Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5555 avis et 2108 séries (Note moyenne: 2.87)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Ivoire  posté le 18/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'adore Emile Bravo (pour sa série Jules évidemment), j'aime le style rétro de la ligne claire, j'apprécie grandement les histoires qui veulent se la jouer aventures classiques mais en profitent pour glisser un humour plus moderne et plus piquant. Hélas, je n'ai que moyennement apprécié Ivoire.

Le dessin est très bon ici. Evidemment, avec ce style, on ne peut s'empêcher de penser à du Chaland, tout en retrouvant les faciès typiques des personnages de Bravo. Rien à redire, c'est plaisant à lire et à regarder.

Par contre, je n'ai guère été captivé par le scénario. Il commence de manière trop outrée à mon goût : le racisme du personnage principal est trop exacerbé et artificiel à mes yeux pour me faire vraiment rire. S'ensuit une intrigue à base de trafic d'opium et de magouille du méchant personnage principal pour se faire de l'argent au mépris de la vie de ses pauvres serviteurs Birmans. Et hélas, je dois avouer que rien de tout cela ne m'a vraiment fait rire ni vraiment intéressé. Seule la toute dernière planche m'a vraiment plu et amusé.

Alors je ne déconseille pas l'achat car certains, comme moi, aiment trop Emile Bravo et/ou le style ligne claire rétro pour ne pas posséder un tel album, mais je doute que les autres acceptent d'acheter un petit album souple à ce prix pour une histoire assez moyenne.

Nom série  Paris Strass  posté le 18/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Yoann, Omond, Fluide Glacial, des histoires courtes, un cocktail qui a tout pour me plaire en principe. D'autant plus que cet album se moque de la Jet Set qu'en bon Français de classe moyenne que je suis je déteste cordialement.

Le dessin de Yoann est sympathique même s'il n'utilise pas ici son style que je préfère. Le trait est fluide et dynamique quoiqu'un peu brouillon. Les couleurs un peu désaturées donnent à ce dessin une atmosphère assez personnalisée que j'apprécie.

Chaque histoire courte prend pour sujet le ridicule et l'ignominie de tel ou tel type de "people" au comportement caricaturé. Leur vie tourne autour du sexe et du paraître, de l'amusement débridé et du mépris de leurs prochains.
Cela donne des gags cyniques et acides, des personnages assez détestables ou pitoyables.
Mais je dois dire avoir relativement peu ri en réalité. J'ai lu cet album avec le sourire, j'ai pouffé de rire à droite à gauche, mais sans jamais de vrai éclat de rire.
En clair, cet humour m'a assez peu touché.

A lire tout de même pour le plaisir.

Nom série  La nuit du papillon  posté le 17/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une couverture intéressante, un joli dessin, le format toujours aussi beau de la collection Carrément BD, un feuilletage assez étonnant, j'ai été attiré et intéressé par cette BD. Hélas, je n'ai pas su accrocher à ce délire mélangeant onirisme et poésie.

Malgré quelques couleurs et hachures que je trouve un peu sombres, j'aime bien le dessin de Cornette. Son encrage gras le rend fluide et plaisant.

Quant au récit... il est relativement difficile à résumer. Il s'entame comme la chronique urbaine d'un homme un peu décalé qui vit une vie dissolue et vend des lunettes fantaisie dans la rue, on lui devine des hallucinations proches du delirium tremens, puis il rencontre un travesti avec qui il s'entend beaucoup, et... et là, vers le milieu de l'album, le récit tourne au purement onirique dans un monde imaginaire. Un scénario trop décousu pour moi, sur lequel je ne sais pas me faire une opinion car il aborde successivement des thématiques trop différentes pour moi.
Je n'ai pas su être touché par la sombre poésie qui se dégage de ce récit surréaliste.

Nom série  Mélodie au crépuscule  posté le 17/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais moyennement apprécié Betty Blues lui trouvant des qualités mais n'étant pas totalement convaincu par le fond et l'histoire. Avec Mélodie au Crépuscule, j'ai un peu le même sentiment même si je ne peux nier avoir ressenti quelques émotions agréables lors de ma lecture.

J'aime bien le dessin de Renaud Dillies. Simple et fluide, il dégage une vraie esthétique, notamment sur ces planches où il use de son répétitif gaufrier de 6 cases pour réaliser une mise en page globale et souvent très jolie. Cependant, même si j'aime les teintes de couleur de ses planches dans leur ensemble, je trouve qu'il manque un petit quelque chose à la colorisation de chaque case, comme si des aplats de couleurs aussi unies ne collaient pas tellement à l'ambiance de l'histoire.

J'ai eu quelques difficultés à entrer dans le récit de Mélodie au Crépuscule. Les digressions rêveuses du héros surgissent trop vite pour moi dans l'album et ne m'ont pas laissé le temps de m'imprégner de l'ambiance. En effet, j'ai nettement mieux ressenti l'émotion dégagée par le récit à partir du milieu de l'album, et les moments musicaux sur les toits de la ville ou dans le camp tzigane m'ont davantage touché.
Ce n'est donc qu'au bout de quelques pages que je me suis laissé bercer par le récit doux et poétique, que j'ai pu apprécier les quelques références à Brazil, Mary Poppins et tout simplement à la recherche de la liberté physique, intellectuelle et musicale, le nomadisme à la tzigane.
Comme pour Betty Blues, je trouve la fin du récit un peu en deçà du reste de l'album. Moins abrupte que dans le précédent album, elle manque cependant un peu de force à mes yeux. Je l'ai ressentie presque comme étant un peu artificielle, comme une recherche d'une fin dramatique à un récit que j'aurais aimé voir s'achever sur une note de rêve et de liberté comme pour le reste de son histoire.

Une lecture agréable, de jolies planches, de vrais moments pleins d'émotion et d'imagination, un album dont je conseille la lecture.

Nom série  Oncle Picsou  posté le 15/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec les épisodes plus récents de Don Rosa, ceux de Carl Barks font bien évidemment partie des meilleures histoires de Picsou, Donald et les trois castors juniors. Ce sont des histoires basées sur un personnage fort et unique : Picsou lui-même, ambivalent par son côté à la fois sympathique et impressionnant de richesse mais aussi pingre et égoïste. Ce sont des épisodes originaux où l'on ne manque jamais de partir en voyage aux quatre coins du monde, à la recherche d'une nouvelle richesse ou autres trésors que Picsou voudra amasser ou empêcher ses rivaux de s'en emparer.

Exotique, dépaysant, amusant, ce sont des récits que je lisais avec grand plaisir étant jeune.

De nos jours, il m'arrive cependant souvent d'essayer d'en relire, mais j'avoue avoir un peu de mal. Les trames et surtout les rebondissements sont assez répétitifs d'une histoire à la suivante, et j'avoue ne plus trouver la surprise et l'intérêt de ma jeunesse pour ces aventures. Par contre, je garde une vraie affection pour le personnage de Picsou qui, en version papier, est sans doute mon personnage préféré de l'univers Disney.

Nom série  Sur les Terres d'Horus  posté le 15/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai lu cette BD un peu à reculons car je n'ai pas toujours été charmé par les BDs d'Isabelle Dethan ni par son dessin. Mais je dois avouer être vraiment vite entré dans le récit des Terres d'Horus et l'avoir grandement apprécié.

Je le décrirais comme étant des enquêtes policières dans un décor d'Egypte Antique très bien représentée. Les personnages sont originaux, une femme scribe belle et intelligente et le 4e fils de pharaon étant les deux principaux. La narration, les dialogues et l'ensemble du récit sont fluides et modernes. Les enquêtes sont prenantes et bien construites.

Et surtout le décor de l'Egypte de l'époque de Ramses II est représenté de manière extrêmement vivante et réaliste à la fois. Les paysages sont superbes, les villes pleines de vie, de couleurs et de population. On s'y croirait vraiment, et en même temps on n'a aucune sensation de vision historique figée et ennuyeuse.

Le dessin et la colorisation d'Isabelle Dethan y sont pour beaucoup. Et même si je n'accroche pas toujours à ses aquarelles qui "bavent" un peu, je trouve les planches belles et agréables tant à lire qu'à regarder.

Un très agréable moment de lecture et un décor d'Egypte Antique excellent et vivant.

Nom série  Canetor  posté le 11/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Canetor, c'est avant tout un bel album qui attire l'oeil. Grand et solide, il offre une couverture simple qui attise la curiosité. Les planches sont très agréables et bénéficient d'un dessin clair et épuré, aux formes géométriques et à l'encrage nets.

Canetor, c'est ensuite un hommage parodique à de nombreuses oeuvres de l'univers des anciens comics. Le rapprochement est évident avec Donald pour ce qui concerne Canetor et surtout sa fiancée Canetorette très proche de Daisy. D'autres hommages sont également rendus, notamment à Little Nemo par l'intermédiaire des rêves agités de Canetor. Et cela continue avec un univers à la Disney et des petites histoires naïves et comiques semblables à celles de la première moitié du 20e siècle à la différence près qu'elles sont traitées ici avec dérision et une acidité "pince-sans-rire". Acidité, en effet, car tout ce joli petit monde n'est pas si rose : Canetorette est idiote et sert de souffre-douleur, Canetor est égocentrique voire limite cruel, sa soeur Canetorine est une emmerdeuse tant verbalement que dans la vie, etc.

Humour décalé, satire discrètement masquée sous une belle apparence graphique, propre et nette, c'est un album qui se lit ou se feuillette agréablement. Les gags tiennent sur deux pages et peuvent se lire à petites doses. C'est même peut-être préférable car la quarantaine de gags se révèle légèrement répétitive et pourrait lasser le lecteur lambda.

Nom série  Aude n'est plus Vierge  posté le 11/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette BD commence de manière relativement sympathique, utilisant son décor français du Second Empire de manière moins inutile que dans beaucoup de BD pour adultes. Les premières scènes de sexe sont bien amenées et relativement émoustillantes.
Par contre, passé le tiers de l'album, l'intérêt et l'originalité baissent fortement, les scènes se succédant sans réellement intéresser, jusqu'à une fin sans aucun relief.
Le dessin, malgré un aspect un peu amateur, est assez sympathique. Mais il montre aussi assez vite ses faiblesses, les personnages féminins se ressemblant tellement qu'on en vient à les confondre régulièrement.
Bref, j'étais assez séduit par le début de ma lecture, mais pour le reste, nous n'avons plus là qu'une BD de petite qualité.

Nom série  Les Exploits de Poison Ivy  posté le 10/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Yann et Berthet ont eu une idée assez sympathique : créer une vraie série BD autour du personnage fictif des pulps "Poison Ivy" de leur propre série à succès Pin-up.
Poison Ivy, dans Pin-up, c'est une super-héroïne sexy qui, durant la seconde guerre mondiale, va terroriser et massacrer des "sales japs", portant bien haut la bannière étoilée et ses dessous affriolants. C'est donc la jeunesse et les débuts d'héroïne de cette jolie femme que nous allons suivre dans cette BD.

L'histoire s'entame sur un décor de bayou de Louisiane. Berthet retrouve là le décor qu'il affectionnait déjà dans une autre de ses BD : L'Oeil du chasseur. Yann et lui en profiteront d'ailleurs pour glisser de gros clins d'yeux aux anciens amis et collaborateurs de Berthet, Cossu et Foerster, représentés en bouseux locaux.
Indubitablement, Berthet maîtrise son dessin. J'apprécie grandement son style clair et son encrage épais. Ce sont des planches jolies et agréables à lire.

Le scénario, pour sa part, est sympathique. On suit avec plaisir ce petit garçon manqué qu'est Miss Swampy avant qu'elle acquiert de superbes formes et le dangereux pouvoir d'empoisonner d'un simple baiser. On la suit encore avec le sourire quand elle est recrutée pour rejoindre une équipe de super-nanas aux divers pouvoirs au service du président des USA.
C'est donc une BD qui se lit agréablement, sans jamais m'avoir vraiment captivé mais m'ayant fait passer un bon moment. A lire, surtout si vous avez aimé Pin-up et appréciez l'idée de découvrir les mêmes auteurs dans une série plus aventureuse et un peu plus comique.

Nom série  Boris  posté le 10/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette petite BD muette et relativement enfantine est assez sympathique... mais elle se lit vraiment trop vite à mon goût.

Le dessin est épuré et stylisé. Avec des couleurs acidulées, il offre des planches claires et agréables à lire. La narration muette est assez réussie mais légèrement diluée, rallongeant un peu une histoire qui pourrait tenir en quelques pages de moins.
Et c'est bien mon souci avec ces albums. C'est que les histoires qu'ils racontent se résument en une ou deux phrases mais sont malgré tout diluées sur une soixantaine de petites pages. En outre, elles n'ont rien de vraiment original et font juste parfois un peu sourire.

Ca n'en reste pas moins une lecture pas désagréable mais pas des BD dont je pourrais vraiment conseiller l'achat.

Nom série  Tiblonde  posté le 10/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis indulgent car cette BD s'adresse en principe à des enfants, mais pour le reste, je ne lui trouve guère de qualités.
Comme Arzak le disait récemment, on peut compter sur Bamboo pour faire du sous-Dupuis et on peut compter sur Clair de Lune pour faire du sous-Bamboo. Là, en fait, Clair de Lune nous fait du sous-Soleil puisque Tiblonde est tout simplement la version gamine de Les Blondes.

Tiblonde, c'est une petite blonde qui va à l'école avec ses copains-copines : Tibrune, Tidiot, Ticon, Tifoot et autres Timachins. Comme dans Les Blondes, l'humour est ici basé sur la bêtise de la petite héroïne, sa bêtise et son insolente assurance sur sa propre beauté. Mais ces gags sont en outre rabaissés à un niveau capable d'être compris par des enfants... de tous jeunes enfants semble-t-il, des écoliers pour être précis. Et... je vais supposer que c'est donc pour cette raison que cet humour ne me fait vraiment pas rire.
Quant au dessin, je le trouve médiocre. Vraiment rien de plus à en dire.

Par contre, la maison d'édition a fait un gros effort sur le contenant : la couverture en 3D est techniquement très réussie et attire vraiment l'oeil, et les pages parfumées à la fraise (comme les chaussures rouges de ma fille ). Avec un tel physique, c'est clair que les gamins vont adorer et demander à leurs parents de l'acheter dès qu'ils le verront...

Nom série  Golgoth le Dernier Empereur (Empire)  posté le 10/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Empire est basé sur un postulat de départ intéressant et assez original : imaginez un monde où les Super Vilains ont tué tous les Super Héros et écrasé les armées de toutes les nations pour fonder un empire autoritaire mondial dirigé d'une main sanglante par le tout puissant Golgoth.
Idée vraiment captivante mais qui aurait pu tourner au médiocre si elle avait été traitée sans finesse et se basant uniquement sur des combats entre super-gaillards aux muscles hypertrophiés.
Heureusement, ce n'est pas le cas du tout ici !
Le concept est vraiment bien traité, avec intelligence, finesse et surtout une bonne part de mystère.

L'Empire est dirigé par une élite, ministres d'empire, super-vilains tous plus sadiques et vicieux les uns que les autres. A leur tête, Golgoth.
Golgoth est sans doute le meilleur personnage de ce comics. Surpuissant, très mystérieux, froid et dangereux, il a une forte notion de la politique autoritaire et des erreurs à ne pas commettre par ses proches comme par ses ennemis. En même temps, il a une faiblesse puisqu'il a une fille adolescente qu'il chérit, protège et à qui il cherche à masquer au maximum le monde violent qu'il a lui-même créé. Mais derrière ce masque de surpuissance semble se cacher un traumatisme psychologique le rendant fragile mais aussi encore plus imprévisible. Et derrière son amour pour sa fille semble également se cacher une ambition très mystérieuse.
Bref, un personnage principal qui cache bien des choses et m'a beaucoup plu.
Autour de lui, toute une série d'autres personnages, super vilains qui font partie de sa cour mais aussi ambassadeurs de nations étrangères, tous assez variés et plutôt bien construits dans leur psychologie et leurs relations.

Le récit se structure en chapitres plus ou moins courts, mettant en place le décor de cet empire et de son apogée. Ces récits sont bien construits et assez prenants.
Ils dévoilent en outre peu à peu une intrigue relativement complexe où les trahisons semblent nombreuses à venir.

Le dessin, quant à lui, est assez moyen. Dans un style action comics assez standard, il souffre difficilement qu'on le regarde en détail et montre quelques insuffisances techniques du dessinateur. Cependant, en cours de lecture, il passe très bien et réussit à masquer ses faiblesses relatives.

Seul véritable défaut de ce comics, le fait que seul le tome 1 soit paru chez Semic et Golgoth sait quand viendra la suite et chez quel éditeur. Heureusement ce premier tome est suffisamment dense et pourrait presque se suffire à lui-même.
Mais je suis néanmoins avide de pouvoir lire la suite.

Nom série  Aliénor  posté le 09/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Enfin je lis cette BD qui a attiré mon attention depuis qu'elle est sortie, pour une raison évidente pour ceux qui me connaissent. Le résultat m'a assez plu.

Je dois admettre avoir eu un peu de mal à entrer dedans au long des quelques premières pages. Malgré des couleurs chatoyantes, je trouvais leur aspect informatisé trop froid. Je trouvais aussi le dessin, légèrement stylé manga trop froid, trop carré, trop... un petit quelque chose que je n'arrive pas encore à définir mais qui me faisait très moyennement apprécier l'aspect des planches. De même, j'ai eu du mal à accrocher au rythme rapide de la narration, un rythme assez enfantin à mes yeux.

Et pourtant je m'y suis malgré tout assez vite fait, suffisamment pour passer un moment de lecture bien sympathique.
Cela tient surtout aux personnages et à leur humour, je pense. La gentille Aliénor est assez insignifiante au niveau de la personnalité mais mignonne et amusante. Etamine, la mort, m'a plutôt fait rire avec ses "Ya !" kamehamehesques. Le mainate savant du méchant m'a vraiment plu. Et même Shu-Halaï, le prédicateur mandarin dont je me demande encore vraiment d'où il sort dans ce décor médiéval, a fini par me faire rire lui aussi. Bref, je me suis pris d'affection pour tout ce petit monde.
Et d'une intrigue que je craignais trop typée "ado-amateur-d'action-et-de-manga", j'ai fini par apprécier son aspect attachant, humoristique et tout fou.

Bref, une petite série bien sympa qui ne se prend pas la tête.

Nom série  Mijeong  posté le 09/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce manga est un bel album, un objet de belle qualité qui m'a séduit tant par son poids, la texture de son papier, sa couverture que par la beauté originale de ses planches.

Je suis en effet charmé par le dessin de Byun Byun Jun.
Il utilise différents styles suivant les histoires, allant du style manga classique bien maîtrisé jusqu'à des planches en couleurs presque impressionnistes ou expressionnistes, c'est selon. J'ai été plus particulièrement touché par le dessin de ses deux premières histoires, un dessin noir et blanc étonnant, au trait comme hachuré ou éclaté. Je ne sais réellement comment le décrire mais en tout cas, j'aime.

Les histoires quant à elle sont assez variées mais sont toutes assez noires. Etonnamment, pour chacune d'entre elles, j'ai eu une certaine difficulté à entrer dans le récit. Leur narration introductive, souvent muette ou alors assez poétique-hermétique, ne m'a pas permis de vraiment les appréhender avant les premiers véritables dialogues entre personnages. C'est ainsi que j'ai eu beaucoup de mal à comprendre la tout première histoire qui est trop courte pour m'avoir permis d'entrer dedans assez rapidement.
Mais passé ce délai d'introduction, j'ai trouvé un véritable charme et une vraie originalité à ces récits parfois assez forts. Je ne suis guère attiré généralement par les récits sombres, voire pessimistes, et ceux-là le sont parfois vraiment : jeune fille traumatisée par la vie dont le seul objectif est de venger la mort d'un ami d'enfance, enfants s'entendant pour faire disparaître le cadavre d'une grande soeur violée et suicidée, couple assassiné par un pervers idiot, et autres horreurs de la vie urbaine moderne. Malgré cette recherche volontaire de l'obscurité du récit et des êtres humains, les récits m'ont plu et intéressé.

Un bel album, un dessin varié et original, de très jolies planches, des histoires noires mais intéressantes et parfois assez fortes, avec pour seul défaut une narration parfois un peu hermétique en début de chaque histoire courte, bref un manga qui plaira aux amateurs d'histoires adultes et sombres.

Nom série  Un point c'est tout !  posté le 08/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il faut aimer les loufoqueries et le style de Boucq pour apprécier cette BD, et ça tombe bien c'est mon cas. Dans son style toujours aussi décalé, il nous fait partir d'une conversation "graphicosophique de Café du Commerce" pour donner son analyse de l'art pictural tout en humour et digression. Traitant tour à tour du point, du trait puis des contours et perspectives, Boucq nous offre une suite de planches, d'illustrations et d'images délirantes tournant autour du thème du dessin comme Batman autour de Robin. Dialogues outrés et loufoques, fausses citations, anecdotes échevelées, Un point c'est tout se présente comme un guide échevelé de l'art du dessin.

Amusant, même si les textes alambiqués ont de quoi dérouter celui qui essaie de les comprendre pour de bon. J'ai bien aimé ma lecture, souriant quasiment en permanence.
Cependant, j'estime que, pour vraiment vouloir acheter cet album, il faut soit aimer beaucoup le style particulier de Boucq soit être soi-même dessinateur et aimer cet ouvrage pour son côté complètement décalé sur son propre art. Peut-être à ne pas mettre en toutes les mains.

Nom série  Polly et les Pirates  posté le 08/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Sur les conseils (avisés) d'Alix, j'ai acheté l'intégrale en anglais et en noir et blanc de Polly et les pirates : 10€ la bête pour l'équivalent de 6 albums en français, je n'allais surtout pas me priver.
Et j'ai beaucoup aimé ma lecture !

L'histoire se met en place doucement, le premier chapitre (premier album dans la version française) ne suffisant pas encore à me plonger vraiment dans l'histoire. Mais ensuite, j'ai vraiment pris du plaisir à suivre ces aventures de pirates et de jeunes filles. La petite Polly est intelligente, débrouillarde et son aspect "désireuse de conserver sa respectabilité et son honneur" lui donnent une vraie personnalité très bien rendue. Les aventures qu'elle vit, à même de plaire à un lectorat de jeunes garçons ou filles, sont très bien construites et vraiment captivantes pour un lectorat adulte également.
Les dialogues sont fins et amusants, même lorsque les pirates parlent leur argot incompréhensible.
Et les dessins aussi sont sympas, même si l'absence de pieds et les doigts crochus de tous les personnages sont assez étonnants par moment.

Bref, un vrai petit bonheur de lecture et une histoire que je lirai ou ferai lire à ma fille dès qu'elle sera en âge de l'apprécier.

Maintenant, je conseille son achat, ça oui, mais franchement j'ai du mal à conseiller l'achat de la version française au prix où elle est, c'est-à-dire six fois plus cher que la version anglaise : même si le format est plus grand, les planches colorisées et les couvertures cartonnées, cela n'apporte pas grand chose de plus à l'histoire et je ne dépenserais pas ce prix là.

Nom série  Beet the vandel buster  posté le 08/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Forts de leur expérience, les auteurs de Fly lancent une nouvelle série 100% shonen sur le même principe. Accompagné d'un jeu de cartes, de différents jeux vidéos, ce manga prend la base ultra-classique du shonen heroic-fantasy issu de jeu vidéo avec monstres, boss de fin de niveau, héros gagnant des points d'expérience et évoluant en gagnant en puissance et en matériel. Un pur manga marketing japan-made.
De quoi dégoûter les puristes ?

Oui, mais...

Mais pourtant sa lecture est tout à fait plaisante pour qui aime le genre shonen qui ne se prend pas la tête. Le dessin, dans la lignée de Dragon Ball et bien sûr de Fly, est simple et bon. La narration est tout à fait maîtrisée. Les scènes et dialogues, même s'ils sont franchement prévisibles, se lisent avec un plaisir simple.

Persuadé que ce manga plaira à un lectorat adolescent ou pré-adolescent, j'avoue l'avoir moi-même lu avec un certain bonheur, celui de l'adulte fatigué à qui ça ne déplait pas de lire un manga facile à suivre et suffisamment bien construit pour devenir assez prenant au bout de quelques dizaines de pages.
Pas de surprise pour le lecteur blasé, celui qui a déjà lu Fly et autres Dragon Ball, mais c'est un manga plaisant qui intéressera le jeune public adepte de jeux vidéos rpg.

Nom série  Le Petit Cirque  posté le 07/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime l'univers de Fred, j'adore Philémon, et le Petit Cirque nage dans le même univers loufoque, fantastique et poétique. C'est donc avec un plaisir simple que j'ai parcouru ces pages, ces petites scénettes de deux pages chacune, toutes pleines d'imagination. J'ai rigolé devant l'humour absurde et la façon décalée dont le patriarche Léopold traite sa docile femme Carmen. J'ai aimé les idées variées de Fred.
Au niveau du dessin, j'apprécie l'esthétisme et la composition de ces planches. Et même si la technique graphique utilisée n'est pas toujours la même, j'aime surtout les planches à l'encre très mouillée comme une aquarelle en teintes de gris.
Bref, c'est un album que j'ai aimé, même si je n'en pense pas qu'il me marquera vraiment.

Nom série  Casanova sous les Plombs de Venise  posté le 07/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

Le récit de la détention de Giacomo Casanova dans les geôles du Doge de Venise : les fameux plombs. En trois tomes de 48 pages, cette BD nous raconte brièvement les raisons simples et fallacieuses qui ont mené le dandy en prison : jalousie, soupçon d'hérésie, de sorcellerie, mauvaise vie, mépris envers l'autorité, tout était bon pour le mettre au secret, sans avoir jamais besoin de le passer en jugement ou ne serait-ce que de lui énoncer les raisons de son arrestation. Une situation qui aurait de quoi rendre fou n'importe quel détenu, et Casanova avoue lui-même l'être devenu momentanément avant de chercher pour de bon à s'évader coûte que coûte et malgré les obstacles qui vont se dresser sans arrêt face à son évasion.

Un récit bien raconté et plaisant, une narration fluide, un personnage principal assez attachant, un dessin simple mais agréable, tout conduit à un bon moment de lecture permettant au passage de se retrouver de belle manière dans la Venise magnificente et cruelle.

Nom série  Les Cinq Conteurs de Bagdad  posté le 07/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Si j'avais dû me fier à la seule couverture qui ne paie vraiment pas de mine, j'admets que je ne me serais pas intéressé à cette BD. Par chance, j'avais déjà beaucoup apprécié les deux oeuvres précédentes des deux auteurs : La nuit de l'inca et Dieu qui pue, Dieu qui pète. Grâce à cela, je ne suis pas passé à côté de ce bijou d'intelligence et d'imagination !

Le dessin de Duchazeau est assez typé. D'aucuns le comparent à celui de Sfar ou Blutch, moi je lui trouve un style bien personnel. Trait fin, beaucoup de hachures, quelques ombrages, il donne à mes yeux une atmosphère éthérée et magique qui relève le récit puisque c'est exactement ce qui lui convient ici. Quelques cases et planches travaillées - décors de Bagdad, de villes indiennes ou de palais des mille et une nuits - sont formidables. D'autres cases sont un peu plus épurées et font davantage ressortir leurs couleurs un peu trop simples : elles me plaisent un peu moins.
Mais dans l'ensemble, j'aime.

Ceci dit, je dois avouer que c'est surtout le scénario que j'admire dans cet album. Bourré d'intelligence, il surprend le lecteur à chaque page, chaque dialogue. Pourtant, le récit prend le choix difficile de raconter toute l'histoire dès le début par la prédiction irréfutable d'une devineresse. Mais c'est pour mieux contourner les prévisions, étonner le lecteur, permettre une narration que je considère comme parfaite de concision et de densité.
Il se base essentiellement sur 5 personnages excellents, très différents et forcément complémentaires. Leurs dialogues regorgent de perspicacité mais aussi de beaucoup d'humour, un humour frais et moderne.

L'intrigue s'attache en outre à réfléchir sur l'art du conteur, que l'on peut bien sûr rapprocher de celui de tout écrivain, cinéaste ou auteur de BD de nos jours. Comment chaque conteur s'adapte-t-il à son public, comment peut-il espérer faire changer l'esprit de ses auditeurs, le peut-il seulement, quelle est la force ou les pouvoirs d'un conte, comment peuvent-ils se présenter pour toujours évoluer ou se répéter inlassablement avec la même force,... Tant de réflexions qui passent avec douceur dans un récit captivant qui peut s'apprécier aussi bien sur l'aspect de l'aventure, de l'humour ou de la simple relation entre les personnages que sur le plan du débat d'idées.

64 pages d'un récit dense, admirable à tous points de vue, doux et léger, dur et lucide, drôle et intelligent, aventureux et bavard. Une mine d'intelligence et d'imagination.
Chapeau messieurs Vehlmann et Duchazeau !

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 278 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque