Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 5143 avis et 1987 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Mobilis  posté le 03/03/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En grand fan d'Andreas, je connaissais depuis longtemps cette série sans l'avoir lue. Mais j'avais un peu d'appréhension à force de lire des avis négatifs et parce qu'Andreas n'était pas au dessin. Je craignais de ne pas retrouver ce que j'aime chez mon auteur préféré.

Pour commencer, j'ai été rassuré par le dessin. Durieux a un style un tout petit peu trop réaliste pour mes goûts personnels mais très joli, très maîtrisé : j'aime bien. Bon, je n'y retrouve pas le charme et l'aura que j'aime tant dans le dessin d'Andreas, mais ça me va. D'autant plus qu'étrangement, dans les planches de Durieux, je retrouve des éléments qu'on trouve souvent dans celles d'Andreas : les puzzles 3D, la maison moderne du milliardaire, le désert, la base militaire, les objets récurrents rouge et blanc... autant d'éléments qui font dans mon esprit le lien avec d'autres oeuvres que j'ai beaucoup aimé (Arq, Le Triangle Rouge, etc...). Bref, je n'ai pas été trop dépaysé de mes habitudes d'amateur d'Andreas.

L'histoire n'est pas très facile à aborder en première lecture car on ne voit pas bien où elle mène. En cela, à nouveau, je n'ai pas été rebuté, sachant à quel point Andreas aime faire réfléchir son lecteur. Comme dans nombre de ses oeuvres, je me suis pris à observer les détails, les récurrences, les textes, pour chercher les clés d'une énigme que je ne discernais pas encore.
Ma lecture du tome 1 s'est faite sans être vraiment captivé mais sans déplaisir. J'ai commencé à me sentir nettement plus dans l'histoire à partir du tome 2 où les choses restent mystérieuses, on ne voit toujours pas trop où on va, mais ça se précise. Le tome 3 a ensuite formé une vraie conclusion, expliquant les bizarreries du début de l'histoire, d'une manière presque trop directe et facile à comprendre pour une oeuvre d'Andreas, qui d'habitude se laisse bien plus difficilement déchiffrer.
A cette conclusion, tout devient relativement clair, si ce n'est la petite question que se pose M. Gris, et donc le lecteur aussi, en fin de récit. Mais, alors que dans d'autres récits à énigme d'Andreas comme Cyrrus / Mil, Le Triangle Rouge ou Rork, je criais au génie quand je découvrais la clé de la BD grâce à une vraie reflexion personnelle et à des hypothèses que je devais moi-même vérifier point par point, ici je suis presque déçu que tout soit expliqué à la fin, comme une simple histoire fantastique où tout ou presque est offert au lecteur en fin de récit. L'histoire, bien qu'astucieusement menée, s'en relève assez moyenne, sans grande ambition ni scénaristique ni narrative.

Une lecture agréable, un joli dessin, mais rien de transcendant hélas.

Nom série  Découpé en tranches  posté le 01/03/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

Par cette BD de bonne taille (une centaine de pages quand même), Zep se livre aux lecteurs sur un ton un peu plus adulte que dans ses séries phares, notamment Titeuf. C'est une autobiographie légèrement romancée où il aborde les grands thèmes de sa jeunesse puis de sa vie d'adulte. Commençant par présenter sa vision du monde quand il était tout jeune, il nous présente ensuite ce qui a marqué sa vie : son dessin, ses amours difficiles, ses tristesses, son engagement, la musique, les beaux arts, le sexe, bref tout ce qui fait ce qu'il est devenu et tout ce qui fait qu'il ressemble à chacun de nous. Le ton est à l'humour, ou au léger cynisme. On réalise bien vite par exemple que les personnages des séries Les Filles Electriques et L'enfer des concerts, c'était bien sûr une grande partie de ce qu'était Zep lui-même dans son adolescence.
Les histoires sont douces, souvent amusantes, relativement poignantes par moment. Bref, c'est sympathique et surtout agréable à lire.

Les planches sont divisées en 1, 4 ou 6 dessins, dans un style qui m'a rappelé les Carnet de bord de Trondheim. Le dessin m'a bien plu, toujours dans le style typique de Zep mais joli, expressif et agréable à l'oeil.

Bref, une lecture qui ne révolutionnera pas le genre de l'autobiographie mais qui est bien agréable et qui est peut-être bien mon oeuvre préférée de Zep à l'heure actuelle.

Nom série  Odilon Verjus  posté le 27/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai un avis assez mitigé sur cette série : il y a des choses que j'y apprécie bien, et d'autres moins.

Point positif : Laurent Verron a un bon dessin, dynamique et frais. Son trait me fait penser à un mélange de Walthéry (Natacha), Janry (Spirou et Fantasio) et Conrad (Les Innommables).
Par contre, plus négatif, je trouve la mise en page et la composition de chaque image assez fouillis et difficile à apprécier dans leur ensemble. En outre, même si elle s'améliore au fil des tomes, j'apprécie très moyennement la colorisation qui manque d'harmonie chromatique à mes yeux.

Pour le scénario, j'attendais quelque chose de nettement plus incisif et drôle de la part de Yann. Là où je m'imaginais avec envie du politiquement incorrect chez ces héros prêtres catholiques, là où je m'attendais à du corrosif hilarant à la façon de La Patrouille des Libellules, je ne trouve au final "que" des aventures-enquêtes d'une paire de moines, un vieux baroudeur et un jeune ingénu.
Les histoires sont assez bien faites et originales. Nos héros vont voyager un peu partout dans le Monde, de la Papouasie jusqu'à Paris, de Berlin jusqu'au Pole Nord, de la Bretagne jusqu'à Hollywood... L'ambiance des années 20-30 est en outre bien rendue, avec un Paris et un Berlin de l'époque entre autres finement rendus. Jusqu'au langage qui est à chaque fois représentatif de l'endroit, nombreuses citations latines pour les moines, papou approximatif pour les indigènes, argot de titi parisien, breton, eskimo, allemand, etc...
Je ne compte plus en outre les clins d'oeil innombrables qui fourmillent dans chaque album, personnages d'autres séries BD, personnages célèbres, acteurs, etc...

Tout cela est bel et bien, mais...
Mais je dois avouer que d'une part, aucun tome de la série ne m'a vraiment captivé, et d'autre part, là où j'aurais dû rire, j'ai déjà eu assez de mal à sourire.
Nous ne sommes tout de même pas ici dans les aventures d'Achille Talon (série que j'aime mais pas tellement pour ses albums aventuresques) mais les textes ont une très grande part dans le récit d'Odilon Verjus, et le rythme de narration en pâtit beaucoup à mes yeux. Les dialogues sont assez bons, mais le tout est un peu trop verbeux pour moi. D'autant plus quand ces dialogues sont remplis de ces langues diverses, papou, latin, argot, etc... Ca me lasse très vite.
Quant à l'humour, comme je le disais plus haut, j'imaginais quelque chose de franchement plus corrosif que ça. Le manque de rythme peine à me faire entrer dans l'histoire et à me faire sourire aux différentes boutades du récit.

Bref, une lecture pas désagréable, des scénarios et des dessins de qualité, mais vraiment, je n'ai pas été captivé ni charmé. Et si je conseille l'achat, c'est uniquement à ceux qui ont déjà goûté et apprécié cette série.

Nom série  Les Saisons de Jeanne  posté le 27/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Les saisons de Jeanne sont la seconde publication de Chloë après Les hommes de Jeanne mais c’est la première qui ne soit pas autoéditée. En ce qui me concerne, c’est par la prépublication sur le site du Monde.fr que j’ai découvert cette BD auparavant présentée à Angoulême. Et je dois dire que je n’ai franchement pas été accroché…

Au niveau du dessin, c’est minimaliste, on ne peut pas dire le contraire. Contrairement à du minimaliste façon Trondheim, là, je crois qu’on peut vraiment l’affirmer : je dessine aussi bien que ça, peut-être même mieux. Jeanne est dessinée façon Shadock : une tête en U inversé, un bec en V, des yeux , trois traits pour les cheveux et voilà. La grande majorité des cases sont vides hormis ce U, ce V, ces yeux et ces trois cheveux. Clairement, le résultat est plus qu’amateur.

Pour le reste, Jeanne est sensée représenter une fille célibataire, à la vie sentimentale déprimante et ratée, qui passe le plus clair de son temps à réfléchir sur la vie, sur les gens et s’en prend souvent plein la tête. Initialement tiré d’un blog, ce personnage représentait sans doute grandement la vie de son auteur dans le premier album, mais ce deuxième là se décompose sous la forme de planches parfois gag parfois simple réflexion philosophique qui n’ont pas l’attrait de suivre la vie de quelqu’un, même de virtuel. Les gags font à peine sourire, les réflexions philosophiques me laissent de marbre.
Je ne suis clairement pas le bon public pour ce type d’œuvre et le dessin plus que simpliste n’arrange rien à mes yeux.

Seule la publication par les nouvelles éditions Michel Allard semble intéressante car le format et le papier de qualité offre un petit objet assez joli et pratique.
Pour le reste, je passerais mon chemin.

Nom série  Les Fées  posté le 24/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Si j'ai lu cette BD, c'est par curiosité, parce que j'ai vu que c'était Froideval au scénario. Mais dès la première page, j'ai aussitôt vérifié si c'était bien le Froideval des Chroniques de la lune noire tellement j'étais persuadé d'avoir là un mauvais fanzine amateur de fantasy burlesque.

Le dessin est amateur, un amateur très moyen, souvent mauvais. Les compositions sont complètement ratées avec des planches incompréhensibles tant elles sont fouillis. Les couleurs sont moches. L'encrage informatique (Arial majuscule ?) est désagéable à lire au possible. Bref, c'est laid et j'ai peine à croire que Dargaud aie publié un tel ouvrage en 1996.

Le scénario lui aussi est digne d'une BD de lycéen. Un groupe de fées en principe au corps de canons (mais comme c'est mal dessiné, ça se voit assez peu) passent leur temps à foutre le bordel autour d'elles et à transformer tous ceux qui les entourent en cochons, grenouilles, champignons, et autres. A part ça, elles sont querelleuses, un peu nymphos, susceptibles, irritantes et exaspérantes. Dès la seconde page, on nage en pleine clownerie, gags minables à tout bout de champ et dialogues infantiles (notamment de remplacer tous les sons "fai" dans les dialogues par "fée" : "qu'est-ce qu'on fée ?" "Chais pas, qu'est-ce t'as envie de féere ?"). On ne peut même pas excuser la chose en se disant que finalement ce doit être une mauvaise BD jeunesse car le sexe et les femmes à poil sont un des éléments les plus importants de l'intrigue aux yeux des auteurs semble-t-il.

Bref, c'est une mauvaise BD.

Nom série  L'Homme est-il bon ?  posté le 24/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une réédition d'un des nombreux recueils d'histoires courtes de SF de Moebius. L’Homme est-il bon ? contient des histoires qui sont également parues dans d'autres recueils du même auteur (La citadelle aveugle, Escale sur Pharagonescia, The Long Tomorrow,...).

Le dessin est à la hauteur de Moebius : excellent, même si pas à la hauteur de chefs-d'oeuvres comme Arzach. Bien sûr, certains lecteurs peuvent être rebutés par les couleurs parfois un peu psychédéliques de cet auteur, mais ces planches là sont assez sobres pour le coup.

Concernant le scénario, certaines histoires sont légèrement improvisées tandis que d'autres sont bien construites. Moebius y mélange science-fiction, fantasy et humour, souvent noir. Ce sont des histoires agréables à lire, souvent amusantes, pleines d'une ambiance SF un peu désuette mais plaisante pour les amateurs du genre.

Bref, voilà une jolie réédition d'histoires courtes classiques de Moebius. Seul reproche, le prix un peu élevé restreint l'achat aux seuls amateurs déjà confirmés de l'auteur.

Nom série  Le Démon de midi  posté le 21/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Je l'avoue, j'ai lu cette BD en étant persuadé que je n'allais pas l'aimer du tout. En effet, d'une part je déteste le dessin de Florence Cestac, d'autre part j'avais trop entendu parler de cette BD dans le milieu du show-business pour croire qu'elle était autre chose qu'une "réussite de copinage".
Au final, je trouve Le Démon de midi très moyen mais potable.
Le dessin ne me plait toujours pas du tout. Depuis Les déblok de ma jeunesse, j'ai toujours trouvé hideuses les gueules des personnages de Florence Cestac. Mais il a le mérite d'être efficace et de se lire assez bien.
Quant au scénario, je ne me suis pas senti du tout concerné, et pour cause puisque j'ai beau être marié avec enfant, ma vie et mes pensées d'homme sont à des lieues de ce qui est décrit dans cette histoire. Très rapidement, je trouve que cette BD tourne à la BD style Le Guide de... : le guide du couple, le guide du célibat, le guide du divorce, etc... Franchement, je n'ai pas trouvé plus d'un dixième de cette BD drôle. Seules les variantes de fin m'ont un peu fait rire. Mais j'ai trouvé l'histoire de cette femme en elle-même relativement intéressante et pas trop désagréable à lire.
Bref, une BD d'humour qui ne me fait pas rire mais que j'ai lu sans trop de déplaisir.

Nom série  Sorcières  posté le 21/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un album qui se lit bien, un graphisme agréable que j'apprécie, des histoires courtes sympathiques, une dose de fantastique "de nos campagnes", une petite pointe d'humour noir. Bref, une lecture agréable.
Maintenant, les côtés un peu moins bien sont la rapidité de lecture de l'album, les couleurs qui me plaisent à moitié (essentiellement les plages de blanc que je trouve trop crues) et les histoires qui manquent singulièrement de surprise : grande impression de déjà-vu sur la plupart d'entre elles, fins prévisibles, etc. Et puis surtout, le prix de l'album me parait nettement trop élevé pour une lecture aussi courte.
Dans un style similaire (quoiqu'avec un graphisme très différent), je préfère les histoires noires de Foerster.

PS : Tiens, je découvre que je n'ai pas lu l'édition la plus récente qui est en noir et blanc. Ma version était en couleurs et comme dit plus haut, c'est aussi bien qu'elle ait ensuite été publiée en noir et blanc.

Nom série  Les Leviathans  posté le 21/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Dans le tome 1, le héros, Décan, se fait la remarque qu'il a "l'impression d'être la vedette dans un thriller de catégorie B" : je confirme, Les Léviathans, c'est vraiment un petit polar de série B, voire moins, à mes yeux.
Le premier tome des Léviathans est paru en 1982 chez Les Humanoïdes Associés. Il fut réédité en 1990 quand le tome 2 est sorti (quelle drôle d'idée de reprendre cette série alors que le tome 1 apportait un final dramatique et se débarrassait du héros...). Enfin, le tout fut de nouveau réédité en 2000 chez Albin Michel quand sortit le tome 3 (décidément, Gillon s'accroche à cette série, j'ai du mal à comprendre...).

Le dessin est classique du style de Gillon. Il est relativement bon techniquement parlant quoique souvent figé. Mais l'encrage a un style totalement désuet de nos jours. Le résultat est très moyen à mes yeux.
A noter que la réédition d'Albin Michel est en noir et blanc, ce qui n'est pas un mal car les couleurs de l'édition originale ne sont pas terribles. (d'ailleurs l'édition Albin Michel a également repris certains détails des planches (les noms de villes ridicules sur les panneaux de signalisation dans le tome 1 par exemple) ce qui n'est pas un mal non plus)
Dans l'ensemble, cette série est visuellement correcte même si ce n'est pas ma tasse de thé.

Mais c'est surtout le scénario que je trouve mauvais dans cette BD. Nous sommes face à un polar portant sur le monde financier dans le tome 1, puis d'anciens nazis dans le tome 2 et enfin le monde de la nuit et des travestis dans le tome 3. Bref, des histoires qui parlent d'un peu tout ce qui peut amener une ambiance de polar d'aventure, genre polar de gare.
Mais le tout est traité avec une telle naïveté, avec de tels raccourcis et facilités scénaristiques que c'en est presque affligeant. Cela devient même parfois grotesque, notamment avec le chat du héros qui est toujours au bon endroit au bon moment, qui est aussi intelligent que le Robin de Batman et qui combat les méchants aux côtés de son maître. On a également droit à l'inutile mais tellement raccoleuse scènes de lesbiennes nues dans le tome 1 alors même qu'elle apparait complètement comme un cheveu sur la soupe à ce moment de l'histoire.
Les dialogues sont mauvais et affublés bien souvent d'une vulgarité inutile dont l'objectif m'échappe. Et quand viennent les explications compliquées, comme les explications financières du tome 1, elles sont d'une lourdeur incroyable et tellement pénibles à lire qu'on préfère vite les zapper.
Bref, un mauvais thriller trop naïf et convenu.

Nom série  C'est du sport  posté le 20/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Miguelanxo Prado a véritablement un dessin que j'adore : son trait, ses angles de vue, ses couleurs, j'aime vraiment énormément et trouve qu'il a un talent énorme. Ses BDs sont belles et agréables à lire à la fois.
Pour le reste, ses histoires courtes jouent toutes la carte de l'absurde avec un bon zeste d'humour noir et de cynisme. Avec un tel dessin, j'aimerais dire que ces histoires sont vraiment bonnes et hilarantes, mais hélas, elles peinent à attirer vraiment le rire en ce qui me concerne. Je les lis avec plaisir, avec le sourire, amusé par les idées parfois originales de l'auteur, mais sans jamais les trouver vraiment très drôles, vraiment très accrocheuses.
J'aime bien, je trouve le dessin et surtout les couleurs excellents, mais ce n'est pas une lecture indispensable.

A noter qu'une partie de ces gags ont été repris dans la série plus récente de Prado Chroniques absurdes.

Nom série  Ghost World  posté le 20/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai un avis assez mitigé sur cette série mais ce qui ressort surtout c'est que je me suis franchement ennuyé à sa lecture. Il ne se passe rien, le rythme est plat, il n'y a rien de vraiment accrocheur dans le récit, les dessins sont très moyens, l'ambiance un tout petit malsaine avec cette passion de nos deux jeunes rebelles pour tout ce qui est bizarre (creep, weird).
Mais à côté de ça, je dois reconnaître que le traitement des affres de l'adolescence et la psychologie des personnages est assez réussi. Les dialogues, même s'ils sont sans interêt dans leur contenu, sont suffisamment réalistes et bien réalisés pour vraiment représenter cet âge troublé où on se cherche, on a des certitudes qui se brisent, on se pose des questions, etc. Bref, le portrait psychologique de Rebecca et Enid, ces deux adolescentes dans une ville paumée, est assez réussi.
Mais à côté de ça, ben, ce n'est vraiment pas le genre de BD que je lis pour le plaisir et j'ai franchement dû me retenir pour ne pas zapper certains passages ennuyeux.

Nom série  Le chemin des merles  posté le 19/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
De la BD pour amateur d'art graphique. Le dessin est en effet la chose la plus marquante de cette BD. Une peinture sombre, en noir et blanc, offrant par moments des images presque photoréalistes et à d'autres moments nettement plus abstraites, disons... artistiques. En ce qui me concerne, je suis resté insensible au talent artistique de cet auteur car le photoréalisme ne m'intéresse pas et beaucoup d'images abstraites m'ont paru incompréhensibles ou alors tout simplement pas belles.

Quant au récit, j'ai eu beaucoup de mal à le cerner (n'ayant lu qu'après le résumé de l'éditeur parlant de ce prince Lazare et de son combat sur la plaine de Kosovo). La narration manque de clarté et les sauts chronologiques nombreux apportent trop de confusion pour compenser le flou des images elles-mêmes.
Une fois passée cette incompréhension du récit qui m'a forcé à relire l'album, je réalise à quel point l'histoire tient sur pas grand chose, un récit historique rapide destiné à être simplement ressenti par la force des images. Mais ça ne marche pas pour moi, désolé.

Nom série  Voyage Intemporel  posté le 19/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)

...

...
Suite à la lecture très laborieuse de cet... de ce... de cette BD (?), je me suis un peu renseigné sur son scénariste, Appel Guery. Et voilà ce que ça donne : www.scienceunitaire.com... Merde alors ! Cette BD, publiée en 1982 par Glénat, puis rééditée chez Aedena en 1987, est ni plus ni moins le manifeste illustré d'une... secte à mi-chemin entre scientologie et raëliens ! (NB : après recherche, cette "secte" à laquelle appartenait Appel Guery s'appelait le groupe ISOZEN, secte soucoupiste adepte d'hypnose collective et autres délires du genre)

Dans les faits, cette BD oscille entre le Nanar absolu, la Bouse illisible et le discours sectaire dangereux et peut-être même criminel de nos jours.

Le dessin est ahurissant tant il est kitsch. Couleurs flashy et pastels, dessins typés SF des années 70, personnages figés et ratés, scènes improbables de ridicule. Quand on feuillète cet album, c'est avec les yeux écarquillés en se disant qu'il faut absolument lire un tel Nanar pour rigoler un bon coup.

L'ennui, c'est que derrière, oui c'est ridicule, mais c'est aussi illisible. Je vous cite un dialogue tel qu'on va en avoir durant des pages entières :
Porte interdimensionnelle Terre 3 est cadrée par les circuits du cerveau internel des Surveyors 12. L'analyseur synthétique va pénétrer la zone spatio-temporelle de Terre 3 en l'an 7300 temps galactique où l'hyper-cerveau cosmique en matière psychonique indestructible résultant de l'évolution humaine totale au cours des milliers d'années précédentes réalise une conscience cosmique synthétisant les connaissances acquises durant les expériences du cycle de la vie humaine et qui est le seul capable, à ce stade, d'entrer en résonnance avec nos schèmes de conscience internelle.
Ouf... Et ça, c'est quoi ? C'est une bulle sur 2 sur chaque planche du début à la fin de l'album. Incompréhensible, et seulement hilarant quand on en lit une par-ci par-là mais pas quand on essaie un tant soit peu de suivre le... processus narratif symbiotique de cet histoire conscientifique et intra-luminiquement visuelle. Argh ! Je suis contaminé !

Bon, bref, pour le moment, ce dessin kitschissime, cette histoire de SF qui aurait été ridicule même en 1850 (temps galactique) et ces dialogues incongrus ont tout pour faire un bon nanar qu'on lit en se fendant la gueule. Et ce fut chose faite pour moi à pas mal de moments.
Mais à énormément d'autres moments, j'étais tout simplement effaré par le contenu de cette histoire, par les messages qu'elle fait passer sans aucun détour. Les hommes sont issus de souche extra-terrestre, certains privilégiés ont été illuminés par les puissances extra-terrestres qui dominent l'univers, ils doivent mener les hommes vers le salut et pour cela, leurs disciples doivent abandonner tout bien matériel pour développer uniquement leur esprit à la recherche du bonheur spirituel, ils doivent rejoindre la communauté du gourou Yogan, et s'ils veulent en sortir c'est qu'ils ont été pervertis par le Mal Innommable, et à la fin la Terre doit périr dans un grand cataclysme dont seuls les plus proches disciples de Yogan seront sauvés par les extra-terrestres pour rejoindre un Nirvana où ils pourront refaire le monde à leur image. Je résume mais je vous épargne au passage tous les messages insidieux, les affirmations plus que douteuses, les déclarations qui seraient sans doute passibles de prison pour incitation à entrer dans une secte destinée à glorifier un gourou unique.
Si seulement les auteurs faisaient ça au second degré, mais non, le scénariste est le gourou de cette "science unitaire" ("Pour la jonction entre la conscience énergie de l'intra-univers et de l'extra-univers") et le dessinateur écrit dans la post-face de la BD à quel point il a été convaincu par la doctrine de son scénariste.
Franchement incroyable que cette BD aie pu être publiée... et rééditée...

J'en reste comme deux ronds de flan...

NB : un site très intéressant dénonçant ce type de secte et leurs agissements : www.anti-scientologie.ch/huckel-les-soucoupistes

Nom série  Tartine de clous  posté le 17/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Qualifier ces histoires de F'murr d'absurdes serait presque un euphémisme : folie conviendrait mieux. Scènes délirantes (mais qui ne perdent pas le lecteur par manque de linéarité), humour à chaque coin de case, personnages très originaux, c'est un condensé de F'murr pour ceux qui l'aiment et l'apprécient.
J'ai une nette préférence pour les histoires de Naphtalène et de son ami le morse Marconi. De la vraie folie douce et souvent franchement marrante.
Je souris également aux gags en une planche de Herr Renard à l'akssent teuton et de M. Brahms mais l'humour y est moins percutant à mes yeux, presque banal pour un amateur d'absurde.
Quant à l'histoire de Lily Few-Few, elle m'a rappelé Jehanne au pied du mur et je dois dire que je n'ai pas trop accroché à l'une comme à l'autre. Trop fouillis, pas le type de délire et d'humour qui me fait rire.
Un album amusant que les fans de F'murr et d'absurde apprécieront.

Nom série  Belladone  posté le 17/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Je vais essayer de rester objectif dans cette critique et de considérer que cette BD s'adresse à un public plutôt adolescent ce qui explique que je n'ai guère été captivé.

Nous avons là une super-héroïne transposée au temps de Louis XIV. Ses super-pouvoirs : elle se bat à l'épée et au poignard mieux que tous les mousquetaires du Roy, elle est capable de sauter de toits en toits, elle est acrobate comme un singe, elle sait hypnotiser, paralyser ou tuer les gens d'un geste, et elle envoute les hommes par sa beauté et ses compétences au lit. Oh, et elle doit aussi sûrement être très intelligente en plus d'avoir un physique de rêve. Et d'où tient-elle ces pouvoirs incroyables ? Eh bien, d'un enseignement durant toute sa jeunesse dans un temple mystérieux en Inde. Bref, le cliché de la super-héroïne est complet ! Et il est encore accentué par le fait que la super-gentille rencontre dès le premier tome de la série un super-méchant qui a des capacités presque identiques aux siennes.
Alors, c'est en tentant de rester objectif que je vais faire en sorte d'ignorer la naïveté et la facilité d'un tel personnage. Mais franchement, personnellement, je n'irais pas féliciter le scénariste pour ce personnage de Marie.

Passé cela, le scénario est simple mais relativement efficace. Le dessin est bon, jeune et dynamique, un peu trop jeune d'ailleurs car il se différencie peu de la mouvance classique des éditions Soleil, se rapprochant du style de Tarquin par exemple. L'histoire se lit bien mais doit certainement plus captiver un lecteur jeune qui ne se lasse pas des clichés.
A lire pour passer le temps, mais pas à acheter en ce qui me concerne.

Nom série  Les Paparazzi  posté le 16/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Sincèrement, après avoir lu tous les avis négatifs ci-dessous, je partais avec un très mauvais à-priori mais c'est moins mauvais que je l'imaginais. Je pensais que ce serait répétitif et agaçant mais les histoires sont finalement relativement variées, voire parfois originales, même si elles utilisent toujours la même trame de base assez nulle parce que le sujet des paparazzis, je trouve ça très moyen. Par contre, malgré cette relative diversité, force est d'admettre que ce n'est franchement pas drôle. Dire que ces gags sont "clichés" serait presque faire un jeu de mot hilarant comparé à la teneur et à la platitude des Paparazzis. C'est cet humour que Cauvin recycle à toutes les sauces dans toutes ses innombrables séries, un humour que franchement je connais trop bien et qui ne me fait plus rire depuis plus de 15 ans.
Mais bon, le dessin est correct, les histoires assez différentes les unes des autres, je ne trouve donc pas que cela fasse une BD détestable.

Nom série  Nous sommes trop  posté le 16/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Contrairement à Cinéma et Vous cherchez quelque chose ? du même auteur, ce recueil là ne contient ni érotisme ni exercices de style, mais uniquement poésie et humour.
Ce sont aussi bien des gags en une grande image que des petites BDs humoristiques, le tout sans parole ni légende. Le style me fait un peu penser à celui des gags de Quino, avec un petit peu moins d'humour à mes yeux, mais avec un dessin plus esthétique et souvent de toute beauté.
L'humour ne m'a pas toujours fait rire, la poésie ne m'a pas toujours touché, mais j'ai lu ce recueil avec plaisir, avec le sourire, avec des rires sincères par moment et en ressentant quelques émotions agréables par-ci par-là.
Joli et assez drôle.

Nom série  Vous cherchez quelque chose ?  posté le 16/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album ressemble grandement à Cinéma, autre BD du même auteur, mais l'érotisme y est moins présent et laisse souvent la place à un réel humour à la fois drôle et poétique comme celui de Quino par exemple.
Ce recueil est très varié puisqu'on y trouve aussi bien des exercices de style sur l'image que des gags en une image.
Les exercices de style forment des sortes de morphings narratifs où une chose en devient une autre tout en racontant un récit soit drôle, soit poétique, soit érotique, et parfois les 3 à la fois.
Les gags sont souvent drôles et attire vraiment facilement le rire.
Et d'autres images sont simplement poétiques ou sensuelles, celles-ci m'ayant laissé un peu plus de marbre ceci dit.
Un joli recueil de ce que Barbe fait de beau et de drôle, il se lit un peu vite mais mérite sans doute l'achat.

Nom série  Cosa Nostra  posté le 16/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'aime beaucoup le dessin de Clarke et j'ai le souvenir d'histoires de cet auteur dans Fluide Glacial qui m'ont bien fait rire. C'est donc avec l'envie d'aimer cet album que je l'ai entamé.
Mais franchement, non, il est raté.
Les maffiosi de cette BD d'humour rappellent bien vite ceux de Spirou à New York en moins drôle (déjà que je n'aime pas particulièrement Don Vito Cortizone...). Gags potaches, gaffes idiotes, humour bateau et parodie facile à base de clichés répétitifs (pieds dans le béton, pieds dans le béton, pieds dans le béton...). L'album se lit sans même le sourire. Enfin si, j'ai ri 2 fois ! 2 fois sur tout un album, c'est quand même triste.
J'espère toujours lire un jour un vrai bon album de Clarke, au scénario et à l'humour à la hauteur de son dessin, mais ce ne sera pas Cosa Nostra.

Nom série  Les Trois Chemins  posté le 15/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une BD jeunesse au concept amusant.
Ce concept n'est pas totalement novateur à mes yeux puisqu'il me rappelle beaucoup un livre jeunesse que je lisais étant jeune : le Maxi-désastre des mini-souris, sur une idée de Martin Waddell illustrée par Philippe Dupasquier, où une foultitude de scènes avaient lieu en même temps sur toute une grande image et où chaque scénette interagissait avec les autres au fil des pages.
La vraie différence dans les Trois Chemins, c'est la narration BD, la lecture de gauche à droite (la plupart du temps ) permettant de suivre l'histoire sans s'y perdre.
J'aime beaucoup le dessin et notamment les couleurs douces et belles.
Le récit est simple, un peu enfantin et mignon. Il n'est pas vraiment passionnant (je ne suis d'ailleurs pas sûr qu'il le soit vraiment plus pour un enfant) mais se lit bien. J'ai juste trouvé un peu pénible les dialogues entre l'avare et son serviteur.
Le triple récit commence par se lire séparément au départ avant de doucement interagir puis de complètement se mélanger en fin d'album. A ce moment là, je trouve que la lecture se fait un petit peu péniblement, la narration devenant ardue à suivre, sautant d'un personnage ou d'un dialogue à l'autre parfois dans le mauvais sens en ce qui me concerne. L'expérience narrative n'est donc pas un total succès à mes yeux.
Une lecture plaisante et amusante malgré certains défauts narratifs à mes yeux.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 258 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque