Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3855 avis et 1739 séries (Note moyenne: 2.87)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  La Boucherie  posté le 25/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Passages, voici donc la seconde collaboration entre Loïc Dauvillier et Thibault Poursin. Deux auteurs singuliers, hors cadre, qui pourtant s'accordent bien.

"La Boucherie" nous emmène au coeur de la vie d'un petit village, avec ces ressentiments, ses affinités, mais aussi ses situations quelque peu cocasses.
Au début les situations sont plutôt opaques. Une vieille dame est en porte-à-faux avec les bouchers, un vélo passe à toute allure dans la rue principale... Des éléments épars, qui sont un peu déroutants. Et puis au fil du récit, tout s'éclaire, et l'on vole de surprise en surprise. C'est ça l'effet Dauvillier : vous ne savez pas où ça va, mais il vous y emmène et ça vous paraît tellement évident au final.

Thibault Poursin a un style graphique qui n'est pas sans rappeler Sempé, célèbre illustrateur du "Petit Nicolas". Cette référence n'est pas innocente, tant il se place dans un registre proche : les petits travers de la vie, croqués avec parfois de la cruauté, souvent de la tendresse, mais toujours avec talent.

Un petit bouquin sympathique, un bel objet, mais qui hélas manque un peu de souffle à mon avis.

Nom série  Dans la prison  posté le 21/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai été assez déçu par cet album. Du fait de ses récompenses à Angoulême, je m'attendais à quelque chose de vraiment original, décalé, à une fiction à la fois surprenante et très critique.

Or, à moins que je n'aie pas compris les allusions et les autres niveaux de lecture (ce qui reste fortement possible), j'ai parcouru un album certes intéressant par son côté documentaire, mais vraiment plat dans la mesure où la réalité qu'il décrit est désespérément banale. Certes, l'univers carcéral nippon n'a rien à voir avec son homologue américain, tellement déformé par le prisme de la télévision et du cinéma. Il n'a pas grand chose à voir non plus avec la prison en France.

En définitive, qu'est-ce qu'on a ? Des détenus tous formatés, enfermés dans une routine de vie et de travail très aliénante, soumis à un régime somme toute pas si contraignant que ça. L'auteur le répète à l'envi, ils sont bien traités, mangent très bien en prison. Un esprit simple en viendrait presque à envier cette vie relativement facile. Bien sûr, l'appauvrissement intellectuel du prisonnier nippon est considérable, et l'on n'a pas l'impression que la réinsertion soit une priorité pour la Justice locale.
Pas besoin de nier à l'auteur l'authenticité de l'histoire (bien que je le soupçonne de passer sous silence les quelques séjours qu'il a pu passer en cellule de punition), tant la description des repas est variée et détaillée.

Malgré cette sincérité et une lecture globalement agréable, cet album n'intéressera que ceux qui sont curieux de ce pan de la culture et de la société japonaises, à mon avis.

Nom série  Gogo monster  posté le 20/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avant toute chose, chapeau à Guy Delcourt de prendre des risques en publiant, de façon "hors collection", un truc pareil.

Ensuite, j'avoue que je ne connaissais pas du tout Taiyou Matsumoto avant de lire "Gogo Monster". Je le soupçonne d'être un auteur majeur au Japon, tant les quelques traductions que l'on trouve en France semblent bien cotées et appréciées.
C'est donc sans a priori et avec un brin de curiosité que j'ai lu ce pavé (450 pages). Très vite, je me suis retrouvé dans une atmosphère étrange, avec des personnages décalés, des créatures invisibles mais pourtant omniprésentes, des décors parfois difficiles à apprécier, au sens premier du terme. J'ai eu, tout au long du livre, un peu de mal avec le graphisme, surtout au niveau des personnages. Matsumoto a soigné ses deux héros principaux, leur donnant des bonnes bouilles de pré-ados japonais, mais Gantsu, par exemple, est vraiment laid... J'avais parfois l'impression qu'il bâclait un peu ce qui faisait partie du quotidien, pour se concentrer sur l'indicible, l'invisible, le diaphane, l'insubstantiel. Ce qui donne un cachet graphique vraiment très particulier à ce manga.

L'histoire est une grosse succession d'abstractions, de propos et d'images parfois abscons, ce qui rend la lecture un peu difficile par moment. Je ne dis pas que ce soit une mauvaise chose, les Nippons sont passés maîtres dans l'art de la métaphore sibylline, mais c'est vrai que certaines scènes me sont passés à 30 000 pieds au-dessus de la tête.

Au final, je ne dirais pas que j'ai adoré "Gogo Monster", ni que je l'ai détesté. J'ai plutôt été intrigué par son univers si étrange, mais aussi fasciné par l'inventivité et la virtuosité de Matsumoto, même si son graphisme m'a un peu rebuté. Une curiosité, à bien des points de vue.

Nom série  Jacaranda  posté le 18/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Ben moi je dis tout pareil que copain cac, sauf que j'ai encore moins aimé que lui...

En effet le début du manga laisse augurer un thriller apocalyptique assez énigmatique, et l'on se dit que l'horreur va progressivement augmenter... Mais en fait non, au bout de 15 pages on a l'impression que tout Tokyo est en feu. Dès lors, on a un peu l'impression que les 285 pages restantes ne sont qu'une répétition. Ce ne sont qu'explosions, effondrements, incendies, entrecoupés de la vue d'un immense... Je n'en dirai pas plus, mais mis à part cet élément énigmatique, l'intérêt est proche du néant. Si encore les scènes apocalyptiques ressemblaient à celles d'Akira, mais non, c'est assez moche, déformé, confus, même quand c'est calme.

A fuir, tant qu'il est encore temps.

Nom série  Aria (Kami)  posté le 17/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas lu la série Aqua, à laquelle celle-ci fait suite. C'est donc sans connaître l'univers que j'ai abordé .

Et très vite, je me suis demandé quel en était le réel sujet. Une technologie futuriste ? Venise, reconstituée sur la planète Mars recouverte d'eau ? Les amours de la jeune Akari ? L'éloignement de sa famille ? Une fois le tome 1 refermé, je n'ai pas réussi à y répondre... De même pour le genre à lui attribuer. S'agit-il d'un thriller futuriste ? D'un roman graphique ? Probablement d'un mélange des deux. Mais l'histoire est d'une platitude assez incroyable. Akari parle un peu de son métier d'ondine (conductrice de gondole), se balade dans la ville, découvre les îles de la lagune, qui sont autant de musées reconstituant les architectures de la Terre. Et c'est tout.

Alors certes, le dessin de Kazue Amano est très beau, il essaie de conférer à la plupart de ses vignettes une certaine poésie, et y réussit à peu près. Mais Aria semble n'être guère plus que ça : une suite de tableaux plutôt réussis, mais sans âme.

Nom série  Omnopolis  posté le 16/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je trouve la couverture vraiment réussie, avec un petit côté Tess Wood et Campbell. Mais j'avais peur que l'héroïne soit une énième poularde aux gros nougats comme en regorgent les films et les BD du genre. Bon, ok, elle a vraiment de gros nougats, mais elle est loin d'être une poularde !

Concernant l'intrigue, on se retrouve finalement dans une histoire de gros sous, avec plusieurs factions qui se disputent un brevet révolutionnaire. C'est le prétexte pour de l'action non-stop ; ça défourraille dans tous les coins, ça explose partout... Mais cela n'arrive pas à cacher l'indigence du scénario, qui s'avère assez mince au final. Jim Laîné, journaliste grand spécialiste des comics, introduit pas mal de personnages et d'éléments, ainsi que des clins d'oeil en tous genres. Il s'est visiblement bien amusé, mais ce qui s'annonçait bien dans les deux premiers tomes est presque réduit à néant dans le troisième. Dommage.

Côté graphisme, pour une fois la couverture ne ment pas : Geyser est vraiment bon, étonnamment mature pour un auteur sortant son premier album. Son dessin est même carrément puissant, par moments. Tout juste dirai-je qu'il manque encore de caractère sur les impacts, les explosions et les trajectoires de projectiles, et sur certains visages, mais c'est vraiment pour chipoter.

Un bon 3/5, qui aurait pu espérer mieux avec un scénario plus solide...

Nom série  Le phalanstère du bout du monde  posté le 16/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Quel beau petit album !

J'étais passé à côté à l'époque de sa sortie, et pourtant je lisais tout ce que sortait Corbeyran, ou presque. D'ailleurs je pensais que c'était un récit pour gamins, et cela ne m'intéressait pas à l'époque. C'est sans compter sans la qualité de la collection Encrages, qui recèle quand même de belles perles. Et puis récemment j'ai lu et approuvé le tome 1 de Pest. J'ai donc eu envie de lire la première collaboration de l'un de mes scénaristes préférés avec celui qui semble un surdoué.

"Le Phalanstère du bout du monde" est un album sombre, autant dans son scénario que dans son dessin. Amaury Bouillez est pour moi au même niveau qu'Alfred à ses débuts, c'est à dire un auteur déjà très mature malgré son peu d'expérience, avec déjà un sens du cadrage, des ambiances et de l'architecture remarquable. Il n'y a pas ou peu de cases "ratées" dans cet album, c'est un véritable plaisir visuel, pour peu que l'on soit preneur de ce style il est vrai particulier.

A lire de toute façon.

Nom série  Lapinot et les Carottes de Patagonie  posté le 16/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ah enfin j'ai lu cet Immanquable.
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, si ce n'est à une espèce d'OVNI du 9ème art.
Sur ce plan-là, pas de doute, ça ne ressemble à rien de connu pour l'époque. Si ce n'est, peut-être, à un blog BD réalisé sans aucun schéma directeur. Quelque part, Trondheim est sans doute un précurseur...
En effet, le dessin est hésitant, irrégulier, à la limite du lisible au début. Mais l'évolution du trait est visible, ce qui est normal sur 500 pages. Il faut prendre ça comme une oeuvre de jeunesse, en même temps qu'un étrange pari de Trondheim, alors totalement dans l'esprit de l'Association.
Moi je me suis bien marré sur certains passages, suis resté circonspect sur d'autres, ai été à deux doigts d'abandonner cette lecture à deux ou trois reprises. Et puis, finalement, le charme finit par opérer. Trondheim est un grand conteur d'histoires, et ce depuis le début ou presque, et même si son trait n'est pas encore mature, cet album-laboratoire lui permet de développer une partie de son imaginaire. On retrouvera ses influences dans la série régulière de "Lapinot", bien sûr, mais aussi dans "Donjon". Créatures farfelues, situations ubuesques, dialogues percutants, goût de l'absurde sont déjà en germe.

Un classique non pas monstrueux, mais fort intéressant.

Nom série  Le Livre jaune  posté le 10/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le livre jaune...

4 histoires courtes, où la mangaka Fumiko Takano suit le quotidien de 4 femmes, le quotidien où l'amour est au détour du chemin, où le premier contact, mauvais, peut devenir une vraie histoire d'amour, où une mère s'occupe de ses enfants...

C'est joli, dit comme ça, mais dans une vraie histoire, c'est à la limite du chiant. Il ne se passe pas grand-chose, ou alors il manque de peu de se passer un truc.
Et quand le dessin est épuré à ce point, ça en devient difficile de se motiver à lire ça...

La seule originalité vient de la première histoire, où une lycéenne lit un bouquin de Roger Martin du Gard tout en vaquant à ses activités habituelles. Un faux parallèle, mais qui recèle une étincelle d'intérêt.

A réserver aux amateurs de peinture du quotidien.

Nom série  Mon Amie la Poof  posté le 09/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
En effet, je pense que cette BD peut provoquer des réactions contradictoires.
Faire une BD sur une actrice porno et un de ses collègues homosexuel, il fallait y penser. Après, décider d'en faire une bluette ultra-branchée, c'est un choix artistique qui se discute, mais peut se comprendre. Et pour finir, exploser le récit, exploser les cadrages, chambouler toute règle, eh bien c'est un beau bordel.

Je dis beau parce que j'apprécie le trait d'Efix, mais je trouve qu'en se lâchant comme il le fait là cela n'arrange pas grand chose à l'affaire. Je le préfère sur Lieutenant Kate, sympathique petite série dont je désespère de lire un jour la suite.

Pour le coup, j'ai quasiment détesté "Mon amie la Poof", que je ne recommande qu'aux amateurs de récits éclatés, et aux fans hardcore de l'auteur.

Nom série  La Petite Famille  posté le 09/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Eh bien moi j'ai adoré cette série.
En peu de planches (il n'y a que 32 pages dans chaque tome), Loïc Dauvillier et Marc Lizano ont prouvé qu'ils étaient de grands auteurs. Parce que leur histoire est universelle, qu'elle parlera à tout le monde. Elle réveille la nostalgie (réelle ou fantasmée) de ces moments magiques passés à la campagne, de ces promenades, de la découverte de la nature, mais aussi la découverte de la vie ancienne de nos grands-parents...

Le premier tome posait de façon classique les bases d'un récit jeunesse. Le second prend une tournure un peu inattendue, et le troisième se conclut dans l'émotion. Bien sûr, il y a une forme d'autobiographie dans tout ça, et c'est pour ça que ça sonne aussi vrai. Mais les deux auteurs n'en rajoutent pas, se contentant, si j'ose dire, d'insuffler de l'authenticité et de la sincérité dans leur si jolie série.

C'est une série que je recommande aux parents, aux enfants, et à tous ceux qui se trouvent entre les deux.

Nom série  Le Journal d'un remplaçant  posté le 08/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ma note est proche du 3,5/5.

Je ne suis pas enseignant, je n'étais pas un élève à problèmes, du coup les soucis décrits par Martin Vidberg dans cet opus sont un peu "nouveaux" pour moi. Ceci dit, cela ne m'a pas empêché de comprendre et d'apprécier ce sympathique one shot. Parce qu'il fait montre d'une sincérité et d'une authenticité me semble-t-il sans tache, ou presque. Vidberg est devenu enseignant parce qu'il aimait l'école. Et malgré la classe difficile dont il hérite durant une grande partie de cette année scolaire, il ne perd pas ses convictions, sa foi. C'est admirable. La profession d'enseignant est très difficile, il faut vraiment être solide pour tenir, et Vidberg illustre bien cet esprit.

Son dessin presque enfantin et ses personnages patatoïdes nous rendent ce récit instantanément sympathique. Un album à lire, sans aucun doute.

Nom série  Les 4x4  posté le 08/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est fou comme certains auteurs de talent peuvent gaspiller ledit talent.

Prenez Pierre Christin, prof de Sciences-Po, écrivain, journaliste, et scénariste de Valérian ou partenaire de longue date de Bilal. Fasciné par les relations internationales, porte-drapeau d'une coopération internationale dans certaines de ses séries, il nous livre avec cette série une déclinaison assez pitoyable de ses préoccupations habituelles.
Il s'est adjoint les services graphiques de Philippe Aymond, un rude artisan, un rougeaud élevé à la patate et à la betterave. Bon, ça n'a rien à voir, mais c'est pour dire que celui-ci a un trait très agréable, vaguement inspiré par Moebius/Giraud, et que lui aussi a un peu perdu son temps dans cette série un peu faiblarde.
Certes, Christin y distille des moments d'humour, mais celui-ci tombe plutôt à plat, d'autant plus que le concept est carrément farfelu...

Fans des deux auteurs, fuyez !

Nom série  Loin du mythe  posté le 05/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand j'ai feuilleté pour la première fois cet album, j'ai pensé "beurk, c'est quoi ce dessin ?"
Et puis je me suis mis à le lire, attiré par l'argumentaire de Carabas. Bien m'en a pris, puisqu'au final, c'est un album pas mal. Oh bien sûr, il faut être un fan de Charlélie, de ses poèmes de rue, pour bien apprécier le dynamisme de ses rimes, la fluidité de son texte. Un texte qui d'ailleurs est soi typographié, soit calligraphié, presque tagué.
Il s'est adjoint les services de Vincent Gravé, l'un de ces jeunes auteurs au talent graphique fou, qui réalise ici quelques belles aquarelles. La structure narrative et graphique est ici éclatée, chamboulée, puisque outre cette originalité textuelle, on a des dessins pleines pages (souvent très beaux), des croquis "jetés", mais aussi des gaufriers avec de toutes petites cases... Un carnet de croquis (relatant des concerts de Charlélie pour l'essentiel) est en bonus de l'album.

C'est un OVNI, mais qui malgré quelques spécificités et originalités, peut plaire au plus grand nombre, car l'histoire qu'il conte est universelle, quoiqu'un peu naïve...

Nom série  Anna  posté le 04/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Photo-réalisme et sado-masochisme. Deux éléments que je n'apprécie guère en bande dessinée.
Ces deux éléments sont réunis dans ce tome un peu OVNI réalisé par Betbeder et Bec.

Tous deux ont pris des risques en se lançant dans ce projet. Le résultat ? Probablement un objet très intéressant pour les amateurs du genre, mais pour ma part je suis passé complètement (ou presque) à côté.
En effet j'ai vraiment du mal avec les histoires mettant en scène des artistes intellectualisant leur art -ou autre chose-, c'est la même chose dans la vraie vie en fait. Ca me gonfle prodigieusement. Il n'y a certes pas trop de ces passages dans "Anna", mais je trouve quand même ce tome singulièrement bavard. Et comme je ne suis pas vraiment un amateur des relations sado-masochistes, une grande partie de son discours me passe à 30 000 pieds au-dessus de la tête.
Tout n'est pas négatif dans ce tome. Le passage sur le fameux Hervé, artiste puceau pervers, m'a bien fait marrer. Et la partie non dessinée était bien écrite.

Pour le reste... ce n'est pas pour moi. Hop, passe à ton voisin !

Nom série  Le Cycle d'Ostruce  posté le 04/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un premier tome lancé à grands renforts de publicité, puisque ce fut l'un des premiers de la collection "Portail", des éditions Le Lombard.

J'étais méfiant envers la couverture assez tape-à-l'oeil, mais finalement l'intérieur n'est pas désagréable, visuellement parlant. Certes, le dessin n'a pas encore acquis son propre caractère, il manque encore de maturité sur certaines scènes (comme des contre-plongées qui inspirent plus le mal de mer qu'un sentiment d'admiration). Le dessinateur se permet ainsi quelques audaces en termes de cadrage, alors qu'il est un peu "tendre" pour ça.
Sur le plan narratif, on a un peu de mal au début avec l'installation des différents niveaux de lecture. D'autant plus que dès le courant du premier tome, l'histoire change de direction. Un peu rude, même si la fin du premier tome est plutôt bonne.

Ce n'est probablement pas un futur chef-d'oeuvre, mais je lirai tout de même la suite avec intérêt.

Nom série  Hanashippanashi  posté le 03/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avais lu Sorcières, du même auteur, un ensemble de nouvelles qui appartiennent à la même sphère, le fantastique.

Peu convaincu par ces nouvelles, j'ai quand même tenté "Hanashippanashi".
Il s'agit encore une fois d'historiettes sur lesquelles souffle un léger vent de fantastique, des petits décalages du quotidien, des situations étranges.

Rien d'exceptionnel là-dedans, mais l'inventivité des éléments fantastiques, la sympathie des histoires (parce qu'elles sont plus courtes ?), les dessins assez agréables (mais parfois seulement esquissés) font de ces deux premiers tomes un agréable moment de lecture, sans prétention.

Nom série  Dernier exil  posté le 02/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ah ça c'est du vrai fantastique ma bonne dame !
Du solide, de l'approfondi, comme on en faisait dans le temps, du fantastique lentement mûri, façonné par des mains d'artisan rougies par le travail, avec des bouts d'angoisse, de mystère et de suspense dedans.
Adapté d'un classique oublié de Jacques Spitz, ce diptyque s'annonce comme très intéressant. Jean-Michel Ponzio a récemment été remarqué pour une autre série prometteuse, Le Complexe du chimpanzé, pour une histoire où le temps prend une place prépondérante. C'est le cas également ici, puis que le personnage principal peut, à la suite d'une injection non désirée, voir ce que vont devenir les denrées et les êtres périssables à court terme, puis à terme tout court, c'est à dire à leur disparition. Un sujet fort, très bien traité dans l'ouvrage de Spitz, et bien adapté par Ponzio, dans une version "moderne".
Curieusement, j'ai pensé à un manga lorsque j'ai lu cet album ; il s'agit de Homunculus, où un SDF peut, à la suite d'une opération chirurgicale, voir les gens d'une autre façon, plus métaphorique.

Au départ je ne suis pas fan du style graphique de Ponzio. Ce réalisme photographique, légèrement retouché, qui s'intègre dans une bande dessinée, me gêne quelque peu. C'est d'ailleurs pour cela que je n'ai pu lire Zéro Absolu, Christophe Bec ayant un style assez proche. Mais je dois avouer que pour un récit de ce calibre, et surtout pour servir une histoire parlant de la distorsion de la réalité -et des sensations visuelles en particulier-, ce décalage en devient presque indispensable, et du coup entièrement légitime.
On s'embarque très vite sur les pas de ce pauvre Jean Poldensky, qui perd peu à peu pied avec la réalité...
Si vous aimez le fantastique, les univers légèrement décalés, je pense que vous ne serez pas déçu(e)(s).

Nom série  Ce qu'il en reste  posté le 02/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Jolie découverte.
Loïc Dauvillier va se faire un nom dans le roman graphique...
En effet ce nouvel album, sorti en début d'année chez un petit éditeur qui promet, est un petit bijou de sensibilité, tout en évitant les écueils du genre, ce qui est en soi une énorme performance.

"Ce qu'il en reste" nous emmène dans les souvenirs d'une jeune fille, et surtout les souvenirs de sa relation avec Théo, un écrivain pantouflard et bordélique. Loin de sublimer les instants magiques, loin d'exagérer les passages romantiques, c'est simplement la vie, et ses petits tracas, ses petits travers, qui nous est présentée à travers cet album. Dauvillier a trouvé en Jérôme d'Aviau (connu comme bloggeur sous le pseudo de poipoipanda) l'illustrateur idéal, car c'est un dessinateur rapide, nerveux, mais qui sait tout de même capter les expressions et les émotions pour les retranscrire de manière juste.

A voir comment sera la seconde partie du diptyque, mais ce premier tome est très bon.

Nom série  Le Mont du Sud  posté le 29/05/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne connaissais pas Pocket Chocolate, mais je trouve cet album plutôt agréable.
Enfin, plutôt agréable à l'oeil dans un premier temps, et agréable à la lecture par la suite.
Comme l'ont dit mes camarades, c'est une histoire très fleur-bleue, emplie de bons sentiments, qui ravira tous ceux qui ont un coeur d'artichaut. D'autres, mais relativement peu je pense, la trouveront mièvre, à la limite du gnangnan.
Quoi qu'il en soit, ça se lit très bien, plutôt vite, même si l'on s'arrête sur les belles cases de Pocket Chocolate. Il a un style très proche du manga classique et ce sont ses couleurs qui l'en démarquent. Mais pour le reste, ce n'est hélas pas vraiment original, et ça se lit en 10 minutes maximum.
A réserver aux fans.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 193 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque