pub
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...   BD Encheres 468x60
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 5283 avis et 2030 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Nekomajin  posté le 26/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En fan de Dragon Ball, c'est avec une vraie curiosité que j'ai lu ce petit manga parodique (enfin petit, près de 200 pages quand même).
Nekomajin est une sorte de gros chat humanoïde, mélange de SanGoku et MajinBu (Boo). Il a des super-pouvoirs proches de ces deux-là et vit dans le même monde qu'eux, quoiqu'ils parlent ici vraiment de Japon et de Japonais alors que Dragon Ball se passait sur une Terre fictive.

Le début de ma lecture a été plutôt une déception pour moi. Les deux premières histoires rappellent bien l'univers de Dragon Ball mais ressemblent plus à des petites histoires bêtas à l'humour très bas de plafond. Je n'ai pas accroché. Le dessin est bien celui de Toriyama mais sans aucune finesse, avec un trait gras et des décors et personnages simplifiés.
Il semble y avoir un tournant à partir de la 3e histoire puisqu'on y apprend que Nekomajin a dormi sans s'en rendre compte de 1971 jusqu'à 2003 pour se réveiller enfin. Est-ce à dire que les 2 premières histoires dataient de 1971 et que ce n'est qu'en 2003 qu'ont été créées les suivantes ? On dirait que c'est le cas à regarder le dessin, plus fin et plus travaillé. Et l'humour commence à être meilleur puisque j'ai souri à cette troisième histoire qui n'est pas encore une parodie réelle de Dragon Ball mais juste un récit assez approchant dans l'idée.
La parodie n'arrive que pour les 5 dernières histoires, appelées Nekomajin Z où on va vraiment retrouver des personnages de Dragon Ball (Z). Ca commence par un super-sayen obèse et sa fiancée qui débarquent dans la région où sévit Nekomajin. Puis ce sera au tour de Krizer, le fils de Freezer à la tête d'oignon. Puis Vegeta. Puis MajinBu lui-même et enfin Sangoku, qui se révèle être le maitre en arts martiaux de Nekomajin dans ce monde humoristique. L'humour reste assez tarte à la crême comme souvent chez Toriyama, mais je dois dire que je me suis bien marré. La façon dont les gros méchants de DBZ sont tournés en dérision est bonne, et le personnage clownesque de Nekomajin me fait finalement rire alors que je le trouvais trop pipi-caca-prout au début.

Bon, sincèrement, je n'irais pas jusqu'à conseiller l'achat de ce manga et je déconseillerais sa lecture à ceux qui ne sont pas imprégnés de la culture Dragon Ball. Mais pour les amateurs de Sangoku et compagnie, la lecture vous amènera, je pense, le sourire et le rire.

Nom série  Gotham Central  posté le 26/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je découvre cette série avec le premier tome de la reprise par Panini Comics de Gotham Central. Semic ayant perdu les droits de DC, c'est donc cet autre éditeur qui poursuit la série, le tome 1 de chez Panini (Pris pour cible) correspondant en fait au tome 3 de la série dans son ensemble.
Les histoires étant complètes, elles peuvent se lire indépendamment, même si j'avoue qu'il n'est pas facile de s'y retrouver parmi les nombreux personnages du G.C.P.D quand on les découvre tous d'un coup au coeur de l'action dès le début de ce 1er/3e tome.
J'aime très moyennement le dessin. Réaliste, noir, il colle à une ambiance thriller réaliste et dur, mais... bof bof en ce qui me concerne.
Le récit, ensuite, est intéressant puisqu'il mélange une série policière tout ce qu'il y a de plus sérieux et réaliste, très proche de séries télévisées actuelles, avec un décor un peu plus fantastique où par moments surgissent des ennemis publics tels que le Joker, Double-Face ou Mr Freeze. Et bien sûr, même si le G.C.P.D travaille de manière totalement indépendante, l'ombre de Batman et son influence est grande dans les enquêtes et l'opinion publique. Background très intéressant donc.
Pour le reste, ce sont des enquêtes assez basiques, bien montées et prenantes, mais rien qui marque vraiment l'esprit par leur originalité ou leur force.
A lire pour les amateurs de Batman mais surtout pour les amateurs de séries policières.

Nom série  Petite histoire des colonies françaises  posté le 26/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais bien accroché à Petite histoire du grand Texas, façon originale de raconter l'histoire d'un pays sur la base de textes anecdotiques et teintés d'humour noir accompagnés de petites planches de dessins minimalistes et décalées. Les auteurs poursuivent sur leur lancée avec cette nouvelle série Petite Histoire des colonies françaises. La présentation est toujours la même : format à l'italienne, album souple, près de 130 pages, et ainsi une suite de petits textes et de planches BDs accompagnatrices.

Dans le premier tome, l'Amérique Française, les auteurs abordent les Colonies par celles que la France a encore, a eu ou a tenté d'avoir sur le continent Américain et dans les Caraïbes. Floride, Québec, Louisiane, Antilles... Gageons que le tome 2 portera sur l'Afrique et le 3 sur l'Asie.
L'Histoire est présentée sous la forme d'une suite de faits, de noms célèbres et d'anecdotes souvent croustillantes. Le ton est très humoristique, basé principalement sur l'humour noir et le décalage entre les petites BDs parfois clownesques et un texte glorifiant la fierté de la France conquérante et la bassesse de ces lâches anglais et de ces méchants esclaves qui se révoltent.
C'est drôle. J'ai ri à beaucoup de moments.
L'ennui, c'est que j'ai moins accroché que pour Petite histoire du grand Texas, sans doute parce que l'effet de surprise et d'originalité est maintenant passé pour moi. L'aspect historique est bien présent mais s'échappe très vite sous le flot d'anecdotes qui aparaissent et disparaissent d'une page à la suivante. Il y en a presque trop à dire, on dirait, et même si on apprend des choses presque à chaque page, c'est pour les oublier aussitôt après. Quant à l'aspect humour, il est un peu répétitif et au fil des pages, je me suis légèrement ennuyé par moment.

Ue lecture que je conseille donc néanmoins véritablement, mais je ne suis pas sûr d'en conseiller l'achat.

Nom série  Elle ne pleure pas, elle chante  posté le 25/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un récit dur, très dur. Je salue le témoignage que représente cet ouvrage, la vérité crue racontée ainsi et le conflit de sentiments que cela implique. Le ton est juste mais très... dur. Clairement, cet ouvrage servira sans doute de référence lorsqu'il s'agira de parler du sujet de l'inceste.
Je l'ai lu avec interêt, et avec aussi une bonne part de dégoût devant la véracité de ces faits. J'ai compris des sentiments, j'ai compris leurs conflits, j'ai compris l'indifférence acide à laquelle le récit finit par mener l'héroïne, faisant suite à la haine et au ressentiment.
Par contre, c'est clairement le genre de BD que je n'achèterais surtout pas : je la lis avec interêt, mais je ne la relirai jamais et je n'ai pas ressenti de "plaisir de lecture", juste de l'interêt. Ce n'est pas mon genre. Pas plus que le dessin de cette BD n'est mon genre : trop dé-personnalisé avec cet encrage gras se limitant au strict minimum de traits pour représenter lieux et personnes.
Témoignage très fort et dur, très intéressant même si à la limite de la nausée pour moi par sa crudité.
A lire.

Nom série  Luna Almaden  posté le 25/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une BD que j'ai lue avec interêt et plaisir.
Ca fait bizarre de reconnaitre le dessin de Clarke dans ce style réaliste quand on est habitué à ces albums d'humour. J'adore son dessin mais là, je suis un petit peu mitigé. Les personnages sont très réussis même si je m'attends à chaque case à les voir avec les grands sourires et les yeux ronds de ses personnages d'humour. Par contre, les décors sont trop épurés, trop vides : ça me donne une impression de manque à chaque planche.
L'histoire est très bien menée et prenante du début à la fin. Elle se lit assez vite finalement. L'intrigue et le mystère qui va vite apparaitre sont bien montés. Hélas, quand vient le dénouement, on en vient à se poser des questions et à se dire que finalement, tout cela n'est pas totalement crédible : l'utilisation du fait que Luna est aveugle parait un peu facile pour expliquer qu'elle confond... ce qu'elle confond, alors qu'elle est sensée connaître cette chose par coeur et ne pas juste toucher deux ou trois objets pendant toute une soirée et un matin.
Ceci dit, c'est pour moi la première fois que je vois une telle idée pour un petit thriller comme celui-ci alors j'ai été bien captivé à la lecture.

Nom série  Beba  posté le 25/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Etrange BD porno. Plutôt qu'une BD, on dirait une suite d'illustrations de cul tant Beba saute d'une case à la suivante d'une pipe à la sodomie suivante avec presque à chaque case un nouveau "partenaire" (en fait de partenaire, on n'en voit que le membre ou la tête de porc). L'histoire se résume vite : après être passé de simple transexuel à "femme" à part entière, Beba, suceuse et femme objet professionnelle, décide de passer un concours où il faut faire jouir 110 hommes en 24h par tous les moyens qu'ils désirent : bondage, sodomie, à plusieurs, fellations simples, trucs crades, etc... 110 hommes, peut-être bien 110 cases où on voit Beba avec un membre dans la bouche ou ailleurs, tandis qu'on lit ses pensées, pensées "sportives" puisqu'elle est très très motivée à gagner. Et paf, ça s'arrête comme ça. Un dessin moyen, une histoire qui se résume à ces quelques lignes, du porno pas franchement excitant, une fin abrupte. Bof, même si je n'ai pas autant détesté que Don Lope.

Nom série  Griffu  posté le 24/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Paru en 1977, Griffu est pour moi une simple retransposition du personnage de Nestor Burma dans le Paris des années 70. C'est un roman noir mis en BD. N'étant pas amateur de polar et encore moins de polar noir, c'est sans grande conviction que j'ai lu cette BD. Le récit reste cependant plaisant, ne sombre pas dans une confusion incompréhensible comme j'en fais le reproche à certains polars de Tardi et je l'ai suivi sans ennui. Cependant, à aucun moment, je ne me suis senti vraiment captivé, rien ne me donnait vraiment l'envie de connaître à tout prix la suite si ce n'est une très légère curiosité de savoir le pourquoi du comment. Le dessin de Tardi ici est bon mais représenter le Paris banlieusard moderne lui réussit nettement moins à mes yeux que le Paris du début du siècle d'Adèle Blanc-Sec.

Nom série  Ricou et Bigou  posté le 24/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Depuis que j'ai lu Le Club des quatre et The autobiography of me too, je lis tous les albums de Bouzard que je peux trouver.
J'en suis venu à apprécier son dessin noir et blanc, légèrement underground, pas très beau au premier coup d'oeil mais bien égréalbe à lire et très plaisant au final.
Et c'est surtout son humour que j'aime.
Ici, cet humour ressort mais pas autant que dans les BDs de Bouzard que je préfère. C'est de l'humour noir et absurde à la fois, comme j'aime. Ricou et Bigou sont de braves boy-scouts plus naïfs que méchants, mais voilà, l'un des deux frères tourne mal : "tout a commencé par la poésie, Bigou taquina l'alexandrin au détriment des vêpres. Puis ce fut la musique, la musique, toujours la musique" et plus particulièrement le Rock ! Voire pire ! Les Wampas ! Hérésie ! Il faut que Ricou ramène Bigou dans le droit chemin !
Les histoires courtes maintiennent un rythme de lecture et d'amusement constant et assez plaisant. Et j'ai bien rigolé sur la plupart des gags et chutes de ces histoires. Mais il ne m'est rien apparu de vraiment transcendant et d'aussi original que d'autres tranches d'humour de Bouzard.
Plaisant et un peu décalé, à lire ou à acheter pour les amateurs du genre.

Nom série  La nouvelle pornographie  posté le 24/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A lire quelques avis ci-dessous, je pensais que cet album serait aussi abstrait et incompréhensible que Bleu du même auteur, mais finalement il est tout à fait compréhensible (à une ou deux cases près qui me laissent encore perplexe). Et sincèrement, il m'a fait sourire et rire à quelques moments.
Pour ceux qui semblent ne pas l'avoir compris (et pourtant, c'est évident à certains moments notamment à la dernière page où le doute n'est absolument plus possible), ces formes que nous voyons sont les orifices de la femme et ce qui y pénètre. Tiens, oui, maintenant que j'y pense, il n'y est question que de pornographie hétérosexuelle, pas homosexuelle.
Car oui, c'est du porno au sens où au fil des "figures" qui forment les histoires de cet album, ce sont des scènes de cul que nous observons représentées de manière minimaliste. Cela commence par le simple coït vaginal, puis anal, puis les deux, puis cela se diversifie : éjaculation précoce, fellation, à plusieurs, celles qui aiment plus ou moins la sodomie, le fist-fucking (et ses conséquences), celle qui se fait prendre par son dentiste, et bien sûr un final qui nous ramène à la réalité naturelle de l'acte sexuel.
Je pensais vraiment avoir du mal à accrocher à cette BD car je déteste l'abstrait et les symboliques que seul l'auteur peut comprendre, mais là tout me parait vraiment très évident. Ou alors j'ai l'esprit aussi déplacé que Trondheim ?
Bon, voilà, maintenant que j'ai compris tout ça, ça n'en reste pas moins une BD qui se lit assez vite et qui, bien qu'elle m'a fait rire un peu, ne me donne pas plus envie que ça de l'acheter personnellement.

Nom série  Les Nouvelles aventures du Chat Botté  posté le 23/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Formidable ! Voilà un petit chef d'oeuvre !
Humour, finesse, dessin excellent, jeux sur le support BD et la narration, dialogues truculents, imagination, tout y est dans un cocktail d'une réussite rare. D'autant plus qu'il s'agit d'un album à petit prix. Peu de pages mais un récit très dense et une lecture captivante !

Je l'ai déjà dit dans mes avis sur Le cabinet chinois et La Guilde de la mer, je suis vraiment sous le charme du dessin de Nancy Peña. Original et beau, il réussit à faire passer aussi bien l'esthétisme que l'humour ou la poésie. Cet album, en noir et blanc, contient tout ce que j'aime le plus dans ce dessin. En outre, la mise en page de chaque planche est excellente et très variée. Nancy s'offre même le luxe de jouer sur la narration pour certaines planches avec des méthodes qui ne sont pas inédites mais qui fonctionnent très bien (si ce n'est peut-être pour la première planche de l'ogre dont la lecture commence en bas à gauche ce qui surprend une ou deux secondes).

Le récit, pour sa part, est une suite au conte du Chat Botté, une suite mêlant conte de fées, délires légers et beaucoup d'humour. Le récit est original et les rebondissements largement moins prévisibles qu'il y parait en cours de lecture. Les dialogues sont très bons, truculents et drôles. Et l'humour est vraiment très présent. J'étais éclaté de rire à de nombreux moments.
Ce qui marque à mes yeux la très grande qualité de ce récit, c'est surtout qu'il reste d'égal intérêt et d'égal humour tout au long de l'album, sans jamais s'essouffler malgré le très haut niveau de prestation que Nancy Peña nous offre là. J'ai senti un faible relâchement uniquement dans les deux ou trois dernières pages quand l'auteure, "quel fléau cette donzelle", en vient à la conclusion de son récit qui se doit d'atterrir après les sommets qu'il a atteint.

Formidable dessin, récit original et prenant, humour excellent, énorme coup de coeur en ce qui me concerne.
Et à un si petit prix, jetez-vous dessus !

Nom série  Fraise et Chocolat  posté le 23/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En quelques semaines, j'avais entendu parler de cette BD sur quasiment tous les sites BD français sur Internet : est-ce parce que l'auteur parle de sa vie intime avec Frédéric Boilet et parce que Sfar a dédicacé l'album ? Probablement.
Je viens donc enfin de le lire en entier après avoir déjà vu un grand nombre de planches d'extraits très aguichants à droite à gauche.
Aguichants, oui, car Aurelia Aurita dévoile sans aucun tabou sa vie intime (ou du moins une vie intime fictive comme elle l'affirme de manière ambigüe en fin d'album). Et c'est assez... émoustillant de voir une jeune femme parler aussi ouvertement de sexe, se mettant en scène avec son amant et dans toutes les situations de sa vie sexuelle ou simplement intime.

Bon, évidemment, le dessin est plutôt minimaliste et épuré, nous ne sommes donc pas vraiment là dans ce qu'on peut considérer comme "un bouquin de cul" graphiquement parlant. Ce dessin n'est pas particulièrement beau mais il est efficace.

Fraise et Chocolat est vu par certains, comme Sfar dans sa dédicace, comme un hymne à l'amour. Moi, j'estime que c'est tout de même essentiellement une BD qui s'appuie beaucoup sur l'instinct de voyeurisme du lecteur. Voyeurisme parce qu'on veut connaître (encore un peu plus) la vie privée d'une jolie jeune fille et de Frédéric Boilet (qui pourtant en a déjà raconté beaucoup de son côté). Voyeurisme surtout pour connaître la vie sexuelle débridée de ce couple.
L'ennui essentiel de ce récit à mes yeux, c'est que ce qu'Aurelia Aurita appelle l'amour vrai semble n'être que du sexe, que du cul : l'amour, c'est du cul, le cul inspire amour. Cette vision exclusive n'est déjà pas mon point de vue. Mais surtout c'est assez lassant dans le récit à la longue. D'autant plus que certains passages sont assez crades ou simplement assez piteux.

Pas une lecture inintéressante et assez émoustillante par moment, mais je trouve le prix trop élevé pour en conseiller l'achat.

Nom série  Lune de Jour  posté le 23/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Lune de jour est un conte sans doute plus destiné à un lectorat enfantin qu'adulte. Le dessin et les couleurs sont bien sympathiques, doux et agréable à regarder, comme de jolies illustrations jeunesse. Le récit, muet, est simple et légèrement poétique. Plaisant à lire et sûrement un bon livre à offrir à ses jeunes enfants.

Nom série  La Chute de l'Ange  posté le 23/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une histoire vite lue car muette (en plus d'être une Patte de Mouche) mais assez jolie et ne manquant pas de poésie. Le dessin est un peu minimaliste mais efficace et plaisant. Pas grand chose de plus à en dire : c'est un joli petit conte bénéficiant en outre d'un final permettant de rajouter un deuxième niveau de lecture au récit.

Nom série  Comment je me suis fait suicider  posté le 23/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
En 32 pages, cet album nous offre une histoire qui se lit assez rapidement.
Le dessin n'est pas formidable mais il se laisse lire, plus précisément il se laisse oublier car même en le revoyant maintenant, j'avoue avoir bien peu de chose à en dire. Pas très joli mais fonctionnel et pas si mal dans l'ensemble.
Quant à l'histoire, c'est celle d'un débauché assez minable qui passe ses nuits à boire en boite de nuit et se réveille tous les jours en début d'après-midi, sans savoir s'il a terminé la nuit avec quelqu'un ou si ce n'est rien d'autre qu'une flaque de vomi qui l'accompagne dans son lit. Et puis un jour, il y a quelque chose dans son lit. Ce récit rappelera immanquablement Prosopopus vis-à-vis de cette... chose. Mais sans aller tellement plus loin, le récit se termine peu de temps après l'apparition de la chose sur une fin un peu abrupte. Evidemment, la conclusion du récit se veut sans doute métaphorique mais le message passe assez difficilement en ce qui me concerne.
Pas une oeuvre marquante ni bien originale pour ce que j'en pense.

Nom série  La Poubelle de la Place Vendome  posté le 23/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Comme la majorité des albums de la collection Patte de Mouche, cette BD se lit bien vite. Son originalité : l'un des deux personnages est sourd-muet et ses bulles sont emplies uniquement de signes du langage des sourds sous-titrés mot à mot en bas de page. Hormis cette originalité donc, il n'y a pas grand chose de plus intéressant.
Le dessin est très très moyen. Du moins, personnellement, je n'aime pas.
Quant à l'histoire, ce sont deux types qui discutent dans une cuisine parce que l'un a trouvé un pistolet chargé dans une poubelle et qu'ils se disputent ensuite pour le prendre tout en continuant à palabrer.
Et... Et c'est à peu près tout.

Nom série  Le Gardien de la tour  posté le 23/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un album de belle qualité au papier solide et brillant presque étonnant par son épaisseur. L'ennui, quand je vois un tel papier dans une BD de taille classique, c'est que je crains toujours de tomber sur un album masquant ainsi son faible nombre de pages. Mais non, il y en a bien 46. C'est donc un objet de bonne qualité physique même si le papier brillant, j'aime moyennement.
Pour le reste, ce sont des gags en 4 grosses cases par planche. Dessin moyen et couleurs pêtantes.
J'ai bien souri à certains gags (le premier de la galerie sur ce site par exemple : "juste une grosse patate...") mais globalement ce n'est pas vraiment mon genre d'humour. J'ai trouvé ça un peu trop premier degré, l'absurde ne prenant que rarement le pas sur des gags assez plats à mes yeux.

Nom série  Just you and me  posté le 23/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Un bel écrin pour quelques pages de vide. Je ne peux pas dire que c'est mauvais, c'est tellement vide. C'est une histoire qui se raconterait en une planche vendue au prix d'un petit album.
Physiquement, l'album est joli et de belle qualité. Couverture solide, album broché, papier de qualité.
Mais y a rien dedans, quoi...
Une image par planche. Chaque image utilise la symbolique de la vie courante : symboles des toilettes, des restaurants, no smoking, etc., pour raconter une histoire très simple et surtout qui se résume en une petite phrase.
Ca se lit en 30 secondes, ça ne fait pas rire, pas sourire, on est loin de crier au génie ou à l'originalité.
C'est pas particulièrement mauvais, c'est juste que c'est du vide vendu à un prix qui n'a rien à voir avec le contenu.

Nom série  Jo, Zette et Jocko  posté le 23/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Etant enfant, je n'ai jamais réussi à lire un album complet de Jo, Zette et Jocko sans zapper pas mal de passages : inconsciemment, je devais trouver que ça manquait complètement de rthme, que c'était bavard et pas passionnant. Je voyais bien que le dessin et le traitement graphique était strictement identique à Tintin et Milou mais autant j'aimais Tintin autant je n'ai jamais pu apprécier Jo, Zette et Jocko. Je crois bien me souvenir que je me disais que je lirais sans doute ça quand je serais plus grand.
Maintenant que je suis grand, pas moyen de lire cette série car elle est trop naïve, trop enfantine. Le manque de rythme me saute davantage aux yeux et surtout le fait qu'aucun récit ne soit franchement palpitant, ni pour un adulte ni pour un enfant.
Cette série a mal vieilli et a sûrement dû vieillir très vite d'ailleurs.

Nom série  Paradise Kiss  posté le 23/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il est clair que ce manga n'est pas destiné à un public comme moi. C'est un shojo pur et dur dont le sujet est la mode, couture comme mannequinat, avec au passage une histoire d'amour complexe et tourmentée.

Le dessin est dans la pure veine shojo : personnages effilés et efféminés aux membres squelettiques, décors vides ou emplis de fleurs et autres, et, comme dans beaucoup de shojos récents, énormément de déformations des visages destinés à accentuer les expressions (honte, colère, joie, gêne, etc...). Autant de traits typiques du genre qui m'agacent dès la première page. Mais passé cet agacement, on finit quand même par s'attacher à cet esthétisme et à cette représentation des personnages, d'autant plus que techniquement, le dessin est maîtrisé. Bef, ça passe.

L'intrigue de Paradise Kiss est basée sur une bande de cinq ami(e)s tous passionnés de mode et de création. Les personnages sont plutôt bons et originaux. Et le véritable point fort de cette série, à mes yeux, ce sont leurs personnalités assez fortes et amusantes qui interagissent bien ensemble. Car cette BD ne manque pas d'humour : auto-dérision, sens de l'absurde car les personnages savent parfois qu'ils ne sont que des personnages de manga prépublié dans un magazine de mode Japonais, situations et dialogues cocasses. Ca se lit avec le sourire et quelques rires sincères.
L'ennui, c'est que même si j'aime bien ces personnages (quoique l'héroïne et son Georges m'exaspèrent un peu) et si j'ai lu ce manga avec le sourire, je me suis sérieusement ennuyé également. Le sujet de base m'indiffère totalement, voire même m'agacerait volontiers. Et il n'y a pas de fil directeur dans ce récit en 5 tomes capable de captiver un lecteur lambda comme moi. Je me fiche complètement de l'histoire d'amour entre Georges et l'héroïne, je me fous comme de mon premier slip du défilé de robes auquel ils veulent participer, je me moque des soucis personnels et des angoisses existentielles de l'héroïne, elle peut bien se faire rejeter par sa famille et ne pas trouver de boulot après avoir abandonné le lycée ça ne m'intéresse pas du tout. Bref rien ne m'a donné envie de tourner les pages de chaque tome si ce n'est les dialogues qui sont quand même assez drôles.

A réserver à un public amateur du genre.

Nom série  Catherine Sévère  posté le 23/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Cet album est plutôt une BD humoristique mais le sujet et l'abondance de femmes nues, d'hommes "dressés" et de scènes de bondage m'obligent à la classer en érotique.

Le dessin est plutôt sympathique. Ligne claire, traits anguleux, il a une esthétique épurée et assez typée fin des années 80. En tout cas, il se lit bien et n'est pas désagréable du tout à regarder même s'il est un peu froid.

L'idée de cette BD, ce sont des gags en 2 planches, une planche où Catherine Sévère, la dominatrice par excellence, trouve (facilement la plupart du temps) un ou plusieurs reproches à faire à untel ou unetelle et la planche suivante composée d'un unique grand dessin où Catherine met en pratique la punition qu'elle a imaginée pour châtier la, le ou les coupables désignés. Le ton est à l'humour, les hommes et les femmes se pliant un peu trop docilement à cette dominatrix sadique. Et le gag vient toujours sur la dernière planche, quand on voit le nouveau suplice que Catherine a imaginé et les dialogues cinglants et souvent à double sens qu'elle assène alors à sa ou ses proies.
Sincèrement, j'ai pas mal pouffé de rire pour les premiers gags, l'effet de surprise jouant. Il y a de l'imagination et les répliques sont assez bonnes. L'ennui, c'est que, outre deux ou trois gags un peu crades, c'est strictement le même type de gag qu'on voit répêté toutes les 2 planches. Au bout d'une cinquantaine de pages de l'album, ça devient franchement lassant même si le sourire reste un peu de la partie.
En outre, cet album, épuisé maintenant, était quand même vendu nettement trop cher pour ce que c'était.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 265 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque