Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 5014 avis et 1936 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  La gloire d'Albert  posté le 05/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas été convaincu non plus par cet album.
Déjà côté dessin, malgré une colorisation que je trouve sympa, le trait du dessin m'a paru hésitant, franchement moyen. Ce n'est pas vraiment moche, mais ce n'est pas une BD que je considère comme bien dessinée.
Ensuite ce que je reprocherais à l'histoire, c'est la façon dont elle est cousue de fil blanc. J'ai franchement trops senti la tentative de faire passer un message : "il faut comprendre Albert, il est naïf et parfois con, mais il est aussi parfois gentil (les p'tits zoziaux...) et il aime ses enfants, bref c'est pas sa faute", "les jeunes de gauche combattent pour défendre la démocratie mais ils vont trop loin et deviennent aussi mauvais que ceux qu'ils combattent", "les bourgeois d'extrême-droite sont de riches salauds pleins d'égoïsme et sans aucune pitié et qui usent de la naïveté des gentils cons"... Le message d'humanisme de cette BD est trop appuyé, cherchant trop à montrer le bon et le mauvais en chacun. Ca en devient lourd.
Et comme l'histoire, malgré une idée de base assez originale, n'est pas très prenante ni étonnante, ça donne une Bd qu'on lit sans déplaisir mais qu'on referme en se disant "bof...".

Nom série  Le Dormeur  posté le 05/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Comme c'est de l'itération iconique intégrale (c'est toujours la même case répétée sur tout l'album, quoi) et que le dessin est en plus dans le style "simplifié" de Trondheim, je pense que je ne vais pas m'attarder sur le dessin.
Pour le reste, moi, ce que j'en ai ressenti, ce n'est pas grand chose de plus qu'une suite de brèves de comptoir sauf qu'elles sont dites dans un lit, entre un dormeur (qui a parfois l'air bien réveillé) et un(e) partenaire. Ce sont parfois des reflexions sur la vie, parfois des boutades, parfois des échanges plus ou moins amicaux entre le "dormeur" et son/sa partenaire.
Globalement, j'ai trouvé ça plutôt ennuyeux. Ca ne m'a pas fait rire, ça ne m'a pas fait réfléchir, ça ne m'a pas étonné. Ca m'a laissé froid, quoi, sans grande envie de continuer à lire chaque page.
Bof...

Nom série  Lait entier  posté le 05/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avoue ne pas très bien comprendre l'utilité de créer une nouvelle série en suite à La Vache puisqu'on retrouve là quasiment la même chose : même héroïne bovine, même dessin, même délire.
Alors à la base, j'aime bien le dessin de De Moor dans cette série : coloré de manière originale, net mais délirant à la fois, pas toujours parfait mais largement assez réussi pour une agréable lecture. Je trouve ceci étant dit que l'originalité est un peu moins grande dans cette nouvelle série par rapport à La Vache : toujours une mise en page amusante, avec des cadres faits de vaches ou autres, mais moins d'insertions d'images diverses, moins de sépcificités.
Et c'est un peu pareil pour les scénarios. Ils sont dans la continuité de La Vache, mais l'originalité est désormais un peu éculée. Le thème des "animaux qui sont en fait intelligents et organisés et qui se jouent des humains mais doivent garder le secret de leur intelligence" a déjà été utilisé et continue à l'être ici. Ce n'est plus très étonnant, donc, même si les scénarios gardent la même qualité (quoique j'ai trouvé les tomes parus moins drôles que la série précédente).
En résumé, je conseillerais au lecteur de s'intéresser plus à la série La Vache qui a la primeur des personnages, de l'originalité et de l'idée, mais cette série là est à peu près du même tonneau.

Nom série  Jacques Gallard  posté le 05/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tripp a un style de dessin très européen que j'aurais facilement vu publié dans le magazine A suivre.... Globalement, j'aime assez. Proche de la ligne claire pour le premier tome, il devient plus souple et plus personnel au fil des albums. Objectivement, je dirais que ce n'est pas un dessin vraiment exceptionnel mais il n'est pas désagréable du tout à lire et à regarder.

Ceci dit, ce sont surtout les scénarios et la narration de cette série qui sont notables.
Déjà, côté scénario, le thème du racisme et du combat contre celui-ci est très présent. Jacques est amoureux de Zoubida, dont les origines nord-africaines lui valent différentes aggressions racistes de la part de jeunes skins. Avec elle, il participera à différentes manifestations anti-racistes et c'est d'ailleurs cela qui l'entrainera dans certaines aventures. Une personnalité de héros assez originale donc dans le monde de la BD. Ensuite, à partir de ça, les scénarios créés sont eux aussi assez originaux (je pense plus particulièrement à Soviet Zig-Zag et Zoulou Blues).
C'est aussi au niveau de la narration que l'auteur cherche à faire différent. Si l'on prend l'exemple du tome 3 (Zoulou Blues), l'histoire est narrée par Zoubida et Jacques comme si l'un se racontait à l'autre ce que chacun a fait durant la même période. Ca donne un récit à double voix, empli de flash destinés à montrer ce que faisait l'autre quand le premier fait telle ou telle chose, histoire de bien s'y retrouver dans la chronologie. Et... force m'est d'avouer que c'est raté. Les scènes se superposent, déjà difficiles à suivre simultannément, mais en plus le texte narratif est parfois génant, attirant l'attention sur encore autre chose, et à cela s'additionne des citations d'un discours de Mandela. Cela donne que l'histoire relativement originale et finalement assez simple est rendue ardue à comprendre par cette narration confuse.
A noter cependant une fin également originale car le héros se transforme en anti-héros mais je n'en dirais pas plus pour ne pas trop dévoiler.

Bref, quelques bons points pour cette série (originalité, personnages,...), hélas compensés par des mauvais points (narration, quelques invraisemblances...). A lire par curiosité.

Nom série  Léo Tomasini  posté le 04/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
La première chose qui saute aux yeux quand on entame le tome 1 de Leo Tomasini, c'est la ressemblance visuelle avec Largo Winch. Hormis les couleurs moins modernes, le trait de Francq y est strictement identique. On retrouve même des personnages quasiment clones de ceux du tome 1 de Largo Winch : Largo lui-même en paumé emprisonné à New York, Miss Pennywinkle également en secrétaire râleuse, les "femmes" de Largo en "groupies" du héros, et le héros lui-même ressemble à Borg Lavanter, personnage de OPA... Le décor New Yorkais aussi est très similaire. Il est difficile de ne pas imaginer cette série comme étant la série sur laquelle Francq s'est "fait la main" avant d'entamer Largo Winch avec Van Hamme, chose qui ne doit sans doute pas ravir Francis Delvaux, le scénariste, puisque par la même occasion Leo Tomasini a sombré dans l'oubli au profit de la série que Francq a dessinée ensuite.
Ceci étant dit, pour ceux qui aiment le dessin de Francq dans Largo Winch, cette série là est plutôt jolie visuellement et sympa à lire.

Mais d'un autre côté, le scénario n'est pas fameux à mon goût. Ca ressemble à un scénar de série policière américaine, au scénario d'un petit épisode parmi des dizaines d'autres très similaires : pas d'originalité, pas franchement de mystère, rien de vraiment prenant. Le personnage du flic belge ressemble vraiment à un simple flic américain, la moustache en plus pour donner la touche européenne. Le scénario est emplie de facilités scénaristiques (le grand ponte de la mafia qui choisit justement notre héros pour lui donner une mission qui ne le concerne pas, la mère d'une victime qui tombe justement amoureuse du héros, la coincidence qui tombe à point pour permettre au héros de découvrir le méchant serial-killer juste à temps, etc...). C'est un scénario cousu de fil blanc qu'on lit sans grand interêt ni passion et qu'on oublie bien vite une fois achevé. Rien de vraiment, juste qu'il n'y a rien d'original.

Nom série  Voutch  posté le 02/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un dessin à mi-chemin entre Sempé et Pétillon, mais peint à la gouache. Les illustrations de Voutch sont esthétiques, légèrement naïves et joliment colorées.. Personnellement, je trouve ces planches très sympas et belles à regarder autant qu'à lire.
Puis concernant l'humour en lui-même, en commençant le premier de ces recueils, je l'ai trouvé moyen, semblable à tant d'illustrations d'humour qu'on trouve dans pas mal de journaux sérieux (Lui, Télérama, Lire, Madame Figaro, etc.), coincées entre deux pubs. Cependant, déjà le dessin m'a poussé à persévérer, mais surtout très vite pas mal de gags m'ont vraiment fait rire. L'humour est parfois noir, parfois légèrement absurde, souvent satyre sociale, et comme je le disais, il est assez souvent drôle voire vraiment drôle, du moins à mon goût.
Bref, ces BD de Voutch sont des recueils d'illustrations d'humour plutôt jolies et assez souvent hilarantes.
Ceci étant dit, le prix des albums est à mon sens trop cher par rapport au contenu pour en conseiller l'achat.

Nom série  Cru bourgeois  posté le 02/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je l'ai déjà dit, je n'aime pas le dessin de Veyron. Je trouve que les femmes qu'il dessine se ressemblent toutes d'albums en albums (et sont d'ailleurs plutôt moches), que les visages de ses personnages sont tout juste bons et que leurs expressions sont souvent en décalage avec l'histoire et leurs paroles, que les décors sont assez vides ou sinon plutôt ratés, qu'il y a nombre d'erreurs de perspective et d'anatomie, qu'il dessine des voitures franchement louches et que les couleurs sont mièvres. Autant dire que visuellement, je n'aime pas franchement cette BD.

Quant à l'histoire, c'est un pur vaudeville à la française. En cela, finalement, c'est assez original dans le monde de la BD. Alors comme au théatre, c'est une suite de rebondissements, de situations incongrues, de malentendus, de secrets de polichinelle, de confusion de plus en plus intense avec de plus en plus de personnages qui interagissent au fur et à mesure, etc... Et alors que ce n'est pas trop mon genre, surtout en BD, j'ai trouvé que ce n'était pas si mal, parfois même marrant. J'aime bien certains personnages, comme le père de la mariée qui est ultra-strict et râleur, ou le frère de celui-ci, ancien prêtre chez les Papous qui a gardé la façon de vivre et de parler de ce peuple cannibale.
J'ai donc lu cette histoire théatrale avec un certain plaisir, à part peut-être pour les quelques toutes dernières pages de l'histoire qui m'ont semblé un peu rapides et presque bâclés, comme si l'auteur avait voulu raconter la fin à toutes vitesses, avec pas mal d'ellipses et peu d'interêt finalement, histoire d'en finir avec une histoire qu'il ne savait comment bien achever.

Nom série  300  posté le 02/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un album de belle qualité autant par son contenu que par son physique (format à part, belle qualité, etc.) et malgré son prix élevé, je pense qu'on peut l'acheter sans soucis.

Concernant son dessin, certaines planches et cases sont belles, c'est certain. Les compositions offrent parfois de très belles images, pleines de force et d'émotion.
Néanmoins, je n'ai pas accroché totalement à ce dessin.
D'une part, j'ai du mal avec son obscurité ambiante : je reconnais la qualité de son dessin faits d'ombres et d'obscurité, mais je ne peux pas m'empêcher de ne pas apprécier un album qui reste ainsi sombre sur toute sa longueur. Je ne suis pas un esthète de l'obscurité (obscurité relative ici, ceci dit : ça donne juste l'impression que tout se passe de nuit ou dans un soleil couchant).
De même, j'ai eu l'impression de retrouver certaines caractéristiques du dessin de Batman - Dark Knight et d'autres comics plus américains par leur décor que le décor de Grèce Antique de 300, notamment au niveau des personnages musclés et parfois proches du style super héros, des chevaux aussi musclés et trapus qu'eux. D'où une légère impression de retrouver des super héros de comics dans un décor antique qui m'a gêné de manière diffuse. Mais ce n'est pas très important et c'est sans doute une impression très personnelle.

Concernant l'histoire, elle est entièrement basée sur l'état d'esprit spartiate : leur honneur, leur force, leur dureté, leur implacabilité. C'est un très bel hommage et la force des hommes de Leonidas rejaillit dans la force de la BD elle-même. C'est dense, c'est puissant.
Ceci étant dit, je n'ai pas été subjugué par cette oeuvre. Je comprends l'hommage mais l'histoire en elle-même ne m'a pas particulièrement semblé prenante. C'est le genre d'histoire dont on connait la fin et qu'on lit par curiosité, pour voir comment elle a été traitée, mais sans vraiment de surprise, d'autant qu'il n'y en a aucune dans le scénario ici. La narration est aussi droite et implacable que les spartiates et le résultat est donc fort mais sans surprise à mes yeux.

Nom série  Ténébreuses affaires  posté le 01/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Si on m'avait dit que ces histoires n'avaient pas été publiées dans Métal Hurlant, je ne l'aurais pas cru tant elles sont typiquement conformes au style de ce magazine.
Le dessin est proche du style de Caza par moment, avec une colorisation façon aérographe aux couleurs bleu-orange-vert dans le genre SF underground des années 80. Ce n'est franchement pas le type de dessin que j'aime même si on peut reconnaitre un certain talent à Nicollet.
Quant aux histoires, elles sont disparates. Souvent délirantes, dans des univers créés de toutes pièces et plus oniriques (voire cauchemardesques) que réalistes, elles vont de l'histoire glauque façon Contes de la Crypte (pour la première histoire par exemple) jusqu'à l'hommage pur et dur à H.P. Lovecraft en passant par des histoires plus poétiques ou plus hermétiques.
Globalement, ça ne m'a pas franchement plu ni intéressé. Ca se lit comme on lit certaines histoires d'art et d'essai qui ne vous touchent pas, avec une légère curiosité mais pas mal d'ennui.
Une BD SF underground d'une époque un peu révolue à mon sens.

Nom série  Ennui mortel  posté le 01/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le dessin de Lax ici n'est pas du même niveau que celui d'Azrayen : dessiné près de 17 ans plus tôt, Ennui Mortel n'est pas vraiment joli à mon goût. On sent déjà la maîtrise du trait en ce qui concerne les visages des personnages qui sont plutôt réussis dans cette BD, mais par contre les décors sont vides et l'ensemble du dessin a un petit quelque chose d'inabouti qui me fait ne pas trouver l'album sympa visuellement. D'autant que le papier de la BD que j'ai lu n'était pas de bonne qualité non plus, trop fin : ça faisait assez BD de médiocre niveau.

Concernant le scénario maintenant, il est plutôt moyen. La première moitié de l'histoire décrit la maison de retraite qui sert de décor, une maison où les docteurs négligent leurs patients, où les vieux sont traités comme des animaux, où un gamin simplet est battu par sa mère, où une jeune employée est abusée par son employeur et où un vieux serviteur algérien est traité comme quantité négligeable. La seconde moitié de l'histoire raconte comment trois vieilles dames se révoltent, entrainant d'autres brimés dans leur révolte, et tous ensemble ils vont se venger violemment de tout ce qu'ils ont subi, et personne n'en réchappera ou presque.
D'une certaine manière, ce scénario rappelle Lune de Guerre pour la façon dont une situation en principe normale tourne au drame intégral. Sauf que la vengeance des vieilles et des autres est vraiment brutale et violente (huile bouillante jetée sur la mère du simplet par exemple, et autres notables éventrés à coups d'épées). Cette violence m'a paru plutôt gratuite, surtout dans la manière dont tout le monde est tenu en respect par les vieilles sans à aucun moment tenter d'échapper à la mort si ce n'est en criant au secours et pitié. Ce n'est pas très réaliste et à mon sens volontairement tragique à l'excès.

Moyen moins, donc.

Nom série  Akira  posté le 01/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Akira est le tout premier manga que j'ai acheté, voire le premier que j'ai lu (avec Dragon Ball, peut-être). Dès le début, j'ai été fasciné par le monde tout juste futuriste, violent et implacable qu'il dépeint.
Le dessin est excellent, travaillé et bien foutu.
Quant à l'histoire, non seulement elle est originale, très bien foutue mais en plus elle est forte. L'intrigue commence fort dès le départ et se poursuit de manière palpitante jusqu'au réveil d'Akira. Ensuite, ça se tasse un peu et j'aime moins le passage de la course-poursuite bordélique dans Néo-Tokyo jusqu'à l'explosion. Mais par contre, j'aime beaucoup la seconde partie de l'histoire, dans Néo-Tokyo dévastée avec le culte qui se crée autour de Tetsuo et Akira.
Je suis juste un peu déçu par la toute fin qui part un peu en délire et me semble assez facile mais les 95% de cette série sont excellents, marquants et franchement prenants.

Nom série  Super Negra  posté le 01/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Côté dessin, on peut le qualifier d'underground ou de trash. On peut aussi le qualifier de "digne d'un dessin fait dans la marge d'un cahier de cours". Il faut avouer que ça fait très brouillon, voire un peu crade avec quasiment des taches par-ci par-là. Et pourtant globalement, ça se lit bien, ça n'est pas aggressif visuellement, certaines cases sont mêmes bien réussies (les explosions atomiques de la fin par exemple).

Côté scénario maintenant, c'est trash mais quand on est un peu habitué au genre trash, ce n'est pas si exceptionnel sur ce point. Après tout, ce n'est pas la première fois que les personnages de Disney sont détournés pour en faire une version underground, violente, sexuée et délirante.
Ceci étant dit, ça se lit bien, c'est même parfois assez marrant. C'est une parodie trash et gratuite de Mickey et Compagnie, qui ne se prend pas au sérieux et qui est plutôt "bon délire".
Je l'ai lu sans déplaisir, donc. Ceci dit, malgré son prix relativement bas, je ne l'achèterais pas pour des raisons toutes personnelles (la Bd trash underground, ce n'est pas ma tasse de thé), mais je ne vois aucune raison de vous le déconseiller car c'est assez sympa à lire.

Nom série  Halloween Blues  posté le 01/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tome 1 :

Pour quelqu'un qui, comme moi, n'aime pas d'habitude les enquêtes policières, cette BD a été une bonne surprise. Pour le moment, chaque album se lit presque comme un one-shot indépendant tant leurs histoires sont denses et complètes.

Côté dessin, à part une colorisation que je ne trouve pas fantastique, le reste du dessin est excellent. Dans un style réaliste, il est réalisé avec brio, manquant juste un tout petit peu de dynamisme. Ca donne une BD très agréable à lire.

Et puis côté histoire, le moins que je puisse dire c'est que c'est très prenant. Chaque tome est particulièrement dense et il s'y passe un grand nombre de choses. L'intrigue est légèrement confuse mais en fin d'album tout s'agence pour former un tout très cohérent. Le début s'entame avec une touche de fantastique avec le fantôme vindicatif de la femme du héros qui continue à "vivre" à ses côtés : cette relation de couple ambigüe est intéressante d'autant que le héros va devoir découvrir au cours des albums s'il est coupable ou non d'avoir tué sa femme (et d'avoir oublié les faits), ce dont le fantôme est quasiment persuadé mais sans pouvoir en être sûr non plus.
Ensuite, ce côté fantastique est un peu oublié pendant la résolution de l'enquête (du moins celle du tome 1) (dommage d'ailleurs car j'aurais aimé que le fantôme participe aussi au reste des histoires et pas seulement à leurs introductions), enquête qui commence sans qu'on sache trop à quoi s'attendre, croyant à la possibilité d'encore plus de fantastique, mais finalement tout s'agence au fur et à mesure tout en restant prenant du début à la fin. Quelques péripéties et découvertes manquent un peu de surprise car il est possible de les deviner à l'avance en réfléchissant un tout petit peu, mais globalement je ne me suis vraiment pas ennuyé.

Une BD très bien foutue tant au niveau dessin qu'au niveau des scénarios, et guidée par un fil rouge qui est l'enquête sur la mort de la femme du héros qui devrait voir sa résolution au tome 7. Bref, une série qui pourrait devenir vraiment excellente si les 7 tomes finalisés forment un tout encore plus cohérent et prenant.

Tome 2 :

Le second tome de cette série reste à peu près dans la même lignée que le premier. J'apprécie toujours le dessin, même si je suis un peu déçu par la colorisation de ce tome-ci.
L'histoire, par contre, est un cran en dessous du tome 1, largement plus prévisible et sans surprise. J'aime toujours beaucoup les relations ambiguës entre le héros et le fantôme de sa femme, mais pour le reste, j'ai été moins séduit par le scénario que pour le début de la série.
A suivre encore en espérant que ça ne se tasse pas trop au fur et à mesure des tomes...

Nom série  Aménophis IV  posté le 30/06/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai lu que le premier cycle de cette série et je l'ai trouvé pas mal mais sans plus.
Le dessin ne m'a pas marqué du tout. Je ne le trouve pas moche, mais pas exceptionnel non plus. En outre, je n'ai même pas remarqué en première lecture les décors de Manchu. Disons que ça se lit bien visuellement mais le dessin n'a rien de particulier.
Quant à l'histoire, elle a le mérite d'être assez réaliste. Ca commence un peu à la manière d'un livre de Kim Stanley Robinson avec une communauté qui s'est installée sur Mars. Originalité : les humains y sont accompagnés d'anthropoïdes, des singes évolués et relativement intelligents. Mais à part ça, en fait, le décor martien n'a pas tellement d'importance dans l'histoire à mes yeux, si ce n'est d'offrir un univers un peu confiné (mais largement moins que dans d'autres histoires SF tels que Cryozone) et une communauté un peu repliée sur elle-même. Passé cela, l'histoire parle plus d'une suite de meurtres commis par un psychopathe et d'un prêtre au solide caractère qui se retrouve confronté à lui. Et franchement, je n'ai pas trouvé ça vraiment palpitant. Il n'y a pas vraiment de mystère, pas de suspense, pas d'envie de savoir ce qu'il va se passer ensuite. Ca se lit bien mais sans passion aucune.
Moyen donc.

Nom série  Hilda  posté le 30/06/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ouais ben moi, le dessin n'a pas suffi à ce que je ne trouve pas cette BD complètement nulle. J'ai eu du mal à faire plus que simplement feuilleter les 3 tomes tellement j'ai trouvé ça nul.
Aucun érotisme : c'est du cul direct, version membres énormes et monstres à tentacules. Donc absolument rien d'excitant. A moins d'aimer l'inceste, les monstres, la torture, etc... Et quand je parle d'inceste, c'est de l'inceste dans toutes les combinaisons possibles. Qu'est-ce que c'est que cette merde ? C'est sensé exciter quelqu'un ?
Le scénario est ridicule : une vague histoire de réincarnation, avec des monstres qui font muter en bêtes de sexe les gens, et par dessus cela, 90% de la Bd est composé de scènes de cul plus animales qu'autre chose (tiens,non, y a même pas de zoophilie dans cette BD, pourtant ça aurait bien été le genre). Est-ce qu'on peut trouver ça drôle ? Prendre ça au 2e, 3e ou 257e degré ? J'en doute, ou alors il faut aimer se gausser d'un fils torturé qu'on force à sucer son père, ou autres équivalents complètement déplacés.
De la BD poubelle !

Nom série  Le Maître de pierre  posté le 30/06/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Commençons par le dessin; il a l'avantage d'être assez souvent dynamique. Par contre, autant certaines cases et certains décors ne sont pas moches, autant d'autres le sont vraiment. Les visages sont déformés, les personnages difficilement reconnaissables, quelques décors décevants. Bref, ce n'est pas très bon au niveau dessin.

Mais le pire tient surtout dans la narration. Le sujet aurait pu être intéressant car original (le monde des tailleurs de pierre) mais l'histoire n'est pas bonne du tout, ou alors tellement mal racontée que c'en est pénible et incompréhensible. La succession des répliques est dure à suivre, les textes écrits pour partie en ancien français sont difficiles à lire, la narration peu claire, l'histoire pas prenante du tout telle qu'elle est racontée.
C'est avec un gros effort et un agacement certain que j'ai dû finir ne serait-ce que le premier tome de cette série : ça ne m'a pas du tout plu dans sa narration, ça m'a agacé tout du long.
Bref, je ne vous conseille pas cette lecture.

Nom série  Monsieur le Ministre  posté le 30/06/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand Binet choisit un sujet pour en faire une satyre, ça donne souvent quelque chose d'excellent (comme par exemple les Bidochons). Ici, la satyre du monde politique est cynique à souhait et surtout on y croit vraiment. Il nous montre à la perfection comment les politiciens ne cherchent qu'à prendre le pouvoir et les privilèges qui s'y raccrochent, que leurs politiques sont rigoureusement interchangeables, leurs paroles creuses et emplies de langue de bois, leurs comportements entre eux puérils et ne se rapprochant que par la façon dont ils se foutent tous du peuple et des electeurs.
La critique est assez réussie. Le ministre décrit dans cette BD est édifiant et marrant.
L'ennui, c'est que même si j'ai lu ça avec le sourire quasiment tout du long, même si la critique tombe la plupart du temps juste, ce n'est pas toujours excellemment drôle. Peut-être que d'une certaine manière, la critique de la politique a déjà été faite tant de fois (ne serait-ce que par les Guignols de l'Info) que ces choses qui devraient être hilarantes sont entrées dans les habitudes de penser quand on cherche à voir le côté grotesque de la politique. C'est pourquoi j'ai lu cette BD avec un plaisir relatif mais sans réelle crise de rire.
Sympa mais donc pas exceptionnel.

Nom série  Naüja  posté le 30/06/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai eu une réelle impression de déjà-vu en lisant cette BD. C'est tellement inspiré de mangas, tant sur le dessin, sur les personnages et sur le scénario que c'en est vraiment lourd : ça m'a donné le sentiment de lire quelque chose que j'avais déjà lu ou vu des dizaines de fois.
Le dessin est correct même si à nouveau ce style tellement inspiré des mangas m'a franchement agacé. Effectivement, la couverture du tome 1 est plutôt jolie, même si à nouveau j'ai l'impression d'avoir déjà vu ce type de dessin de femme-enfant cheveux au vent bien souvent.
Par contre, concernant le scénario... Les personnages m'ont paru stéréotypés, à nouveau exactement le reflet d'autres personnages de mangas existants (surtout le vieux rigolo et un peu poivrot). L'intrigue est typique du genre aussi, on commence avec des héros amis, un peu vagabonds mais surtout des gars cools, et puis débarquent des militaires et une jolie fille (dotée de pouvoirs magiques d'amour et de paix, notamment avec les animaux) à escorter, et puis ensuite l'intrigue se complexifie avec diverses factions armées et autres complots politico-tribaux. Bref, encore une fois, un scénario de manga comme j'en ai déjà vu bien souvent (ça ressemble aussi un peu aux scénarios de certains jeux vidéos comme Final Fantasy).
Sauf que donc là, ce n'est pas un manga, plutôt une copie occidentalisée ou à peine.
Dans les faits, outre ce manque total d'originalité, j'ai également trouvé les personnages relativement puérils et dotés de réactions de gamins qui jouent à la guerre, la narration moyenne, l'intrigue assez confuse, et le tout absolument pas palpitant.
Bref, perso, je ne vous le conseille guère.

Nom série  D-day, le jour du désastre  posté le 29/06/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour commencer, le dessin m'a tout d'abord fait penser à celui de Kingdom Come. Certaines planches sont très belles, notamment quelques vues nocturnes du premier chapitre. Pour le reste, c'est de la peinture réaliste, mais à vrai dire Scott Hampton n'a pas le talent d'Alex Ross. En définitive, j'ai même trouvé certaines planches plutôt moches (en particulier en ce qui concerne les visages des personnages), mais ça doit tenir au fait que je n'aime guère le style réaliste. Globalement, il faut tout de même dire que ça se lit très bien et que le réalisme n'empêche en rien une mise en page et un dessin très lisible et déchiffrable.

Ensuite, concernant l'histoire, il faut savoir qu'elle se décompose en 3 chapitres.
J'ai trouvé le premier chapitre franchement bien. David Brin étant avant tout un écrivain de roman (Marée Stellaire, The Postman,...), il sait exactement comment distiller l'information pour nous faire réaliser dans ce chapitre ce qu'il est advenu depuis 1944 quand, alors que les Alliés étaient sur le point de mettre à mal l'Allemagne Nazie, sont apparus des Dieux peut-être extra-terrestres qui ont bouleversé la donne et qui ont entraîné la poursuite de la guerre encore plus de 20 ans après. L'ambiance est sombre, les Dieux d'Asgard sont impressionnants, l'intrigue est prenante, le mystère sur la réelle nature des Ases et la raison de leur présence sur Terre est complet, et les discussions entre Loki et le héros du chapitre, Chris Turing, rajoutent encore une dose d'énigme.
Il faut savoir aussi que David Brin étant écrivain, il n'a pu s'empêcher de mettre beaucoup de texte narratif autour des images qui alors ressemblent parfois plus à des illustrations plus qu'à des cases de BD. Ce texte représente les pensées du héros, ainsi qu'une part de narration des évènements passés pour que le lecteur comprenne bien la situation en 1962. Cette lecture peut paraître fastidieuse mais j'ai trouvé ça prenant, bien écrit et surtout vraiment intriguant.
J'ai beaucoup apprécié ce premier chapitre et j'aurais adoré que le reste de l'album soit du même acabit car ça aurait donné une BD d'Uchronie d'excellente qualité tant sur l'idée, que sur l'ambiance et sur le déroulement de la narration.

Mais le 2e chapitre est largement différent. On saute encore une génération dans le temps, prenant pour nouveau héros un homme qui, enfant, a été impressionné et inspiré par Chris Turing, le héros du chapitre 1. Cet homme est un aryen, au service des Ases, mais il trahit les Dieux pour aider l'humanité encore libre.
L'ennui à mes yeux, c'est que le décor de ce nouveau chapitre n'est plus aussi mystérieux et plein d'ambiance que le chapitre 1 : même si on n'a pas encore très bien compris qui sont et d'où viennent réellement les Ases, on se le fait expliquer assez rapidement. Les Dieux perdent ainsi leur côté impressionnant et mystérieux pour ne devenir plus que de gros bourrins en mal de combat. Et justement, le décor de ce nouveau chapitre est une Terre où le combat est porté sur toute sa surface, où les Dieux combattent les hommes, où ça explose de partout, etc... En cela, l'histoire rejoindrait presque les comics génériques avec combats de super-héros et d'hommes en armure. Et le personnage principal de ce traître aryen n'est pas non plus exceptionnel ni attachant.

Quant au 3e et dernier chapitre, il est dans la continuité du 2e, et je le trouve lui aussi très moyen. Plus de mystère, beaucoup de baston, et un dénouement de l'histoire presque trop facile (et pas précisément facile à comprendre par contre). La fin n'est pas vraiment mauvaise, mais elle n'est pas du tout au niveau du début à mon goût.
Il y a d'ailleurs dans ce chapitre une double page emplie de texte où l'on voit les représentants de toutes les religions humaines se réunir pour un grand cri d'amour, où ils expliquent comment ils étaient stupides de se battre entre eux auparavant, comment les Juifs aiment désormais les Musulmans comme leurs frères, comment l'Islam a pardonné aux Croisés, comment les Chrétiens ont abandonné la Croix symbole de souffrance pour retrouver le Poisson symbole des premiers Chrétiens, etc... Bref, une double page qui déborde de bons sentiments, qui dans les faits de la situation décrite dans cette histoire, pourrait effectivement passer pour réaliste, mais qui tel que présenté ici ressemble un peu à du bourrage de mou à la guimauve.

En définitive, une BD que je ne regrette pas vraiment d'avoir achetée notamment pour son idée de base qui est excellente et son premier chapitre qui est très bon, mais dont les 2/3 de l'histoire m'ont relativement déçu.

Nom série  Un peu de fumée bleue...  posté le 28/06/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Commençons par le dessin; je l'aime bien. J'aime le trait gras et net de Pellejero. Je le trouve un peu mixte car parfois un jeu d'ombres sur les visages, les personnages et autres donnent une impression de profondeur, et en même temps, parfois dans la même case, certains objets ou personnages paraissent plats car colorisés d'une couleur unie et sans ombres. Ca m'a donné l'impression de jongler entre 2 types d'univers visuel : un univers en 2 dimensions et un univers en 3 dimensions, et je doute que cet effet soit voulu. Ceci dit, ce n'est pas très gênant et je suppose que peu de personnes l'ont remarqué. Par contre, je n'aime pas trop le choix des couleurs : je les trouve un peu trop pêtantes parfois, trop fortes, trop surréelles (beaucoup de orange, de jaune, de bleu profond, de vert...).
Ceci étant dit, je trouve cette BD plutôt jolie dans son ensemble.

Concernant l'histoire, c'est presque un témoignage d'une période historique et politique de la Tchécoslovaquie. Ca parle de torture, de désespoir, d'amour gâché... bref, ce n'est pas drôle. J'ai trouvé l'histoire relativement intéressante mais pas vraiment extra. Je n'ai pas vraiment su ressentir l'émotion qui doit se dégager de cette BD, je n'ai pas non plus été vraiment captivé par l'histoire. Et puis la fin m'a paru un peu... facile ? Je ne sais pas. Disons que je me serais facilement passé des 5 dernières pages.

Globalement, c'est donc une BD assez jolie, malgré des couleurs que je n'aime pas trop, munie une histoire assez intéressante mais pas vraiment prenante à mon goût.


PS : Et pour répondre à mon tour à Kael, pour moi, la fumée d'une cigarette est bleue quand on la laisse s'échapper de sa cigarette sans la fumer, quand on la regarde se consumer. Peut-être Laura regarde-t-elle la cigarette se consumer comme elle regarde son âme de femme amoureuse s'évanouir...

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 251 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque