Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1018 avis et 191 séries (Note moyenne: 3.1)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  L’homme qui aimait les fesses  posté le 25/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce pavé de Tezuka est un peu décevant pourtant j'avais assez hâte de le lire surtout que les publications de cet auteur deviennent rares. Déjà son titre "l'homme qui aimait les fesses" interpelle, puis il promettait de compiler des histoires un peu plus "de fesses" que d'habitude chez cet auteur fort prude même si la sexualité est abordée dans ses histoires mais souvent de façon métaphorique.

La première histoire est pour cela assez barrée avec cette histoire de quéquette sur patte qui emménage chez Fusuke, personnage récurrent qu'on retrouvera dans toutes les histoires. Puis la quéquette se reproduit avec une paire de fesses et il se trouve que ces animaux de compagnie d'un goût douteux sont très propres. On décide de les utiliser pour s'occuper des ordures dans la ville...

Bref beaucoup d'humour légèrement barré, un peu de fesses, du moins un peu plus que d'ordinaire pour cette compilation d'histoires dans le style de dessin de presse très épuré qu'on pouvait déjà voir dans "Debout l'humanité" chez le même éditeur. C'est juste que sur 500 pages, ça m'a quelque peu lassé.

Nom série  Frenchman  posté le 05/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il doit y avoir l'unanimité sur la beauté visuelle de cet album, déjà rien que la couverture soigneusement choisie parmi plusieurs propositions comme le montrent les pages en postface est impressionnante, une quiétude s'en dégage avec cet indien accroupi sur une rive brumeuse avant la tempête qui s'annonce.

J'ai pris l'histoire pour ce qu'elle est sans me poser la question du trop court ou non, de sa vraisemblance historique ou factuelle ou bien encore du caractère des personnages. Il faut avouer que sur un format court que reste malgré tout une bande dessinée face à un roman, il faut allier finement le graphisme et le fond. Certes les personnages sont un peu caricaturaux dans le genre un bonhomme = un trait de personnalité, pour certains candides et idéalistes, pour d'autres cruels et bas du front. Mais l'ensemble reste d'un bon niveau avec ce décor d'Amérique fraîchement indépendante où tout est à bâtir, y compris la cohabitation avec les indigènes.

On suit Alban Labiche qui se retrouve injustement envoyé outre-Atlantique dans l'armée de Napoléon et où il va rapidement devenir une cible à abattre au milieu d'une faune nouvelle pour lui le petit français, aussi fascinante que dangereuse.

A titre personnel je ne pense pas que j'aurais mis presque 20 euros dans un livre de ce type que j'ai lu en quasiment autant de minutes, mais ses dessins sont une vraie réussite qui en justifie presque l'achat bien que je privilégie plus souvent un bon scénario qu'un bon dessin. Mais on ne peut pas dire du tout que le scénario soit mauvais dans le cas présent.

Nom série  Noir (Götting)  posté le 04/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pas mal du tout ce petit livre. Assez étrange par son format et chez un éditeur que je ne connaissais pas à savoir Barbier & Mathon - il s'avère que c'est lié à une galerie parisienne du même nom où je viens d'ailleurs de voir que Nicolas de Crécy va être exposé en janvier 2013, ce qui ne peut que m'intéresser mais je digresse. Il se trouve être assez proche d'un manga avec environ 150 pages et un petit format. Le rythme de lecture est rapide également, pas mal de planches étant sans texte et comme le format est petit les pages défilent à l'instar d'un manga donc pour rester sur ma comparaison.

Pour ce qui est de l'histoire c'est un polar assez classique mettant en scène des truands, des meurtres et une femme au milieu avec un problème de climatiseur. Les planches sont assez charbonneuses et sombres ce qui sied souvent bien au genre.

Je ne suis pas un fin connaisseur de l'oeuvre de Jean-Claude Götting, j'ai du lire La serviette noire et Happy living, ce titre m'a plu et m'amènera potentiellement à chercher d'autres de ses livres que je n'ai point encore lus.

Nom série  Yum Yum Book  posté le 04/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bon je suis un fan de Crumb, donc j'ai acheté ce miam miam livre en connaissance de cause. Oui c'est son premier album, il était tout jeune et c'est un objet de séduction en quelque sorte qu'il utilisera pour draguer une femme. La particularité du bouquin est qu'il est entièrement en couleurs, chose rare chez l'auteur et franchement pour un livre qui a maintenant près de 50 ans, puisque réalisé en 1963, il a de beaux restes...

L'histoire n'est pas super originale, cela revisite le conte de Jack et le haricot magique où l'on croise aussi une femme bien en chair et sans vêtements. Pourtant sans faire du fanatisme de base, on sent déjà une bonne maîtrise des codes de la bande dessinée. Le tout est clair, la narration est bien faite. Il n'y a pas la légère transgression ou l'érotisme pervers qu'on trouvera dans ses oeuvres ultérieures, mais ce livre vaut le coup d'oeil ne serait-ce que par curiosité sur les débuts d'un auteur majeur du 9ème art américain.

Nom série  Tonnerre Rampant  posté le 04/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Voulant asseoir mes connaissances du 9ème art, je me suis procuré 2 titres d'Eric Liberge qui a tout de même une certaine notoriété dans le milieu. Autant dire que je m'y suis repris à plusieurs fois pour lire cet album, c'est mauvais signe. Les planches sont hyper chargées, un graphisme qui claque, certains pourront trouver ça superbe, pas moi. C'est juste too much, je ne sais pas comment c'est fait mais ça mélange de la photo, du dessin et sûrement pas mal de boulot sur ordinateur pour produire ces planches malgré tout bien mises en valeur par le grand format de l'album.

La lecture est assez tortueuse, on perd parfois le fil pour savoir quelle case est la suivante, quel phylactère doit-on lire.

Ensuite, et surtout, l'histoire pouvait éventuellement partir d'une bonne idée sur un lieu ''hanté'' depuis plusieurs siècles, on touchait alors à une quelconque légende historique sur les terres britanniques, un peu de concret. Hélas, cela s'enlise dans un fatras d'actions surnaturelles dignes d'une mauvaise série fantastique, spiritisme et tutti quanti.

Les textes sont pompeux (reproche à faire aussi à Monsieur Mardi Gras Descendres), bref l'ennui pointe rapidement.

A oublier. Arf c'est déjà sorti de mon cerveau.

Nom série  Mickey Mickey  posté le 04/12/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cela fait longtemps que je veux lire Le Roi des Mouches mais ça ne m'est pas encore parvenu entre les mains. Quand je suis tombé sur Mickey Mickey des mêmes auteurs, je me suis laissé tenter. Le dessin en noir et blanc est très bien maîtrisé, il convient fort bien à ce polar à l'instar d'un titre comme Nuit Noire de David Chauvel.

Pourtant la narration est assez confuse. C'est une histoire de braquage où tout le monde essaie de blouser l'autre et en plus 2 personnages s'appellent Mickey, pas évident de suivre.

Dommage, cela aurait pu être un titre plus marquant. Deux semaines après l'avoir lu, je ne me rappelle même plus de la chute.

Nom série  Pourquoi les chevaliers ont disparu  posté le 26/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Assez drôle mais surtout légèrement érotique sur les bords, pourquoi les chevaliers ont disparu est le sujet que tente de nous expliquer Carlos Trillo à travers 3 histoires. Assez surprenant d'ailleurs, alors que je m'attendais à une histoire avec des chevaliers certes, un peu de magie ou que sais-je et une quête ou un défi à relever, voici que je me retrouve en présence d'une comédie érotico-burlesque, même pas d'une nuit d'été. Effectivement il y a des chevaliers héroïques en quête de demoiselle éplorée à sauver, il y a des transformations en grenouille, des écuyers fourbes, des vierges pures et d'autres moins.

Le dessin est très correct, notamment les femmes, et assez comique en lui-même. Bref l'ensemble est assez anecdotique mais si on tombe dessus à tout hasard, on peut y consacrer quelques minutes plaisantes.

Nom série  Points noirs & sac à dos  posté le 21/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai emprunté ce livre sans savoir du tout à quoi m'attendre. En fait si j'avoue j'avais une petite appréhension de me retrouver devant un récit à la Pénélope Bagieu. En fin de compte, pas du tout. Je connaissais déjà Leslie Plée, son dessin et son humour avec son titre Moi vivant, vous n'aurez jamais de pauses. La jeune auteur présente ici une version féminine des écrits de Riad Sattouf, je ne sais pas si elle prendrait ça comme un compliment mais c'en est un.

Loin de dénoncer un plagiat, Points noirs & sac à dos est similaire sur bien des points avec Retour au collège. Sauf qu'ici l'héroïne est une jeune fille de 13 ans assez mal dans sa peau. La première page qui reprend ce qui est mis en exergue en quatrième de couverture "l'adolescent présente à la fois les défauts des adultes et ceux des enfants" donne le ton.

Ici les préoccupations des jeunes filles tournent autour des garçons bien sûr et de qui va avoir ses règles en premier ou avant telle autre fille comme une sorte de compétition à la maturité qu'on va fêter en se mangeant un big mac.

J'ai pensé que ça allait me saouler au bout de 3 pages et finalement j'ai lu l'album sans déplaisir même si je suis loin d'avoir ri à chaque page, je conseille. A offrir à ses têtes blondes bien qu'à cet âge on ait peut-être pas tant que cela d'auto dérision .

Nom série  Sous notre atmosphère  posté le 21/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Sous notre atmosphère est un recueil de nouvelles du maître du manga Tezuka, un peu à l'image de sa série Le Cratère parue chez Tonkam. Chaque histoire est indépendante et ici la thématique qui ressort est la maturité de ces récits. C'est beaucoup moins enfantin que ces premiers travaux et vise à attirer un public plus adulte à l'époque où démarrait le courant du gekiga.

Tezuka évoque divers sujets avec finalement assez peu de tabous car on y trouve du sexe, de la violence, sans que ce soit démonstratif on n'est pas dans Dragon Ball, et puis quelques histoires évoquent clairement l'inceste, le viol. Bref ce sont là des thèmes qui peuvent s'avérer délicats mais l'auteur s'en sort bien, sans niaiserie ni mièvrerie.
On pourra regretter, format oblige, le côté trop court de ces histoires et certaines chutes un peu moralistes. La multiplicité des histoires fait qu'on ne les garde pas toutes en tête, c'est un livre que je relirai sûrement avec plaisir dans quelques années.

Nom série  L'Hiver d'un monde  posté le 20/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai beaucoup aimé l'ambiance de cette série. C'est assez surprenant car le 2ème tome n'a rien à voir avec le premier, on change de personnages auxquels on avait eu un peu de mal à s'habituer de par une narration parfois alambiquée et la découverte d'un monde qui ne l'est pas moins. On en suit d'autres mais toujours dans ce monde un peu étrange à la fois baigné d'une ambiance début du XXème siècle notamment dans le tome 3 avec cette course de voitures et à la fois on comprend à travers le scénario que la Terre a subi un quelconque cataclysme qui a ravagé une partie de la civilisation et laissé la planète dans un sale état. On ne parle plus de France mais de Francardie. On n'a plus de ciel bleu mais un peu jaune comme en plein hiver... nucléaire. Les populations ont l'air de s'être organisées comme des castes où certains crèvent dans des mines à creuser leur propre tombe quand les autres s'initient aux joies du cinématographe faisant de la guerre bien réelle un spectacle pour les élites. Le sort du fils réfractaire qui finit par s'enrôler et devient malgré lui une sorte d'icône burlesque de ce cinéma est assez cocasse.

Bref un fort potentiel dans ce cadre, et j'ai été déçu de voir qu'il n'y avait pas de suite aux 3 tomes que j'ai pu lire ce week-end. Mazan a travaillé ses planches, c'est un vrai régal de croire à la réalité palpable de cet univers dans lequel on pénètre sans en connaître l'origine ni l'avenir. Cela mériterait bien un préquel comme c'est la mode en ce moment.

Nom série  Alzeor Mondraggo  posté le 20/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Alzeor Mondraggo est à mon avis une série un peu surcôtée sur ce site. Cela faisait quelques temps que je voulais la lire vu qu'elle est dans les immanquables. Ok l'histoire est sympathique avec le jeune Alzéor auquel le jeune public peut s'identifier et quelques bonnes idées avec un peu de magie propre au genre médiéval fantastique. Il y a pas mal d'humour aussi, ça sauve un peu la chose car sinon il n'y a pas franchement d'originalité sur l'histoire qui ne sait pas trop où elle va et l'intérêt décroît au fil des tomes.

On pouvait faire quelque chose de plus palpitant autour de cette lutte entre les franssois et les anglois mais on laisse cela au second plan pour traiter une histoire d'arme secrète qu'est Alzeor un peu comme Goudurix avec les normands. De plus le dessin n'a rien d'exceptionnel, il ne faut pas le regarder de trop près au risque d'y trouver plein de défauts. Donc ok pour un adolescent, ça pourra sûrement plaire s'il a déjà lu Lanfeust et qu'il aime bien.

Nom série  Big Baby  posté le 18/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tony Delmonto... alias Big Baby. C'est un jeune garçon avec une tête assez étrange, un peu flippante en fait, qui se retrouve dans des histoires fantastiques au coeur de son quotidien. Grand lecteur de comics, on se demande où est la part du fantasme et d'imagination délirante de ce garçon et où est la part de réalité. C'est particulièrement vrai dans l'histoire "Teen Plague" où la frontière entre ce qu'il vit dans sa chambre ou à l'école et ce qu'il lit dans son comics est floue. Mélange de série Z et de contes de la crypte, Charles Burns réussit dans ce recueil de 4 histoires au dessin noir et blanc implacable à donner un sentiment d'effroi et de malaise entre peurs de l'enfance et passage au monde adulte.

Le garçon doit avoir 10-12 ans et semble un peu solitaire. Il est mis face à la cruauté des autres enfants dans la dernière histoire qui se déroule dans une colonie de vacances. Il semble avoir une sorte de connexion avec les limbes, cela l'effraie mais il s'y adapte assez naturellement en fin de compte.

Une phrase qui m'a fait rire : "La jolie fille se faisait sucer le cou par l'oeil géant".

Nom série  Tonight  posté le 15/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
J'avais bien aimé Le Goût du paradis, un peu moins Coney Island Baby. Eh bien encore moins Tonight.

Tonight ou la vacuité.

Rien dans cet album, la narration est lamentable. On passe d'une scène à l'autre sans s'en rendre compte. Cela raconte les soirées de djeun's, avec un point de vue original à savoir du côté du vestiaire des filles, auteur fille oblige. Si c'est ça la jeunesse d'aujourd'hui ça fait peur, et moi je passe pour un vieux con. Si c'est ça la nouvelle vague d'auteurs, il faudrait qu'elle se trouve d'autres sujets.

Il reste le dessin qui reste pas mal et les couleurs qui ont un petit côté un peu rétro je trouve, ça donne une ambiance années 70. Pour ma part je trouve la couverture assez laide en plus.

Bien sûr il y a de grandes chances que cet album se retrouve dans la sélection d'Angoulême 2013...

Bref passons notre chemin cahin caha.

Nom série  Olympe de Gouges  posté le 15/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai mis tout de même plusieurs semaines à en venir à bout de ce pavé. Il faut dire que je n'étais pas du tout passionné par la narration et le rythme insufflé à l'histoire présentée ici. Et pourtant c'est un sujet qui m'intéresse, Olympe de Gouges l'une des premières féministes de l'histoire, et une période historique également passionnante juste avant et pendant la Révolution française.

Olympe de Gouges, née Marie Gouze, fille non reconnue d'un notable provincial aura côtoyé du beau monde de l'époque entre Girondins et Montagnards alors que la politique est en ébullition, mais elle est aussi contemporaine d'hommes d'esprit tels que Voltaire et Rousseau. Elle mettra en place des pièces de théâtre et sera activement militante pour la fin de l'esclavage et les droits des femmes dans la société.

Les auteurs n'ont pas su ici faire preuve de clarté et de synthèse. C'est un peu le défaut qu'il y avait déjà dans Kiki de Montparnasse. Finalement j'ai été presque plus intéressé par les nombreuses notes en annexe avec notamment une chronologie complète d'Olympe qui a été re-située dans le contexte historique que par la partie bande dessinée elle-même, ma foi agréablement dessinée même si je confondais parfois certains personnages féminins.

Nom série  Dungeon Quest  posté le 15/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas eu de mal à lire cette bande dessinée, j'ai même lu les 2 tomes actuellement parus assez rapidement. Voilà je suis juste circonspect devant l'aventure prise par nos 4 personnages, c'est très décalé et pourtant j'ai envie de lire le troisième tome histoire de voir si l'auteur reste dans un délire tout en gardant un ton neutre comme il le fait.

Déjà parler de bite toutes les 3 pages, ça m'a un peu gavé m'amenant à certains questionnements sur le niveau mental de l'auteur mais ça se calme dans le tome 2. Je ne suis pas du tout un fan de jeu de rôle mais pas réfractaire non plus. Bref c'est juste étrange comme ton. Cela commence comme une histoire ordinaire. Le héros s'ennuie, il passe voir un pote et puis ils commencent ensemble une quête allant d'une énigme à la suivante tout en changeant régulièrement d'armes, de vêtements et en augmentant leurs capacités suite aux combats contre les ennemis. Puis 2 autres personnes se joignent à eux pour avoir des profils différents dans l'équipe (un mage, un bourrin, un voleur etc.).

Juste étonnant de voir ça chez l'Association. Le dessin est ma foi très correct.

Je n'ai pas été convaincu par le sujet, par contre The Red Monkey dans John Wesley Harding du même auteur titille ma curiosité.

Nom série  Les 7 vies de l'épervier  posté le 04/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela fait un petit moment que je voulais m'attaquer à cette série qui semble un must dans son genre. Et je ne suis pas déçu car j'ai beaucoup aimé le contexte historique de l'époque d'Henri IV dans lequel est ancrée cette série. D'ailleurs je me suis avalé les 7 tomes en quelques jours.

Les dialogues sont choisis avec soin pour coller à la façon de parler de l'époque, bien qu'à mon avis on en est encore loin mais il faut bien que ça reste intelligible pour un lecteur d'aujourd'hui.

Les auteurs mettent en place un drame familial, un héros masqué, une sorcière voyante et puis les héros qu'on connaît tels ce bon Henri, sa mégère italienne, le dauphin et Ravaillac. Au fil des 7 tomes on va évoluer aussi dans le temps, des jeunes années d'Ariane de Troil à l'âge adulte, dans l'espace entre Paris et l'Auvergne. Pour cela le dessin de Juillard même s'il a un peu vieilli par rapport aux standards d'aujourd'hui est tout à fait bon, le réalisme des décors est très bien rendu et les personnages sont bien campés.

Par contre au niveau du rythme de l'histoire, on passe parfois d'une case à l'autre sans se rendre compte immédiatement qu'on a changé de lieu. Puis 2 cases plus loin on revient dans la scène initiale. Ce n'est pas toujours du meilleur effet pour la compréhension du lecteur qui a parfois du mal à savoir si on est à Paris ou ailleurs par exemple. Mais globalement je n'ai pas eu trop de mal à me repérer dans les personnages pourtant nombreux et dont les destins s'entremêlent. Le personnage de la voyante est celui qui me plaît le moins mais c'est un artifice pour servir la narration du scénariste.

Le dernier tome est un peu surprenant quand Ariane ne reconnait pas son adversaire manchot. Il y a un moment ça doit faire tilt mais c'est sûrement pour donner une fin plus tragique. Je suis un circonspect sur ce final.

Pour conclure, voici une série historique tout à fait recommandable.

Nom série  Lou !  posté le 04/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal du tout, le premier tome m'a bien plu avec des personnages marrants chacun dans leur genre. J'aime beaucoup la mère un peu geek

Une héroïne moderne cette Lou, Julien Neel présente une famille monoparentale préoccupée par des sujets actuels. C'est un bon contexte pour développer son humour et ses gags et tout cela avec un dessin très dynamique et coloré. Mignon tout plein.

Je ne suis pas étonné de voir que la série rencontre son petit succès auprès du jeune public mais pas seulement car les parents doivent aussi y trouver leur compte.

Nom série  Flipper le flippé  posté le 04/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Flipper le flippé est originalement paru en 2 tomes, les Requins Marteaux le publient à nouveau en 2012 avec 2 histoires supplémentaires.

J'avais découvert Morgan Navarro avec son Teddy Beat récompensé à Angoulême. On trouve ici le même genre d'ambiance de jeunes un peu perdus dans leur banlieue entre fêtes, alcool, drogue, jeux vidéos et soirées où parfois ça dégénère en baston. Et bien sûr les filles, l'un des sujets si ce n'est le sujet central.

Je ne suis pas forcément familier de l'univers banlieue, ni du parler local ni du rap évoqué dans cet album. Pour autant j'ai bien apprécié cette lecture, les personnages animaliers passent bien et sont mis en scène dans des situations particulièrement réalistes.

Je découvre que l'auteur reprend les mêmes personnages que dans Flip mais ici un peu plus vieux et donc avec forcément des thématiques plus adultes.

Bref, pas forcément indispensable mais personnellement ça m'a plu, un peu dans la même veine que Gilles Rochier sur ces récits de banlieue, mais avec plus d'humour chez Navarro.

Nom série  Super Negra  posté le 04/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
10 euros pour ce petit livre qui vient d'être réédité en septembre. L'inflation a bon dos je trouve. Remarquez si je ramène au prix d'un Mimolette à l'Asso, on doit être sur à peu près le même rapport prix / page.

Cela se lit très rapidement pour ce qui est malgré tout une édition augmentée par rapport à l'originale si j'ai bien compris avec 2 autres histoires de l'auteur en fin d'album.

Reste que sur le fond, c'est plutôt drôle et ça part dans tous les sens. Ce pastiche du monde de Mickey et ses amis est irrévérencieux et préfigure ce que donnera Pinocchio quelques années plus tard.

Les 2 petites histoires en plus sont sympa aussi. L'une sur une fille qui organise une soirée chez elle mais personne ne vient car c'est une connasse (sic), et l'autre histoire se demande si les femmes ne foutent pas le boxon dans les récits d'aventure. Imaginez si une grognasse se pointe au moment où on prépare un attentat contre Tintin. Ce petit là va sortir du train et l'aventure va très certainement s'arrêter là... pour laisser la place à une autre aventure à l'hôtel. Mais cela Winshluss ne le montre pas.

A voir.

Nom série  Vingt-trois prostituées  posté le 02/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le dernier album de Chester Brown ne fait pas l'unanimité. Loin d'être un plaidoyer absolu pour la légalisation de la prostitution, il prône plutôt avec ce livre sa libéralisation. Sa non pénalisation si vous voulez partant du principe qu'une personne doit être libre de disposer de son propre corps et d'en faire profiter de potentiels clients à travers des relations tarifées. C'est un sujet qui revient régulièrement dans nos sociétés, tout comme celui de la légalisation du cannabis par exemple sans que clairement une solution politique soit apportée.

Je dois dire que, sans faire montre de ma propre opinion à ce sujet, j'ai trouvé le discours de Brown en postface particulièrement étayé et intéressant sur la réflexion d'un homme qui fréquente des prostituées depuis plusieurs années. Cette annexe faite de 23 sections, ce qui renvoie aussi au nombre de prostituées rencontrées, détaille vraiment son avis sur un éventail très large de sujets comme l'argent, la violence, le trafic d'êtres humains, la fiscalité (les actes sexuels tarifés doivent-ils être soumis à l'impôt ?) sans pour autant faire l'apologie de la prostitution.

A l'inverse de cette annexe littéraire, le coeur même de la bande dessinée peut sembler un peu longuet tant Brown y décrit méticuleusement mais sans toutefois faire apparaître aucun détail physique ni visage pouvant compromettre l'identité de ces dames, ce qui contribue à l'impersonnalité de ces 23 rencontres, chacune de ses expériences. Forme simple, 1 gaufrier de 8 cases de même taille par planche, 1 chapitre avec un prénom (modifié) par tête de pipe.

On peut y lire ses émois de la première fois, et comment il s'est décidé à franchir le pas après une relation avortée avec sa petite amie. Puis arrivent alors toutes les questions : sécurité, la peur d'être vu, d'être arrêté par la police, les maladies, le paiement, le pourboire, les positions, avec ou sans fellation. Bref un panorama très large où l'on voit ses affinités avec certaines et pas d'autres. Doit-il donner son vrai nom ou pas ? Est-ce que les descriptions sur tel ou tel site d'annonces sont fiables ?
Plein de situations et de questionnements de ce genre qui font qu'au final je ne me suis pas vraiment lassé de lire 23 descriptions malgré leur côté presque médical. Il y a un aspect comptable aussi qui peut choquer, une évaluation de la prestation comme on évalue la qualité d'une transaction sur un site internet.

Ceci est toujours illustré par un dessin impeccable, on sent une sorte de maniaquerie chez Brown à retranscrire le plus fidèlement possible les situations, les dialogues y compris avec ses amis que sont Seth et Joe Matt également dessinateurs de bande dessinée.

Brown dessine comme il traite ce sujet avec ses proches amis, c'est-à-dire sans tabou, le plus naturellement du monde dans une société où l'acte sexuel et la femme - ou l'homme mais c'est plus rare - devient une marchandise comme une autre destinée à assouvir une envie immédiate. A travers son dessin on a l'impression que son personnage n'a pas d'émotions avec toujours un petit trait plat pour sa bouche comme le souligne Robert Crumb en introduction et un visage qui ne change guère, des petites lunettes ne montrant pas ses yeux. Quand sa petite amie le quitte mais décide de rester habiter avec lui puis fait venir son nouveau copain, Brown prend ça avec un aplomb incroyable. Quand Seth lui demande : "Tu n'es pas en colère ou jaloux ?", il lui répond :
"Je me sens comme d'habitude. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes".

En conclusion, un livre qui m'a plu globalement où Brown explore son sujet avec un certain cynisme mais aussi une pointe d'humour. Ce n'est pas pour autant qu'il m'a convaincu de ses thèses, si tant est qu'il ait pour intention sous-jacente de convaincre le lecteur à travers cet ouvrage.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 51 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque