Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 968 avis et 330 séries (Note moyenne: 3.38)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  La Règle du jeu  posté le 20/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mosquito continue de publier les histoires de l’Ouest américain de Serpieri (j’ai personnellement déjà lu Chaman, Peaux rouges et John and Mary).

On sait à quoi s’attendre : l’auteur est passionné de culture indienne, et propose des histoires certes classiques, mais remarquablement écrites et racontées. Le ton est toujours très humain, les intrigues s’amusent du destin des personnages de façon cruelle.

Et puis la mise en image est bien entendu magistrale, tout est parfait, les compositions, la précision du dessin, quel délice pour les yeux !

Un chouette album, à recommander aux amateurs du genre.

Nom série  Holy Wood - Portrait fantasmé de Marilyn Monroe  posté le 20/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
De Tommy Redolfi j’avais déjà beaucoup apprécié Viktor, qui m’avait beaucoup touché, et j’ai un peu retrouvé les mêmes qualités dans « Holy Wood ». Le titre complet de l’album parle d’une version « fantasmée » de la vie de Marilyn Monroe, et c’est ce qui fait selon moi la force du récit.

L’auteur s’éloigne volontairement de la réalité, et présente son histoire comme un conte prenant place à « Holy Wood », monde imaginaire aux allures inquiétantes et aux personnages aux visages déformés. Cet aspect apporte un certain symbolisme à l’histoire, et lui ajoute un côté universel, chacun pourra l’interpréter différemment selon ses références.

L’ambiance générale est très sombre et lugubre. Le monde décrit est dur, et broie les jeunes starlettes impitoyablement. Le récit devient de plus en plus psychédélique au fur et à mesure que Marilyn boit et se drogue. La fin est à ce titre ouverte et pas forcément très claire. Mais je suis ressorti bouleversé de ma lecture.

Le dessin et les couleurs sont absolument magnifiques, et contribuent grandement à l’ambiance onirique et lugubre.

Une lecture indispensable.

Nom série  Rêve d'Olympe  posté le 16/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
A l’heure de discussions incessantes sur la politique immigration en Europe, de débats sur « Brexit », et de percées de l’extrême-droite dans de nombreux pays, « Rêve d'Olympe » arrive à point nommé, et nous rappelle un message humain et humaniste : non, les réfugiés qui s’amassent aux frontières de l’Union Européenne ou se noient dans la Méditerranée ne sont pas des terroristes barbus aux poches remplis de grenades. Il s’agit de familles, de femmes, d’enfants, fuyant l’horreur de la guerre, de la famine, vers un monde qu’ils imaginent meilleur. L’ironie est que bon nombre de ces réfugiés fuient les islamistes que nous redoutant tant dans nos contrées.

C’est le cas de Samia Yusuf Omar, persécutée dans sa Somalie natale par les milices islamistes contrôlant son quartier. Une femme « bien », ça ne court pas, vous pensez bien. Et puis quoi encore, voter et s’éduquer ? Son échappée vers l’Europe est poignante, et son dénouement tragique presque inévitable.

La réalisation de l’album est exemplaire, même si l’auteur avoue dans l’introduction ne pas avoir eu accès à toutes les informations nécessaires. Il a donc du romancer et imaginer la plupart des scènes. Son histoire est donc plutôt « inspirées de faits réels » que vraiment factuelle. Cela n’enlève selon moi pas de poids au récit. Reinhard Kleist n’en est pas à son coup d’essai, et a réalisé plusieurs albums au contexte historique intéressant (Le Boxeur (Casterman), Castro, Johnny Cash - Une vie).

Une lecture hautement recommandée !

Nom série  Nouvelles du front d’un père moderne  posté le 14/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le message de cet album n’est certes pas super original : être parent est plus compliqué et stressant que jamais, dans ce monde hyper connecté où l’on est constamment bombardé d’informations alarmistes et angoissantes. Acheter un jouet rose à une fille, c’est sexiste, acheter un soldat à son fils, c’est violent, crier sur nos enfants, ça les traumatise, leur dire non, ça encourage une attitude négative, les tablettes et autres écrans vont les rendre débiles et antisociaux… cela n’arrête pas, sans parler des islamistes et du réchauffement climatique !

Mike Dawson propose un album cathartique, dans lequel il expose ses angoisses liées à sa paternité de manière rigolote et décalée. Moi, ça m’a beaucoup plu, malgré le ton un peu nombriliste de rigueur.

Le dessin est très joli, parfois assez simple et dépouillé, parfois très détaillé, mais toujours lisible et expressif.

Un album sympa, sur un thème qui ne parlera peut-être pas à tout le monde.

Nom série  Dylan Dog (Mosquito)  posté le 07/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne suis pas familier avec le personnage mythique de Dylan Dog, détective de l’étrange que je découvre avec les albums publiés par les Edition Mosquito, qui s’intéressent aux épisodes dessinés par Nicola Mari.

Je suis friand de ces vieilles enquêtes lorgnant vers le fantastique, avant de se conclure de façon (relativement) rationnelle. Les personnages abondent, les pistes se multiplient, et j’adore me faire surprendre par le dénouement final. Alors certes, les intrigues sont très classiques, les histoires sont finalement assez anciennes (c’est surtout visible sur la fin du 2ème tome, La sorcière de Brentford) mais la mise en image de Nicola Mari est superbe, le noir et blanc est maîtrisé et transcende les ambiances glauques et étranges.

Des histoires classiques, un peu vieillottes, mais moi je suis fan !

Nom série  Colt Frontier  posté le 01/06/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un recueil de 6 histoires courtes, dans la lignée de Naugatuck 1757 et Chapungo, parus chez le même éditeur. A ce titre mon avis sera presque identique.

Les fans de Toppi ne seront pas dépaysés, on retrouve les thèmes chers à cet auteur : les légendes, les peuples indigènes américains, les grands espaces, la nature… et une certaine noirceur dans le propos, avec la faiblesse humaine toujours mise en avant.

Et puis le dessin est bien entendu magnifique, que ce soit au niveau des personnages ou des paysages. Vraiment on en prend plein les yeux. Je préfère les histoires en noir et blanc, on apprécie plus le trait incroyable de Toppi, avec ces hachures bien particulières.

Un album magnifique.

Nom série  Luisa, Ici et là  posté le 25/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le concept de cette BD est simple mais excellent : Luisa, 33 ans, reçoit un jour la visite de … Luisa 15 ans ! Voyage dans le temps ? Aucune importance finalement, l’idée est surtout prétexte à une réflexion intéressante, mettant en relief un paradoxe (sans doute assez courant) entre les rêves de l’ado, et la réalité de la vie adulte. Il en résulte une remise en question, mais aussi une revisite de sentiments homosexuels enfouis.

Le propos est reste léger, pas de grandes réflexions philosophiques trop sérieuses ou pompeuses. L’auteur fait plutôt place à l’humour, aux sauts d’humeurs et aux caractères « de cochon » de ses personnages. Pas de prise de tête avec le réalisme non plus : les protagonistes semblent accepter l’impossible relativement facilement.

La mise en image est magnifique, le trait est maitrisé, les planches sont superbes, et la colorisation vraiment réussie. L’album lui-même est aussi très joli, grand format, couverture cartonnée… vraiment un bel objet.

Une lecture rafraichissante et prenante.

Nom série  Un Juste  posté le 23/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un énième témoignage sur cette période noire de l’Histoire européenne, qui s’intéresse à un aspect pas souvent traité en BD : la reconnaissance des citoyens français ayant aidé et caché des familles juives pendant l’occupation.

Le ton est très juste, l’auteur n’en fait pas trop, n’ajoute pas de grand effets dramatiques. Les évènements sont à ce titre assez anodins pour la plupart (les horreurs sont reportées mais rarement vécues directement par les protagonistes). La narration est académique et linéaire, ce qui n’empêche pas l’histoire d’être très prenante. Cette dernière apporte un peu d’optimisme dans un tableau déprimant, et ces héros de l’ombre redonnent un peu espoir en la race humaine.

La mise en image de David Cénou (l’histoire de l’album est basée sur sa famille !) est superbe, le dessin en noir et blanc est lisible et parfaitement adapté à l’histoire.

Un témoignage essentiel, et un album recommandable.

Nom série  Freedom Hospital  posté le 18/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un album sans concession sur la situation actuelle en Syrie, vue par les rebelles, et plus particulièrement par les individus s’occupant d’un hôpital indépendant et secret. On y parle de guerre et de violence, bien entendu, mais le ton reste très humain, l’auteur centre son histoire sur ses personnages, sur leurs destins… sur la fin on assiste à la montée de Daesh, et au bouleversement qui en résulte.

L’album est globalement prenant, mais tout n’est pas parfait. L’histoire est selon moi un poil longue (288 pages), le rythme est lent, la narration un peu décousue, voire maladroite par endroits (il s’agit d’une première œuvre). Tout cela fait que je ne me suis pas spécialement pris au jeu ou attaché aux personnages.

De plus la postface explique que l’histoire est principalement de la fiction, inspirée de faits réels, mais pas de l’expérience personnelle de l’auteur (il n’a pas mis les pieds en Syrie depuis 2011). Je trouve ça un peu bizarre dans ce genre d’histoire aux apparences de témoignage documentaire. Ca a enlevé de la force au récit à mes yeux.

Une lecture agréable, mais un peu longuette.

Nom série  Retour à Bandung  posté le 04/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
J’admire la politique éditoriale complétiste des éditions Cà et Là, qui consiste à publier tout ce qu’ils aiment (c’est un peu le but d’un éditeur indépendant) mais il faut avouer que pour le lecteur moyen, la qualité fluctue grandement. Après plusieurs excellentes surprises en 2015 (Déplacement, Ruines, Trashed), j’avais déjà été refroidi cette année par l’insipide Points de Chute d’Andi Watson… Et bien deuxième mauvaise pioche d’affilée avec « Retour à Bandung ».

L’auteur nous parle de son déménagement en Indonésie dans les détails les plus minutieux : paperasse administrative, courses au supermarché, maladies et fièvres de ses enfants, adaptations aux coutumes locales… le tout étalé sur 120 pages. C’est nombriliste et inintéressant au possible, et pendant ma lecture je me suis demandé qui d'autre que la famille proche pourrait trouver un quelconque intérêt à ce récit… et puis la postface confirme mes doutes : « [L’auteur] entame un journal dont elle envoie les pages, d’abord par fax, puis par email et enfin sous forme d’un blog, initialement aux personnes de son entourage, pour leur donner de ses nouvelles […] ». Des années plus tard, on se trouve avec un volume autobiographique à 14 euros, qui n’intéressera sans doute pas grand monde.

Surtout que le dessin minimaliste tout en esquisses n’est pas extraordinaire, les cases contiennent beaucoup de texte et peu de décors, donc n’espérez pas visiter l’Indonésie par procuration.

Une lecture interminable en ce qui me concerne.

Nom série  La Lame et la Croix  posté le 03/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai beaucoup apprécié le peu que j’ai lu de cet auteur (Fragments et Voodoo Serenade), mais j’ai eu un peu plus de mal avec « La lame et la croix ».

Casini s’embarque dans une grande fresque s’intéressant à une période compliquée de l’histoire européenne : la guerre de 30 ans. L’idée est louable, le sujet est assez rare en BD (je trouve aussi Sanguine et Wallenstein sur le site) mais la situation géopolitique complexe et les nombreuses factions font que l’histoire est très dense, assez lourde en dialogues, et assez difficile à suivre en ce qui me concerne. Je pense que les amateurs d’Histoire seront plus à même d’apprécier le boulot de recherche accompli.

Rien à signaler du côté des dessins et couleurs, c’est du boulot magnifique.

Voilà, il s’agit d’un tome 1, je ne sais pas combien d’albums sont prévus, mais je doute lire la suite. A réserver aux amateurs d’Histoire selon moi.

Nom série  A la recherche du monstre  posté le 01/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mon Dieu que c’est beau. Je commence rarement un avis en parlant du dessin, mais les planches de cet album m’ont vraiment émerveillé. Le dessin en noir et blanc est d’une précision remarquable et fourmillent de détails. Du travail d’orfèvre, que ce soit au niveau des personnages ou des paysages alpins magnifiques.

L’intrigue m’a aussi passionné, même si elle reste assez simple : deux aventuriers amateurs de créatures mythiques (Monstre du Loch Ness, Yeti etc.) se lancent à la recherche du Tatzelwurm, « créature légendaire du folklore de la chaîne des Alpes » (source). S’en suit une promenade champêtre dépaysante, et une fin… non, je vous laisse la découvrir ! Et puis l’Histoire avec un grand H rattrape nos protagonistes, avec la montée du nazisme.

Une grande aventure revigorante, et une mise en image magistrale. Un coup de cœur en ce qui me concerne !

Nom série  Sanseverino est Papillon  posté le 01/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La genèse de cet album est originale : Sanseverino (chanteur français relativement connu) décide en 2015 d’adapter le roman d’Henri Charrière « Papillon » en album musical, et demande à Sylvain Dorange (Un conte de l'Estaque, Les Promeneurs du Temps) d’en dessiner la couverture… ce dernier décide finalement d’aussi d’en faire une BD ! « Papillon » est donc un « album-CD » racontant les aventures d’Henri Charrière aux travers 2 media complémentaires.

L’histoire, basée sur des faits réels, est prenante et rythmée. La vie d’Henri abonde en rebondissements et escapades en tout genre. Par contre le fait que chaque chapitre commence avec l’intégrale des paroles de la chanson correspondante m’a semblé un peu indigeste. Surtout que ces paroles sont souvent nécessaires à la compréhension du chapitre, il n’est donc pas recommandable de les sauter.

La mise en image est superbe, et la musique accompagnatrice très jolie dans le genre guitare/banjo.

Un moment de lecture musicale sympathique et dépaysant.

Nom série  Soleil brûlant en Algérie  posté le 25/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Les 3/4 de cet album racontent l’expérience de Tiko lors de son déploiement en Algérie en 1956, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il ne se passe pas grand-chose. Désolé mais clairement il n’était pas vraiment au cœur de l’action, et n’a pas grand-chose à raconter. J’ai trouvé son témoignage un peu léger.

Par contre le dernier 1/4 de l’album est plus intéressant. Tiko parle de son retour sur Paris, du contexte d’après-guerre et de l’atmosphère tendue et vicieuse de l’époque… Il était beaucoup plus impliqué, et son témoignage est donc intéressant et instructif. Quel dommage que l’auteur n’ait pas plutôt développé cette partie de l’histoire. Je réalise qu’il s’agit d’une adaptation, et que ce « défaut » découle peut-être tout simplement du texte original.

La mise en image est austère mais efficace. De la couleur aurait sans doute ajouté un peu d’éclat aux paysages algériens.

Un album intéressant sur la fin, mais une opportunité manquée selon moi.

Nom série  Journées rouges et boulettes bleues  posté le 19/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
« Journées rouges et boulettes bleues » est une fable estivale légère mais finalement assez prenante. « L’intrigue » (c’est un bien grand mot) est parfaitement narrée, et je dois avouer m’être pris au jeu du détective essayant de résoudre le mystère de la disparition. Les faits restent quand même assez anodins, et la lecture n’est pas vraiment marquante ou touchante.

Le dessin d’Olivier Perret est maitrisé et les couleurs de Rémy Benjamin sont vraiment belles et participent grandement aux ambiances (nuit, plage ensoleillée etc.)

Une lecture prenante, mais un fond un peu léger en ce qui me concerne. Plaisant, mais pas marquant.

Nom série  Dolorès (Loth)  posté le 23/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une BD comme je les aime, qui mêle habilement une histoire assez personnelle, et l’Histoire avec un grand H.

L’aventure de Nathalie débute quand sa mère, en maison de retraite et souffrant de trous de mémoire, se met soudainement à parler espagnol, et à faire des cauchemars mystérieux parlant de plage et d’abandon… d’où sortent ces souvenirs enfouis ?

Nathalie décide d’enquêter sur son passé, et se retrouve rapidement en Espagne. Elle comprend assez rapidement que sa mère avait, dans son enfance, fui les forces de Franco lors de la guerre civile d’Espagne, en 1939… L’expérience fut bien entendu traumatisante, comme pour des dizaines de milliers d’autres républicains, encerclés sur les plages d’Alicante. On en profite pour découvrir tout un pan politique et social de ce pays, depuis l’avant-guerre jusqu’à nos jours. L’auteur s’est clairement documenté, mais n’alourdit pas trop son histoire et n’assomme pas le lecteur, qui pourra faire ses propres recherches (ou lire le court documentaire en fin d’album) pour en apprendre plus.

Le dessin de Bruno Loth est très joli et détaillé, mais je trouve le choix de n’utiliser que du marron/beige pour les couleurs étrange. Cela donne un aspect assez fade à l’ensemble.

Un excellent album, dans la lignée des œuvres précédentes de cet auteur (Apprenti, Mémoires d'avant-guerre et Ouvrier, Mémoires sous l'Occupation).

Nom série  Le Syndrome du petit pois  posté le 23/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
« Le Syndrome du petit pois » fait suite aux albums autobiographiques de Domas (Litost, 3 minutes et Souvenir de moments uniques) mais cette fois ci le ton est plus sérieux, plus sombre même.

Domas est maintenant marié, papa, et se retrouve confronté aux problèmes de santé de sa mère. Les maladies neurodégénératives (syndrome de Benson dans ce cas), c’est toujours difficile à vivre pour les proches, et le combat intérieur de Domas et ses réactions pour le moins explosives provoquent malheureusement des tensions assez sérieuses dans son couple. Alors certes l’histoire est toujours parsemée de moments plus légers, en rapport avec son travail et ses amis, mais de manière générale, on sent que l’auteur est dans un période différente de sa vie, une période plus difficile, plus… adulte. L’auteur ne tombe pour autant pas dans le pathos ou le larmoyant, et la fin est même carrément optimiste.

Au niveau dessin on retrouve le trait maîtrisé et élégant de Domas, et ces touches de couleurs rouges pour représenter les émotions…

Un album autobiographique prenant et touchant, à conseiller aux amateurs du genre, même si vous n’avez pas lu les albums précédents.

Nom série  Le Sculpteur  posté le 15/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Argh, une fois de plus je me retrouve surtout dans l’avis de Mac Arthur, seul posteur à ce jour ayant attribué une note inférieure à 4/5.

Le plus gros de l’histoire s’intéresse au processus créatif, et je dois avouer que ces réflexions sur le sens et la valeur de l’art ne m’ont pas vraiment passionné. Je ne suis pourtant pas hermétique à ce thème, mais sur le coup, ça n’est pas passé, je ne saurais expliquer pourquoi.

Par contre le côté humain et sentimental de l’histoire m’a beaucoup plus touché, notamment le fait que le protagoniste principal tombe amoureux après avoir conclu ce pacte Faustien. Il en découle une situation tragique et poignante, racontée avec beaucoup de justesse et de retenue. La fin m’a vraiment ému… mais voilà, sur presque 500 pages, c’est trop peu.

La réalisation de l’album est bien entendu excellente, Scott McCloud étant l’auteur de la bible qu’est L'Art Invisible. Je note quand même que les filtres informatiques utilisés sur certaines cases ne sont pas toujours très esthétiques.

Un album riche et parfaitement réalisé, mais qui n’a pas réussi à me captiver sur la longueur, et que j’ai eu du mal à terminer.

Nom série  Robny Clochard  posté le 04/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne connaissais pas cet auteur espagnol, ses albums ne sont pas vraiment traduits en français (à part un tome de la série « Thriller » dans les années 80). « Robny Clochard » est un recueil d’histoires courtes qui débarque chez Mosquito en 2016, et la qualité est au rendez-vous.

Les déboires de Robny sont prenants, les différentes histoires révèlent au compte-gouttes les évènements qui l’ont conduit à sa situation actuelle. Mais ses aventures sont surtout prétexte à une fable sociale moderne, à une réflexion philosophique certes simpliste, mais qui interpelle et fait réfléchir. Les histoires ne datent pas d’hier et font un peu vieillottes dans leur construction. On retrouve une narration un peu lourde et assez chargée en texte, ce qui était la norme dans les années 80. Mais cela ne m’a pas vraiment dérangé.

Le dessin en noir et blanc est magistral, très détaillé et parfaitement maitrisé. Les planches sont vraiment magnifiques.

Une chouette découverte.

Nom série  Khyber  posté le 02/03/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
De Micheluzzi je n’ai lu que Mermoz, que j’avais beaucoup apprécié, et je retrouve un peu les mêmes ingrédients dans « Khyber ».

L’histoire est intéressante et ancrée dans un contexte historique riche (dispute de l’Afghanistan entre Russie et Angleterre en fin de 19eme siècle). L’intrigue est assez dense (lisez donc le résumé), les personnages nombreux, et les textes assez présents. Il en résulte une lecture un peu lourde, mais néanmoins passionnante.

Le dessin est magnifique. Certains regretteront peut-être le manque de couleurs pour dépeindre les paysages grandioses de l’Afghanistan, mais il faut avouer que le noir et blanc fait vraiment ressortir les détails du trait, et les contrastes sont magnifiques.

Un album dense et passionnant, une grande aventure historique !

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 49 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque