Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1922 avis et 349 séries (Note moyenne: 2.95)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Cotton kid  posté le 13/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une chouette petite série à deux niveaux de lecture.

L’esprit et le contexte font immanquablement penser à Lucky Luke. La structure est bien définie avec toujours le même type d’introduction. Les personnages sont amusants et complémentaires. Les scénarios sont corrects dans l’ensemble même si assez convenus. Le dessin est soigné dans un style humoristique franco-belge qui fera à nouveau penser à Lucky Luke. L’humour est développé sur deux niveaux de lecture, le premier basique et visuel plaira certainement aux plus jeunes, tandis que le deuxième, provenant de dialogues souvent à double sens, ravira les plus âgés (surtout si, comme moi, ils sont fans de bandes dessinées « old fashion » telles que Goscinny les concevaient (et même si le niveau atteint ici est inférieur)).

Pas mal du tout. Une série tout public simple et soignée.

Nom série  Les Orphelins  posté le 12/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un conte étrange car il oscille entre deux genres. D’une part, nous avons une histoire mignonne et naïve qui emprunte à quelques mythes célèbres mais les réinterprète d’une manière originale. D’autre part, le format de l’album et une narration tout de même présente et pas toujours très immédiate orientent plutôt la série vers un lecteur adulte.

Adulte et naïf, suis-je… et donc, j’ai apprécié.

Le dessin est sympa et la colorisation du premier tome le met bien en évidence. Malheureusement, pour les amateurs du trait, le second tome a été colorisé sans nuances (d'une manière informatisée me semble-t-il) et le trait perd donc de son charme. A titre personnel, j’aurais préféré de plus petites cases car ici, je trouve que certaines planches ‘font’ vide. C’est mignon mais trop enfantin à mon goût, trop basique.

La conclusion est, selon moi, très bien trouvée. Et alors qu’on partait d’Adam et Eve ou de Mowgli, on arrive à quelque chose d’assez original et poétique. De plus, cette fin en est une vraie et exclut toute rallonge inutile.

Pas mal du tout en somme.

Nom série  Génération mal-logée !  posté le 12/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai trouvé le premier tome plutôt intéressant dans la problématique soulevée et plaisant grâce au ton employé. Je savais que les loyers étaient très élevés à Paris, je n’imaginais pas que c’était à ce point. L’apprendre et mieux prendre conscience de l’ampleur du phénomène grâce à une bande dessinée au ton humoristique et au look de blog sur papier n’était pas pour me déplaire.

Malheureusement, dès le début, quelques détails m’ont déplu.

Le premier est l’emploi de faux noms tellement proches des vrais que je me demande à quoi ça sert ? La Sorbonne devient Borbonne… pourquoi ? De peur qu’on la reconnaisse ? Parce que ce qui est dit dans ces albums n’est pas la vérité quant à cet établissement ? Le nom d’organismes est lui aussi changé, tout comme celui de marques connues… mais toujours de sorte qu’on puisse les reconnaître. Tout cela me donne le sentiment que l’auteure n’assume pas ses propos et se prépare une porte de sortie au cas où un des établissements ou une des marques cités l’attaquerait pour diffamation ou que sais-je… Cela fait amateur et couillon et si ces livres ont pour objectif de dénoncer une vérité, et bien autant dire la vérité et commençant par les noms évoqués.

Le deuxième est un style de dessin dont je ne suis pas grand fan. L’auteure use et abuse de personnages surexcités dont les réactions sont parfois tellement exagérées que c’en devient gonflant. C’est d’autant plus regrettable qu’à côté de ça, elle a un style girly pas désagréable à regarder, simple mais rond et sympathique.

Enfin, il y a une petite intrigue avec opposition entre élèves riches et élèves pauvres tellement débile que je la croirais sortie du pire des shojo (« Oulala, il est beau mais riche et prétentieux, je ne peux pas le sentir ! Quoi, c’est lui qui a payé mes frais de scolarité ? Non, ce n’est pas possible !!! », vous voyez le genre…)

Dans le deuxième tome, le côté instructif du récit s’efface au profit… des défauts évoqués. Franchement, cela devient pénible à lire (hormis un passage central consacré à un squat) mais heureusement cela se lit toujours aussi vite ! Bon, j’arrête là l’aventure. L’auteure allonge inutilement la sauce alors qu’un seul tome bien structuré et plus axé sur la dénonciation du problème évoqué aurait pu donner un tout bon album.

Nom série  Rider On The Storm  posté le 12/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Deuxième série éditée dans la collection « Carénage » des éditions Paquet, ce « pilote dans la tempête » dispose de plus d’un atout dont la moto (pourtant thème fédérateur de la collection) n’est sans doute pas le principal !

Pourtant, de la moto, il y en a ! Elle est omniprésente, utile mais pas centrale. Et à côté de cet élément, trois autres atouts sont à mentionner.

Tout d’abord, le cœur du récit se compose d’une intrigue policière. L’histoire débute alors que les parents du jeune héros viennent d’être assassinés et celui-ci va donc chercher à la fois à échapper aux tueurs lancés à sa poursuite et à comprendre les raisons de ces meurtres. Certes, on semble s’orienter vers quelque chose d’assez classique quant à ce mystère mais le suspense est quand même bien présent. La course moto est reléguée en arrière-plan même si elle n’est pas oubliée. Ne vous attendez surtout pas à lire un récit à la « Julie Wood ».

Ensuite, il y a l’époque. Nous sommes au cœur des années ’70 et les deux auteurs apportent un soin particulier à la restitution de cette époque grâce, principalement, à un sujet récurrent : la musique. Déjà présente dans le titre, la musique en général et le rock en particulier reviennent constamment dans ce récit. Les Doors pour le titre, Led Zeppelin au travers de nombreuses affiches de concert, Pink Floyd en musique de fond dans un garage ou Deep Purple pour une scène de concert (et la liste n’est pas exhaustive), le rock est, à l’instar de la moto, omniprésent mais n’occupe pas pour autant le devant de la scène… et comme je partage les goûts musicaux des personnages (qui se dépêchent de changer de poste de radio quand Mike Brant s’y impose, preuve de leur bon goût) et sans doute des auteurs, ces multiples clins d’œil jouent dans mon appréciation finale de ce récit.

Enfin il y a le lieu. L’histoire se déroule à Bruxelles et les auteurs ont cherché à recréer l’esprit bruxellois au travers de quelques personnages. Les expressions typiques foisonnent, ce qui risque de déstabiliser quelques lecteurs mais j’ai trouvé cet aspect finalement bien maîtrisé et source d’un ton général plus original. Bruxelles est une ville chaleureuse, ses habitants sont généralement de bons vivants et le dialecte, mélange de français et de flamand est si typique qu’il aurait été dommage de s’en passer ! Non, peut-être ?

Côté dessin, rien à redire. Le trait est certes encore perfectible (manque de soins sur tous les personnages lorsque ceux-ci sont secondaires, et manque de précision dans certaines scènes d’action) mais agréable à voir. Baudouin Deville s’autorise un style plus caricatural pour certains profils, et cela fonctionne plutôt bien. La ville de Bruxelles est bien reproduite, le lecteur local appréciera ! Enfin, et c’est important dans ce genre de collection, les motos sont dessinées avec soin.

Ce premier tome m’a donc, dans l’ensemble, plutôt bien plu et je serai heureux de lire la suite. Le manque d’originalité de l’intrigue policière et le fait que la course moto m’apparaisse comme quelque peu artificiellement amenée dans le récit (au même titre d’ailleurs que la seule image de femme dévêtue), un peu comme s’il y avait un cahier des charges à respecter, m’empêchent d’accorder plus d’un 3/5 mais je conseille tout de même l’achat. Cet album est riche, bien illustré, vivant. Pas mal du tout, en somme… De la bonne bd grand public !

Non, peut-être ?

Nom série  Metronom'  posté le 08/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un bon récit d’anticipation ! Les auteurs nous plongent dans un univers futuriste assez classique (avec notamment un régime politique dictatorial et un système de censure sans concession) et bien maîtrisé. Les personnages, eux aussi, sont des classiques du genre et le duo de tête est formé d’un journaliste désabusé et d’une jeune femme au caractère fort.

Les seconds rôles sont multiples et une attention toute particulière est apportée dans le profil de certains d’entre eux.

Le scénario, enfin, nous entraine dans une quête de savoir. Les centres d’intérêt sont divers et entre la manière dont cette dictature a pu se mettre en place, les actions de révolutionnaires vivant dans la clandestinité, l’apparition d’une menace extra-terrestre et la course en avant de nos deux héros, mon envie d’en apprendre plus ne cesse d’être relancée.

Enfin, il y a l’univers créé dans sa globalité. Un univers très agréablement mis en images par Grun dans un style qui devrait plaire aux amateurs de Bilal. C’est industrieux, post-apocalyptique par certains côtés, poussiéreux, dense… très chouette, en résumé, et surtout parfait pour ce genre d’aventure.

Reste à voir sur quoi tout cela va déboucher (parce que, là, j’ai un peu le sentiment que les auteurs peuvent encore nous pondre 20 tomes sans tirer de véritables conclusions) mais j’ai vraiment eu du plaisir à lire ces trois premiers tomes, ce qui est rare dans mon chef pour des œuvres de science-fiction.

Franchement, bien, donc !

Nom série  Lincoln  posté le 07/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Contrairement à un avis assez général, je trouve le premier tome assez quelconque. Déjà, le dessin ne m’enthousiasme pas outre mesure puisque je le trouve raide voire maladroit. Il est cependant expressif, une qualité qui ira en grandissant au fil des tomes. Ensuite, le scénario se base sur une seule idée (la rencontre entre un cow-boy cumulant toutes les tares de la terre et Dieu venu lui demander les raisons de son comportement). S’ensuivent des dialogues qui tournent en rond dans une histoire qui se traine… rares étaient les passages capables de m'arracher un sourire.

Au fil des tomes, mon appréciation va cependant se modifier. Les scénarios sont de mieux en mieux construits (à mes yeux) et l’arrivée d’autres personnages permet de varier les approches. De plus, le dessin est aujourd’hui parfaitement maîtrisé. Les dialogues, eux aussi, ont gagné en simplicité et, de ce fait, sont devenus plus vifs et plus percutants.

Nous en sommes aujourd’hui au septième tome et il s’agit ni plus ni moins de celui que j’ai le plus apprécié !

Une série à suivre, donc… mais je ne vous apprendrai rien, son succès parle de lui-même.

Nom série  Ma vie est tout à fait fascinante  posté le 07/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
A mes yeux, ce recueil de dessins d’ambiance n’est pas une bande dessinée puisqu’il n’y a pas d’enchainements de cases (ça, c’est dit). Nous avons donc droit à un florilège de pages avec pour chaque un thème, un dessin, un texte (comme vous pouvez le voir dans la galerie).

Le dessin est très « girly » et dépouillé. Dans le genre, c’est pas mal du tout mais pas la peine de chercher un décor : Pénélope Bagieu se contente de l’essentiel pour illustrer son idée. Les textes se résument à deux trois phrases bien tournées. Les thèmes sont identiques à ceux que l’on trouve dans n’importe quel magazine girly.

J’ai tourné les pages sans déplaisir (d'autant plus que ça se lit très vite) mais je ne pense pas avoir esquissé l’ébauche d’un rire durant ce laps de temps. C’est sympa. Dans une salle d’attente, ce genre d’album peut s’avérer utile et agréable à feuilleter. Mais là, chez moi, bien installé dans mon canapé, j’ai quand même trouvé ça très vain, peu drôle et pas marquant du tout.

Bof, donc…

Nom série  Cadavre exquis  posté le 07/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un scénario bien construit, des personnages bien typés, des rebondissements bien amenés, de l’humour et une certaine fraicheur de ton. Que demander de plus ?

Le dessin, rond et dépouillé, n’est pas dénué de charme même si je ne suis pas grand fan de ce genre très basique. Je trouve cependant qu’il convient bien au ton employé.

Bon, tout cela reste très tendance et je ne sais pas si l’album résistera aux passages de mode, mais à mes yeux il s’agit là d’un bien bel album. Des comme ça, j’en redemande !

Pour la cote, on oscille entre le 3/5 et le 4/5. Disons, pour faire simple, que c'est bien.

Nom série  Edlyn  posté le 06/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici un récit sur lequel flotte l’esprit des légendes bretonnes. La mer, la mort et le fantastique y pointent donc le bout de leur nez. Mais cet album est avant tout destiné aux enfants et doit être abordé comme tel.

L’histoire est intéressante mais pas totalement maîtrisée. Il nous manque quelques explications… qu’un enfant ne cherchera sans doute pas. L’idée sous-jacente du récit est elle-même assez vague. Acceptation de la mort ou besoin de montrer aux enfants qu’un adulte est un enfant qui a grandi… je ne saurais dire. Et c’est là quelque peu décevant.

Le dessin, s’il dévoile un certain potentiel grâce à la tendresse qui s’en dégage, m’est malheureusement apparu fort vide. Le grand format de l’album ne lui convient pas et accentue encore cette impression de « vide » dans des cases souvent trop grandes pour l’illustration qu’elles renferment. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si « Clara (Le Lombard) », autre album de la dessinatrice, avec un profil d’ailleurs assez semblable, fonctionne nettement mieux. Certes, l’auteure a progressé entre temps mais le format réduit de l’album n’est pas pour rien dans ce sentiment d’un dessin plus cocon (et pas plus con con, je vous vois venir), plus chaud, plus intime.

Au final, Edlyn propose une histoire prioritairement destinée aux enfants, pas désagréable mais un peu vaine. Elle dévoile aussi le potentiel d’une dessinatrice sensible. Pas abouti mais pas à dénigrer non plus. Un emprunt me parait cependant plus indiqué qu’un achat.

Nom série  Ayako  posté le 06/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sans avoir été totalement sous le charme, j’avoue avoir lu ces trois tomes avec entrain. Le récit est bien construit et parvient à m’instruire d’un point de vue culturel tout en captant mon attention sur ces personnages, tous plus dégénérés les uns que les autres.

Faut avouer que l’image que donne Tezuka d’un certain Japon de l’après-guerre a de quoi faire peur !

Maintenant, je ne peux pas dire non plus que le destin d’Ayako m’a particulièrement ému. Non, ça se laisse lire mais ce n’est pas « scotchant », et le fait que la lecture soit relativement rapide s’avère être un atout dans mon chef pour arriver au bout de cette histoire. De plus, j’avoue avoir toujours les mêmes difficultés d’acceptation devant le côté « surjoué » des mangas.

Pas mal, donc. Si, comme moi, les mangas ne sont pas votre tasse de thé mais que vous êtes curieux de découvrir cet univers, voici une porte d’entrée envisageable.

Nom série  Le Pont  posté le 06/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Que voilà un bien étrange conte… D’ailleurs, s’agit-il seulement d’un conte ou de l’évocation d’un amour impossible ? Une chose est sure, cet album m’a emmené ailleurs. Pour ce faire, Christian Durieux crée un univers singulier, monde de glace protégé de l’obscurantisme grâce à son isolement, ce qui est paradoxal, vous en conviendrez. Un univers au charme slave manifeste mais géographiquement indéterminable. D’ailleurs, les lois mêmes de la géographie et de la géologie telle que nous la connaissons sont ici modifiées.

Ses personnages semblent eux-mêmes à part, tour à tour scientifiques obtus, rêveurs fous, amoureux passionnés ou esprits ouverts aux hypothèses les plus fantastiques (voire les plus délirantes). Dans cet univers, une histoire contée au coin d’un feu prend une dimension dramatique d’autant plus profonde qu’elle semble pleinement faire partie de la réalité ambiante (désolé, pas trouvé d’autres mots, mais même moi, j’ai du mal à me comprendre).

La narration, très présente et joliment travaillée participe elle aussi au charme étrange de l’album.

L’ensemble est donc agréable à lire et dépaysant. Alors pourquoi seulement un « pas mal » ? Parce que trop d’événements m’échappent. Christian Durieux n’explique pas tout et s’il semble créer des passerelles entre certaines histoires, celles-ci ne me sont pas apparues avec clarté. C’est le genre de récit par lequel il faut se laisser porter et j’avoue, cartésien que je suis, avoir du mal à ne pas chercher la logique d’un récit.

Pas mal, donc (et merci à Pierig de me l’avoir fait découvrir).

Nom série  La Marie en plastique  posté le 05/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Et bien moi, je l’ai vraiment bien aimée, cette série.

Une chose est cependant claire : le dessin n’est pas du tout à mon goût. Raide, maladroit, avec des perspectives bancales, il dispose juste de ce qu’il faut d’expressivité pour quand même satisfaire au minimum vital… mais vraiment, c’est, à mes yeux, très laid.

Par contre, que dire de l’histoire ? En fait, je crois bien qu’il faut remonter à très longtemps pour retrouver une série qui m’ait aussi spontanément fait rire (sans doute le premier tome du Jo Bar Team, même si ces deux séries n’ont rien en commun) ! Déjà, il y a ce couple de vieux têtus insupportables et lourds. Mais les autres protagonistes ne sont pas en reste (à l’exception du gendre, témoin privilégié et diplomate de service). Tous sont tellement lourds que c’en devient jouissif ! Et puis, il y a la situation dans laquelle se retrouve tout ce beau monde. Absurde mais si proche de ces faits divers que l’on découvre parfois avec consternation au coin d’un journal. A nouveau, c’est jubilatoire. Et quand ces deux mondes se rencontrent, cela donne des passages dans lesquels les acteurs se révèlent tellement mesquins, tellement bêtes, tellement pitoyables… que j’ai adoré.

Donc, voilà , sans doute la série la plus mal dessinée à mes yeux mais méritant quand même un « franchement bien » enthousiaste pour la qualité de l’humour distillé.

Nom série  Zowie  posté le 05/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je me souvenais vaguement de la première version de cette série, parue dans Spirou du temps de ma jeunesse. Il ne s’agissait pas alors de la série qui me plaisait le plus mais son originalité ne dépareillait pas dans le magazine.

J’ai retrouvé ici la même thématique de base (un livre magique qui donne accès à un monde parallèle) et les mêmes personnages (même si ceux-ci, et plus particulièrement Zowie, ont été modernisés) dans une histoire qui s’adresse toujours au même public, à savoir les jeunes adolescents.

Pas de courtes histoires indépendantes ici mais un long récit qui s’étale sur les trois albums. Le scénario n’est guère original pourvu que l’on connaisse un peu les pratiques en vigueur dès qu’il s’agit de mondes parallèles mais l’ensemble est plaisant à suivre.

Le dessin est agréable, dynamique, très lisible et bien adapté à un jeune public. Je regrette un peu le manque de soin dans les décors. Ceux-ci auraient pu être plus étoffés, selon moi.

La série se veut en phase avec son temps et plus d’une référence y est faite à Harry Potter.

Pour un « vieux » lecteur comme moi, il s’agit tout au plus d’un divertissement acceptable et soigné. Pour de jeunes lecteurs, il pourrait bien s’agir d’un bon achat, raison pour laquelle je ne le déconseille pas (mais j'insiste : à réserver aux jeunes adolescents).

Nom série  Triple galop  posté le 05/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série d’humour comme il y en a tant d’autres chez Bamboo, ni pire, ni meilleure. On retrouve les composantes habituelles :
- un dessin inspiré du style humoristique franco-belge à la Franquin, correct, sympathique, expressif et dynamique mais pas de quoi crier au génie quand même ;
- un thème précis. Ici, c’est la vie d’un manège qui est au centre de l’attention ;
- un groupe de personnages récurrents très typés. Petite particularité ici, des chevaux font également partie de ces personnages humoristiques ;
- des gags en une, voire deux planches, pas hilarants (honnêtement, je ne me souviens pas avoir ri une seule fois) mais plaisants à lire. Ces gags sont parfois regroupés autour d’une idée plus vaste. Pour exemple, lorsque le groupe de cavaliers part en randonnée, les auteurs nous offrent quelques gags sur cette période. Des gags qui utilisent les différents personnages et leurs particularités propres. Cette manière de faire permet de créer une espèce d’histoire en continu de la vie de ce manège, ce qui n’est pas déplaisant.

Pour de jeunes lecteurs à qui ce type d’univers équestre plait la série peut faire l’affaire. Pour les autres, et même si la série m’aura finalement appris deux trois petites choses dans ce domaine chevalin, c’est plutôt une série à emprunter un jour de pluie pour une lecture sans prise de tête.

Nom série  Annie Zoo  posté le 05/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n’ai pas été spécialement emballé par cet album destiné avant tout à la jeunesse.

Tout d’abord, le dessin m’a déplu. Trop froid, trop tranché et sans rondeur, il est loin de correspondre à mes goûts personnels mais, de plus, je crains qu’il ne plaise pas à beaucoup d’enfants.

Ensuite, l’histoire, si elle n’est pas déplaisante, ne m’est pas parue claire dans ses intentions. Annie est timide mais découvre qu’elle peut transformer les humains en animaux. Elle se sert de ce pouvoir sans discernement puis se rend compte que ce comportement n’est pas très judicieux, tâche de ne plus s’en servir et tout revient dans l’ordre. Annie a-t-elle grandi dans cette aventure, a-t-elle vaincu sa timidité, s’est-elle ouverte aux autres ? De cela, il n’est plus vraiment question… J’ai donc un peu le sentiment que cette aventure est vaine.

Bof…

Nom série  Clandestine  posté le 05/06/2009 (dernière MAJ le 05/11/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette histoire ne relate pas une série d’évènements véridique, mais les réinterprète avec poésie et tendresse. Je pense qu’il est important d’insister sur ce fait, car le lecteur désireux de découvrir la triste jeunesse d’une enfant cachée risque d’être sinon déçu, du moins déstabilisé.

Pour ma part, la première surprise passée, j’ai vraiment bien apprécié cette lecture. Virginie Cady a un réel talent de narratrice. Son évocation est loin d’être larmoyante (chose que je craignais par-dessus tout) et la poésie est omniprésente.

Pour tempérer mon enthousiasme, je reconnais certaines longueurs dans le récit. Mais il est vrai qu’il est difficile de garder la même intensité lorsqu’un récit est long de 200 pages. Je pense cependant que "Clandestine" aurait encore gagné en qualité s’il avait été plus concis.

Au niveau graphique : … c’est la baffe ! Marc-Renier a totalement changé de style pour le présent album. Il officie ici dans une veine intimiste simple et dépouillée mais d’une adresse à toute épreuve. Sa maitrise lui permet d’opter pour des angles de vue très délicats sans que la moindre erreur de perspective n’apparaisse. Je soulignerai l’illustration d’un personnage, bras tendus perpendiculaires au corps (comme s’il mimait un avion), et croqué de profil avec une évidence, une simplicité déconcertante.

Toutefois, dans ce style de récit, le graphisme se doit de rester en retrait vis-à-vis de la narration. Et c’est le cas ici : ce trait a beau être d’une très belle qualité technique, son aspect faussement amateur nous pousse à nous centrer sur l’histoire. C’est à mes yeux une preuve de modestie de la part de Marc-Renier, et un des paramètres du pouvoir de séduction du présent album.

La série ayant été abandonnée, nous ne connaitrons jamais la fin de cette histoire, ce qui est très frustrant. Je déconseille donc l'achat. Posséder la série n'aurait en effet de sens que si l'histoire était complète.

Nom série  Libre à jamais  posté le 30/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Etrange, étrange, cette suite du magnifique (à mes yeux du moins) triptyque de « La Guerre Eternelle ».

Le premier tome de cette trilogie est une sorte de « remise à niveau ». Cet album permet au lecteur de reprendre contact avec les particularités de la série (dont principalement les voyages dans l’espace et le temps) tout en levant le voile sur le destin d’un des personnages de la guerre éternelle que nous avions dû abandonner en cours de route. Ce tome n’est pas passionnant en soi mais bien utile cependant… ne fusse que pour la manière dont sont développées les relations entre clones et taurans.

Le deuxième tome est vraiment prenant. Avec une bonne idée de départ, j’ai alors eu le sentiment que la grande aventure reprenait ! Le destin des personnages est toujours aussi marqué par leur marginalisation et c’est un plaisir de les retrouver avec leurs convictions, leur combativité et leurs faiblesses. De nouveaux personnages permettent encore d’intensifier ce choc des générations. Cela donne de la science-fiction fondamentalement très crédible où l’accent est autant mis sur la technologie que sur les rapports entre personnages.

Le troisième tome, lui,… heu… est particulier. On a droit à toutes les explications voulues mais j’ai quand même le sentiment que les auteurs, à l’image de leurs personnages, ont fait marche arrière en cours de route. La problématique mise en place dans le deuxième tome est oubliée au profit d’un autre concept… auquel j’ai eu du mal à adhérer. Ce tome se conclut par de longues explications au détriment de l’action.

Au final, je ne peux pas dire que cette suite m’a conquis. Pourtant, j’ai lu ces trois tomes avec plaisir (exception faite des dix, quinze dernières pages du dernier tome) et le deuxième aurait pu donner naissance à une grande histoire de SF, s’il n’y avait eu cette marche arrière. La conclusion, elle, devrait plus plaire aux amateurs de Moebius qu’à moi-même.

Pas mal, sans plus. La lecture préalable de « La Guerre Eternelle », si elle n’est pas obligatoire, est tout de même vivement recommandée.

Nom série  La Cité de l'Arche  posté le 06/05/2011 (dernière MAJ le 24/10/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une lecture qui s’effectue assez rapidement. En cause, l’utilisation de grandes cases et des textes peu présents… mais aussi un univers attirant et bien des mystères à éclaircir, ce qui rend cette aventure finalement très prenante !

L’histoire met beaucoup de temps à se mettre en place mais Boiscommun en profite pour planter un décor des plus attirants. Et puis, le troisième tome apporte toutes les explications nécessaires (sauf une à mon goût).

Le fait que la série s’est vue rognée d’un tome ne se fait pas spécialement sentir. L’auteur a réussi à bien structurer son récit. De plus, le dernier tome comporte un nombre de planches plus conséquent. Je n’ai donc pas eu le sentiment de lire une œuvre au final expédié.

Enfin, le dessin est vraiment agréable du début à la fin. Elégant, frais, dynamique, très lisible : impeccable en somme. Mais les habitués de l’auteur le savent déjà.

N’oublions pas la dimension écologiste du récit, la très belle recréation d’un Paris dévasté, déformé, défiguré mais pourtant bien présent... et, enfin, le charisme des acteurs.

Au final, et alors que je ne conseillais pas l’achat après les deux premiers tomes, je suis très heureux de posséder la série. Elle est bien construite, se lit avec aisance, est belle à regarder et se conclut bellement. Proche du franchement bien, finalement (une note que j’aurais sans doute accordée si ces trois tomes avaient été réunis dans un seul gros album au format un peu plus réduit en terme de taille, histoire de concentrer le dessin et le prix de l’ensemble, mais avec quelques pages en plus pour mieux développer deux, trois petits points).

Nom série  Martha Jane Cannary  posté le 16/09/2010 (dernière MAJ le 24/10/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une très bonne narration, c’est la première chose que je soulignerai. La vie de Calamity en devient passionnante. De plus, Christian Perrissin a l’art de créer du suspense avec un rien. Par exemple, le début du deuxième volet commence quelques années après la fin du premier volet. On retrouve alors Calamity Jane dans une ferme en compagnie de cinq autres personnes … dont son propre enfant. Comment est-elle arrivée là ? C’est la question ! En lisant la vie de Calamity de manière linéaire, jamais ce genre d’envie de savoir n’aurait germé dans mon cerveau. Ici, ma curiosité est titillée, Perrissin me garde en éveil !

Je rajouterai encore que Christian Perrissin s’applique à nous donner une vision d’ensemble du Far West de l’époque. Cet aspect historique et géographique est très intéressant et permet vraiment d’ancrer le personnage de Calamity dans une époque, un lieu et un contexte … et cela grandit encore l’anachronisme du personnage. Ces pages sont, cependant, un peu plus pénibles à lire mais, à mon avis, indispensables à la réussite de la série.

Du point de vue du dessin, je suis moins emballé. Je trouve le travail de Matthieu Blanchin d’une incontestable qualité mais je n’aime pas ce style « gribouillé ». Pourtant, le trait reste toujours lisible et ne manque pas de dynamisme. En plus, il est expressif. En fait, ce sont surtout les visages en gros plan qui me dérangent tandis que les silhouettes esquissées finissent par vraiment me plaire. Toutes ces qualités font que ce dessin n’est pas un frein à mon envie de connaître la fin de l’histoire mais, sans cette accrocheuse narration, j’aurais certainement déjà abandonné la série.

La fin, enfin, est touchante. Voir Martha Jane partir ainsi sur son fidèle compagnon d'aventures a presque réussi à m'arracher une larme. Un très beau portrait, vraiment !!

Nom série  Scotland Yard  posté le 23/10/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai trouvé le scénario très pauvre, surtout au niveau de l’enquête policière qui se résume à très peu de choses. Le théâtre, lui, est plutôt intéressant mais à force de reprendre des personnages connus, les auteurs ont réussi à me saouler. Je ne les ai pas comptés mais il doit bien y avoir 10 à 15 noms connus parmi les personnages de ce premier tome, et cela va de Lestrade à Bram Stoker en passant par l’inévitable Sherlock Holmes.

La narration n’est pas mauvaise mais manque parfois de clarté et de tranchant. Je me suis parfois emmêlé les neurones entre les différents protagonistes, problème encore accentué par un dessin manquant lui aussi de précision à plusieurs occasions.

Enfin, il y a un instrument de torture qui m’a furieusement fait penser à celui utilisé dans un western parodique (les mystères de l’Ouest, pour être précis) mais l’ambiance qui règne dans cette série est à l’opposé même de l’esprit dudit film, d’où décalage et étrange sentiment à la lecture.

Bref... je suis pas convaincu...

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 97 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque