Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5510 avis et 2090 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Vlad  posté le 25/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai lu que les 4 premiers tomes de cette série et si je lis les suivants, ce sera seulement s'ils me tombent sous la main.

Un peu surpris de voir Swolfs au scénario plutôt qu'au dessin, j'ai ensuite reconnu le dessin de Griffo. Son style n'est pas aussi bon ici à mes yeux que dans une BD comme Monsieur noir : il se rapprocherait plutôt de Beatifica Blues avec des personnages "musclés" et des décors dans un style post-apocalyptique. J'aime bien ce dessin pour les scènes rapprochées, personnages et décors vus de l'intérieur. Je l'apprécie moins pour les paysages aux bâtiments en forme de briques et pour les véhicules trop carrés et simplifiés à mon goût. Dans l'ensemble, ça reste un dessin tout à fait plaisant à lire.

L'histoire ne casse pas trop de briques. Dans un décor de Russie d'anticipation, sorte de Far-West d'Asie Centrale, nous suivons un héros combattant filant avec sa voiture blindée à la manière d'un Mad Max local. Sa recherche de son frère jumeau sert surtout de prétexte à une succession de courses-poursuites et d'étapes dans des lieux où il vivra de dangereuses aventures. Cela se lit bien mais ne m'a pas vraiment captivé. Seul l'entrée dans la zone rouge du tome 3 a un peu relevé mon intérêt mais il est assez vite retombé avec le tome suivant.

Pour autant, ce n'est pas une lecture déplaisante du tout pour qui aime l'action et un peu de SF, mais ça ne marquera pas mon esprit.

Nom série  Fariboles sidérales  posté le 25/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

A voir la couverture, je m'attendais à un recueil de petites histoires de SF de série B, le genre qui sortait en grand nombre dans le magazine Métal Hurlant mais aussi ailleurs dans les années 70-80. Mais j'ai été surpris de constater la qualité de ces histoires et surtout leur originalité. En amateur de SF depuis près de 20 ans, j'ai lu pas mal de romans, nouvelles et autres histoires en bande-dessinées, de même que beaucoup de films ou séries. D'ordinaire, je retrouve toujours dans les histoires courtes de SF en BD une thématique très proche d'une ou plusieurs autres histoires déjà existantes, ce qui fait que je les trouve toujours trop prévisibles. Mais là, je dois admettre trouver ces histoires vraiment originales. Sans être exceptionnelles, elles m'ont captivé et plu.
Elles sont bien racontées, bien écrites. En outre, elles forment un ensemble cohérent gravitant autour d'un conflit de civilisation entre les andrinos qui ont abandonné toute humanité et les humains bio qui conservent leur esprit rebelle et imprévisible.

Le dessin, dans un style à la Moebius en noir et blanc, est tout à fait correct. Seule la couverture est moche, surtout au niveau de la colorisation.

Bref, c'est un bon recueil d'histoires SF, une bien bonne surprise pour les amateurs du genre tels que moi.

NB : J'apprends maintenant seulement qu'Alias est l'un des pseudos de Claude Lacroix. Je reconnais maintenant ce dessin qui m'avait déjà plu dans Yann le Migrateur du même auteur. Et je réalise également que c'est le co-créateur génial du Cycle de Cyann qui a eu également les idées originales de ces nouvelles de SF.

Nom série  Arms  posté le 24/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il faut se placer dans l'esprit d'un garçon d'une quinzaine d'années amateur de baston, de cyberpouvoirs et de SF pour juger ce manga à sa "juste" valeur puisque c'est le public cible à mes yeux. Et pour un tel public, je conseille l'achat, oui, car c'est un vrai manga défoulant et divertissant, qui tisse en outre un scénario complexe à base de complots et de mystères à même de captiver le jeune lecteur.

Avec Striker, Minagawa jouait déjà sur la reprise de thèmes et d'idées de mangas plus célèbres. Ici, il refait la même chose. Le lecteur suffisamment connaisseur en matière de manga reconnaîtra nombre d'influences : Parasite pour l'arme dans le bras qui devient bientôt arme de tout le corps (ou Witchblade même si c'est un comics), Neon Genesis Evangelion pour les combats titanesques et les complots mystérieux mêlant groupuscules gouvernementaux et entités plus mystiques qui apparaîtront surtout vers la fin de la série, et bien sûr l'amateur reconnaîtra par-ci par-là l'influence de différents shonen de baston à base de cyborgs et d'ennemis de plus en plus puissants.
Le résultat est un cocktail qui rebutera le lecteur lassé mais réjouira au contraire celui qui trouve un plaisir renouvelé à voir un récit bien construit autour de ces thèmes. D'où l'attrait évident pour le jeune lecteur à la recherche d'action, de personnages puissants et surtout d'une trame de fond à même de donner du corps à leurs combats incessants.

Au rayon des reproches, on peut regretter des personnages principaux peu attachants, une surenchère d'ennemis à chaque fois plus puissants que le précédent et ayant une fâcheuse tendance à jouer artificiellement les repentis dès qu'ils ont perdu, et un dessin plutôt médiocre en début de série mais qui s'améliore au fil des tomes, offrant des décors détaillés et bons mais des personnages qui restent assez moyens jusqu'à la fin. C'est en outre le genre de série à ne pas prendre en plein cours sans avoir lu les tomes précédents car son intrigue se complexifie énormément au fil des tomes amenant de plus en plus de noms de personnages et d'entités et des mystères de plus en plus obscurs.

La lecture de ce manga est donc conseillée aux jeunes adolescents à la recherche de shonens musclés.
Par contre, les lecteurs adultes ou lassés de baston et de cyber risqueraient de ne pas y trouver d'intérêt.

Nom série  La Légende de Robin des Bois  posté le 23/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

Avec Bill Baroud et Les Superhéros Injustement Méconnus, la Légende de Robin des Bois fait partie des classiques de Larcenet à l'époque de Fluide Glacial et où il ne s'était pas encore aventuré sur les chemins du roman graphique, se "contentant" de faire dans l'humour pur et délirant. J'avais déjà lu une ou deux histoires courtes de cette BD dans Fluide il y a longtemps, et je viens seulement de lire l'album en entier. Et je dois dire que j'ai bien rigolé.

Cependant, j'ai moins ri que je l'espérais. L'abondance de dialogues sciemment ampoulés m'a un peu lassé. De même, les histoires ne sont pas toutes hilarantes, les deux dernières de l'album par exemple m'ont tout juste fait sourire. Mais parmi les autres, il y a des moments de franche rigolade, de gros éclats de rire. Ce sont ces petits trucs en plus qui font qu'un album seulement pas mal à plusieurs moments devient franchement bien à d'autres.

Pour l'anecdote, j'apprécie bien les petites incrustations par-ci par-là de personnages d'autres bandes-dessinés : la "A" d'Adèle Blanc-sec m'a bien fait rire.

Nom série  La Sirène des pompiers  posté le 23/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un bel album, un scénario original et bien construit, des dessins plaisants, bref une bonne BD que j'ai lue avec plaisir.

Le dessin de Zanzim est sympathique et agréable à lire. Il est dans un style que j'assimilerais à la "nouvelle BD" dont font partie Sfar et Blain. Ce n'est pas un dessin que j'affectionne totalement et je ne peux pas dire que je trouve les planches suffisamment esthétiques pour se suffire à elles-mêmes. Mais c'est un dessin qui convient bien pour raconter une bonne histoire car il est fluide et simple à la fois.

Le récit s'intéresse à deux thèmes aussi originaux l'un que l'autre. Le premier est l'histoire d'une jeune fille, ici une sirène, qui décide de découvrir le monde, l'équivalent de "monter à la capitale" et se laisse guider par ses amours et sa chance pour cela. Le second est la thématique de la peinture, de la recherche d'inspiration et des muses, de la confrontation entre peinture "officielle" d'une époque et nouvelles tendances artistiques, de la critique d'art, etc. Les deux sujets sont abordés avec intelligence et sensibilité. Le récit est bien monté et relativement prenant.

Malgré toutes ces qualités, je ne sais pas si je relirais de sitôt cette BD. Le sujet est plaisant, original et intelligemment raconté, mais je n'ai pas été véritablement envoûté par ce récit. Il faut avouer que, d'ordinaire, ces thèmes m'auraient ennuyé et ce ne fut pas le cas là, c'est donc un bon point. Mais je ne suis malgré tout pas totalement sous le charme.
Par contre, j'ai beaucoup aimé le carnet de croquis et de peintures en fin d'album : j'adore le style de ces peintures et les textes qui vont avec sont très sympas.

Bref, je ne suis pas mécontent du tout de mon achat, mais comme dit plus haut je ne sais pas si je le relirai de sitôt. Affaire de goûts mais que cela ne vous décourage pas de lire cette BD.

Nom série  Kaamelott  posté le 21/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est avec une grande impatience et un peu d'appréhension que j'ai lu cette BD. J'apprécie en effet beaucoup la série télé Kaamelott mais jusqu'à présent, aucune adaptation en BD ne m'avait convaincu. Il me paraissait en effet impossible de retranscrire en images et sans le son le jeu d'acteur, l'ambiance et les dialogues hilarants de Kaamelott. En outre, la plupart des adaptations que j'avais lues jusqu'à présent péchaient véritablement par leur dessin presque bâclé.
Mais je savais que deux bons points oeuvraient en faveur de cette BD-là. La première est que c'est Alexandre Astier lui-même, le scénariste et Roi Arthur de la série télé, qui était aux commandes du scénario et donc aussi des dialogues. La seconde est que le dessinateur, Steven Dupré, est déjà un auteur de BD relativement connu et qui maîtrise bien son art.

Alors, le résultat ?

Eh bien, ce n'est pas mal.

Le dessin est tout simplement bon. Techniquement maîtrisé, agréablement colorisé, il offre des décors très sympas et des personnages assez bons. Je dis seulement assez bon car, pour mieux transposer la série en BD, l'auteur a choisi de vraiment représenter de manière assez réaliste les acteurs de la série. Certains personnages comme Bohort et le Père Blaise sont bien et facilement reconnaissables, tandis que d'autres sont plus difficiles à cerner comme Lancelot et le seigneur Leodagan par exemple. Mais le souci, c'est surtout que cette recherche de la ressemblance fige assez fortement certaines expressions des visages tant et si bien que les émotions passent assez mal. C'est dommage car cela réduit l'impact des dialogues.

Dialogues qui justement sont bons voire très bons. En quelques phrases, ils arrivent à faire ressortir l'ambiance de la série télé. Ils sont nettement moins jouissifs car on ne remplacera pas en BD la voix des acteurs du Roi Arthur ou de sa femme, mais ils sont quand même bons.
L'humour aussi ressort plutôt bien. Je dois admettre ne pas avoir ri tout le temps car certaines scènes paraissent un tout petit peu laborieuses, mais j'ai ri et cela à plusieurs reprises. C'est un bon moment de lecture qui amène le sourire et donc parfois un vrai rire franc.
Quant à l'intrigue, elle est assez basique, puisant dans l'héroic-fantasy avec des zombies et une Bête sanguinaire (qui n'est pas sans rappeler, à une autre échelle, la Bête de Holy Grail des Monty Python). Arthur et sa petite troupe de bras cassés partent ainsi à l'aventure et au combat, ce qui change des sketchs assez intimes de la série télé. Ce changement implique un humour légèrement plus dilué et des scènes d'action assez nouvelles pour un habitué de Kaamelott. Ca n'en reste pas moins un récit agréable qu'on suit sans s'ennuyer.

Bref, une adaptation réussie à mes yeux, permettant de retrouver une partie de l'ambiance et surtout des dialogues de la série. Cela manque encore un peu de maîtrise narrative et de liant dans l'intrigue, mais je suis persuadé que les amateurs de Kaamelott sauront excuser cela sans problème.

Nom série  Gazoline et la planète rouge  posté le 20/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Savez-vous que cette BD a reçu le grand prix d'Angoulême du meilleur album en 1990 ? Quand on la lit, on a vraiment de quoi être surpris car cela ressemble plus à une petite BD de série B à base de SF, de porno, de trash et d'anarchie tant dans les personnages que dans le scénario.

Le dessin de Jano me plaît bien quand il s'agit des décors. Les couleurs de cette BD sont en outre très jolies et originales. Par contre, le dessin des personnages est nettement plus moyen et je n'aime carrément pas leurs visages animaliers. Jano a toujours la mauvaise habitude de dessiner ses visages avec le même rictus que je trouve exaspérant dès la deuxième case de l'album. Bref, impression mitigée concernant le graphisme de ces planches, même si la colorisation est suffisamment bonne à mes yeux pour compenser les défauts.

Mais des défauts, le scénario en est également plein. Déjà, je n'accroche pas à la thématique trash, un peu punk, de ce récit de SF où violence et porno se mêlent à un humour assez basique. L'intrigue, ensuite, est banale et sans intérêt. Les personnages sont superficiels et plus instinctifs qu'attachants. Et surtout, le rythme et la narration ne sont vraiment pas bons à mes yeux. Je n'arrive pas à cerner le problème mais la lecture manque complètement de fluidité à mes yeux, presque pénible par moment tant je n'arrive pas à y accrocher.

Bref, c'est un récit dans la lignée des BDs adulte-humour-trash-sexe des années 80, une BD de série B dont seule la colorisation vaut le coup à mes yeux. 1990, très petite année pour le Festival d'Angoulême, manifestement.

Nom série  Mélodie d'enfer  posté le 20/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mélodie d'enfer est une BD chinoise au scénario assez original, mettant en scène un groupe de hard-rockeurs fantômes qui cherchent à recruter un nouveau guitariste et retournent sur terre pour faire se suicider leur cible.

Le dessin de Lu Ming est proprement excellent. Au croisement des styles comics, manga et réaliste, il offre des planches de toute beauté, détaillées et joliment mises en page. Sincèrement, le dessin vaut à lui tout seul la peine d'acheter cette BD. Il n'y a quasiment pas une planche qui soit de qualité inférieure aux autres. Superbe !

Concernant le scénario, j'avoue que la thématique du rock me passionnait peu : il me semble en effet impossible de faire ressortir la musique en bande-dessinée. Voir des guitaristes rock se trémousser en silence tandis que tous les spectateurs font mine de s'émerveiller, ça me laisse toujours froid. Mais le thème de la musique et du rock est mis en valeur par un scénario original et relativement amusant.
Ces 3 hard-rockeurs qui vivent dans une sorte de purgatoire pour suicidés sont attachants et traités avec intérêt mais aussi un peu d'humour. Les faire retourner sur Terre sous la forme d'âmes errantes à la recherche d'un guitariste solo est déjà une idée sympathique, mais leurs manigances secrètes pour que ce guitariste se suicide et puisse ainsi les rejoindre ajoute une intrigue mi-figue mi-raisin. Malgré quelques touches d'humour, les personnages agissent en effet avec sérieux et les gentils hard-rockeurs du début tournent doucement aux dangereux fantômes.

Si j'avais quelques maigres reproches à faire, ils porteraient d'une part sur une narration qui manque parfois de fluidité et des dialogues dans lesquels on s'y perd un peu du fait d'un positionnement des bulles qui ne convient pas toujours. Globalement, la narration est cependant assez bonne sur l'ensemble des pages.
Et ils porteraient d'autre part sur la petite incohérence que je relève dans la facilité avec laquelle ces rockeurs peuvent revenir sur Terre et soudainement s'emparer à loisir de corps de mortels : ça manque un peu d'explication sur leur capacité à faire cela alors qu'ils ne pouvaient rien faire en début d'histoire.

Pour le reste, le scénario ne m'a pas tellement captivé mais son originalité et surtout l'excellence de son dessin se suffisent presque à eux seuls. Les amateurs de rock, de métal et d'histoires de fantômes seront ravis.


La lecture du tome 2 me conforte dans ma bonne impression.
Cette série est vraiment sympathique à tous points de vue et a le gros avantage de se terminer de manière tout à fait bonne en 2 tomes seulement.

Un second tome dans la continuité du premier.
Le dessin est toujours très bon, avec un style assez varié mais toujours très esthétique et superbement maîtrisé.
La narration pêche encore un petit peu à certains moments, mais la lecture se fait rapidement très fluide.
Quant au scénario, il se poursuit dans la lignée du début, envisageant encore davantage le côté sombre de ces fantômes de rockeurs dont le but, finalement, est bien de faire mourir de colère ou de tristesse leur cible pour qu'il se suicide et les rejoigne au purgatoire.
L'action s'invite allègrement dans l'intrigue, captivant le lecteur. Le contenu est dense et intelligemment raconté.
Et l'auteur s'octroie même le luxe de nous offrir un chapitre final servant de bon épilogue et concluant avec qualité ce récit mêlant de manière originale fantômes et esprit hard rock. Une conclusion sombre mais bénéficiant d'une lueur d'espoir en dernier ressort.

Sans doute la BD chinoise qui m'a le plus plu jusqu'à présent, aussi bien maîtrisée au niveau du dessin que du scénario.

Nom série  Les Orphelins  posté le 19/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai été attiré par les couleurs chatoyantes de cette BD : de très beaux bleus et verts, offrant aux lecteurs des planches de toute beauté. Le dessin de Knittel est tout "mignon", avec des personnages un peu à la Disney (notamment les loups). Il est rehaussé par une colorisation excellente suffisant à elle-seule à donner une atmosphère de magie féerique à l'histoire. Les personnages enfantins donnent un aspect un peu jeunesse au récit contrastant légèrement avec la relative dureté de certains passages. Mais il n'y a pas de gnagnantise et le tout est bien équilibré pour que dessin et histoire se conjuguent favorablement.

Pourtant un dessin ne suffit pas à faire une bonne BD. Oui mais le scénario aussi est tout à fait sympathique.
Il nous présente un monde féerique où vivent deux personnages de petits enfants ailés tout mignons protégés par les animaux de la forêt. Mais cette belle harmonie ne pouvait bien sûr pas durer... L'intrigue prend alors la forme d'une transposition des mythes du Jardin d'Eden, de la chute de Satan, de la tentation d'Eve par le Serpent et du départ d'Eden. Tous ces mythes se retrouvent habilement camouflés dans ce décor de light fantasy où le mignon côtoie le grave. C'est une histoire bien menée, pleine de mystère et assez envoûtante, suffisamment prenante pour intéresser le lecteur tout au long d'un premier album assez dense.

Un récit bien construit et prenant, bénéficiant d'un très agréable dessin, et qui plus est prévu en 2 tomes seulement, ce qui ne gâche rien !

Nom série  Gérald le pingouin  posté le 19/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

Cet album est indubitablement destiné aux enfants... Oui mais c'est le genre d'album qu'on lit tout seul ou qu'on lit à ses enfants avec un grand sourire.
Un joli dessin (quoique finalement, je le préfère encore sans encrage comme on peut le voir sur une case parmi les autres), de jolies couleurs, une narration fluide.
Une histoire amusante, qu'on suit agréablement, qui fait rire à plusieurs moments, qui se finit sur une conclusion toute douce.
Bref, un petit moment agréable de lecture à même de plaire aux enfants comme aux adultes qui leur lisent.
Seul le prix un tout petit peu élevé comparé au bref temps de lecture me fait toujours tiquer dans cette collection, mais cet album-ci, je crois bien que je peux en conseiller l'achat : ça vous fera un bel album cartonné qui fera plaisir à vos enfants comme à vous-mêmes.

Nom série  Des seins  posté le 19/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Des seins raconte le rapport des femmes avec leurs propres seins de la pré-adolescence, quand ces protubérances douloureuses viennent gêner leurs jeux d'enfants, à l'âge adulte quand elles complexent sur leur forme ou quand elles l'utilisent comme des arguments de poids dans leurs relations avec les hommes.
En tant que lecteur masculin, c'est un regard curieux que j'ai jeté sur cette BD. J'ai en effet appris quelques petites choses sur ses attributs féminins et sur la façon dont les femmes les considèrent. Assez intéressant.
Mais c'est rapidement tout. Car il y a assez peu d'humour vraiment amusant, peu ou pas de récit prenant, juste quelques anecdotes ou pensées qui se laissent lire mais ne marquent ni par leur intérêt ni par leur originalité. Le regard curieux ou voyeur du début de lecture se lasse et perd son intérêt avant la fin de cet ouvrage pourtant assez court.
Quant au dessin, simple mais simplement esthétique, à la manière d'un Sempé pour les décors mais plus simpliste et moins joli pour les personnages, il est plaisant à lire mais ne marque pas le lecteur.
Une lecture qui fait passer le temps mais dont je me vois mal conseiller l'achat.

Nom série  Le Journal de Carmilla  posté le 19/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Difficile pour moi de chroniquer cette BD tout en étant conscient du petit tapage internaute qui a lieu à son égard entre partisans de Laurel et opposants s'en prenant les uns et les autres plus souvent à la personne virtuelle même de Laurel plutôt qu'à son album. Si je devais me situer dans ce débat, je serais plutôt pro-Laurel car j'apprécie bien son dessin tout rond tout coloré, et même si tout ne me plaît pas dans l'oeuvre que je lui connais via "33, rue carambole" et son blog. Ses dessins m'intéressent souvent et me font parfois rire tout comme ils me rebutent à d'autres moments.

Mais venons-en plus spécifiquement à la BD Le Journal de Carmilla.

Du premier regard, on reconnaît la touche de Laurel. Une touche "rose bonbon" avec ce dessin rondouillet, ces couleurs pétantes et ces personnages très reconnaissables. J'aime bien ce dessin pour sa clarté, sa gaieté et sa fluidité de lecture même si je dois dire que tout le long d'un album, je m'en lasse un peu. Mais pour raconter une histoire de jeune adolescente romantique, c'est un dessin qui me semblait tout indiqué.

Sur cette base, j'entamais donc ma lecture avec un relativement bon à-priori. Hélas, sincèrement, le scénario n'est pas à la hauteur. Sur une telle thématique et avec un dessin aussi coloré, le rapprochement avec des séries comme Lou ! ou Les Nombrils s'est fait automatiquement dans mon esprit. Mais ici, où est l'émotion ? Où est l'humour ? Où est l'originalité des personnages ?
Ces gags en une ou deux planches tournent pratiquement tous autour de deux thèmes : le copain de Carmilla est fan de foot tandis que Carmilla n'y comprend rien, et Carmilla et sa petite soeur font tout pour que leur mère ne tombe pas enceinte d'un petit frère. Ce genre de gag peut faire sourire une fois, deux fois, mais pas sur tout un album. D'autant qu'ils ne m'ont fait décrocher un sourire qu'une ou deux fois au maximum, étant le reste du temps plus lassant et décevant qu'autre chose.

Maintenant, il est possible que je ne sois pas le lecteur ciblé par cette BD, il est possible que ce soit pour cela que je ne m'attache vraiment pas au personnage de Carmilla, mais je le répète, sur une thématique très proche et avec un dessin de même niveau ou meilleur, je préfère nettement des séries comme Lou ! ou Les Nombrils. Et même si je ne savais pas que de meilleures BDs existaient, cela n'aurait pas suffi à me faire apprécier cette lecture hélas trop insipide et prévisible.

Nom série  Contes extraordinaires d'une veillée limousine  posté le 19/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Du même auteur, même éditeur, même format, j'avais déjà lu Limougeauds racontant l'histoire de Limoges depuis la préhistoire jusqu'à nos jours. Ici, cet album de près d'une centaine de pages s'attache de nouveau à une thématique régionale : les contes et légendes traditionnelles de la région de Limoges et ses environs.

Soyez prévenus : l'aspect de cette BD est tout de même très amateur. Le dessin de Pascal Jourde, noir et blanc, est souvent pas terrible, enchaînant visages plus ou moins réussis et autres franchement ratés, devant des décors souvent simples mais corrects si l'on n'est pas trop exigeant.
Néanmoins, malgré ce manque de maîtrise technique, l'histoire est tout à fait plaisante à lire car la narration graphique et les textes sont tout à fait fluides et bien construits.

Pour le reste, cet album intéressera tous les amateurs de contes et légendes régionaux. Ceux-ci sont authentiques et ont l'intérêt et la naïveté des histoires traditionnelles qu'on raconte au coin du feu. Elles sont toutes plutôt courtes, permettant de les enchaîner les unes après les autres sans baisse de rythme ni d'intérêt pour le lecteur que je suis.

Au final, malgré un graphisme amateur, j'ai été plongé dans cet album, peut-être parce que je suis à la base amateur de contes traditionnels, mais sans doute aussi car ces histoires sont bien racontées et plaisantes. Seul le prix, normal au vu du nombre de pages mais un peu rebutant au vu de la qualité non professionnelle du dessin, m'empêche de vraiment en conseiller l'achat.

Nom série  Gibier de Potence  posté le 18/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un western mâtiné de chasse au trésor, avec une bonne part d'action et de nombreux personnages, voilà qui n'est pas très original (rappelez-vous l'un des cycles de Blueberry) mais c'est une lecture divertissante et bien menée.
Je trouve le dessin un peu froid mais il est de bonne qualité tant au niveau du trait que des couleurs.
Quant à l'histoire, elle est assez prenante, sans jamais m'avoir vraiment captivé ; mais il faut dire que ce type d'aventure et d'action n'est pas trop ma tasse de thé. Les personnages sont assez bien travaillés et la BD dévoile leurs mystères au fil des tomes.
Une lecture sympathique qui permet de passer un moment agréable.

Nom série  Pemberton  posté le 18/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai lu quelques histoires courtes de Pemberton (je confonds d'ailleurs souvent le vieux Pemberton avec un autre marin aux histoires fantastiques : Starbuck) et c'est vrai que c'est pas mal.

Le dessin de Sirius est techniquement bon, un peu vieillot mais tout à fait fluide et agréable à lire.

Quant aux histoires, elles jouent un peu sur la corde du double-ton : un ton sérieux, celui de Pemberton qui raconte ses histoires "parfaitement authentiques", et celui de l'humour et de l'invraisemblance quand on voit ce qu'il raconte vraiment. C'est un humour parfois assez fin, presque caustique même par endroit.

Bref, ce sont des histoires courtes qui se lisent avec le sourire, comme on écoute un ami raconter des fariboles amusantes où le plausible et l'imaginaire se mélangent.

Nom série  Pinocchia  posté le 17/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Quel dommage !
Le dessin de Gibrat est ici excellent comme à son habitude et ses femmes sont superbes. Alors imaginer une BD érotique avec un tel dessin, c'était un vrai plaisir.

Hélas, le scénario n'est vraiment pas à la hauteur. Transposition moderne et légèrement humoristique de Pinocchio, il est insipide au niveau du récit, complètement inefficace au niveau de l'érotisme et la seule fois où j'ai souri c'est quand Pinocchia doit mentir pour faire grossir ses seins et flotter dans la mer. Pour le reste, voir la jolie et servile Pinocchia se jeter sur tous les passants, offrir son cul et sa bouche et réclamer des fessées, ce n'est vraiment pas un scénario qui me passionne ni m'émoustille.

Vraiment dommage de gâcher un si beau dessin...

Nom série  Derrière la haie de bambous  posté le 17/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD date d'avant Le moine fou et, sincèrement, n'en a pas la qualité.

Il s'agit d'un recueil de contes et légendes du Viêt-Nam racontés de manière sympathique et parfois même un petit peu naïve. Parues à l'époque dans le journal Tintin, ces histoires courtes s'intègrent bien dans les récits d'aventure et de magie pour la jeunesse de la fin des années 70. Ces légendes, qui finissent toujours bien, sont plutôt plaisantes à lire même si elles ne surprendront pas par leur originalité ou la complexité de leurs scénarios.

Le dessin de Vink, quant à lui, n'est pas encore aussi bon que son style actuel, ni même que celui des débuts du Moine Fou. On reconnaît son trait mais sa maîtrise, son encrage et ses couleurs étaient différents.
La qualité de ce dessin est variable suivant les histoires. Certaines ont un trait pas si éloigné que ça de la ligne claire. D'autres pêchent assez à mes yeux par leur encrage ou surtout par leurs couleurs souvent pas terribles. Etonnant quand on voit les superbes planches que Vink nous offre à loisir maintenant. Dans l'ensemble, le dessin reste néanmoins bon dans cette oeuvre qu'on pourrait qualifier d'oeuvre de jeunesse.

Bref, c'est un recueil de légendes Vietnamiennes, assez proches dans leur ambiance des légendes Chinoises et des récits du Moine Fou, plaisant à lire mais qui ne marquera pas l'oeuvre de Vink de son sceau.

Nom série  Violent Cases  posté le 17/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il m'est difficile de dire mieux qu'Alan Moore sur cette BD :
"Une part de souvenirs enfantins, une part de reconstruction d'un passé violent, une part de réflexion sur la magie qui s'échappe des souvenirs remémorés, Violent Cases évoque des souvenirs inhabituels d'une manière inhabituelle."

Le dessin de Dave McKean y est très beau. Oui, ce dessin est spécial. C'est une sorte de patchwork de nombreuses expressions graphiques : croquis au crayon, aquarelles, noir et blanc réalistes, flous photo-réalistes, dessins sans profondeur et dessins en "relief" sur une même case, le tout dans une palette chromatique entre le gris et le bleu avec quelques rares touches de rouge délavé. Le dessin de Violent Cases est moins hermétique que dans d'autres oeuvres de McKean, mais il restera assez fermé à ceux qui apprécient peu les graphismes d'artistes à part. En ce qui me concerne, même si je n'apprécie pas toujours de lire une histoire ainsi représentée, je trouve ce dessin très beau et impressionnant à bien des moments.

L'histoire, maintenant, comme souvent chez Neil Gaiman qui finalement est un romancier avant tout, est assez bavarde. Les dessins de McKean ne sont parfois que des images évocatrices de ce texte assez conséquent. Mais le récit n'en est pas moins fluide et, une fois de plus, nettement moins hermétique que d'autres oeuvres de ces auteurs.
Malgré cette fluidité, je me suis longtemps demandé où ce récit allait me mener. L'histoire est assez intéressante, le récit fait ressortir d'une merveilleuse manière la façon dont s'articulent les souvenirs et visions du passé dans la mémoire de celui qui n'est plus un enfant, mais le récit peine à décoller pendant de nombreuses pages. Ce n'est qu'à la fin, lorsqu'une part de magie des souvenirs fait son apparition, que j'ai commencé à ressentir une vraie émotion, un véritable intérêt, sans pour autant finir totalement convaincu.

C'est un bel ouvrage, une histoire très originale et au ressenti indéniablement particulier et assez évocateur sur la fin, mais elle ne se suffit pas à elle-même à mes yeux et je doute la relire, tout comme je doute qu'elle marque vraiment mon esprit.

Nom série  Le Mont du Sud  posté le 17/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un one-shot qui ravira les amateurs d'histoires fleur-bleue.

Pocket Chocolate a un dessin proche du style manga mais qui se dénote surtout par sa colorisation intensément pastel. Ce sont de grandes cases aux teintes roses, vertes, bleues, jaunes, des couleurs éclatantes et informatiques qui sont particulièrement chatoyantes mais ne plairont sans doute pas à ceux qui préfèrent des couleurs réalistes ou, du moins, discrètes. Au-delà de ces couleurs qui raviront certains mais déplairont sans doute à d'autres, le dessin est bon et les décors, parfois issues de photos retouchées, sont réussis. Bref, c'est un album graphiquement bon, mis d'autant plus en valeur par le grand format cartonné de l'édition Xiaopan.

L'histoire, réduite en one-shot, est assez courte et emplie de bons sentiments. C'est un appel à la romance, au souvenir d'un amour de jeunesse magnifié par la présence de la jeune soeur de la fille aimée, à la joie de découvrir de beaux paysages colorés et au retour à la nature.
A mes yeux, cette histoire s'adresse directement aux jeunes filles romantiques, amatrices de shojo et de fleur-bleue. Pour celles-ci, le Mont du Sud est une bonne lecture, plaisante, qui fait ressortir quelques émotions agréables. Pour les autres, moins amateurs du genre, le côté guimauve du récit en rebutera sans doute plus d'un, d'autant que le choix de livrer cette BD dans un format cartonné rend l'album un peu cher comparé au temps de lecture plutôt bref.

Nom série  Harry sauve la planète  posté le 15/09/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est avec les yeux écarquillés que j'ai découvert cette BD dont je n'ai hélas pu lire que le premier tome. C'est ma première rencontre avec Al Séverin et je suis littéralement estomaqué par son talent mais surtout par le fait qu'il soit passé aussi inaperçu à mes yeux dans le monde de la BD.
Pour exemple, cette série, Harry, a vu son premier tome publié initialement chez Claude Lefrancq Editeurs. Manque de succès, raisons diverses, que sais-je, quoiqu'il en soit, elle s'est arrêtée sur un "à suivre..." très prometteur. Le second tome, fin de l'histoire, ne fut publié en tirage limité que 5 ans plus tard chez Several pictures, maison d'édition créée directement par Al Séverin. Un troisième tome, lançant une nouvelle aventure, fut ensuite publié en 2002, une fois de plus en tirage limité.
Autrement dit, cette série est une rareté, et ça parait incroyable quand on voit la qualité de l'oeuvre.

Le dessin d'Al Séverin est proprement excellent. Il s'inspire et fait directement référence aux illustrations et bandes-dessinées de la première moitié du 20e siècle. A mes yeux, je vois du Jijé dans son trait, le Jijé des débuts de Spirou. Je reconnais un peu aussi du Edgar Rice Burroughs, voire même du Winsor McCay pour certaines mises en page. Et je suppose que les experts reconnaîtront beaucoup d'autres influences. Mais ces influences, Al Séverin les transcende pour offrir son propre trait très maîtrisé.
Les planches imitent sciemment un style rétro. Cela va du dessin jusqu'aux couleurs, et cela se retrouve aussi dans le style du récit. Mais cet aspect rétro est comme adapté à la bande-dessinée moderne, en gagnant ainsi énormément en fluidité et en plaisir de lecture tout autant qu'en plaisir visuel.
Je ne ferais que deux reproches à ce choix graphique. Le premier tient dans la colorisation : oui, ces couleurs font rétro, mais je dois admettre que les palettes chromatiques rétro, c'est assez moche, ça en gâche presque ce superbe dessin. Le second reproche concerne le lettrage : le dessin d'ensemble est visiblement privilégié par Al Séverin au dépends des bulles, souvent trop étroites, et du lettrage, bien fait mais trop petit à mes yeux. C'est dommage car les dialogues sont bons et bien écrits, mais ils sont parfois si petits ou si à l'étroit dans leurs bulles que ça rend la lecture un tout petit peu pénible.

Tout comme le graphisme, le récit est lui aussi excellent.
Dans un monde légèrement steampunk, Harry, grand et bel homme au physique à mi-chemin entre Clarck Kent et Tarzan, est un pauvre ouvrier dans une usine où il se fait exploiter. Héros à l'esprit droit et sans aucun défaut, il partira à l'aventure pour sauver son tendre amour, jusqu'aux confins de pays exotiques où il combattra sauvages indigènes et dangereux robots.
La narration est plaisante. Le récit ne manque pas d'humour. L'intrigue est bien montée et intéressante. Et les nombreuses références implicites aux ouvrages d'aventure des années 30/40 passent parfaitement, aussi bien que si on lisait une BD au scénario très moderne.

Un superbe hommage tout en étant une oeuvre à part entière, qui se suffit à elle-même grâce à son très bon scénario et son superbe dessin. Je ne connaissais pas Al Séverin, mais maintenant je sais que je vais chercher activement à lire sa bibliographie complète.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 276 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque