Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5344 avis et 2045 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Ronces  posté le 08/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un récit assez surprenant dont on ne sait quoi attendre quand on l'entame.
Un grand costaud simple d'esprit qui quitte sa forêt pour s'enfoncer dans une ville tentaculaire, des visions d'illuminés, des meurtres sanglants, un enquêteur mal dans sa peau mais intelligent qui remonte vite à la source de ces crimes... Double intrigue mélangeant donc une enquête policière et une histoire plus mystique sur le conflit entre la Nature et la Société Urbaine.

Un graphisme sympathique et relativement général. Mais je déplore la colorisation informatique qui écrase le dessin, lui ôtant la profondeur dont il a pourtant bien besoin.

A la fin du premier tome, on ne sait pas trop où tout cela va nous mener mais la lecture est plaisante donc j'attends la suite.

Nom série  Là où vont nos pères  posté le 07/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Belle et épaisse BD au grand format, c'est sa couverture sobre et élégante qui m'a attiré. Et je n'ai vraiment pas été déçu !

L'ensemble du récit de Là où vont nos pères est muet. Cela permet d'autant plus de profiter du graphisme de toute beauté et de son message universel.
Le dessin, alternant petites vignettes et plus grandes images toutes en teintes sépia ou grises, est semblable à ces vieilles photos délavées. Réaliste, très soigné, il est beau sur chaque case. Et surtout il y a ces grandes images en une planche, voire en une double page... A chacune de ces planches, j'ai eu le même sentiment percutant : "Wouaaah !"
Wouah ! C'est beau ! Comme de beaux tableaux, comme des belles gravures du début du siècle, comme de superbes photos d'un monde imaginaire !
Cette BD est un recueil d'oeuvres d'art et ne serait-ce que pour cela, elle vaut déjà son achat.

Mais le scénario n'est pas en reste car il est simple mais également de toute beauté.
Il raconte le départ d'un père de famille, obligé de quitter son pays natal et d'émigrer pour chercher fortune et tenter d'apporter un jour une vie meilleure à sa femme et sa fille. Abandonnant une cité prolétaire assombrie de noires fumées reptiliennes, il traverse l'océan pour arriver... non pas en Amérique mais dans une Amérique Imaginaire, un monde presque féerique tant il est différent, un monde étrange et surtout étranger, où tout est différent pour notre héros. La nourriture, les animaux, les transports, la langue, l'écriture, tout est aussi nouveau pour le héros que pour le lecteur qui découvre avec lui ce monde bizarre et neuf.
Ce pays surprenant est bien sûr une métaphore des Etats-Unis, mais présentée avec brio de manière à montrer à quel point un immigré peut se retrouver perdu dans un tel environnement étranger à tout ce qu'il connaît. Comme il est dur de s'y intégrer, de trouver où loger, de trouver un travail...
Et pourtant dans ce pays, il va trouver des gens comme lui, d'autres immigrés qui ont tous leurs histoires à raconter, leurs vies à partager.

La narration totalement muette fonctionne très bien. Seul petit reproche, certains moments sont un peu moins faciles à suivre, rendus ardus par la même incompréhension du Nouveau Monde que le héros doit affronter.

Là où vont nos pères est à mes yeux l'antithèse de la BD La Jungle de Kuper. Cette dernière présentait l'immigration et le travail aux USA comme un lente déchéance vers un destin de plus en plus sordide. Ici, c'est tout l'inverse, l'effarement du début menant à une fascination pour ce nouveau monde aussi étrange que fabuleux et lumineux.
Et pour me plaire encore davantage, c'est une histoire qui finit bien, comme je les aime.

Un beau coup de coeur pour cette superbe BD !

Nom série  Hugo (Dupuis)  posté le 07/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Troisième album paru dans la collection Puceron de chez Dupuis, Hugo est une BD qu'on aime à lire à un enfant de plus de 3 ans.

Dotée d'un dessin simple mais tout à fait plaisant, elle bénéficie d'une narration totalement muette facile à appréhender. Il est ainsi possible pour un enfant ne sachant pas lire de la parcourir seul sans aucun souci de compréhension.

Le thème de cette série sera d'apporter une aide en images et en histoires pour résoudre les petits problèmes de tous les jours de la vie de nos charmants bambins. L'histoire du premier tome traite des peurs nocturnes en les exorcisant très rapidement. Face à ce gros loup-garou qui mange les moutons des rêves des enfants, Hugo et ses amis vont s'opposer courageusement pour finalement s'en faire un gros ami rigolo.

C'est mignon, amusant, et les enfants seront ravis de découvrir le Croque-Mouton.
Ma fille de 4 ans en témoigne par ces mots : "J'te l'avais dit, c'est lui le croque-mouton ! Il est rigolo !"

Nom série  Agathe Saugrenu  posté le 07/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quatrième album de la collection Punaise de chez Dupuis, Agathe Saugrenu séduit aussitôt par le charme de son dessin. Un trait souple, des hachures légères, un encrage peu contrasté et de très belles couleurs aux teintes originales. Ce sont de belles planches agréables à lire et à regarder. Seul petit reproche, le visage du méchant de l'histoire n'est pas toujours facile à déchiffrer sur certaines cases. Pour le reste, c'est le type de BD qu'on aime à feuilleter, juste pour le plaisir des yeux.

L'intrigue du premier tome use de thématiques relativement classiques de nos jours en BD, à base d'une maison de fantômes et d'un savant fou. Mais cette BD se démarque par la personnalité de l'héroïne, rendue complexée et colérique par la maladie (diabète) qu'elle doit endurer, et par son compagnon de route, son chat Trévor qui apporte avec succès de bonnes doses d'humour au récit. Je l'aime bien ce chat un peu clownesque et malchanceux qui n'arrive presque jamais à retomber sur ses pattes.

La lecture de ce premier tome est plaisante voire très plaisante. Elle pêche cependant légèrement par une narration graphique pas toujours totalement maîtrisée : l'enchaînement de certaines cases et situations n'est pas toujours évident à appréhender, faisant tomber parfois un peu à plat des scènes d'humour ou d'action.
Cependant, cette BD n'en reste pas moins très agréable.

Je conseille tout à fait la lecture et l'achat de ce premier tome. Et si les tomes suivants regagnent le peu qui manque encore au niveau de la maîtrise narrative, nous aurons droit à une très bonne série jeunesse.

Nom série  Monsieur le Chien  posté le 07/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un nouveau BD-blog publié en album et celui-ci est l'un des tous meilleurs.

Monsieur Le Chien, c'est un dessin tout à fait réussi et expressif mettant en scène un humour acide, légèrement subversif et plein d'auto-dérision.

Les éditions Theloma nous offre un album grand et dense qui se lit en prenant son temps car chaque gag de Monsieur Le Chien est complexe et bavard mais tellement jouissif. De vrais éclats de rire, voire un plaisir sadique à se moquer avec Le Chien de ce qui l'entoure et de lui-même. Tout est en digressions, en réflexions délirantes et en joyeux auto-apitoiement.

Le dessin ressort bien même si je trouve qu'il passe légèrement moins bien imprimé que sur écran. Cela tient peut-être à la mise en page éclatée (sans contours de cases) qui donnent une impression très légèrement brouillonne à l'ensemble.

Je suis aussi légèrement déçu de la couverture un peu trop molle de cette édition qui donne une impression de manque de solidité à l'objet.

Mais si l'on prend en compte la densité de cet album, la somme d'humour qu'il contient et de rire qu'il entraîne, je trouve qu'il vaut tout à fait son prix.

Nom série  The Filth  posté le 06/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
The Filth est la première BD surréaliste que je lis, du surréalisme à part entière.
Imaginez que Philip K. Dick et Salvador Dali s'associent pour créer une oeuvre de science-fiction et vous aurez une idée très proche de ce à quoi ressemble The Filth.
C'est le genre d'oeuvre qu'on ne peut pas résumer, le genre d'oeuvre qu'on ne peut pas noter car soit on est stupéfait et admiratif devant son contenu soit on déteste.
"Quel beau ramassis de conneries !"
"Quel incroyable recueil d'idées géniales !"
"Quelle horreur provocante et gerbante !"
"Quel chef-d'oeuvre de l'imagination débridée et hors de toute norme !"
Autant de réactions qu'on peut avoir en même temps à la lecture de cet album.

Présentons les faits : il n'y a pas de fait.
Greg Feely est un minable, la quarantaine dégarnie, célibataire qui passe sa vie entre son chat neurasthénique et ses branlettes devant des pornos.
Mais Greg Feely n'est qu'une para-personnalité, la vie dans laquelle l'agent Ned Slade passe ses instants de repos.
Et Ned Slade est un agent de la Main.
La Main est une organisation qui a pris vie dans la Faille, quelque part entre le Stylo, les Doigts et l'Encre.
La Main gère les troubles qui apparaissent dans le monde réel, le monde imaginaire ou le monde virtuel en 2D des comics et autres oeuvres littéraires.
Les nettoyeurs de la Main suppriment les anti-personnes, des hommes ou des femmes qui sont allés au-delà des normes du monde qui les entourent, des créatures qui ont amené le chaos ou l'horreur autour d'eux.
Mais où est le monde réel ? Qu'est-ce que la réalité ? Ned est-il Greg ou Greg est-il Ned ? Qu'est-ce que la Main et pourquoi ?

Aussi bien visuellement que scénaristiquement, The Filth est un chaos éclatant et imaginatif. Le dessin fin et maîtrisé de Chris Weston fourmille de détails incongrus, de paysages grotesques et oniriques, de personnages improbables, tout en gardant un semblant de réalité en permanence. Le scénario évolue entre toutes ces réalités ou apparences, passant d'une narration lente et morose à une orgie d'horreur et de violence. Le lecteur est ballotté d'une ambiance à une autre, d'un monde à un autre, d'une intrigue complexe à un déchaînement d'action.

Vraiment une oeuvre hors-norme.
Grant Morrisson va assez loin dans le trash, tout en gardant toujours un aspect propre sur soi et respectueux. Imaginez un méchant qui meurt noyé dans sa propre urine, un autre écrasé sous un flot de spermatozoïdes géants, un capitaine de navire ou le président des USA torturés d'une manière assez inimaginable... Et le tout parait presque normal tant le multivers de The Filth est à la fois impensable, onirique et crédible.
Une vraie oeuvre de folie insidieuse. Schizophrénie de l'oeuvre et de son personnage principal, délire de drogué, hallucination collective, fantasme onirique et bas instincts. Le tout est pourtant organisé et mis en place sous la forme d'une vraie intrigue ou d'une suite de sous-intrigues qui se tiennent totalement.
Seule l'explication du background dans son ensemble reste complètement opaque et incompréhensible : bien malin qui comprendra ce qu'est la Main, dans quels mondes elle évolue, ou si tout cela n'est qu'un délire de folie furieuse de Greg Feely lui-même.

Bourré d'idées, innovant, choquant, à la fois facile à comprendre et incompréhensible, c'est un OVNI du monde de la BD qui plaira énormément à certains et déplaira fondamentalement à d'autres.
En ce qui me concerne, j'ai été assez fasciné par le contenu, la folie et l'innovation de ce récit dans sa forme et son contenu. Mais je ne suis pas amateur de son aspect trash ou insidieusement violent par moments. Et je ne suis pas non plus amateur de récits qui donnent l'impression de masquer une explication complexe et grandiose mais qui au final démontrent que l'auteur n'a pas plus d'explication que vous à cet univers qu'il a inventé, ou à ces univers qu'il a mélangés.

Bref, c'est une BD à lire pour tous les amateurs de BD en quête d'une frappante nouveauté, mais je reste circonspect sur l'intérêt de son achat d'autant plus que malgré le nombre conséquent de pages (314), ce n'est pas donné.

Nom série  Un îlot de bonheur  posté le 04/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une gentille histoire pleine de bons sentiments.

Je comprends l'avis de Cassidy ci-dessous qui reproche à cette histoire d'être un concentré de lieux communs, d'émotions faciles, un peu mielleux comme un téléfilm de piètre qualité. Oui, le couple des parents qui se disputent est assez caricatural (d'ailleurs, c'est bien la mère qui est la plus reprochable présentée ainsi, comme une vraie mégère), oui le coup du gentil clodo que les méchants policiers harcèlent mais qui est gentil avec les enfants est assez classique. Et pourtant j'ai été charmé par ce petit récit. Les émotions sont simples mais souvent touchantes. Le récit est sans grande surprise mais attachant.

Mon seul reproche irait à la vitesse à laquelle il se lit. La narration est tellement aérée qu'on passe les pages très rapidement et qu'on termine l'album en cinq minutes, ce qui fait un peu léger pour plus de 120 pages et un prix de 12 euros.

Mais bon, ça reste un récit plein de gentilles émotions, alors pourquoi ne pas l'acheter ou au moins le lire ?

Nom série  FullMetal Alchemist  posté le 04/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce manga est un bon shonen, un shonen bénéficiant d'un dessin de qualité, d'un univers assez original, de bons personnages principaux et secondaires, et d'une intrigue et de sous-intrigues bien construites et relativement matures.

FullMetal Alchemist est plaisant à lire car il mêle un scénario crédible et une bonne narration. Le scénario présente en effet les quelques légèretés qui sont la marque de fabrique de beaucoup de shonens, mais aussi un aspect plus sérieux et une construction assez adulte du récit qui permet aux plus âgés de le savourer avec plaisir.
Un réel contraste se fait entre certains scènes assez dures voire violentes (le premier chapitre du second tome par exemple est assez cruel et le mystérieux groupe de méchants est "vraiment méchant") et un humour omni-présent autour des personnages et de leurs comportements. Cet humour n'est pas ravageur mais agréable et s'intégrant bien dans le récit.

Beaucoup de qualités donc, c'est manifeste. Mais il manque quelque chose qui me semble indispensable dans un bon manga : une accroche qui donne envie au lecteur de lire les nombreux tomes parus. Or ici, la trame globale du récit est une recherche de la Pierre Philosophale pour les deux héros et un mystérieux complot de puissants méchants autour d'eux, le tout subdivisé en saynettes d'action ou d'enquête dans différents lieux. C'est sympathique à lire, mais pas suffisamment prenant pour me donner cette irrépressible envie d'en savoir plus à chaque fin de tome. Bref, j'ai lu chaque tome avec un vrai plaisir, c'est certain, mais sans réelle hâte ni passion.

Nom série  Sélection BD Walt Disney  posté le 03/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ces albums sont une vraie bouffée de souvenirs pour quelqu'un comme moi qui lisait le Journal de Mickey, Picsou Magazine et autres Mickey Parade au début des années 80. Car ce sont des histoires dans la droite veine de toutes celles qui y ont été publiées à l'époque, des histoires réalisées par l'école Disney Italienne dont Claude Marin (Frère Boudin) faisait partie.

Les histoires de Mickey y sont typiques, c'est le Mickey détective qui croise les manigances de Pat Hibulaire ou du Fantôme Noir dans chaque coin du monde, qu'il parte sur une île au trésor ou qu'il participe au tournage d'un film. Avec son acolyte Dingo, Mickey sauve toujours la situation avec son sourire figé sur les lèvres.
Sincèrement, je ne suis pas fan de ces histoires de Mickey. Les scénarios ne me passionnaient guère étant jeune même si je les lisais avec envie et plaisir, et ils ont tendance à très vite m'ennuyer une fois adulte.
Quant au dessin tout en rondeur, il me plait sans me plaire, m'agaçant notamment par les expressions des personnages qui sont trop outrées, et par le sourire crispant de Mickey.

Les histoires de Donald et surtout de Picsou de l'époque me plaisent déjà nettement plus, même si nous sommes loin des excellentes séries de Carl Barks et Don Rosa. Sou fétiche, Miss Tick, Rapetou... Des histoires pas toujours très originales ni profondes mais divertissantes pour un jeune lectorat.

Au jour d'aujourd'hui, je conseillerais donc l'achat de ces albums pour deux raisons :
- pour les amateurs en quête de nostalgie comme moi
- pour les jeunes parents désireux de faire lire à leurs enfants le type d'histoires qui ont égayé leur jeunesse
Mais dans l'ensemble, si vous cherchez le meilleur de Mickey ou de Picsou, dirigez-vous plutôt vers La Jeunesse de Picsou ou L'Âge d'or de Mickey.

Nom série  L'Âge d'or de Mickey  posté le 03/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dans l'univers Disney, je ne suis pas très amateur de Mickey. Du moins, je ne suis pas amateur de la version moderne de Mickey, le Mickey détective qui combat Pat Hibulaire avec le commissaire Finot. Mais ces histoires là sont les productions plus récentes de l'école Italienne.

Or les albums de la collection L'Âge d'or de Mickey recueillent des histoires réalisées entre 1936 et 1939 par les studios Américains, plus précisément par Floyd Gottfredson au dessin, Merrill De Maris ou Ted Osborn au scénario selon l'album plus quelques encreurs de talent. Ici, pas de commissaire Finot, pas de petites enquêtes dans Mickeyville, mais de la grande aventure ! Exotisme, fantastique, grand spectacle, science-fiction ! Tout ce qui fait rêver et captive le lecteur.

Je me souviens avec bonheur de l'époque où je lisais en épisode Mickey et le manoir des fantômes dans le journal de Mickey. Je me souviens des cliff-hangers à la fin de chaque épisode de Mickey et l'île volante. Et je me souviens d'à quel point je voyais les beaux albums en format à l'italienne de la collection L'Âge d'or de Mickey comme des objets de luxe que je rêvais de posséder un jour sans trop y croire (car ils coûtaient cher quand même : 99 Francs pour 44 pages de récit captivant !).

Maintenant que je suis adulte, je considère toujours ces récits et ces albums comme le meilleur des bandes-dessinées de Mickey : de la vraie aventure, des scénarios très variés et plein d'imagination, des intrigues vraiment prenantes.

Le dessin a un peu vieilli mais ajoute complètement au charme de l'objet et du récit.
De vraies bouffées de nostalgie et de beaux albums que les collectionneurs doivent s'arracher.

Nom série  Caveman  posté le 03/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une BD lue par curiosité et parce que je l'avais sous la main. Sans trop savoir de quoi il s'agissait, j'ai mis quelques pages à comprendre le principe. En fait, il s'agit, après deux ou trois planches muettes mettant en scène des hommes préhistoriques de faire le lien avec humour ou ironie entre leurs actes et pensées et une situation très actuelle du monde moderne, les travers de l'être humain, ses caractéristiques de société.

Hormis la couverture que je trouve moche, le reste du dessin me plait bien. Il est dans la veine de certains comics d'humour. Fin et détaillé, je le trouve réussi et agréable même si sa narration muette n'est pas toujours très claire.

Quant aux gags en eux-mêmes, ils sont souvent assez parlants vis-à-vis de la critique ou de la vision sarcastique de l'homme soit-disant moderne, mais ils ne m'ont rarement fait davantage que sourire.

En outre, l'album se lit bien vite ce qui fait réfléchir à deux fois avant de vouloir l'acheter. Mais comme il doit être depuis longtemps épuisé, le problème ne se pose plus.

Nom série  One day  posté le 03/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
One day est plus un art-book de l'auteur chinois Benjamin qu'une vraie BD. Ce recueil contient bien quatre histoires courtes, mais ce sont des histoires des débuts de l'auteur, et le reste des pages est composé de nombreuses illustrations, d'explications de l'auteur sur ces illustrations, de quelques essais et d'un peu de travaux photos.

Quoiqu'on pense de ses scénarios, on ne peut pas nier le fait que Benjamin a un sacré coup de crayon ! Ses dessins sont vraiment excellents et les planches de ce recueil sont un régal pour les yeux. Trait dynamique, personnages très vivants, décors tout à fait réussis, grande maîtrise de l'infographie, noir et blanc stylisés et couleurs flashys. Benjamin a un vrai talent pour un style que je qualifierais de graphisme electro-rock.
Bref, One day vaut l'achat pour tout amateur de dessin et de dessin numérique.

Quant au scénario, Benjamin lui-même explique dans ses textes qu'il ne se reconnaît plus vraiment dans les récits de ces quatre histoires courtes. Elles bénéficient toutes d'une ambiance rock-rebelle, mettant en scène des adolescents ou jeunes hommes qui cherchent un peu leur place dans la vie, qui refusent la banalité du quotidien et cherchent l'amour et à vivre de leur art. Leur narration est rythmée malgré quelques moments confus. Mais l'esprit de ces histoires est un peu trop adolescent, un peu trop puéril pour un lecteur adulte. On y sent le jeune ado mélancolique et rebelle, un peu trop égoïste pour être attachant. Et chaque intrigue s'en révèle ainsi assez vaine, ne se suffisant pas à elle-même.

C'est donc surtout le graphisme de Benjamin qui motive l'intérêt manifeste de cet album car ce recueil offre quelques vraies oeuvres d'art moderne que sauront, je pense, admirer à leur vraie valeur les amateurs du genre.

Nom série  Golden man  posté le 03/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Imaginez Largo Winch transposé, romantisé et rajeuni dans le style shojo, vous aurez alors une idée assez bonne de la série Golden man.

Le graphisme est fin et élancé à la manière d'un manga shojo moderne tels que ceux de Kiriko Nananan, Moyoco Anno et Aï Yazawa, tout en étant agrémenté de décors parsemés d'étoiles ou de fleurs à la manière du studio Clamp. C'est un dessin tout à fait correct et relativement typé, qu'il est agréable de lire car il fait preuve de fluidité et de maîtrise.

Le récit prend pour base le "business international" et les gros sous, mais l'intrigue reste très légère, très simplifiée. Etre à la tête de 3% de la richesse mondiale et d'une holding toute puissante revient simplement pour le jeune héros à acheter le magazine de ses rêves à sa copine de longue date, à décider de donner 6 milliards par-ci pour des bonnes oeuvres ou 40 milliards par-là pour un placement bancaire dont il sait que c'est une arnaque mais c'est pas grave. Vue ainsi, la haute finance a l'air d'être un vrai hobby rigolo. Le gentil héros dispose en outre d'un garde du corps aux incroyables pouvoirs, tout à fait surnaturels soit dit en passant puisqu'il arrête les balles d'une main.
Les personnages sont tout à fait dans la veine shojo : le héros est un gentil faux-naïf qui a l'air de n'y rien connaître mais prend toujours les bonnes décisions, son garde du corps est le beau ténébreux mystérieux, le couple d'arnaqueurs ont en fait un complexe passé amoureux, etc...
Autrement dit, il faut vraiment aimer le style shojo pour apprécier ce manhua et il ne faut pas s'attendre à un scénario réaliste. C'est une BD pour adolescents, ou plutôt pour adolescentes.

Une fois ce constat admis, la lecture de Golden man n'est pas désagréable. Si ce n'est quelques défauts de narration mineurs par-ci par-là, le rythme est bon et les intrigues suffisamment prenantes pour que les 260 pages de chaque tome passent sans ennui.
Le premier tome actuellement disponible ne suffit pas encore à me permettre de conseiller l'achat de la série car les deux sous-histoires qui la composent sont encore un peu trop légères, mais je lirais la suite avec curiosité.

Nom série  Crèvecoeur  posté le 02/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il y a beaucoup de choses qui me plaisent bien dans cette BD mais il y a hélas trop d'imperfections pour me contenter pour le moment.

Ce qui m'a séduit dès la première planche, c'est le dessin. Et pourtant, à nouveau, il n'est vraiment pas exempt de défauts. J'aime beaucoup son trait, son encrage et ses décors. Ils me rappellent d'autres dessinateurs que j'aime à savoir Sorel, Alec Severin ou Aouamri. Les couleurs sont également très bonnes tout en restant sobres.
Mais ce graphisme manque encore nettement de maturité. Les visages sont beaux le plus souvent mais ils sont figés dans leurs expressions comme si les personnages portaient des masques immuables. En outre, le dessinateur maîtrise nettement plus les portraits de face et de profil que sous des angles plus variés. Et les corps des personnages manquent également de naturel et de dynamisme.
Bref, c'est à mes yeux davantage un dessin qui a su me séduire par son charme que par sa maîtrise technique, maîtrise qui ne demande qu'à être acquise car Nicolas Duchêne fait tout de même souvent preuve de réussite dans les planches qu'il nous offre ici.

La seconde chose qui m'a bien plu dans cet album, c'est son scénario à base de thriller fantastique dans un décor de début de 20e siècle. Je suis amateur de ce genre d'histoire.
Mais le gros défaut, c'est que ce type d'histoire commence à devenir vraiment courant dans la BD ces derniers temps. Surfant sur le succès de séries comme W.E.S.T, Mille Visages et autres séries mêlant décor historique, thriller, ésotérisme, elle nous place dans un contexte devenu assez banal d'enquêteurs combattant contre une secte bourgeoise ou une entité démoniaque.
La narration pêche en outre par la confusion qu'elle amène assez vite. Les sauts de lieux et de personnages ne sont pas évidents à suivre et on s'y perd facilement si l'on n'est pas concentré. Là encore, cette BD manque un peu de maturité ou de maîtrise technique.

Je demande encore à voir car j'aime bien ce début de série et ce dessin. Mais ce premier album présente quelques défauts gênants qui me font espérer une suite d'un niveau un peu plus convaincant tant sur le plan du dessin que de l'originalité et la solidité du scénario.

Nom série  La Malédiction d'Edgar  posté le 02/03/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il ne suffit pas d'un contexte historique intéressant et d'un travail documentaire soigné pour réaliser une bonne BD, et la Malédiction d'Edgar en est un bon exemple.

Le dessin de Didier Chardez est assez moyen. Pas désagréable au premier coup d'oeil, il révèle à la lecture des personnages assez figés et des visages changeants et peu amènes. Quelques imperfections de gabarit viennent rabaisser encore ce dessin qui n'en reste pas moins de niveau acceptable. Une colorisation sympathique redore heureusement le blason de sa qualité professionnelle.

Le scénario est très intéressant dans le sens où il nous montre les rouages de la politique-business des USA du milieu du 20e siècle. Nous y découvrons des personnages tous plus pourris et détestables les uns que les autres, ces mêmes personnages qui ont pourtant tous les pouvoirs et feront accéder qui ils le désirent à la présidence. Nombre d'anecdotes et de révélations historiques sont donc intéressantes dans ce récit.

Hélas, l'adaptation en bande-dessinée est à mes yeux ratée. Nous n'avons plus droit qu'à une énumération de moments clés, de dialogues importants, chacun s'étalant sur un maximum de 4 cases. La narration est décousue au possible, le lecteur embrouillé dans un déroulement narratif dont il ne capte que quelques notions par-ci par-là. Les personnages se confondent les uns avec les autres (et le dessin n'aide pas à les reconnaître) et pas moyen de pénétrer ce récit autrement que comme une chronologie de manipulations digne d'un résumé de livre d'Histoire.

Une lecture à laquelle on a du mal à s'attacher, dont les seules qualités à mes yeux sont les informations historiques ainsi glanées, mais qui passent sans doute nettement mieux en roman qu'en BD.

Nom série  Runners  posté le 28/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'impression qui saute aux yeux quand on découvre cette BD et la feuillette, c'est d'y reconnaître une très forte influence de Star Wars, tellement forte qu'on en vient à s'étonner qu'il ne soit marqué nulle part une référence à l'univers de George Lucas et que les noms des races et planètes ne correspondent pas. Du fait de cette impression marquée, je n'ai guère été attiré vers la lecture de cet album car j'y voyais un ersatz de Star Wars, et les ersatz ne sont souvent guère attrayants.

Finalement, cela se laisse lire. C'est du space-opera classique, sans surprise, avec pour héros une petite bande de jeunes contrebandiers de toutes espèces. Ambiance légère, intrigue simple, beaucoup d'action, c'est du divertissement pour adolescents. L'humour essaie aussi de s'y tailler une bonne part, mais il ne m'a à peine fait sourire tant il est mal amené et d'aspect artificiel le plus souvent : à la télé, ils auraient ajouté des rires pré-enregistrés que ça m'aurait fait le même effet.

Dessin correct, scénario léger mais plaisant, personnages relativement attachants, cela reste une bonne BD de détente si l'on ne cherche ni originalité ni intrigue profonde.

Nom série  Des mots dans les mains  posté le 27/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'étais curieux de découvrir cette BD jeunesse portant sur un enfant sourd-muet. Quel en serait le traitement ? Quelle serait son histoire ?
Le résultat n'est pas mal mais à réserver à un lectorat jeunesse.

Avec un dessin fraîchement coloré et typé manga, Des mots dans les mains raconte la petite vie de cet enfant sourd avec ses parents et à l'école, avec ses copains et la maîtresse. Les personnages ont toujours un énorme sourire aux lèvres, tout est joyeux et lumineux, sauf quand Arthur est triste du fait de son handicap mais ça ne dure jamais longtemps.

Il se passe assez peu de choses dans cet album. Arthur mène une vie joyeuse comme tous les enfants autour de lui, il a un meilleur copain avec qui il joue au foot. Mais bien sûr, sa différence apparaît par-ci par-là, comme un handicap qu'il surmonte avec le sourire, quand il ne comprend pas ce que la maîtresse veut qu'il fasse en cours, quand il n'entend pas la passe que lui fait son copain au foot, etc. Mais à chaque fois, après un petit embêtement ou un petit chagrin, tout s'arrange. Et le mignon Arthur peut ainsi expliquer à sa classe à quel point ses mains sont pour lui comme sa bouche et ses yeux, son moyen de communiquer vers l'extérieur.

C'est une gentille histoire, peut-être un peu trop gentille ou légèrement trop éducative : elle manque en effet d'une histoire à même de captiver le lectorat qu'il soit jeune ou adulte.

Cette BD se retrouvera probablement dans les CDI des écoles primaires de France car la différence de la surdité y est décrite avec un certain bonheur. Elle plaira probablement aussi à certains parents qui voudront l'acheter à leurs enfants pour qu'il comprenne le handicap d'autres enfants ou bien justement parce que leurs enfants sont sourds et qu'ils verront avec plaisir un garçon comme eux vivre sa vie avec le sourire.

Nom série  Aliments domestiques  posté le 27/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai entamé cette BD sur une impression mitigée.
Je n'apprécie en effet que très peu le dessin de Louis-Bertrand Devaud que je trouve relativement médiocre, du moins dans son impression d'ensemble même si je lui reconnais un style reconnaissable, une certaine vie qui apparaît sur ses personnages et animaux, et une bonne efficacité dans sa mise en page.
J'étais également déçu par la rapidité avec laquelle ces pages se lisent, souvent muettes, composées de 2 grosses cases peu remplies par planche.
Et il m'a fallu une ou deux histoires pour entrer dans le trip absurde et alimentaire de ces histoires courtes.
Et finalement, je dois dire que j'ai bien apprécié ma lecture. L'humour absurde fonctionne souvent bien, me faisant rire par-ci par-là. C'est déjanté et assez drôle.
Sympathique lecture.
Alors comme ça ne coûte pas cher, pourquoi ne pas en conseiller si ce n'est l'achat du moins la lecture ?

PS : à noter que le gag des aliments immobiles qui tentent de bouger en faisant "gniii" est un gag très largement utilisé auparavant dans le Lapin de phiip. Est-ce un petit hommage ou une influence ignorée ?

Nom série  Dissymétries  posté le 27/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un petit album souple et de bonne qualité physique, une belle couverture, des planches claires et plutôt bien dessinées... Autant de raisons qui m'ont donné envie de lire cette BD au contenu mystérieux.

Les histoires courtes de ce recueil sont étonnantes. Leurs sujets sont pour le moins originaux et variés, mais tous suintent une impression de bizarre, de dérangeant. Ils abordent des thématiques difficiles à appréhender, ce qui est également le cas de leurs messages, si message il y a. C'est parfois glauque, parfois mélancolique, parfois douloureux, mais presque toujours vraiment... bizarre.
La majorité de ces histoires se termine en outre de manière assez abrupte, laissant le lecteur que je suis sur un sentiment d'incompréhension bien souvent.

C'est une BD que j'ai lue sans déplaisir grâce au bon dessin et à une narration fluide, avec intérêt également du fait de l'étonnement que m'apportaient ces récits, mais ce n'est pas le genre de BD dont je conseille l'achat. Trop underground pour moi, même si je suis persuadé que d'autres que moi pourraient vraiment aimer ce style.

Nom série  La Machine à explorer le temps  posté le 27/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Depuis que j'ai découvert cet auteur, je lis avec avidité toutes les oeuvres d'Alec Severin. Et grâce à Spooky, j'ai pu lire ce rare album. Je n'en ai pas été déçu même si Severin a fait mieux depuis à mes yeux.

On retrouve aussitôt son style assez rétro tout en étant incroyablement dynamique. Sa maîtrise technique est toujours impressionnante même si elle est moindre que dans ses oeuvres plus récentes telles que Harry sauve la planète. C'est beau, souvent très beau, mais je suis un peu réservé. Je crois que cela tient grandement à la colorisation qui n'est pas à la hauteur du trait et gâche un peu l'aspect d'ensemble.

Quant à l'histoire, c'est une adaptation légèrement remaniée de l'oeuvre de H.G.Wells.
J'ai trouvé le début un tout petit peu rapide, car j'apprécie dans l'oeuvre originelle les arrêts dans un proche futur qui ont lieu avant le grand voyage jusqu'au 800e millénaire et qui ont ici été éludés. Mais la narration fluide et efficace prend ensuite le pas, m'ayant fait rentrer avec plaisir dans le récit de la découverte des Eloïs puis le combat contre les Morlocks.

Une belle, voire très belle, adaptation. Sans doute pas la meilleure oeuvre de Severin mais une oeuvre au-dessus du lot néanmoins.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 268 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque