Encheres BD 728x90
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...   BD Encheres 468x60
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 5207 avis et 2014 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Comme un lundi  posté le 18/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

L'album Comme un lundi peut attirer l'attention du lecteur de deux manières.
La première est son format original, petit bouquin souple et rouge, tout étiré en hauteur. Un joli petit objet qui attire l'oeil.
La seconde est le fait que James tient un blog relativement célèbre, le blog d'Ottoprod, aussi connu sous le nom de blog de James et la tête X. Et il se trouve que les planches de Comme un lundi sont issues de ce blog.

Ces planches contiennent de 2 à 4 images seulement chacune, dans une mise en page très aérée. Le dessin est fin et rond : je le trouve très chouette. Expressif et esthétique tout en restant simple. En réalité, il me fait penser à une version plus souple, plus épurée et plus moderne du dessin de Sempé. Ou alors à mi-chemin entre Sempé et Trondheim.

Et je continue avec Trondheim quand je cherche à parler du scénario de ces histoires. Car j'y retrouve en effet un humour assez proche, un souci de regarder la vie avec à la fois une touche de douce nostalgie, de gentille ironie, et de recherche du petit détail intelligent ou amusant de la vie de tous les jours ou de l'enfance, ce type de moments qu'on vit sans y faire attention.
Ce sont des histoires courtes fraîches, amusantes, parfois touchantes, racontées avec un certain talent.

Mon seul reproche irait à la rapidité avec laquelle l'album se lit. La mise en page aérée impose des pages un peu trop légères, hélas.
Malgré cela, c'est un album dont je conseille allègrement l'achat, surtout si vous ne connaissez pas encore James Ottoprod.

Nom série  Top 10 - The Forty-Niners  posté le 18/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ayant adoré Top 10, c'est avec une véritable impatience que je me suis jeté sur The Forty-Niners, prequel de la série racontant avec humour et originalité les aventures de super-policiers dans Neopolis, ville emplie de super-héros. Je ne suis pas déçu même si je préfère finalement la série originelle.

Gene Ha fait preuve d'un dessin très maîtrisé. Il me parait un peu plus réaliste dans Forty-Niners que dans Top 10, mais je crois que cela tient surtout à la colorisation. Art Lyon, le coloriste, nous offre en effet des planches aux couleurs désaturées, donnant une véritable ambiance vintage au récit, nous plongeant d'autant plus facilement dans l'époque d'après Seconde Guerre Mondiale.
Par contre, autant je trouve le tout joli et esthétique, autant je regrette un peu le manque de contraste qu'implique cette colorisation et ce dessin. Les détails sont un peu moins faciles à discerner.
A noter que Gene Ha glisse un petit peu moins de personnages anecdotiques dans ses décors que dans Top 10 même si on en reconnaîtra comme toujours un bon nombre de visages connus (Flip de Little Nemo in Slumberland, the Yellow Kid, le capitaine Haddock, Popeye, ... ).

Le scénario, pour sa part, nous amène à découvrir les débuts du 10th precinct, le fameux comissariat de Top 10, au moment où Neopolis commence tout juste à accueillir les super-héros, personnages fantastiques et super-vilains de toute la planète. A l'aide d'une introduction rappelant immanquablement celle de Top 10, nous allons rencontrer un très jeune pilote d'élite, une de ses anciennes rivales, aviatrice allemande repentie, puis les autres membres variés et originaux de la petite équipe de super-policiers qu'ils vont tous plus ou moins former. Et face à eux deux voire trois menaces qui se mêlent, requérant leur travail pour protéger la jeune ville de Neopolis.
C'est un scénario réussi, à la fois dense mais suffisamment court pour tenir en un seul tome.
Ce scénario reprend cependant toutes les composantes des albums de Top 10, se contentant de les placer dans une ambiance un peu différente de "début de règne". Celui qui connaît donc déjà la ville de Neopolis ne sera pas tellement surpris par l'originalité de ce récit. Ce sont finalement juste quelques péripéties de plus dans l'histoire, ceci dit excellente, du 10th precinct.
Et tant qu'à faire, même si je suis très heureux de découvrir les origines de Neopolis et comment des savants nazis ont participé à son élaboration, j'aurais, je pense, davantage encore aimé un nouveau tome de Top 10 à la place. Je m'étais en effet grandement attaché aux héros de la série originelle, et en un seul tome, même bien rempli, on manque un peu de temps pour s'acoquiner avec les nouveaux héros de ce one-shot.

Bon, je donne l'impression de critiquer The Forty-Niners mais c'est parce que je le compare à une série que j'ai vraiment adoré, Top 10. Mais The Forty-Niners n'en reste pas moins un excellent comics, une lecture que je conseille vivement et qui plaira d'autant plus aux amateurs d'Alan Moore.

Nom série  Le Bouddha d'Azur  posté le 16/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le second et dernier tome du Bouddha d'Azur vient de sortir, me permettant ainsi de découvrir la série dans son ensemble.

Cosey y retrouve ses thèmes favoris : la montagne, l'esprit bouddhique, l'Himalaya et bien sûr une histoire d'amour atypique.

Son dessin n'a pas changé, excellent quand il s'agit de représenter des paysages montagneux et des personnages en tenue tibétaine. Il est fluide et très agréable à lire.
Je le trouve légèrement plus épuré et anguleux que dans certaines de ses oeuvres plus anciennes, ce que je regrette un peu, mais c'est une BD jolie à regarder et plaisante à la lecture. En outre la découverte du Bouddha d'Azur en lui-même est de toute beauté.

Le récit intègre romance et Histoire du Tibet et de la Chine qui l'a envahi.
C'est l'histoire de deux adolescents qui tombent amoureux dans une lamaserie tibétaine, mais qui seront séparés par le destin. L'un est anglais, obligé de quitter à regret son amour et le Tibet comme ce dernier est occupé par les Chinois. L'autre est orpheline, destinée à devenir la 5e réincarnation d'une prêtresse gardienne d'un trésor sur lequel les autorités Chinoises aimeraient bien mettre la main.
On sent à la lecture à quel point Cosey maîtrise son sujet. Le traitement est très réaliste, prenant. On est bien plongé dans l'époque et les lieux grâce à des décors et personnages réussis, crédibles et relativement originaux. Les termes et mots tibétains sont nombreux, nécessitant d'ailleurs un certain nombre de légendes de bas de page.

Par contre, je dois admettre avoir eu quelques difficultés à apprécier le récit à sa juste valeur. Faute à la narration je pense. Celle-ci est en effet assez décousue. Les albums sont denses et comportent de nombreuses pages (environ 80) mais on sent que l'auteur a beaucoup de choses à raconter, ce qui implique quelques ellipses, quelques passages un peu rapides, quelques sauts temporels pas toujours évidents. Résultat, l'atmosphère n'a pas réussi à m'imprégner autant que je l'aurais aimé et le récit m'a plu sans me charmer.

Une bonne lecture, une série qui a l'énorme avantage de tenir en deux tomes bien denses et des décors et personnages dépaysants comme Cosey sait si bien nous les offrir.

Nom série  Locas  posté le 15/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aurais mis une bonne semaine à lire ce pavé : rien à dire, au niveau qualité+quantité/prix, ce premier volume d'intégrale est une bonne affaire.
Pourtant, j'ai moins accroché que je l'espérais.

Au rang des qualités de cette BD se trouve tout d'abord le dessin. Jaime Hernandez a un style très clair, rappelant les comics de l'âge d'or mais dans un style plus moderne et dynamique, avec un encrage noir, épais et très fluide. J'aime beaucoup ce dessin. Il arrive en outre à donner des visages vraiment jolis aux personnages, notamment bien sûr aux deux héroïnes. Et pour l'exemple, même si elle devient très potelée à partir de la moitié de l'album, Maggie garde un véritable charme.

Toujours au rang des qualités se trouve l'originalité de ce récit. Les premières histoires sont assez surprenantes car on ne sait comment les cataloguer. Le décor dans lequel évoluent nos deux héroïnes est en effet d'abord empli de super-héros et de personnages fantastiques, robots et autres véhicules futuristes comme un comics de super-héros. Les histoires tournent plutôt autour de l'humoristique au début. Puis au fur et à mesure, le récit tourne nettement plus vers le roman graphique, le décor devenant plus réaliste et les intrigues s'attachant aux complexes relations d'amour et de conflit entre les héroïnes et leurs proches, avec toujours une touche d'humour mais beaucoup plus de sentiments également.

Hopey et Maggie sont attachantes. La première, petite gouine punk et rebelle, est du genre à ne jamais se laisser marcher sur les pieds et est la force dynamique du couple. L'autre, mécanicienne en voiture mais aussi fusées et robots, est plus douce et plus féminine et oscille entre ce qui est plus que de l'amitié pour Hopey et les différents hommes qu'elle va aimer au fil des histoires. Leur relation est difficile à cerner, quelque part entre la grande amitié, le véritable amour et le conflit larvé.

Et autour d'eux, outre le décor un peu S-F du début, c'est surtout l'Amérique des immigrés mexicains qui est représentée, celle des "Cholos" Californiens vivant dans leurs petites villes de banlieue, tous cousins ou amis, amateurs de catch (Lucha Libre) et de rock. Un univers original dans le monde de la BD, et de mieux en mieux représenté au fil des histoires, surtout dans la plutôt longue histoire vers la fin (Vida Loca) proche d'une intrigue à la West Side Story.

De l'humour, des personnages originaux et attachants, un décor intéressant, un beau dessin, voilà tout pour me plaire.
Cependant, je n'ai pas toujours aussi bien accroché que je l'aurais aimé. Le rythme est en effet assez spécial. Il alterne déroulement rapide de l'histoire et moments lents, presque ennuyeux. Des ellipses ou flash-backs pas toujours évidents rendent la narration parfois un peu confuse. Et toutes les histoires, même si elles permettent toutes de mieux découvrir les personnages, ne sont pas aussi intéressantes les unes que les autres. Certaines m'ont laissé relativement de marbre. Et quand on lit un gros pavé comme l'intégrale de Locas parue en 2005, ce n'est pas évident de s'y mettre à fond et de tout lire d'une traite si certaines histoires ne vous captivent pas plus que ça. En outre, j'accroche moyennement à l'ambiance punk-rock à base de concerts, de personnages fauchés et rebelles, et surtout de pas mal de violence.

Ceci dit, je ne regrette pas du tout mon achat, très bonne affaire que je vous conseille.

Nom série  Au-delà des nuages  posté le 14/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'avais trouvé Dog fights sympathique mais manquant un peu de structure et j'avais bien apprécié Le Dernier Envol même si la brièveté des histoires m'avait un peu laissé sur ma fin. Avec "au-delà des nuages", je trouve que Hautière et Hugault gagnent en maturité et nous offrent un premier tome qui ne manque pas d'intérêt et de profondeur.

Le dessin est toujours aussi sympathique. Comme à son habitude, Hugault excelle dans le dessin des avions. J'aime un peu moins les visages de ses personnages mais je trouve qu'il commence à les maîtriser de mieux en mieux. Je lui ferais pour unique reproche le choix de son encrage très fin : j'ai une préférence pour un encrage plus épais, je trouve que cela donne un aspect plus professionnel à une BD. Mais pour le reste, dessins et couleurs sont très bons sur cette BD.

Quant au récit, il est véritablement intéressant. Toujours dans l'univers de l'aviation, nous ne parlons plus ici d'avions de guerre mais des petits avions commerciaux et d'avions de compétition. D'un début à la Mermoz/Saint-Exupéry, nous retrouvons ensuite une ambiance à la Porco Rosso avec un concours du meilleur pilote entre deux amis et rivaux, un Français et un Américain. A cela s'ajoute une intrigue amoureuse assez prévisible mais racontée avec justesse et intérêt.
Nous avons donc droit là à un premier tome dense et prenant, à la thématique plutôt originale dans le monde de la BD.

Bref du tout bon pour cette série qui aura en outre le grand avantage de tenir en 2 tomes seulement.

Nom série  La Chair des pommes  posté le 14/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La chair des pommes est une chronique de la jeunesse, de cet âge où le jeune garçon entre dans la puberté.

Structuré en cinq chapitres comme autant d'histoires courtes, il représente avec une vraie justesse et sans fard ce qui compose les souvenirs de jeunesse. Ce sont à chaque fois des enfants laissés seuls entre eux ou en solitaire, sans adultes, dans ces moments où ils sont vraiment eux-mêmes et où leur individu se forge.
On y redécouvre les relations avec les amis, relations parfois étranges ou troublantes, ou encore le sentiment d'impuissance, de haine et de frustration face à un grand frère détestable.

Justesse est le maître mot de ce récit à mes yeux. Car j'ai su me retrouver dans ce récit assez touchant, parfois un peu triste ou assez écoeurant à d'autres moments. Ce sont des choses de l'enfance qu'on n'aime pas toujours à se rappeler et surtout pas à raconter, des moments doux-amers, sans jamais de drame mais juste... troublants du fait des sentiments contradictoires qu'ils impliquent dans l'esprit de l'adulte que nous sommes devenus.

Ce n'est pas vraiment le genre de BD que j'affectionne mais je reconnais sincèrement ses qualités, et son prix assez élevé est bien compensé par sa densité et son nombre de page.

Nom série  J'ai tué Adolf Hitler  posté le 14/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je me suis mis à bien apprécier le graphisme de Jason et je lis ses BDs dès que j'en ai la possibilité car ses scénarios sont souvent très originaux tant dans leur thématique que dans leur traitement. J'ai tué Adolf Hitler part de nouveau sur une idée originale mais se révèle assez classique dans son déroulement et sa conclusion.

Un dessin plaisant et fluide, dans le style le plus typique de Jason. Seul petit défaut, en tout début de lecture, la ressemblance des visages de ses personnages m'en ont fait confondre un avec un autre.

Une histoire également très plaisante, avec une utilisation assez amusante du voyage dans le temps. En outre, là où on s'attend à un scénario basé sur l'action et une intrigue policière à la poursuite d'Adolf Hitler, le récit tourne à la romance complexe. Dommage que l'histoire traîne un peu en longueurs vers les deux-tiers de l'album.

Amusante, relativement originale, mais assez classique quand on compare cette BD à beaucoup d'autres du même auteur. J'ai bien aimé mais ne vous attendez pas à quelque chose de très novateur dans la narration et l'intrigue.

Nom série  Ils m'énervent  posté le 14/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

J'ai eu du mal à apprécier cette BD au départ car je n'aime vraiment pas le dessin. Avec un trait gras et rond qui me rappelle celui de Crumb, Andy Singer représente des personnages assez moches dont le faciès m'agace très rapidement. Le sourire figé de la femme est notamment crispant au possible.

La thématique de l'album ne m'a guère surpris par son originalité non plus : critique de la société moderne et du couple sur la base de gags en une ou deux planches et d'images humoristiques, voilà qui ne nous dépayse pas vraiment.

Et pourtant je dois dire que j'ai quand même souri par-ci par-là et rigolé à quelques moments. Ca ne manque pas d'humour. Pas toujours très surprenant ni novateur, mais assez amusant à plusieurs reprises.

Par contre, l'album me parait un peu court pour mériter un prix aussi élevé.

Nom série  Joseph  posté le 14/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Sur la base d'une idée sincère et assez sensible, celle d'un enfant complexé par ses mains trop grandes et rejeté à cause de sa difformité, l'auteur nous offre hélas une histoire à laquelle je n'ai pas accroché.

Dans le résumé, l'histoire est assez triste. Le petit Joseph est rejeté par tous, par son père qui a honte de lui et lui en veut d'être né difforme, par ses camarades d'école qui refusent de jouer avec lui et se moquent de lui... De ce fait, il se replie sur lui-même, s'imagine que ses jouets prennent vie, fait des cauchemars, des rêves où il se débarrasse de ses mains ou bien où celles-ci grandissent encore plus.
Déjà, ce genre d'histoire sombre et psychologique, malgré son aspect assez touchant, ne m'attire pas. Mais en outre, j'ai trouvé la narration assez confuse, le mélange entre onirisme et réalité pas toujours évident et les idées pas toujours faciles à comprendre. Il m'a fallu quelques pages avant de réussir à cerner la situation et tenter d'entrer dans le récit.
En outre, le dessin n'a guère d'originalité à mes yeux, ce qui ne m'a pas aidé à compenser.
Par contre, la fin assez vache m'a un peu étonné. La toute dernière image est en effet presque drôle, façon humour noir, et contraste avec l'aspect assez sérieux et glauque du reste du récit.

Bref, ce n'est pas mon genre de BD, c'est un fait. Mais le fait que le récit soit assez confus et difficile à apprécier me parait être également un fait.
En outre, le prix me parait assez élevé en comparaison du temps réduit de lecture.

Nom série  Laisse autant le vent emporter tout  posté le 12/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un bon album de Goossens, mais pas un de ceux sur lesquels je me serais le plus marré.

Laisse autant le vent emporter tout est un recueil d'histoires courtes aux thèmes variés, rappellant parfois le principe de la Rubrique-à-Brac de Gotlib mais avec l'humour absurde si spécifique de Goossens. Les thèmes vont du sport (qui m'a bien fait rigoler) aux films d'épouvante (ah, le film d'horreur pour expert-comptable !) en passant par les drogues.
Et comme je viens de le dire, j'ai souvent rigolé. Mais je suis aussi resté un peu de marbre pendant presque la moitié de l'album, avec quelques histoires ou passages que je trouvais longuets et un peu mornes (les sketchs sur l'éducation sexuelle, sur les 2 roues ou sur les amants par exemple).

Quant au dessin, il est bon (pour qui aime le style de Goossens). Je le trouve même plus travaillé et plus jolîment colorisé que d'autres de ses albums.

Dans l'ensemble, c'est un bon album, qui ravira les amateurs de Goossens. Mais je lui préfère Voyage au bout de la Lune.

Nom série  Chacun cherche sa case  posté le 12/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je pensais avoir des goûts assez proches de ceux de Pierig mais là, pour le coup, je suis déçu par ce miniblog.

Le dessin est sympathique, du genre mignon et coloré. L'album a en outre l'originalité d'utiliser très rapidement pour décor de vraies photos de l'appartement/atelier de l'auteur. Ceci étant dit, le fait que ces photos présentent quelques tranches des livres de sa bibliothèque a un peu troublé ma lecture car je n'ai pas su résister au désir de voir de quels livres il s'agissait, ce qui m'a fait sortir du récit à plusieurs moments sur le nombre de pages pourtant si limité.

Mais même malgré cela, je trouve que le récit est trop court, trop léger. Je n'ai pas eu le temps d'entrer dedans qu'il était déjà fini. Et... et même si je le trouve relativement sympa, ce scénario ne m'a vraiment pas marqué. Et de même, les bonus sur internet auxquels la BD permet d'accéder ne sont ni vraiment originaux ni très réussis à mes yeux.
Oh, il n'y a rien de médiocre dans tout ça, c'est même plutôt sympa, mais je m'attendais à quelque chose de mieux que ça et surtout d'un peu plus conséquent pour que ce soit publié.

Nom série  Safari Monseigneur  posté le 12/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
"Il faut s'accrocher pour apprécier cette BD difficile d'accès", oui mais... Mais je crois qu'il faut aussi accrocher à ce style d'humour et à ce style en général, et ça n'a pas été mon cas. Pourtant j'étais vraiment curieux de découvrir cette BD, curieux de découvrir cet humour qu'on m'avait vanté sur divers forums BD. Mais soit mon esprit n'est pas suffisamment éduqué pour passer la première réticence et vraiment apprécier cette oeuvre, soit ce n'est tout simplement pas mon genre.

A ce que je crois avoir compris de cette BD, elle a l'air de se baser sur des photos d'époque, photos coloniales ou photos martiales, récupérées et détournées pour raconter des scénettes à base d'humour absurde, décalé, noir voire souvent politiquement incorrect.
Le traitement est assez novateur, les scénettes étant toutes mélangées les unes aux autres sur les planches, s'entamant parfois sur une page pour trouver leur suite plusieurs pages plus tard. Assez déstabilisant quand on découvre cet ouvrage. La narration est également assez originale, parfois sur la base d'une unique image dotée d'une longue séquence de dialogues, parfois sur la base de successions de petites images muettes ou non.

Mais malgré ces originalités, je n'ai pas accroché.

Déjà, je n'aime pas le dessin. Très typé, original, il ressemble trop pour moi à un crayonné hésitant. Je ne le trouve tout simplement pas beau, et pas très agréable à lire ni à regarder.

Ensuite, autant en matière d'humour absurde et décalé j'adore des classiques comme Goossens, autant ici je n'ai ri pour de bon que 2 ou 3 fois. Le reste du temps, je n'ai pas apprécié. Je n'arrive pas à accrocher au rythme de cet humour, à ce que certains pourraient considérer comme sa finesse mais que je considère plus comme de la platitude par moment. Et à l'inverse de platitude, j'ai plutôt été rebuté par l'aspect volontairement glauque de scènes très répétitives sur les thèmes du viol, du dénigrement et de la bassesse humaine.
Ca ne me fait pas rire.

Nom série  Au bonheur des âmes  posté le 12/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est amusant : je connais le blog de Loïc Sécheresse depuis longtemps mais je n'y vais quasiment jamais car je trouve que son dessin ne convient pas du tout aux illustrations qu'il y présente. C'est un dessin très spécial, le genre que celui qui le découvre considèrera comme un crayonné moche et amateur que "même ma petite fille fait mieux". Et jusqu'à la lecture de cet album de la collection miniblog, je n'étais pas loin de penser pareil.
Mais voilà... J'ai été charmé par ce petit récit mais aussi par son dessin.

Car je trouve finalement que le dessin de Loïc Sécheresse convient très bien quand il s'agit de raconter une histoire (et donc plus seulement de faire de l'illustration). Fluide, expressif, il n'est pas dénué d'un certain charme attachant. Il bénéficie en outre d'une colorisation fort sympathique qui ajoute à sa particularité et à son efficacité.

Le scénario est plaisant et assez amusant. Le personnage de Belzébuth me fait plutôt rire, surtout avec la bouille que l'auteur lui a donnée.
Et même si le récit est court bien sûr, du fait du format réduit de l'album, il est élargi par les ajouts du bonus qu'on peut ensuite trouver sur internet. Bref, on en a pour son argent, du moins pour la très modique somme que coûte cette BD.

Bref, j'ai bien accroché et je lirais sans doute avec plaisir un album de taille plus classique de cet auteur.

Nom série  Kitsune Udon  posté le 10/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne suis peut-être pas très objectif car je suis un grand amateur du style de dessin de Nancy Peña et avec ces quelques planches, je suis aux anges. Dès la couverture je retrouve l'esthétisme original qui m'est cher et chaque planche me donne envie d'écarter grandement les pages de l'album pour mieux les voir. En cela, le tout petit format de l'édition et le fait que les pages sont agrafées et serrées les unes contre les autres est un peu contraignant pour bien apprécier chaque dessin dans ce cas précis. Très joli dans tous les cas.

Par contre, même si j'ai été sous le charme du début du récit, j'ai été plutôt déçu par sa seconde moitié et son final. Hormis l'objectif, que je pense voulu, d'achever l'album sur une référence graphique à la peinture Ophélie de John Everett Millais, je trouve le récit un peu vain et se terminant trop en queue de poisson pour être suffisamment marquant. Un peu l'impression que l'histoire ne raconte quasiment rien, à mon grand regret.
En outre, le bonus sur internet est assez décevant : j'espérais vraiment une suite à la BD ou bien de nouvelles planches de toute beauté, et ce n'est pas ça du tout.

Je suis néanmoins heureux de mon achat, non seulement parce que l'esthétisme de cet album me plait beaucoup mais aussi parce que, pour un euro, c'est vraiment donné.

Nom série  J.O. 2012  posté le 10/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Martin Vidberg, alias Everland, est l'auteur de Journal d'un remplaçant, BD pour le moment uniquement publiée sur Internet où, à l'aide de ses personnages patatoïdes il raconte avec beaucoup d'intérêt, d'humour et de sensibilité quelques semaines dans sa propre vie d'un remplaçant dans une classe d'école primaire spécialisée.
Et c'est ce même type de graphisme, de personnages patatoïdes, qu'il utilise pour J.O. 2012 pour se mettre en scène, lui et sa femme, organisant les jeux olympiques, du moins les préparant, dans leur petit appartement. Graphisme simple et fluide, il est agréable à lire et convient très bien à ce genre d'humour et de récit.

Et de l'humour, il y en a puisque cette BD est divisée en petites scénettes/gags originales et souvent vraiment amusantes. Malgré la petite taille de l'album, la lecture se révèle assez dense en comparaison et le bonheur de lecture vraiment présent. Un vraie bonne BD d'humour, même si on en demande vraiment plus au bout du si petit nombre de pages de cette édition.

Et quand on voit le prix minime de cette BD et en outre le bonus accessible sur Internet après achat, il n'y a pas de raison de s'en priver.

Nom série  Le Grand Saut  posté le 10/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Poipoipanda est le propriétaire d'un blog assez sympathique qu'il met cependant assez peu souvent à jour. Il y fait preuve d'un dessin qui ressort encore mieux sur le papier dans ce miniblog dont l'aspect graphique est le point le plus positif. En teintes crème de marron et noir, ses planches sont très esthétiques et très agréables à lire.

L'histoire, quant à elle, est sympathique puisqu'il s'agit du récit d'un premier saut en parachute où la peur est telle pour Poipoipanda que... Je ne termine pas ma phrase car sinon j'aurais raconté toute l'histoire. Et c'est bien ça le souci de ce miniblog : à raison d'une image par planche, avec ce si petit format, l'histoire est vraiment trop vite lue. Elle pourrait presque tenir en une seule planche d'une BD classique.

Heureusement, l'animation offerte sur Internet grâce au mot de passe final est plus conséquente et raconte (presque ?) plus de choses. Ce bonus est réussi et tout aussi joli et intéressant que le graphisme de la BD elle-même.

Bref, je trouve ce miniblog pas mal même si j'admets préférer son graphisme à l'histoire qu'il raconte en elle-même.

Nom série  Steak me tender  posté le 10/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Je suis un visiteur quotidien du blog de Miss Gally et c'est avec le sourire que je lis ses petites altercations avec sa fleur de compagnie au fort caractère, Georgette. Le dessin de Miss Gally est clair et agréable, joliment colorisé à l'aquarelle. C'est une lecture amusante qui amène quelques secondes de bonheur journalier grâce à de petites planches ou des images d'humour à petite dose.
Pourtant, je dois dire n'avoir que très moyennement apprécié ce miniblog.

Le dessin, les personnages, les situations et les couleurs sont les mêmes que sur le blog originel. L'unique différence au final est la longueur relative du récit, plusieurs planches au lieu d'une ou deux maximum sur le blog. Et...
Etrangement, je n'ai pas réussi à retrouver ce qui me plait dans le blog, ou alors je me suis rendu compte que ce que j'y aimais était en fait cet aspect "petite dose quotidienne" mais quand cette dose est un petit peu plus imposante comme ici (malgré le petit nombre de pages et la petitesse de cette édition évidemment), eh bien je décroche très vite.
J'ai le sentiment que le tout manque de liant à mes yeux, l'humour n'y est pas suffisamment percutant, aucune scènette ne ressort particulièrement.

Bref, une lecture qui n'a pas su me charmer comme je l'espérais. Ceci étant dit, vu le prix particulièrement réduit de l'album, je me vois mal en déconseiller l'achat.

Nom série  Samuraï Deeper Kyo  posté le 05/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce n'est que maintenant que je découvre ce manga qui a fait pas mal parler de lui, en bien ou en mal. Nullement amateur de samouraïs et de combats au sabre, j'ai repoussé longuement sa lecture.

Le véritable point positif de Samourai Deeper Kyo, c'est la qualité professionnelle de son dessin. Net, précis, maîtrisé, il ne marquera sûrement pas par son originalité mais présente quelques bien belles planches et une lecture tout à fait fluide. Seul reproche, certains visages sont assez difficilement différentiables. Et, bien évidemment, il faut aussi aimer les fresques à base de beaux guerriers androgynes, sabre au clair ou tranchant dans le sang.

Pour le reste, la trame du récit est d'un classique qui rebutera beaucoup de lecteurs post-adolescents. L'intrigue se résume à une quête de devenir "le plus fort", avec l'ajout d'une histoire d'échange de corps et d'âmes (le très banal personnage qui partage son esprit et son corps avec un puissant démon), de conflits entre immortels, mais tout cela ne nous mène pas beaucoup plus loin qu'une suite de combats où les personnages sont de plus en plus forts. Cette même suite de combats que j'avais pu apprécier dans Dragon Ball Z car je découvrais le genre, ici, elle m'a lassé presque dès le départ.
Le schéma narratif suit la base du genre Nekketsu : successions de rebondissements, valeur négative (le méchant est le plus fort) - valeur positive (le héros sort une botte secrète) - valeur négative (le méchant cachait son jeu et est en fait encore plus puissant) - valeur positive (grâce à l'aide d'untel ou de tel artefact, le héros reprend le dessus) - etc, etc... Cela tient le lecteur en haleine un certain temps mais le tout manque tellement de surprise que celui qui a déjà ne serait-ce qu'un seul autre manga du même genre auparavant perdra tout intérêt avant la fin d'un seul album de Samourai Deeper Kyo.

La série fonctionne donc pour un lectorat jeune et non blasé mais elle ne souffre aucunement la comparaison avec un bon manga du genre (Dragon Ball, Hunter X Hunter ou même Naruto).

Nom série  Submerman  posté le 05/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Moi qui cherchais à lire cette série depuis un moment (suite à l'avis très favorable d'Arzak ci-dessous), voilà que j'ai d'un coup l'occasion de lire les deux séries, l'originale de Lob et Pichard, et la reprise de Pierre Le Gall.

Je dois avouer ne pas être un grand amateur du style très reconnaissable de Lob et Pichard. Un dessin typé, une ambiance très Mai 68 et des planches assez bavardes. Malgré cela, j'ai trouvé la série assez sympathique et l'éternel sourire figé de Submerman qui m'exaspère un peu est compensé par le personnage du Commandant Goujon qui est assez intelligent et attachant.
Pour le reste, les histoires sont plaisantes mais ne m'ont guère plus accroché que cela. Elles me rappellent un peu certaines aventures sous-marines à la Walt Disney (Picsou, Donald ou Mickey) avec une touche un petit peu plus adulte. Il y règne en outre une ambiance, un charme désuet spécifique à Lob et Pichard qui n'est pas désagréable du tout.

Par contre, j'ai été surpris en découvrant la reprise par Pierre Le Gall parue plus de 20 ans après le dernier épisode de Lob et Pichard.
Le style graphique change complètement. Du noir et blanc, on passe à des couleurs très contrastées, pas toujours très harmonieuses (orange, violet et bleu fonctionnent plutôt mal ensemble, encore moins bien quand on leur adjoint des teintes verdâtres). D'un graphisme très typé, on passe à un graphisme proche de la ligne claire, un trait qui me rappelle beaucoup celui d'Emile Bravo (Jules) en un peu moins beau. Le personnage de Submerman est méconnaissable comparé à la version de Pichard où son visage et son regard étaient si particuliers.
Et surtout, là où je m'attendais à lire la suite des aventures originelles, c'est un remake que nous a fait Pierre Le Gall à la place. Il reprend en effet les aventures que j'avais déjà lues juste avant et les modernise, les rendant plus attractives pour un lectorat jeune et actuel. Hélas, je trouve que, même si les histoires y gagnent en fluidité de lecture, la série y perd beaucoup en charme et devient une série d'aventure jeunesse assez banale.
La nouvelle série semble d'ailleurs ne pas avoir eu tellement de succès puisqu'elle s'est arrêtée avant la parution de "Submerman à New-York" qui devait sans doute reprendre l'album "Les peuples de la mer" où Submerman se rend à l'O.N.U.

Bref, une lecture plaisante et assez originale en ce qui concerne la partie Lob/Pichard, mais rien qui ne m'ait marqué plus que cela.

Nom série  Dialogues de Pierre Louÿs  posté le 05/11/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Impression très mitigée sur cet album, tendant vers le fortement négatif.

Le dessin de Jacobsen est plutôt bon. Encore une fois, il me fait penser au style de Solé.
Quant aux histoires, je trouve que des récits courts en une, deux ou trois planches comme ici, c'est un format qui convient à des histoires érotiques ou porno. Par contre, leur intérêt ici est très inégal et parfois franchement détestable. Toutes ces histoires tournent alternativement autour de 4 thèmes majeurs : relations lesbiennes (bof), prostituées (quelques dialogues amusants ou émoustillants mais aussi des scènes assez écoeurantes), sodomie (boarf), et... gamines pré-pubères (10 à 12 ans). Et ce dernier point, non, même si les choses sont amenées sous l'apparence de gamines très mûres qui maîtrisent leurs actes et autres-temps-autres-moeurs puisque ça se passe au 19e siècle, etc..., cela me dégoûte.

Bref, un dessin réussi, quelques scènes un peu émoustillantes, mais un ensemble assez nauséeux et une lecture réservée à des lecteurs très avertis.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 261 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque