Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 4106 avis et 1896 séries (Note moyenne: 2.88)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  J'ai tué Géronimo  posté le 24/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai lu "J'ai tué Géronimo" juste après Panorama, des deux mêmes auteurs, et ces deux ouvrages semblent former un diptyque, jouant sur les mêmes thèmes, les mêmes figures narratives.
Je n'ai pas senti de sentiments exceptionnels à cette lecture. Certes, j'ai apprécié ce jeu de miroirs entre les deux albums (compréhensible si on les lit tous les deux, et à la suite, bien sûr). J'ai apprécié l'embryon d'ambiance des années 1950, même si les décors sont très épurés. En revanche, comme je le disais, encéphalogramme plat du côté de l'investissement. La faute à un style graphique que je trouve impersonnel, impavide, dénué de toute expressivité, mais aussi au découpage on ne peut plus frileux, consistant en un gaufrier en 3x3 de temps en temps "cassé" lorsqu'une case prend la place de deux.

C'est distrayant, mais un peu vain, je trouve.

Nom série  Nationale Zéro  posté le 20/03/2008 (dernière MAJ le 21/03/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série d'histoires courtes est originellement parue dans le journal Spirou à partir de 1995. Mais n'ayant jamais connu les honneurs d'une publication en albums, elle sort finalement chez Bamboo 13 ans après.

C'est le fils de Will (Isabelle...) qui est aux pinceaux, dans un style "gros nez" très à la mode à l'époque dans la BD franco-belge. Il avait réalisé plusieurs années plus tôt 421 dans un style un peu plus réaliste. Son dessin est très clair, assez agréable à l'oeil, même s'il n'est finalement pas très personnel. Il nous permet de lire sans gêne les aventures rocambolesques de ce pauvre convoyeur français, qui s'en sort toujours avec une pirouette. Les histoires ne mangent pas de pain, mais il y a parfois de bonnes idées, comme quand Emile se retrouve aux prises avec des personnages de contes de fées...

Une série sympathique, qui ravira les nostalgiques du Spirou des années 1990.

Nom série  Panorama (Atrabile)  posté le 21/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai rien ressenti à la lecture de Panorama. J'ai passé une grande partie de ma lecture à me demander de quoi cela parlait réellement. D'amour ? D'abandon ? D'amitié ? A la fin je n'ai pas su trancher. Globalement je n'ai pas apprécié ma lecture. Les personnages sonnent faux, ils ont des comportements un peu étranges... Il y a des non-dits dans cet ouvrage, mais rien ne vient éclairer leur sens. Je ne demande pas à ce qu'on m'explique tout, mais il y a un minimum. Lequel n'est pas présent.

Le dessin de Loo Hui Phang n'est pas spécialement désagréable, mais je n'en suis pas vraiment fan. Ce côté impavide des personnages m'a franchement gêné dans la lecture d'un roman graphique. Par moments j'avais l'impression de voir une histoire "animée" par des Playmobil.

Je suis sans doute passé à côté.

Nom série  Le Malvoulant  posté le 20/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un petit 3/5...
L'histoire me semble bien banale avec ce jeune homme échangé à la naissance à cause de ses pouvoirs latents... J'ai l'impression d'avoir déjà lu ça.
D'habitude Corbeyran me surprend, plutôt agréablement, mais là j'avoue que je suis un peu déçu... On dirait presque une déviation de Double gauche, avec des circonstances différentes...
Le véritable atout de la série est sans conteste le dessin de Paul Marcel. Il y a un quelque chose d'indéfinissable, il a un style vraiment intéressant. Seul hic au sujet du graphisme, les couleurs en effet pesantes et peu changeantes, qui confèrent une atmosphère très sombre à cette histoire...

Nom série  Studio Danse  posté le 20/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon, je préviens dès le départ, je ne suis pas le coeur de cible de cette série. Elle s'adresse carrément aux pré-adolescentes qui rêvent au Prince charmant, qui s'initient à la danse et s'échangent des petits secrets. C'est forcément réducteur, mais en même temps, mettez-vous à ma place, je n'ai jamais été une fille de 12 ans...

Bref, j'avoue que les préoccupations des jeunes filles présentées dans cette BD m'échappent un peu, et je me suis concentré sur le plaisir de lecture. J’ai trouvé les gags simples, pas trop lourds, plutôt dans l'esprit. Le dessin de Crip, dont c'est le premier album sous ce pseudo (il fait des "Tout sur..." chez la Sirène et Soleil) est clair, très typique du style "gros nez" (sauf que là il y a plutôt des petites fesses), avec des couleurs pas du tout pétantes, mais agréables. Ca plaira sans doute aux filles...

Un petit 2,5/5.

Nom série  Boule et Bill  posté le 18/04/2002 (dernière MAJ le 19/03/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand j'étais plus jeune, je dévorais littéralement ces histoires, car elles avaient un petit parfum de vécu. Les jeux entre copains, les sales blagues faites aux animaux de compagnie (chiens, chats...). En plus Roba avait un trait vraiment mignon, très lisible, qui rendait ses histoires immédiatement lisibles. J'aimais bien le personnage de Caroline, si patiente, si câline...

Pour les petits, c'est sympa, même si cela paraît suranné de nos jours. Moi je les garde pour mes futurs gosses.

Nom série  Kiki de Montparnasse  posté le 19/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Kiki de Montparnasse... Le modèle qui a inspiré tant de peintres et de sculpteurs... L'égérie des Montparnos... A l'époque où je vivais dans ce même quartier, j'en avais un peu entendu parler. Bocquet et Catel sont là pour m'en dire un peu plus sur ce phénomène culturel.

Cette BD est fraîche, intéressante, plutôt divertissante, mais sans beaucoup plus. On se prend vraiment d'affection pour ce personnage que fut Alice Prin, alias Kiki, et l'album est vraiment très agréable. Cependant, et bien qu'apparemment la vie de cette femme ait été largement décrite, j'ai l'impression que ce gros album ne va pas au fond des choses... Il manque un peu d'âme pour pouvoir l'apprécier pleinement, à mon avis. C'est un sentiment diffus, difficile à expliciter, mais je n'ai pas été passionné par cette histoire. De plus le dessin de Catel me paraît un peu bâclé par moments, ce qui m'a un peu gêné. Par ailleurs je me régalais à l'avance de revoir mon ancien quartier (l'un des ateliers montrés était juste en face de chez moi), mais Catel n'a cadré que les façades, et fait assez peu de vues en perspective au final... Dommage.

Ceci dit, j'ai passé globalement un bon moment de lecture, c'était agréable et sympathique.

Nom série  Le Fluink  posté le 18/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Comme pierig, j'ai apprécié la forme, expérimentale, de cet album. En effet un travelling courant sur tout un album est un concept assez inédit à ma connaissance. Un concept original, mais que je trouve finalement utilisé de façon médiocre.

Les deux auteurs ont basé leur histoire sur la proximité de deux peuples que tout oppose, jusqu'à la couleur de leur environnement : blanc et noir. C'est intéressant, et cela aurait pu déboucher sur des développements plus importants. Malheureusement les deux auteurs s'embrouillent assez vite, et l'on peur décrocher carrément à plusieurs reprises. Mais on s'accroche, en se disant que la fin sera géniale, qu'elle rassemblera les morceaux épars au fil du récit. Mais non, le dénouement finalement n'arrive pas vraiment, s'arrêtant à l'avant-dernier moment. Décevant, mais peut-être finalement n'ai-je pas trop compris, et qu'une relecture s'impose...

Je salue en tous les cas l'audace des deux albums, car à défaut d'être un exemple de construction logique, leur premier album est surprenant sur sa forme.

Nom série  L'Âme du Kyudo  posté le 18/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une belle somme romanesque, cette "Âme du Kyudo".
En effet elle nous propose un voyage dans le temps et l'espace, à savoir le Japon du 17ème siècle. Enfin, juste un petit coin du Japon, à Kyôtô, et dans un seul milieu, celui des kyudokas, ces pratiquants du tir à l'arc.
Hiroshi Hirata, auteur ô combien important dans l'histoire du manga, pardon du gekiga, nous propose de replonger dans l'histoire de ce qui fut un véritable phénomène de société à l'époque : le Toshiya. Cette compétition de tir à l'arc, unique au monde probablement, permettait aux différents clans de bushis d'affirmer leur suprématie, fût-elle fondée sur une compétition finalement un peu idiote. Cette idiotie est d'ailleurs clamée haut et fort par l'un des protagonistes de l'histoire, un kyudoka poussé à bout par l'entraînement extrême. Un entraînement qui nous est conté par le menu, bien détaillé, et l'on reste ébahi devant l'ingéniosité des maîtres du kyudo...
C'est une histoire qui, à défaut d'être passionnante, est plutôt intéressante, nous permettant d'appréhender, à défaut de comprendre, l'orgueil de certaines classes de guerriers, mais aussi la manière de vivre dans les casernes à cette époque. Le dessin de Hirata, un peu daté, oscille parfois entre l'ultra-réalisme et la caricature comique, provoquant parfois des ruptures dans l'appréciation du récit. De plus je trouve que les visages des personnages manquent parfois de maîtrise. Mais indéniablement la prouesse réside en quelques vues avec des cadrages osés, des perspectives d'une justesse époustouflante, et un sens des proportions à toute épreuve.

Intéressant, graphiquement audacieux même si le style n'est pas ma tasse de thé, c'est un véritable classique du manga que nous a livré Akata.
Ma note finale : 3,5/5.

Nom série  Sundance  posté le 16/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon avis rejoindra de près ou de loin celui de mes deux devanciers.
Sundance est une série western de bonne facture, qui malheureusement s'est arrêtée, faute de succès. C'est vraiment dommage, car Corteggiani et Suro avaient de quoi faire une bonne petite série classique.

Ainsi le scénariste nous proposait une série d'action rondement menée, nous permettant de découvrir pas mal de légendes de l'ouest sauvage, y mettant des péripéties réellement intéressantes. Pour le coup, j'ai pensé à Blueberry, dont le créateur narratif, Jean-Michel Charlier, est souvent cité en exemple dans le genre.

Côté dessin, nous avons Michel Suro, dont c'était quasiment la première série, et qui se débrouillait pas trop mal, tout en essayant de coller à l'imagerie classique du genre en BD (Blueberry, là encore, mais aussi Durango). Seul gros souci, les visages des personnages. Ils changent pas mal au fil des tomes, ce qui n'aide pas trop à les repérer du premier coup d'oeil. En plus ils sont nombreux... A noter cependant les gros progrès réalisés entre le tome 1 et le suivant. Le premier était un peu hésitant, avec des couleurs assez mal choisies et des morphologies assez hasardeuses par moments. Mais par la suite, Michel Suro a su corriger, au moins partiellement, le tir : il a gagné en dynamisme, en expression des visages, et les couleurs sont bien mieux choisies.

Au final, c'est une série injustement boudée par le public, qui aurait mérité d'aller à son terme, même si elle souffre de la comparaison avec des classiques du western.

Nom série  Le Petit Lulu  posté le 15/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Des livres sur l'homosexualité masculine ou féminine, il y en a des tonnes. Il y en a des délicats, des vulgaires, des cochons, des intéressants, des inintéressants...

"Le Petit Lulu" raconte une relation particulière de l'auteur, Hugues, ou son alter-ego, avec un jeune homme au teint maladif. Que ce soit une histoire vraie ou pas importe finalement peu. Ce qui compte c'est le plaisir que l'on peut prendre à lire son bouquin. Personnellement cela ne m'a pas particulièrement touché. Peut-être parce qu'il est question en grande partie de cul, et moins des sentiments qu'éprouve Hugues pour Lucien. Alors qu'en fait il essaie de nous faire croire que c'est le contraire. C'est dommage, car ce postulat étant raté, cela gâche quelque peu le plaisir de lecture. Au final on s'ennuie pas mal en lisant cette BD, qui bénéficie d'un graphisme assez simple, mais pas désagréable.

Dommage.

Nom série  De Gaulle à la plage  posté le 14/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ah mais c'est très drôle ce truc !
Je n'ai pas lu un seul album de Ferri en tant que dessinateur, mais je dois dire que c'est sympa, même si pas exceptionnel. Graphiquement ce n'est d'ailleurs pas si éloigné de ce que fait son vieux complice Manu Larcenet.

Sur le plan des gags, ça m'a vraiment fait sourire, et certains gags sont vraiment très bons. Je trouve même que Ferri aurait pu pousser un peu plus sur la personnalité du général, sa démesure, son ego quand même surdimensionné. Et ce n'est pas un manque de respect que d'avoir fait cette BD, mais plutôt un hommage décalé, surprenant et férocement drôle.

Nom série  L'Art attentat  posté le 14/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
L'Art attentat, ou la BD concept-brûlot-manifeste...

J'ai détesté cet album. Déjà, le dessin est assez difficilement lisible pour moi. Doté de couleurs criardes qui placent son opportunité dans les années 1970, il est assez irrégulier, déformé, trop confus à mon avis pour une BD d'humour.

L'humour parlons-en. Tous les gags et les histoires courtes sont basés sur des postulats d'absurdité parfois abstrus. Du coup, la logique de l'humour échappe au pékin moyen qui se désintéresse bien vite des histoires. J'ai eu du mal à finir, pour tout vous dire.

Il est probable que je fasse une allergie prochainement...

Nom série  Ju-On  posté le 10/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tiens marrant, j'étais persuadé que c'était posté ça... Sans doute le fantôme de la série...

Avez-vous vu la série de films de fantômes japonais Ju-On, ou même les deux remakes américains The Grudge ? Si ce n'est pas le cas, vous avez tort, car le maître d'oeuvre de l'ensemble, le Nippon Takashi Shimizu, a un véritable talent de conteur d'histoire, et la sale manie de foutre les pétoches. Et comme on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même, il a lui-même adapté une partie de ses sketches en manga dessiné. Cela donne ces deux tomes secs, rapides et nerveux (250 pages au total), réalisés par deux dessinateurs différents. D'abord Miki Rinno, l'une des rares, à ma connaissance, à oeuvrer dans le fantastique/horreur. Malgré son trait un peu rond, presque enfantin, elle parvient à instiller une petite atmosphère d'angoisse, pas aussi sourde que dans les films, mais disons que c'est relativement efficace. Le second tome est confié à Meimu, qui oeuvre dans un registre à peine plus adulte et réaliste, mais se montre un peu plus efficace quant au dynamisme graphique.

Mais malgré ces bons points distribués aux auteurs, force est de constater que la mise en scène n'est pas aussi efficace que dans les films, qui sont, malgré une économie d'effets assez incroyable, très forts. Pour ceux qui ne connaissent pas, "Ju-On version manga est un manga court, assez agréable si vous aimez le genre, mais il ne restera pas vraiment dans les annales.

Nom série  Nanami  posté le 10/03/2006 (dernière MAJ le 10/03/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et encore une nouvelle série pour Corbeyran, qui compte déjà plus de 100 albums à son actif. Cette fois-ci, il s'est associé à Amélie Sarn, dont il avait adapté le roman éponyme dans Elle ne pleure pas, elle chante.

Son nouveau défi : faire du shojô, c'est à dire un manga destiné aux adolescentes. Car c'est l'objectif de la collection Cosmo, dans laquelle est publiée l'album : faire une passerelle entre les traditions asiatique et européenne. Sur "Nanami", cela passe par un graphisme fortement inspiré du manga, réalisé par Nauriel, jeune dessinatrice née en 1981. Elle possède bien son style, bien qu'il y ait encore quelques erreurs de proportions et de perspectives. Son trait est plutôt agréable, malgré un encrage parfois trop épais.

Côté scénario, le duo Corbeyran/Sarn fonctionne bien, avec une ambiance qui -semble-t-il, je n'ai jamais été une adolescente, trop de poils pour ça- correspond bien à ce public. Pour l'heure, l'histoire n'est pas transcendante, mais ça se laisse lire sans déplaisir.

Nom série  Moby Dick (Casterman)  posté le 10/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai eu la chance de découvrir Moby Dick, l'oeuvre maîtresse d'Herman Melville, à l'université, et de pouvoir en découvrir les nombreux aspects sous l'égide d'un enseignant à la fois habité, passionné et illuminé. Il m'en reste une sorte d'expérience mystique, un peu comme si j'avais consommé du mezcal.

C'est pourquoi j'ai abordé cette adaptation avec une certaine méfiance. Méfiance qui s'est avérée au fil des pages. Car cette adaptation montre que Moby Dick est une oeuvre intemporelle, extrêmement riche, et que les autres media sont incapables de retranscrire. Je ne jette pas particulièrement la pierre à Jean Rouaud, qui a essayé de préserver l'essentiel de l'oeuvre malgré les embruns, les quarantièmes rugissants et le Pot-au-noir. Mais la puissance, la complexité, l'ambigüité de la relation entre Achab et le cachalot blanc, les personnalités contrastées des officiers, l'insupportable attente, l'obsession inhumaine du capitaine, tout cela ne figure pas dans cette adaptation. De même, l'apparition de la baleine est à mon sens un peu expédiée, alors que Melville prend le temps de décrire minutieusement le monstre.

De plus, je dois dire que l'aquarelle de Denis Deprez ne me convient absolument pas. Certes, il essaie de provoquer le trouble avec un flou ambiant. Mais à mon sens cela manque de noirceur, de grisaille authentique. L'ambiance de Nantucket, dont j'avais ainsi une interprétation très précise, est complètement flinguée. Cela manque singulièrement de souffle, de magnificence, de grandeur, des qualificatifs qui accompagnent immanquablement le passage de Moby Dick.

Une adaptation ratée, mais qui pourrait la réussir ?

Nom série  Delta  posté le 09/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Jolie petite série qui commence là. J’avoue que j’étais un peu méfiant envers cette énième histoire scénarisée par un Français et dessinée par deux Italiens chez les Humanos.

Mais dès le départ l’histoire prend des chemins de traverse. Nous sommes directement dans le vif du sujet, sans introduction, sans phase d’adaptation. L’action est très présente, et la fin du premier tome est encore plus surprenante. Il se passe des choses bien plus « grandes » que ce que l’on aurait pu croire de prime abord, et je dois dire que cela a titillé ma curiosité.

Le dessin des Simonacci et Ricci, sans être exceptionnel, est plutôt agréable.

Nom série  Toussaint Louverture et la révolution de Saint-Domingue (Haïti)  posté le 09/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
M'intéressant à l'histoire d'Haïti, je suis tombé complètement par hasard sur cet album.
Il raconte un épisode important de celle que l'on surnomma la Perle des Antilles, et qui aujourd'hui est l'Etat le plus pauvre des toutes les Amériques. Comment en est-elle arrivée là ?

Cet album ne le dira bien sûr pas, puisqu'il ne trait qu'une petite partie de son histoire, de 1789 à 1805 environ. Haïti, qui fut la première des colonies à obtenir son indépendance, car les esclaves et affranchis qui composaient alors l'immense majorité de sa population, crut que la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme s'adressait également à eux... C'était sans compter sur le pouvoir en France, qui lâcha son indépendance car elle avait d'autres chats à fouetter, mais n'oublia jamais Haïti. Cette période troublée se personnifie dans le personnage de Toussaint Louverture, affranchi qui prit les armes à cause de la morgue des Français.

Cet épisode est raconté, non pas de façon académique, comme on aurait pu le craindre et l'espérer, mais en essayant de faire des différents protagonistes de vrais personnages. Hélas, Nicolas Saint-Cyr n'est pas un vrai scénariste, et ce la se ressent dans le rythme. Celui-ci est confus, assez peu explicatif au final, et même curieusement parti-pris par moments. Dommage, car pour le coup la réalisation graphique est pas mal, largement inspiré de ce que faisait Jean Giraud à la grande époque de Blueberry. Bien sûr, Pierre Briens est loin du niveau de Giraud, mais ceux qui apprécient son trait auraient pu apprécier cette BD, sortie de façon confidentielle par Hachette dans les années 1980. Ce sont les Editions Orphie, spécialistes de l'Outre-Mer, qui rééditent cet album en 2003, de façon presque aussi confidentielle (3 000 exemplaires de tirage initial).

Le Bicentenaire de l'indépendance d'Haïti n'a pas été fêté comme il aurait dû l'être...

Nom série  Les Fondus de la pêche  posté le 07/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai fait un peu de pêche quand j'étais gamin, sous l'égide mon grand-père. Mais très vite, ça m'a saoulé, je trouvais ça plutôt contre-productif. Il m'arrivait d'ailleurs souvent d'emporter un bouquin.
Soucieux de faire des gags sur toutes les professions typiques ou tous les loisirs, les scénaristes de chez Bamboo se sont donc attaqués au loisir préféré de 5 millions de Français : la pêche.
Le résultat est à l'avenant des autres séries du même cru : pas vraiment drôle, un peu tiré par les cheveux... Pire, certains gags sont un peu répétitifs.
Pourtant les deux scénaristes avaient réussi à attirer un auteur connu pour illustrer leurs délires : Pierre Seron, dont l'oeuvre principale Les petits hommes fait partie des classiques de la BD. Le dessinateur ne se départit pas de son trait habituel, dans la droite ligne du Franquin de Gaston Lagaffe, et c'est plutôt agréable à regarder.
Mais c'est quasiment la seule qualité de cet album, qui est assez soporifique...

Nom série  On a pas des vies faciles...  posté le 07/03/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je vous ai dit que j'aimais bien ce que faisait François Duprat ?

Je n'ai pas encore lu grand-chose de lui, mais après Il fera beau demain, je me suis attaqué à un album plus ancien, où il se met lui-même en scène avec trois de ses camarades d'atelier. Bien sûr, ça ressemble à pas mal d'autres séries, du style Le Gang Mazda. Il y a peu d'originalité, mais je dois dire que le charme opère assez vite. Contrairement à sejy, je dois dire que j'ai été bien accroché assez vite. Les personnages sont assez attachants, à commencer par Duprat lui-même, mais aussi sa vieille amie Vanyda, mise en scène sous les traits de vanille. Le caractère à la fois charmant et fort de cette dessinatrice-scénariste est bien retranscrit. La BD est parsemée de clins d'oeil à des oeuvres de copains auteurs, et le bdphile se régalera, même si ce n'est pas envahissant du tout.

Le trait est net, précis, très lisible. On sent l'influence du comics par moment, mais Duprat est conscient de ses limites, et évite de faire des planches à la "m'as-tu vu". De toute façon ça ne se justifierait pas trop dans une BD d'humour comme celle-là, à part pour faire du parodique. Seul véritable regret : ça se lit très vite, et on a l'impression qu'il aurait pu y avoir une suite à ces strips... Peut-être dans l'avenir ?

Une BD sympathique, à lire.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 206 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque