Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4913 avis et 1901 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Belli Dentro  posté le 23/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un petit album qui attire la curiosité. Quand on le feuillète, on pense immédiatement au style graphique de Blanquet, même si visiblement l'auteur, Squaz, semble davantage se réclamer de Charles Burns dans ses remerciements. Ce recueil est composé d'histoires courtes en quelques pages ou en une unique planche, et de quelques dessins d'illustration ou d'humour en une page. Nouvelles graphiques au ton décalé et surprenant, plutôt glauques et dotées relativement souvent d'un humour noir.
Tout cela est très légèrement dérangeant par l'aspect incongru de l'ensemble, des personnages étranges, par le sadisme et le gore-light de certaines scènes.

Si je ne connaissais pas l'oeuvre de Burns, Blanquet et autres auteurs amateurs de ce genre graphique et narratif (je pense au blog de J-Maïe ou à La Peur du Mal), j'aurais peut-être été assez épaté par l'originalité et l'ambiance étrange et inquiétante de la chose. Malheureusement, j'étais là en territoire relativement conquis à mes yeux, et Squaz n'y apporte pas vraiment de nouveauté. En outre, une bonne partie de ses histoires m'ont laissé franchement circonspect. Quant à l'humour, ben... il ne m'a pas touché.

Bref, ce n'est pas un mauvais album et il ne manque pas d'une certaine originalité dans les idées de ses histoires, mais ce n'est pas mon genre.

Nom série  Ze World selon Jean-Claude  posté le 23/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Sincèrement, je ne m'attendais pas à grand chose avec cette BD que je classais dès le départ dans les BDs commerciales façon Les Blondes. Et je ne sais pas non plus si le vrai, le grand, le puissant, l'aware J-C Van Damme a participé d'une manière ou d'une autre à la création de cet album. Cependant sachant que ce dernier tourne actuellement un film sur sa personne mais prise sur le ton de la dérision, je trouvais cela assez bonne ambiance : savoir se moquer de soi, surtout quand on a un esprit et une réputation aussi particulière que la sienne, est une preuve d'intelligence à mes yeux. Donc peut-être y avait-il quelque chose de bon à tirer d'une BD sur la même idée ?
Mais en fait, bof...

Le dessin est plutôt bon en fait. Bien sûr, c'est de l'habituelle franco-belge d'humour et caricatural comme dans la majorité de ce type de BD grand public, bien sûr les couleurs sont informatiques avec leur lots de banals dégradés. Mais je trouve qu'il y a quand même un effort de porté sur le graphisme et même les décors et les personnages en second plan ne sont mauvais. Bref, visuellement, c'est pas mal.

Côté humour maintenant, en fait chaque gag reprend une citation de JCVD en en-tête et développe sur le sujet. Ce ne sont pas de banales illustrations bêtasses de ces citations, enfin pas toujours, ce sont parfois de vraies broderies sur les thèmes et il y a quelques idées pas mauvaises.
Cependant, c'est rarement drôle. Certains gags sont prévisibles et ras-de-terre gâchant l'ensemble. Certains autres m'ont fait sourire mais sans plus.

Bref, malgré un rendu graphique d'assez bonne qualité et une certaine bonne volonté de ne pas faire du gag tarte-à-la-crème ultra-convenu, ce n'est quand même pas beaucoup plus à mes yeux qu'une simple utilisation d'un thème porteur pour une BD commerciale de plus.

Nom série  Tabasco Blues  posté le 22/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je réalise maintenant seulement que j'ai en fait lu Tabasco Blues comme étant un tome de l'intégrale Chicanos que je possède. C'est donc pour moi une seule et même série, avec simplement d'autres histoires courtes recueillies dans cet album-ci.
On y retrouve notre héroïne mexicaine, sa jeunesse et ses débuts comme détective privée. Elle est toujours aussi moche mais très attachant malgré tout.

Ces petites aventures que vit la gentille mais malchanceuse Alejandrina sont assez noires mais ne manquent pas d'un certain humour. Un humour qui s'en prend en fait bien souvent à l'héroïne elle-même que la vie n'a pas gâtée et continue à ne pas gâter.

Le dessin est bon, typique du style de Risso. Les planches ont l'air un peu confuses au premier coup d'oeil mais la narration graphique marche parfaitement bien.

Les scénarios de chaque histoire sont sympathiques sans être transcendants. Disons qu'ils valent surtout par la personnalité de l'héroïne et par son aspect attachant.
A lire pour le divertissement.

Nom série  Chroniques Birmanes  posté le 22/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
A l'époque, j'avais été littéralement happé par Pyongyang. Par la suite, j'avais aussi beaucoup aimé Shenzhen. Je n'ai donc pas hésité à acheter Chroniques Birmanes dès sa sortie.

Hormis le passage chez Delcourt qui modifie la maquette et la couverture, nous retrouvons là presque strictement le même type d'ouvrage. Le dessin de Guy Delisle y a beaucoup gagné en assurance depuis les débuts de Shenzhen. Il est toujours aussi fluide et doué pour la narration. Et il sait toujours aussi bien insérer régulièrement de l'humour au fil de ses pages.
Seule différence notable, à l'époque de Shenzhen et Pyongyang, il était célibataire et en séjour dans le cadre de son travail, tandis que là il est en couple, avec sa compagne qui travaille pour MSF et lui qui est là en simple accompagnateur, homme au foyer chargé de s'occuper de son jeune fils. Cela modifie un peu la façon dont il visite le pays et ses relations avec les gens puisqu'il est là un peu en touriste, ou du moins sans l'appui social et psychologique d'un emploi bien établi.

J'avoue avoir été un peu moins marqué par ma lecture de Chroniques Birmanes que par Pyongyang. Je crois surtout que c'est le fait d'être désormais habitué à ce genre de récit qui fait cela : il n'y a plus d'effet de surprise.
Car dans les faits, il n'y a rien à reprocher, loin de là.
Comme à son habitude, Guy Delisle alterne moments de vie privée et ouverture davantage vers la situation du pays, politique, social, etc. J'ai trouvé un poil plus de vie privée ceci dit, dans ce livre-ci, mais je ne suis pas sûr que ce ne soit pas qu'une impression.
J'ai appris beaucoup, voire énormément de choses, sur la Birmanie (ou Myanmar), cette nation si fermée et mystérieuse. Certaines choses recoupaient des données que j'avais apprises à la télé, lors de reportages ou des récents évènements dans ce pays. Mais beaucoup d'autres, anecdotes et informations d'envergure plus importantes, m'en ont révélé énormément sur la vie dans ce pays en pleine dictature, et sur les aberrations dont peut être responsable cette dernière. Sous couvert d'un pays "tranquille", en tout cas pour les expatriés, la vie là-bas a parfois l'air... ubuesque, semble-t-il. Par contre, je n'ai pas réussi à ressentir la peur que doivent probablement éprouver les Birmans, l'album n'a pas véritablement su me la retranscrire. Probablement parce que l'auteur ne l'a lui-même pas véritablement vécue sur place.

Difficile d'en parler plus car il y aurait en fait trop de choses à dire et à commenter sur ce qu'on apprend sur la Birmanie dans cet ouvrage. De même, il y aurait trop à dire sur la façon légère, dynamique et pleine d'humour dont Guy Delisle arrive à nous raconter tout cela. Cela coule de source, c'est un album qu'on ne peut pas refermer (ou alors à grandes difficultés) avant de l'avoir terminé, et une fois de plus je me suis endormi à "pas d'heure" cette nuit parce que je n'ai pas réussi à me forcer à le reposer avant la fin.
Si vous avez aimé Shenzhen et Pyongyang, vous apprécierez sans doute autant Chroniques Birmanes.

Nom série  Pietrolino  posté le 20/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une belle couverture qui attire l'oeil, deux grands noms de la BD comme auteurs, et un sujet original et ironiquement d'actualité avec la mort du Mime Marceau, voilà une BD qui avait de quoi m'attirer.

Nous voilà placés sous l'Occupation. Pietrolino, son partenaire Simio et la jolie Colombella sont saltimbanques, vivant du spectacle de mime, puissant et évocateur, de Pietrolino. Mais ce dernier est patriote et ne manque pas d'inclure dans son oeuvre une scène présentant métaphoriquement la victoire de la France sur l'occupant nazi. Et voilà qu'un jour, la belle trahit les deux autres, Pietrolino se fait briser les mains par un officier nazi et Simio et lui sont envoyés en camp de travail. Un long calvaire pour le mime déchu, mais son art n'a pas manqué d'inspirer la relève.

Le dessin est dans le style reconnaissable d'Olivier Boiscommun. Personnages expressifs et postures des corps pleines de vie. Les couleurs sont également belles et bien en accord avec chaque ambiance. Les décors, en revanche, se révèlent parfois un peu trop simples, comme les bâtiments aux perspectives un peu plates des premières planches et de bien étranges wagons de train à un moment donné. De même, les uniformes des allemands sont assez surprenants. Tout est fait comme si le réalisme n'avait aucune importance, comme si le récit se plaçait plutôt au niveau du conte et de la métaphore.

Le récit, quant à lui, est évocateur et saura toucher les amateurs de mime et bien sûr du mime Marceau. Bon point, il ne se borne pas au décor cliché de l'Occupation puisque la Libération arrive dès la moitié du premier album et que nous suivons Pietrolino vers des aventures plus ouvertes par la suite. Et la jolie Alma est assez attachante.
Cependant, à titre personnel, je déplore les bons sentiments et surtout le manichéisme qui émane de ce récit. J'ai trop eu le sentiment de voir en permanence d'un côté les gentils et de l'autre les méchants, méchants nazis, méchante traîtresse, méchant collabo, puis ensuite méchant riches contre gentils artistes pauvres. L'intrigue se révèle à mes yeux un peu trop mièvre malgré les bonnes intentions qu'elle affiche et je n'ai pas su être touché.

C'est tout de même une oeuvre de qualité au dessin plaisant et à la thématique séduisante. Un joli hommage à l'art du mime. Peut-être le second et dernier tome suffira-t-il à me convaincre totalement.

Nom série  L'Autre Fin du Monde  posté le 19/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un album vraiment à part de par sa taille, son format et son contenu. Un énorme pavé de plus de 1120 pages, à la couverture cartonnée, au papier fin et solide, presque papier bible, le tout rappelant fortement un dictionnaire d'autant que ses chapitres sont numérotés de A à Z. Dedans, une unique et longue histoire fleuve au graphisme minimaliste, profitant pleinement de toute la longueur de l'album pour offrir une narration très ouverte, des cases parfois uniques par page et une mise en page libérée de toute contrainte. Un album au prix également impressionnant qui m'a fait tourner autour pendant longtemps sans oser l'acheter.

Finalement, je me suis laissé convaincre et je ne suis pas déçu de mon achat.
C'est une très longue BD que j'ai mis 4 soirées à lire dans son ensemble, me forçant chaque soir à arrêter ma lecture sous le coup de la fatigue car la narration est très fluide et très prenante. Au final, je ne considère pas que c'est une BD indispensable ni un récit vraiment marquant, mais j'ai passé un très bon moment à la lire. Je ne suis donc pas déçu de mon achat, ne serait-ce que pour l'objet qui est très beau mais aussi car finalement, en terme de plaisir et de temps de lecture, le rapport qualité-prix est bien respecté.

Bref, quel est donc ce contenu ?
C'est une histoire sur la mort et l'amour après la mort. C'est l'histoire d'un homme qui voit chaque nuit le fantôme de sa femme sortir de sa tombe et partir pour de mystérieuses balades sans jamais lui parler.
A cette histoire très contemplative viennent peu à peu se greffer de nombreux autres personnages clés. Tous ces personnages sont variés et intéressants, ils ajoutent beaucoup d'intérêt et de récits parallèles à la trame principale.
Au fantastique et à l'émotion du récit tel que présenté ainsi s'ajoute aussi beaucoup d'humour. Les dialogues sont très modernes, parfois mêmes accompagnés de mots d'un argot que je ne connais pas. Et certaines répliques, réparties et autres situations sont vraiment hilarantes. Bref, il n'y a là aucun pathos, le récit est léger et agréable.

Le graphisme est le style minimaliste qu'affectionne Ibn Al Rabin. J'avoue avoir craint en début d'album de souffrir à la lecture d'une aussi longue histoire représentée essentiellement en ombres chinoises, avec des personnages (hormis les fantomes) qui ne sont que des silhouettes noires très simplifiées. Mais j'ai découvert à quel point Ibn Al Rabin est capable de donner une vraie personnalité et une formidable expressivité à ses personnages tous simples, par des positionnement de la tête par rapport au corps, par une bouche qui s'ouvre, par de basiques éléments corporels pour différencier les personnages. A tel point que l'imagination fait le reste et j'ai vraiment gardé en tête l'image de décors marquants et de personnages attachants, alors même que les images sont épurées au possible.

Quant à mon ressenti sur l'ensemble de l'oeuvre ?
J'ai été très accroché par la première moitié de l'album, par sa partie contemplative, par son ambiance mystérieuse et son petit lot de personnages. J'ai un petit peu décroché à partir de la moitié quand les choses s'accélèrent et que l'espèce de huis-clos du départ s'ouvre vers plus d'action et une foule de personnages. L'ambiance s'y est délitée à mes yeux.
Le récit n'en reste pas moins bon et très plaisant à suivre. Et la fin est assez sympathique, sans être marquante comme les fins de très longues histoires savent souvent l'être pour moi.

Un bel objet et une lecture que je vous conseille malgré son prix qui en refroidira plus d'un.

Nom série  Un gâteau de grand  posté le 17/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'aime bien le dessin de Mickaël Roux et les couleurs de Lorien, que j'avais déjà pu admirer dans Jour de pluie. Ils ne déméritent pas ici non plus, nous offrant des décors simples mais réussis et des personnages (jeune héroïne et autres créatures) pleins de vie et d'expressivité. Très plaisant à lire et à regarder.

Quant au récit, il déborde d'humour, le genre d'humour gentil qui plait aux enfants mais fait aussi rire les parents. On devine la fin facilement mais c'est tout le déroulement du récit qui est drôle et plaisant.

Une bonne lecture, un poil cher pour le temps de lecture, mais je l'ai achetée et ne le regrette pas.

Nom série  Le miam de Moute  posté le 17/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette BD se lit très vite, en ce sens, il m'est difficile d'en conseiller l'achat car le prix est élevé en comparaison. Mais en ce qui me concerne, je l'ai acheté et ne le regrette pas.

C'est un récit en une image muette par page. Un récit tout simple mais qui marche carrément. Le dessin est super expressif, jouant tout dans la composition et le faciès des personnages qui sont très bons, souvent hilarants.
Et le récit... Tout aussi simple, il serait résumé en une petite phrase, mais... Il m'a vraiment fait rire. Il est très bien raconté, tant du point de vue de la narration muette que des dessins.
Très drôle. Le genre d'album qu'on aime à faire partager à ses proches.

Nom série  Jour de pêche  posté le 17/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un petit album pas mal mais au ton surprenant pour cette collection. Le récit est en effet assez adulte et peut-être même un peu sadique sur la fin pour vraiment plaire aux jeunes enfants. Mais c'est plutôt sympa à lire pour un grand en tout cas.

Le dessin me plait bien. Comme crayonné, il a une vraie âme et une belle colorisation. Mais à nouveau, je ne suis pas sûr que ce style plaise à des enfants.

Le scénario est plaisant sans être transcendant sur la quasi-totalité du récit. Jusqu'à la fin qui... m'a carrément surpris. Je ne m'attendais vraiment pas à ça. La collection des Petits Chats Carrés m'avait habitué à des fins gentilles, pleines de tendresse, de morale ou d'humour. Ici, de l'humour, il y en a, mais plutôt noir. Amusante fin, en tout cas.

Nom série  Le Corbeau et le renard  posté le 17/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce petit album raconte deux histoires en une.

La première, celle du Corbeau et du Renard, purement et simplement. Sauf que cette version est modernisée et parsemée de petits moments d'humour assez sympathiques, histoire de la dépoussiérer et la rendre plus attractive à un jeune public et aux parents qui la lisent.
La seconde est celle d'un petit garçon, fana de jeux vidéos, que sa mère arrache à sa console pour aller voir un spectacle de marionnettes racontant le Corbeau et le Renard, spectacle qui va finir par convaincre son fils que ça vaut bien un jeu vidéo.

Deux histoires sympathiques, pas transcendantes mais plaisantes et avec un peu d'humour bienvenu.
C'est tout simple mais pourquoi pas ?

Nom série  Amira et les squelettes mexicains  posté le 17/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Des squelettes et l'ambiance de la fête des morts mexicaine dans un petit album jeunesse, voilà qui est surprenant. Pourtant, je n'ai pas vraiment été séduit.

Le dessin est dynamique et plein de vie et de couleurs chaudes. J'apprécie cependant assez peu son encrage hyper-épais, comme des petites images vues au zoom. Les planches manquent de finesse à mon goût, même pour une BD pour enfants.

Le récit, ensuite, ne m'a pas enthousiasmé sur sa majeure partie. Une petite fille qui découvre des fantômes et squelettes dans un cimetière et se joint à eux pour faire la fête. Mouaif...
C'est la fin qui permet de donner du sens à ce récit et lui donner une touche d'émotion. Mais elle ne suffit pas à renverser l'opinion que le reste de l'album m'a faite, celle d'une BD qui me laisse assez indifférent et que je doute de lire un jour à ma fille.

Nom série  Hector Kanon  posté le 16/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les dessins et les planches d'humour que Libon offre sur son blog me font généralement beaucoup rire. J'aime bien son humour et sa capacité de dérision qui ressort jusque dans son trait. Aussi, quand j'ai vu qu'il était l'auteur de ce grand et bel album, je n'ai pas hésité.

J'y ai retrouvé Hektor Kanon dont j'avais déjà lu une histoire dans le magazine Fluide Glacial.
Hektor Kanon est un blaireau. Un de ces branleurs orgueilleux et égocentriques qui hurlent bien fort qu'ils sont les plus cools et à la pointe du style alors qu'ils ne sont en fait rien d'autre que de gros loosers qui se ridiculisent eux-mêmes.
Le personnage que Libon crée avec lui est crédible et bien pensé. Manque de chance pour moi, je ne le trouve pas très attachant, dans le sens où, présenté ainsi, je trouve que ce n'est pas tellement le type de personnage qu'on "aime à détester". En fait, il a un peu tendance à me lasser.
Heureusement, les aventures et péripéties qu'il vit, de même que les personnages qu'il rencontre, eux, m'intéressent davantage et me font plus rire.

L'humour est un peu inégal. Il tombe parfois un peu à plat pour moi, présentant quelques longueurs au fil de certaines planches. Mais à d'autres moments, il m'a bien fait rigoler, voire vraiment me marrer.
Il y a de chouettes morceaux d'humour là-dedans.

Bref, c'est une BD humoristique sympa avec un personnage relativement original et des situations intéressantes. J'aime bien.

Nom série  Des bêtes !  posté le 16/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Des bêtes ! est une BD d'humour sur le monde animal. Pas très original mais pourquoi pas ?

Le dessin est simple, techniquement moyen mais efficace.

Les gags sont cependant très inégaux.
Ils ont l'avantage d'être relativement variés. A part quand ils reprennent de manière répétitive des mêmes personnages pour des gags récurrents, ce que je n'apprécie pas vraiment.
Mais une grosse majorité n'est quand même pas drôle. Ils tombent à plat ou sont trop prévisibles, non pas vraiment déjà vus mais rarement surprenants.
Heureusement, certains gags m'ont quand même plu et fait sourire, même si aucun ne m'a franchement fait rire pour de bon. Ceux-là sont assez sympathiques, bonne ambiance et assez bien trouvés.
Mais dans l'ensemble, c'est quand même très moyen.

Nom série  Le Roux  posté le 16/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une BD d'humour pas terrible à mon sens.

Un dessin simple et moyen mais utilisant une efficace et intéressante palette de couleurs, gris, marron et orange, pourquoi pas, mais faut voir le contenu...

La première planche présente un gars aux cheveux roux qui nous fait part de sa paranoïa, de à quel point les roux sont moqués et rejetés par la société.
Bon...
Mais la deuxième planche nous présente à nouveau le même gag à peu de choses près.
Et c'est ensuite une suite de répétitions tournant soit autour du complexe paranoïaque de notre ami "roux" ou alors de l'hypocrisie du "pas-roux" qui essaie de traiter "normalement" cet étrange gars aux cheveux roux et les autres de sa "race".
Seule la fin tente de sortir un peu de cet humour ultra-répétitif en partant dans un délire fouillis pour... revenir sur le même thème de la classification des gens selon un critère physique.

Ce n'est pas drôle et répétitif.
Donc bof.

Nom série  Peanuts  posté le 16/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Je suis sûrement loin d'avoir lu tous les strips et tous les albums de Peanuts, mais de ce que j'en ai lu, je ne comprends pas d'où vient son statut de référence en matière de BD d'humour et de strips. Je ne comprends pas du tout l'engouement qu'ont certains pour ces personnages de Snoopy et autres Charlie Brown.

C'est au niveau de l'humour que ça ne passe pas pour moi (on ne parlera pas du dessin qui est du dessin de strip plutôt moyen). Je ne sais pas : ça ne me fait pas rire, ou parfois à peine sourire. Les chutes des gags, souvent faites sous forme de phrases dites comme en connivence avec le lecteur, me laissent froid. Même les personnages me semblent sans grand intérêt. Je ne ressens aucune affection pour eux, aucun attachement.
Quant aux discussions philosophiques de Charlie et ses amis, je les trouve basiques et inintéressantes par moment, et inutilement bavardes à d'autres moments.

Bref, je n'ai pas été séduit par cette série de strips pourtant si connue même si ça ne me dérange pas d'en feuilleter quelques strips à l'occasion.

Nom série  NéoUniversel  posté le 15/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après des séries comme Planetary, Desolation Jones et autres Transmetropolitan, je me mets à acheter les oeuvres de Warren Ellis les yeux fermés tant je suis tombé sous le charme de l'originalité et de l'intelligence de ce scénariste. Néouniversel n'a pas manqué à la règle, d'autant que son sujet laissait espérer quelque chose d'intéressant.

La trame est simple et assez cliché : un évènement surnaturel donne soudain des super-pouvoirs à un groupe de personnes et ils vont devoir faire avec, et si possible sauver le monde.
Ce monde en question, c'est la Terre, mais une Terre parallèle où l'Histoire n'a pas exactement suivi le même chemin : pas d'effondrement de l'URSS, une Chine aussi puissante que les USA, et plein d'autres évènements qui ont eu lieu (la Crise des missiles de Cuba a résulté en l'atomisation de la Floride et de Cuba) tandis que d'autres n'ont pas eu lieu (pas de 11 Septembre). Cela permet un contexte assez neuf et des implications géo-stratégiques à même de laisser le champ suffisamment libre à l'auteur.

Premier bon point, les personnages sont bien construits. Ils sont très différents et intéressants. Même s'ils sont tous originaires des USA - ce qui est assez géocentriste comme choix scénaristique mais cela aura son importance dans le scénario car du coup cela risque de ne pas plaire aux voisins Chinois -, ils ont des psychologies et des positions qui n'ont rien à voir les unes avec les autres. En outre, les pouvoirs qui leur sont conférés sont sans concession : ils sont démesurément puissants mais c'est à la mesure du travail qui les attend et ils devront apprendre à maîtriser ce qui leur est offert. Et c'est d'ailleurs l'une des problématiques principales de ce début de série, car l'Etoile a bien du mal à maîtriser sa puissance destructrice semble-t-il, et la Justice semble bien prendre son rôle plus qu'à coeur...
Second bon point, on retrouve une thématique très appréciée de warren Ellis, celles des univers parallèles et d'un multivers florissant. Ainsi, ce qui arrive à la Terre dans Néouniversel a déjà eu lieu sur de très nombreuses autres Terre et des envoyés de celles-ci viennent prévenir les concernés de la marche à suivre. Cela donne du coup une certaine profondeur supplémentaire au récit.
Et enfin, troisième bon point, la narration est excellente et on suit l'histoire en étant facilement captivé, avec l'envie d'en savoir toujours plus. L'intrigue n'a rien de prévisible et au bout du 6e chapitre, celui achevant le premier album paru en France, je n'ai strictement aucune idée de comment les choses vont évoluer par la suite.

Maintenant, au niveau des points un peu négatifs, il y en a quelques-uns.
Le premier est la trame de ce scénario. Très cliché, le début de cette histoire de super-héros qui se découvrent rappellera fortement des séries télé comme Heroes voire les 4400, et bien sûr d'autres comics comme Rising Stars, etc. Je compte cependant sur l'imagination de Warren Ellis, son sens de la démesure et de l'inattendu, pour apporter de la nouveauté à la suite de l'intrigue et la faire totalement sortir des sentiers battus.
Le second point négatif, ou presque, est le dessin qui est assez moyen. Le trait de Salvador Larroca passe plutôt bien en premier aperçu mais il révèle vite ses faiblesses, notamment au niveau des visages des personnages qui sont assez changeants et dont les angles de vue sont difficilement maîtrisés. L'utilisation de l'informatique pour l'application de texture 3D et de couleurs informatiques tente de masquer un peu ces défauts et y arrive relativement bien, mais les planches s'en révèlent cependant assez froides et parfois trop sombres. Cela se lit bien et ne choque pas, mais il ne faut pas être trop attaché au talent graphique et à une excellente lisibilité.

Intrigué mais pas encore totalement passionné, j'ai lu le premier tome paru en France comme un bon divertissement un peu déjà-vu mais capable d'amener vers une intrigue très novatrice dans les tomes à venir.

Nom série  Planetary : D'un monde à l'autre  posté le 14/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis un grand amateur de Planetary dont je conseille fortement la lecture, et j'aime aussi beaucoup les personnages de Batman, de The Authority et juste un peu moins la JLA. Je ne pouvais donc pas éviter d'acheter ce recueil de trois cross-over mettant en scène Planetary avec ces autres excellents personnages.
Le résultat est de bon niveau mais je crains qu'il ne convainque que les afficionados de ces héros.

La première histoire met en scène la rencontre, ou du moins un même combat mené en parallèle, entre la toute puissante et expéditive Authority et la très secrète et manipulatrice Planetary. Il est intéressant de voir comparées les méthodes de ces deux équipes toutes deux imaginées par le même Warren Ellis. Cependant, le récit est un peu bourrin et manque singulièrement de profondeur. C'est une sorte de grosse bataille rangée, comme souvent avec un danger apocalyptique à la clé que les héros vont devoir éviter. Les interactions entre les équipes sont quasiment inexistantes. Et le dénouement du récit est assez incompréhensible : j'ai eu beaucoup de mal à comprendre les explications du danger et comment Planetary fait pour éliminer aussi facilement la menace.
Bref, pas très concluant mais joliment dessiné et tout de même plaisant à lire pour qui aime ces deux équipes.

La seconde histoire nous emmène dans un univers parallèle et chamboule la donne. Planetary joue le rôle des méchants, prenant presque la position de ceux qu'ils combattent d'habitude, les Quatre Voyageurs, dominant la Terre depuis leur base sur la Lune, Terre à qui ils ont distribué une technologie très avancée mais qu'en secret ils maîtrisent totalement. Or cette technologie, ils l'ont obtenue en assassinant et en volant, tuant notamment les parents d'un certain Clark Kent et d'un certain Bruce Wayne, et massacrant l'île des amazones d'une certaine Diana Prince. Ces trois-là vont donc liguer leurs super-pouvoirs pour libérer le monde du joug de la tyrannie.
Univers parallèle intéressant dans la façon dont il remet les choses en question, le récit est plaisant et intéressant, sans être trop complexe. La fin se résume cependant à une confrontation face à face des héros de talents similaires, Superman contre Ambrose Chase, Wonder-woman contre Jakita Wagner, et Batman contre Elijah Snow.
Et les connaisseurs de Planetary me diront : et Le Batteur, quatrième membre de l'équipe, qu'en est-il ? Eh bien justement, c'est la petite touche en plus de ce récit, visible uniquement pour ceux qui ont réfléchi un peu et qui connaissent un peu la sournoiserie de Warren Ellis et son goût pour le non-dit. Même si on ne voit quasiment pas le Batteur, si ce n'est aperçu à un endroit surprenant en début de récit, il semblerait bien qu'il soit secrètement derrière tous les évènements racontés ici et que le dénouement soit exactement ce qu'il voulait qu'il soit. Le récit gagne donc en profondeur pour peu qu'on imagine vraiment que les choses se sont passées ainsi.

La troisième histoire amène à se rencontrer l'équipe de Planetary et Batman... ou du moins de nombreuses versions de Batman. Et cette histoire est très réjouissante, voire très drôle à certains moments.
En effet, Planetary s'étant rendu à Gotham City, ville où aucun justicier n'existe dans leur univers, ils vont se retrouver à sauter d'un univers parallèle à un autre et du coup à rencontrer plusieurs versions du même Batman. Très drôle de les voir face à l'assez ridicule Batman de l'époque de la série télé kitsch et gentillette. Hilarant de voir Elijah Snow, au moment où il veut botter le cul à ce batman d'opérette, se retrouver nez-à-nez avec le titanesque Batman - Dark Knight de Miller. Et ainsi de suite. Beaucoup de clins d'oeil et de réjouissantes références.
Le scénario est léger et vite résumé, mais il m'a bien plu, fait rire et intéressé à la fois.

Bref, voilà un album qui n'intéressera peut-être que les fans de Planetary, The Authority, et l'univers DC notamment Batman, mais je fais partie de ceux-là et j'ai passé un bon moment de lecture. Pas transcendant mais très plaisant.

Nom série  Spider-Man - L'Empire  posté le 13/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand j'ai découvert ce comics (en version originale) et l'ai feuilleté, je me suis dit qu'il s'agissait là d'une sorte de Batman - Dark Knight appliqué à Spider-man. Je n'avais pas faux : dans l'idée et la forme, ces deux oeuvres se ressemblent beaucoup, mais nous ne sommes pas au même niveau de qualité de scénario et d'impact.

Le trait a ici une sècheresse qui rappelle celui de Miller. La mise en page et certains passages (je pense aux extraits de journal télévisés qui parsème le récit) imitent aussi un peu le style du Dark Knight.
Dans la pratique, le résultat est fonctionnel, pas vraiment terrible à mon goût mais pas dénué d'une vraie personnalité. C'est un dessin qui peut plaire ou déplaire suivant les goûts. Moi, il m'a relativement intéressé sans complètement me convaincre.
Par contre, les couleurs informatiques, même si elles sont assez maîtrisées, donnent une atmosphère vraiment froide, vraiment artificielle aux planches. Pas ma tasse de thé.

Le récit, enfin, est bien mené mais ne casse pas des briques. Cela commence avec New-York qui vit sous le joug d'une sorte de dictature politico-militaire, les super-héros ayant disparu et Peter Parker vivant reclus, comme une vieillard rachitique traumatisé par la mort de sa femme, Mary-Jane. Ce dernier n'est plus que l'ombre de lui-même. Mais face au joug tyrannique, c'est paradoxalement J.J. Jameson (aidé d'un allié impromptu et improbable) qui va garder foi en lui et tenter de le faire revenir sur le terrain.
En gros, la première moitié de l'album est une grosse mise en place dont tout l'objectif est de finalement redonner vie à Spider-man.
Puis la seconde moitié est une suite de bastons, Spider-man contre les troupes de la dictature, puis contre une série de ses habituels Super-méchants qu'on a lâchés contre lui (et qui n'ont bizarrement pas franchement vieilli eux) pour finir par la confrontation contre le Plan Final et Apocalyptique de Venom.
Autrement dit, il n'y a pas grand chose de pertinent à se mettre sous la dent. Les thèmes de la dictature et de la révolution ont été déjà maintes fois usités et n'apportent ici rien de neuf, surtout si on fait la comparaison avec Batman - Dark Knight. Seul véritable intérêt pour moi et sans doute pour la majorité des fans de Spider-Man, la curiosité de voir ce que devient toute la clique des personnages orbitant autour de l'Araignée et d'en voir beaucoup à contre-rôle ou dans des positions surprenantes.

Une lecture divertissement, avec beaucoup d'ambition au départ mais dont le résultat est assez moyen en définitive. A lire tout de même pour les curieux.

Nom série  La Famille Martin  posté le 13/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Difficile de ne pas confondre visuellement cette série avec Les petits hommes du même auteur tant l'ambiance et le trait sont les mêmes. Les personnages sont très proches visuellement parlants, même coiffure que Renaud pour monsieur Martin et son fils, et la maman a tout ou presque de Cédille. Même l'humour est très proche. Moi même, avant de relire récemment le premier album de cette série, j'ai toujours cru que La Famille Martin était une sorte de hors-série comique de la série Les petits hommes.

En fait, c'est une vraie série à part, très inspirée de Modeste et Pompon et présentant le même type de petites aventures familiales centrées autour du jardin de leur pavillon de banlieue. L'influence de Franquin sur le dessin de Séron étant plus que manifeste, le rapprochement est d'autant plus vite fait. Ceci dit, si l'on passe outre l'impression permanente que laisse ce dessin d'être complètement pompé dans le style, il n'en est pas moins maîtrisé et plaisant à lire.

Cependant, ce n'est pas drôle. Ce n'est pas que l'humour soit mauvais, à quelques exceptions près (exceptions incluant d'ailleurs un gag que je n'ai tout simplement pas compris), mais il tombe tout simplement complètement à plat. C'est fade. En entamant un gag, je me dis au bout d'une ou deux cases "bon voilà, ça va se terminer comme ça" et, sans surprise, on arrive à la conclusion prévue. Bon... Si l'on considère que l'humour est la résultante d'une surprise permanente pour le lecteur, alors cette BD n'est pas humoristique.
Tant et si bien que, sans détester ma lecture car la narration et le dessin sont plaisants, il m'a été difficile de ne pas me mettre à feuilleter de plus en plus vite les pages tant les "gags" m'indifféraient.
Bof bof...

Nom série  Le Dédale  posté le 10/10/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Le graphisme de cet album m'a beaucoup plu. Dense et précis, il est excellent tant sur le plan du trait que des couleurs. C'est un très bon dessin qui offre des planches toutes plus esthétiques les unes que les autres. Et pourtant la couverture, trop simple, ne laissait pas présager cette beauté.
Les illustrations offertes dans le bonus sur internet, de même que l'"objet" qui permet de les visionner sont tout aussi beaux.

Cependant, je n'ai pas accroché au récit. Trop onirique, trop métaphorique, je crains de devoir avouer que je n'y ai pas compris grand chose. Je dois être trop logique comme lecteur car je n'ai pas su ressentir l'indéniable poésie que les auteurs semblent avoir voulu y mettre. Je n'ai pas ressenti d'émotion ni de compréhension.
De même pour les légendes des illustrations du bonus internet : on sent que les auteurs veulent créer un monde fantasmagorique et intriguant, mais celui-ci n'a pas su se sublimer dans mon esprit.
C'est joli mais cela n'a pas su me toucher. Question de goût et de sensibilité, je l'espère pour ces deux jeunes auteurs.

Dommage car d'un tel graphisme aurait pu résulter une oeuvre vraiment formidable. Sans doute sera-ce pour une future publication, je l'espère bien. En attendant, je conseille tout de même cette ouvrage pour ses très belles planches et peut-être que d'autres que moi sauront être véritablement touchés.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 246 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque