Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 2307 avis et 551 séries (Note moyenne: 2.96)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  L'oiseau noir  posté le 13/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà ce que j’appelle un petit bijou.

L’histoire est cependant classique puisqu’elle a pour sujet un soldat déboussolé après la seconde guerre mondiale. Moins classique est le fait que ce soldat est allemand et qu’il atterrit dans le sud de la France. Pourquoi là ? Parce qu’il fuit Berlin, souvenir douloureux, et qu’en Alsace, l’adresse d’un mat de Provence lui a été fourni. Alors, pourquoi pas ?

Sur cette base, Dethorey décrit un village français d’après guerre, peuplé de différents personnages aux classiques profils du genre (le résistant, le spécialiste du marché noir, le mari étouffé par sa femme, le mari trompé, le fils bâtard) et mis sens dessus dessous par cette arrivée. C’est stéréotypé mais bien fait. Et si le sujet n’est pas joyeux de prime abord, son traitement est léger et oscille constamment entre petite comédie humaine et drame. Une comédie dramatique en quelque sorte. Une histoire de rédemption, et de pardon.

Mais cet album m’a d’abord conquis par son graphisme. Un dessin simple et généreux merveilleusement servi par une prodigieuse mise en couleur. Il se dégage de ces planches une vraie sensation de chaleur, de douceur de vivre. Une luminothérapie à livre ouvert !

Seule la fin un peu trop conventionnelle et trop facilement heureuse m’a un peu déçu. Elle cadre cependant pleinement avec le reste de l’album et une autre conclusion aurait pu être bien plus décevante.

A lire.

Nom série  Le Vieil Homme qui n'écrivait Plus  posté le 13/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C’est un très beau récit que nous livre Sokal avec ce vieil homme qui n’écrivait plus.

Abandonnant l’inspecteur Canardo, l’auteur nous conte avec talent une très classique histoire d’amour durant la seconde guerre mondiale.

Nous avons donc droit au cocktail habituel « romantisme, aventure, trahison », auquel il faut ajouter « nostalgie », car, pour étoffer l’histoire, l’auteur nous fait vivre l’aventure au travers des yeux d’un vieil écrivain. Celui-ci, auteur d’un seul roman d’importance dans lequel il relatait sa propre vision de sinistres événements survenus durant la guerre, revient sur les lieux suite à l’invitation d’une équipe de cinéma. Le retour se passera mal et on comprend rapidement qu’un nouveau drame va survenir. Ces deux histoires sont menées en parallèle et de main de maître, le livre servant de trait d’union entre les époques. Mais si le livre nous permet de découvrir les événements survenus durant la guerre, ce sont les interrogatoires menés par un commissaire qui nous éclairent sur le nouveau drame. Cette structure se développant sur trois périodes est pourtant d’une limpidité exemplaire et constitue le point fort de l’aspect scénaristique de l’œuvre. Malgré une fin un peu trop mélodramatique, l’ensemble fonctionne très bien et m’a captivé jusqu’au bout, bien aidé par le très beau graphisme de Sokal. Celui-ci travaille, comme bien souvent, en noir et blanc et montre l’étendue de son talent en multipliant les points de vue, en maîtrisant de bien belle manière les jeux d’ombre, la physionomie des personnages ou les décors champêtres. Au niveau des personnages, j’ai été saisi par la ressemblance entre les visages du vieil écrivain et de sa version 50 ans plus tôt. Semblable et pourtant si différent. Marqué par la vie, ridé, creusé, et pourtant le doute n’est pas permis, c’est bien lui ce jeune homme impulsif et fier réfugié dans le maquis. Superbe, vraiment ! Malheureusement la version a depuis été colorisée et perd beaucoup de son charme à mes yeux.

Un très beau récit, donc, classique mais intelligemment construit et superbement illustré dans sa version noir & blanc.

Nom série  Lanfeust Des Etoiles  posté le 12/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Suite de Lanfeust De Troy, Lanfeust des étoiles en reprend les mêmes ingrédients. Malheureusement, la sauce ne prendra pas. L’idée de départ était pourtant bonne mais un scénario à rallonge, des égarements inutiles, une complexification roborative et ridicule en gâcheront le traitement. L’humour, omniprésent et qui m’avait tant séduit dans le premier cycle, aura même tendance à m’exaspérer dans certains tomes. Certes, les jeux de mots sont toujours présents, mais d’un niveau tellement débile qu’ils ne me font plus rire. Certes, Hébus est toujours là, mais son évolution en super-héros doté de toutes les qualités me dérange.

L’ensemble est médiocre. L’aventure stagne et je m’ennuie. Mais ce n’est pas archi mauvais pour autant et certains personnages sont très réussis. Simplement, l’alchimie n’opère plus, l’équilibre entre aventure et humour est rompu, les situations sentent le réchauffé. Désolant …

Nom série  Lanfeust De Troy  posté le 12/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà une saga qui m’aura bien distrait durant quelques années.

Pour tout avouer, j’avais trouvé les trois premiers tomes dans une solderie et j’ignorais tout de l’engouement que la série avait engendré. Ce fut donc sans aucun apriori que je découvrais cette série d’héroïc-fantasy à l’humour omniprésent. Et c’est peut-être la raison pour laquelle elle me plut autant.

Il faut avouer que le monde de Troy est bien construit. La planète est riche en recoins pittoresques, en bestioles de tout genre et propose un climat agréablement varié. Les personnages sont bien typés. A la limite de la caricature, ils ne choquent pas dans cet univers naturellement parodique. L’histoire a une trame cohérente et une fin véritable. L’humour, bon enfant mais pas léger, léger, est omniprésent et contribue grandement au succès de la série. Les dialogues sont souvent savoureux quand bien même la finesse n’est pas au rendez-vous.

La saga souffre bien de quelques longueurs, mais je trouve qu’Arleston s’en sort bien dans l’ensemble et qu’il n’y a pas de véritable creux au cours de ces huit albums.

Au final, je coterais cette série dynamique, distrayante et pas prise de tête d’un petit 4/5, car, il faut bien l’avouer, elle n’a quand même rien de révolutionnaire et ne mérite donc pas selon moi d’être cataloguée « Culte ».

Nom série  Boule et Bill  posté le 12/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Boule et Bill est une belle collection destinée à un large public. Avec ses personnages Roba recréait un cadre familial idéalisé. Le père, la mère, le fils, son chien et sa tortue, une 2CV rouge, que voilà un doux univers auquel se rajouteront le meilleur ami, les mésanges et d’autres personnages plus épisodiques.

Le trait de Roba est un magnifique exemple du dessin de bande dessinée destiné à la jeunesse. Si, au début, on sent qu’il a été chapeauté par Franquin, bien vite sa patte personnelle va ressortir. Aujourd’hui, tout le monde connaît Boule et Bill, leurs traits sont gravés dans nos mémoires et ce couple nous inspire douceur et tendresse.

Les histoires sont amusantes mais rarement hilarantes. Elles ne sont pas dénuées d’une certaine poésie ou de fantaisie, rendant la série moins réaliste mais plus magique qu’un Cédric par exemple.

Certes, avec autant d’album, on ne peut éviter l’épuisement du sujet mais ce dessin si rond, doux et chaleureux suffit bien souvent à notre bonheur.

Boule et Bill nous invitent à un tendre moment de rêverie, dont nous sortirons avec le sourire. Qu’ils en soient remerciés.

Nom série  Godaille et Godasse  posté le 12/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Encore un pur produit de la maison Dupuis, dédié à un large public, mêlant aventure et humour tout en gardant un aspect éducatif. Le tout est comme bien souvent scénarisé par le stakhanoviste Raoul Cauvin et cette fois joliment mis en image par le très dynamique Sandron. Enfin, je ne sais pas si Sandron est dynamique dans la vie quotidienne, mais son trait l’est.

Une série intéressante à plus d’un titre.

Tout d’abord, elle s’intéresse à une période assez peu exploitée par les bandes dessinées destinées à la jeunesse. Hormis Rataplan, je serais d’ailleurs incapable de citer une autre série qui aurait exploité le filon. Pourtant la période est riche en événements et dégage un esprit d’aventure, un romantisme qui aurait pu inspirer bien des albums.

Ensuite, les scénarios sont bien construits et mêlent agréablement humour et aventure. Cauvin nous sortait alors des histoires dignes d’une série telle que Les Tuniques Bleues. C’est très vivant, drôle et dynamique.

Encore, des personnages charismatiques. Godaille et son cheval forment un duo comique très efficace. Et les seconds rôles ne sont pas en reste. A commencer par madame Sans-Gêne, formidable gourgandine au caractère bien trempé, qui, malgré ses origines modestes, réussit à se faire épouser par un général. Mais aussi Napoléon lui-même, décrit comme un petit caractériel capricieux mais grand stratège. Ou encore le maréchal Lefebvre, dont la coquetterie était sujet de moquerie. Et bien d’autres, et bien d’autres.

Enfin, le dessin de Sandron est incroyable d’expression et de vitalité. S’il officie dans le genre franco-belge, il n’en a pas moins une patte personnelle qui servait à merveille cette série.

Au final, et malgré les années écoulées, je ne peux que considérer cette série comme une belle réussite, même si les deux derniers albums sont inférieurs au reste. La série s’est heureusement arrêtée très rapidement, évitant ainsi de tomber dans la redondance, qui, il faut l’avouer, est le pêché mignon de Raoul Cauvin.

Nom série  L'Aigle sans orteils  posté le 12/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Portrait d’un sportif dans le sens premier du terme, « L’aigle sans orteils » nous remet en mémoire non seulement un cycliste de grand talent mais surtout une vision du sport trop souvent oubliée de nos jours. A l’époque, faire le tour de France était une aventure bien plus folle que faire le Dakar aujourd’hui. Et Amédée, ce cycliste au destin tragique, nous livre une belle leçon de courage et de persévérance. Le personnage est touchant et méritait bien l’hommage que lui rend Christian Lax.

L’aspect graphique de l’album me laisse par contre plus sur ma faim. Je ne suis pas un grand fan du style de Lax, même si je le considère comme un bon dessinateur. Je lui reproche un trait peu net et parfois imprécis qui surcharge inutilement son dessin. L’ensemble est de bonne qualité mais manque de finesse. Cela reste cependant un avis personnel et je suis convaincu que beaucoup d’entre vous aimerez ce trait personnel et sensible. La colorisation est également assez terne. Elle donne certes un aspect « d’époque » au récit mais ne constitue pas un atout pour l’appréciation de l’ensemble.

Un avis mi-figue mi-raisin donc, mais une bande dessinée à lire pour son sujet, très touchant. Et un album à acquérir si vous aimez le style graphique de l'auteur.

Nom série  La Douleur fantôme  posté le 11/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La douleur fantôme est une bonne petite série ado. Avec un dessin influencé par le style manga et le dessin d’animation, Byun Hye-Jun fait montre de talent … mais pas d’inventivité. La mise en page, comme les cadrages, est conventionnelle et sans créativité. Je regrette également les yeux démesurés (mais c’est une allergie chronique chez moi), bien qu’ils aient tendance à disparaître dans le second tome. Un second tome plus sombre que le premier, tant du point de vue du scénario que du graphisme.
L’ambiance, qui oscillait entre différents courants dans la première partie (le drame, la nunucherie fleur bleue, le fantastique à deux balles ou l’étrange), s’oriente ensuite clairement vers un fantastique basique mais de qualité … pourvu que l’on ne recherche pas quelque chose de trop complexe.
La trame est en effet très prévisible, et la progression du récit très linéaire. Il n’y a pas de fautes ou d’incohérence, mais il n’y a pas non plus de prise de risque au niveau de la créativité.
Une petite série à offrir à un(e) ado sensible aux histoires romantiques matinées de fantastique et pas trop prises de tête.
Correct, sans plus, pour un petit 3/5.

Nom série  Contes de Noël  posté le 11/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un recueil de plusieurs gentils contes de Noël écrits par des artistes souvent renommés. C’est anecdotique mais non dénué de charme.
J’avoue moi aussi un faible pour « Les 5 petits anges du Paradis », mignon tout plein, les contes de Johan et Pirlouit, bien dans l’esprit de la série, et « La porteuse de dinde » au ton plus décalé.
Pour le dessin, c’est du pur franco-belge digne des ateliers Spirou. Sans surprise avec des artistes du calibre de Roba, Tillieux ou Peyo.
La couverture, reproduction en miniature d’un poster du magasine précité vaut réellement un coup d’œil, et ravira tous les amateurs du genre. Mais, attention ! tous les personnages représentés ne figurent pas à l’intérieur de l’objet, loin s’en faut ! Point de Gaston ou de Krostons au menu, donc. Ni de Sophie, Tif et Tondu ou Gil Jourdan. Pas même le moindre schtroumpf !

L’ensemble a quand même fort vieilli et je crains vraiment qu’il ne reste plus que de vieux nostalgiques pour en apprécier la saveur. Et, qui sait, la faire partager à leurs enfants et petits-enfants un soir de Noël lors d’une lecture au coin du feu.

Nom série  En sautant dans le vide  posté le 11/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après lecture des trois premiers tomes, je reconnais à cette série plusieurs qualités.

Avant tout, son dynamisme : on ne s’ennuie pas du tout à la lecture de ces aventures pourtant très typées « manga ado ». C’est très rythmé et bien construit, car le scénario ne donne pas une impression de surenchère gratuite, ni dans les scènes d’action, ni dans les passages sentimentaux.

Ce qui m’amène à la deuxième qualité : son scénario. Je craignais le pire et Man m’a bien eu. C’est beaucoup plus riche, plus dense que beaucoup de productions actuelles. L’intrigue avance et les personnages se complexifient. Franchement, dans la catégorie « bande dessinée pour jeune ado », cette série est d’un excellent niveau.

Troisième qualité : le dessin. Très épuré mais également précis et aux décors urbains bien rendus, ils sont, comme le dit très bien L’Ymagier, une belle synthèse de plusieurs courants. Entre manga et ligne claire réaliste (Jérôme K Jérôme Bloche, Caroline Baldwin), ce trait a plu à un réfractaire de la première école susnommée comme moi. Un bien bel exploit. D’autant qu’à contrario j’ai pu constater qu’il plaisait aux fans de mangas peu sensibles à la seconde école !

L’univers représenté n’est certainement pas celui que je préfère. La ville, son béton et sa violence latente, très peu pour moi ! Mais la série plaira sans nul doute à un large et jeune public citadin.

Dans un autre décor mais du même niveau qu’une série comme Okhéania, sinon meilleur pour la complexité des personnages.

Nom série  Ulysse  posté le 11/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Tels deux rhapsodes des temps modernes, Lob et Pichard nous content à leur manière les aventures d’Ulysse.
C’est … particulier.

Si la trame générale est conservée, les dérives (délires ?) m’ont à la fois gêné et amusé. Gêné car cette vision psychédélique (c’est l’époque qui voulait cela) a fort vieilli et, ne l’ayant découverte que récemment (un grand merci à ma bibliothécaire au passage), je ne peux que lui trouver un aspect très démodé. Amusé, car dans le genre c’est bien fait. Et surtout, c’est très respectueux de la trame générale.

Le dessin, par contre, ne m’a pas enthousiasmé. Il est certes très soigné mais ce noir et blanc symptomatique de l’époque (voir chez Métal Hurlant pour les comparaisons) ne me plait tout simplement pas. Je le trouve froid et sans âme.

L’ensemble, sans me déplaire, ne m’a donc pas convaincu. Il est à mon goût trop typé « bande dessinée adulte du début des années ‘70 » et a de plus le défaut de ne pas provoquer en moi un raz-de-marée nostalgique, susceptible d’effacer son aspect démodé.
A essayer par les fans de cette époque, à qui cet Ulysse devrait plaire. A éviter pour les autres.

Nom série  Les Mousquetaires (Caline et Calebasse)  posté le 11/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A l’époque, je me jetais sur ces histoires lorsque j’avais la chance de les retrouver dans le magasine de Spirou (je recevais régulièrement pour mes vacances d’été un gros recueil des hebdos de Spirou, que je dévorais littéralement). Cerise sur le gâteau, j’accompagnais ma dégustation d’une longue baguette chocolatée et caramélisée dont l’emballage était décoré par les héros dont il est question ici. Et oui, le merchandising existait et était déjà d’une efficacité redoutable …

J’ai depuis eu la chance de retrouver 5 des albums composant la collection … et la malchance de vieillir quelque peu.

Je dois donc avouer que la magie n’opère plus avec la même intensité. Les histoires sont plaisantes, mouvementées. L’humour est toujours au rendez-vous. Mais le tout est naïf et enfantin, ce qui est logique puisque la série s’adressait aux plus jeunes. Ah, vieillesse ennemie !

Je pense cependant que Câline et Callebasse devraient encore plaire au jeune lectorat actuel, au même titre qu’une série comme Godaille et Godasse, du même scénariste. Le dessin de Mazel me plaisait énormément, et me plait toujours autant à l’heure actuelle. Plus rond et plus simple que ses productions récentes, je le trouve finalement mieux réussi que ces dernières, et diablement sympathique.

Une série que je considérais comme culte lorsque j’étais gamin, et à laquelle j’accorderais encore une cote de 3/5 aujourd’hui.

Agréable parfum de ma jeunesse …

Nom série  Les Oubliés d'Annam  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un diptyque qui me laisse une étrange sensation au final.
Le cadre choisit est excellent. Cette tranche d’histoire de la guerre d’Indochine, cet aspect du conflit dont j’ignorais tout, a suscité mon intérêt, que dis-je ? Mon engouement.
La narration à deux paliers est intelligente et dynamise le récit tout en lui donnant un côté docu-fiction de bon aloi.
Le graphisme a certes vieilli, surtout au niveau de sa colorisation, mais il n’est pas déplaisant pour la cause. Les visages, en particuliers, sont souvent très bien réussis.
Alors, pourquoi, malgré toutes ces qualités, ne suis-je que moyennement emballé par l’ensemble ?
Pour deux raisons.
La première est que le héros central n’a pas réussi à me séduire. Je le trouve trop lisse, trop parfait. Il manque à mes yeux d’ambiguïté.
La seconde est une fin bateau trop conventionnelle.
Ces imperfections, si elles gâchent un peu mon plaisir de lecture, n’en enlèvent cependant pas tout l’intérêt, et l’ensemble reste de bonne facture. La série est à découvrir, ne fut-ce que pour cet obscur et dramatique pan de l’histoire qu’elle nous révèle.

Nom série  Rantanplan  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Formidable second rôle, Rantanplan n’est pas capable d’assumer celui de vedette d’une collection. Il n’y a pas de honte à cela et d’autres personnages pourtant tout aussi charismatiques (sinon plus) n’y sont pas parvenus non plus.

Les gags composant les bêtisiers sont affligeants de banalité.

Les histoires complètes sont sinon médiocres, du moins moyennes. En fait, leur lecture parvient surtout à me distraire … de ma lecture. Il n’est pas rare que je me rende compte que je viens de « lire » quatre planches sans avoir enregistré quoi que ce soit. Reste le graphisme pour m’accrocher mais celui-ci, archi connu, ne me procure plus de grandes émotions. Il est cependant toujours d’un bon niveau, agréable à l’œil et très soigné, et sauve à lui seul cette série de la banalité absolue.

Nom série  Saru Lock  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Avis donné après m’être forcé à lire (et parfois survoler, je l’avoue) 5 albums d’une série prisée par mon neveu, âgé de 16 ans et n’aimant pas lire.

Vulgarité, sexe et violence au menu pour des petites histoires aux scénarios ridicules tant dans l’idée que dans le développement. Un humour compréhensible des mono-neurones achève ce massacre. Je ne suis pas fan des mangas et ce n’est certainement pas cette série qui va me faire changer d’avis.
Le dessin lui-même est une parodie hallucinante, regroupant tout ce que je déteste dans ce style littéraire : de gros yeux de bébé, des expressions de visages tellement exagérées qu’elles récupèrent en laideur ce qu’elles perdent en humour, des scènes de baston à la violence gratuite. La beauté absolue y est incarnée par des héroïnes au visage d'enfant, au physique de gamine pré-pubère mais pourvues de grosses poitrines.
Cerise sur le gâteau, la série se veut instructive en nous expliquant le fonctionnement de diverses serrures et le moyen de les crocheter. Mais où on va ???

Il faut croire que la surenchère en tout peut trouver un lectorat, mais pour ma part, ce truc est …

Nul et sans intérêt.

Nom série  A quoi tu penses ?  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une histoire très sombre et inutilement alambiquée. A force de vouloir trop en faire, Moynot finit par perdre toute crédibilité dans son intrigue.

Une narration particulière qui nous livre les pensées des différents personnages en passant de l’un à l’autre en fonction des circonstances. Un procédé que j’ai par contre bien apprécié et qui donne un éclairage particulier à l’histoire.
Des personnages peu charismatiques. C’est LA grosse faiblesse de l’album. Alors qu’il nous fait partager leurs pensées, Moynot ne parvient pas à nous faire aimer ses personnages. Martin est trop con, Laure trop tordue et Karina trop vieille garce pour que je m’inquiète de leurs sorts.
Un dessin réaliste et sombre que j’apprécie. Il y a du Tardi dans ce trait, adéquat pour ce type d’histoire.

Au final, un album avec quelques qualités mais aussi de gros défauts qui laissent au lecteur un sentiment amer.

Nom série  Jérome K Jérome Bloche  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série policière dont la force réside à mes yeux dans son personnage principal. Maladroit, niais, gentil, pourvu d’un sourire triste qui incite à la compassion, Jérôme K Jérôme Bloche est incroyablement attachant. Bien aidé par Babette, sa petite amie, il parvient à résoudre diverses enquêtes grâce à son sens de l’observation mais aussi à un coup de pouce du hasard, bien souvent aidé par sa maladresse.

Le dessin en ligne claire est très conventionnel mais a son charme. Il en émane une certaine douceur, qui correspond bien à l’état d’esprit de la série.

Les enquêtes ne sont pas des plus passionnantes, mais, comme je l’ai dit, je ne crois pas que l’essentiel réside dans le côté policier de la collection.

Une chouette petite série au final, propice à un moment de détente pour une lecture sans prise de tête dans un hamac au fond du jardin. Frais et léger.

Nom série  Joe Bar Team  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le premier tome est absolument irrésistible, avec un gag sur deux, au minimum, qui m’aura fait éclater de rire. Le dessin, très proche de Franquin, est supérieur au reste de la série. Plus net, plus dynamique, plus impertinent et ancré dans une époque où être motard signifiait réellement appartenir à une confrérie, le tome 1 est un indispensable de la bd.

La suite est brouillonne, monotone et insipide. La qualité décroit très rapidement pour atteindre le zéro absolu dès le quatrième tome. Autant les personnages du premier tome sont des « gueules » prodigieuses, autant la jeune génération me paraît légère et sans matière. Autant la mauvaise foi des premiers me faisaient marrer, autant les seconds me paraissent de tristes grandes gueules en manque de répartie.

Et donc, en écho avec la majorité des autres avis, je vous invite à acheter le premier et à oublier les autres tomes d’une série qui doit figurer parmi les plus inégales de la bd d’humour.

Nom série  Bernard Prince  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Grand classique de la bande dessinée d’aventure des années ’70, Bernard Prince a bercé mon enfance tout en me permettant d’appréhender en douceur le monde de la bd adulte, ou à tout le moins adolescente. Mais qui dit classique dit conventionnel. A ce propos, Greg fait très fort avec cette série qui respecte tout les stéréotypes du genre.

Les personnages tout d’abord. Un héros beau grand fort et courageux, défenseur de la veuve et de l’orphelin. Un adjoint râleur, buveur, têtu, barbu, marin et qui ne s’appelle pas Haddock. Un jeune risque-tout qui permet aux lecteurs (qui ont le même âge que lui) de s’identifier. Une galerie de méchants sournois, vicieux, bassement matérialistes et cupides.
Vous avez dit conventionnel ?

La construction des scénarios ensuite. Une introduction propice à un gag dont Barney sera la victime. Une veuve ou un orphelin à secourir ou un ancien rival qui complote. Au plus bas, Bernard Prince se relève et à force de courage et d’intelligence, trouve la solution au problème. Suffisamment de rebondissements, de préférence en fin de page pour nous inciter à la tourner. Une conclusion propice à un gag dont Barney fera une fois encore les frais.

Greg – Charlier, même combat. Mais des scénaristes comme Tillieux, Goscinny ou Franquin (entre autres) utilisaient eux aussi la même structure. Et d’autres continuent à l’utiliser de nos jours.

Les dialogues enfin. Très moralisateurs, sentencieux et parfois dignes d’un western spaghetti, ils ont en règle générale assez mal vieilli mais contribuent à la nostalgie du vieux lecteur que je suis.

L’ensemble était très efficace et bien aidé par le dessin de Hermann. Les histoires sont prenantes, dynamiques, se lisent vite et sans prise de tête.
Conventionnel, certes, mais efficace.
Et à ne réserver qu'à de vieux lecteurs nostalgiques. Les nouveaux, eux, risquent de trouver cela franchement ringard.

Nom série  Le Jeu de l'Amour et du Hasard de Marivaux  posté le 10/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Agréable et assez fidèle adaptation d’une des plus célèbres pièces de Marivaux, « Le jeu de l’amour et du hasard » est une belle réussite dans une catégorie qu’en règle générale je n’affectionne pas trop. Je trouve en effet qu’il est très délicat de trouver le juste équilibre entre une adaptation fidèle et par conséquent sans imagination et une adaptation plus libre mais de qualité inférieur et dénaturant le modèle.

Ici, l’équilibre est bien trouvé. La trame est fidèle à l’originale et la mise en scène, créative est sautillante, est fidèle à l’esprit de la comedia del arte. Les faciès des différents protagonistes sont un autre clin d’œil avec ces longs nez semblables à ceux qui ornaient les masques traditionnels de ce style théâtral. L’ensemble est joliment mis en couleur et animé avec imagination. Les statues, entre autres, apportent leur écu à la fantaisie de l’ensemble. Fidèle et personnelle, cette réinterprétation est donc assez réussie.

Reste la question de la pertinence d’une énième adaptation de cette pièce à l’intrigue archi connue. Elle ne recèle plus de surprise et ce n’est donc pas à ce niveau qu’il faut chercher un quelconque intérêt à l’objet. Cet intérêt, à l’instar de toute autre adaptation, ne pouvait résider que dans la qualité de l’interprétation et l’originalité de la mise en scène. Comme je l’ai dit, la mise en scène m’a bien plu. Les différents personnages (l’interprétation, en quelque sorte) sont très vivants, dynamiques, sympathiques et folkloriques.

Et comme je ne connais pas d’autres adaptations de ce texte sous la forme dessinée, celle-ci peut se justifier.

Il n’en demeure pas moins que cela reste une adaptation et, à choisir, je préfèrerai toujours lire des auteurs créatifs qui rendent hommage en écrivant à la manière de … (voir Ayrolles et son prodigieux De Cape et de Crocs) plutôt que ceux qui me semblent recopier avec talent ce que leur inspirateur avait déjà fait avec un talent tout aussi manifeste.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 116 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque