Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 2277 avis et 533 séries (Note moyenne: 2.96)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Wizzywig  posté le 23/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Personnellement, j'ai abandonné ma lecture en cours de route.

Tout d'abord, je ne suis pas fan du dessin. c'est raide, c'est très basique, c'est pas dynamique... c'est laid.

Ensuite vient le sujet. L'informatique et moi, déjà à la base, ça fait deux. Mais les hackers ont quelque chose de fascinant qui aurait pu réellement m'accrocher... s'il y avait eu une finalité en soi. Ici, dans le peu que j'ai lu, il n'est question que de pirater des téléphones publics, histoire de pouvoir passer un coup de fil gratuitement. Franchement, qu'est-ce que vous voulez que ça me fasse ? Ce sujet m'est apparu inintéressant au possible.

Puis vient la narration. Les explications techniques manquent de clarté, je ne comprenais qu'exceptionnellement de quoi il retournait exactement. Je ne sais si c'est dû à la traduction ou au fait que l'auteur part du principe que nous connaissons tous le sujet du piratage et les bases des techniques employées, mais, à titre personnel, je lisais ces passages sans même chercher à les comprendre tant tout cela passait bien haut au dessus de ma tête.

Enfin, les principaux personnages me sont eux aussi apparus sans intérêt.

En résumé : je n'ai pas aimé.

Nom série  Saveur coco  posté le 13/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Renaud Dillies, sans réellement sortir de son univers, vient de me surprendre avec cet album on ne peut plus original.

Ne vous attendez pas à lire une histoire linéaire. L'auteur nous plonge dans un délire poétique et léger dans lequel le dessin et la mise en page sont autant d'accroche-coeurs pour le lecteur que je suis.

C'est beau et ça berce. Ca ravit l'œil et ça amuse. Ca ne raconte pas grand chose et je m'en fous. Ici, ce n'est pas la destination qui importe, c'est la beauté du chemin !

Farfelu et poétique, imaginez Django Reinhardt adaptant Apollinaire dans un bar mexicain et vous vous approcherez peut-être de l'idée...

C'est léger, c'est frais, c'est étonnant. Moi qui avais peur de voir Dillies tourner en rond après son très réussi Abélard, je suis ravi par ce virage en dérapage tout contrôlé. L'auteur parvient à innover tout en restant fidèle à lui même.

Rares sont les albums qui me séduisent principalement par leurs qualités esthétiques. C'est le cas de Saveur Coco car ces dessins auront réussi à m'évader du quotidien. Chapeau bas !

Nom série  La Peau du Rhinocéros  posté le 13/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Adaptation d'un conte de Rudyard Kipling, cette courte histoire ne m'aura pas marqué outre mesure.

Certes, comme dans Les Taches du Léopard, on retrouve ce ton sympathique mais j'ai trouvé ce récit très basique et finalement très pauvre dans ses péripéties.

Reste l'agréable dessin de Pedro Rodriguez, qui bénéficie de beaucoup d'espace qu'il exploite d'ailleurs on ne peut mieux. Les grandes illustrations se multiplient et le trait cartoonesque de l'artiste plaira à coup sûr aux jeunes lecteurs.

Un conte un peu trop anecdotique à mon goût mais qui, visuellement en tous les cas, devrait plaire aux plus jeunes.

Nom série  Les Taches du Léopard  posté le 13/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympathique petit album qui devrait ravir plus d'un jeune lecteur.

La narration est enjouée et l'humour est bien présent. Le récit est dynamique et les personnages n'hésitent pas à interpeller tantôt le narrateur, tantôt le lecteur pour accentuer encore ce sentiment de complicité : on est entre amis !

Le dessin de Pedro Rodriguez convient très bien au sujet. On sent qu'il s'amuse à illustrer les différents animaux et la mise en page lui procure beaucoup d'espace, au point de nous offrir régulièrement de grandes illustrations très cartoonesques.

A l'image de La peau du rhinocéros, la maquette du livre est bien pensée avec, dès celui-ci ouvert et juste avant de le fermer, la présentation de l'animal avant et après transformation. Un petit plus ma fois fort sympathique.

Un petit bouquin que l'on ne peut que conseiller pour de jeunes lecteurs. Il ne lui manque qu'une morale plus intéressante pour totalement me convaincre, mais c'est sympa !

Nom série  La Boussole & l'Astrolabe (l'Expédition de La Pérouse)  posté le 13/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une petite déception que cet album.

Jean-Yves Delitte tente ici de nous faire partager le sort tragique d'une expédition autour du monde au temps des vieux gréements. Son récit s'articule autour de trois époques très rapprochées (1793 pour la conclusion du récit, 1786 à 1788 pour l'expédition en elle même, et 1792 pour le sort de l'expédition lancée à la recherche de La Boussole et de L'Astrolabe) et use de flash-backs et de flash-forward pour dynamiser son récit. Pour peu que l'on soit attentif, cette technique ne pose pas de problème à la lecture.

Ceci dit, jamais je ne me suis senti concerné par le sort des uns ou des autres. On saute fréquemment d'un personnage à l'autre et aucun ne dispose d'assez de charisme pour que, tout d'un coup, je m'inquiète de son destin.

Je n'ai pas plus bien saisi les enjeux de cette expédition, ce qui n'a pas amélioré mon intérêt pour ce récit.

Reste le dessin de l'artiste, toujours aussi bon dès qu'il s'agit d'illustrer de majestueux navires anciens... mais toujours aussi limité dans la physionomie de ses personnages. Ce n'est pas la première fois que je le remarque mais j'ai vraiment le sentiment que Jean-Yves Delitte travaille à partir de 3 ou 4 physionomies et visages types qu'il agrémente ici d'un bandeau sur l'œil, là d'une chevelure plus abondante. Ca reste très limité quand même et cette technique empêche d'avoir des personnages qui sortent de la masse. Tous se ressemblent et le risque de confusion est grand.

Un album soigné, très "pro" mais qui ne m'a finalement que peu intéressé.

Nom série  W.E.S.T  posté le 12/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis mitigé pour ma part.

Je n'ai pas spécialement apprécié le premier cycle. Trop confus dans sa narration, trop "facile" dans ses enchainements (franchement, le coup du super tireur qui, avec son pistolet, dégomme le gars qui le vise de loin armé d'un fusil à lunettes via un tir "réflexe" qui passe pile poil au travers de la dite lunette, moi c'est le genre de truc qui me gonfle), trop gros, trop emphatique.

De plus, je m'attendais à lire un western et je me suis retrouvé devant un récit fantastique proche de la caricature.

Ajoutez à cela que je n'ai pas été subjugué par le dessin et que la colorisation n'est pas de nature à empêcher de confondre certains personnages tant les couleurs choisies sont uniformes.

2/5 pour ce premier cycle.


Le deuxième cycle m'a déjà mieux plu. La narration se fait plus claire, les enchainements sont mieux amenés et les différents personnages commencent à être mieux cernés. Je ne crierai pas au génie mais ces deux albums procurent un agréable moment de lecture. Je continue à ne pas apprécier le choix fait au niveau de la colorisation, digne de celle employée pour certains récits du journal de Tintin dans les années 80, mais c'est un choix assumé par les auteurs... Soit !

3/5 sans que je conseille l'achat pour ce deuxième cycle.


Le troisième cycle commence très fort et le tome 5 est de loin mon préféré. Les personnages gagnent en profondeur, en humanité et en complexité. Le fantastique est lui aussi plus complexe, moins facile... plus crédible en somme. Malheureusement, tout cela se termine en un super combat avec super pouvoirs et tout le tralala... Pas du tout ma tasse de thé, ça... Et puis vient une conclusion très convenue, mais qui fonctionne.

La colorisation, ben, j'aime toujours pas mais, pour la première fois, j'aurais tendance à passer outre.

Un bon 3,5/5 pour ce troisième cycle. Un emprunt vivement recommandé et un achat que je ne déconseillerais pas (du moins, si vous n'êtes pas un collectionneur compulsif incapable de résister à l'achat des 4 tomes précédents pour compléter votre bibliothèque).

Une série que je considère donc finalement comme moyenne. Le dernier cycle est de loin le meilleur à mes yeux mais il vaut mieux avoir lu les précédents pour bien l'apprécier (et ça, c'est moche !)

A emprunter à l'occasion, mais sans plus...

Nom série  Hell School  posté le 09/01/2013 (dernière MAJ le 12/10/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Excellent, ce premier tome de Hell School !! Je n’ai qu’une seule envie : connaitre la suite.

Pourtant, à voir la couverture, je ne m’attendais à rien de particulier. Je craignais même de tomber sur une histoire déjà mille fois lue, avec des démons voire des vampires tellement à la mode actuellement. Mais je me fourrais bien profondément le doigt dans l’œil (ouille !) Je n’avais pas tenu compte du nom des auteurs… déjà responsables du très bon « Les Démons d'Alexia », et j’avais tort.

Nous nous retrouvons ici au cœur d’une école chic et select isolée du monde. Rien de vraiment particulier en apparence sinon que, comme dans bien des écoles, un bizutage attend les nouveaux arrivants. Et c’est là que tout s’enflamme car, vous vous en doutez, quelques fortes têtes vont s’opposer à cette tradition… et c’est très mal vu.

Le thème central est donc le rapport à l’autorité des adolescents. Et qu’ils s’y opposent ou qu’ils s’y plient, ces jeunes sont soumis à forte pression. Ajoutez un mystère omniprésent, de nombreux rôles importants (outre nos trois rebelles, un directeur complice, un président de bizutage bouffé par la pression, une élève étrange, un prof de math charmeur, et j’en passe), un récit en constante progression et vous obtenez ce très accrocheur premier tome.

J’ai aimé :

- l’originalité du scénario ;
- le crescendo avec lequel l’angoisse est amenée ;
- le fait que de multiples zones d’ombre viennent titiller la curiosité du lecteur ;
- un excellent dessin dans la plus pure tradition du franco-belge (dans la même lignée qu’un Gazzotti, par exemple) ;
- la complémentarité du trio vedette, dont chacun conserve une part de mystère ;
- la richesse de ce premier tome, qui ne se contente pas de nous introduire le concept ;
- le fait que la série nous soit annoncée d’emblée en trois tomes.

Voici donc une série que je rapprocherais tant au niveau de la qualité d’ensemble, du public visé que de l’ambiance étrange créée de « Seuls ». Et, cerise sur le gâteau, ce n’en est pas un clone !!! Franchement, ce serait dommage de passer à côté.


Après lecture du deuxième tome, ma bonne impression se confirme et j'attends déjà avec impatience le troisième et dernier volet de ce thriller en milieu estudiantin.

J'ai relu mon avis à la fin du premier tome et je ne vois rien à y changer. C'est du tout bon dans ce genre grand public ! De plus, en ciblant une partie de la thématique sur les baptêmes estudiantins, les auteurs ont on ne peut plus tapé dans le mille, puisque le sujet est au cœur de l'actualité (le recteur de l'ULG vient en effet de suspendre les activités de baptême suite à un accident ayant entrainé un oedème cérébral chez une étudiante de médecine vétérinaire).

Moderne et efficace. Prenant dans son intrigue. Truffé de personnages aux profils psychologiques intéressants. A ne pas rater ! Vraiment !

Nom série  Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait...  posté le 12/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce n'est que moi...

C'est le titre du premier chapitre de ce formidable album et il résume parfaitement son personnage principal, cette gentille vieille maman, modeste et présente, humble héroïne oubliée. Une héroïne qui s'ignore tant son fils occupe ses pensées, tant il squatte son quotidien.

Cet album, c'est avant tout un souffle de vie, simple avec ses bons et ses mauvais côtés mais surtout beaucoup de respect et d'humanité. Pourtant, jamais on ne bascule dans le mélodrame fleur bleue. Le récit est magistralement maîtrisé et ces courtes tranches de vie, ces petits passages tout en retenue, tout en pudique simplicité sont d'une justesse émouvante.

Et puis quel positivisme ! Quelle leçon de vie !

Le risque de se planter était pourtant grand, lorsqu'on ose aborder des sujets aussi délicats que la sexualité chez la personne handicapée mentale ou le refus (légitime) d'un frère ou d'une sœur de s'occuper d'une personne handicapée après la disparition des parents. Zidrou ne contourne pas l'obstacle. Il le traite avec une justesse désarmante, rendant simplement humains ces sujets pourtant encore fort tabous.

Et le dessin de Roger ne fait que renforcer notre immersion dans ce quotidien. Michel, cagoule bien accrochée sur sa tête, pourrait paraître ridicule. Il ne l'est aucunement car ses proches l'acceptent ainsi. Catherine, petite vieille croquée par l'artiste dans un style très caricatural, n'est pas une caricature. C'est Catherine ! Un personnage que je ne suis pas prêt d'oublier. Les émotions passent mais tout est exposé avec retenue et respect.

Les regards que s'échangent ces personnages changent notre propre regard. C'est en cela que nous avons entre nos mains un très grand album.

Simple, juste, humaine, positive, touchante, une œuvre à ne pas manquer !

Nom série  Les Chevaux du vent  posté le 11/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai trouvé là une histoire agréable à suivre, riche d’un contexte géopolitique intéressant, loin d’être avare en rebondissements, peuplée de personnages à la psychologie travaillée et illustrée par un Fournier surprenant.

Un agréable moment de lecture qui manque cependant d'un peu d'originalité pour accéder à la catégorie supérieure (celle des indispensables). A lire cependant, et même à posséder si vous êtes friands de ce genre de récit très humaniste.

Nom série  Mariée par correspondance  posté le 08/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La grosse qualité de cet album, c’est qu’il se lit bien. C’est fluide et j’ai presqu’envie de dire que l’équilibre entre textes et dessins et tout bonnement parfait.

Ceci dit, l’histoire en elle-même ne m’a pas plus transporté que ça. Et arrivé à la fin de l’album, je me suis demandé s’il y avait une morale ou un sens caché à ce récit. Bien sûr, il y a une réflexion sur l’image et le fantasme, sur la peur et le besoin de l’autre et de nouveaux espaces, mais ça reste soit trop superficiel soit trop confus pour que je suive le cheminement de la pensée de l’auteur (mais, bon sang, où veut-il en venir ?)

Ces personnages sont fondamentalement tellement misérables qu’il m’est difficile de m’y attacher. Par contre, alors que je croyais tomber sur un récit très manichéen, le final a de quoi surprendre… mais sans réellement me convaincre (à nouveau, j’ai souffert du manque d’explications données par l’auteur).

Au niveau du dessin, je n’ai pas spécialement aimé les bouches des personnages féminins mais leurs corps, eux, sont très élégants. Pour le reste, ce dessin convient bien au genre. C’est lisible, un peu raide mais suffisamment expressif pour faire passer les émotions.

De quoi passer un agréable moment de lecture… mais avec des personnages tous plus misérables les uns que les autres (et pas drôles, en plus).

Nom série  Secrets : Cavale  posté le 08/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pour plusieurs raisons, ce premier tome est loin de m’avoir convaincu.

Tout d’abord, il y a le dessin de Magda. En soi, je l’aime bien. Il est très lisible et l’auteure dispose d’un style qui lui est propre. Malheureusement, ce type de grand format ne lui convient pas et ses décors, très nets, en deviennent très vides. J’ai à chaque coup le sentiment que la planche est incomplète, que Magda aurait eu la place pour ajouter quelques détails, pour affiner un arrière-plan… En clair, j’ai le sentiment que ça manque de profondeur.

Ensuite, il y a le décor de cette intrigue. Entre les jeunes filles qui font de l’équitation et la copine superdouée en psychologie et en psychanalyse (« que même que si elle voulait, elle pourrait rentrer dans les plus grandes écoles vu qu’elle a tout compris de Spinoza »), … j’ai le sentiment d’être tombé sur le téléfilm de France 3. Je ne rentre pas dedans, j’y crois pas. Ajoutez à cela la jeune fille battue par son copain mais qui reste avec pour dieu sait quelle raison (ils ne sont pas mariés, elle ne semble pas dépendre de lui d’aucune manière et elle ne semble même pas en être follement amoureuse) et vous comprendrez peut-être mieux la raison pour laquelle je ne me suis finalement pas senti concerné par le destin de ces personnages.

Enfin, il y a l’intrigue en elle-même. Je l’ai trouvée peu crédible, trop capillotractée. A nouveau, cela me parait trop invraisemblable.

Bof, donc…

Nom série  Far Away  posté le 07/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà finalement une love-story agréable à lire. Pourtant son traitement graphique n’est pas de ceux que j’affectionne généralement.

Comprenez-moi bien : j’estime le travail réalisé par Gabriele Gamberini comme étant de très haut vol. Chaque case est une peinture et l’artiste m’aura souvent fait penser à De Metter… mais ce n’est tout simplement pas ma tasse de thé. A mes yeux, ce genre de traitement est un handicap pour faire passer les émotions et pour rendre dynamiques les scènes qui le demandent.

Heureusement, ces petits inconvénients ne sont finalement pas un inconvénient au vu du sujet traité et la fluidité d’écriture des époux Charles a fait le reste. J’ai lu l’ensemble sans ennui même si je n’ai pas souvent été surpris.

La fin m’aura quand même fait penser qu’ils tirent sur de grosse ficelles (je me suis fait la réflexion que, non, ils n’allaient quand même pas oser nous refaire le coup… et puis, si… ) mais les personnages sont attachants, donc le plaisir demeure.

La love-story du camionneur… Une bonne lecture à n’acheter que si son traitement graphique vous plait. Dans le cas contraire, je pense qu’une location suffit.

Nom série  Léo Cassebonbons  posté le 07/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal, cette série destinée aux jeunes lecteurs.

Tout d’abord, derrière ses allures enfantines se cache systématiquement un message plus subtil. De l’arrivée d’un enfant (avec la grande question : comment on fait les bébés ?) aux bonnes raisons qu’il y a d’obéir aux parents en passant par la peur du noir, François Duprat aborde des thèmes universels sous un angle original. Léo est un petit casse-pied (comme son nom l’indique) mais son bon cœur le rend finalement sympathique. Ses parents ne sont pas des modèles mais essayent tout simplement de garder l’église au milieu du village. C’est simple, frais, amusant, et cette volonté de ne pas créer une famille modèle sans non plus tomber dans le travers inverse est des plus louables. On retrouve des préoccupations très actuelles comme la recherche de travail ou la fatigue chez les jeunes parents (et les nerfs à vifs qui en découlent).

Le format, ensuite, garantit une lecture aisée sans tomber dans la facilité. On se retrouve face à du « 30 planches » composées généralement de 6 cases. Ca se lit vite mais les dialogues ne sont pas oubliés. L’équilibre entre humour, aventure et message éducatif est maitrisé.

Enfin, le dessin de l’auteur, sans sortir du lot, convient bien à ce type de bd. C’est rond, très lisible. Les décors vont à l’essentiel sans être oubliés. Les personnages sont facilement identifiables.

Le genre de série méconnue mais de qualité dont je ne peux que conseiller la lecture aux enfants (et même à leurs parents).

NB : les tomes 2 et 3 forment une histoire complète tandis que les autres tomes peuvent se lire indépendamment.

Nom série  103e Escadrille de chasse  posté le 02/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce manga dispose de plusieurs qualités qui devraient séduire les amateurs d’aéronautisme, surtout s’ils sont passionnés par la seconde guerre mondiale et les tactiques de combat en vol.

En effet, c’est là, je pense, le gros atout de cet album. L’auteur n’hésite pas à expliquer les manœuvres des escadrilles en pleine action, et les débriefings qui suivent chaque mission sont souvent des occasions de réexpliquer tel ou tel enchainement. C’est vraiment très pointu et très précis. Par conséquent, pourvu que le sujet vous intéresse, c’est très instructif. Et alors que l’on pouvait craindre qu’une telle abondance de précisions allait casser le rythme narratif de ces séquences, et bien il n’en est rien. Ces explications s’insèrent dans le récit avec fluidité et à propos.

Mais les tactiques de combat aérien ne sont pas l’unique sujet de ce livre et une attention évidente a été portée sur tous les domaines techniques, depuis la fidèle représentation des divers modèles d’avions jusqu’à la présentation en détail de modifications subies par celui du héros de ces aventures.

Enfin, j’ai trouvé assez intéressant d’avoir via ce manga, et pour une fois, la vision de l’autre camp. En effet, nous sommes habitués aux récits mettant en vedette les forces alliées mais c’est bien la première fois que je lis un récit dont le héros est un pilote japonais.

Ceci dit, tout n’est pas parfait et la série souffre de ses qualités. Elle est tellement pointue que le lecteur lambda risque de décrocher lors de certaines explications techniques. De plus, l’auteur semble tenir pour acquis plus d’une donnée de base et donc, pour un lecteur novice, il n’est pas toujours évident de comprendre certains détails (il y a notamment une description des commandes d’un manche à balai, très intéressante en soi mais comme l’auteur ne précise pas sur ses croquis quel est le manche traditionnel et quel est le manche modifié, et que le sens de lecture m’incite à penser que le manche traditionnel est donc le premier (soit celui de droite, nous sommes dans un manga) et le manche modifié est celui de gauche, mais que les indications données me laissent croire que c’est l’inverse, j’en arrive à douter d’avoir compris).

Enfin, ici, la technique prend clairement le dessus sur l’émotion. On s’attache bien à ce jeune pilote candide et instinctif et à son chef d’escadrille sévère et protecteur mais cela reste secondaire face à la description des faits historiques.

Pour terminer, j’ai retrouvé dans ce récit un détail significatif de cette guerre aérienne : l’ennemi est une machine sans visage. Certes ces pilotes ont conscience qu’ils se battent face à d’autres pilotes mais le fait de ne pas les voir efface cette réalité et finalement, c’est l’avion ennemi qu’il faut abattre, bien plus que son pilote. Et lorsqu’enfin, l’ennemi américain apparait, il n’y a nulle agressivité. C’est sans doute pour cela que les combats aériens gardent une certaine noblesse, et cet aspect est très bien rendu dans cet album, avec une fin presque apaisée (et je choisis mes mots).

Cet album ne doit pas être réservé qu’aux amateurs du genre mais il ravira certainement les plus éclairés d’entre eux (et les pilotes pratiquants en particulier).

Nom série  Mamada  posté le 02/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec Mamada, David Ratte se lance dans une nouvelle aventure. Finie sa relecture décalée et anachronique de la Bible, et bienvenue en terre inconnue.

C’est en effet à un choc culturel que l’auteur nous convie via cette fable fantastique. Mamada, chef incontestée d’un village situé au nord de la Namibie, se retrouve en effet, et par le plus grand des hasards, dotée de pouvoirs aussi extraordinaires qu’incontrôlables… qui la projettent dans le métro parisien. Et, à l’inverse, elle va involontairement projeter en pleine savane les malheureux Parisiens qui auront la malchance de la croiser d’un peu trop près. Voilà le point de départ à une analyse de notre société et de ses travers.

On retrouve chez l’héroïne le caractère râleur d’autres personnages vedettes de l’auteur, qui semble décidément bien apprécier ce genre de profil. On retrouve également au fil des pages un peu de cet humour absurde cher à l’auteur. Toutefois, ce premier tome se révèle en définitive peu drôle, l’accent étant surtout mis sur la mise en place de l’univers et la présentation des personnages. Mais le théâtre ainsi créé s’annonce très prometteur et quatre pôles d’intérêt se dégagent (la découverte par Mamada, aux côtés d’une jeune femme suicidaire, de notre société occidentale – la découverte par une flopée de Parisiens du village namibien – les tribulations de deux jeunes voyous au cœur de la savane (avec un langage original que j’ai apprécié) – les exploits d’un petit oiseau, lui aussi doté de pouvoirs étonnants). Ma seule réticence ira vers cet étrange pouvoir aux conséquences aléatoires très... opportunes. Entendez par là que ces phénomènes ne semblent avoir d'autre logique que celle qui arrange David Ratte dans l'avancée de son récit.

Au niveau du dessin, le trait de David Ratte m’est apparu plus brut, moins rond que dans le voyage des pères. Il reste cependant très agréable à lire et expressif en diable.

Une nouvelle série plutôt bien partie, donc, mais qui ne devrait dévoiler tout son potentiel qu’au fil des albums.

Prometteur.

Nom série  Sirène  posté le 30/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Comme Ro, j'ai le sentiment d'être passé à côté. Pire, j'ai même le sentiment de n'avoir pas compris le dixième de ce que l'auteure voulait exprimer.
¨
Par ailleurs, j'avoue ne pas avoir aimé le dessin. En soi, certaines illustrations sont belles mais, dans l'ensemble, j'ai trouvé ce trait plat et dépourvu d'émotion.

Reste un texte aux formulations très poétiques mais, arrivé au bout d'une phrase, il me fallait bien souvent la reprendre pour essayer d'en comprendre le sens... avant de renoncer.

J'ai rien compris et ça me fait chier...

Nom série  Sept Dragons  posté le 30/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne vais pas crier au génie mais le final de cet album me laisse avec une bonne impression après lecture.

Pourtant le récit en lui même est loin d'être captivant. 7 dragons à dégommer en un peu plus de 50 planches, ça fait 7 à 8 planches par dragon. Comptez la présentation des guerriers, les déplacements et les combats et vous comprendrez que l'on n'a pas vraiment le temps de s'attarder en route.

De plus, le dessin m'est apparu peu précis. Le trait manque de finesse et les décors ne bénéficient pas toujours du soin attendu. Par contre, il y a une belle diversité dans les silhouettes des dragons.

Et puis vient une conclusion certes un peu forcée mais qui a le mérite de surprendre.

Pas mal en définitive. J'ai longuement hésité à conseiller ou non l'achat. Finalement, je m'abstiens parce que une fois cette fin connue (et c'est à mes yeux le meilleur moment du récit), il ne reste plus grand chose. Je pense donc qu'une relecture risque d'être sans saveur. Mais je vous invite tout de même à l'emprunter à l'occasion.

Nom série  La Fin du Monde, avant le lever du jour  posté le 30/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Deuxième manga que je lis de cet auteur et deuxième fois que je fais le même constat : Inio Asano "a quelque chose". Cet auteur développe ses récits d'une manière très personnelle. Il saisit des instant sans vraiment chercher à raconter une histoire, instants volés au quotidien, sentiments, impressions au ton résolument mélancolique, voire dépressif.

C'est très nombriliste et pas franchement joyeux mais je comprendrais parfaitement que certains lecteurs trouvent cet auteur culte.

A titre personnel, je trouve ces histoires trop décousues et, parfois, je ne vois pas où il veut m'emmener... mais il a quelque chose, une sorte de charme vénéneux qui m'incitera à lire d'autres de ses œuvres si je tombe dessus sans devoir passer par l'achat (vive les bibliothèques !)

Spécial ! A essayer, selon moi mais à emprunter avant d'envisager l'achat.

Nom série  Gung Ho  posté le 30/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Gung Ho est incontestablement une très grosse et une très bonne surprise ! Pourtant le scénario est des plus classiques puisque nous nous retrouvons dans un univers post-apocalyptique avec un camp fortifié isolé menacé par des ennemis extérieurs et avec des adolescents en vedettes.

Mais la première chose que l’on remarque en feuilletant l’album, c’est le dessin de Thomas Von Kummant. Extrêmement travaillé et d’aspect synthétique, il ne m’a pas subjugué au premier coup d’œil. Pourtant, à la lecture, je suis définitivement tombé sous son charme. La colorisation est des plus osées, les cases sont fouillées et si le travail sur bases photographiques est évident, le résultat final est des plus esthétiques et personnels. De plus, malgré ce procédé, le trait reste dynamique et lisible. Ce style permet clairement au lecteur de plonger dans un autre univers, dans quelque chose de différent.

Puis vient un scénario bien pensé. Ce qui m’a marqué à ce niveau, c’est le travail par couples. Nous avons deux dirigeants obligés de travailler ensemble mais que tout oppose, deux adolescents en vedette, eux aussi unis de prime abord mais aux comportements finalement fort différents, deux groupes d’adolescents clairement définis, sans oublier la césure qui existe entre les adolescents et enfants d’une part et les adultes d’autre part. Ces multiples duos permettent bien des variations et une grande richesse dans le panel des personnages proposés.

Je soulignerais ensuite un suspense bien entretenu. Longtemps on ignore tout de la menace extérieur. Et si l’on sent la tension, on se demande bien sous quelle forme cette menace va nous apparaître. Je vous en laisse la surprise, c’est un des très bons moments de ce premier tome.

Enfin, ce type d’histoire nous donne envie d’en savoir plus à bien des points de vue. Nous avons tout à découvrir et notre curiosité est titillée à de multiples reprises.

En définitive, si ce premier tome est riche de 80 pages, il se dévore avec grand plaisir. Je vous invite clairement à vous laisser tenter.

Nom série  John Tiffany  posté le 23/09/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec John Tiffany, Stephan Desberg se lance dans le pulp polar musclé et amoral (ou du moins à morale discutable).

Héros de la série, John Tiffany est un chasseur de prime des temps modernes. Blasé, cynique et impitoyable, il effectue son boulot avec sérieux et application. John Tiffany réfléchit vite et agit sans état d’âme. On le retrouve dès le début du récit avec une kyrielle de tueurs à gage à ses trousses et de multiples flash-backs vont nous éclairer sur les raisons de cette situation.

Vous l’aurez compris : la série nous offre un scénario musclé. Les scènes explosives et violentes sont fréquentes et la plausibilité de celles-ci (comme la course-poursuite qui anime le début du récit) n’est pas le souci principal du scénariste. L’idée de départ, elle, n’est guère originale (le héros solitaire, quoiqu’aidé par quelques amis, qui cherche à savoir qui l’a trahi tout en tentant d’échapper à ses poursuivants) et ce premier tome permet tout au plus de nous la présenter ainsi que plusieurs personnages secondaires.

A titre personnel, avec ce genre de récit très série B, je m’attendais à plus d’autodérision dans le chef de notre héros. Mais celui-ci, comme les autres personnages, est au contraire très sérieux. Cela ne signifie pas que l’humour soit absent mais il s’exerce souvent aux dépens mêmes de ces personnages. C’est leur sérieux et leur morale douteuse qui est source d’humour, eux-mêmes ne montrant aucun signe d’autodérision. Le cynisme est la règle, jusque dans la manière dont nous, lecteurs, jugeons ces personnages.

Le dessin de Dan Panosian fait très comics, et pour cause puisque l’auteur nous vient en ligne droite des Etats-Unis. Le style est efficace avant tout… mais n’est pas des plus précis. Au niveau du trait même, un nom m’est venu à l’esprit, celui d’Antonio Parras (Le Lièvre de Mars). Il a ce même côté brut accentué par un encrage marqué.

J’ai souvent eu l’impression que les planches ont été réalisées à l’arrache, avec des impératifs de production très élevés. Je pense que cela plaira aux amateurs de comics… mais je n’en fait pas partie. J’ai également trouvé que certains séquençages ne fonctionnaient pas vraiment, renforçant par là-même mon sentiment que la série n’est pas soignée à l’extrême.

Vous l’aurez compris : je n’ai été que très moyennement convaincu par ce premier tome. Pas assez drôle pour que je le prenne au second degré, pas spécialement original dans son idée de départ et dessiné dans un style qui ne me convainc pas (mais qui pourrait plaire à plusieurs d’entre vous), ce John Tiffany ne reçoit qu’une note moyenne. Quant à l’achat, sur base de ce seul premier tome, je ne le conseille pas. Il faudra que les auteurs fassent montre de plus d’originalité pour que je change d’avis.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 114 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque