Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5460 avis et 2074 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Alpha... directions  posté le 19/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
J'avais beaucoup d'appréhension avant d'acheter ce gros pavé. L'album était certes très beau et attirant, son concept original et ambitieux, mais... N'allait-il pas être trop hermétique avec des planches presque muettes où des images encyclopédiques se mêlent à des figures abstraites issues de la religion ou de différentes cultures humaines ? Ou bien n'allait-il pas être trop encyclopédique ? Et qu'est-ce que l'auteur allait bien pouvoir raconter d'intéressant durant ces milliards d'années séparant le Big Bang de l'avènement des dinosaures ? En outre, étant moi-même déjà relativement bien informé sur les origines de la Terre, de la vie et de l'évolution naturelle, allais-je y trouver quelque chose de neuf et de captivant ?
Mes craintes ont été balayées au bout de quelques pages.

D'emblée, c'est beau !
Tout fonctionne pour faire de cet album une belle oeuvre. La splendide couverture cartonnée, le papier solide, la reliure verte, l'intelligente structure en chapitres colorés, le trait épais et clair de l'auteur, ses représentations d'époque soignées, l'iconographie qui les accompagne et la façon dont l'ensemble s'agence.
Jens Harder est très doué pour représenter les créatures de la préhistoire et d'avant. Animaux, végétaux et décors naturels sont excellents. J'ai une légère crainte cependant sur sa représentation des êtres humains qui n'est pas idéale pour ce premier tome et risquerait d'impacter la beauté des tomes à venir qui porteront spécifiquement sur l'Homme, ses civilisations puis son avenir.

Et ensuite, c'est à la fois passionnant et hyper-instructif !
D'une manière très pédagogique, l'auteur nous fait suivre les évolutions de l'univers, du système solaire, de la Terre puis du règne animal sur quatorze milliards d'années.
Son utilisation d'une iconographie reliée aux évènements décrits est le plus souvent fort-à-propos, évocatrice et parfois même assez humoristique. Elle donne en tout cas sa force, son originalité et son côté plaisant à cette oeuvre, l'éloignant des encyclopédies autrement rébarbatives.
C'est avec respect que j'ai redécouvert à quel point la Nature avait bien fait les choses. C'est assez incroyable de voir comment les lois de la Physique, puis du magnétisme, de l'électricité, de la chimie, de la photosynthèse et tant d'autres ont peu à peu, sur des milliards puis des millions d'années, amené l'univers à exister puis la Terre à devenir le berceau de la vie et de l'Homme.
C'est également impressionnant de découvrir la petitesse du temps de l'être humain sur Terre, à quel point le temps des dinosaures eux-mêmes n'a été qu'une infime portion de la chaine de l'évolution animale, et combien d'ères les ont précédés avec des créatures aussi étonnantes que variées et souvent effrayantes.

Je n'ai que de faibles regrets.
Le premier tient à la culture étendue qu'il faut pour reconnaître chaque représentation de l'iconographie utilisée par l'auteur. Nombre d'illustrations religieuses et culturelles m'ont échappé et c'est avec regret que je n'ai donc pas pu faire le lien entre elles et le récit en lui-même.
Le second tient à l'aspect titanesque de la tâche et des éons représentés ici. J'en suis venu à m'y perdre dans tous les noms de races et d'espèces évoqués. Il faut garder l'esprit éveillé pour s'y retrouver et de multiples lectures de l'oeuvre risquent de s'imposer pour celui qui veut vraiment y parfaire son érudition. Et pour une première lecture, il vaut mieux y aller par étape.
Le dernier regret tient cette fois à la façon dont les planches et la narration sont structurées, mélangeant des images "d'époque" avec d'autres images plus évocatrices ou de quelques temps avant ou après. C'est le plus souvent parfaitement amené et judicieux. Mais il m'est arrivé quelques fois de me demander si oui ou non telle image de créature était celle vivant à cette époque là ou bien un de ses descendants à venir plus tard ou une simple illustration issue de l'iconographie et donc non "réelle". Sur toute l'époque de la fin du Paléozoïque, à partir de l'Ordovicien notamment, je n'ai plus tellement réussi à "visualiser" les créatures peuplant terres et mers car les millions d'années, les évolutions et les images fantasmées se mélangeaient dans les images présentées dans ces planches.

Mais il s'agit là de reproches de très faible importance. Ils expliquent seulement le fait que j'ai un peu hésité avant de classer ce premier tome parmi mes oeuvres cultes. Cependant, si les 2 tomes suivants sont du même acabit, s'ils sont aussi profonds, pédagogiques et instructifs, le doute n'existera plus pour moi.
Je suis vraiment très curieux de voir comment Jens Harder représentera l'évolution des civilisations humaines dans Bêta...Civilisations et encore plus curieux de voir la teneur de ce qu'il imaginera pour l'avenir dans Gamma...Visions.

Nom série  Sawako  posté le 19/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Sachant que je n'aime guère les shojos et comme dès le départ je n'ai pas accroché à la lecture de celui-ci, j'ai tenté de le lire aussi objectivement que possible. Puisqu'il est sensé s'adresser et pouvoir plaire aux jeunes filles en fleur, j'ai cherché à en extraire ce qui pourrait attiser mes passions féminines et adolescentes... Mais ce fut un échec complet.

Graphiquement, c'est une vraie caricature de shojo. Mise en page éclatée, textes de dialogues et de pensées fourmillant à tout bout de pages, décors vides ou symboliques, personnages difficiles à différencier, visages déformés en quasi permanence (ce serait bête de se fatiguer à dessiner soigneusement)... Ce n'est donc pas du côté de l'esthétique que j'allais y trouver un intérêt.
Qui plus est, la narration est mauvaise. Une bulle de dialogue entamée d'un côté trouve sa fin quatre bulles plus loin, entrecoupées de plein d'autres textes parasites. D'autres bulles semblent inversées par rapport au sens de lecture normal. La narration est décousue. La lecture n'a aucune fluidité. C'est pénible à lire.

Mais surtout, il n'y a pas de scénario. Ou plutôt si, un scénario d'une ligne qui est délayée sur 2 tomes pour le moment et rien n'indique que ça change par la suite.
J'ai trouvé ça effarant. Au bout d'une centaine de pages, réalisant qu'il ne se passait rien, j'ai voulu feuilleter un peu plus loin : j'ai retrouvé quasiment la même situation, les mêmes dialogues. Plus loin encore : pareil. Plus loin : pareil. Et cela de bout en bout des 2 tomes que j'avais.
C'est un affreux succédannée de télé-novelas pour adolescentes où toute l'intrigue tourne autour de rumeurs collégiennes qui affecteraient l'héroïne et ceux qui la côtoient, de quiproquos idiots, de questionnements débiles. Les personnages passent la totalité de leur temps à se poser les questions suivantes : "m'apprécie-t-elle ?", "est-ce vrai ce qu'on dit sur elle ?", "pourquoi a-t-elle dit ça ?", "l'a-t-elle vraiment dit ?", "peut-on se faire confiance ?", "pourquoi pourquoi oh pourquoi ay ay ma mère que la vie est dure !...".
Illisible et irritant de vide.

Nom série  Les Fils d'Octobre  posté le 17/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dans la foulée du succès d'Une Jeunesse soviétique, l'auteur a pu se rendre une année en France, à Angoulême, pour parfaire sa technique en matière de bande dessinée. Cela lui a permis de revenir sur son récit initial pour approfondir sa description de la Russie moderne par le biais d'un nouvel album, cette fois un peu plus maîtrisé techniquement parlant.

Cela se ressent dès la première planche au niveau du dessin qui dispose cette fois d'un encrage, léger certes mais qui a le mérite d'exister contrairement au premier album. Le dessin s'en révèle plus clair et je le préfère ainsi. Les visages sont toujours assez médiocres mais moins laids que dans Une Jeunesse soviétique. Quant aux paysages, ce sont eux que je préfère dans le dessin de Maslov, notamment les arbres, les forêts et les villages sibériens. Certains décors sont vraiment beaux et envoutants.

J'ai par contre été déstabilisé par le récit. Le premier chapitre met visiblement en scène l'auteur lui-même qui revient au village qu'il décrivait dans Une Jeunesse soviétique. Je croyais donc que cet album serait de nouveau une histoire unique et autobiographique.
Je fus donc un peu perdu quand je n'ai plus trop su qui étaient les protagonistes du second chapitre puis plus du tout ceux des chapitres suivants.
Je n'avais pas compris qu'ils s'agissaient d'histoires courtes, indépendantes, mettant en scène des personnages différents issus de nombreux milieux. Toutes offrent une vue nouvelle de ce que sont devenus la Russie et ses habitants de nos jours.
Mais le manque de lien entre chaque saynète et le fait que la majorité d'entre elles soient trop courtes pour développer suffisamment leur propos m'a un peu déçu. Je n'ai pas été autant touché par cet album que par Une Jeunesse soviétique.
A part le fait qu'encore maintenant, la vodka et l'abandon dans l'alcool semblent être les maîtres mots de la décadence de l'ancien empire soviétique, je n'ai pas su apprendre beaucoup de choses nouvelles dans cette lecture.

Nom série  Une Jeunesse soviétique  posté le 17/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un témoignage vraiment intéressant pour savoir à quoi ressemblait la vraie vie pour un jeune russe dans les années 70, derrière le rideau de fer. C'est assez édifiant et très instructif.

D'emblée le personnage principal, auteur de la BD, est rendu attachant. Instruit et sensible malgré sa jeunesse passée dans un village perdue au fin fond de la Sibérie, il est amateur d'art et de la France. Et c'est cela qui rendra d'autant plus frappant le contraste entre sa vision posée des choses et l'union soviétique en pleine décrépitude qu'il décrit.
Autour de lui, le désespoir et le vide psychologique est tel qu'il n'y a plus qu'une échappatoire : la vodka, la dissolution de l'esprit dans l'alcool. Ce sont des beuveries en permanence, agrémentées de quelques bagarres et de drames. C'en est à la fois pitoyable et effrayant. On a l'impression que tous les hommes russes de cette époque ne sont que des braillards brutaux à la cervelle noyée dans l'alcool. On en viendrait à vouloir venir en aide à ce peuple matraqué par un gouvernement déshumanisé qui nivelle tout le monde par le bas. Et en même temps, on se rend compte au cours d'une simple conversation que le désespoir est tel chez la majorité d'entre ces hommes qu'ils auraient pu fondre sur l'Europe de l'Ouest et massacrer tous ses habitants par simple dépit, pour rigoler un peu. Ca en fait froid dans le dos.
Et en même temps, avec le narrateur, on en vient à éprouver de la tendresse pour son pays, pour la grandeur qu'il a perdu, pour les quelques hommes bons et les esprits fins qui y vivent encore (mais qui n'ont pour la plupart qu'un désir à l'époque, quitter la Russie pour aller en Amérique ou en France comme l'auteur).

La narration est simple mais pleine de sincérité. On sent qu'il s'agit d'un premier album mais qu'il a été réalisé avec le coeur et malgré tout une assez bonne technique.
Le dessin m'a un peu rebuté au départ car il n'est pas encré. C'est un simple dessin au crayon, un peu amateur dans son rendu. En outre, les visages sont souvent laids, notamment les bouches ouvertes aux dents anguleuses. Mais par contre, les décors sont très réussis. Les paysages sibériens sont envoutants. Et inversement, l'auteur rend avec justesse et pitié les autres lieux de Russie, plus proches de la décharge à ciel ouvert que des étendues naturelles qu'on pourrait imaginer.

Instructif, sincère, je regrette un léger manque d'impact dans ce récit qui est encore un petit peu débutant et dans ce dessin qui n'a pas encore toute la technique qu'il mérite. Mais les amateurs d'Histoire et de la Russie à l'époque soviétique y trouveront véritablement leur compte.

Nom série  Fats Waller  posté le 17/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Attiré par les couvertures de cette série, j'ai trouvé le graphisme de ses planches assez original. Il semble mélanger les genres. Des décors soignés, des personnages un peu naïfs et des couleurs peintes. J'aime beaucoup l'esthétique très légèrement "art nouveau" de l'ensemble qui rappelle l'époque de son récit. J'aime aussi beaucoup le choix des couleurs.
Je suis par contre déçu par les personnages assez raides et les visages pas très jolis.

Quant au récit, il a le mérite d'atteindre son but : il m'a permis de m'intéresser à ce personnage de Fats Waller que je ne connaissais que de nom. Les auteurs en sont visiblement de grands fans et ils ont réussi à insuffler en moi le désir d'en apprendre plus sur lui et sur sa musique. Dès que j'en aurais l'occasion...
Cependant, la narration est trop décousue pour moi. Les scènes s'enchainent sans que je parvienne à m'en imprégner. Les personnages et les lieux se suivent sans que je m'y intéresse. C'est comme si le scénariste avait pioché divers moments dans l'autobiographie d'un homme et de personnages liés à lui par sa musique et les avaient mis à plat devant nos yeux, sans assez de liant pour en faire un véritable récit.
Je ne garderai donc pas de souvenir de cette lecture, je le crains.

Nom série  Cats  posté le 17/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Avis aux amateurs de chats, gaga de leur(s) félin(s) cro-mignon, cro-rigolo, cro-beau, ce manhwa est fait pour vous. En effet, l'auteur semble nous y présenter son petit animal de compagnie et nous raconter comment il passe sa vie dans son petit appartement.
Il présente les choses ainsi : "souvent les chats font ça", "généralement un chat fera ça", "c'est rigolo un chat parce que ça fait ça", etc... Mais au final, il le dit lui-même, la vie d'un chat, ça se résume bien souvent à bouffer, chier et roupiller. Du coup, cette bande dessinée est passionnante...

Techniquement, maintenant, le dessin est plutôt bon, même si les décors sont assez froids. Les chats, éléments essentiels, sont réussis mais un peu figés.
La narration, par contre, n'est pas très maîtrisée, certaines scènes manquant un peu de clarté.
Quant à l'humour, il ne passe pas du tout pour moi.

Ce manhwa me rappelle un peu Niumao dont il partage la thématique, mais malgré un dessin plus fin et maîtrisé, il n'a pas la même fraicheur et la même bonne humeur que le chat chinois.
En clair, je me suis ennuyé... Il faut vraiment être gaga des chats pour y trouver son bonheur, et éventuellement sourire de trouver chez le chat de Kang des comportements de votre propre chat.

Nom série  Bienvenue à Boboland  posté le 17/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je partage avec les auteurs et sans doute une large majorité du public un rejet pour ce qu'il a été défini d'appeler récemment les "bobos", où le bourgeois bohème a plutôt pris la place du snobinard égocentrique, m'as-tu-vu et hypocrite. Et je dois avouer que les attaques contre ces derniers sont plutôt réussies et bien vues dans les premières pages de cet album. Ce n'est pas hilarant mais la critique est assez juste. Et c'et vrai qu'il y a beaucoup de reproches à leur faire, à ces bobos, aussi divers que proches d'un moule mental commun.

Malheureusement, au bout d'un certain nombre de planches, le sujet finit par être assez exploité par les auteurs et les gags deviennent un peu répétitifs, moins percutants. J'en suis même venu à m'ennuyer légèrement sur les dernières pages, trouvant que cela manquait de renouvellement.

De ce fait, même si je trouve l'ensemble pas si mal, je n'en conseille pas l'achat.

Nom série  Mlle Irma  posté le 15/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
J'avais lu quelques planches de Mlle Irma dans le magazine Fluide Glacial il y a une dizaine d'années. J'en gardais le souvenir de gags pas très drôles mais d'un dessin frais et dynamique et d'une héroïne sexy.
Je l'ai redécouverte par le biais de cet album qui vient de sortir et, là, ça ne passe plus du tout.

Certes le dessin (l'auteur est le dessinateur de Marlysa) est pêchu, vivant et coloré. Mais il est empreint de nombreux défauts dont les plus désolants sont ceux de l'anatomie de l'héroïne alors même qu'elle est souvent dénudée et sensée être très attirante. Mais ce sont surtout les visages criards, grimaçants et agaçants des personnages qui m'horripilent dans ce dessin, de même que l'aspect fouillis des planches. Ce n'est pas agréable à lire et ça manque clairement de fluidité.

Le pire est hélas l'humour. Ce n'est absolument pas drôle, du tout. Le ton est à la rigolade clownesque, des gags téléphonés et lourdingues, qui se paient en plus le luxe d'être répétitifs. C'est pénible, désespérant. Il n'y a même pas de touche d'érotisme soft valable pour tenter de rattraper un peu le tout. C'est aussi artificiel et navrant qu'une poupée gonflable doté d'une boite à rire grinçante.
Il y avait certes du matériel tout disponible suite à la publication chez Fluide mais Soleil aura pu sincèrement se passer d'en faire un album.

Nom série  Et paf ! Un an de plus en pleine figure !  posté le 15/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Prenez garde si vous êtes aux environs de la trentaine et que vous êtes du genre à fêter votre anniversaire une fois par an car vous risquez bien de vous faire offrir cette BD par quelqu'un qui n'aura pas de meilleure idée pour vous ! Car "c'est l'album idéal pour offrir" ! Hu hu !
...
Dans la grande foulée de ses nombreux albums humoristiques "à thème", Jim a fait beaucoup de médiocrités mais a aussi su pondre quelques gags de bon niveau, avec des idées et des personnages pas mauvais. Mais ce n'est vraiment pas le cas ici, à mes yeux.

Ca ne se fait pas de dire qu'un dessin de bande dessinée est bâclé (car il y a toujours du travail, de la sincérité, derrière, etc...). Alors pour être objectif, je dirais que celui de cet album est épuré, simplifié, les décors majoritairement vides, les personnages laids, les cadrages sans imagination, les couleurs moches... mince, je redeviens subjectif.
Cela ne serait pas grave si l'humour était au rendez-vous. Mais dès les premières pages, je me suis ennuyé. Les planches sont bavardes, les gags lourds, les personnages antipathiques tant ils m'ont parus artificiels et outrés, les situations poussives... Sur l'ensemble, j'ai quand même trouvé 2 ou 3 moments qui m'ont un peu fait sourire, mais noyés dans une accumulation de mauvaises tentatives de drôlerie. Ma lecture fut pénible et je me suis très rapidement mis à feuilleter l'album pour voir où voulait en venir cette histoire unique, puisque pour une fois Jim ne fait pas une suite de gags pour ce type d'album. Mais elle ne mène vraiment pas loin, ne me parle strictement pas (et pourtant j'entame ma trentaine moi aussi) et je me serais largement passé de sa lecture, alors ne parlons même pas de son achat.

Nom série  XIII mystery  posté le 15/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne suis pas fan de XIII dont je n'ai d'ailleurs pas eu l'envie d'atteindre la fin et où j'avais fini par me perdre dans les identités nouvelles et diverses du héros. C'est donc avec une part de curiosité mais avec peu d'entrain que j'ai été amené à lire le premier tome de cette série spin-off collective qui s'entame.

Le personnage de La Mangouste était loin de m'avoir passionné dans la série originelle. Plat, caricatural, je voyais assez mal quoi tirer d'un récit qui lui serait dédié.
Mais je dois avouer que Xavier Dorison (Le Troisième Testament,...) s'en est très bien sorti et a su lui donner une véritable âme et une histoire intéressante.
Qui plus est, j'aime le dessin de Ralph Meyer (Des lendemains sans nuage, Berceuse assassine,...) et il offre ici des planches belles et très agréables à lire.
J'ai donc trouvé réussi ce premier tome de XIII mystery. Le récit est bon, rythmé, prenant. On en vient vraiment à s'attacher au personnage de La Mangouste, pourtant si détestable dans XIII. Il y a certes quelques facilités, comme la façon dont le personnage réussit en quelques mois d'apprentissage (certes très intensif) à devenir un as dans tous les domaines, et à maîtriser aussi bien le combat que la psychologie, l'érudition dans toutes les technologies et tout ce qu'il faut pour en faire un vrai super-héros de l'assassinat. Mais comme l'ensemble est agréable à lire, on ne s'en formalise pas.

Si j'avais été fan de XIII, j'aurais probablement été ravi de cette série qui lui rend un bel hommage et approfondit ses personnages. Comme je n'en suis pas un, je me contente d'avoir trouvé ma lecture plaisante et de trouver l'ensemble de bon niveau.

Nom série  Kim  posté le 14/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime beaucoup les récits de voyages dans le temps, ou plutôt de transmissions dans le temps comme c'est le cas ici. Et je suis plutôt satisfait par la façon relativement crédible dont le sujet est traité ici.
Bon, il faut passer outre quelques points qui me laissent assez dubitatif : comme pourquoi les impacts des actions venues du futur semblent n'affecter les personnages que pile au moment où les gens du futur observent ces derniers (chrono-synchronicité ?), ou pourquoi seul l'acteur du passé est impacté et pas tous les autres personnages dont le futur est pourtant également plus ou moins sensiblement modifié, ou plein d'autres paradoxes possibles.
Et pourtant, les auteurs y ont pensé aux paradoxes, ils en ont même fait le moteur de leur intrigue qui semble être une suite de combats contre les paradoxes et de rebondissements.

A tel point que cela en devient un peu flou et complexe à un moment donné.
J'ai commencé à me sentir un peu largué vers la moitié du second tome. Oh, pas complètement largué mais juste assez pour me dire qu'il y avait peut-être un petit peu trop de rebondissements et de remises en cause et qu'un peu plus de fluidité et d'épure n'aurait pas nui à une meilleure intrigue.

Malgré ces légers reproches, j'ai été plutôt bien accroché par le récit et j'ai pris plaisir à le lire. Le dessin est bon, le scénario bien réfléchi. Je lirais la suite avec intérêt.

Nom série  Le Réveil du Zelphire  posté le 14/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour un auteur dont c'est le premier album, c'est un bon début. Le Réveil du Zelphire mélange un peu tous les genres, du franco-belge pour l'ambiance et les couleurs, du manga pour une partie du dessin, des personnages et le décor, du comics pour le récit à base de pouvoirs fantastiques.

Le scénario se rapproche de celui de nombreux comics où une équipe de personnages dotés de super-pouvoirs divers se découvrent et se regroupent pour affronter l'adversité, le premier venant à l'esprit étant les X-Men mais c'est loin d'être le seul.
Là où l'auteur va chercher de l'originalité, c'est dans son décor imaginaire, un univers un peu steampunk, un peu fantasy. Ce type de background rappelle cette fois un peu plus certains shonen.

Le dessin est moderne et agréable. Il mélange lui aussi les genres.
Les couleurs sont bonnes mais je regrette quelques manques de contraste dans les scènes à l'ombre. C'est un des défauts de la colorisation informatique qui rend parfois certaines cases peu lisibles à contre-jour et oblige à trouver le bon angle pour bien les voir, ce qui au passage me fait à chaque fois un peu sortir du récit.

Au final, même si rien ne ressort de complètement innovant à mes yeux dans cette bande-dessinée, c'est un cocktail assez frais et plaisant à lire. Il y a quelques idées sympathiques et les personnages sont plutôt attachants. L'ensemble est peut-être un peu trop léger et le public cible trop adolescent à mon goût, ceci dit.
J'en attendais mieux, je l'avoue, à lire les avis ci-dessous, mais je ne regrette pas ma lecture.

Nom série  Paul à la pêche  posté le 13/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai davantage apprécié cet album que Paul en appartement, seul autre album de la série de fausses autobiographies de Rabagliati que j'ai lu. J'ai trouvé son récit plus structuré, plus maîtrisé. De même, le graphisme, toujours simple et dans un style me rappelant un peu Guy Delisle, est plus fluide et plus esthétique.

Pourtant, je n'ai pas été très captivé par la première moitié de ma lecture. Car à vrai dire, Paul à la pêche semble se scinder en deux récits successifs.
Le premier raconte un séjour de vacances au bord d'un lac où la principale activité ludique est la pêche. L'ambiance est très québécoise et c'est assez dépaysant et instructif pour un lecteur français. La pêche, le Québec, la chasse à l'ours, je n'y connais pas grand chose, j'ai donc été un peu circonspect. L'auteur en profite pour nous offrir une suite de digressions, de récits qui, à première vue parlent de tout et n'importe quoi, mais dont la thématique commune, à savoir la jeunesse et la paternité/maternité, prend son sens ensuite.
Car en effet, le décor et le rythme narratif change du tout au tout dans la seconde partie de l'album, pour parler presque soudainement des tentatives infructueuses de Paul et sa copine d'avoir un enfant. Le sujet devient donc vraiment la grossesse et ses difficultés. Et je dois avouer qu'en temps que père, certains moments m'ont assez touché et m'ont rendu triste pour les deux héros de l'histoire. Heureusement, tout est bien qui finit bien.

Je me suis légèrement ennuyé durant la première partie de cet album et j'ai davantage été accroché par la seconde partie. Je ne suis toujours pas un grand fan de Rabagliati mais c'est un album plaisant.

Nom série  Crache - Le dernier homme sur Terre  posté le 12/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La ressemblance avec Anita Bomba, du même scénariste, saute aux yeux. Les deux séries partagent en effet une ambiance un peu similaire mais aussi une mise en page, un dessin, des couleurs et un personnage principal très proches, presque calqués l'une sur l'autre. Mais j'ai moins accroché à Crache qu'à Anita Bomba.

La faute à différentes petites choses.
D'abord le dessin de Khéridine qui n'a pas vraiment la même classe et la maîtrise technique de Cromwell. Pourtant, les éléments de décor et les couleurs sont très proches. Mais le trait est moins vivant, moins assuré, les personnages ont des postures pas très naturelles et il y a tout un ensemble de choses qui me donnent un sentiment de manque de vie et de profondeur aux planches. Ceci étant dit, ce n'est pas laid et pas désagréable à lire. C'est juste que je ne suis pas séduit.
L'histoire ensuite manque un peu d'humour. Elle se prend légèrement au sérieux et j'y préfère la folie amusante d'Anita Bomba.
Mais l'essentiel de mes reproches vont à la façon dont l'intrigue part un peu dans tous les sens. S'y mêlent un monde post-apocalyptique, des mutants, des aliens, de la magie, des personnages sortis d'on ne sait où, parfois aidant le héros, parfois l'entravant ou étant dangereux. On ne sait jamais sur quel pied danser. Certaines armes traversent les adversaires sans les toucher, ou alors ces derniers ont-ils des pouvoirs magiques de défense ? Certains voient l'avenir ou semblent connaitre le destin du héros, mais pourquoi ? D'où leur vient ce savoir ? Et ce gamin extra-terrestre, c'est quoi son but, la raison de ses bizarres pouvoirs et son apparente immortalité ?
Dans un tel cas, j'essaie de me laisser porter par le récit sans trop me poser de questions mais je n'y ai pas vraiment réussi car la fin m'a encore plus embrouillé. J'ai vraiment eu l'impression de n'y rien comprendre, que l'auteur avait eu les idées de son scénario au fur et à mesure et que les choses ne s'imbriquent pas bien du tout ensemble.

C'est assez original, et comme j'aime l'ambiance et le graphisme d'Anita Bomba, j'ai assez bien aimé celle de Crache. Mais je n'ai pas été séduit par l'ensemble et j'ai bien l'impression qu'il n'y a pas grand chose à comprendre au scénario.

Nom série  Fantômes blancs  posté le 12/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai trouvé le scénario de cette BD un peu bizarre, brassant trop de thèmes ou de genres pour réussir à m'accrocher pour de bon.

J'aime bien les récits d'Appolo car ils rendent hommage à son île, la Réunion, et nous permettent de la découvrir de manière souvent assez originale. Ici, c'est l'île aux alentours de la fin 19e ou début 20e siècle que nous découvrons par le biais de deux hommes. L'un est fils d'un ancien colon-grand propriétaire, et l'autre descendant d'esclaves. Ils reviennent temporairement au pays après avoir étudié en France où la vie moderne et l'éducation les a presque mis sur un pied d'égalité sociale. C'est du coup intéressant de voir la vision du jeune héros dont les souvenirs d'enfance sont encore attachés à des relents d'esclavage, mais dont le mode de vie est désormais parfaitement occidentalisé et moderne. Appolo apprécie ce genre d'époque charnière dans ses récits, ces époques intéressantes où le monde prend un tournant et où le temps fait changer les gens.

Le dessin est tout aussi sympathique et m'a donné envie de me plonger dans la lecture.
Cette dernière est intéressante mais... trop dispersée à mon goût. On y croise en effet un contexte historique, une pseudo chasse au trésor, un fantôme de pirate, des hallucinations, la vision tourmentée d'un amour laissé en France, des essais d'aviation... Tout est mélangé de manière certes voulue mais déstabilisante à mon goût et ne me permettant pas d'apprécier l'histoire dans son ensemble. Je n'ai jamais trop su sur quel pied danser et à quel fil rouge m'attacher pour de bon.
Du coup, même si je n'ai pas trouvé cette bande dessinée désagréable, je n'en garderai pas un souvenir marquant.

Nom série  Walking Dead  posté le 11/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
N'étant pas du tout amateur d'histoires de zombies, j'ai mis du temps avant de me motiver à lire cette série. Mais il faut vraiment admettre que Walking Dead ne peut pas être réduite à une simple histoire de zombies. C'est tout un récit post-apocalyptique qui permet de suivre sur une longue période de temps un groupe de personnages et de voir comment eux ou nous réagirions dans des circonstances aussi extrêmes. La thématique n'est pas neuve mais elle est poussée ici suffisamment loin et avec suffisamment de qualité pour se révéler très prenante et plutôt intéressante.

Le dessin, en noir et blanc, est de bonne composition. Les décors sont souvent joliment soignés. La narration graphique est fluide et efficace.
On accroche au récit dès les premières pages car il plonge très rapidement dans le vif du sujet. On se retrouve à suivre le héros, Rick, ancien policier, puis le groupe de personnes qu'il rejoint dans un monde qui n'est plus vraiment le leur, où le danger rôde partout et où il faut être en permanence sur le qui-vive. L'entame est assez haletante, la menace des zombies formant le point d'attention principal.
Au fur et à mesure des pages, puis des tomes, cependant, ce seront surtout les relations entre les personnages qui deviendront le thème principal, les morts-vivants n'étant plus qu'un élément de décor formant un catalyseur aux réactions humaines souvent les plus extrêmes.

J'ai bien accroché à la lecture de chaque tome, c'est un fait. L'envie de savoir la suite était toujours un véritable moteur à ma lecture et en cela, ce comics est une réussite. D'autant que l'auteur se permet toutes les libertés, n'importe quel personnage peut mourir, être amputé ou être zombifié, même le héros et sa petite famille. Cela ajoute une touche plaisante de réalisme.
Et pourtant, je ne peux m'empêcher d'être réticent à une partie de l'ensemble. Je retrouve en effet dans Walking Dead les éléments que je n'aime pas dans la majorité des scénarios de Stephen King : des intrigues centrées sur les relations entre un groupe d'humains placés au coeur d'une situation fantastique ou apocalyptique, avec son lot de conflits, de trahisons, etc. Et je n'arrive pas à trouver toutes ces réactions naturelles. Je trouve nombre de personnages ou de comportements caricaturaux ou étirés à l'extrême. Le cas de Shawne pour le premier tome, le comportement d'Hershel dans le second tome, les actes insensés de Chris et Julie dans le troisième tome, le comportement de Dexter... Et puis il y a ce groupe de Woodbury et son cinglé de gouverneur qui ont eu le temps de monter une société façon Mad Max à peine un an après l'apparition des zombies. Le coup classique du récit post-apo ou encore du groupe de mauvais avec un fou psychopathe à sa tête comme dans beaucoup de récits de Stephen King.
Du coup, l'attrait de "l'étude sociologique en milieu difficile" que pourrait éventuellement m'apporter Walking Dead disparait car j'ai bien du mal à trouver certains passages crédibles.

Je vois cette série comme un bon divertissement avec une très bonne ambiance et une suite d'intrigues très accrocheuse. Comme une très bonne série télé qui prend avec plaisir son temps pour développer ses idées.
Mais j'avoue que je lirai la suite si j'en ai l'occasion mais probablement sans l'acheter.

Nom série  Les Poulets du Kentucky  posté le 10/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Dès l'entame, j'ai été séduit par le graphisme de cette nouvelle série d'humour. La couverture est assez accrocheuse avec ses couleurs et son allure "à l'américaine". Les planches sont également pleines de vie, dynamiques, relativement modernes dans leur mise en page (notamment parfois via l'absence de cadre autour des cases), tout en conservant une touche "humour gros-nez" assez classique.

L'idée de la série aurait pu également me plaire. En effet, le petit monde de la BD franco-belge d'humour ne choisit que rarement pour décor les Etats-Unis et encore moins un bled paumé du Kentucky, avec pour héros deux motards façon CHiPs. Il y avait matière à fournir un contexte et des gags originaux.
Hélas, le résultat n'est guère convaincant.

Certes le ton est léger et assez moderne. La série s'inspire de films et séries américaines pour offrir des situations qui parleront sans soucis à un public actuel. Certes l'héroïne, Garcia, est dotée d'une sympathique personnalité, marquée sans être caricaturale.
Mais le courant n'est passé.

Pour commencer, le héros, Pepper, est pour sa part plutôt pénible, trop caricatural, rendu trop artificiellement stupide.
Ensuite, les gags, même s'ils sont plutôt variés, ne sont que de deux types à mes yeux. Soit ils s'apparentent à quelques blagues clichés sur la police transposés ici aux USA, soit ils rappellent trop fortement des gags déjà utilisés dans la série du même auteur Inspecteur Dirty (Dirty Henry). On notera par exemple le coup répétitif du cadavre tracé à la craie.
Les Poulets du Kentucky se démarque un peu de séries classiques comme L'Agent 212 par une légère insistance sur le côté gore, les héros étant souvent en visite à la morgue, histoire de rendre le tout plus "actuel" et proche de certaines séries télé.
Mais tous les gags ou presque tombent à plat à mes yeux. La majorité sont désespérément prévisibles. Et rares sont ceux qui ont su m'arracher un sourire (je retiendrais malgré tout celui où Pepper fait évacuer d'urgence un bus d'écoliers).

C'est bien dommage car j'avais envie de l'apprécier cette série, grâce à son graphisme et à son contexte assez original, mais hélas, je ne l'ai vraiment pas trouvée drôle.

Nom série  Star Wars - Vector  posté le 10/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette nouvelle série Star Wars est basée sur un concept accrocheur : il s'agit de proposer un scénario qui fera le lien avec les 4 époques majeures de la saga Star Wars. L'héroïne, Celeste Morne, et sa malédiction entameront en effet leur périple commun à l'époque des Chevaliers de l'Ancienne République avant d'être plongée en hibernation durant des millénaires et de reprendre vie à l'apogée de Darth Vader durant Dark Times, puis de croiser la route de Luke Skywalker à l'époque de Rebellion pour enfin finir sa route auprès de Cade Skywalker dans une conclusion épique à l'époque de Legacy.
Au passage, les auteurs donnent l'explication et utilisent une maladie affectant les bas-fonds de la planète Taris et que les joueurs du jeu vidéo Kotor ont déjà croisée : la peste rakhgoul.

Trame scénaristique accrocheuse, donc, mais résultat un peu mitigé. Tout cela ressemble quand même beaucoup à une trouvaille commerciale pour apâter le fan de l'univers Star Wars grâce à un lien entre ses 4 époques et ses personnages majeurs. Et la mise en scène de ce scénario se révèle quand même un peu légère, assez superficielle voire artificielle par moment.
En réalité, c'est surtout le premier tome qui est un peu décevant. Les suivants sont plus intéressants, sans être véritablement plus profonds pour autant.

Chaque époque est dessinée par un dessinateur différent, et certaines époques se partagent mêmes différents dessinateurs pour chacun de leurs chapitres.
L'époque Chevaliers de l'Ancienne République, qui occupe l'ensemble du premier tome des éditions Delcourt, bénéficie pour commencer d'un dessin assez moyen. Dynamique et efficace, il est assez formaté "comics d'action" hormis en ce qui concerne les visages. En effet, le visage de l'héroïne, Celeste Morne, est vraiment bizarre, très déformé, presque simiesque. Alors certes, ça lui donne une personnalité (et un charme ?) mais je trouve ça vraiment bizarre et j'ai eu du mal à m'y faire. C'est d'autant plus dérangeant que ce visage bizarre n'a rien à voir avec son faciès très net et simple sous la plume des dessinateurs suivants.
Les graphismes des autres époques sont nettement plus réalistes, la palme allant à la première partie de l'époque Dark Times qui est vraiment très soignée. Le style des dessinateurs suivants est plus classique mais de bonne qualité et cadrant bien avec les autres bandes dessinées de l'univers Star Wars.

Le récit laisse la part belle à l'action. C'est davantage un comics de divertissement qu'une exploitation vraiment intelligente de l'univers Star Wars comme pouvait l'être les meilleurs passages de Star Wars - Clone Wars par exemple.
Le premier tome se décrédibilise par des facilités scénaristiques un peu trop nombreuses. Le ton est à la fois dramatique (plein de morts, une malédiction digne d'une tragédie antique, etc...) et léger comme un banal récit de comics pour adolescents. Je n'ai donc pas trop accroché, trouvant que le scénario manquait de profondeur et finalement d'originalité. En outre, Zayne Carrick, le héros de Chevaliers de l'Ancienne République a vraiment l'air d'un grand dadais un peu idiot et trop "adolescent américain de base" tel qu'il est représenté dans le premier tome de cette saga à travers les âges.
Les chapitres suivants sont plus accrocheurs à mon goût.
La rencontre avec Vador, quoique courte dans le tome 2, est assez jouissive. Je regrette juste l'abandon un peu facile du Seigneur des Sith face au danger. J'ai du mal à ne pas l'imaginer revenir rapidement à la charge.
Le passage avec Luke et Leia ne m'a pas tellement accroché. Luke était en effet, à l'époque de Rebellion, un jeune jedi sans trop de pouvoirs. Sa rencontre avec Celeste ne le met donc guère à son avantage. Je trouve en outre que cette rencontre avec un jedi aussi puissant passe bien inaperçu dans les évènements suivants concernant Luke et ses proches : un des soucis de l'univers étendu Star Wars qui se développe de manière non chronologique et présente du coup parfois quelques incohérences.
Par contre, l'implication de Celeste Morne dans la fin de Darth Krayt dans le dernier chapitre de Vector, elle, permet de bien faire évoluer les évènements de l'époque Legacy. J'y regrette cependant la rapidité expéditive avec laquelle sont réglés les cas de Krayt puis surtout de Celeste Morne et de Muur eux-mêmes.

Voilà donc une série au scénario un peu artificiel et léger pour séduire le lecteur lambda. Mais le fan de Star Wars y trouvera un contenu de bonne tenue. Le rythme est bon et, pour peu qu'on ne se pose pas trop de questions, on se laisse porter par la lecture.
En outre, la curiosité du fan le poussera forcément à vouloir assister à la rencontre de Celeste Morne avec Vador, Luke puis Cade Skywalker. Mais l'achat n'est pas pour autant indispensable.

Nom série  Humphrey Dumbar le croquemitaine  posté le 10/04/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album est un sympathique conte pour enfants, plaisant à lire également pour un adulte même si un peu léger.

On reconnait bien vite le graphisme de Civiello, très travaillé et joliment colorisé. Je lui trouve ici un style plus épuré et une narration graphique plus fluide que dans ses oeuvres plus adultes. C'est un bon point pour moi. Je regrette cependant un peu la froideur de l'ensemble qui ne me séduit pas vraiment.

Le récit est relativement simple mais assez original. Outre le fait de prendre le croquemitaine comme thème, il se démarque aussi par un jeune héros finalement un peu "méchant" lui-même. Le scénario reste léger mais cela convient bien à un jeune lectorat. Et j'ai bien apprécié la chute du récit qui m'a plutôt amusé.
Sympathique, mais pas très marquant à mon goût.

Nom série  Star Wars - Chevaliers de l'Ancienne République  posté le 07/03/2007 (dernière MAJ le 08/04/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Hormis Star Wars - Clone Wars, rares sont les BDs de Star Wars qui sont vraiment de qualité à mes yeux. Eh bien, Les Chevaliers de l'Ancienne République EST une bonne BD de Star Wars.

J'ai cru avoir du mal à m'y faire car le dessin ne me plaisait pas trop au début. Inégal, il alterne des cases très réussies et d'autres au style plus amateur où le dessinateur compte trop sur la colorisation informatique pour donner la profondeur qui manque à son trait. Cependant, je m'y suis fait. Et lors du chapitre vers la fin où un autre dessinateur prend la relève, j'ai même regretté momentanément le changement de style, et cela non pas parce que l'autre est plus mauvais (quoiqu'il soit gênant que ce second dessinateur change complètement le visages de plusieurs personnages, notamment celui du héros lui-même).

Mais plutôt que le dessin, c'est surtout le scénario qui est bon.
Soyons honnête, si j'ai voulu lire la BD au départ c'est parce que j'ai adoré les jeux vidéos Kotor (Knights of the Old Republic), que j'ai appris que l'action de la BD se passait, comme le début du jeu, sur Taris et qu'on retrouvait des lieux et personnages du jeu. Et c'est vrai que c'est vraiment sympa de retrouver des visages et endroits connus, sans que cela puisse être aucunement gênant pour quelqu'un qui n'a pas joué au jeu de ne pas les connaître auparavant.
Outre ces références, le récit est bon et prenant. Les personnages sont vite attachants. On est vraiment happé par l'intrigue et par l'action, désireux de savoir ce que deviendra le jeune héros et comment résoudra-t-il l'épineux problème dans lequel il a été jeté malgré lui. En outre, une petite dose d'humour rend les évènements plus humains que dans d'autres récits de Star Wars trop froids.
Comme le jeu Kotor, le scénario de la BD aborde la trouble frontière entre le bien et le mal à l'époque de l'Ancienne République, époque où les Jedis oscillaient souvent trop près du Côté Obscur sans s'en rendre compte.

Un bon scénario, manquant peut-être un peu d'envergure par rapport à d'autres récits épiques de Star Wars mais plus humain, profitant de belle manière de cet univers et servi par un dessin correct.
Je regrette cependant qu'après une très bonne entame, la série tombe un peu dans l'aventure classique pour les tomes suivants et manque un peu de force et d'originalité. On se retrouve à suivre des personnages donnés vers chaque fois de nouvelles péripéties sans qu'il en ressorte une trame scénaristique vraiment marquante. Il est donc possible que, comme moi, vous accrochiez fort au premier tome, puis que votre intérêt décroisse un peu à la longue.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 273 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque