Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 2335 avis et 570 séries (Note moyenne: 2.96)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Oubliés d'Annam  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un diptyque qui me laisse une étrange sensation au final.
Le cadre choisit est excellent. Cette tranche d’histoire de la guerre d’Indochine, cet aspect du conflit dont j’ignorais tout, a suscité mon intérêt, que dis-je ? Mon engouement.
La narration à deux paliers est intelligente et dynamise le récit tout en lui donnant un côté docu-fiction de bon aloi.
Le graphisme a certes vieilli, surtout au niveau de sa colorisation, mais il n’est pas déplaisant pour la cause. Les visages, en particuliers, sont souvent très bien réussis.
Alors, pourquoi, malgré toutes ces qualités, ne suis-je que moyennement emballé par l’ensemble ?
Pour deux raisons.
La première est que le héros central n’a pas réussi à me séduire. Je le trouve trop lisse, trop parfait. Il manque à mes yeux d’ambiguïté.
La seconde est une fin bateau trop conventionnelle.
Ces imperfections, si elles gâchent un peu mon plaisir de lecture, n’en enlèvent cependant pas tout l’intérêt, et l’ensemble reste de bonne facture. La série est à découvrir, ne fut-ce que pour cet obscur et dramatique pan de l’histoire qu’elle nous révèle.

Nom série  Rantanplan  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Formidable second rôle, Rantanplan n’est pas capable d’assumer celui de vedette d’une collection. Il n’y a pas de honte à cela et d’autres personnages pourtant tout aussi charismatiques (sinon plus) n’y sont pas parvenus non plus.

Les gags composant les bêtisiers sont affligeants de banalité.

Les histoires complètes sont sinon médiocres, du moins moyennes. En fait, leur lecture parvient surtout à me distraire … de ma lecture. Il n’est pas rare que je me rende compte que je viens de « lire » quatre planches sans avoir enregistré quoi que ce soit. Reste le graphisme pour m’accrocher mais celui-ci, archi connu, ne me procure plus de grandes émotions. Il est cependant toujours d’un bon niveau, agréable à l’œil et très soigné, et sauve à lui seul cette série de la banalité absolue.

Nom série  Saru Lock  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Avis donné après m’être forcé à lire (et parfois survoler, je l’avoue) 5 albums d’une série prisée par mon neveu, âgé de 16 ans et n’aimant pas lire.

Vulgarité, sexe et violence au menu pour des petites histoires aux scénarios ridicules tant dans l’idée que dans le développement. Un humour compréhensible des mono-neurones achève ce massacre. Je ne suis pas fan des mangas et ce n’est certainement pas cette série qui va me faire changer d’avis.
Le dessin lui-même est une parodie hallucinante, regroupant tout ce que je déteste dans ce style littéraire : de gros yeux de bébé, des expressions de visages tellement exagérées qu’elles récupèrent en laideur ce qu’elles perdent en humour, des scènes de baston à la violence gratuite. La beauté absolue y est incarnée par des héroïnes au visage d'enfant, au physique de gamine pré-pubère mais pourvues de grosses poitrines.
Cerise sur le gâteau, la série se veut instructive en nous expliquant le fonctionnement de diverses serrures et le moyen de les crocheter. Mais où on va ???

Il faut croire que la surenchère en tout peut trouver un lectorat, mais pour ma part, ce truc est …

Nul et sans intérêt.

Nom série  A quoi tu penses ?  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une histoire très sombre et inutilement alambiquée. A force de vouloir trop en faire, Moynot finit par perdre toute crédibilité dans son intrigue.

Une narration particulière qui nous livre les pensées des différents personnages en passant de l’un à l’autre en fonction des circonstances. Un procédé que j’ai par contre bien apprécié et qui donne un éclairage particulier à l’histoire.
Des personnages peu charismatiques. C’est LA grosse faiblesse de l’album. Alors qu’il nous fait partager leurs pensées, Moynot ne parvient pas à nous faire aimer ses personnages. Martin est trop con, Laure trop tordue et Karina trop vieille garce pour que je m’inquiète de leurs sorts.
Un dessin réaliste et sombre que j’apprécie. Il y a du Tardi dans ce trait, adéquat pour ce type d’histoire.

Au final, un album avec quelques qualités mais aussi de gros défauts qui laissent au lecteur un sentiment amer.

Nom série  Jérome K Jérome Bloche  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série policière dont la force réside à mes yeux dans son personnage principal. Maladroit, niais, gentil, pourvu d’un sourire triste qui incite à la compassion, Jérôme K Jérôme Bloche est incroyablement attachant. Bien aidé par Babette, sa petite amie, il parvient à résoudre diverses enquêtes grâce à son sens de l’observation mais aussi à un coup de pouce du hasard, bien souvent aidé par sa maladresse.

Le dessin en ligne claire est très conventionnel mais a son charme. Il en émane une certaine douceur, qui correspond bien à l’état d’esprit de la série.

Les enquêtes ne sont pas des plus passionnantes, mais, comme je l’ai dit, je ne crois pas que l’essentiel réside dans le côté policier de la collection.

Une chouette petite série au final, propice à un moment de détente pour une lecture sans prise de tête dans un hamac au fond du jardin. Frais et léger.

Nom série  Joe Bar Team  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le premier tome est absolument irrésistible, avec un gag sur deux, au minimum, qui m’aura fait éclater de rire. Le dessin, très proche de Franquin, est supérieur au reste de la série. Plus net, plus dynamique, plus impertinent et ancré dans une époque où être motard signifiait réellement appartenir à une confrérie, le tome 1 est un indispensable de la bd.

La suite est brouillonne, monotone et insipide. La qualité décroit très rapidement pour atteindre le zéro absolu dès le quatrième tome. Autant les personnages du premier tome sont des « gueules » prodigieuses, autant la jeune génération me paraît légère et sans matière. Autant la mauvaise foi des premiers me faisaient marrer, autant les seconds me paraissent de tristes grandes gueules en manque de répartie.

Et donc, en écho avec la majorité des autres avis, je vous invite à acheter le premier et à oublier les autres tomes d’une série qui doit figurer parmi les plus inégales de la bd d’humour.

Nom série  Bernard Prince  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Grand classique de la bande dessinée d’aventure des années ’70, Bernard Prince a bercé mon enfance tout en me permettant d’appréhender en douceur le monde de la bd adulte, ou à tout le moins adolescente. Mais qui dit classique dit conventionnel. A ce propos, Greg fait très fort avec cette série qui respecte tout les stéréotypes du genre.

Les personnages tout d’abord. Un héros beau grand fort et courageux, défenseur de la veuve et de l’orphelin. Un adjoint râleur, buveur, têtu, barbu, marin et qui ne s’appelle pas Haddock. Un jeune risque-tout qui permet aux lecteurs (qui ont le même âge que lui) de s’identifier. Une galerie de méchants sournois, vicieux, bassement matérialistes et cupides.
Vous avez dit conventionnel ?

La construction des scénarios ensuite. Une introduction propice à un gag dont Barney sera la victime. Une veuve ou un orphelin à secourir ou un ancien rival qui complote. Au plus bas, Bernard Prince se relève et à force de courage et d’intelligence, trouve la solution au problème. Suffisamment de rebondissements, de préférence en fin de page pour nous inciter à la tourner. Une conclusion propice à un gag dont Barney fera une fois encore les frais.

Greg – Charlier, même combat. Mais des scénaristes comme Tillieux, Goscinny ou Franquin (entre autres) utilisaient eux aussi la même structure. Et d’autres continuent à l’utiliser de nos jours.

Les dialogues enfin. Très moralisateurs, sentencieux et parfois dignes d’un western spaghetti, ils ont en règle générale assez mal vieilli mais contribuent à la nostalgie du vieux lecteur que je suis.

L’ensemble était très efficace et bien aidé par le dessin de Hermann. Les histoires sont prenantes, dynamiques, se lisent vite et sans prise de tête.
Conventionnel, certes, mais efficace.
Et à ne réserver qu'à de vieux lecteurs nostalgiques. Les nouveaux, eux, risquent de trouver cela franchement ringard.

Nom série  Le Jeu de l'Amour et du Hasard de Marivaux  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Agréable et assez fidèle adaptation d’une des plus célèbres pièces de Marivaux, « Le jeu de l’amour et du hasard » est une belle réussite dans une catégorie qu’en règle générale je n’affectionne pas trop. Je trouve en effet qu’il est très délicat de trouver le juste équilibre entre une adaptation fidèle et par conséquent sans imagination et une adaptation plus libre mais de qualité inférieur et dénaturant le modèle.

Ici, l’équilibre est bien trouvé. La trame est fidèle à l’originale et la mise en scène, créative est sautillante, est fidèle à l’esprit de la comedia del arte. Les faciès des différents protagonistes sont un autre clin d’œil avec ces longs nez semblables à ceux qui ornaient les masques traditionnels de ce style théâtral. L’ensemble est joliment mis en couleur et animé avec imagination. Les statues, entre autres, apportent leur écu à la fantaisie de l’ensemble. Fidèle et personnelle, cette réinterprétation est donc assez réussie.

Reste la question de la pertinence d’une énième adaptation de cette pièce à l’intrigue archi connue. Elle ne recèle plus de surprise et ce n’est donc pas à ce niveau qu’il faut chercher un quelconque intérêt à l’objet. Cet intérêt, à l’instar de toute autre adaptation, ne pouvait résider que dans la qualité de l’interprétation et l’originalité de la mise en scène. Comme je l’ai dit, la mise en scène m’a bien plu. Les différents personnages (l’interprétation, en quelque sorte) sont très vivants, dynamiques, sympathiques et folkloriques.

Et comme je ne connais pas d’autres adaptations de ce texte sous la forme dessinée, celle-ci peut se justifier.

Il n’en demeure pas moins que cela reste une adaptation et, à choisir, je préfèrerai toujours lire des auteurs créatifs qui rendent hommage en écrivant à la manière de … (voir Ayrolles et son prodigieux De Cape et de Crocs) plutôt que ceux qui me semblent recopier avec talent ce que leur inspirateur avait déjà fait avec un talent tout aussi manifeste.

Nom série  Les Marins perdus  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce récit, adapté d’un roman que je ne connais pas, m’a fait penser à la série « Mérite maritime ». Les deux univers sont en effet semblable, et la vision qu’en ont les auteurs également.

Nous avons donc droit à une histoire de marins de la marine marchande des temps moderne, bien loin du romantisme que cette profession pouvait inspirer autrefois.

Petites magouilles du personnel et grosses arnaques des armateurs sont au menu de ce prenant récit. Le scénario dans son ensemble m’a particulièrement plu. Pourtant, l’écriture d’un bon scénario est un art délicat. Chaque rouage doit être bien huilé et il suffit que l’un ou l’autre alluchon vienne à manquer pour que l’ensemble tourne dans le vide. Et dans le cas qui nous occupe, l’auteur parvient à donner à chacun des personnages une place d’importance. Tous contribuent à la bonne marche de ce scénario en cascade, chaque événement en entraînant un autre, qui mènera à ce sombre final. Un drame aux rouages bien huilés, à la mécanique bien entretenue, du bien bel ouvrage.

Le dessin est également très agréable. Encore un peu brut, il convient bien à ce type de récit. Quant aux couleurs, souvent « sales », elles nous inspirent bien plus une marée noire qu’un lagon bleu. Et là aussi, cela cadre parfaitement avec le sujet.

L’ensemble est donc harmonieux, et si l’on peut reprocher aux personnages principaux un certains manque de charisme, cela se fait au profit de leur authenticité. Ces marins perdus ne sont que des hommes, qui se débrouillent comme ils le peuvent dans un univers qui ne leur convient pas : celui des terriens. Le rendu de ce mal-être, de ce sentiment d’ennui, d’errance qui ne leur convient pas est particulièrement palpable. Il contribue, à mon avis, à la réussite de l’ensemble.

Franchement bien, oui.

Nom série  Luna Almaden  posté le 09/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nous avons encore une fois droit à un bon scénario de Lapière, exploitant une idée cependant peu originale. Le thème de la cécité a en effet déjà souvent été utilisé dans les suspenses policiers. J’ai cependant trouvé l’intrigue ici bien ficelée et relativement novatrice.

Le dessin de Clarke m’a par contre moins convaincu. Son style réaliste et dépouillé proche d’un Mezzomo est surprenant lorsqu’on le compare à son travail sur une série comme Mélusine, mais l’absence fréquente de décors appauvrit l’ensemble et lui donne un côté bâclé décevant. D’autant plus décevant qu’à contrario, les personnages sont bien réussis, notamment au niveau des expressions des visages, que j’ai souvent fort apprécié.

Une impression mi-figue mi-raisin donc mais qui ne dessert pas trop l’ensemble. On s’attache simplement aux personnages sans plus se soucier des décors. En conséquence, le récit se lit vite, trop vite peut-être.

En résumé : une bonne intrigue, une héroïne attachante mais un dessin trop pauvre composent ce « Luna Almaden » de bonne facture sans être indispensable. A réserver aux amateurs du genre, qui l'apprécieront sans nul doute.

Nom série  Les Diaboliques (L'Almanach)  posté le 09/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ces deux recueils sont la réédition d’anciennes œuvres de l’auteur parues à l’époque sous le nom de « L’Almanach » et en noir et blanc, si mes souvenirs ne me trahissent pas. Quoiqu’il en soit, la couleur est ici de mise et le titre de re-baptême est explicite.

Servais se plait une fois encore à illustrer différentes légendes d’Ardenne. Cependant, contrairement à un album comme La Tchalette, l’artiste a eu l’intelligence de choisir des légendes moins connues ou de les mettre en scène d’une manière plus personnelle. Le résultat est assez convaincant et devrait plaire aux amateurs du genre. En ce qui concerne le dessin, je trouve qu’il n’est pas ici des plus abouti. J’ai le sentiment qu’il a beaucoup perdu de par sa colorisation. Par conséquent, toutes les scènes se déroulant dans la mi-obscurité sont décevante car peu claire. Oui, je sais, il est normal que la pénombre soit peu claire et il serait sans doute plus judicieux de parler de netteté, mais le trait de Servais est toujours aussi net. C’est donc bien la luminosité de la colorisation que j’incrimine ici.

A titre personnel, j’ai trouvé les chapitres de valeur inégale mais je sais avoir des problèmes lorsqu’une légende devient trop caricaturale, et il suffit que le diable apparaisse en grande pompe pour que je décroche totalement. J’ai donc bien apprécié la moitié de l’album, aux histoires plus mystérieuses, tandis que les récits les plus démonstratifs me laissaient indifférent.

Et on est reparti pour une cote de Normand pour une œuvre d’un auteur qui a décidément bien du mal à totalement me convaincre. Mais, bon sang, que son trait est beau, même lorsqu’il est partiellement gâché par une colorisation inadéquate !

Nom série  Ange-Marie  posté le 09/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un one-shot au somptueux graphisme encore renforcé par une mise en couleur très soignée. Le trait d’Eric Stalner est ici tout simplement irrésistible tant pour les personnages que pour les décors, et ses cadrages sont bien souvent très audacieux car peu évidents à réussir.

L’histoire, par contre, si elle a fini par me séduire, ne m’a pas laissé un souvenir inoubliable dans sa première partie. Il me faudra en effet attendre une quarantaine (!) de planches pour enfin rentrer corps et âme dans ce récit. La mise en place est vraiment trop lente et le scénario semble réellement se chercher une voie. Je pense que beaucoup d’éléments auraient dû être supprimés du début de l’intrigue, car ils n’apportent au final que peu de valeur ajoutée.

Les trente dernières planches m’ont cependant convaincu. Je suis donc sorti avec une bonne impression de ce récit, mais il m’aura fallu m’accrocher au départ.

Pas totalement convaincant mais finalement bien agréable.

A essayer avant d’acheter.

Nom série  Les filles d'Aphrodite  posté le 09/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une intrigue très naïve est ici illustrée par un André Taymans égal à lui-même.

Le dessin est le principal atout de la série et cette ligne claire très classique séduira sans aucun doute les amateurs du genre.

J’ai plus de réserves à formuler vis-à-vis du scénario.
Certes, Corine Jamar fait montre d’imagination et d’originalité dans sa mise en place de l’intrigue (le personnage central travaille dans une agence matrimoniale et est confronté à une mystérieuse secte adoratrice de la chance) mais elle a tendance à inutilement complexifier l’intrigue tout en utilisant de ficelles déjà bien souvent usées pour multiplier les rebondissements. Le résultat perd en crédibilité et se lit bien souvent d’un œil distrait. Le manque de charisme des principaux personnages est également source d’ennui car, au final, on se moque un peu de ce qui pourrait leur arriver.

J’ai eu du mal à finir ce triptyque et ne saurais en conséquence vous en recommander la lecture.

Décevant.

Nom série  Les Lutins  posté le 09/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette série est composée de deux histoires, chacune s’étalant sur deux tomes à la manière d’une série telle que « La mémoire des arbres » de Servais, mais c’est le seul point commun entre les deux.
Chaque récit illustre une légende, qui peut donc être lue indépendamment de l’autre sans que cela ne pose le moindre problème.
Les légendes proposées sont assez sombres, déprimantes même, mais très belles. Les thèmes abordés sont assez classiques : l’amour trahi pour Bonnie Tom et l’intolérance pour Puckwoodgenies.
Je me demande cependant pour quelle raison cette série s’appelle « Les lutins », ceux-ci ne sont en effet que des personnages secondaires et ne constituent en aucun cas le sujet des récits.
Les scénarios sont bien construits, avec une remarquable mise en place des personnages et une agréable progression dans le drame.
Le dessin de Stéphane Duval m’a vraiment bien plu. Des décors de grande qualité, notamment les bâtiments au début de Bonnie Tom, un beau travail sur les ombres et des visages agréables à regarder en sont les principaux atouts.
Si j’avoue un faible pour Puckwoodgenies et son métissage des légendes européennes et amérindiennes, les deux récits sont de belle qualité et devraient ravir les amateurs du genre.
Je donnerais un bon 3/5 pour Bonnie Tom et un 4/5 pour Puckwoodgenies … mais un 2/5 pour des couvertures qui n’incitaient vraiment pas à découvrir cette chouette petite série.

Nom série  Calamity  posté le 09/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L’atout majeur de cette petite bd réside dans sa narration. Vraiment très agréable à lire, le récit nous entraîne dans les pas de Janey Oakes à la découverte de cette mère qu’elle n’a pas connue. Un beau double portrait de femmes, sensible et touchant. Et une vision du far-west intéressante, sans coups de feu (ou presque) et bien plus authentique que beaucoup d’autres. Il est vrai que l’auteur a pu s’appuyer sur la biographie de Calamity Jane, et c’est tout bénéfice pour la crédibilité de l’ensemble.

Le style graphique de Sylvie Fontaine (un noir et blanc un peu brouillon mais très lisible) m’a bien plu et s’adapte très bien au récit. Les différents personnages sont facilement reconnaissables et les décors assez riches contribuent à la réussite de l’ensemble.

Au final, une très agréable découverte.

Nom série  Les trois cheveux blancs  posté le 06/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Yann s’amuse à détourner l’esprit traditionnel du conte de fée pour nous servir cette merveilleuse petite histoire à l’impertinence malicieuse.

Hausman, illustrateur de génie au style personnel et inimitable se fait une joie d’apporter son coup de patte à cet album. Proche du dessin de … contes de fées, de livres pour enfants, mais tordu, n’embellissant pas les modèles mais leur procurant un charme singulier, je suis sûr que ce trait ne plaira pas à tout le monde. Et si je considère ce graphisme parmi les plus envoutants que je connaisse, il ne figure pas parmi mes préférés en matière de bd. Il est en effet tellement riche et singulier qu’il est difficile au texte de se faire une place. Je m’attarde donc sur le dessin et en oublie l’histoire.

Mais rien de cela ici. Le scénario est suffisamment (sur)prenant pour me tenir en haleine jusqu’au bout. Je suis donc resté scotché jusqu’à la fin. Un final que j’ai adoré grâce à cette variation sur le fameux « Ils vécurent heureux … »

Un très bel album.

Nom série  Gaston Lagaffe  posté le 06/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Il faudra quelques temps pour que Gaston devienne irrésistible. Je trouve en effet les premiers albums assez moyens. Les gags sont alors trop conventionnels et l’univers assez pauvre. Le dessin lui-même est encore relativement simpliste et dépouillé. Cependant, dès que Franquin aura installé son univers (à partir du R3 dans l’ancienne collection), la série deviendra tout simplement et prodigieusement géniale. Une galerie de personnages mythiques, des inventions absurdement géniales, un éloge de la paresse, de la rêverie, que dire de plus ? Un dessin incroyablement dynamique, une multitude de détails, une richesse et une inventivité graphique à la (dé)mesure du personnage central.

Et puis, ce chat ! Et Prunelle et ses Rogntudju ! Et De Mesmaecker (inspiré par le père de Jidéhem) ! et Longtarin ! Et Jules (de chez Smith en face) ! Et la mouette ! Et la boule de bowling ! Et …

La liste pourrait encore durer des pages et des pages. Merveilleux !

Le personnage auquel tout le monde désire s’identifier est un anti héros, et son nom est Gaston.

Nom série  Anna Stein  posté le 06/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Si, au cours d’un brainstorming, le nom Autriche devait apparaître, les premiers mots qui me viendraient à l’esprit seraient dans l’ordre : ski, montagnes, Vienne, extrême-droite, culture et Sissi impératrice.
Dans le cas présent, vous pouvez oublier les deux premiers et les deux derniers pour ne garder que la partie centrale.
Vienne et extrême-droite donc au menu de cette série autrichienne. Ajoutez-y sexe et milieu de la prostitution pour appâter le gogo et le tour est joué.
Le résultat est cependant peu convainquant sans être réellement mauvais. Beaucoup d’ellipses, de raccourcis et quelques belles incohérences sont disséminés dans ce scénario s’étalant sur trois albums. Les scènes au caractère sexuel affirmé sont (trop) souvent présentes. Et quand on associe sexe et extrême-droite, vous vous doutez que ce n’est pas du type « tendre Julien butine ma douce fleur bleue ». Le dessin, froid et peu servi par une colorisation terne, est soigné mais assez impersonnel. Il m’a parfois fait penser à une série telle que Jessica Blandy.
Le tout est traduit avec l’une ou l’autre maladresse, qui, même si elles sont rares, affaiblissent encore un peu la qualité d’ensemble.
Une série qui intéressera peut-être les fans de Jessica Blandy, … et encore. Personnellement, j’ai très moyennement apprécié.

Nom série  Affaires de famille  posté le 06/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
« Et puis y a la toute vieille qu’en finit pas de vibrer, et qu’on attend qu’elle crève vu que c’est elle qui a l’oseille, mais qu’on n’écoute même pas ce que ses pauv’ mains racontent ». C’est par ces paroles d’une célèbre chanson de Jacques Brel que je commencerai cet avis.
« Une affaire de famille » exploite la même idée que la chanson susmentionnée. Une famille réunie autour d’un repas, ici à l’occasion des 90 ans du patriarche. Chaque personnage se souvient de moments forts vécus au sein de cette famille, mais les moments en question sont à chaque fois à classer au rang des mauvais souvenirs.
J’ai trouvé les différents protagonistes très typés, trop typés, … stéréotypés …
Le déroulement du repas est également assez conventionnel et la fin prévisible.
Au final, un album qui se lit rapidement et d’un œil, mais joliment illustré. Un dessin en noir et blanc sur fond rouge orangé dépouillé et vivant.
Pas de quoi provoquer mon enthousiasme. Je m’en vais réécouter « Ces gens là » du grand Jacques en lisant cette fois quelque chose, je l’espère, d’un peu plus passionnant.

Nom série  Le Petit Bleu de la Côte Ouest  posté le 05/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
En règle générale, j’aime bien les adaptations de Tardi, ses Nestor Burma en particulier. J’ai cependant eu du mal à passer le premier tiers du « Petit bleu de la côte Ouest». Mais passé ce premier tiers, j’ai enfin été pris par l’histoire. Je trouve cependant le scénario moins riche, moins surprenant et plus improbable que les œuvres précitées. Le héros, pourtant pas du tout préparé à ce qu’il a à subir, échappe un peu trop facilement à un sort qui aurait dû être inéluctable. Ca se laisse lire, mais sans être transcendant, et comme je l’ai déjà dit, le démarrage est assez difficile.

Le dessin de Tardi reste, quant à lui, égal à lui-même. Un noir et blanc épais qui ne me déplait pas sans être parmi mes préférés.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 112 117 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque