Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4918 avis et 1905 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Rodney Contre le Robot  posté le 13/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Le prix des albums de cette petite série jeunesse m'empêche d'être indulgent avec cet album dont la petite histoire courte au final assez rigolo m'aurait plu dans un recueil plus conséquent.
C'est une histoire muette, lue en 1 ou 2 minutes, au dessin très moyen mais pas désagréable. L'histoire est toute simple, sans grand interêt si ce n'est sa fin assez amusante.
Ca peut plaire à un enfant mais je n'achèterai pas pour ce prix là un album aussi vite lu.

Nom série  Waterloo  posté le 13/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le résumé de l'éditeur que j'ai enregistré sur cette fiche raconte absolument toute l'histoire de ce petit album. Sur 24 petites pages muettes ou bien où les dialogues tiennent en un dessin, c'est le genre d'album qui se lit en une ou deux minutes ce qui le rend un peu cher malgré sa couverture solide et sa bonne qualité physique.
Le dessin n'est pas terrible à mes yeux. Il utilise en outre un tramage pointillé en guise de couleurs, ce qui n'est pas vraiment à mon goût.
L'histoire est toute simple mais manque un peu de clarté narrative sur quelques planches pas évidentes à comprendre sur le coup.
Quant au récit en lui-même, il n'est pas très prenant ni drôle ni... Enfin, il se lit quoi, mais vraiment sans plus.
Pourquoi pas pour lire ça à un enfant, mais je ne pense pas que cette BD marque même un esprit d'enfant.

Nom série  Secteur 7  posté le 11/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

J'ai été séduit d'entrée par le graphisme de cette BD. Je ne l'ai pas vu dès le début mais les planches sont en réalité pour la plupart des photos retouchées. Parfois tellement retouchées au fusain ou autre qu'on dirait de vrais dessins, d'autres fois simplement photoshopé pour inverser les couleurs, etc. Normalement, je suis très peu réceptif à la retouche photo mais là je trouve que beaucoup de planches sont très esthétiques. Certaines ont une lumière que j'apprécie beaucoup malgré leur aspect toujours sombre et gris. En outre, dans ce genre de dessin, je me plains souvent que les décors soient ethétiques mais que les personnages soient flous, trop sombres et méconnaissables : ici, ils sont traités différemment, véritablement dessinés au crayon le plus souvent, et sont ainsi nets et faciles à reconnaitre, même si j'ai eu un peu de mal sur la fin avec l'apparition de personnages moins connus.
L'histoire est un peu sinistre mais part assez bien. J'ai trouvé le récit suffisamment linéaire et bien construit en début d'album pour entrer dedans. Mais j'ai commencé à décrocher vers la moitié de l'album, certaines séquences étant un peu trop confuses pour que je les suive bien. Quant à la fin, elle me laisse complètement de marbre car je n'y comprends pas grand chose en fait.
Un peu l'impression que l'esthétique primait dans cette BD sur un scénario vraiment travaillé et plaisant.

Nom série  Den  posté le 11/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voilà clairement le genre de BD auquel je n'accroche pas, tant au niveau du graphisme que de l'histoire et de la narration.
Le graphisme de Corben est très reconnaissable. Dans des couleurs très teintées fin des années 70 début 80, son dessin a ce style qui, de nos jours, ferait crier à l'abus manifeste d'informatique et d'images digitalisées. Sauf qu'il s'agit là de dessin sans assistance informatique, un dessin à ce qu'il me semble être de l'aérographe, façon poster SF de la même époque. Franchement, ce photoréalisme des personnages me rebute totalement, tout autant que les décors SF psychédéliques. En outre, ce sont en permanence des personnages hommes et femmes aux corps sculpturaux, musculeux, nus et imberbes. Beurk.
Quant à l'histoire, c'est également un récit SF un peu underground, un peu psychédélique typique de l'époque. La narration est décousue et confuse, les dialogues souvent peu compréhensibles, le récit tout sauf prenant en ce qui me concerne.
Bref, je n'aime pas même si je reconnais l'originalité du dessin.

Nom série  Chansons cochonnes  posté le 11/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une édition pas terrible pour ces recueils de chansons cochonnes adaptées en BD. Ce sont des chansons paillardes connues ou plus rares, modernes ou plus anciennes, qui sont représentées là. Cela va de "Jeanneton prend sa faucille" aux "Filles de la Rochelle" en passant par des chansons plus anecdotiques, proverbes érotiques ou mises en garde musicales contre la chtouille et autres joyeusetés.
L'aspect érotique de ce recueil est quasi inexistant même si ce sont maintes filles à poil et membres exhibés. C'est plus l'aspect humoristique de ces chansons à boire et à rire qui est mis en avant.

Au niveau narratif et du dessin maintenant, je trouve vraiment que les histoires de Kox (L'Agent 212), Jidehem (Ginger) et Carpentier (Du côté de chez Poje) sont toutes aussi médiocres les unes que les autres. Dessin moche ou simplement très moyen, images illustrant grossièrement les propos de la chanson ou de manière sans interêt, narration allourdie par les textes de la chanson, etc... Bof bof quoi.

Par contre, j'ai bien aimé toutes les histoires illustrées par Malik (Cupidon). Il est vraiment doué pour représenter de jolies filles et les mettre en scène dans des scènes à la fois amusantes et érotiques. S'il n'y avait eu que Malik aux commandes de ce recueil, je pense que je l'aurais nettement plus apprécié.

Nom série  Toxic planet  posté le 10/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une chose à savoir avant d'acheter cette BD, c'est que plus de la moitié des pages ne sont qu'à moitié remplies : ça surprend un peu quand on entame la lecture. La plupart des planches sont en effet constituées d'un gag en strip de deux lignes qui prend la moitié de la page tandis que le bas de la page dispose d'un petit dessin histoire de remplir un peu le vide ainsi laissé. Quand on voit qu'en outre les strips sont assez peu bavards et souvent répétitifs, le cri d'outrage à l'arnaque n'est pas loin même si la BD est un peu moins cher qu'un album composé de 57 véritables pages.
Pourtant le dessin est plutôt sympa. Même si les décors sont le plus souvent vides, j'aime bien le trait des personnages, l'encrage et les couleurs. C'est un dessin que je trouve agréable à lire et que j'aurais apprécié si seulement j'avais trouvé les gags drôles.
Mais c'est bien mon soucis : je ne trouve pas ça drôle la plupart du temps. L'idée humoristique de l'album, c'est de nous introduire sur une Terre surpolluée où tout le monde vit avec un masque à gaz et où la pollution est plus normale pour les humains que la propreté, cette dernière étant jugée suspecte. L'ennui, c'est que cela ne donne pas lieu à beaucoup de gags différents cette idée là. Quelques strips m'ont fait sourire par-ci par-là (notamment la toute dernière planche qui est assez d'actualité), mais beaucoup sont répétitifs ou tombent tout simplement à plat pour moi.

Nom série  Les Aventuriers du NHL2987 Survivaure  posté le 10/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pour ceux qui ne connaitraient pas Survivaure, c'est une série d'épisodes audio diffusés sur Internet dans la mouvance de la série plus connue : Le Donjon de Naheulbeuk. Ces deux séries ont par conséquent été illustrées par la même dessinatrice pour un résultat graphique identique.

La grosse différence, pour moi, c'est qu'autant j'avais déjà écouté et rigolé sur Le Donjon de Naheulbeuk, autant je n'ai jamais écouté les sketchs du Survivaure. Le résultat, c'est que, dans ma lecture de Naheulbeuk, je reconnaissais des gags qui m'avaient déjà fait rire et je riais au simple souvenir de la version audio, tandis que durant ma lecture de Survivaure... je n'ai pas ri du tout et à peine souri par moment. C'est bien simple, les gags, adaptés en BDs, ne se suffisent pas du tout en eux-mêmes : ils ne passent pas pour moi.

Bref, le fait de ne pas avoir écouté la version audio avant m'a empêché d'avoir l'indulgence que j'avais eu à la lecture de Le Donjon de Naheulbeuk. Et cette indulgence, je ne l'ai pas non plus avec le dessin. Les personnages représentés en nabots ridicules et leurs yeux énormes au strabisme divergents ou convergents à loisir m'exaspèrent. La tentative d'humour que ce choix graphique impose est vraiment trop grossière, trop "tarte à la crême" : l'effet est inverse pour moi puisque ça m'agace plutôt que de me faire rire.

Bon, passé ces défauts que je trouve manifestes, l'histoire reste lisible même si elle manque cruellement de rythme. En outre, la BD est assez dense et par conséquent mérite presque son prix en terme de temps de lecture. Mais sincèrement, ce sera sans moi cette fois-ci.

Nom série  Stratos  posté le 10/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une des premières BDs de Miguelanxo Prado, une BD dans la veine de son grand récit d'anticipation Demain les dauphins.

De nos jours, Miguelanxo Prado est à mes yeux un virtuose du dessin. Trait de craie, Pierre et le Loup, son épisode dans Sandman - Nuits Éternelles, sont tout autant de démonstrations de son trait excellent et de ses couleurs superbes. Mais à l'époque de Stratos, il n'utilisait pas encore la couleur et c'est bien dommage. Le trait noir et blanc de cette BD est déjà techniquement très maîtrisé mais son encrage très fin et l'aspect caricatural de ses visages lui donnent un aspect désuet un peu dommage. Pourtant les planches se lisent très bien et, même si on ne peut crier au superbe esthétisme, il faut reconnaître que tout cela est propre et plutôt joli.

Stratos est un album de science-fiction qui se rapproche un peu de SOS Bonheur dans sa forme et son contenu. Il représente, par une succession d'histoires courtes amenées à se combiner en fin d'album, une dystopie critiquant la société de consommation. Dans cette Terre du 22e siècle qu'il imagine, la société humaine s'est auto-hiérarchisée, avec les prols condamnés aux plus basses tâches, avec les petits bourgeois en consommateurs idiots et aveugles, avec les notables qui se manipulent les uns les autres et se tirent entre les pattes, et le tout dirigé par une oligarchie qui voit l'ensemble de l'humanité comme une grosse entreprise sans âme où tout peut être géré comme des données informatiques. Chaque histoire courte grimpe cette échelle sociale en nous montrant les travers et l'absurdité de chacune, nous réflétant bien sûr avec ironie et un faible zeste d'humour noir les aspects sombres du propre monde où nous vivons.
Rien de très original et de très fort dans ce scénario SF somme toute assez classique mais des histoires plaisantes et bien construites.

Une BD au dessin joli mais un peu démodé et au scénario d'anticipation sympathique quoiqu'assez peu original, une lecture que je conseille voire un achat si vous le trouvez d'occasion et que vous aimez ce genre d'histoires.

Nom série  Pure Trance  posté le 10/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Note approximative : 2.5/5

Pure Trance est le premier manga de Junko Mizuno que je lis et c'est vrai que... c'est bizarre.
On retrouve cet univers graphique étrange qui la caractérise : des filles mignonnes, un trait tout rond qu'on imagine tout rose et tout pastel, mais tout cela mélangé avec du gore, du sexy Sado-Maso, de la violence et du trash. Le dessin n'est pas encore complètement maîtrisé mais il est très intéressant par cet étrange contraste de genres. Il est en outre ici en noir et blanc contrairement à ses oeuvres plus récentes comme Cinderalla.

Ce manga est en réalité sa première publication créée à l'origine pour illustrer des CDs de musique techno. Cet aspect donne une narration assez décousue aux premières pages de l'histoire qui sont plus là pour créer une ambiance, un décor futuriste, à la fois mignon et glauque. Malgré l'originalité de cette oeuvre étrange pour celui qui découvre cette auteure comme moi, malgré ces inventions futuristico-comico-trash en bas de chaque page, il n'est pas facile d'accrocher à ce début d'histoire. Mais le récit, tout en restant extravagant et surprenant, devient un peu plus linéaire au fil des pages, permettant de s'attacher un peu plus à ces héroïnes sanglantes et étonnantes. Pour autant, ce n'est pas très captivant, et l'humour (noir) ne m'a fait guère plus que sourire par-ci par-là. En outre, au delà de l'aspect très décousu et fouillis du récit, la fin est vraiment en queue de poisson.

Intéressant et original, mais je pense que ce n'est là qu'un coup d'essai d'une auteure hors-norme qui aura sûrement réussi de meilleurs albums par la suite.

Nom série  Lone Wolf & Cub  posté le 09/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce manga n'est pas trop mon genre mais je l'ai lu sans déplaisir.

Le dessin a un aspect vraiment vieillot. Certaines planches sont plutôt jolies mais il y en a quand même beaucoup qui ne sont vraiment pas terribles. Le pire étant le gamin du héros qui est vraiment toujours affreusement dessiné. Bref, ce n'est vraiment pas pour son aspect graphique que je pourrais apprécier ce manga.

L'histoire est assez prenante grâce à la division de chaque album en histoires courtes qu'on lit sans s'ennuyer. Le décor du Japon du 16e siècle est intéressant et représenté avec moults détails exotiques et assez fascinants pour un lecteur occidental. L'histoire de la vengeance du héros et de son long exil avec son jeune fils est assez bonne et plutôt prenante.
Par contre, cela manque totalement d'humour. Et pourtant l'auteur semble prendre son récit tellement au sérieux que c'en est presque risible parfois : de voir le héros, la gueule constamment fermé, fixer avec des yeux de tueur ceux qu'il veut intimider, et le voir en permanence se confronter à des combats dont il sortira formidablement vainqueur, ça fait vraiment super-héros mâle, viril et fort, qui subit la souffrance stoïquement et fascine les femelles soumises. Je ne peux m'empêcher de sourire au second degré dans des scènes que l'auteur voudrait super-tragédiques et impressionnantes.

Bref, pour ceux qui aiment les histoires de samourais invincibles et très très sérieux, ce sont de bonnes histoires et une bonne intrigue globale bénéficiant en outre d'un bon décor historique.

Nom série  L'arbre au soleil  posté le 08/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Jusqu'à présent, quelque soit la série de Tezuka que j'aie lue, j'ai toujours eu du mal à accrocher. Même si je reconnaissais toujours l'originalité de ses scénarios et l'inventivité de sa narration graphique, j'ai toujours eu de la peine à entrer dans ses histoires du fait du rythme particulier de ses récits, de son dessin proche du cartoon et de sa narration particulière oscillant sans cesse entre sérieux et clownesque même pour ses histoires les plus noires. Mais avec l'Arbre au Soleil, je pense être vraiment reconcilié avec cet auteur très prolifique et tellement diversifié.

Côté dessin, pas ou très peu de déformations sur ses personnages. On reconnait bien sûr le trait de Tezuka mais il sait garder sa mesure et s'accompagne de décors parfois très travaillés. La narration est simple même si l'auteur se permet quelques innovations narratives par-ci par-là.

Côté scénario, pour la première fois dans un manga de Tezuka, j'ai vraiment été pris par le récit. Les personnages de Ibuya le jeune samourai et Tezuka le jeune mèdecin sont originaux et attachants. Leurs histoires personnelles sont assez inédites et plaisantes en elles-mêmes.
Mais elles s'intègrent surtout dans un décor du Japon de l'ère Meiji très intéressant. Ce sont des aspects variés du Japon et de ses bouleversements du 19e siècle qu'on découvre ainsi en douceur, tout en suivant une histoire assez captivante et des personnages agréables.

Un manga historique où l'Histoire se lit comme un roman empli d'aventure, d'humour et de sujets sérieux et intéressants.

Nom série  Lapin  posté le 07/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis les strips de Lapin sur le net depuis plus de deux ans et je ne m'en suis pas lassé.
Lapin, c'est un roman photo tout moche, tout jaune, fait avec une boite en carton, des lapins en peluche pourris, un(e) nounours vert fluo, des bouteilles de bière, un caillou, une patte d'ours géant, des boites de conserves, un lapin en bois et un gros marqueur noir.
Lapin, ce sont des strips d'humour con.
Oui, c'est con, c'est couillon, c'est débile, c'est absurde, mais c'est drôle. OK, ce n'est pas toujours fin, voire scato par moment, mais ça me fait rire. OK, c'est assez inégal, certains gags tombent à plat, mais d'autres ont égayé mes journées d'un franc éclat de rire et d'un "c'que c'est con !" bien senti.
Lapin, c'est aussi maintenant un album souple, format à l'Italienne, regroupant 200 épisodes parmi les premiers de la série (dont la fameuse Guerre dans l'Espace) + quelques bonus. OK, c'est un peu cher comparé à une BD de gros éditeur, mais pour les amateurs d'humour absurde et con, pour ceux qui n'ont pas peur de passer pour de gros déconneurs auprès de leurs amis buveurs de bière mais aussi pour de pauvres tarés auprès de leurs collègues un peu coincées, la BD Lapin est une BD dont je conseille l'achat, ou au moins la lecture.

Nom série  Alban  posté le 07/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Je n'ai lu que le premier cycle de 4 tomes de cette série mais cela ne m'a pas donné envie de lire la suite.

Pour commencer, même si je trouve le dessin correct, je ne l'apprécie pas. Il me rappelle de très loin le style de Loisel du fait des décors et des visages caricaturaux, mais en nettement plus brouillon ou du moins largement moins maîtrisé techniquement à mes yeux. Je n'aime pas beaucoup l'encrage non plus. Et ce sont surtout les couleurs qui m'ont le plus rebuté. Pourtant dans l'ensemble, ce n'est pas véritablement moche, certaines planches sont même assez souvent réussies, d'autant plus que le dessin s'améliore au fil des tomes. Mais je n'accroche pas.

Au niveau du scénario, j'ai eu beaucoup de mal à accrocher à la lecture des deux premiers tomes qui m'ont particulièrement ennuyé. A partir du tome 3, j'ai commencé à entrer un peu plus dans le récit, mais à peine.
On ne voit pas vers où le scénario est sensé nous mener, on se borne à suivre Alban et ses compagnons dans une suite de scénettes à l'humour assez cartoonesques sans que ce soit drôle pour autant. Le personnage d'Alban en lui-même ne m'a pas plu du tout. On dirait un succédanné de Tim, de la série Les Innommables, pour le côté petit gars naïf mais qui arrive toujours à ses fins et pour son compagnon cochon. Mais autant j'aime le personnage de Tim, autant celui d'Alban m'a exaspéré dès les premières pages. Je trouve l'intrigue autour de lui trop facile : évidemment, toutes les conneries qu'il peut dire ou faire se révèlent au final fonctionner comme il l'espérait et tous ceux qui veulent le tuer se plantent comme un Coyote qui poursuit Bip-bip. L'humour me parait poussif et je n'ai pas souri une seule fois. C'est d'autant plus spécial qu'on ne sait jamais sur quel ton prendre cette BD qui mêlent des gags bêtas avec des scènes assez gores et sensées être noires.
Quant à l'histoire, elle n'accroche pas du tout compte tenu du fait qu'elle semble improvisée au fur et à mesure sans que ni le lecteur ni, semble-t-il, les auteurs ne sachent vraiment où ils vont.

Bref, je laisse une note moyenne car techniquement et sur le plan de la lecture détente, cette Bd est correcte, mais sincèrement j'en déconseille l'achat en ce qui me concerne.

Nom série  Icare  posté le 07/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Moebius et Taniguchi sur une même oeuvre, cela promet ! Si ce n'est que je me serais plutôt attendu à voir les dispositions inverses, Moebius au dessin et Taniguchi au scénario.

Non pas que Taniguchi dessine mal, bien au contraire. La plupart des planches de cet album sont superbes. Nombre d'entre elles sont même impressionnantes de travail et de détail. Graphiquement parlant, c'est une belle BD ou un beau manga comme on veut. Mais il lui manque la touche de fantaisie et de maîtrise du trait de Moebius. C'est presque trop propre dans son ensemble, même si le reproche est faible comparé à la qualité irréprochable des planches dans leur ensemble.

Par contre, le scénario est décevant pour moi car nettement trop cliché. Combien de scénario de science-fiction sont presque rigoureusement identiques à celui-là ? L'enfant mutant emprisonné par des scientifiques qui désirent l'étudier et convoité par l'armée, c'est du déjà-vu depuis des dizaines d'années tant en littérature qu'en film. Et là, hormis l'aspect assez poétique du pouvoir de lévitation du gamin, il n'y a vraiment rien de neuf à ajouter au sujet. Et cette trame simple est étirée sur les 300 pages de l'album sans jamais sortir du stéréotype. Cela donne une histoire pas désagréable à lire mais s'il n'y avait pas un si beau dessin, je m'en serais rapidement lassé.
Moebius se défend en fin d'album en expliquant que cet album ne représente en fait que l'introduction de ce qu'il imaginait comme une longue série avec moults rebondissements et tourments psychologiques. Et effectivement, la fin d'Icare sonne comme le début d'autre chose qui pourrait être plus captivant pour moi. Mais voilà...

Au final, ce n'est pas une lecture déplaisante mais je n'en conseille pas l'achat car hormis la beauté stricte du dessin de Taniguchi, le scénario n'est pas du plus originaux. C'est un coup dans l'eau pour l'association de deux auteurs fameux qui promettait nettement mieux.

Nom série  Servitude  posté le 02/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je comprends tout à fait l'avis d'Arzak ci-dessous : quand on en a jusque là des BD Heroic-Fantasy, encore plus quand elles sont éditées chez Soleil, Servitude n'apparait que comme une série de plus sans réelle nouveauté. Oui mais cette série là, je la trouve d'excellente qualité. Et même si moi aussi je suis lassé de l'Heroic-Fantasy Soleil, quand elle est de belle qualité et prenante, j'accroche vraiment.

Le plus marquant dans Servitude, c'est le dessin : il est tout bonnement excellent ! La quasi totalité des planches sont ahurissantes de travail et de réussite esthétique. C'est un style réaliste sans fioriture qui pourra lasser les amateurs de "nouvelle BD" en matière de dessin. C'est un style qui donne à penser que les fans de jeux de rôles médiévaux fantastiques seront à baver devant la beauté des armures, des décors, des personnages, des scènes de combat, et notamment sur cette superbe planche de la charge dans la neige contre le Dragon. C'est un style qui donne à penser que le dessinateur a fait un très gros travail de recherche d'habillement médiévaux ou fantasy, qu'il a travaillé et retravaillé ses personnages. C'en est presque trop parfait, et je suis sûr que certains se plaindront dès lors de la perfection froide de certaines planches.
Et par dessus cela, pour ajouter à l'esthétisme, nous avons droit à une colorisation sépia, argument esthétique peut-être un peu facile mais que je trouve excellemment réussie et pas lassante en ce qui me concerne, même si j'aurais aimé quelques couleurs de plus par-ci par-là.
Bref, c'est le genre de BD qu'on pourrait presque acheter uniquement pour la splendeur et le travail impressionnant de ses planches mais aussi de sa couverture, première de couverture et quatrième de couverture très esthétiques également, qui font de cette BD un véritable objet de beauté dans sa bibliothèque.

Quant au scénario, c'est de l'héroic-fantasy sans surprise pour ce premier tome. Comme dans toute bonne fantasy qui se respecte, nous avons droit à une carte des royaumes, avec les terres gelées au nord, le désert aride au sud, nous avons droit à une mythologie, des noms de royaumes et de familles qui amèneront une confusion normale en première lecture pour celui qui découvrira cet univers, nous avons droit au complot obscur et mystérieux destiné à faire s'effondrer l'empire du Bien, nous avons même droit à des dragons. Bref, que du classique, mais très bien raconté, avec un personnage principal assez sympathique et une intrigue dense aux mystères insondables pour le moment, avec même le luxe d'une intrigue dans l'intrigue puisque certains "méchants" eux-mêmes semblent manipulés par d'autres encore plus mystérieux.
Petite originalité voguant dans l'air du temps, le scénariste et le dessinateur se permettent de s'offrir un conflit guerrier entre chevaliers de type occidentaux et chevaliers de type samourais.
Mais hormis cette originalité, je sens déjà venir ceux qui critiqueront en disant : déjà lu, tel moment est complètement pompé du film Le Dernier Samourai, telle intrigue est une ressucée du Seigneur des Anneaux, tels conflits de royaumes sont inspirés du Trône de Fer de G.R.R. Martin, tel moment etc... C'est vrai, ce n'est pas faux que l'on a bien souvent des impressions de déjà-vu. Mais j'ai trouvé l'histoire et l'univers tellement prenants, beaux et réussis que franchement je m'en fiche complètement.

Une pierre semi-précieuse dont le matériau brut est banal mais qui est si finement ciselée qu'elle en devient d'une rare beauté et d'un réel plaisir pour le lecteur que nous sommes.

Nom série  Nouvelles de littérature japonaise  posté le 01/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Si j'ai cherché et acheté ce manga qui ne m'aurait aucunement attiré autrement, c'est uniquement à cause ou grâce aux 4 avis très élogieux ci-dessous. Après lecture, je ne suis pas trop mécontent de mon achat mais ce manga est loin d'être immanquable malgré tout.

L'album est de belle qualité physique mais couverture et dessins ont un aspect nettement démodé à mes yeux. Dès les premières pages, j'ai reconnu le style du dessinateur de Crying freeman. Réaliste, ce sont moults beaux mâles virils et stoïques et moultes femmes soumises ou amoureuses aux seins facilement exhibés. Techniquement, le trait est maîtrisé et certaines planches sont bien réussies, mais je ne suis pas tellement fan.

C'est un recueil de 5 nouvelles Japonaises écrites dans la première moitié du 20e siècle. Chacune a pour décor le Japon traditionnel, le Japon des Daimyo, des femmes disciplinées et des hommes d'honneur. Ce sont à chaque fois des drames ou des tragédies aux intrigues simples mais très efficaces. C'est plaisant à lire et intéressant, mais la surprise et l'originalité ne sont pas tellement aux rendez-vous. Je dois avouer qu'à la lecture des avis ci-dessous, je m'attendais vraiment à quelque chose d'exceptionnel, d'innovant, de fort, mais ce n'est pas vraiment le cas. Et même les tragédies les plus fortes de ce recueil m'ont assez peu marqué car je les avais déjà plus ou moins lues dans des versions différentes dans d'autres nouvelles ou histoires occidentales. Ce qui reste cependant très plaisant, c'est cette ambiance purement japonaise qui offre un point de vue neuf, en ce qui me concerne, sur des drames bien construits.

Manga de qualité, histoires courtes plaisantes et bien racontées, mais rien de vraiment extraordinaire.

Nom série  La Toile et la Dague  posté le 31/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Datant de 1986 à 1989, la Toile et la Dague est une série historique qui aurait eu sa place dans la collection Vécu de Glénat.

Le dessin est dans un style réaliste très classique des années 70-80, style journal de Tintin. Techniquement, il n'est pas mauvais sans être vraiment bon. Certains décors et personnages sont assez médiocres, notamment la première vue d'ensemble de la ville de Florence, ce qui est bien dommage pour une BD basée sur cette ville. Les couleurs non plus ne sont pas toujours terribles. Mais dans l'ensemble, c'est très correct et ce dessin permet une lecture agréable ainsi qu'une bonne vision des lieux, personnages et vêtements du Quattrocento à Florence.

Quant à l'histoire, elle ne surprendra pas le lecteur blasé de BD, proposant une vieille histoire d'amour mystérieuse, des complots politiques, des conflits de personnes, le tout avec un héros beau et un peu rebelle. Un petit peu kitsch même si ça passe très bien et qu'on ne s'ennuie pas.
Et surtout, le décor historique est assez original, intéressant et bien représenté. Ce type de BD plaira sans nul doute à un prof d'Histoire de collège ou de lycée, ou à tout amateur de récit mêlant aventure et Histoire.

Par contre, les collectionneurs qui voudront acheter cette série en magasin d'occasion seront sans doute déçus par les couvertures qui ne sont pas du tout présentées de manière continue de tome en tome : ça ne fait pas homogène dans une bibliothèque.

Nom série  Heads  posté le 30/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce thriller rappelle certains téléfilms à suspense, certains films à angoisse voire même une pub assez récente (accent québécois : "malheureusement, on lui a greffé un bras d'homme... alors maintenant, elle boit de la bière et regarde le foot en pantoufles !"). Bref, la thématique de la greffe d'un membre ou organe d'une autre personne qui influence le receveur et peu à peu agit comme un fantôme du donneur, ce n'est pas une idée très neuve. En cela, Heads est un peu décevant car dès le début de l'histoire, vous avez deviné tout jusqu'à la fin, "rebondissements" inclus tant ils sont prévisibles.

Cependant, le récit est bien raconté et plaisant à lire. Il a surtout le gros avantage pour un manga de tenir en 4 tomes seulement. Alors bien sûr, le lecteur malin que nous sommes a tout deviné dès le second chapitre, mais on s'attache quand même au récit car il est très bien construit et prenant. Et même si aucun rebondissement ne viendra réellement vous surprendre, l'intrigue est relancée par-ci par-là pour ne pas que le lecteur s'ennuie. Le dessin est bon, la narration maîtrisée : c'est très pro et agréable à lire.

A noter que la fin de l'histoire ne remplit que le tiers du 4e tome, le reste étant constitué de plusieurs histoires courtes du même auteur, nouvelles aux scénarios variés mais toujours dans un esprit proche du thriller "biologique".

Bref, les amateurs de suspense et de thriller psychologique avec une petite touche de fantastique seront ravis. Ceux qui ont déjà deviné toute l'intrigue rien qu'à lire mon présent avis eux, pourront s'en passer même si la lecture n'est pas désagréable.

Nom série  Islandia  posté le 29/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD, dont la belle couverture attire l'oeil, est la première publication en tant que scénariste-dessinateur de Marc Védrines. C'est un bon début.

Immanquablement, on pense à Isaac le pirate quand on entame cette série. Le dessin le rappelle déjà. Le trait n'est pas celui de Blain même si certains personnages aux bouilles carrées y font penser, mais c'est dans l'encrage et dans la colorisation que je trouve une parenté. Et bien sûr dans les décors puisque ceux-ci partagent le même monde marin et les mêmes décors glacés (aurore boréale incluse).

C'est donc l'histoire du jeune Jacques, fils de pêcheur, qui s'embarque clandestinement dans le navire de pêche qui l'amènera sur les côtes d'Islande. Le scénario mélange récit historique, avec par moments des explications presque trop didactiques sur comment se passe la pêche en mer glacée, etc., récit géographique, avec la description de l'Islande au XVIIe siècle, et récit fantastique où se mêlent visions étranges, langue connue mystérieusement et sorcellerie.
Quoiqu'on en dise, ce premier tome est très dense; Il se passe beaucoup de choses en 50 pages, presque comme si l'auteur, ne maîtrisant pas encore toutes les ficelles du métier, avait voulu en mettre un maximum dans l'espace qui lui était imparti. Ce n'est pas désagréable, j'aime cette impression d'en avoir pour son argent quand on achète cette BD.

Jusqu'à présent, l'histoire reste mystérieuse mais plaisante à lire et intéressante. Cette BD pêche un peu par une narration encore confuse et un dessin sympa mais sans plus, mais je n'en déconseille pas l'achat.

Nom série  Déviances  posté le 29/05/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album regroupe 7 histoires courtes des débuts de Kei Toumé, l'auteur de Sing Yesterday For Me et Les lamentations de l'agneau. Ces histoires datent de 1992 à 1994. Dans ces oeuvres, qu'on ne peut pas vraiment qualifier d'oeuvres de jeunesse car elles sont déjà assez bien maîtrisées, on retrouve les thématiques et quelques éléments qui feront partie des oeuvres plus connues de cette femme auteur : mal-être adolescent, paranormal, associabilité (et aussi, de manière anecdotique, la domestication d'un corbeau comme celui de l'héroïne de Sing Yesterday For Me).

L'album présente les histoires dans l'ordre anti-chronologique : les premières que l'on lit sont donc les plus abouties et les plus maîtrisées tant au niveau du dessin que dans la narration. Les sujets en sont variés, allant de la simple rencontre entre deux adolescents jusqu'à un petit conte un peu fantastique et poétique. J'ai trouvé les 3 ou 4 premières histoires plaisantes à lire, pas particulièrement captivantes mais agréables et assez originales. J'ai une petite préférence pour l'histoire du "fantôme blanc".
Par contre, les 3 dernières histoires, les plus débutantes donc pour l'auteur, me sont nettement passées à côté car je trouve leur narration trop confuse, le récit n'en est pas maîtrisé et je dois même dire que je n'ai quasiment rien compris à l'une d'entre elles. Même le dessin, que j'apprécie au demeurant, y est nettement moins assuré et n'a pas tout à fait la même âme que dans les oeuvres récentes de Kei Toumé.

Recueil assez inégal donc, comme la plupart des recueils d'histoires courtes "de jeunesse", mais relativement plaisant à lire et assez original dans son ensemble.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 246 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque