite stratégique ou des solutions plus intelligentes. Là, Vador est simplement une arme de destruction massive invulnérable. Quand on voit la facilité avec laquelle il fait ça, on se dit que l'ensemble de l'Académie Jedi n'était composée que de gros nuls pour s'être tous faits bêtement tués par une poignée de stormtroopers suite à l'ordre 66.
Il y a une touche d'humour qui est amenée par les comportements des droïdes, le côté psychopathe cinglé des deux méchants, le courage du petit D2 et l'idiotie snobinarde habituelle de 3P0. Mais ça sent régulièrement trop la grosse blague bien appuyée, surtout le moment assez cartoon où le méchant droïde astromech sort toute une batterie d'armes et de missiles plus gros que lui de sa carcasse.
Ensuite, l'intrigue en elle-même se révèle très basique. C'est une suite de combats, d'explosions, de personnages qui se recherchent, se trouvent, se perdent, croisent les autres personnages, se battent à nouveau, etc. Du coup, on a droit à la classique succession de coïncidences faciles et de deus ex machina. Un X-wing et un Tie qui se percutent de face à pleine vitesse et aucun n'explose ? Un croiseur impérial et son armée qui débarque sur une planète rebelle et aucun rebelle n'est alerté à l'avance ? Le faucon millénium qui avait un trou béant dans sa coque réparé en quelques secondes par l'ennemie quand ça l'arrange ? Et tout le monde qui se croise et se recroise sur cette planète comme si c'était un hall de gare ?

Pour finir, concernant le dessin, ils sont deux à se partager le travail. Et si le graphisme de Mike Deodato Jr. me plait bien, réaliste et soigné, j'apprécie beaucoup moins le trait de Salvador Larroca dont les visages sont changeants et laids et dont je n'aime pas l'encrage uniforme sans aucun plein ni délié.

Bref, pour une lecture de divertissement, ce n'est pas si mauvais. Mais en vieil amateur de Star Wars, je n'aime pas le côté basique et facile de cet album.

Nom série  Le Sourire de Mao  posté le 02/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les auteurs de cet album ont imaginé un futur proche ou une réalité alternative où une République Démocratique de Wallonie séparée de la Flandres est dirigée par un homme aux méthodes néo-nazies sous couvert de politiquement correct. Jeunesse embrigadée, médias diffusant un discours bien pensant, société favorable à la délation et à la dénonciation des opposants comme étant des terroristes.

Au départ, j'ai trouvé cette Wallonie dystopique assez stéréotypée et la transposition du nazisme trop facile et caricaturale. Les méthodes employées par le gouvernement y sont trop évidentes, notamment ces adolescents en uniformes façon chemises brunes. Ça donne l'impression que le peuple est rendu artificiellement naïf et que la dénonciation par les auteurs du risque de voir leur pays sombrer dans le fascisme est grossière et cousue de fil blanc.
Mais finalement, au fur et à mesure de ma lecture, je me suis dit que le scénario tenait quand même plus ou moins bien la route. Son rythme est rapide, peut-être un peu trop parfois, mais ça permet d'offrir un scénario assez dense avec l'avantage de tenir en un seul tome alors qu'il aurait pu être dilué sur plusieurs. Et là où l'intrigue paraissait convenue dans la première moitié de l'album, il finit par offrir des retournements de situation et surprises assez bien menées par la suite. Cela reste un peu convenu et pas très original sur le fond, mais j'ai relativement bien apprécié.
Et puis j'aime aussi le dessin que je trouve clair et agréable. C'est lui qui m'a permis de mieux apprécier le début moins captivant de cette histoire et ensuite de pouvoir profiter de la fin où le scénario décolle un peu plus.

Nom série  Antigone  posté le 01/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Cette BD m'a donné l'impression que l'auteure s'ennuyait, n'avait pas trop d'idées et s'est mise à dessiner ce qui lui passait par la tête, sans scénario ni objectif précis.

Deux récits s'enchevêtrent, alternant de manière hachée et sans transition une poignée de pages de l'un, puis de l'autre, et ainsi de suite.
Il y a celui d'une adolescente mignonne qui bronze à la piscine en essayant vaguement de lire le livre Antigone en préférant laisser vaquer ses pensées et faire jouer son pouvoir de séduction.
Et il y a celui plus abstrait de personnages imaginaires dont on ne sait trop qui ils sont, deux filles, une pieuvre, un danseur de tango ou encore une bête bizarre se définissant comme étant l'amour incarné. Ceux-là parlent de tout et de rien, surtout de rien, et papotent dans des discussions sans queue ni tête aux allures presque psychanalytiques, comme ces dialogues qu'on peut se faire dans sa tête entre personnages imaginaires quand on n'a pas trop d'idée.

J'aime bien le dessin, enfin surtout celui de l'histoire de la jeune fille puisqu'il est nettement plus travaillé que celui du récit abstrait. Entre ce trait lâché et l'ambiance mêlant adolescente et dialogues futiles, ça me rappelle les œuvres de Bastien Vives.
Mais alors le récit est d'un chiant !
L'histoire avec la jeune fille est simple mais il ne s'y passe quasiment rien et c'est ennuyeux. Et l'autre histoire, avec les personnages imaginaires, est très rapidement pénible tant les dialogues sont inutiles et bavards. Il s'agit très probablement des pensées divagantes de l'adolescente qui s'ennuie mais j'ai bien du mal à voir le rapport avec sa situation réelle au moment où elle y pense et surtout je n'ai pas réussi à m'y intéresser. J'ai lâché la lecture de cette partie là au premier tiers de l'album, et je me suis contenté de suivre l'histoire avec l'ado pour constater qu'elle ne menait nulle part et que je pouvais fermer l'album sans regret si ce n'est un peu de temps perdu.

Nom série  20 ans ferme  posté le 01/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une dénonciation de l'impasse que représente l'univers carcéral en France par le biais de l'histoire d'un homme condamné à 20 ans ferme dans les années 80.

Le discours est plein de bon sens. Comment la société peut-elle espérer que les criminels en prison s'amendent ou ne récidivent pas en sortant alors que son fonctionnement pervers ne peut finir que par les déshumaniser ou les empêcher de s'en sortir par la rédemption, le travail ou les études ? La société crée ses propres monstres avec les prisons.
Mais le débat est là car quelle autre solution y a-t-il ? Va-t-on payer des thérapies, des soins ou de nouvelles études à ces criminels qui les ont rejetés durant toute leur jeunesse et qui sont allés sciemment à l'encontre des lois de la société ? Pourquoi changeraient-ils soudainement ? Va-t-on leur donner l'affection que le personnage réclame dans cet album ? Faut-il que ceux qui travaillent et sont intégrés dans la société assument et paient pour ceux qui ne l'ont pas fait et n'ont pas donné l'impression de vouloir le faire ? N'y aurait-il du coup plus de punition pour les criminels, rien qui puisse leur faire peur à l'idée de commettre un crime, mais au contraire de l'aide donnant l'impression qu'au pire ce n'est pas grave, commettons un crime comme ça je serai aidé après ?
Je ne suis absolument pas apte à débattre sur le sujet et ne vois aucune solution simple.

Sur le fond, le sujet est intéressant donc.
Sur la forme, j'ai moins été captivé.
Le dessin est correct et la narration fluide mais ce style graphique n'est pas trop ma tasse de thé.
Et surtout le personnage n'est pas rendu franchement attachant. A peine arrivé en prison, on le voit faire le dur, gueuler et se plaindre, classant le fait qu'il soit coupable de braquage comme étant négligeable et exigeant que la prison soit confortable et pas désagréable. Du coup il s'attire des emmerdes à vitesse grand V et après se plaint de plus en plus et entre en résistance.
Dans le cas d'un récit comme celui de Toi au moins tu es mort avant où l'on suit l'incarcération arbitraire d'un prisonnier politique grec et sa résistance passive aux maltraitances de ses geôliers, on peut comprendre son combat et les raisons de sa fierté tenant parfois même à l'obstination. Mais dans le cas d'un criminel qui, à peine arrivé en prison, commence à foutre le boxon parce qu'il veut baiser avec sa copine ou pouvoir se doucher tranquille, j'ai moins tendance à me sentir proche.
Ce n'est que par la suite, quand on voit qu'au-delà des soucis de confort, le récit dénonce toute une structure carcérale mal conçue qui fait qu'à l'emprisonnement physique s'ajoute un emprisonnement mental créé par l'humiliation et la perte d'espoir dans l'avenir, qu'on comprend mieux le besoin de se révolter du héros. Mais je n'ai pas l'impression que c'était ses réelles motivations en début d'album. Et d'ailleurs, il me semble que c'est justement quand il réalise vraiment ce contre quoi il est en droit de se rebeller qu'il devient au contraire plus sage et décide d'attendre tranquillement sa liberté conditionnelle.

Nom série  Arthus Trivium  posté le 01/02/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec cette bande dessinée, nous sommes dans de l'action fantastique à grand spectacle dans un cadre de cape et d'épée.
Comme Marini le rappelle lui-même en couverture du tome 2, cela rappelle une série à succès comme Le Scorpion : de beaux héros, un dessin soigné et esthétisant tout en affichant de l'action musclée, un cadre mêlant ésotérisme, combats et fantastique, et une série taillée sur mesure pour plaire au grand public. Pour aller dans ce sens, elle est d'ailleurs construite en diptyque pour faciliter l'achat et l'assimilation par les lecteurs.

De quoi s'agit-il donc ? De mettre en scène Nostradamus comme étant dépositaire d'un véritable pouvoir magique de divination et ayant éduqué trois disciples, deux hommes et une femme, pour devenir de vrais super-héros justiciers ne craignant ni sorciers ni démons. Mais le Mal est puissant et va s'en prendre au vieux mage pour tenter d'ouvrir la porte des enfers et permettre aux démons de venir sur Terre.
Après un premier tome où on se demande encore si on est à la limite du réel ou du surnaturel, le second nous plonge très vite dans de l'action fantastique à la façon de Hollywood, pas crédible du tout mais rythmée et prenante. C'est du pur divertissement.

Le dessin est bon et bien colorisé même si je n'aime pas trop tous ces personnages au physique de mannequins aux traits fins et aux corps parfaits. Ce style manque un peu d'âme mais on ne peut pas lui reprocher grand chose sur le plan technique.
L'histoire, quant à elle, fait un peu trop dans le grand spectacle facile à mon goût. Ça ressemble à un blockbuster de cinéma avec de gros moyens financiers mais très formaté au niveau du scénario. Ça marche pour se vider la tête avec une histoire mouvementée et divertissante mais il ne faut pas y chercher trop de profondeur.

Nom série  Fête des morts  posté le 31/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un polar assez noir et glauque puisqu'il parle de pédophilie mais qui tient bien la route.
Le cadre Cambodgien est assez original. A vrai dire, au début, j'ai confondu et cru que ça se déroulait en Thaïlande, réputée pour son marché du sexe assez sordide. Je ne pensais pas que le Cambodge avait sombré lui aussi dans cette malheureuse dérive mais j'imagine que la misère, la corruption et l'exemple du pays voisin n'aident pas à y échapper. En tout cas, ça refroidit fortement les envies d'aller là-bas pour du tourisme traditionnel.

Le dessin est réalisé d'un trait souple et lâché qui fait penser à celui d'un José Muñoz (Alack Sinner). Il fonctionne bien pour donner l'ambiance d'un polar noir en pays exotique. Par contre, certains personnages sont trop faciles à confondre et globalement ce n'est pas trop un style graphique que j'apprécie énormément.

Les personnages, on en vient aussi assez facilement à les confondre au cours de l'enquête de ce policier dans cette ville balnéaire khmer. Beaucoup de noms de se ressemblent : Nara, Darat, Casta, Varanat, Yama... Il y avait une promotion sur les A à la distribution des noms ?
Déjà que de manière générale j'ai tendance à m'y perdre dans les enquêtes policières et dans les magouilles, ça n'aidait pas.
Le côté bourru du héros, vieux flic désabusé qui n'a plus rien à perdre, est assez cliché mais on a envie d'être à ses côtés pour faire dérouiller ces salauds qui exploite la jeunesse. Et l'ensemble de l'intrigue reste crédible, ce qui n'est pas un mal.

Un contexte et une histoire trop sombres pour mes goûts, moi qui ne suis pas amateur de polar noir, mais un scénario et une BD de plutôt bonne qualité.

Nom série  Enfer et parodie  posté le 31/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Une série de gags en une image dont la qualité va decrescendo.
Cela commence comme un recueil de petits gags pour geeks amateurs de dessins animés, BD, séries et autres block busters. Malgré les nombreuses références pour initiés (initiés très grand public quand même), les blagues sont médiocres et sans grande surprise. Disons que c'est correct pour des blagounettes qu'on croise par-ci par-là sur internet, mais ce n'est pas quelque chose pour lequel je serai prêt à payer.
Puis ensuite cela se dégrade encore dans les tomes 2 et 3. Car le dessinateur initial, qui n'était pas mauvais, se fait remplacer peu à peu par des dessinateurs nettement plus amateurs à mon goût. Ça devient laid en plus de ne pas être drôle du tout.
Plus que dispensable, sauf si vous vous ennuyez vraiment.

Nom série  Etunwan - Celui-qui-regarde  posté le 31/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est l'histoire d'un photographe participant à une expédition scientifique vers l'ouest sauvage dans les années 1860 et qui s'éprend de l'idée de photographier le peuple indien au naturel pour immortaliser les moments de vie et de culture d'un peuple en voie de disparition.
Je me suis demandé si c'était une histoire véridique mais à priori c'est une fiction même si elle est très réaliste. Tout est crédible et on est rapidement plongé dans l'ambiance d'une exploration de terres sauvages, de grands espaces fascinants et de rencontres avec des hommes d'une civilisation différente, fière et intéressante même si sans avenir.

Thierry Murat y utilise le même style graphique que dans Les Larmes de l'assassin, à savoir des dessins tous en ombrages noirs sur fond marron ou sépia, accompagnés de textes narratifs ou de dialogues sans bulles dans une police de caractère de type machine à écrire. Cela donne un aspect vieillot, voire vieilli, aux planches, que je n'aime pas trop car il est austère et sombre. Ce choix graphique me déçoit en outre car il ne rend vraiment pas hommage aux décors décrits comme exceptionnels que le héros peut admirer, ni aux personnages des peuplades indiennes qu'il croise. C'est frustrant.

Quant à l'histoire, je l'ai trouvée bonne, intéressante et dépaysante sur la majorité de l'album. Pourtant, vers la fin, quand le héros sombre soudain dans des tourments amoureux, j'ai un peu décroché. Et j'ai été déçu par la conclusion car je n'ai pas compris sa réaction destructrice. Pourquoi agit-il ainsi alors que, même si ça ne vient pas du gouvernement, on lui propose quand même les moyens financiers d'éditer ce fameux ouvrage qu'il voulait pouvoir immortaliser une part de l'âme du peuple indien ? Sa réaction ressemble à un caprice romantique et ça m'a agacé.

Bref il y a du bon et du moins bon dans cet album. J'ai aimé le voyage réaliste vers des terres exotiques et l'émotion de l'exploration loin de la civilisation. J"ai moins aimé le graphisme et la fin de l'histoire.

Nom série  Parallèle  posté le 30/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il y a des choses que j'aime bien et d'autres moins dans ce début de série.

Ce que j'aime, c'est son côté science-fiction d'action sans scrupule. Un vaisseau, une planète étrange et dangereux où son équipage est naufragé, un monde parallèle, des communications avec la Terre et la découverte d'une catastrophe à venir, une double ligne temporelle qui se met en place... Ce sont des ingrédients populaires que j'aime bien et qui tiennent assez bien la route ici.

Le dessin n'est pas mauvais non plus mais un peu inégal. J'aime sa colorisation et son ambiance générale qui n'est pas sans rappeler celle de Juan Gimenez (La Caste des Méta-barons et ses autres récits de space-opera). Si le trait est globalement bon, il y a quand même certains cadrages pas toujours très déchiffrables et certaines scènes d'action dont la narration est un peu hésitante. En particulier, je n'ai pas compris l'histoire de la sortie des véhicules d'évacuation à un moment donné, et j'ai dû relire les cases pour comprendre que je voyais le déploiement de plusieurs d'entre eux et non pas la sortie puis la rentrée puis à nouveau la sortie du même. De même, les différences entre les deux lignes temporelles dans les dernières pages du premier tome ne sont pas très claires.

Ce que j'aime moins par contre, c'est cette histoire trop cliché d'attaque de zombies et de gars bien armés qui se font tuer si facilement. L'intrigue reprend trop de stéréotypes des scènes de films de ce genre, avec des facilités qui m'ennuient plus qu'elles me divertissent ou font naître le moindre suspens.
En outre, le premier tome ressemble beaucoup à une grosse introduction et je ne sais pas trop si la suite va me plaire. Je la lirais quand même par curiosité, si elle parait bien un jour.

Nom série  Alix & Arsénou  posté le 30/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ces albums au format à l'italienne sont de petits documentaires touristiques à destination de la jeunesse. Y dédiant un album à chaque fois, Frédéric Brrémaud nous y fait découvrir des lieux aussi variés que Rome ou Noirmoutier.

Pour cela, il s'est associé à trois dessinatrices et dessinateurs italiens qui se partagent chacun un ou deux albums. Leurs styles sont différents mais relativement proches, tous plus ou moins influencés par l'école d'animation italienne de chez Disney. Là où leur graphisme forme un tout uni, c'est dans leur agréable colorisation, chaude et lumineuse. C'est plutôt sympa à regarder et à lire.

Le ton de la lecture est léger, adapté à un lectorat jeunesse, 10 à 13 ans je dirais, ou éventuellement tous publics. Avec ces albums, on fait le tour des informations et lieux les plus célèbres de chacun des endroits visités, comme un petit résumé de guide du routard pour les jeunes. C'est plaisant même si rien n'est abordé en profondeur ou avec vraiment d'originalité.
A noter que l'album sur Rome est bilingue, une page en français et puis son double en italien. L'initiative est louable pour mettre dans l'ambiance des lieux, mais du coup le contenu est deux fois moindre en terme de quantité pour le lecteur.

Je conseille l'achat si vous avez prévu de voyager avec vos enfants ou s'ils partent avec leur école à Noirmoutier. Ça leur permettra d'avoir un bon aperçu d'ensemble des lieux qu'ils vont visiter.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 278 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque