Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4207 avis et 730 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Goya  posté le 24/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Goya n'était pas un homme particulièrement sympathique. Il n'a pas hésité à tuer le chien de sa nièce qui aboyait un peu trop en le noyant dans le puits de la belle résidence familiale. Bref, une ordure de la pire espèce dont on admire aujourd'hui les tableaux à travers le monde en louant son art et son génie. Je n'ai que mépris pour cet assassin d'animaux et ses tableaux ne m'intéressent guère. Tout n'est que violence et vanité.

Voilà, le cadre étant fixé, on suit la tranche de vie la plus obscure de ce peintre qui dessinera le fameux Saturne dévorant ses fils. Les peintures noires s'arrachent partout dans le monde car elles font figure de précurseur du romantisme. Il est clair que l'humeur de cet artiste avait une influence considérable sur ses oeuvres.

La bd joue d'ailleurs sur une variation de couleur assez sombres. Elle ne se concentre pas tellement sur les techniques de peinture mais nous montre l'homme tel qu'il l'était. Visiblement, la colère était sa muse.

Si on fait abstraction du monstre, c'est une oeuvre à découvrir pour connaître le premier des artistes engagés. Un album néanmoins très sombre et sans concession.

Nom série  Louis de Funès, une vie de folie et de grandeur  posté le 24/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Louis de Funès était mon acteur préféré quand j'étais plus jeune et que la TV repassait sans arrêt ses films comiques. La grande vadrouille réalisé en 1966 par Gérard Oury avait fait 17 millions d'entrées. Le record n'a été battu qu'en 1997 par le film Titanic et plus tard par le médiocre Bienvenue chez les Ch'tis. Déjà le Corniaud en 1965 avait été un formidable succès avec presque 12 millions d'entrées.

Pourtant, Louis de Funès a commencé véritablement sa carrière qu'à l'âge de 41 ans après avoir connu une vie assez tumultueuse. Je n'invente rien car c'est lui-même qui le dit dans la bd. Cela commence d'ailleurs avec l'évocation de la vie de son père Carlos qui allait en faire voir de toutes les couleurs à sa mère. On découvre son enfance qui n'a pas été aussi rose que cela.

La biographie est assez bien construite car finalement assez équilibrée. De nombreux films sont évoqués ainsi que ses relations avec les autres acteurs notamment Gabin et Bourvil mais également des réalisateurs comme Gérard Oury. On découvrira qu'il avait des relations orageuses avec le réalisateur Edouard Molinaro ou encore son homologue Jean Marais qui n'a pas digéré de s'être fait voler la vedette dans les Fantômas. Le portrait dressé semble être une démarche honnête.

Le dessin est suffisamment fluide pour déceler les mimiques de cet acteur hors pair. Les autres acteurs sont également facilement reconnaissables ce qui constitue un plaisir de lecture.

C'est en tout cas une bonne idée que de faire découvrir la vie de cet acteur exceptionnel petit par la taille mais grand par le génie. Bref, une biographie où l'on ne va pas s'ennuyer !

Nom série  Florange, une lutte d'aujourd'hui  posté le 24/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est un reportage qui évoque l'un des derniers combats perdus par la Lorraine sidérurgiste autrefois baptisé le Texas français et raconté par un enfant du pays. On a tous entendu parler de Florange où les politiques, de Sarkozy à Hollande ont laissé tomber ces pauvres gens en ne tenant pas leurs promesses faites d'espoir. Le changement, c'est maintenant. Où en est-on à peine trois ans après ? La déception domine.

La bd dit très bien qu'ils ne viennent pas de ces milieux ouvriers, ne connaissent pas les codes, ni les préoccupations, ni les conditions de vie ou la culture. Le gouvernement et les industriels les ont laissé totalement tomber quand on part défendre des populations menacées à l'étranger par les guerres et le terrorisme. Choix certes respectables mais que beaucoup de nos compatriotes ne comprennent pas. C'est une bd sur un combat perdu d'avance à l'image du cancer qui frappe la mère de l'auteur.

On assiste à la victoire de la mondialisation et des logiques économiques qui ferment des entreprises rentables. On vit la déception et la trahison subies par ces salariés qui n'ont jamais voulu abandonner la production d'acier. Même le leader de ce mouvement est devenu député européen pour continuer le combat à un plus haut niveau afin d'éviter la désindustrialisation.

Cette oeuvre nous montrera tous les dessous de ce combat car l'auteur Tristan Thil a suivi le quotidien de ces hommes. C'est une histoire racontée de l'intérieur qui insiste sur les effets dévastateurs des promesses politiques. Ainsi, aux élections municipales de mars 2014, Le PS a perdu la mairie de Florange dès le premier tour. A Hayange, ville des hauts-fourneaux, le FN a remporté la mairie avec un candidat autrefois militant de lutte ouvrière et ancien de la CGT. La France change et on peut aisément en comprendre les raisons.

Nom série  Black Hole  posté le 23/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’appréhende toujours les lectures de grandes œuvres qualifiées comme telles par la majorité alors que je n’avais pas apprécié le style de cet auteur sur sa série Toxic. On retrouve dans Black Hole le même délire psychotique et hallucinogène avec ce cocktail : ado, sexe et drogue. Bref, tout ce que je déteste en précisant que mon adolescence a été propre et loin de cette vision néfaste et underground. Oui, le glauque et la fumette ne m’attirent point et ce n’est un secret pour personne.

Pourtant, je dois bien reconnaître que l’auteur sait installer un climat de noirceur incandescente, une atmosphère un peu étrange voir malsaine. Nous évoluons au gré d’une bande de vieux adolescents qui se cherchent. Le dessin est par moments d’une grande beauté picturale en jouant sur des contrastes en noir et blanc. Pour autant, j’avoue ne pas avoir suffisamment bien distingué deux visages mâles se ressemblant parmi les prétendants de Chris si bien que cela a porté à confusion pour la compréhension de ce récit.

Par ailleurs, l’auteur se contente de multiplier les visions et transformations étranges sans pouvoir apporter la moindre explication rationnelle. En effet, il mise sur autre chose. Du coup, je ne me sens pas être son public visé d’autant que je n’ai éprouvé aucune empathie pour les personnages. Bref, c’est une autre vision de l’Amérique et de ses teenagers. Gare à la maladie si on succombe à cette libération sexuelle et aux excès. Malaise et angoisse vont de pair.

Dans le récent film de 2014 La planète des singes : l’affrontement, il y a une scène qui met en valeur cette œuvre. Il est curieux que ce soit la bd qui est retenue pour une atmosphère de fin du monde sur fond d’invasion macaque. Oui, Black Hole reste une bd d’atmosphère plutôt que de construction d’un scénario digne de ce nom.

Je ne crierai point au chef-d’œuvre du comics au milieu d’une meute de loup. Bien entendu, je peux comprendre que cela puisse plaire comme une ode à l’anticonformisme car je suis suffisamment tolérant. Cependant, j’avoue allègrement que ce n’est pas ce qui me fait vibrer dans ma passion pour la bd. Je ne mettrai pas un 3 étoiles de complaisance : non car j’assume !

Nom série  Femmes de réconfort (esclaves sexuelles de l'armée japonaise)  posté le 22/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Employer le terme « femme de réconfort » est en soi déjà un euphémisme car traiter un être humain comme un objet n’est guère réconfortant. Cela concerne bien entendu les femmes souvent mineures qui furent arrachées à leur famille pour servir d’esclaves sexuelles à l’armée impériale nippone. C’est un véritable scandale qui ne fut dénoncé que bien des décennies plus tard et qui fait l’objet d’une véritable amnésie de la part du Japon à l’inverse de l’Allemagne qui a reconnu les crimes nazis.

Cet ouvrage fait suite à ma lecture de Anne Frank au pays du manga et cela constitue un excellent complément. Le massacre de Nankin en 1937 est également largement évoqué. On s’aperçoit qu’il y a une extrême droite largement active au Japon qui tente de nier les faits avec une parfaite mauvaise foi que je ne lui connaissais pas jusqu’à alors. Cela ne sera certes pas la première fois qu’un gouvernement pratique le déni de la réalité à commencer par les Turcs avec le génocide arménien. Ce négationnisme n’est guère excusable et il faut des ouvrages comme celui-là pour nous expliquer ce qui s’est réellement passé.

Toutes les guerres sont affreuses. La guerre propre n’existe pas. Cette lecture ne sera guère agréable car les viols ne sont guère un sujet plaisant. Il y a toute la souffrance de ces vieilles dames qui ressort. C’est triste. Rien ne nous sera épargné, à commencer par les faux recrutements afin d’enrôler toujours plus de nouvelles femmes. On verra également que les hollandaises feront partie du lot en raison des conquêtes japonaises dans le Pacifique et en l’occurrence l’île de Java. Quand la tromperie ne fonctionnait pas, les Japs recouraient à l’enlèvement. En tout, on évoque près de 200 000 victimes. Ce n’est pas négligeable. Le maire d’Osaka avait déclaré que les femmes de réconfort avait été une réelle nécessité. L’atomisation également, aurais-je envie de lui répondre courtoisement…

J’espère que le Japon présentera un jour des excuses complètes et honnêtes, en assumant sa responsabilité légale et en offrant des garanties pour que ces crimes ne se répètent jamais. Ce récit va faire découvrir au grand public la réalité de ce terrible drame. La lecture de ce documentaire précis et honnête sera certes pénible mais nécessaire également.

Nom série  Secrets : Adelante  posté le 20/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai été un lecteur assidu de cette collection "Secrets" qui me passionnait. Cependant, sont venus des titres assez moyens qui ont jeté un peu l’opprobre sur cette collection. C’est donc avec une certaine appréhension que j’abordais cette lecture.

Verdict ? Ce n’est pas trop mal et c’est même presque excellent. Le cadre sera historique, à savoir la rébellion de l’Espagne contre l’ordre napoléonien. C’est une période peu abordée en bd donc toujours intéressante de découvrir. On suit le destin d’Angel, surnommé El Libertador.

Malgré une fausse piste, le secret sera facile à découvrir mais plutôt dans le second tome. Il est simple et classique à la fois sans fioriture inutile. C’est clair qu’on s’attendait sans doute à quelque chose de plus fracassant, qui aurait changé la destinée du combat pour la liberté de l’Espagne. Mais bon, on prendra ce qui vient dans ce récit mêlant la guerre et le drame familial. Cela reste crédible et c’est bien là l’essentiel.

Le problème des classes sociales sera également abordé. Il est très intéressant de suivre ce récit qui nous montre les différences entre ces mondes qui évoluent au milieu d’une guérilla populaire contre l’envahisseur. Le dessinateur fait preuve d’une grande dextérité avec un trait limpide et efficace qui est fort appréciable. On n’oubliera pas le regard de ces Espagnoles.

Au final, cela sera assez classique mais bien réalisé. Ma véritable note : 3.5 étoiles.

Nom série  Gisèle et Béatrice  posté le 20/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C’est plutôt rare que je mette un 4 étoiles pour une bd qualifiée d’érotique. Je crois que c’est arrivé pour Fraise et Chocolat ainsi que Okiya, la maison des plaisirs défendus ou encore Le Déclic et c’est tout.

Si je le fais en l’espèce, c’est que cette œuvre m’a paru tout à fait exceptionnelle pour le genre. Il y a toute une histoire qui est construite et qui constitue le véritable moteur plus que les quelques situations coquines très gentilles. Le thème sera de se mettre à la place d’une femme et de vivre cela de l’intérieur. C’est amené de façon très subtile.

On s’amuse beaucoup alors que les situations sont parfois assez difficiles pour les femmes notamment. J’ai aimé ces rapports de domination et ces inversions de rôle entre l’employée de bureau et son patron macho. La relation entre ces deux personnages va s’avérer plus complexe qu’il n’y paraît. Le dessin nous fait également rapidement accrocher à ce récit plein d’audace et d’humour.

C’est une bd inventive comme on n’en fait que trop rarement. Derrière l’érotisme des situations se cache un véritable conte social plutôt de bon goût. A noter que c’est la collection « Aire libre » qui publie cela alors qu’elle est spécialisée dans des ouvrages haut de gamme. C’est un signe ! La présentation est en coffret avec une absence de résumé afin de garder le plus grand secret. Bravo à l’auteur pour cette oeuvre originale !

Nom série  Le Petit Livre de la Bande Dessinée  posté le 19/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet ouvrage pourrait être qualifié de mine de renseignements sur l'univers de la BD.

Hervé Bourhis nous a habitués à cette collection thématique avec Le Petit Livre Rock, Le Petit Livre des Beatles puis Le Petit Livre de la Cinquième République que j'avais d'ailleurs avisé en montant la fiche.

Cela part grosso modo de la fin du XIXème siècle jusqu'à l'année 2014. Les 70 dernières années font l'objet d'une documentation sur deux pages assez détaillée à la manière d'un almanach.

Maintenant, on peut contester le choix de Bourhis qui va mettre l'accent sur certains auteurs jusqu'à l'exaspération comme Hergé (Tintin, c'est de l'art et Astérix c'est de la BD) ou occulter plusieurs autres qui ont pourtant bien marqué nos années. C'est très partial mais c'est assumé. On apprendra tout de même des choses assez intéressantes.

La vision de l'histoire de la BD n'est pas observée par un moderniste mais un ancien qui fait tout de même partie intégrante des auteurs. Cela plaira incontestablement, d'autant qu'il aura un regard décalé sur certaines choses avec ce côté amusant.

Un BDphile qui se respecte doit au moins avoir lu cet ouvrage. Oui, c'est une obligation. La naissance du roman graphique, l'évolution du manga et du comics n'auront plus aucun secret.

Nom série  Hannah Arendt  posté le 19/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dans la collection grands destins de femmes, j'ai lu Coco Chanel et Virginia Woolf. A titre de comparaison, je peux dire que cet ouvrage me paraît le plus abouti. Il est vrai que je ne connaissais rien de la vie d'Hannah Arendt et que cela a donc été une petite découverte.

C'est une femme intelligente, indépendante et vivante qui a beaucoup voyagé et rencontré les principaux philosophes et écrivains de notre temps. Elle a dû fuir l'Allemagne nazie. Elle est d'ailleurs l'une des premières à avoir aussi bien analysé la pensée totalitaire en mettant par exemple en parallèle nazisme et communisme à une époque où la comparaison était inconcevable pour beaucoup. J'ai beaucoup apprécié ces diverses analyses comme le fait de déclarer que ne pas penser est certainement le plus dangereux.

Cet ouvrage est fort bien documenté et on ne s'ennuiera pas à cette lecture. Sur la forme, cela manque un peu d'aération graphique avec des cases bien trop petites et chargées. Sur le fond, il est passionnant de découvrir le destin d'une femme aussi controversée.

Nom série  Racket  posté le 18/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'auteur joue clairement sur notre corde sensible en mettant en scène une jolie petite fille ne dépassant pas 10 ans qui est victime d'un racket de la part d'un black des cités. Cela entraîne un sentiment de vengeance contre la racaille. Certes, le tout est concocté de façon mi-poétique, mi-onirique. Le message est suffisamment bien enrobé.

Cette fille refusera dans un second temps de donner ce qui est son bien personnel. La réaction sera alors fort violente. Elle sera obligée de lutter contre les démons de la mort dans un combat qui durera au moins 100 pages. L'intrigue sera d'ailleurs fort basique en manquant un peu d'épaisseur.

J'aurais eu envie de dire à cette petit fille que la vie est plus importante que la possession d'un bien matériel mais il est manifestement trop tard. Certes, je ne suis absolument pas du côté de l'agresseur fauché qui n'a trouvé que ce moyen pour subsister. Absolument pas. Ce qu'il a fait est ignoble et hideux. Personnellement, je n'ai jamais donné de portable à mes enfants lorsqu'ils avaient moins de 10 ans. Cela attire tout de même les convoitises. Devons-nous pour autant restreindre nos libertés ? Dans une société de forte croissance pour tout le monde, ce genre d'événements tragiques arriverait sans doute beaucoup moins souvent.

Cette oeuvre est particulièrement sombre. Graphiquement, je n'ai rien à redire. Cela se lit vite car il n'y a pas de dialogue ou de narration et c'est un album d'images en mouvement. Non, c'est le fond qui me chagrine un peu. Je sais que cela correspond à la réalité mais on ne va pas plus loin dans l'analyse. Je ne me suis pas senti à l'aise avec cela.

Nom série  La Mémoire dans les poches  posté le 26/11/2007 (dernière MAJ le 15/07/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Autant Le sourire du clown m'avait fortement déçu par le même auteur, autant je suis agréablement surpris par cette lecture. Un papy rentre dans un café avec un bébé dans les bras et le récit peut commencer...

J'aime la façon dont est amenée cette histoire ayant également pour cadre les banlieues défavorisées. On a vraiment hâte de connaître la suite quand se termine ce premier tome. Il n'y a point de frasques et de meurtres dans ce récit presque intimiste mais c'est avant tout l'histoire d'une petite famille prise dans la tourmente des difficultés des sans-papiers, l'enjeu étant tout simplement un enfant. Le côté un peu utopique des relations humaines pourra surprendre un peu. Pourtant, le charme opère véritablement.

Le second tome va opérer une véritable cassure dans la mesure où l'accent est mis sur un autre personnage (celui du fils devenu écrivain) et sur son périple en Algérie qui vire un peu à une espèce de quête initiatique. On ne s'attendait pas à un tel tournant dans l'histoire et surtout sur les choix opérés par l'auteur. Pour autant, le plaisir demeure intact que de suivre l'évolution de ce récit. A voir ce que cela donnera dans le dernier tome de cette trilogie prévue initialement en diptyque.

Cependant, près de 7 ans ont passé depuis la fin du second tome de cette trilogie et toujours rien qui s'annonce. Il est vrai que le second tome avait pris un autre virage qu'il paraissait difficile à concilier avec le premier tome constitué de flashes-back. C'est un peu comme si le scénariste s'était embourbé dans un récit qu'il ne maîtrise plus. Une annonce a été faite par l'auteur lui-même pour 2017 : je serai bien entendu au rendez-vous pour un dernier tome qui semble accoucher dans la douleur. Ce sont les affres de la création !

Note Dessin : 4/5 - Note Scénario : 4/5 - Note Globale : 4/5

Nom série  L'Île des Justes  posté le 14/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis ressorti de cette lecture avec un mot en tête: sublime ! Dans le flot de mes lectures frénétiques, voici un one-shot qui sort véritablement du lot pour nous livrer une histoire émouvante basée sur des faits réels durant l'Occupation. Il y a eu à tous les niveaux des lâches méprisables mais également des hommes qui ont été très courageux pour défendre un brin d'humanité. Ceci est l'histoire d'un préfet qui tombe amoureux d'une femme d'origine juive.

La Corse n'est pas une île comme les autres. Elle a joué un rôle non négligeable pour les juifs qui tentaient de fuir les rafles en France ordonnées par un maréchal qui a encore ses adeptes aujourd'hui. C'est une belle leçon qui nous démontre qu'il faut savoir dire non à certaines choses haineuses.

Une belle bd qui est un véritable coup de maître de par la beauté de ses planches qui nous rappelle la Corse mais également par un récit poignant et juste.

Nom série  Happy parents  posté le 14/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je constate qu'il y a une déclinaison à l'infini dans la série des happy. Etre parent n'est pas un métier très facile, on le sait. Le thème sera donc celui du point de vue des parents face à une progéniture qui n'est pas en reste.

Certaines observations de l'auteur sont excellentes car bien vues avec des situations tellement vraies. Certes, nous n'échapperons pas au côté scato si cher à l'auteur. Cela reste amusant et distrayant.

De la bd à bidochon comme la France de la ménagère de moins de 50 ans en raffole dans les supermarchés de la vraie vie. Léger mais efficace.

Nom série  Un Amour de Marmelade  posté le 14/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nous avons là une oeuvre assez originale presque inclassable. Il y a divers influences à commencer par les peintres impressionnistes. Il y a également une vision à la Métropolis dans un Paris futuriste imaginaire. Et puis, j'ai reconnu également un soupçon de Fantomas.

J'ai beaucoup aimé les couleurs chatoyantes. Certaines planches sont magnifiques telles des tableaux. D'autres sont plus sombres et nous offre un spectacle assez étrange d'un avenir possible.

On se laisse importé par le récit de cet homme injustement accusé du meurtre de son épouse. Il a tout perdu mais semble lutter pour faire éclater la vérité. Il y a également le personnage de Blanche qui est assez intrigant. La conclusion laissera tout de même un goût d'inachevé.

Un album au final assez sympathique par sa bonne humeur ambiante.

Nom série  Venise hantée  posté le 14/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Venise ainsi que Londres sont à l'honneur dans cette bd se passant dans le milieu de l'aristocratie britannique à la fin du XIXème siècle.

Il est question d'une intrigante comtesse qui épouse en catimini un Lord pour s'enfuir par la suite dans le palais des doges. Cela commençait bien mais par la suite, cela devient un peu pompeux. Il est vrai qu'on s'en mêle un peu les pinceaux avec toutes ces femmes pomponnées qui se ressemblent.

Ce polar d'époque victorienne se voulait en deux tomes mais il n'y a plus rien depuis. Il faut dire que ce premier tome n'était point convaincant.

Nom série  Seconde chance  posté le 14/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ce n'est guère folichon ! Je n'ai absolument pas aimé cette nouvelle aventure écrit par Ozanam. Je deviens un habitué. Il n'y a rien à faire: c'est un effet de style qui nous perd complètement à commencer par les témoignages des divers protagonistes qui remplissent des pages entières.

En effet, je n'ai rien compris à cette histoire qui n'a ni queue ni tête car la construction de ce récit a été sans doute assez mal opéré. Les tribulations loufoques de cette jolie tueuse angélique de la région PACA au service de Dieu ne m'a guère inspiré d'où une notation sans concession.



Nom série  Rémina  posté le 13/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Rémina était encore un des rares Jungi Ito que je n'avais pas encore lu. Il est question d'une planète de l'enfer qui dévore tout sur son passage. C'est assez organique voire horrifique sur une atmosphère de fin du monde.

Rémina constitue la souffre-douleur idéale dans un monde qui vénère les idoles avant de les rejeter brutalement. Le thème est assez intéressant mais la mise en exploitation beaucoup trop poussive. On se rend compte que malgré une bonne idée de départ, l'auteur va partir dans tous les sens sans maîtriser les codes de la science-fiction ce qui rendra certaines scènes totalement ridicules surtout pour le final. Par ailleurs, notre héroïne n'est absolument pas charismatique. On a du mal à s'attacher à elle.

Bref, Rémina n'est pas la meilleure oeuvre de cet auteur prolifique.

Nom série  Peste blanche  posté le 13/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il y a incontestablement du génie dans la narration et la mise en scène mais cela ne suit pas sur le plan graphique. Les dessins en noir et blanc sont un peu brouillon et ne reflètent pas la beauté onirique ou réaliste de ce scénario ambitieux.

Pour autant, c'est une œuvre à découvrir même si celle-ci est plutôt mélancolique. Comment oublier un être que l'on a aimé ? C'est le thème principal ponctué d'une dose de fantastique à un moment donné de ce récit progressif. On sera pris dans une espèce de spirale qui nous conduira hors des sentiers battus.

On va tout d'abord vivre une histoire d'amour passionnelle entre un professeur de littérature et une élève qui s'adonnent malheureusement à la drogue mais également aux tags de rues dans la ville de Marseille. Il y aura également un parallèle qui est effectué par la peste qui a ravagé cette cité marchande en 1720.

Peste blanche est objectivement une bonne bd qui aurait mérité un autre traitement graphique.

Nom série  12 septembre  posté le 11/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
On va passer d'un récit sur le 11 septembre 2001 à une uchronie se situant en 1453 où l'Europe est menacée par un puissant califat en avance sur son temps. La transition entre les deux récits sera fort rude et assez inhabituel. Rien n'est amené comme la part de fantastique. Rien n'est subtil et il n'y a qu'à voir les dialogues pour s'en convaincre. J'avoue ne pas avoir aimé la construction de ce scénario.

Je passe sur le fait que notre héros échappe à un tir de lance-roquette qui explose sa vedette dans le port de New-York le 6 septembre 2001. Je passe également le fait qu'il explose à nouveau dans un vol en partance de Malte. Oui, je passe sur toutes les invraisemblances qui plombe le scénario. Ceci explique que je ne serai point généreux dans ma notation.

Pour autant, on est tout de même intrigué pour savoir ce que vient faire là notre héros qui pourchassait le terroriste. On remarquera également la peur de l'islam qui s'évapore dans un fantasme assumé. Oui, l'intrigue est délirante et elle se prend au sérieux. Jusqu'où ira la surenchère ?

Nom série  L'Homme de l'Année - -44  posté le 11/07/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai acquis récemment la série "Rome" que j'ai revu deux fois. Dans celle-ci, l'assassinat de Jules César est très détaillé pour coller au plus près de la réalité historique.

Cette lecture rappelle le récit d'événement encore tout frais dans mon esprit. Je retrouve les mêmes protagonistes et les mêmes faits. Rien ne diffère jusqu'à l'utilisation du garde du corps de César ayant participé à toutes ces campagnes militaires et notamment vétéran de la Gaulle.

Bref, rien de nouveau sauf pour ceux n'ayant pas vu cette excellente série en 2 saisons. Pas de réelle originalité mais une efficacité. Que demande le peuple !

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 211 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque