Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3789 avis et 1699 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Divisions de Fer  posté le 05/10/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Moi j'étais curieux de voir ce que la rencontre de deux princes de la BD de divertissement allait donner. Sur une série-concept, sur un genre déjà arpenté par Toulhoat, à savoir l'uchronie rattachée à la seconde guerre mondiale. Des chemins déjà balisés donc.

Mais les deux compères s'en donnent à coeur joie. Le dessinateur me semble progresser à chaque album, et ici il me semble proche de la maturité, tout en gardant un trait caractéristique, fait de nervosité et de dynamisme. Son travail sur les couleurs est aussi très intéressant, nettement plus nuancé que dans Block 109. Dommage qu'il ne travaille pas sur les autres albums de la trilogie, mais il en assurera les couvertures, procurant une unité à l'ensemble.

Jean-Luc Sala, lui, continue dans cette veine légère qui a fait son succès et son identité. Certes, ce premier tome n'est pas d'une complexité hallucinante, mais il permet de poser les bases d'un univers au minimum excitant. Et puis il y a aussi la volonté de s'ancrer dans la réalité, avec le personnage d'Eisenstein, par exemple. Je préfère lire la suite pour donner un avis plus avancé, cependant.

Du pur divertissement.

Nom série  Aleria 1975  posté le 03/10/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'avais pour ma part jamais entendu parler de cette histoire ; il faut dire qu'elle remonte à presque quarante ans; et ne semble malheureusement plus intéresser que les media locaux. D'où l'intérêt pour le scénariste, Corse pur jus, et son éditeur, qui ne l'est pas moins, de raviver la mémoire, sans toutefois revendiquer une quelconque fibre indépendantiste, simplement rappeler des faits historiques.

Frédéric Bertocchini se place cependant presque uniquement dans la peau des nationalistes qui ont pris possession de cette cave viticole, des hommes qui voulaient simplement, au départ, dénoncer l'escroquerie presque institutionnalisée au profit de certains continentaux. C'est avec l'intervention musclée de l'armée que ça dérape, sans que l'on sache comment cette intervention a été décidée au niveau de Michel Poniatowski et de son équipe, le ministre de l'Intérieur de l'époque. C'est le seul défaut -et regret- que j'ai pu trouver concernant cet album, qui se base sur les témoignages d'une dizaine d'hommes et de femmes ayant participé à cette tragédie, tous du "côté" des nationalistes.

Côté dessin c'est son complice habituel Michel Espinosa (avec lequel il réalise aussi Libera me) qui s'y colle, et se base visiblement sur des photos d'époque. Pas de souci d'esbroufe avec ce dessinateur, rien que de l'efficacité, efficacité optimisée par les couleurs de Nurya Sayago, qui installe de belles ambiances, notamment de nuit.

Ne connaissant pas l'histoire, je suis curieux de lire la suite et fin...

Nom série  Les Pourquoi  posté le 02/10/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il m'est déjà arrivé d'entendre ces chroniques, menées sur le ton de l'humour, mais avec un fond sérieux, par Philippe Vandel. Il n'est pas étonnant, vu leur nature et leur succès, de les retrouver en BD.

Vandel désacralise donc pas mal d''expressions connu de toutes et de tous, de légendes urbaines parfois centenaires, et j'avoue, j'ai appris certaines petites choses en lisant ces chroniques sous forme de gags. Tous ne sont pas intéressants, mais la grande majorité, si.

Le mécanisme du gag est bien compris d'Alan (un pseudo pour un auteur plus connu ?), et son compère Madd (probablement un pseudo également), avec son trait assez simple mais émargeant dans la caricature un peu à la Lapuss', est plutôt efficace dans le genre.

Bref, sympathique.

Nom série  Hyperbole  posté le 01/10/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Le blog d'Allie Brosh, devenu un immense succès de librairie aux USA, arrive dans nos contrées. C'est l'histoire d'une jeune femme qui cumule la plupart des handicaps sociaux imaginables : elle est hypocondriaque, elle se pose des MILLIARDS de questions au sujet de la plus petite chose, est incapable du moindre contact social normal.

Après, c'est très étonnant de voir une personne accumuler autant de problèmes apparaître dans des tas d'interviews, à la télé, sur le web, et sourire sur les photos. Mais passons, et revenons à nos moutons.

L'apitoiement sur soi-même, ou plutôt l'auto-dérision, est un ressort comique maintes fois utilisé, mais avec plus ou moins de bonheur. j'aime bien ce qu'en fait Fabcaro par exemple. Ici Allie m'a rapidement gonflé. peut-être est-ce dû à mon éducation, au fait que je travaille dans le secteur social, que je sois sensible aux questions d'exclusion, toujours est-il que rien dans cet album ne m'a fait rire. Je vois bien quels sont les ressorts qu'utilise Allie Brosh, que plus c'est gros, mieux c'est.

Allez, soyons honnêtes, les passages mettant en scène ses chiens, qui sont les créatures les plus idiotes de l'univers (oui, une mouche a plus d'intelligence que ces deux clébards réunis !) m'ont fait sourire. Enfin, une partie de ces passages...

Quant au dessin, il est très simplifié, carrément enfantin. cela ne me pose pas vraiment de souci, en humour tous les styles peuvent fonctionner. Ici cela me semble en adéquation, et me laisse donc froid.

Encore un phénomène d'édition à côté duquel je passe. Allègrement. Sans regret.

Nom série  Moi, assassin  posté le 28/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une nouvelle histoire de tueur en série... Mais cette fois-ci, plutôt originale, puisqu'Enrique est un enseignant de haut vol, spécialisé dans la représentation de la souffrance et de la cruauté dans l'art, qui se met à tuer... par pur souci d'esthétisme.

Chacun de ses meurtres, soigneusement préparé, se présente comme une oeuvre d'art, une pièce unique, qui fera parler de lui, mais aussi de ses victimes, parfois choisies au hasard, parfois sélectionnées avec soin. La froideur du tueur fait froid dans le dos, et se dire que la façon dont il opère pourrait être vraie, encore plus. Antonio Altarriba, qui s'était fait remarquer avec L'Art de voler, récidive dans le récit aussi glaçant que prenant : après l'art de voler, celui de tuer...

Son complice est cette fois Keko, Espagnol lui aussi, lequel propose un style graphique assez différent de celui de La Protectrice. Exit les trames, place à un noir et blanc (avec une touche de couleur, et non des moindres) plus classique, mais d'une efficacité redoutable dans sa recherche de réalisme.

Glaçant, donc, mais il manque une touche d'oppression pour être vraiment touché par l'ambiance.

Nom série  Expérience mort  posté le 24/03/2014 (dernière MAJ le 27/09/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai été étonné de voir qu'il n'y avait que deux tomes de prévus pour cette nouvelle série... Contraintes éditoriales très probablement.

Pour en revenir à la série elle-même, elle est relativement classique dans son déroulement, avec la constitution d'une équipe hétéroclite (procédé maintes fois utilisé, mais toujours aussi efficace, même si là, à mon avis, il a fallu réduire la voilure) pour une mission spéciale, cette fois-ci destinée à explorer les limites de la vie et de la mort, et en revenir. Bien sûr on combine haute technologie, corps astral et riche mécène, et ça ne se passe pas forcément tel qu'on le pense. C'est donc assez classique, un peu à l'instar de ce qu'a fait Werber pour Les Thanatonautes, avec un côté plus spectaculaire. On sent toutefois que les deux co-scénaristes ont potassé pas mal de choses sur le sujet, beaucoup d'éléments sont bien mis en place.

Et bien sûr ce premier tome se termine sur un cliffhanger bien géré. Par contre la fin du second tome m'a laissé très sceptique. Elle arrive un peu de façon impromptue, se résume à une case, qui aurait à mon sens mérité d'être mieux amenée. Car le récit s'est un peu embrouillé sur la deuxième partie, m'amenant à baisser un peu ma note.

Côté dessin, la collaboration avec Ponzio me semblait aller de soi avec le duo Bajram/Mangin, ils ont sans doute des références communes. Maintenant c'est vrai que le côté photo-réaliste du style de Ponzio aurait peut-être été "too much" dans cette histoire, il contourne cet inconvénient en rajoutant une patine de dessin plus classique, rendant la lecture vraiment agréable.

Sur une idée plutôt intéressante, ce diptyque se révèle plaisant à suivre sur ses deux tiers. La dernière partie, hélas, le plombe un peu.

Nom série  Ad Astra  posté le 16/03/2014 (dernière MAJ le 27/09/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La nouvelle série historique de ki-oon se déroule à l'époque de la République romaine, au 2ème siècle avant JC, à l'époque où Rome est menacée par l'avancée inexorable de Hannibal.

Tout ce qu'on peut en attendre est présent dans ce seinen : le souffle épique, les personnages à dimension légendaire, les scènes de combat spectaculaires. Il y a de quoi en prendre plein les yeux. Les tomes sont copieux, et la maquette impeccable.

Sur le plan graphique Mihachi Kagano mise beaucoup sur les personnages, et en particulier les visages et les regards, visiblement reflet de l'état d'esprit des personnages. Les scènes de combat, si elles ne sont pas légion dans le premier tome, sont plutôt pas mal foutues. Le point faible est par contre les animaux, représentés ici par les chevaux et les éléphants, qui manquent de maîtrise. Ce défaut s'améliore dès le second tome.

Le second tome nous raconte en détail une bataille mettant aux prises l'armée romaine et celle de Carthage, et permet de mesurer les forces et les faiblesses tactiques de l'une et de l'autre. C'est très bien raconté, on ne peut lâcher le bouquin avant de l'avoir terminé, même si on passe un peu abruptement du champ de bataille aux travées du sénat romain, lors de la prise de pouvoir d'un représentant du peuple.

Le troisième propose de nous montrer la confrontation tactique entre les deux armées, la terre brûlée d'un côté et les vaches enflammées de l'autre. La bataille de Callicula est ainsi assez marquante... On voit relativement peu Scipion dans ce tome, sinon vers la fin, pour analyser l'arrivée au pouvoir d'un deuxième dictateur. Son histoire personnelle est aussi rapidement évoquée.

Attention, malgré la recommandation du magazine Historia, il faut savoir que l'auteur a pris des libertés avec la réalité historique, ou du moins ce que l'on en connaît. Mais il l'avoue lui-même dans sa postface, qui comporte des mini-notices biographiques concernant ses protagonistes. Faute avouée...

C'est plutôt bien fait pour l'heure, je continue l'aventure.

Nom série  Kid I Luck !  posté le 27/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'auteur de Run Day Burst (entre autres) revient avec une nouvelle série courte, où le maître mot est l'humour.

En effet, pour aider sa meilleure amie qui se cloître chez elle après une agression, une terreur du lycée décide de devenir... un gros rigolo, mais pas n'importe lequel : le meilleur. Bien sûr ses capacités intellectuelles limitées vont amener des situations... grotesques, mais aussi permettre à Kinjiro de se révéler à lui-même, avec l'aide d'un génie de l'humour.

Dit comme ça, le scénario paraît bien léger. Et il l'est, mais contre toute attente Osada réussit à susciter l'intérêt chez le lecteur, en variant les situations, en ajoutant une pincée d'émotion aux situations parfois cocasses que nécessite la quête de Kinjiro.

Côté dessin c'est loin d'être classique ; Osada lorgne par moments vers le franco-belge, en simplifiant parfois son trait, mais il garde tout de même une grande expressivité et un sens de la mise en scène impeccable.

A suivre, tiens.

Nom série  Blood Parade  posté le 27/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Assez déçu par cette série.

Surtout par l'histoire, qui se révèle assez plate, et sans surprise. Les gens ne sont pas ce qu'ils semblent être, les alliances changent et ceux qui doivent mourir, finalement pas. Restent les attributs des vampires, qui changent un peu du tout-venant.

Graphiquement c'est assez joli, mais les scènes d'action sont assez peu lisibles, l'auteur abusant des trames. Les personnages ont un curieux air très allongé, surtout au niveau des jambes et des bras. Il y a un peu de fan-service, mais pas de quoi fouetter un chat.

Je lirai le tome 2, en espérant y trouver plus de motifs de satisfaction.

Nom série  Darwin's Game  posté le 27/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tout comme Pasukare, je rapproche ce manga de King's Game, paru chez le même éditeur. Il s'agit d'un pervers jeu de massacre (oui bon, ok, tous les jeux de massacre sont pervers), avec les nouvelles technologies, un sous-genre qui commence à pulluler.

A l'issue de ce premier tome on sent bien que les auteurs en gardent sous la semelle, qu'ils ne dévoilent pas tout. De plus ils lancent tout de suite plusieurs intrigues, qui ne semblent pour l'heure pas liées. Beaucoup de questions restent en suspens, de quoi allécher le lecteur avide de sensations fortes et de manipulations obscures. C'est donc plutôt bien vu, même si j'espère que le serpent ne va pas se mordre la queue en nous proposant une série à rallonge.

Côté dessin, c'est plutôt classique, assez agréable à l'oeil, même si des personnages peu importants me semblent rapidement dessinés.

Curieux de lire la suite.

Nom série  Les Brigades du Temps  posté le 10/04/2012 (dernière MAJ le 26/09/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Moi je suis assez bon public pour ce type de BD, populaire, enlevée, rigolote et maîtrisée.

Car je ne trouve pas que le récit s'embourbe dans une rationalisation quelconque. Kris prend simplement un peu de temps -mais cela lui permet de boucler son premier récit en deux tomes, pas fou- pour poser les bases de l'univers de ces Brigades du Temps. Cela permet de cerner un peu les deux personnages, bien que Montcalm garde sa part d'ombre à la fin du premier tome.

La quatrième de couverture laisse présager, si le succès est au rendez-vous, une série plus longue, tout en espérant que les auteurs sauront s'arrêter à temps. Mais il est bien sûr trop tôt pour en discuter, même si le potentiel est infini.

En ce qui me concerne, je me suis vraiment régalé. D'abord devant la profusion de détails, la science de la mise en scène de Bruno Duhamel, dont la rigueur graphique n'égale que le potentiel comique. Je me suis marré aussi, le récit étant parsemé de touches d'humour comme je les aime. Le boulot de Laurence Croix sur les couleurs est très intéressant, conférant des ambiances très diversifiées mais réussies, aussi bien sous l'éclairage clinique d'une station spatiale que dans l'obscurité totale qui peut régner dans une caravelle du XVème siècle. J'aurais peut-être vu plus de couleurs vives sur la scène "aztèque", mais ce n'est pas bien grave.

Enfin Kris diversifie nettement ses scenarii, versant franchement dans l'aventure tous publics, sans toutefois verser dans le gag à répétition ou le cucul à outrance. Sa maîtrise du récit m'a surpris sur ce coup-là, j'ai hâte de voir ce que va donner la suite. Et ça m'a fait marrer de le voir apparaître en guest-star. Duhamel s'est peut-être aussi représenté, mais je n'ai pas trop fait attention...

Sur le tome 3 j'ai noté un essoufflement au niveau narratif. Le récit m'a semblé assez mou, les enjeux de fond sauvant un peu la baisse d'intérêt. Par contre le boulot de Duhamel est toujours très sympa, il allie à son dessin très efficace un respect total des designs (bateaux, avions). Bien joué.

Si ces trois-là gardent le panachage des deux premiers tomes, je veux bien faire un bout de chemin avec eux...

Nom série  Kemlö  posté le 19/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est un étrange album...

Aux carrefours de l'étude de moeurs, de l'aventure et du surnaturel, il nous raconte les mésaventures d'Olga, à la recherche de son amour d'enfance, qui va trouver les pires malheurs dans cette ville-citadelle...

Toute l'histoire est vue depuis l'esprit d'Olga, il n'y a pas de dialogues, juste des récitatifs. Cela complète l'atmosphère lugubre, presque froidement clinique, qu'instaure le dessin de Conversin, proche de celui de Juillard, mais tellement plus froid...

Un grand frisson me traverse tandis que j'écris cette chronique, tellement elle m'a mis mal à l'aise...

Nom série  Premières vendanges  posté le 18/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bon, un nouvel album qui parle du vin, de sa fabrication, de l'esprit qui tourne autour, ça ne surprendra personne, c'est la nouvelle tendance en BD depuis 2-3 ans.

A côté de ça certains albums arrivent à se démarquer de la vague, sans toutefois faire la révolution. Premières vendanges est de ceux-là. Faisant preuve de fraîcheur dans son récit, Wandrille nous permet de suivre trois jeunes femmes dans un "passage", un rituel entre deux périodes de la vie. Ce qui caractérise le mieux l'histoire, c'est sa vraisemblance, oscillant entre légèreté et gravité suivant les moments et les personnages, collant au plus près de ce que peut être la vie de trois jolies jeunes femmes.

C'est très agréable à suivre, d'autant plus que le trait d'Anne-Lise Nalin, jusqu'ici "connue" en tant que blogueuse, fait preuve de beaucoup de qualités, nonobstant quelques maladresses inhérentes à son statut de débutante. Avec une légère influence manga, ses visages sont encore un peu esquissés, pas assez "finis". Sa mise en page fait preuve d'inventivité et d'ingéniosité, malgré l'abondance intermittente des dialogues.Les couleurs sont plutôt bien choisies, bref, globalement j'aime bien.

Un album qui se déguste comme un petit blanc.

Nom série  Les Vestiges de l'Aube  posté le 18/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Malgré ses maladresses, j'avais bien aimé le premier roman de David S. Khara.

Une histoire de vampires suffisamment originale pour être signalée, et à vrai dire, je m'attendais plutôt à la voir adapter au cinéma. Mais Serge Le Tendre s'est attelé à la tâche, et très vite on sent la patte du vieux briscard. Il gomme certaines incohérences, raccourcit l'intrigue, un peu trop même. J'aurais vu ça en trois tomes plutôt qu'en deux, mais les contraires éditoriales d'aujourd'hui étant ce qu'elles sont, il faudra s'en contenter.

De même l'adaptation gomme en partie l'ambiance que Khara avait réussi à installer, faite d'angoisse et de peur de l'inconnu. ici Donovan a à peine le temps de s'étonner des circonstances meurtres.

Le boulot de Frédéric Peynet est plutôt bon. Il a un style proche de celui de Philippe Francq (Largo Winch), mais avec moins de raideur. S'il est plus accessible, je trouve qu'il manque un peu de personnalité.

Je suis curieux de lire la suite et fin.

Nom série  Michel Risque  posté le 14/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Jolie découverte.

Michel Risque est une série qui existe depuis presque quarante ans chez nos cousins québécois, et a connu un succès retentissant sur place. Il est arrivé en France il y a une dizaine d'années, mais les Editions la Pastèque ont décidé de lui donner l'exposition qu'elle mérite avec une intégrale en deux volumes, le deuxième sortant en 2015.

Le principe de la série est simple, il s'agit, pour l'essentiel, d'une seule et même aventure, sans fin ou presque, qui amène Michel, prototype de l'anti-héros, dans des situations impossibles. Sa grande naïveté et son amour pour différentes femmes l'amèneront dans ces situations. La galerie de personnages imaginée par Réal Godbout et Pierre Fournier est inoubliable, avec cette guenon géante, ce journaliste débrouillard ou cet oncle cupide. Les aventures sont, malgré cet aspect débridé, relativement crédible, enfin disons qu'elles se situent dans le haut du panier de la BD d'humour. Un humour qui doit être typiquement québécois, mais à la portée des Européens. Seule une poignée d'expressions empêche la compréhension totale du texte, mais les circonstances permettent de gommer ce très léger problème.

Réal Godbout est une sorte de Gotlib québécois, avec un trait aussi précis que quasi-réaliste, avec une petite tendance à la caricature parfois. Une fausse ligne claire qui rend la lecture fort agréable.

Vraiment très sympa.

Nom série  Bohemian Galion  posté le 14/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Maxe L'Hermenier nous raconte l'histoire d'une famille de pirates un peu surprenants, entre couillonnades et couardise, entre coups de théâtre et roublardise. Tous les ingrédients sont là, du fils pas très courageux au sidekick malin, en passant par la fille intrépide.

Le jeune lecteur en prend plein les mirettes avec les péripéties sans fin, les retournements de situation et les trésors convoités. Il faut dire que le travail graphique de Thomas Labourot est vraiment sympathique, dans un style semi-réaliste qui fourmille de détails et d'humour.

Une série au capital sympathie certain.

Nom série  A. N. G. E.  posté le 14/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une nouvelle série centrée sur l'étrange, signée cette fois par Anne Robillard, romancière française spécialiste du genre et adaptée d'une de ses séries.

L'A N G E est créée au 17ème siècle par deux francs-maçons, peu satisfaits des solutions de l'Eglise pour gérer les situations paranormales, et continue à exister de nos jours. Les modes de fonctionnement, les rapports avec les autorités ou encore les desseins des méchants de service sont pour l'heure assez flous dans le premier tome, la scénariste préférant nous plonger de plain-pied dans l'action avec ces tueurs qui se baladent dans les parages de l'A. N. G. E. J'imagine que cela se fluidifiera par la suite.

Côté dessin, c'est Cristian Pacurariu qui est aux pinceaux, la vigueur et les ambiances qui caractérisent son trait donnant une allure un peu crépusculaire au récit. L'emploi un peu systématique des points de vue décalés surprend un peu, mais les planches sont de belle facture.

Pas révolutionnaire pour l'heure, mais au minimum intrigant.

Nom série  Alix Sénator  posté le 14/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'étais intrigué.

Intrigué par rapport à l'idée de départ de la série, qui nous montre un Alix vieilli, un peu fatigué, et membre du sénat romain, et séparé de son cher Enak.

Le résultat n'est pas déplaisant. Nous avons une intrigue policière qui se tient à peu près, digne des complots de l'époque, avec trahisons et faux-semblants à la clé. En filigrane, l'histoire personnelle d'Alix, la quête de la disparition d'Enak (qui me semble un peu tirée par les cheveux), dans une ambiance de voyage, puisque nous allons aussi en Egypte.

Le dessin de Thierry Démarez est très agréable, très respectueux de l'ambiance graphique initiée par Jacques Martin, avec toutefois un trait plus hésitant sur les architectures.

Curieux de lire la conclusion du cycle...

Nom série  La Colonne  posté le 28/08/2013 (dernière MAJ le 07/09/2014) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une nouvelle fois les Bordelais de Futuropolis font fort.

Cette fois-ci Christophe Dabitch nous propose de découvrir la colonisation française de l'Afrique équatoriale et occidentale par le petit bout de la lorgnette, avec cet évènement inconnu -mais authentique- tellement emblématique de ce qui fut fait à l'époque sur place... Mais afin de ne pas barber son lecteur -parce que des fois, l'Histoire, ça peut être chiant-, il choisit d'en faire une sorte d'opéra tragicomique, avec trois personnages principaux inoubliables.

Dès le premier tome le ton est donné ; on se moque, certes, mais on montre aussi la barbarie qu'engendre la bêtise. Lorsqu'une colonne de militaires recrutés dans les colonies traverse d'autres colonies et tue, pille, viole, brûle... Peut-être ce qu'il y a de plus noir -sans mauvais jeu de mots- dans l'âme humaine... Le deuxième tome apporte le fin mot de l'histoire, une histoire dont l'issue ne peut qu'être dramatique. Entre folie et colonialisme, c'est un récit marquant...

Pour nous raconter cette histoire, je ne sais pas qui aurait été mieux placé que Nicolas Dumontheuil. Son trait si vivant, ses postures évocatrices et sa mise en scène dynamique renforcent l'atmosphère voulue par Dabitch. On rigolera un peu avec ses oublis graphiques qui feront le bonheur des pinailleurs (les épaulettes du fantôme, le cimier d'une casquette...), mais on n'oubliera pas l'essentiel, c'est très plaisant à voir.

Nom série  Vertiges de Quito  posté le 07/09/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L'histoire qui ouvre cet album est l'une de celles qui m'avaient le plus marqué lorsque j'avais lu le recueil Grands reporters, édité par les Arènes. Le séjour en Amérique latine de Didier Tronchet et sa famille s'étant prolongé, il a continué à coucher sur le papier les moments les plus étonnants ou touchants, de quoi aujourd'hui constituer un album complet (presque 120 pages).

La lecture est un vrai régal. Tronchet nous parle de Quito, où il a résidé la plupart du temps, cette ville adossée à un volcan, sur une faille géologique, et de sa rue principale qui descend en zigzags et est le théâtre de nombre de spectacles organisés ou improvisés... De la selva, où sa compagne, qui parle parfaitement le Quechua (non, ce n'est pas seulement une marque tentes !), est allée s'immerger. D'un immense lac salé en Bolivie, de la côte équatorienne (trop rapidement, hélas) ou encore des mines encore en activité. Un dépaysement TOTAL, porté par un récit décomplexé, et qui contient ces moments de grâce, comme ces indigènes qui tirent à la sarbacane sur les avions qui se posent sur l'aéroport de Quito.

Comme il l'écrit lui-même, Tronchet a un trait "malhabile". Je ne suis pas fan de ses oeuvres de la première époque, ces personnages ayant des aspects maladifs, ces designs approximatifs. Ici cette gêne disparaît derrière la disparition des conventions, l'auteur se sent libéré, il est avant tout au service de ses personnages, des ambiances, et il y donne tout son coeur, avec des ambiances colorées très belles...

Excellent moment de lecture, qui donne envie de découvrir de plus près certains endroits de l'Amérique latine...

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque