Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5595 avis et 2125 séries (Note moyenne: 2.87)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Au bonheur des âmes  posté le 12/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est amusant : je connais le blog de Loïc Sécheresse depuis longtemps mais je n'y vais quasiment jamais car je trouve que son dessin ne convient pas du tout aux illustrations qu'il y présente. C'est un dessin très spécial, le genre que celui qui le découvre considèrera comme un crayonné moche et amateur que "même ma petite fille fait mieux". Et jusqu'à la lecture de cet album de la collection miniblog, je n'étais pas loin de penser pareil.
Mais voilà... J'ai été charmé par ce petit récit mais aussi par son dessin.

Car je trouve finalement que le dessin de Loïc Sécheresse convient très bien quand il s'agit de raconter une histoire (et donc plus seulement de faire de l'illustration). Fluide, expressif, il n'est pas dénué d'un certain charme attachant. Il bénéficie en outre d'une colorisation fort sympathique qui ajoute à sa particularité et à son efficacité.

Le scénario est plaisant et assez amusant. Le personnage de Belzébuth me fait plutôt rire, surtout avec la bouille que l'auteur lui a donnée.
Et même si le récit est court bien sûr, du fait du format réduit de l'album, il est élargi par les ajouts du bonus qu'on peut ensuite trouver sur internet. Bref, on en a pour son argent, du moins pour la très modique somme que coûte cette BD.

Bref, j'ai bien accroché et je lirais sans doute avec plaisir un album de taille plus classique de cet auteur.

Nom série  Kitsune Udon  posté le 10/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne suis peut-être pas très objectif car je suis un grand amateur du style de dessin de Nancy Peña et avec ces quelques planches, je suis aux anges. Dès la couverture je retrouve l'esthétisme original qui m'est cher et chaque planche me donne envie d'écarter grandement les pages de l'album pour mieux les voir. En cela, le tout petit format de l'édition et le fait que les pages sont agrafées et serrées les unes contre les autres est un peu contraignant pour bien apprécier chaque dessin dans ce cas précis. Très joli dans tous les cas.

Par contre, même si j'ai été sous le charme du début du récit, j'ai été plutôt déçu par sa seconde moitié et son final. Hormis l'objectif, que je pense voulu, d'achever l'album sur une référence graphique à la peinture Ophélie de John Everett Millais, je trouve le récit un peu vain et se terminant trop en queue de poisson pour être suffisamment marquant. Un peu l'impression que l'histoire ne raconte quasiment rien, à mon grand regret.
En outre, le bonus sur internet est assez décevant : j'espérais vraiment une suite à la BD ou bien de nouvelles planches de toute beauté, et ce n'est pas ça du tout.

Je suis néanmoins heureux de mon achat, non seulement parce que l'esthétisme de cet album me plait beaucoup mais aussi parce que, pour un euro, c'est vraiment donné.

Nom série  J.O. 2012  posté le 10/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Martin Vidberg, alias Everland, est l'auteur de Journal d'un remplaçant, BD pour le moment uniquement publiée sur Internet où, à l'aide de ses personnages patatoïdes il raconte avec beaucoup d'intérêt, d'humour et de sensibilité quelques semaines dans sa propre vie d'un remplaçant dans une classe d'école primaire spécialisée.
Et c'est ce même type de graphisme, de personnages patatoïdes, qu'il utilise pour J.O. 2012 pour se mettre en scène, lui et sa femme, organisant les jeux olympiques, du moins les préparant, dans leur petit appartement. Graphisme simple et fluide, il est agréable à lire et convient très bien à ce genre d'humour et de récit.

Et de l'humour, il y en a puisque cette BD est divisée en petites scénettes/gags originales et souvent vraiment amusantes. Malgré la petite taille de l'album, la lecture se révèle assez dense en comparaison et le bonheur de lecture vraiment présent. Un vraie bonne BD d'humour, même si on en demande vraiment plus au bout du si petit nombre de pages de cette édition.

Et quand on voit le prix minime de cette BD et en outre le bonus accessible sur Internet après achat, il n'y a pas de raison de s'en priver.

Nom série  Le Grand Saut  posté le 10/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Poipoipanda est le propriétaire d'un blog assez sympathique qu'il met cependant assez peu souvent à jour. Il y fait preuve d'un dessin qui ressort encore mieux sur le papier dans ce miniblog dont l'aspect graphique est le point le plus positif. En teintes crème de marron et noir, ses planches sont très esthétiques et très agréables à lire.

L'histoire, quant à elle, est sympathique puisqu'il s'agit du récit d'un premier saut en parachute où la peur est telle pour Poipoipanda que... Je ne termine pas ma phrase car sinon j'aurais raconté toute l'histoire. Et c'est bien ça le souci de ce miniblog : à raison d'une image par planche, avec ce si petit format, l'histoire est vraiment trop vite lue. Elle pourrait presque tenir en une seule planche d'une BD classique.

Heureusement, l'animation offerte sur Internet grâce au mot de passe final est plus conséquente et raconte (presque ?) plus de choses. Ce bonus est réussi et tout aussi joli et intéressant que le graphisme de la BD elle-même.

Bref, je trouve ce miniblog pas mal même si j'admets préférer son graphisme à l'histoire qu'il raconte en elle-même.

Nom série  Steak me tender  posté le 10/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Je suis un visiteur quotidien du blog de Miss Gally et c'est avec le sourire que je lis ses petites altercations avec sa fleur de compagnie au fort caractère, Georgette. Le dessin de Miss Gally est clair et agréable, joliment colorisé à l'aquarelle. C'est une lecture amusante qui amène quelques secondes de bonheur journalier grâce à de petites planches ou des images d'humour à petite dose.
Pourtant, je dois dire n'avoir que très moyennement apprécié ce miniblog.

Le dessin, les personnages, les situations et les couleurs sont les mêmes que sur le blog originel. L'unique différence au final est la longueur relative du récit, plusieurs planches au lieu d'une ou deux maximum sur le blog. Et...
Etrangement, je n'ai pas réussi à retrouver ce qui me plait dans le blog, ou alors je me suis rendu compte que ce que j'y aimais était en fait cet aspect "petite dose quotidienne" mais quand cette dose est un petit peu plus imposante comme ici (malgré le petit nombre de pages et la petitesse de cette édition évidemment), eh bien je décroche très vite.
J'ai le sentiment que le tout manque de liant à mes yeux, l'humour n'y est pas suffisamment percutant, aucune scènette ne ressort particulièrement.

Bref, une lecture qui n'a pas su me charmer comme je l'espérais. Ceci étant dit, vu le prix particulièrement réduit de l'album, je me vois mal en déconseiller l'achat.

Nom série  Samuraï Deeper Kyo  posté le 05/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce n'est que maintenant que je découvre ce manga qui a fait pas mal parler de lui, en bien ou en mal. Nullement amateur de samouraïs et de combats au sabre, j'ai repoussé longuement sa lecture.

Le véritable point positif de Samourai Deeper Kyo, c'est la qualité professionnelle de son dessin. Net, précis, maîtrisé, il ne marquera sûrement pas par son originalité mais présente quelques bien belles planches et une lecture tout à fait fluide. Seul reproche, certains visages sont assez difficilement différentiables. Et, bien évidemment, il faut aussi aimer les fresques à base de beaux guerriers androgynes, sabre au clair ou tranchant dans le sang.

Pour le reste, la trame du récit est d'un classique qui rebutera beaucoup de lecteurs post-adolescents. L'intrigue se résume à une quête de devenir "le plus fort", avec l'ajout d'une histoire d'échange de corps et d'âmes (le très banal personnage qui partage son esprit et son corps avec un puissant démon), de conflits entre immortels, mais tout cela ne nous mène pas beaucoup plus loin qu'une suite de combats où les personnages sont de plus en plus forts. Cette même suite de combats que j'avais pu apprécier dans Dragon Ball Z car je découvrais le genre, ici, elle m'a lassé presque dès le départ.
Le schéma narratif suit la base du genre Nekketsu : successions de rebondissements, valeur négative (le méchant est le plus fort) - valeur positive (le héros sort une botte secrète) - valeur négative (le méchant cachait son jeu et est en fait encore plus puissant) - valeur positive (grâce à l'aide d'untel ou de tel artefact, le héros reprend le dessus) - etc, etc... Cela tient le lecteur en haleine un certain temps mais le tout manque tellement de surprise que celui qui a déjà ne serait-ce qu'un seul autre manga du même genre auparavant perdra tout intérêt avant la fin d'un seul album de Samourai Deeper Kyo.

La série fonctionne donc pour un lectorat jeune et non blasé mais elle ne souffre aucunement la comparaison avec un bon manga du genre (Dragon Ball, Hunter X Hunter ou même Naruto).

Nom série  Submerman  posté le 05/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Moi qui cherchais à lire cette série depuis un moment (suite à l'avis très favorable d'Arzak ci-dessous), voilà que j'ai d'un coup l'occasion de lire les deux séries, l'originale de Lob et Pichard, et la reprise de Pierre Le Gall.

Je dois avouer ne pas être un grand amateur du style très reconnaissable de Lob et Pichard. Un dessin typé, une ambiance très Mai 68 et des planches assez bavardes. Malgré cela, j'ai trouvé la série assez sympathique et l'éternel sourire figé de Submerman qui m'exaspère un peu est compensé par le personnage du Commandant Goujon qui est assez intelligent et attachant.
Pour le reste, les histoires sont plaisantes mais ne m'ont guère plus accroché que cela. Elles me rappellent un peu certaines aventures sous-marines à la Walt Disney (Picsou, Donald ou Mickey) avec une touche un petit peu plus adulte. Il y règne en outre une ambiance, un charme désuet spécifique à Lob et Pichard qui n'est pas désagréable du tout.

Par contre, j'ai été surpris en découvrant la reprise par Pierre Le Gall parue plus de 20 ans après le dernier épisode de Lob et Pichard.
Le style graphique change complètement. Du noir et blanc, on passe à des couleurs très contrastées, pas toujours très harmonieuses (orange, violet et bleu fonctionnent plutôt mal ensemble, encore moins bien quand on leur adjoint des teintes verdâtres). D'un graphisme très typé, on passe à un graphisme proche de la ligne claire, un trait qui me rappelle beaucoup celui d'Emile Bravo (Jules) en un peu moins beau. Le personnage de Submerman est méconnaissable comparé à la version de Pichard où son visage et son regard étaient si particuliers.
Et surtout, là où je m'attendais à lire la suite des aventures originelles, c'est un remake que nous a fait Pierre Le Gall à la place. Il reprend en effet les aventures que j'avais déjà lues juste avant et les modernise, les rendant plus attractives pour un lectorat jeune et actuel. Hélas, je trouve que, même si les histoires y gagnent en fluidité de lecture, la série y perd beaucoup en charme et devient une série d'aventure jeunesse assez banale.
La nouvelle série semble d'ailleurs ne pas avoir eu tellement de succès puisqu'elle s'est arrêtée avant la parution de "Submerman à New-York" qui devait sans doute reprendre l'album "Les peuples de la mer" où Submerman se rend à l'O.N.U.

Bref, une lecture plaisante et assez originale en ce qui concerne la partie Lob/Pichard, mais rien qui ne m'ait marqué plus que cela.

Nom série  Dialogues de Pierre Louÿs  posté le 05/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Impression très mitigée sur cet album, tendant vers le fortement négatif.

Le dessin de Jacobsen est plutôt bon. Encore une fois, il me fait penser au style de Solé.
Quant aux histoires, je trouve que des récits courts en une, deux ou trois planches comme ici, c'est un format qui convient à des histoires érotiques ou porno. Par contre, leur intérêt ici est très inégal et parfois franchement détestable. Toutes ces histoires tournent alternativement autour de 4 thèmes majeurs : relations lesbiennes (bof), prostituées (quelques dialogues amusants ou émoustillants mais aussi des scènes assez écoeurantes), sodomie (boarf), et... gamines pré-pubères (10 à 12 ans). Et ce dernier point, non, même si les choses sont amenées sous l'apparence de gamines très mûres qui maîtrisent leurs actes et autres-temps-autres-moeurs puisque ça se passe au 19e siècle, etc..., cela me dégoûte.

Bref, un dessin réussi, quelques scènes un peu émoustillantes, mais un ensemble assez nauséeux et une lecture réservée à des lecteurs très avertis.

Nom série  Les Voyages du Docteur Gulliver  posté le 05/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sincèrement, c'est en m'attendant à mieux que j'ai acheté cette BD mais ça reste une bonne BD.

Les Voyages du Docteur Gulliver n'est pas une adaptation directe de l'oeuvre de Jonathan Swift, c'est une version enjolivée, parfois différente.
Une version où Gulliver est un docteur marié et amoureux mais où le manque d'argent pousse sa femme à vendre ses cheveux et son mari à prendre la mer comme chirurgien de bord.
Une version où les Lilliputiens sont bien des nains de six pouces de haut mais ils ne passent pas leur temps à faire la guerre comme dans l'oeuvre de Swift; ce sont au contraire les humains qui s'entretuent pour des motifs futiles comme le côté par lequel doivent être commencés les œufs à la coque.
Une version où un parallèle très net est fait entre les Lilliputiens et les Indiens du Nouveau-Monde, vivant en harmonie et destinés à subir toute la force de l'invasion cruelle des Européens.
Un récit original et bien construit.

Quant au dessin de Kokor, il est fort plaisant tant son trait est souple et maîtrisé. Et même si je n'aime que moyennement son encrage je trouve ses planches très jolies.
Par contre, j'ai eu nettement plus de mal avec sa colorisation que je trouve... dommage. Je trouve en effet dommage que l'auteur ait fait le choix d'une teinte jaune-orange ou alors verdâtre pour presque chaque planche, le genre de colorisation qui donne la même couleur à tous les éléments d'une image sans soucis de réalisme. J'aurais nettement préféré un autre style de colorisation mais c'est sans doute une affaire de goût.

De même, je ne trouve pas le récit toujours très bien structuré. Certains passages disposent d'une narration assez confuse, des ellipses un peu trop grandes pour permettre au lecteur de se faire une bonne idée de ce qu'il s'est passé entre-temps, des flash-backs presque oniriques dont je me suis demandé à plusieurs moments quels étaient leurs intérêts.

En outre, ce qui s'entame comme un voyage humaniste très sympathique s'enfonce un peu dans la philosophie et la dénonciation un peu facile des noirceurs de l'humanité. Le contraste entre cette noirceur et le personnage parfait et bon de Gulliver me semble un peu artificiel. Je ne me suis en effet que peu attaché au personnage de Gulliver du fait de la "perfection" qu'il affiche, comme un petit saint au-dessus des foules violentes.

Mais ce sont là deux défauts, celui de la narration et celui de la thématique que prend le récit, qui ne m'ont pas empêché de trouver le récit plaisant et prenant. Une belle BD dont j'aurais aimé qu'elle me plaise encore davantage car elle ne manque vraiment pas d'originalité et de réussite dans son introduction. J'en conseille en tout cas la lecture.

PS : Ah si, il y a aussi un autre défaut : au moins 2 très grosses fautes d'orthographes dans les dialogues qui font vraiment tâche dans une édition de cette qualité.

Nom série  Batman - Black and White (Batman!)  posté le 04/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
En lisant ce gros album cartonné paru chez Editions USA, j'étais persuadé de lire l'édition originale de Batman - D'ombre et de lumière. En effet, ces deux séries sont issues de la même série américaine Batman : Black & White, recueils d'hommages de grands noms du comics et du dessin au personnage de Batman. Mais ce n'est qu'après que j'ai découvert que ce n'était pas les mêmes histoires ni les mêmes auteurs qui sont publiés dans l'un et l'autre des recueils parus en France. Et j'ai bien l'impression que ce sont des noms bien plus impressionnants qui composent les artistes de Batman!.

Pensez un peu : Simon Bisley, Neil Gaiman, Joe Kubert, Bill Sienkiewicz, Richard Corben, Liberatore, Jose Muñoz, Frank Miller, Alex Ross, Jim Lee, Barry Windsor-Smith, Moebius et même Katsuhiro Otomo, ces grands noms là parmi encore beaucoup d'autres de niveau presque aussi élevé.
Et presque tous les dessinateurs sont de grands experts du noir et blanc, avec des styles très divers, parfois impressionnants, presque toujours très réussis.

Bien sûr, comme dans tous les recueils collectifs, le niveau est inégal mais la moyenne est ici très bonne à mon goût, et surtout certaines histoires sont vraiment excellentes. Quelques-unes n'hésitent pas à prendre la voie de l'humour ou au moins de l'ironie, d'autres sont plus noires, ou plus classiques. Mais toutes ou presque m'ont vraiment plu.

Il s'agit bien d'un recueil hommage, ce ne sont pas là de grandes aventures de Batman à la manière d'un long Halloween ou autres Dark Knight, mais certaines histoires pourraient très bien s'insérer dans le genre, tandis que d'autres sont un peu plus à part.
En tout cas, un recueil qui plaira sans nul doute aux amateurs de Batman mais aussi aux amateurs de noir et blanc.

Nom série  La tartine au beurre  posté le 04/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

Peut-être bien l'album qui m'a le plus plu de la collection les Petits Chats Carrés de Carabas, mais inversement c'est sans doute l'album le plus adulte du lot.

Le dessin est sympathique. C'est le genre à base d'un trait fin comme au stylo, un trait un peu hésitant comme crayonné, donnant une vraie esthétique mais peut-être pas facilement appréhendable par tous. Les couleurs à base de fauve et de marron sont également originales et plaisantes.

Quant à l'histoire, elle est touchante. C'est celle d'un enfant pour qui le moment du goûter est une vraie épreuve car sa mère ne lui prépare que des tartines au beurre. Qui dit tartines au beurre dit peu de plaisir, envie d'échanger avec les copains, mais de copains il n'y en a plus quand ils craignent d'avoir à échanger leurs bons goûters contre des pauvres tartines au beurre.
Le récit suinte la mélancolie, car ce petit garçon est malheureux, il en veut à sa mère mais on sent qu'il ne peut pas la haïr évidemment puisque c'est sa mère et qu'elle ne se rend pas compte de ce qu'elle fait subir à son fils, ou peut-être qu'elle n'a pas le choix. Ne serait-il pas plus simple d'échanger sa maman plutôt que d'avoir à échanger son goûter ?
De la réflexion sur l'intégration sociale sur la base du simple goûter.
C'est touchant et intelligemment raconté. En outre, ce n'est pas noir comme pourrait le laisser craindre le résumé : cela ne manque pas d'un peu d'humour léger par-ci par-là.
Et en plus, ça finit bien.

Par contre, j'ai l'impression que le récit est peut-être un petit peu trop fin et un peu triste pour être véritablement destiné à un public d'enfants comme l'est en principe la collection des Petits Chats Carrés. Il faut voir.
En outre, comme toujours avec cette collection, malgré sa jolie couverture cartonnée, l'album est un peu trop petit et trop vite lu pour mériter un tel prix à mes yeux. Il faut l'aimer vraiment pour l'acheter.
Ceci dit l'ayant aimé je ne vais sûrement pas vous en déconseiller l'achat.

Nom série  L'Ours et le petit garçon  posté le 04/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'Ours et le petit garçon est à mi-chemin entre la BD et le livre pour enfants. La BD car c'en est vraiment une, à la particularité près qu'elle soit muette. Le livre pour enfants par son sujet évidemment mais aussi par sa brièveté et son faible nombre de pages, la solidité de ces mêmes pages, et le fait que ce soit le genre d'histoire qu'on peut lire à ses enfants avant d'aller se coucher.

Le dessin est simple mais sympathique. De nouveau, il me rappelle quelques dessins de livres illustrés pour enfants. Les couleurs, directement à l'aquarelle, donnent une petite impression de fouillis mais sont tout à fait agréables. En fait, ces couleurs et certains passages du dessin me font penser aux illustrations de Quentin Blake sur les histoires de Roald Dahl (Charlie et la chocolaterie).

L'histoire, quant à elle, est gentille et amusante. C'est l'histoire d'un petit garçon qui, d'un théâtre abandonné, se retrouve projeté à Londres à l'époque de William Shakespeare et de courses poursuites en courses poursuites il va y délivrer un ours de cirque et un noble en prison, et puis bien sûr tout se finira bien.

Une histoire courte sans grande surprise mais plaisante et jolie, d'autant que les éditions Dargaud n'ont pas lésiné sur la qualité physique de l'album. D'aucuns trouveront l'album un peu cher vu la brièveté de sa lecture mais il n'est pas plus cher que beaucoup de livres pour enfants.

Nom série  Robinson  posté le 04/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai retrouvé dans cette BD ce qui m'avait laissé une impression très mitigée à la lecture de Pyrénée du même dessinateur : une histoire écolo dont la naïveté ne colle pas avec le contenu.

Le dessin de Sternis est correct mais je n'y accroche pas tellement. Ca reste plaisant à lire et pas désagréable à regarder mais j'aime moyennement.

J'ai eu du mal à rentrer dans les premières pages de récit du fait de la manière un peu spéciale de parler des animaux dans l'introduction. Mots à eux, prénoms et onomatopées qui s'entremêlent sans qu'on sache qui est quoi dans leurs phrases... Heureusement, au bout de 5 ou 6 pages, les dialogues sont nettement plus classiques et là j'ai pu entrer dans l'histoire.
Celle-ci se révèle néanmoins trop naïve pour moi dans sa thématique. Des animaux vivent en très bonne entente sur une île perdue, les carnivores mâchouillant gentiment de l'herbe, la grand éléphant veillant au bon ordre, les enfants jouant entre eux, le tout grâce à la sainte Harmonie qui est leur fragile héritage. Et voilà qu'un aviateur humain s'écrase sur l'île et vient semer la zizanie.

Fable écolo, elle alterne moments de bons sentiments assez mièvres et moments un peu trop durs pour que le récit s'adresse uniquement à un lectorat enfantin. Un récit en demi-teinte qui hésite entre deux styles, le dur et le doux, sans que le cocktail ne me plaise vraiment.

Nom série  Mortes saisons  posté le 04/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

Une des rares BD scénarisées par Andreas que je n'avais pas lue : voilà chose faite et j'en suis heureux.

Ca tombe bien, j'aime aussi le dessin de Berthet. On reconnaît tout de suite son style, plus proche de ses anciennes oeuvres comme Le Marchand d'Idées que de ses oeuvres récentes, mais il est néanmoins joli et très agréable à lire. Seules les couleurs ont une petite touche un peu désuète.

Quant au scénario, cet album contient deux histoires courtes à base de fantastique et d'un peu de SF, exactement le style d'histoires que j'aime à lire. Une ambiance à la Quatrième Dimension ou au-delà du réel avec des mystères et du fantastique inexpliqué mais qui captive le spectateur. J'ai une grosse préférence pour la première histoire, la seconde étant un peu plus plate.

Un bon moment de lecture comme je les aime.

Nom série  Pourquoi j'ai tué Pierre  posté le 02/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sur la foi des très nombreux bons avis donnés ici, j'ai acheté cette BD il y a quelques semaines déjà. Mais toujours je repoussais le moment de sa lecture car je savais que ce n'était pas le genre de BD qui me plaisait d'habitude. Et en réalité j'aurais dû écouter mon expérience de mes propres goûts car je regrette mon achat.
Oui, cela sonne discordant par rapport aux autres avis dithyrambiques mais je m'explique...

Objectivement, cette BD est bien racontée, son sujet dur et fort, la façon dont il est amené originale et réussie à la fois. Il est en outre servi par un dessin sympathique même si ça m'a fait un peu bizarre de retrouver des "bouilles" à la Octave, BD jeunesse que je lis à ma fille, dans ce récit sérieux et traumatisant pour un jeune enfant. Le traitement graphique est assez novateur et intéressant, notamment avec ce passage en véritables photos sur la fin de l'album. Par contre, j'aime assez peu la colorisation toute personnelle de cet album.

Mais après cet aspect objectif, il y a mon ressenti à la lecture et celui-ci est très mitigé. Mitigé sur le sujet même tel qu'il est abordé, réfléchi puis magnifié par moment. Comme on le voit intelligemment raconté à certains passages, l'esprit de l'auteur hésite entre le fait d'occulter ces faits qu'une partie de lui trouve quasiment "négligeables" pris dans leur ensemble, et réagir avec force haine et colère, donnant une intensité accrue au traumatisme, force qui semble chez lui avoir grandement augmenté avec l'âge. Et c'est un peu ça qui m'ennuie, cette impression d'avoir sublimé le traumatisme, comme si son exorcisme avait eu pour effet de le rendre encore plus grave qu'il n'était dans son jeune esprit.
Je crois que davantage que l'attouchement qu'il a eu à subir, c'est surtout la trahison d'un ami qui est ici dénoncée, mais de telle manière que cet ancien ami est rabaissé largement au-delà de ce qu'il a fait. C'est bien simple, le titre est là pour le dire, l'auteur voudrait tuer l'homme qui lui a fait cela, il semble vouloir qu'il souffre au point de se suicider, et cela surtout parce qu'il a trahi son amitié : c'est ainsi que je l'ai ressenti.
Bref, c'est bien l'impression que l'âge a attisé la haine que sa jeunesse avait plus ou moins occultée qui m'a dérangé dans cette lecture : pourquoi se tourner vers son passé ainsi si c'est pour en souffrir et pour haïr. Je devrais moi-même haïr encore davantage des gens de mon passé pour ce que j'ai vécu, mais je ne me prends pas la tête du tout avec ça.

Cependant, à la très honorable décharge de l'auteur, son récit montre avec une grande justesse sa sincérité, et le fait qu'il n'avait précisément pas la même façon de penser étant jeune qu'une fois devenu un adulte bien installé dans la vie. C'est cet aspect de la réflexion sur son propre état d'esprit et la véracité avec laquelle il est rapporté au lecteur qui m'a le plus intéressé dans ma lecture. J'ai par exemple été agréablement surpris de voir les auteurs retourner sur les lieux des faits en fin d'album et surtout ce que cela implique et la façon dont ils ont eu à réagir.

Car pour le reste, je n'ai pas accroché. Pas accroché dans le sens où ce n'est pas ce que je recherche dans la lecture d'une BD. De la même manière que je n'ai pas accroché à Maus que la majorité des gens adorent, pas plus qu'à tous ces récits de souffrance et de noirceur, aussi bien racontés soient-ils.
Et puis il y a le fait que ce soit des personnages réels, des lieux réels, des photos permettant de reconnaître les lieux et donc le tout permettant de dénoncer vraiment qui a commis quoi aux yeux de ceux qui le connaissent, détruisant sa vie (s'il vit encore) de manière implacable. Nous sommes ici au niveau de la dénonciation pénale et effectivement on peut se dire que l'auteur a le droit de faire ça vu ce qu'il a subi et qu'il n'aurait aucun recours judiciaire s'il voulait en chercher un (ce qu'il ne semble pas vouloir), mais cela me dérange cependant très fortement. Sans doute car j'aime à ce qu'une BD reste dans le domaine de la romance, pas du réel comme un objet à même d'affecter la vie des uns ou des autres. Mais nous sommes là dans un nouveau débat.

Et il n'y a pas de débat me concernant tout personnellement : je n'ai que très moyennement apprécié ma lecture même si j'en reconnais les qualités tant narratives que graphiques et surtout dans la force du sujet et ce qu'il implique au niveau réflexion mais aussi au niveau de l'action résultante.

Nom série  Certains l'aiment noir  posté le 01/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un recueil d'histoires courtes de Foerster parues dans Fluide Glacial, histoires où il mêle fantastique, horreur, humour noir et une dose de sadisme. Il en a publié un bon petit nombre de telles histoires et de tels recueils, faire la différence entre les uns et les autres n'est donc pas évident. Ici, les histoires sont sympathiques, avec juste ce qu'il faut pour marquer les esprits, captiver et faire passer un bon moment de lecture en profitant des sombres idées et du dessin typé de Foerster.

Moi j'aime, même si je n'en fais pas une passion.

Nom série  Melody Bondage  posté le 01/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
De Jake Raynal, je connaissais les histoires courtes de Combustion spontanée et ses dessins si typés dans les marges de Fluide Glacial. J'aime bien son style et son humour noir et décalé.
Malheureusement, ce n'est pas lui au dessin de Melody Bondage et je goûte très moyennement au style de Claire Bouilhac.

Le trait est plutôt bon, les formes féminines de l'héroïne et des autres personnages sont belles et maîtrisées. Mais par contre, les planches tendent vers l'épure, avec un encrage trop gras et des décors réduits au strict minimum. Ce style fonctionne quand les planches en ressortent soit plus efficaces soit plus esthétiques, mais ici, je ne suis pas convaincu du tout. En outre, la colorisation en aplats façon "pastel fantaisie" ne me plait pas du tout.
Sincèrement, cette BD pêche à mes yeux par son graphisme, presque comme une BD amateur par moment.

Mais cela n'aurait rien de grave si Jake Raynal nous offrait un scénario original et drôle. Mais pas du tout hélas. Melody Bondage est une agent secret britannique qui plonge tête baissée dans les situation rocambolesques avec si possible la possibilité de la voir le plus souvent possible exhiber ses formes plus que généreuses, ou de mériter son nom en se voyant ligotée au milieu d'hommes idiots et misogynes et de femmes soumises. Héroïne libérée, elle manque hélas vraiment de charisme à mes yeux.
Et ses histoires ne sont surtout pas drôles, c'est bien ça le pire. Je me suis véritablement ennuyé à la lecture de cet album. C'est du délire, un peu d'absurde, un peu d'humour noir, mais le tout mélangé dans un cocktail qui ne fonctionne pas. Au point de lâcher un peu la BD vers la fin, me forçant à lire au cas où j'aurais loupé LA bonne histoire du lot.

Mais non. Je suis déçu.

Nom série  L'Anneau des 7 Mondes  posté le 01/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai lu que les 2 premiers tomes de cette série alors que le 3e vient tout juste de sortir. Mais je ne suis pas totalement convaincu pour le moment.

Cela faisait un moment que je tournais autour de cette série mais son dessin me rebutait et m'empêchait de l'acheter jusqu'à présent. En effet, je n'aimais ni son aspect proche du manga ni ce que je considère comme une certaine épure des traits, formant à mon goût certaines cases et visages trop grands et trop vides.
Pourtant en cours de lecture, je m'y suis très vite fait, jusqu'à le trouver très agréable à lire et joli à regarder. Seul reproche, certains décors de villes ou scènes d'action à base de vaisseaux et objets volants me sont parfois un petit peu difficiles à déchiffrer du fait, je crois, de la trop grande simplicité de certaines formes. Mais pour le reste, j'aime bien. Je trouve d'ailleurs qu'il y a beaucoup d'influences de l'esthétique des oeuvres de Miyazaki dans cette série, décors, véhicules volants, tenues de combats, etc. J'aime bien d'autant que c'est une influence assez bien assimilée ici.
J'ai eu un peu de mal avec les couleurs ceci dit. Elles sont souvent bien choisies et leur application informatique est soignée. Mais leur aspect artificiel m'apparaît parfois un peu froid, et inversement une forte utilisation des contrastes lumineux éblouit mon regard à d'autres moments.

Venons-en maintenant à l'intrigue, je la trouve assez classique mais sympathique. L'abondance de factions en conflit autour de buts mystérieux fait légèrement déjà-vu à mes yeux. Par contre, le fait que les unes et les autres soient sincères dans leurs actions et ne sachent pas trop ce que veulent les autres est bien rendu et intéressant.

Je ne suis donc pas vraiment captivé par cette histoire et l'assez banale fuite en avant de deux jeunes héros, un gentil garçon et une jolie fille, mais je lirais la suite avec plaisir.

Nom série  Trinité  posté le 31/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

La première rencontre entre Superman/Batman et Wonderwoman mise en image dans un long récit d'aventure, voilà qui a de quoi allécher l'amateur de l'univers DC que je suis. Le résultat en est plutôt bon sans être réellement fantastique.

Comme il s'agit de leur première rencontre, ce récit se passe bien sûr à une époque antérieure aux développements actuels de l'univers DC. Cela se passe à une époque où Batman et Superman travaillent déjà souvent ensemble mais où ni l'un ni l'autre n'avaient rencontré Wonder Woman, encore fraîchement issue de son île paradisiaque. Pas encore de Justice League of America, donc, nous en sommes loin.
Cette rencontre est relativement bien amenée et les personnalités des trois super-héros se confrontent avec un assez bon réalisme, amenant quelques dialogues et situations intéressants.
Je ne ferais qu'un reproche concernant le personnage de Batman à qui il est donné, à mes yeux, un comportement trop puéril par moments, notamment dans ses dialogues qui donnent l'impression de voir parler un adolescent têtu. Mais ce n'est pas trop visible et donc moins gênant que certains passages me l'avaient fait craindre en début de lecture.

L'intrigue du récit en elle-même maintenant est assez banale. Face à notre trinité de héros, un trio de super-méchants s'imposait : Ra's al Ghul à leur tête (comme ennemi de Batman), Bizarro à son service (comme ennemi de Superman) et une rebelle amazone (pour Wonder Woman). Ces trois-là oeuvrent pour un plan mettant en scène des fusées nucléaires volées et le désir de détruire ce qui forge le monde moderne et ses dérives libéralistes qui répugnent l'éco-terroriste Ra's al Ghul.
Une intrigue suffisamment bien construite pour être assez captivante mais sans grande originalité ni véritable passion pour le lecteur.

Le dessin, quant à lui, est assez typé, pas particulièrement joli mais sympathique et agréable à lire. Il est cependant nettement meilleur concernant les personnages que les véhicules. Les avions et autres hélicoptères sont en effet assez ratés. Sans parler du ridicule d'un assemblage flottant apparaissant en fin d'histoire, formé de deux fusées nucléaires accolées de manière suggestive de deux grosses bouées rondes à leur base.

Une lecture assez sympathique, une première rencontre entre trois personnages légendaires de l'univers DC réaliste et bien rendue, mais une intrigue sans grande surprise. Ne vous attendez pas à un chef-d'oeuvre, juste à un bon moment de lecture.

Nom série  Samuel et le Mange-Mots  posté le 31/10/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Samuel et le Mange-Mot est une oeuvre dédiée à la jeunesse, sans doute plus particulièrement aux enfants un peu turbulents à qui il faut apprendre la valeur des mots et de la lecture. C'est une gentille histoire où un enfant se retrouve confronté à une drôle de créature silencieuse et fourbe, qui se colle à sa tête et lui "mange" ses mots, d'abord ses gros mots puis davantage tandis qu'elle grossit.

Le scénario est sympathique quoiqu'un peu naïf pour un lectorat adulte.
Le dessin quant à lui est plaisant en ce qui concerne les visages des personnages mais manque nettement de maîtrise pour le reste. Véhicules, corps et décors ont une touche franchement amateur, sans être moche pour autant. De même, les couleurs, même si leur palette est agréable, ne sont pas d'un niveau professionnel à mes yeux.

Une BD sympathique que des adultes achèteront avec plaisir à leurs enfants mais qui leur reste tout de même réservée.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 280 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque