Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5509 avis et 2089 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Petit Poilu  posté le 05/01/2007 (dernière MAJ le 12/01/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
En même temps que la collection Punaise destinée aux enfants de 6 ans et plus, les Editions Dupuis publient la collection Puceron destinée aux enfants de 3 ans et plus. Cette collection comprendra des BDs muettes ou presque afin de permettre aux jeunes enfants de les "lire" sans encore connaître la lecture.
Dans cette optique et pour un public aussi jeune, il s'avère à mes yeux que Petit Poilu est un excellent résultat.

L'album est complètement muet. Mais la narration est excellente et n'empêche pas le récit d'être dense et prenant. C'est véritablement le genre d'album qu'un enfant peut lire tout seul, mais dont on peut également très bien lui faire la lecture.

Coïncidence, l'histoire commence presque exactement comme la BD Jour de pluie sortie il y a quelques temps à peine. Mais le scénario se poursuit bien au delà durant la trentaine de pages de Petit Poilu, partant dans des directions assez originales. Le petit héros, un garçon tout noir, poilu et muni d'un gros nez rouge façon Muppet Show, est assez attachant. Et ses aventures sont à même de captiver un jeune lectorat tandis qu'elles amuseront le parent lecteur. Une bonne dose d'imagination, des situations qui amènent le sourire et juste ce qu'il faut de dépaysement pour emporter l'esprit des jeunes comme des moins jeunes.

Bref, un agréable moment de lecture qui éveille l'intérêt et l'imagination du jeune lecteur tandis qu'elle plaira aux parents.

Venant du dessinateur de Agadamgorodok, je déplore juste un peu l'aspect trop simple du dessin et les couleurs en à-plats contrastés des planches. Oui, c'est très lisible et les enfants ne s'en offusqueront pas, mais j'aime à pouvoir observer la beauté des planches même lorsqu'ils s'agit de BD pour enfants (voyez Octave, Le monde selon François ou Toto l'ornithorynque pour des BDs pour enfants aux dessins excellents).

Quoiqu'il en soit, ma fille aime beaucoup cette série et prend plaisir à en lire et relire les albums, ainsi qu'à les classer et reclasser dans sa petite bibliothèque. Signe de qualité et d'un public qui a su être touché.

Nom série  Magasin général  posté le 24/03/2006 (dernière MAJ le 12/01/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une BD de Loisel, j'achète sans même me poser de questions. Je me suis juste posé la question de qui était Tripp avec qui il l'avait faite, pour découvrir ensuite que c'était l'auteur de Jacques Gallard, série assez peu connue et que j'apprécie juste moyennement : je me suis donc demandé un moment ce qui les avaient amenés à travailler ensemble. Ceci est cependant très bien expliqué dans les premières pages d'introduction de l'album.

Première constation : c'est beau.
L'album est un bel objet déjà.
J'ai tout de suite beaucoup apprécié les plans/vues aériennes de Notre-Dame des Lacs et de ses environs qui nous sont offerts sur les pages de garde. Utile, agréable et surtout très joli.
Ensuite, tout au long des planches, on reconnait aussitôt le style typique du trait de Loisel. J'adore. Tout est beau et certaines planches (j'ai surtout repéré certaines en toute fin d'album) sont vraiment superbes.
Hélas, je dois admettre que j'aime un peu moins un ajout spécifique à Tripp : des ombrages gris un peu partout. Ce style d'encrage/ombrage, que n'utilise pas d'ordinaire Loisel, assombrit toutes les planches ou presque à mes yeux et leur donne une teinte grisâtre que je trouve très dommage. Ce gris ne rend pas justice à l'ambiance heureuse et ensoleillée de nombreux passages de l'album.
Par contre, j'aime beaucoup la colorisation elle-même. Fine, sobre, elle donne une vraie âme à la BD. Et plus je lis cette série, plus je vois les qualités de ce qu'apporte Tripp : un encrage plus fin, plus net que Loisel, qui donne plus de percussion et de clarté au crayonné de Loisel.

Au niveau du scénario, le léger point négatif, s'il en est, c'est qu'il se passe assez peu de choses au final. Ce sont juste des chroniques d'un petit village où les jours s'écoulent plutôt paisiblement, et le fil rouge du récit est très ténu.
Mais ce point n'a vraiment pas suffi à me faire voir la BD d'un mauvais oeil car la lecture m'en a été particulièrement agréable.
J'ai rapidement été plongé dans l'ambiance, dans ce décor Québécois. Suffisamment rapidement pour même en oublier au bout de quelques pages ces nombreuses expressions québécoises que j'avais un peu de mal à suivre et comprendre en début d'album. C'est juste, véridique, authentique.
On alterne de scènes heureuses en scènes tristes comme dans la vraie vie. Les personnages sont attachants, parfois drôles, souvent touchants.
Une très belle image du Québec rural de l'entre-deux-guerres. Ca donne envie d'y être.

Nom série  Holmes  posté le 06/12/2006 (dernière MAJ le 12/01/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le premier chapitre de Holmes est le chant du cygne de la Collection 32 dont les séries ne paraîtront plus maintenant qu'en album intégrale cartonné. Et quel chant du cygne ! Sans conteste la série que j'ai le plus appréciée de la collection.

Le graphisme attire l'oeil dès le départ. Superbe, il bénéficie d'une colorisation en teintes de gris-bleuté qui lui donne une vraie atmosphère et une vraie beauté. De très jolies planches, travaillées, lisibles et esthétiques, et une belle lumière qui plonge dans l'ambiance rétro de la fin du 19e siècle.
Si j'avais un maigre reproche à formuler sur l'aspect visuel de cette BD, ce serait sur les quelques écritures manuscrites qui parsèment le récit et sont parfois un peu ardues à lire même si elles ajoutent au côté réaliste de l'intrigue.

Le scénario m'a plongé dès les premières pages dans l'histoire. Je me suis vraiment pris au jeu, retrouvant l'ambiance des meilleurs Sherlock Holmes à base de dialogues, d'un peu d'action et de beaucoup d'observation et déduction. Très prenante et mystérieuse, l'intrigue a en outre le mérite d'être très dense. Les 32 pages de chaque tome m'ont paru aussi intenses qu'un album d'une soixantaine de pages. Et je demande absolument à savoir la suite.

Vraiment je suis conquis tant par le scénario, intelligent et captivant, que par le graphisme excellent.

Nom série  Gunnm Last Order  posté le 15/11/2003 (dernière MAJ le 12/01/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après lecture des 10 premiers tomes de cette série, mon sentiment est mitigé. Néanmoins, je ne manquerai pour rien au monde la sortie des prochains tomes.

La première chose à m'avoir marqué en entamant la série à l'époque, c'était la disparition complète de l'ambiance qui m'avait tellement plu au début de Gunnm, l'ambiance de la Décharge qui s'était déjà étiolée au fur et à mesure de l'ancienne série.
On se retrouve dès les premières pages de Last Order sur Zalem et les anciens compagnons de Gally sont de lointains souvenirs dont on a à peine quelques bribes de nouvelles de tome en tome. Je trouve qu'il manque la touche d'ambiance et le décor profond et intéressant qu'avait Gunnm. Là, toute l'histoire se résume un peu trop souvent à des combats et de la parlotte, avec des ennemis de plus en plus puissants, parfois démesurément puissants.

L'auteur crée un monde nouveau, nettement plus étendu et diversifié que celui de la simple Terre de Gunnm. C'est un monde souvent intéressant mais je le regrette un peu car il détériore l'image que je me faisais de l'univers de Gally auparavant. L'auteur y ajoute une société spatiale pour qui les terriens et même les habitants de Zalem ne sont que des parasites ou des expériences. Il amène aussi des mutants de l'espace, venus de Jupiter, de Mars et d'ailleurs, des surhommes aux multiples cerveaux capable de quasiment tout ce qui est imaginable, et même tout un clan de vampires. Ce devient souvent trop confus et surtout pas très crédible.

Et pourtant, malgré tout ça, je continue à accrocher et à dévorer les tomes quand ils sortent. Les dessins sont toujours excellents quoiqu'ils deviennent un peu froids. La narration est d'une grande efficacité et les intrigues très prenantes : on n'a qu'une envie, tourner la page pour savoir la suite et acheter le tome suivant dès que possible pour s'épargner le cliffhanger de chaque fin d'album.

Sentiment mitigé, donc. Ca n'a plus le charme de Gunnm et ceux qui découvriront un tome parmi les autres sans connaitre le début risqueront de trouver ça nul, incompréhensible et bourrin. Mais j'accroche bien malgré moi.

Nom série  Capricorne  posté le 01/10/2003 (dernière MAJ le 12/01/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Beaucoup moins hermétique et complexe que Rork ou autres Cromwell Stone, Capricorne est plus proche d'une aventure action/SF grand public. Elle n'en est pas moins très agréable à lire.
J'aime beaucoup les premiers tomes qui se recoupent avec les derniers tomes de Rork jusqu'aux rencontres successives entre ces deux personnages et leurs univers. Ensuite, l'histoire de Capricorne part un peu plus dans la liberté au niveau du déroulement du ou des intrigues.

Plus la série Capricorne progresse, plus je relis chaque tome, et plus je me rends compte de l'excellence du tout.
Cette série est une vraie série d'aventure, de fantastique et de SF, sorte de cocktail du meilleur de Jules Verne et de Lovecraft tout en étant totalement original et excellent. Dessins, mises en page, narration, intrigues... même si la lecture d'un tome unique peut laisser l'impression d'un simple récit aventuresque sympathique mais sans grande ambition, Capricorne prend surtout sa force dans la lecture de son ensemble, chaque album répondant aux autres, les choses étant, comme toujours chez Andreas, prévues très longtemps à l'avance, et les évènements prenant de plus en plus de profondeur tout en restant simples et élégamment racontés.
Un classique en devenir.

Nom série  Jacques le petit lézard géant  posté le 08/01/2008 (dernière MAJ le 12/01/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pété de rire !
J'ai été proprement éclaté de rire à la lecture de cet album !

Je ne connaissais pas cette oeuvre de Libon pourtant prépubliée dans le magazine Spirou. Elle met en scène un gentil Godzilla miniature, Jacques, petit lézard qu'une mini-bombe atomique a transformé en lézard géant (un bon mètre de haut quand même), dressé sur ses papattes arrière, doué de raison et de la parole, et surtout doté d'un esprit sympathique, débonnaire et un peu naïf. Et ce gentil Jacques trouve bien chouette sa transformation parce que, comme ça, il va pouvoir aller dans le monde des humains pour essayer de se faire de nouveaux amis et si possible avoir un peu à manger parce qu'il voudrait bien un peu de foie de veau, c'est bon le foie de veau, presque aussi bon que les papillons.
S'ensuivent une série d'histoires courtes plus ou moins suivies, toutes plus hilarantes et délirantes les unes que les autres où Jacques sera confronté à une gentille Mamie, des policiers scrupuleux, une secte satanique, un cirque de passage, un docteur, un scientifique expert es monstre du Loch Ness, une armée incognito, etc.

L'humour est vraiment bon. Il se situe entre le burlesque et le non-sense, et il est solidement appuyé par le graphisme et la composition des cases. Les personnages volontairement ridicules et exorbités fonctionnent à la perfection.
Les dialogues, écrits sur le ton de la discussion (ah bah oui quoi, Libon il écrit un peu comme il parle, c'est fou non ?), sont souvent les plus drôles. Le personnage de Jacques, notamment, est remarquable par son flegme et sa façon polie et douce de parler. Il apporte un vrai décalage avec le monde de fou dans lequel les humains semblent évoluer autour de lui.

Certaines histoires m'ont un peu moins fait rire que d'autres, je dois l'admettre, mais les épisodes du rhume chez le docteur, de la description de la vie avec le monstre du Loch Ness dans son salon, et autres Mamie de Satan m'ont vraiment fait me secouer de rire. Cet album vaut clairement le détour pour les amateurs d'humour, un très bon cru !

Le second tome m'a un peu moins fait rire, c'est dommage. Mais Jacques reste toujours aussi attachant et plaisant à suivre. C'est une lecture divertissement que j'ai parcourue avec le sourire tout du long. Et il y a quand même dans ce deuxième album quelques passages qui m'ont fait rire.

Nom série  Chroniques de la lune noire  posté le 31/03/2004 (dernière MAJ le 12/01/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je garde une certaine nostalgie et mes hormones de bourrin se réveillent souvent quand je repense à la façon dont j'aimais les premiers tomes des Chroniques (jusqu'au tome 5 en gros). Ce sont vraiment des confrontations d'armées, de puissance, de magie : imaginez en gros que vous jouez dans un jeu de rôles un personnage super puissant et que vous ayez l'occasion de le comparer ensuite à plein d'autres aussi puissants chacun dans son domaine et de les confronter tous dans un scénario assez structuré. C'est assez jouissif sur ce point de vue. Si vous aimez Warhammer Fantasy, le jeu de plateau, et si vous appréciez un peu d'humour bourrin façon potes qui déconnent entre eux, vous devriez aimer les Chroniques, enfin du moins le début des Chroniques.

L'ennui, c'est qu'à partir du tome 5, même un bourrin se rend compte qu'il ne se passe plus rien, que toute l'histoire ne consiste plus qu'à faire augmenter les pouvoirs du perso principal de manière sans interêt, 5 ou 6 tomes juste pour montrer que du rang de seigneur de la guerre, notre héros va évoluer jusqu'à celui de demi-dieu simplement par le bon vouloir du scénariste/MJ. C'est lourd, quoi...

En définitive, la série est sympa, voire prenante, du tome 1 au tome 5. Par la suite, le scénariste n'a plus comme objectif de réaliser l'oracle annoncé en début de récit et de faire se confronter le héros à un demi-dieu, et pour cela il va faire en sorte d'augmenter d'augmenter d'augmenter ses pouvoirs par un escalade sans saveur et sans intrigue. Le tout pour arriver à un tome 14 qui n'a comme principal intérêt que de clore pour de bon la série. Un désolant gâchis alors qu'il y avait un sacré potentiel scénaristique, graphique et d'ambiance.
N'achetez pas cette série car vous risquez, comme moi, de vous sentir forcer de la compléter alors qu'à partir du tome 5 l'histoire n'est pas finie mais elle ne vaut plus rien.

Nom série  Torso  posté le 11/01/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Si ça ne tenait qu'au scénario, j'aurais trouvé cette BD franchement bien.
J'ai en effet pu découvrir par son biais des faits historiques particulièrement intéressants : l'apparition du premier serial-killer américain officiel et surtout l'enquête qui s'est déroulée à sa poursuite. J'ai également appris que c'était Eliott Ness lui-même, déjà auréolé de la célébrité d'avoir fait emprisonné Al Capone à Chicago, qui était alors Directeur de la Sécurité de Cleveland et qui a mené en partie l'enquête contre le Tueur aux Torses. A cela s'ajoute le contexte de la fin de la Grande Dépression aux USA. Autant d'éléments combinés qui forment un excellent récit, d'autant plus intéressant qu'il est sensé avoir véritablement eu lieu, à quelques ajouts romancés près.
Instructif et captivant, il est raconté avec brio par l'auteur.

Malheureusement, je n'ai pas aimé le dessin. Il mélange souvent photos d'époque et dessins noir et blanc plus épurés. Il use et abuse en outre de l'itération iconique, copiant-collant de nombreuses fois les mêmes images, les cadrant différemment, zoomant sur certains détails cases après cases, ou usant d'"effets" proches d'effets Photoshop pour modifier des cases déjà utilisées et les réutiliser encore et encore. Tout le long de cet album, je me demande si l'auteur a dessiné autant de cases différentes que de page, mais j'ai bien l'impression qu'il en a dessinées nettement moins. Ca me donne vraiment l'impression de quelqu'un qui ne sait pas dessiner et qui use de tous les artifices possibles pour en faire le moins possible au niveau graphique et masquer ses faiblesses.
Le dessin est donc parfaitement figé, sombre, et régulièrement inutile. A l'exception d'une maigre scène d'action en fin de récit, le même scénario mis en simple roman avec quasiment rien d'autre que des dialogues mis bout à bout aurait probablement eu le même résultat.
Une seule idée graphique m'a plu quoiqu'elle soit un peu pénible pour le lecteur qui doit tourner son album : celle qui consiste à tourner soudainement les cases et le sens de lecture à 90° (ou pire sur la fin) lorsqu'Eliott Ness se retrouve en difficulté, lors d'une discussion pénible ou d'une prise de conscience dérangeante pour lui.

C'est donc un album de très bonne qualité et très instructive pour moi, mais la faiblesse du dessin m'empêcherait de l'acheter, personnellement. Mais si vous n'êtes pas trop sensibles à ce souci, n'hésitez surtout pas à le lire.

Nom série  Tea Party  posté le 10/01/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est toujours un plaisir que de retrouver une nouvelle oeuvre de Nancy Peña.
Et pourtant, je dois avouer que je n'avais pas autant accroché que je l'aurais aimé au Chat du kimono dont Tea Party est la suite quinze ans après. Je lui reprochais une narration un peu fouillis, trop de personnages, d'intrigues parallèles. Tea Party corrige ce défaut en proposant un scénario nettement plus linéaire, avec un seul personnage principal bien défini et qu'on suit avec plaisir.

Les qualités manifestes de cette BD sont nombreuses.
La première tient dans le graphisme si personnel de Nancy Peña. Des personnages charmants et expressifs, des compositions et angles de vue originaux, un trait légèrement sinueux... Difficile de décrire ce style si ce n'est qu'on le reconnait au premier coup d'oeil et que j'en apprécie grandement l'esthétique.
La seconde qualité vient du décor d'Angleterre Victorienne qui est rendu ici avec excellence. Ambiance guindée, lords rivaux, colonies indiennes, rues de Whitechapel, Sherlock Holmes et autres immigrés chinois. C'est un vrai plaisir, mis en image et en narration avec finesse et plaisir. Nancy Peña nous instruit même en nous apprenant l'existence de ces Cookery Counsellers, indispensables organisateurs et conseillers pour les défis culinaires que pouvaient se lancer certains lords à l'époque.
Et la dernière qualité, et non des moindres, est toute l'atmosphère originale de ce récit, teinté de poésie, de fantastique, d'aventure et d'une pointe d'humour. C'est, avec le graphisme, l'autre "touche" Nancy Peña qui rend ses bandes dessinées spéciales et reconnaissables entre mille. Et c'est très agréable quand on est pris sous le charme.

Après ces flatteries méritées, je dois avouer avoir été légèrement moins enchanté de ma lecture que je l'aurais souhaité. Différentes petites choses n'ont pas su éveiller en moi une vraie passion capable de transformer cet album en oeuvre culte.
Pour commencer, je n'ai pas complètement saisi tout ce qui tournait autour des visions et de la maladie du héros. Y a-t-il un message que je n'ai pas su capter ? Est-ce une part de l'intrigue qui aura son utilité dans une éventuelle suite ? J'ai eu en tout cas l'impression de rester dans le flou sur ce sujet à la fin de cet album.
Ensuite, j'avoue ne pas avoir trouvé Alice très attachante. Je ne veux pas dévoiler l'intrigue mais son comportement ne me parait pas toujours très clair et j'ai un peu de mal à y "croire" parfois. A l'inverse, Neville me semble nettement plus sympathique et plaisant à suivre.
Et pour terminer, au vu de ce dont Nancy Peña était capable dans certaines de ses autres oeuvres, j'attendais un peu davantage de celle-ci. J'aurais par exemple aimé davantage d'humour. J'ai également eu l'étrange sentiment que l'auteure s'était un peu bridée au niveau des compositions et de la mise en page qui sont indéniablement belles mais nettement moins libres et imaginatives que dans certaines planches de La Guilde de la mer ou encore des Les Nouvelles aventures du Chat Botté.
Mais c'est probablement un caprice de fan et ceux qui ne connaissent pas Nancy Peña seront sans conteste charmés par cet album de grande qualité.

Nom série  Coup de foudre  posté le 10/01/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Etonnant de voir ces deux auteurs réunis, Raoul Cauvin le scénariste prolifique des éditions Dupuis depuis des décennies et David de Thuin l'un des symboles de la BD indépendante (peut-on être davantage indépendant quand on s'auto-édite ? A quand Lambil scénarisé par Etienne Lécroart ?). Mariage surprenant donc mais mariage qui a attisé ma curiosité.

Le cocktail est d'autant plus intéressant que Cauvin produit ici un scénario qui diffère sensiblement de sa marque de fabrique habituelle. L'humour est un peu plus décalé, légèrement plus adulte également. Le graphisme simple et rond de De Thuin s'adapte très bien à ce style et offre quelques bouilles assez réussies, notamment celles de Désiré.
Certains dialogues m'ont véritablement fait rire et plusieurs situations sont cocasses et bien amenées.
Il est dommage que l'ensemble soit rendu assez inégal par quelques dilutions du récit et par quelques lourdeurs, notamment le gag répétitif de "je peux vous appeler Charles". J'aurais également aimé davantage de densité, un scénario qui s'offre un peu plus de libertés et des péripéties plus variées.

Au final, cet album me donne l'impression d'un sympathique divertissement qui se lit néanmoins un peu vite et ne marque pas véritablement l'esprit.

Nom série  Rebecca  posté le 09/01/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD a connu une parution en 2 temps chez Glénat. Initialement publiée dans le magazine italien Linus, la première histoire de Rebecca est éditée en 1985 sous la forme d'un gros album noir et blanc aux allures d'intégrale. La seconde histoire, les Trésors de Saint Ambroise, fut pour sa part scindée en deux albums, cette fois colorisés, et publiée à partir de 1987 dans la collection Vécu.

La dessinatrice est visiblement adepte de l'école Italienne de l'époque. Son trait rappellera un peu Hugo Pratt mais aussi parfois Comes, notamment dans les planches noir et blanc, voire également un peu F'murr dont j'ai trouvé l'encrage assez proche. Le graphisme ne manque pas d'une personnalité assez intéressante même si je n'en suis pas très fan. Je trouve notamment assez étouffants les trop nombreux plans serrés sur les personnages et visages, au détriment des décors réduits au strict minimum.

Le décor historique et géographique est intéressant. Le Quattrocento Italien est en effet une période vraiment troublée, emplie de mille conflits et complots entre puissants et entre cités d'Italie. Les auteurs arrivent à bien représenter cette époque où tout était danger et où chacun s'en sortait comme il pouvait. On ressent bien tous les personnages comme étant en permanence sur la corde raide, à la merci d'une disgrâce, d'une condamnation arbitraire de la part de l'inquisition, de seigneurs ou de magouilleurs locaux, jamais à l'abri d'une trahison ou d'un acte de brigands ou de pauvres hères qui deviennent dangereux pour pouvoir survivre. Le contexte est-il parfois exagérément noirci ? La caution des historiens auprès desquels les auteurs se sont renseignés semble indiquer que non, tout ce récit pourrait très bien avoir eu lieu à l'époque et les personnages auraient très bien pu exister pour de bon.

La justesse historique étant entendu, je n'ai pourtant pas tellement été charmé par ma lecture. La narration n'est parfois pas des plus évidentes. Le déroulement et l'enchainement des évènements ne sont pas toujours très clairs. Et je n'ai pas trouvé les personnages particulièrement attachants, un peu trop froids et distants à mon goût.
Pas inintéressant mais pas vraiment captivant pour moi.

Nom série  Le Théorème de Morcom  posté le 08/01/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime la ligne claire mais elle est un peu trop poussée dans ses extrémités avec cette BD. Cela se retrouve certes dans les personnages, mais aussi dans les décors tracés à la règle et cela va même jusqu'aux lignes de vitesses, bulles de dialogues et autres symboles BD qui sont dessinés ici de manière purement géométrique et sans aucun naturel. Et moi qui suis généralement amateur de ce genre d'esthétique, j'ai trouvé le résultat assez laid ici. Heureusement, même si cela m'a dérangé pour les premières pages, j'ai fini par m'y faire et, quoique je persistais à trouver les personnages un peu trop figés et détachés par rapport aux décors, ma lecture s'est tout de même faite de manière fluide.

Le récit est en fait un hommage à la vie d'Alan Turing, génial mathématicien, inventeur de la machine logique et des bases de l'informatique moderne, mais aussi connu pour sa participation au décryptage de la machine Enigma durant la seconde guerre mondiale. Le héros de la BD va enquêter sur la mort de Julius Morcom et retracer ainsi le fil de sa vie qui n'est autre qu'une version romancée de celle de Turing, à quelques détails près comme les noms et les circonstances de sa mort.
Autour de cette enquête se forme une petite intrigue d'espionnage mais elle tournera vite court pour ne laisser que la biographie de Morcom/Turing comme véritable thème du récit.

Ayant lu le roman Cryptonomicon de Neal Stephenson, je connaissais déjà une bonne portion de la vie de Turing qui en est l'un des personnages secondaires. J'ai donc eu un sentiment mitigé à la lecture de cette BD. D'un côté, j'étais assez satisfait de retrouver en image des faits et des lieux évoqués dans le livre. D'un autre côté, la BD n'abordait tout cela que trop superficiellement pour m'apprendre quoi que ce soit de neuf. Et comme il n'y a pas d'autre véritable intrigue intéressante dans ce scénario, je suis resté sur ma faim en fin de lecture.

Nom série  Louis  posté le 07/01/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympathique cette lecture jeunesse. J'ai bien accroché au départ même si je dois admettre m'être un peu lassé à partir du milieu de l'album.

Malgré l'aspect semi-muet de l'album (les textes sont remplacés par des petits dessins), on s'attache très vite à ce petit bonhomme. Le simple passage dans la voiture en début d'album a suffi à me le rendre sympathique. Seule réticence, je n'ai pas réussi à cerner son âge : quand il est chez lui, il a des jouets et un comportement de petit de 2 ou 3 ans maximum, mais il se débrouille comme un chef (en tout cas mieux que ma fille de 6 ans) sur la piste ou simplement pour enfiler ses bottes. Du coup, la "cible" jeunesse pourrait paraitre ambigüe car il ne me semble pas évident pour un enfant de s'identifier à ce petit bout de chou sans âge.

La narration graphique de Guy Delisle est tout à fait réussie et on oublie très vite qu'il n'y a pas de parole. Tout est compréhensible, fluide à la lecture, et même dense puisque le nombre de cases est élevé.
Comme dit plus haut, j'ai beaucoup aimé la première moitié de cette BD que j'ai trouvée drôle et mignonne. La seconde partie, s'éternisant un peu en une suite de péripéties, m'a un peu moins charmé.
C'est néanmoins une bonne BD, probablement adaptée à la lecture pour un public jeunesse mais aussi compatible avec les goûts et l'humour d'un adulte.

Nom série  Le Local  posté le 07/01/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Depuis le temps que j'entends parler de cet auteur, c'est la première BD de Gipi que je lis. Je découvre donc avec satisfaction son talent narratif et l'originalité de ses scénarios et de ses personnages. C'est vrai que l'histoire de cet album, Le Local, est racontée de manière très fluide. Elle se lit agréablement et met en scène des personnages aux backgrounds variés présentant des personnalités intéressantes et bien rendues.

Le dessin de Gipi est assez lâché et efficace. Même si je n'accroche pas à la façon dont il dessine les personnages (j'en ai même confondu deux au début du récit), il arrive en quelques traits à leur donner toute l'expressivité qui leur convient. Il réalise surtout une colorisation originale à l'aquarelle ou à l'encre très diluée que j'aime bien et qui offre quelques décors très jolis malgré leur côté épuré.

C'est donc une BD fluide et plaisante, dotée de bons personnages. Néanmoins, même si j'ai passé un moment de lecture pas désagréable, je n'ai pas été touché ni vraiment captivé. Ce récit de jeunes musicos qui combinent leurs vies diverses pour former un groupe disparate mais uni m'a paru un peu vain. Il n'a pas su me parler et je n'en ai pas retenu suffisamment en fin d'album pour en conseiller particulièrement l'achat.
Mais ça ne m'empêchera pas de lire, si je peux, d'autres oeuvres de Gipi.

Nom série  Les Mauvaises Gens  posté le 06/01/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dans la lignée de Rural ! et de Un homme est mort, Davodeau s'attache avec réussite aux reportages/témoignages en bande dessinée sur le milieu ouvrier et rural français. Ce fut pour moi une lecture intéressante et instructive. Je m'y suis d'autant plus intéressé que je passe régulièrement dans la région d'Angers dont les Mauges, décor de cet album, sont proches.

Par le biais de cette lecture, j'ai découvert un pan de l'Histoire de France que je connaissais mal, du moins pas de ce point de vue aussi authentique et spécifique. J'ai ainsi appris l'origine de certains syndicats et de leurs membres de l'époque. J'ai appris le parcours de certains de ceux qui y ont adhéré, leurs raisons, leurs motivations et leurs passions. J'en ai appris un peu plus sur les conditions de vie et de travail dans une région à la fois rurale et ouvrière. Et j'ai aussi découvert à quoi cela peut ressembler de vivre sa jeunesse dans une famille militante ce qui est très loin de ce qu'a pu être ma propre jeunesse.

Davodeau raconte cela avec une certaine maestria narrative. Son dessin ne me charme pas plus que cela, mais il sait vraiment bien l'utiliser pour raconter ses histoires. C'est fluide, parlant et efficace.

Je n'ai cependant pas été totalement convaincu.
Premièrement parce que cette lecture m'a paru un peu longue, je me suis essoufflé avant la fin et j'ai dû lire l'album en deux fois, sans réellement accrocher à la reprise.
Ensuite, le message n'est pas toujours très bien passé pour moi, certains passages m'ayant laissé circonspect. Comme dans Rural !, sous la forme d'un témoignage impartial, Davodeau choisit en fait son camp sans ambigüité et se fait lui aussi militant, voire franchement manichéen.
Je l'ai ressenti fortement au moment où il rapporte l'interview de trois ouvriers qui viennent manifester pour aider la société qui vient tout juste de les mettre au chômage : il rapporte les déclarations de ces derniers qui expliquent faire cela dans l'espoir d'être réembauchés et laisse entendre juste après que ces comportements sont tellement "édifiants" qu'il ne ferait pas de commentaire. Dommage car j'aurais bien aimé comprendre en quoi c'était tellement édifiant : on peut les comprendre, ces trois personnes, et même si leurs maigres espoirs ont peu de chance d'aboutir et font le jeu de l'entreprise, Davodeau les présente implicitement trop en "social-traitres" à mon goût sans nuancer son propos.
Dans la même veine, j'ai tiqué sur la citation du père de Davodeau qui dit qu'il a "toujours combattu ses patrons" quels qu'ils soient, déclarant du coup de manière implacable une vision caricaturale de lutte des classes, de gentils ouvriers contre salauds de patrons riches et exploiteurs. Pas de nuance de nouveau et aucun placement possible de "l'autre côté de cette barrière" ainsi érigée comme fondamentale. Ca ne donne pas envie d'être employeur, mieux vaut rester du côté des employés et laisser les méchants créer leurs sociétés pour ensuite les combattre, ces salauds. Je caricature également, évidemment.

Bref, même si certaines parties manichéennes du message de cet album m'ont laissé circonspect, j'ai lu ce reportage et ces témoignages avec intérêt et j'y ai appris pas mal de choses. Une bonne et instructive lecture.

Nom série  Angel (Sakurazawa)  posté le 05/01/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Difficile au premier abord de voir le lien entre ces histoires courtes dont le seul point commun est l'apparition récurrente de cet ange mystérieux.
Toutes sont des récits de vie quotidienne, mettant en scène des personnages divers, parfois des femmes, parfois des hommes, parfois jeunes, parfois vieux, en couple ou non, etc. Toutes sont assez contemplatives, rythmées par les pensées intimes des personnages et par les petits évènements qui vont changer leur vie.
Et ce n'est qu'après quelques récits qu'on comprend que l'apparition de l'ange est le signe que les choses vont s'arranger pour ces personnages parfois déprimés ou en plein trouble dans leur vie personnelle, et effectivement la fin de chaque histoire est plutôt heureuse. Il s'agit donc visiblement d'un ange-gardien, d'un messager du bonheur ou simplement d'un meilleur avenir.

Quoique je trouve cette idée d'ange assez cucul-la-praline, la lecture de ces récits est assez plaisante. Ils n'apportent pas grand chose d'exceptionnel mais ils sont racontés avec suffisamment de finesse et d'intelligence pour être relativement touchants.
Il n'y a que le dessin que je n'aime pas vraiment. Je n'aime pas le graphisme de Sakurazawa, ses personnages aux yeux énormes et larmoyants et leurs bouches surdimensionnés, ses passages où elle semble bâcler certains dessins "pour plus de dynamisme et de vie".
Mais j'ai su passer outre pour plutôt apprécier ce manga et ces histoires agréables.

Nom série  Minik  posté le 29/12/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Moui... Intéressant comme récit mais assez vain comme BD.

J'apprécie le dessin d'Hippolyte dont j'avais adoré Le Maître de Ballantraë. Celui de Minik, bien que joli et agréablement colorisé, m'a un peu moins charmé, visuellement parlant.

Le récit, quant à lui, présente une "anecdote" de l'Histoire que je ne connaissais pas. La façon dont la majorité des occidentaux ont traité leurs "invités" eskimos comme de vulgaires animaux curieux est assez déplorable et pointe un doigt accusateur sur la façon de penser hautaine et raciste de l'époque.
Cependant, malgré ce témoignage et cette accusation manifeste, les émotions n'ont pas su m'atteindre. La narration est trop plate et la mayonnaise ne prend pas pour moi. Le scénario de cette BD n'apporte pas grand chose que de la simple information au lecteur qui se trouvera momentanément intéressé puis... oubliera une lecture qui n'a rien de marquante. Dommage...

Nom série  La Secte  posté le 29/12/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le graphisme de ce manhwa me plait beaucoup. Il me fait penser au style de l'auteur chinois Nie Jun (My street) dont j'apprécie énormément la personnalité et l'originalité du dessin. On retrouve un trait et un univers assez similaire, mélange de réalisme et de détails délirants, véhicules, bâtiments ou petits personnages et animaux au second plan. Les compositions sont variées et la maîtrise technique est vraiment au rendez-vous. Seul regret, les passages d'actions qui sont assez fouillis et nettement moins réussis à mon goût.
Pour le graphisme, ce manhwa vaut vraiment le coup d'oeil.

Pour le scénario, par contre, non.
Le récit est une suite de combats à la violence omniprésente et purement gratuite. Les personnages sont pour une moitié des débiles, pour l'autre moitié des poseurs à l'allure "cool et ténébreuse". Ajouté à ces deux défauts qui auraient suffi à me rebuter, il faut aussi compter sur une petite dose de scatologie.
L'histoire est longue à se mettre en place, mais y aura-t-il finalement une histoire ? N'allons-nous pas tout simplement suivre des personnages sans charisme qui passent leur temps à se battre, à s'insulter, à se défier et à mourir dans des gerbes de sang ?
Ca ne m'intéresse pas.

Nom série  Nekomura-san  posté le 29/12/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Difficile de comprendre la raison ayant poussé à éditer ce manga en France...
Il raconte la vie monotone d'une chatte devenue servante (?). Cette dernière est naïve et soumise. Elle passe sa vie à travailler, à s'interroger sur la complexité de la famille pour laquelle elle travaille et à culpabiliser parce qu'elle ne s'estime pas assez soumise ni travailleuse. Une caricature de la vision à l'ancienne des femmes par les japonais : soumises et soucieuses d'être aussi soumises que possible.
Le dessin est très épuré, offrant deux cases sans saveur par page. La technique est médiocre car certains visages sont vraiment moches.
Et il ne se passe quasiment rien... C'est ennuyeux au possible...
Ce manga n'a rien de mauvais ou haïssable, mais quel intérêt à part peut-être découvrir une forme de l'état d'esprit de certains japonais ?

Nom série  Lou !  posté le 01/09/2004 (dernière MAJ le 28/12/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà une autre série de la collection Tcho! qui m'a bien plu.
Tout d'abord le graphisme est vraiment joli. Le trait du dessin est sympa, les couleurs excellentes et le tout très bien travaillé. Ca donne franchement une jolie BD et très agréable à lire. Du beau boulot pour une série jeunesse et qui détonne à côté de la plupart des autres de la collec Tcho!.
Ensuite l'histoire est toute sympa aussi. C'est mignon, c'est tendre, c'est frais et c'est également vraiment drôle.
C'est vraiment une Bd que je qualifierais de mignonne, plaisante et drôle à la fois, enrôbée dans un dessin tout aussi beau et plaisant.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 276 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque