Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 5053 avis et 1957 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Monsieur Mardi Gras Descendres  posté le 26/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Profitant de la réédition en "couleurs" de cette série que j'avais déjà repérée depuis un moment, j'en ai profité pour l'acheter enfin. Les 2 tomes sortis à présent me font tous deux la même impression un peu mitigée.
Pour commencer, j'aime beaucoup le dessin et me demande si je n'aurais pas préféré la version Noir & Blanc. Les décors vides et désolés, ou alors les grandes constructions et autres spectacles irréels sont parfaitement esthétiques et superbes. De même, tous ces personnages squelettiques sont très réussis et les enchevêtrement fréquents de leurs corps, malgré une certaine confusion visuelle qui oblige à parfois y regarder à deux fois pour bien comprendre quel os appartient à qui, font preuve d'une réussite et d'un travail certains. Je dois avouer avoir parfois eu quelques difficultés à déchiffrer une image (notamment les décors spatiaux du début du tome 2) : l'image reste très belle mais mon cerveau n'arrivait pas vraiment à décrypter ce qui était représenté dans ces décors. Mais tout cela tient pour moi du mystère de ce monde post-mortem qui nous est présenté là.
L'ennui cependant, c'est qu'au niveau de l'histoire et de la narration, j'ai ressenti cette confusion de manière encore plus vive. J'ai suivi sans trop de difficultés le tome 1, sans toutefois ressentir de véritable passion à la lecture. Mais arrivé au tome 2, j'avoue avoir eu un mal fou à suivre l'action et les péripéties. Le découpage m'a semblé fouillis, les dialogues ardus à comprendre, les situations difficiles à cerner... J'ai assez décroché du scénario pour m'y recoller tout juste en arrivant à la fin de ce 2e album.
En résumé, je trouve Monsieur Mardi Gras Descendres beau visuellement, original dans son scénario, mais j'ai du mal à accrocher et je ne trouve pas ça franchement passionnant pour le moment...

Nom série  Michel Vaillant  posté le 26/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai profité de ces vacances pour relire 2 anciens albums de Michel Vaillant histoire de bien remettre à jour mes souvenirs de cette série. Et mon avis est le même que ce dont je me souvenais.
Je n'aime pas le dessin. Il est réaliste et ligne claire mais très statique. Les visages sont quasiment strictement identiques pour chacun des persos, différentiables uniquement par leur coiffure, avec le même nez droit, le même visage carré et le même aspect que ce soit un homme ou une femme d'ailleurs. Et même au niveau du dessin des voitures, ce n'est franchement pas fantastique alors que c'est le sujet de l'histoire : les véhicules sont dessinés à la règle bien souvent et sont plutôt moches dans l'ensemble.
Quant aux histoires... Il y a un côté amusant à voir cette BD vraiment chauvine, avec la société Vaillante, super société de construction automobile française qui fabrique des voitures formidables, appréciées dans le monde entier, qui gagnent toutes les courses, qui se vendent mieux que toutes les autres, qui sont loin devant au niveau technologique, etc... et la famille Vaillant à qui tout réussit, avec ce héros, Michel Vaillant, fort, beau, droit, loyal et... totalement lisse et sans interêt.
Alors dans l'ensemble, ça donne des histoires qui se laissent néanmoins lire : si on n'a rien d'autre à lire, on peut passer le temps en lisant ça. Ce n'est pas particulièrement passionnant, on a à peine envie de savoir ce qu'il va se passer à la fin, mais bon, ce n'est pas rebutant. C'est juste... ennuyeux et assez désuet dans l'ensemble.
Etant jeune, je n'ai jamais aimé cette série. Adulte, je ne la trouve pas véritablement à jeter mais franchement il y a foule d'autres séries que je lirais plutôt que celle-là.

Nom série  Blame !  posté le 26/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà franchement un manga spécial.
Il marque d'abord par son dessin. Parfois assez confus et difficile à déchiffrer, il est également très souvent impressionnant, vertigineux et très détaillé. Il contribue largement à l'ambiance de cette BD et crée le décor d'un monde étrange, métallique, inhumain, titanesque, noir, robotique, génétique... et j'en passe... Dès les toutes premières pages, j'ai été capté par le grandiose des décors, j'ai eu le vertige à imaginer la taille et la hauteur des lieux, à imaginer les "humains" si petits dans ce décor, minuscules, impuissants...
C'est assez envoutant et le scénario l'est lui aussi.
Le monde imaginé là est tellement irréel par sa taille, son aberration, son inhumanité, que l'ultra-violence de l'histoire passe au second plan face à l'ambiance et au mystère.
Mystère est sans doute le maître mot de ce manga : on ne comprend quasiment rien dès le début. L'histoire s'entame très vite par une baston avec des flingues qui font des explosions gigantesques et détruisent tout sur leur passage, puis on change complètement de situations mais on revient de nouveau à de nouvelles bastons, à chaque fois sans trop comprendre qui se bat contre quoi. Hormis le héros, puis une nouvelle amie qui le rejoint au tome 3, les autres personnages changent en permanence, les ennemis sont différents, les raisons de combattre floues et parfois complètement incompréhensibles. Ca donne l'impression d'une grosse intrigue complexe qui se cache derrière toute cette action, mais on en vient aussi rapidement à se demander s'il y a vraiment une explication à tout ça. Car de réponses aux questions qu'on se pose, il n'y en a quasiment pas. Le mystère reste complet au cours des tomes. On comprend vaguement qu'il y a conflit entre le bureau gouvernemental, les sauvegardes, un monde d'avant les sauvegardes, les humains, les silicates, d'autres races plus ou moins humaines, etc... On discerne qu'on se trouve peut-être dans un univers irréel, peut-être complètement informatique, mais avec une autre couche informatique à l'intérieur et une résosphère au delà. Mais on ne comprend pas vraiment où se situe le héros dans tout ça, ce qu'il a d'humain, d'où il vient, ce qu'il sait, pourquoi il est là, pourquoi il fait ce qu'il fait... Le résultat, c'est qu'on lit tout ça sans vraiment comprendre, que les actions ne priment plus que par l'aspect action justement mais plus vraiment par la raison de leur existence. Et en fin de lecture de chaque tome, on se demande si ce qu'on a lu a fait avancer le schmilblic ou si le schmilblic n'a vraiment pas d'explication au final.
C'est le mauvais côté de cette BD à mon goût. Quel interêt peut avoir quelque chose d'aussi gratuit, d'aussi incompréhensible, tant que ne vient pas encore la solution qui expliquera le tout (solution que je ne connais pas encore) ?
Eh bien, l'interêt que j'y ai trouvé, c'est ce décor, cette ambiance, cet univers étrange et violent dans lequel on est transporté. Largement plus déshumanisé que la Décharge de Gunnm, le monde de Blame ! est à la fois fascinant et repoussant. J'ai été transporté lors de la lecture de chacun de ces tomes, vers un monde spécial, qu'à la fois je n'aimais pas mais qui me donnait envie d'en savoir plus, de ressentir le vertige de ses mégastructures, la violence de ses créatures, l'incompréhension du tout...
Spécial et envoutant, malgré son mystère complet et irritant.

Ceci étant dit, au fur et à mesure des tomes, j'ai de plus en plus de mal avec cette série. Le mystère reste presque toujours intégral, mais surtout les développements de l'histoire partent dans tous les sens, presque sans plus de suivi logique : les personnages meurent, ressuscitent, sont immortels, se téléportent physiquement, mentalement ou electroniquement, se retrouvent confrontés à on ne sait qui, voyagent on ne sait plus où, change d'endroit comme d'univers voire de corps... Tout s'embrouille ou se fait volontairement flou... J'avoue que passé le tome 4, je trouve que la suite de la série perd pas mal de son interêt à cause de cette confusion complète qu'implique cette narration mystérieuse...

Nom série  Hellboy  posté le 26/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
A force d'entendre parler sans arrêt de Hellboy, j'ai voulu voir ce que ça donnait comme série.

J'ai tout d'abord été relativement charmé par le dessin de Mignola. Avant de plonger dans cette Bd, je me demandais ce qui plaisait tant dans son trait assez rugueux, ses aplats de noir, ses personnages sans finesse et sans détails. Mais très vite, j'ai été plongé dans l'ambiance et la force de ce dessin. C'est comme une oeuvre d'art. Le style de Mignola est expressionniste, fort, épuré. Ca donne une vraie atmosphère à ses histoires tout en insistant sur l'esthétisme pur et simple mais en même temps sur une vraie fonctionnalité et lisibilité du dessin.
Très sympa et c'est vrai qu'une fois qu'on est vraiment rentré dedans on ressent avec émotion et beauté chacune de ses planches ou de ses esquisses.

J'ai par contre été un peu décontenancé au départ par les scénarios. Je m'attendais une intrigue longue et complexe, une enquête au long cours mêlant fantatisque et mystique. Au lieu de ça, il faut savoir que les albums d'Hellboy sont pour la plupart composés d'histoires assez courtes. L'intrigue se résume souvent à un gros méchant surnaturel à combattre ou un problème magique que doit résoudre Hellboy, et notre héros s'en occupe en général à la manière fine et distinguée d'un boxeur decidé à frapper aussi fort qu'il peut avec ses gros poings et à peut-être réfléchir après. Autant dire qu'au niveau de la réflexion, si je compare ça à une oeuvre d'Alan Moore ou de Neil Gaiman, ça n'a pas grand chose à voir. Les scénarios sont simples et fonctionnels.
Et pourtant ça marche. Ca marche par je ne sais quel moyen car Mignola réussit à créer une ambiance, une atmosphère dans laquelle évolue Hellboy et le lecteur, quelque chose qui rappelle Poe ou Lovecraft mais une version de Lovecraft modernisée, épurée, modifiée à la sauce Super Héros tout en gardant sa saveur envoutante.
C'est assez particulier et j'avoue avoir eu du mal à accrocher le long des 2 premiers tomes. Mais j'ai été suffisamment envouté pour continuer sur ma lancée et arrivé au tome 6, dernier paru à cette date, je reste plutôt charmé tandis que l'histoire globale d'Hellboy se forge peu à peu, que l'intrigue se dévoile, que le tout prend de plus en plus forme et force.
A découvrir et à aimer si vous aimez les BDs d'ambiance et d'action et le dessin particulier de Mignola.

Nom série  Fishermen Story  posté le 26/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai été attiré par la couverture de cet album : sympa dans son dessin mais surtout très réussie au niveau des couleurs. Et en l'ouvrant, j'ai pu constater que cette qualité se retrouve sur l'ensemble de ses planches. Le dessin est agréable à l'oeil. Il est parfois presque simple, à tel point que je me demandais si le dessinateur était vraiment bon ou si c'était la couleur seulement qui rendait le tout joli. Les personnages des pêcheurs par exemple et les décors du début ne sont pas franchement exceptionnels, mais ils restent très fonctionnels et agréables à lire. Globalement, je ne trouve donc pas le trait de cet auteur fantastique. Par contre, ses couleurs sont vraiment sympas et ça donne une BD globalement vraiment jolie. Ca m'a un peu fait penser au style de Ptiluc pour son Pacush Blues : un dessin finalement pas si bon que ça mais réhaussé par une très belle mise en couleur dans les gris et verts brumeux.
Concernant le scénario, il est vraiment particulier. Ca commence de manière presque muette, proche d'un cartoon par moments, avec pas mal d'humour et de côtés sympas. Puis il commence à y avoir de plus en plus de textes, le scénario se complexifie, mais ça reste dans une approche un peu délirante, poétique et en même temps humoristique. Particulier...
Ca se lit bien, c'est sympa, ça ne m'a pas vraiment marqué ceci étant dit, mais c'est un début intéressant pour une BD particulière.

Nom série  L'Orfèvre  posté le 06/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une Bd un peu atypique à mes yeux, essentiellement par son héros. Ce dernier, un petit bedonnant dans la fleur de l'âge avec un éternel noeud papillon, se révèle très vite être une sorte de barbouze qui a voyagé partout dans le monde et qui a des relations dans tous les milieux. Malgré son air de bon petit pépère, il est empli de mystères, de relations secrètes, à tel point que même le lecteur le suit sans trop savoir qui il est, ce qu'il fait et qui il rencontre. Assez déroutant.

Le dessin lui aussi est notable. Je ne le trouve pas vraiment exceptionnel, notamment au niveau des personnages qui ont l'avantage d'être facilement reconnaissable mais pas très beau dans leurs anatomies et leurs visages. Mais d'un autre côté, les décors sont bien souvent très réussis. Certaines cases sont de toute beauté.
De même, les couleurs sautent rapidement aux yeux quand on lit cette BD. Très fortes, presque criardes par moment (notamment pour des scènes de grand ciel bleu pêtant dans les premiers tomes), elles se révèlent en même temps très jolies dans des scènes de nuit ou d'ombre. Il me semble que c'est de la couleur directe et, déjà qu'elle est jolie dans la plupart des scènes dans le tome 1, je trouve qu'elles s'améliorent encore au fil des tomes. Certaines cases, colorisées avec brio, sont excellentes.

Quant à l'histoire, il faut savoir que les tomes 1 et 2 forment une histoire complète, le tome 3 une autre histoire et les tomes 4 et 5 une autre encore.
La première histoire a pour décor une République bananière d'Amérique Centrale non déterminée. C'est une histoire extrêmement complexe de moeurs, de trafic, de rebellion, de politique, de business... Vraiment pas facile à suivre, à tel point que j'ai dû relire le tout une seconde fois pour bien comprendre. Ce côté difficile à comprendre du scénario peut rebuter certain, mais personnellement je trouve ça assez intelligent de ne pas tout offrir sur un plateau aux lecteurs. Et au delà de cela, il y a pas mal de bons personnages et d'émotions dans cette histoire, notamment les toutes dernières pages du tome 2 que j'ai trouvées assez fortes.
Le tome 3 pour sa part a pour décor New York et pour trame une histoire de matchs de boxe truqués, de maffia et de pognon. J'ai franchement moins aimé cette histoire, d'autant qu'elle est également un peu difficile à suivre, non pas par sa complexité mais parce qu'on se demande souvent qui est tel ou tel personnage et comment ça se fait que le héros se retrouve avec lui à tel moment.
Quant aux tomes 4 et 5, ils ont pour décor d'abord Paris, un Paris des années 30 vraiment joli et agréable (Montmartre, bords de Marne, etc...) et pour contexte un trafic d'objets d'art volés au Cambodge. Après une enquête encore une fois que le lecteur devra suivre avec attention pour bien comprendre, le héros partira au Cambodge pour résoudre le tout.

Un héros baroudeur au physique surprenant, des enquêtes complexes souvent ardues à suivre, un dessin très sympa notamment au niveau des couleurs... Je ne trouve pas cette série exceptionnelle mais je lui trouve une âme et beaucoup de qualité.

Nom série  Bulles de divan  posté le 05/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne vais pas trop m'attarder sur le dessin (ni la couleur) : il est très simple, presque minimaliste, sûrement pas d'un grand niveau artistique ni technique mais bon, ce n'est pas l'essentiel ici. Soyons franc, c'est plutôt moche, mais ça n'empêche pas la lecture.

Pour le reste, ce sont pour la plupart des gags des monologues imaginaires de patients sur un divan de psychanalyste. Ca commence en général par le patient qui parle de lui, de sa famille, de son corps, de son état d'esprit, etc... tout ce qu'on peut trouver chez quelqu'un qui se fait psychanalyser quoi. Et puis il y a toujours la dernière case où vient une chute avec un mot surprenant, un contexte absurde, une révélation humoristique. Une technique de gag très basique, donc, et sans grande surprise.
Et les gags en eux-mêmes ne sont pas franchement surprenants non plus. On s'attend toujours plus ou moins à la chute et il est difficile de faire mieux que sourire dans le meilleur des cas.
Ca peut peut-être plaire à ceux qui sont intéressés par la psychanalyse et la psychologie, mais personnellement, j'ai trouvé cette BD d'humour très moyenne.

Nom série  C'est l'an 2000  posté le 05/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Côté dessin, c'est potable. Noir et blanc, c'est un style très typée gags avec gros nez mais un peu trash au passage. Le genre qui colle parfaitement aux BDs d'humour caustique dans la lignée des Wolinski et autres Reiser, mais en plus soigné, plus propre et d'une certaine manière avec moins d'âme finalement.
Côté humour, par contre, c'est vraiment pas ça. Ca se veut caustique et ironique, mais c'est une critique de la société avec de gros sabots, sans aucune finesse, aucune originalité, aucune surprise à mes yeux. L'auteur, à mon sens, tient plus compte de son envie de faire passer des messages politiques, humanistes et pessimistes que d'une envie de faire rigoler le lecteur. Et comme le message en question est trop grossier dans sa démarche et franchement déjà-vu, c'est raté en ce qui me concerne.
Pas vraiment drôle, quoi...

Nom série  GTO  posté le 05/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai entamé cette série et j'accroche assez.
Le dessin n'est pas mauvais (même si je n'aime pas trop la gueule d'Onizuka quand il est "contrarié"), voire parfois vraiment bien foutu.
L'histoire est originale. Il fallait le faire, un manga qui promeut ainsi le fait de devenir professeur, surtout en entamant sur l'idée qu'un jeune veut devenir professeur au départ essentiellement pour draguer les minettes.
J'ai eu un peu de mal à accrocher au début car je trouvais des points communs entre Onizuka et le héros de Slam Dunk : jeune, super fort au combat, violent et pas très fin d'esprit. Mais contrairement au héros basketteur que je n'apprécie guère, le héros de GTO est un peu moins gratuitement brutal (il s'énerve fortement, oui, mais jamais sans réelle raison), et il est bien plus souvent calme et sérieux. Et c'est justement dans ses moments de sérieux que je le trouve attachant, voire intelligent, comme la série le devient elle-même. Il reste jeune et fou, mais est sage en même temps et l'équilibre entre ces deux états est bien fait ici, suffisamment pour me plaire. Et puis à part les côtés petites-culottes/scato, j'aime bien le reste de l'humour, notamment les petites reflexions d'Onizuka quand il parle à un jeune, en gardant son calme et son sérieux mais qu'il glisse aussi en douce "si j'étais pas prof, je te tuerais sur place !".
Bref, c'est une série plaisante, qui se lit bien. Je n'en suis pas vraiment fan mais je la lis avec plaisir.

Ceci étant dit, en ce qui concerne l'achat de cette série, je serais tenté de conseiller de s'arrêter assez vite.
En résumé, il m'a fallu le tome 1 pour entrer dans l'histoire. J'ai beaucoup apprécié ensuite les tomes 3 et 4 environ. Puis le tome 5 a donné un coup de frein à mon interêt et à partir du tome 6, je lisais le tout avec un plaisir relatif mais sans plus grande passion ni sans rigoler autant qu'au début. Les histoires et thèmes deviennent assez répétitifs à partir de ces tomes là. En outre, les tous derniers tomes ne sont même carrément plus drôles, insistant plus sur l'aventure (un peu violente) et sur un final de l'histoire qui ne m'a guère passionné personnellement.
Bref, si vous envisagiez d'acheter cette série, je vous conseillerais de n'acheter que jusqu'au tome 6 ou 7 par exemple...

Nom série  Le Pays des Elfes (Elfquest)  posté le 02/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai du mal avec cette série.
Pour commencer, je n'aime pas le dessin. Je n'aime pas sa colorisation que je trouve grossière et inesthétique (bon, on va dire que c'est l'âge de la BD qui veut ça). Mais je n'aime pas non plus les personnages, à mi-chemin entre des visages enfantins et des personnages façon années 70 presque dans le style Luc Orient. Je n'aime pas non plus la composition des images, le fait que le cadrage soit fait très rapproché, avec des personages qui remplissent toute la case. Bref, globalement, ce n'est pas le dessin de cette BD qui me fait l'apprécier même si on peut lui trouver comme excuse que nombre de BDs jeunesse de cette époque ne sont pas mieux dessinées.

Ensuite, à cause d'une narration un peu simple et enfantine, j'ai dû lire jusqu'au 3e tome pour commencer à entrer dans l'histoire. A partir de là, jusqu'au 5e tome qui conclut un petit cycle, j'ai trouvé que finalement cette série n'était pas mal, même à des yeux d'adultes.
L'ennui, c'est qu'ensuite la série se poursuit, l'auteur rallonge la sauce sur les mêmes idées et le même type de péripéties que le début et comme la narration et le dessin évoluent très peu, je me suis très vite lassé. Passé le tome 10, je me suis mis à feuilleter de plus en plus rapidement les tomes suivants jusqu'au 32 sans plus resentir l'envie de me plonger dans l'histoire.

Mon avis prend cependant en compte l'âge de cette BD, le fait qu'elle soit destinée à un public jeune (et que je l'ai lue, moi, avec des yeux d'adultes peu enclins à tomber sous le charme) et le fait qu'elle permet au jeune lecteur de se plonger dans un univers fantasy assez sympa, avec des personnages assez attachants.
Donc, Le Pays des Elfes est une série pas si mal pour de jeunes lecteurs.

Nom série  Irial (Les Aventures d')  posté le 01/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le dessin de cette BD est bien sympa, bien foutu, détaillé et convenant parfaitement à l'histoire. Les personnages et leurs expressions sont très réussies. Bref, voilà une BD pour enfants dont le dessin est franchement à la hauteur. Personnellement, j'aime un poil moins les couleurs que je trouve un peu ternes et un peu trop parfaitement, trop informatiques.
Côté scénario, ce sont des histoires assez courtes (moins de 30 pages), toutes simples, proches de petits contes pour enfants, utilisant justement pour décor une version parodique d'autres contes (le chaperon rouge, le loup et l'ogre pour le tome 2 par exemple) transposé dans le monde moderne. Les dialogues sont intelligents et les personnages originaux et bien faits. Et les histoires, même si un peu trop simples en définitive, se lisent très bien.
Je dois avouer ne pas avoir été vraiment touché ni trouver ça vraiment excellent, mais c'est une bonne série, sympa.

Nom série  The Magic of Aria  posté le 01/08/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le premier tome de cette série comporte 3 styles de dessins différents. Le premier et le dernier sont très réalistes, oscillant entre le photoréalisme à la Alex Ross et le dessin à l'aérographe. C'est indubitablement un style très travaillé et impressionnant de talent. Néanmoins, j'ai une préférence pour le dessin de la 2e partie, moins détaillé, moins parfait, mais plus vivant et avec plus d'âme à mon goût.
Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que cette BD contient du dessin de grande qualité et que ça fait toute la force de cette série.

L'autre point positif de The Magic of Aria, c'est son background. L'auteur nous recrée là un univers où le monde réel du 21e siècle côtoie le monde des fées, des sorciers, des lutins et des sirènes. La quantité de personnages magiques, d'anecdotes, d'artefacts antiques, etc... parait énorme et promet des possibilités sans fin pour cette série. A tel point qu'on est un peu perdu en début de lecture car on plonge directement dans cet univers déjà fouillé au tout début du premier tome.

L'héroïne est une fée puissante, au corps parfait de top-model humaine que l'auteur montre de manière un peu trop vulgaire, je trouve (ça fait assez racoleur sur ce plan là...). C'est le genre de fille super cool qui connait tout le monde, fréquente des endroits que vous autres de la plèbe n'atteindrez jamais et qui, en plus, est héritière d'un royaume magique. Bref, c'est tout le contraire de l'anti-héros. De ce côté là, je trouve l'héroïne un peu... basique dans le genre belle-forte-intelligente-puissante.

Puis ensuite, le scénario lui-même, quoique bien mené et de manière assez intelligente, se révèle également très bateau et sans surprise en fin de lecture. L'histoire du premier tome se résume en 2 lignes et n'apporte rien de nouveau ni de vraiment captivant.
Ceci étant dit, malgré une narration parfois fouillis, surtout dans la première partie du tome 1 qui m'a paru ardue à suivre, ça se lit bien et on sent une âme dans cette BD. C'est une agréable lecture, une série que j'aurais presque trouvée franchement bien si le scénario avait été plus original et profond.

Nom série  Powers  posté le 31/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je viens de lire le tome 1 (qui est une histoire complète donc permet de bien se faire une idée de la série, déjà).
Le graphisme est un peu particulier. Les décors sont très simples, certains ouvertement faits à l'ordinateur (certains cieux sont encombrés de pixels si on regarde bien). Et les personnages sont également épurés et certains, comme le héros, presque tracés à l'équerre. Le résultat n'est pas moche, j'aime assez, même si j'ai du mal à trouver ça vraiment beau. Et puis il y a cette habitude qu'a le dessinateur de faire plein d'itérations iconiques : ça m'a un peu gavé de voir les dessins répétés de cases en cases, zoomés ou simplement réutilisés tels quels; ça colle parfois avec l'histoire et l'ambiance recherchée mais souvent ça m'a franchement dérangé car les personnages se retrouvaient la case suivante avec exactement la même gueule qu'à la case précédente alors que l'histoire et les dialogues auraient voulu qu'ils affichent des expressions et postures carrément différentes. Donc, pour ma part, je n'apprécie pas trop ce procédé d'itération iconique.
Quant à l'histoire, je trouve qu'elle ne casse pas trois pattes à un dindon mais, d'un autre côté, elle est assez intelligemment construite, munie de dialogues assez bien foutus et globalement sympa à lire. J'ai passé un agréable moment à la lire et je reste sur une bonne impression en fin de lecture.
C'est une BD sympa mais pas exceptionnelle ceci dit.

Par contre, je déconseille carrément son achat dans l'édition Semic : l'album que j'ai acheté est parti en lambeau à peine après avoir lu les 10 premières pages. La colle n'a pas tenu du tout, la couverture s'est détachée, puis la colle est tombée en morceaux et les chapitres se sont détachés... Bref, une qualité de merde ! Alors comme je suis bien dégouté d'avoir payé ce prix pour me retrouver avec un tas de feuillets détachés désagréables à lire (j'ai été en permanence déconcentré dans ma lecture parce que je devais prendre garde à ne pas casser toute ma BD en cours de lecture), je vous en déconseille l'achat à moins que vous ayiez bien vérifié avant la solidité de la colle de votre album.

Nom série  Mouler démouler  posté le 30/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bretecher a un style de dessin que je trouve proche de celui de Reiser; autrement dit, il ne faut pas espérer des planches superbement illustrées mais juste quelque chose d'efficace et d'expressif. Personnellement, je n'aime pas franchement.
Ensuite, côté humour, ben ça ne me fait pas rire. Les personnages dont Bretecher se moquent dans cet album sont tous de vieux bourgeois un peu bohèmes, ou encore de jeunes bourgeois émancipés. En gros, ça ressemble farouchement à une génération de 68-ards un peu attardés, adeptes de yoga, d'ouvrir leurs shakra, de parler ouvertement à leurs enfants, de libération de la femme ou de discussion sans fin sur le monde et la société. Résultat, l'humour, ici, ne me touche en rien et a même un aspect désuet assez sensible. Ca se veut un peu choquant, un peu caustique, mais ça ne s'attaque qu'à une frange de la société légèrement dépassée à mes yeux. Cela fait peut-être rire ou réagir la génération bourgeoise qui a justement vécu cette époque là, mais alors moi, non...
Rien de percutant, rien de franchement drôle, trop de texte un peu lourd à lire, un dessin qu'il faut aimer... Bof...

Nom série  La guerre d'Alan  posté le 29/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD a beaucoup de choses pour me plaire.
Déjà j'aime bien les oeuvres historiques sur la 2e guerre mondiale, notamment quand elles portent comme ici sur la vie intime de militaires américains. Ensuite le dessin est plutôt réussi.

A mes yeux, Guibert mélange deux styles de dessins qui collent bien ensemble. Certaines images sont épurées de tout décor, se focalisant sur les personnages qui sont dessinés dans un style proche de la ligne claire, avec un trait gras et souple. D'autres images ou décors, à l'inverse, sont fouillés, peints à l'encre ou équivalent, et donnent parfois une impression presque photo-réaliste. Certaines images de nuit par exemple, avec cette méthode, sont franchement excellentes (je pense par exemple à une patrouille de nuit en forêt effectuée dans le tome 2).
Le tout est un peu sombre et les personnages sont rarement reconnaissables, mais ça donne des albums très esthétiques.

L'histoire est assez surprenante : je m'attendais, en entamant la BD, à découvrir l'entrainement puis le combat d'un soldat américain parti faire le débarquement par exemple et puis ensuite affronter les nazis dans de véritables combats acharnés. Au lieu de ça, Alan Cope, le héros, semble avoir complètement échappé aux combats : il est mobilisé à la fin de la guerre, arrive en France pour y attendre son matériel pendant 2 mois, puis ensuite traverse l'Allemagne sans combattre une seule fois, arrive en Tchécoslovaquie, etc... et dans toute cette histoire, aucun combat, aucun ennemi : ce sont juste des rencontres, des anecdotes, des péripéties, des témoignages. Le tout est raconté avec une justesse et une véracité très appréciables.

Néanmoins, je dois avouer que je n'ai pas tellement accroché. Le dessin est beau, l'histoire est vraie et intéressante, mais je n'ai pas du tout été captivé par le récit. Cette suite d'anecdotes et de faits m'a seulement légèrement intéressé. Il se passe plein de choses, mais qui rien qui aie su me marquer, rien qui aie su vraiment me plonger dans l'histoire et me faire ressentir la moindre émotion.
En résumé, c'est une BD intéressante mais pas réellement passionnante, voilà ce qui en ressort pour moi.

Nom série  Leave it to Chance  posté le 28/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une série d'Urban Fantasy qui commence en France et qui, à mes yeux, est plutôt destiné à un public adolescent.

Côté dessin, pas grand chose à dire. C'est du dessin propre et net dans le style des comics dont l'éditeur a du fric. Il a ceci de particulier qu'il est relativement épuré par moments, et aussi qu'il mélange décors et personnages sérieux avec quelques personnages un peu plus enfantins (le méchant du tome 1 par exemple a une tête toute en rondeur qu'il est difficile d'imaginer comme étant mauvaise). Quant aux couleurs, elles sont bien faites mais ne sont pas franchement exceptionnellement jolies.

Concernant l'histoire, le décor est résolument urban-fantasy. C'est une ville moderne, presque futuriste puisque l'héroïne a une voiture qui vole (magique ?), dans les égouts de laquelle des gobelins vivent, où la police se bat contre des démons ou des troggs (à mi chemin entre le troll et le démon) et où Lucas Falconer est le grand mage protecteur de la cité.
Eh bien sûr, la petite Chance Falconer, 14 ans, voudrait bien faire comme papa. Alors quand il part en voyage, elle quitte la maison pour mener son enquête elle-même et combattre les forces du Mal comme une gentille petite apprentie-sorcière-enquêtrice.
La trame de l'histoire est donc simple et plutôt destinée aux adolescents. (J'ai presque cru lire une BD des Editions Soleil tant le décor me paraissait bateau )
La narration pour sa part est très dynamique, parfois trop car on ne rentre pas vraiment dans l'ambiance de cette ville et de ses personnages, ni dans le danger des situations aventureuses dans lesquelles Chance se met. Mais globalement ça se lit bien et on ne s'ennuie pas.
En définitive, après lecture, il n'est pas sorti grand chose de cette BD pour moi, si ce n'est que j'ai passé un moment relativement agréable à la lire. Pas très marquante, mais assez bien foutue et sans prétention.

Nom série  Ruga Zébo Violent  posté le 27/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est une vraie curiosité sur laquelle je suis tombé avec cette BD puisque c'est la toute première éditée par Mattt Konture avant qu'il ne rencontre Trondheim et les autres, dans ce qui était alors le prémisce de la Collection Patte de Mouche de l'Association (alors appelée l'Association pour l'Apologie du Neuvième Art Libre).
Autant le dire tout de suite, c'est une BD que je qualifierais presque de punk. Le graphisme est noir et blanc, très underground, violent... c'est pas franchement mon genre. Quant à l'histoire, elle est du même niveau que le graphisme. Underground, trash, violente, autant de termes pour la décrire à mes yeux. L'histoire pourrait se résumer à "qu'est-ce qu'un esprit simple peut imaginer de pire pour faire s'entretuer des bonshommes imaginaires ?". Et à part ça ? Ben à part ça pas grand chose...
Alors je ne sais pas trop quel est le message de cette BD, si elle en a un du moins, mais bon... c'est underground, quoi...

Nom série  Quelques Mois à l'Amélie  posté le 27/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai commencé par ne pas apprécier le dessin. Il a quelque chose qui me rappelle celui de Martin Veyron (dont je n'aime pas le dessin) avec un trait plus gras. Ceci étant dit, au bout de quelques pages, j'ai su passer outre et j'estime que ce dessin convient assez bien pour la suite de l'histoire.
Ensuite, de même, je n'ai pas du tout accroché aux 10 premières pages de cette BD. Je trouvais la narration confuse, difficile à suivre, l'histoire de déprime de cet écrivain noire et ennuyeuse. Puis les choses se sont arrangées avec le tournant du scénario, le ton devenant plus gai, les images plus lumineuses, et l'histoire prenant une tournure intéressante. Je suis finalement entré dans le récit aux deux-tiers de l'album, trouvant même que le scénario était assez bien foutu sur la fin. Je n'ai cependant pas tellement ressenti d'émotion à la lecture de cet ouvrage et on peut dire sans mentir qu'il ne m'a pas touché.
Ce n'est pas trop mon style de BD, ni mon style de dessin, mais globalement je la trouve pas mal.

Nom série  Big Guy  posté le 25/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
D'une certaine manière, cela me surprend que ce soit Miller qui aie fait ce scénario : je l'ai trouvé franchement vide.
Côté dessin, il est plutôt bon, y a rien à redire. Il est précis, net, détaillé et... complètement sans âme.
Et côté scénario, donc, si on voulait résumer l'histoire, ce ne serait rien d'autre qu'un gros combat : un Godzilla "énormément méchant" qui parle (et dit des conneries) et qui crache du feu dévaste le monde moderne, alors on envoie Rusty le petit robot japonais l'attaquer mais celui-ci se prend une grosse gamelle alors on envoie le fin du fin de la technologie Américaine (!!) et ça se bastonne, et ça détruit tout, et boum, à la fin, le gros robot gagne. Le tout est traité sur le ton de la rigolade, de la parodie (pas très fine), mais c'est pas franchement marrant, et au final, ça se révèle même vraiment creux. C'est une histoire au côté "politiquement ultra-correct" volontairement exagéré histoire de tourner en dérision les comics de super-héros et les USA pour leur côté "sauveurs du monde irréprochable et prêts à se sacrifier pour que vivent heureux les petits enfants", mais l'exagération ici n'a pas su me faire rire ni atteindre à mon avis son but de critique du "système".
Vraiment décevant de la part de l'auteur de Dark Knight : un album dont il ne sort rien et dont on peut se passer amplement.

Nom série  Amours fragiles  posté le 25/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tome 1 :

Un dessin bon, tout simple, sans recherche de détails superflus. Le trait m'a fait penser au style de Davodeau sans que je sois suffisamment technique pour dire si c'est vraiment le même genre ou non. Quoiqu'il en soit, je le trouve très agréable à lire, très sympa, avec un unique petit défaut sur les nez des personnages que je trouve un peu ratés mais c'est franchement secondaire.

Concernant l'histoire, elle est tout pareil : vraiment sympa et agréable à lire.
On se place dans l'Allemagne des années 30 mais du point de vue d'un jeune d'une famille très bien intégrée dans le milieu petit bourgeois allemand. Il n'y a presque aucun manichéisme dans le récit, ce qui est très frais et nouveau (à ma connaissance) pour une BD qui prend pour décor cette époque là. Le père du héros en est le parfait exemple : il soutient ouvertement les nazis car il est persuadé qu'eux-seuls sauront redresser l'Allemagne, mais d'un autre côté il ne voit pas de raison de s'acharner sur des juifs qu'il apprécie et en même temps il n'ose pas agir contre cela. Un tel réalisme m'a fait me demander si les auteurs n'étaient pas eux-mêmes allemands tant on plonge dans ce monde quotidien de l'allemagne des années 30 en s'y croyant.
Quant au reste de l'histoire, il est tout aussi équilibré, juste et touchant. L'amour timide du héros est beau tout en étant réaliste, difficile tout en n'étant pas dramatique (du moins par encore dans le tome 1). Quant au héros lui-même, on y croirait, on s'y attache ainsi qu'à ses relations avec ses amis et ses connaissances.
Une BD tout en finesse et en simplicité, agréable, intelligente.

Tome 2 :

Le tome 2 est nettement décevant comparé au premier, aussi bien au niveau du dessin et des couleurs que du scénario.
Déjà, même s'il reprend le même héros, il le place ailleurs et plusieurs années plus tard dans un contexte qui est bien différent de celui du tome 1. C'en est presque une autre BD de ce point de vue là, pas une suite directe.
Ensuite, le dessin n'a plus du tout le même charme et la même réussite à mes yeux.
Et quant à l'histoire, elle n'a rien de captivant, parfois même ennuyeuse. Et au final, elle ne mène à rien, tant et si bien qu'on en oublie l'ensemble assez rapidement. L'impression de lire du vent, même si ce vent n'est pas désagréable à lire et pas inintéressant par moments.
Bref, le tome 2 est juste pas mal. En attendant une éventuelle bonne surprise pour le tome 3, préférez-y le tome 1 qui se suffit à lui-même.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 253 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque