Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5608 avis et 2132 séries (Note moyenne: 2.87)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Ice Haven  posté le 04/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai décidément bien du mal à apprécier les oeuvres de Daniel Clowes.

Et pourtant, j'ai aimé la forme de celle-ci. Sa structure en histoires courtes façon comic strips a séduit mon âme de collectionneur de BD. Le dessin clair et contrasté à l'ancienne me plait aussi, même si les visages perpétuellement mornes des personnages me lassent rapidement. Et le tout au format à l'italienne constitue un bel ouvrage.

Mais l'histoire ne m'a guère captivé. Qu'y ai-je trouvé d'intéressant ? L'ambiance morose, presque insupportable, d'une ville paumée dont le lecteur et les habitants semblent vouloir s'échapper, englués dans la monotonie. Comme dans Ghost World et David Boring, Daniel Clowes arrive à faire ressentir de manière assez réussie le malaise et le mal-être des personnages.
Mais à part ça, c'est chiant. Le fil rouge de l'enlèvement du gamin ne mène nulle part. Les personnages sont tous aussi désagréables les uns que les autres. Ils sont hypocrites, misanthropes, égocentriques, frustrés, et n'arrivent pas à communiquer. C'en est pénible.

La forme est bonne, l'ambiance recherchée est atteinte, mais... et après ?

Nom série  Correspondances  posté le 03/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai trouvé cet album collectif assez original. Original en effet car sur le thème du métro Toulousain, je craignais des histoires nettement moins originales, comme on en voit souvent sur des collectifs dont on sent les auteurs un peu restreints par le thème.
Cet album comporte 3 histoires, et sur les deux premières au moins, je me suis interrogé pendant un moment sur le rapport avec le métro avant de constater qu'effectivement, ce dernier s'incluait bien dans le récit.

J'ai beaucoup aimé ces deux premiers récits. Autant le dessin de Tripp m'a franchement plu, autant le dessin de Cabanes, comme très souvent avec lui, m'a épaté. J'ai trouvé ça très beau.
La première histoire est un peu une fable à morale sur un homme qui fuit sa propre réussite sociale pour se retrouver au milieu de la nature au coeur d'un parc toulousain. Joli.
La seconde est dans la lignée de la série Dans les villages, reprenant les deux jeunes héros de la série phare de Cabanes dans une histoire à l'ambiance aussi folle que cette dernière. Amusant, dépaysant et superbe visuellement.

Je connaissais déjà la troisième histoire, de J-C Denis et Dupuy/Berberian, car c'est elle qui a formé par la suite l'introduction de l'album Un peu avant la fortune. Même si elle est assez amusante, je l'ai trouvée un cran nettement en dessous des deux premières. Le dessin n'est vraiment pas du même niveau, trop simplifié en comparaison des deux premiers auteurs, et surtout l'ambiance n'a plus du tout la même poésie, la même originalité.

C'est néanmoins un collectif que je trouve de bon niveau avec deux très bonnes histoires et une correcte.

Nom série  Living in a happy world  posté le 02/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce manga est un shojo pur jus mais il a le triple avantage de se lire agréablement, de ne pas être trop mièvre et de se terminer en deux tomes seulement.

Le dessin est sobre. Pas d'abondance de visages super-déformés, une utilisation mesurée d'étoiles, plumes et autres feuilles mortes en arrière plan. Le trait est simple, sans fioriture, les décors vides sans que cela soit trop gênant.

Le récit s'annonce assez nunuche au premier abord, avec une jolie jeune fille qui tombe amoureuse de son beau jeune professeur, mais le déroulement n'est pas idiot et finalement assez sympathique à lire même pour un lecteur adulte. La narration est claire, sans cet aspect fouillis dont font preuve beaucoup de mauvais shojo. Le ton est fleur bleue mais sans tomber dans le gnangnan. Et il y a quelques sujets intéressants qui sont abordés comme la relation entre un élève et son professeur qui ont presque le même âge ou le harcèlement à l'école ou dans la rue.

C'est frais, romantique, raconté avec sobriété, c'est un shojo qui plaira aux adolescentes et qui se laisse lire pour les autres.

Nom série  Les Foot Furieux  posté le 01/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas aimé cette série d'humour. Outre le fait que je ne la trouve pas drôle, je lui trouve une sale ambiance. Une ambiance qui reflète peut-être la mauvaise ambiance du foot pro. Car de pros, il en est question ici, des entraineurs qui gueulent, des directeurs qui virent, des joueurs qui s'engueulent et se marchent sur les pieds, des supporteurs souvent brutaux... Ca donne pas envie.

Concernant le dessin, vous connaissez peut-être le style de Gürsel car il a dessiné quelques images humoristiques qui circulent sur le net (dont la plupart sont regroupées dans la BD Sea sex and sun. C'est un trait franco-belge assez typique, pas mauvais même si je n'accroche pas.

Le problème essentiel, c'est que je trouve les gags vraiment mauvais. En moyenne, j'ai dû rire une fois par album, et encore guère plus qu'un sourire. Les autres fois, les chutes tombent complètement à plat, prévisibles ou simplement lourdingues. Quand en outre je n'aime pas l'ambiance, comme dit plus haut, je ne prends pas de plaisir à la lecture de cette bande dessinée.

Si je ne mets pas la note minimale c'est parce que ça reste lisible, les gags, malgré quelques répétitions, sont relativement variés, et bon... mon rejet de cette BD vient peut-être aussi de mon rejet du foot en lui-même.

Nom série  Toile Cirée  posté le 01/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tiens ? Je suis surpris des avis très négatifs ci-dessous. Pour ma part, même si cette BD n'a rien d'un indispensable, j'ai trouvé sa lecture divertissante.

J'ai apprécié 2 choses en elle : le fait qu'elle ne se prend pas au sérieux d'une part, et la qualité de ses dialogues d'autre part. Il y a pas mal de bons mots dans les textes de cette BD et je les ai appréciés même si les discussions entre personnages en ressortent souvent assez artificielles. Mais comme le reste, je pense que l'auteur ne s'en soucie guère car toute son histoire n'est pas bien sérieuse et il en joue.

Ca commence comme une banale enquête, un récit un peu cliché pas très enthousiasmant. Mais dès l'apparition de l'usine de toiles cirées, on se dit que les choses ne sont pas communes. Et effectivement, la fin est assez surprenante et délirante. J'ai trouvé ça amusant.

Il ne faut pas chercher dans cet album une enquête policière complexe et rondement ficelée. C'est un récit un peu absurde, légèrement déjanté, qui joue des classiques et se moque de lui-même. Sympathique.

Nom série  Cimes  posté le 01/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Curieux au départ, j'ai été dépité par l'aspect abscons de cette bande dessinée muette. A vrai dire, en préjugeant totalement, j'ai l'impression de voir ici le travail d'un étudiant sortant des Beaux-Arts décidé à produire une oeuvre concept au message sibyllin où seuls comptent l'atmosphère et l'univers graphique.

C'est vrai que le dessin est intéressant. Réalisées au crayon très gras pour un résultat s'apparentant à du fusain mouillé, chaque case doit se laisser déchiffrer en une demi-seconde, ce qui n'arrange pas trop la fluidité de la lecture. Mais une fois ce rapide travail mental effectué, on réalise qu'en quelques ombres, quelques taches, l'auteur arrive à représenter des paysages, des personnages et des visages finalement assez soignés. Je ne suis pas fan, l'aspect d'ensemble est trop brouillon et "sale" pour me plaire, mais il y a là de la technique et une certaine réussite.

Quant au scénario... il est abstrait. C'est l'histoire d'un village perdu dans les montagnes, de son église, de ses habitants et d'une fanfare étrange qui semble mener peu à peu chaque villageois au bord d'une falaise d'où ils se jettent et vont finir par nourrir les vautours.
Et ?
Et ça se termine assez abruptement sans apporter la moindre explication. Il doit y avoir un message qui m'a échappé ou alors il suffit de se laisser porter. Mais je n'ai tout simplement pas réussi à apprécier, ni l'ambiance ni l'éventuelle idée.
Je me suis ennuyé, à la recherche de quelque chose que cette oeuvre ne cherchait probablement pas à m'offrir.
Pas ma came...

Nom série  Puddingham Palace  posté le 31/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Découvrant directement cette série en album et non pas dans le journal Spirou, j'ai mis un certain temps à en comprendre le concept, comprendre pourquoi cette famille royale côtoyait autant d'animaux. Donc leurs sujets sont des animaux, c'est bien ça ? Ce qui permet derrière d'aligner les uns après les autres tous les gags qui passent par la tête du scénariste concernant les animaux, leur donnant autant que possible des comportements humanisés, et leurs rapports avec les humains.

Le dessin est dans une veine humoristique à gros-nez très classique, presque déjà vue. Il n'est cependant pas désagréable à lire.

Cependant, les gags sont vraiment poussifs. Il n'y en a pas un que je n'ai pas senti très lourdement amené et artificiel. Je ne peux pas affirmer qu'ils soient vraiment prévisibles, mais ils sont ficelés avec une telle lourdeur qu'ils en sont un peu pénibles, et en tout cas vraiment pas drôles. Et les personnages ne sont guère attachants non plus.

Bien dommage pour une série d'humour.

Nom série  Castel Armer  posté le 30/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'arrive pas à me faire une opinion définitive sur cette série. Car dans un certain sens, je suis séduit, et d'un autre côté j'ai pris peu de plaisir à la lecture.

J'ai été attiré par les couvertures, notamment la première dont le style réaliste me rappelait un peu Le Mercenaire. Le graphisme des planches est cependant très différent.
Le dessin de Reculé me parait très inégal. D'un côté, je trouve très réussis ses décors mais aussi les personnages quand ils sont dans des poses figées ou qu'on voit peu leurs visages. Hélas ces visages, quand on les voit pour de bon, sont très changeants, souvent laids, ça gâche fortement la qualité des planches. De même, la composition des planches manque de clarté et embrouille parfois la lecture.
J'aime par contre beaucoup les couleurs, sans doute parce qu'elles me rappellent celles d'Hermann par exemple pour Les Tours de Bois-Maury qui partage avec Castel Armer un décor médiéval similaire.

Concernant le scénario, les intrigues sont assez classiques dans le domaine de l'aventure médiévale. Trahison, vengeance, amour par delà les dangers, errances de chevalier déchu... D'ordinaire, j'aime bien ce genre de récit, surtout s'il fait revivre de jolie manière les décors du moyen-âge.
Mais là, j'ai trouvé la narration un peu trop confuse et parfois pénible à suivre. Le rythme est irrégulier, certains passages sont trop verbeux, et de nombreuses transitions sont trop abruptes. Et je trouve les comportements des personnages assez bizarres, pas toujours cohérents voire compréhensibles. Ce n'est pas agréable à lire et j'ai dû me forcer pour ne pas décrocher trop souvent.
Dommage car il y avait un certain potentiel.

Nom série  Benjamin et Benjamine  posté le 30/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Décidément, avant d'exploser dans la série Astérix, Goscinny et Uderzo avaient produit pas mal de séries au moindre succès. Je ne connaissais absolument pas "Benjamin et Benjamine" pas plus que le magazine du même nom dans lequel Christian Godard les avaient imaginés avant de laisser la main. L'album de Claude Lefrancq m'a permis de les découvrir par le biais de deux histoires complètes. Une suite devait paraître avec au moins une autre aventure mais l'éditeur a disparu avant cela.

Il s'agit de deux jeunes héros sans grande originalité, un garçon, une fille, à qui il arrive un peu n'importe quel type d'aventures, le plus souvent par hasard au détour d'une rencontre dans la rue ou dans leur jardin. Le genre de série jeunesse typique des années 50.

Elle se démarque cependant par ses auteurs. Le graphisme d'Uderzo est reconnaissable au premier coup d'oeil. Couleurs, encrages, lettrages et personnages sont dans le style qui a fait sa renommée dans Astérix. Il est amusant de noter que les récits de cet album contiennent aussi souvent des avions plutôt réussis qui rappellent en même temps qu'Uderzo a aussi dessiné par la suite Tanguy et Laverdure.

Les aventures de Benjamin et Benjamine ne sont cependant pas des plus palpitantes.
Les deux héros sont d'une grande platitude. Benjamin est sans charisme, plus souvent spectateur qu'acteur, et son côté sourcilleux n'est pas des plus sympathique. Quant à Benjamine, elle a un vrai rôle de potiche, n'apportant presque rien au récit si ce n'est un alibi de présence féminine.
Les récits sont des aventures assez basiques même pour l'époque. On y retrouve des éléments d'autres bandes dessinées et rien qui sorte vraiment du lot. Courses poursuites, méchants sans intérêt, rebondissements clichés...
Heureusement, il y a la narration et l'humour de Goscinny qui permettent de remonter le niveau. J'ai rigolé à quelques passages notamment concernant les détails sur la flotte militaire de la Carambie, les moutons sous le lit, ou encore la reprise exagérée des révolutions/contre-révolutions à répétition probablement en clin d'oeil à l'album l'Oreille Cassée de Tintin. Gosinny crée aussi régulièrement de bons personnages secondaires, meilleurs que les deux héros en tout cas.

Pour l'histoire de la bande dessinée et la biographie des auteurs d'Astérix, cet album unique est intéressant et pas désagréable à lire. Mais c'est loin d'être un indispensable.

Nom série  Le Tengû Carré  posté le 30/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un conte comme David B. en a le secret. Le décor en est celui du Japon de l'ère Meiji peuplé de créatures du folklore nippon. Renarde et champignon démons, tengû, manteau qui rend invincible, manteau qui rend invisible, et d'autres ingrédients encore pour former une fable pleine d'action et de magie.

Le graphisme est dans le style naïf qu'affectionne David B. et que j'aime bien aussi. J'apprécie sa rondeur, son contraste et l'esthétique de certaines scènes volontairement denses comme celles de combats.

L'histoire est agréable à lire. Elle est un peu longue et légèrement confuse du fait de l'abondance de personnages et des intrigues qui se mêlent mais elle est divertissante.

Une bonne lecture.

Nom série  Le Crépuscule des Dieux  posté le 30/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis sur la série :

Mon avis sur cette série est impacté par le fait que j'étais déjà tombé au préalable sous le charme du Siegfried d'Alex Alice. Le récit du Crépuscule des Dieux est plus vaste, s'entamant avant les évènements de Siegfried et ayant une vue plus élargie, notamment par la connaissance de ce qu'il se déroule en Asgard en même temps que sur Midgard. Néanmoins, je trouve que cela réduit la dimension dantesque, mystérieuse et impressionnante du récit. J'avais été subjugué par l'aspect (à juste titre) Wagnérien de l'oeuvre d'Alice, tandis qu'ici je n'y vois qu'un récit d'heroic-fantasy certes complexe et bien foutu, mais d'une moindre envergure émotionnelle.

Le dessin ne m'a que moyennement convaincu aussi. Techniquement, il est très bon, de même que sa colorisation. Mais je l'ai trouvé trop lisse, donnant un aspect assez immature aux personnages, le type d'aspect qu'on trouve davantage dans une bande dessinée pour public adolescent que pour un public adulte. En outre, même si le travail des couleurs est techniquement impeccable, les planches manquent régulièrement d'harmonie et d'unité chromatique à mes yeux. A mon sens, la couleur n'est ici qu'un outil, pas une force capable de sublimer le dessin.

Je suis injuste dans mon avis car si j'avais lu cette série sans à-priori, je l'aurais trouvée objectivement très bien, avec très peu de reproches à lui faire. Elle est très instructive car on y découvre la légende de l'Anneau des Nibelungen de son début à sa fin, affichant sans détour la grandeur et la complexité de ce mythe impressionnant.
Mais comme j'avais déjà au préalable été transportée très puissamment par Siegfried, je n'ai pas su ici être autant touché ni captivé par cette série que j'estime, à titre personnel, un cran en dessous hélas.


Avis sur le tome 0 :

Cet album est le prologue de la série le Crépuscule des dieux de Djief et Jarry. Autant il donne furieusement envie de lire la série en question, autant il peut également se lire comme un one-shot.

Il met en scène les premiers instants de la légende de l'Anneau des Nibelungen. La fuite du Nibelung Alberic sur Midgard, sa rencontre avec les Loreleï, son vol de l'Or Céleste, la forge de l'Anneau, comment Wotan va venir s'en emparer de nouveau, la transformation du géant Fafner en dragon, la malédiction du Nibelung et comment Wotan va croire s'en débarrasser en créant la lignée qui mènera à Siegfried.
Un album très dense donc mais passionnant et très bien écrit.

J'avais été époustouflé par le dessin de la série Siegfried d'Alex Alice, traitant du même thème. Le graphisme de Gwendal Lemercier tient bien la comparaison. Sans être aussi épatant, il n'en est pas moins très beau et joliment travaillé. C'est de la bel ouvrage, esthétique et efficace à la fois. Il est en outre accompagné d'une colorisation de qualité.

L'histoire est prenante, bien racontée et très instructive pour qui connait mal la légende germanique.
On y réalise vraiment à quel point ce mythe a influencé Tolkien pour sa création du Seigneur des Anneaux. Les auteurs insistent d'ailleurs un peu exagérément sur ce point sur la couverture qui n'est que partiellement représentative du contenu.

En tout cas, c'est un très bon album et un très bon prologue me donnant encore plus envie de lire Le Crépuscule des Dieux ou de relire et continuer Siegfried.

Nom série  Les Chemins de Vadstena  posté le 29/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
L'histoire de l'auto-stoppeuse fantôme embarquée au bord d'une route isolée, c'est une légende urbaine souvent rabâchée et pas très passionnante à mon goût. Les Chemins de Vadstena, dernière série de la collection Hanté désormais abandonnée, est une adaptation soigneuse de cette légende et, par conséquent, elle n'est pas des plus passionnantes non plus.

L'intrigue est bien racontée. Un décor un peu original de Suède, des personnages crédibles, un déroulement solide. Il n'y a pas de reproche à faire à la construction de cet album.

Le dessin lui aussi est de bon niveau. Le trait est maîtrisé, réalisé et fluide. La colorisation se démarque par une certaine personnalité. Elle mélange de drôles de couleurs, violets profonds, ocre, verts un peu fluos, et d'autres couleurs très informatiques. C'est surprenant et peut paraitre un peu rebutant au premier coup d'oeil. Mais j'y trouve une originalité qui ne manque pas d'un certain charme.

J'ai été diverti pendant le temps de ma lecture mais je n'en retire rien. C'est une histoire que je connaissais déjà, qui ne me passionne pas et dont je trouve l'adaptation en BD d'un intérêt très limité.

Nom série  Paradis Perdu - Psaume 2  posté le 29/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce Psaume 2 n'est pas la suite directe de Paradis Perdu. Il se présente dans le même décor de Terre infiltrée d'anges, de démons et de conflits entre Paradis et Enfer, dans un contexte qui est la résultante des évènements de la série originelle, mais avec une intrigue et des personnages complètement nouveaux. Il est question cette fois d'un ange déchu en possession de la carte du nouvel Eden, poursuivi par des anges exterminateurs et par les forces de l'Enfer, mais aidé aussi par des humains dont certains savent très bien se défendre dans cette guerre céleste.

Beaucoup d'action, une ambiance très hollywoodienne, un background ésotérique-action avec des combats à coups de flingues et de pouvoirs magiques, on n'est pas très dépaysé des oeuvres courantes des éditions Soleil.
Le récit est cependant bien construit et assez prenant. Certes il n'échappe pas aux facilités scénaristiques du genre (les renforts qui arrivent pile au bon moment, l'ange déchu qui est en possession de ce que tout le monde recherche depuis des années et n'a toujours pas réussi à s'en servir alors qu'on sent bien qu'il va réussir rapidement maintenant que la bande dessinée commence, des humains qui éliminent un peu facilement des créatures tels que des anges, etc...) mais le divertissement est assez bon.

Le dessin aussi est de bon niveau. Brice Cossu excelle dans les personnages, dans un style au confluent de la BD européenne, du comics et du manga réaliste. Couleurs et décors ne sont pas en reste. C'est du bon boulot.

C'est donc une bonne série de divertissement à base de flingues et de fantastique, d'anges et de démons. Pas très original mais bien foutu.

Nom série  Les Cauchemars de Terram  posté le 29/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une histoire de possession démoniaque, de malédiction familiale, d'un fils puis sa mère qui se retrouvent plongés dans le coma et du père qui découvre qu'ils sont prisonniers de l'influence de la démoniaque Lilith.

L'intrigue n'est pas très originale, mais elle est bien menée. La narration présente quelques originalités mais elle se révèle efficace, donnant l'impression d'être légère et rapidement lue tout en apportant finalement pas mal d'informations en un seul tome.

Le dessinateur est doté d'un sacré coup de patte. Son trait est très maîtrisé et offre des visages de personnages réussis. Le style mélange les influences, européennes, comics mais aussi un peu manga réaliste par moment. C'est un véritable dessinateur et on sent qu'il se fait en outre plaisir en réalisant ses planches. Seul l'encrage proche du crayonné me rebute un petit peu mais il s'agit d'une question de goût personnel.

Au final, même si le scénario n'est pas des plus étonnants, j'ai lu cette bande dessinée avec intérêt, intrigué par les quelques mystères qu'elle présente. Mais comme toujours avec les éditions Soleil, j'attendrais d'être certain de la parution d'un tome 2 avant de conseiller l'achat de la série.

Nom série  Les Seigneurs de Cornwall  posté le 28/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les Seigneurs de Cornwall est un récit médiéval-fantastique dans la lignée des mythes Arthuriens. Il prend place durant le règne d'Arthur Pendragon. Tandis que les armées de ce dernier combattent pictes et scots au nord de la Grande-Bretagne, le roi d'Irlande décide d'envahir la Cornouailles. Celle-ci est en infériorité numérique mais compte parmi ses défenseurs un puissant druide guerrier du nom de Rivalen. Cependant, la fourbe fée Gloredell a décidé de mettre son poids dans la balance au profit des armées d'invasion. Sa victoire et sa prise de pouvoir va mettre à mal la vie du jeune Tristan, fils de Rivalen, qui va devoir fuir et espérer un jour sa revanche.

Ce récit médiéval fantastique teinté de celtisme n'est pas très original dans sa trame de base. Il est cependant raconté de bonne manière, redonnant vie à un décor arthurien assez réussi. On suit agréablement les confrontations de puissances entre les différents protagonistes et le destin de fuite puis de vengeance du jeune Tristan et de son frère semble bien tracé.
Je suis un peu déçu par quelques petites facilités scénaristiques, des fomoires qui tiennent un peu trop des uruk-hai du film le Seigneur des Anneaux et une utilisation peu respectueuse de dragons alors que, dans le mythe arthurien, ces derniers sont nettement plus nobles et craints, presque divinisés. Mais je passe outre et laisse le champ libre au divertissement.

Le dessin en lui-même est assez moyen. Le trait est hésitant, l'encrage proche du crayonné. Mais une colorisation de talent permet de passer outre et de garantir aux planches un aspect de belle tenue. Grossièrement parlant : vu de loin, c'est beau. Vu de près, il ne faut pas être trop regardant.

En définitive, j'ai plutôt apprécié ma lecture et je pense lire la suite. Néanmoins, comme je ne fais plus confiance aux éditions Soleil pour fournir la suite de leurs jeunes séries, j'attendrais de m'assurer qu'un second tome parait pour de bon et d'en voir le niveau avant d'en conseiller l'achat.

Nom série  Le Procès  posté le 28/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
De Kafka, je crois n'avoir lu que la Métamorphose finalement. C'est donc par le biais de cette BD que j'ai découvert le Procès. Mais ça ne m'a pas donné envie de lire le livre.

D'emblée, on est plongé dans l'ambiance absurde qui fait la renommée de l'oeuvre Kafkaïenne. Une arrestation ubuesque au saut du lit, un procès sans fondement, des personnages aux comportements irrationnels. L'interprétant personnellement, je vois dans ce récit une mise en scène de la façon dont les hommes peuvent s'auto-culpabiliser, se miner l'esprit et la vie, chercher à se défendre contre des situations qui sont davantage des créations de leur esprit ou de la société qu'ils se créent plutôt que la réalité.

J'ai cependant trouvé ce récit trop décousu pour être happé par son ambiance.
Le dessin non plus ne m'a pas enthousiasmé. Il est trop épuré, trop simplifié pour que son esthétique se suffise à elle-même à mon goût.
Je n'ai pas été transporté et je suis resté à la porte de ce récit absurde dont je n'ai même pas eu l'envie de tenter de décrypter la fin probablement symbolique.
Je suis amateur de récits absurdes et dans le domaine, j'en ai lu bien davantage de meilleurs, de plus originaux et de mieux mis en scène. Comme d'autres, cette BD m'a d'ailleurs fait penser à Julius Corentin Acquefacques qui, s'il rend évidemment hommage à Kafka lui aussi, m'a incomparablement plus convaincu.

Nom série  Dol  posté le 27/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Qu'il est pénible de lire un aussi gros tract politique. Car la grosse majorité de cet album n'est vraiment rien d'autre que ce qu'on distribue à l'entrée des entreprises ou lors de manifestations, avec des prises de position, des argumentations avec des chiffres à l'appui, des interviews et citations de personnes choisies, le tout construit pour assener avec force un message politique sans alternative possible. Et comme tout tract politique, il ne souffre aucune contestation alors même qu'il occulte volontairement tout avis contraire et qu'il utilise les chiffres comme ça l'arrange.

J'ai été déçu dès les premières pages par les gros sabots utilisés par l'auteur pour appuyer son argumentation, mettant immédiatement en balance la situation politique actuelle et le fait que pendant ce temps là des enfants meurent dans le monde. Moi qui sortais du visionnage fort dénonciateur du film "99 francs", j'ai eu l'impression, en comparaison, d'être au niveau zéro de la finesse de mise en scène.

Quand le message est juste et puissant, nul besoin de mise en scène me direz-vous ? Sauf que là j'ai été tout sauf convaincu par la majorité des déclarations de l'auteur. Des chiffres sont assenés comme preuves irréfutables, des pourcentages à n'en plus finir, mais les chiffres, on les tourne comme on veut (surtout quand on ne sait pas d'où ils sortent), les experts à interviewer on les choisit comme on veut (rien de tel qu'un expert vice-président d'Attac pour avoir un discours parfaitement objectif) et certaines affirmations péremptoires me font franchement douter (comme quoi le travail est moins taxé en France qu'en Angleterre par exemple). A cela s'ajoute une narration qui se répète trop souvent, comme pour bien marteler son propos.

Du coup, outre le fait que j'ai décroché de nombreuses fois face à l'ennui de ces pourcentages à foison et de ces phrases répétées, j'ai également été agacé par la vision à sens unique d'une grande partie des propos. Patronat = salauds, Politiciens = vendus, Etat = Police, le peuple (entendez ici les vrais pauvres de France, travailleurs à la Fnac, McDo et artistes Rmistes, pas l'égoïste classe moyenne qui a voté Chirac ou Sarkozy) aura votre peau !

Et puis quel intérêt de mettre un tel argumentaire en BD de cette manière ? Les images utilisées ici n'y apportent rien. On voit soit simplement les visages des personnes interrogées qui font leur discours, soit des images analogiques pas très convaincantes, de gentille Alliance Rebelle contre l'Empire de Star Wars, ou encore de pauvres enfants dans la rue.

Dans cette pénible lecture, il y a quand même certains chapitres qui m'ont un peu intéressé. Celui où est expliqué comment depuis 1979 le capitalisme industriel s'est transformé en capitalisme financier. Avec la crise actuelle, c'est d'autant plus parlant. Et comme l'auteur et les experts qu'il interviewe, je voue une haine assez farouche envers les financiers qui jouent sur les transferts d'argent et le profit immédiat au détriment de la population mondiale et de la santé même des entreprises qu'ils sont sensés gérer. Mais je vois vraiment mal en quoi augmenter les taxes salariales aiderait à les contrer. La solution pour moi viendrait plutôt soit d'une prise en main totale des entreprises (nationalisation ou règlementation autoritaire), soit carrément d'un retour à des droits de douane très élevés pour les transferts financiers ou matériels. Les taxes locales, elles, ne feront qu'accélérer le départ de l'argent et du travail vers l'étranger. Car le monde n'est pas prêt d'être tout rose, tout le monde main dans la main pour que la France retrouve sa douceur de vivre d'antan.

Le chapitre sur la façon dont Sarkozy a accaparé les médias depuis son arrivée au ministère de l'intérieur est aussi intéressant, même s'il s'agit plus d'un constat que d'une explication de comment il a fait. Les paroles du journaliste de France Info sont cependant assez parlantes sur la façon dont les médias se focalisent, comme un mouvement de foule, sans pouvoir s'en empêcher sur certains sujets au détriment d'autres.

Et puis j'ai trouvé assez ironique le premier chapitre qui hurle au loup concernant les actions de Jean-Pierre Raffarin quand on sait que c'est Sarkozy qui a été élu quelques années après. C'est comme si l'auteur était effaré par l'horreur des actions du premier et du coup j'imagine comment il a dû être estomaqué quand est arrivé le second. D'ailleurs, la réédition de cet album ajoute un prologue qui parle de l'élection de Sarkozy. Prologue que j'ai trouvé moins virulent que le début de l'ouvrage, étonnamment...

Quoiqu'il en soit, j'ai appris bien peu de choses à la lecture de ce gros pavé et à l'inverse, j'ai trouvé la lecture pénible, avec une abondance de chiffres auxquels je n'arrive pas à faire confiance tant on peut leur faire dire ce que l'on veut, d'interviews de personnes trop choisies pour que j'y voie une vision totalement globale du sujet, et le tout raconté de manière ennuyeuse et peu convaincante.

Nom série  Femmes envoûtées  posté le 26/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je croyais trouver en cet album une oeuvre semblable aux 110 Pilules du même auteur qui m'avait plu, mais je suis déçu. Femmes envoûtées n'est qu'un petit recueil de légendes chinoises assez fades et pas très bien racontées.

S'il s'agit d'histoires sensées avoir lieu en Chine, et les noms des personnages, lieux et ethnies ne laissent aucun doute là-dessus, Magnus a fait le choix de représenter l'ensemble sous des traits européens rappelant l'époque Florentine ou le 15e siècle des Lansquenets. C'est assez original même si je n'en vois guère l'intérêt vis-à-vis de l'histoire.
Cela permet cependant à l'auteur de nous offrir de beaux décors et de beaux costumes à moitié d'époque à moitié imaginaires. En cela, j'ai été heureux de retrouver la beauté du graphisme de Magnus.
Je regrette cependant qu'il manque ici un peu de clarté. Nombre de planches sont assez obscures, difficilement compréhensibles. Je leur préfère le trait épuré et contrasté des 110 Pilules.

Quant aux légendes en elles-mêmes, elles ne sont pas captivantes. Beaucoup s'étalent en longueur, changeant de donne ou de décor au fur et à mesure en perdant un peu le lecteur, manquant de rythme et n'arrivant pas à faire ressortir une trame unique, une morale précise. Il se passe plein de péripéties mais cela ressort plus ennuyeux qu'autre chose. Le soupçon d'érotisme disséminé par-ci par-là n'ajoute rien à l'affaire.
Deux ou trois contes m'ont un peu intéressé mais ils ne m'ont vraiment pas marqué ni par leur originalité ni par leur force évocatrice.

Nom série  Courtney Crumrin  posté le 11/05/2005 (dernière MAJ le 25/07/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ayant acheté les 2 premiers tomes, j'ai lu le premier avec plaisir et j'ai encore plus apprécié le second pour finir sur une véritable impression de série très sympa, fraîche et réussie.

Déjà j'aime bien le dessin. Oh, je ne le trouve pas exceptionnellement beau ou impressionnant mais il est très agréable à lire et à regarder.

Ensuite, ce sont le décor et les scénarios qui sont sympas. Pour donner des éléments de comparaison, je trouve que la série Courtney Crumrin se situe à mi-chemin entre Isabelle (pour le côté petite fille qui se retrouve dans un univers mêlant réalité de tous les jours, magie et créatures surnaturels pas si méchantes que ça) et Hellboy (pour le côté plus sombre, cynique et l'ambiance toute particulière). On a également droit à partir du tome 2 à une petite touche de Harry Potter (avec l'assemblée des sorciers).
Mais attention, il n'y a aucune mièvrerie dans Courtney Crumrin : cette petite fille là se fout de voir un copain un peu ringard se faire bouffer par un gobelin, n'hésite pas à faire tuer la perfide qui se sert d'elle comme souffre-douleur, invoque un monstre mort-vivant pour tuer un puissant sorcier, etc... Et pourtant, à côté de ça, Courtney est tout ce qu'il y a de plus attachante, mignonne, ronchonne, intelligente, sympathique. C'est donc une série oscillant entre le blanc et le noir et en cela c'est tout autant agréable qu'original.
Et par dessus les récits de magie et de surnaturel, il se forge également une réflexion juste et intelligente sur l'adolescence, l'acceptation par les autres, le repli sur soi, la sociabilité ou la misanthropie. Bref, un second niveau de lecture par delà les simples actions qui ajoute à la profondeur du récit.

Très sympa.

Addendum :
Je précise que j'ai continué à acheter les tomes suivants, que le tome 3 est très bien, le tome 4 un peu moins, mais que j'aime toujours autant la série.

Nom série  Mormol  posté le 25/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album fut pour moi une lecture amusante et divertissante.

Le dessin fait penser à certains récits illustrés pour la jeunesse. Tout rond, tout naïf, sans perspective. Cela contraste de manière originale avec un récit plutôt adulte et un humour pince-sans-rire.

L'histoire est un peu étonnante au départ car on ne sait pas trop où ça va nous mener. Les péripéties se suivent et finissent par former un tout bien sympathique. Le personnage principal, sorte de Mr Hulot qui débarque dans une ville pas très amicale, finit par devenir attachant et son "pouvoir surnaturel" est assez drôle parfois.

Un album qui fait passer un agréable moment.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 280 281 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque