Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5417 avis et 2062 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Ibiza Club  posté le 30/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Attention racollage manifeste !
Attention BD commerciale manifeste !
Attention roman-photo assez médiocre !
J'ai un peu de peine à enregistrer cette BD ici tant son contenu, sa couverture, sa format, tout est sans aucun détour synonyme de racollage actif et de marketing aigu.
En plus, elle ne contient pas de vrais dessins mais juste des photos largement retouchées à l'informatique. Jim nous avait déjà fait le coup avec On éteint la lumière, on se dit tout où les dessins n'étaient rien d'autre que des cases intégralement noires. Ici ce sont des photos de jolies filles bronzées en bikinis avec moultes zooms sur les fesses dès que l'occasion se présente.
Alors voilà exactement le but avoué de cette BD : permettre aux mecs de mater des jolies filles en bikini ! Ben oui, ça aurait été des dessins à la place, ça aurait largement moins vendeur, eh, coco ! Et faut avouer que c'est assez joli à regarder (sauf quand le gag porte exprès sur une grosse moche poilue qui a dû être particulièrement heureuse de voir ses photos utilisées pour un gag la mettant si bien... en valeur...). Le traitement photonumérique est assez joli et les couleurs bien chaudes et agréables à regarder (un peu comme les filles de la Bd, tiens...).

Maintenant, pour le reste, ce sont les gags ultra-typiques de Jim, ceux qu'on retrouvait déjà dans pas mal de ses autres BDs. Un petit mix de tout ce qu'il a déjà fait, le plus mauvais comme le moyennement drôle, le tout remis au goût de l'été chaud qui s'annonce et qui va permettre de mettre cette BD bien en vue dans les bacs des librairies et autres centres commerciaux. C'est vraiment rarement drôle, je le dis tout net, je doute avoir ri une seule fois.

C'est le genre de BD que je feuillette sans jamais réussir à la lire pour de vrai. Mais c'est sans doute l'objectif de cette BD puisque les filles y sont si jolies à regarder.
Joli même si ce n'est pas du vrai dessin, juste assez original pour ne pas mériter une note minable, mais pas drôle. Et puis il y a plein de pages mais ça coûte vraiment cher pour ce que c'est : sans doute pour payer les mannequins...

Nom série  Les Cyclistes  posté le 30/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En voyant cette BD sur les rayonnages de Carrefour, je me suis dit "ça y est, voilà encore une série commerciale d'humour industriel à la façon des éditions Bamboo et autres Guides de...". C'est pour ça que j'ai été agréablement surpris en lisant cette BD car le niveau n'en est pas mauvais.

Le dessin n'a rien d'exceptionnel ni d'original mais il est très convenable et assez sympa. Les couleurs elles-mêmes ne sont pas trop mauvaises, pas trop pêtantes comme dans nombre de BDs d'humour de bas de gamme.

Et ensuite, j'ai finalement réalisé qu'il y avait matière à faire pas mal de gags pas mauvais et assez originaux en prenant pour thème le cyclisme amateur. La petite bande de personnages cyclistes est sympa et assez attachante. Les gags ne se répêtent pas et sont souvent assez drôles.
Bref, ça se lit très bien et ça fait passer un bon moment.

Alors, si ça me fait rire moi qui n'aime pas le vélo, ça doit être excellent pour les fans de cyclisme.

Nom série  Hitler=SS  posté le 30/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Qu'il est difficile de donner un avis sur cette BD.

Peut-on rire de tout ?
Je suis prêt à le penser, oui, et j'ai vraiment lu cette BD par curiosité en me disant que traiter un sujet aussi polémique et sensible pouvait faire ressortir quelque chose de vraiment original, fort voire marrant. Je me sentais assez distant du sujet, assez insensible pour ne pas sombrer du tout dans la polémique, pour n'être choqué par rien et rigoler de voir le tabou se faire littéralement exploser par la plume trash et acide de Vuillemin et Gourion.

Et effectivement, j'ai été soufflé par l'audace des premières pages de l'album, par la première image même qui montre la photo d'un déporté maigre et pitoyable grimé avec une mèche et une moustache à la Hitler. Je me suis dit : "Oupf ! Hé beh ! Si ça commence comme ça, ça va être fort !".

Quand j'ai lu ensuite le petit roman photo où le professeur Choron et d'autres de sa bande jouent le rôle d'officiers nazis qui critiquent la BD Hitler=SS elle-même ou la complimentent par moments, je trouvais ça drôle aussi.

Mais c'est ensuite que la BD démarre pour de bon.
Ce sont des gags ou histoires courtes dessinées par Vuillemin pour la plupart, à l'exception de quelques gags en une image qu'il n'a pas dessinés et qui n'ont pas le même humour aussi trash.
Car c'est trash : les nazis y sont représentés en glorieux cons, les juifs en victimes naïves et torturables à loisir, les homosexuels en obsédés dégueus et dignes d'être lynchés par les autres prisonniers, les déportés dans leur ensemble sont vus comme une bande de lâches idiots prêts à s'entretuer par connerie et par haine de leur prochain, les français ou autres pays conquis sont des collabos, dénonciateurs, lâches et salopards, et partout des profiteurs, des salauds, des connards plus écoeurants les uns que les autres.

Certains gags m'ont fait rire par leur incorrection politique totale et leur audace dans la manière dont les auteurs font croire qu'ils se placent du côté des nazis. Pour l'exemple, l'image de la galerie demande "pourquoi ?" en montrant les monceaux de cadavres des camps, et la page suivante, imprimée par les imprimeries Goebbels répond : "Parce que !!" avec un nazi glorieux et combattant. Ou encore un petit jeu en une image représentant un aryen beau et fort placé à côté d'une foule de déportés où la légende dit : "Il y a 6 millions d'erreurs dans cette image, saurez-vous les trouver et les éliminer ?".

Nul anti-semitisme ni anti-homosexualité dans tout cela à mes yeux, les auteurs traitent de la torture en général, de l'horreur de la guerre et de l'extermination en général et ces gags auraient pour la plupart pu aussi bien se placer dans les camps Khmers Rouges ou les Goulags de Staline.

Néanmoins, je suis ressorti de ma lecture avec un véritable malaise. Je ne suis pas aussi insensible que je le pensais. Il y a une telle accumulation d'horreur, de trash, de violence, de monstruosité humaine qui est représentée dans ces "gags" que c'en est... écoeurant. La dénonciation par le politiquement incorrect a marché d'une certaine manière lors de ma lecture. C'est une BD assez forte et qui fonctionne sur ce plan là.

Par contre... par contre, j'ai trop vite retrouvé l'humour typique de Vuillemin, cet humour crade, souvent scato, violent, dégueu. Certains gags n'ont même rien à voir avec le décor nazi qu'est sensée représenter la BD, comme par exemple le gag avec les mouches dont une mouche à merde.
De même, je n'ai guère rigolé à la plupart des histoires que j'ai trouvées lourdes et pas vraiment drôles.

Certaines images, certains gags sont forts et audacieux mais beaucoup sont assez mauvais, voire redondants avec d'autres gags de Vuillemin dans ses autres BDs qui n'ont rien à voir avec le sujet.
Cette BD a joué sur le côté choc de son sujet et de la façon dont elle le traite avec dérision et le désir de choquer, mais passé la surprise et le choc, elle devient rapidement écoeurante et assez peu drôle. Alors à ce prix là, et même si c'est une BD rare car interdite en France par la censure, je trouve qu'elle ne vaut pas tant que ça la peine d'être lue.

Nom série  Bleu  posté le 28/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Un véritable OVNI, un pari fou que seul un auteur original et pouvant s'appuyer sur un succès déjà concret comme celui de Trondheim pouvait tenter. L'objet BD lui-même surprend quand on le voit en librairie : totalement bleu, pas de titre, pas d'éditeur, pas de code barre, pas de... rien de rien ! Du bleu, c'est tout ! Et quand on l'ouvre, ce sont des pages bleues dans lesquels se suivent des tâches de couleurs qu'on pourrait assimiler à une ou plusieurs amibes qui... vivent leur vie de tâches mouvantes... Alors parfois on voit une petite tâche blanche apparaitre, se faire "gober" par la grosse tâche bleu ciel, puis se faire rejeter et disparaitre... ou alors se faire assimiler... ou alors la tâche bleu ciel se dédouble, modifie sa forme, etc... En essayant de mettre une logique à tout ça on pourrait donc assimiler le tout comme je le disais à la vie passionnante d'une amibe mais je pense qu'il n'y a pas de logique à donner à ce "récit", car il n'y a pas de véritable récit, juste de l'abstrait...
Et en ce qui me concerne, je n'aime pas l'abstrait. Ca m'échappe totalement, ça ne me fait rien ressentir, ça m'ennuie, ça me donne l'impression de n'avoir rien sous les yeux, rien que du vide... bleu.
Alors saluons le pari réussi d'avoir osé publier une BD abstraite qui ne raconte rien, qui n'a pas de dessin à proprement parler, qui a été réalisée en moins de 8 heures dans sa totalité par son auteur, et qui se lit sans même pouvoir se lire puisqu'il n'y a rien à lire ou presque. Mais passé ce salut au pari réussi, il n'en reste pas moins une BD que je ne conseille pas à la lecture et surtout pas à l'achat sauf pour épater vos amis pendant les 30 secondes durant lesquelles ils se diront : "Non ? C'est vraiment une BD, ça ?".

Nom série  Naciré et les machines  posté le 28/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai lu que le premier tome de cette série mais je trouve qu'il peut très bien se lire comme un One-Shot.

Le dessin a bien quelques défauts : les personnages font assez figés car le dessinateur a l'air de mieux s'y entendre pour les illustrations et les belles images que la BD dynamique, et on peut également lui reprocher une certaine faiblesse dans les perspectives qui donnent parfois un peu de mal à juger de la profondeur de certaines scènes et objets. Mais malgré cela, j'aime beaucoup, voire j'adore par bien des moments ! Le trait est fin et élégant, les décors beaux, et surtout la colorisation est formidable ! J'adore ces teintes de marrons, de gris, de jaunes, de rouille. C'est beau et vraiment bien colorisé.

Quant à l'histoire, je m'attendais à une histoire sombre dans un décor de cité-usine rouillée au gouvernement totalitaire, un récit à la Brazil. Mais loin de toute noirceur, il y a une large part d'espoir et d'humour dans cette BD. Les dialogues sont fins, l'humour est dispensé avec parcimonie et pourrait même passer inaperçu s'il ne donnait pas une véritable fraîcheur et profondeur à cette série qui aurait pu être terne sans cela. L'histoire mêle décor claustrophobique, régime totalitaire, poésie, évasion, amitié et amour dans un melting-pot tout en finesse et en plaisir de lecture.

J'ai été charmé par cette BD.


Après lecture des tomes 2 et 3, je me vois forcer de baisser ma note de 4/5 à 3/5.
La série conserve les qualités qui font son charme : des personnages assez attachants, un univers à la fois kafkaien et poétique, des couleurs que j'aime vraiment beaucoup, un peu d'humour et pas mal d'idées.
Mais le tout manque hélas de maîtrise.
De maîtrise en matière de dessin car même si je l'aime bien, il reste techniquement très améliorable, certaines scènes assez amateurs contrastant avec d'autres très jolies. Je crains que, sans les belles couleurs, les défauts du trait n'aient été encore plus visibles.
Et de maîtrise en matière de narration car le scénario se révèle décousu et confus passé le premier tome. De nombreuses idées et personnages aparaissent comme autant de voies scénaristiques qui ne mènent finalement nulle part. Le récit saute souvent du coq à l'âne. Et la conclusion du récit, même si elle se tient et est assez jolie, tombe un peu comme un cheveu sur la soupe après un récit qui semblait partir dans une toute autre direction.
La lecture n'en reste pas moins sympathique et j'ai une petite affection pour cette série, mais je ne peux la considérer comme vraiment achevée et aboutie.

Nom série  Le Livre des Amortels  posté le 27/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je partais sur un bon à-priori sur la bonne réputation de la collection Empreinte Dupuis mais franchement j'ai été déçu par cette BD.

Le dessin m'a choqué dès la première page par son côté amateur. Ca ressemble au style de dessin d'un adolescent que ses amis considèrent comme un bon voire très bon dessinateur mais qui est encore loin d'une maîtrise professionnelle. Ca s'en ressent déjà dans la colorisation faite à la main, c'est louable, mais qui déborde assez souvent ou laisse quelques endroits blancs par-ci par-là. Et ça s'en ressent aussi et surtout par quelques dessins plutôt ratés concernant les visages féminins, des décors, des nuages, des blessures dont l'erreur anatomique saute aux yeux, etc... Dommage parce que certains dessins sont bien réussis et prometteurs (le dessinateur semble bien maîtriser le dessin du guerrier gaulois mâle par exemple), mais franchement ça donne un aspect amateur à la BD.

Quant au scénario, quand on le résume, il ne paraît pas mauvais et également assez prometteur même s'il rassemble des clichés un peu trop courants ces temps-ci dans la BD de Fantasy : élus aux pouvoirs mystérieux, jeune fille qui se révèle très forte au combat et dans la magie mystique, prophétie grandiloquente, etc... Malgré ces déjà-vus, je trouve le décor de conflits de civilisations antiques intéressant (influence du jeu Civilization ou de Rome Total War ?) et l'histoire pourrait être bien sympa si... si la narration n'était pas aussi mauvaise. Franchement, les dialogues et la mise en page sont tels que j'ai vraiment eu du mal à suivre le récit et surtout à entrer dedans. Trop fouillis, vraiment.

Une BD qui manque donc singulièrement de maîtrise tant dans le dessin que la narration, mais qui laisse espérer des auteurs prometteurs.

Nom série  Jinbé  posté le 27/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai le même avis qu'Altaïr ci-dessous : Jinbe m'a laissé une drôle d'impression mitigée.
Niveau dessin, c'est du Adachi typique, assez appliqué pour certains décors, bref ce n'est pas moche du tout à mes yeux.
Niveau personnage, c'est également du Adachi typique, avec des personnages sensibles qui en disent moins qu'ils n'en montrent par leurs non-dits et leurs comportements.
Et pareil niveau narration où on retrouve tout à fait le style d'Adachi avec pas mal d'ellipses, de silences qui en disent long, de finesse, etc...
J'ai trouvé par contre un peu moins d'humour que dans la plupart de ses autres mangas : en gros, je n'ai pas ri ou presque de tout l'album.
Mais en fait, c'est surtout le scénario et l'histoire qui m'ont laissé mitigé. Ce manga est un Roman Graphique portant sur les relations entre un beau-père veuf et sa fille de 17 ans, qui n'est pas de son sang, avec qui il vit depuis 4 ans seulement, mais pour qui il veut être un bon père. Cette relation est traitée tout en finesse mais j'ai eu du mal à accrocher car les personnages sont très secrets au début et ont une relation assez spéciale où ils se parlent un minimum et préfère s'éviter plutôt que de se montrer affectueux. L'histoire est traitée en finesse mais n'est pas très prenante. Elle aborde en outre un sujet difficile qui est la paternité d'une part et l'ambiguïté de cette relation quand le "père" et la "fille" ne sont pas vraiment père et fille.
Et l'histoire se finit assez rapidement, presque en queue de poisson, sans prendre vraiment une direction ni tout à fait une autre. Assez difficile à appréhender et à savoir quoi en penser. Enfin si justement, l'auteur prend dans les 2-3 dernières pages une vraie décision sur la "relation" entre Jinpei et sa "fille", et c'est cette décision qui est vraiment difficile à appréhender.

Une lecture qui m'a laissé circonspect, qui ne m'a pas vraiment captivé, même si elle se lit sans mal.

Nom série  Dragon Quest - La Quête de Dai (Fly)  posté le 26/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je croyais retrouver en lisant Fly le plaisir simple (et néanmoins viril) que j'avais éprouvé en lisant Dragon Ball ou Hunter X Hunter, mais je n'ai vraiment pas trouvé cette série du même niveau. Nous sommes bien dans la veine du Shonen de baston avec augmentation de niveau, ennemis successifs, etc... Le dessin est même très proche de celui de Dragon Ball, à tel point que dans le tome 4 par exemple, quand Fly discute avec le sage du village de Fuam, on jurerait voir SanGoku et Tortue Géniale. Mais franchement, déjà que certains trouvent ces shonens mauvais, eh bien, je trouve Fly encore plus mauvais.

L'intrigue est enfantine : le Roi du Mal est ressuscité, le gentil Fly va devoir quitter son vieux maître et son île, devenir un chevalier du Bien et combattre les méchants. Et comme le manga est issu d'un jeu vidéo, il va devoir combattre successivement les monstres de chaque armée du Mal, avec à chaque fois le Boss de fin de niveau. Il va devoir apprendre des sorts de niveau 1, 2 ou 3 suivant la puissance. Il va gagner de l'équipement plus ou moins puissant et magique. Et tout ça pour quoi ? Pour combattre le Méchant du niveau suivant et continuer vers le Méchant d'après. Alors, en chemin, il rencontre des amis spécialisés qui dans la magie, qui dans la prêtrise ou dans le combat, et il les embauchera dans son équipe comme on crée une équipe dans un RPG ultra-basique. Et ce sont ces personnages qui créent un semblant d'intrigue pour donner une raison d'être au manga par rapport au simple jeu vidéo, mais franchement, bof... Quant aux combats eux-mêmes, ils se bornent à l'intrigue ultra-éculée de : "le méchant est trop fort au départ alors Fly se fait battre, puis tout à coup la colère et le désespoir font surgir les super-pouvoirs cachés de Fly qui devient ultra-puissant et tue le méchant". Oui car, bien sûr, Fly est en fait issu d'une super-famille de grands guerriers et a des pouvoirs surpuissants mais qui n'apparaissent que quand ça arrange le scénariste.

Une intrigue bateau comme ça, j'aurais pu m'en contenter si la série était sympa et l'histoire suffisamment captivante. Mais là, je n'ai vraiment pas accroché tellement l'histoire est décousue et basique. A cela s'ajoute une traduction française assez minable, emplie de dizaines de fautes d'orthographes et surtout d'injures et de gros mots sans arrêt : "Sale con, connard, salaud, crêve, j'vais t'buter, enfoiré !", etc...
Même si je ne trouve pas Fly détestable et que je trouve que la série reste assez lisible (même si je m'ennuie souvent à sa lecture), c'est franchement ce genre de shonen qui donne une sale réputation aux mangas dans leur ensemble et donne l'impression que ce ne sont que des histoires de bastons et de petites culottes destinées aux gamins prépubères et mal élevés.

Nom série  Léon La Came  posté le 24/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Depuis le temps que j'avais entendu parler de cette série, je viens d'en lire les 3 tomes d'affilée.

Le premier est assez étonnant.
Déjà, il y a le dessin de De Crécy. Je n'ai lu que peu de BDs de lui et je ne suis donc pas encore habitué à son style. Il me surprend encore et je l'appréhende de manière diverse. Diverse en effet car d'un côté je suis rebuté par la laideur qu'il met dans certains personnages, dans certains angles de vue trop proches des choses, trop tordus... Rebuté par quelque chose que je ne saurais vraiment exprimer. Mais d'un autre côté, au delà de son trait qui a un aspect légèrement indécis et crayonné, je trouve nombre de ses cases et de ses planches belles et esthétiques. De Crécy a un talent de dessinateur certain. Je ne suis pas fan de tout mais je trouve une certaine partie de cet ouvrage vraiment très belle.
Ensuite, il y a l'histoire qui surprend parce qu'on ne sait pas non plus comment l'appréhender; comment appréhender le côté brut de décoffrage de certaines scènes, voire même le côté un peu scato ? Comment appréhender la laideur de ce monde et le cynisme avec lequel De Crécy le traite ? Pas plus qu'on ne sait comment appréhender ce Pépé Léon qui semble à la fois tout doux et capable du pire mais vraiment du pire, et avec le sourire. De même pour Gégé qui se révèlera au final le personnage principal de la série : comment appréhender cet anti-héros incapable de prendre une décision, oscillant entre constipation et dhiarrée permanente, enfant n'ayant jamais grandi ?
Et pourtant, j'ai bien apprécié ma lecture, savouré les moments d'humour acide, la fin assez heureuse et à la morale valable.
Par son originalité, sa force surprenante, son dessin étonnant et beau, ce tome 1 m'a bien plu, d'autant plus qu'il se lit comme un One-Shot qui se suffit à lui-même.

Par contre, j'ai largement moins aimé les 2 tomes suivants.
Le dessin reste toujours aussi maitrisé, un peu trop d'ailleurs puisqu'il perd un peu de sa fraicheur du premier tome. Mais c'est du grand art même si j'apprécie toujours seulement en partie ce style.
Mais le scénario, lui, tourne au conte social. Là où le tome 1 éclatait par son originalité et son message ambigüe mais assez heureux, les tomes 2 et 3 forment une fable qui se veut un peu moralisatrice, un peu poétique, un peu folle. Mais franchement je n'ai pas accroché du tout. Gégé y joue le rôle du gentil con trop naïf mais égoïste en même temps, et les 2 tomes se bornent presque simplement à le suivre dans sa déchéance et le gâchis de son existence. Il reste quelques idées originales comme Monsieur Chose, celui qu'on ne voit pas, mais pour le reste, c'est un scénario assez banale de "montée à la capitale et de descente aux enfers" afin une fin mélo-dramatique qui m'a franchement laissé de marbre.

Un avis mitigé pour moi, donc.
Et mon conseil serait de ne lire que le premier tome de cette série et de le considérer comme un one-shot uniquement.

Nom série  Hack and Cash  posté le 24/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Pffff... Je n'aime rien dans cette BD. J'ai failli mettre 2/5 parce que j'ai réussi à la lire jusqu'à la fin sans la refermer d'un coup sec, mais franchement non, c'est vraiment une Bd que je trouve nulle en tout point.

A commencer par le dessin : c'est du 100% informatique, images digitalisées, visages copiés/collés, décors 3D. La Bd est sortie en 2002 mais je crois que déjà à cette époque j'aurais trouvé ça moche. Quant à le lire maintenant, ça fait vraiment dépassé au niveau technique. Et de toutes façons, c'est tout simplement moche à mes yeux.

Quant au scénario, il est indigent. Ca commence comme des dizaines de séries télé américaines ou comme autant de films d'action. Ca accumule facilités scénaristiques et tentatives de masquer les raccourcis et incohérences du scénario. Une fille "jolie et cool qui se la joue rebelle de la vie" reçoit un jour un mail supra-important qui ne lui était pas du tout destinée. Comme par hasard, elle fréquente une bande de super-hackers qui vont pirater le réseau de la puissante et méchante Corporation qui a envoyé ce mail. Dans la même seconde, la méchante Corporation les fait exterminer par une équipe du SWAT. Alors la jolie fille saute par la fenêtre, tombe dans la poubelle placée en dessous et s'enfuie par les égouts. Maintenant, elle veut se venger ! Alors elle va rencontrer un caïd de la pègre Russe à Gibraltar qui va aussitôt lui raconter toute sa vie et lui offrir de devenir sa meilleure amie et associée puisqu'après tout il n'y a qu'elle qui peut aller en Russie délivrer des otages. Elle y va, les otages se révèlent être des hackers formidables et surtout très obéissants. Elle décide de les embaucher (avec quel argent, elle n'a que dalle en principe ?), elle les amène aux USA, monte une affaire pleine de gros sous, apprend que la méchante Corporation a une affaire en Ecosse, va en Ecosse, se transforme en super James Bond Girl, investit une base des méchants, vole un saumon mutant, fait s'écrouler l'affaire des méchants, et pour finir elle survit à une bombe placée à 1 mètre d'elle au 20e étage d'un immeuble en s'en sortant avec une jambe un peu cassée.
L'action pour l'action, le big business facile, le hacking "pour les nuls mais ça marche à donf" (j'ai adoré l'explication du hack d'un site de paiement en ligne "en modifiant les fichiers Cgi-Bin du site afin de détourner les clients vers un site Ssl à soi sur lequel on aura mis ton Rib"), franchement... je trouve ça pitoyable.

Et le pire, c'est que cet album coûte super cher !!!

La série ne compte qu'un tome à ce jour, je ne sais pas s'il y en aura un second mais je comprendrais que ce ne soit pas le cas.

Nom série  Baker Street  posté le 23/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai trouvé cette série sympa mais j'avoue que je m'attendais à mieux avant de la lire.
J'apprécie le dessin de Barral et l'ambiance Victorienne que Veys et lui ont su donner à Baker Street. J'aime aussi l'idée d'un Sherlock Holmes pédant et grognon qui martyrise Watson, quoique le personnage de Conan Doyle était assez ronchon en lui-même si je ne me trompe.
Mais pourtant, je n'ai pas réussi à autant accrocher que je l'espérais. L'humour est bien présent mais je n'ai pas ri à chaque gag et les gags que j'ai trouvé vraiment drôles ne m'ont fait que rire sous cape, un petit esclaffement et hop oublié, pas une bonne tranche de rigolade ni des gags qui me feraient rire de nouveau si je relisais le passage. Et les histoires courtes contenues dans ces albums ne m'ont pas non plus tellement accroché par leur scénario.
Sympa, assez marrant, mais hélas pas aussi excellent que je l'aurais aimé.

Nom série  L'Amour (Vents d'Ouest)  posté le 21/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette BD là de Jim fait partie de celles auxquelles je n'accroche pas. Je trouve le thème de base tellement cliché et les gags tellement emplis de déjà-vus et d'humour facile que je n'ai vraiment pas rigolé à la lecture. Ce n'est pas que ce soit vraiment mauvais mais tout est tellement prévisible ou alors tellement peu surprenant que ce sont des gags pour moi aussi vite lus qu'oubliés.
Typiquement le style de BD qu'on offre à un couple de jeunes amoureux parce qu'on ne sait pas trop quoi leur offrir, et ceux-là la lisent vite fait avec le sourire avant de l'enterrer sous une pile de vieux livres oubliés.

Nom série  Tous les défauts des mecs  posté le 21/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La force (de vente) des BDs de Jim, c'est qu'elles s'adressent toujours à vous, à nous, à eux, enfin toujours à un public de clients potentiels prêts à acheter des Bds qui semblent parler précisément d'eux. Et là, le client visé par Tous les défauts des mecs, ce sont les mecs et les filles... Et comme je suis un mec, j'avais une chance sur deux de tomber dans une de ces catégories.

Bon, c'est vrai que je ne suis pas client des si nombreuses BDs de Jim sorties à la pelle, souvent en accord avec tel ou tel évènement commercial ou telle mode du moment. Mais parmi les si nombreuses BDs de Jim tellement semblables les unes aux autres, je dois dire que Tout ce qui fait râââler les nanas et Tous les défauts des mecs sont peut-être parmi les plus sympas. Le thème déjà n'est pas mauvais et les idées de gags qui en ressortent sont même parfois originales (originalité que je ne trouve pas toujours dans les séries de cet auteur). Et puis surtout, ça permet soit de se placer dans la peau du personnage visé et de se moquer de soi-même, soit de se placer du côté du sexe opposé et de se dire "ah ouais, ça, c'est bien un mec/une fille, mon copain/ma copine est exactement comme ça !".

Bon, je ne voudrais pas qu'on me l'offre personnellement mais ça se lit assez bien et l'humour n'y est pas déplaisant.

Nom série  La honte  posté le 21/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette série-là, de Jim, ne m'a pas vraiment enthousiasmé. Déjà, je n'aime guère l'aspect commercial et "BD de supermarché" des BDs de Jim mais il arrive que j'apprécie assez certains de ses albums et de ses gags. Ici, par contre, je n'ai pas franchement rigolé.
Le sujet de la Honte, déjà, je le trouve trop facile et surtout pas assez accrocheur pour vraiment trouver ça drôle. Les gags sont assez lourds et n'ont su me toucher.
Bon, ce n'est pas une grosse nullité à jeter, ça se lit quand on n'a rien d'autre sous la main, mais je n'irais sûrement pas jusqu'à la conseiller.

Nom série  Tout ce qui fait râââler les nanas  posté le 21/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La force (de vente) des BDs de Jim, c'est qu'elles s'adressent toujours à vous, à nous, à eux, enfin toujours à un public de clients potentiels prêts à acheter des Bds qui semblent parler précisément d'eux. Et là, le client visé par Tous les défauts des mecs, ce sont les mecs et les filles... Et comme je suis un mec, j'avais une chance sur deux de tomber dans une de ces catégories.

Bon, c'est vrai que je ne suis pas client des si nombreuses BDs de Jim sorties à la pelle, souvent en accord avec tel ou tel évènement commercial ou telle mode du moment. Mais parmi les si nombreuses BDs de Jim tellement semblables les unes aux autres, je dois dire que Tous les défauts des mecs et Tout ce qui fait râââler les nanas sont peut-être parmi les plus sympas. Le thème déjà n'est pas mauvais et les idées de gags qui en ressortent sont même parfois originales (originalité que je ne trouve pas toujours dans les séries de cet auteur). Et puis surtout, ça permet soit de se placer dans la peau du personnage visé et de se moquer de soi-même, soit de se placer du côté du sexe opposé et de se dire "ah ouais, ça, c'est bien un mec/une fille, mon copain/ma copine est exactement comme ça !".

Bon, je ne voudrais pas qu'on me l'offre personnellement mais ça se lit assez bien et l'humour n'y est pas déplaisant.

Nom série  Alcibiade Didascaux  posté le 20/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand j'ai ouvert le premier tome de cette série, j'ai eu l'impression d'ouvrir un fanzine amateur. La couverture est souple, la Bd toute mince presque comme un fascicule et surtout le dessin laisse franchement à désirer.

Clapat donne l'impression par son dessin du début de Alcibiade Didascaux qu'il s'est dit que si Edika pouvait faire une BD qui marche avec des gros nez avec des verrues et des personnages... à la Edika alors lui aussi pourrait. Mais non seulement il n'a pas la même technique que Edika mais en plus son dessin dans Alcibiade Didascaux est extrêmement fouillis. Il y a du texte partout, écrit de façon amateur avec des tailles différentes, de manière à tenir dans des bulles qui ont l'air trop petites, des panneaux, des journaux, du texte partout, partout. C'est très lourd à lire surtout au début. Et comme en plus, la mise en page n'arrange rien du tout et que l'ordre de lecture des bulles est parfois inversé, la lisibilité de cette BD est assez nulle. Heureusement, les choses s'améliorent au fil des tomes, aussi bien au niveau du dessin que de la lisibilité, même si les textes sont toujours trop nombreux.

Quant au scénario, c'est un véritable cours d'école par album. Cours de Grec pour le premier tome, cours d'Histoire de la Rome Antique pour les deux suivants, etc... C'est très proche d'un cours d'école (normal avec un scénariste professeur) et ça commence sûrement comme un vrai cours puisque pour les tomes 1 et 2. L'idée d'introduction de ces cours, c'est de montrer à quel point la langue Grecque ou le monde Latin influencent notre vie de tous les jours. Ces débuts un peu sémantiques sont assez lourds même si pas inintéressants quand on n'y connait pas grand chose.
C'est ensuite seulement, au bout de quelques pages, que cela devient plus intéressant quand les auteurs racontent véritablement la mythologie puis la véritable Histoire de la Grèce, de Rome et des autres civilisations.

Pour le tome 1, je n'ai pas accroché. Je trouvais l'humour lourdingue et artificiellement omniprésent et la narration assez mauvaise. Pour quelqu'un qui connait déjà la mythologie, les légendes Grecs semblent racontées au lance-pierre, sans jamais entrer dans les détails et dans l'ambiance. Et pour quelqu'un qui ne connait pas, je trouve que tout est raconté un peu trop vite avec forces clins-d'oeil et autres raccourcis scénaristiques, comme si ça s'adressait à des gens qui connaissaient déjà. Malgré cela, j'ai trouvé le tout relativement intéressant puisque moi-même, qui m'y connais assez, j'ai appris des choses que j'ignorais et j'ai également pu découvrir une version "officielle" de ces légendes et vérités me permettant de mettre bout à bout et dans le bon ordre toutes ces aventures et tous ces noms propres que je connaissais sans vraiment savoir qui s'associait à quoi.

Mais à partir du tome 2, j'ai commencé à vraiment accrocher. La narration s'améliore un peu, le dessin aussi, et l'histoire de Rome m'intéressant beaucoup, j'ai plongé avec plaisir dans la chronologie et la mise en image de ces nombreux évènements qui ont conduit à son apogée et à sa chute. L'humour potache qui m'exaspérait au début devient même assez attachant et on sourit finalement de bon coeur en lisant.

Pour l'aspect "Leçon d'Histoire" de cette série, ne vous attendez pas trop à rentrer dans les détails : cela reste assez superficiel et la chronologie se passe à grande vitesse. Seuls les évènements marquants et les personnages célèbres comptent. N'espérez donc pas dans l'album sur l'Egypte Ancienne y découvrir le langage des scribes ou le principe de la chironomie mais uniquement des grands évènements et de grandes légendes qui ont formé l'univers mythologique ou factuel des civilisations antiques. Un bon moyen donc de se forger une connaissance complète sans être trop érudite de l'Antiquité.

Série à caractère purement éducatif, elle rebutera par son aspect graphique brouillon et sa narration très fouillis, mais elle intéressera sans doute les friands(pas trop éclairés car sinon ils n'y apprendraient rien de neuf) d'histoires et légendes qui sauront passer outre le côté amateur manifeste de cette BD.
J'en conseille donc l'achat pour des écoles ou des profs d'histoire, mais je ne l'achèterai pas personnellement.

Nom série  Le Cycle de Taï-Dor  posté le 16/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série qui a pas mal de points communs avec la saga des princes d'Ambre de Zelazny. En effet le début de Taï Dor rappelle particulièrement le premier tome d'Ambre, à se demander si c'est un hommage ou une réelle réutilisation d'une idée à succès.
J'ai entamé cette série par le 3e tome, je crois, et je m'imaginais lire une assez banale histoire d'Heroïc-Fantasy avec intrigues et complots politiques pour assurer la domination d'un Royaume médiéval-fantastique. Mais j'ai été surpris en découvrant que ce monde était lié au monde réel et que le héros pouvait voyager d'un monde à l'autre. Ce n'est qu'après avoir lu enfin la série dans le bon ordre que j'ai compris, et c'est plus tard, en lisant Les Neuf Princes d'Ambre que j'ai fait le rapprochement entre les deux.

Le dessin de Serrano n'est pas mauvais. Son style en rappelle d'autres, comme celui d'Arno par exemple. Il est assez plaisant à lire et à regarder mais n'a rien de vraiment spécial.

Et c'est bien cela que je reproche à la série dans son ensemble. Elle se lit bien, se base sur une idée sympa et originale (même si déjà existante et largement traitée par Zelazny comme dit plus haut), mais elle n'a rien de marquant et de vraiment captivant. Une série facile à oublier même si elle est plaisante à lire.

Nom série  Street Fighter II  posté le 16/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Pfff... Ce manga est tellement nul qu'il ne mérite même pas que je m'attarde sur sa critique.
En vrac :
- série purement commerciale
- dessin façon manga de bas étage
- long texte descriptif des personnages en bas de chaque page (toutes les pages !) qui, si on veut le lire, empêche totalement la lecture suivie et dynamique des quelques cases d'action situées au-dessus
- scénario indigent qui n'est qu'un prétexte minable à aligner une suite de combats "Machin VS Truc" à la manière du jeu vidéo
- combats eux-mêmes mauvais car rapides, répétitifs et se bornant souvent à "le méchant gagne au début, mais quand on croit que le gentil a perdu il sort sa super technique et gagne"
- personnages mauvais et caricaturaux (le pire étant sans doute le héros, Ryu, beau ténébreux chevaleresque mais avec bien sûr un petit défaut : il ne pense qu'à la bouffe)
- lecture inintéressante au possible même pour quelqu'un comme moi qui s'est bien amusé avec le jeu vidéo Street Fighter 2 et qui voyait d'un oeil assez sympathique l'idée de revoir ces personnages dans une BD

C'est à se demander qui a eu l'idée de sortir ce manga commercial dans une telle édition avec une couverture solide et tout car à l'intérieur, ce n'est que du vide que seul un fan totalement aveugle de Street Fighter 2 peut un tant soit peu apprécier, et encore.

Nom série  Temptation  posté le 16/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce qui plait au premier regard dans ce manga, c'est le dessin. Pour un hentai, c'est un beau dessin, esthétique à la façon des mangas du studio Clamp. En outre, pour une BD porno Niponne, il n'y a là aucun faux-semblants, aucun carré de censure ou flou timide : les organes génitaux sont bien présents, normalement poilus et plutôt bien dessinés. Bon, il faut aimer le mélange de dessin esthétisant et de scènes porno, mais je trouve le résultat assez joli.
Quant aux scénarios, ils commencent de manière assez classique dans le genre Hentai. Cela débute effectivement par une "banale" histoire de lesbiennes dont, comme bien souvent dans les hentai, une des filles se révèle bien vite pourvue d'un organe bien masculin. Puis à partir du second tiers de l'album, d'une histoire suivie on passe à une sorte de suite de sketchs assez décousus traitant de plusieurs thèmes, homosexualité masculine (explicite), transsexualité, jeux sexuels, SM... Jusque là, malgré une perte d'intérêt du scénario à cause de ce côté décousu, je trouvais ça pas mal.
Mais une des histoires sur le thème SM se finit sur une scène absolument ignoble (tournant autour d'un oeil et de son orbite...) qui m'a totalement rebuté et pour laquelle on se demande franchement quel esprit malade eu l'idée de la foutre là. Faut pas pousser le fantasme et les pulsions trop loin, ça en devient gerbant.
Dommage car le reste de l'album est assez joli esthétiquement parlant.

Nom série  Freddy Lombard (Les aventures de)  posté le 15/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai découvert Freddy Lombard dans l'intégrale Chaland et je dois avouer avoir été assez surpris. Surpris parce que ce sont des histoires écrites plutôt récemment (années 80) mais véritablement traitées "à l'ancienne", comme les BDs des années 50. Par le dessin d'une part dont le style rappelle beaucoup les débuts de Franquin, de Peyo ou d'autres Franco-Belges, mais aussi par les histoires.
Suivant les albums, on jurerait retrouver les aventures de Johan et Pirlouit (pour le tome 1), Spirou et Fantasio (pour le tome 2), Gil Jourdan ou encore Blake et Mortimer (pour le tome 3).

Il se mêle à la naïveté et au "déjà-vu" de ces aventures auxquelles Chaland fait hommage, un aspect moderne et plus cynique. Les personnages, et notamment Freddy Lombard lui-même, ont leurs côtés anti-héros et acides que n'avaient pas leurs ancêtres spirituels. Ce cynisme ressort particulièrement dans l'histoire du Cimetière des Elephants durant laquelle les personnages font preuve d'un racisme un peu stupide issu d'une époque révolue (et par là même attirant plus l'humour que l'outrage à condition de savoir prendre cela au second degré).

Ca donne une bien étrange mixture auquel on accroche ou pas.
Je suis resté entre deux, personnellement. L'aspect naïf des histoires m'a un peu ennuyé même si les scénarios ne sont pas mauvais mais en même temps la surprise et la façon décalée avec laquelle Chaland les traite m'a relativement tenu en haleine, plus par curiosité que par réel interêt pour l'histoire.

Une vraie curiosité que cette série même si elle ne plaira pas à tout le monde.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 271 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque