Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5555 avis et 2108 séries (Note moyenne: 2.87)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Je suis morte  posté le 19/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je m'attendais à un peu mieux avec cette BD du fait des avis positifs ci-dessous mais je ne suis pas trop déçu de mon achat.

Le trait du dessin de Nemiri m'avait bien plu dans Hyper l'hippo mais je dois dire qu'il m'a moins plu ici. Son trait faussement hésitant est très reconnaissable et j'aime cette personnalité de son dessin. Mais j'ai trouvé certains personnages assez laids et les compositions pas toujours réussies. Et surtout, je n'aime pas la colorisation, trop froide, trop informatique. D'autant plus que son aspect froid est accentué par les décors souvent vides.

Quant au récit, c'est clair que son postulat de base est intéressant. J'aime la façon dont le sujet est traité, tant du point de vue de la jeune héroïne que de son entourage. Et c'est vrai que tout cela aborde des questions assez intéressantes tant psychologiquement parlant que moralement.
Maintenant, seul le premier tome est sorti et il ne se suffit pas totalement à lui seul. Depuis 4 ans qu'il est paru, c'est un peu inquiétant : j'espère qu'il y aura bien une suite et j'espère qu'elle sera aussi de bon niveau.

Nom série  Les Baker  posté le 17/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les Baker, c'est un comics d'humour américain réalisé par Kyle Baker, dessinateur et auteur de dessins animés, qui parle de sa propre famille, de lui, de sa femme et surtout de leurs deux jeunes enfants. Une chronique familiale et paternelle pleine d'humour sous formes de gags en une page, en strips ou en une image.

Le dessin est très sympathique. Proche des comic strips pour les personnages aux traits ronds et un peu crayonnés, il s'apparente plus à de l'animation pour les décors, les couleurs et la vue d'ensemble. Et pour cause puisque ces mêmes dessins sont également animés dans des épisodes produits par le même auteur.
En tout cas, c'est très plaisant à lire et les bouilles des personnages sont très expressives, notamment celle de papa Baker lui-même qui est parfois hilarante.

Les gags tournent autour de la vie de famille, des petits tracas des parents, des frasques des enfants, mais aussi et surtout autour du fait d'être père et en même temps mari.
Certains gags sont vraiment très drôles. Je vous engage donc vraiment à lire cette BD, surtout si vous êtes vous-même parent.
Malheureusement, l'ensemble est légèrement inégal puisque je dois admettre n'avoir pas toujours ri, trouvant certains gags un peu bateaux ou un peu plats. Ce n'est pas du rire garanti à toutes les pages donc.

Néanmoins, et même si je trouve le prix de l'album un peu élevé, je vous en conseille au moins la lecture.

Nom série  Factory  posté le 17/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Deuxième BD de Yacine Elghorri que je lis, Factory navigue dans le même univers graphique que Gunman. Très inspiré de Otomo (Akira et Mother Sarah), Kishiro (Gunnm) et Moebius, il n'en est pas moins sympathique.
Bon, voire très bon, au premier plan, notamment concernant les personnages et créatures, je lui reprocherais ici uniquement son encrage qui aurait mérité à mon goût d'être plus affirmé ici. D'autant plus que les couleurs informatiques ont parfois tendance à dissiper les traits.
Les décors me plaisent moins par contre. Nettement plus chiches que les personnages, ils ressemblent aux décors souvent vides des storyboard de cinéma. Il en résulte à mes yeux une certaine impression d'étouffement alors même que les décors désertiques en question auraient dû exhaler les grands espaces.
Heureusement, les belles compositions de la plupart des dessins compensent la déficience des décors et mettent en avant les points forts du premier plan.

Mais au-delà des dessins, le scénario ne m'a pas convaincu. Histoires SF au contenu très convenu, décor désertique, usine alimentaire gérée comme une dictature dans une ambiance très proche des mêmes usines dans Gunnm, prophétie de la venue d'un élu (à tête de cochon) qui va bouleverser l'ordre établi, et... et à part ça pas grand chose d'autre. Le récit manque nettement d'originalité et d'une intrigue à même de captiver.
Et surtout, le premier tome, de 36 pages, est vraiment trop court, trop vite lu, pour se faire une idée correcte et pour avoir particulièrement envie de savoir la suite. Pas suffisamment d'accroche.

Alors peut-être la suite vaudra-t-elle le coup, mais pour le moment, hormis pour observer un dessin qui ne manque pas d'une certaine maîtrise, cette BD ne se suffit pas à elle-même telle quelle.

Nom série  Royal Space Force (Ministère de l'Espace)  posté le 17/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'adore les uchronies et celle-ci en est une belle, une vraie et une bien réfléchie.
L'évènement déclencheur de cette uchronie est plus un homme et son ambition, le jeune général de brigade John Dashwood qui convainc l'état-major anglais puis Churchill de "doubler" les Russes et les Américains à la fin de la seconde guerre mondiale : secrètement, ils vont récupérer les savants allemands de Peenemünde et bombarder les lieux alors même que les américains s'y rendaient pour y découvrir quelques secrets sur les V2. Ensuite, toujours sous l'impulsion presque frénétique de Dashwood, l'Angleterre va monter un vaste programme aérospatial tandis que Russes et Américains n'ont pas de compétences technologiques et se retrouvent complètement à la traîne.
La réflexion est poussée assez loin. Non seulement on découvre un programme spatial, des orbiteurs et des fusées complètement différents du fait du contexte et de leur origine britannique uniquement. Mais on découvre aussi la façon dont la Grande-Bretagne modifie ses relations internationales de ce fait, s'imposant d'une part comme le flambeau de la gloire technologique, mais, conscient de sa fragilité outre mesure, cherchant aussi à éviter à tout prix de s'insérer dans l'affrontement Est-Ouest entre USA et URSS.
Hormis une évolution technologique un peu rapide que la seule récupération des savants allemands ne peut pas vraiment expliquer, c'est très crédible et offre une vision du monde, de l'Angleterre et de sa technologie assez fascinante.
Bref, voilà une uchronie belle et bien réalisée telle que je les aime. Passionnant.
D'autant plus que le dessin, réaliste, est tout à fait bon lui aussi.

Maintenant, je dois dire que j'aurais espéré que ce récit soit un peu plus développé. La simple chronologie des faits et des évolutions de cette uchronie est une lecture intéressante, mais il y aurait sans doute eu moyen d'aller encore au-delà sur cette même base.
Le fil rouge du récit, le mystère au sujet du financement initial du projet spatial britannique, tient un peu en haleine, mais son dévoilement m'a presque paru logique au final, et pas aussi bouleversant que je l'aurais espéré.
Quant à la "révélation" sur l'état d'esprit de ce nouvel Empire Britannique sur la dernière case de l'album, j'avoue qu'elle ne m'a pas non plus vraiment surpris tant que je ressentais l'aspect dilettante de ce projet spatial depuis le début.

Au lieu de tout ça, j'avoue que j'aurais aimé une intrigue additionnelle par exemple sur la compétition entre USA et Angleterre ou autres.
Tel quel, le récit me laisse un peu sur ma faim, et c'est dommage pour une si belle uchronie.

A lire tout de même pour les amateurs de SF et de l'épopée spatiale.

Nom série  Kosmo  posté le 16/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

Sans les avis des lecteurs ci-dessous, je n’aurais sans doute jamais acheté cette BD. Je n’apprécie en effet pas son dessin. Trop simple, trop lâché, je trouve qu’il convient peu à une BD de qualité telle que je l’imagine. Il reste heureusement suffisamment efficace pour permettre une lecture plaisante. Ceci dit, j’ai dû parfois vérifier qui était tel personnage car, se différenciant le plus souvent par leurs chevelures, comme les couleurs de celles-ci sont parfois variables, je me suis parfois demandé si c’était bien la même personne ou si beaucoup de temps s’était passé (je pense ici à la femme aux cheveux violets dont la chevelure tourne au gris le temps d’une planche sans qu’on sache si c’est une erreur ou pas).
De même au niveau de ce qui baisse la qualité de cet album, il y a plusieurs fautes d’orthographes assez énormes dans les dialogues, comme s’ils n’avaient pas été relus ; je trouve ça assez négligeant.

Mais à côté de ces défauts, Kosmo offre un scénario qui m’a vraiment plu. Il mélange SF et humour dans un récit original. Le ton du récit est en outre assez spécial, oscillant en permanence entre récit noir, ambiance légère et humour parfois cynique. On ne sait jamais trop comment appréhender cette histoire, et en tout cas moi je l’ai pris avec le sourire et avec intérêt.
En outre, le tome 1 forme une histoire complète tout à fait bonne, avec une vraie fin bien caustique, même si elle m’a rappelé le scénario d’une nouvelle d’Isaac Asimov sur un même premier vol interstellaire tout en durée.

Bref, une BD à lire même si je lui aurais préféré un dessin nettement plus abouti et une relecture des textes.

Nom série  Aztèques  posté le 16/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Grand fan de Andreas, cette BD était la dernière de lui que je ne connaissais pas encore, repoussant jusqu’ici sa lecture car je m’étais laissé dire un peu partout que c’était là sa moins bonne œuvre. Au final, c’est vrai qu’Andreas a fait incomparablement mieux comme BD mais celle-ci n’est pas si mauvaise.

Le dessin est du pur Andreas dans le style et le trait. Il se différencie par contre de ses autres albums car il n’est pas encré mais est par contre directement colorisé par Andreas lui-même. Le résultat est assez mitigé à mes yeux. Les couleurs ne sont pas toujours terribles avec certaines palettes chromatiques peu harmonieuses. Mais dans l’ensemble cela reste pas mauvais.

Connaissant Andreas, je n’ai pas été surpris par le fait de devoir relire aussitôt l’album une fois ma première lecture achevée. Il faut bien cela en effet pour s’y retrouver dans ce récit aux narrations multiples s’intercalant les unes entre les autres. Ce sont plusieurs récits qui se chevauchent, parfois sans jamais se rencontrer, sur deux époques, avec des personnages très différents. A cela s’ajoutent des éléments de fantastique voire de symbolisme qui m’ont un peu surpris dans ce récit que je croyais plus réaliste et plus historique et qui n’aident pas trop à une compréhension aisée.

Au final, Aztèques ne bénéficie pas d’un ou de scénarios vraiment exceptionnels à mes yeux, mais offre une vue intéressante et multiple du peuple Aztèque (et un peu Maya) dans la période qui a juste précédé le débarquement de Cortez en Amérique.

Nom série  Les Barbutins  posté le 16/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Avec Frank Le Gall au dessin, je me suis dit que cette série jeunesse ne pouvait pas être mauvaise et c’est donc pour cela que je l’ai achetée pour ma fille. Néanmoins, après lecture, je suis assez mitigé.

Le dessin est simple mais sympathique. Cependant, hormis quelques dessins en une planche plutôt agréables, il n’a rien d’exceptionnel et Le Gall ne me semble pas y faire preuve de tout le talent dont il est capable. Du moins ai-je le sentiment qu’il ne cherche pas particulièrement l’originalité dans ses dessins qui restent souvent trop basiques.

Le récit est structuré d’une manière assez amusante, mélangeant récit en BD classique avec des petits jeux et autres fiches explicatives. Au final, chaque album ressemble un peu à un magazine jeunesse avec histoires et jeux mélangés.
Malheureusement, les histoires sont vraiment sans surprise, comme si le fait de les destiner à la jeunesse autorisait à ressasser des thèmes trop clichés, rendant les intrigues assez ennuyeuses même à des yeux d’enfants. Ceux-ci liront en effet une première fois chaque album avec curiosité mais ne seront pas vraiment tentés de les relire car les récits n’apportent pas grand chose de neuf ou de captivant.
Le ton employé est très enfantin, très... gentil. En outre, chaque tome se lit trop vite et s’oublie aussi sec. Ca fait donc un peu mal de payer le prix d’une BD classique pour lire l’équivalent d’un court magazine pour enfants en couverture cartonnée.

Pas une mauvaise lecture, non, mais il lui manque l’élément d’originalité ou de charme qui fait une bonne BD jeunesse.

Nom série  Candide Caméra (Projection privée)  posté le 16/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai appris ne plus faire confiance à Manara en matière de scénario. Cet album est constitué d’histoires courtes sur le thème de la télé, la télé réalité ou la télé spectacle, en tout cas la télé poubelle.
Le dessin de Manara y est excellent, comme toujours, avec des femmes très belles et sensuelles.
Par contre, les scénarios… C’est soit de l’érotisme gratuit et même pas émoustillant, soit des intrigues de bas niveau sorties du chapeau, soit des trucs assez malsains comme cette femme soumise qui aime à se faire fouetter par la mère de son mari ou cette femme accusée de sorcellerie qui se met nue dans les rues de Venise et que le froid fait faire sur elle…
Au final, une BD dont on regardera les images plutôt que d’y chercher un intérêt scénaristique quelconque.

Nom série  Totale maîtrise  posté le 13/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sans l'avoir lue, je trouvais que cette BD fleurait bon le filon commercial avec comme thématique l'univers du surf dans son ensemble, snow-board puis surf hawaien. Et c'est vrai que le texte éditeur la présentant comme le Joe Bar Team du surf avait du mal à me détourner de cette idée.
Mais finalement, même si je n'achèterais pas cette BD, sa lecture ne m'a pas laissé une trop mauvaise impression.

D'abord le dessin est tout à fait sympathique. Rond, frais, dynamique, il est maîtrisé, agréablement colorisé et plaisant à lire. J'apprécie particulièrement les compositions tout à fait réussies de certaines cases. C'est du bon boulot.

Pour le reste, même en n'étant pas un amateur de surf et encore moins de snow-board, j'ai trouvé l'ambiance sympa. L'humour n'est pas vraiment hilarant, c'est bien le soucis, mais les personnages sont relativement attachants et les dialogues pas mauvais. Seul le personnage du petit souffre douleur manque trop d’originalité et les blagues autour de lui ne sont généralement pas drôles du tout.

Dans l'ensemble, c'est donc une BD d'humour pas très originale mais bonne ambiance, avec un bon dessin et qui se lit donc sans déplaisir.

Nom série  Bianca  posté le 13/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette série regroupée sous le nom de Bianca contient en réalité deux albums totalement indépendants, ne s'apparentant que par leur héroïne principale, Bianca.

Le dessin de Crépax a une personnalité certaine et ses femmes ont une sensualité évidente. Mais le style est vraiment rétro, démodé. Et les compositions fouillis, la mise en page confuse et les traits inégaux et déformés de ce dessin ne me plaisent vraiment pas.
Sans parler des couleurs du second tome (le premier est en noir et blanc) et de son encrage que je trouve simplement mauvais. Sur ce plan là, le premier tome est nettement plus attrayant.

Le premier album est un album érotique où le graphisme est privilégié avant tout. Courbes et sensualité, histoires oniriques et symboliques, le tout dans une ambiance typique de la fin des années 70. Il faut aimer ce genre d'atmosphère, mais personnellement je la trouve trop démodé et n'y ai jamais accroché.

Le second album est une adaptation des voyages de Gulliver, ses quatre voyages, chez les petites personnes de Liliput, chez les géants de Brobdingnag, chez les savants de Laputa puis chez les chevaux intelligents de Hoiyhnhnm. L’adaptation est assez fidèle et du coup sans surprise. Seules différences, le fait que Gulliver y soit remplacé par la jolie Bianca, et le fait que l’action se passe dans une ambiance un peu SF, avec vaisseaux échoués sur de mystérieuses planètes.

Quant au récit, hormis le fait que les textes et circonstances sont plus ou moins strictement celles des livres, et même si le premier chapitre reste sage, l’auteur impose ensuite sans arrêt des postures érotiques totalement gratuites à son héroïne. Elle se retrouve nue, à quatre pattes ou tripotée sans explication autre que le désir de l’auteur de montrer ses formes et d’appâter le chaland. Et cela n’a rien d’érotique qui plus est tant cela paraît artificiellement mis en place et tant c’est sans intérêt de nos jours où les corps sensuels sont étalés partout dans les médias.

Bref, un premier album à l'ambiance érotique-mystique démodée à mes yeux et un deuxième album qui est une adaptation simplement sans intérêt tant graphiquement que narrativement parlant. Je n'ai pas aimé.

Nom série  Thor - A la recherche des dieux  posté le 13/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Si j’ai lu cette BD, c’est pour découvrir un peu mieux le personnage de Thor, et aussi parce que, trouvé dans une foire-à-tout, elle ne m’a même pas coûté 50 centimes. Autrement, j’aurais nettement hésité car ce que je connaissais du personnage via mes lectures des Vengeurs et même du Silver Surfer ne m’avait guère convaincu, et mon feuilletage de cette BD ne m’avait pas tellement attiré. Et effectivement, après lecture, c’est du comics de divertissement assez basique et sans grande originalité, mais ça se laisse lire.

Point positif, le dessin de John Romita Jr est bon et moderne. Son trait est légèrement anguleux, dynamique et plaisant à lire. Et les couleurs, quoique classiques, ne sont pas en reste.

L’histoire, ensuite, est un peu caricaturale du récit de super-héros façon « preux chevaliers sans peur et sans reproche ». Droits, valeureux, intraitables, et carrément arrogants au passage, tous les super-héros de ce récit, Vengeurs et autres, manquent franchement de subtilité.
Ils en sont même hilarants par moment tant leurs actions et paroles sont caricaturales. Les dialogues et monologues de Thor sont les meilleures dans le genre : « Que le cosmos entier exulte, car Thor, fils d’Odin et immortel d’Asgard, se dresse à nouveau pour défendre l’humanité ! » Il faut dire que ce brave dieu viking parle sans arrêt à l’ancienne, de manière le plus souvent assez ridicule avouons-le. Si c’est de l’humour second degré volontaire, eh bien c’est assez réussi. « Halte, vil maroufle, ainsi l’ordonne Thor, ainsi sera-t-il ! »
Pour le reste, le récit est assez basique des histoires Marvel parues à la chaîne. Plein de super-personnages bons et méchants, un « péril plus grand que jamais », des adversaires plus puissants que jamais, et quand tout semble perdu, les gentils triomphent toujours par leur droiture, valeur et endurance. Oncques n’en doute, honni soit qui mal y pense ! A côté de cela, une intrigue parallèle tente de se mettre en place avec Thor obligé de prendre le rôle et la vie d’un secouriste New-Yorkais pour ne pas faillir à son honneur, mais elle est expédiée un peu trop superficiellement pour avoir un réel intérêt.

Bref si l’on n’est pas allergique au genre, si l’on ne s’offusque pas de quelques facilités scénaristiques voire quelques incohérences, on pourra se contenter d’un récit de divertissement qui se laisse lire et on pourra savourer les paroles gratinées de l’Immortel Dieu de la Foudre Descendant de la Mythique et Merveilleuse Asgard. Par la malepeste !

Nom série  Hulk - Abominable  posté le 12/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Abominable est une bonne, voire presque très bonne histoire de Hulk.

Son dessin est doté d’une certaine personnalité. Après avoir lu la version de Hulk de Corben, je trouve que ce dessin-là a un petit côté qui s’en rapproche tout en étant plus proche des classiques des comics modernes. Il se démarque aussi par une utilisation des couleurs et des effets de lumière et de contre-jours assez personnels et qui, même si je n’en suis pas totalement fan, ne sont pas mal.

Le récit met Hulk en présence d’une autre créature similaire à lui mais dont l’alter-ego humain a en outre un compte à régler avec Bruce Banner. L’un et l’autre sont manipulés par une voire deux organisations très secrètes dont l’objectif est de les faire s’affronter l’un l’autre. Cette intrigue se complexifie encore avec le passif des différents personnages et leurs relations spéciales.
C’est assez prenant à lire, bien raconté, on a envie d’en savoir plus à chaque instant. Cependant, le final de l’histoire manque un peu d’envergure ou du moins d’originalité pour un récit de Hulk : ça se castagne, Hulk frappe le plus fort, et voilà à peu près tout. J’aurais aimé que la partie plus intelligente du récit soit davantage développée mais les auteurs ont sciemment laissé les mystères irrésolus pour qu’ils soient réutilisés dans d’autres récits à venir.

Nom série  Peine perdue (Baladi)  posté le 12/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne suis pas trop fan des albums BD où l’auteur raconte ses petits états d’âme pas bien passionnants. Et c’est bien ainsi que je vois Peine Perdue, sauf le respect de Baladi.

Cet album relativement vite lu raconte comment Baladi enfant ressentait une grande tristesse et se faisait tout un film imaginaire autour d’une chanson qu’il aimait à écouter. Il était conscient de cette tristesse au point de vouloir s’enregistrer pleurer pour, adulte, retrouver ses émotions de jeunesse. Et voilà maintenant l’auteur, adulte, qui écoute cet enregistrement et se dit que ben non, il ne ressent plus grand-chose sur cette musique, même quand le hasard va l’amener à retrouver un disque de ce groupe et pouvoir réécouter la chanson concernée avec des oreilles d’adultes.

Même s’il est amusant de voir que comme beaucoup d’autres, on partage avec Baladi des souvenirs de musiques qui vous ont marqués et d’univers visuels qu’on y associait alors qu’ils ne correspondent souvent pas du tout avec le texte de la chanson, le récit tel qu’il est raconté ici n’a vraiment rien d’original ni de vraiment palpitant. J’ai même eu l’impression à divers moments que l’auteur, ne sachant trop quoi dire, partait en légères digressions pour parler un peu plus de lui et de sa petite vie.
De fait, j’ai ressenti un peu trop de nombrilisme dans ce récit qui n’a pas su ni me toucher ni m’intéresser. Désolé.

Nom série  Assassine  posté le 12/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce polar dispose d’un dessin en noir et blanc tout à fait sympathique. C’est donc avec un bon à-priori que je l’ai entamée.

Cependant, très vite, la narration confuse m’a un peu refroidi. Les auteurs jouent sciemment là-dessus je suppose pour accentuer l’effet de trouble que ressent le personnage principal qui est un peu perdu et ne sait plus ce qui est vrai ou non. Mais quoiqu’il en soit, certains passages particulièrement flous ne sont tout simplement pas agréables à lire.
Et dans la même veine de la confusion, je n’aime pas les polars qui jouent cette carte comme facilité scénaristique : le personnage qui perd pied et les gens qui ont tous des comportements bizarres autour de lui, le rendant d’autant plus paranoïaque, ça m’a toujours énervé comme trame scénaristique.

Et puis ensuite, l’intrigue prend véritablement forme et je n’accroche toujours pas. Les discours misogynes et rétrogrades qui le parsèment m’ont notamment bien agacé même si c’est sensé faire partie de la clé du récit. Jusqu’à la conclusion qui m’a tout simplement agacé par son aspect convenu et facile.

Vraiment pas le genre de polar qui me plait tant au niveau de la narration que du contenu et du dénouement. Dommage car le dessin était sympathique.

Nom série  Yiu, premières missions  posté le 12/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série fonctionne davantage comme une extension de la série Yiu que comme un véritable prequel. Elle permet en effet d’en apprendre davantage sur le monde complexe et sombre imaginé dans la série mère et ouvre quelques réflexions de plus sur la science, les religions et le sort de l’humanité.

Le dessin est presque aussi bon que dans la série originelle, même si elle présente moins de décors grandioses et gothiques. Les couleurs sont également un peu plus lisses, ce qui n’est finalement pas trop pour me déplaire car elles sont aussi plus variées.

Quant aux scénarios, ils se scindent en histoires en un tome, nettement axées sur l’action mais amenant à chaque fois quelques sujets de réflexions et thématiques intéressantes. Comme pour la série mère, il ne faut pas être allergique aux combats, explosions et autres giclées de sang. De même, il ne faut pas chercher trop de réalisme car les auteurs jouent la carte de l’action débridée façon comics américain voire manga, où l’héroïne est dotée de capacités nettement au-delà des limites humaines et où la technologie et notamment les armes sont également un peu… arrangeantes avec le scénario. J’ai par exemple un peu rigolé quand j’ai vu la quantité de projectiles hyperpuissants que les petits pistolets automatiques de l’héroïne pouvaient envoyer avant de recharger.

Une bonne série de divertissement, dotée d’un bon graphisme et du même bon background que la série Yiu. A lire si vous n’êtes pas allergique à l’action pure et à un décor de dark SF.

Nom série  Yiu  posté le 12/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série est de bon niveau et je dois avouer que je ne m’y attendais pas vraiment. Je croyais y trouver une banale histoire d’action SF avec une jolie héroïne comme tant d’autres séries de chez Soleil, mais cette série là a une envergure un peu supérieure, dans une ambiance assez gothique. Les auteurs ont travaillé en studio sur cette œuvre, avec une personne dédiée à chaque partie de la création, et le résultat n’est pas mauvais.

Le dessin est même plutôt bon. Ce graphisme, de même que le décor de cette BD, me fait penser à certaines œuvres de Ledroit, notamment Sha par exemple, quoiqu’il y ait un peu de Requiem, Chevalier Vampire également. Ambiance dark, néo-gothique, mélange de religion et de cyberpunk sombre. Décors grandiloquents, constructions écrasantes et inhumaines, et beaucoup de scènes d’action et d’explosions.
Les couleurs sont dans la même ambiance, en permanence rouges ou noires. Je dois dire que je me suis un peu lassé de cette palette chromatique trop restreinte et de l’aspect un peu brouillé de certaines couleurs.
Quoiqu’il en soit, c’est un bon graphisme qui vaut le coup d’œil.

Le background géopolitique et scientifique de cette série est également bien construit et intéressant. Sans être vraiment réaliste, il fourmille néanmoins de pas mal de bonnes idées et ouvre à de nombreuses réflexions intéressantes sur la science, les religions et le sort de l’humanité. C’est sombre, pessimiste, un peu exagéré à bien des moments mais bien trouvé et prenant.

Après un tome 1 un peu trop introductif et trop vite lu, on aborde un récit plein d’action et une intrigue très prenante.
Certains passages de combats un peu trop violents, où explosions, membres découpés et giclées de sang s’accumulent, m’ont un peu lassé. En outre, il ne faut pas chercher trop de réalisme car les auteurs jouent la carte de l’action débridée façon comics américain, où l’héroïne est dotée de capacités nettement au-delà des limites humaines et où la technologie et notamment les armes sont également un peu… arrangeantes avec le scénario.
Mais dans l’ensemble, l’intrigue est bonne et surtout captivante car elle ne se borne pas à l’action pour l’action mais présente davantage au-delà de cette accroche.

Un bon récit SF d’action qui bénéficie surtout d’un graphisme et d’une ambiance néo-gothique ou dark-science de qualité. A lire pour un divertissement assez dépaysant quoique sombre.

Nom série  Sous le pavillon du Tsar  posté le 12/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme nombre d’autres BD de Dimitri, Sous le pavillon du tsar est une bonne BD historique. Mais contrairement aux autres, elle se place moins du point de vue d’un simple humain témoin de la grande Histoire, mais elle prend plutôt la forme un peu trop classique d’une simple chronologie des évènements vus d’un œil extérieur. Le résultat n’est donc pas tellement prenant, juste intéressant.

Dans les faits, je déplore l’absence d’une présentation des évènements géopolitiques en début de récit ni après : rien n’explique en effet le conflit Russo-japonais ni pourquoi le Tsar décide contre toute logique d’envoyer la grande flotte de la Baltique faire le gigantesque tour de l’Europe, de l’Afrique et de l’Océan Indien pour secourir Port-Arthur.

Mais le récit de l’interminable traversée est édifiant : c’est une vraie catastrophe, un grand n’importe quoi stratégique. Succession d’erreurs, d’avaries, de malchances, d’inexcusables fautes diplomatiques et stratégiques de la part du Tsar qui envoie sa flotte vieillissante et ses hommes peu motivés à un vrai massacre.

Edifiant et intéressant sont les deux adjectifs qui résument le contenu de ce récit. Mais dans la forme et la narration, cette BD n’est hélas pas vraiment captivante.

Nom série  Kamikazes  posté le 12/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme nombre d’autres BD de Dimitri, Kamikazes est un beau témoignage historique, un récit réaliste qui nous replace avec brio et intérêt dans une période trouble de la seconde guerre mondiale. Nous assistons ici à l’apparition des premiers kamikazes japonais, aux raisons ayant amené à la création de ces escadrons suicide, et nous suivons le pilote de l’un d’entre eux, tout d’abord destiné à simplement assurer la protection des sacrifiés puis décidant de s’impliquer davantage pour son pays. Dimitri réussit à faire passer à plusieurs moments l’état d’esprit des japonais de l’époque, permettant de comprendre un peu mieux leur façon de penser, et la philosophie qui leur permet d’accepter voire de glorifier ces sacrifices, mêlant idées géopolitiques et shintoïsme.

Une bonne BD historique mais pas un récit aussi captivant que d’autres albums du même genre de Dimitri. Je n’ai en effet pas réussi à plonger totalement dans l’ambiance du récit et l’émotion qui aurait pu être intense ne passe pas tout à fait.

Cela reste néanmoins intéressant et raconté sans manichéisme.

Nom série  Meurtrier  posté le 12/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Meurtrier est un long récit sur un homme que la vie n’a pas aidé. Orphelin à la fin du 19e siècle, il subit de nombreuses brimades avant de se retrouver en prison puis engagé volontaire dans l’armée coloniale. S’ensuivent de nombreuses et diverses aventures, presque toujours malheureuses pour ce pauvre homme.

Le scénario est un peu étrange car j’ai eu l’impression de lire plusieurs histoires les unes après les autres. Les évènements s’enchaînent et ne se ressemblent pas, voire pas du tout, même dans l’ambiance si ce n’est le personnage principal. A tel point que je me suis plusieurs fois demandé où l’auteur voulait en venir.

Malgré tout, c’est un récit assez original, plutôt bien raconté et finalement assez prenant malgré son hétéroclisme. Et la fin est assez touchante, aussi injuste que les malheurs qui ont accablé ce pauvre homme mal né.

Bref, une bonne lecture même si son intrigue est un peu trop dispersée pour être vraiment consistante.

Nom série  Kursk - tourmente d'acier  posté le 12/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette BD est un vrai témoignage historique, le témoignage d’un soldat de l’armée allemande engagé dans la bataille de Kursk en Ukraine sur le front Russe. Un soldat qui ne sait pas vraiment où il est, qui n’a aucune idée des positions stratégiques que seuls les commandants connaissent, qui ne sait même pas ce à quoi il va être confronté ni quelles sont les tailles des armées en présence. Mais un soldat qui va être témoin pendant de très longs jours de l’atrocité de la guerre, de l’abrutissement des soldats exténués, de l’absurdité de cette boucherie où tous se font massacrer et dont personne ne sort vainqueur.

On est vraiment plongé dedans, c’est bien raconté, totalement réaliste puisque probablement totalement véridique. Pas de héros, pas d’intrigue complexe, pas de grand final, juste un récit des faits dans leur crudité et leur horreur.

Un document historique de très bonne qualité.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 278 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque