Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5510 avis et 2090 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Musicos (Rob, Wed & c°)  posté le 23/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mais comment font-ils chez Bamboo pour publier autant, d'une part, et d'autre part pour être aussi pas drôle !?
Cette série est en fait une réédition sous un nouveau nom ("Les Musicos") de la série anciennement nommée "Rob, Wed & Co". Le sujet, autrement dit le segment de marché abordé : cette fois, ce sont les jeunes qui veulent se lancer dans la musique.
Au dessin, Janvier, qui fait dans le dessin plutôt jeunesse, me rappelant des airs de Pif et Hercule (ou alors ça tient aux sourcils de Wed qui me font penser à ceux de Krapulax ?). Rien à déclarer, dessin efficace même si parfaitement insipide et sans esthétisme.
Au scénario Jenfèvre (et Erroc pour le premier tome) qui aligne les gags à la pelle dans cette série comme dans beaucoup (trop ?) d'autres. Ces gags là sont potaches, très premier degré, et... et personnellement, cela ne me fait pas rire du tout.
Voilà. Rien de plus à en dire.

Nom série  Comix Remix  posté le 21/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai beaucoup aimé le scénario de cette BD. C'est un bon, voire très bon scénario d'histoire de super-héros. Je suis assez sûr qu'une telle histoire parue aux US aurait pu faire un petit tabac si elle avait été adaptée par DC, Marvel ou ABC. L'idée est bonne, les personnages originaux et sympas, le synopsis complexe tout en restant assez simple. Seul le rythme un peu inégal ne m'a pas toujours convaincu. Il est parfois très bon, généralement quand le récit est plongé au coeur de l'action, mais l'intrigue se tasse aussi parfois pour devenir un peu plus lente, me faisant légèrement décrocher.

Maintenant, à côté du scénario, je dois dire que j'ai beaucoup moins apprécié le dessin. Je suis fortement lassé de ce type de dessin au trait lâché et qui ne s'embarrasse pas de trop de détails et d'esthétique pure (à mon sens, hein, allez pas me faire un cours sur l'esthétisme et les goûts artistiques). Est-ce parce que je me suis habitué aux comics de super-héros aux dessins assez uniformisés mais parfois vraiment talentueux ? Quoiqu'il en soit, à de nombreuses reprises, je me suis pris à espérer un autre dessin pour ce récit qui me plaisait beaucoup à part ça.

Dommage donc, car le dessin a atténué la bonne impression que le scénario de cette BD aurait pu me laisser, tant et si bien que je me sens obligé de la trouver juste moyenne et non pas franchement bien.

Nom série  Plan Drague  posté le 21/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avoue qu'en lisant cette BD, je m'attendais à quelque chose de mauvais et de commercial. Soyons franc, cette BD sent quand même le commercial, mais j'ai été plutôt agréablement surpris : elle n'est pas si mauvaise.

Je trouve le dessin sympathique. Maîtrisé, son trait et dynamique et ne manque pas d'une certaine personnalité. Agréable à lire, assez percutant parfois et pas si mal à regarder.

Le scénario, de son côté, se base sur une trame "humour de supermarché" un peu trop cliché. On retrouve bien sûr un petit groupe de personnages principaux "spécialistes" dans le domaine titre, à savoir ici la drague. Deux beaux gosses, dragueurs émérites à qui tout réussit ou presque, et leur faire-valoir, petit malingre, qui tente lui aussi de lever la gonz... heu... de séduire ces charmantes tourterelles. Et tout tourne ensuite autour de la thématique de la drague pour la drague (pas de sentiments, donc), des râteaux et des anecdotes et autres mauvaises surprises qui peuvent découler de tout ça.
L'humour est hélas inégal.
Certains gags sont vraiment bateaux, de grosses trames d'humour franco-belge convenu qui ne font qu'à peine sourire et encore.
Par contre, d'autres m'ont franchement bien plu, même s'ils sont loin d'être fins. J'ai vraiment ressenti une impression d'alternance : un bon gag, un mauvais, et ainsi de suite, avec quand même un peu plus de mauvais que de bons.

En définitive, cela donne donc une BD divertissement et d'humour qui se laisse lire ou feuilleter mais que je n'irais pas conseiller à l'achat.

Nom série  Aller simple  posté le 21/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un récit de la fin de la 2e Guerre Mondiale vue du point de vue des Italiens, voilà qui peut être relativement intéressant. Nous suivons ici un lieutenant issu d'une famille assez cultivée de Venise, envoyé sur le front en Sicile après le débarquement des alliés, et amené à... fuir et se replier en permanence sans jamais combattre. Et en résumé, on suit son retour, étapes par étapes, jusqu'à chez lui, tandis que l'armée Italienne est en déroute et que le gouvernement lâche Mussolini, à la colère des Allemands. Quelques réflexions, des descriptions de la peur qui les étreint, lui et les autres soldats, et leur ardent désir que la guerre et toutes ces idioties s'arrêtent.

Sincèrement, je n'ai pas trouvé ça bien passionnant...
Quant au dessin, il est agréable et offre quelques jolies planches, mais n'a rien d'exceptionnel.

Bref, une lecture que j'ai suivie avec un intérêt relatif, mais sans passion aucune.

Nom série  Spider-Man - Bleu  posté le 19/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

Après DareDevil - Jaune que j'avais plutôt bien aimé, j'ai voulu tester Spider-man : Bleu des mêmes auteurs. Le concept des deux albums est le même et on retrouve beaucoup de similitudes.
Dans l'un comme dans l'autre, le récit raconte une portion des débuts de ces super-héros. Et dans l'un comme dans l'autre, la narration est structurée en chapitres s'entamant par les paroles du héros à la mémoire d'un amour disparu.

Le dessin de Tim Sale me plait, même si je le trouve ici un peu plus brouillon que dans certaines de ses autres oeuvres. Idem pour les couleurs qui ne sont pas mauvaises mais sans plus.

Le récit est simple mais très bien construit. Il se place dans la trame des classiques de Spider-man, pas la version revisitée par les Ultimates et les films récents. C'est bien de Gwen Stacy que Parker est amoureux à ce moment là, pas (vraiment) de Mary-Jane. Harry Osborn quant à lui n'a rien du beau gosse sportif qu'on voit dans les versions récentes. Bref, on se sent dans l'ambiance des bons vieux Spider de l'époque de Stan Lee, Ditko et Romita Sr.

L'histoire raconte les débuts de Spider-man, quand il est déjà super-héros depuis quelques temps quand même, sans chercher à créer une intrigue vraiment compliquée. Juste une suite d'évènements plus ou moins importants, de combats contre des ennemis plus ou moins dangereux, et un final qui est juste dans la continuité du reste sans chercher de grand affrontement ou de révélation surprenante.
C'est plaisant à lire, bien raconté, attachant. Et la fin est relativement touchante.

Bref une bonne lecture même si elle ne marque pas véritablement les esprits, si ce n'est en laissant quelques bons souvenirs. Un bon Spider-man.

Nom série  La Colère dans l'eau  posté le 19/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne sais pas quoi dire à propos de cette BD. Je ne sais pas quoi dire car à la fois je n'ai pas été totalement convaincu par elle, mais en même temps elle m'a littéralement arraché une larme en fin de lecture.

Je suis peut-être le type de lecteur le plus à même d'être touché par ce récit car je suis père d'une petite fille et d'un petit garçon comme le héros de l'histoire. Et ce qu'il se passe dans ce récit est fort et prend aux tripes. Dur, très dur.

Pourtant, je trouve cette dureté presque trop... facile, trop rapidement amenée en tout cas. Quand on touche à la mort et aux enfants, l'émotion survient un peu trop aisément.
D'ailleurs, je ne peux m'empêcher de regretter que cette BD n'ait pas été plus longue, plus approfondie. Elle en aurait été sûrement nettement plus forte. Mais peut-être tirerait-elle trop sur la corde mélodramatique du coup, qui sait ?
En outre, je reste un peu circonspect sur les quelques allusions à l'écologie au cours du récit. Quel rapport entre la pollution et le tsunami ? Ou est-ce juste pour situer un peu l'esprit du personnage principal ?

Un récit en tout cas original, très fort malgré sa relative brièveté, et bien raconté.
A lire.

Nom série  Kangoo Juniors  posté le 19/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je suis généralement assez coulant avec les BDs jeunesse car je me place toujours dans l'état d'esprit de ma fille de 4 ans à qui je pourrais la lire. Je suis même assez complaisant envers les adaptations de dessins animés à succès en BD, adaptations le plus souvent très commerciales mais dont le résultat n'est parfois pas si mauvais.
Mais alors là, là, c'est mauvais ! J'ai rarement vu une adaptation en BD aussi médiocre.

Il y aurait trop à en dire. Je vais tenter un résumé de ce que je lui reproche.

Le dessin est très moche. Il reprend des images des dessins animés, en les figeant en des décors informatiques flous, tandis que les personnages sont plus ou moins réencrés. Ces personnages, qui s'intègrent du coup très mal à l'arrière-plan, sont laids : leur physique passe quand ils sont animés, mais pas en images figées. D'autant plus quand l'encrage est d'épaisseur variable d'une case à la suivante, comme des zooms ratés par moment. Par dessus le marché, les expressions, le plus souvent outrées, des visages ne correspondent parfois pas du tout avec le récit.
Grosse impression d'inachevé ou de "vite fait, mal fait" quand on observe ces planches.

Le récit du premier tome est sans surprise. Sur un scénario très inspiré (consciemment ou non) du Schtroumpfeur de pluie, il aligne les rebondissements attendus et prévisibles. L'intrigue est bourrée de facilités scénaristiques et de clichés. Les adversaires des Kangoo Juniors sont bêtes et méchants sans être drôles. La narration graphique est particulièrement mauvaise. Le rythme inexistant.
Et n'allez pas dire que, s'agissant d'une BD pour enfants, il ne faut pas chercher un scénario trop compliqué. Les enfants ne sont pas demeurés et apprécient avant tout une histoire bien racontée, qu'elle soit complexe ou non.

Ce ne sont clairement pas des auteurs de BDs qui ont fabriqué cette BD et cela se ressent méchamment.

Nom série  Fido face à son destin  posté le 18/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà une petite BD qui ne paie pas de mine.

Quasiment muette à l'exception de quelques aboiements et de nombreux "Bing !", elle dispose d'un dessin assez minimaliste à la palette de couleurs réduite.

Le héros, un chien aux allures de bon gros Snoopy. Sa particularité : les lampadaires ont une fâcheuse tendance à se jeter sur lui dès qu'il passe à leur portée. Et... bing !
Humour répétitif et humour absurde. C'est tout simple mais ça marche carrément. Je suis très client de ce type d'humour nonsense. Tant et si bien que sur des gags aussi basiques qu'une tarte à la crème de clown, j'étais explosé de rire. Simplement parce que c'est bien raconté, et que même si on sait que ça ne se finira toujours par un "Bing !" contre un lampadaire, eh bien, c'est vraiment drôle et amené de telle manière que des fins toujours identiques deviennent inattendues le temps de parcourir chaque nouvelle planche.

Nom série  Mérite maritime  posté le 17/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai une âme de Breton, j'aime la mer. Et j'aime les histoires de marin quand elles sont bien racontées. Et celles-là suintent d'authenticité et d'une ambiance rude mais sympathique. J'aime beaucoup.

Le dessin de Dubois est clair et anguleux. Il nous offre un panel de visages très similaires, bouches fermés, mentons en parpaings, de vrais hommes, de solides gaillards. Et derrière eux, de très réussis décors maritimes, bateaux, mers et ports. J'aime ce trait même s'il a quelques légers défauts et risque de ne pas plaire à tout le monde.
Quant aux couleurs, elles sont simples et un peu inégales. Certaines planches en teintes crépusculaires ne me plaisent pas trop, mais celles de jour me conviennent tout à fait.

Les albums sont séparés en histoires courtes qui se suivent plus ou moins. On apprend vite à connaître l'équipage de l'Amiral Benbow, son capitaine bourru et gueulard, son second plus coulant, son bosco déprimé et poivrot, son cuistot ex-boxeur, ses membres d'équipages plus ou moins débrouillards et chacun avec leurs petites histoires et caractères.
Leurs histoires sont simples mais variées et prenantes. De vrais histoires de marins, d'embrouilles au port, de cargaisons douteuses, de passagers qui chamboulent tout à bord, d'amours laissés au port, etc.
Quant à l'ambiance, outre son authenticité que j'apprécie beaucoup, elle alterne des moments rudes et d'autres passages vraiment plein d'humour, un humour pince-sans-rire, à la manière de ces marins qui ne desserrent les dents que pour gueuler ou pour charmer les filles des ports. Personnellement, ce sont les réactions du capitaine qui me font vraiment marrer.

Une excellente atmosphère maritime, dépaysante, qui donne envie de suivre avec le sourire les aventures des hommes de l'Amiral Benbow.

Nom série  Marijuana à Tijuana  posté le 17/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Lecture amusante d'une BD pour le moins "moisie", cet album publié à la manière d'un magazine "cheap" suinte de l'ambiance underground et hippie des années 70, très proche de l'influence de Crumb. On ne peut s'empêcher de penser aux Freak Brothers quand on observe le couple de potes que forment Harold Hedd et Elmo. Ambiance trash, drogue et rock n' roll hippie. Pas de tabou, on pisse dans le lavabo !

La différence majeure entre Crumb et Rand Holmes, c'est le dessin. Celui de Holmes est très soigné, mine de rien, et bien maîtrisé. Quoique les compositions soient légèrement confuses, il y a du talent dans ce dessin, dynamique et détaillé. Il me fait penser à quelques auteurs un peu plus récents du type de Solé dans Fluide Glacial. Bref, c'est assez joli à regarder et plaisant à lire.
Seul véritable défaut, le lettrage : la version française publiée à l'époque est vraiment "cheap". Lettres manuscrites dont la taille varie pour devenir parfois presque illisible, ça fait très très amateur et ça gâche une partie de la BD. Même si ça lui donne une touche un peu authentique...

L'histoire, quant à elle, c'est un mélange de trash, d'aventure, d'humour et d'un peu de sexe. Ambiance freaks, hippie et drogue, garantie. Assez amusant à lire, notamment par la façon dont on sent l'auteur qui se défoule et écrase au pied les tabous et la censure de l'époque.
Ce n'est pas un chef-d'oeuvre mais c'est un bon témoignage d'une époque et d'une ambiance anticonformiste.


PS : A noter que Albin Michel a publié en 1987 un autre épisode des aventures de Harold Hedd, "La coke du führer".

Nom série  Vies blanches  posté le 16/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Drôle de récit, assez décousu, plutôt pessimiste, que le lecteur tout comme l'auteur semblent observer de manière passive tandis qu'il se déroule lentement et sans passion.

Le dessin est typé, légèrement minimaliste et épuré, d'un noir et blanc austère au trait un peu rigide. Je n'aime pas trop.

L'intrigue nous amène à suivre quelques moments de vie d'un homme et d'une femme. Anna, mariée et mère de deux enfants, qui s'ennuie un peu dans sa vie et s'y sent mal à l'aise. Et Perry, qui vit avec sa soeur handicapée et dépendante de lui, qui était, semble-t-il, amoureux d'Anna dans leur jeunesse et maintient avec elle une relation épistolaire.
Ces deux êtres sont observés par un personnage étrange, un peu irréel, comme une sorte d'ange qui se contente de regarder sans agir (à noter que j'ai remarqué qu'il s'agit du même personnage que dans Sous les feuilles, autre BD de Giandelli). Comme le lecteur, cet "ange" est témoin de leur mal de vivre, de leur indicible malheur. Comme le lecteur, il est témoin de leurs petites tranches de vie, de moments dont la symbolique parait assez absconse, un renard écrasé, un rêve étrange, une rencontre avec un homme défiguré dans la rue...

Difficile franchement de déchiffrer le message de cette BD. J'ai dû la relire directement une 2e fois tant j'ai eu l'impression d'avoir manqué quelque chose. C'est un récit morne, décousu, mélancolique, sans doute empli de symbolisme, qui ne mène pas à grand chose même si on échappe de peu au drame.
J'y suis resté hermétique.

Nom série  Marvel zombies  posté le 16/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est pour le fun que j'ai lu cet album car je ne suis pas trop fan d'histoires de zombies et je ne m'attendais pas à une intrigue très intellectuelle dans un univers où tout le monde est transformé en bête sauvage anthropophage. C'est pour le fun car je voulais voir ce qu'allait donner Captain America, Spiderman, Iron-Man, les X-Men, Hulk et toute la clique Marvel transformés en zombies dans une histoire qui ne se prend pas au sérieux et joue la carte de l'action défoulatoire.

Et c'est vrai que c'est assez drôle. Drôle de voir les super-héros tous zombifiés papoter ensemble de qui ils vont bouffer maintenant et de faire des commentaires sur leurs chairs putréfiées et le fait qu'ils sentent leurs organes éclater mais que ça ne fait pas mal. Drôle de lire des dialogues comme "je refuse de te servir de nourriture. Et je suis très choqué que tu me demandes cela". Drôle de voir les super-héros se faire déchiqueter et perdre leurs membres sans s'en soucier. De voir tous les super-gentils se jeter sur Magnéto pour l'arracher en lambeaux et le bouffer tout entier. De voir les os de Wolverine s'arracher de son bras pourri quand il frappe trop fort le Silver Surfer...

Oui, car comme toutes les histoires de zombies, c'est gore, très gore. Alors si vous avez envie de voir le Crâne Rouge tripatouiller la cervelle de Captain America, la Panthère Noire porter sous son bras la tête encore vivante de La Guèpe, de voir le tibia de Magneto déchirer le ventre de Banner quand Hulk a trop mangé ou encore de voir Spiderman s'arracher son lambeau de jambe parce que bon perdue pour perdue autant se débarrasser de ce membre inutile, Marvel Zombies est pour vous.

Une lecture divertissante, défoulatoire et parfois bien bidonnante.
Mais ne cherchez vraiment pas de finesse, de réflexion intelligente voire même de cohérence parce que ce n'est vraiment qu'une lecture qui privilégie avant tout le fun bien bourrin.

Nom série  Le Mage Acrylic  posté le 15/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album est un petit délire façon heroic-fantasy mais il vaut surtout par un graphisme impressionnant.

Pour une fois Druillet est au scénario et a laissé la main au dessin.
Je n'avais jamais entendu parler de Serge Bihannic auparavant. Je découvre qu'il n'a réalisé qu'une unique BD, celle-ci, et qu'il est davantage connu pour ses travaux d'illustrations. Et en effet, en matière d'illustration, il est... doué !
A la manière de gravure de Dürer, de tableaux de Bosch, il nous offre de nombreuses planches impressionnantes. Je suis effaré par le soin et le travail qu'il met à chaque case de cet album (je comprends que Druillet et lui se soient bien entendus car Druillet est pas mal aussi dans son genre). Il se dégage une formidable esthétique de ses encrages, de ses ombrages, de ses hachures, des circonvolutions de son trait et de ses courbes.
Quel dommage que les anatomies de ses personnages ne soient pas à la hauteur. Ils font en effet presque tâche parfois par rapport aux décors et paysages grandioses.

Cet album vaut donc plus qu'un coup d'oeil : il vaut une étude graphique approfondie, une observation de tous les détails tant le travail apporté au dessin est considérable (je n'ai qu'une autre BD qui me viennent en tête qui présente des planches aussi travaillées et impressionnantes, ce sont les Armées du Conquérant, le premier tome des Epopées fantastiques).
Oh bien sûr, tout le monde n'aimera pas un dessin aussi académique, aussi proche de l'illustration ou de la gravure, mais personne ne pourra ignorer en tout cas à quel point le dessinateur s'est donné du mal ici.

Hélas, il s'est donné bien du mal pour illustrer des histoires qui ne sont pas bien terribles. Oh, le personnage de Hurath, vagabond voleur débonnaire et qui insulte tout le monde, est assez marrant mais ça ne va pas vraiment plus loin. Les deux premières histoires sont légèrement sans queue ni tête. Et la dernière histoire, plus longue, est assez basique dans le thème de l'apprenti-sorcier qui laisse échapper sa création.

A lire donc pour le graphisme si vous en avez la possibilité, mais n'espérez pas grand chose du scénario.

Nom série  Northreed project  posté le 15/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Goffin dessine dans un style "ligne claire" pur et dur. Son trait s'apparente à celui d'un Floc'h, en plus raide et encore plus épuré. Il faut aimer ce genre. Moi j'aime bien, je trouve ce style esthétique et plaisant à lire. Mais j'ai quand même eu un peu de mal avec ces décors trop souvent tracés à la règle.

Le scénario aurait pu bien me plaire car j'aime son ambiance post-seconde guerre mondiale, base militaire et apogée de l'aviation façon "Etoffe des héros". Hélas, l'intrigue se révèle trop faible à mon goût.
J'ai eu peine à comprendre pourquoi le héros prenait les choses tellement à coeur. Et j'ai eu du mal à comprendre le comportement aussi obtus de ses supérieurs dont je ne vois pas l'intérêt de procéder ainsi avec le héros alors que leur plan aurait tout aussi bien marché en étant moins cynique envers lui ou en l'utilisant plus discrètement.
Et surtout, lorsqu'au milieu de l'album, j'ai largement deviné la teneur du complot, je m'attendais à voir arriver quelque chose d'autre, quelque chose de moins basique et prévisible. Eh bien non, cela s'achève tout doucement sur la conclusion attendue, sans surprise, comme si le final était une révélation alors qu'il n'en est rien pour sans doute la majorité des lecteurs.
Trop vite lu, pas assez marquant, pas assez développé à mes yeux.

J'ai par contre été assez intéressé par le petit dossier en fin d'album sur la chronologie des développements et prototypes d'ailes volantes chez Northrop aux USA du début du siècle à nos jours.

Nom série  Les Damnés de Mallande  posté le 15/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne sais pas qui est ce Nordahl, alias Hugdebert, mais il semble avoir été grandement influencé par François Bourgeon. Passé une couverture très moche, il offre en effet des planches qui se révèlent franchement pas mal. Les décors sont en effet soignés et certains sont même carrément réussis. Les personnages sont un peu plus inégaux mais globalement pas mal quand même. Et le tout, comme dit plus haut, me rappelle à bien des moments certaines planches de Bourgeon. Le dessin est en noir et blanc mais j'imagine qu'avec une colorisation à l'aquarelle, l'illusion serait encore plus réussie.

Quant au récit, eh bien, ce n'est pas qu'une BD porno. Il y a une intrigue assez originale derrière. C'est en effet l'histoire d'un domaine dont le couple libertin de seigneurs a commis bien des mauvais actes et dont une des victimes, après avoir passé un pacte avec le diable, va se venger. Le personnage principal, vagabond sympathique, va s'immiscer sans le vouloir dans cette intrigue, découvrant des aristocrates dépravés, une jeune femme dont il tombera amoureux et une secte sataniste.
Il y a beaucoup de porno dans ce récit qui fait tout de même un peu penser à un récit de gare. Mais il y a aussi du fantastique, quoique l'érotisme en soit légèrement gâché car voir un homme faire l'amour avec une femme-satyre aux jambes de bouc poilues, ça ne m'émoustille pas vraiment.
Le scénario n'est pas exceptionnel mais il permet de ne pas avoir l'impression d'avoir une BD vide d'esprit entre les mains.

Seul véritable défaut, les fautes d'orthographes sont tellement légion à chaque page que ça donne une véritable impression d'amateurisme, de BD de bas étage.
Et puis bien sûr, il y a le fait que seul le tome 1 soit paru en album alors que c'est justement dans le tome 2, paru uniquement en illustré, que l'intrigue se dévoile, devient vraiment originale et se termine.

Nom série  Hulk - Banner  posté le 14/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai vraiment du mal avec le dessin de Corben et j'ai donc eu du mal à supporter les quelques premières planches de cet album. Et pourtant je m'y suis fait, et même bien plus vite que je le pensais. En effet, je trouve finalement que ce dessin colle très bien avec cette histoire. Il offre des décors simples, des personnages simples, des visages expressifs et il sait en outre amener une petite dose d'humour qui m'a bien plu dans ce récit qui ne se prend pas totalement au sérieux. Et puis il donne une vraie gueule d'idiot à Hulk et ça lui va très bien.

Après avoir été déçu par Hulk - Futur imparfait où Hulk y était un gentil gars bien posé et réfléchi, j'ai été heureux de retrouver le vrai Hulk que je connais : une bête sauvage qui ne se contrôle pas et casse tout autour d'elle. Et le scénario de cet album est véritablement construit autour de cela : de ce que l'armée veut faire de cette arme vivante, du docteur Banner qui veut se débarrasser de son double destructeur et du psychiatre Samson, sciemment irradié à la manière de Hulk pour être presque aussi fort que lui, tout en gardant son esprit et pouvoir l'arrêter.

Quoique simple, l'intrigue de cette histoire est bonne. Comme dit plus haut, elle comporte en outre quelques moments d'humour qui m'ont bien amusé. Mais elle sait être aussi sérieuse et finalement relativement fine. Sa fin, notamment, quoique très abrupte, m'a semblé assez intelligente dans sa narration.

Un récit donc à la fois bourrin et juste assez intelligent pour intéresser le lecteur. Une lecture sympathique.

Nom série  Hulk - Futur imparfait  posté le 14/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pour la première histoire que je lis concernant Hulk tout seul (hors des Vengeurs), je suis carrément déçu. Ce n'est vraiment pas terrible. En fait, je trouve cette histoire vraiment kitsch tant au niveau du scénario que du graphisme.

Le dessin est du comics à l'ancienne, façon années 80. Pas vraiment moche, mais pas terrible à mon goût. Et ce sont surtout les couleurs que je trouve kitschs. Rouge, vert, violet, magenta, orange, tout mélangé, je trouve ça de mauvais goût.

Quant au scénario, je le trouve franchement banal. Une dystopie post-apocalyptique où des humains sont asservis sous la poigne d'un tyran sanguinaire. Et les rebelles de ce monde vont chercher dans le passé un sauveur pour combattre le méchant. Le fait que sauveur et tyran soient le même Hulk, l'un jeune l'autre vieux, n'ajoute pas grand chose au récit à mes yeux car il en résulte de gros combats qui cassent tout autour d'eux et puis voilà.
En outre, moi qui m'était habitué à un Hulk totalement sauvage et pas maître de ses actes et émotions, je trouve là un gros baraqué invulnérable qui pense et réfléchit comme un bon petit soldat brave et courageux, quoiqu'un peu brute. Pas grand chose à se mettre sous la dent en matière de personnage original. Et puis la façon dont le méchant est annihilé en fin d'album me parait en contradiction avec une phrase affirmative du premier chapitre.
Sans parler d'autres incohérences à droite à gauche, comme par exemple la planche détruite du Silver Surfer qu'on aperçoit vers la fin, comme si le héraut de Galaktus capable de filer de soleil en supernova pouvait avoir été tué dans une guerre nucléaire à l'échelle humaine.

En outre, les trop nombreuses fautes de frappe, oublis de mots et erreurs d'orthographes grossières réduisent encore la qualité de cette édition.

Bref, un petit divertissement de SF kitsch mais rien de bien intéressant outre mesure.

Nom série  Astro City - Des ailes de plomb  posté le 14/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ca fait plaisir de lire un comics à la fois aussi agréable à lire et écrit de manière aussi intelligente, un polar très bien construit dans un univers de super-héros.

Organisé en chapitres de très bonne qualité à chaque fois, cet album intégral nous fait suivre un ancien super-méchant, ou plutôt super-malfaiteur car il n'a jamais vraiment pensé à mal. Devenu vieux, fraîchement sorti de prison où il a accepté de purger la totalité de sa peine, il est désabusé et se sent rejeté par tous. Seul son ancien quartier l'accueille avec sympathie, mais ce dernier est peuplé d'autres malfaiteurs et super-vilains qui risquent tous de le faire replonger un jour ou l'autre. Sauf qu'ils lui demandent d'enquêter sur les meurtres de plusieurs d'entre eux, estimant que sa force et surtout sa quasi invincibilité lui permettra à lui d'échapper à l'assassin. Steeljack ne veut pas du job car cela risque de le ramener en prison de côtoyer des malfaiteurs mais ce sont ses proches, c'est son seul boulot et c'est sa seule chance de se redonner un peu confiance en soi, en sa valeur et en l'avenir.

Le rythme de lecture est lent et posé. Amateurs de gros combats de super-héros, passez votre chemin. Ici, c'est une enquête composée de nombreuses discussions, de réflexions, avec un héros mélancolique et désespéré. Les sentiments passent donc en priorité par rapport à l'action.
Et j'ai trouvé ça très bien écrit, très touchant par moment, très intelligent.

Pas totalement un récit de super-héros même si le concept de super-héros et de super-vilain est revisité. Mais en tout cas un très bon polar, avec des personnages excellents dans un contexte excellent.

Même si on n'atteint pas le niveau du chef-d'oeuvre de Moore, si vous aimez une oeuvre comme Watchmen, vous aimerez sans aucun doute Astro City qui a la même qualité de récit.

Nom série  Human Target  posté le 13/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Vous vous souvenez de la série TV le Caméléon ? Eh bien, Human Target reprend le sujet et le pousse un peu plus à l'extrême. C'est l'histoire d'un homme qui est capable en très peu de temps de se glisser dans la peau d'une autre personne, de se maquiller et d'utiliser des prothèses pour lui ressembler parfaitement physiquement, de se mettre à penser comme elle et donc d'en prendre totalement la place mais aussi l'esprit. A tel point qu'il ne sait souvent plus lui-même qui il est.
De cette capacité, il en a fait son métier : il remplace les célébrités menacées de mort, il se met dans la peau d'un assassin pour retrouver sa victime, il se fait passer pour un mort pour lui donner encore un peu de vie aux yeux de son entourage, etc...
Même si le sujet me semblait déjà assez traité par la série TV, sur un ton très différent je l'admets, je me suis dit qu'il pouvait y avoir des choses intéressantes dans ce comics.

J'ai été déçu par le premier tome. Non pas que son scénario soit simpliste, bien au contraire : il est original et vraiment complexe par moment. Mais je l'ai trouvé nettement trop confus. Avec ces changements de personnalité et de "costume" à tout bout de champ, il m'a été très difficile de savoir en permanence qui était qui, et pourquoi il réagissait ainsi. Quand en plus les protagonistes se mettent à perdre la raison et à s'embrouiller eux-mêmes, ça devient un peu du n'importe quoi à mon goût.
Trop nébuleux pour que j'apprécie.

Le second tome est meilleur que le premier, plus clair quoiqu'il joue encore parfois trop sur le flou et l'impression de ne plus savoir qui est qui et si par hasard le héros n'agit pas contre son gré dans ses moments d'"absence". L'intrigue est rondement menée, avec une fin inattendue, quoique je dois dire ne jamais avoir été vraiment captivé.

Je ne suis pas convaincu par ce concept. Je n'aime pas cette trop grande facilité avec laquelle le héros se plonge dans l'esprit d'un autre. Je n'aime pas ce petit jeu de l'auteur qui s'amuse trop souvent à rendre son personnage schizophrénique et à l'embrouiller autant qu'il embrouille le lecteur. Et même si je trouve l'intrigue du second tome plutôt bonne et originale, je ne suis pas ravi de mon achat.

Nom série  Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill  posté le 12/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je rapprocherais cette BD de Chaque chose, parue chez le même éditeur. Comme Julien Neel y racontait quelques épisodes romancés de sa propre jeunesse, Jean Régnaud raconte sa propre enfance dans Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill.
C'est l'enfance d'un petit garçon qui vient d'entrer au CP, qui vit avec son petit frère, son père "patron d'entreprise" trop souvent absent et Yvette, la jeune fille qui s'occupe d'eux. Dans cette famille, plus de mère car elle est "partie en voyage". Mais personne n'a expliqué au jeune Jean et à son frère ce qui se cache derrière ce voyage et personne ne leur a dit qu'elle ne reviendrait pas.
Sous la forme de nombreux chapitres courts, nous suivons la petite vie des deux enfants, l'école, les questions qu'ils se posent, les moments qu'ils aiment ou aiment moins, les séjours dans la famille ou chez les amis. Parmi tout ce monde-là, personne ne veut expliquer à ces garçons encore ingénus mais sensibles pourquoi leurs grands-parents pleurent quand ils parlent d'eux, pourquoi le psychologue de l'école pose des questions insistantes sur leur maman, pourquoi leur père est toujours renfrogné et si absent. Tant et si bien que la jeune voisine, sachant que Jean ne sait pas lire, décide de lui faire croire qu'elle reçoit des cartes postales du bout du monde que sa maman écrit à Jean et de les lui lire en cachette.

Le dessin d'Emile Bravo, comme on l'a vu dans la formidable série Jules, colle parfaitement à cette ambiance enfantine, sensible et intelligente. Il donne les expressions parfaites à ses personnages et les sentiments passent d'eux-mêmes.
Le récit, pour sa part, est sympathique et on sent l'authenticité et les souvenirs amers derrière cette autobiographie.
Cependant, malgré tout mon intérêt pour cette histoire et mon affection pour le rendu graphique et narratif d'Emile Bravo, je dois dire que je reste un peu sur ma faim après lecture. J'ai un peu l'impression d'avoir suivi quelques tranches de vie d'une enfance un peu morne sans qu'il en ressorte plus que des faits et quelques sentiments attendris pour ces deux pauvres frères orphelins sans le savoir. Le récit manque en effet d'un peu de relief à mes yeux. Seule la fin m'a vraiment touché avec cette poignante comparaison entre l'existence du Père Noël et celle d'une maman.
Par contre, je dois dire avoir bien apprécié les interludes disséminés au long de cet album : leur humour contraste très agréablement avec l'aspect sérieux du reste.

C'est une bonne BD, très bien illustrée, intéressante et touchante notamment sur la fin. Mais elle n'a pas su me toucher autant qu'un tel sujet l'aurait pu, je le crains.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 276 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque