Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1780 avis et 308 séries (Note moyenne: 2.95)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Pandemonium  posté le 20/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le 6ème sens rencontre Shining dans un cadre historique bien documenté ayant pour élément central le Waverly Hills Sanatorium : voici résumé en gros le pitch de cette série.

Et j’avoue avoir été séduit par ce scénario. Un scénario qui ne propose rien de spécialement original mais les auteurs ont réussi à doter la série d’une ambiance lourde et malsaine très prenante. J’ai enchainé les trois tomes d’autant plus facilement que ceux-ci se lisent vite et que les deux premiers se terminent sur des cliffhanger très accrocheurs.

Les différents protagonistes sont bien typés (voire même stéréotypés) et les principales disposent de suffisamment de charisme pour que je m’attache à elles.

Le dessin convient bien à ce genre de série. Les décors sont soignés et la présence du sanatorium pèse vraiment sur ce triptyque.

L’ensemble est donc assez convenu mais diantrement efficace. Entre le « pas mal » et le « franchement bien ! » J’opte pour cette dernière cote malgré le manque d’originalité pour récompenser la fluidité et la facilité de lecture de l’ensemble.

Nom série  Les Aventures de Huckleberry Finn  posté le 16/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pourquoi aime-t-on une bande dessinée ? Par quelle alchimie son charme vénéneux nous pénètre-t-il jusqu’aux tréfonds de l’âme au point de nous laisser transis, charmés, subjugués ?

Vaste question…

Pour répondre, je partirai d’un exemple concret : le « Huckleberry Finn » de Mattotti.

Voilà !

Comment dire… Voilà exactement…

(Pourquoi j’ai choisi cette bd, moi…)

Non, parce que franchement, cet album, il sent un peu le dessous de bras, hein. Il date de 78, me direz-vous. C’est un fait mais ce trait a une gueule incroyable ! Je le trouve même résolument moderne. Bon, un bête exemple : une case illustre Jim se cachant le visage de la main. Comptons les phalanges ensemble et nous découvrirons que l’auriculaire en compte… oulahhh… ah oui, tant que ça… en plus y a une phalange pliée et allongée à outrance. C’est mal dessiné, me direz-vous. Et bien, non, justement ! C’est faussé, déformé, mais la composition est excellente. Le dessin de Mattotti est d’une incroyable spontanéité, c’est jeté, vif, brouillon… indiscutablement vivant et expressif. Chaque planche semble avoir été touchée par la grâce divine. Non qu’elles soient magnifiques mais elles auraient pu être franchement moches s’il n’y avait eu ce quelque chose d’indéfinissable que l’on appelle charme pour me laisser sur le cul.

Et que dire alors de la colorisation ? Toujours elle met en valeur le trait, tout en dégageant un halo de chaleur, de torpeur en parfaite adéquation avec le sujet.

L’histoire, elle, est sans surprise. Les péripéties s’enchainent telles des bicyclettes sur un trottoir hollandais. Les personnages sont attachants dans ce mélange de ruse et de naïveté cher au genre. L’exotisme est au rendez-vous.

J’ai donc trouvé l’univers que j’espérais. A l’image du Mississipi, cette histoire est tout sauf un long fleuve tranquille. Les personnages coulent au rythme du fleuve, avec ses crues et ses décrues, s’écartant constamment du thème central (pour peu qu’il y en ait un) tout en conservant la même direction…

… En résumé : je ne sais pas pourquoi j’aime cet album. Ce qui est sûr, c’est que je lui trouve une gueule manifeste et que l’histoire qui m’est proposée m'a diverti quand bien même elle ne m'a pas surpris.

Nom série  Quand je serai grand  posté le 14/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Deuxième album des Flamand père et fils et pourtant j’ai trouvé ce récit moins réussi que le précédent. En cause, principalement, un côté très décousu dans la narration.

Christian Flamand continue à nous conter des souvenirs de jeunesse mais il s’agit ici plus d’une juxtaposition de plusieurs anecdotes que d’un véritable récit. De plus, il n’y a rien d’exceptionnel dans ces souvenirs. Il s’agit simplement des souvenir d’un gamin d’une dizaine d’années comme un autre.

L’évocation des années 60 n’est pas, non plus, des plus poussées.

Au niveau du dessin, le style de Julien Flamand continue à me plaire. L’artiste officie dans un style franco-belge humoristique très classique et soigné. Il y a encore moyen d’améliorer le trait (en laissant de temps à autre plus d’espace aux décors, par exemple) mais ce style convient bien au récit.

La colorisation est des plus quelconques. Ni belle ni laide, elle n’améliore en tous les cas pas la qualité d’ensemble. Là aussi, un travail plus approfondi (en jouant sur les nuances ou sur des teintes pastel) serait appréciable.

Au final, et même si l’album se lit aisément, je n’accorde qu’un « bof » tant le propos m’est apparu anodin et la narration décousue.

Nom série  Le Chat du kimono  posté le 14/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le gros problème que j’ai rencontré durant cette lecture est l’impression d’être face à un fourre-tout largement improvisé. En fait, toute la partie traitant d’une légende asiatique m’a bien plu. C’est aussi celle qui bénéficie de la meilleure structure. Pour le reste, ça part un peu dans tous les sens avec des influences diverses (Sherlock Holmes y croise Alice au pays de merveilles) et sans réel fil conducteur.

Mention « peut mieux faire » donc, au niveau du scénario.

Le dessin alterne le bon et le brouillon. Le style en noir et blanc très dense et tout en courbes a beaucoup de charme mais n’est pas toujours très vivant ni très expressif.

Mention « peut mieux faire » donc, au niveau du dessin.

Et pourtant…

Et pourtant, il se dégage de cet album un charme indéfinissable, né de cette collision entre univers absurde et légende traditionnelle, entre rêve et réalité. Nancy Pena nous emmène vraiment ailleurs. J’ai parfois eu du mal à la suivre (raison pour laquelle je n’attribue pas plus qu’un « pas mal ») mais je ne regrette pas le voyage.

Nom série  Un gâteau de grand  posté le 14/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mwoui, bof…

Même si l’album ne m’est pas destiné, j’avoue ne pas avoir été marqué par cette histoire au point d’en avoir rapidement oublié une bonne part moins d’un mois après ma lecture.

Le dessin est pourtant sympa, frais, dynamique, expressif. La colorisation est vive sans exagération. D’un point de vue visuel, l’ensemble est réussi.

L’album est muet et facilement compréhensible par tout un chacun. C’est donc là aussi plutôt bien réalisé.

Non, le problème pour moi vient vraisemblablement de l’histoire en elle-même et des personnages. Je n’ai rien vu de touchant ou de poétique. L’humour est bien présent mais « primaire ».

Si mon propre ressenti est plus proche du « bof », j’accorde tout de même un pas mal sans option d’achat car l’album est soigné et adapté à son public.

Nom série  Missy  posté le 13/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Fable sombre et stylisée, cette Missy m’a touché par son propos. Certes, il n’y a rien de spécialement original dans cette histoire puisque les auteurs nous proposent de suivre une stripteaseuse dans sa quête du grand amour, une quête malheureuse tant la belle s’attarde sur l’apparence plutôt que sur la profondeur des sentiments.

Alors, pourquoi cette histoire m’a-t-elle touché ? Grace à un traitement graphique original et culotté. Missy est à la fois sensuelle et grosse (sans que j’aie vu là une manière de magnifier la femme ronde) : elle attire les hommes par un physique que, par ailleurs, elle déteste. C’est là tout son drame mais aussi celui de bien des femmes (grosses ou pas – si vous connaissez une femme heureuse de son physique, envoyez-là chez un psy : elle n’est pas normale). Je me suis donc retrouvé devant un personnage hors normes… auquel bien des personnes peuvent s’identifier. Ses problèmes viennent bien plus de la manière dont elle se voit que des autres. Sa mésestime d’elle-même la pousse dans les bras d’opportunistes en quête du coup d’un soir plutôt que vers celui qui l’aime… mais qui n’a pas la gueule qui convient. Le thème central du récit est donc bien l’apparence, la façon de se percevoir et de percevoir les autres… au risque de passer à côté… Un thème universel qui touchera plus d’un lecteur.

Et l’identification sera d’autant plus facile que tous les personnages sont anonymes. Enfin, ils ont des noms… mais pas de visage. C’est la deuxième grosse audace graphique de l’album : des ovales vides à titre de visage.

Ce traitement graphique original et le charisme de Missy -fragile et à côté de la plaque- ainsi qu’une fin qui évite le happy-end m’ont rendu cette lecture accrocheuse et plaisante.

Franchement pas mal bien ! J’opte pour la cote supérieure pour l’originalité graphique.

Nom série  En Mer  posté le 06/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Etrange petit objet que celui-ci !

Ce qui marque en premier, c’est le format plus que réduit. Puis on feuillète la chose et on se rend compte qu’il n’y a qu’une case par planche. Voilà un format qui nous sort de la routine !

Mais cet album ne se résume pas à un exercice de style. Le récit en lui-même est des plus agréables avec un marin poète en guise de héros. L’auteur joue sur les contrastes en dotant ce mastodonte d’une sensibilité tout en fragilité. L’histoire en elle-même n’est pas très originale mais illustre avec à-propos le principe qui veut que l’on ne parle bien que de ce que l’on vit.

Je reprocherais juste le côté insistant de la narration. Un peu plus de finesse aurait été bienvenue pour nous amener à cette conclusion. Mais pour cela, il aurait fallu un nombre de planche bien plus élevé. En effet, si le découpage avait été traditionnel avec une moyenne de 9 cases par planches, cet album aurait compté… 15 planches. Et ça, c’est quand même très court.

Le dessin est expressif, rond et tout en contraste grâce à un noir et blanc de bon aloi. J’ai aimé m’attarder sur certaines cases pour l’harmonie qui se dégage de leur composition.

Pas mal du tout mais un peu court et simpliste pour que j’accorde un « franchement bien ». En ce qui concerne l’achat, j’ai d’abord hésité puis je me suis dit que c’est le genre d’objet que l’on se plait à montrer à ses amis car c’est une vraie curiosité. Alors, oui pour l’achat !

Nom série  Paf !  posté le 02/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n’ai pas été spécialement touché par la poésie de cet album. Si les étranges personnages ont un côté comiquement effrayant pour un jeune enfant, si les enchaînements sont bien réalisés dans ce scénario, celui-ci est cependant très linéaire. L’absence de message ou de morale renforce mon sentiment que cet album ne marquera pas les esprits.

Le dessin est assez sympa et expressif et devrait plaire aux jeunes lecteurs (à qui cet album s’adresse).

Au final, cet album est plutôt bien réalisé mais il lui manque un petit quelque chose pour que j’en conseille l’achat.

Pas mal, sans plus…

Nom série  Sakura  posté le 02/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une histoire toute simple, sans texte mais avec des bulles facilement compréhensibles par un jeune enfant. Une petite morale sur l’acceptation de l’autre et sur le fait que les apparences sont parfois trompeuses. De l’humour, de la poésie.

Un dessin rond, doux et expressif, rehaussé par une belle colorisation.

Une réussite en somme pour ce petit album adressé à un très jeune public. A découvrir car franchement sympathique !

Nom série  Les Affreux  posté le 02/02/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
J’ai abandonné en cours de route tant cet album m’a ennuyé…

Et prétendre que ce récit rend hommage au cinéma d’Audiard équivaut à prétendre que mon physique rend hommage aux sculpteurs de la Grèce antique. Non, franchement, faut arrêter de se foutre de la gueule des gens : ce n’est pas en caricaturant plus ou moins bien quelques acteurs de l’époque que l’on reproduit leur talent.

Premier gros problème : un scénario, développé sur deux axes, qui privilégie les dialogues au détriment de l’intrigue. Le récit, s’il n’est pas confus, progresse à la vitesse d’un escargot perclus de rhumatismes. Les personnages semblent parler pour parler… et c’est assommant !

Deuxième gros problème : des dialogues qui ne font pas mouche tant ils sont plats, sans intérêt et souvent inutiles. N’est pas Audiard qui veut et ici on est vraiment loin du compte. Le langage est banal, absolument pas fleuri. Pas de tournure de phrase bien sentie, pas de comparaison hilarante.

Les personnages ont beau emprunter le visage d’acteurs connus, avec des dialogues pareils ils ne peuvent qu’être médiocres car totalement dépourvus de charisme. C’en devient presque insultant et je me demande quel lecteur aura envie de découvrir les films qui ont inspiré ce récit après un tel premier tome.

Un gros échec, selon moi. L’exercice en soi était déjà casse-gueule. Le résultat est confondant de platitude…

Un petit mot sur le dessin. Style caricatural humoristique lisible. Pas mauvais dans son genre mais qui cherche tellement à reproduire le visage d’acteurs célèbres qu’il oublie tout le reste : mise en page banale, dynamisme plus que moyen…

Nom série  Agathe Saugrenu  posté le 20/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le premier tome est difficile à classer. Le vocabulaire parfois employé et le trait fouillé ne me semblent en effet pas convenir à de jeunes enfants. Le personnage principal et le sujet, eux, peuvent toucher un large éventail de lecteurs. Mais ce premier tome est sans doute aussi celui qui m’aura le plus plu. Le trait de Valérie Vernay dégage un certain charme qui cadre bien avec l’univers sombre développé par Vincent Zabus.

Les tomes suivants sont plus adaptés à un jeune public… et, logiquement, deviennent vraiment trop enfantins pour moi. Le deuxième est encore assez intéressant par son sujet ainsi que par certaines idées assez poétiques. Le troisième, lui, tombe dans un humour « pipi, caca, prout, prout » qui fera certainement rire les enfants mais qui m’a rapidement ennuyé.

Le trait employé pour ces deux tomes s’est grandement « nettoyé ». Il gagne en lisibilité ce qu’il perd en charme. Mieux adapté aux jeunes enfants, donc, mais moins personnel, moins original.

Pour l’ensemble, je dirai juste pas mal, sans plus. La série ne décolle jamais réellement et chaque tome présente des faiblesses mais aussi de bonnes idées. La morale est présente et Agathe Saugrenu propose un profil intelligemment pensé… mais pas toujours bien exploité.

Nom série  Siegfried  posté le 20/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand on me parlait de Walkyries, je pensais opéra et Wagner et, même ainsi, j’ignorais presque totalement le sujet de l’histoire.

Cette série m’a donc permis de combler une lacune puisqu’elle présente la trilogie « Siegfried - La chevauchée de la Walkyrie - Le crépuscule des dieux » en une seule série cohérente et bien construite.

Durant le premier tome, j’ai eu peur que l’aspect tragique et pompeux du récit m’en désintéresse. J’ai en effet souvent des problèmes avec les séries qui se prennent trop au sérieux. Heureusement, bien vite, un humour assez burlesque et convenu fait son apparition grâce au père adoptif de Siegfried.

Autre petite gène rencontrée au départ : la narration effectuée à l’aide de flash-back. Il me faudra un peu de temps pour distinguer la cohérence de l’ensemble (qui sont donc ces deux narrateurs ?) Mais, bon, avec un peu de concentration, cet aspect du récit ne pose pas de problème insurmontable.

Une fois les premiers écueils franchis, j’ai été emporté par la série. Elle est plaisante à lire, rythmée et dispose d’un univers riche et classique à la fois. Le ton dramatique est, comme je le disais, agréablement apaisé par de petites notes d’humour.

Le dessin ? Il est de qualité mais ne m’a pas subjugué. J’ai surtout apprécié le découpage et le soin accordé à certains détails (comme les phylactères). Le trait en lui-même est précis, lisible et dynamique mais ne m’a pas charmé (manque de personnalité ?)

Finalement, j’ai eu droit à un bon récit d’heroïc fantasy mais auquel il manque un petit quelque chose. En fait je ne me suis attaché à aucun des personnages, et c’est sans doute là le vrai problème de mon appréciation globale. Pas mal du tout, en somme… mais pas le chef d’œuvre espéré, non plus.

Nom série  Shutterbug Follies  posté le 20/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un récit délibérément naïf… trop naïf pour moi ! Car, franchement, cette enquête policière ne recèle aucune surprise. Le coupable nous est désigné rapidement, ses motivations (à quelques détails de moindre importance près) aussi.

Les personnages ne sont pas inintéressants mais manquent de profondeur.

Restaient donc la narration et le dessin pour m’accrocher. Et là, je dois pousser un bof de désappointement. La narration issue d’une traduction n’est pas désagréable mais manque de naturel et n’apporte pas grand-chose. Le style est passe-partout, parfois trop bavard, et l’humour y est des plus plats (s’il s’agit bien d’humour). Le dessin, lui, reste dans une veine naïve. Dans le genre, c’est plutôt bien fait, très lisible et relativement expressif… mais c’est loin d’être ma tasse de thé. L’auteur (pour accrocher les regards ?) glisse de temps à autres dans ses cases des femmes en petites tenues ou dans des robes sexy sans que cela ne se justifie d’une quelconque manière par le scénario. C’est pas que ça me dérange mais cela m’a tout de même distrait de ma lecture (bon, fallait pas grand-chose pour m’en distraire non plus, c’est un fait).

Au final, je me suis ennuyé durant cette lecture même si je trouve que le personnage principal a « quelque chose ». Pour la cote, j’hésite entre « pas aimé » (ce qui est le cas) et « bof » (qui se justifie par le fait que je suis quand même parvenu à la fin de l’album). Dans un cas comme dans l’autre, j’ai trouvé cette lecture très dispensable…

Nom série  Dexter London  posté le 17/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne m’attendais à rien de terrible (et même pire encore) et j’ai été assez surpris par le début de la série. En effet, le premier tome m’est apparu plutôt plaisant. On retrouve ce qui fera le succès de Leo, à savoir un monde étrange à la fois proche et différent de notre planète, peuplé d’animaux et de peuplades originaux mais on découvre aussi un anti-héros bien pensé (un branleur qui s’auto-déclare « aventurier » pour gagner sa vie). Le récit est délibérément naïf, une naïveté encore accentuée par le style de Sergio Garcia, un style caricatural semi réaliste avec de grosses erreurs de perspectives à l’occasion… et étrangement, j’aime bien le dessin de ce premier tome. Son côté immature et maladroit, cadre bien avec l’esprit de la série et son personnage central.

Malheureusement, au fil des planches, mon appréciation va décroître car l’intrigue en elle-même n’offre que peu d’intérêt. La série multiplie les rebondissements plus ou moins convenus sans qu’une réelle ligne directrice se dégage. Quant à l’univers créé, il n’est que très peu exploité. Et au plus Garcia va chercher à faire progresser son dessin au moins celui-ci va me séduire. Certaines planches, si elles gagnent en impact visuel, perdent une bonne part de lisibilité avec des bulles placées de ci de là sans cohérence apparente. Les tentatives de Garcia pour faire disparaître le gaufrier, si elles sont louables dans l’intention, s’avèrent trop souvent indigestes à lire.

Au final, j’avoue avoir eu du mal à finir les trois tomes. Le personnage central n’évolue pas assez durant ce récit pour que je m’y attache. L’intrigue ne présente pas un grand intérêt. L’univers créé n’est que peu exploité.

Une curiosité… moins pire que ce que je craignais mais tout de même dispensable à mes yeux…

Nom série  Dieu  posté le 17/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai assez bien apprécié la première partie de ce thriller politico-médical à la « Double JE » mais, très rapidement, le côté convenu de l’intrigue m’aura ôté une bonne part de mon plaisir. En effet, la surprise n’est jamais au rendez-vous. De plus, la fin est expédiée et laisse bien des questions en suspens. Reste le rythme haletant du récit pour que je n’abandonne pas celui-ci en cours de route.

Le dessin, dans sa veine réaliste, est assez dépouillé, très lisible et dégage le dynamisme nécessaire pour illustrer ce genre de récit. Rien d’original là non plus mais un travail soigné. Les personnages sont bien typés, les décors sont présents mais ne m’ont pas marqué (pas de belles grandes cases, pas de bâtiments remarquables…)

Un bon emprunt de bibliothèque pour une petite lecture rapidement exécutée. De là à l’acheter, il y a un pas… que je ne franchirai pas, le récit manque vraiment trop de personnalité.

Nom série  Walking Dead  posté le 16/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je déteste cette série… elle me fascine !!! Mais elle me fascine de cette fascination morbide que peut revêtir un accident de la route pour l’automobiliste qui assiste au spectacle (on voudrait bien ne pas ralentir mais on ne peut s’empêcher de jeter un œil, voire les deux).

Ici point d’accident de la route (enfin, si, ça arrive mais c’est pas le sujet) mais des zombies en veux-tu en voilà ! Et puis, surtout, des survivants auxquels les auteurs vont faire vivre les pires tourments. Honnêtement, je me demande dans quelle mesure Robert Kirkman n’est pas un grand sadique. A un tel point que j’aurais peur de lui confier un être vivant, de peur qu’il lui vienne l’envie de reproduire dans la réalité un centième de ce qu’il imagine dans cette série !

Rien n’est épargné aux personnages principaux de cette série et tout l’intérêt est de voir comment ceux-ci se relèvent, s’adaptent et tentent tant bien que mal de garder un semblant d’équilibre mental et d’humanité (deux notions bien entamées après 14 tomes, croyez-moi !) Bien des passages sont profondément cruels et ne semblent avoir été écrits que dans le but de se dire « et si je lui faisais subir ça, comment pourrait-il s’en remettre ? »

Walking Dead n’est pas une série sur les zombies, selon moi, mais bien une série consacrée à la capacité d’un humain à survivre malgré les pires tourments qu’on lui fait subir. C’est malsain et fascinant à la fois.

Le dessin en noir et blanc, lui, n’est pas de ceux qui me fascinent. A plus d’une reprise, j’ai failli confondre les personnages (heureusement, l’histoire est assez claire pour vite savoir qui est qui). Au début de la série, j’ai été décontenancé par les onomatopées dactylographiées (elles perdent leur impact visuel) et tout au long, je trouve que les mots mis en gras tombent souvent à côté de la cible mais il s’agit là de petits détails techniques qui n’altèrent pas la fascination engendrée par cette lecture.

Depuis le tome 10, je trouve que la série perd de son souffle. Robert Kirkman semble ne plus vouloir aller dans la surenchère (chose dont je l’en remercie) mais, du coup, il tourne un peu en rond et ne semble plus trop savoir quelle direction prendre. La série reste cependant intéressante.

Au final, je dois bien admettre que j’ai dévoré les 10 premiers tomes et que j’ai lu les autres assez rapidement mais avec moins d’empressement. Je continue à détester le côté sadique du scénario mais je ne peux qu’admettre sa capacité à fasciner le lecteur que je suis. Franchement bien donc… et pourtant détestable… Allez comprendre…

Nom série  Artemis Fowl  posté le 16/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Très bonne surprise pour moi que cet Artemis Fowl ! Il est vrai que, n’ayant pas lu les romans, je n’ai pas été influencé par une comparaison œuvre originale/œuvre adaptée souvent défavorable au deuxième cas.

Certes, les ingrédients sont connus mais la manière dont l’auteur les associe rend l’œuvre originale à plus d’un niveau. Nous avons donc là un jeune génie et voleur qui se frotte à un monde de féerie résolument moderne.

Les personnages, des classiques dans leur genre mais qu’on ne s’attend pas vraiment à voir s’associer (une fée qui a du caractère, ok – une fliquette intrépide, ok – mais une fée fliquette intrépide qui a du caractère et qui évolue au milieu de gnomes machos, c’est déjà plus rare !), disposent tous d’une réelle personnalité. Personnalité encore accentuée via ces fiches de présentation intercalées entre chaque chapitre (très bonne idée, ces fiches, d’ailleurs).

La narration est alerte et si l’accent est mis sur l’action, l’humour n’est pas absent (loin s’en faut). Certes, les dialogues sont très présents mais ils se sont révélés agréables à lire et vivants. L’ensemble me semble des plus adaptés pour de jeunes lecteurs (entre 12 et 16 ans, dirais-je) mais demeure agréable pour un vieux lecteur dans mon genre.

Le dessin est très informatisé (surtout au niveau des couleurs) mais le format réduit lui convient bien. Sa grande lisibilité et son dynamisme sont ses atouts alors que si elles avaient été éditées en grand format, ces planches se seraient sans doute dévoilées très « vides » dans leurs décors. Ici, c’est parfait !

Non, vraiment aucune remarque négative à formuler. J’irais même jusqu’à dire « franchement bien ! » même si mon ressenti se situe plutôt à un « tout simplement bien ».

Nom série  Les Fantômes du Vieux Bourg  posté le 12/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tableau de portraits, ce livre ne m’a qu’à moitié convaincu. Et ce, simplement à cause de son parti-pris politique.

Avant toutes choses, je tiens à souligner la qualité du travail graphique réalisé par Efix. Celui-ci multiplie les techniques, varie intelligemment les mises en page et garde une unité d’ensemble. Son trait a, à l’occasion, des airs de franco-belge humoristique pourtant il convient à merveille pour ces récits au fond grave.

La narration est de qualité. Souvent emphatique, elle apporte une dimension littéraire à l’album mais sans l’alourdir.

Les personnages décrits sont parfois attachants (le peintre en fauteuil roulant) mais manquent parfois de charisme (j’ai oublié jusqu’à l’existence de certains). Le fait qu’ils nous soient présentés par un unique narrateur permet de garder la cohésion de l’ensemble, ce qui est appréciable.

Reste le point qui fâche : la dimension résolument politique de l’album. Je n’ai rien contre le socialisme mais lorsque le propos se fait trop manichéen, il atteint chez moi l’effet inverse. Je ne peux m’empêcher de me faire l’avocat du diable : non, tous les patrons ne sont pas des salauds, non, tous les prolétaires ne sont pas des victimes de la société. Voilà, c’est cette réaction-là que j’aurais voulu éviter en lisant cet album. M’attacher aux personnages, partager leur sort le temps d’une lecture, suivre les dérives d’une société m’aurait plu. M’entendre dire « tout ça, c’est la faute aux patrons et aux actionnaires » me parait tellement réducteur que cela me dérange.

Pas mal quand même. Et un album que je relirai avec plaisir pour sa qualité d’écriture et pour le profil de certains personnages… et que je feuillèterai à nouveau pour admirer la large palette graphique d’Efix.

Nom série  L'ours-lune  posté le 12/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un premier tome classique mais de qualité dans une intrigue qui mélange western et fantastique. Ici, la dimension fantastique est amenée par un sorcier indien tandis que la tension repose sur le fait qu’un fort comprenant de fortes têtes se retrouve isolé et harcelé par une tribu peau-rouge.

Le suspense est bien dosé. Les informations arrivent au compte-goutte et un soin particulier a été apporté à l’ambiance, avec une tension palpable par moments.

Côté négatif : il s’agit ici d’une mise en place de l’univers. L’album se lit avec plaisir certes mais très vite aussi. Les planches contemplatives ne sont pas rares, tout comme celles d’action, vite lues et sans réelle originalité.

Le dessin est soigné même si je n’aime pas spécialement les regards très sombres. La colorisation est terne mais convient bien à cet univers.

En résumé : un album honnête dans une collection qui me surprend agréablement depuis ses débuts. Mais on ne pourra vraiment juger de la qualité de la série qu’avec le second tome. Une bonne fin en fera un bon achat mais, dans le cas contraire (par manque d’originalité, par exemple, ce que je crains un peu), l’emprunt suffira amplement.

Dans le doute, je reste positif et ne déconseille pas l'achat.

Nom série  Dorian Gray  posté le 02/01/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai mis beaucoup de temps à terminer cette lecture, ce qui n’est jamais bon signe…

Pourtant le trait de Corominas est d’une indéniable qualité. J’ai particulièrement apprécié les différents tableaux qui ouvrent chaque chapitre mais chaque planche vaut certainement le coup d’œil.

Par ailleurs, je ne connaissais pas l’œuvre originale d’Oscar Wilde mais, à force d’en entendre parler, je m’attendais à quelque chose d’aussi audacieux que sulfureux. Et c’est sans doute de là que vient ma faible appréciation de cet album. Car le récit, en lui-même est, somme toute, conventionnel. J’ai l’impression d’être quelque peu passé à côté de certains aspects, comme la réflexion sur la moralité de l’art et je n’ai trouvé qu’un récit fantastique bien tourné mais rapidement prévisible et moralement « récupéré » dans son final.

A voir, sans nul doute ! A lire si vous appréciez ce genre de récit fantastique « old-fashion ». A posséder si vous aimez l’œuvre originale et si vous succombez au trait de Corominas. Comme une seule de ces deux conditions était remplie dans mon chef, je ne conseille pas l’achat mais vous invite quand même à découvrir ce bel album.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 89 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque