Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1217 avis et 480 séries (Note moyenne: 2.78)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Château de sable  posté le 14/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note 2,5.

Cette histoire bien que parfaitement narrée, m’a juste laissé un goût de « facilité » de la part de l'auteur. J’ai passé un bon petit moment de lecture avec une histoire fantastique, légère et sans prétention, sympathique à lire une fois et c’est tout.

Tout d’abord la réflexion sur ce fameux « temps qui passe » ou même sur « la mort » est pour moi quasiment inexistante, puisque justement on manque de l‘ingrédient essentiel pour pouvoir s’y pencher : le temps. Tout se déroule tellement vite que les personnages ne peuvent même pas réagir, lorsqu’on subit un choc on a souvent besoin d’un temps d’adaptation, tous ces évènements sont beaucoup trop brutaux, même les parents n’ont que peu de réactions face à la croissance accélérée de leurs enfants et à la mort imminente qui les guette, comment le pourraient-ils puisqu’ils sont déjà presque morts ? Que peuvent-ils faire à part les regarder vieillir ? Les enfants non plus n’ont pas le temps de se poser de questions et finalement le fait que leur mental évolue au même rythme que leur croissance est secondaire puisqu’ils sont morts en maximum 48 heures. Quant à ceux déjà âgé de plus de 40 ans, eux n’en ont que pour 24 heures dans le meilleur des cas, peu importe alors le vieillissement, la déchéance et tout ce qu’ils n’auront pas vécu puisqu’ils sont en train d’agoniser.

Il aura fallu étaler tout ça sur 4 ou 5 ans, pour que les personnages aient le temps d’être perturbés, de se poser des questions, de réagir tout simplement, d’être psychologiquement présents et non absents comme ils le sont ici, où ils ne font que subir.

Lorsque l’écrivain commence à émettre des hypothèses sur l’accélération du temps je me suis dit que le récit allait décoller, que les personnages auraient au moins une possibilité de se battre, mais tout ne s'arrête qu'à hypothèses et la mort reprend son travail de faucheuse. Par contre, à ce niveau-là j’ai trouvé intéressante la réaction des personnages face à cette mort presque subite, leur résignation et leur tristesse.

La vitesse à laquelle se déroule le récit laisse peu de place à un quelconque débat, sur la vie ou sur la mort, du coup je n’ai ressenti aucune frustration sur tout ce qui reste sans explication, la seule chose qui m’a vraiment dérangée c’est la sexualité des ados à la limite du crade, la case où l’on voit en gros plan les attributs d’un des gamins, vraiment aucun intérêt de montrer ça, et le pauvre arabe qui s'en prend plein la tête, trop cliché et fatalement inutile comme ingrédient.

Nom série  Les Grands Soldats  posté le 13/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
« Les Grands Soldats » c’est avant tout un coup de cœur graphique, j’adore le coup de crayon d‘Olivier Tallec, son dessin épuré et en même temps plein de mouvement, ses personnages expressifs aux démarches rigolotes, mais qui sait tout aussi bien faire passer la tension dramatique. Les couleurs sont belles et gaies, combinées avec goût, elles ne sont jamais criardes et s’adaptent à chaque scène, lui donnant un degré supplémentaire d’humour ou au contraire de drame.

Côté scénario, on peut dire que c’est presque de l’Histoire pure, le résumé des faits historiques que met Laurent Rivelaygue en fin d’ouvrage reprend exactement le contenu du récit, en dehors des quelques personnages fictifs et de l‘intrigue qui s‘y attache. C’est plutôt intéressant, d’autant que je ne connaissais pas l’histoire de Frédéric-Guillaume Ier de Prusse, voilà qui a aiguisé ma curiosité. Le récit surfe tout de même sur la vague du polar plus que sur celui de l’aventure, j’aurais aimé voir ce géant roux courir le pays, batailler, se mettre en mauvaise posture et s’en sortir, etc. peut-être est-ce pour la suite, qui elle semble nettement plus aventureuse.
La chute un peu trop brutale me donne à penser qu’il y aura une suite, le mot « fin » est absent, mais aucune précision n’est apportée nulle part, espérons qu’il y en aura bien une, dans tous les cas je l’attends, car je me suis régalée en compagnie de tous ces personnages hauts en couleurs et drôles, d’ailleurs certaines questions restent en suspend et il serait dommage de ne pas y répondre.
Je note donc la série « en cours » en attendant confirmation ou infirmation.

Nom série  Rouge Cardinal  posté le 13/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Luz se moque allègrement du Pape Jean-Paul II et de ses sbires, religieux ou Gardes Suisses, c’est méchamment bon et encore qu’il aurait pu aller beaucoup plus loin dans le sadisme car il reste plutôt soft dans l‘ensemble. C’est surtout dans la trame générale de l’histoire que la légèreté transparait le plus, on veut éliminer le pape qui s’accroche à la vie comme une moule à son rocher, les moyens mis en œuvre se cantonnant à de simples empoisonnements, Luz aurait pu varier les plaisirs et nous offrir une histoire plus complexe et plus jouissive avec moultes méthodes d'assassinat. Cela dit c’est quand même très agréable à lire, souvent drôle et assez irrespectueux. Par contre le récit est assez riche en personnages et la chute est vraiment très con, bien vu !

Graphiquement c’est un peu la même chose, ça manque parfois de travail, la couverture est très belle, avec ce Garde Suisse qui se détache parfaitement de ce fond noir, alors qu’à l’intérieur il faut souvent faire un effort pour distinguer certains détails, c'est un peu le bordel, ce n’est pas bien grave, mais un dessin un peu plus peaufiné aurait rendu la lecture plus fluide.

Nom série  Abe Sapien  posté le 13/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je me suis un peu précipitée sur cette lecture, j’aurais dû prendre le temps de lire le résumé au dos du comics, je pensais avoir affaire à une histoire fantastique tout simplement, ce qui est le cas mais elle concerne un des personnages de la B.P.R.D., série que n'ai jamais eu envie de lire. De plus, le dessin d'Alexander est un peu brouillon et la colorisation monotone et sombre devient presque désagréable au fil des pages.

L’histoire est super classique et se lit très vite, l’univers est assez vide se contentant de très peu de personnages. Ce genre de fantastique un peu vaporeux, mou, dépouillé, avec des scènes très longues et avec une petite tendance intimiste, m’ennuie. Hellboy y fait une apparition éclair, ce qui ne m’a pas particulièrement plu. Une lecture à réserver aux fans de cet univers.

Nom série  Trois Christs  posté le 13/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Trois histoires sur le suaire qui se révèlent être trois histoires bien ennuyeuses. Le sticker sur la couverture annonçant : UW1 le nouveau Bajram, va en attirer plus d’un, moi c’est plutôt du côté de Valérie Mangin que j’ai été intriguée, sans succès, elle ne peut pas me plaire à chaque fois.

Ce n’est pas une bd classique, les trois histoires qui la composent reprennent certains dialogues et cases que l’on retrouve dans chacune d‘entre elles, une liste de toutes ces reprises est affichée en début de chaque chapitre et les bulles concernées sont discrètement numérotées. Certains vont certainement crier au génie, pour moi ce n‘est qu‘une perte de temps, je me suis contentée de lire les récits sans me prendre la tête à chercher où se trouvent toutes les reprises, de toutes façons on les repère en cours de lecture. C’est d’autant plus dénué d’intérêt que ces histoires christiques ne sont pas vraiment accrocheuses, les deux premières sont ultra banales et ne posent aucun suspense, quant à la dernière c’est tout le contraire elle frise un peu le n’importe quoi.

Ce procédé aurait été bien plus intéressant avec un bon polar par exemple et non avec une énième histoire de Dieu.

Le dessin en couleurs directes a beau être réussi, le scénario n’étant pas à la hauteur je n’ai pas pu en profiter.

Nom série  Erzsebet  posté le 13/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est indéniablement un très bel ouvrage, la technique de la carte à gratter prend ici tout son sens, on y voit les milliers de petits traits fais par l’auteur pour faire apparaitre son dessin, c’est d’une finesse absolue ! Les cases très grandes mettent le tout en valeur. Les personnages n’ont pas des visages originaux mais de véritables trognes, expressives, parfois très laides, certaines ont même une toute petite touche humoristique, je suis curieuse de voir ce que peuvent donner les planches originales, j’en ai déjà repéré et je vais aller jeter un œil, ça doit bien valoir le détour. Les décors sont ramenés au minimum mais sont tout aussi beaux que les personnages.

Par contre niveau scénario c’est du réchauffé, encore une fois et une de trop à mon avis, l’histoire de la tueuse Bathory, certes ce style graphique se prête bien à cette ambiance sombre et assassine, mais une nouvelle histoire aurait été plus accrocheuse, c’est lassant de lire et relire toujours les mêmes récits. Bref, celle-ci n’a rien de particulier, elle est bien menée et a une petite touche de fantastique, mais c’est essentiellement son dessin qui lui donne tout son intérêt, ainsi que le prix fort raisonnable pour ses 64 planches.

Nom série  Dingo Jack Stories  posté le 12/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et encore un Pixel Vengeur ! Mais là j’avoue que j’ai été un poil moins conquise, je préfère de loin ses récits longs, riches en évènements, alors qu’ici la chute arrive trop vite, Pixel n’a pas le temps de s’étaler comme il sait si bien le faire et nous surprendre à n‘importe quelle case en donnant un tournant inattendu à son histoire. Cela dit j’ai globalement apprécié, surtout les deux premières, les autres sont sympas mais j’ai à chaque fois ressenti cette petite frustration de « trop peu », « trop court », je suis trop gourmande du travail de cet auteur. Evidemment ses histoires sont issues des débuts de l’auteur pour beaucoup et parues dans « Psykopat » et « Fluide Glacial », je suis aussi contente d’en posséder ce recueil, d'autant qu'il est parsemé de divers autres auteurs qui y ont mis leur petit grain de sel.

Par contre graphiquement c’est toujours aussi bon, même en noir et blanc, bien que j’aie tout de même une toute petite préférence pour ses couleurs toujours bien choisies et très belles. Le gigantesque format est un pur délice, j’aurais aimé que toutes ses bds soient éditées dans cette taille tout à fait jouissive. La couverture est souple mais solide.

Nom série  Une Aventure Intersidérante de Splash Gordon dans Mongo Fury  posté le 12/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’aime les histoires décalées de Pixel Vengeur, c’est toujours un plaisir que de m’y plonger et il faut bien reconnaître qu’avec « Une Aventure (notez le grand A) Intersidérante (et le grand I aussi) de Splash Gordon dans Mongo Fury » rien que ça ! On est vraiment plongé dans un genre d’absurde absolu qui garde en même temps une logique imparable dans le déroulement de ses évènements ! C’est ça Pixel ! Du grand art, de l’imagination et un dessin super trognon (ouais je sais c’est peut-être pas le mot juste) en parfaite adéquation avec son scénario.

De la science-fiction, de la préhistoire, un chien à la grosse truffe humide, beaucoup de pauvres tarés et une poupée gonflable (oui et alors ?), voici les ingrédients de ce récit jouissif et totalement ravagé. A lire sans modération, l’esprit grand ouvert et la bave aux lèvres. Attention toutefois à l’humour qui n’est pas à se tordre, mais qui est plutôt à classer dans l’humour très con et très intelligent à la fois, comment ça c’est pas compatible ?

Nom série  Croisade  posté le 12/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le premier mot qui me vient à la bouche est : indigeste.
Une aventure Historique violée par une dose massive de fantastique ! Dont le but, qui me paraît évident, n‘est que la recherche de la facilité pour ne pas recréer un monde où ce récit aurait pu vivre pleinement par lui-même. Je ne comprends pas cet engouement qu‘ont certains auteurs à saccager ce qui fût par le passé et qui à mon goût est la pire des monstruosités que l‘on puisse faire à l‘Histoire juste après celle de l‘ignorer.
Par ailleurs, le récit est assez léger et n’a pas vraiment de profondeur, on a en début de chaque tome un résumé des croisades et des évènements qui s’y déroulèrent, comme une façon de nous prouver que les auteurs ont fourni un travail sérieux, je me demande parfois si on ne nous prend pas pour des triples buses.

J’ai lu les trois premiers tomes, j’ai essayé constamment de n’y voir qu’un récit fantastique se déroulant hors du temps et de toute époque connue, malheureusement au moment où cela pouvait être plausible et la lecture en devenait presque agréable, l’Histoire revenait en force comme une provocation qui m’a fait bondir sur ma chaise.
Je ne comprends pas pourquoi Dufaux en vient à de tels procédés alors qu’il sait parfaitement recréer d’autres univers ou juste rester fidèle à l’Histoire.

Encore une fois si j’ai avancé dans le récit c’est grâce au dessin très réussi, le trait est d’une grande finesse et les couleurs de Chagnaud sublimes. Les pages dépliables sont magnifiques et le procédé très original. Il y a juste quelques hommes bruns qui ont tendance à se ressembler un peu. J'espère qu'un jour Philippe Xavier mettra son talent au service d'un récit à la hauteur de son graphisme.

Nom série  Gothic  posté le 10/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Encore une série qui aurait gagné à être écourtée, ses cinq tomes auraient pu allègrement être ramenés à trois, riches et réellement prenants. Les tomes 3 et 4 sont radicalement superflus et auraient pu être intégrés aux trois autres. Rodolphe maintient le suspense artificiellement et surtout inutilement en alternant le « est-ce une vraie histoire d’anges et démons ? » ou « le personnage est-il tout simplement fou ? », tout ça pour expédier la fin au dernier tome en un nombre très limité de planches au regard du reste de la série. Si chute il y a, la manière dont elle est amenée a le goût de la frustration.
Même en tant que fan du dessinateur je ne relirai pas cette histoire car son scénario n’est globalement ni original ni surprenant. Les personnages animaliers ne sont pas suffisamment développés et c’est vraiment dommage, ils n’apparaissent que très peu alors que visuellement ils sont un vrai régal. L’auteur se cantonne trop souvent derrière un mur de réalité pour mieux nous surprendre sur la fin, mais à mon goût le résultat escompté n’est pas au rendez-vous.

Malgré ces longueurs ça se lit agréablement, dans tous les cas pour ceux qui aiment le style torturé de Marcelé, ce qui est mon cas, même si j’aurais préféré qu’il fasse lui-même ses couleurs et qu’il peaufine le tout pour nous offrir une qualité équivalente à celle de son Conte Suave ou de sa Lolla. L’ambiance gothique et parfois théâtrale est bien rendue, j’ai adoré la couverture du tome 4 tout à fait représentative de cette atmosphère.

Nom série  Les Passagers du vent  posté le 09/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis très déçue de ne pas avoir accroché à cette série de Bourgeon, auteur que j’apprécie énormément et que j’ai découvert avec Le Cycle de Cyann, un pur joyau de la science-fiction, ainsi que Les Compagnons du Crépuscule dont je n’ai lu que le premier tome mais qui m’a complètement captivée. Je savais que « Les Passages du Vent » me plairait moins de par son thème, une aventure historique dont je ne raffole pas en bd et qui me rappelle les quelques séries que j‘ai tentées en vain, dans la collection « Vécu » de chez Glénat, mais avec le talent de Bourgeon j'espérais au moins passer un bon moment de lecture.

Le début a été agréable, les personnages sont intéressants, ont du caractère et sont psychologiquement différents, l’univers est assez riche et bien retranscrit historiquement, mais voilà, au second tome j’ai eu l’impression que l’histoire n’avance guère et arrivée à la moitié du troisième tome elle piétine tout simplement, s'attardant sur des scènes pas forcément utiles avec des dialogues trop longs et le côté intimiste prend trop le dessus au détriment de l'aventure pure, j’ai saturé.
Je peux dire que j’ai fini ce troisième tome par conditionnement psychologique, « c’est du Bourgeon! Avance! », la série aurait été d’un autre auteur je me serais arrêtée bien avant et encore que je ne l’aurais peut-être même pas tentée.
Avec du recul je reconnais que c’est une excellente série mais pour les amateurs du genre.

Ne pas avoir aimé ne m’embête pas plus ça d‘ailleurs, la seule chose qui me chagrine c’est que l’auteur sorte de nouveaux tomes sur cette série et que Le Cycle de Cyann ne voit aucune suite venir.

Nom série  Chroniques d'un Malandrin  posté le 07/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note 2,5.

Cette bd a de quoi surprendre, les huit premières planches sont en couleurs directes et le reste est informatisé et là aussi la différence est de mise, le résultat étant meilleur en début d’album qu’à la fin. Je trouve ça juste déplorable car Danilo Antoniucci a vraiment du talent, les premières planches rappellent Blacksad, en un peu moins abouti certes mais le résultat est plus que respectable ; en passant à l’outil informatique qu’il ne maîtrise pas suffisamment, la qualité de sont trait perd énormément de charme, d’expressivité et tout simplement de beauté. J’ai été très déçue ayant entre-aperçu ce qu‘aurait pu donner cette bd dans son intégralité et la réputation qu‘aurait pu se faire l‘auteur… quel gâchis !

Le scénario est composé de trois histoires, les deux premières nous présentent les déboires de nos deux personnages principaux, dans la dernière ils se rejoignent. Leurs aventures ne sont pas exceptionnelles, d’une part un voleur de grands chemins se retrouve dans une mauvaise passe, de l’autre un jeunot aux rêves plein la tête fait une mauvaise chute, il est difficile de parler de l’histoire car elle se résume à peu. Par contre il y a de l’humour, surtout dans la première partie, la seconde l’est nettement moins voire même très peu et à la dernière il reprend du poil de la bête.

C’est léger mais agréable à lire même si la lecture est vraiment courte et surtout si l‘on arrive à passer outre la déception graphique du début.

Attention malgré un graphisme qui peut paraître s'adresser aux plus jeunes il n'en est rien, on y trouve quelques scènes un peu osées.

Nom série  La Traînée Jaune de Comicswood  posté le 07/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une nouvelle histoire de super-héros décalée.
Filipu se voit investi de super pouvoirs par le plus grand des hasards et il lui arrivera grosso modo ce qui arrive trop souvent à ce genre de personnages, à savoir beaucoup de temps pour se bastonner et trop peu pour réfléchir. De plus, l’humour, la seule chose qui fait la différence dans ce genre de scénario, entre une bonne histoire un peu con mais drôle et une autre tout juste con, cet humour est totalement raté et verse dans le pipi-caca, certes très soft mais qui ne fait pas vraiment sourire, « la trainée jaune » je vous laisse deviner à quoi elle se réfère !
Il y a tout de même une petite originalité, l’auteur y introduit un démon qui doit racheter ses fautes en s‘occupant justement dudit Filipu, le mélange des deux genres est une très bonne idée, mais mal exploitée et surtout pas assez, se contentant de cogner à tout berzingue sans vraiment prendre le temps de poser un bon suspense.

Le dessin n’est pas trop mal, assez gras et tout en nuances de gris, ni pas assez ni trop peu travaillé, comme le scénario il laisse un goût de « peut mieux faire ».

Je doute que la suite puisse rehausser le niveau, d'autant que le prix est purement prohibitif pour les dix minutes de lecture qu'il propose.

Nom série  Jean-Loup  posté le 06/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Lorsque j’ai vu le dessin dans un style proche d’un Sfar, Larcenet, Dumontheuil ou autre auteur de cet acabit, j’ai failli défaillir, Benoît Frébourg vient de rentrer dans mes auteurs à suivre. Rhâ l’animal est aussi l’auteur de Les Carnets de Georg Weiss ! Je viens de m'en rendre compte ! Cependant ici son style est très différent, plus enfantin, le trait est fin et les couleurs directes très vives sont sublimes, pleines de joie et de fraîcheur. On peut rester sur les planches sans voir le temps passer tant elles sont captivantes et nous rappellent que la vie est belle.

Le récit, digne d’un conte moderne, sans être totalement original, se révèle enchanteur. Raconté par un enfant d’une dizaine d’années, débrouillard et plein de bon sens, on ne peut qu’être conquis par un tel petit personnage, attachant au possible et qu'on aurait tous aimé avoir comme copain dans notre enfance. On l’accompagne avec un plaisir infini le temps de ses vacances chez ses grands-parents… grands-parents pour le moins exceptionnels dans leur genre. Pour une fois et heureusement, le résumé n’en dit pas trop, on part vers l’inconnu le cœur léger pratiquement dès le début, on découvre ce que furent les vacances de Jean-Loup, les plus étranges et les plus marquantes que l’on puisse rêver. Une petite touche de tristesse se montre sur la fin comme une petite larme vite essuyée. L’écriture est tout aussi douce que le reste, j’aime quand un auteur me caresse l’esprit.

Je n’ai ressenti qu’une petite frustration, j’aurais aimé que la partie qui s’attarde sur la nature soit plus développée, afin de passer davantage de temps en compagnie des arbres et en savoir plus sur leur histoire, ainsi que sur celle des grands-parents que l’on connaît bien peu… En fait j’aurais aimé tout simplement un tome supplémentaire tant je m’y suis sentie bien et totalement apaisée.

Une petite précision, cette bd classée jeunesse par l'éditeur s'adresse à un large public, d'ailleurs je trouve cela dommage car beaucoup passeront à côté pensant que c'est trop enfantin ou ne l'achèteront que pour leurs enfants, vraiment dommage.

Nom série  Ogregod  posté le 06/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voici une bd qui cumule le bon mais surtout le mauvais.
Pour ce qui est du second, elle a un côté purement débile avec une histoire qui ne tient debout que par l’intervention du saint esprit, ou plus certainement par le nom de son scénariste, qui à force de multiplier les histoires pourrait faire concurrence à un autre multiplicateur, le nommé Jésus. Une bande de gamins, supposés être les meilleurs de leur catégorie, au comportement d’une puérilité déroutante, est envoyée pour une mission importante dans l’espace… Comment des jeunes avec un tel degré d'enfantillage peuvent être pris au sérieux ne serait-ce qu'une seule seconde ? Il leur faudra en plus faire preuve de camaraderie et de bon sens s'il veulent survivre, ça parait tellement incroyable que cela ne semble être possible que dans une bd !
En totale opposition, d'autres personnages se montrent plutôt intelligents, on se demande même ce qu’ils viennent foutre dans ce bordel. Jodo nous comble avec une morale à deux balles, digne des discours d'un curé de campagne.

J’ai gardé pour la fin ce qui m’a plu, la perspective de voir tout ce petit monde se faire zigouiller dans les règles, ça m’a tenue en haleine pendant toute ma lecture, malheureusement ce sera certainement dans le tome suivant, tome que je lirai de toutes façons, même si le ridicule plane tellement fort sur cette histoire que ça a réussi à me foutre les boules par moments.

Le visuel est plutôt agréable, la colorisation est informatisée avec soin, les décors sont un peu vides mais les personnages, expressifs, rééquilibrent l’ensemble. Malgré tout, au début j’ai été un peu perturbée à cause d'un personnage au visage fait à partir d’une photo retouchée et je n’aime pas ce procédé en bd. Cela dit au bout de quelques pages, on se rend compte qu'il se détache des autres, son rôle est différent, il est d’ailleurs d’une autre race et j’ai trouvé l’idée plutôt bonne car elle le met vraiment en avant, d'autant qu'avec les robots ce sont les seuls personnages qui soient attachants.

Nom série  Pinocchia  posté le 05/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je n’ai pas lu les avis émis sur le site pour ne pas être influencée, les notes assez moyennes ne me faisaient pas espérer grand-chose et finalement je me suis beaucoup amusée. Évidemment le graphique de Gibrat y est pour quelque chose, ses couleurs magnifiques et ses visages si expressifs rendent les personnages immédiatement attachants ou haïssables. Comme d’habitude le plaisir visuel est toujours présent avec cet auteur de grand talent.

J’ai aussi été conquise par le scénario que je trouve vraiment original et bien écrit, cette nouvelle adaptation du conte de Pinocchio est foutrement bien menée et assez inventive, d’autant plus qu’elle verse dans l’érotisme et c'est un tour de force de ne pas tomber dans un grand n'importe quoi ridicule, c'est aussi con que c'est intelligent, les auteurs réussissent leur pari, le résultat est concluant et surtout très captivant, je suis arrivée à la fin sans même m’en rendre compte. L’humour est constamment présent, sauf sur les quelques dernières pages où il se fait plus discret.

Le seul défaut majeur à mes yeux c‘est que Pinocchia est trop souvent à poil et toute cette nudité m’a fréquemment agacée, surtout lorsque ce n’était pas nécessaire, à savoir… la plupart du temps.

Nom série  Toto l'ornithorynque  posté le 05/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette série a fait l’exploit de conquérir autant les petits que les grands, moi qui n’ai pas d’enfant et pas de réel penchant pour les lectures qui s’adressent aux plus jeunes, elle a eu sur moi un effet apaisant. Le dessin très sobre aux couleurs très chaudes, les personnages simples et attachants, l’humour tout doux, les aventures pleines de fraîcheur et d’amitié, sont un véritable régal, non seulement pour les yeux mais aussi pour l’esprit. Toute cette simplicité est d’une grande richesse, elle enseigne aux petits quelques valeurs essentielles et aux grands à ne pas les oublier.

J’aurais presque pu mettre 5 étoiles à cette étonnante série s’il n’y avait eu les deux derniers tomes. Le tome 6 et son dessin à l’envers m’ont passablement énervée, je déteste être obligée de retourner une bd, ou alors éventuellement sur une ou deux cases solitaires, alors qu’ici ce sont carrément des planches entières, avec en prime les dialogues dans le sens contraire ! Quant au suivant (le 7) il est moins surprenant et reprend l’univers des rêves déjà utilisé dans un tome précédent, même s’il reste de qualité et tout aussi agréable à lire que les autres.

J’attends maintenant que les auteurs sortent d’autres tomes, car c’est à chaque fois un joli cadeau qu’ils nous offrent.

Nom série  La Croisière Fantastique  posté le 05/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
« La croisière fantastique » est pour moi un véritable coup de cœur, car je suis tombée sous le charme de Mac et de sa personnalité aussi colorée que son kilt à carreaux verts et sa chemise jaune canari. Cet écossais aux cheveux de feu, au calme olympien et à l’humour parfois très con est un des piliers de ce diptyque assez étonnant. Il fourmille d’idées originales et chaque petit récit aurait pu largement constituer une histoire complète voire même une mini-série, j‘ai été assez bluffée par tant d‘imagination. Bizarrement avec les histoires courtes je ressens toujours une petite frustration, mais pas ici, car elles sont vraiment bien construites, chaque aventure prend le temps de se développer et les chutes n‘arrivent jamais brutalement. Elles se valent toutes à mes yeux, bien que deux ou trois aient tendance à se ressembler un peu, j’ai peut-être une infime préférence pour le second tome à l’humour plus appuyé.

On ne reconnaît pas du premier coup d’œil la patte de Rosinski et même une fois plongés dans la lecture on ne le reconnaîtra pas forcément non plus, la seule chose qui m’ait vraiment fait penser à lui ce sont certains visages qui auraient pu faire partie d’un Thorgal par exemple, très différents de ceux de la plupart des autres personnages au style franco-belge à gros nez. Les décors sont fouillés et même les couleurs d’un autre temps lui vont à ravir. A noter que la couverture du tome 1 en couleurs directes est juste sublime.

Même si cette petite production est pleine de qualités elle plaira peut-être d'avantage aux fans de Rosinski et d’aventures fantastiques.

Nom série  La Teigne (Téhy)  posté le 04/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec « La Teigne » Téhy jette les bases de ce qui fera le succès de deux de ses meilleures séries : Fée et tendres Automates et Yiu. Je précise tout de suite que je n’ai pas eu de soucis de compréhension dans le sens où j’ai immédiatement accepté l’univers dans lequel l’auteur nous jette sans me poser plus de questions, même si les débuts sont un poil étranges ils ne sont pas non plus hermétiques, d'ailleurs les réponses arrivent à temps pour qu’on ne reste pas dans une nébulosité totale. Un des points forts de la série est sa narration, belle et poétique, elle procure un grand plaisir de lecture.

Les deux premiers tomes peuvent se lire comme un diptyque, sans frustration à la fin, celle-ci est racontée en quelques lignes, elle m‘a parfaitement convenu et je suis assez difficile à ce niveau là, car j’aime les histoires bien abouties. Les décors, les visages et l’ambiance générales de Fée et tendres Automates sont bien présentes, surtout dans le seconde tome où l‘on y trouve des cases presque identiques. C’est aussi au niveau scénario que l’on peut faire le parallèle, les deux histoires se déroulent dans un monde futuriste tout en gardant une certaine ambiance de conte, accompagnées de monuments assez impressionnants. Les personnages que l’on croise se ressemblent aussi dans leurs rôles, avec le couple d’amoureux et le dirigeant qui veut les détruire. Évidemment leurs histoires restent très différentes mais avec profusion de points communs.

Le troisième tome est quant à lui source de grande frustration, vu qu’ici l’histoire prend un tournant dont on ne connaîtra pas la chute, même si elle est facile à imaginer. Ce qui saute aux yeux dans ce tome c’est le parallèle avec Yiu et l’histoire qui prend résolument une tournure religieuse, avec encore un personnage principal que l’on pourrait presque confondre dans les deux séries. La façon dont se meuvent les personnages, certains cadrages et décors sont aussi très ressemblants.

En, dehors du fait que la lecture du dernier tome ne sert à rien, sauf pour les inconditionnels de l’auteur ou de ceux des séries suscitées, le graphisme qui est assez plaisant au premier tome se dégrade lentement mais sûrement jusqu’à atteindre le dernier, pas vilain, mais franchement pas réussi, plus grossier, moins détaillé et avec des couleurs moins nuancées, ça m’a un peu exaspérée.

Mais si Téhy veut bien faire le quatrième tome, je serai ravie ! J’aurais facilement mis 4 étoiles si la série avait été finie et d’une qualité constante niveau dessin.

Nom série  Snuff  posté le 04/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une lecture en dents de scie, il y a des choses qui m’ont extrêmement plu et d’autres que j’ai trouvées trop banales et qui m’ont laissée indifférente.
Pour ce qui est des premières, le fabuleux Ismaël, qui ne sait parler que bibliquement et en latin, et qui envoie au paradis - si Dieu veut bien les accueillir - tous les zozos qui se mettent en travers de son chemin, j‘ai trouvé tous les passages où il apparaît purement jouissifs.
Le dessin aussi est assez attirant, anguleux et jouant souvent sur la bichromie, Xavier Lemmens n‘hésite pas à faire saigner ses personnages sans tomber dans le gore non plus. Les personnages ont de véritables « trognes » et bizarrement c’est Fargo le personnage principal qui a la gueule la plus banale, c’est certes un atout pour le scénario, car il doit se fondre dans la masse, mais c’est plus difficile de s’attacher à lui car son physique n’accroche pas.

L’histoire en elle-même est assez basique pour l’instant, le plus intéressant reste la narration avec des répliques soit amusantes soit vraiment drôles. Très bavarde on a de quoi passer un assez long moment de lecture. Des scènes un peu fanfaronnes alternent avec d’autres plutôt « dérangeantes », celles du tournage des snuff movies, bien que les auteurs n’en montrent pour ainsi dire rien, voire rien du tout, et ne s‘attardent pas sur elles, ça vous remue les tripes quand même.
Ce qui m’a le plus déçue c’est la tournure que prennent les évènements arrivés aux trois quarts, une assez banale course à la vengeance, je ne peux guère en dire plus sans vous en dévoiler les raisons. Je m'attendais à ce que le monde du snuff movie soit plus développé et ce n'est, jusqu'ici, qu'un simple prétexte, le plus gros défaut de cette bd est finalement de ne pas surprendre. La dernière case lance un bon suspense et encore que pour ma part, c’est uniquement parce qu’elle y intègre ce cher Ismaël que j’aime tant.

PS : bizarrement pendant ma lecture je me suis prise à penser à plusieurs reprises à Commando Torquemada, ce sont les mêmes auteurs ! Suis-je bête ! J'ai franchement préféré cette dernière.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 61 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque