Encheres BD 728x90
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...   BD Encheres 468x60
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 5232 avis et 2021 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Du Graal plein la bouche  posté le 01/11/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Assez surprenant comme récit mais j'aime bien. C'est une histoire qui mêle toutes les mythologies et toutes les croyances dans un joyeux mélange un peu absurde, un peu poétique. L'histoire est légèrement sans queue ni tête, à moins d'y voir une morale philosophique que j'ignore. Le dessin est très plaisant, souvent beau et esthétique. J'aime bien cette technique.

C'est un conte un peu fou, avec beaucoup de digressions et d'imaginations diverses. Il ne faut pas chercher une intrigue linéaire et cohérente. J'ai trouvé l'ensemble assez beau, agréable et parfois même amusant.

Nom série  Vive la retraite !  posté le 31/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je ne suis pas un trop mauvais public pour les BDs d'humour "thématique" mais il y en a certaines qui me hérissent le poil et ce sont souvent les plus commerciales d'entre elles.
Le sujet : les retraités, les seniors plutôt, ceux qui sont à la retraite mais refusent d'être considérés pour autant comme des "vieux".
Pourquoi pas ? Je ne suis pas vraiment concerné mais si les personnages sont sympas et les gags originaux, ça aurait pu me plaire.
Mais non, franchement non.

Le dessin, pour commencer, n'est pas terrible. Sa principale qualité est d'être relativement efficace, mais pour le reste il ne me plait pas. Je le trouve froid, souvent vide et sans âme.

Quant à l'humour... Les planches qui portent vraiment sur le sujet de la retraite se comptent sur les doigts des deux mains. La majorité des autres sont des gags sans saveur, qui n'ont rien à voir et qui sont appliqués de manière artificielle aux personnages de la BD. Ils ne sont pas drôles, voire même pénibles de banalité à mon goût pour certains.
Et pour couronner le tout, j'ai repéré au moins 2 gags qui ont été purement et simplement pompés de la série Achille Talon. C'est abusé.

Nom série  Korédan, la saga des dragons  posté le 31/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Korédan est une bande dessinée de pure heroic-fantasy. Une guerre qui s'annonce, une jeune héroïne et son sage compagnon, des méchants, des dragons, des élus du bien et du mal, différentes sortes de magie qui s'affrontent ou s'annulent... Voilà de quoi éloigner d'ordinaire les blasés de la surabondante fantasy, moi le premier. Et pourtant il y a quelque chose qui m'a vraiment bien plu dans cette série qui s'entame.

Tout d'abord il y a le dessin qui est vraiment de très bon niveau. Il ne m'a pas marqué sur les premières pages mais j'ai eu le sentiment qu'il s'améliorait planche après planche.
Le dessinateur est issu du milieu de l'animation et cela se voit parfois. Cela se ressent surtout par la maîtrise technique de son trait et le dynamisme de ses compositions. Cela ne l'empêche pas pour autant de bien maîtriser aussi le média de la bande dessinée car sa mise en page et sa narration sont tout à fait réussies.
Son graphisme est visiblement assisté par ordinateur mais c'est là un outil qu'il sait utiliser de belle manière. La colorisation est excellente et donne une vraie lumière à l'ensemble.
Seul regret, l'insertion de quelques grosses onomatopées informatiques qui ne collent pas du tout avec l'aspect d'ensemble des planches à mon goût.

Le récit pour sa part est relativement simple pour commencer. Des méchants qui massacrent des gentils, une jeune fille qui doit fuir avec ses deux compagnons, qui veut comprendre ce qu'il se trame autour d'elle, pourquoi elle acquiert soudain des pouvoirs très puissants et qui est ce Koredan dont on lui dit qu'elle serait l'élue. Une élue parmi d'autres car dans ce monde semble s'affronter des élus du bien et des élus... négatifs, affiliés à autant de puissants dragons... positifs ou négatifs (je trouve le terme assez médiocre, dommage...).
A cela s'ajoute un concept assez intéressant quoique pas très novateur de magies de couleurs, rouge pour les magies agressives, pourpre et marron pour les magies de guérison, vert pour les pouvoirs de devins, gris pour celle qui annule toutes les autres magies, etc...

Tout cela n'a rien de très nouveau dans le domaine de la fantasy et pourtant j'ai bien accroché à ma lecture. Le rythme est bon, les personnages simples mais attachants, l'intrigue efficace. Ca donne envie de lire la suite.

PS : à noter deux passages dans une langue draconique inventée où il faut aller chercher la traduction des textes sur le site web de la série. Original certes mais je n'aime pas trop être dépendant d'un autre média pour savourer la bande dessinée que je lis.

Nom série  Jivara  posté le 31/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Veyron sait toujours attirer le chaland en distillant une certaine dose d'érotisme et de femmes urbaines sensuelles dans ses albums. Un peu de fantasmes, un peu de strip-tease, et voilà ce qui fait les ingrédients de base de pas mal de ses bandes dessinées et de celle-ci en particulier.
Un autre des points que j'apprécie plutôt chez Veyron c'est une certaine imagination dans ses récits où, même s'ils restent toujours sur un ton assez identique, on se demande souvent qu'est-ce qu'il va inventer de nouveau.

Mais je dois avouer que ces petites qualités ne suffisent pas à faire une bonne BD.
Le dessin déjà est très moyen. Les personnages sont corrects quoique changeants et parfois laids. Les décors sont limités au strict essentiel.
Mais surtout les histoires, sensées être humoristiques, sont très rarement drôles. L'histoire titre, Jivara, attire vaguement le sourire. Seule la chute m'a laissé échapper un rire. Les interludes strip-tease ne sont pas très excitant. Les histoires suivantes et les gags en une page ne m'ont guère amusé, tout au plus diverti. Le dialogue de guerre des sexes de la seconde histoire parait complètement désuet de nos jours, et surtout pas drôle. Et les gags sur le Président qui a disparu m'ont singulièrement ennuyé.
Bref, c'est très moyen.

Nom série  Lancelot  posté le 30/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Prendre pour sujet le personnage de Lancelot (qui ne fait qu'un avec Galaad ici), sa jeunesse, son initiation et sa quête de vengeance qui l'amèneront à devenir le chevalier de la Table Ronde que l'on connait, c'est une bonne thématique même si certains s'y sont déjà essayé de toute autre manière, avec le personnage de Perceval par exemple dans Les Héros Cavaliers.
Ici nous sommes clairement dans un mythe arthurien empli de magie et de mythe, avec la fée Viviane, les dames du lac et un Merlin mystérieux et apparemment omniscient et tout puissant. Du coup, nous ne sommes plus très loin de l'heroic-fantasy qui est si chère aux éditions Soleil, ce qui n'est pas trop ma tasse de thé.

Néanmoins, le récit est plutôt bien écrit, avec de bons textes qui tiennent la route. Il réserve en outre une surprise sur le sexe de Lancelot, chose qui n'est pas encore exploitée dans ce premier tome mais qui pourrait apporter de la nouveauté au mythe.

Par contre, je n'accroche pas vraiment au dessin. Oh, il n'est pas mauvais, mais il manque de technique. Il est à mes yeux du niveau d'une bonne amatrice. Les personnages sont plutôt réussis mais les décors sont très inégaux. Dans l'ensemble, outre divers petits ratés anatomiques et de perspective, le graphisme manque surtout de consistance et de force. Cela tient peut-être en partie à la quasi absence d'encrage mais en tout cas la dessinatrice peut encore nettement progresser à mon avis.
Cela tient aussi beaucoup à la colorisation que je n'aime vraiment pas. Sans profondeur et trop désunie, elle engendre plus de confusion graphique que de beauté. Les planches manquent d'harmonie et cela rabaisse la qualité du dessin.
Je trouve ce résultat assez surprenant venant d'une coloriste qui a pourtant fait ses preuves à mes yeux sur d'autres séries au préalable (Le Cinquième évangile notamment). Finalement, j'aurais peut-être préféré qu'Alexe, qui est elle-même une bonne coloriste, se soit attelée à la tâche pour une fois qu'il s'agissait de son propre dessin.

Pour le moment, je ne suis pas convaincu. L'intrigue ne décolle pas encore avec ce premier tome et reste trop classique. Et comme le dessin ne me séduit pas davantage, j'attends de voir la suite si elle vaut la peine de continuer.

Nom série  La Bible  posté le 30/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une adaptation assez marrante de la Bible. L'auteur, Loup, y joue un peu les iconoclastes mais reste finalement assez fidèle au texte même de l'Ancien Testament.
YHVH, Dieu, y est représenté comme un chapeau sur patte qui, ça tombe bien, sort tout l'univers de son chapeau. Et comme il fait les hommes à son image, ce sont tous des chapeaux. C'est parfois un peu grotesque et tarte à la crème mais c'est aussi souvent amusant.

Le dessin de Loup est de très bon niveau. Spécialisé dans l'humoristique avec des personnages qui tiennent un peu des gags de Mordillo, il sait aussi représenter quelques décors en fresques de toute beauté. Seul défaut, ses compositions sont régulièrement un peu trop denses, trop fouillis.
C'est le même défaut de confusion et d'abondance de texte qui gâche un peu le rythme et l'humour de certains passages de l'album.

Néanmoins c'est une BD assez drôle, avec quelques passages savoureux à mon goût comme celui des hommes qui dominent le monde et les animaux ou celui du Serpent qui tente Eve dans le jardin d'Eden.
Sympathique quoiqu'un peu inégal et parfois lassant.

Nom série  Malheig  posté le 29/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Malheig est une histoire un peu déstabilisante au départ car elle se déroule sur 2 époques, l'un des personnages, évoluant au 20e siècle, partageant la vision de son double des milliers d'années auparavant dans des temps guerriers au bord des Lochs Ecossais. Mais on s'y fait relativement vite et on se retrouve bientôt dans un récit matiné d'une grande part de fantastique, avec un combat millénaire entre le bien et le mal.

Le dessin est de bon niveau même s'il n'est pas des plus épatants. La narration est fluide quoique parfois un peu confuse. L'intrigue n'est pas mauvaise et on la lit comme un bon divertissement.

L'ennui, c'est que tout cela manque vraiment de crédibilité et d'accroche. Les comportements des personnages sonnent faux à mon goût. Le rythme et l'ambiance ne parviennent pas à s'installer. Les facilités scénaristiques sont nombreuses avec notamment des utilisations de la magie quand ça arrange les auteurs. Si bien que le récit se résume vite à une suite de péripéties et d'évènements fantastiques, avec en principe une montée de la tension, mais à laquelle j'ai peiné à réellement m'accrocher ou à prendre au sérieux.

Une lecture qui fait passer le temps mais qui n'a rien de marquante.

Nom série  Kiki de Montparnasse  posté le 28/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne m'attendais pas, en ouvrant cet album, à y découvrir une véritable biographie d'un personnage réel, de sa naissance à sa mort et avec autant de détails sur tous les épisodes de sa vie. Je ne connaissais pas cette Alice Prin, dite Kiki, qui a été l'égérie de tant d'artistes dans les années 20. Il faut avouer que sa vie est assez exceptionnelle du fait de la quantité incroyable de grands peintres, poètes, photographes et autres cinéastes qu'elle a côtoyés et aimés durant les années folles.

Catel met cette époque en image de manière assez plaisante. Son graphisme manque nettement de technique, avec pas mal de petits ratés de perspective et autres anatomies. Mais elle a su rendre son dessin fluide et suffisamment agréable à la lecture pour que ses petits défauts soient vite oubliés.

Le récit est instructif et intéressant. Grâce à cette BD, j'ai appris beaucoup de choses sur le milieu artistique des années 20. J'en ai surtout découvert davantage sur Man Ray et sur toute la clique dadaiste et post-dadaiste qui animait les soirées de ce quartier de Montparnasse que je ne savais pas aussi vivant à l'époque. J'étais resté sur l'idée que le quartier des artistes de Paris était Montmartre, je ne savais pas que son centre névralgique avait migré après la première guerre mondiale.

Ceci étant dit, passé le côté instructif de cet album, je me suis un peu lassé à la longue. L'album est gros et dense et au bout de nombreuses pages j'ai commencé à m'essouffler de voir cette fameuse Kiki vouloir sans arrêt faire la fête, chanter, danser, se dénuder. Elle finit par afficher un visible problème psychologique, une quête du "regardez-moi, aimez-moi !" qui explique sa déchéance dans la drogue et l'alcool en fin de vie comme beaucoup d'artistes ou jet-setteurs similaires.
Du coup, hormis la biographie en elle-même et la (re)découverte d'une époque et d'un milieu artistique, cette BD ne m'a pas fait ressentir tellement d'émotion, pas plus qu'il ne m'a vraiment captivé. Du coup, pour un tel prix, je n'en conseille pas l'achat.

Nom série  Hostile  posté le 26/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La majorité de ce premier tome m'a rappelé la série Yiu, en moins violent, en plus crédible, mais également en moins dynamique et moins original. L'héroïne est en effet une femme de choc, adepte des missions d'extraction ou d'assassinat. Comme Yiu, elle fait cela pour un jeune proche de sa famille au bord de la mort. Et comme Yiu, elle évolue dans un monde où de nombreuses factions militaires ou fanatiquement religieuses s'opposent.

Hostile joue la carte de l'anticipation géopolitique. Les auteurs imaginent une Terre où la plupart des pays développés de nos jours ont connu soit la déchéance soit de guerres ravageuses, où l'Inde est devenue la première puissance, où les USA se sont scindés en trois pays en conflit et où la Chine voit ses usines se délocaliser car sa main-d'oeuvre est devenue trop cher. Pas vraiment un avenir très crédible à mon sens mais davantage que l'univers gothique et exagéré de Yiu.
Pour le reste, nous sommes là dans un récit d'action avec des espions et pas mal de gros flingues.

Rien de vraiment neuf à mes yeux pour ce début de série donc, jusqu'à la fin du premier tome qui fait brusquement le lien avec la série Orbital du même auteur. Ce n'est qu'à ce moment là que je me suis souvenu que la situation géopolitique de l'introduction de cette précédente série de qualité était effectivement proche de celui d'Hostile. On sent que le récit va prendre un tour nouveau avec ce retournement de situation et c'est bien agréable. Du coup, la suite attise un peu ma curiosité mais je ne suis pas encore convaincu. J'espère que cette BD ne va pas rester sur le simple plan de l'action et des explosions, ce n'est pas trop ma tasse de thé.

Nom série  Calcutta  posté le 26/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Prenez un jeune occidental qui se rend à Calcutta à la recherche d'un livre rare, ajoutez-y une foule d'anecdotes détaillées sur le passé de cette ville et de ses habitants, saupoudrez le tout d'une intrigue autour de l'immortel Juif Errant ou encore du Comte de St Germain et vous aurez un imbroglio quasiment incompréhensible nommé Calcutta.

Pourtant sur la base de ces 3 thématiques, j'imaginais quelque chose d'intéressant et d'original. Au lieu de ça, l'auteur a rendu le tout totalement indigeste. La narration est tellement décousue que même une lecture studieuse et assidue ne permet pas de s'y retrouver parfois d'une case à la suivante. L'ensemble n'est même plus bavard, ça ressemble plus à un ramassis d'érudition fourré page après page, sans suivi ni vulgarisation. Assemblage de noms compliqués qu'on oublie à peine lus, de potins certes édifiants ou surprenants mais qu'on peine à dater et à mettre en perspective que ce soit avec l'Histoire ou avec l'intrigue de la BD.
La lecture est tout simplement pénible quand elle n'est pas ennuyeuse car à peine intelligible.

Quant au dessin, j'ai apprécié les quelques mélanges de photos et de dessins. Par contre, quand le dessin est seul présent, il fait trop vite preuve de son inconsistance et de son manque de maîtrise technique.

Je me suis donc forcé à lire cet album, espérant qu'il se révèlerait sous un jour nouveau au fil de la lecture, mais ce ne fut pas le cas. Pénible.

Nom série  Exauce-nous  posté le 24/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai été déçu par ma lecture. Non pas parce que c'est une mauvaise BD en soi mais, bien évidemment, parce qu'avec les avis ci-dessous j'en attendais trop, une fois de plus.

Pour l'anecdote, dès le départ, j'ai eu l'impression d'avoir entre les mains une BD de Luc Brunschwig, auteur que j'apprécie mais dont je n'accroche pas toujours aux récits que j'estime trop "sociaux". Le simple d'esprit, le décor urbain et le dessin m'ont fait penser au Sourire du clown. Les discussions dans le bar et la bande de vieux amis de quartier m'ont rappelé La Mémoire dans les poches. Mais arrêtons là pour les ressemblances.

Le dessin, très réaliste, n'est pas trop ma tasse de thé. Pourtant, force m'est d'admettre qu'il est de très belle qualité et que je m'y suis très rapidement fait. J'aime la façon dont il met en scène la vraie ville du Mans, décor rare si ce n'est inédit en BD.

L'intrigue m'a bien plu mais sans plus. J'ai apprécié sa sensibilité, la délicatesse avec laquelle est narré ce récit mêlant problèmes sociaux et magie. Il y a un peu de poésie dans tout cela. C'est une jolie histoire.

Malheureusement, différents points ont un peu gâché mon plaisir de lecture.
D'abord je n'ai pas trop aimé toute la partie sur les méchants criminels qui harcèlent l'un des personnages. Je trouve que le récit aurait pu se passer de cette composante.
Ensuite et surtout, je trouve le final un peu trop flou. Trop de points ne tiennent pas debout ou manquent de clarté à mes yeux. Pourquoi le héros court-il à la recherche de Léo à la fin ? Quel est le lien entre la vieille et le curé et son possible fils ? D'où lui vient cette connaissance du "pouvoir des mots" ? Quel rapport avec l'Egypte ? En fait, toute cette explication m'a paru un peu bidon, j'aurais préféré que l'ensemble reste davantage sur le ton de la poésie ou de la magie sans tentative d'explication, aussi floue soit-elle, car ici elle ne tient pas debout pour moi et me donne une impression d'inachevé.

Voilà, c'est donc une belle BD, une gentille histoire, mais je n'ai pas été charmé et la fin m'a laissé circonspect, même après relecture.

Nom série  L'Association en Inde  posté le 23/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec L'Association en Egypte et L'Association au Mexique, c'est le 3e album de ce type publié par cet éditeur, à chaque fois un recueil collectif d'histoires courtes narrant le résumé ou certaines anecdotes du voyage d'auteurs de BD dans le pays concerné.

Cet album s'entame très bien.
J'ai beaucoup aimé le premier récit, celui de Peeters, racontant un accident de bus dont il a été l'une des victimes sur les routes indiennes. Le dessin et la narration de Peeters sont toujours aussi bons. L'histoire est intéressante, pleine d'émotion et très représentative de l'état d'esprit si particulier qui prévaut en Inde.
J'ai aussi bien aimé le récit suivant, celui de Thiriet, qui raconte du début à la fin le séjour que Guy Delisle, lui et quelques autres auteurs bd ont passé en Inde, y ayant prévu de donner des cours de bande dessinée et des expositions leur étant consacrées. Dessin, humour et anecdotes m'y ont bien plu.

Par contre, j'ai été déçu par la suite.
J'ai été surpris de ne pas trouver terrible le récit de Guy Delisle, ce dernier étant pourtant très habitué du genre "récit de voyage" ou "récit de séjour en pays exotique". Il a fait le choix d'une histoire muette ou presque, au dessin pas très soigné. Il raconte la même chose, sous un autre point de vue, que Thiriet avec qui il a partagé le voyage. Mais je n'ai trouvé son récit ni drôle ni intéressant. Il faut dire qu'il a été malade pendant une partie du séjour, le reste étant consacré à l'ennui et à regarder la télé, semble-t-il. Authentique peut-être, mais pas très captivant à la lecture.

Les deux derniers auteurs sont d'origine scandinave.
Le dessin de la première ne m'a pas trop plu. Elle raconte son voyage (et celui de sa petite famille) comme une suite de catastrophes et de désagréments. Pas très drôle et pas très intéressant puisqu'il se concentre plus sur ces soucis personnels que sur le pays qu'elle visite.
Le dernier auteur se démarque par un dessin très spécial, très illustration publicitaire ou je ne sais quoi. Graphiquement intéressant mais pas très lisible, d'autant qu'il s'amuse à tourner les textes à 90° ou les mettre à l'envers ce qui est pénible à lire. Quant à son récit, il est trop abstrait. Il faut le savoir pour réaliser qu'il parle d'un séjour en Inde car il parle de tout sauf de ça. Et rien de ce dont il parle n'a su me toucher ou m'intéresser. Bof, donc.

Trop inégal, avec un très bon début et une fin décevante à mes yeux.

Nom série  American Elf  posté le 22/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Formellement, dans l'idée et son application, American Elf est assez impressionnant. Pendant plus de 5 ans, de 1998 à 2003, James Kochalka va réaliser quotidiennement un strip de 4 cases sur sa propre vie, avec à chaque fois une anecdote de sa journée qu'il a envie de raconter. Quotidiennement, tous les jours, sans interruption, qu'il pleuve, qu'il vente, que les tours du World Trade Center s'effondrent ou non.
Bien sûr, le tout regroupé dans un unique album, c'est une somme telle qu'on ne peut pas la lire en une fois : il y en a trop. Ce serait plutôt le genre de bande dessinée qu'on picore petit à petit, découvrant au fur et à mesure davantage de la vie privée, de la vie intime ou du mode de pensée de son auteur.

Mais j'ai bien eu du mal à avoir envie d'y picorer quoi que ce soit après y avoir goûté la première fois. Chaque strip est le plus souvent tellement anecdotique qu'ils en sont particulièrement inintéressants. Il n'y a pas d'histoire, pas de progression, juste des faits ou des petits moments de la vie racontés d'une manière que j'ai rarement trouvée percutante.
Alors certes, à force, on finit par découvrir plus en profondeur la vie de Kochalka, sa compagne et ses proches. Certes parfois, on voit leur réaction vis-à-vis de l'actualité comme pour la période du 11 Septembre.
Mais je me suis profondément ennuyé. J'ai essayé d'y revenir plusieurs fois mais sans envie.

La quantité est là mais ça ne fait pas une bonne BD pour moi.

Nom série  Mon Dragon et moi  posté le 20/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Elle est sympa cette BD. Pas très originale mais sympa.

Pas grand chose à dire sur le dessin qui est moderne et dynamique. Suffisamment travaillé et bien rendu, je le trouve de bon niveau et plaisant à la lecture.

L'histoire est toute classique, un gamin qui vient d'emménager dans une nouvelle maison et y trouve une créature magique qui devient son ami ou animal de compagnie. Mais bien sûr il y a un gros vilain magique qui veut s'emparer du gentil dragounet pour reprendre consistance dans le monde réel et récupérer ses puissants pouvoirs, un méchant à la Voldemort, quoi. Heureusement, le gentil garçon et son gentil dragounet seront plus forts que les méchants.
Basique mais efficacement raconté. Et surtout il y a une petite dose d'humour qui m'a bien plu et m'a régulièrement fait rire ou sourire.

C'est un bon divertissement pour ados ou pré-ados que j'ai lu sans déplaisir alors que sincèrement je n'en attendais pas grand chose.

Nom série  RG  posté le 20/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Enfin j'ai pu lire cette BD qui m'attirait depuis un moment, et je n'en suis pas déçu. Elle combine deux qualités : celle d'être un polar réaliste tout à fait prenant d'une part, et celle d'être extrêmement instructive d'autre part.

Elle m'a en effet permis de découvrir une partie de ce que sont (ou étaient) réellement les RG, leur rôle, leur fonctionnement et les hommes qui les composent. J'y ai appris beaucoup de choses, d'autant qu'elles sont présentées de manière claire et intéressante.

A côté de cela, le récit est très plaisant à lire. Le dessin, la mise en page et la narration graphique sont excellents. Les scénarios sont bons et captivants malgré leur solide réalisme.

Presque un polar documentaire, l'aspect rébarbatif en moins. J'ai beaucoup aimé.

Nom série  Le Fils du pirate/Le Père du pirate  posté le 20/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Deux petits albums parus à 6 ans d'intervalle mais dont les histoires, présentant les mêmes personnages, se suivent plus ou moins. Il s'agit de lectures destinées en priorité à la petite jeunesse, qu'ils sachent lire ou que leurs parents veuillent bien le leur lire.
Le dessin est tout simple, avec des formes pleines et des couleurs contrastées.

Le premier tome met en scène un pirate fier de l'être et son fils qui n'a pas tellement envie de devenir flibustier quand il sera grand. Il fera alors en sorte de faire comprendre cela à son père. La morale : les parents ne doivent pas imposer leurs désirs à leurs enfants.
Le second tome met en scène de nouveau le même pirate qui, cette fois, rencontre son propre père. Ensemble, ils partent à la recherche d’un trésor de "l'Eternité". Mais c'est surtout une occasion pour le grand-père de rapprocher le pirate de son fils. La morale : nul besoin de courir les mers pour trouver son bonheur, ce dernier est simple comme une vie heureuse en famille... mais finalement si tu veux courir les mers sans t'en soucier, libre à toi.

Chaque tome se lit bien, quoiqu'un peu rapidement même pour un album jeunesse. Ceci dit, j'ai trouvé leurs morales un peu trop adultes pour les enfants à qui ces histoires sont en principe destinées. Quand je lui ai lu les deux albums, ma fille est restée assez circonspecte sur la fin, ne sachant trop si l'histoire était finie ou pas. Je l'ai sentie un peu sur sa faim.
La philosophie qui se dégage de ces deux récits est intelligente mais, à mes yeux, elle est plus susceptible de parler aux parents qu'aux enfants. Du coup, l'objectif de ces BD en principe jeunesse ne me semble pas tout à fait atteint car elles ne sont pas vraiment adaptées à leur public.

Nom série  Un Enterrement de vie de jeune fille  posté le 19/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
"Une ambiance trop zarbi". Je cite là l'un des personnages de la BD mais c'est ce que j'ai ressenti à sa lecture et c'est en partie ce qui m'y a déplu.

L'album s'entame comme l'un des nombreux ersatz de Monsieur Jean. Des trentenaires célibataires modernes, un week-end entre amis, avec petits soucis et drames qui se mêlent. Il existe déjà une bonne quantité de BD récentes sur ce thème. Et la plupart de ces week-ends là ont tendance à mal finir.

Mais l'atmosphère de cet Enterrement de vie de jeune fille est difficile à cerner. Les réactions des personnages paraissent étranges, incohérentes, comme une fuite en avant. Ils semblent décidés à faire la fête alors qu'ils sont tous accaparés par des soucis autrement plus importants, ils tiennent à rester ensemble alors que la plupart ont l'air de se faire la gueule, ils rigolent quand ça va mal et à l'inverse ronchonnent quand ils devraient se sentir heureux. Bref, cette virée entre amis tourne mal dès les premiers instants et j'en suis régulièrement venu à me demander ce qu'ils faisaient ensemble et pourquoi ils ne se plaquaient pas, ou au moins tentaient pour de bon de communiquer, ce qu'ils ont l'air d'être incapables de faire.
Rapidement, on comprend qu'aux soucis du quotidien doit s'ajouter un vrai drame, drame qui finalement n'en était pas un mais en entraine un autre. Et malgré ça, les comportements de ces personnages restent comme insouciants, comme décalés.
J'ai trouvé cela assez pénible, assez agaçant et trop souvent artificiel.
Je n'ai pas accroché.

Nom série  Les Chevaux du vent  posté le 19/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce n'est pas Lax qui a dessiné cette BD bien que son décor se rapproche de ses thèmes graphiques de prédilection d'ordinaire. Il se contente d'être ici le scénariste et laisse le pinceau à Fournier. Ce dernier nous revient pour un album très éloigné de ses premières oeuvres, Spirou et Fantasio et Bizu, et à mille lieues de son autre série, Les Crannibales.
Il est étonnant de découvrir le trait reconnaissable de Fournier dans une ambiance aussi réaliste. Son trait rond, un peu épuré, surprend dans ce contexte historique et ces paysages peints à l'aquarelle. Mais il conserve toute son efficacité et on s'y fait très vite, emporté par le scénario.

Nous sommes au milieu du 19e siècle, au Nord de l'Inde, dans les contreforts de l'Himalaya. Comme leur cadet sourd-muet est rejeté et maltraité par les enfants de son village du fait de son handicap, Calay et sa femme se voient contraints, à leur coeur défendant, de l'envoyer en exil dans un temple bouddhiste très loin de chez eux, au Mustang, où il sera recueilli par son oncle et élevé comme moine. Mais la situation politique, avec la présence pesante des colons britanniques, est telle que les frontières du Népal et du royaume du Mustang se ferment bientôt, empêchant les parents de revoir leur fils durant des années.
L'âme tiraillée et triste, Calay prend finalement la décision de tout faire pour revoir son fils. Pour ce faire, il est obligé de s'enrôler auprès des anglais qu'il méprise mais qui, seuls, pourront lui apprendre, en tant qu'espion pundit, à traverser les frontières fermées. Et c'est le début d'un long périple à travers les montages himalayennes, simple fêtu de paille humain balloté par les vents de la vie et commandé par un seul but, revoir son fils à tout prix.

Ce récit est beau et prenant. J'ai véritablement été transporté dans les montagnes indiennes et népalaises. La situation géopolitique complexe de l'époque nous est présentée avec simplicité et intelligence. On a l'impression d'un voyage dans le temps, à la fois exotique, grandiose et instructif.
Et surtout, les émotions m'ont été transmises de belle manière. J'ai véritablement été avec Calay sur les routes enneigées, dans les cols arides et froids, je l'encourageais mentalement à aller de l'avant, je priais avec lui pour qu'il retrouve son fils, qu'il n'en soit surtout pas empêché par les caprices du destin ou la folie des hommes qui s'opposent et brisent les vies de ceux qui se trouvent sur leur chemin.
En cela, le premier tome de ce dyptique se termine sur un suspens haletant qui me fait craindre et espérer pour la réussite de cet homme à qui j'ai su m'identifier, comme un proche, comme le père que je suis également.

Une belle bande dessinée qui fait voyager et ressentir. L'union de deux auteurs, Lax et Fournier, qui ont su se trouver de bien belle manière.

Nom série  Titoss & Ilda  posté le 19/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une BD muette, en mesure d'être lue par des enfants dès 3 ou 4 ans, sur le thème revenu en vogue depuis quelques ans des pirates : voilà qui a de quoi attirer les jeunes lecteurs et leurs parents.

Son dessin est moderne et dynamique. Des couleurs pleines et un trait rond et bien net donnent à l'ensemble un aspect engageant et fluide à la lecture. On regrettera juste quelques décors un peu simplifiés mais cela rend la narration plus facile.

Titoss est un enfant squelette dont le père est gardien d'un grand trésor. Du coup, seul enfant sur une île déserte, il s'occupe comme il peut en faisant quelques bêtises à même de faire rire les jeunes lecteurs. Jusqu'au jour où un équipage de pirate aborde les parages de l'île dans le but de s'en prendre au trésor.
Là est la principale originalité du scénario : Ilda, seconde héroïne en titre de la BD, commence le récit du côté des "méchants". Voilà qui a de quoi dérouter ceux habitués à voir leurs héros habituels vivant comme bons amis dès le départ de leurs aventures.
Mais bien sûr tout se règle très vite après quelques péripéties, sourires et passages mouvementés qui, s'ils paraitront un peu simples pour un adulte, plairont aux enfants.

Une lecture simple, ensoleillée et énergique qui amène le sourire sur le visage des jeunes lecteurs.

Nom série  Cyrill et les ombres du bois cendré  posté le 18/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le dessin de cette série jeunesse est très bien. Dynamique, coloré, détaillé et parfois impressionnant de travail, il est beau. C'est un vrai plaisir pour les yeux. Seules les expressions en permanence exorbitées des personnages sont un peu agaçantes.

Par contre, le scénario ne m'a pas vraiment plu. En tant qu'adulte, je n'ai pas aimé ma lecture. Me plaçant dans l'état d'esprit d'un écolier, ceci dit, j'aurais peut-être davantage apprécié.
Le récit est très basique, celui d'un enfant surdoué qui construit un drôle de véhicule et se retrouve projeté dans un royaume médiéval fantasy où il est l'élu qui va sauver les gentils des méchants. Le genre de scénario que s'imagine un enfant qui se raconte une histoire ou qui joue avec ses jouets. Sauf que la façon dont il est raconté ici ne m'a vraiment pas charmé. Les personnages sont pénibles, sans aucun charisme, à commencer surtout par le jeune héros. Leurs comportements sont exubérants. La narration est sans rythme. L'intrigue sans aucune crédibilité ni rien qui donne envie de savoir la suite.

En définitive, malgré un beau dessin, je me suis ennuyé à la lecture et je doute qu'on voit un jour paraitre la suite des aventures de Cyrill.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 262 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque