Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4835 avis et 1873 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  RahXephon  posté le 19/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
RahXephon est clairement pour moi un succédané de Neon Genesis Evangelion. On y retrouve cette idée de "nouveaux mangas de robots" où les combats avec les méchas eux-mêmes sont laissés au second rang derrière une réflexion sur la psychologie des personnages et une pseudo-histoire symboliste où le mystique rencontre le surnaturel.
Le dessin de RahXephon est bon même si à nouveau on ressent franchement l'influence de Neon Genesis Evangelion alors que justement la maîtrise du dessinateur n'atteint pas celle de Sadamoto.
Quant au scénario, il accumule ce qui est très rapidement devenu des clichés quand on compare ce manga à Evangelion. Les méchas sont presque annexes tant ce sont plus les personnages, leurs pensées et leurs dialogues qui sont importants ici, mais le tout sent vraiment la guimauve intellectuelle, la recherche d'une esthétique un peu mythologique foireuse et d'un symbolisme parfois lourdingue. Tout ce qui faisait l'originalité de Neon Genesis Evangelion a été ici repris et amplifié mais sans que la sauce prenne et en faisant ressortir une bonne partie de ce qui faisait les défauts de la série imitée. C'est ennuyeux et pompeux.
Je n'ai pas accroché.

Nom série  Neon Genesis Evangelion  posté le 19/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
S'il n'y avait la fin (enfin les fins), je trouverais la série animée Evangelion culte et formidable ! Et ça tombe bien finalement puisque le manga en bandes dessinées s'est pour le moment arrêté juste avant le moment où l'anime périclite.
Pour commencer, le dessin très pro de ce manga est excellent. Un plaisir de lecture au niveau visuel.
Ensuite, le scénario est non seulement extrêmement prenant mais en plus très... dense. Je ne saurais trop comment en parler sans dévoiler l'ensemble des composantes psychologiques, métaphysiques, fantastiques de cette histoire... tout ce qui la rend si originale et différente d'une bête histoire de méchas façon Mazinger. Ce manga combine à la fois un aspect particulièrement adulte et profond (même si parfois un poil prise de tête) avec des intrigues de SF "guerrière" pure et dure à même de charmer totalement un lecteur à mi-chemin entre adolescence et maturité.
Il faut néanmoins, pour vraiment apprécier ce manga, faire abstraction de cette hérésie qui fait que toutes les pistes complexes et passionnantes qui sont ouvertes tout au long des 9 tomes parus à ce jour ne... trouveront hélas pas de fin à la hauteur des attentes du lecteur car force est d'admettre que quand on connaît les différentes fins existantes de l'anime, il y a franchement de quoi être déçu.

Nom série  Rash!!  posté le 18/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

J'aime bien Tsukasa Hojo surtout depuis que j'ai lu F.Compo mais je ne suis pas fan du tout des polars. Or, à l'instar de City Hunter, Rash !! est quand même nettement une série polar. OK, elle y mélange un background de médecine et une bonne dose d'humour, mais c'est une autre version de City Hunter avec cette fois une héroïne aux commandes même si contrairement à notre ami Nicky Larson, elle ne joue pas du flingue et est non-violente.
Le dessin est bon : c'est du Tsukasa Hojo, rien à dire.
Mais l'intrigue du premier tome m'a franchement ennuyé. Que du déjà vu, des personnages clichés, une héroïne agaçante, un humour ressassé, des intrigues bateau malgré un background qui se voulait original, bof bof.
Les choses ont commencé à un peu plus m'accrocher au 2e tome quand apparaît l'intrigue autour du "professeur" de l'héroïne et de son ambition complexe et noire amenant une réflexion un peu plus originale et des situations moins déjà-vues.

Mais globalement, je n'ai guère été captivé par cette série que je trouve assez moyenne et dispensable.

Nom série  Ring Circus  posté le 18/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Tome 1 :
Je n'ai pas tout de suite accroché à cette série. Le dessin m'a plu dès ce premier tome mais j'avais un peu de mal avec les couleurs : je trouve qu'elles aplatissent le dessin dans ce premier tome et qu'elle ne sont pas très harmonieuses. La mise en page m'a bien plu cependant et j'ai également apprécié quelques petites tentatives de rendre la narration originale comme au tout début quand Jerold s'engueule avec son patron et qu'on a l'impression que ce sont le chameau et le chien qui tiennent leur discours.
Mais si je n'ai pas tout de suite accroché, c'est qu'il se passe bien peu de choses dans ce premier tome qui pose plutôt le décor et les personnages sans encore d'intrigue qui captive.

Tome 2 et 3 :
Ensuite, j'ai vraiment apprécié ma lecture des 2 tomes suivants. Le reste est toujours aussi bon et les couleurs deviennent dès le tome 2 plus harmonieuses et jolies.
Quant à l'histoire, on s'accroche enfin et véritablement aux personnages et j'ai vraiment pris plaisir à suivre cette caravane de cirque dans son périple mélangeant complot sournois, romances et poésie. Très agréable à lire, plaisant et amusant.

Tome 4 :
Le dernier tome m'a d'emblée déçu par les couleurs : les belles aquarelles des tomes précédents sont remplacées par de la colorisation informatique froide et, franchement, cela brise totalement le charme pour moi. Le dessin lui reste aussi bon mais à mon goût est gâché par cette informatisation des planches.
Quant au scénario, il s'accélère un peu pour finir brusquement, trop brusquement à mes yeux. De nombreuses pistes sont abandonnées de même que les personnages nous abandonnent un peu, nous lecteurs, et les intrigues des tomes précédents et du début du tome 4 lui-même sont quasiment terminées en queue de poisson, avec un goût d'inachevé pour moi. Dans l'ensemble, ce dernier tome et la fin de toute cette histoire sont acceptables mais loin de ce que les tomes précédents me laissaient espérer. Dommage...

Une lecture plaisante, des émotions agréables, des personnages que j'apprécie et un bon souvenir néanmoins.

Nom série  Nuts ! - La bataille des Ardennes  posté le 08/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
La couverture de la réédition de cette série est jolie et la BD de belle qualité physiquement parlant, j'espérais donc lire une bonne BD quand j'ai emprunté cette série. Je trouvais en effet louable de consacrer une BD à un évènement historique complexe et fort comme la Bataille des Ardennes. C'est en effet une Bataille dont j'ai beaucoup entendu parler mais dont je ne savais pas exactement les détails. Et le travail de l'auteur, Vassaux, est d'autant plus louable qu'il s'est fortement documenté et a recueilli les témoignages de très nombreux participants de l'époque ou proches de cet évènement.

Mais franchement, j'ai été déçu par le contenu de cette BD.

Déjà le dessin est largement moins bon sur les planches que sur la couverture. Vu de loin, ça ressemble vaguement au style d'un Buck Danny ou d'une autre série réaliste sur la guerre. Mais à la lecture, dès le début, on se rend compte que le dessin présente énormément de ratés et de mochetés. Sans vouloir être vexant, ce n'est vraiment pas beau. C'est même parfois rebutant tant ça manque de maîtrise.

Et ensuite, autant le début de l'histoire commence par une explication de l'offensive Allemande telle qu'Hitler l'a présentée à son état-major, cartes géographiques à l'appui, autant déjà cette explication est assez confuse et autant le récit ensuite devient totalement incompréhensible. L'auteur a choisi une narration chronologique où tout se passe en même temps : on saute d'un lieu à un autre case après case, s'attardant à chaque fois sur un évènement ou une anecdote précise durant au maximum trois cases par anecdote et le plus souvent une seule. Passé une vingtaine de pages du tome 1, j'ai été complètement paumé, ne comprenant plus rien du tout à ce qu'il se passait, où cela se passait, qui étaient ces personnages sur chaque case, ce qu'ils faisaient, qui avait l'avantage stratégique, qui était en fuite ou en pleine offensive. C'est une accumulation de faits chronologiques, d'anecdotes, de témoignages mis en image, et de représentations d'évènements simultanés à des endroits différents sur tout le front des Ardennes, et... on n'y comprend rien !

Alors, j'ai réussi à retirer quelques informations, quelques choses éparses que j'ai pu ici apprendre sur cette bataille décisive, mais de l'avoir mis en BD avec une telle narration est un véritable échec à mes yeux.

Nom série  Enfer portatif  posté le 07/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Note approximative : 2.5/5

Ce n'est pas mon genre de BD, un peu trop à la limite du glauque pour moi.
Déjà je n'apprécie pas le dessin de François Ayroles dans cet album. Trop sombre, trop imprécis, je ne saurais dire mais il me fait une impression globale que je n'aime pas par goût personnel.
Quant au scénario, il faut admettre qu'il comporte pas mal d'originalité ne serait-ce que dans ses deux personnages de Pierre et Paul. Il y a une petite touche des récits de Tim Burton dans ce scénario mais avec la touche de magie et de rêve en moins. Là, malgré un petit grain léger de folie, l'histoire d'Enfer Portatif reste réaliste et sombre. Alors les dialogues ne sont pas mauvais, les différentes parties de récit de l'album assez originales et relativement intéressantes les unes et les autres, mais j'ai lu cette BD sans jamais vraiment m'y plonger ni prendre vraiment de plaisir. C'est le genre d'histoire qui me laisse de marbre tout en me rebutant légèrement par la façon dont elle frôle le glauque avec ses personnages misérables et souvent tristes. En outre, il faut admettre que le récit ne mène pas à grand chose : la fin est légèrement en queue de poisson sans qu'on aie vu la finalité des évènements qui ont été présentés durant l'album.

Nom série  Bleu indigo  posté le 06/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il est certain qu'une femme comme la mienne ou comme Altaïr ci-dessous a toutes les chances de bondir et de détester cette série car l'héroïne, Aoi, y est l'exemple typique et presque caricatural de la femme soumise, docile, implorante, bonne cuisinière, bonne femme au foyer, etc... la femme idéale Japonaise archaïque et typique, quoi. Elle est parfois tellement soumise que cela prête à rire, et d'ailleurs j'en suis à me demander si ce n'est pas voulu...

Mais revenons-en au manga lui-même.

Le dessin est tout à fait correct et sympa, j'aime bien même s'il n'y a rien de spécial à en dire.

Et l'histoire commence de manière toute simple avec une jolie fille, Aoi, qui débarque de sa campagne pour annoncer à un gentil garçon, Kaoru, qu'elle l'aime depuis son enfance, qu'elle veut l'épouser et qu'elle fera tout pour lui plaire : le fantasme total pour un jeune puceau comme Kaoru, donc, et pour nombre de lecteurs mâles, je parie aussi d'ailleurs.
Ca a l'air caricatural comme scénario, ça a même l'air un peu con et c'est cela que j'ai ressenti en début de lecture.
Mais finalement, happé par une lecture facile et agréable, je suis assez vite entré dans l'histoire. Le fait que Kaoru soit un gentil garçon compense la docilité maladive d'Aoi : après tout, s'il est gentil avec elle, cela peut compenser un peu le fait qu'elle soit HYPER-gentille avec lui. Et ensuite, l'histoire se complexifie juste ce qu'il faut au niveau des historiques de nos deux héros et de leur entourage, au niveau de la relation entre eux, de ce qui leur arrive, etc... Bref, la naïveté est toujours présente mais quelques thématiques intéressantes s'y ajoutent pour un peu plus de profondeur.
Et surtout il y a une part d'humour et un scénario que j'ai trouvé bien agréable à suivre et à lire.
Une part d'humour, une dose de romantisme, un zeste d'érotisme, voilà qui donne une lecture plaisante même si lire une histoire avec une jolie fille aussi docile, c'est presque une lecture honteuse qu'il faut que je cache à ma femme !

Nom série  Rg Veda  posté le 06/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Franchement, vu le peu d'amour que je porte aux autres mangas du studio Clamp, je m'attendais à détester cette série qu'on me disait être la plus typée dans ce style très spécial que nous offre Clamp en matière d'histoires et de dessins. Mais finalement, je pense que ça aurait pu être pire.

Déjà côté dessin, on retrouve bien sûr le dessin Clamp avec ses personnages androgynes et ses décors grandiloquents. Il n'est pas encore aussi maîtrisé que dans les oeuvres plus récentes et certaines armures par exemples sont assez ridicules. Mais comme l'histoire se pose comme une légende mythologique avec des dieux antiques et des décors grandioses, ça passe assez bien pour une fois. Et puis, pour une fois, il n'y a pas trop de plumes ou de fleurs qui virevoltent dans le décor.

Quant à l'histoire, comme elle se pose comme une représentation d'une légende indienne et mythologique, je trouve son côté grandiloquent acceptable, de même que les nombreuses naïvetés, facilités scénaristiques et autres "personnages beaux, mystérieux, très puissants mais tellement cools". En outre, malgré quelques passages à la narration et la mise en page très confuses dans les premiers tomes (notamment certains débuts de chapitres où les ellipses et les coupures dans la mise en page sont telles que je mets bien 5-6 pages à comprendre ce qu'il se passe et qui sont ces gens que les héros ont rencontrés), l'histoire se lit assez bien.
Le problème, c'est que c'est d'un ennui... L'intrigue est totalement cliché : une prophétie, des gentils héros mais un peu mystérieux, un méchant tyran et ses sbires, un enfant élu, etc... Les personnages ne sont pas attachants car ils sont sans aucune personnalité. Et l'intrigue, compte-tenu de la prophétie initiale qui raconte en gros comment tout va se passer, n'est absolument pas captivante. J'ai eu un mal fou à me forcer à trouver l'envie de lire les chapitres les uns après les autres. Ca m'a franchement gonflé, en fait...

Alors bon, c'est une série plus potable que je le craignais, mais franchement, elle est très très moyenne.

Nom série  Allez coucher, sales bêtes !  posté le 05/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Hausman n'a pas son pareil pour dessiner le monde animal et la nature. Il a vraiment un style et une touche qui se repèrent aussitôt tant dans le trait que dans la colorisation. Ces gags sont donc jolis à regarder.
Mais est-ce qu'ils sont drôles ? Relativement oui, d'autant plus que ce sont de bons humoristes de Fluide Glacial qui ont écrit les scénarios de ces scénettes à l'érotisme très gentillet et à la chute toute aussi gentille la plupart du temps.
Rien de vraiment décapant mais juste des petites planches illustrées qui font naître le sourire ou le petit rire.
Sympathique et joli à regarder, sans casser des briques. Cet album est cependant un peu trop vite lu pour que j'en conseille vraiment l'achat.

Nom série  Le cocon  posté le 05/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Note approximative : 2.5/5

Déjà, avec une telle couverture, c'est absolument le genre de manga que je fuis, voire que mon cerveau zappe inconsciemment quand je vois ça en magasin. Mais comme j'avais l'occasion de l'emprunter, je me suis dit : "il faut absolument que je lise cette horreur en guimauve toute rose !" .

Contrairement à Altaïr, je ne suis pas trop fan du dessin. Il n'est pas strictement identique au fil des histoires courtes de cet album, et... C'est assez difficile à exprimer car globalement le dessin a souvent le style générique et banal d'un manga basique, mais il a aussi quelques touches d'originalité par moments, originalité que je n'aime pas quand il s'agit de faire des visages aux yeux de hibou et à la bouche de poulpe similaires à celui de la couverture justement, mais originalité qui ne me déplait pas quand la dessinatrice donne un style bien à elle à certains profils de ces mêmes personnages. Ses filles ont en effet souvent un menton et un visage volontaires qui tranchent avec la guimauve de la couverture et de la narration.

Ensuite, j'ai apprécié de manière différente chacune des 6 histoires courtes de cet album.

Le Cocon : histoire titre de cet album, elle m'a intéressé par son thème original du "cocooning" et par le personnage de Shiori que je trouve originale et pleine de personnalité. Par contre, se basant sur ce thème et malgré quelques apparitions de sujets de discussion et de reflexion intéressants au fil de la conversation, j'ai trouvé la narration et la discussion entre Shiori et l'autre fille franchement nunuche. Je suis donc resté sur l'idée d'une histoire qui part d'une base intelligente mais se déroule et se finit comme une histoire à l'eau de rose.

Les amoureux du ciel : Beurk ! Une histoire franchement cucul-la-praline, avec un amour difficile, une fille complexe et réservée, un beau jeune homme mystérieux, et une fin aussi mélodramatique que mystifiante car tendant légèrement vers le fantastique. Je n'ai pas aimé du tout.

La robe : Encore une histoire mélodramatique à l'eau de rose, un deuil affreux-affreux-affreux pour une pauvre jeune fille, et une fin façon "il reste encore de l'espoir" vraiment nunuche une fois de plus. Beuarf !

Transparente comme de l'eau : un sujet de base pas inintéressant sur une "mannequin des mains" qui s'interroge sur sa relation avec autrui puisqu'elle prête son corps (ses mains) à d'autres mannequins et que d'une certaine manière elle n'existe donc pas en tant qu'individu. Pas mal mais le sujet est traité de manière assez superficielle et toujours un peu nunuche.

Une battante : L'histoire d'une jeune fille bosseuse et volontaire qui se tue au travail et est dégoutée de voir des gamines mignonnes réussir leur vie ou croirent qu'elles la réussissent en ne foutant rien et en se basant juste sur leur beauté et leur jeunesse. Une histoire assez intéressante avec un personnage principal assez attachant, mais une narration que j'ai trouvé lourde à suivre et des dialogues un peu confus.

Kaze-zôshi : Un conte mélodramatique façon tragédie amoureuse sur fond assez bidon de décor Japonais Médiéval. Vraiment pas aimé du tout, d'autant que la narration est affreusement fouillis.

Quelques idées pas toujours bien traitées à mon goût, deux-trois histoires pas trop mal mais trois autres histoires que je n'ai vraiment pas aimées, des dialogues et intrigues souvent nunuches et trop souvent une narration et une mise en page que j'ai trouvées vraiment confuses.

Nom série  Le Vol du Corbeau  posté le 04/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai beaucoup apprécié ma lecture de cette série dont j'ai lu les deux tomes à la suite.

Le dessin de Gibrat est vraiment sympa. Bon, je lui reproche quand même le fait que les visages de ses personnages se ressemblent beaucoup : d'accord, Jeanne est la soeur de la Cécile du Sursis mais elles sont strictement identiques à la coiffure près, et parmi les visages masculins, ils ont tous ou presque la même barbe naissante, le même regard et le même rictus souriant. De même, autant la colorisation est jolie, autant le fait de laisser souvent les traits d'esquisse sous l'aquarelle ou de ne pas faire les contours de certains personnages (Jeanne le plus souvent), cela donne un aspect un peu "irréel" à l'image à mes yeux et m'empêche très modérément de plonger vraiment dans le décor car j'y vois le dessin là où je devrais voir le décor lui-même. Mais quoiqu'il en soit, ces petits défauts à mes yeux sont très mineurs tant le dessin est beau et la représentation du Paris de l'occupation et de ses environs est superbe.

Quant à l'histoire, elle est simple mais très agréable à suivre. J'ai mis un temps à m'attacher aux deux héros, Jeanne et François, mais j'ai fini par bien les apprécier. J'ai également craint un final "dramatique" comme dans le Sursis, mais la fin assez ouverte m'a bien plu, même si je trouve que les dernières pages du dernier tome perdent vraiment le rythme par rapport au premier tome.
Une lecture plaisante, une réelle envie de lire chaque page de cette BD, un dessin très beau, un scénario juste assez original, une série que je conseille à la lecture et à l'achat.

Nom série  Classwar  posté le 02/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

Autant j'ai eu un peu de mal avec les premières pages de ce One-Shot car l'action y est un peu confuse quand on ne sait pas encore qui est qui et qui fait quoi, autant Cla$$War commence fort dès le début.
En effet, prenez un condensé des idées des films de Michael Moore (Bowling for Columbine et Fahrenheit 911), et voilà ce que vous aurez comme postulat de base de cette BD dès le début de l'intrigue. La première grande scène que nous suivons est en effet la rébellion du super-héros American, symbôle de la gloire Américaine et grand héros de la guerre des USA contre les "terroristes globaux". American vient confronter le président des USA, affichant à la face du peuple Américain les mensonges et horreurs que les USA et le Président lui-même ont réalisés dans le monde et sur leur territoire national. American dénonce une classe de riches capitalistes et lobbys qui, depuis les années 50, organisent les guerres, entretiennent les dictatures, lobotomisent les Américains avec la télé et la société de consommation, etc... Un condensé des idées des anti-américains au sens anti-gouvernement capitaliste et ultra-libéral des USA, car American se dit patriote et amoureux de son pays, mais il se déclare en guerre contre le gouvernement fantôche et ceux qui trompent le peuple Américain. Ce discours anti-"complot gouvernemental" est énoncé de manière tellement claire et nette dès le début de Cla$$War et tellement mis dans le contexte historique et actuel du monde réel (guerre en Irak, évènements réels du 20e siècle, etc...) que c'en est assez fort (du moins dans le monde de la BD car le sujet a été totalement traité sur Internet et ailleurs notamment depuis la dernière guerre en Irak).
Partant de ce contexte, l'album va ensuite s'intéresser au combat opposant American et son ami et mentor, Isaac un ancien tueur black, aux autres super-héros créés comme American par les USA et qui tiennent à garder les privilèges que leur statut leur offre. En chemin, on suit les manigances du gouvernement des USA qui tente de contrer le scandale que American a dévoilé au peuple Américain, de manipuler l'opinion et qui bien sûr n'a pas de meilleure idée que de lancer une guerre contre "un pays terroriste" pour faire oublier tout ça.

Cla$$War est donc assez fort au niveau de la dénonciation des manigances des puissants USA, mais cette BD se trouve aussi dans la mouvance de la destruction du mythe des super-héros américains dont la plupart des membres se révèlent être de beaux salauds. D'une certaine manière, Cla$$War se trouve à mi-chemin entre les séries Rising Stars, The Authority et Martha Washington - Liberty, un rêve américain.
Le sujet est fort, les personnages pas mauvais, l'intrigue assez rondement menée et prenante, le message assez intelligent. C'est une BD que j'ai donc lue avec un réel plaisir.

Mais je pourrais faire quelques reproches néanmoins à cette série.
D'une part, le dessin est assez inégal. Il y a plusieurs dessinateurs et celui qui remplit le plus de pages (et surtout celles du début) a un style pour lequel les personnages sont difficilement reconnaissables si ce n'était leur costume qui permet de les différencier. Pas facile de suivre la narration quand on ne sait pas reconnaître bien qui est qui en début d'album.
D'autre part, autant le sujet traité est fort, autant la série manque quand même beaucoup de finesse. On est loin de la finesse d'une série comme les Watchmen. Le sujet du complot gouvernemental est balancé comme une masse dès le début de l'histoire et ensuite ce sont manigances gouvernementales et combats directs ou indirects entre super-héros. Le Président des USA est représenté comme un vrai bouseux aussi subtil qu'un taureau face à un drap rouge. En fait, ce manque de finesse réduit un peu la force du thème de cette série.
Et enfin, ce One-Shot n'a pas de vraie fin. Quand on termine l'album, on en redemande, on se dit qu'il devrait sans doute y avoir un second tome car il n'y a pas de conclusion réelle à toute l'intrigue. D'une certaine manière, la fin est ouverte, laissant libre cours à l'imagination et l'intelligence du lecteur et on pourrait estimer y regagner là ce qu'on perdait en finesse avant, mais d'une autre côté, c'est quand même assez frustrant de ne voir presque rien se conclure et quelques pistes lancées en cours d'album rester sans finalité.

Quelques défauts donc avec en premier un manque de finesse dans cette intrigue assez forte, mais une BD de super-héros assez intelligente, avec de bons personnages, un thème assez polémique et très actuel, et un récit qui se lit très bien.

Nom série  Les Héritiers du soleil  posté le 01/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Je me sens obligé de considérer cette série de 2 manières différentes : d'une manière objective en prenant en compte les qualités concrètes de cette série, mais aussi de manière subjective car je ne l'ai pas ressentie exactement comme les qualités concrètes pourraient le laisser espérer.

Objectivement, le dessin de Convard est bon. Il est très maîtrisé et même si je n'aime pas vraiment son traitement des couleurs, je trouve que ces albums sont graphiquement bons. Le dessin évolue d'ailleurs car le premier tome de la série donne l'impression d'un dessin très classique, presque ligne claire (j'ai un moment fait le rapprochement entre ce dessin du tome 1 et le dessin d'une série classique comme Alix). Mais très vite, au fil des tomes, le dessin devient plus dynamique, plus moderne. Et à partir du 6e tome, Convard laisse la main à Frédéric Bihel qui reprend ce style plus moderne et dynamique pour donner au dessin une touche très actuelle. Je le répête, je n'aime pas vraiment la colorisation de Convard (ni celle de Bihel après en fait), mais globalement je trouve la série bien dessinée aussi bien dans son style classique du début que dans le style plus moderne de la fin.

Quant au scénario, il nous présente une Egypte très réaliste à une époque originale : la série prend place entre l'époque où Moïse a lancé ses Plaies sur l'Egypte et une vingtaine d'années après le départ des Hébreux vers la Terre Promise. A ce décor réaliste de l'Egypte telle qu'elle aurait vraiment pu l'être à l'époque va se substituer au fil des tomes une intrigue un peu plus fantastique portant sur l'affrontement entre les Dieux d'Egypte et le Dieu des Hébreux, les uns et l'autre se battant pour la survie de leur croyance par l'intermédiaire des enfants de Néphérouré.
Ce scénario est donc assez original et utilise un décor original et bien foutu.

L'ennui, maintenant, c'est que je n'ai pas accroché à ce récit. L'intrigue met vraiment longtemps à se mettre en place. Il faut bien 5 tomes pour servir d'introduction à ce conflit entre dieux et entre civilisations qui va devenir le fil conducteur de la série. Le premier tome par exemple, hormis un rêve prémonitoire un peu lourdingue, semble être une banale enquête dans un décor égyptien réaliste. Le deuxième tome met en place une petite partie de l'intrigue, le suivant encore un peu, le 4e rentre un peu dans le vif du sujet, et enfin le 5e tome explique vraiment toute l'intrigue concernant les dieux et leur conflit. Et ce n'est qu'ensuite, à partir du 6e tome, que les enfants de Néphérouré sont nés et qu'on va abandonner Néthi et Néphérouré pour prendre ces enfants pour personnages principaux.
Le fil rouge de la série s'étire donc vraiment en longueur dans cette série. Ce qui donne des albums s'attardant sur des intrigues autres, plus attachés aux détails et au déroulement souvent lent et réaliste, donc guère prenants. Et c'est bien ça le soucis : je me suis ennuyé à la lecture de quasiment chaque tome car aucune intrigue spécifique à ces tomes ne m'a vraiment captivé. Le trop plein de textes, de dialogues, de recherche de réalisme et de détail dans le récit m'a assez vite ennuyé et donné l'envie de feuilleter les pages plutôt que de m'attacher à une action assez prévisible.
Seule l'intrigue Fil Rouge de l'histoire, avec ce conflit entre dieux, m'a relativement intéressé, mais pour le reste, je dois dire que les albums de cette série ne sont guère captivants à mon goût.

Nom série  Ivor  posté le 30/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne trouve pas que la série Ivor aie si mal vieilli que ça.
Le dessin est classique mais maîtrisé et joli. Les histoires sont réalistes et bien faites. Et surtout le personnage même d'Ivor est bien sympa car il est fort et courageux bien sûr, juste ce qu'il faut pour un personnage du journal Tintin des années 70-80 mais il est aussi assez ingénieux et surtout l'auteur n'a pas peur de lui faire jouer les anti-héros par moment. Je pense en particulier à cette petite histoire où Ivor affrontait dans un tournoi de campagne une jeune femme acrobate qui par une manoeuvre agile le faisait chuter lourdement à terre : Ivor apprenait ensuite à un enfant déçu qu'il avait été payé pour simuler sa chute et qu'il n'était pas le héros sans reproche et sans faille qu'on pouvait imaginer.
Une touche de modernité dans un personnage évoluant dans des histoires classiques mais bien sympathiques.

Nom série  Ibiza Club  posté le 30/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Attention racollage manifeste !
Attention BD commerciale manifeste !
Attention roman-photo assez médiocre !
J'ai un peu de peine à enregistrer cette BD ici tant son contenu, sa couverture, sa format, tout est sans aucun détour synonyme de racollage actif et de marketing aigu.
En plus, elle ne contient pas de vrais dessins mais juste des photos largement retouchées à l'informatique. Jim nous avait déjà fait le coup avec On éteint la lumière, on se dit tout où les dessins n'étaient rien d'autre que des cases intégralement noires. Ici ce sont des photos de jolies filles bronzées en bikinis avec moultes zooms sur les fesses dès que l'occasion se présente.
Alors voilà exactement le but avoué de cette BD : permettre aux mecs de mater des jolies filles en bikini ! Ben oui, ça aurait été des dessins à la place, ça aurait largement moins vendeur, eh, coco ! Et faut avouer que c'est assez joli à regarder (sauf quand le gag porte exprès sur une grosse moche poilue qui a dû être particulièrement heureuse de voir ses photos utilisées pour un gag la mettant si bien... en valeur...). Le traitement photonumérique est assez joli et les couleurs bien chaudes et agréables à regarder (un peu comme les filles de la Bd, tiens...).

Maintenant, pour le reste, ce sont les gags ultra-typiques de Jim, ceux qu'on retrouvait déjà dans pas mal de ses autres BDs. Un petit mix de tout ce qu'il a déjà fait, le plus mauvais comme le moyennement drôle, le tout remis au goût de l'été chaud qui s'annonce et qui va permettre de mettre cette BD bien en vue dans les bacs des librairies et autres centres commerciaux. C'est vraiment rarement drôle, je le dis tout net, je doute avoir ri une seule fois.

C'est le genre de BD que je feuillette sans jamais réussir à la lire pour de vrai. Mais c'est sans doute l'objectif de cette BD puisque les filles y sont si jolies à regarder.
Joli même si ce n'est pas du vrai dessin, juste assez original pour ne pas mériter une note minable, mais pas drôle. Et puis il y a plein de pages mais ça coûte vraiment cher pour ce que c'est : sans doute pour payer les mannequins...

Nom série  Les Cyclistes  posté le 30/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En voyant cette BD sur les rayonnages de Carrefour, je me suis dit "ça y est, voilà encore une série commerciale d'humour industriel à la façon des éditions Bamboo et autres Guides de...". C'est pour ça que j'ai été agréablement surpris en lisant cette BD car le niveau n'en est pas mauvais.

Le dessin n'a rien d'exceptionnel ni d'original mais il est très convenable et assez sympa. Les couleurs elles-mêmes ne sont pas trop mauvaises, pas trop pêtantes comme dans nombre de BDs d'humour de bas de gamme.

Et ensuite, j'ai finalement réalisé qu'il y avait matière à faire pas mal de gags pas mauvais et assez originaux en prenant pour thème le cyclisme amateur. La petite bande de personnages cyclistes est sympa et assez attachante. Les gags ne se répêtent pas et sont souvent assez drôles.
Bref, ça se lit très bien et ça fait passer un bon moment.

Alors, si ça me fait rire moi qui n'aime pas le vélo, ça doit être excellent pour les fans de cyclisme.

Nom série  Hitler=SS  posté le 30/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Qu'il est difficile de donner un avis sur cette BD.

Peut-on rire de tout ?
Je suis prêt à le penser, oui, et j'ai vraiment lu cette BD par curiosité en me disant que traiter un sujet aussi polémique et sensible pouvait faire ressortir quelque chose de vraiment original, fort voire marrant. Je me sentais assez distant du sujet, assez insensible pour ne pas sombrer du tout dans la polémique, pour n'être choqué par rien et rigoler de voir le tabou se faire littéralement exploser par la plume trash et acide de Vuillemin et Gourion.

Et effectivement, j'ai été soufflé par l'audace des premières pages de l'album, par la première image même qui montre la photo d'un déporté maigre et pitoyable grimé avec une mèche et une moustache à la Hitler. Je me suis dit : "Oupf ! Hé beh ! Si ça commence comme ça, ça va être fort !".

Quand j'ai lu ensuite le petit roman photo où le professeur Choron et d'autres de sa bande jouent le rôle d'officiers nazis qui critiquent la BD Hitler=SS elle-même ou la complimentent par moments, je trouvais ça drôle aussi.

Mais c'est ensuite que la BD démarre pour de bon.
Ce sont des gags ou histoires courtes dessinées par Vuillemin pour la plupart, à l'exception de quelques gags en une image qu'il n'a pas dessinés et qui n'ont pas le même humour aussi trash.
Car c'est trash : les nazis y sont représentés en glorieux cons, les juifs en victimes naïves et torturables à loisir, les homosexuels en obsédés dégueus et dignes d'être lynchés par les autres prisonniers, les déportés dans leur ensemble sont vus comme une bande de lâches idiots prêts à s'entretuer par connerie et par haine de leur prochain, les français ou autres pays conquis sont des collabos, dénonciateurs, lâches et salopards, et partout des profiteurs, des salauds, des connards plus écoeurants les uns que les autres.

Certains gags m'ont fait rire par leur incorrection politique totale et leur audace dans la manière dont les auteurs font croire qu'ils se placent du côté des nazis. Pour l'exemple, l'image de la galerie demande "pourquoi ?" en montrant les monceaux de cadavres des camps, et la page suivante, imprimée par les imprimeries Goebbels répond : "Parce que !!" avec un nazi glorieux et combattant. Ou encore un petit jeu en une image représentant un aryen beau et fort placé à côté d'une foule de déportés où la légende dit : "Il y a 6 millions d'erreurs dans cette image, saurez-vous les trouver et les éliminer ?".

Nul anti-semitisme ni anti-homosexualité dans tout cela à mes yeux, les auteurs traitent de la torture en général, de l'horreur de la guerre et de l'extermination en général et ces gags auraient pour la plupart pu aussi bien se placer dans les camps Khmers Rouges ou les Goulags de Staline.

Néanmoins, je suis ressorti de ma lecture avec un véritable malaise. Je ne suis pas aussi insensible que je le pensais. Il y a une telle accumulation d'horreur, de trash, de violence, de monstruosité humaine qui est représentée dans ces "gags" que c'en est... écoeurant. La dénonciation par le politiquement incorrect a marché d'une certaine manière lors de ma lecture. C'est une BD assez forte et qui fonctionne sur ce plan là.

Par contre... par contre, j'ai trop vite retrouvé l'humour typique de Vuillemin, cet humour crade, souvent scato, violent, dégueu. Certains gags n'ont même rien à voir avec le décor nazi qu'est sensée représenter la BD, comme par exemple le gag avec les mouches dont une mouche à merde.
De même, je n'ai guère rigolé à la plupart des histoires que j'ai trouvées lourdes et pas vraiment drôles.

Certaines images, certains gags sont forts et audacieux mais beaucoup sont assez mauvais, voire redondants avec d'autres gags de Vuillemin dans ses autres BDs qui n'ont rien à voir avec le sujet.
Cette BD a joué sur le côté choc de son sujet et de la façon dont elle le traite avec dérision et le désir de choquer, mais passé la surprise et le choc, elle devient rapidement écoeurante et assez peu drôle. Alors à ce prix là, et même si c'est une BD rare car interdite en France par la censure, je trouve qu'elle ne vaut pas tant que ça la peine d'être lue.

Nom série  Bleu  posté le 28/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Un véritable OVNI, un pari fou que seul un auteur original et pouvant s'appuyer sur un succès déjà concret comme celui de Trondheim pouvait tenter. L'objet BD lui-même surprend quand on le voit en librairie : totalement bleu, pas de titre, pas d'éditeur, pas de code barre, pas de... rien de rien ! Du bleu, c'est tout ! Et quand on l'ouvre, ce sont des pages bleues dans lesquels se suivent des tâches de couleurs qu'on pourrait assimiler à une ou plusieurs amibes qui... vivent leur vie de tâches mouvantes... Alors parfois on voit une petite tâche blanche apparaitre, se faire "gober" par la grosse tâche bleu ciel, puis se faire rejeter et disparaitre... ou alors se faire assimiler... ou alors la tâche bleu ciel se dédouble, modifie sa forme, etc... En essayant de mettre une logique à tout ça on pourrait donc assimiler le tout comme je le disais à la vie passionnante d'une amibe mais je pense qu'il n'y a pas de logique à donner à ce "récit", car il n'y a pas de véritable récit, juste de l'abstrait...
Et en ce qui me concerne, je n'aime pas l'abstrait. Ca m'échappe totalement, ça ne me fait rien ressentir, ça m'ennuie, ça me donne l'impression de n'avoir rien sous les yeux, rien que du vide... bleu.
Alors saluons le pari réussi d'avoir osé publier une BD abstraite qui ne raconte rien, qui n'a pas de dessin à proprement parler, qui a été réalisée en moins de 8 heures dans sa totalité par son auteur, et qui se lit sans même pouvoir se lire puisqu'il n'y a rien à lire ou presque. Mais passé ce salut au pari réussi, il n'en reste pas moins une BD que je ne conseille pas à la lecture et surtout pas à l'achat sauf pour épater vos amis pendant les 30 secondes durant lesquelles ils se diront : "Non ? C'est vraiment une BD, ça ?".

Nom série  Naciré et les machines  posté le 28/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai lu que le premier tome de cette série mais je trouve qu'il peut très bien se lire comme un One-Shot.

Le dessin a bien quelques défauts : les personnages font assez figés car le dessinateur a l'air de mieux s'y entendre pour les illustrations et les belles images que la BD dynamique, et on peut également lui reprocher une certaine faiblesse dans les perspectives qui donnent parfois un peu de mal à juger de la profondeur de certaines scènes et objets. Mais malgré cela, j'aime beaucoup, voire j'adore par bien des moments ! Le trait est fin et élégant, les décors beaux, et surtout la colorisation est formidable ! J'adore ces teintes de marrons, de gris, de jaunes, de rouille. C'est beau et vraiment bien colorisé.

Quant à l'histoire, je m'attendais à une histoire sombre dans un décor de cité-usine rouillée au gouvernement totalitaire, un récit à la Brazil. Mais loin de toute noirceur, il y a une large part d'espoir et d'humour dans cette BD. Les dialogues sont fins, l'humour est dispensé avec parcimonie et pourrait même passer inaperçu s'il ne donnait pas une véritable fraîcheur et profondeur à cette série qui aurait pu être terne sans cela. L'histoire mêle décor claustrophobique, régime totalitaire, poésie, évasion, amitié et amour dans un melting-pot tout en finesse et en plaisir de lecture.

J'ai été charmé par cette BD.


Après lecture des tomes 2 et 3, je me vois forcer de baisser ma note de 4/5 à 3/5.
La série conserve les qualités qui font son charme : des personnages assez attachants, un univers à la fois kafkaien et poétique, des couleurs que j'aime vraiment beaucoup, un peu d'humour et pas mal d'idées.
Mais le tout manque hélas de maîtrise.
De maîtrise en matière de dessin car même si je l'aime bien, il reste techniquement très améliorable, certaines scènes assez amateurs contrastant avec d'autres très jolies. Je crains que, sans les belles couleurs, les défauts du trait n'aient été encore plus visibles.
Et de maîtrise en matière de narration car le scénario se révèle décousu et confus passé le premier tome. De nombreuses idées et personnages aparaissent comme autant de voies scénaristiques qui ne mènent finalement nulle part. Le récit saute souvent du coq à l'âne. Et la conclusion du récit, même si elle se tient et est assez jolie, tombe un peu comme un cheveu sur la soupe après un récit qui semblait partir dans une toute autre direction.
La lecture n'en reste pas moins sympathique et j'ai une petite affection pour cette série, mais je ne peux la considérer comme vraiment achevée et aboutie.

Nom série  Le Livre des Amortels  posté le 27/06/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je partais sur un bon à-priori sur la bonne réputation de la collection Empreinte Dupuis mais franchement j'ai été déçu par cette BD.

Le dessin m'a choqué dès la première page par son côté amateur. Ca ressemble au style de dessin d'un adolescent que ses amis considèrent comme un bon voire très bon dessinateur mais qui est encore loin d'une maîtrise professionnelle. Ca s'en ressent déjà dans la colorisation faite à la main, c'est louable, mais qui déborde assez souvent ou laisse quelques endroits blancs par-ci par-là. Et ça s'en ressent aussi et surtout par quelques dessins plutôt ratés concernant les visages féminins, des décors, des nuages, des blessures dont l'erreur anatomique saute aux yeux, etc... Dommage parce que certains dessins sont bien réussis et prometteurs (le dessinateur semble bien maîtriser le dessin du guerrier gaulois mâle par exemple), mais franchement ça donne un aspect amateur à la BD.

Quant au scénario, quand on le résume, il ne paraît pas mauvais et également assez prometteur même s'il rassemble des clichés un peu trop courants ces temps-ci dans la BD de Fantasy : élus aux pouvoirs mystérieux, jeune fille qui se révèle très forte au combat et dans la magie mystique, prophétie grandiloquente, etc... Malgré ces déjà-vus, je trouve le décor de conflits de civilisations antiques intéressant (influence du jeu Civilization ou de Rome Total War ?) et l'histoire pourrait être bien sympa si... si la narration n'était pas aussi mauvaise à mes yeux. Franchement, les dialogues et la mise en page sont tels que j'ai vraiment eu du mal à suivre le récit et surtout à entrer dedans. Trop fouillis, vraiment.

Une BD qui manque donc singulièrement de maîtrise tant dans le dessin que la narration, mais qui laisse espérer des auteurs prometteurs.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 242 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque