Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 615 avis et 153 séries (Note moyenne: 3.54)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le Travailleur de la nuit  posté le 03/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Lorsque j'ai commencé la lecture de cette bande dessinée , je ne savais pas où je m'embarquais. Et bien, je n'ai pas lâché ce livre jusqu'à la dernière page. Véritablement passionnant de bout en bout.
La vie d'Alexandre Jacob, scénarisée par le talentueux Matz, m'a enthousiasmé. "Gentleman cambrioleur" avant l'heure, Alexandre Jacob a traversé le XXième siècle avec plus ou moins de bonheur. Mais quelle vie il a eu, digne d'un roman !
Du mouvement ouvrier aux sombres anarchistes, aux préparations des vols (Ah! la visite "amicale" chez Pierre Loti) en passant par la guerre de 39-45 et le bagne de Cayenne (qu'Albert Londres contribuera à fermer), tout y est!
Et le tout parfaitement mis en scène par Matz, qui en ancrant le récit à partir d'un prétoire, donne encore plus de force à cette incroyable aventure.
Dès le début, on sympathise avec le jeune Alexandre, dans un Marseille formidablement dessiné par Chemineau.
Car Léonard Chemineau illustre de manière magistrale cette aventure (dessin et couleurs sont superbes)
C'est sans aucun doute, une des meilleures bandes dessinées que j'ai lu depuis ce début d'année.
Alors, achetez- la, empruntez- la, volez- là mais lisez cette bd !
Vous ne serez pas déçu du voyage.

Nom série  Edelweiss  posté le 02/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne m'attendais pas du tout à une telle bande dessinée lorsque j'en ai débuté la lecture.

Les auteurs nous offrent un très belle chronique familiale, entre 1947 et les années 80. Histoire d'un couple que tout oppose, histoire d'amour touchante et émouvante tout au long de ces années.
Avec comme fil rouge, la montagne.
Cédric Mayen y aborde également la condition des femmes (avec l'apparition de Simone de Beauvoir), mais aussi l'évolution de la société des années 50 (L'Indochine, la mode, le monde du travail...)
Une chronique sociale réussie,une très belle histoire d'amour qui ne peut que vous émouvoir.
Le tout rehaussé par un dessin très élégant de Lucie Mazel qui avait illustré Communardes ! (Les Éléphants rouges)

Une très belle réussite.

Nom série  A coucher dehors  posté le 03/11/2016 (dernière MAJ le 02/11/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
tome 1 :

Avec " A coucher dehors" les auteurs surfent sur la mode des anti-héros, que l’on retrouve chez Lupano, par exemple avec Les Vieux Fourneaux ou alors avec Zidrou dernièrement avec L'Adoption.
Le personnage d’Amédée tout en couleur est fort attachant et peut faire penser parfois, de par ses jurons, à un certain Capitaine Haddock qui aurait mal tourné, ou alors qui n’aurait pas encore rencontré son "Tintin ". C’est d’ailleurs peut être le but de cette histoire, de celle d’une rédemption… On en saura plus dans le deuxième et dernier tome. Car, il faut l’avouer, la dernière page m’a laissé sur ma faim !
En tout cas le dessin d’Anlor est très bon. Elle nous offre des trognes de SDF saisissantes, une galerie de portraits étonnante, le tout servi sur un scénario bourré d’humour de Ducoudray. Hommage ou clin d’œil, je n’ai cessé de penser au professeur Sprtschk de Franquin, dans " Le voyageur du Mézozoïque " en découvrant le personnage du notaire Hubert Troigneau (mêmes lunettes, même coiffure, même trogne presque)
Même si tout va finir par tourner autour du jeune Nicolas, un adolescent trisomique, le trio de SDF est fort bien réussi et forme à eux trois le personnage principal de ce premier volume.
La faiblesse de cet opus réside peut être dans la volonté du scénariste d’en faire un peu trop dans les dialogues, de faire du Audiard à chaque case, ce qui alourdit souvent la lecture. Trop de bons mots tuent un peu les dialogues.
Sinon, une très belle découverte pour moi.
Je lirai le second volume sans hésiter.

tome 2 :

Fin de l'histoire avec ce second volume d'ailleurs très (un peu trop, même) riche en péripéties, où Amédée se démène sans compter pour retrouver le jeune Nicolas.
C'est d'ailleurs le problème principal de ce second opus : le nombre de rebondissements finit par nous faire perdre pied dans cette aventure. Autant dans le premier volume, la volonté de faire du Audiard nuisait à la lecture, autant celui-ci souffre d'un certain manque de réalisme pour croire à cette histoire d'amitié.
En outre, on crie beaucoup trop dans cet opus. A croire que les personnages, en particulier Amédée, ne savent s'exprimer que comme cela.

Un diptyque qui se laisse lire, mais qui avec ce final, m'a un peu déçu (d'où la baisse de ma note initiale).

Nom série  Sara Lone  posté le 27/12/2013 (dernière MAJ le 01/11/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tome 1: Pinky Princess

Derrière une couverture aguicheuse, se cache une histoire plus sage, à première vue. D'ailleurs, emprunté par hasard à la médiathèque, j'ai tout de suite été pris dans l'histoire.
Un scénario original où se mêlent intrigue policière, petite mafia locale, et un mystère qui au fil des 4 volumes que comptera cette série, sera sans nul doute le fil rouge de cette aventure.
L'ambiance de l'Amérique des années 60 est fort bien retranscrite avec le dessin tout en finesse de David Morancho.
On ne s'ennuie pas un instant avec Sara Lone, alias Joy Carruthers, danseuse de Burlesque, qui va voir sa vie basculer en quelques jours.

Un scénario habile, rehaussé par un dessin minutieux, bref une belle série en perspective.

tome 2:Cargano Girl

Un tome 2 qui se laisse lire avec plaisir.
Erik Arnoux nous offre là un polar certes classique , où se mêlent Mafia, FBI, et complot politique le tout sur une recherche au trésor pendant les premières années de la Présidence Kennedy, mais très efficace. On y trouve, comme dans les albums de XIII (s'il faut en faire une référence flatteuse) le Ku Klux Klan mais aussi une mystérieuse conspiration, encore assez énigmatique dans ce deuxième opus.
Les dessins de David Morancho sont soignés .
Je serai au rendez vous pour le troisième volume.

tome 3: sniper lady

Changement de décor, changement d'histoire aussi avec ce troisième et avant dernier volume de cette belle série.
Tout d'abord, nous abandonnons la mystérieuse Sara, dirigeante d'une petite entreprise familiale , pour découvrir Sara, agent n°7047, travaillant pour les services secrets américain.

Ce virage est assez étonnant voire inattendu.

Nous sommes plongés dans les complots (véridiques) et coups foireux fomentés par la CIA pour abattre le jeune régime Castriste. Bref l'ensemble de l'album tourne autour de Janus, au détriment de Sara, qui reprendra un rôle de premier plan vers la fin de l'album. On reste plus proche d'une ambiance style XIII (période "Spads") que des débuts de "Sara Lone", dans cet épisode.

Je pense que cet opus, véritable parenthèse dans la série, va servir de prétexte pour justifier le rôle que jouera Sara dans le final de cette aventure qui tournera, à mon avis, sur l'assassinat de Kennedy.

Nom série  L'Aimant  posté le 01/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avant tout, il faut souligner la qualité éditoriale de cet ouvrage apportée par "Sarbacane"(malgré une malheureuse inversion des pages 23 et 22 ) : grand format, dos toilé et superbes illustrations, où le rouge, le bleu et le noir dominent.

Dans un style très épuré, style ligne claire (d'ailleurs, pages 51 à 53, le héros, Pierre, est habillé comme "Tintin", il y a même du Burns ou du Hergé dans ces pages), Lucas Harari nous propose un scénario qui oscille entre fantastique et polar (un étudiant en architecture est persuadé que les thermes de Vals abritent un secret, une porte dérobée). A cela vient s'ajouter une légende, "les pierres qui volent", qui donne un côté encore plus mystérieux à cette aventure. Même les prénoms choisis (Pierre, Ondine) sont en parfaite adéquation avec le thème de ce récit intriguant.

Mais ce qui fait la force de cette bande dessinée, c'est le dessin très architectural d'Harari (les pleines pages consacrées aux thermes sont incroyables).

Malgré son format et sa pagination (149 pages), cette bande dessinée se lit assez vite, et l'auteur apporte une touche presque réaliste à cette aventure avec un incipit et une fin assez originale.

Très belle découverte, en tout cas.

Nom série  Jack Wolfgang  posté le 29/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas totalement été conquis par cette aventure animalière qui souffre essentiellement de s'inscrire dans la période post Blacksad, qui a marqué le genre il y a quelques années.
Même si le postulat de départ (égalité entre les hommes et les animaux, grâce au "tofu", un aliment), est assez intéressant, l'intrigue ne m'a pas enthousiasmé outre mesure.
Pourtant, l'idée de l'agent de la CIA, sous couverture de critique gastronome est assez bien trouvée.
Le scénario souffre de linéarité, passant d'une scène à l'autre de manière abrupte.
Le dessin de Réculé est très agréable, et il s'offre le luxe de quelques pleines pages assez réussies.

Nom série  Les Chevaliers d'Héliopolis  posté le 26/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce qui fait la force de cette bande dessinée c'est le dessin de Jeremy, que j'avais découvert avec la série Barracuda. Il est aussi à l'aise dans les palais royaux que dans le monde de la piraterie.
Quant au scénario de Jodorowsky, il est d'une insolence sans pareil.
En imaginant cette uchronie, il ose vraiment tout: Un Louis XVI (méconnaissable au demeurant) abusant de la gente féminine, très loin de l'image que l'on en a habituellement, et un prisonnier du temple (Louis XVII) assez étrange.
Le côté ésotérique cher à Jodo est très appuyée dans ce premier volume avec les allusions à Nostradamus, à Imothep,

Un premier volume qui suscite une certaine curiosité, même si je reste assez réservé sur le parti pris de Jodorowsky sur cette période de l'histoire de France.

Prévu en 4 volumes, je suis assez impatient de connaître la tournure que prendra cette histoire.

Nom série  Angel Wings  posté le 19/11/2014 (dernière MAJ le 23/10/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tome 1

Depuis Le Dernier Envol, je n'ai pas raté un seul album de Romain Hugault, tant son style me ravit. J'ai même acheté les 3 volumes des "pin up wings".
Avec cette nouvelle aventure, on en prend, encore une fois, plein les yeux. Les scènes d'aviation sont de toute beauté, et Romain Hugault sait aussi parfaitement dessiner les femmes, notamment Angela Mc Cloud, Woman Airforce Service Pilot.
Cependant, je n'ai pas retrouvé le souffle du Grand Duc, fruit d'une précédente collaboration entre Yann et Hugault.

A vrai dire j'ai trouvé le scénario assez plat et sans surprise, avec des personnages très stéréotypés.

Sans le dessin de Hugault, je n'aurais sans doute pas acheté cet album.

Une petite déception donc.


Tome 2

Lors de la sortie du premier volume, j'avais été déçu par le scénario qui, sans jeu de mot, peinait un peu à décoller., le comble pour une série dédiée notamment à l'aviation.
Et là, j'avoue que ce deuxième volume m'a réconcilié avec cette série. Yann nous offre ici plusieurs pistes à suivre, en quelques pages: de la recherche du traitre sur la base, au passé d’Angela, en passant par la rivalité amoureuse avec Mlle Jinx, le tout sur un fond de guerre.
Il ne faut pas oublier le superbe dessin de Romain Huguault, avec certaines vignettes rappelant sans équivoque les plus belles pages de son art book en trois volumes, "Pin-up Wings".
J'ai enfin retrouvé le souffle épique que j'avais ressenti à la lecture de sa trilogie Le Grand Duc par exemple, avec, je l'ai noté au passage, peut-être un clin d’œil à Van Hamme avec le personnage de Lord Douglas Dodgson, véritable cousin d'Armand de Préseau, que l'on ne présente plus.
Ce deuxième volume rassemble à la fois des scènes de guerre, superbement mises en image et des scènes plus intimistes qui donnent un certain cachet à cette aventure.
En tout cas, cet opus relance mon intérêt pour cette série

tome 3

Troisième et dernier volume de ce cycle qui se conclut sur une superbe planche .
Ce tome fait la part belle aux tribulation d'Angela et de Jinx dans la jungle (même si parfois, comme sur la page 40, on a du mal à les reconnaître). Sinon, le dessin de Romain Huguault est toujours aussi bluffant: que ce soit la jungle, les personnages (on a même le droit à un petit strip-tease d'Angela, qui fait beaucoup plus pin-up que sa rivale Jinx) les uniformes ou les scènes de combats aériens, je ne trouve rien à y redire.
Il faut en effet souligner la beauté des planches consacrées aux combats aériens - avec la présence de nombreuses grandes vignettes- où on ressent à chaque fois le mouvement, la vitesse, bref du grand art!
Au niveau scénario, on pourrait regretter qu'on ne trouve pas ici de réponse concrète à l'assassinat de la sœur d'Angela, mais les auteurs ont décidé de s'engager dans un nouveau cycle pour répondre à cette question.
Si vous voulez prolonger cette lecture dans l'univers des Pin-Up des années 40, jetez-vous sur les quatre volumes "Pin-Up Wings" signés Romain Huguault, cela en vaut le détour.

Tome 4

Avec ce tome 4 intitulé "Paradise birds", Yann et Romain Huguault débutent un second cycle des aventures d'Angéla ,pilote des WASP dans la série Angel Wings .
Il n'y a pas à dire, les scènes aériennes (et elles sont nombreuses ici) sont de toute beauté.Romain Hugault est vraiment, avec Francis Bergèse, l'auteur le plus talentueux de la bande dessinée aéronautique.
En plus, il se permet de nous gratifier de superbes pleines pages.

Même si, avec ce second cycle, on passe de la Birmanie aux bases des Marines du Pacifique (pas très loin d'ailleurs de la base des "Têtes brulées") et que l'intrigue est autre, Yann conserve comme fil rouge la recherche de la vérité sur la mort de Maureen, la sœur d'Angéla, sur laquelle on restait un peu sur notre faim après l'album précédent.

Dans cet opus, le côté aventure l'emporte largement sur le côté Pin-up, et j'ai vraiment hâte de connaitre la suite de cette histoire d'espionnage.

Nom série  La Saga de Grimr  posté le 21/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'avoue avoir eu du mal au début à m'habituer au style graphique de Jérémie Moreau, un style assez simple mais au fil des pages, son talent s'affirme. Et les scènes nocturnes, toutes en aquarelles, sont superbes (les premières pages du chapitre 4 sont d'une beauté à couper le souffle).
L'auteur nous offre une histoire forte dans une Islande du XVIIIème siècle, dominée par le Danemark, et où une nature hostile rend la vie difficile aux habitants.

A travers les aventures de Grimr, l'auteur relate tout un pan d'une certaine histoire de l'Islande, histoire méconnue par la plupart d'entre-nous (légendes, société ...)

De l'injustice des hommes aux caprices de la nature, rien ne sera épargné au jeune Grimr, dès les premières pages d'ailleurs.

Le scénario est bien construit, le chapitre 1 faisant écho aux planches de fin, et repose finalement sur une touche d'humanité que l'on n'attendait (presque) pas.

Un très bel album.

Nom série  Giovanna  posté le 18/10/2015 (dernière MAJ le 19/10/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
oh!Giovanna !

Avec cet album, Giovanna Casotto nous offre neuf histoires courtes, de 6 pages en moyenne, neuf histoires franchement pornographiques mais d'une qualité graphique indéniable. Car Giovanna Casotto n'est pas dénuée de talent!

Avec un dessin hyper réaliste, l'auteur nous offre des scénario souvent drôle, avec "Lucy et miss Darla", et "Dix secondes seulement", ou encore avec le délicieux "Surprise!", parfois cocasse comme "retomber sur ses pieds".

Comme à son habitude, Giovanna Casotto dessine des femmes superbes,avec un détail soigné sur leurs tenues... légères, le tout sur un mélange de noir et blanc et de couleur, le tout qui force l'admiration de tout admirateur de bande dessinée dite "pour adultes".

Bref, "oh! Giovanna" reste pour moi, un de must de la bd érotique.


Giovanna ! Si !

Parmi la série des Giovanna , "Oh! Gigiovanna!", "Giovanna! Ah!", cet opus reste pour moi le plus drôle et le plus cocasse de tous. Pour se le prouver, il suffit de lire une des nombreuses histoires qui constituent ce volume, notamment "R.I.P?", ou encore "Portrait craché",voire "un beau butin".
Bref, cet album est placé sous le signe de l'humour, et de la beauté, beauté des dessins de Giovanna Casotto qui mettent particulièrement le corps des femmes, femmes latines, fort bien en chair, et assez éloignées du canon des mannequins, des tops models qui tapissent nos murs de publicité.

Un album qui mérite évidemment de figurer dans votre bibliothèque, auprès des Manara, Leone Frollo,et G.Levis.

Giovanna ! Ah !

La sortie d'un nouveau livre de Giovanna Casotto est toujours un évènement. D'une part, cette dessinatrice reste une énigme dans le monde de la bd -jouant avec le nom de Franco Saudelli, son compagnon, pour la paternité des dessins- et d'autre part ses dessins d'un réalisme torride mettent en scène des femmes qui lui ressemblent étonnamment.
Comme dans ses précédentes bd "Oh!Giovanna!" ; "Giovanna! si!", ce livre est composé de brefs récits , cinq en l’occurrence (avec une histoire plus longue avec "la domestique").
Après le noir et blanc de ses premiers albums de la collection "Selen"; Casotto a introduit une dose de couleur (rouge et jaune) dans un dessin quasi bichromique.
Avec un dessin d'excellente qualité et très soigné, Casotto apporte une touche féminine dans un monde dominé par la gent masculine. Les femmes y sont (très) voluptueuses, naturelles et les hommes réduits à un rôle assez limité.
Les amateurs du genre vont évidemment se ruer sur cet album; pour les autres, je les invite à découvrir un auteur de bande dessinée atypique et surtout bourrée de talent.

Giovannissima ! - tome 3

On ne peut pas dire que ce recueil d'histoires courtes soit très nouveau. En effet, il regroupe des récits parus précédemment (sous parfois un autre nom) dans la collection "Selen" chez Vents d'Ouest, en France, sous le titre Pornostars et In bed with Sonia X
L' ensemble des aventures de Giovanna Casotto fait d'ailleurs l'objet d'une belle et très élégante réédition, depuis quelques années chez "Dynamite", éditeur de la Musardine, librairie parisienne spécialisée dans les ouvrages érotiques.

Ce troisième volume de "Giovanissima" se caractérise par l'apparition de la couleur dans le monde de Casotto, couleur employée de façon très maladroite dans les deux premières histoires mais de façon plus subtile ensuite (c'est d'ailleurs devant le résultat raté des premières histoire que Giovanna Casotto décide de s'occuper de ses propres couleurs- lire la préface de Christian Marmonnier qui explique cette évolution) qui marquera le style "Casotto".

Les femmes chez cette dessinatrice sont plantureuses, aux formes plus que généreuses, héritières des pin-up des années 50, et très libérées....

Un album qui s'achève avec deux entretiens avec l'auteur, l'un publié en 2000, et un autre plus récent, en 2011.

Giovannissima ! tome 4

Bizarre autant qu’étrange.
Avec le tome 3 de « Giovannissima ! », je pensais que les éditions « dynamite » avaient enfin achevé la réédition des albums de Giovanna parus sous d’autres titres comme « Selen présente… »
Pourtant avec ce nouvel opus, certes je découvre des aventures, je crois, inédites, mais en noir et blanc alors que le tome 3 de « Giovannissima » avait amorcé la mise en couleur par Giovanna Casotto, de ses histoires érotiques. D’ailleurs, la série des « Oh ! Giovanna », « Giovanna ! Ah ! » et « Giovanna !Si ! » , parues bien précédemment , sont ,sinon en couleurs, tout du moins en bichromie.
Bref, à force de rééditions d’histoires courtes sous des titres ou maquettes différents, on finit par s’y perdre !
En tout état de cause, Giovanna Casotto nous offre des histoires émoustillantes avec des femmes toujours aussi plantureuses, et vivent des fantasmes inavouables parfois.
Car chez Casotto, comme souvent, c’est la femme qui impose voire domine dans les rapports amoureux ( on est assez loin de l’image des femmes soumises que l’on retrouve dans les albums d’Ardem, par exemple)
Nouveauté avec ces mini-récits, l’apparition de la troublante Vénus, héroïne récurrente que l’on retrouve dans « le complot », « exhibition » et « exhibition 2 ».
L’album se conclut avec un bonus de quelques portraits de pin-up, qui n’ont rien à envier à la femme présente en couverture de cet quatrième opus.
Même si je préfère les planches en bichromie de Giovanna Casotto, cet album est de très bonne qualité, avec notamment l’histoire intitulée « Vœux à gratter » qui n’est pas sans rappeler la bande dessinée Esmera de Zep & Vince, parue en novembre 2015.

Nom série  Betty Boob  posté le 17/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Vivement recommandé par mon libraire, je me suis plongé dans cette bande dessinée quasiment muette illustrée par Julie Rocheleau, dans son style aussi élégant que dans La Colère de Fantômas.
Vero Cazot nous offre une merveilleuse histoire à partir d'un sujet grave, le cancer du sein. Tout en subtilité, l'auteur aborde ce thème sans pathos , en nous épargnant le côté médical de cette maladie.
A travers le destin, a priori brisé, et les doutes de celle qui prendra le nom de Betty Boob (superbe trouvaille, au demeurant, et hommage à cette pétillante héroïne des années 30), Vero Cazot nous offre une note d'espoir, une bouffée d'espérance non seulement uniquement pour les femmes mais aussi pour les hommes.
Les rapports homme- femme à qui l'on a ôté un sein, sont très bien traduits dans les premières pages du livre et donnent à réfléchir.
C'est une œuvre forte, belle mais toute empreinte de poésie, qu'il faut évidemment lire.
Histoire, couleurs et dessin...tout est réussi.

Nom série  Valérian - L'Armure du Jakolass  posté le 14/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Au risque de m'attirer les foudres de beaucoup de lecteurs, je dois avouer que je suis passé complètement à côté de ce pastiche de Valérian par Larcenet.
Pourtant amateur de Larcenet (mais je préfère nettement le Larcenet sombre comme dans Le Rapport de Brodeck ou des fabuleux Blast et Le Combat ordinaire ), j'aime beaucoup "les aventures rocambolesques de ...", mais là rien.
Je n'ai pas du tout été transporté dans cette histoire où René-Valérian vit de nouvelles aventures inter-galactiques. Sinon les pérégrinations sur la planète Walawalla, la planète carcérale, m'ont laissé de marbre.
J'avoue n'avoir lu qu'un seul voire deux Valérian canal historique, mais je ne pense pas que le fait d'avoir lu ou non cette série ait un impact réel sur la lecture de cet album.
Seule la fin a trouvé grâce à mes yeux avec cette pirouette scénaristique bien trouvée.

Nom série  Une Soeur  posté le 14/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela fait des années que je suis le travail de Bastien Vivès. Certains de ses albums m'ont franchement laissé de marbre, comme Le Goût du chlore ou Dans mes yeux, d'autres au contraire m'ont enchanté comme Polina titre étrangement absent des albums de Vivès cités en fin d'ouvrage.
Dans ce one shot, Bastien Vivès nous livre une histoire douce amère d'adolescents, une belle chronique de vacances relatant la découverte de la sexualité par un adolescent de 13 ans (mais bien loin du style de sa bd Les Melons de la colère). Le tout, en évitant le côte "histoire à l'eau de rose" dans lequel il aurait pu tomber.
C'est drôle comme l'on se retrouve dans cette atmosphère de vacances, on sent presque le vécu (les fêtes sur la plages, les bals,...)
Mais ce qui fait la force de cet album réside dans le dessin épuré de Vivès (où seuls, parfois, les contours du visage sont esquissés).
Bref, une œuvre tout en délicatesse, avec une dernière case toute empreinte de nostalgie.
Superbe.

Nom série  Face au mur  posté le 30/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pourtant tiré d'une histoire vraie (celle inspirée par l'histoire de JC Pautot, braqueur "de profession", cette bande dessinée débute comme dans la série "Prison Break", par un projet d'évasion.
J'ai vraiment dévoré cet album, qui se lit d'une traite malgré un fil non chronologique (d'ailleurs ce parti pris est assez déroutant dans la lecture). On finit presque à s'attacher à Jean Claude Pautot,individu pourtant jugé particulièrement dangereux, à tel point qu'une fois la dernière page du livre tournée, on se demande : et puis? la suite ? qu'est-il devenu?
C'est la deuxième fois (avec Comment faire fortune en juin 40) que je découvre le style de Laurent Astier.
A chaque chapitre correspond une couleur dominante,et son dessin colle parfaitement à ce polar qui pourrait facilement s'apparenter à une fiction américaine tant le rythme est soutenu.

Un très bon moment de lecture, et une collaboration efficace entre l'ex taulard et le dessinateu

Nom série  Extases  posté le 22/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
« Extases » c’est d’abord l’album de la liberté, de la liberté sexuelle telle que l’a vécue Jean-Louis Tripp à l’heure où le SIDA ne sévissait pas. Mais c’est aussi celui de l’amour joyeux, fou voire gai (sans jeux de mots, bien que sur certaines pages….vous verrez).
Est-ce du courage, de la folie ou un défi, en tout cas, Jean-Louis Tripp se met littéralement à nu dans cette nouvelle série (qui comprendra 3 ou 4 albums) qui retrace sa vie sexuelle depuis son enfance ou adolescence. Quelle vie sexuelle, mon dieu ! Il se livre sans tabou. De la découverte de l’onanisme à la partouze (mais qu’est-ce qu’il lui reste donc à découvrir pour les prochains volumes ?), tout y passe, y compris le candaulisme, l’amour libre, l’échangisme, l’expérience homosexuelle….
Mais ce premier opus est aussi drôle (ah ! le sympathique satyre bien membré est assez réussi !) et Jean-Louis Tripp nous livre des dessins exagérés de pénis et autres organes, qui ne donnent pas à cet album une connotation pornographique (on est assez loin du genre bd dite pour adultes), mais au contraire apporte un côté assez pédagogique sur les questions sexuelles.
Comme beaucoup, j’avais découvert Jean-Louis Tripp avec la série « Magasin général », qui rétrospectivement, avec le personnage Marie, brise aussi les tabous de l’époque. Je trouve évidemment que son dessin est très proche de celui de cette série, à tel point que je me demande quel était l’apport de Loisel comme dessinateur.
La narration est fluide, même si parfois elle ne suit pas toujours la chronologie, et le fait de passer de la description narrative à la confession (avec le passage au « je » au bout de quelques pages) donne un côté encore plus fort au récit.
C’est certainement l’album de la rentrée.

Nom série  Urban  posté le 21/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'avais d'abord découvert le tome 1 d'"Urban" il y a quelques années, sans y donner suite. Et là au hasard de mes déambulations, je tombe sur les 4 premiers volumes de cette série à la médiathèque. Je m'y suis plongé à mon retour et j'ai littéralement dévoré les 4 volumes d'une traite.
Le scénario de Luc Brunschwig est captivant. Il relève à la fois du récit d'anticipation, de l'enquête policière et de questions sociétales.En outre, Luc B. sait amener un suspense inattendu à chaque fin d'album, qui donne furieusement envie de connaitre la suite.
Avec ce récit d'anticipation, on plonge entièrement dans l'univers de "Blade Runner" ou du "Cinquième élément" (d'un autre Luc B.)
Même si au fil des albums, on est un peu bousculé par la chronologie des événements, on se remet vite dans l'histoire en quelques cases.
Le scénario est habile, conçu comme un véritable mécanisme d'horlogerie, et ne ménage pas les rebondissements qui happent le lecteur.
Même si j'ai eu du mal à cerner le dessin de Roberto Ricci, je dois dire qu'au fil des pages, je m'y suis pleinement habitué, à tel point qu'à présent, je n'imagine pas un autre style pour coller à l'univers imaginé par Luc B.

Vivement le tome 5, qui sauf surprise, devrait clôturer cette trépidante aventure.

Nom série  Saga Valta  posté le 29/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais acheté cette série pour deux raisons.
D'une part, le premier volume, proposé en grand format noir & blanc, était sublime (le dessin noir et blanc de Aouamri est magnifique). D'autre part, l'histoire se clôturait en deux volumes. Peine perdue, Dufaux, fidèle à sa mauvaise habitude (rappelez-vous la série Barracuda qui passe de 3 à 6 volumes) rallonge la série d'un troisième volume.

Bien sûr, cette saga nordique fait terriblement songer à Thorgal (même dans les noms employés) et l'intrigue est assez simple voire basique.

Ce qui fait la force de cette série est le dessin de Aouamri que j'ai vraiment apprécié. Je ne le connaissais que pour le préquel de La Quête de l'Oiseau du Temps.

Sinon, le scénario de Dufaux repose sur des légendes nordiques. C'est assez classique. On peut s'interroger sur la fin ouverte qui peut éventuellement déboucher sur un nouveau cycle, mais qui se fera sans moi.

Une série honorable, classique servie par un magnifique dessin.

Nom série  Alger la noire  posté le 29/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album est un polar sur fond de fin de guerre d'Algérie (l'action se déroule entre janvier et mai 1962), et de règlement de comptes entre partisans de l'OAS et du FLN.
Nous suivons une enquête policière particulièrement glauque,le tout dans une atmosphère très sombre. Une famille bourgeoise "pied noir" où les secrets de familles sont pas si bien gardés que cela, des non-dits du côté de la famille d'origine "algérienne", bref un cocktail explosif dans lequel doit s'engouffrer le jeune inspecteur Paco.
L'intrigue ,si elle semble simple au début, finit par s'embrouiller au fil des pages, c'est un peu dommage on finit par s'y perdre.
Même si je ne suis pas trop fan du dessin de Ferrandez (parfois figé, par rapport à d'autres de ses albums que j'ai seulement feuilleté), j'ai passé un agréable moment avec cette bande dessinée.

Nom série  Streamliner  posté le 29/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avoue que je connais très peu l’œuvre de Fane. Le seul livre que j'ai lu était le fruit de sa collaboration avec Jim Petites éclipses en 2007,bande dessinée très réussie au demeurant.
Ici, Fane nous offre une histoire très distrayante et rythmée sur les préparatifs d'une course digne des "fous du volant" qui ne connaitra son épilogue que dans le second volume.
C'est drôle, on ne s'ennuie pas une seconde et les personnages sont bien campés.
Fane sait tirer de son trait vif et rapide, des personnages haut en couleur.
Même si, je n'ai pas trouvé que c'était l'album de l'année, (je l'ai emprunté à la médiathèque), je me plongerai sans hésiter dans la lecture du tome 2.

Nom série  Prophet  posté le 25/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il aura fallu 14 ans à Mathieu Lauffray pour venir au terme de cette série, "Prophet", débutée en 2000.

Quatorze années de péripéties, de changement d'éditeur (on passe des Humanoïdes Associés à Soleil pour le tome 4), de changement de scénariste (Xavier Dorison jette l'éponge à la fin du tome 1) et d'une autre série en chantier (Long John Silver) qui connait un succès critique et public amplement mérité.
Bref ces quatorze années s'achèvent enfin avec ce quatrième volume "De Profondis" qui conclue avec talent cette histoire apocalyptique.

Avec ce dernier volume, les éditions Soleil ont réédité l'ensemble des 3 premiers volumes, en corrigeant les anomalies chronologiques présentes dans les éditions originales où Lauffray s'emmêlait les pinceaux entre 2001 et 2006 ; il est d'ailleurs délicieux de constater que Lauffray, même dans le dernier volume, commet encore cet impair lors de la remise des prix (planche 26) alors que la scène se déroule en 2006, le prix est daté de 2001 !
Néanmoins, j'ai été enchanté de suivre les aventures de Jack Stanton, véritable détonateur de l'Apocalypse.

J'ai été assez surpris que cette conclusion trouve son terme dans un album plus intime, plus réaliste où contrairement aux autres, les scènes "titanesques" sont moins nombreuses.
A noter que j'ai lu ce dernier tome dans sa version grand format et en noir et blanc qui donne un cachet particulier à ce final.

La fin n'est peut-être pas à la hauteur de ce que certains attendaient mais au moins le lecteur n'aura pas une série inachevée dans sa bibliothèque.

Au niveau des dessins, même si Lauffray a fait appel à Eric Henninot et Patrick Pion pour l'aider, je suis toujours aussi bluffé par la qualité des planches, qui ressort encore plus en n&b (c'est la raison pour laquelle j'avais déjà craqué pour la version n&b du tome 3)
Pour ceux qui ont apprécié par exemple Sanctuaire de Christophe Bec, cette série est faite pour vous.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 31 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque