Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4911 avis et 1900 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Love, fragments Shanghai  posté le 07/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Chaiko est avant tout graphiste dans l'animation et cela se voit. Ses planches disposent d'une esthétique vraiment attirante. Chaque case se présente à la manière d'un plan cinématographique, le texte des dialogues étant placé en dessous. Le dessin est fin, réaliste et maîtrisé. Il est en outre mis en valeur de très belle manière par une colorisation pleine d'élégance, faisant le contraste entre des couleurs discrètes et de belles plages de blanc. C'est du beau boulot tout en étant fluide et agréable à lire.

Ces belles planches, Chaiko les met au service d'un récit intimiste, un roman graphique narrant les amours de deux femmes, Wen, jeune mannequin qui hésite entre un mariage de raison et un amour de jeunesse, et Lily, executive-woman qui ne peut oublier son amour passé perdu dans un accident. Une sélection de moments de leur vie nous sont ainsi racontés avec finesse et retenue.

C'est une lecture plaisante qui montre une fois de plus que les sentiments sont universels. Il s'agit pourtant d'un scénario qui laisse un peu sur sa faim, plaisant à lire mais pas vraiment marquant ni original. Un tel graphisme aurait mérité un scénario un peu plus intense et novateur, je pense.
Les amateurs du genre trouveront cependant là un bel ouvrage au récit qui ne manque pas de sensibilité.

Nom série  De mal en pis  posté le 10/05/2005 (dernière MAJ le 06/02/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
604 pages ! Impressionnant quand on commence cet album de voir sa taille et de réaliser qu'il va vraiment falloir du temps pour le lire car chaque planche se lit tranquillement avec ce qu'il faut de texte et de cases. Mais non seulement, il est facile de s'arrêter en fin de chaque petit chapitre et de reprendre plus tard sans crainte de perdre le charme de la BD, mais en plus arrivé à la moitié de l'album, c'était trop tard pour moi, je n'ai plus réussi à le lâcher jusqu'à la fin (je ne sais même plus l'heure qu'il était quand je l'ai terminé).

Je ne saurais pas trop comment décrire ce qui est contenu dans cette BD. Des tranches de vie à la façon de Friends ? Oui un peu puisqu'on se base sur un groupe d'amis et de relations autour d'un appartement en colocation. Mais il y a largement plus de réalisme et de profondeur dans De mal en pis. D'ailleurs pourquoi avoir choisi ce titre ? Rien ne va "de mal en pis" dans cette histoire : les personnages évoluent, changent, gagnent en maturité, souffrent, sont heureux, sont amoureux, s'engueulent, se découvrent, mais cette évolution ne va ni de mal en pis, ni de mieux en mieux : les gens changent voilà tout.
Les sujets abordés dans ces quelques mois durant lesquels nous suivions tous ses personnages sont multiples : histoires d'amours, relations amicales, monde du travail, reflexion sur la maturité et les choix de vie, intrigue dans le milieu du business du comics, et de multiples témoignages sur la vie, sur l'âme humaine, sur les gens en général.

J'ai trouvé les personnages excellents, bien différents les uns des autres tout en étant originaux et très justes. J'ai une préférence pour le personnage de Dorothy Lestrade qui souffle vraiment le chaud et le froid mais que je trouve très attachante. A l'inverse, alors que le récit semble souvent se focaliser sur Sherman, ce personnage là se révèle finalement presque le plus décevant humainement parlant, surtout quand on découvre dans l'épilogue ce qu'il deviendra plus tard. Et le vrai héros de cette BD, au final, se retrouve plutôt être Ed Velasquez qui aura sans doute gagné le plus en maturité entre le début de l'histoire et l'épilogue.

Une BD aux multiples histoires toutes simples mais touchantes et très prenantes, un long aperçu de la vie de jeunes adultes qui entrent tout juste dans le monde du travail, un récit empli d'humour et d'émotions, un livre qu'on referme avec nostalgie.

J'ai vraiment adoré ma lecture, les personnages que j'y ai suivis, les sentiments que j'y ai éprouvés et les émotions et les souvenirs qu'elle a su graver en moi.

Nom série  Les Colocataires  posté le 06/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le troisième et dernier tome qui vient de paraitre apporte une conclusion aux Colocataires. Cette série BD est basée sur un thème assez classique dans le domaine scénaristique de nos jours, celui d'un groupe de colocataires dont les vies privées sont variées et s'entrechoquent parfois. Voilà un schéma qui a fait le bonheur de pas mal de séries télé par exemple mais aussi de quelques BDs. Encore fallait-il y apporter du neuf ou beaucoup d'humour pour faire sortir celle-ci du lot ?
Hélas, ce n'est pas vraiment le cas...

Le graphisme fera très vite penser à Monsieur Jean et au style simple et efficace du tandem Dupuy/Berberian. L'esthétique y est cependant moins réussie et la technique semble un peu oubliée par moment. Cela se voit surtout dans les planches du dernier tome dont les décors sont visiblement moins fouillés que ceux du premier et dont le dessin semble parfois avoir été fait sans trop de soucis du détail. Les traits des visages, notamment, manquent de vie et d'expressivité à mes yeux. De même, l'encrage n'est pas à mon goût car je le trouve approximatif alors même que, d'ordinaire, j'aime ce type d'encrage assez épais.

Quant au scénario, eh bien, c'est celui d'une bande de jeunes adultes qui démarrent dans la vie professionnelle ou achèvent leurs études. Une thématique un peu trop usée pour s'en contenter sans rien de neuf à y ajouter. Leurs vies intimes et professionnelles sont assez variées mais sans grand intérêt outre mesure. Les personnages ne sont pas tellement attachants non plus. Et même à la fin, quand les auteurs nous offrent la planche nostalgie typique qui se doit de faire remonter les émotions du lecteur, ce que j'ai ressenti était quasiment inexistant par rapport à l'émotion que j'avais ressentie à la fin d'un album comme De mal en pis portant sur le même thème de la colocation.

Bref, je crains que les Colocataires surfent un peu trop sur une vague qui s'épuise sans avoir su lui donner un nouveau souffle. Cela reste une lecture divertissante mais sans plus.

Nom série  Convoi - Les Aventures de Karen Springwell  posté le 21/11/2003 (dernière MAJ le 05/02/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal.
Le dessin et la couleur rappellent fortement à la fois l'Incal et Alef Thau, il est vrai. Ensuite, concernant le scénario, c'est pas mal et suffisamment complexe pour être intéressant. L'idée du monde virtuel de Convoi, sorte de gigantesque mmorpg (massive multi player role playing game) dans une réalité virtuelle futuriste est très sympa, et l'intrigue qui s'y joue ainsi que dans le monde réel est de bon niveau.
Les quelques reproches que je pourrais faire sont par exemple que de prendre comme héros (parmi d'autres) 2 jumeaux encore enfants mais déjà génies de l'informatique, ça fait un peu resucé de BDs pour enfants où il faut que le héros soit un enfant mais comme le scénario est complexe, on va dire que c'est un génie.
Bref, le public visé est tout juste un peu trop jeune comparé au scénario, et c'est peut-être de là que vient le fait que cette série soit si méconnue.

Nom série  La magique lanterne magique  posté le 05/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
En 2005 paraissait Période Glaciaire, ouvrage "sur commande" où De Crécy utilisait de vraies oeuvres du Louvres pour lui rendre hommage et les intégrer dans un récit de son imagination où il pouvait laisser éclater tout son talent graphique et son imaginaire débridée. Une première en BD ? Eh bien non puisque Fred avait déjà produit une oeuvre similaire en 1983 : La magique lanterne magique.

Cet album, créé lui aussi sur commande, est un hommage à l'imagerie Pellerin (imprimerie existant depuis 1735) et aux images d'Epinal en général, elles qui ont diverti et fait rêver tant de personnes au 19e siècle. Contes et récits en belles images colorées, gravures militaires minutieuses et esthétiques, jeux de l'oie et autres images à l'ancienne sont intégrés tels quels dans le récit de Fred.
L'intrigue est du Fred tout craché, un univers onirique et un peu délirant, où tout est possible, dans une ambiance très proche de la série Philémon.
L'auteur, comme à son habitude, joue beaucoup sur le support BD lui-même, obligeant le lecteur à tourner la BD dans tous les sens, à jouer avec l'image et les jeux proposés, chercher des éléments cachés, dessiner lui-même en suivant les points, etc... Il y a un peu d'Oubapo dans cet album.

Hormis ces originalités et le plaisir de retrouver l'imaginaire de Fred, je dois dire que le récit ne m'a guère captivé. Je n'y ai pas tellement retrouvé la poésie d'un Philémon ni l'humour dont sait parfois faire preuve l'auteur. En définitive, la vingtaine de planches de cet album ne m'a pas vraiment convaincu. Les grands amateurs de Fred s'arracheront cependant sûrement cet album plein de trouvailles et qui doit être assez rare de nos jours.

Nom série  Moi je  posté le 05/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime beaucoup le style graphique d'Aude Picault que j'ai découvert via le blog de Chicou-chicou puis par la lecture de Papa. Je le trouve élégant, fin et efficace. Il est en outre doté d'une vraie personnalité qui fait plaisir à voir et à reconnaître.

Ces deux petits albums m'ont bien plu. Leur structure est surprenante puisque ça ressemble un peu à un carnet de petits dessins en une page, une sorte de carnet de croquis ou un journal intime. Mais c'est en fait bien un vrai récit qui se construit ainsi, celui de la vie de célibataire d'Aude Picault elle-même. Comme un blog, ce sont des petits moments clés, des anecdotes futiles ou pas, qui sont offertes au lecteur pour mieux comprendre l'état d'esprit de l'héroïne, ce qui fait sa vie, ses petits soucis, ses pensées intimes.
C'est original dans la forme, bien raconté, attachant et souvent drôle.
Bref, ce sont de jolis petits albums dont je conseille la lecture.

Nom série  KatZ  posté le 05/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les quelques strips publiés sur le net avaient attiré mon attention.

Je trouve en effet le dessin sympathique. A la fois lâché et dynamique, il semble simple mais m'apparaît comme particulièrement efficace en matière d'humour.

Après lecture des albums parus, je trouve cette série plaisante. Difficile de faire encore rire avec des strips sur les chiens ou les chats : il y en a tellement. Et pourtant j'ai trouvé que pas mal des gags de ces albums étaient rigolos. Quelques strips à l'humour non-sense ou subtilement fins m'ont parfois fait penser au niveau de Calvin et Hobbes qui est une référence à mes yeux. Bien sûr, comme presque toujours dans ce domaine, c'est assez inégal et certains gags tombent plus à plat. Mais dans l'ensemble, c'est une bonne série de strips humoristiques, ça vaut le coup de la découvrir.

Nom série  Les Enquêtes du Dr Li  posté le 05/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les Enquêtes du Dr Li, voilà qui n'est pas sans rappeler Les enquêtes du juge Ti, la série de romans de Robert van Gulik mettant en scène un enquêteur dans la Chine médiévale. Mais ce genre n'existant pas en BD, j'étais ravi de découvrir ce manhua sur un thème similaire. D'autant plus que Qian Yu ajoute à ses intrigues un peu du fantastique et des arts martiaux qui composent les récits façon Tigre et Dragon. Cocktail intéressant et plutôt bien mené.

Le graphisme est dans une veine proche du shojo. Les personnages sont fins et mignons, avec ce léger défaut qu'il n'est guère aisé de les différencier. Le trait est bon quoique moins impressionnant techniquement que les autres oeuvres de la même collection, notamment Le Pavillon de l'aile ouest dont le style graphique se rapproche. Les décors sont souvent un peu vides mais cela n'entache en rien la lecture.
Seul reproche, la narration graphique n'est pas toujours évidente. Il m'est arrivé plusieurs fois de me tromper de case à la lecture car la mise en page n'est pas toujours instinctive.

Concernant le récit, c'est une véritable enquête à la Agatha Christie. Un mystère insondable, peut-être même surnaturel croit-on, en début d'album puis l'enquêteur, tel un Hercule Poirot de la Chine ancienne, va dénouer tous les fils de l'intrigue pour finir par dévoiler la vérité devant un auditoire où tout le monde est suspect.
Voilà un style de récit que j'adore mais je lui trouve ici quelques légers défauts. Le premier est l'utilisation du fantastique des arts martiaux qui, quoiqu'originale dans un tel polar, décrédibilise un peu le dénouement de l'enquête en offrant quelques facilités au scénariste. Le second est une narration un peu embrouillée, des dialogues pas toujours faciles à suivre, bref un lecteur qui doit un peu s'accrocher pour bien tout saisir par moment.
Cela reste néanmoins une lecture tout à fait sympathique et divertissante. Le héros, notamment, est assez attachant, se permettant d'ailleurs quelques touches d'humour rafraichissantes dans ce type de récit.

A lire pour ceux qui aiment les enquêtes policières et le décor historique de la Chine médiévale avec sa part de magie et de légendes.

Nom série  Léa Graslin  posté le 05/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette BD a pas mal de qualités que ce soit au niveau de la narration ou du dessin. Son principal défaut, c'est qu'elle se compare immanquablement à Blacksad dont elle se rapproche beaucoup trop.
Nous retrouvons en effet ici une trame très similaire. Polar animalier, détective privé qui enquête en parallèle d'un commissaire bourru connu de longue date de l'héroïne, dessin proche du style Disney contrastant avec une ambiance un peu noire, histoires en un tome. On s'y croirait à ceci près que, non seulement l'originalité n'est plus là mais surtout, Léa Graslin ne tient pas la comparaison.

Pris indépendamment, le graphisme n'est pas mauvais. Les personnages animaliers façon Disney sont sympathiques d'aspect. Les postures des personnages sont pleines de vie et les scènes d'action très dynamiques. Seules les expressions un peu répétitives des visages, et notamment celui de l'héroïne qui a toujours les mêmes sourcils à demi froncés, sont un peu dommage. Les décors sont plus simples mais corrects.
L'ennui à nouveau, c'est la comparaison avec Blacksad. Elle se fait dès la première planche où, comme dans le premier tome de Guarnido, on a droit à deux vues plongeantes sur un bureau encombré. La différence de niveau technique est franchement flagrante.
En outre, les couleurs informatiques et délavées ne sont pas tout à fait à mon goût.

Quant à l'histoire, même si elle se déroule correctement, elle n'est pas des plus captivantes. L'héroïne est assez antipathique, femme au physique superbe qui le sait et se prend vraiment trop au sérieux, paraissant mépriser une bonne part de son entourage à commencer par son dévoué assistant. Le récit est largement axé sur le sexe notamment parce que le père de l'héroïne tient un sex-shop mais aussi parce que ses enquêtes sont le plus souvent des histoires de moeurs et de prostitution. D'où quelques scènes un peu racoleuses dont on aurait pu se passer.
Quant à l'intrigue en elle-même, elle manque de saveur et d'intérêt. On la suit sans grande passion, s'indignant parfois de certaines coïncidences faciles et du hasard qui fait bien les choses en plaçant l'héroïne au bon endroit au bon moment sans que rien ne le justifie dans le scénario.

Bref, une lecture divertissement qui reprend trop la recette de Blacksad sans en atteindre la qualité tant au niveau graphique que scénaristique.

Nom série  Arcanes  posté le 04/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai plongé dans l'intégrale (des tomes actuellement parus) de cette BD sans savoir du tout à quoi m'attendre. J'y ai découvert une série scindée en histoires par tome ou en diptyques. Le sujet, un mélange d'action/thriller et d'ésotérisme/fantastique à base de cartes qui donnent des pouvoirs tout simplement magiques à leurs utilisateurs (qu'on n'aille pas me dire que la création soudaine d'un mur de briques dans une allée était un simple coup de pouce aux probabilités).

Le dessin est classique et réaliste. Il colle parfaitement à ce style de récit. Aucun reproche de ce côté là.
Les intrigues sont complexes et j'avoue avoir été perdu à la lecture du premier tome. Les auteurs nous assènent en effet beaucoup de données d'emblée, avec des thèmes complexes et des noms de factions et d'organisations que tous les protagonistes semblent connaître à l'exception du lecteur. Ce dernier est donc obligé de recoller les morceaux et de réfléchir pour bien comprendre les tenants et aboutissants du récit. Beaucoup de mystères sont entretenus dans cette série qui du coup me rappelle un peu Le Chant des Stryges dans la structure de son suspense à base d'organisations venues du fond des âges, de grands complots planétaires, de personnages dotés de pouvoirs fantastiques et d'indices disséminés au fil des tomes par les auteurs.

Il y a cependant un certain charme à ces histoires qui, sans la partie mystère et sombre ésotérisme, se résumeraient à de banales scènes d'action pas toujours très réalistes accompagnées de rebondissements parfois un peu faciles. Et j'avoue avoir été assez capté par cet univers et ce système d'Arcanes magiques. Du coup, je vais me dépêcher de lire Arcane Majeur et L'Histoire Secrète pour en savoir plus, et être un peu moins frustré de la lecture du tome 5 qui fait en permanence référence à ces deux autres séries du même univers.

Nom série  Main-Gauche  posté le 03/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une vision intéressante du conflit entre indiens d'Amérique et blancs au sortir de la Guerre de Sécession. Comme le dit Pacman ci-dessous, c'est vrai que cette BD peut rappeler "Danse avec les loups", mais elle prend le contre-pied. Ici, ce sont les indiens qui découvrent la civilisation blanche, sa modernité et son côté sombre. Pas de manichéisme puisqu'on est placé ici dans le camp des peaux-rouges et que ceux-ci ne forment vraiment pas un front uni contre les "méchants blancs". Je déplore tout de même beaucoup de comportements caricaturaux de blancs détestables et haineux.

Le récit est bien construit quoiqu'un peu confus dans sa narration.
De même, le dessin est plutôt bon dans le trait mais il manque un peu de clarté. Et les couleurs directes sont un peu spéciales. Elles ne sont pas moches mais elles paraissent... trop colorées, pas assez naturelles. Elles affichent trop souvent des jaunes, bleus, rouges et autres oranges qui donnent un aspect assez artificiel et embrouillé aux planches. Malgré cela, certaines pages sont très jolies. C'est juste un peu... inégal.

Une lecture sympathique et intéressante qui plaira aux amateurs de conflits de civilisation et du récit historique de la conquête de l'ouest.

Nom série  La Porte d’Ishtar  posté le 03/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Je suis amateur de polar historique et la Porte d'Ishtar en est manifestement un. Le décor est la Babylone du 9e siècle avant notre ère, un décor original et visiblement bien documenté. Quant au récit, c'est celui d'une jeune scribe désignée par la reine pour être enquêtrice royale officielle et qui va donc tenter de faire éclater la vérité dans diverses histoires criminelles complexes. Intéressant dans le concept, n'est-ce pas ?
Mais j'ai eu les plus grandes difficultés à apprécier les premières pages de cette BD. Elles accumulent en effet les défauts qui rendent le lecteur réticent et l'empêchent de rentrer dans l'histoire.

Le dessin, tout d'abord, est très moyen. Il est correct à première vue, avec des décors simples mais efficaces. De même, les personnages, brièvement observés, sont satisfaisants et à feuilleter l'album on pourrait se dire que le niveau technique est plutôt bon. Mais à la lecture, les défauts sont trop manifestes. Les anatomies sont approximatives, les mains trop petites et les personnages affichent trop souvent des poses qui manquent totalement de naturel. Et personnellement j'ai été rebuté par les expressions outrées des visages, les rictus et sourires exacerbés et bien souvent en contradiction avec les émotions que devraient dégager les personnages dans les scènes concernées. Le visage de l'héroïne notamment est l'un des plus touchés par cette discordance agaçante.

Quant au récit, les premières pages sont très difficiles. J'ai véritablement eu le sentiment que l'auteur voulait faire preuve d'emblée de toute sa connaissance de la civilisation mésopotamienne et les dialogues accumulent beaucoup trop de noms compliqués, de fonctions, de lieux, etc. Qui plus est, l'intrigue poursuit trois enquêtes en parallèle, chacune avec son lot de personnages et encore tout autant de noms à retenir. J'ai franchement été perdu pendant près de la moitié du premier tome. A chaque fois que je tentais de rattraper les morceaux, le récit amenait de nouvelles données à assimiler. A tel point que la lecture se révèle pénible et qu'on peine vraiment à entrer dans l'intrigue.

Pourtant, passé ce démarrage compliqué, les choses se mettent en place et le lecteur finit par bien comprendre les tenants et aboutissants de chaque enquête et à cerner la situation de l'héroïne au milieu de tout cela. Et c'est alors que je me suis mis à accrocher.
Le décor historique est rendu avec réalisme et amène un premier intérêt. Mais les enquêtes en apportent également un autre, notamment l'enquête principale qui devient assez prenante vers la fin du premier album.
Tant et si bien qu'alors que le début de ma lecture m'avait un peu rebuté, j'ai ressenti une véritable envie de lire la suite quand je suis arrivé à la fin du premier tome.

Si le dessin faisait preuve d'un peu plus de technique et si le début du scénario n'était pas aussi dense et confus, je pense que nous aurions là un bon polar historique. En attendant, je réserve mon opinion en attendant la suite.

Nom série  Câlinée sous X  posté le 31/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
La couverture et le titre de cette BD attisaient ma curiosité depuis un moment mais j'avoue avoir été déçu par ma lecture.

C'était avant tout le graphisme qui m'attirait. En feuilletant l'album, je trouvais les couleurs sympathiques et les bouilles des personnages expressives et mignonnes. C'est un style de dessin assez moderne, de forte inspiration manga par moment.
Je le trouve cependant encore un peu amateur, manquant de maîtrise dans le trait, l'encrage, l'anatomie et les décors. Ce n'est pas moche, c'est même parfois assez agréable et vivant comme style. Mais certains défauts et certaines approximations m'ont régulièrement dérangé.

Ceci étant dit, sur un bon récit, je n'aurais pas été plus ennuyé que cela. Mais c'est là que je n'ai vraiment pas accroché.
La narration est très décousue. Déjà, il m'a fallu plusieurs pages avant de comprendre la structure en flash-backs, pouvoir discerner quels passages étaient dans le présent et lesquels dans le passé. Reconnaitre facilement les personnages m'y aurait aidé mais ce n'est pas chose aisée en première lecture puisque l'héroïne change de look et que, vu le style de dessin, le look des personnages est bien l'une des seules manières pour les reconnaitre. D'autant plus qu'ils ne sont que rarement appelés par leurs prénoms dans les dialogues des premières pages.
Mais une fois que j'ai eu compris la structure, j'ai constaté que le scénario racontait des petits bouts de la vie intime de l'héroïne, avec ses hauts et ses bas, ses expériences sexuelles et plus ou moins sentimentales, sans vraiment de liant et le tout étant assez morose. J'ai vraiment peiné à m'attacher à ces petites frasques assez immatures, à ces personnages superficiels aux comportements adolescents, à ces scènes de sexe franchement froides voire malsaines. Et tout ça pour finir sur l'entame de (peut-être) une petite love story. Hum... Mouairf...

Exercice vain et mal raconté à mes yeux, je n'ai pas accroché.

Nom série  Le Bar des Acariens  posté le 29/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
J'ai l'impression avec cette BD d'avoir lu un reliquat de vieil humour complètement dépassé et bas de plafond, une BD comme je croyais qu'il n'en était plus publié depuis les pires tomes de L'Agent 212 et autres Les Zappeurs. C'est de la "grosse rigolade" franco-belge poussive, avec des gags déjà vus des centaines de fois.

Le fait de situer le décor chez des acariens semble ne constituer rien d'autre qu'un moyen pour ne pas avoir à dessiner de personnages trop compliqués et à faire plutôt à la place de bons gros monstres rondouillards, faciles à dessiner et à qui on peut donner à loisir les allures clownesques recherchées. Pour le reste, on n'a là rien d'autre que des bonshommes humains, dans une ville humaine, simplement dessinés comme de soit-disant acariens avec pour seule particularité que les alcools qu'ils boivent ont des noms exotiques façon "jus de tique écrasée".
Et ces humanoïdes sont des caricatures de ce qui peut se faire de plus rétrograde en matière de façon de penser et de vouloir faire rigoler. C'est bien connu, les hommes sont des bons à rien qui passent leur temps à se bourrer la gueule au bar. Et les femmes sont des bobonnes ménagères juste capables de suivre bêtement la mode, de faire la popote et d'engueuler leur mari quand il rentre du bar.
Ah, là, il y a matière à faire tout un album de gags hilarants et novateurs, n'est-ce pas ?

Non.

Nom série  Korrigans  posté le 27/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne m'attendais pas à grand chose avec cette série car autant je trouve le graphisme de Civiello intéressant, autant ses histoires fantasy comme La Graine de Folie ne m'avaient vraiment pas captivé. Mais nous avons là un récit simple mais pas mal, en tout cas lisible ce qui n'est pas toujours le cas avec Civiello, qui se lit avec plaisir et bénéficie bien de son dessin virtuose.

Le scénario est un mélange assez classique entre légendes celtiques et heroic-fantasy. Elfes, lutins et orcs sont remplacés ici par Thuatan de Danan, Korrigans et Formolés et le seigneur des ténèbres est un ancien roi-sorcier Formolé, mais on s'y retrouve vite. Dangereux combattants, puissants magiciens, créatures fantastiques, et une petite fille perdue au milieu de tout cela mais qui révèlera un grand courage et des pouvoirs particuliers : la recette est classique. Classique mais plaisante car j'ai lu le tout avec un certain intérêt.
Le premier tome se parcourt un peu trop vite mais les suivants gagnent en densité et en complexité.

Quant au dessin, comme dit plus tôt, Civiello est un virtuose dans son domaine. Son style est très esthétique mais il se rapproche plus de l'illustration que de la BD : cela donne un peu trop souvent des personnages figés et pas toujours très semblables de visage d'une case à la suivante. En outre, il manque parfois un peu de clarté pour bien comprendre l'action mais ça s'améliore à partir du tome 3.

Une sympathique BD de divertissement entre fantasy et celtique avec un joli dessin.

Nom série  Les deux du balcon  posté le 26/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai pas mal entendu parler de Francis Masse et de ses oeuvres, mais celle-ci est la première que je lis et elle ne m'a clairement pas convaincu.

J'aime bien le graphisme. Ce mélange entre décors aux aspects de gravures retravaillées et ces personnages expressifs et bien dessinés m'ont bien plu. Tout cela est esthétique et agréable à l'oeil.

Ce serait même un graphisme efficace si cette BD n'était pas aussi bavarde.
Mais que c'est bavard !
Tellement que, je l'avoue, je n'ai pas réussi à tout lire. Très vite, trop vite, je me suis pris à feuilleter les pages sans lire tous les dialogues tellement ils étaient pesants.

C'est toute l'idée de cette BD, deux personnages à un balcon, façon petits vieux du Muppet Show, commentent ce qu'ils voient et parlent comme des encyclopédistes qu'ils disent être. Et chaque histoire courte embraye sur un thème issu de livres d'essais sur la physique, la psychologie ou autres. C'est comme si l'auteur avait ouvert une encyclopédie au hasard et décidé de reprendre l'intégralité d'un article et de le mettre dans la bouche de ses personnages. Résultat, c'est ch... ennuyeux. Et pas drôle alors qu'il semble que ce soit l'effet recherché.

Et pourtant je suis amateur de loufoque et ce qu'on voit dans ces planches est tout ce qu'il y a de plus loufoque la plupart du temps, mais c'est trop lourd et trop bavard.

Nom série  Fritz the Cat  posté le 25/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est avec cet album que j'ai à la fois lu mon premier Crumb et découvert pour de bon ce Fritz the Cat dont le dessin animé, interdit pour moi à l'époque, avait attisé ma curiosité de gamin : un dessin animé pour les adultes, interdit aux enfants, alors que le héros est un monsieur chat ?... Je m'imaginais le plus subversif, du sexe, du trash, de quoi vraiment choquer !

Le découvrant maintenant, adulte et doté d'une bonne expérience en matière de BD ou d'histoires aussi subversives soient-elles, je suis déçu. C'est un peu osé mais surtout assez ennuyeux.

Le dessin n'est pas terrible. Très hésitant pour la première histoire, il devient par la suite simplement... banal.
Les histoires ont dû surprendre, replacées dans leur époque, car elles sont crues et un peu licencieuses, mais il n'y a là rien de bien épatant. Le personnage de Fritz, coureur de jupons irresponsable et imbu de lui-même, se voulant poète bavard et rebelle, m'est assez antipathique. Les récits reflètent une ambiance 68-ardes et abordent pas mal de sujets d'époque, libération de la femme, racisme, amour libre, oppression des forces de l'ordre contre le peuple qui veut vivre libre, etc... Mais tout cela n'est vraiment pas palpitant et surtout, là où l'auteur semble vouloir mettre de l'humour, je ne rigole pas du tout. Je m'ennuie en fait...

Bref, relativement intéressant replacé dans son contexte mais ce n'est pas là une oeuvre impérissable.

Nom série  80°C  posté le 31/08/2007 (dernière MAJ le 25/01/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Kana se lance à son tour dans les manhuas (BD chinoises) avec cet album qui est le premier publié par eux. Je l'ai donc lu avec curiosité.

Malgré un dessin sympathique et une narration graphique maîtrisée, je dois pourtant admettre avoir eu du mal à me laisser convaincre par ma lecture.
Les personnages sont sympathiques, relativement originaux et pleins de personnalités. Le décor de petite troupe de théâtre amateur (interprétant une adaptation du Roi et l'Oiseau de Paul Grimault) est plaisant même si assez peu exploité finalement. Et la relation entre les deux personnages principaux, une jeune fugueuse de 17 ans au caractère bien trempé et un metteur en scène trentenaire et autoritaire, est spéciale et un peu ambiguë.
Pourtant je dois dire que je me suis un peu ennuyé pendant la plus grosse partie de ma lecture. Difficile en effet de voir où l'auteur veut en venir, pourquoi tout ce mystère autour de la vie privée du metteur en scène, pourquoi la jeune fille s'accroche à lui alors qu'elle est en permanence en colère contre lui et qu'elle l'insulte dès le premier jour, etc. Le rythme est assez lent, l'intrigue sans véritable accroche, les évènements se suivent sans toujours de réels liens. Bref, la majorité du récit, quoiqu'elle soit bien racontée, n'est pas très passionnante.

En réalité, le tout prend sa véritable saveur et son intérêt sur la fin, quand l'auteur finit par faire passer le voire les messages assez philosophiques qu'il mettait en place depuis le début. Messages sur les relations entre les individus, l'amour, mais aussi sur la mémoire, le fait que les sentiments ne sont pas éternels, et la force du souvenir.
J'ai été touché par cette fin de récit et tout ce qu'elle implique. C'est une belle fin, intelligente, pleine de bon sens et de maturité.
Rien que pour cela, je suis prêt à oublier le fait que je n'avais pas accroché au reste du récit car il sert en fait à donner de la consistance au message final.

Nom série  John Doe  posté le 24/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec toutes les séries action/thriller qui existent de nos jours, avec un tueur à gages et des maffieux en personnages principaux, je croyais tomber sur "une série de plus" dans le même genre. Mais j'avoue avoir été surpris par John Doe car je ne m'attendais pas à ce que le scénario soit aussi tourné vers l'humour.

Quand on regarde le dessin, ça a l'air très sérieux pourtant. C'est un style moderne, précis, juste dynamique comme il faut. Il y a quelques petits loupés par-ci par-là pour des yeux tatillons mais c'est du bon boulot. On se croirait vraiment dans un récit à la Van Hamme façon Largo Winch et autres Lady S..

D'où ma surprise quand je me suis rendu compte que ça ne se prenait vraiment pas au sérieux.
Le premier tome m'a déstabilisé car je ne m'attendais pas à ce qu'il ne soit qu'une longue course-poursuite, assez grand-guignolesque par moment, d'un tueur à gages après un oeil de verre. L'humour est parfois basique ou prévisible mais j'apprécie la fraicheur du contraste avec l'ambiance que je m'attendais à trouver dans ce genre de récit. Par contre, cet album d'introduction se lit un peu trop rapidement du coup.
Les deux albums suivants gagnent heureusement en densité donnant plus de profondeur à un récit qui, autrement, aurait trop tenu du sketch comique à rallonge. L'humour laisse peu à peu la place à plus d'action et de suspense tout en gardant un ton badin, qui tient surtout aux personnages, le héros tueur à gage débonnaire quoique colérique et ses ennemis maffieux un peu ridicules.
Les moments humoristiques m'ont paru parfois trop artificiels et voulus, cela manque de naturel, mais c'est tout de même sympa.

Une lecture divertissante, qui ne se prend pas au sérieux, et mélange allègrement humour et thriller.

Nom série  Un peu avant la fortune  posté le 23/01/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un peu avant la fortune c'est avant tout 15 planches parues dans le collectif Correspondances en 2003. Les éditions Dupuis ont ensuite décidé de laisser leur chance aux auteurs, J-C Denis et le tandem Dupuy/Berberian, pour prolonger l'histoire de ces pages et broder ainsi un album complet sur cette base.

La transition est invisible au niveau graphique. Le trait est dans la veine si typique de Dupuy et Berbérian, celle de Monsieur Jean. L'encrage est cependant plus épais, plus doux. Les ombrages sont joliment brossés donnant encore plus de velouté aux planches à mes yeux. La mise en couleurs, relativement monochromatique, est très plaisante et crée une ambiance assez particulière au récit.

L'histoire, quant à elle, est un peu décousue. Elle est agréable à suivre mais pas toujours aussi captivante que je l'aurais espéré.
On y suit un détective privé trentenaire qui vient de gagner au loto et qui hésite à encaisser tout de suite les gains, de peur que sa vie en soit bouleversée. Du coup, il se met à beaucoup réfléchir, à errer un peu, à se méfier des gens qui l'approchent, amis ou ex-petite amie. Et comme si cela ne suffisait pas, le hasard fait en sorte que beaucoup de péripéties lui tombent dessus. On s'y perd un peu dans ce récit qui est assez touffue et peu linéaire. Certains éléments apparaissent puis disparaissent plus ou moins comme un récit un peu improvisé, chose émanant évidemment en bonne partie de la structure du récit : une histoire initiale en 15 pages dont certains points ne seront finalement plus utiles au reste du scénario brodé par-dessus.

J'avoue avoir un peu décroché au cours de ce récit, pestant parfois envers l'apathie et la confusion mentale du personnage principal qui fait écho à la confusion relative du scénario. Et j'allais même partir sur un réel agacement lors du coup de théâtre qui devait amener à la conclusion. Je me posais en effet quelques questions sur la cohérence de certaines parties du récit, comme la façon dont le Française des Jeux auraient bien pu obtenir le nom et numéro de téléphone d'un gagnant qui n'avait pas fait enregistrer son ticket gagnant.
Mais heureusement, les dernières pages relèvent l'intérêt du scénario car le héros y reprend vraiment du poil de la bête, et démontre aux lecteurs en même temps qu'à ses amis qu'il est resté les pieds bien sur terre, intelligent et même rusé face à l'adversité. En bref, la conclusion optimiste du scénario m'a réconcilié avec les égarements que j'avais ressentis quelques pages plus tôt.

Une lecture sympathique, peut-être pas vraiment marquante mais en tout cas de bonne facture tant graphiquement que scénaristiquement parlant, qui vous fera sans doute passer un moment pas désagréable.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 246 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque