Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 4201 avis et 1967 séries (Note moyenne: 2.89)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Ravage  posté le 04/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ro a bien posé les bases du roman original de René Barjavel, auteur méconnu ou carrément considré hors de la science-fiction. Mais peu uimporte, c'est à son adaptation que nous nous intéressons ici. Nous somme dans un décorum futuriste relativement classique, avec des personnages qui sont finalement relativement universels, même s'ils paraissent un peu caricaturaux aux lecteurs du 21ème siècle que nous sommes.

Morvan a probablement modernisé un dertain nombre de choses, mais comme pour Ro, ma lecture du roman remonte à trop longtemps pour pouvoir comparer. Toujours est-il que malgré ce côté caricatural, j'ai bien aimé ma lecture, j'aime bien ces ambiances futuristes qui interrogent notre présent.

Le dessin de Rey Macutay est plaisant, mais pas exceptionnel. Je trouve qu'il n'encre pas suffisamment, le côté crayonné poussé ne me satisfait pas sur ce plan-là...

Mais je lirai la suite avec intérêt.

Nom série  L'Homme invisible  posté le 04/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mon avis sera un poil plus enthousiaste que celui de mes deux camarades.

L'Homme invisible était (et reste) mon roman préféré de Wells, juste derrière La Guerre des Mondes. Ce qui m'avait plu, c'est justement le côté très négatif du personnage de Griffin, que ses nouveaux pouvoirs ont rendu fou. Un des premiers "méchants" de papier que j'ai eu l'occasion de rencontrer.

Inutile de dire que j'attendais de pied ferme cette adaptation.

Et j'ai été pleinement, ou presque, satisfait. Le roman est court, mais Dobbs, sans doute très inspiré, a décidé d'étirer sur deux volumes son adaptation, tout en se focalisant sur la deuxième partie, celle où il est déjà invisible. C'est donc un récit très denses, spectaculaire, plein de bruit et de fureur, et j'avoue que j'ai pris mon pied dans cette déferlante.

Et franchement, on s'en fout un peu de savoir comment il a acquis ses pouvoirs ; c'est ce qui en découle qui est intéressant, et ça Dobbs l'a bien compris en nous proposant ce récit.

Graphiquement Christophe Régnault s'en sort très bien, son dessin énergique se met au diapason avec le script hyper-actif de Dobbs.

Je recommande.

Nom série  La Horde du contrevent  posté le 03/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voici donc l'un des albums les plus attendus, sinon le plus attendus de l'année pour moi. Parce que j'ai lu la Horde du Contrevent il y a déjà quelques années, que ce fut une véritable claque littéraire pour moi, et que j'étais curieux de voir ce que ça pouvait donner en BD, à condition qu'un vrai travail d'adaptation, respectueux mais en même temps appliqué, soit fait dessus.


Le travail d'Eric Henninot correspond, selon moi, à ce critère. J'ai eu la chance de le rencontrer au moment où il commençait les planches, il y a à peu près deux ans, et le plaisir de le retrouver pour discuter de ce projet de façon moins informelle. Les intentions d'Henninot sont nobles : proposer sa version d'une oeuvre qui l'a lui aussi véritablement marqué. Il a pour cela rencontré l'auteur, Alain Damasio, travaillé, retravaillé son script, jusqu'à en être satisfait, et commencer à travailler ses planches, après avoir bien sûr défini l'univers graphique et le look des différents personnages.

Car ils sont nombreux dans la Horde du Contrevent. 18 exactement au sein de la Horde, un peu moins que dans le roman, et l'adaptateur a pris le temps de bien les développer, prenant en cela des libertés avec le roman original, et aussi nous permettre à nous, lecteurs, de nous les approprier, de les différencier et de nous identifier à eux.

Exit la narration multiple de Damasio, bande dessinée oblige. Henninot opte pour un point de vue objectif, avec le personnage de Sov, le scribe, en voix off. Ce choix n'est pas anodin, il est celui qui, après Pietro, lie les membres de la Horde, au sens propre comme au sens figuré. Sov n'est donc qu'un personnage "saillant" parmi d'autres, et on le reconnaît bien.

Le travail graphique d'Henninot est remarquable. Il a su s'emparer de l'univers de Damasio, très riche, mais paradoxalement parfois avare en descriptions, pour y imprimer sa marque et nous proposer un panorama inventif, aux looks et designs extrêmement travaillés. Il y a aussi de très belles vues de paysages qui parsèment ce premier tome, déjà riche en rebondissements.


Vivement la suite !

Nom série  Les Nouvelles Aventures de Lapinot  posté le 18/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
On l'attendait un peu, ce retour de Lapinot, malgré la fin si particulière de la série d'origine...

Trondheim avait sans doute pas mal de choses à dire, et sa série fétiche devait lui manquer. Fort d'un peu plus de bouteille, mais aussi par envie d emarquer la rupture, il revient chez l'un de ses éditeurs de jeunesse, l'Association, qui innove du coup en matière de format avec cette collection 48 CC.

Et ce retour est fort réussi, totalement dans le ton de la série-mère, avec ces petites choses d ela vie, ce don inouï pour les dialogues qui sans être m'as-tu-vu sont plutôt crédibles. Après, comme toujours ou presque dans un Lapinot, ça dérape, parfois très loin, mais on sent la maîtrise du récit chez Trondheim.

Graphiquement c'est du T. pur jus, c'est très lisible surtout avec les couleurs de Brigitte Findakly.

Content de ce retour et hâte de lire la suite.

Nom série  L'Île du Docteur Moreau  posté le 11/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ayant lu il y a longtemps les classiques de HG Wells, j'étais curieux de voir le travail d'adaptation de Dobbs.

Sur cette Île du Docteur Moreau, je suppose qu'il a fait ce qu'il a pu, avec un matérieu d'origine relativement pauvre. En effet dans mes souvenirs le récit est très linéaire, l'intrigue assez pauvre, même si le propos sous-jacent est bien visible. Dobbs a respecté le cahier des charges, et l'on se pose bien sûr des questions sur la détermination animale, les frontières entre l'animalité et la posture humaine, etc.

Je ne suis pas très fan du trait de Fabrizio Fiorentino ; je ne le trouve pas très travaillé, j'ai l'impression qu'il a travaillé très vite (peut-être sous la contrainte éditoriale ?), et que du coup les personnages ont été quelque peu bâclés. De plus la colorisation informatique, utilisée à la truelle, écrase une partie du dessin, ce qui est dommage dans tous les cas...

Bref, ce n'est (toujours) pas mon Wells préféré...

Nom série  Kerubim  posté le 11/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est le joli design des couvertures et de spages intérieures qui m'ont amené vers ce diptyque, l'un de ceux prenant place dans l'univers de Dofus créé par Ankama. Le nom d'Eric Hérenguel aussi, lequel a à son actif quelques très belles séries.

Mais une fois la lecture commencée, j'ai dû déchanter... Contrairement à d'autres titres, celui-ci s'adressait clairement aux connaisseurs du monde de Dofus. Les références, les personnages, les évènements décrits y sont trop précis pour être appréciables par le grand public. Mais j'ai tenu, jusqu'au cours du tome 2, où je me suis rendu compte que je n'en avais pas grand-chose à faire des personnages. Ça partait dans tous les sens, les enjeux n'ataient pas clairement définis, et pire, je ne comprenais presque plus ce qu'il se passait...

Pourtant le trait de Julien Ribas est vraiment agréable, dynamique, onctueux... Pour le plaisir des yeux, j'aurais pu aller au bout, mais cela n'a tout de même pas suffi.

A réserver aux amateurs de Dofus.

Nom série  Marbot  posté le 11/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette série n'était pas présente sur bdtheque, et la couverture du premeir (et unique) tome me faisait de l'oeil, avec ce jeune homme en tenue militaire faisant un sourire un peu coquin.

J'ai don essayé, et trouvé que malgré ses défauts, il aurait peut-être mérité mieux qu'un abandon dès le premier tome. Car les aventures de Marcelin Marbot, fils d'un général de division, a vécu des aventures effrénées, échevelées... Rien d'extraordinaire pour qui s'intéresse à l'Histoire de l'armée napoléonienne, enfin celle qui deveindra napoléonienne plus tard, mais pas inintéressantes tout de même... A 17 ans, il va devenir un adulte très vite, au contact de la guerre, du sang et de la gloire... C'est bien raconté, le récit se suit sans heurt, et historiquement probablement assez juste.

Le point faible est incontestablement le dessin. Fragile, inconstant, immature, il y a de quoi qualifier ses faiblesses. Et c'est peut-être ça qui a tué dans l'oeuf ce projet, même si les éditions Théloma étaient peut-être alors en pleine disparition. Un peu dommage.

Nom série  Nyx  posté le 09/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai lu que le premier tome, mais je n'irai pas plus loin.

Ca démarrait pas mal avec l'histoire d'une jeune fille qui découvre ses pouvoirs de façon fortuite, et dont la route va croiser celle d'autres mutantes. Comme l'a souligné Ro, le récit, sans être désagréable, se montre maladroitement raconté. On a parfois l'impression de ne pas trop comprendre ce qu'il se passe. Les personnages sont assez mièvres, je me suis assez vite ennuyé.

Quant au dessin, il est loin d'être inoubliable, la colorisation informatique trop poussée écrase le dessin qui manque déjà de caractère par lui-même.

Bref, très peu accroché par ce premier tome, j'ai jeté l'éponge.

Nom série  Le Maître d'armes  posté le 02/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme Mac Arthur je dois avouer que je ne suis pas forcément fan de tout ce que fait Xavier Dorison, et ce n'est pas cet album qui changera significativement ma perception.

Car j'ai malheureusement eu l'impression, tout le long de ce diptyque réuni en une intégrale, de lire un récit que j'ai déjà lu. Dans d'autres albums de Dorison, justement, ou bien dans des BD parlant de duellistes. Avec bien sûr ce petit argument concernant un basculement historique du combat à l'épée, lequel me semble moyennement géré.

La satisfaction est ailleurs. Dans le dessin, réalisé par Joël Parnotte. Certains ont cité Rosinski, Alice, je rajouterai pour ma part Lauffray et Loisel. Des références de qualité, qui donnent une idée du niveau du dessin de l'auteur. C'est très agréable à l'œil, bien découpé, très bien cadré, bref, c'est assez beau.

Nom série  Syberia  posté le 02/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est avec une curiosité non dissimulée que j'ai lu ce premier tome adaptant un univers videoludique dont je suis très fan. J'ai en effet joué pendant longtemps aux deux premiers chapitres de Syberia, n'étant pas très doué pour résoudre les énigmes proposées.

Mais cessons de parler de jeu video pour nous concentrer sur la BD. C'est en effet Hugo Sokal, fils du créateur de cet univers, qui s'est collé au scénario, après avoir participé aux derniers albums de son père, ainsi qu'à l'écriture du dernier opus du jeu video. De ce côté-là le boulot est pas mal fait, on sent qu'il tient bien cet univers, et le personnage de Kate Walker, même si je trouve que ce premier tome, qui se voulait introductif, entre déjà dans le vif du sujet et rejoint le scénario du premier jeu. J'aurais aimé que l'on rentre un peu plus dans l'histoire initiale de Hans Voralberg, même si la suite de l'enquête de Kate va lui en apprendre plus. oui, je l'appelle Kate, car l'ayant incarné pendant des dizaines d'heures, devant mon ordinateur, je me sens proche d'elle. Si ça vous défrise, je vous emmerde

Plus sérieusement, et pour arrêter à nouveau les digressions, je dirai quelques mots du boulot de Johan Blais, qui est donc en charge de la partie graphique. Globalement c'est assez fidèle à l'ambiance dans laquelle baignait le jeu video. Mais cette ambiance éthérée me semble trop exagérée, et sur le plan architectural, je trouve cela trop léger, alors que c'était l'un des points forts du jeu. Par contre ses personnages sont plutôt réussis, et fidèles.

Malgré ces réserves, je suis curieux de lire la suite.

Nom série  Mars Horizon  posté le 31/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je m'attendais, en feuilletant cet album à ma bibliothèque préférée, à lire une fiction sur l'amarsissage des premiers humains.

La lecture, bien sûr, révéla un contenu plus complexe. On a un récit qui mêle données scientifiques et techniques (n'étant pas un spécialiste de la question, je ne saurais juger de leur validité), avec un soupçon de romance et de récit social concernant les différents membres de la mission Mars Horizon. La lecture est sympa, même si parfois les bavardages de Jeanne m'ont un peu gonflé. Il me semble que pas mal d'aspects d'un tel récit ont été abordés, même si les évènements sont plus ou moins attendus.

Graphiquement je ne m'attendais pas à voir quelqu'uun comme Surcouf travailler sur un tel récit, mais finalement son dessin un brin naïf plutôt agréable, tout comme l'ensemble de la lecture.

Nom série  On Mars  posté le 31/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Sylvain Runberg a montré, au fil de ses scenarii, son exigence en termes de véracité socio-historique. Le genre de la science-fiction, terreau fertile, semble un terrain propice pour s'exprimer sur ces sujets.

Très sensible à celui de la privation des libertés, et connaissant bien, par exemple, le système pénitentiaire suédois, très éloigné du français, il nous propose donc un récit prenant pied sur la planète rouge, Mars. Pour l'heure son récit est très touffu, il y a plusieurs fils narratifs à suivre, même si on est le plus clair du temps en compagnie de Jasmine. Il y a également la question de l'embrigadement sectaire. Tout cela augure d'une série en trois tomes très ambitieuse, mêlant hard SF, questions sociales et religieuses.

Mais tout cela ne pourrait être aussi impactant que souhaité sans un illustrateur de grand talent. Grun est de ceux-là, il a passé plus d'un an sur la préparation de la série, enchaînant de nombreuses recherches graphiques sur les personnages, les décors, les designs technologiques, dont une partie seulement est présente en bonus de l'album. J'avais beaucoup aimé son boulot sur La Conjuration d'Opale et sur Metronom', il réussit à être encore plus incroyable sur cette série.

Miam pour la suite.

Nom série  Kilum - Rencontre avec les Himbas  posté le 29/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une belle tranche de vie que voilà.

Vincent Lemonde décida donc, un jour, de tout quitter pour aller vivre avec et chez les Himbas, au nord de la Namibie. S'ensuit donc le récit de ce long séjour, avec ses petits bonheurs, ses frustrations, ses découvertes, et ainsi de suite. C'est très frais, Vincent a un regard forcément neuf sur ses hôtes, qui le lui rendent d'ailleurs assez bien.

On apprend plein de choses sur leurs us et coutumes, et leur humanité toute simple fait plaisir, même si Lemonde ne teinte pas son récit d'angélisme ou de naturalisme à tout va. J'aurais aimé comprendre un peu mieux pourquoi Vincent quitte tout, c'est expédié au début du bouquin, et très peu suggéré par la suite.

Pour illustrer son récit Samuel nFiguière est un artisan pointilleux, qui se base sur les photos de Lemonde (présentes en bonus en fin d'album, avec les récit du retour de Vincent Lemonde chez les Himbas), et permet de nous sentir nous aussi très intégrés dans cette tribu namibienne.

Nom série  A coucher dehors  posté le 14/09/2016 (dernière MAJ le 29/08/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis de près la carrière d'Aurélien Ducoudray, scénariste qui met souvent un vernis, voire plus, de social dans ses récits. Ici le social sert de toile de fond à cette histoire d'héritage, de famille reconstituée et de nouveaux départs.

Enfin de nouveau départ il n'y en a pas le temps, l'intrigue se déroule sur seulement quelques jours, tout va très vite pour Amédée et ses amis. Ce qui est sûr c'est que le récit est vraiment prenant, on a envie de savoir ce qu'il va arriver à ces trois SDF qui se retrouvent avec Nicolas, pas forcément facile à gérer. Pas de misérabilisme chez Ducoudray, les personnages sont handicapés, sans le sou, sans éducation parfois, mais les plus à plaindre ne sont pas forcément ceux que l'on croit.

Dans le tome 2 les évènements s'accélèrent, nos SDF sont complètement dépassés par le déroulement des choses, et se retrouvent à nouveau démunis, au sens propre comme au sens figuré. Jusqu'à la résolution, peut-être un peu précipitée par rapport à l'ensemble, mais qui me fait dire que Ducoudray est un indécrottable optimiste-humaniste.

Côté graphisme, Anlor est une jeune dessinatrice que j'apprécie beaucoup depuis ses débuts sur Les Innocents coupables. Elle semble franchir encore un palier dans ce nouveau projet, accroissant sa maîtrise des expressions des personnages ; sa mise en scène est quant à elle impeccable.

Un diptyque vraiment sympa, pas aussi léger que certains semblent le croire.

Nom série  Saint-Barthélémy  posté le 18/08/2016 (dernière MAJ le 28/08/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis toujours avec attention les scénarios de Pierre Boisserie, son niveau d'exigence au niveau de ses éditeurs mais aussi de celui des sujets me force au plus grand respect à son endroit.

Pour son deuxième projet aux Arènes, il a choisi de nous faire revivre l'un des épisodes les plus sombres de l'Histoire de France, à savoir le massacre de la Saint-Barthélémy... Le scénariste prend tout son temps, expliquant les enjeux des différents personnages, même s'ils sont parfois obscurs et sujets à discussion (la réaction du Roi de France par rapport à ce qu'il a ordonné, par exemple, n'est pas sûre).

Alors bien sûr, se cantonner au seul côté historique, avec les seuls "grands" protagonistes, aurait pu être barbant, il a donc rajouté des seconds couteaux, qui sont les héros de l'histoire dans l'Histoire. L'horreur a déjà commencé, mais la fin du premier tome -sur trois- laisse présager la véritable hécatombe, qui survient dans le second tome. Mais ce n'est pas terminé, loin de là, et Elie va avoir du mal à passer entre les balles ou les coups d'épée...

Dans le tome 3 il y parvient, mais l'inéluctable survient tout de même, et je n'en dirai pas plus. Pierre Boisserie parvient à bien conclure sa trilogie, alliant petit drame familial et grande Histoire.

C'est maîtrisé de bout en bout.

Côté dessin on ne présente plus Eric Stalner, auteur de nombreuses séries à costumes, mais aussi de séries contemporaines ou anticipatives, où la finesse de son trait s'est affirmée au fil des années. Il atteint ici, probablement, son apogée graphique, avec des visages et des décors d'une élégance jusqu'ici inédite.

Nom série  Charles de Gaulle  posté le 27/08/2015 (dernière MAJ le 28/08/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ah tiens, pour ceux qui, comme moi, ne connaissent du personnage que les images d'Epinal, les "Je vous ai compris", l'appel du 18 juin et le quarteron de généraux, voici une biographie en images qui peut s'avérer intéressante.

Au-delà de l'image que l'on veut donner de lui, de son "héritage" politique dont se réclament les deux bords principaux, je m'étais fait l'image d'un homme hautain, farouchement attaché à sa patrie, au point d'en devenir ridicule. Ce premier tome n'entame pas vraiment cette conviction : l'homme tient au prestige de sa condition d'officier (lequel lui confère un certain confort, voire un confort certain dans les geôles allemandes), qui met sa patrie avant tout le reste. J'ai du mal avec ce genre de personne, mais ceci n'est pas une tribune pour parler de ma vie.

A côté de cela, il y a son opiniâtreté à vouloir s'échapper, le sérieux de son apprentissage (De Gaulle améliorera son allemand en prison, en vue justement de son évasion), mais aussi son intelligence tactique sur les théâtres d'opération (il est apparemment l'un des premiers à croire à la supériorité du mécanique sur l'humain en temps de guerre) et son imagination pour s'échapper. Mais il y a quand même un truc qui m'étonne, c'est que les Allemands regroupent les spécialistes de l'évasion, lesquels forment l'"escaping club", comme ils se surnomment eux-mêmes... Personne ne réfléchit dans leur administration pénitentiaire ?

Le tome 2 saute presque 20 ans, et nous amène à une France au bord de la guerre avec l'Allemagne. De Gaulle, qui campe sur ses positions stratégiques, est entre-temps devenu colonel et jouit d'une certaine aura, surtout auprès du Président du Conseil, Paul Reynaud, lequel se retrouve de plus en plus en butte aux envies d'armistice d'une partie de son Conseil. L'essentiel de l'album se concentre sur un mois, entre mai et juin 1940, un mois pendant lequel le sort du pays va être scellé, malgré les efforts et les arguments massue qu'utilise le -désormais- Général de Gaulle...

Le tome 3 fait un nouveau saut, et nous amène à l'été 1944, des jours précedant le Débarquement -dont de Gaulle fut mis au courant seulement deux jours avant, et encore, celui-ci fut reporté d'une journée, à la fin d ela libération de Paris. Là encore, on est loin des clichés, et on découvre un personnage pas aussi intègre qu'on le croie, ou du moins pas aussi vertureux, prêt à beaucoup de chaoses pour accéder au pouvoir, y compris à jouer au coq avec ses alliés...

Le récit est linéaire, facile à suivre (même si l'incident du drapeau m'a semblé nébuleux, même avec l'explication en bonus), en cela on sent que Jean-Yves Le Naour adopte une approche pédagogique alliée à un sens du romanesque certain. On entre dans l'histoire d'un grand homme par le biais de l'Histoire, et on en apprend des belles... Qui, parmi vous, sait que de Gaulle et Chuchill ont proposé au gouvernement français une union des deux empires, français et britanniques, quelques heures avant l'armistice de 1940 ?

Le travail graphique de Claude Plumail est de qualité, assez sobre, bien secondé aux couleurs par Albertine Ralenti.

Du boulot sérieux, qui casse un certain nombre d'idées reçues sur le Général. Attention, le récit est volontairement haché en terme de temporalité, et s'attache à la première vie du Général, jusqu'à son accession au pouvoir.

Nom série  Escapers, la BD dont vous ne vous échapperez pas !  posté le 25/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le principe du livre dont vous êtes le héros est loin d'être enterré. A l'instar d'autres éditeurs, Jungle relance avec une série de BD qui met en scène un trio de petits futés, dont chacun a un rôle bien précis.

J'ai testé la plupart des possibilités, et si vous jouez au feignant, sans résoudre une partie des énigmes, vous êtes mort. Il faut donc se concentrer un minimum pour sortir du piège géant posé par Stanislas. Un postulat parfait pour de jeunes lecteurs, qui sont avides d'aventures en tous genres, inspirés par Scooby-Doo, mais aussi l'antiquité égyptienne et grecque, les zombies... Au passage celles et ceux qui ne sont pas forcément familiers avec ces éléments pourront apprendre quelques petites choses.

Le dessin, réalisé par un studio créatif, est de facture correcte, il est efficace sans être particulièrement soigné. Il plaira sans doute aux adolescents, et c'est là l'essentiel pour cet album.

Nom série  J'veux pas vieillir  posté le 25/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon...

Hélène Bruller continue à faire de sa vie de femme le sujet principal de ses BD. Ici elle nous parle de cette période délicate où elle n'est plus une jeune femme, pas encore une vieillarde, mais plutôt de l'âge mûr, si tant est que cette expression veuille réellement dire quelque chose. Cette période où l'on commence à changer physiquement, où la pesanteur fait fi des joues, des seins, des bras...

C'est toujours relativement bien vu, on se marre quand même pas mal avec cette nana qui déprime à longueur de temps parce qu'elle n'entre plus dans les fringues de sa jeunesse, et que la mode pour mémés semble lui faire de l'oeil. Mais assez rapidement ses gags tournent en rond, j'ai un peu eu l'impression qu'elle en rajoutait une couche sur certains éléments pour arriver aux 80 pages de 'lalbum (couverture souple).

Le dessin est typiquement caricatural, plus tranchée d'ailleurs que ce qu'elle faisait il y a une dizaine d'années, mais cela ne pose aucun problème, l'intérêt résidant plutôt dans les dialogues et les expressions des personnages, plutôt efficaces.

Malgré tout, je commence à être lassé de ce genre.

Nom série  Man in the window  posté le 05/05/2017 (dernière MAJ le 24/08/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bon, le pitch est relativement classique, avec ce lycéen qui se croise plus vieux, et qui essaie de modifier son futur. On est dans un manga, donc forcément le personnage est tenté d'aller vers des choses négatives au départ ; mais par la suite, il découvre que ce sont de smembres de son entourage qui vont disparaître, il va donc tenter d'infléchir le destin...

C'est plutôt bien fichu, on a beaucoup de curiosité par rapport au déroulement des évènements. Masatoki gère bien les tenants et les aboutissants, et les actions de Shôhei deviennent de plus en plus complexes au fil de l'histoire.

Une complexité qui contraste pas mal avec le dessin, plutôt rond, un brin naïf, même s'il y a de belles ambiances dans les forêts et en milieu urbain.

Je suis curieux, très curieux, de lire la suite, d'autant plus que la série se termine en trois tomes.

Nom série  Monster X Monster  posté le 10/03/2017 (dernière MAJ le 23/08/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Revoilà un manga de fantasy, avec des monstres et... un anti-héros. Celui-ci semble être un vrai de vrai, du genre à rester chez sa mère à se curer le nez et jouer à des jeux video. Ce qui est sympa, c'est que lorsqu'il semble prendre conscience du côté minable de sa vie, il ne se prend pas en main, et continue à glander. Mais bien sûr il va révéler des ressources insoupçonnées... Dans le deuxième tome nous en apprenons un peu plus sur le passé du héros, et sur sa hantise des monstres. Une explication qui ma foi se tient pas mal, au cœur d'un opus qui laisse un peu plus de respiration à l'histoire.

Le troisième tome clôt l'histoire, et je dois avouer que je reste sur ma faim. On a sur l'ensemble de ce tome un récit de passage d'un examen pour devenir bringer ; cela se passe assez classiquement, toujours relativement sympa, et... poum, c'est la fin. Une fin torchée en même pas 20 pages, qui ne me convainc pas du tout. Il me reste deux possibilités pour l'expliquer : soit l'auteur ne savait pas quoi faire pour la suite, et a fini son histoire abruptement. Et c'est dommage, car l'univers et les personnages avaient du potentiel pour aller un peu plus loin. Soit l'éditeur a signifié à Tobita l'arrêt brutal de "Monster X Monster", alors qu'il finissait le combat concluant cet examen, et il a dû le faire en catastrophe. Et là encore c'est bien dommage...

Nikiichi Tobita a un trait vraiment intéressant, très précis, surtout sur les monstres, ce qui rend la lecture assez agréable, surtout quand on aime le genre.

Un manga court, trop court pour une fois...

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 211 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque