Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4885 avis et 1891 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Rubine  posté le 23/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Ma lecture récente de cette série m'a franchement laissé complètement indifférent.

Pour commencer, je ne suis pas amateur d'histoire policière et il faut vraiment qu'il y aie un plus, une vraie originalité dans une telle histoire pour m'intéresser. Là, il n'y a rien.

Ensuite, concernant le dessin, on reconnait de loin le style de Walthery mais la qualité du trait, des personnages et le nombre de fautes indignes de l'expérience de ce dernier indique nettement qu'il ne fait que guider le dessinateur qui, sur 8 tomes, est Dragan De Lazare avant de laisser la main à Boyan à partir du 9e tome. Franchement, ce dessin de De Lazare n'est pas excellent, manquant singulièrement de maîtrise et j'aime moyennement.

Concernant le scénario, il y a vaguement une touche à la Soda mais très vaguement. Cela tient uniquement au fait que nous sommes dans une grosse cité Américaine (ici Chicago contre New-York pour Soda), que chaque album forme une histoire complète et que l'héroïne cache aussi vaguement son métier à sa mère sans que cela fasse vraiment l'essentiel du background de l'histoire.
Pour le reste, les scénarios de chaque album sont assez moyens, sans réelle surprise. Et la narration semble un peu destinée à la jeunesse plus qu'à un lectorat âgé : Rubine use de son ros flingue comme dans une bagarre de Cow-boys et d'Indiens, elle est souvent affublée de faire-valoirs inutiles et ridicules (son frère Jay dont les actes sont assez pitoyables dans le tome 1 notamment), et surtout elle joue elle-même un rôle de potiche destinée à la montrer le plus souvent possible en tenue sexy ou déshabillée.

Des histoires très passables pour lesquelles je suis indulgent car je considère que le public visé est sensé être jeune, un dessin très moyen, une série qui se laisse lire pour passer le temps mais vraiment sans plus.

Nom série  Les Assureurs  posté le 22/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette série "les Assureurs" est en réalité une réédition de la série "Le grand bêtisier des déclarations d'accident " qui était parue en 2000. La première série avait bien marché alors Bamboo ne s'est pas privé d'exploiter le filon une seconde fois.

Vous connaissez sans doute les "perles des assurances", des déclarations d'assurance en principe véridiques mais surtout bien souvent hilarantes qui circulent sur le net ou en bouquins. Eh bien, ce sont celles-ci qui sont reprises telles quelles, illustrées pour donner un aspect BD ou du moins livre d'images humoristiques.

Personnellement, je trouve ces "perles des assurances" véritablement drôles. En les lisant sur le Net ou par mails que j'avais reçus, j'étais souvent éclaté de rire. Et en lisant celles choisies pour ces BDs, c'est idem, elles sont vraiment drôles pour la majorité.

Mais à côté de ça, à quoi sert le support BD ? A quoi sert-il d'illustrer ces "perles" ?
A mes yeux, à rien du tout. Voire pire, les illustrations ici tentent d'offrir une image "rigolote" sensée rajouter encore plus d'humour aux "perles" elles-mêmes, mais l'humour y est souvent nul ou totalement décevant par rapport à celui des "perles" elles-mêmes. C'est pas drôle et en plus ça gâche le texte lui-même.

Ce qu'il en ressort donc, c'est une utilisation totalement commerciale de "perles des assurances" autrement gratuite sur le Net en justifiant le prix de la BD par ces illustrations inutiles et pas drôles.
Je n'en conseille pas l'achat.

Nom série  La Patrouille des Libellules  posté le 22/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Mince alors ! Les Innommables au pays des boy-scouts !
Depuis le temps que j'avais repéré cette série qui m'intriguait franchement, c'est avec bonheur que j'ai réussi à m'emparer des 3 tomes et je les ai lus aussi sec. Et franchement, sacré bonne surprise pour moi.
Parue à peu près à la même époque que Les Innommables, la Patrouille des Libellules a un dessin et un thème de base, une équipe de filles scouts, qui laissent penser que c'est une série du genre qu'on trouve dans le journal de Spirou. Mais vraiment, c'est loin de ça ! C'est du Yann pur et dur, comme je l'aime.

Bon, je ne suis pas trop fan du dessin de Hardy. Je lui préfère nettement le style de Conrad que je trouve plus lisible et plus esthétique tout en étant dans un style narratif proche. Le trait du dessin et la colorisation ne sont pas top, mais ça se lit assez bien quand même. Et certaines cases ou planches ne sont pas mal, fonctionnant bien au niveau de la composition et de l'effet humoristique.

Quant au scénario, comme je le disais, c'est du Yann typique : politiquement incorrect, humour acide, alternance de moments durs et d'humour délirant.
Les albums pourraient se résumer en une intrigue facile : le tome 1 voit Staliniens et Russes Blancs s'affronter dans les années 30 pour tuer des descendants exilés de la famille Romanov dans un petit village franchouillard, et les tomes 2 et 3 voient notre équipe de scouts fuir en Angleterre au moment de l'invasion Allemande afin de rejoindre les combattants de la France Libre et le Général de Gaulle.
Mais ces résumés sont presque annexes par rapport à la foule de choses que contiennent ces albums partant en digressions à droite à gauche, délirant sur tout et n'importe quoi. Ce serait trop dur de raconter tout ce que contiennent ces albums.
L'humour, pour ceux qui aiment Yann, est souvent excellent. J'ai véritablement été explosé de rire à plein de moments.
Franchement, une lecture qui m'a réellement fait plaisir.

Maintenant, à côté de ça, il y a tout de même des défauts assez manifestes qui feront que la BD ne plaira pas à tout le monde.
Le dessin déjà, j'en ai parlé, il n'est pas toujours fameux.
Mais le plus raté à mes yeux est la narration. Le rythme est vraiment étrange, les ellipses assez nombreuses, le récit parfois un peu ardu à suivre tant les digressions sont présentes à tout bout de champ, laissant presque en arrière-plan la trame de base du scénario. Ce n'est pas aisé de rentrer dans l'histoire, surtout si on part sur un mauvais à-priori.
Ensuite, même si l'humour est en majorité vraiment bon, il y a quelques touches de scato et de petites culottes et autres zizis-à-l'air qui ne sont pas vraiment à mon goût. Ca rabaisse un peu la qualité de la série à mes yeux même si cela se concentre sur le premier tome essentiellement.

Bref, malgré quelques défauts qui ont sans doute plongé trop vite cette BD dans l'oubli, je conseille nettement la lecture de cette série politiquement incorrecte de Yann, une véritable perle oubliée et difficilement trouvable.

Nom série  Hercule  posté le 20/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Quand j'étais jeune, j'achetais régulièrement Hercule Magazine mais ce n'est qu'aujourd'hui que j'ai eu l'occasion de relire une BD de Hercule avec des yeux d'adultes. Et... déjà jeune, je n'aimais guère ce personnage, ce n'est pas mieux en vieillissant.
Ces albums parus chez Bamboo contiennent des gags en une planche comme ceux qui servaient de 4e de couverture sur les journaux Hercule Magazine ou sur les Pif Gadget des années 80. On y retrouve Hercule, son ami Hugues et leur souffre-douleur le gardien du jardin public où ils décident le plus souvent de faire leurs... facéties.

Le dessin de Yannick est plutôt bon, y a rien à en redire. Bien colorisé, moderne pour l'époque, dynamique, il se regarde et se lit extrêmement bien et n'a surtout pas vieilli. Bon aspect visuel, donc.

Par contre, qu'est-ce que ce n'est pas drôle !
Déjà, pour ma part, je trouve le personnage de Hercule assez antipathique, le gars qui s'incruste partout, vantard (c'est voulu de le faire ainsi mais il n'en reste pas moins assez détestable), de mauvaise foi et presque méchant dans son obsession à faire des blagues aux gens autour de lui et surtout à tout ce qui ressemble à un représentant de l'ordre.
Ensuite, quand les gags de ces albums ne portent pas sur une facétie envers le Gardien du parc, on retrouve Hercule n'importe où, que ce soit sur une piste de ski, sur une île déserte, à la campagne, au milieu d'une epxérience scientifique, etc... Tout est prétexte à finir la planche sur un gag façon tarte à la crême.

En résumé, Hercule, c'est un peu un Clown qui déteste les forces de l'ordre, et ses gags sont ceux d'un clown donc pas très drôles quand on lit ça en BD.

Nom série  Basket Dunk  posté le 20/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Une série d'humour éditée par Bamboo portant sur un thème bien précis, le basket, dès que je vois cela, je le classe directement dans la catégorie : "BD d'humour commerciale sans intérêt".
Et à la lecture, y a rien à dire : c'est pas drôle. Tout tourne autour de gags bourrins ou bêtas sur le basket ou sur les filles que les héros de la BD matent comme des ados prépubères. C'est sensé être une BD pour faire rire, mais les gags sont tellement plats que j'ai à un moment regardé s'il y avait bien un scénariste derrière tout ça, c'est dire...

Alors pourquoi ne donné-je pas une note si mauvaise à cette série ?

Eh bien parce que, bizarrement, sa lecture ne m'a pas trop déplu.

Le dessin, déjà, est très correct. Bon, d'accord, les décors sont vides la plupart du temps, mais les personnages sont bien dessinés, dynamiques et tout. La colorisation est simple mais bonne également dans le genre de la BD d'humour.

Et à côté de ça, les personnages de la série ne sont pas mauvais non plus. Pas aussi stéréotypés que je le craignais, quoiqu'un peu évidemment, ils ont des dialogues qui volent un petit peu plus haut que le ras des pâquerettes.

Bref, même si ce n'est pas drôle, j'ai lu cette BD sans trop de déplaisir et je me dis que ça pourrait peut-être plaire à de jeunes amateurs de basket qui ne veulent pas se prendre la tête.

Nom série  Lovely Planet  posté le 20/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
En voyant cette BD sur les étals des librairies et grandes surfaces, je m'imaginais facilement une nouvelle BD à thème sortie dans un but purement commercial avec des gags en quantité industrielle et à l'humour pitoyable. D'où mon agréable surprise quand je l'ai finalement lue.

Cette BD m'a assez vite rappelé les bons moments des Dingodossiers quand Goscinny et Gotlib traitaient d'un thème particulier : ici, ce sont les différentes composantes d'un voyage qui sont traitées, de la valise jusqu'à la plage en passant par l'avion, la cuisine locale, etc... Alors bien sûr, Tehem n'a ni l'humour incroyable de Goscinny ni l'excellence du dessin de Gotlib mais j'ai néanmoins trouvé cet album très amusant.
Certains gags tombent un peu à plat ou sont un peu lourdingues ou passables, mais beaucoup de gags sont vraiment bons. Et surtout, on en a vraiment pour son argent : la BD est très dense contrairement à ce que je m'imaginais au départ. Chaque planche contient plusieurs gags et ne fonctionne donc pas sur la banale chute de fin de planche ou autres. Beaucoup de planches ne sont d'ailleurs pas sous la forme du gaufrier BD typique mais plutôt comme des brochures de vacances emplies de textes, d'images et de beaucoup d'humour.

Ce sont des gags souvent décalées, jouant sur les mots ou autres, et très peu de gags récurrents comme on pourrait le craindre.
Beaucoup d'idées, de l'humour parfois vraiment bon, un album qui vaut véritablement son prix car dense, long et agréable à lire.

Bref, une agréable surprise que je vous conseille !

Nom série  Insiders  posté le 20/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Indubitablement, cette série emprunte à beaucoup d'autres en renouvelant à peine des thèmes largement traités. On reconnaîtra des séries d'espionnage comme Alpha ou XIII, quelques magouilles de big business à la Largo Winch et une tentative de coller à l'actualité qui n'est pas sans rappeler les livres S.A.S avec le cul en moins ceci dit.

Le dessin rappelle fortement le style de Vance, réaliste et... à mon goût moche. Enfin, il n'est pas mauvais en matière de décor réaliste, mais les personnages sont figés et le tout n'a rien d'appétissant visuellement parlant. Ca se laisse regarder mais ce n'est pas à mon goût.

Quant au scénario, j'ai été légèrement impressionné par la carrière de véritable baroudeur du reportage du scénariste qui est expliquée en prologue du premier tome. C'est sûr qu'il doit en avoir à raconter avec tout ce qu'il a vu. Et ce que ça donne au final ressemble effectivement à une sorte de dénonciation des magouilles planétaires des maffias et des corrompus du Libéralisme.
Mais dans les faits de la série BD, ça sonne assez classique finalement comme récit. L'histoire oscille entre des explications complexes mêlant gros sous, politique et criminalité, explication souvent lourdes à suivre notamment par l'abondance de noms de sociétés en -OIL (comme le dit Don Lope ci-dessous) qui se veut réaliste mais perd vite le lecteur, et des combats véritablement militaires. En gros, le récit, c'est un tiers de complots et de discussions compliquées entre "gens qui savent ce qui se trame pour de bon derrière la façade du monde néo-libéral" et deux-tiers d'action débridée, avec armes de guerre, avions de chasse, hélicoptères de combats et missiles.
Les intrigues sont plutôt bien construites puisque basées sur des faits qu'on pourrait facilement imaginer réels, mais la narration est assez lourde et pas vraiment bien foutue. En outre, une héroïne belle, super forte au combat et qui a fait toutes les guérillas du monde, ça me gonfle aussi vite qu'un Largo Winch ou une Lady S. dans un autre registre.

Une série bâtie pour attirer le lectorat amateur de romans d'action-espionnage et qui effectivement n'est pas trop mauvaise dans son genre mais qui n'apporte rien de neuf au moulin du monde de la BD.

Nom série  Weëna  posté le 20/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série commence comme une série Heroïc-Fantasy ultra-classique, à tel point que j'ai cru que ça allait très vite m'ennuyer. Mais en fait, elle dispose de différentes qualités qui la font ressortir un peu du lot.

Tout d'abord, le dessin est joli. Les couleurs sont sympas, certaines cases sont bien travaillées, le dessin a un esthétisme certain, bref ça donne un aspect joli. Je dis juste "joli" car force m'est d'avouer qu'il y a quelque chose qui ne me satisfait pas pleinement dans ce dessin, des détails qui font que je n'arrive pas à le trouver excellent. Ca tient d'une part aux visages des personnages, le genre elfique fin aux oreilles pointus, visages qui pêchent surtout parce que bien souvent, hormis par la coiffure, les cicatrices et l'habillement, il n'est pas aisé de distinguer les personnages. Et ça tient surtout à une impression de manque de relief, de profondeur. Cette impression, je la ressens surtout lors des images de paysages, de montagnes, de désert, etc... C'est un peu comme si l'horizon était tout proche, comme si un brouillard masquait ce qui est trop lointain. Ca me donne un sentiment de claustrophobie comme si le dessin manquait d'espace, de possibilité d'imaginer des décors grandioses et sans limite. Ce problème de profondeur se retrouve aussi dans d'autres scènes où la perspective laisse un peu à désirer.
Malgré cela, le dessin a un aspect vraiment joli.

Quant au scénario, comme je le disais, il commence de manière vraiment très classique : une jeune fille à qui on a prédit une destinée tragique et forte, un jeune garçon comme chevalier servant, un méchant seigneur meurtrier qui va détruire le village de nos jeunes héros, la trame classique de la prophétie, de la jeune fille aux pouvoirs latents et du méchant qui veut l'utiliser à ses fins personnelles.
Mais la qualité des dialogues, la justesse des personnages, la bonne narration suffit à me faire oublier un peu cet aspect déjà-vu. Je dois avouer ne pas vraiment avoir été captivé par l'histoire qui, à force de cliché au départ, m'a un peu lassé, mais le récit est traité avec qualité et intelligence.

Pas mal sans être transcendant.

Nom série  Les 7 portes  posté le 19/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Les 7 Portes est une BD destinée à la jeunesse publiée par une toute jeune maison d'édition qui a l'air bien décidée à promouvoir de jeunes talents et des auteurs BDs encore débutants. Quand on voit cela, ça donne envie d'être indulgent et de considérer cette BD avec un oeil favorable, et ce fut le cas pour moi... Mais franchement, j'en suis navré mais je n'ai vraiment guère apprécié ma lecture.

Physiquement, l'album est beau. Solide (bien cartonné), gros (près d'une centaine de pages), net, rien à redire. La maison d'édition ne se moque pas de ses auteurs.
Mais passé cela, que ce soit au niveau du dessin ou du scénario, cela ne suit vraiment pas.

Le dessin me fait penser aux vieilles BDs de qualité approximative qui paraissaient dans les journaux de BD "éducatives" pour adolescents, le genre Okapi par exemple même si de belles BDs sont sorties de ce magazine. Le dessinateur y parait à mi-chemin entre l'amateurisme et un professionalisme encore loin d'être maîtrisé. Beaucoup de ratés, de dessins approximatifs, des couleurs moyennes, le tout fait vraiment preuve d'un manque de technique. Malgré cela, ça reste regardable et lisible.

Quant au scénario, il faut savoir qu'il semble avoir été inspiré par un magazine scientifique destiné à la jeunesse Cosinus et a donc un but précis : parler de l'Alchimie et de la Chimie aux jeunes lecteurs. Pour cela, l'auteur utilise une trame de scénario ultra-classique : un jeune homme hérite de la maison d'un oncle mystérieux et, avec des proches, ils vont se lancer dans une chasse aux trésors à base d'énigmes portant sur l'Alchimie, tandis que le méchant directeur d'une société corrompue et criminelle tente de leur mettre des batons dans les roues pour s'emparer du trésor à leur place. La quasi-totalité du scénario est totalement convenue et sans surprise, à tel point que, d'avoir fait tenir le tout sur près d'une centaine de pages de BD, ça laisse largement le temps au lecteur de se lasser.
D'autant plus que ce qui fait la spécificité de cette oeuvre, ce sont les quelques informations assez superficielles sur l'Alchimie et surtout la résolution des 7 énigmes, mais ces énigmes ont des composantes soit totalement triviales (du style de nos héros qui perdent une journée à réfléchir sur une phrase "codée" sans réaliser du premier coup d'oeil qu'elle est simplement écrite à l'envers) soit résolues par des Deus Ex-Machina absolument illogiques quand on n'a pas exactement la même façon de penser que l'auteur ou quand on n'a pas envie d'admettre que la solution brille soudain sur le mur de la chambre où dorment nos héros quand la nuit tombe.
Sans surprise, frustrante ou décevante par la résolution de ses énigmes, cette BD ne m'a franchement guère appris sur l'alchimie et quand elle essaie d'entrer plus avant dans le sujet, je doute qu'elle ne largue pas aussi sec le public "jeunesse" qu'elle est sensée viser.

Je n'aime pas rabaisser une jeune maison d'éditions et de auteurs débutants mais là, il y a quand même beaucoup de progrès à faire, surtout s'il s'agit de vendre des BDs à ce prix assez élevé.

Nom série  Le Cabaret des Muses (Le Bordel des Muses)  posté le 17/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La première chose qui marque quand on entame cette BD, c'est le dessin, ou plutôt la peinture. C'est beau, c'est coloré, c'est extrêmement bien fait, et surtout cela reproduit excellemment bien les styles et les formes des tableaux et ambiances des artistes de l'époque représentés dans cette série. Je ne dis pas que je me damnerais pour la beauté visuelle de cette BD mais franchement elle vaut véritablement le coup d'oeil, et sans doute plus que cela puisque le dessin à lui seul pourrait valoir l'achat.

En effet, car à côté de ce dessin exceptionnel, il est largement plus ardu de pénétrer le scénario.
En entamant la lecture, je m'attendais en effet à un récit linéaire, une vraie histoire quoi. J'ai donc aussitôt été largué par le scénario un peu délirant, la narration décousue et sans réel fil rouge, les dialogues eux-mêmes partant dans tous les sens sans vrai suivi, etc... J'avais véritablement l'impression d'avoir sous les yeux une suite d'images joliement peintes mais sans histoire pour les lier et artificiellement mises bout à bout par les tribulations aléatoires et un peu folles d'un Toulouse-Lautrec délirant.
Mais ce n'est que peu à peu que j'ai réalisé qu'il ne fallait pas voir Le Bordel des Muses comme une vraie histoire mais plus comme un hommage aux artistes d'une époque, un hommage qui saute d'une scène à l'autre sans avoir besoin de se justifier, un hommage qui met en scène plus d'une dizaine de très grands artistes de la fin du 19e siècle allant de l'écrivain Wilde au sculpteur Rodin en passant par l'ingénieur Eiffel et bien sûr tous les artistes peintres de l'époque. Le liant entre ces saynètes et ces personnages n'est autre qu'un Toulouse-Lautrec finalement bien drôle, accompagné d'un Vincent Van Gogh à l'humour non moins présent.

Cette BD n'est pas une véritable histoire à suivre mais plus une tranche d'art, d'humour, d'ambiance d'époque, une oeuvre hommage où se retrouve sous un pinceau coloré et plein d'humour les plus grands noms de l'art dans un superbe décor du Paris de la fin 19e siècle.
Déroutant au départ, mais finalement agréable par son humour et surtout la beauté de ses planches.
A réserver cependant à un public dont la sensibilité correspond à la particularité de cette oeuvre.

Nom série  Super cochon (une folle aventure de)  posté le 16/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon, ok, c'est une BD pour enfants. Bon, ok, l'objet est plutôt joli, petit mais mignon et solide. Bon, ok, le dessin est plutôt bon (c'est marrant, les visages des animaux notamment des chats et lapins me rappellent le style actuel de Munuera). Bon, ok, ça se lit assez bien.
Mais qu'est-ce que ça se lit vite !
Si encore ça avait été une BD vraiment drôle en quelques pages, ou alors garnie d'idées vraiment originales. Mais non, c'est une histoire très classique de super-héros "rigolo" qui est appelé à la rescousse pour retrouver le nounours de monsieur Eléphant, et pour le retrouver d'une manière qui puisse se faire en cinq pages en gros.
En tant qu'adulte, bien sûr, c'est le genre de BD qui se lit en 30 secondes puis se repose aussi vite sur l'étal. Alors j'ai essayé de l'imaginer lue par ma fille (enfin, quand elle saura lire) ou alors si je la lui lisais moi-même, mais bof également... Pourquoi pas, d'accord, mais je doute que cela marque vraiment son esprit et son interêt. Et à ce prix-là, sincèrement, je préfère lui acheter un beau livre d'images ou de contes pour enfants.

Nom série  Sonia  posté le 16/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Je dois avouer que si elle n'avait pas été enregistrée sur BDtheque et si je n'avais pas vaguement conversé par mail avec le dessinateur de cette BD lors de son enregistrement, je n'aurais sans doute pas lu cette BD à moins qu'elle ne me tombe sous la main.
En effet, même si j'aime beaucoup la couverture et si je trouve qu'elle attire l'oeil, compensant ainsi le petit format de l'objet, le peu que j'en avais feuilleté n'avait pas suffi à me convaincre.
Pourtant, j'aime bien le dessin. Sans être exceptionnellement beau, je le trouve sympa et agréable à lire. Sauf peut-être sur certaines cases un peu fouillies où j'ai parfois eu du mal à décrypter l'image et l'action.

Mais quand j'ai fini par me procurer l'album pour le lire sérieusement, j'ai compris ce qui me rebutait au départ : il est assez ardu d'entrer dans l'histoire. Elle commence en effet sur les chapeaux de roue et part directement dans une histoire à la logique un peu folle, une logique toute onirique où les décors et les situations sont aussi délirantes que changeantes. Dès le départ, on est lancé à la suite d'une petite fille, de son ami et de son chat qui parle, qui évoluent dans un monde étrange, leur immeuble en réalité, comme dans un rêve où presque tout est permis.
Les histoires oniriques sont entrecoupées de scènes du monde réel qui tranchent par leur sérieux et leur émotion, mais ses scénettes réelles durent rarement plus de deux pages prenant donc la quasi-totalité de l'album à prendre forme et substance.
Tout le reste est du pur délire onirique.

Et c'est bien là justement que j'ai eu du mal à accrocher. Car ce délire suit une logique bien à lui, la logique d'un rêve oscillant non loin du cauchemar. Le fil rouge qui sert d'objectif à atteindre à l'héroïne Sonia, ces portes à ouvrir et ces clés à trouver, peine à mon goût à maintenir l'interêt pour le lecteur que je suis. Et chaque chapitre de ce long rêve ne m'a guère captivé.
Au fur et à mesure que les scènes de la vie réelle se précise, on comprend le but à atteindre de ces rêves, but initiatique d'une certaine manière, et ce but est effectivement atteint. Mais la longue symbolique de toutes ces pages de rêve délirant, trop nombreuses peut-être, ne m'a pas convaincu. Le tout se lit sans mal, ce n'est pas de l'abstrait ni du pur symbolisme, chaque portion de rêve raconte une histoire qui, quoiqu'un peu folle, peut se suivre aisément. Mais j'ai trouvé une large partie de ce récit onirique inutile, peu prenante, voire lassante.

A l'inverse, je trouve que les portions de vie réelles sont véritablement pleines d'émotions et mon âme de père a été touchée. J'ai notamment apprécié le final de cette BD car il est tout en finesse et en émotion.

Malgré quelques qualités notamment au niveau du dessin dans son ensemble et de l'émotion procurée par les scènes de la vie réelle et le final de l'album, j'avoue avoir lu sans réelle passion la majorité de la BD et même après relecture, j'estime une grande part du récit onirique dispensable. C'est bien pour cela que je ne peux guère conseiller l'achat de cette BD au demeurant sympathique.

Nom série  Les Histoires merveilleuses des Oncles Paul  posté le 15/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

En entamant cet album, je croyais lire là un recueil des vraies Histoires de l'Oncle Paul telles qu'elles paraissaient dans le journal Spirou dans les années 50. Mais j'ai vite réalisé qu'il s'agissait d'hommages bien plus récents, parus dans Spirou au début des années 80.
Des auteurs aussi célèbres et doués que Chaland, Yann, Goossens, Dany et autres Will avaient ainsi créé leurs propres Histoires de l'Oncle Paul qui, tout en restant dans l'esprit initial de la série originelle, sont nettement plus modernes et surtout parfois vraiment hilarantes alors que la série initiale était sérieuse.

Yann a scénarisé 5 des 8 histoires de cet album et on retrouve très vite son humour : humour noir, touches de politiquement incorrect, cynisme hilarant. Je me suis vraiment marré sur la plupart de ses histoires dans cet album. D'autant plus qu'avec Chaland, Dany ou Will au dessin, l'aspect visuel est excellent et maîtrisé.
Les dessins de Bercovici et Legall sont bons aussi mais très personnellement, j'aime un peu moins.
Les histoires de Frank et Clerc sont pour leur part nettement plus sérieuses, rendant un hommage direct aux anciennes Histoires de l'Oncle Paul puisque ces biographies de Rodin et d'espions Russes sont parfaitement véridiques et sérieuses. Ces deux récits sont cependant un peu plus ennuyeux à mon goût.
Quant à l'histoire finale scénarisée et dessinée par Goossens, elle est tout simplement excellente et hilarante, même si elle s'écarte quand même pas mal des typiques Histoires de l'Oncle Paul pour faire plutôt dans le style personnel de Goossens. Moi, j'ai adoré.

Bref, une BD hommage d'excellente qualité, vraiment drôle la plupart du temps, joliment dessinée la plupart du temps également et mettant en scène les talents de nombreux grands artistes de la BD. Si vous réussissez à la dénicher (elle date quand même de 1986), ne vous privez surtout pas de l'acheter ou au moins de la lire.

Nom série  Le Territoire  posté le 13/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Ne sachant rien de cette série, j'étais attiré par le texte accrocheur de 4e de couverture et surtout par la beauté et l'étrangeté des gravures qui sont un des éléments principaux de l'intrigue et qu'on retrouve en couverture de chaque album. Ces gravures en elles-mêmes suffisent à susciter en moi l'émotion et l'interêt.

Mais par contre, à côté de ça, je n'aime pas le véritable dessin de la BD. Je le trouve très peu maîtrisé, presque amateur par moments, avec notamment de très gros ratés au niveau des anatomies, des perspectives, avec des personnages aux bras trop petits par rapport à leurs têtes, avec des femmes nues très moches, des décors la moitié du temps vides ou alors assez laids. Bon, ok, je force le trait et en réalité le dessin reste convenable et la série lisible, mais franchement ces quelques manques de maîtrise technique m'ont gâché une partie du plaisir de lecture.

Quant au scénario, j'ai également moins été accroché que je l'aurais aimé. L'idée de base de ce Territoire et l'intrigue autour me parait bonne mais je n'ai pas trop apprécié son traitement. Les personnages par exemple manquent franchement de profondeur à mon goût et les côtés clichés façon série américaine où les New-Yorkais sont tous beaux, riches et soit avocats soit médecins soit artistes avec des histoires de cul entre chacun d'eux, ça me lasse très vite.
Le côté fantastique lui-même, ce qui en principe aurait dû m'accrocher n'est pas traité non plus d'une manière capable de me captiver : manque de rythme, manque de suspense, manque de mystère avec les explications pseudo-scientifiques foireuses du gourou rasta aux cheveux blancs. De même, quand je vois à la fin du tome 2 une tentative de créer une deuxième intrigue parrallèle avec un complot et un meurtre, je décroche encore plus.

Pourtant l'idée du scénario est bonne, la narration pas mauvaise, et l'intrigue pourrait être pas mal. En gros, c'est une série pas mal qui pêche à mes yeux par certains ratés au nvieau du dessin et du scénario. Dommage...

Nom série  Louis Ferchot  posté le 12/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai nettement plus accroché à cette série qu'à Louis la Guigne, la série initiale dont Louis Ferchot raconte la jeunesse. Cela tient à plusieurs choses à mon avis.

Tout d'abord, il y a le dessin. J'apprécie nettement plus le dessin de Courtois que celui de Dethorey. Il manque un petit peu de maîtrise sur les premiers tomes mais dès le départ il est plaisant et devient même très plaisant au fur et à mesure des albums. Sans devenir vraiment transcendant, il est agréable à lire et donne une bonne qualité visuelle à la série.

Ensuite, le personnage de Louis Ferchot jeune m'est bien plus sympathique que l'homme blasé et rebelle de Louis la Guigne. Entre 1910 et 1914, Louis Ferchot sera un jeune homme simple, sympathique, pas bête, assez patriote et n'ayant pas peur de s'engager que ce soit pour son pays ou pour ses amis, sa famille ou ses amours. Il va bien sûr en voir des vertes et des pas mûres l'amenant à devenir de plus en plus rebelle et méfiant, mais on suit le cheminement de son changement pas après pas, ce qui le rend attachant.
Chaque tome peut se lire comme une histoire indépendante. Et le scénario de chacun de ces albums est à chaque fois assez original et différent des autres. Ils abordent des sujets aussi différents que les conditions dans les usines au début du siècle, l'espionnage militaire ou industriel, les conditions dans les colonies Africaines et les prémisces et le début de la première Guerre Mondiale.
Chaque album se lit agréablement même s'ils ne laissent pas un souvenir impérissable.

Une série agréable et de bonne qualité.

Nom série  Golden City  posté le 12/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Depuis le temps que j'entendais parler de cette série et que la couverture du premier tome m'attirait, je n'ai pas été fâché de la voir commandée par ma Bédéthèque pour que je puisse y goûter sans avoir à l'acheter. En effet, après lecture, c'est le genre de série que je lis avec un plaisir relatif mais que je n'achète pas par goût personnel.

Côté dessin, même si je n'aime pas d'habitude les colorisations informatiques, je trouve que les teintes de couleur de Golden City donnent un résultat très appréciable pour l'aspect visuel de chaque planche. A côté de cela, le dessin n'est pas mal mais je trouve que certains arrières-plans sont un peu vides et certaines anatomies un peu hésitantes. Par contre, l'auteur aime mettre des filles au corps de mannequins en petite tenue à chaque coin de page : ça me gonfle assez ce côté gratuitement racoleur sans doute destiné à un lectorat adolescent.

Côté scénario, ça pête de tous côtés, ça bouge dans tous les sens, c'est très dynamique et il faut avouer que ça marche : c'est bien prenant. La trame n'est pas vraiment originale mais le décor futuriste est sympa (me rappelant assez le roman de Neal Stephenson l'Age de Diamant en version simplifiée). Les personnages sont assez bons et l'intrigue bien menée. Je reproche cependant au récit un petit excès d'action, action qui m'a parue à certains moments inutile et juste destinée à accrocher le lecteur même si à l'inverse elle m'a un peu fait décroché lors de ces péripéties que je trouvais de trop.

Bref, c'est une série qui se lit très bien, qui fait passer un assez bon moment et que je conseille à l'achat aux amateurs d'aventure-action, de décor futuriste et qui n'ont pas peur de voir un scénario manquant un petit peu de maturité vis-à-vis du public cible.

Après lecture du tome 6 et fin du premier cycle :

Je dois dire que je suis quand même déçu par la fin de cette histoire.
Ce 6e tome montre un peu trop ce qui me génait dans le reste de la série : l'aspect assez adolescent du scénario et les trop nombreuses facilités scénaristiques. Les quelques mystères de la série et des personnages sont délivrés au lecteur comme une obligation traitée vite fait, parce qu'il le fallait bien, comme si le scénariste s'en fichait finalement de tout ça. Cette fin de cycle vient comme un cheveu sur la soupe, finalisée en 3 pages après tout un tome de péripéties et d'action sans réelle saveur, péripéties qui ne sont presque pas liées à l'intrigue principale elle-même d'ailleurs. Et le dénouement est assez ridicule de facilité.
Quant au dessin, il persiste, par sa colorisation informatique très lisse, à me paraitre vraiment froid. Je n'aime pas trop même si ça reste plutôt plaisant à lire, si ce n'est à regarder.

Bref, ça reste une lecture relativement plaisante mais sincèrement je n'achèterais pas cette série.

Nom série  La Meute de l'Enfer  posté le 11/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La seule originalité de cette série repose sur son décor historique : l'Empire Romain Orientale (ou Empire Byzantin) au 6e siècle après J-C. Ce décor permet de donner un semblant de profondeur au récit mais pour le moment, il parait assez inutile tant l'histoire aurait pu se situer n'importe où d'autre.
En effet, passé la rapide explication du contexte historique, on se retrouve totalement dans une histoire classique du médiéval-fantastique ou de l'héroic-fantasy façon Donjons & Dragons. Les hordes combattantes sont remplacées par des Scythes, des Thraces et autres ennemis ou alliés de Byzance, mais nous n'en verrons pas grand chose d'autre que le simple fait de savoir que les personnages principaux de notre aventure sont des guerriers ou des mages de combats habitués à la guerre. Pour le reste, c'est une banale histoire de quête d'un trésor caché dans un endroit magique et inaccessible pour lequel il faudra d'abord chercher une clé dans une sous-quête préliminaire. La magie a une place non négligeable dans ce décor Byzantin qui se voulait pourtant historique au départ. Et les ennemis de notre groupe de héros vont très vite se révéler être morts vivants et autres sorcières.
Bref, malgré un décor un peu original, c'est un scénario médiéval-fantastique ultra-classique d'un groupe d'aventuriers puissants en quête d'un trésor.

Mais quelque soit ce classicisme et l'aspect cliché de pas mal de choses dans cette histoire, ça se lit assez bien. La narration n'est pas mauvaise, l'histoire relativement bien construite et les personnages ont l'air d'avoir un petit peu d'intérêt.
Quant au dessin, même si ce n'est pas totalement mon style préféré, il n'est pas mauvais et donne un aspect d'assez bonne qualité visuelle à la BD.

Bref, une série sans surprise mais qui se laisse lire, sans pour autant que j'en conseille l'achat car c'est trop déjà-vu pour moi pour le moment.

Nom série  The Goon  posté le 09/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

Mon attention a été attirée sur The Goon quand j'ai appris qu'il avait été lauréat de 2 Eisner Awards : celui de la meilleure publication d'humour et celui de la meilleur série. Et il faut avouer qu'effectivement, cette série est pas mal même si elle n'est pas tout à fait mon genre personnel.

C'est vrai que les histoires courtes de The Goon rappellent beaucoup celles de Hellboy : même ambiance fantastique avec morts-vivants et autres créatures surnaturels et même héros fort en gueule et prompt à la baston. Mais là où Hellboy fait dans le mystique et l'ambiance assez sérieuse, The Goon part dans la vraie déconnade. Ca zigouille du zombie à tout va avec quelques scènes bien gore, ravissant sans aucun doute les fans de Romero et autres films du genre. Les dialogues sont drôles et les situations décalées. Bref, ça ne se prend pas du tout au sérieux et c'est assez amusant à lire.
Le dessin lui aussi est dans la même veine délirante, avec un mélange entre personnages dans le style comics d'humour et personnages réalistes, avec des déformations et des visages expressifs à la façon du magazine MAD, etc. Ce n'est pas moche, c'est assez original et ça donne une vraie "touche" à l'aspect visuel de la série.

Je suis sûr que cette série peut vraiment plaire à pas mal de monde, et moi même j'ai bien aimé. Mais si je ne considère pas la série comme vraiment indispensable, c'est surtout parce que d'une part, les histoires de zombies, de gore et de bagarres, ce n'est pas trop ma tasse de thé, et d'autre part parce que les histoires courtes de cette série se lisent bien, sont plaisantes mais ne marquent pas tant que ça les esprits au final.

Sympa, original, prêt à plaire énormément aux fans de films de zombies, mais pas aussi transcendant que les prix Eisner Awards me laissaient l'espérer.

Nom série  Vae Victis  posté le 09/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Décidément, même quand il n'est pas au scénario, dès que Jean-Yves Mitton dessine une série historique, que ce soit Quetzalcoatl, Chroniques Barbares ou ici Vae Victis, il insère une large part de violence et de sexe. Cela se veut peut-être réaliste pour une époque troublée, cela se veut sans doute un peu raccoleur aussi, il n'empêche que cela réduit nettement la qualité de la BD à mes yeux.

Et c'est dommage car Vae Victis a bien des qualités au demeurant. Le dessin de Mitton n'est pas mauvais d'une part. Mais surtout la série est véritablement intéressante sur le plan historique car elle aborde en profondeur la Guerre des Gaules de César. L'aspect stratégique et politique de ce conflit et de la quête de pouvoir de Rome et de César est bien traité et prenant à la fois. Le réalisme et le soucis du détail dans la présentation des nombreuses tribus gauloises et de leurs relations conflictuelles entre elles et face aux légions romaines est très bon et j'ai beaucoup apprécié l'interêt de cette partie du récit.

Mais à côté de cela, il y a également différents points qui ne m'ont pas plu dans cette BD. Tout d'abord, il y a cette part de violence et de sexe un peu gratuite.
Ensuite, il y a ce personnage d'Ambre, jolie rousse dont tout le monde tombe amoureux à toute vitesse : je trouve tout ce qui a trait à ses romances contrariées artificiel et inutile, et je n'apprécie tout simplement pas le personnage à vrai dire. Pas plus que j'apprécie celui de Milon, jeune et sage médecin au regard ténébreux et au passé mystérieux capable parfois de prouesses d'arts martiaux assez ridicules et d'autres fois de pouvoirs de divination tout aussi ridicules.
Ensuite, il y a le nombre de tomes qui m'empêche de conseiller l'achat de cette série qui vraiment s'étire trop en longueur. C'est une bonne chose de voir la Guerre des Gaules en détail, mais d'y accorder autant de tomes, puis ensuite de poursuivre avec le conflit contre les Bretons, cela tourne à la saga trop longue pour préserver l'interêt.

Nom série  Jehan Pistolet  posté le 08/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Poursuivant ma lecture des anciennes BDs d'Uderzo, après Belloy, Luc Junior et avant Oumpah-Pah, c'est encore une bonne surprise que j'ai à la lecture de Jehan Pistolet. Décidément, cela réussit véritablement à Uderzo d'avoir Goscinny pour scénariste.

Au niveau du dessin et des couleurs, les deux premiers tomes de Jehan Pistolet font assez vieillots. Les personnages sont encore un petit peu réalistes et le résultat est assez mitigé. Mais en arrivant au 4e tome, Uderzo aura acquis son style moderne, celui d'Astérix, et autant les couleurs que les décors et les personnages deviendront très sympas et très modernes. Il me semble bien d'ailleurs que le personnage de Jehan Pistolet lui-même se retrouvera parmi l'équipage des pirates dans un album d'Astérix.

Au niveau du scénario, le thème de base est classique : des aventures de corsaires et de pirates. Jehan Pistolet et son équipage sont aux ordres du Roy de France et combattent les méchants pirates, traquent les espions ennemis ou partent en Amérique chercher un ingrédient pour un médicament. Raconté comme ça, ça parait assez basique et pas palpitant pour quelqu'un de blasé par les BDs d'aventure.
Mais ce sont surtout les personnages et l'humour qui caractérisent les scénarios de Goscinny.
L'équipage de Jehan Pistolet est en effet composé de personnages hétéroclites, allant du petit matelot ressemblant bigrement à Goscinny lui-même jusqu'au gros cuistot à toque, en passant par un perroquet unijambiste à la répartie cinglante qui sert de mascotte. L'humour est l'élément essentiel des histoires, de l'humour assez bon et de plus en plus présent au fur et à mesure des tomes, humour qui préfigure celui d'Astérix.
Il est d'ailleurs amusant de noter que, comme Luc Junior peu de temps avant, Jehan Pistolet se rendra également en Amérique pour son dernier tome, préfigurant là aussi la création de Oumpah-Pah et plus tard le voyage d'Astérix au pays des indiens.

Les premiers tomes de cette série ont un peu vieilli mais se lisent bien et l'ensemble de la série est vraiment pas mal pour une série un peu oubliée.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 245 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque