Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1237 avis et 482 séries (Note moyenne: 2.77)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Des Chiens et des Loups  posté le 26/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note 2,5.

« Des chiens & des loups » m’a intriguée sur ses trois premières planches que j’ai lues en librairie et le discours très intrigant du narrateur. Au final c’est agréable mais assez déséquilibré, une première partie trop longue suivie d’une accélération un peu brutale sur la fin ; fin qui d’ailleurs est la partie la plus intéressante du récit, la majorité de celui-ci étant consacrée à l’arrivée de Dieter dans sa nouvelle ville où il doit étudier, ville imaginaire situé dans un pays imaginaire, juste nommé l’Empire. C’est proche de la chronique sociale, dans un style très similaire à celui du Le Désespoir du Singe, une société totalitaire où tout ou presque est contrôlé.
Ici le discours passe essentiellement grâce à l’art et ses codes. Un artiste se révoltera et entrainera Dieter dans sa chute. Viendra ensuite la fuite et les camps de travail, le tout mâtiné d’une histoire d’amour, mais on est bien loin d’atteindre le niveau du « Désespoir du singe ». Le tout est assez fluide et se laisse lire, mais sans que l’on s’attache aux personnages qui laissent indifférents. A noter une case très humoristique, qui est principalement le seul souvenir que je garderai, vous la reconnaîtrez avec son magistral : « merci madame ! ».

Résultat j’ai moins apprécié le dessin car je me suis un peu ennuyée, du coup je me suis souvent contentée de lire les bulles sans prendre le temps de m’arrêter sur le dessin. Le trait est gras et légèrement hachuré, il me rappelle un peu celui de Frederik Peeters. Le noir et blanc lui va bien, je pense que la couleur ne l’aurait pas autant mis en valeur. Un graphisme agréable mais qui ne fait pas partie de ceux que je préfère.

Par ailleurs, malgré ses 92 planches je trouve le prix assez élevé au vu de la rapidité de lecture.

Nom série  De Briques & de Sang  posté le 26/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici une bd à lire pour la part d’Histoire qu’elle contient plus que pour son suspense, un cran en dessous, c'est essentiellement pour cette raison que je l‘ai classée dans le genre « historique ».

Ce qui frappe en premier lieu c’est le graphisme de David François, assez particulier dans ses visages aux fronts fuyants mais qui ont « de la gueule », malgré que certains aient tendance à se ressembler. Les décors sont à mes yeux fabuleux et retranscrivent parfaitement ce début de siècle, d’autant qu’ils sont faits à partir de véritables documents. A ce sujet, j’aurais vu moins de planches et à la place un petit dossier sur le projet social de Godin qui est la base du récit. Certaines planches sont un peu floues, bien qu’il y en ait peu, à mon avis il y a un petit souci d’impression. Les couleurs sont assez froides et s’accordent avec cette époque finalement bien grise.

Le récit prend racine dans une véritable utopie, celle d’une société parfaite, projet réalisé par l'industriel Jean-Baptiste André Godin, qui au lieu de profiter de sa fortune accumulée suite à la fabrication de poêles en fonte, préféra réinvestir ses profits en créant une ville où tous ses ouvriers purent vivre et qui devinrent au fil du temps, eux-mêmes propriétaires de leur usine et habitation. Leur vie se déroule dans une relative autarcie ayant tout ce qu’il faut sur place, écoles, médecin, piscine, marchants, etc.

C’est dans cet univers très fermé que s’inscrit l’histoire, mais elle souffre de quelques longueurs. Des meurtres ont lieux, il y a enquête policière mais c’est surtout un journaliste de l’Humanité qui va faire la lumière sur tous ces crimes, aidé par une des habitantes. Ce partie du scénario n’a rien d’original, avec ce genre de récit et toutes les productions qui on déjà vu le jour il est difficile de surprendre encore qui que ce soit. Cela dit la lecture est fluide, mais le suspense assez fort au début se délite peu à peu, car c’est surtout le fonctionnement de cette ville « extraordinaire » qui accapare l’esprit au détriment de l’intrigue policière en elle-même, dont la banalité ressort au fil des pages, à peine aux trois quarts de l’histoire, ayant fait le tour de cet univers fermé, j’ai sensiblement décroché. Encore une fois à lire juste pour l'Histoire.

Nom série  Les Amours Homosexuelles de Louis XIII  posté le 23/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On ne sait pas finalement si Louis XIII était homosexuel ou tout simplement bisexuel, mais comme il n’y a pas de fumée sans feu, s’arrêter à hétéro me parait réducteur. Dans une vue d’ensemble, il a eu très peu de maitresses, beaucoup plus de favoris, pas d’enfant illégitime, et a mis 23 ans à faire ses 2 gosses (s’ils sont bien de lui, n‘est-ce pas ? là aussi le débat est ouvert !). Je le classerais dans les homos qui peuvent aller avec l’autre sexe pour d’autres raisons que sexuelles, une attirance dans le caractère, des goûts communs, ce qui n'empêche pas la relation charnelle, ou tout simplement dans le cadre d'une « obligation royale ».

La narration est naïve, l’auteur ramasse l’Histoire à la pelleteuse, faisant même penser que beaucoup de décisions politiques furent prises en fonction des délires sexuels et jalousies du roi. L’auteur va jusqu’à établir une relation entre lui et le cardinal, « le bougre* » ! Mort d’avoir trop baisé ! A ça je dis : quelle imagination ! Il est vrai que sur la fin cela devient si ridicule qu’on se retrouve en pleine comédie.

Mais je m’égare, parlons cul.
Pour qui se prosterne aux pieds du Dieu Bite c’est une lecture aux petits oignons (hum), il y en a à toutes les pages, normal pour une bd X, sur ce point elle remplit bien sa fonction première. En gros… je dirais que c’est plutôt excitant, même si ça aurait gagné à faire moins de scènes courtes et les faire plus longues…, où le plaisir puis la jouissance auraient eu le temps d’arriver plus lentement, plus sensuellement, pour plus d‘excitation. D’ailleurs les scènes finissent par lasser un peu car elles sont trop répétitives et manquent d’imagination, que ce soit dans les poses ou les lieux où tout ce joli monde s’adonne à la luxure.
Par contre j’ai trouvé assez étonnant que ce soit toujours le roi qui suce ou qui se fasse prendre, il se retrouve rarement dans le rôle de l’obturateur de trous, où alors c’est qu’il veut faire payer l’heureux élu par une petite douleur fugace qui finit par un râle de bonheur toujours suivi d’un : plus fort !

* J’ai au moins appris une chose, à cette époque les homos étaient « bougres ».

Nom série  Lyz et ses cadavres exquis  posté le 22/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis tombée sous le charme dès l’ouverture de la bd, son sujet était presque secondaire tant le graphisme d’Alexis Horellou m’a instantanément conquise.
Le trait est rond et plein de chaleur, ce conte macabre devrait pourtant être glacial, mais au contraire il regorge de vie et de passion. Les personnages sont d’une grande expressivité, qu’ils soient morts ou vifs ils sont un régal pour les yeux. Il y a aussi une belle touche de féminité apportée par toutes ces fleurs paradoxalement gaies et le visage si doux de Lyz. L’auteur éprouve une attirance particulière pour les choses sinistres et peut-être dérangeantes pour certains, on le constate sur son blog où l’on peut voir quantité de dessins sur les monstruosités humaines, auxquelles comme ici, il arrive à dédramatiser la peur qu’elles peuvent inspirer.

Par contre il y a comme un problème avec l'impression, les couleurs ont l'air d’étouffer sous une fine pellicule de brouillard qui leur ôte une belle part de luminosité, seules les planches aux couleurs très claires s’en sortent assez bien, c’est vraiment dommage. J‘espère que l’éditeur fera une nouvelle édition en respectant au mieux les couleurs d’origine.

« Lyz et ses cadavres exquis » porte magnifiquement son nom, ces cadavres sont à croquer, créés par les mains d’une innocente enfant, son talent n’a d’égal que sa candeur. Le monde de l’enfance revisité en un récit valsant entre le conte et le polar noir, et malgré le côté lugubre il n’y a pas autant de cruauté qu’on pourrait le penser. Lyz, s’adonne à son art, celui de maquiller des cadavres, tout comme le faisait son papa, mort trop tôt, et dont elle se voit prendre la suite du service mortuaire, tout naturellement. Mais elle le fera à sa façon, donnant à tous ces morts la joie qu’ils n’auraient jamais dû perdre en trépassant. Elle rencontrera un personnage aussi atypique qu’elle, à eux deux ils feront des merveilles ! J’ai adoré la personnalité de cette petite fille, sûre d’elle et déterminée mais qui garde en même temps une part de naïveté, son comparse est tout aussi attachant et tellement passionné !
Delphine Le Lay nous offre une histoire simple qui nous amène à une jolie réflexion sur l’art et la mort.

Nom série  Red  posté le 22/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Encore une fois je suis sciée par Warren Ellis, non pas par son merveilleux talent mais à l’inverse par ce qu’il peut faire de pire, « Red » dans son entier, n'a pas la consistance d‘une seule bulle de Transmetropolitan. En fait il manque juste l’histoire aux trois quarts, ce tome n’est qu’une introduction à une histoire qui ne sera jamais écrite avec en page de fin une chute qui arrive brutalement comme un boulet de canon.
Le stiker sur le comics qui indique « La BD qui a inspiré le film ! », notez bien le point d’exclamation, montre qu’ils ont de l’humour chez Panini. On peut facilement imaginer le film composé à 80% d’action, de mitraillage et de courses poursuites et si je vous dis que l’acteur principal sera Bruce Willis, tout est dit.

En bref, le récit se résume en une ligne, de ce qui arrive à Paul Moses on ne saura rien puisqu'on n'apprendra jamais pourquoi on veut le tuer ni ce que cache le gouvernement, les deux seules choses qui auraient pu avoir réellement de l’intérêt, tout le « suspense » car on ne peut mettre ce mot qu’entre guillemets, réside dans : combien de mecs Paul va tuer et se fera-t-il zigouiller ? That’s all.

Même si le dessin de Cully Hammer est de bonne facture, jouant avec les couleurs et surtout le noir, il reste assez dépouillé dans les décors, encore une impression de vite à ajouter à cette lecture.

Nom série  Le Bras qui bouge - Les Tribulations de Pebble & Biozevitch  posté le 21/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce n’est peut-être pas la bd du siècle, ni la plus drôle du genre, mais elle a deux foutus personnages qui la rendent incroyablement attachante et un dessinateur qui a su lui insuffler la vie nécessaire pour une immersion parfaite dans cette aventure. Ma seule déception serait que les auteurs ne fassent pas une suite « aux tribulations de Pebble & Biozevitch ».
Je dis ça mais je viens de me rendre compte que cette bd date de 2005... peut-être sont-ils décidés à en faire une maintenant ?

Je précise que malgré son classement en « humour », cette bd tient surtout du polar/thriller mâtiné d'aventure et d'humour, ce n'est pas une histoire purement hilarante, on rit souvent mais on sourit la plupart du temps. Ce qui la rend intéressante à ce niveau-là c'est que l'humour va crescendo, du coup on garde une bonne impression en fin d’album et une grande satisfaction.

Pourquié ! Quel animal ! J’adore ! Ses couleurs sont si belles ! Il donne une couleur majoritaire aux différentes scènes et c’est superbement réussi, car ses personnages ne se confondent jamais avec les décors, de plus il prend des tons qui sont vraiment reposants. Les personnages sont expressifs et se meuvent avec aisance et humour. Le trait est fin, avec un juste équilibre entre décor et intervenants. En mot : parfait.

Le scénario de Bouzard est classique mais la personnalité de Pebble le savant à tendance homo et de Biozevitch le rugbyman sont tellement justes et sincères qu’on s’attache à eux immédiatement. J’ai presque ressenti leurs aventures comme un prétexte, comme si nos deux compères se suffisent à eux-mêmes et c’est un plaisir infini que d’être avec eux, certes j’exagère un peu, car leurs mésaventures sont aussi prenantes et bien qu'un peu conventionnelles, elles recèlent quelques belles surprises.

Nom série  Toxic  posté le 21/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce qui m’a attirée c’est le dessin très typé Mezzo, bien qu’il n’atteigne pas le niveau de celui-ci, à mon goût. Il est plutôt agréable pour ceux qui apprécient ce style, le trait est gras et rond, les couleurs franches, diverses et pas criardes, jouant souvent avec le noir, le résultat est fort sympathique.

Pour ce qui est du scénario il est à réserver à des lecteurs adeptes de l’étrange et de l’onirisme et qui sont eux-mêmes prédisposés à faire des rêves extravagants. Ceux qui se jettent dès le matin sur leur livre de chevet : « l’interprétation des rêves », oubliez, ce n’est pas pour vous, c’est totalement impossible à analyser, vous serez frustrés. L'histoire en elle-même est compréhensible, tout au moins dans sa trame générale et si on ne s’arrête pas à vouloir tout décortiquer. Je n’ai pris aucun plaisir à me balader dans les rêves de cet inconnu, d’autant que tout ce qui s’y passe n’est vraiment pas intéressant et le suspense est assez hasardeux. C’est truffé de scènes de la vie courante on ne peut plus plates et lorsqu’on arrive à la partie fantastique c’est trop décalé voire totalement halluciné.

Tout ça joue sur l’hermétisme et l’insolite, je vois d’ici le groupe des « c’est n’importe quoi ! » et en face celui des « mais vous ne comprenez rien ! », je me situe dans le premier, j‘aime le fantastique mais la cohérence avant tout. D’accord l’histoire n’est pas finie, peut-être que la suite expliquera bien des choses ou peut-être qu’elle sera encore plus déroutante… Par ailleurs les personnages ne sont pas attachants, ils sont distants et restent dans leur délire psychotique, j’ai l’impression d’avoir été abandonnée en route, je dois manquer de ce grain de folie qui ouvre la porte à cette excentrique histoire.

Quant au prix… douze minutes de lecture pour 20 euros ! Je vous laisse deviner les deux endroits où ça fait mal…

Nom série  Les Cosmonautes du futur  posté le 20/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note 2,5.

Je suis assez déçue, après un superbe premier tome où l’imagination enfantine est délicieuse, touchante et drôle, au lieu d’en rester là et clore l’histoire avec simplicité, les auteurs prennent le parti de développer un monde de science-fiction un peu trop adulte à mon goût. Celui-ci ne cadre vraiment pas avec la candeur du premier et encore moins avec les rôles de Martina et Gildas, des enfants qui subitement se mettent à jouer aux grands. Par ailleurs l’humour se dégrade fortement ou tout au moins ne touche plus comme au début.

En tant qu’adulte ceci m’a pas mal frustrée, même si j'ai eu tout de même un minimum de plaisir de lecture, par contre je suis convaincue que toutes ces aventures futuristes plairont aux plus jeunes qui arriveront assurément à s’identifier à nos deux gosses, d’autant que le graphisme est gai et joliment dessiné, avec simplicité mais avec une certaine richesse dans les détails.

Nom série  Péchés mignons  posté le 18/04/2010 (dernière MAJ le 20/10/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Péchés mignons est à l'image de son graphisme, c'est tout mimi, tout kitch et super cucul. Tout ceci est trop gentillet, trop propret, pas vulgaire, pas sale et pas cochon du tout. Les nanas sont têtes à claques et insupportables, les garçons eux sont obsédés, pas doués et franchement cons, j'ai eu la sensation d'être dans une cours d'école où petits garçons et petites filles se chamaillent en permanence. Bien que nous soyons très proche de la réalité, hélas, pas besoin d'en refaire un remake assez fade et ce n'est pas la collection de sextoys en début et fin du tome 2 qui va lui donner ne serait-ce qu'un petit air coquin.

Le dessin est lui très joli, joyeux et bien peaufiné.

Nom série  Pour une poignée de sang !  posté le 18/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mini scenario et maxi délire, mais pas si mini que ça non plus, il y a quand même de la recherche.

Pour commencer il a fallu habiller la fille qui fait une entrée fracassante en tenue d’Eve, affublée non pas d’un balcon impressionnant mais d’une méga terrasse ! Les premiers mecs qu’elle croise s’ils n’étaient déjà morts auraient risqué l’apoplexie. Un rien habille ce corps parfait sorti des fabuleuses main du Dieu Bisley : un mini string, une paire de santiages, des jambières, un corset qui risque le déchirement à tout instant, joliment agrémenté d’une fine dentelle, un chapeau de cow boy histoire de rendre le tout crédible et deux énormes flingues à rendre jaloux l’historique Clint. Je précise que la donzelle a aussi une cervelle, même s’il faut creuser un peu pour s’en rendre compte, ou disons plutôt avancer dans l‘histoire, ce qui est une agréable surprise.

Elle ne sort pas un mot la petite poulette, par contre elle défouraille sec et zigouille tout ce qui bouge, normal en même temps, tout ce qui bouge autour d’elle ne sont que vampires et zombies. Bref, c’est la guerre ! Elle se retrouve au milieu de tout ce bordel et n’a pas l’intention de se laisser manipuler - c‘est là que « elle a aussi une cervelle » prend tout sons sens. Son pote l’hôtelier lui apportera son soutien… moral et matériel, en fait surtout matériel.
La chute est surprenante, mais est-elle satisfaisante ?
- Oui, car originale.
- Non, car du coup elle ouvre la porte à un sacré suspense.

C’est une des raisons pour laquelle je n’achèterai pas cette bd, la fin est un peu frustrante, la seconde étant que je ne suis pas un mec.

Il y a de l’humour, mais pas du genre fin et délicat, ce n’est pas grossier non plus, c’est à prendre au troisième degré.

Mais que c’est beau ! Il y a certaines cases un peu moins peaufinées mais peu importe car « on se rince l’œil » à chaque planche, évidemment les hommes se rinceront deux fois plus.

A lire ou tout simplement à regarder…

Nom série  Réglisse et Théo  posté le 17/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’aime les bêtes et ayant moi-même un chien et un chat j’ai apprécié cette petite production qui est presque à réserver aux amateurs d’animaux de compagnie. Les situations sont tirées de la réalité et assez rigolotes, par contre je trouve que l’auteur se cantonne trop aux bas instincts des bêtes, du genre manger, dormir, renifler des culs, bouffer de la merde ou du vomi, etc. Alors qu’il y en a beaucoup d’autres comportements ou scènes de la vie courante qui auraient pu être exposés. Évidemment l’auteur ne nous expose que la vie des ses animaux et ceux-ci ont plutôt une existence de tranquilles pachas, il aurait pu y intégrer des scènes d’autres bêtes plus folichonnes pour varier un peu et enrichir ses gags, tout en restant dans le réel.

Le dessin est simple, plein d’humour et expressif.

Nom série  Ma Vie de zombie  posté le 17/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mmm… y’a pas grand-chose à se mettre sous la dent ! Et en plus ce petit con de Léon a bouffé Asmodée ! Malgré tout et même s’il m’est impossible de pardonner l’horrible crime commis contre ce joli félin, j’avoue que l’histoire est quand même prenante jusqu’à la dernière planche, mais sa légèreté n'est pas propice à un éventuel achat, d’autant qu’elle se lit très vite.
Le scénario donc est fort simple mais traité avec humour et agrémenté de quelques drames familiaux qui permettent de se rapprocher un peu des personnages. Bien que ce soit une histoire complète, elle me laisse un goût d’inachevé, elle aurait pu constituer un premier tome, ce qui aurait permis de développer beaucoup de personnages et de créer des intrigues plus riches. Tout comme le scénario le dessin va à l’essentiel, il est agréable mais assez vide niveau décors.

Une bd à lire une fois car elle est agréable et fait passer un bon petit moment, sans plus.

Nom série  Kuklos  posté le 17/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici un récit fort intéressant, raconté par un membre du Ku Klux Klan et ce sans tabou ni jugement, il nous expose juste ce qu’a été sa vie dans cette organisation. J’ai apprécié sa sincérité, il n’a ni regrets ni remords, au contraire, il est klaniste jusqu’au bout et quoi qu’il arrive. Dans certains récits on voit les personnages changer d’opinion, « revenir à de nobles causes » ce qui est un peu guimauve, ici c’est tout le contraire et c’est ce qui fait sa force et son originalité. Évidemment il ne s‘agit pas d‘adhérer ou non à ces idées mais juste de regarder d‘un œil extérieur comment se déroulait le fonctionnement du KKK, ses conflits, ses règles et la façon de penser de ses adhérents.

De l’autre côté il y a les noirs, qui ne font que subir la plupart du temps, toujours assaillis par des agresseurs nombreux et haineux, mais lorsqu’ils se retrouvent du côté des dominants les auteurs leur ont accordé une belle dose d’humour, qui ne dédramatise pas pour autant les scènes violentes, mais leur donne un petit goût de satisfaction assez jouissif.

Bien que ce soit une lecture sympa et bien racontée, je ne me replongerai pas dedans car elle se déroule trop vite, elle aurait mérité plusieurs tomes pour mieux développer les personnages psychologiquement ainsi que leurs vies et les intrigues, le tout reste trop « en surface ». C'est aussi le cas pour les noirs dont on ne sait pratiquement rien, c'est un peu dommage. De plus, la lecture s’achève aussi un peu rapidement.

Nom série  Carême  posté le 16/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette série aurait pu largement bénéficier d’une petite rallonge, je trouve que le dernier tome avance trop vite par rapport aux deux premiers, ça donne un petit déséquilibre au récit et une fin qui arrive bien trop vite, même si tout est parfaitement beau et émouvant de la première à la dernière planche. Par ailleurs ce tome nous aurait permis de passer plus de temps avec ces trois êtres d’exception.
Mon coup de cœur va en grande partie à Ferdinand, c’est rare de voir un animal rester tout au long d’un récit et en plus y garder une place privilégiée, j’ai aimé son caractère joyeux et insouciant, même pas triste d’avoir perdu son Aimé puisqu’il retrouve son Martinien ! Brave bête !

La touche fantastique n’est là que comme exutoire à la fatalité ou encore comme le lien qui unis ces deux amis dans leur passion commune des œuvres fantastiques, les seules choses « extraordinaires » de ce récit sont sa simplicité et l'amour indicible qui unit ces trois personnages.
Le ton est toujours juste, une parfaite composition de sentiments et de comportements humains, à aucun moment Bec ne force la main du lecteur en ajoutant une couche de larmoyante geignardise et préfère rester dans l’optimisme, montrant toujours le bon côté des choses, c’est une bouffée d’air frais dans le trop-plein de productions pleurnichardes qui n’arrivent qu’à me rebuter.

Par contre, j’émettrais bien quelques réserves sur le graphisme. Bien que la bd soit informatisée et colorisée avec soin et que le résultat soit globalement plaisant, je lui trouve tout de même un petit côté artificiel, les couleurs manquent de texture, c’est trop vaporeux. De plus le lettrage est un poil petit, une série à lire dans une phase d’éveil intense pour ne pas en repartir avec les yeux dans les poches.

Nom série  Koma  posté le 16/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
ATTENTION SPOILER

Mon avis contient pas mal de révélations, à lire donc avec précaution.


Comme beaucoup j’ai été déçue par la fin. Les trois premiers tomes, voire même jusqu'à la moitié du quatrième, sont excellents, drôles, touchants, d’une tristesse mêlée de gaité, un très joli conte moderne et original. Ensuite, comme par enchantement l’humour disparaît presque totalement, les personnages principaux que l’on aimait suivre sont supplantés par d’autres franchement peu voire pas du tout intéressants, des phases totalement inutiles comme celle de l’hôtel, qui se révèle être juste fatigante avec ses personnages qui changent de tête à toutes les cases. Et un final à la limite du ridicule, une Addidas élevée au rang de Dieu qui va recréer notre société actuelle, bien pourrie et toute puante, tout ça pour ça... que diable !

Pourquoi ne pas avoir fait une fin à la hauteur du conte, une fin simple en accord avec son commencement, pourquoi avoir tout compliqué ? J’ai la sensation que l’histoire a été artificiellement allongée, certainement victime de son succès, résultat la chute est tellement tirée par les cheveux que c’est une vraie déception. Je ne parle même pas de la scène de torture, où j’ai carrément sauté les 4 ou 5 bulles super longues qui décrivent par le menu comment écorcher quelqu’un, mais quel rapport avec le ton si doux de la première moitié ? Comme si cette histoire ne pouvait trouver d’issue que dans la violence !

Quoi qu’il en soit c'est une série à lire, juste pour vous faire une idée, pour ma part le coffret est encore sur son étagère, j’ai envie de le voir partir et en même temps ce serait comme abandonner une deuxième fois tous ces gens qui ont m'ont si profondément touchée.

Nom série  Magika  posté le 16/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une histoire originale et riche en évènements, avec de l’action, de l’humour et un très beau dessin d’Angleraud joliment colorisé par Guenet, que demander de plus ?

Le récit est assez bourrin, avec des gros flingues, des gros sabres et surtout des gros bras, ça cogne et c’est un régal, parce que derrière il y a un vrai scénario qui tient la route, mettant en scène profusion de personnages intéressants, du figurant aux rôles principaux tous m’ont captivée et tous sont bien travaillés psychologiquement. Certains apportent une dose d’humour monstrueuse, notamment David et Jonathan, quant aux autres ils ont toujours une réplique drôle aux moments les plus inattendus, en général lors des scènes dramatiques et c’est un vrai bonheur.
Le scénario, une lutte entre le bien et le mal est traité de manière originale et intègre quelques personnages issus de l'Histoire, sans jamais ridiculiser celle-ci, excellente initiative à l'heure où notre passé subit les délires presque désobligeants de certains écrivains.
Les évènements gardent une logique parfaite, le tout dans une fluidité de lecture sans faille.

Bien que les filles soient légèrement vêtues ou dans des tenues très moulantes, je n’ai pas trouvé ça racoleur, à la limite tout juste aguicheur, car elles sont plutôt du genre : « si tu me touches je te brise les noisettes » et sur des regards trop insistants les mecs ont tendance à se prendre des beignes. Il y a bien deux ou trois scènes de cul mais très softs et surtout très courtes, elles pourraient presque passer inaperçues. De plus les femmes utilisent sciemment leurs charmes, on n’est pas en présence de filles à l’intelligence défaillante, semblent ne pas se rendre compte que tous les mecs bandent sur leur passage, ce qui est totalement ridicule. Nos nanas ont une jolie cervelle, un joli balcon, du caractère et savent s'en servir.

Je n’aurai qu’un petit reproche à faire, la qualité de la colorisation baisse très légèrement dans les deux derniers tomes, je suis un peu maniaque de ce côté-là et ça m’a un peu gênée. Je n'ai eu de cesse de comparer les tomes entre eux, pour conclure que je dramatisais quand même un peu, mais pour mes yeux gourmands de perfection, j'aurais aimé que cela reste du niveau des deux premiers tomes.

Nom série  GloomCookie  posté le 15/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’avais apprécié le début de Courtney Crumrin et j’ai tout naturellement pensé que celle-ci saurait me satisfaire, hélas… Ce n’est pas Ted Naifeh au scénario, j’aurais peut-être dû me méfier.

L’ennui, ce mot résume bien mon ressenti lors de cette lecture, déjà parce que j’ai eu souvent la sensation d’avoir été poussée dans un univers d'ados, où les histoires de coucheries et d’amours ratés sont courantes, ce fut assez pénible de ce côté-là. L’histoire est trop morcelée par de petits récits qui parfois n’ont que peu de rapport avec la trame générale et même s’ils sont mignons ils ne font qu’alourdir le tout. Le ton souvent théâtral passe soudainement à un langage à la limite de la vulgarité et ça m’a gênée, ne sachant plus sur quel pied danser et en plus ça a tendance à discutailler pour ne rien dire.

Pour ce qui est du fantastique, et même s’il est assez présent, il n'a pas su me satisfaire, j'ai eu l'impression qu'il partait un peu dans tous les sens, de toute façon le scénario globalement ne m'a pas emballée, un espèce de mélange de conte gothique et d'amours adolescentes, joué par des personnages pas attachants, insipides, mous ou parfois tout simplement trop dingues.

Nom série  Peplum  posté le 15/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’aurais adoré cette aventure s’il n’y avait eu autant de cul dans le scénario, parce que même s’il s’agit d’amour, cet amour a une tendance à être sexualisé à outrance, j’ai l’impression que tout est prétexte à finir par une scène de sexe au lieu de s’arrêter au côté aventureux qui lui est excellent, c‘est la raison pour laquelle je n’ai déjà plus envie de relire cet ouvrage. C’est comme cette femme congelée dont en plus on ne saura rien, qui est aussi un prétexte un peu facile à mon goût, pour entamer cette aventure qui fera vivre à l’usurpateur Publius Cimber son voyage et ses rencontres trop lascives. Par contre, j’ai trouvé intéressant l’univers théâtral dans lequel Blutch fait évoluer ses personnages, vu que leurs aventures ont une petite tendance à la bizarrerie le ton est finalement bien trouvé. J’ai adoré l’épilogue dont la dernière case est purement excellente, pleine de force et d’émotion.
Le style de l’auteur avec son noir et blanc torturé fait parfaitement ressortir l’intensité dramatique du récit.

Nom série  Baron Samedi  posté le 14/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Trop c’est trop et « Baron Samedi » est dans l’excès en permanence, est-ce que le but est de choquer les gens ? De mon côté ça n’a eu aucune prise, l'auteur n'a réussi qu'à me foutre en rogne, non pas à cause de toute cette violence gratuite qui n’est due qu’à la folie meurtrière d’un homme, et encore que parfois trop excessive elle perd en crédibilité, non, ce qui m’a mise en colère c’est que toute cette haine soit tournée vers la France et non pas uniquement vers les quelques personnes qui auraient certes bien mérité de subir cette vengeance.
De plus, le pays où s’est déroulé le massacre qui a tout déclenché n’est jamais cité, par contre traiter la France de putain ça n’a pas posé de problèmes à l’auteur. Baker, américain, aurait pu poser tous ces évènements dans son beau pays d’origine, les grands, les illustres, les magnifiques, Etats-Unis d’Amérique ! Rien que de voir les 5 petites phrases élogieuses au dos de la bd, toutes issues de magazines américains ça me donne envie de gerber.

Oh non ! Je n’ai pas d’humour sur ce coup-là, parce que déjà il n’y a pas une once d’humour dans ce récit, c’est du genre à se prendre au sérieux, alors qu’on ne me demande pas de prendre ça au second degré alors qu’on sent que l’auteur ne le fait pas lui-même.

Par ailleurs, il y a quand même beaucoup de facilités scénaristiques, je vous passe la liste de tous les méfaits du Baron Samedi, pour la plupart risibles, sans parler de la manière dont il pénètre une base militaire les doigts dans le nez, et tous les crimes qu’il commet sans jamais vraiment présenter les coupables. On a aussi du mal à croire au masque qui lui permet de se faire passer pour quelqu'un d'autre sans que personne le repère. De plus Baron Samedi n'a aucune profondeur psychologique, c'est juste un psychopathe déchaîné qui ne présente pas vraiment d'intérêt.

Malgré tout, il y a quand même certaines qualités, le dessin est agréable de plus joliment colorisé par Pixel Vengeur, le récit se déroule bien et sans temps morts, en dehors du début qui a un petit côté puéril dans la narration mais qui passe assez vite, le personnage du Porc est intéressant et attachant.

Attention, comprenez-moi bien, ce n’est pas nul non plus, c’est juste ABJECT !

Nom série  Les Fenêtres d'Eristom  posté le 14/10/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce n’est qu’un premier tome donc je vais faire preuve d’indulgence. Ce récit futuriste est bourré de facilités scénaristiques, il manque d’imagination à plusieurs niveaux, par exemple les voitures et vélos sont les mêmes qu’aujourd’hui mais avec les roues en moins, les personnages sont habillés avec des vêtements actuels, beaucoup de mots sont aussi actuels et n’ont été que très peu modifiés, comme par exemple le Mc Done, le cole (coca), le Métram, etc. Les décors sont épurés au maximum, encore une fois l’effort d’imagination est assez limité. L’histoire en elle-même se lit bien mais ne recèle pour l’instant rien de nouveau, une société qui prend le contrôle de chaque individu dès sa conception par sélection génétique, mais quelques-uns vont passer au travers des mailles du filet et vont découvrir ce qu'ils n'auraient jamais dû voir. Je dirai même que la fin de ce premier opus je l’ai déjà vue ailleurs, bien que je n’arrive pas à me souvenir où, film, animation, bd, livre ?

Malgré tout l’auteur arrive à rendre son personnage principal suffisamment attachant pour qu’on s’intéresse à son devenir et qu’on suive ses déboires sans ennui et même avec un certain intérêt. D’autant que les évènements s’enchainent bien, il n’y a pas de scènes inutiles et le suspense est bien mené. J’attends tout de même la suite pour un éventuel achat.

Le dessin est aussi assez épuré, avec un petit air très légèrement vieillot mais agréable à l’œil. Le trait est fin et les couleurs très jolies, il accompagne parfaitement cette histoire qui contient un peu trop d’anachronismes, à moins que tout ceci ne trouve une explication dans la suite.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 62 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque