Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3874 avis et 1756 séries (Note moyenne: 2.87)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Diên Biên Phu  posté le 31/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon avis sera très proche de celui de Ro, qui a su très bien expliciter mon sentiment à propos de ce manga.

Ce qui m'a frappé d'abord, c'est le décalage -énorme- entre le propos et le traitement graphique. En effet, ce dessin est très enfantin, enfin disons naïf pour être plus juste. Et puis les dialogues sont très épurés, comme détachés du contexte de l'histoire qu'ils illustrent. Tout se passe comme si Hikaru Minami se baladait au milieu des explosions, des décapitations et autres combats. En effet la perception d'un évènement dramatique (ici, d'une succession d'évènements dramatiques que l'on peut appeler sans honte une guerre) peut varier d'une personne à l'autre. Ce décalage est donc vraiment intéressant pour l'alternative qu'il offre aux autres récits traditionnels du conflit vietnamien.

C'est une vraie curiosité à lire.

Nom série  Route des maisons rouges  posté le 30/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'avoue que je ne comprends pas trop pourquoi cet album a été publié... Pour satisfaire une clientèle mâle à peine pubère en mal de poumons surdimensionnés ?
Bon, j'ai dépassé la puberté depuis plusieurs années maintenant, mais j'avoue que ces filles ne sont pas vraiment affriolantes... En fait j'ai eu la désagréable sensation que c'était du sous-Marini, avec un soupçon de Terry Dodson pour le côté "évaporé" de l'encrage et la propension à l'érotisme. Pourtant, d'érotisme il n'y a pas vraiment dans cet album. Juste quelques filles un peu dénudées.
Pas de quoi exciter qui que ce soit.

Mais à la limite, ça ne me gênait pas. S’il y avait eu une histoire. Parce que là, c'est plus fin qu'un papier de tabac à rouler, ce truc. J’avoue que j'ai failli lâcher l'album au bout de 10 pages. Et puis, n'écoutant que mon devoir, je me suis mis en demeure de le terminer. Ce n'est quand même pas très intéressant, comme histoire, des maisons closes qui font la course pour ne pas être fermées.
Ma vraie note serait aux alentours de 1,5/5, mais j'ai volontairement surnoté car je sens qu'il va y avoir des avis assassins.

Nom série  Strangehaven  posté le 30/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il est difficile de réellement noter une oeuvre pareille. "Strangehaven" est une oeuvre au sujet choral (à multiples personnages), qui baigne dans une atmosphère étrange.
Une atmosphère qui doit beaucoup au dessin de Millidge, que d'aucuns traiteront de photo-réaliste. Un style dont les tenants en France sont des gens comme Christophe Bec et Jean-Michel Ponzio. Un style qui ne plaira pas à tout le monde, par son côté figé, un peu froid. En effet Millidge a utilisé quelques figurants de ses amis pour incarner ses personnages.

"Strangehaven" est un huis-clos. La totalité de son intrigue (à quelques petites séquences près) se passe dans le village du même nom. Un village où il se passe des choses étranges. Des gens apparaissent, meurent, certains se réunissent en secret, d'autres s'adonnent à d'étranges pratiques... Un village qui, on l'apprendra sur le tome 3, est au centre de forces insoupçonnables.

Je l'ai écrit, il est difficile de noter une oeuvre de ce genre. D'abord parce qu'il est difficile de la mettre dans une case. Je l'ai classée en "policier/thriller" car il y a des affaires criminelles, et que les autres éléments (fantastiques, par exemple) n'ont pas encore une grande place dans l'histoire.

"Strangehaven" est une série qui envoûtera certains lecteurs, en déroutera un grand nombre, en intriguera beaucoup d'autres (dont votre serviteur). C'est une série à lire, ne serait-ce que par curiosité.

Nom série  Le Mur de Pan  posté le 28/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon avis est finalement plus proche d’un 3/5 que d’un 4.

J’avais lu le premier tome il y a… bien longtemps. Une relecture, cette fois intégrale, s’imposait. L’émerveillement s’est imposé, lui aussi, dès les premières pages. Philippe Mouchel a su composer un premier album très fort, très original, très… inattendu.

L’une de ces originalités vient du fait que l’univers n’est pas présenté de façon exhaustive, mais au contraire distillé au fil de l’histoire. Autre originalité, le dessin, Mouchel réinterprète le noir et blanc pour en faire un marron et blanc du plus bel effet.

Mais dans le tome 2, la confusion s’empare du lecteur… L’attitude de Fiel par rapport à Râgel est par exemple déconcertante. Le chapitre final permet de résoudre la plupart des fils narratifs, mais j’avoue que je suis déçu pour celui qui concerne le Chevalier Brisette. La fin est un abrupte, on a l’impression que Mouchel avait hâte d’en finir… C’est bien dommage, car c’est une série qui peut se révéler envoûtante par moments… Et puis ce tome 3 se démarque graphiquement, ce qui est un peu étrange si on lit les 3 tomes d’affilée.

Nom série  Déjà-vu  posté le 28/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Comment dire ? Une fois refermé l’album, j’ai oublié de quoi parlaient 3 nouvelles sur 4. J’ai dû le resurvoler pour me souvenir de mes impressions de lecture. Et conclusion ? C’est oubliable.

Ce concept de déjà-vu sous-entend des éléments de fantastique. Il y en a bien dans ces histoires, mais très estompés. Et cela ne suffit pas pour relever le niveau d’intérêt. C’est plutôt ennuyeux, en gros.

Mise à part la dernière histoire, un poil intéressante, les autres sont carrément médiocres, malgré le dessin assez fin des différents illustrateurs.

Nom série  Dol  posté le 28/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Encore une fois Squarzoni a raison sur le fond. Par contre son cri de révolte va, là encore, se retrouver complètement noyé dans la masse.
Le démantèlement par la droite des acquis sociaux, la collusion/fascination de la plupart des media avec la classe politique sont des faits connus, et en tous les cas facilement constatables si l’on décide d’avoir un tant soit peu de recul et d’analyse.

Dans Dol, Squarzoni aborde tous ces thèmes, mais de façon encore peu approfondie, toujours maladroite et plutôt répétitive. Peu approfondie parce qu’il ne multiplie pas les points de vue. Ainsi ne sont interrogés que les journalistes assez ouvertement de gauche ou relativement neutres, comme ceux de France Info. Tout au plus soupçonne-t-on ceux qui sont « personnifiés » par un téléphone d’être « de l’autre bord ».

Façon maladroite parce que l’auteur utilise la même technique qui a caractérisé –et constitué les gros défauts- de ses deux ouvrages politiques précédents, à savoir une iconographie parfois absconse ou hors de propos. Bien sûr le but recherché est la charge symbolique, avec des images fortes. Mais il y a plusieurs niveaux de symbolisme, et personnellement je n’arrive pas à saisir toutes les subtilités.

Mais Squarzoni évolue quand même, puisqu’il a inséré plus de dessins dans sa bande dessinée, qui donne ainsi un peu moins l’impression de lire un catalogue 3 Suisses constitué de photos et de manchettes de journaux. Cela aurait pu élever le débat s’il n’y avait pas cette impression de rabâchage. L’auteur a des convictions, il tire des conclusions des informations qu’il recueille, mais est-ce une raison pour les répéter, les marteler plusieurs fois ? Sincèrement c’est superflu.

Il eût mieux valu accumuler les éléments, en tirer une conclusion, puis passer à un autre sujet. Dans cette optique, seul le passage relatif à la Sarko-mania est rigoureux (parce que bien plus court ?). Il est d’ailleurs suivi par une rapide évocation de la politique internationale irresponsable en matière d’environnement. Ce très court passage tombe comme un cheveu sur la soupe…

Pour conclure, la lecture de Dol m’a globalement intéressé. J’ai appris quelques petites choses, par-ci par là. C’est une instruction nécessaire pour enrayer l’embrigadement bovin dans lequel media et grand public sont prisonniers. Mais je trouve la forme bancale et maladroite. C’est bien dommage.

Nom série  Indigo Blue  posté le 28/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je commence à en avoir lu, des mangas-romans graphiques. Je dirais même que ça constitue la majorité des mangas que j’ai pu lire. Que voulez-vous, ma bibliothécaire préférée adore ça !

Et je peux dire qu’il y a de tout, du réellement touchant au vide intersidéral, de la profondeur des sentiments au dessin enfantin. Indigo blue se situe pour moi dans une honnête moyenne. Le dessin est plutôt inexpressif, n’en déplaise à certains. En gros les expressions faciales se limitent à trois groupes : les yeux grands ouverts, les paupières baissées ou fermées. Seules les positions des personnages et les dialogues –ou commentaires- trahissent leurs sentiments. Heureusement que les dits dialogues ou commentaires sont d’une rare maturité, qu’ils montrent le talent d’écriture d’Ebine Yamaji, car sinon je me serais ennuyé ferme.

L’homosexualité est un sujet complexe, et elle réussit à en parler en évitant tous les écueils… chapeau !

Nom série  Haute sécurité  posté le 28/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Décidément Callède est un auteur à suivre. Comptine d'Halloween, Dans la nuit et Tatanka sont des séries solides. ″Haute Sécurité″ prend, dès ses deux premiers albums –publiés simultanément- le même chemin. Cette plongée au cœur du système carcéral américain, si elle n’est pas passionnante, est pour l’heure au moins intéressante.

Certes, l’idée de nous mettre dans la peau d’un ″bleu″ n’est pas très originale, mais vu que le sujet, lui, est –à ma connaissance- inédit en BD, l’intérêt est assez élevé. Le panachage entre une vie privée compliqué et un travail qui ne l’est pas moins est plutôt équilibré, ce qui nous permet de nous identifier un peu à Aleks. Et Gihef, qui a fait ses preuves sur d’autres séries, est un artisan solide et régulier.

A défaut d’être indispensable, ″Haute sécurité″ se lit sans déplaisir.

Nom série  Le dossier des soucoupes volantes  posté le 28/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Que l’on y croie ou pas, le sujet des soucoupes volantes est à la mode depuis l’après-guerre. Une mode entretenue dernièrement encore par des séries TV telles que X-Files et Disparitions, mais aussi ridiculisée par des illuminés tels que Jean-Claude Bourret ou Jimmy Guieu. Pour ma part c’est un sujet qui m’intéresse depuis longtemps et qui m’interpelle toujours même si mes connaissances et compétences en la matière ne sont pas énormes.

J’ai d’abord pris un grand plaisir à lire cet ouvrage. Je connaissais certaines des histoires, mais mon appréhension en était parcellaire. Jacques Lob a réalisé là un travail fantastique de collation, de tri et de synthèse parmi les milliers de témoignages recueillis. Ces récits sont restitués d’une façon très fidèle, sans toutefois verser dans le sensationnalisme propre à ce type de reportage. Robert Gigi, l’un des meilleurs artisans graphiques de son époque (et qui nous a quittés il y a quelques mois), offre une illustration qui, même si on n’apprécie pas forcément son style, est pourtant elle aussi dénuée –autant que possible- d’effets particuliers.

Un seul regret : le choix des auteurs de restreindre leur champ d’investigation aux trente Glorieuses, la période 1945-1975. Certes, c’est l’époque (1972) où Lob a commencé ses recherches qui préside logiquement à ce choix. Mais il eût été très intéressant d’avoir un nouveau chapitre pour la réédition en intégrale, en 1979 ou en 1982. et depuis cette époque l’activité ufologique ne s’est pas endormie… Alors, à quand la reprise par deux courageux auteurs et un intrépide éditeur ?

Les amateurs du sujet trouveront là une belle somme, les néophytes, s’ils mettent de côté leur éventuel scepticisme, y verront une approche très pédagogique et passionnante –bien qu’un peu sèche parfois- du phénomène.

A noter, pour les curieux, l’ouverture récente des archives du GEIPAN (Groupement pour l’Etude et l’Information sur les Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés) ici.

Nom série  Paul dans le métro  posté le 28/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Personnellement je connais relativement peu le travail de Rabagliati. Cependant j'apprécie le parfum de ses albums, fait d'insouciance et de regards tendres.

Ici Rabaglati raconte quelques souvenirs d'enfance. Ca ne mange pas de pain, mais c'est sympathique, c'est frais, c'est rigolo. Je dois avouer avoir presque éclaté de rire sur deux ou trois histoires. Ca permet aussi, sans en avoir l'air, de nous apprendre quelques trucs sur Montréal, une ville que j'aime beaucoup. Rien que pour ça, j'apprécie.

Ceci dit, ça se lit (très) vite, et s'oublie presque aussi rapidement.

Nom série  Le Passage  posté le 06/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne connaissais pas le genre josei. J'avoue que j'aime bien quand le fantastique s'insinue insidieusement dans le quotidien, pour nous livrer de bonnes histoires. Ce n'est pas le cas ici, où le fantastique est plutôt un alibi pour essayer de "gonfler" des récits ennuyeux au possible.

J'ai en vain cherché la plus petite accroche, et n'en ai pas trouvé. Ma note n'est pour autant pas trop basse, dans la mesure où le dessin est plutôt agréable, assez maîtrisé. Mais pour le reste, passez votre chemin, ce "Passage" ne mène nulle part.

Nom série  Le Troisième thé  posté le 05/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympa ce petit opus...

Je ne connaissais pas Cailleaux, visiblement un digne représentant de la ligne claire chère à Dupuy et Berbérian (qu'il remercie à la fin), mais j'ai bien aimé "Le Troisième thé".

C'est une invitation au voyage, une ode à l'Afrique, un petit dépaysement, l'espace des 20 minutes que vous passerez à lire cet album. 20 minutes fort agréables, mais loin d'être passionnantes, cependant. Il ne se passe pas grand-chose. Une lenteur voulue par l'auteur, censée représenter la langueur, la nonchalance du Sénégal, qu'on a presque envie de visiter, du coup.

A lire pour quelques minutes d'évasion, mais pas grand-chose de plus.

Nom série  Capucin  posté le 05/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mon avis rejoindra peu ou prou celui de mon camarade iannick, en cela que j'ai eu -globalement- les mêmes impressions en lisant les albums, à savoir :

- d'abord, un style graphique rappelant fortement celui de Sfar. Normal, puisque Florence Dupré la Tour a participé à la version cinéma de Petit Vampire. C'est donc, quelque part, sa fille spirituelle.

- ensuite, une action débridée tout au long de l'histoire. Ca galope, ça court, ça tranche, ça charcle dans tous les coins, on n'a pas le temps de s'ennuyer

- malgré un style naïf mis en avant, le talent de narratrice de l'auteure n'est pas à démentir. On est très vite pris dans l'histoire, au risque parfois de ses sentir submergé(e). Ce talent est couplé à un sens de la mise en scène plutôt surprenant dans une BD de style naïf.

Au final, c'est une série qui devrait devenir assez rapidement un classique.

Nom série  Le portrait  posté le 04/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pas mal ce diptyque.

Nicolas Gogol est l'un des meilleurs auteurs de la littérature russe, mais il est mal connu du grand public. Dauvillier a donc décidé de nous faire découvrir l'une de ses meilleures oeuvres, "Le Portrait", histoire fantastique à souhait. Pour lui donner l'ampleur nécessaire, le récit s'étale donc sur deux albums.

J'ai trouvé ces deux albums très bons, presque envoûtants. François Ravard a le don pour installer des ambiances très prenantes, et il est ici au service de l'un des meilleurs raconteurs d'histoires du moment. Le découpage en chapitres est très bien vu, il permet de bien suivre le rythme et l'évolution du personnage principal. Dans la tradition fantastique, c'est un récit somme toute assez classique, mais pourtant très bien raconté.

Graphiquement la césure entre les deux tomes est assez marquée. Alors que le style de Ravard est hésitant, brut, presque brouillon, il gagne en netteté et en maturité dans la seconde partie. Peut-être est-ce voulu, peut-être Ravard a-t-il expérimenté une autre technique entre-temps, toujours est-il que cela ne gêne pas la lecture, au contraire.

"Le portrait" était un classique de la littérature mondiale, son adaptation en BD est aussi un classique.

Nom série  Jeanne (Bramanti)  posté le 02/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
« Au cœur du F.N. », clame un bandeau noir entourant l’album. Ce n’est pas tout à fait le cas, puisqu’en l’occurrence la trame est celle d’un défilé du 1er mai du front national, de la place du Châtelet à celle de l’Opéra, en passant par la statue de Jeanne d’Arc à proximité des tuileries, à Paris. Olivier Bramanti a décidé de suivre ce parcours, lors d’une cérémonie du 1er mai. Ses images sont des photos retouchées, accompagnées de nombreuses réflexions, nourries de ses lectures sur le parti à la triple flamme et sur la Pucelle d’Orléans. On apprend d’ailleurs l’origine de l’emblème du parti frontiste. Pour les curieux, les notes de Bramanti sont d’ailleurs largement inspirées de lectures qu’il détaille en annexe. Pas d’attaque violente, pas d’apostrophes injurieuses, juste des faits, des parallèles (bien vus ou pas) et des réflexions personnelles de l’auteur. Chacun peut ainsi se faire son idée, même si, en la matière, beaucoup de gens restent campés sur leurs positions.

Jeanne est plus un docu qu’un réquisitoire contre le FN, mais en cela il respecte un certain devoir de neutralité.

C’est intéressant, mais seulement si vous vous intéressez à l’histoire des partis et des récupérations politiques.

Nom série  Xavier, un film entre nous  posté le 02/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une BD racontant un drame d’enfance…

Arnaud Floc’h décide de donner sa variation sur ce thème déjà vu et revu… Ici la trame est bousculée, puisque le temps « présent » est entrecoupé de flashes-backs plus moins lointains, à tel point qu’on en vient parfois à douter du véritable positionnement temporel de ces passages. On est vite embrouillé, d’autant plus que père et fils se ressemblent grandement lorsqu’on fait un bond de 30 ans en arrière…

La style de Floc’h, tout en touches pastel, est vraiment sympa, bien travaillé, assez dynamique. Mais cela ne suffit pas à faire une bonne BD. On comparera ″Xavier″ à Week-end avec préméditation, qui est plus subtil et atteint son but plus facilement. Seule une subtilité parvient à sauver in extremis l’histoire du tout-venant. Mais je n’en dirai rien, lisez-la quand même si vous êtes fan du style de l’auteur…

Nom série  Post-Mortem Pacific !  posté le 02/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
L’accroche nous disait : cow-boys, zombies, robots et trains à vapeur un mélange des genres réussi pour ce western fantastique !

Moi je dirais plutôt qu’il s’agit d’un foutoir sans queue ni tête. Dans ce tome 1 d’ailleurs, on ne voit presque pas de zombies ni de robots. Quant aux cow-boys… Seule la période à laquelle se passe l’intrigue justifie ce terme. Pour le reste, c’est un récit qui manque de fluidité, dont l’intérêt est très limité, tant les personnages sont privés de charisme et l’histoire de maîtrise. On a un peu l’impression d’avoir affaire à un premier tome de débutant. Certes, le dessin mi-parodique (un peu à la Sentaï School) est agréable, mais guère plus. Les couleurs de Florence Torta sont, elles, plutôt bonnes, mais c’est presque le seul bon point de cette série à mettre dans la catégorie des oubliables sans regret.

Nom série  Real Lies  posté le 28/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Placer un roman graphique typé Harlequin dans des contextes d'anticipation, il fallait le faire ! Comment ça, "Harlequin l'a fait" ? Oui, eh bien figurez-vous qu'en Corée on n'a pas Harlequin, alors on croit faire original.

En tout cas c'est sur ces arguments que Soleil essaie de promouvoir "Real Lies", un recueil de trois variations sur le mensonge. Et sur l'écriture aussi.

Je dois dire que ces trois histoires fleur bleue me sont passées au-dessus de la tête. J'ai presque oublié deux des trois histoires juste après les avoir lues. Ceci dit, il y a quand même quelques points à retenir. La manhwaka (oui, j'invente des néologismes) Lee Si Young a une écriture poétique assez agréable, bien que typiquement fleur-bleue quand même. Son dessin, très proche des canons nippons, n'est pas exceptionnel. Et ses histoires se déroulent sur un rythme très lent, voire soporifique.

Bref, c'est loin d'être inoubliable (au contraire !), mais ce n'est pas foncièrement mauvais.

Nom série  La Tête en l'air (Rides)  posté le 27/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La vieillesse, voire la grande vieillesse, est un sujet difficile, heureusement des oeuvres comme Les petits ruisseaux (dans un registre un peu différent) et ce "Rides" prouvent qu'on peut en parler avec respect et humour à la fois.

La maladie d'Alzheimer est une vraie saloperie, qui provoque une perte rapide des repères chez nos aînés. Paco Roca est allé dans de nombreuses maisons de retraite, a rencontré et observé plusieurs personnes atteintes de cette affection, et retranscrit de façon bien dosée ses effets. Le rythme s'accélère en fin de volume, mais c'est pour mieux coller à la maladie.

En parlant de rythme, l'auteur distille les "évasions" de ses personnages de façon remarquable, aux moments où l'on s'y attend le moins. J'ai particulièrement apprécié celle du début, mais aussi celle des nuages, à la fois poétique et enchanteresse. Et on n'oublie pas l'humour, parce qu'ils s'amusent quand même parfois, nos (arrières-) grands-parents.
Le trait de Roca est clair, très européen, et en même temps extrêmement lisible.

Une vraie réussite, à la fois digne, sage et à laquelle on doit le respect.

Nom série  La Boucherie  posté le 25/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Passages, voici donc la seconde collaboration entre Loïc Dauvillier et Thibault Poursin. Deux auteurs singuliers, hors cadre, qui pourtant s'accordent bien.

"La Boucherie" nous emmène au coeur de la vie d'un petit village, avec ces ressentiments, ses affinités, mais aussi ses situations quelque peu cocasses.
Au début les situations sont plutôt opaques. Une vieille dame est en porte-à-faux avec les bouchers, un vélo passe à toute allure dans la rue principale... Des éléments épars, qui sont un peu déroutants. Et puis au fil du récit, tout s'éclaire, et l'on vole de surprise en surprise. C'est ça l'effet Dauvillier : vous ne savez pas où ça va, mais il vous y emmène et ça vous paraît tellement évident au final.

Thibault Poursin a un style graphique qui n'est pas sans rappeler Sempé, célèbre illustrateur du "Petit Nicolas". Cette référence n'est pas innocente, tant il se place dans un registre proche : les petits travers de la vie, croqués avec parfois de la cruauté, souvent de la tendresse, mais toujours avec talent.

Un petit bouquin sympathique, un bel objet, mais qui hélas manque un peu de souffle à mon avis.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 194 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque