Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5494 avis et 2082 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Hulk - Futur imparfait  posté le 14/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pour la première histoire que je lis concernant Hulk tout seul (hors des Vengeurs), je suis carrément déçu. Ce n'est vraiment pas terrible. En fait, je trouve cette histoire vraiment kitsch tant au niveau du scénario que du graphisme.

Le dessin est du comics à l'ancienne, façon années 80. Pas vraiment moche, mais pas terrible à mon goût. Et ce sont surtout les couleurs que je trouve kitschs. Rouge, vert, violet, magenta, orange, tout mélangé, je trouve ça de mauvais goût.

Quant au scénario, je le trouve franchement banal. Une dystopie post-apocalyptique où des humains sont asservis sous la poigne d'un tyran sanguinaire. Et les rebelles de ce monde vont chercher dans le passé un sauveur pour combattre le méchant. Le fait que sauveur et tyran soient le même Hulk, l'un jeune l'autre vieux, n'ajoute pas grand chose au récit à mes yeux car il en résulte de gros combats qui cassent tout autour d'eux et puis voilà.
En outre, moi qui m'était habitué à un Hulk totalement sauvage et pas maître de ses actes et émotions, je trouve là un gros baraqué invulnérable qui pense et réfléchit comme un bon petit soldat brave et courageux, quoiqu'un peu brute. Pas grand chose à se mettre sous la dent en matière de personnage original. Et puis la façon dont le méchant est annihilé en fin d'album me parait en contradiction avec une phrase affirmative du premier chapitre.
Sans parler d'autres incohérences à droite à gauche, comme par exemple la planche détruite du Silver Surfer qu'on aperçoit vers la fin, comme si le héraut de Galaktus capable de filer de soleil en supernova pouvait avoir été tué dans une guerre nucléaire à l'échelle humaine.

En outre, les trop nombreuses fautes de frappe, oublis de mots et erreurs d'orthographes grossières réduisent encore la qualité de cette édition.

Bref, un petit divertissement de SF kitsch mais rien de bien intéressant outre mesure.

Nom série  Astro City - Des ailes de plomb  posté le 14/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ca fait plaisir de lire un comics à la fois aussi agréable à lire et écrit de manière aussi intelligente, un polar très bien construit dans un univers de super-héros.

Organisé en chapitres de très bonne qualité à chaque fois, cet album intégral nous fait suivre un ancien super-méchant, ou plutôt super-malfaiteur car il n'a jamais vraiment pensé à mal. Devenu vieux, fraîchement sorti de prison où il a accepté de purger la totalité de sa peine, il est désabusé et se sent rejeté par tous. Seul son ancien quartier l'accueille avec sympathie, mais ce dernier est peuplé d'autres malfaiteurs et super-vilains qui risquent tous de le faire replonger un jour ou l'autre. Sauf qu'ils lui demandent d'enquêter sur les meurtres de plusieurs d'entre eux, estimant que sa force et surtout sa quasi invincibilité lui permettra à lui d'échapper à l'assassin. Steeljack ne veut pas du job car cela risque de le ramener en prison de côtoyer des malfaiteurs mais ce sont ses proches, c'est son seul boulot et c'est sa seule chance de se redonner un peu confiance en soi, en sa valeur et en l'avenir.

Le rythme de lecture est lent et posé. Amateurs de gros combats de super-héros, passez votre chemin. Ici, c'est une enquête composée de nombreuses discussions, de réflexions, avec un héros mélancolique et désespéré. Les sentiments passent donc en priorité par rapport à l'action.
Et j'ai trouvé ça très bien écrit, très touchant par moment, très intelligent.

Pas totalement un récit de super-héros même si le concept de super-héros et de super-vilain est revisité. Mais en tout cas un très bon polar, avec des personnages excellents dans un contexte excellent.

Même si on n'atteint pas le niveau du chef-d'oeuvre de Moore, si vous aimez une oeuvre comme Watchmen, vous aimerez sans aucun doute Astro City qui a la même qualité de récit.

Nom série  Human Target  posté le 13/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Vous vous souvenez de la série TV le Caméléon ? Eh bien, Human Target reprend le sujet et le pousse un peu plus à l'extrême. C'est l'histoire d'un homme qui est capable en très peu de temps de se glisser dans la peau d'une autre personne, de se maquiller et d'utiliser des prothèses pour lui ressembler parfaitement physiquement, de se mettre à penser comme elle et donc d'en prendre totalement la place mais aussi l'esprit. A tel point qu'il ne sait souvent plus lui-même qui il est.
De cette capacité, il en a fait son métier : il remplace les célébrités menacées de mort, il se met dans la peau d'un assassin pour retrouver sa victime, il se fait passer pour un mort pour lui donner encore un peu de vie aux yeux de son entourage, etc...
Même si le sujet me semblait déjà assez traité par la série TV, sur un ton très différent je l'admets, je me suis dit qu'il pouvait y avoir des choses intéressantes dans ce comics.

J'ai été déçu par le premier tome. Non pas que son scénario soit simpliste, bien au contraire : il est original et vraiment complexe par moment. Mais je l'ai trouvé nettement trop confus. Avec ces changements de personnalité et de "costume" à tout bout de champ, il m'a été très difficile de savoir en permanence qui était qui, et pourquoi il réagissait ainsi. Quand en plus les protagonistes se mettent à perdre la raison et à s'embrouiller eux-mêmes, ça devient un peu du n'importe quoi à mon goût.
Trop nébuleux pour que j'apprécie.

Le second tome est meilleur que le premier, plus clair quoiqu'il joue encore parfois trop sur le flou et l'impression de ne plus savoir qui est qui et si par hasard le héros n'agit pas contre son gré dans ses moments d'"absence". L'intrigue est rondement menée, avec une fin inattendue, quoique je dois dire ne jamais avoir été vraiment captivé.

Je ne suis pas convaincu par ce concept. Je n'aime pas cette trop grande facilité avec laquelle le héros se plonge dans l'esprit d'un autre. Je n'aime pas ce petit jeu de l'auteur qui s'amuse trop souvent à rendre son personnage schizophrénique et à l'embrouiller autant qu'il embrouille le lecteur. Et même si je trouve l'intrigue du second tome plutôt bonne et originale, je ne suis pas ravi de mon achat.

Nom série  Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill  posté le 12/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je rapprocherais cette BD de Chaque chose, parue chez le même éditeur. Comme Julien Neel y racontait quelques épisodes romancés de sa propre jeunesse, Jean Régnaud raconte sa propre enfance dans Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill.
C'est l'enfance d'un petit garçon qui vient d'entrer au CP, qui vit avec son petit frère, son père "patron d'entreprise" trop souvent absent et Yvette, la jeune fille qui s'occupe d'eux. Dans cette famille, plus de mère car elle est "partie en voyage". Mais personne n'a expliqué au jeune Jean et à son frère ce qui se cache derrière ce voyage et personne ne leur a dit qu'elle ne reviendrait pas.
Sous la forme de nombreux chapitres courts, nous suivons la petite vie des deux enfants, l'école, les questions qu'ils se posent, les moments qu'ils aiment ou aiment moins, les séjours dans la famille ou chez les amis. Parmi tout ce monde-là, personne ne veut expliquer à ces garçons encore ingénus mais sensibles pourquoi leurs grands-parents pleurent quand ils parlent d'eux, pourquoi le psychologue de l'école pose des questions insistantes sur leur maman, pourquoi leur père est toujours renfrogné et si absent. Tant et si bien que la jeune voisine, sachant que Jean ne sait pas lire, décide de lui faire croire qu'elle reçoit des cartes postales du bout du monde que sa maman écrit à Jean et de les lui lire en cachette.

Le dessin d'Emile Bravo, comme on l'a vu dans la formidable série Jules, colle parfaitement à cette ambiance enfantine, sensible et intelligente. Il donne les expressions parfaites à ses personnages et les sentiments passent d'eux-mêmes.
Le récit, pour sa part, est sympathique et on sent l'authenticité et les souvenirs amers derrière cette autobiographie.
Cependant, malgré tout mon intérêt pour cette histoire et mon affection pour le rendu graphique et narratif d'Emile Bravo, je dois dire que je reste un peu sur ma faim après lecture. J'ai un peu l'impression d'avoir suivi quelques tranches de vie d'une enfance un peu morne sans qu'il en ressorte plus que des faits et quelques sentiments attendris pour ces deux pauvres frères orphelins sans le savoir. Le récit manque en effet d'un peu de relief à mes yeux. Seule la fin m'a vraiment touché avec cette poignante comparaison entre l'existence du Père Noël et celle d'une maman.
Par contre, je dois dire avoir bien apprécié les interludes disséminés au long de cet album : leur humour contraste très agréablement avec l'aspect sérieux du reste.

C'est une bonne BD, très bien illustrée, intéressante et touchante notamment sur la fin. Mais elle n'a pas su me toucher autant qu'un tel sujet l'aurait pu, je le crains.

Nom série  La Fabrique de Nuages (Les Nuages)  posté le 12/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Physiquement, c'est un bien bel album, grand, cartonné et à la couverture rembourrée et douce : C'est cette couverture qui a attiré mon attention, quoiqu'un tel format pour une BD jeunesse me laissait craindre un contenu un peu vide. Je me trompais car, même si la lecture de cette histoire reste plutôt rapide, je l'ai beaucoup appréciée.

Le dessin est très aéré, très lumineux, tout rond et doté de couleurs pétantes. Un dessin qui plaira aussitôt à un lectorat jeune et qui est très agréable à l'oeil pour un lectorat adulte. Chaque planche contient relativement peu de cases mais les textes sont suffisamment présents pour ne pas se voir tourner les pages trop rapidement.

Le récit est dans un style purement enfantin, mais empli de poésie et d'humour, à même de plaire aux plus grands. C'est très mignon et assez drôle. Et j'aime beaucoup la fin de ce conte, quand on a l'impression que tout finit mal mais qu'en fait...

A lire et si vous avez des enfants, je vous le conseille !

Nom série  Long John Silver  posté le 12/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il est vrai qu'à la fin de chaque film, dessin animé, adaptation BD et bien sûr à la fin du roman lui-même, L'Ile au trésor, je me suis demandé ce qu'il advenait ensuite de Long John Silver après que Hawkins le laisse quitter le navire et qu'il disparaît sans laisser de trace. C'est donc avec une vraie curiosité que j'ai applaudi l'idée du scénario de cette nouvelle série qui reprend le personnage et nous conte la suite de ses aventures, de longues années plus tard.

Après lecture, j'admets que le premier tome de Long John Silver forme une bonne introduction, une introduction à même de promettre de grandes péripéties à venir, avec aventure, trahisons et relations complexes.
Ce premier album ne suffit cependant pas encore à me convaincre.
Tout d'abord parce que l'univers des pirates tel que je l'aime personnellement est plus lumineux, plus imaginaire (j'ai été bercé par Monkey Island et mine de rien j'ai bien aimé le ton léger des films Pirates des Caraïbes). Quand on me propose comme ici une atmosphère sombre et lugubre, avec des personnages noirs et tortueux, je n'accroche pas directement.
J'ai eu la même impression au niveau du dessin. Techniquement bon, il offre quelques très belles cases. Cependant je n'apprécie que moyennement son encrage sombre et son trait légèrement confus.

J'attends donc de voir la suite.

Nom série  Le Loup et l'agnelle  posté le 12/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

A chaque fois que je lis une de ses histoires, je me dis que le dessin de Jacobsen me rappelle celui de Jean Solé (Salle des Machines). C'est donc un dessin tout à fait correct, voire bon, dans le style un peu façon Fluide Glacial. Ce dessin se prête en outre bien aux caricatures et c'est le cas ici : parmi les chasseurs, on reconnaîtra en effet Jean-Paul Sartre et Hitler entre autres.

Cette histoire ne se borne donc pas seulement au pornographique (très présent quand même) mais apporte également un peu d'humour. Oh, pas de l'humour vraiment fin, mais juste de quoi sourire et ne pas prendre trop au sérieux cette histoire qui autrement aurait été bien plate.

Car pour l'aspect érotique ou sensuel, il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent : ce sont soit des scènes de cul sans cervelle façon "j'te prends, j'te r'tourne", soit des scènes un peu SM avec des "douches dorées" qui ne sont vraiment, mais vraiment pas ma tasse d'uri... de thé.

Une BD porno sans grande envergure donc mais qui se lit avec un petit sourire et qui bénéficie d'un bon dessin.

Nom série  Au centre du Nowhere  posté le 11/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une drôle de BD dont il est difficile de capter le rythme.
Je n'ai pas de réel reproche à lui faire. Le dessin manque un peu de finesse et de détails mais il est tout à fait correct. Le récit ne manque pas d'une certaine originalité. L'aspect farfelu du tout est assez amusant. Et les dialogues sont piquetés de nombreux passages plutôt drôles et d'un vocable qui amène le sourire.

Mais il ne se passe pas grand chose de passionnant... C'est bavard, très bavard, et on suit lentement les aventures de notre héros tandis qu'il papote, papote, papote... Et ça suit son cours sans grande passion.

C'est bien cela : pas de reproche mais pas de passion, pas de réel intérêt en ce qui me concerne pour cette BD qui m'a fait passer le temps mais dont je n'irais pas conseiller l'achat.

Nom série  Akarad  posté le 11/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas très originale dans son scénario, cette BD l'est plus par son décor historique et ses personnages.
La scène se passe semble-t-il au second millénaire avant J.C, lorsqu'un escouade de pirates de Shardana (peuple d'origine assez indéterminée, sans doute du nord de la Syrie ou Hittites) capture des esclaves dans un village d'Europe du Nord. Parmi ces esclaves, la fille dont le jeune Akarad est épris. S'ensuit une course-poursuite des contrées nordiques jusqu'à cités de Méditerranée orientale.

Beaucoup de peuplades sont ainsi présentées, de civilisations encore balbutiantes, certaines un peu fantasques comme ces indigènes noirs africains qui ressemblent plus à des cannibales de Nouvelle-Guinée, d'autres plus proches de l'Histoire avec un grand H. Intéressant donc sur ce plan.
Relativement intéressant aussi le fait que la fiancée du héros soit finalement bien heureuse d'être arrachée à son village froid et humide et ravie de rejoindre les cités civilisées de la Méditerranée avec les richesses et l'amour que son ravisseur lui propose.

Le dessin est plus que correct, je le trouve même vraiment bon, aussi bien dans le trait que dans les couleurs.
Par contre, les dialogues ne sont pas terribles : ils sont un peu naïfs, mal écrits, pas crédibles assez souvent.
Et puis le plus dommage est le fait que cette série soit abandonnée depuis la disparition de Nucléa. Il n'y aura donc probablement pas de suite.

Nom série  DareDevil - Jaune  posté le 11/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je connais très mal Daredevil. Ce que j'ai lu à son sujet concernait en priorité Elektra, personnage et histoires que je n'ai guère appréciés. Mais ma curiosité me poussait à en apprendre plus sur lui pour comprendre pourquoi il était aussi célèbre de l'univers Marvel. Pour ce faire, j'ai choisi de lire DareDevil - Jaune puisque cet album m'était décrit comme le récit des débuts de Daredevil, à la manière d'un Batman - Année 1. Et puis avec Jeph Loeb et Tim Sale à la création, je ne pouvais pas être déçu.

J'aime en effet le dessin de Tim Sale. Je le trouve ici un ton en dessous des excellentes compositions de Batman - Un long Halloween et d'aspect moins soigné et jolîment colorisé que Catwoman - A Rome, mais ça reste un dessin que j'apprécie beaucoup. Je lui trouve d'ailleurs parfois un aspect légèrement rétro dans cet album.

Quant au récit, mes désirs ont été plutôt satisfaits puisqu'il m'a permis de découvrir de manière plus intime le personnage de Daredevil et de comprendre ses débuts et motivations. J'ai par contre été déçu de ne pas découvrir, hormis une petite phrase dans un dialogue, comment lui étaient venus ses incroyables dons sensoriels. Et je ne comprends toujours pas non plus comment il fait pour évoluer d'immeubles en immeubles avec son... baton-fouet-je-ne-sais-quoi. Ca parait un peu facile tout ça, mais il faut sans doute le prendre comme un postulat de départ à admettre sans quoi il serait difficile d'apprécier la plupart des histoires de super-héros.
Le résumé de Daredevil - Jaune est assez simple : c'est plus ou moins une suite de quelques évènements et quelques combats. Pas de réelle intrigue globale ni d'enquête captivante dont la résolution vous laissera par terre, pas de super-super-méchant à combattre. Juste un récit des débuts de Daredevil, le tout lié par le récit de son histoire d'amour naissante et difficile avec la belle Karen.

Plaisant à lire, intéressant et un peu poignant sur la fin, c'est un bon album sans être un immanquable chef-d'oeuvre.

Nom série  Fripons (collectif Humanos)  posté le 10/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Sacré brochette d'auteurs célèbres pour ces recueils aux thématiques variées mais tous sur le thème de l'érotisme. Pensez... Bilal, Cabanes, Yann, Blutch, Jodorowsky, Druillet, Cauvin, Caza, Gibrat, Baudoin, et tellement d'autres presque tous aussi fameux et talentueux. Et pour quel résultat ?
Eh bien, graphiquement, rien à redire : le talent est là et il ressort bien. Tous dans leur genre, ils nous offrent des planches de belle qualité.

Malheureusement, ça ne suit pas terriblement au niveau des scénarios.
Certains sont ouvertement pornos, sans grand intérêt outre mesure. D'autres sont plus imaginatifs mais sont loin des meilleures oeuvres de leurs auteurs respectifs. Il semble que même les plus grands ne peuvent se déclarer soudainement auteurs érotiques. Les scènes sexy sonnent parfois artificielles, parfois exhibitionnistes, et elles tombent souvent à plat. Alors certains essaient de contourner le problème en réduisant finalement au minimum la partie érotique de leur récit, mais il en résulte souvent au final des récits relativement fades ou du moins pas à la hauteur de leurs auteurs.

Pas une mauvaise lecture car les dessins sont bons dans leur ensemble et certaines histoires sortent un peu du lot, mais je n'en conseillerais pas vraiment l'achat.

Nom série  XHG-C3  posté le 10/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
A lire la majorité des avis ci-dessous, je m'attendais à un album vraiment mauvais. En définitive, il me parait juste kitsch et médiocre mais pas si détestable.

Le dessin est du plus pur style de Vance : très bonne impression d'ensemble au premier coup d'oeil, des couleurs façon aérographe un peu désuètes mais que j'aime bien, des véhicules futuristes détaillés et réussis, des personnages maîtrisés quoique figés. Bien sûr, quand on y regarde de près, on retrouve les défauts typiques de Vance : des visages en permanence de face ou de profil, des décors vides et remplacés par des flous artistiques mais peu parlants, et tout un style assez rétro de nos jours. Mais dans l'ensemble, je trouve cet album assez joli à regarder.

Quant aux histoires, ce sont surtout elles qui sont médiocres car elles sont très kitschs et semblables à de la SF basique et très démodée de nos jours. Le genre de scénarios de SF que je me souviens avoir imaginé plus d'une fois quand je jouais tout seul étant gamin, m'imaginant que mes stylos étaient des vaisseaux spatiaux, qu'il fallait sauver le monde d'un grand danger, etc...
Et surtout, outre les dialogues qui manquent clairement de naturel, la narration est bavarde et totalement redondante vis-à-vis des images. Elle m'ennuyait à m'indifférait à un tel point que très vite, je me suis mis à ne plus la lire, me contentant des images et des dialogues les moins lourdingues.

Nom série  Passion à Notre-Dame  posté le 10/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai lu cette BD à la suite des Centaures, l'autre album pornographique de Phenix, alias Malik (Archie Cash, Cupidon). Là aussi, j'espérais retrouver les femmes pleines de charme et de sensualité que je savais Malik capable de dessiner (comme dans sa participation au recueil, autrement médiocre, Chansons cochonnes) mais j'en fus pour mes frais.

Comme dans les Centaures, le dessin parait vulgaire et peu travaillé. Les personnages ont des traits grossiers, des parties génitales outrées et presque repoussantes. Les couleurs ne sont vraiment pas terribles.

Quant au scénario, il est d'une simplicité assez crasse : Esmeralda se fait passer dessus par tous les personnages de Notre-Dame de Paris les uns après les autres et puis voilà quasiment tout. Rien d'émoustillant donc, ce qui est bien dommage pour une BD qui se focalise sur le pornographique au lieu de l'érotique.

Nom série  Les Centaures (IPM)  posté le 10/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Si j'ai lu cette BD c'est parce que je sais que sous le pseudo de Phenix se cache Malik (Archie Cash, Cupidon) et que je sais que cet auteur est capable de dessiner des femmes aux charmes et à la sensualité indéniable. Mais j'ai trouvé cet album vraiment pas à la hauteur du talent dont il sait faire preuve dans d'autres oeuvres.

Le dessin parait grossier, vulgaire. Les couleurs sont moches. Les personnages aussi bien hommes que femmes ont des physiques outrés, bestiaux, loin d'attirer la moindre excitation dans l'oeil du lecteur que je suis.

Quant au récit, hormis la petite originalité de proposer en parallèle le même récit dans la mythologie grecque et transposé dans le monde moderne, il est sans aucune finesse ni réel intérêt, tant sur le plan érotique que scénaristique.

Nom série  Le Cordon infernal  posté le 10/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Je ne suis pas un grand fan de Brétecher car je m'ennuie très souvent à la lecture de ses planches trop bavardes et sans rythme. Mais j'ai relativement apprécié cette lecture sans pour autant la trouver formidable.

Les histoires sont variées, pas trop verbeuses, et l'humour passe plutôt bien pour une fois en ce qui me concerne. Bien sûr, l'ensemble est inégal et certains récits m'ont un peu ennuyé, mais d'autres apportent quelques idées intéressantes sur la féminité, sur les questions des enfants sur la sexualité et sur les relations sociales autour de cette métaphore du "cordon infernal".

Nom série  Robin  posté le 09/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avis portant sur le seul premier tome :

Voilà une BD que je trouve aussi sympathique sur la forme que sur le contenu.

Le dessin a des allures simplistes, mais le trait précis, l'encrage maîtrisé et les très bonnes couleurs le rendent vraiment agréable à la lecture. C'est le genre de dessin jeunesse où je m'amuse à parcourir les cases pour trouver des détails anodins ou comiques.

Quant à l'histoire, elle raconte avec humour un cours de natation scolaire.
J'avoue avoir eu un peu de mal à comprendre au départ ce qui gênait autant le jeune héros vis-à-vis de cette séance de piscine : pourquoi devenait-il vert et un peu nauséeux ? Etait-ce la peur ou était-il malade ? Finalement, l'histoire ne l'explique pas vraiment, il semble simplement qu'il appréhendait ce moment sans plus de détails.
Mais quoiqu'il en soit le récit est amusant et léger, le genre de lecture qu'on lit avec le sourire et qui plait autant aux adultes qu'aux enfants.

Drôle et pas prise de tête, un récit comme j'aime, même si le public visé est plutôt la jeunesse que moi-même.

Nom série  Le P'tit bout d'chique  posté le 09/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD a connu deux époques.
Tout d'abord deux albums dessinés par Walthéry lui-même, créateur du personnage du P'tit Bout d'Chique. Son dessin est excellent, aussi soigné et vivant pour les décors que pour les personnages. Dans un décor champêtre et rustique, il nous amène à suivre des petites aventures enfantines emplies de tendresse et de bonhomie. L'état d'esprit de ces albums est manifestement celui d'un retour aux sources, la victoire du naturel et des esprits simples contre la société moderne et ses esprits corrompus.
A partir du 3e tome, Mitteï, grand ami et collaborateur de Walthéry, reprend la main au niveau dessin puis scénario. Son dessin est plus nerveux, moins bucolique, modifiant un peu l'atmosphère de la série même si l'esprit reste le même. Je dois avouer que j'aime nettement moins ce dessin, trop épuré et trop raide à mon goût.
La BD va ainsi se moderniser en même temps que les personnages et leur entourage. Mais c'était déjà le cas dans le seul premier tome, puisque le père du héros par exemple, passe en quelques planches d'un vieux paysan bougon et moustachu à un jeune père de famille à la moustache rasé et nettement plus sympathique.

Il faut se placer un peu dans un état d'esprit enfantin pour vraiment apprécier cette série que les adultes risquent de trouver un peu trop naïve. Le P'tit Bout de Chique est en effet un gamin de 8 ans, tout mignon, mais sa gentillesse et sa ingénuité détonnent un peu dans notre monde moderne où les enfants sont abreuvés de télé et d'informations dès leur plus jeune âge. Il en résulte des histoires relativement attachantes mais où l'humour peinera à toucher le lectorat un peu trop âgé et dont les péripéties auront du mal à captiver un lecteur habitué à quelque chose de plus complexe et novateur.

Mignon et sympathique malgré tout, il n'y a pas de raison d'éviter cette lecture, surtout si vous avez un jeune enfant à qui la lire ou la faire lire.

Nom série  Priape  posté le 09/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Si je n'ai pas aimé cette BD alors que Quentin et Deajazz ci-dessous ont adoré, c'est sûrement pour une question de goût.

Je reconnais des qualités à cette BD : l'originalité et la personnalité de son dessin d'une part, l'exotisme relatif de son récit et la façon plutôt sympathique dont il est raconté. On sent que l'auteur a mis dans cet ouvrage son coeur et son talent.
Hélas, je n'ai pas su être touché.

Ce dessin original, je ne l'aime pas. L'animalité de ces visages me révulse plus qu'il m'attire. Et les mimiques théâtrales des personnages ne réussissent pas à faire passer les émotions. Comment apprécier tout le jeu d'attirance de ce récit et des relations entre personnages si en tant que lecteur je les trouve repoussants ?

Quant au récit, même s'il reste assez intéressant, il ne m'a pas attiré. S'entamant comme l'histoire véritable de Priape, il se poursuit et se termine à la manière d'un Oedipe inversé. J'y ai ressenti l'équivalent d'une tragédie à l'ancienne additionnée d'attirances homosexuelles et de frustrations adolescentes. Un léger sentiment de malsain ou plutôt de malaise.

Bref, pour moi, un plaisir de lecture très réduit et un achat que je regrette.

Nom série  Les Minoukinis  posté le 08/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

J'étais persuadé que je n'allais pas aimer cette BD car, d'une part je n'avais pas vu qui étaient ses auteurs, et d'autre part je croyais reconnaître là une BD commerciale de plus, attirant le chaland par la promesse de corps nus à toutes les pages. Et puis les couvertures ne m'attiraient vraiment pas.
Mais mes craintes n'étaient pas fondées et j'ai été agréablement surpris.

Agréablement surpris déjà par le dessin. J'aime bien le style de Darasse. Ses personnages me rappellent ceux de son autre série Le Gang Mazda que j'aimais déjà. Et étrangement, ses décors me font penser à ceux, excellentes, de Janry, ce qui m'a interloqué quand je voyais Tome au scénario. Quoiqu'il en soit, tant au niveau du trait que des couleurs, c'est un dessin pro qui me plait bien. Et puis quant à avoir droit à des hommes et femmes nus à chaque page, autant que les femmes soient belles, et c'est le cas ici. Darasse réussit à rendre charmante les femmes même les plus potelées.

A la lecture du début du premier tome, je dois dire que je n'ai pas tout de suite accroché. Il s'entame en effet par une présentation des différents personnages dans leur vie "textile" et professionnelle avant de tous les retrouver quelques pages plus loin sur l'île naturiste des Minoukinis. Puis une fois sur place, les gags ne m'ont encore une fois fait que sourire dans un premier temps car ce sont des gags de mise en place, abordant les idées classiques de ce qu'on peut imaginer sur une communauté nudistes.
Mais au fil des pages, et surtout dans le deuxième tome, j'ai trouvé que l'humour devenait vraiment bon. Les histoires abordent cette communauté naturiste avec une certaine tendresse et une vraie authenticité. Quant aux gags, ils m'ont rappelé certaines planches un peu olé-olé de la série Le Petit Spirou du même scénariste, à la différence près que le public cible des Minoukinis étant plus âgé, il se lâche un peu plus. Pas trop de tabou donc dans cette communauté, même si l'érotisme reste très soft.
Des chutes de gags assez fines parfois, du moins sans grosse blague pointée du doigt pour lecteur mentalement amorphe, m'ont parfois vraiment fait éclater de rire (surtout dans le second tome, je le répète).

Bref, une lecture sympathique, sur une communauté attachante même si le naturisme n'est vraiment pas ma tasse de thé dans la vie réelle.

Nom série  Zowie  posté le 08/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne me souviens que vaguement de quelques images de l'ancienne version de Zowie dans le journal de Spirou. C'est donc avec ce nouvel album, cette résurrection et modernisation du personnage, que je le découvre pour de bon.

La raison pour laquelle il a été ressuscité parait assez évidente, et les auteurs l'admettent sans honte dans une interview : dans la vague des Harry Potter, Royaume de Narnia, etc., l'histoire de Zowie, jeune garçon moderne qui se retrouve au milieu d'un monde de magie et de fantasy, fera un sujet porteur à même de plaire au public. C'est une raison que je n'apprécie guère, mais avant lecture, je me suis dit sait-on jamais, le résultat pourrait être surprenant.

Hélas, rien de bien nouveau quand on a déjà été saturé de ces nombreux romans, BD et autres dessins animés de fantasy et de magie pour les jeunes. Des enfants de notre époque découvrent le passage vers un monde enchanteur, et là-bas, ils vont jouer les sauveurs tout en échappant à la menace des méchants du côté obscur. C'est peut-être injustement résumé, mais l'idée est là et ne surprendra donc pas le lecteur.

A côté de cela, c'est une BD qui reste de plutôt bonne qualité. Le dessin est très typé franco-belge et manque un peu d'âme et d'originalité mais il est maîtrisé. La narration est fluide et bien rendue. Quelques touches d'humour compensent le fait que les personnages me semblent trop caricaturaux.

Bref, ça se lit et ça plaira peut-être à sa juste valeur à un public jeune et non encore saturé de ce type d'histoire, mais ça n'a pas le charme ni l'originalité que l'ancienne version de Zowie devait avoir à l'époque.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 275 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque