Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1478 avis et 62 séries (Note moyenne: 3.06)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Ira Dei  posté le 11/02/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Franchement bien pour ce qui va venir. Je sais ça parait stupide de noter une série qui n'a pas encore vu le jour. D'aucun pourrait penser que je signe bêtement les yeux fermés, mais j'ai vu un tel potentiel dans ce premier opus qu'à moins d'un désastre je ne vois pas ce qui pourrait infléchir ma note.

Rencontrés à Rouans puis à Angoulême cette année, les auteurs toujours aussi sympathiques, sont partis avec ce titre pour une véritable saga qui devrait compter pas moins de douze volumes suivant les périples de Tancrède, (amené à devenir un grand de la BD), celui-ci partant de la Sicile donc, puis vers Constantinople, remonter par la Volga vers la mer Baltique avant une redescente vers le sud et l'Espagne musulmane. Pfiou!!, mazette. Moi la simple énonciation du projet me fait kiffer grave.

En effet ce que messieurs Brugeas et Toulhoat construisent là n'est rien moins qu'une odyssée. Je retrouve des accents vus auparavant dans Le Troisième Testament, ce qui vous l'avouerez n'est pas la plus mince des références. J'ai entièrement confiance en Vincent Brugeas pour mener à bien son scénario, l'homme me semble posséder un grain de folie mâtiné de rigueur. Cette faconde ses personnages un peu hors normes s'en nourrisse. Pour les plus sceptiques il n'est que de voir son imaginaire à l’œuvre dans la production antérieure des deux compères.

Pour ce qui est du dessinateur Ronan Toulhoat, je plussoie l'avis du Grand A sur le fait que le bonhomme monte en régime, en puissance. Dans les ambiances brumeuses, sombres de Block 109, du "Roy des Ribauds", il faisait déjà son petit effet. Le voir ici se coltiner des paysages beaucoup plus lumineux que ce à quoi il nous avait habitué est un pur régal pour les yeux.

Pour en revenir tout de même à ce premier tome disons qu'il recèle moult promesses. Est ce moi mais je lui trouve des accents déjà vu en Heroic fantasy, ce qui est loin d'être une critique , sans doute ce sentiment me vient 'il des costumes, des armes, que sais je ? Je ne sais si des éléments de ce genre viendront poindre le bout de leurs nez mais j'ai confiance et le climat proposé là me convient parfaitement. allez un petit bémol tout de même le légat du pape, Etienne, le légat pas le pape me semble un peu freluquet, jeune pour le rôle.

Si d'aventure les auteurs venaient à passer par ce beau site, qu'ils sachent donc que j'attends maintenant avec impatience la suite de cette saga. Encore un dernier mot pour dire: merci pour la dédicace, Ronan tu assures grave.

Nom série  Love Addict - Confessions d'un tombeur en série  posté le 14/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mouais ces états d'âmes ou plus exactement ces états de sexe d'un trentenaire New-yorkais ne m'ont pas fait vibrer. Et par les dieux tout ces rendez que notre héros chope sur internet sont au de là de la répétition. Bonjour, on prend un verre et on baise. En fait c'est un peu le vide sidéral et hormis la mise en pratique d'une pulsion il n'y a pas grand chose.

Le dessin n'est pas à jeter,, mais bon quoi, chez Tabou ces dames sont plus jolies à regarder.

Bon, allez j'arrête la ma diatribe, ce n'est pas le genre de BD qui est faite pour moi. Peut être une question d'âge, lorsque je courrais le guilledou il n'y avait pas internet et le rapport humain prévalait sur l'image mise en ligne. Allez point de polémique, le problème est que je ne vois pas bien à qui est destiner cette BD, ce qu'elle veut nous dire, etc...

Je passe mon chemin.

Nom série  Odyssée sous contrôle  posté le 12/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Curieuse cette envie de prendre les œuvres littéraires d'un auteur de SF qui connut son heure de gloire au début des années 60. La plupart de ses romans furent écrit à la fin des années50. A l’époque la SF en France était balbutiante, les couvertures des romans étaient ce qui attirait le chaland. Personnellement j'ai toujours trouvé ces récits un peu vieillots face à des sommets comme "Dune" ou "Le château de Lord valentin".

Ici l'adaptation proposée par Dobbs et Stéphane Perger n'est pas en soit mauvaise, le problème vient comme je le disais du matériaux de base, à savoir l'histoire elle même. Autre problème à mes yeux la colorisation qui je ne sais pourquoi donne à l'ensemble un aspect vieux, est ce voulu, quoi qu'il en soit la touche de modernité revendiquée par les auteurs se casse la gueule.

J'attends avec plus d'impatience des adaptation d'auteurs un peu plus fameux comme ceux que je citais plus haut, vous avez bien sur reconnu Silverberg et Herbert, j'y ajouterais J.Vance qui au niveau du picaresque en remontrerait à beaucoup.

Nom série  Mort aux Vaches  posté le 12/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une bien bonne petite comédie policière qui lorgne du côté d'Audiard, notamment grâce à des dialogues savoureux qui n'en font cependant pas trop. Un dessin en noir et blanc qui propose un trait fluide dans un style réaliste avec un petite tendance à pencher vers la caricature. En même temps les personnages sont bien croqués avec de vraies gueules.

Si l'histoire n'est pas totalement crédible, particulièrement avec ce gang de femmes russes, cela n'en reste pas moins très plaisant à lire. Certains détails, la scène dans la boite de nuit rurale, le "Gin Tonic" parlera à ceux qui ont eu la chance ou la malchance de passer une soirée dans ce genre d'endroit, pas totalement glauque mais pas loin.

Au final voila une BD qui est tout sauf prise de tête et qui procure un très agréable moment de lecture, achat conseillé cela doit se trouver en vide grenier.

Nom série  Plus fort que la haine  posté le 10/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne vais pas m'appesantir sur le dessin en noir et blanc qui offre un rendu somptueux à l'ensemble. Je réalise en le voyant qu'un autre auteur que j'aime beaucoup Vincent Gravé, possède lui aussi cette patte avec le noir et blanc.

Que dire du contexte dans lequel se déroule ce récit ?. J'ai glissé ici ou là dans mes avis tout le bien que je pense de ces bons gros rednecks des années 40 ou 50, me semble que leurs descendants ont conservé quelques gènes!!

Justement cette période et son ambiance "amicale " est je trouve parfaitement rendue, d'abord au travers des dialogues entre le père et le fils, les exactions du KKK et enfin le choix de la boxe comme moyen d'essayer de s'en sortir.

Non , en fait les mots me manque un peu, j'ai un peu l'impression d'avoir pris un uppercut en pleine face. Livre à faire lire qui en quelques dessins, encore une fois magnifiques, en dit plus que de longs discours.

Nom série  Aliens versus Predator  posté le 10/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ben moi c'est justement le dessin et la couleur que j'ai trouvé plutôt sympa. Et puis une histoire d'Alien et de Prédator qui se déroule en plein jour, ça nous change un peu des habituels films dans de sombres corridors. A ce propos le look de la planète Ryushi offre de belles cases ma foi.

Pour ce qui est du scénario nous sommes en terrain connu, hyper balisé, voila donc une BD qui est à recommander aux aficionados . Bien envie de "remater" un film de la saga moi.

Nom série  Univerne  posté le 07/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Plutôt une bonne surprise pour moi que la découverte de cet "Univerne". D'abord j'aime beaucoup les uchronies et j'avoue que celle ci est bien foutue. Les mondes de Jules Verne ont enfin droit à une déclinaison BD qui lui rend hommage.

Mon seul bémol concerne le scénario qui si on y réfléchit est finalement assez clair, mais une première lecture ne donne pas ce sentiment et j'en viens au deuxième point qui je crois est la cause de ce manque de clarté ou de fluidité : le dessin et la mise en page. Des cases en haut de pages peu claires à lire puis un graphisme assez curieux qui donne des personnages avec des postures tordues. Il faut noter aussi des scènes de combats très encombrées qui n'aident pas à la compréhension des choses.

Au final je dirais que le propos est original, plutôt bien fait mais le manque de clarté de l'ensemble nuit à la lecture.

A lire en emprunt mais pas d'achat conseillé pour moi.

Nom série  L'Ordre des Dragons - Dracula  posté le 07/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il y a quelques années j'aurais sans doute mis une note plus élevé à cette histoire. Mais depuis ce temps j'ai lu un grand nombre de BD et je suis certainement plus sévère. De plus je serais tenté de dire que les vampires ça commence à bien faire.

Ici je n'apprend rien de neuf sur la vie et l’œuvre de Vlad Tepes et puis soyons clair, c'est à un véritable défilé auquel nous avons droit. Dracula donc, Van Helsing, Conan Doyle, Bram Stoker et the last but not the least Sigmund Freud dont le rôle est d'ailleurs superflu puisqu'il nous dit ne pouvoir aider nos héros.

Faire intervenir la psychanalyse balbutiante pourquoi pas mais au final j'ai l'impression d'être face à l'agence tout risque avec ces personnages improbables. Au final cela donne un truc comique alors que bien évidemment le propos n'est pas celui ci.

En ce qui concerne le dessin je suis moyennement convaincu le trait est très gras à mon goût quand à la colorisation elle n'est à mon sens pas au point, rajoutons que les personnages possèdent des expressions assez figées. Un petit rajout pour exprimer mon désarroi face aux vampires eux mêmes que l'on reconnait bien grâce à leurs grandes dents!!

Je passe mon chemin.

Nom série  J'ai tué Marat  posté le 06/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le dessin n'est pas si bon que cela, j'en veux pour preuve la tête de ce pauvre Marat. Je ne sais pas si c'est la tête d'un Playmobil mais par les dieux que c'est raide une ou deux expressions tout au plus.

Le scénario est plutôt habile avec ce long flashback qui oppose Charlotte et Marat dans un au delà improbable. Je ne veux pas m'appesantir sur ce dialogue entre morts, chacun délivrant ses arguments sur le bien fondé de ses actes. Par contre j'ai bien apprécié tout le récit qui se concentre sur la dernière journée des deux personnages, une certaine tension s'installe même dans le récit.

Comme le dit le Grand A dans son avis je reste également circonspect sur le passage ou l'on vois Charlotte mener les oies à la baguette, ça sent le profileur qui cherche une excuse dans la tendre enfance.

Au final un épisode sympa de la série "J'ai tué" qui dépoussière le tableau de David, peut être à mettre entre les mains des juniors.

Nom série  Jazz Maynard  posté le 06/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voila un récit qui ne fait pas dans la linéarité, j'ai rien contre mais j'aime aussi un peu comprendre de quoi il retourne et j'avoue avoir été largué à de nombreuses reprises. Ou se déroule l'action ? Qui est qui ? Ah oui merde c'est un flashback mais différent de celui d'avant. Pfiou. Je ne reviendrais pas sur les poitrines de ces dames, plantureuses c'est le mot non ?

Bon le dessin n'est pas mauvais, la colorisation ne me gêne pas, c'est vraiment le scénario par trop complexe qui a plombé ma lecture. Ensemble trop foutraque quand aux influences Tarantino mouais...

Nom série  La Montagne magique  posté le 06/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Franchement je suis déçu, depuis que je suis entré dans le monde de la BD, en tant que lecteur bien sur, les uns ou les autres ne tarissent pas d'éloges sur le travail de Jirô Taniguchi. Il y a quelques années j'ai vu l'exposition que lui avait consacré le festival d'Angoulême. Mon sentiment c'est que c'est joli, sucré mais hormis cela le travail de cet auteur me laisse un peu froid.

Je vais sans doute heurter les puristes car il est des montagnes qu'il vaut mieux ne pas gravir ou en l’occurrence ne pas critiquer mais....

Dans cette BD à l'européenne, on suit une aventure gentillette style "club des cinq" qui personnellement ne m'a procuré aucune émotions particulière que ce soit en bien ou en mal. Oui il y a une petite touche écologique, et alors serais je tenté de dire, pas franchement emballé donc, les autres titres de cet auteur m'avait également peu accroché, à l'occasion j'y retournerais faire un tour mais sans empressement.

Nom série  La Danse des morts (Totentanz)  posté le 03/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Lorsque les morts reviennent.

Huit histoires qui touchent au spiritisme cette doctrine codifiée en 1857 par Allan Kardec et qui se répandit dans toute l'Europe au XIXème siècle avant de se diffuser en Amérique du Sud ou elle est encore présente de nos jours. Cette doctrine est fondée sur la croyance que des phénomènes paranormaux sont le moyen pour des entités de l'au delà appelées esprits de communiquer avec des vivants.

Ici peu importe que le lecteur soit un adepte ou non, l'auteur Frederic Bezian instille dans ses histoires une atmosphère d'étrange, un parfum de fantastique magnifié par un trait acéré en noir et blanc du meilleur effet. Les thèmes qui sont ici abordés, nous les connaissons tous grâce notamment à la littérature ( ex Le Horla de Maupassant ) et le cinéma avec l'emblématique "Poltergeist" et j'en oublie bien d'autres.

Ce qui marque avant tout le lecteur c'est le graphisme si particulier de l'auteur. Est il beau, léché ? Certainement pas mais il possède une force indéniable avec des personnages et des décors que l'ont dirait tranchés au scalpel ou au rasoir. Il se dégage de l'ensemble une impression d'étouffement, les adeptes diraient comme un souffle glacial qui vous envahit.

Un album qui mérite vraiment le détour pour tous les amateurs de fantastique avec ce léger parfum suranné propre aux choses anciennes voir immémoriales.

Nom série  Sonora  posté le 02/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ouais ça se laisse lire mais deux jours après ma lecture j'ai été obligé de replonger le nez dedans rapidement pour retrouver quelques éléments. Mauvais signe ça. En fait une BD qui ne propose rien de bien palpitant.

Héros bien peu charismatique, seconds couteaux caricaturaux, ici méchant égale cicatrices sur la tronche et que dire de la supposée sulfureuse Lola qui danse nue sur la scène du saloon. Écrit et visible comme nez au milieu de la figure, parions qu'elle se tape notre héros dans le tome deux provoquant ainsi la colère du général de Freney, puis.......

Est-il besoin de raconter la suite ? Vu, vu et revu tout ça pourtant il y avait au départ un petit potentiel entre la révolution de 1848 et cet état californien en construction.

L'ensemble est bien trop terne pour donner envie de lire la suite qui se fera donc sans moi.

Nom série  La Mille et unième nuit  posté le 02/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un feuilletage rapide qui m'a donné envie de lire cette mille et unième nuit, d'abord l'objet livre en lui même d'une grande qualité et le dessin tout en tons très doux.

Au final un truc a du m'échapper; quelle est donc cette mille et unième nuit ? Car si tout débute de façon classique Shéhérazade racontant ses histoires pour échapper à la mort, très vite intervient le personnage de sa sœur Dinarzade qui fréquente les souks pour trouver des histoires inédites. Soit. Très rapidement c'est un autre homme qui intervient dont la femme et le fils ont subi un sortilège qui les poussent vers une contrée peuplée de lions.

Passage par la demeure, sanctuaire du roi Salomon et de son épouse Lilith, puis arrivée chez les djinns qui curieusement ont des têtes de lions et un corps humain. Je n'ai sans doute pas compris le fond de ce passage qui recèle pourtant des planches magnifiques.

Dès cet instant oubliez les contes et les histoires de Shéhérazade cela devient sans doute une sorte d'allégorie sur l'enseignement de Nasreddin Hodja, grand sage de la culture arabe. De sa sagesse je n'ai pas vu grand chose si ce n'est qu'il se laisse assez facilement berner par la puissante Lilith, quant aux préceptes philosophiques, je cherche encore.

Finalement l'ensemble se révèle assez vain et sans un très joli dessin ma note aurait été plus basse.

Nom série  Blanche-Neige (Tabou)  posté le 02/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ami(e)s des contes de fées bonjour! L'auteur Trif nous propose non pas un mais deux contes dans cette trilogie jubilatoire. L'histoire de Raiponce et de Blanche Neige et tout y est comme dans les versions policées que nos chères têtes blondes connaissent sans oublier les versions de tonton Walt.

Des nains qui se voudraient libidineux mais qu'hélas pour eux l'isolement a rendu bien niais face à la gente féminine, un prince charmant plus adepte du viol que de la chanson de gestes, une méchante reine mère affublée d'un atout physique fort avenant mais mortel, j'en passe et des meilleures. Et bien sûr une Raiponce et une Blanche Neige adeptes des amours saphiques.

Le tout est fort bien amené, un scénario costaud nos deux héroïnes mêlant, à tous les sens du terme, leurs atouts pour se dépêtrer des mauvais coups du sort. Y en a qu'ont pas de pot. Un dessin sympa qui donc fait la part belle à ces dames, même critique que pour le Cendrillon du même auteur, des traits parfois un peu gras à mon goût.

Plus érotique que pornographique ces aventures se lisent plaisamment, la part belle est faite aux corps féminins, ces messieurs étant plus discrets, ou le dessinateur, sur leurs avantages.

Nom série  Cendrillon - Tabou  posté le 02/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Marrant tout de même comme la perception des choses varie d'un lecteur à l'autre. Avant de rédiger cet avis je suis allé lire ce que mes petits camarades en avaient pensé. Et que lis-je sous la plume/clavier du sûrement excellent Gruizzli ? Qu'il n'a pas arrêté de se bidonner, de se dilater la rate au cours de sa lecture !

Oui cher ami certaines situations sont cocasses, l'humour prend une part certaine dans ce récit iconoclaste. Par contre de là à se pisser dessus et à se rouler par terre il n'y a qu'un pas que je n'ai osé franchir.

Non la première chose qui me fait marrer in petto c'est la revisite du conte, loin de la guimauve Disney. Après les traditionnels coups de cravache, (du moins dans l'iconographie de l'érotisme) sur la croupe de la vilaine fille, ça m'émoustille très moyennement. Graphiquement plutôt sympa l'ensemble souffre parfois d'un trait un peu épais.

Pas le truc du siècle mais une version de ce type pour les autres aventures des héros de notre belle jeunesse, je suis preneur, m'en irais faire un petit tour sur le stand Tabou à Angoulême moi.

Nom série  Les Chroniques d'Arawn  posté le 02/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mouais, pour un premier avis de l'année 2018, disons le tout de suite les gars les filles, on ne va pas taper dans l'exceptionnel.

La série mère possédait des dessins de couverture et quelques planches intérieures qui d’emblée nous disaient vers quoi tendait l'ensemble. Dans mon avis de l'époque je trouvais que tout cela se trainait, s'éternisait dans des histoires un peu répétitives de coups tordus et de machinations improbables. Le fan service spécial ados en manque nous proposait quelques accortes jeunes femmes batifolant dans la neige, warf, warf!. Quelques bastons, décapitations venaient agrémenter le tout, mais au final rien de bien grandiose.

Or donc un spin off, les chroniques. Était ce bien nécessaire? Personnellement j'en doute un peu ou alors uniquement pour les fans de la dite série mère. L'histoire à mon sens n'apporte pas grand chose de neuf. Arawn très fâché, omniscient, omnipotent devenus?... dieu vivant; en de longs flash backs nous narre ses exploits pour se débarrasser des ses frangins.


Me pose une question tout de même, ou ces Dieux vivants trouvent ils les milliers de pékins qui forment leurs armées et qui en plus m'ont l'air content d'aller se foutre sur la tronche pour leurs patrons?. Ben parce que justement c'est des Dieux, idiot.

OK, d'accord vu comme ça effectivement ça prend tout son sel, après deux tomes de ces Chroniques, l'aventure s'arrête la pour moi. Le dessin très informatisé, très sombre ne relève pas assez le niveau pour me donner l'envie. Et cette tour de je ne sais plus quel Dieux pompé en direct live de celle de Saroumane dans le film de Peter Jackson!

Nom série  Jacques a dit  posté le 29/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le Maillé Brézé est un bateau militaire, escorteur d'escadre qui depuis quelques années est devenu un musée. Le navire est amarré dans le port de Nantes face aux anciens chantiers navals. N'étant point un adepte forcené de la chose militaire votre serviteur bien que Nantais n'y a jamais foutu les pieds. La chose est imposante de par sa masse et sa couleur bleue grisâtre. Ah si, pendant un temps la coque avait été repeinte avec des couleurs pétantes avant que C. Nolan n'emprunte le bateau pour son film "Dunkerque", comme quoi la bête flotte encore.

L'idée de cette BD est et c'est le moins que l'on puisse dire assez originale. Un bande de bras cassés décide de voler le navire afin d'aller lui faire retrouver l'océan, le ''Capitaine'' de cette opération, ancien militaire dans le Pacifique à l'époque des essais nucléaires, n'a plus que quelques mois à vivre et pour lui il faut partir en apothéose.

Pas de grandes envolées dans cette histoire mais juste des petits détails qui s’accumulent, des dialogues souvent empruntés aux paroles des chansons de Jacques Brel qui font mouche avec un traitement graphique assez naïf, voilà une histoire hautement originale, divertissante où l'humour se mêle à l'émotion avec une touche d'onirisme bienvenue.

Nom série  Code Mc Callum  posté le 29/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne suis pas un aficionado de Miss Mc Callum. Oui c'est de la BD sympathique mais de là à posséder ses exploits sur les rayonnages de ma bibliothèque il y a un pas que je ne franchirais pas.

Le dessin est bien mais rien de transcendant, je me souviens avoir noté la série mère en pas mal. Pour moi c'est de la BD purement récréative, de la série B de BD quoi. Sans doute que je deviens plus exigeant avec l'âge et surtout le nombre de BD que je lis.

Voilà une BD sympathique, décidément ce mot est à la mode, que je prêterais sans souci à un petit neveu afin de lui faire découvrir un style de BD, divertissante certes mais avec laquelle je n'ai pas suffisamment accroché. Du coup pas d'options d'achats tout cela est affaire de goût.

Nom série  Bug  posté le 26/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Connaissez vous le syndrome du vieux fauteuil, celui qui trône dans la bibliothèque, il est tout vieux, complètement déglingué mais pour rien au monde vous ne voudriez le foutre à la déchetterie. Tout mou, moulé à votre corps, celui dans lequel il est bon de se laisser aller, il est même possible que vous y ayez fait une petite sieste. Ce fauteuil un peu pourav, c'est LE fauteuil, souvent votre dulcinée vous a dit de vous en débarrasser mais non quoi, c'est là que vous avez voyager, transporté vers des ailleurs bédéthesques.

Enki Bilal c'est un peu comme ce vieux fauteuil, il n'est pas tout seul quelques autres rares auteurs vous font cet effet là. Bilal, l'auteur que vous avez découvert dans Pilote et dans Métal Hurlant, des "Phalanges de l'ordre noir" à La Croisière des Oubliés si , si souvenez vous de ce personnage récurent, celui aux cheveux blancs qui venait d'on ne sais ou. Bon je vais pas vous faire toute le biblio du monsieur, mais le moins que l'on puisse dire c'est qu'il y a eu du bon , même du très bon.

Puis les années Nikopol sont arrivées et voir les dieux égyptiens au dessus de nos têtes avait quelque chose de jouissif. Ensuite Le Sommeil du Monstre une trilogie qui relevait plus du graphisme pur que de la BD, j'avoue qu'à cette époque c'est là que j'ai perdu monsieur Bilal. Non que le drame de la guerre en ex Yougoslavie ne m'ai pas touché mais je ne sais pas ça passait moins bien.

Or donc voici Bug impatient oui mais aussi plein de circonspection. Au final la surprise est plutôt bonne. Rien à dire sur le dessin, parfaitement maitrisé, on se dit que l'auteur avait sans doute besoin de partir un temps vers la peinture pour y exprimer des choses trop abstraites ou absconses pour le domaine de la BD classique. En accord complet avec l'avis de Blue Boy quand il dit que Bilal ne se renouvelle plus depuis trop longtemps, j'ajouterais cependant que ce retour à la Bd justement n'est pas si évident , je trouve qu'il même un peu casse gueule. Le gars est attendu au tournant, tournant d'ailleurs bien géré je trouve. Le dessin est simple, oui le style est aisément reconnaissable, c'est du Bilal, mais du Lauffray c'est pas reconnaissable?, et du Hermann, du Rozinski, du Loisel, du Moebius, j'en passe la liste est longue.

Justement ce dont je sais gré l'auteur c'est qu'ici il n'est point de délires visuels, de fulgurances qui disent , hey vous avez vu comment je maitrise le truc, comment c'est beau ce que je fais. Non de ce côté la rien à dire, comme quoi la "simplicité" n'est pas forcément rédhibitoire.

En ce qui concerne le scénario je dis pourquoi pas, si mes camarades précédents ont relevé quelques incohérences techniques je passe au dessus et cela ne gâche ne rien mon plaisir de lecture. Je suis bon public et me laisse embarquer, je suis en terrain connu mais j'avoue être très preneur de ces mondes pré post apocalyptique quelques auteurs arrivent à m'y faire croire Enki Bilal est de ceux là, donc j'embarque en faisant fi des "défauts", sans doute la faute de ce vieux fauteuil archi connu mais oh combien confortable.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 74 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque