Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 5028 avis et 1946 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le Spirit (Vents d'Ouest)  posté le 01/12/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est avec cet album que j'ai découvert pour la première ce héros, The Spirit, dont j'avais énormément entendu parler comme étant un classique du comics mais que je n'avais jamais eu l'occasion de lire jusqu'à présent. J'aurais voulu aviser la série Le Spirit déjà enregistrée mais celle-ci ne contient que des récits d'avant 1942, avant que Will Eisner ne soit engagé dans l'armée, tandis que celles que contiennent ce volume que j'ai lu datent de 1946 à 1950. Leur style me semble différent, le dessin a grandement évolué et le ton est plus moderne et surtout nettement plus tourné vers l'humour que vers l'aventure.

Il y a bien des choses que je qualifierais de formidable dans ce comics.
Tout d'abord et avant tout son dessin ! Le trait de Will Eisner est incroyablement moderne quand on pense que ces planches ont été dessinées il y a plus de 60 ans. Dire que c'est un précurseur est presque un euphémisme. Les seuls auteurs classiques qui me viennent à l'esprit dont le trait est à la fois aussi personnalisé, aussi fluide, aussi beau et aussi détaillé sont Franquin et Gotlib. Chaque case est une merveille d'esthétisme, de dynamisme et d'efficacité. Surtout pour l'époque quand on compare ces oeuvres à ses contemporaines trop souvent figées et désuètes.
Puis vient le ton de la BD, résolument moderne. Récemment, j'avais été frappé par le modernisme du magazine Mad, précurseur lui aussi à l'époque. Eh bien, The Spirit est également dans la même mouvance, une mouvance que je ne croyais pas possible à cette époque que je suis loin d'avoir connue. C'est un véritable mélange d'aventure et d'humour. Le héros est souvent tourné en dérision. C'est en cela que le personnage du Spirit en lui-même m'a beaucoup plu car ce héros au physique de "bellâtre sans peur et sans reproche" s'en prend plein la tête et n'est vraiment pas exempt de défauts. Le ton est léger, souvent proche du cartoon ou de la parodie, l'humour tend parfois à l'absurde. Les personnages sont souvent conscients qu'ils sont dans une bande-dessinée et s'adressent aux lecteurs. L'auteur ne s'interdit pas non plus quelques touches de fantastique notamment dans ses récits sur Halloween. Bref, il y a dans ces histoires là énormément de choses que bien peu de BD (voire aucune ?) ne se permettaient au sortir de la seconde guerre mondiale.

Maintenant que cela est dit, mon ressenti est hélas contrarié par le contenu des scénarios et surtout par la narration. En gros, je n'ai pas accroché. Même si le dessin pris case par case est excellent, la narration l'est nettement moins à mes yeux. Le rythme du récit est inégal, les enchaînements parfois médiocres. Quant au scénario de chaque histoire, ces dernières tenant sur moins de dix pages, ils sont simples, parfois un peu trop simples. Et la solution des intrigues tombent trop souvent tout cuit dans les bras du Spirit. Les enquêtes ne sont pas l'intérêt principal de ces récits puisqu'ils insistent davantage sur l'humour mais, tout comme je n'ai pas tellement été amusé, je n'ai pas non plus été captivé.
J'ai donc eu l'impression de lire une BD vraiment précurseur tant par son dessin que la modernité de son ton mais cela n'a pas suffi à me charmer car les scénarios m'ont paru un cran en dessous du reste.

Dommage... mais à lire en tout cas absolument pour se faire une idée du talent énorme de will Eisner et pour voir à quel point il était avant-gardiste dans le domaine de la bande dessinée.

Nom série  Solanin  posté le 30/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Inio Asano ne m'avait pas totalement convaincu avec ses précédentes oeuvres Un monde formidable et Le Quartier de la lumière. Ces deux mangas étaient très beaux graphiquement parlant, assez forts et originaux dans leur contenu, mais trop pessimistes et noirs à mon goût.
Avec Solanin, l'auteur reste dans le domaine du pur roman graphique, de la chronique sociologique tout autant qu'intime. Il conserve une petite part de pessimisme et de réalisme tranchant, mais le récit est nettement plus ouvert, avec de vraies notes d'espoir, et pas l'aspect glauque que je reprochais à ses précédents albums. Du coup, j'ai nettement plus apprécié cette lecture.

Le graphisme est franchement très beau. Les décors, souvent travaillés à partir de photos urbaines, sont hyper détaillés et esthétiques. Les personnages tranchent en comparaison par leur relative simplicité mais sont également réussis, dynamiques et expressifs. L'auteur fait en outre l'utilisation de techniques informatiques très maîtrisées qui donnent au tout un aspect parfaitement rendu et une ambiance visuelle digne de grands films d'animation.
Du beau boulot !

Le récit est bien raconté, avec des dialogues plaisants, des personnages attachants et une narration fluide. Il aborde avec justesse des sujets de réflexions intelligents. Ces derniers sont présentés avec la simplicité de faits racontés tels quels, sans jugement, permettant au lecteur de se faire sa propre opinion, voire de tout simplement se laisser porter par l'histoire sans avoir besoin d'y réfléchir plus profondément.
Le scénario peine cependant un peu à décoller durant les deux tiers du premier tome. On suit la vie professionnelle et intime d'un petit groupe d'amis, mais on en vient assez facilement à se demander où l'auteur veut en venir.
Les choses commencent à prendre de l'ampleur vers le dernier tiers du premier tome et gagnent d'autant plus en force qu'on a pris le temps auparavant de découvrir les personnages et leurs états d'esprits complexes mais réalistes tout autant que sympathiques. Et au fil des pages, l'émotion monte. On en vient à vraiment s'attacher aux personnages, on craint de voir se détruire l'équilibre de leurs vies amoureuses et de leurs ambitions personnelles et professionnelles. En cela, les toutes dernières pages du premier tome m'ont vraiment touché car j'en suis à espérer sincèrement que ce qui y est raconté ne soit pas aussi grave qu'elles le laissent craindre.

Un roman graphique en manga raconté avec beaucoup de justesse et de maturité, avec des personnages attachants, et qui bénéficie d'un graphisme de toute beauté. Et même s'il n'est pas passionnant dès le départ, il prend de la force et de l'intérêt au fil des chapitres.

Nom série  Le Reflet  posté le 29/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Drôle de petite BD ! Je dis "petite" parce qu'elle se lit assez vite. Et je dis "drôle" parce que je ne sais pas trop comment l'appréhender.

En l'entamant, j'ai cru lire une oeuvre dans la mouvance des récits fantastiques des années 80 de Cossu, Berthet et autres Foerster. Le trait du dessin de Marc-Renier me faisait en effet penser à celui de Cossu. Ligne claire, couleurs sobres (les images dans la galerie sont celles en N&B de la version TT), décors épurés...
La mise en page très géométrique m'a longtemps fait croire qu'il allait apparaitre un jeu de miroir sur les images ou une expérience oubapienne de récit lisible dans les deux sens, qui collerait avec le titre et le thème du récit. Mais au final, non, aucune tentative particulière de ce côté là.
Dès la première page, j'ai été étonné de l'accumulation de références visuelles au monde de la BD. Ce sont en effet des monceaux de dédicaces et de couvertures de grands classiques de la BD qui sont dessinées presque à chaque case et disséminées dans le décor de la librairie du héros, Marc. Ces clins d'oeil ou références sont assez amusantes au début pour l'amateur de BD qui reconnaitra tous ces titres et couvertures, mais ça devient assez lassant au fil des pages, m'empêchant en ce qui me concerne de bien rester concentré sur le récit.

Quant au récit, c'est une intrigue fantastique assez classique dans son thème, celui de la possession de l'esprit d'un homme par un objet "magique" qui va discrètement l'envouter et l'amener à agir de manière un peu folle. Mais le récit peine à vraiment captiver et l'ambiance n'arrive pas à s'installer convenablement.

C'est donc une BD que j'ai trouvée assez jolie, qui a un peu attisé ma curiosité, mais dont je ne retiendrai sans doute pas longtemps le souvenir.

Nom série  Les Pieds dedans  posté le 29/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Bienvenue chez les Groseille ! Mais contrairement au film La vie est un long fleuve tranquille, ces Groseille là, les Vizon, ne sont pas confrontés à des bourgeois coincés mais à d'autres membres de leur famille, tout aussi... heu... prolétaires (?) qu'eux. Et c'est à qui sera le pire, le plus beauf, le plus sournois, le plus médiocre, le plus débrouillard. Et ce seront des magouilles pour récupérer une maison en héritage et une autre en viager, tout en participant à la vie intime de cette famille plus souvent affligeante qu'attachante.

Le dessin me fait étrangement un peu penser à celui d'Alexis. Il partage avec lui son aspect à mi chemin entre réalisme et caricature. Plutôt bon techniquement, je dois par contre dire que je n'aime pas son encrage qui donne trop souvent un aspect de brouillon aux planches.

Quant au récit, il est relativement amusant... mais je n'ai pas été franchement charmé. En fait, je m'attendais à rire davantage et malgré la surenchère dans les comportements des personnages, je n'ai pas été plus surpris ou déridé que cela. Tant et si bien que j'ai lu cette BD avec un relatif intérêt et un demi-sourire mais je suis resté sur ma faim.

PS : Ah, et puis, même si les Vizon ont leur manière bien à eux de parler, l'abondance de fautes d'orthographes dans les dialogues est quand même assez gênante pour moi à la lecture.

Nom série  Nico Shark  posté le 28/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nico Shark, ou le retour du (plus tellement) mystérieux Frantico, ce jeune auteur qui n'en veut et qui connaîtra peut-être un jour la gloire !
Tous les internautes BDphiles ou presque se souviennent de l'apparition de ce blog juste au sortir des élections présidentielles. C'est bien évidemment Sarkozy qui y était parodié. Le gouvernement qu'il venait de mettre en place y devenait le service du personnel d'une entreprise et le nouveau directeur du personnel allait ainsi montrer aux employés/français sa façon bien à lui de voir le monde du travail et de la société en général. Des dizaines de strips parurent ainsi quotidiennement jusqu'à un coup d'arrêt (presque ?) en forme de coup de pub, simulant une interdiction prononcée par les RG et le gouvernement. Depuis seul un petit jeu mettant en scène Nico Shark remplace le blog et voilà maintenant ses planches qui paraissent en album dans la collection Shampoing dirigée par un certain... Lewis Trondheim.

Graphiquement, c'est le trait de Frantico que l'on reconnaît vite, couleurs et trames incluses. C'est un trait faussement simple et en tout cas efficace.
Au niveau du contenu, ce sont des gags en une page qui montrent avec beaucoup de causticité la vision tranchée et toute personnelle de Nico Shark vis-à-vis de ses employés et sous-fifres. "Travaillez plus pour travailler plus !". Dédain, inhumanité, racisme, Nico Shark est la caricature du patron horrible et détestable. Et bien sûr, tout est métaphore peu déguisée pour rapprocher cela du programme politique et de l'homme Sarkozy.

Dans les faits, je dois avouer avoir été nettement moins fan de Nico Shark que de Le Blog de Frantico. L'humour sait y être pourtant parfois percutant mais globalement je l'ai trouvé un peu trop répétitif. Il n'y avait pas là, semble-t-il, suffisamment de matière à varier les gags. En outre, la caricature politique m'y a semblé un peu trop facile, trop convenue, tant et si bien que je me suis un peu lassé au fil des pages.
Bref, c'est une BD d'humour sympathique mais pas vraiment un indispensable.

Nom série  Vilaine  posté le 27/11/2007 (dernière MAJ le 28/11/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai eu une plaisante surprise à la lecture de cet album qui ne payait pas de mine et dont le nom des auteurs ne me disait rien. C'est un récit d'aventure au moyen-âge, une histoire peut-être un peu destinée à la jeunesse mais tout à fait lisible par un adulte, dans une ambiance assez légère quoique réaliste historiquement parlant.

Le dessin est plutôt simple mais tout à fait plaisant. Les personnages sont dynamiques, les décors assez épurés mais jamais bâclés, l'encrage réussi, les couleurs sobres. Sans être exceptionnel, c'est un dessin relativement au dessus du lot qui est plaisant à lire et à regarder.

Le récit met en scène une jeune fille assez renfermée et dont la personnalité a été forgée par ses malheurs de jeunesse, malheurs qu'elle continue d'ailleurs à endurer en partie malgré la sympathique bande de saltimbanques qui l'a recueillie. Il faut dire qu'elle les cherche un peu, ne pouvant réprimer ses petites habitudes kleptomanes et s'attirant du coup pas mal d'ennuis. Ces manies vont d'ailleurs attirer sur elle l'attention d'une petite organisation de criminels qui vont vouloir s'emparer d'elle et profiter de ses talents.
L'ambiance médiévale est bien rendue. Sur un ton beaucoup plus léger et un peu enfantin, cette BD m'a un peu rappelé l'excellente atmosphère historique de la série Les Compagnons du Crépuscule. Et l'aspect aventuresque m'a rappelé par moment le plaisir que j'avais à lire certains albums de Johan et Pirlouit.

C'est une bonne BD d'aventure médiévale dotée d'un récit simple mais bien mené, de personnages attachants et d'un bon dessin. Tout à fait sympathique. La suite promet d'être intéressante.

Nom série  Pascal est enfoncé  posté le 27/11/2007 (dernière MAJ le 28/11/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En première lecture, je dois admettre que j'ai trouvé que ce petit album ne payait pas de mine. Entièrement muet ou presque, doté d'un dessin noir et blanc tout simple, le récit semble n'être rien d'autre qu'un ensemble de souvenirs un peu décousus de la jeunesse du petit Pascal. Ce dernier a d'ailleurs l'air tout à fait sympathique, jeune lecteur de Boule et Bill, issu d'une famille catholique pratiquante, amateur de playmobils, de skate-board et de foot avec ses amis. Il alterne des moments de joie et d'autres d'angoisses ou de tristesse. Tout cela paraîtrait presque anecdotique. D'autant que la narration muette n'est pas toujours évidente à comprendre et on en vient rapidement à se demander où l'auteur veut en venir et s'il y a vraiment une trame précise à ce récit ou s'il s'agit juste pour l'auteur de nous faire part de souvenirs divers qui lui tiennent à coeur.

Oui mais il y a la fin, le seul passage où un véritable texte apparaît. Et en trois mots, ce texte révèle énormément sur les pages précédentes de l'album. Avec cette connaissance, j'ai aussitôt relu l'album pour le découvrir sous un jour neuf, avec une véritable compréhension de certains évènements. Et alors j'ai constaté que quasiment tous ces petits moments, ces jeux avec des playmobils, ces pensées, ces rencontres, sont autant d'indices pour montrer les vrais sujets de cet album : l'angoisse de la mort, l'accident d'un ami, ces moments marquants qui font qu'un enfant en vient à réfléchir sur la vie et à voir les choses sous un angle plus angoissants, moins futile.
Cette BD se révèle nettement plus profonde que la lecture initiale me l'avait laissé penser au premier abord, et il est étonnant de voir combien ses petites planches muettes et au contenu léger d'aspect peuvent amener de sujets de réflexions possibles.

Une lecture intéressante qui ne se laisse pas apprivoiser tout de suite mais dont les thématiques intelligentes sont amenées de manière originale et assez élégante.

Nom série  Babel (Soleil)  posté le 28/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal, oui. Cette BD est sans prétention et représente un bon moment de divertissement pour les amateurs de Space-Opera et de SF d'action à grand spectacle.

Le dessin est classique mais bon. Personnages et décors sont de bonne qualité. Je ne reprocherai que le visage des deux méchants de l'histoire, tous deux étant étrangement enfantins ou simplifiés dans leurs traits et expressions, ce qui tranche bizarrement avec les visages un peu plus réalistes des autres personnages. De même, les couleurs, même si elles ne sont pas mauvaises, ne m'ont pas particulièrement enchanté par leur choix et leur harmonie.

Le récit emprunte à énormément de classiques de la SF. Les amateurs du genre y reconnaîtront des influences directes voire des clins d'oeil purs à Star Wars, Men In Black et beaucoup d'autres oeuvres cinématographiques ou littéraires. Difficile de ne pas assimiler les Maîtres Danseurs à des Jedi. Et n'y aurait-il pas aussi un peu de Starfighter dans ce personnage humain classique qui se retrouve enrôlé sans trop savoir comment dans un escadron d'élite d'une alliance interstellaire ? Et les références directes à l'univers Marvel sont également très nombreuses, allant du père du héros nommé Jack Kirby jusqu'à l'utilisation pure et simple de Célestes en fin de récit. De même, nombreux sont les clins d'oeil aux BDs de SF de chez Soleil, notamment Universal War One.
Bref beaucoup de références, d'influences et de clins d'oeil.
Mais le cocktail prend plutôt bien. Le récit est efficace et bien mené. On le suit avec plaisir, sans se prendre la tête. Il a en outre l'avantage de tenir en 2 tomes seulement. Seule la fin m'a un peu embrouillé, ayant dû m'y prendre à deux fois pour comprendre l'avantage de choisir de détruire la planète d'une certaine façon plutôt que... de laisser la planète être détruite d'une autre façon. Mais pour le reste, j'ai été plutôt captivé par ma lecture.
Si vous avez aimé Sillage ou encore Orbital, cette BD est un peu dans le même genre, avec un esprit juste un peu plus léger et un peu plus de fantaisie SF.

Nom série  Necromancer  posté le 27/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Voilà clairement du comics pour ados modernes. Amateurs de Buffy contre les Vampires et autres Fathom apprécieront sûrement les aventures d'Abigail Van Helsi... Van Alstine.

Le dessin est dans la veine initiée par Michael Turner : comics d'action, personnages aux corps de mannequins, trait lisse et formaté, virtuosité graphique mais manque flagrant d'âme et d'intérêt visuel.

Ici, point de chasseuses de vampires, mais plutôt des druides-mages chasseurs de démons. Ambiance de high school américaine mâtinée de sectes satanistes et de pouvoirs magiques. C'est l'histoire d'une jeune fille qui se découvre de très puissants pouvoirs qui vont la projeter dans une guerre entre les gentils et les méchants.
Le ton est cependant plus noir que dans les séries télé bêtasses : les démons ne font pas dans la demi-mesure, massacrant leurs proies ou les torturant mentalement. Cela reste cependant assez immature et les lecteurs adultes se lasseront vite de ces intrigues assez clichés où l'action ne laisse pas la place à la profondeur et la cohérence du scénario.

Relativement efficace et plutôt bien dessiné mais sans surprise et sans maturité.

Nom série  Anaelle Et Myrios  posté le 26/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Cette BD est parue à l'époque dans le journal Okapi. Les quelques BD issues de ce dernier que j'ai lues ne m'ont jamais vraiment enthousiasmé mais globalement je les trouvais sympathiques et porteuses d'une ambiance assez désuète de nos jours, un peu nostalgique. Hélas, celle-ci est particulièrement mauvaise, ou du moins ratée.

C'est avec surprise que j'ai vu que le dessinateur de cette BD était Frédéric Boilet. C'est vrai qu'Okapi a eu pour habitude de publier des auteurs amenés ensuite à devenir célèbres, tels Gibrat, Sternis et autres Cothias. Alors pourquoi pas Boilet ? Sauf qu'il s'agit là d'un véritable pêché de jeunesse, du genre qu'on souhaite sûrement oublier.

Le dessin n'est vraiment pas terrible pour commencer. Plein de défauts techniques, de compositions peu judicieuses, de personnages manquant de naturel, il est en outre très médiocrement colorisé. Ce n'est pas beau.
A cela s'ajoute une narration graphique ratée, des enchaînements abruptes et parfois incompréhensibles, un récit décousu au rythme saccadé et déplaisant, et une intrigue assez mauvaise autant qu'emplie de clichés.
Il y a quelques bons points dans ce scénario. Notamment, j'ai bien aimé la petite histoire dans l'histoire, imaginant le mythe de l'Atlantide comme étant le précurseur des dieux d'Egypte. Mais à part cela, tout ce qui est construit autour est franchement bancal et surtout très mal raconté. La construction en épisodes tels que parus dans Okapi a dû franchement handicaper le scénariste qui n'a pas du tout su la gérer, usant en permanence d'ellipses et d'enchaînements douteux pour condenser son récit et en faire une bouillie pénible à lire. Surtout qu'avec du recul, l'intrigue n'est franchement pas terrible et tellement convenue.

Bref, une BD qui sent beaucoup trop l'amateurisme pour un scénariste qui a, semble-t-il, arrêté là sa carrière dans le domaine de la BD, et pour un dessinateur qui a fait vraiment mieux par la suite.

Nom série  Triple galop  posté le 26/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je dois l'avouer tout de suite, je n'aime pas vraiment l'équitation et pas tellement plus les chevaux en eux-mêmes. Mais j'ai été séduit par le graphisme de cette BD d'humour. Le trait de Du Peloux n'est vraiment pas mauvais du tout, avec juste ce qu'il faut de personnalité. Ses personnages et ses chevaux sont très réussis et pleins de vie. Et, une fois n'est pas coutume dans une telle BD d'"humour thématique" façon éditions Bamboo, le dessinateur ne se moque pas des lecteurs et leur offre des planches bien travaillées, efficaces et jolies à regarder.
Et la série semble avoir tellement plu au dessinateur qu'à partir du tome 2, il continue seul, assurant aussi le scénario, et le résultat est tout aussi probant.

Autre bon point de cette BD, on sent que les auteurs aiment les chevaux et qu'ils connaissent le milieu dont ils parlent (ou alors ils m'ont bien bluffé). Ce n'est pas une vue de l'extérieur avec des gags bateaux recyclés dans un domaine interchangeable : ici, on est vraiment dans l'univers des canass... de la noble équitation et des sympathiques bourri... chevaux. Les amateurs du milieu devraient s'y retrouver avec plaisir, et moi-même qui en ait fait un tout petit peu, je m'y suis assez bien retrouvé.

Bon, maintenant, le souci, c'est que malgré la bonne volonté et l'ambiance sympathique, ben... c'est quand même rarement drôle. Les gags sont assez basiques et tombent souvent... pas vraiment à plat mais... ce n'est pas hilarant, quoi. Pourtant, malgré quelques thématiques récurrentes comme le saut d'obstacles et la reproduction (eh ouais !), les gags sont assez variés et plutôt imaginatifs. Mais non, l'humour manque quand même de finesse et est trop souvent prévisible. En fait, les seules fois où j'ai rigolé, c'était surtout grâce à l'aide du dessin et notamment des bouilles très réussies de certains chevaux telles que Du Peloux arrive à leur donner.

Bref, ce n'est pas, comme je le craignais avec cette maison d'édition, une BD "d'humour commerciale sans âme et interchangeable" : cette BD est pleine de bonne volonté et d'un vrai travail de la part du ou des auteurs, et cela se voit au niveau du graphisme très plaisant, mais... ça manque quand même d'un bon humour, hélas.

Nom série  Digitaline  posté le 26/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Premier essai de BD européenne entièrement réalisée sur ordinateur à une époque où cet outil n'était vraiment pas encore probant en la matière. Résultat : des planches qui, vues de loin, ressemblent à une BD assez classique mais qui, vues de près, font preuve d'énormément de défauts du graphisme assisté à l'ordinateur de l'époque. Trait pixellisé, aplats de couleurs froides, décors tracés à l'équerre, utilisation des prémisses des effets infographiques (dégradés, airbrush, copiés-collés, etc...), c'est laid et ça a plus que mal vieilli.
Pourtant on sent que l'homme qui est derrière ces planches est un vrai dessinateur. Le trait des personnages et des visages n'est pas mauvais du tout. La même BD dessinée à la main plutôt qu'à l'ordinateur aurait pu donner quelque chose de tout à fait convenable graphiquement parlant.

Parce que scénaristiquement parlant, ce n'est pas terrible. L'intrigue est terriblement cliché, avec la belle journaliste qui débarque dans un pays dangereux et ne tarde pas à se faire enlever, et son courageux ami arrive à sa rescousse, le tout dans le cadre d'une guérilla entre rebelles locaux et multinationale véreuse. Et surtout, l'élément crucial du récit, la carte postale trouvée par l'héroïne, n'est franchement pas crédible : utiliser ce "stratagème" pour faire passer ses messages à ses complices quand on est une multinationale qui monopolise toutes les télécommunications, c'est assez ridicule.

D'ailleurs, cette aventure restera sans suite car la série s'arrête dès le premier tome alors même qu'elle s'engage à peine dans les choses sérieuses. Un arrêt net et donc une BD à ne surtout pas acheter à moins d'être vraiment curieux de voir le (médiocre) résultat d'un graphisme informatique à une époque où les outils ne s'y adaptaient pas du tout.

Nom série  L'Aigle sans orteils  posté le 25/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ca faisait un moment que je tournais autour de cet album sans avoir eu l'occasion de le lire. Je craignais que son sujet ne me captive pas, le cyclisme étant un sport qui ne me passionne franchement guère. Mais les très nombreux bons avis m'ont motivé à le lire. Et maintenant que j'en ai eu l'occasion, je ne le regrette pas : c'est une bonne BD. Voilà un bel hommage et une jolie tranche d'histoire du cyclisme au début de son époque la plus glorieuse, une époque où le Tour de France était encore plus qu'une immense gageure physique mais un défi titanesque que seuls esprits forts pouvaient envisager et endurer sur la longueur. Et surtout les passionnés non sponsorisés et sans équipe comme le héros de cette histoire.

Le dessin de Lax est excellent. Je regrette juste son choix d'utiliser des teintes assez monochromes pour ses planches. Les quelques cases où les couleurs sont plus variées montrent que cela aurait pu être graphiquement grandiose sur tout l'album.

Quant au récit, il est beau et fort. Un vrai hymne à la persévérance et à l'ambition sportive dans ce qu'elle a de plus pur. La fin en est d'autant plus cruelle et par là même d'autant plus juste et parlante.
Joli !

Nom série  Château l'Attente  posté le 25/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

L'édition de cet album est formidable et c'est elle qui m'a amené à acheter sans hésiter cette BD dont j'avais à peine entendu parler auparavant. Qu'avons-nous là ? Un véritable livre en simili-cuir, des pages épaisses à la reliure cousue, un beau marque page en tissu rouge, une superbe couverture aux couleurs désaturées... C'est un superbe objet de 464 pages au prix presque dérisoire en comparaison de sa qualité et du plaisir et du temps de lecture qu'il procure. Mes plus grandes félicitations aux éditeurs, notamment à Cà et Là qui n'a pas hésité à reproduire le format de l'édition originale de luxe américaine.

Bref, l'album en lui-même est un petit bijou mais qu'en est-il du contenu ?
Eh bien, il est tout ce qu'il y a de plus sympathique !

Il commence comme une revisite légèrement modernisée de la Belle au Bois Dormant. Et puis voilà, la jolie princesse est réveillée, elle part avec son prince charmant et logiquement, quelque part derrière le soleil couchant, ils se marieront et auront beaucoup d'enfants. Oui mais que reste-t-il du château, de ses habitants et des proches de la princesse ainsi lâchement abandonnés comme de vieilles chaussettes ? Eh bien, ils vont continuer à vivre, sans grandes aventures ni péripéties, mais juste une vie tranquille, de tous les jours, telle qu'on peut la vivre dans un univers de contes de fées où les personnages à tête d'animaux côtoient les sorcières et les simples paysans.
Et autour de ce qui est devenu le Château l'Attente vont se regrouper, se réfugier, un groupe hétéroclite de personnages variés et attachants. Et nous allons suivre leur vie commune, le récit de leurs aventures passées, leurs menus soucis et leurs amicales relations.

Le dessin est dans une belle ligne claire, noire et blanche, simple et élégante. Il ne brille pas particulièrement par sa technique mais il est joli et plaisant à lire et à regarder. Seul reproche que je lui ferais, le manque de féminité visuelle de la majorité de ses personnages féminins, ce qui les rend d'autant plus difficiles à appréhender quand celles-ci se révèlent être des femmes à barbes.

Le récit, quant à lui, est doux, agréable et original. Il ne manque pas d'humour même si celui-ci n'est pas vraiment des plus hilarants. Le ton est toujours bon enfant, cherchant davantage le sourire et la tendresse que les moments sombres ou inquiétants. Les clins d'oeil et références aux contes de fées sont innombrables mais sobrement insérés dans un récit équilibré et naturel.
Le rythme est lent. Et c'est peut-être là le principal reproche que je lui ferais : au bout de 467 pages de ce qui se révèle n'être qu'un premier volume, aucune intrigue principale ne s'est vraiment formée, juste des sous-intrigues légères, de nombreux mystères qu'on voudrait résoudre avec un peu de curiosité. Et au final, l'intérêt de cette BD se révèle être simplement le plaisir de suivre la petite vie et les histoires passées de ces personnages originaux et pleins de vie. En cela, il est possible que cette BD rebute certains lecteurs avides d'intrigues solides et uniques du début à la fin d'un album. Ici, tout est digressions et petites anecdotes.

Un très bel objet pour un joli récit, doux et original, qui ne captivera peut-être pas tous les lecteurs mais en ravira sûrement beaucoup par son ton très personnel et ses personnages attachants.

Nom série  Je suis pas petite !!!  posté le 21/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Excellent ! Voilà véritablement un album qui s'adresse à la fois à un public jeunesse et à un lectorat adulte.

Le dessin de Bruno Duhamel est bon et vivant. Son trait est dynamique, ses planches soignées et travaillées, ses décors variés et jolis. Bref, c'est un joli album.

Et en plus, les histoires courtes qu'il contient sont bien. J'ai été assez éclaté de rire à la lecture de la première : il y a là un véritable humour qui, à mes yeux, saura toucher à différents niveaux les lecteurs, qu'ils soient adultes ou enfants. C'est à la fois mignon et décapant.
Les récits sont variés, emmenant l'héroïne aux quatre coins du monde dans des histoires très différentes les unes des autres mais reliées par un même état d'esprit gentiment incorrect par moments. Il y a un peu de poésie, d'enfantin et de léger sadisme dans ces pages. Un cocktail amusant et original. Et même si tous les récits ne sont pas égaux, même si c'est surtout sur la première que j'ai ri et que, sur celle du Village par exemple, j'ai été un peu circonspect, j'ai passé une lecture très agréable.
Et j'ai hâte de pouvoir lire cet album à ma fille pour voir de quelle manière, sûrement très différente, elle saura être touchée par lui.

Nom série  Le Sens de la Vis  posté le 21/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Décidément, j'adore les associations entre Ferri et Larcenet. J'aime bien les oeuvres de chacun séparément, mais quand ils sont réunis, ils ont le chic pour se sublimer l'un l'autre. Larcenet apporte la vie de ses dessins et Ferri l'excellence de son humour, et les deux se marient à la perfection.

Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre avec cet album. Sur le blog de Larcenet, où il publie déjà régulièrement des dessins diversifiés, l'auteur expliquait que Le Sens de la Vis avait été conçu en sens inverse des BDs traditionnelles. Larcenet avait tout d'abord présenté à Ferri une suite de dessins variés et sans liens. Ferri avait alors écrit des dialogues en rapport avec ces dessins, puis inventé une histoire les liant et enfin dégager une thématique au tout.
Mais alors, me disais-je ? Est-ce que ça veut dire que cet album est un recueil de dessins amalgamés en une histoire à peu près potable ? Eh bien... A la fois oui et non, car l'histoire que l'on y lit est une vraie histoire, une bonne histoire, et elle inclut de manière extrêmement réussie cette suite de dessins indépendants.

C'est l'histoire d'un jeune dessinateur qu'on imagine bien être Larcenet qui vient rendre visite à son gourou, un vieux sage oriental dans son temple zen, vieux sage en qui j'aime à reconnaitre le vénérable Ferri, gloire soit rendue à sa moustache. S'échappant de la folie médiocre du monde moderne, le jeune apprenti vient méditer avec le sage et lui présenter les dessins qu'il a réalisés récemment. Et le sage commente ces dessins, avec humour et pertinence. Enfin, pertinence...
Dès les premières pages, j'ai été séduit par le dessin. C'est le trait lâché et vif que Larcenet a su se créer ces derniers temps et je trouve qu'il passe vraiment bien ici et sait donner une vraie vie et esthétique à l'album.
Et lors de la présentation des premiers dessins et croquis du jeune apprenti, j'ai été carrément éclaté de rire à la lecture des dialogues. Ils sont bons, percutants, hilarants. Gros coup de coeur à ce moment là.
Au fil des pages, mon hilarité s'est un peu réduite car les pages s'accumulant, le concept perd un peu de sa force. Mais j'ai continué à trouver ça drôle et donnant un véritable intérêt aux tentatives graphiques de Larcenet que, prises seules et sans contexte ou humour, j'apprécie généralement moyennement sur son blog.

Très bonne lecture, des dessins graphiquement intéressants et vivants, et surtout beaucoup, beaucoup d'humour.

Nom série  Les Sentiers de la Perdition  posté le 20/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je n'avais pas vu le film et je n'avais même aucune idée de quoi parlait cette BD avant de l'entamer. Autant dire que je partais sans a priori ni éléments de comparaison, et j'ai beaucoup apprécié ma lecture.

Le dessin a été la première chose que j'ai remarquée.
Je me suis dit à quelques moments que j'appréciais moyennement certaines cases sur lesquelles il me fallait rester une ou deux secondes pour bien déchiffrer le contenu. Et de même, j'ai constaté avec un peu de regret le caractère changeant de certains visages, notamment celui de Michael O'Sullivan qui ressemble tour à tour à plusieurs acteurs de cinéma à mes yeux.
Mais de nombreuses fois, je me suis dit que j'aimais ce trait auquel je trouvais une certaine classe. Je lui trouve un vrai charme de même qu'une jolie esthétique grâce à sa technique changeante.
J'ai donc un avis mitigé sur le graphisme, mais globalement je le trouve pas mal.

Mais c'est surtout le scénario qui m'a captivé, et cela d'autant plus que je réalisais au fur et à mesure qu'il s'agissait d'une histoire basée sur des faits et personnages réels. Je l'ai trouvé assez fort, prenant et intéressant. J'avais vraiment envie de suivre cet irlandais, d'un côté tueur froid et extrêmement efficace, et d'un autre côté père attentif et affectueux. J'avais vraiment envie de le voir gagner sa "guerre" et mener à bien sa vengeance, la sienne ainsi que celle de son fils. Tant et si bien qu'alors que, fatigué, je comptais n'en lire que le premier chapitre hier soir, je n'ai pas pu lâcher l'album avant la fin.
Et même si les prouesses assassines de O'Sullivan me semblent fortement exagérées, j'ai été fasciné par l'aspect réaliste et crédible de tous les évènements, de cette plongée dans le monde de la maffia par un point de vue assez différent de ce qu'il se fait d'habitude.
Très bonne lecture.

Nom série  War and dreams  posté le 19/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour le moment, j'ai davantage été envouté par India Dreams que par cette nouvelle série mais c'est une bonne lecture tout de même. J'attends de voir la suite.

J'attends de voir la suite car je me demande quel est l'objectif de cette BD. Le premier tome, seul paru actuellement, donne l'impression de suivre le fil rouge de retrouvailles entre anciens combattants et les plages de la Côte d'Opale mais il porte finalement davantage sur des récits de la seconde guerre mondiale. Ce sont des récits originaux et variés, qui plongent joliment dans l'ambiance de l'époque, sous un aspect légèrement romantique d'ailleurs, mais je ne vois pas trop le rapport avec ces gens qui se retrouvent dans le Nord de la France de nos jours. Sans doute le récit éclairera-t-il cela au fil des tomes.

Pour le moment, j'ai lu avec cet album des témoignages intéressants sur des morceaux choisis de la seconde guerre mondiale, j'ai vu de belles images même si je trouve que J-F Charles réussit mieux ses décors africains que français et même si j'avais davantage apprécié l'esthétique globale d'India Dreams, j'ai passé un agréable moment de lecture, mais je n'ai pas vraiment été captivé et je reste un peu dans l'expectative.

Nom série  Crying freeman  posté le 27/12/2005 (dernière MAJ le 18/11/2007) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas vu le film et le manga ne m'attirait pas : je ne l'ai lu que pour satisfaire ma culture personnelle et je pense que j'aurais facilement pu m'en passer.

Le dessin manga réaliste y est vieillot, à l'encrage un peu sale et gras. Les personnages ont des physiques de vieux films policiers de série B des années 70. Bof.
Ceci dit, j'étais plié de rire au la lecture de la double page où Emu se souvient avec nostalgie du beau corps nu et tatoué de Freeman, où on le voit courir nu, sauter nu, faire trois petits pas et tourner sur lui-même.

Quant à l'histoire, ça transpire le cliché. Freeman est un beau tueur ténébreux mais sensible (oh, il pleure à chaque fois qu'il tue quelqu'un ). Emu Hino (qu'est-ce que c'est que cette traduction Française en Emu O'hara (qui habiterait à Vancouver ?? Vancouver, ville emplie de Yakuzas comme chacun sait ! )), Emu Hino donc est une superbe jeune femme riche mais vierge (à 22 ans, la hoooonte ! ). Et bien sûr, en midinette romantique, elle va tomber folle amoureuse du beau gars qui vient de faire exploser la tête d'un homme devant elle (mais elle ne retiendra que son beau visage qui pleure). Et en bonne Japonaise soumise, elle va attendre sagement la venue de cet homme pour se livrer corps et âme à lui. Et naîtra alors un amour puissant et beau (eh oui, Freeman est lui aussi puceau, la hooooonte ! ) qui forcera les deux jeunes et beaux amants à fuir ensemble les représailles du méchant monde de la police et de la mafia qui veulent les empêcher de s'aimer et si possible les buter avec beaucoup de souffrance. Romantique à souhait, non ?

Malgré ces gros clichés bidons pour amateur d'émotion facile, la narration n'est pas trop mauvaise et le déroulement de l'histoire reste assez réaliste et pas désagréable à lire.
C'est juste très moyen, quoi.

Nom série  Zappa & Tika  posté le 17/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un sujet simple mais efficace, à même de séduire les jeunes lecteurs amateurs de SF humoristique et d'aventure débridée. Un dessin soigné, moderne et très dynamique. Voilà un cocktail qui aurait pu donner de grandes choses mais qui peine un peu à décoller.

Thierry Robin maîtrise son graphisme. Ce dernier a l'efficacité et le style de certains dessins animés récents. Rien de tel pour donner de la pêche et de la vie au récit.
Seul reproche, la composition et la mise en page manquent un peu de force évocatrice, donnant parfois des impressions de confusion là où il ne devrait pas y en avoir. Un tel dessin aurait mérité à mes yeux une composition plus riche, plus pensée, offrant plus d'espace pour mieux apprécier le talent de dessinateur de l'auteur.

Quant aux scénarios, ils sont plaisants sans être marquants. Les personnages sont sympathiques mais manquent de personnalité. Les intrigues sont divertissantes sans captiver pour de bon les lecteurs. Et l'humour apporte rarement davantage que quelques sourires.
C'est bien dommage car tout est de qualité mais la sauce n'arrive pas vraiment à prendre. Il manque le petit quelque chose qui va rendre les personnages attachants, le scénario captivant et l'humour hilarant. J'ai un peu eu le sentiment que l'auteur visait un peu trop un public jeunesse avec certains passages "faciles", des intrigues "gentilles" et personnages trop caricaturaux.
Pourtant certains sujets intelligents sont abordés, comme la réflexion dans le tome 2 sur le fait qu'il faille ou non sauver un terrible dictateur quand on est mis face à ses exactions alors même qu'on a pour mission d'empêcher sa mort. Et l'auteur s'offre même l'audace de faire mourir un personnage du groupe des gentils dans ce même tome. Mais l'émotion n'arrive hélas pas vraiment à passer et on regarde avec trop de distance le personnage mourir et les autres le pleurer.
Dommage donc même si cette BD reste plaisante, jolie et divertissante.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 252 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque