Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 2323 avis et 563 séries (Note moyenne: 2.96)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Parce que le paradis n'existe pas  posté le 17/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Fabien, 36 ans, chômeur après avoir exercé un métier qu'il n'aimait pas, retourne se ressourcer chez ses parents. Les souvenirs affluent et, bien vite, en traversant le petit bois derrière chez lui, Fabien se retrouve dans la peau du gamin de 10 ans qu'il fût. Les métamorphoses, d'abord de courte durée, deviennent de plus en plus longues pour finir par sembler devoir persister. Fabien est convaincu qu'il y a une raison à cela mais ne comprend rien à ce qui lui arrive.

Une trame fantastique pour une recherche d'identité. Oui, bon, pourquoi pas ? J'ai malheureusement le sentiment qu'aucun de ces deux éléments en ressort grandi. Le côté fantastique n'a rien de ... fantastique, c'est du déjà-vu et du revu. Tandis que la quête d'identité et les interrogations du héros se retrouvent en arrière-plan alors qu’elles auraient mérité un traitement plus important.

L’histoire, en elle-même, sans être extraordinaire, n’est pas vraiment désagréable à lire. Malheureusement, le dessin me reste un peu en travers de la gorge. Non qu’il soit mauvais ou confus, mais les proportions des personnages ne me semblent pas respectées. Chacune des personnes dessinées me semble avoir une tête énorme pour un petit corps. Et, à la longue, cet aspect (qui aurait pu être secondaire si le scénario avait vraiment été prenant) a commencé à m’obnubiler au point de me distraire de ma lecture.

En résumé : scénario bof + dessin bof = bof, bof …

Nom série  Ceux qui t'aiment  posté le 12/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voici sans doute le moins bon album de Davodeau, que j'apprécie énormément par ailleurs. Titou, centre-avant du CFE se fait enlever après s'être rendu chez un de ses fans. Cela aurait pu être crédible si les auteurs du rapt n'avaient été aussi improbables : un ancien emballeur de pizzas, un vieux aux poumons usés et un vétérinaire ancien militaire. De plus, ce gentil Zizou ... euh pardon, Titou est une vraie tête à claques. J'en aurais presque regretté que ses ravisseurs ne lui aient coupé une jambe. Comme beaucoup, j'ai préféré l'histoire parallèle de ces fans obligés de négocier avec le camp adverse pour remplir un car.

La fin de l'album est également ratée car irréaliste et sa démagogie de cour de récré est gonflante. Reste une réflexion sur la valeur d'un être humain, que l'on achète, loue, vend et que l'on finit par voler. Mais, monsieur Davodeau, est-ce réservé aux footballeurs. Ne signez-vous pas des contrats avec vos employeurs, qui vous engagent en fonction de vos capacités à faire rêver ou à atteindre un résultat ? Ceux-ci ne vous autorisent-ils pas à signer un contrat, temporaire ou définitif, chez leurs concurrents, moyennant dédommagement ? N'est-ce pas là une sorte de location, de vente ? Se vendre, en tout ou en partie, en échange d'une rémunération, cela s'appelle "travail rémunéré", et, du boulanger-artisan au PDG de multinationale, tous nous adoptons ce comportement. La réflexion aurait donc mérité plus de nuances et de finesse.

Un 2 toutefois grâce à cette famille de supporters, bien crédible et amusante celle-là, et à quelques dialogues de qualités. Mais un "Davodeau" en très petite forme.

Nom série  Rural !  posté le 09/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Dans la catégorie "bd documentaire", celle-ci est culte ! L'analyse des implications de la construction d'une autoroute pour l'ensemble des personnes qui, de près ou de loin, sont concernées, en prenant comme point de départ l'exploitation d'une ferme bio peut paraître comme un sujet de prime abord plutôt rébarbatif (au même titre que cette phrase, d'ailleurs, maintenant que je viens de me relire). Mais Etienne Davodeau fait une fois de plus parler son talent. Cet auteur a l'art d'aller chercher l'humain derrière n'importe quel thème.

Ce sont donc les témoignages des exploitants d'une ferme bio, d'un archéologue, d'habitants déplacés, de comités locaux qui nous sont livrés. Et chaque témoignage révèle une histoire aux dimensions humaines. Mais Etienne Davodeau, s'il y excelle, ne se contente pas de l'anecdote. Son analyse est relativement (on reste d'un côté de la barrière) complète et n'évite pas statistiques et analyses qui, si elles alourdissent la lecture, n'en sont pas moins nécessaire dans ce type d'ouvrage. On est touché, amusé, troublé, ému et on apprend beaucoup à la lecture de "Rural !", ouvrage qui s'étale sur une année d'observations.

Réussir ce type d'ouvrage sans tomber dans le sentimentalisme ou la démagogie à deux balles est un réel exploit, et l'auteur y parvient.

Décidément, Etienne Davodeau est un grand humaniste.

Nom série  La Fille aux Ibis  posté le 09/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Au vu des derniers avis, je me demandais si cet album avait mal vieilli. Je l'ai donc relu... et apprécié. C'est un fait que La Fille aux Ibis vaut surtout par son scénario car le dessin de Lax paraît sinon synthétique, du moins peu naturel. Il faut un temps pour s'y habituer mais ce n'est pas gênant non plus. De plus, les personnages féminins sont très réussis.

L'histoire, quant à elle, est excellente de bout en bout. Cette quête amoureuse au travers d'un pays déboussolé, semée de fausses pistes et de non-dits est une des plus belles qui m'aient été contées. Le contexte historique est également bien exploité et donne à l'ensemble un côté documentaire intéressant.

Tous les personnages sont crédibles mais j'ai particulièrement apprécié ce réalisateur/photographe désabusé et lucide qui verra déjà la révolution roumaine sous un oeil très critique.

Définitivement franchement bien.

Nom série  Pierre Guilmard présente ...  posté le 09/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici un extraterrestre dans la bd traditionnelle. Non que le style graphique soit vraiment original (nous sommes dans du franco-belge semi réaliste), ni que les thèmes sortent de l'ordinaire (des histoires policières inspirées par le cinéma des années '50, '60 du type "Touchez pas au grisbi" ou "Les tontons flingueurs") mais, personnellement, je ne connais pas d'équivalent à l'heure actuelle.

Cet album recèle de multiples qualités : un dessin accrocheur, des passages hilarants (le moyen utilisé pour neutraliser un chien de garde, par exemple), des scénarios bien ficelés et, surtout, des dialogues au vocabulaire fleuri qui ne peuvent que rappeler Audiard. Décharge interdite (un titre à double sens de très bon goût, ...hum) se déroule fin des années '80, les deux autres histoires plutôt dans les années '60 mais les trois utilisent la même formule, à savoir beaucoup d'humour et de jolies filles au service de classiques polars. C'est efficace, plaisant à lire mais assez vite oublié, ... ce qui est un avantage lors de la relecture.

Il n'y eut qu'un seul album dans cette collection et c'est heureux car, à la longue, cela aurait pu lasser. D'ailleurs, lire les trois histoires d'affilée se révèle indigeste car trop répétitif, raison pour laquelle je n'ai mis qu'un 3 malgré d'indéniables qualités.

Nom série  Le Temps des Bombes  posté le 09/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le temps des bombes retrace le parcours d'un jeune bourgeois qui fréquente les milieux anarchistes, et cela du début (les motivations) à la fin (les désillusions). Attention, il ne s'agit pas d'une critique des mouvements anarchistes mais bien du parcours d'un adolescent. L'histoire reste donc centrée sur le héros, sur ses fréquentations et sur la rivalité qui naîtra entre lui et son meilleur ami pour la conquête d'un coeur féminin.

Malgré de grandes qualités au niveau du scénario, je n'avais pas été totalement conquis par cette série du fait que le dessin laisse à désirer. Moynot avait dû s'employer dans un style qui n'était pas le sien (du semi-réaliste à la Julien Boisvert) et cela se ressent et gâche un peu le plaisir de la lecture. Mais si ce dessin ne vous rebute pas et que vous êtes sensible aux histoires d'adolescent candide qui perd ses illusions au fur et à mesure qu'il grandit, ceci devrait vous plaire. En tout les cas, à moi, cela avait finalement bien plu.

Nom série  Caroline Baldwin  posté le 09/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Encore une détective, encore de la ligne claire. Rien de bien original en soit. Les sujets abordés sont dans l'air du temps : alcoolisme, sida, essais de médicaments sur humains, fonte des glaces. Rien de bien original non plus. Mais le tout est fait avec un talent indéniable.

Caroline Baldwin a une carte d'identité bien remplie (canadienne, du sang indien, séropositive, alcoolique sur les bords) qui se distingue particulièrement de ses rivaux (Ric Hochet, Rubine, Léo Loden, Soda) du fait qu'elle travaille seule (pas de faire-valoir à ses côtés) mais André Taymans a un peu trop tendance à tirer sur la corde de la sensibilité à outrance. Ne vous attendez pas à des trais d'humour non plus. Caroline reste extrêmement sérieuse.

Une bonne petite série toutefois pour les amateurs d'histoires policières. A emprunter à la bibliothèque pour un agréable moment de lecture.

Nom série  Cédric  posté le 06/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un dessin franco-belge très classique et dynamique hérité du grand Franquin (mais un cran en dessous quand même, faut pas abuser) au service de petites histoires de cour de récré.

Le monde de Cédric se résume à (trop) peu de choses : le grand-père, les parents, le meilleur copain, la petite copine, les profs. Avec ces cinq éléments, Cauvin parvient (fameuse performance) à pondre 90% des gags de la collection. C'est trop, beaucoup trop répétitif. Ce n'est pas mauvais, c'est lassant. Empruntez-en un de temps à autre dans une bibliothèque, vous passerez un moment de lecture sans déplaisir. Empruntez en un autre, vous vous demanderez à tous les coups si vous ne l'avez pas déjà lu.

Nom série  Minuit à Rhodes  posté le 06/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une histoire d'espionnage un peu abracadabrante sur l'île de Rhodes.

Le dessin de Béhé est de qualité, réaliste sans être surchargé, il donne bel et bien une impression de chaleur. Les personnages principaux sont bien croqués, les second rôles apportent un petit plus (mention spéciale à la potière). Le cadre est bien choisi, je ne connais personnellement pas beaucoup de bd ayant pour cadre les îles grecques.

L'histoire est malheureusement un peu trop improbable à mon goût. Il est vrai que d'habitude je n'apprécie pas trop ce type d'aventure. J'ai toutefois passé un bon moment de lecture, sans doute grâce au côté décalé, voire désinvolte des principaux acteurs, impliqués dans une histoire qui ne les concerne pas et à laquelle ils ne comprennent pas grand chose. Pas du même niveau que le premier tome de Péché mortel mais, à mon avis, supérieur à la suite, donc, finalement, pas mal.

Nom série  Trio Grande  posté le 05/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Un western spaghetti comme je les aime. Sur un scénario (très) bien construit de Vatine et Clement, Lamy illustre un Far West digne de Sergio Leone. Les cadrages sont très cinématographiques et l'ambiance... poussiéreuse. Seuls les visages laissent quelque peu à désirer mais cet aspect disparaît totalement à la lecture car (et je me répète) le scénario est très prenant. Cette bd n'est pas dénuée d'humour, mais un humour plutôt viril (C'est "Il était une fois dans l'Ouest", pas "Desperate Housewives"...). Les personnages sont attachants et l'opposition entre les deux héroïnes, quoique conventionnelle, est bien réussie.

Franchement bien, oui.

Nom série  Les Caméléons  posté le 05/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une histoire de vol de personnalité somme toute assez banale (on a droit à beaucoup de poncifs du genre, et la fin en est un bel exemple) servi par un dessin pas très lisible (pour ne pas dire brouillon).

Pourtant, quand il s'applique à simplifier ses planches, ce dessinateur n'est pas dénué de talent. Je ne sais pas si c'était son premier travail mais Fabrice Le Henanff donne l'impression de débarquer dans le milieu de la bd, et la netteté de ses planches s'en ressent. Son style est plus proche d'un illustrateur d'affiches de cinéma mais ne convient pas à la bd, qui, à mon avis, demande avant tout précision, netteté et efficacité. Autre défaut de cet album : les couleurs, beaucoup trop ternes à mon goût.

Scénario faible + dessin faible + couleurs ternes = faible album. Sans grand intérêt.

Nom série  Jojo  posté le 04/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Humour, tendresse, rondeur, poésie, gentillesse, espièglerie, nostalgie. Jojo, c’est tout ça. Une certaine vision de l’enfance remplie de naïveté et de bons sentiments, du temps où les écoles n’étaient pas trop grandes, du temps où les gens se parlaient encore. Des enfants mignons tout plein qui se chamaillent pour des bêtises et se réconcilient bien vite. Des adultes pleins de bonne volonté dotés de défauts plus rigolos que méchants. De la guimauve, mes amis, de la guimauve … mais à 8 ans, la guimauve, qu’est-ce que c’est bon !!!

Et à quarante ans, l’odeur de guimauve ne peut que nous rappeler d’émouvants souvenirs. Gentil, tendre, poétique et mignon tout plein mais diantrement efficace. Une très belle collection pour la jeunesse.

Nom série  Julien Boisvert  posté le 04/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Julien Boisvert, jeune homme sans ambition éteint par une mère égocentrique et couvé par trois petits vieux surprotecteurs, découvre le monde et se découvre lui-même au fil des tomes. Premier épisode en Afrique, deuxième sur une île britannique, troisième au Mexique et les USA pour conclure.

Au cours de ses pérégrinations, Julien perdra sa naïveté et apprendra à assumer ses responsabilités. Le héros est très attachant, simple et humain. Les seconds rôles sont à son image : rares sont les réels méchants et bien souvent un acte violent s’explique par la détresse de son auteur. C’est un peu simpliste mais un nuage de bonté dans un monde de brutes, ça fait quand même du bien. On oscille constamment entre comédie et drame, mais le positif finit toujours par l’emporter.

Une série très agréable à lire servie par un dessin tout en rondeur très réussi. Simple et sympathique.

Nom série  Lulu Femme Nue  posté le 04/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Fantastique diptyque que ce Lulu femme nue !

Comme souvent avec Etienne Davodeau, tout démarre d’une réaction décalée face à une situation quotidienne. Ici, Lulu, personnage central du récit, décide de tout plaquer après un échec lors d’un entretien d’embauche. Adieu mari, enfants, confort et sécurité, bonjour l’aventure.

Cette errance nous sera contée par son entourage, réuni pour une raison qui ne s’éclairera qu’au fil du récit. Cette narration est, tour à tour, simple, humaine, intrigante, émouvante, drôle, touchante. Davodeau joue constamment sur le fil du rasoir, son récit peut à tout instant verser dans le grotesque, dans le caricatural et, pourtant, jamais ce n’est le cas. Non, simplement, je suis touché par ses personnages aussi improbables que proches de moi, aussi décalés qu’anodins. Cette écriture très fine, tant dans l’art de dresser des portraits que dans celui de distiller un suspense, est l’atout principal du récit.

Pour une fois, le dessin n’est pas en reste ! D’habitude, l’artiste se contente d’illustrer ses récits, mais, depuis Chute de Vélo, Davodeau a réussi à imposer son style dépouillé et à lui insuffler un charme réel qui tient dans l’adéquation entre la simplicité du trait et l’humanité des histoires. La colorisation pastel enrobe l’objet d’une nouvelle couche de douceur.

Finalement, mon seul problème est de savoir si je vais accorder un 4 ou un 5 à cette œuvre. Franchement bien, cette bande dessinée l’est, assurément. A-t-elle le potentiel pour devenir culte ? Marquera t’elle l’histoire de la bande dessinée ? Je suis en tous les cas convaincu qu’elle marquera une étape importante dans la carrière d’Etienne Davodeau … et comme je considère Davodeau comme l’une des personnalités les plus intéressantes de la bande dessinée actuelle, je tranche définitivement pour le « culte ».

Nom série  Fanchon  posté le 04/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
A la mort de la mère de Fanchon, Séverin revient dans le village de son enfance, espérant bien retrouver cette dernière. Mais Fanchon a disparu depuis longtemps sans laisser de trace. Alors, qui a dessiné ce sigle sur le faire-part de Séverin ?

Classique ? Oui, bien sûr, comme tout ce que fait Servais, à commencer par son dessin. En effet, il est difficile de faire plus académique mais ce dessin, je l’adore. De plus, Jean-Claude Servais partage le même environnement que moi et je me retrouve dans les lieux qu’il dessine. La Gaume, l’Ardenne, la nature n’ont pas de secrets pour lui, cela se sent et se ressent. C’est authentique.

Les histoires de Servais, par contre sont très inégales. Ici, nous avons heureusement droit au meilleur : l’intrigue, pourtant cousue de fil blanc, est bien menée et tient en haleine jusqu’au bout. Mais ce sont surtout ces détails qui fleurent bon la campagne qui m’accrochent et me tiennent jusqu’au bout de l’ouvrage. Avec Servais, nous entrons réellement dans un village. Chaque maison, chaque place, chaque arbre existe (du moins c’est l’impression qu’ils me donnent).

Académique et sans réelle surprise mais de qualité ! (et quelle qualité !!!)

Nom série  Le Bar du vieux Français  posté le 04/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Avant toute chose, je n’accroche absolument pas au dessin de Stassen. Le trait est gros, les couleurs semblent plaquées à la truelle, l’influence de l’art africain est évidente et je n’y suis pas sensible. Je dois toutefois reconnaître que dans le cas présent, il s’adapte totalement au récit de Denis Lapière.

Ce dernier est le point fort de cette bd. L’idée de ces courses croisées entre un enfant d’Afrique rêvant de l’Europe et une jeune Magrébine désireuse de retrouver ses racines est brillante. Les personnages sont bien développés et touchants de véracité. L’intrigue avance bien et l’album se clôture sur un point d’interrogation. Une belle histoire d'amour, un narrateur mystérieux et amusant, de l'exotisme, de la tendresse. Que demander de plus ? Certes, il y a bien quelques clichés (inévitables dans ce type de récit parce qu’ils correspondent à une réalité) mais la qualité d’ensemble est indéniable.

Du bel ouvrage.

Nom série  Charly  posté le 04/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette série se compose d'un premier cycle qui se termine avec ''Le Piège'', d'un deuxième qui débute avec "Cauchemars" et se termine avec "l'Innocence", et après ce dernier, d'histoires en un volume pour, enfin, recommencer un cycle avec "Assassin !". Je pense que chaque époque mérite une chronique séparée. Dont acte :

- La première époque tourne autour d'un jouet que Charly a reçu de son père. Cet engin spatial se révèle très vite "habité". L'idée n'est pas la plus originale qui soit mais la façon dont elle est traitée est intéressante. En effet, rien n'est épargnée au héros, pas même la perte d'un être cher. Ce qui, dans une série grand public comme celle-ci, est assez rare. De plus, Charly ne présente pas que des bons cotés, il peut se révéler caractériel ou cruel, comme tout enfant de cet âge. Le dessin de Magda, réaliste et très doux, est une vraie bénédiction. Le scénario, quant à lui, multiplie les pistes au risque de parfois s'égarer. L'ensemble reste cependant cohérent, rythmé et surprenant. Un très bon premier cycle.

- La deuxième époque voit Charly essayer de se défaire de ses démons. L'enfant évolue et devient adolescent. C'est très intéressant car peu de séries font réellement vieillir leur héros (sans parler d’un Michel Vaillant). Ce cycle est cependant, à mon avis, une façon pour ses auteurs de tirer la page et ne me convainc pas totalement. Il fallait sans doute en passer par là pour voir Charly devenir adolescent et pour refermer définitivement certaines portes ouvertes dans le premier cycle mais j'ai failli décrocher après l’Innocence. Le dessin reste cependant très bon et le scénario n'est pas vraiment mauvais. Il déçoit surtout parce qu’il est inférieur au premier cycle. Une période transitionnelle donc, comme l’adolescence de Charly.

- La suite voit Charly grandir et entretenir ce "don" dont il se serait bien passé. Il essaye d'en faire bon usage et de rester en accord avec ses sentiments et son éducation. Les intrigues sont toujours teintées de fantastique mais le héros, plutôt que de subir les événements, comme dans le premier cycle, ou d’en souffrir, comme dans le deuxième, devient de plus en plus actif. Il ne se transforme pas en super héros pour la cause et demeure profondément humain. Je ne peux m’empêcher de penser à un film comme « le 6ème sens » à l’occasion de l’un ou l’autre titre. Les histoires gagnent en diversité sans s’écarter du canevas initial. Le dessin reste égal à lui-même, c’est-à-dire excellent de réalisme et de lisibilité.

- Quatrième époque et nouveau cycle : Charly s’interroge de plus en plus sur ce don et ce qu’il peut en faire. Assisterions-nous à la naissance d’un super-héros à l’européenne ? Voilà qui serait audacieux.

Voici donc une série qui voit au fil des albums son héros évoluer tant mentalement que physiquement. Un parti pris courageux qui aura posé quelques difficultés scénaristiques mais qui, au final, aura enrichi Charly d’une part de vérité, d’humanité qui offre un contrepoids à une série avant tout dédiée au fantastique. C’est, à mes yeux, la plus grande réussite de cette série. Les périodes sont inégales et, personnellement, je préfère le premier cycle et les histoires en un volume, mais l’ensemble est de qualité. Un bon 3,5/5.

Nom série  Holmes  posté le 02/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un plaisir de revoir Cecil au dessin. J'avais déjà fortement apprécié son coup de pinceau dans Le Réseau Bombyce et je le retrouve avec grand plaisir ici. Le fait que le choix des couleurs se résume au noir et blanc ou au sépia (et exceptionnellement un peu de couleur) ne me dérange absolument pas car il donne un côté sombre à l'intrigue.

Au niveau de celle-ci, malheureusement, je ne partage pas l'enthousiasme général. Utiliser un personnage aussi connu que Sherlock Holmes, et encore plus son décès, est très culotté, mais le scénario me semble léger et j'espère que Brunschwig me surprendra dans le troisième tome car, au vu de tous les éléments déjà reçus jusqu'ici, je ne m'attends plus à de grandes révélations. L'intrigue avance effectivement beaucoup trop vite à mon goût.

Le volume du deuxième tome est un second objet d'insatisfaction. Il y a vraiment peu de matière, au propre comme au figuré. Un seul volume reprenant les première et deuxième parties m'aurait paru plus logique, mais ma logique n'est pas celle d'un commerçant.

Ces deux éléments m'incitent à ne mettre qu'un "pas mal", en espérant que je réviserai mon jugement pour la suite.

Nom série  Un après-midi un peu couvert  posté le 02/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand Pierre rejoint son amie sur l'île où elle travaille, il espère passer l'après-midi avec elle. Mais un rendez-vous professionnel bouleverse ce programme et oblige Pierre à meubler cet après-midi en se promenant sur l'île.

Au fil des rencontres, Pierre va découvrir le climat tendu qui règne sur cette île et, au travers des problèmes rencontrés par les habitants, s'interroger sur ses propres faiblesses.

Si j'apprécie la progression narrative de cette bd, je regrette la facilité avec laquelle le héros parvient à entrer en contact avec les îliens. En effet, que de rencontres en une seule après-midi !

Hormis cet aspect, un autre détail m'a déçu. Le dessin, réaliste mais très simple est parfois réellement trop sommaire et certain visages en arrière plan ne sont carrément pas détaillés. Manque de temps ? Volonté de centrer la lecture sur le héros ? Fainéantise ? Je ne sais pas mais ce manque de finition nuit à la qualité d'ensemble. Et c'est d'autant plus regrettable que Philippe Squarzoni a un joli coup de plume.

Passons au positif (et il y en a !).

La psychologie du héros est bien présentée et la progression du récit est très intéressante, pour arriver à une conclusion que rien ne laisse présager dans les premières pages. On se laisse réellement emporter par ce récit en se demandant où l'auteur veut nous mener.

Le climat, très bien rendu par les couleurs sépia, correspond tout à fait au titre du livre et cette ambiance douce amère m'a plu.

La mentalité qu'il peut régner sur une île est très bien résumée en peu de mots et en beaucoup de non-dits. Les seconds rôles semblent avoir réellement de la matière, ils ne sont pas superficiels et apportent une vraie profondeur au récit.

En résumé, ce bon récit, servit par un bon dessin et desservi par quelques facilités, tant narratives que graphiques, plaira sans doute au jeune adulte mélancolique qui sommeille en nous.

Nom série  Que du bonheur !  posté le 02/02/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Retrouvant ses personnages de Germain et nous 20 ans plus tard, Frédéric Jannin nous ressert la même recette mais les ados sont maintenant devenus parents, comme les lecteurs sans doute. C'était une bonne idée et le regard de Jannin est toujours pertinent, son trait toujours aussi vif mais les bons gags se font quand même plus rares et le niveau chute dès le troisième tome. Je regrette également ces couleurs informatisées trop artificielles pour un trait qui fleure si bon l'artisanat. En effet, à mon avis, une couleur synthétique ne peut convenir à ce trait vif, nerveux, comme jeté sur le papier.

Mais, en fait, le gros problème est que, si, à l'époque, je m'identifiais totalement aux jeunes de Germain et nous, je ne me reconnais plus qu'occasionnellement dans les parents de "Que du bonheur". Je n'ai donc plus aussi souvent le plaisir de me moquer de moi-même et de mes petits travers, et cela me manque.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 115 117 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque