Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5644 avis et 2149 séries (Note moyenne: 2.87)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  La Mauvaise Fée  posté le 31/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime bien les oeuvres réalisées en commun par Trillo et Domingues (Pourquoi les chevaliers ont disparu, Le Monde des Nombreux Noms...). Il s'agit à chaque fois de fantasy un peu détournée, légère et souvent amusante. Ces récits sont frais mais souvent un peu bancals, pas totalement satisfaisants. C'est le cas aussi de cet album.

Son prologue est présenté comme ces livres d'images sur la fée et les elfes. En même temps que sont présentés les personnages du Petit Peuple, Domingues nous offre quelques illustrations soignées et très jolies.
Par la suite, la majorité des planches de la BD sont dessinées d'une manière nettement plus classique, usant d'un trait proche de celui de Risso, autre collaborateur de Trillo. Ce graphisme est dynamique et assez maîtrisé techniquement parlant. Il me plairait vraiment s'il n'était pas aussi dense et confus. Les cases et la mise en page manquent de clarté, elles sont un peu fouillis. C'est un peu dommage.
Par contre, les séquences de flash-backs réalisées dans un style "illustration couleur" sont très belles.

Le scénario est correct mais je trouve qu'il manque vraiment d'accroche. L'enquête se déroule sans qu'on y croie trop, les émotions passent mal.
Le monde féérique imaginé là se veut probablement humoristique et un peu érotique, mais il n'a pas su me charmer ni m'amuser.
C'est plaisant à lire mais, une fois de plus, un peu bancal, pas crédible.
Je n'ai pas été captivé et je crois que j'oublierais assez rapidement cette lecture qui n'était pourtant pas désagréable.

Nom série  Sur la neige  posté le 30/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une histoire dans une petite ville paumée avec un industriel qui exploite la plupart de la population avec son usine et ses acolytes, un maire à sa botte et un shérif un peu minable, tout gringalet, qui essaie tant bien que mal de remédier à la situation. Une histoire d'ambiance où on sent que ça va péter mais on a du mal à imaginer ce que le petit shérif va bien pouvoir faire.

Le dessin d'Aubin est assez inconstant. Les premières pages, notamment le décor de middle-west américain enneigé, m'ont fait penser à Craig Thompson. Vers la fin, au contraire, le trait m'a rappelé un peu celui de Cosey. Mais pour l'un comme pour l'autre, la comparaison n'est pas en faveur d'Aubin. Ses personnages sont moyens, son graphisme un petit peu figé. Et, même si c'est volontaire, le passage en flash-back est franchement bâclé.

L'histoire est sympathique et se lit bien. Mais on se demande l'intérêt de la raconter. Il se passe bien peu de choses en plus de 200 pages. Les péripéties manquent parfois de crédibilité et surtout l'ensemble manque de profondeur. On a l'impression de glisser sur un récit sans entrer dedans.

Un peu vain...

Nom série  Punisher - La fin  posté le 30/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une histoire simple mais très efficace mettant le Punisher en scène dans un décor post-apocalyptique, voire apocalyptique tout court. Le sujet a d'autant plus d'échos de nos jours avec la Crise et la nette impression qui se répand dans le monde qu'un groupe de salauds profitent de la Terre entière cachés derrière leurs opérations financières et leurs manipulations politiques et qu'ils n'ont pas l'air de vouloir s'arrêter là.

Le graphisme est du Corben typique. Il convient très bien à ce genre de récit brut et assez violent. Son trait apparait cependant parfois un peu brouillon ici. Et plusieurs fois, j'ai eu des soucis avec son sens de la profondeur, certains personnages apparaissant bizarrement plats.

L'histoire se lit bien, est distrayante et relativement forte. Le Punisher y est poussé aux bouts de ses convictions et, comme il se doit avec lui, il n'y a pas de compromis. La lecture est cependant un peu rapide pour que j'en conseille absolument l'achat.

Nom série  Malinche  posté le 30/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le décor, visiblement une hacienda mexicaine à une époque indéterminée. Les personnages, pas faciles à déterminer en première lecture. Un homme affalé contre un puits, probablement le narrateur : qui est-il ? Une jolie femme : sa soeur ? Un autre couple qui se dispute très fortement, quel lien ont-ils avec les deux autres ?
Tout cela est mal expliqué et j'ai eu du mal à savoir toujours qui parlait et à comprendre ce qu'il se passait, si tout était bien linéaire ou s'il y avait des sauts chronologiques par-ci par-là.

Les premières pages sont visiblement une référence à la nouvelle "Axolotl" de Julio Cortázar. Du coup, j'ai passé mon temps à me demander si le narrateur était différent à chaque fois, comme un dédoublement de personnalité, ou si le narrateur était en train de se transformer lui aussi.
Transformation, il y en a bien une, effectivement, mais pas en axolotl.

Le dessin est agréable, avec une belle colorisation directe. Mais la narration graphique n'est pas toujours très claire. Comme les personnages ne nous sont jamais vraiment présentés et qu'ils se ressemblent un peu, il n'est pas facile de s'y retrouver.

La conclusion du récit est assez absconse, du même type que celle de la nouvelle de Cortázar donc sans grande surprise pour moi. En outre, l'album est court, moins de 30 pages. Vite lu, vite oublié.

Nom série  Madame Lambert  posté le 30/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Un polar noir qui utilise pas mal des clichés de son genre et n'apporte aucune originalité. Le thème tourne autour de la peinture et de relations extraconjugales d'une femme mariée à un riche entrepreneur. Un artiste un peu paumé, une femme riche et libérée, un autre homme qui a des ambitions mystérieuses, puis un imbroglio de complots et de trahisons. Le tout est raconté sans passion, sans jamais rien qui soulève l'émotion ou l'intérêt.

Le dessin est techniquement correct mais je n'aime pas son aspect très charbonneux. En outre, dès qu'il s'agit de raconter des scènes avec un peu d'action, la narration devient difficilement compréhensible.

C'est plat, médiocrement raconté et je n'ai jamais réussi à être captivé. Une intrigue trop banale, des personnages sans charisme et une conclusion inintéressante.

Nom série  Histoires ordinaires  posté le 30/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série d'histoires courtes de Binet préfigurait en quelque sorte Les Bidochon. L'une d'entre elles met d'ailleurs en scène un monsieur et une madame Bidochon mais ce ne sont pas encore exactement ceux qui seront ensuite créés.

Il s'agit là aussi de mettre en scène avec causticité des scènes de la société humaine et de s'en moquer tout en dénonçant certains défauts, parfois avec tendresse, parfois sans ambigüité. Le ton est cependant nettement plus sombre, plus désespéré.
Et au final, l'humour est moins présent. Ou du moins, s'il est bien là, il est moins percutant, moins drôle. La dénonciation prend le pas sur l'humour et certaines histoires sont un peu glauques.

Au final, la variété des thèmes abordés m'a permis de trouver la lecture divertissante et intéressante, mais n'ayant pas vraiment ri, j'ai trouvé l'ensemble assez moyen, pas du niveau de ce que Binet a fait de mieux par la suite.

Nom série  Alex, gentleman détective  posté le 29/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Dans les années 80, François Dimberton a scénarisé et dessiné quelques séries très fortement inspirées des oeuvres de Maurice Tillieux. Alex, gentleman détective, pour sa part, est une copie conforme de Gil Jourdan. Quand je dis copie, ici, je dirais plutôt repompage, voire mauvaise caricature. On y retrouve tout, à tel point que j'ai bien cru à plusieurs moments reconnaitre des scènes et des images calquées sur d'autres déjà existantes dans la série de Tillieux.
Alex est bien évidemment l'alter-ego à moustache de Gil, Gédéon est Libellule, le comissaire Jarret est Crouton sans l'humour. Même l'intrigue emprunte des éléments resucés de quelques aventures de Jourdan. Et ce ne serait pas une bonne copie de Tillieux s'il n'y avait pas plusieurs scènes de poursuites et de cascades en voiture comme c'est bien le cas ici.

Pourquoi pas si cet album était à la fois un hommage et une manière de créer de nouvelles aventures du même niveau que celles de Gil Jourdan que j'affectionne beaucoup ? Mais le résultat est vraiment d'un niveau médiocre.

Le trait, pompé sur celui de Tillieux, est ici nettement plus figé, moins naturel, comme une copie grossière de seconde zone. Je n'ai pas aimé l'abondance de traits de mouvements, les décors simplifiés, ni les poses artificielles des personnages.

Quant au scénario, il est bourré de petites incohérences, de facilités et de déjà-vus. Tout semble artificiellement mené, on n'y croit pas une seconde. Certains gags et rebondissements sont tellement téléphonés qu'on les croirait issus d'une BD de collégien.
Mais c'est surtout cette impression permanente d'avoir déjà lu cette histoire d'une manière nettement mieux racontée par Tillieux qui m'a gâché tout intérêt à la lecture et m'a rapidement empêché de me concentrer sur un récit qui m'a vite ennuyé.
Une copie assez médiocre malgré une évidente sincérité de l'auteur qui apprécie probablement autant Gil Jourdan que moi.

Nom série  Air Vampire  posté le 29/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Au premier coup d'oeil et du fait d'un éditeur peu connu, j'ai cru qu'il s'agissait d'une BD amateur. Le dessin est en effet très simple, les couleurs assez grossières et à la lecture de la première histoire, je n'ai pas su s'il s'agissait d'un récit destiné à la jeunesse ou d'un humour assez bancal pour adultes.
Mais au fil de la lecture, j'ai fini par apprécier et m'attacher à cet album et à ses personnages.

L'auteur est taïwanais et n'a passé que quelques années en France. Son style et son humour sont donc un peu différents des normes occidentales, ce qui m'a un peu induit en erreur au départ. Alors certes, l'album semble plutôt destiné à un jeune lectorat, mais un adulte pourra aussi apprécier.

Comme je le disais, le dessin est simple, avec de gros personnages rondouillards, au style un peu enfantin, mais la colorisation à la peinture rehausse vraiment la beauté des planches. Certes, la technique et la précision ne sont pas encore au top, mais c'est joli et mignon.

L'album est scindé en histoires courtes de 4 à 8 pages chacune. A raison de 1 à 5 cases par page et peu de texte, on arrive rapidement à la chute qui se veut à chaque fois humoristique. Globalement, j'ai apprécié et rigolé sur la moitié de ces chutes, trouvant que l'autre moitié tombait souvent à plat ou était un peu trop "gentillette" au niveau de l'humour. Mais dans l'ensemble, je me suis attaché à ce petit univers façon halloween souriant et à cet équipage de vampires avides de jus de tomates.
En fin d'album, l'éditeur propose également la première histoire réalisée en France par l'auteur, sur le même sujet des gentils vampires. Celle-ci, plus longue et sans couleur, m'a moins enthousiasmé.

Une lecture plaisante, pour petits et grands, et de jolies couleurs, mais un soupçon d'amateurisme et une portion d'histoires pas très drôles ne m'engage pas trop à en conseiller davantage que la simple lecture pour passer le temps.

Nom série  Symbiote  posté le 28/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette bande dessinée n'est pas exempte de menus défauts mais je l'ai trouvée bien sympa.

Elle se place dans un univers qui me rappelle un peu celui du jeu de rôles Shadowrun, à savoir un mélange de cyberpunk et d'une dose de fantastique. Le récit mélange beaucoup d'idées et d'influences dont l'association est assez originale.

Le récit serait plutôt sombre et sérieux s'il n'était servi par un dessin nettement plus léger dans son style. Le graphisme se situe quelque part entre le franco-belge, le manga super-deformed et les dessins animés à l'américaine (et évidemment Hellboy auquel une référence directe est faite). Je n'aime pas trop son encrage, ni ses décors trop simples, mais le trait n'en reste pas moins plaisant et efficace. La colorisation est bien travaillée mais je trouve certaines associations de couleurs un peu bizarres : ça manque d'harmonie et de personnalité chromatique.

Le scénario est très dense. J'ai été agréablement surpris que l'album forme une histoire complète, même si les auteurs laissent la piste ouverte à une possible suite. Il se passe beaucoup de choses, de nombreuses pistes sont ouvertes et elles trouvent toutes une conclusion assez satisfaisante.
En résumé, c'est un bon récit d'action et de SF avec une touche de fantastique, un bon divertissement.

Nom série  Presqu'Ados  posté le 28/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une série de gags sur les pré-adolescents qui s'adressent aux pré-adolescents, du Titeuf pour les un tout petit peu plus âgés. C'est comme ça que je l'ai ressenti à la lecture.
En effet, l'humour est assez lourdingue, avec beaucoup de gags scato-dégueu qu'on imagine peut-être plus à l'école primaire qu'au collège. Mais comme ce sont des pré-ados, il y a aussi le sujet des filles qui est abordé, comment sortir avec elles, comment faire son premier baiser, et un petit peu aussi de sujets sur les complexes et les jeunes qui ont du mal à accepter leur corps ou leur appareil dentaire.

Le dessin, c'est du super-deformed façon manga en permanence. Un peu agaçant à la longue, surtout quand les personnages ont tendance à gueuler presque tout le temps la bouche grande ouverte. Si le but était de mettre en scène à quel point les pré-ados peuvent être pénibles avec leur entourage, l'objectif est plutôt bien atteint. Pour le reste, le dessin est trop simplifié à mon goût.

C'est vrai que l'ambiance de pré-adolescence et quelques thèmes qui s'y raccordent n'est pas trop mal rendu. Cela fait bien longtemps que j'ai passé l'âge et mes enfants ne sont pas encore dans cette période mais j'imagine que le rendu est assez correct.
Mais objectivement, les gags sont vraiment rarement drôles. Souvent lourds, prévisibles et un peu répétitifs, j'ai eu du mal à décrocher plus qu'un sourire par-ci par-là. Et je ne suis pas sûr que ce soit uniquement parce que cet humour n'est pas destiné à ma tranche d'âge...

Nom série  Sweety Sorcellery  posté le 27/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mouais. Cette BD est manifestement destinée à un public jeune et probablement féminin en priorité. L'ambiance est un peu trop mièvre et rose bonbon à mon goût, et certains passages gnangnans et comportements pré-adolescents m'ont un peu agacé.
Néanmoins, la lecture ne m'a pas été trop désagréable et j'ai passé quelques minutes de lecture assez divertissantes.

Le décor n'est pas très original. Un univers où tout le monde est magicien ou sorcière, avec des écoles de sorcellerie, des objets magiques, des fées, des licornes et autres dragons. Ca devient monnaie courante dans les récits pour la jeunesse ces dernières années.

Le dessin est à mi-chemin des influences manga et de l'école Disney Italienne moderne. La colorisation pastel-fluo rappelle d'ailleurs grandement celle du duo Barbucci/Canepa. Tout cela me fait d'ailleurs beaucoup penser à la série Witch.
Même si les planches sont soignées, la technique laisse encore un peu à désirer. J'ai eu du mal avec les visages des personnages dont les éléments me paraissaient souvent bizarrement placées : position de la bouche et du nez qui déforment souvent les faciès, yeux donnant l'impression d'être de tailles différentes et placés de manière non symétriques, sans parler du nez étrange de Dame Ziza. Ce n'est pas moche mais il y a encore une marge de progression avant d'être parfaitement maîtrisé.

Le récit est composé d'histoires courtes intégrées dans une plus grande histoire, ce qui me plait assez (j'avais beaucoup aimé Des lendemains sans nuage utilisant une même structure). L'histoire cadre est un peu cucul-la-praline, l'héroïne est immature et je n'ai pas trop accroché. Les récits courts, par contre, sont assez sympathiques et variés.
Ce sont des histoires de fantasy et de sorcellerie pour un public adolescent ou pré-adolescent. Ca manque un peu de consistance et de personnalité mais c'est plaisant.

Nom série  Dolis  posté le 27/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce manga fait fortement penser à un film d'art et d'essai, un film sombre où les personnages se comportent bizarrement, pensent à voix haute comme on réciterait une lugubre poésie, un film à la narration un peu expérimentale qui évidemment finit mal. Le genre de film que j'évite soigneusement.

Le sujet de ce récit me déplait. Un jeune homme qui semble tomber amoureux d'une fille étrange, au tempérament auto-destructeur, au physique d'anorexique, aux pensées suicidaires. Une façon de penser et une relation à laquelle je ne comprends rien, qui aime se mutiler et menace de mutiler ses proches. Il faut vraiment être dérangé. Je ne comprends pas ce plaisir à glorifier par l'esthétique et un texte poético-dramatique un goût du morbide et des amours contrariées qui rappellent des tendances d'adolescentes mal dans leur peau.

Le dessin est très personnel. Les personnages sont très laids, leurs visages affreux. Les décors sont inexistants.
Malgré ce trait que je trouve moche, j'ai été séduit par l'esthétique des planches du fait de leur colorisation. Chaque chapitre ne comporte que deux ou trois couleurs, à chaque fois différentes mais très bien choisies pour aller ensemble, comme un décorateur d'intérieur choisirait avec soin ses couleurs pour un appartement design. Je passe sur le fait que certaines cases et textes écrits en blanc sur fond rose clair sont quasi illisibles.

Les couleurs m'ont bien plu donc. Elles amènent une esthétique intéressante qui donne sa saveur à ce manga. Mais l'histoire, les personnages, le trait du dessin, m'ont déplu.

Nom série  World of Warcraft - Porte-Cendres  posté le 26/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Cette lecture m'a été très pénible.

D'emblée, je n'aime pas le dessin. L'influence manga mal digérée, le trait imprécis, les personnages clichés, les visages qui se ressemblent tous, les poses grandiloquentes, les décors simplifiés, les couleurs certes soigneusement travaillées mais laides, j'ai l'impression de lire une BD amateur tirée d'un fanzine. A cela s'ajoute une très mauvaise narration graphique. Les enchainements sont souvent confus, sans fluidité. On sent en outre la recherche de facilité par l'abondance de grandes cases d'ensemble encombrée de bulles de dialogues trop longues et trop nombreuses au détriment d'une narration case par case qui auraient été plus contraignante pour le dessinateur mais plus plaisante à lire.

Quant au scénario, il est nul et empli de poncif et de déjà-vu. Les personnages sont caricaturaux, leurs comportements sans réalisme, les situations prévisibles et lourdement artificielles, les dialogues sont soit lourdingues car trop longs soit ridicules. L'album se résume à quelques thématiques clés : de la baston, des trahisons, de la baston, un sacrifice, de la baston, de la grande tragédie pour adolescent, et surtout beaucoup de baston. Le monde de World of Warcraft y apparait en outre comme doivent le voir les joueurs les plus immatures : un monde bourrin, sans humour, où seuls comptent les super combattants avec des armes qui font Smash, Schhing, Funkth, Schakumm, Schhazzak ou encore Fwoosch. Et le pire, c'est que ça a foutrement l'air de se prendre au sérieux.

BD commerciale, mal foutue et sans intérêt.

Nom série  Gears of War  posté le 25/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas de console, pas d'Xbox 360 et je connaissais à peine de nom le jeu vidéo Gears of War. Je ne suis donc pas du tout le public cible des auteurs de cette bande dessinée. Cette dernière, non contente d'être la "série officielle du jeu", est aussi un objet commercial sensé faire le lien entre le premier jeu et sa suite. Lecture indispensable pour les fans curieux, dont je ne fais donc pas partie.

Et objectivement, quand on n'est pas fan, cette BD est très médiocre.
Elle a deux qualités à son actif.
La première est le dessin qui n'est pas mauvais du tout. Le trait est pro, maîtrisé, dynamique. Alors certes, tous les personnages ressemblent à des Hulk Hogan sous stéroïdes, bourrins jusqu'au bout des ongles ("Graaaah !" : je cite l'un des héros, c'est pour vous dire le niveau). Et je lui reprocherais également une forte tendance à zoomer sur les visages plutôt que de donner des vues d'ensemble. Certes, ça fait plus "cinéma d'action" mais c'est aussi un moyen de s'éviter des dessins trop compliqués et ça n'aide pas à la compréhension.
Deuxième qualité, une narration assez fluide. Toutes les scènes ne sont pas toujours très claires et certaines transitions sont abruptes mais la lecture ne se fait pas dans la douleur.

Par contre, côté scénario, c'est le vide absolu. C'est simplement la série officielle d'un jeu d'action bourrin, que voulez-vous qu'il en sorte ? Il y a des gros méchants qui ressemblent à un mélange entre des zombies, des aliens ou encore des genestealers de Warhammer 40K. Il y a les gros gentils, des soldats tellement body-buildés qu'Arnold Schwarzenneger aurait l'air d'une tapette au milieu d'eux. Il y a des missions à remplir : sauver la petite fille, partir en reconnaissance dans la ville abandonnée, etc. Et puis ensuite il y a la suite de bastons, avec de nouveaux ennemis à chaque fois même s'ils se ressemblent un peu tous : ils ont tous tendance à être très nombreux, à foncer comme des cons et à permettre de tirer à tout va pour les gentils avec leurs gros flingues, ou alors à être très dangereux et d'obliger à se sauver d'extrême justesse, ouf, on a eu peur !
Crédibilité zéro, clichés à 100%.
A cela s'ajoute une ambiance qui se prend au sérieux et des dialogues assez ridicules. Un exemple croustillant :
-"Espoir ? Ah, je me souviens de ce mot..."
-"Faut s'accrocher à ce genre de mots. C'est ce qui permet d'avancer."

Aucun intérêt.
Je me demande si les fans en trouveront un de leur côté...

Nom série  En plein dans le mythe  posté le 24/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Si l'on prend une ou deux cases indépendamment du reste de cette série, on peut en sourire. En effet, il s'agit de détourner des moments célèbres et d'imaginer la situation cocasse du moment si par exemple les choses s'étaient passées ainsi ou ainsi. Ce type de traitement humoristique souvent amusant est assez classique (qui a oublié les différentes visions de l'anecdote de la pomme de Newton dans la Rubrique-à-Brac de Gotlib ?).
Et effectivement dans le cas de cette bande dessinée, lire une case ou deux est plutôt plaisant. Le dessin est de qualité acceptable, certes réduit au minimum mais doté d'un trait personnel et agréable. Ce n'est pas hilarant mais pourquoi pas.

Mais d'en faire un album entier ? Et même trois albums à ce jour ?
Car au bout d'une page de la même situation répétée, j'ai commencé à me lasser. Au bout de 5 pages, j'étais gavé. Et je suis passé d'un faible sourire, à un léger ennui puis à un agacement. Plus de 30 pages par sujet pour répéter encore et encore la même situation, à raison de 4 ou 9 fois par page ! Ca sent vraiment la production artificielle et les gags un peu sincères sont noyés par des gags qu'on sent forcés, faits pour atteindre la quantité nécessaire. Alors certes le scénariste fait son possible pour varier ses idées mais on en revient toujours au même, et je n'ai presque jamais ri. Il faut dire que ça aurait été difficile tant j'étais lassé par la répétition. Ca devient très vite lourd. Même le dessin joue la carte de l'itération iconique, des portions d'images restant telles qu'elles tout au long des pages, tandis que d'autres sont récupérées et un peu modifiées mais pas toujours. Vive l'outil informatique, le copier/coller et les masques photoshop.

J'ai eu deux albums entre les mains. Pour aucun, je n'ai réussi à lire la totalité car je finissais à chaque fois par trouver la lecture pénible.
C'est un type d'humour qui est amusant à petite dose, mais il ne convient vraiment pas à une publication en album. Et je ne me vois pas les acheter en me disant que j'y piocherais par-ci par-là un gag au gré de mes envies, en prenant bien soin de ne pas lire tout d'un coup sous peine de lassitude accélérée.

Nom série  Inversion  posté le 23/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le premier tome de cette série m'a séduit par deux aspects.
Le premier est la qualité de son dessin : soigné, joli, on sent le dessinateur inspiré et sincèrement désireux de présenter un monde parallèle original et beau. Les couleurs aussi sont belles. J'ai par contre un peu tiqué sur certains visages, notamment au niveau des yeux que je trouvais un peu bizarres sur Lola et le héros en début d'album.
Le second aspect plaisant de cette bande dessinée à mes yeux est ce type de récit fantastique mettant en scène deux mondes parallèles et n'hésitant donc pas à aller à fond dans la veine du fantastique ou de la fantasy. J'aime ce genre d'histoire qui ne s'impose pas de limite à l'imagination.

Cependant, le premier tome ne m'a pas encore convaincu. Sa trame se révèle trop classique, trop déjà-vu. Les récits de mondes parallèles, de double d'un autre monde, sont finalement assez nombreux en littérature et même en bande dessinée (la saga des Princes d'Ambre, Taï Dor ou encore Le Pays Miroir, pour ne citer qu'eux) et pour le moment, Inversion n'apporte guère de nouveauté.
En outre, j'ai trouvé le déroulement de ce début d'histoire un peu pénible. Le coup du double qui prend la place du héros, c'est une chose, mais rendre ce dernier caricaturalement méchant d'une part et surtout tout à fait instruit de sa condition d'autre part et désireux de détruire la vie de son double alors que le héros, lui, n'est au courant de rien, c'est une ficelle scénaristique agaçante à mon goût.
Et surtout, voir tout un album où le héros hésite, tergiverse, joue les amnésiques, se laisse porter par les manigances de son ennemi, c'est également assez pesant. Trop mou, trop peu sûr de lui, il se laisse faire sous prétexte qu'il n'est pas sûr de sa propre mémoire et s'imagine peut-être fou.
Et à l'inverse, j'ai trouvé trop abrupte et peu crédible le passage où il décide soudainement de se débarrasser du gars qui lui en voulait pour le suicide de sa soeur. Le héros ne fait presque rien durant tout un album mais par contre, contre un gars dont il ne sait rien et avec qui il aurait peut-être pu s'expliquer, il n'hésite pas à s'organiser pour lui tirer dessus en pleine rue quitte à le tuer s'il le faut ?!

Bref, je ne suis pas encore convaincu et j'ai pris un plaisir mitigé à lire ce premier tome. Mais j'ai encore une bonne dose d'espoir pour la suite car les bases sont bien posées pour un bon récit fantastique joliment dessiné.

Nom série  La Vie en slip  posté le 22/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série a d'abord été publiée dans le journal Pif Gadget sous le nom "Jean-Paul Farte & ses Amis". Reprise par Spirou, elle fut renommée La Vie en slip. Elle met en scène trois gamins losers, pas encore geeks mais on les imagine bien devenir ça quand ils seront grands, qui s'amusent bien ensemble et rigolent quand l'un d'entre eux fait un prout, mais ont bizarrement du mal à séduire les filles ou à éviter de servir de têtes-à-claques à la brute de service de leur école.

Cette bande dessinée s'adresse plutôt à un jeune public mais sa lecture est aussi agréable et amusante pour un adulte.
Le graphisme est très sympathique. Le trait a des allures se rapprochant des comic-strips américains modernes. Les compositions sont bonnes, l'ensemble dynamique et efficace. Le tout est surtout très bien mis en valeur par une excellente colorisation. C'est une belle BD d'humour jeunesse.

Les gags tournent parfois sur le thème du scato-dégueu. C'est sensé plaire aux enfants mais ça rebute souvent les adultes dont je fais partie. Malgré cela, j'ai rigolé pour de bon assez régulièrement, même sur des gags sur la morve ou le vomi.
En outre, l'humour et les situations sont variés, amenant une bonne diversité dans la lecture. C'est agréable et bien mis en scène. Très plaisant à lire même si pas toujours aussi hilarant qu'on le souhaiterait.
A lire pour le plaisir.

Nom série  Jack of Fables  posté le 21/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Grand amateur de la série Fables, je suis légèrement déçu par ce spin-off.

A vrai dire, cela partait un peu mal car je n'aime guère le personnage de Jack. La caricature du roublard sûr de lui à qui tout réussit malgré les innombrables gaffes qu'il cause autour de lui. Les auteurs insistent très fortement sur son caractère arrogant, notamment au niveau de la narration qui est de la bouche du personnage lui-même, cherchant manifestement à jouer la carte de l'humour par ce biais. Mais je trouve ça moyennement drôle et ça n'en rend pas Jack plus attachant à mon goût.

Mais après tout, si les auteurs de l'excellent Fables estiment qu'il en vaut la peine et qu'ils peuvent créer une vraie série supplémentaire intéressante sur son compte, je suis prêt à leur faire confiance.
Mais pour le moment, je demande encore à être convaincu.
En effet, la première aventure que vit Jack en solo, après son histoire à Hollywood, est sympathique mais pas très captivante. On retrouve bien l'imagination et l'originalité de Bill Willingham dans les personnages des Rameaux d'Or et dans la menace engendrée par le personnage de Revise. Mais l'intrigue en elle-même se résume finalement un peu trop simplement : prison puis évasion, sans que le scénario réussisse à prendre suffisamment de profondeur ni d'intérêt.

J'espère que les choses vont prendre un peu plus d'envergure au fur et à mesure du développement de la série. En attendant, les fans de Fables seront satisfaits mais pas vraiment épatés.

Nom série  Cavales  posté le 20/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Plutôt charmé par Commandant Achab, je suis passé après à Cavales des mêmes auteurs. Ces deux-là sont décidément doués pour produire des polars modernes et réalistes aux intrigues denses et aux personnages intéressants.

Le scénario de cet album est complexe car il mêle deux situations qui auraient dû rester totalement indépendantes. D'une part, le fait qu'un braqueur s'est fait doubler par ses collègues suite à un casse et qu'il n'a pas reçu sa part du fric tout en ayant les flics sur le dos. D'autre part, le fait que la fille de ce braqueur a été kidnappée par des branleurs de banlieue en quête d'un pactole en guise de rançon. A cela s'ajoute le fait que cette prise d'otage se fasse dans une région sauvage et enneigée du Morvan.
Les personnages sont bons. Le père braqueur avant tout. Mais aussi les kidnappeurs, aussi blaireaux et détestables soient-ils.
Les situations sont intéressantes. Et surtout, en un seul tome de 56 pages, les auteurs réussissent à intégrer un récit très dense, où il se passe beaucoup de choses.
Quand, à cela, s'ajoute un dessin plutôt classe et réaliste, je suis assez comblé.

Je n'ai qu'un regret, le fait que la lecture ne me laissera probablement pas davantage qu'un bon souvenir, le souvenir d'une lecture divertissante et satisfaisante, mais pas d'une histoire mémorable et exceptionnelle.

Nom série  Clopinettes  posté le 20/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mince ! Pour moi, la Rubrique-à-Brac est une oeuvre culte, et j'adore tout ou presque des créations de Gotlib. En outre, même si je n'en suis pas fan, j'aime bien l'univers déjanté du Concombre Masqué de Mandryka. Le mélange des deux n'aurait logiquement pas dû me décevoir.
Et pourtant si, ce fut le cas.
Je me suis franchement ennuyé à la lecture de cet album.

Le contenu de ces planches se rapproche de la Rubrique.
La majorité des histoires courtes sont des fables avec une morale en jeu de mots humoristique comme Gotlib en est expert. J'ai ri à la lecture de pas mal de ces morales, les jeux de mots sont souvent bons ou idiots à souhait. Par contre les pages les précédant, toute la mise en place de la fable jusqu'à sa conclusion, m'ont le plus souvent laissé de marbre. Il me paraissait même parfois qu'elles amenaient assez lourdement et artificiellement le jeu de mots attendu.
De même, la plupart des autres histoires m'ont parues assez lourdes et rarement drôles, m'amenant guère plus qu'un sourire, ou alors un ennui sur la quasi-totalité du récit et un rire au seul moment de la chute.

J'ai peur que ce soit la part de Mandryka qui m'ait déplu dans cet ouvrage.
Le dessin avant tout. Il m'est impossible de ne pas le comparer à celui de Gotlib pour de tels types de gags et je regrette très fortement ce dernier, nettement plus fin et beau, mais aussi nettement plus efficace en matière d'humour. Le dessin de Mandryka me parait grossier en comparaison, baclé, et en fait... pas drôle du tout.
On retrouve aussi un peu de l'univers de Mandryka dans les récits et dans l'humour, et cela ne fonctionne pas pour moi. L'humour de Gotlib fonctionne, entre beaucoup d'autres, par le contraste entre son dessin semi-sérieux et des gags parfois délirants. Là, dessins et gags sont du même niveau de délire, il n'y a plus de contraste, plus de finesse.

J'étais tout content d'avoir trouvé Clopinettes d'occasion, depuis le temps que je le cherchais. J'en suis finalement déçu.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 280 283 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque