Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4981 avis et 1922 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Croisière Cosmos  posté le 16/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une lecture originale et bien plaisante, mais j'avoue que j'en attendais un peu mieux.

L'idée de base me plait : se situer dans un gigantesque vaisseau interstellaire et que des créatures extraterrestres, initialement capturées par des humains mystérieusement disparus, y soient désemparées quand elles se retrouvent soudainement toutes en liberté. Mélange de SF et d'humour. Et d'imaginer que ce soit là le point de départ de péripéties loufoques et dialogues délirants, c'est un postulat qui me plait bien.

Et c'est vrai que le résultat est sympathique. Il y a pas mal de bonnes idées dans les nombreux chapitres qui composent cet album. C'est souvent drôle, souvent inattendu. Et le tout forme une histoire complète qu'on suit agréablement.

J'ai deux regrets.
Tout d'abord le fait que même si j'ai été amusé, je n'ai pas vraiment ri. C'est un humour sympa mais pas hilarant à mon goût. Question de goût probablement.
Le deuxième point est également subjectif, c'est que je n'ai pas été totalement captivé par ce long récit. Je l'ai suivi sans déplaisir mais j'ai décroché par-ci par-là, sortant un peu du bouquin, ce qui ne m'arrive pas d'ordinaire quand je suis vraiment sous le charme d'une lecture.

Quoiqu'il en soit, c'est une bonne lecture et je la conseille. N'en attendez cependant pas le petit chef d'oeuvre que j'avais, à tort, espéré à la lecture de certains avis glanés ça et là.

Nom série  Le Chaman  posté le 16/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Frank Giroud au scénario à ses débuts, Ab'Aigre au dessin que je trouve assez original, et une maison d'édition éphémère au nom aussi original que "Ice Crim's", voilà les 3 raisons qui m'ont amené à lire cet album âgé de plus de 20 ans et largement oublié depuis.

Ce que nous avons là, c'est un polar noir dans une veine très classique. New York, ses docks, ses bas-fonds, des policiers dont au moins un ripou, des escrocs sur la mauvaise pente, et les trahisons et les morts qui s'accumulent.

L'album se divise finalement en deux intrigues successives, l'une amenant l'autre. La rupture m'a paru un peu brutale, j'aurais préféré un scénario qui se tienne davantage de bout en bout plutôt que cette impression d'avoir lu quasiment deux histoires indépendantes.

Le dessin, en bichromie avec de larges aplats noirs, fait preuve d'efficacité mais pêche au niveau du détail et de la finesse. J'ai eu plusieurs fois l'impression que le dessinateur cherchait un peu la facilité et représentait le minimum nécessaire sur ses cases plutôt que de partir dans des décors détaillés et des scènes d'action complexes.

Au final, je n'ai pas été convaincu. D'abord parce que l'histoire n'a rien d'originale. Ensuite parce que certains passages me semblent ratés. Il y a par exemple un échange de coups de feu qui est un moment clé au milieu du récit mais je ne comprends absolument pas pourquoi le premier se met à tirer. J'ai vraiment eu l'impression de louper une explication quelque part.
Par la suite, j'ai lu le reste du récit sans trop m'y intéresser, pas vraiment captivé par une intrigue de polar trop banale à mon goût.

Nom série  Le Dieu des Cendres  posté le 15/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il y a différentes choses qui me plaisent dans cette BD. Tout d'abord son décor historique original : la Grande-Bretagne à l'époque où Cromwell et ses troupes puritaines avaient décidé d'envahir l'Irlande. Le personnage principal lui aussi est original, jeune aristo déluré obligé de s'enrôler dans l'armée pour échapper à la justice avant de se retrouver propriétaire sur des terres confisquées aux catholiques irlandais. De mêler une histoire et une créature fantastique issu de la mythologie celte à ce décor et ce personnage est un cocktail qui me plait bien.

Malheureusement, la mayonnaise ne prend pas pour moi.
D'emblée, j'ai eu un peu de mal avec le dessin. Je ne sais pas vraiment expliquer pourquoi. La technique est bien là et ses couleurs sont plutôt bonnes. Mais je lui trouve un côté trop artificiel, une surabondance d'effets qui lui ôtent toute tentative de réalisme. Je n'aime pas non plus les expressions trop emphasées des visages, d'autant que je les ai trouvées plusieurs fois en contradiction avec l'ambiance du moment.
De même, j'ai eu un peu de mal avec certaines réactions trop brusques des personnages. Cela tient peut-être aussi aux transitions qui sont souvent abruptes. Cela permet d'offrir un récit dense et cela me plait généralement, mais le rythme n'a pas su me séduire et me convaincre. Certains passages sont trop précipités, comme ce trop rapide amour du héros pour sa servante Ana qui nous est assené en quelques cases sans qu'on en ressente quoi que ce soit.

C'est un tout qui fait que "je n'y crois pas". Je n'arrive pas à me plonger pour de bon dans le récit, je reste toujours à sa surface, comme d'une histoire par laquelle je n'arrive pas à me laisser charmer. Il ne reste que le divertissement et la curiosité de savoir le destin de ce jeune aristocrate maudit, mais ce n'est pas une lecture qui me marquera, je le crains.

Nom série  Folies ordinaires  posté le 15/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Je ne connaissais pas Charles Bukowski. Ce dernier, auteur américain du 20e siècle, s'avère réputé pour ses nouvelles mettant en scène des marginaux et autres exclus dans un décor glauque d'Amérique profonde. Ouvriers qui se tuent à la tâche pour survivre, vagabonds, malfrats minables, prostituées hors d'âge, paumés désoeuvrés qui n'ont plus d'autres objectifs dans la vie que boire ou baiser.
Cette ambiance moite et sordide correspond bien au style de Schultheiss qui, avec Le Rêve du requin, était déjà dans une atmosphère similaire, mêlée de violence, de sueur, de corps puants et laids.

Il découle une vraie ambiance de ces tranches de vie sans réel début ni fin. Ce sont des portraits de personnages, des moments, tous plus réalistes et glauques les uns que les autres. L'humanité à outrance qui s'en dégage est presque dérangeante de saleté, de bestialité, de laisser-aller ou de mépris de la vie au profit de la survie.

Malgré la force de cette atmosphère lourde, ce n'est pas ma tasse de thé. L'effet de répulsion recherché par les auteurs est réussi et m'a révulsé à plusieurs passages.
Qui plus est, le dessin de Schultheiss accentue la laideur des personnages en leur donnant des traits variables mais souvent moches voire simiesques.

Techniquement réussie par l'ambiance et la force des récits, ce recueil ne m'a cependant pas séduit et je dois dire que j'ai un peu lâché l'affaire avant la toute fin.

Nom série  Blackwood  posté le 14/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Au premier abord, cette BD présente un peu trop les caractéristiques du récit heroic-fantasy archétypal de chez Soleil, le genre destiné aux adolescents et dont je sature au bout de quelques pages. Il faut cependant lui reconnaître suffisamment de qualités pour que je sois indulgent et demande à voir la suite avant de me prononcer définitivement.

La première qualité est cet univers imaginé. Par bien des aspects, on se croirait dans un monde fantasy empli de magie, de morts-vivants et de combattants héroïques et charismatiques. Mais les auteurs y mêlent des éléments bien terrestres, religion, lieux, culture. Et pour cause puisqu'il s'agit d'une vision fantasy de l'Angleterre de la renaissance. Le cocktail est relativement original.
A côté de cela, autant je trouve les morts-vivants de ce récit assez peu intéressants, autant je suis assez curieux de savoir ce qui explique leur résurrection. Et je suis aussi tenté d'en apprendre plus sur ce fameux Dieu Accroupi de Londres qui a l'air, pour sa part, assez intrigant.

Le dessin est d'assez bonne qualité. J'apprécie plutôt l'esthétique de certains de ses décors. Je n'aime pas trop cependant les quelques tics trop inspirés du manga à mon goût qui affectent les personnages. On se croirait un peu trop souvent dans un shonen de bas étage avec ces personnages un peu poseurs, aux tenues cools et aux armes savamment ciselées. Tout ce qu'il faut pour appâter le jeune adolescent en mal de héros au charisme facile.

A côté de cela, il y a diverses autres choses que je n'ai guère appréciées. Des facilités scénaristiques, des ficelles un peu trop grosses, des trames trop clichés comme le mystère autour du traumatisme de jeunesse du personnage principal ou encore les personnages qui entourent celui-ci en fin de premier tome comme une bonne petite équipe bien classique qui se forme, avec la jolie donzelle aventureuse, le vieux prêtre un peu magicien et la gamine débrouillarde et attachante.

Hormis le décor et quelques détails, cette série, quoique relativement bien racontée et dessinée, n'apporte donc pour le moment pas assez d'innovation pour attirer plus que cela mon attention. A voir avec la suite...

Nom série  Neverland  posté le 13/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
La couverture, le graphisme et les couleurs m'ont attiré vers cette BD. Il faut dire que j'aime ce style assez moderne, ces couleurs informatiques un peu pastels, et ces personnages dynamiques et sympathiques. Je leur trouve un petit air des personnages de Krassinsky (Kaarib), autre dessinateur que j'apprécie vraiment, le tout agrémenté de couleurs assez proches de la mouvance italienne moderne (Sky-Doll, Monster Allergy, etc.).

La thématique aussi m'attirait. Comme la majorité des lecteurs de BD, je réprouve ce que devient la télé commerciale de nos jours, l'insupportable omniprésence de la pub et l'hypocrisie médiatique que le business implique.

Malheureusement, j'ai eu toutes les peines du monde à entrer dans ce récit. Le début est tellement embrouillé que c'en est pénible à suivre. J'ai eu l'impression que ça partait dans toutes les directions. J'ai plusieurs fois décroché car la narration n'est pas des plus fluides et l'intrigue pas toujours compréhensible. Je ne savais jamais sur quel pied danser. Etait-ce un récit satyrique et absurde à la manière des Chroniques absurdes de Prado ? Etait-ce un récit sérieux étrangement raconté ? Est-ce qu'il fallait y voir de l'humour, une vision acide de la société ou un début de thriller ? Tout se mélangeait sans que rien ne prenne forme pour moi.
A partir de la moitié de l'album, j'ai fini par bien cerner l'intrigue, la narration se faisant plus linéaire, plus compréhensible. Hélas, il était trop tard car le début éprouvant m'avait empêché de m'attacher aux personnages et l'ambiance ne s'était pas instaurée du tout. J'ai donc suivi le reste sans trop m'y intéresser, remarquant encore quelques petites incongruités et autres sauts du coq à l'âne pas toujours instinctifs.

Il y avait là une thématique, une idée de scénario et un dessin qui auraient pu donner quelque chose de bon. Mais la narration est trop confuse et le récit donne l'impression de tout mélanger sans que la mayonnaise ne prenne.

Nom série  Real  posté le 13/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Voilà un manga de belle qualité portant sur le sport, sur le handicap et sur le dépassement de soi.
Ce récit se démarque surtout par sa teneur très adulte. Nous sommes loin d'un shonen de sport où un jeune héros ou une équipe de jeunes motivés va participer à un tournoi et tout gagner comme par magie.
Ici, le premier thème abordé est celui du handicap. Les héros ont subi des accidents qui les ont rendus handicapés, et par la suite certains ont sombré ou sont passés au bord du gouffre psychologique. Et le sport, le handi-basket, et l'exemple d'hommes à la volonté d'acier, vont leur montrer qu'être handicapé ce n'en est pas moins être un homme, capable de se dépasser et d'atteindre des objectifs inimaginables autrement.

Il y a des passages vraiment forts dans ce manga. Des moments poignants, réalistes, durs et beaux par leur simplicité mais aussi par la force de caractère qu'ils impliquent. Les relations entre les personnages sont rudes, les clashs fréquents. Pas de guimauve mais jamais d'auto-apitoiement ni de récit mélancolique ou sombre. C'est un vrai coup de fouet à la volonté et au moral, un coup de pied au cul de ceux qui se laissent sombrer alors que leur seule force d'esprit pourrait les transcender. Et même si les héros de ce récit n'y arrivent pas toujours, si leur équipe ne réussit pas toujours à gagner ces tournois auxquels ils tiennent tant, ils ne lâchent jamais le morceau et s'accrochent.

C'est beau, fort, et, comme le titre l'indique, ça parait très réel. Le sport dans ce qu'il a de plus noble pour l'homme.

Nom série  Ouragan  posté le 13/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Le dessin est élégant. Un trait noir et blanc épais, très contrasté, un style un peu rétro mais maîtrisé. C'est joli et cela convient très bien au décor années 50 du récit. Les personnages sont un peu figés mais les femmes, même si elles se ressemblent beaucoup trop, sont belles (il faut dire que Baldazzini est plus connu pour ses séries érotiques).
Seul regret, que l'encrage ne soit pas plus varié, car il est aussi épais au premier plan qu'à l'arrière plan, aplatissant les perspectives et rendant certaines cases un peu fouillis.

Ce graphisme ne permet cependant pas de donner suffisamment de saveur à un récit relativement fade et prévisible.
Très vite, le huis-clos se met en place mais l'ambiance peine par contre à s'instaurer. Les personnages ont tous l'air d'acteurs qui surjouent un peu leur rôle d'égocentriques ou encore de psychologiquement fragiles. Trop caricaturaux à la manière du mari qui travaille dans le milieu du cinéma et ne se sépare jamais de ses lunettes de soleil même en pleine nuit sous l'ouragan. Dans l'ensemble, on se croirait dans un film un peu médiocre, empruntant trop de choses à des intrigues trop connues.
Tant et si bien que le récit se déroule sans vraiment accrocher le lecteur, et que la fin vient sans que toute cette lecture soit vraiment désagréable mais vraiment pas inoubliable non plus. En outre, les trois dernières cases, l'évènement dramatique final, m'ont paru inutiles et le récit aurait probablement gagné à s'en passer.

Nom série  Prisoner of Ice  posté le 11/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai aimé le jeu Prisoner of Ice en son temps et je suis amateur des récits de Lovecraft. C'est donc avec un bon à-priori que j'ai entamé le premier tome de cette BD.
J'ai hélas rapidement déchanté.

Le dessin est proche de l'amateurisme. Basique, abusant de facilités par-ci par-là, offrant des personnages moches aux visages figés, colorisé de manière approximative... Ce n'est vraiment pas terrible.
Mais ce n'est le cas que pour le premier tome, les suivants étant d'autres dessinateurs, un peu meilleurs, techniquement parlant.

Le scénario est médiocre également. Rien à voir avec le jeu vidéo éponyme, ce que je regrette car j'aurais aimé retrouver des éléments de celui-ci. Nous sommes simplement là face à un copier/coller de ce qui fait la base superficielle des récits de H.P Lovecraft. On croirait au pompage pur et simple d'un patchwork de ses nouvelles si le résultat n'était pas aussi puéril et fade. Une expédition, des signes ô combien mystérieux et effrayants (bof...), une tribu sanguinaire vénérant dans la folie des créatures affreuses, un rituel pour ouvrir la porte aux grands affreux Dieux Anciens qui vont tout ravager sur la Terre, rituel qui, ô hasard, attendait juste la venue des explorateurs pour s'entamer, du sang, des péripéties bidons, etc... Bidon, c'est le mot que je retiendrais.
Bidon, fade et prévisible au possible.

Nom série  Cité 14 - Saison 1  posté le 08/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'étais curieux de savoir ce que donnait ce petit évènement éditorial. Un album souple par mois à 1€ l'unité, j'étais à la fois admiratif du travail que cela représente mais aussi un peu méfiant. Aussi est-ce avec curiosité que j'ai profité du fait qu'on me prête le coffret de la saison 1.
Mine de rien, 12 albums, aussi petits soient-ils, cela représente une belle somme de lecture. Et ce fut somme toute une lecture agréable.

Le concept est frais, assez ouvert et permettant d'intéressantes libertés aux auteurs. Ils s'amusent à créer une cité aux allures de New-York un peu déjantée, avec tout un décor et des personnages souvent loufoques.
J'ai bien aimé cette ambiance pourtant assez déstabilisante au départ. De même que j'ai bien aimé les dessins de ces rues et de ces grands gratte-ciels bigarrés.
Tout cela est assez plaisant et forme un récit dense et assez original.

Maintenant, malgré ces qualités, je trouve qu'il manque une certaine accroche à l'ensemble. Le personnage principal ne m'a pas paru très attachant. Chaque tome semble partir vers une nouvelle direction. Cela permet de produire à chaque fois l'équivalent d'une histoire courte par volume, ou d'une thématique courte plutôt dirons-nous. Mais ça n'aide pas à garantir une vraie linéarité à l'ensemble, ni une intrigue qui accroche du début à la fin.
Tant et si bien qu'arrivé à la fin de la saison 1, tout ce que j'ai lu m'a paru un peu embrouillé et bien des mystères restés en place ne me donnent pourtant pas plus envie que cela de lire la saison 2.

Une lecture agréable, un concept et un univers original, mais moins accrocheur que je l'aurais espéré pour une telle série "à suivre...".

Nom série  L'héritage d'Emilie  posté le 17/03/2004 (dernière MAJ le 29/08/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis du même avis qu'Alix ici. J'adore Florence Magnin pour L'Autre Monde et un tout petit peu moins pour Mary la Noire.
Ici, pour L'Héritage d'Emilie, il est clair que le dessin est tout aussi bon. Enfin surtout au niveau des décors, car j'ai eu un peu de mal avec le corps des femmes nues au début du tome 1.
Mais pour le moment, je n'ai pas su encore bien entrer dans l'histoire et l'ambiance. J'ai acheté les 3 premiers tomes, je les ai lus avec plaisir, mais je n'ai pas encore su en tirer le plaisir que j'ai eu à lire les deux autres séries phares de Magnin.
J'attends donc la suite pour m'exprimer de manière définitive sur cette série.

Après lecture de l'intégrale, je ne revois pas vraiment ma note à la baisse mais je ne conseille plus l'achat. L'ambiance change en effet du tout au tout entre le premier et le dernier tome. Le départ me faisait croire à une série fantastique dans un décor un peu celtique avec un manoir et tout. Mais aux environs du tome 3, le récit prend une tournure SF qui mélange un peu tout. L'atmosphère est brisée et le récit devient confus, sans véritable charme.
Je continue à apprécier le dessin de Florence Magnin, j'aime bien l'originalité de cette histoire et le mélange d'idées dont elle fait preuve, mais je ne suis pas vraiment convaincu par l'ensemble.
Il faudra que je relise l'ensemble d'un bloc dans quelques temps, je pense.

Nom série  Bakuon Rettô  posté le 29/08/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est avec un véritable intérêt que j'ai parcouru ce manga relatant avec une belle authenticité l'histoire d'un jeune garçon en passe de devenir un bôsôzoku, membre d'une de ces bandes de motards délinquants dont on entendait parler au Japon dans les années 80.

Le récit est raconté avec une grande fluidité. On est facilement happé par sa narration. Les personnages sont crédibles et facilement attachants, quelques soient leurs défauts. Et le parcours du jeune Kaze Takashi de simple collégien hors du moule vers le futur motard voire délinquant qu'il pourra devenir est rendu totalement compréhensible, presque logique.
Le scénario est mené avec brio, réussissant à la fois à nous faire suivre la vie du jeune homme comme une vraie aventure à suspens tout en dressant un tableau détaillé et très intéressant d'un pan de la société japonaise dans les années 80. L'aspect sociologique et psychologique de ce manga est bien présent et captivant sans jamais plonger dans le journalisme ou l'étude fastidieuse. On a juste l'impression de suivre un jeune garçon auquel on s'attache facilement et aux côtés duquel on a envie de se positionner même quand il se rebelle contre la société et la police.

Qui plus est, le dessin est de très bon niveau. Simple d'aspect, il offre des personnages aux faciès bien reconnaissables et diversifiés. Il se permet en outre différentes techniques pour accentuer l'ambiance de certains passages, bars enfumés, lumières de motos dans les rues la nuit, etc. Tout cela passe avec fluidité mais surtout une grande efficacité.

Un manga de très bon niveau notamment pour son côté informatif. J'attends néanmoins de voir la suite pour savoir si l'intrigue devient davantage prenante qu'elle ne l'est actuellement.

Nom série  Les Bozons  posté le 28/08/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Presque 20 ans après la parution du 3e tome de la série Les Bogros, Makyo et Toldac reviennent sur ces personnages en leur donnant un petit coup de jeune, avec une légère refonte, de nouvelles couleurs et un nouveau nom pour la série. Les Bogros deviennent désormais les Bozons, peuplant la forêt de Higgs, et leurs cheveux noirs ont viré au vert.

Ils sont toujours aussi peureux et leur communauté rappelle toujours un peu celle des Schtroumpfs. Et comme ces derniers, leurs aventures, à première vue simples et enfantines, cachent bien souvent une parabole plus ou moins fine sur la société humaine. Et d'ailleurs, autre fait un peu plus en rapport avec l'actualité, leur chef est un petit bonhomme tout nerveux et dynamique qui s'accroche aussi solidement qu'il le peut à son petit pouvoir.

C'est une série sympathique. Plaisante et simple pour un lectorat jeune, elle présente un humour léger et une satire de la société à même de satisfaire et d'amuser un lectorat adulte. Ce n'est ni hilarant ni particulièrement novateur mais c'est une lecture plaisante, de bon niveau, et servie par un joli dessin et de belles couleurs.

Nom série  Les Cancres  posté le 28/08/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Le dessin est correct dans le genre humour franco-belge.
C'est tout ce qui est potable dans cette BD.

Je l'ai trouvée particulièrement... pas drôle. On dirait qu'elle cherche à jouer sur le succès (?) commercial de L'Elève Ducobu mais offre des gags de piètre qualité. On dirait un remake raté du film "les Sous-doués passent le bac" avec des astuces de tricherie de plus en plus extravagantes. Mais c'est tellement tiré par les cheveux, tellement artificiel, que c'en est vraiment pitoyable au niveau de l'humour. Ca ne m'a pas décroché un seul sourire et à l'inverse je me suis sincèrement ennuyé au bout de quelques pages et de quelques répétitions. Sans compter quelques perles du bac récupérés pour faire des gags faciles mais pas plus amusants que les autres. Rien n'est à garder.

Nom série  Monju  posté le 28/08/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un robot policier dans un Japon un peu futuriste, voilà qui n'est guère nouveau sous le soleil des mangas. Mais c'est le traitement psychologique de ce dernier et de son collègue ainsi que le léger humour qui sous-tend le tout qui est novateur et appréciable ici.

Monju, le robot, a le physique d'un gros flic bedonnant. Il a aussi la psychologie d'un déprimé, ancien membre de l'élite qui se lamente en permanence, se morfond et ne comprend pas qu'on l'ait relégué, lui anciennement le meilleur de sa catégorie, dans un trou paumé pour jouer les policiers municipaux. Il cherche en permanence à se faire mieux accepter et à remplir son rôle du mieux qu'il peut mais a bien du mal à améliorer son image de grosse machine de guerre inadaptée.
A ses côtés, son collègue humain, Junpei, est tout l'inverse. Bien imprégné de sa petite ville où il a vécu depuis sa naissance, il est débonnaire mais fait également preuve d'un caractère d'obsédé sexuel qui lui vaudra quelques ennuis.
Ils vont vivre ensemble des petites aventures, la plupart du temps sans envergure, mais permettant de suivre avec plaisir et avec le sourire ces deux personnages plutôt originaux et attachants.

Le ton est à l'humour mais sans être jamais lourd. Même le caractère obsédé de junpei est plutôt bien amené et sans exagération à la manière d'un City Hunter (ce n'est un reproche ni pour l'une ni pour l'autre de ces séries, c'est juste que l'humour n'y est pas vraiment sur le même registre). Et derrière cet humour commence au fil des histoires courtes, enquêtes banales et aides à la personne de bons flics de province, à se profiler une trame plus sérieuse, plus proche de la science-fiction et de mystères dans un cadre de haute technologie.

En définitive, c'est là un manga qui, s'il n'est pas vraiment captivant ni vraiment hilarant, se lit agréablement et fait passer un bon moment parsemé de nombreux sourires. A suivre, en espérant qu'une trame un peu plus concrète finisse par prendre forme au risque de tourner un peu en rond autrement.

Nom série  Me and the Devil Blues  posté le 27/08/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un manga ayant pour protagonistes principaux des noirs dans l'Amérique des années 30, voilà qui est original. D'autant plus quand le thème annoncé est la vie romancée d'un bluesman célèbre de l'époque.

D'emblée, nous sommes plongés dans le décor du Dixie américain profond, aux prémices de la crise de 1929. Le héros, Robert Leroy Johnson, dont on observe la vie difficile malgré une femme qui l'aime et qui devrait bientôt lui offrir un enfant. Mais RJ n'est pas satisfait de sa vie, il aimerait savoir jouer aussi bien que les bluesmen qu'il croise dans le bar qu'il fréquente. Et voilà qu'on lui raconte la légende qui veut que, s'il joue un air de musique la nuit au croisement de certaines routes, le diable puisse venir à sa rencontre et lui offrir tout le talent qu'il désire en échange de son âme.

Dès lors, je m'attendais à une sorte de biographie mâtinée de fantastique, la vie de ce musicien appelé à devenir célèbre avec une possible aide surnaturelle. C'est bien le cas pour la majorité du premier tome de ce manga, mais le récit prend de surprenantes libertés à partir d'un moment donné. C'est en effet avec étonnement que l'on découvre la rencontre de RJ avec Clyde Barrow (celui de Bonny and Clyde). Le scénario se révèle donc assez imprévisible et il y a de quoi se demander vers où l'auteur veut nous emmener.

Malgré cette originalité, je n'ai pas été convaincu.
Le dessin m'a paru moyen. J'ai apprécié certains passages, notamment les ambiances nocturnes et l'atmosphère oppressante laissant imaginer le fantastique derrière chaque ombre. J'ai également trouvé efficace la première "vision" du diable, forme sombre et indicible à partir de laquelle le lecteur peut imaginer tout, du visage menaçant à la silhouette cauchemardesque. Mais à trop de moments j'ai trouvé les anatomies des personnages ratées et leurs expressions souvent trop outrées par rapport à l'ambiance.
J'ai également eu un peu de mal au départ à sentir l'authenticité du décor. Les comportements trop nippons des personnages me donnaient parfois l'impression de voir des japonais grimés de noir plutôt que des noirs américains. Leurs comportements un peu exagérés comme celui de l'horrible grande soeur du héros m'ont paru hors de propos. Et malgré quelques tentatives de bon aloi, je n'ai pas toujours su ressentir l'aspect Blues du récit, pas aussi bien en tout cas que je l'avais ressenti à la lecture d'une BD comme Blues de Toppi.
Quant à la narration, elle pêche parfois par une certaine confusion. C'est voulu, bien évidemment, puisqu'il s'agit de comprendre que le héros lui-même est perdu et ne sait plus où il en est et ce qui est la réalité, mais cela m'a fait décrocher à plusieurs moments.

Pour finir, le rythme est lent et en fin de premier album, on se demande encore où l'on va en venir, vers quelle direction le scénario va se diriger. Il apparait que le thème ne sera pas vraiment la musique ou le blues, que l'aspect fantastique ne prendra probablement jamais véritablement corps, que la biographie de Robert Johnson y est bien trop romancé pour être véridique. Peut-être s'agit-il dès lors du début original d'un récit d'aventure mêlant historique et légende, mais il faudra lire la suite pour se faire une opinion.

Nom série  Bienvenue aux JO  posté le 05/08/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
L'étiquette "BD commerciale" est accrochée en gros sur cet album qui profite bien évidemment de l'actualité. Et je suis désolé de le dire, mais il n'y a vraiment pas grand chose à en tirer.

90% des gags sont tout simplement lamentables. On dirait que le scénariste a obtenu une liste des sports représentés aux J.O et qu'il avait 5 minutes pour trouver un gag pour chacun d'entre eux, qu'il soit inspiré ou non. Et franchement, ce n'est quasiment jamais inspiré. Et quand l'inspiration ne venait pas, l'auteur a tout simplement récupéré des blagues connues comme celle du gars qui pisse du plongeoir ou des gags d'autres auteurs, comme ce gag piqué des Idées Noires de Franquin.
En tout et pour tout, j'ai comptabilisé 4 gags qui m'ont tout de même fait rire ou sourire : tout n'est donc pas à jeter.

Le dessin non plus n'est pas à jeter car il n'est pas mauvais du tout. Un peu formaté "BD franco-belge d'humour", il ne présente pas moins une petite personnalité et un trait dynamique agréable à lire.
C'est bien là ce qui, à mes yeux, sauve cette BD du massacre.

Nom série  Mon chat et moi  posté le 05/08/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mouais, bon, ce sont quelques planches de type blog où Kek nous raconte son quotidien avec son chat. Plaisant, parfois amusant, ça ne marquera pas le lecteur.

Alors certes malgré la couverture souple, le format allongé et le papier glacé de très belle qualité donne un certain cachet à l'album mais cela contraste un peu avec le dessin plus amateur, trait au stylo puis colorisation informatique.

J'ai lu ce court album avec le sourire et j'ai passé cinq minutes agréables (car ça se lit vite) mais je n'irais pas en conseiller l'achat.

Nom série  La fille du bourreau  posté le 05/08/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce qui apparait au premier abord comme une BD trash et bourrin se révèle à la lecture assez amusante et jubilatoire. Bon, ce n'est pas fin du tout, ça tranche des têtes à tout va, les facilités scénaristiques sont légions, mais c'est léger et divertissant.

Le dessin est excellent. Certaines scènes sont vraiment très soignées et impressionnantes de technique. Et tout ça en gardant une vraie dynamique. Seule l'héroïne est finalement assez laide par moment.

J'aime beaucoup le personnage de Bouchon, le cheval titanesque qui accompagne la fille du bourreau. C'est lui qui apporte la touche d'humour qui me plait essentiellement.
L'histoire, quant à elle, est toute simple, sans détour, rentre-dedans à souhait. C'est divertissant, amusant et pas prise de tête du tout. Même l'hyper-violence de la plupart des passages passe bien car ça ne se prend vraiment pas au sérieux.

Seul regret, le prix élevé de l'album. Mais si vous le trouvez d'occasion à bas prix ou s'il vous tombe sous la main, c'est une lecture qui n'est pas désagréable et amène le sourire.

Nom série  Sur les traces de Luuna  posté le 04/08/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne suis pas un grand fan de la série Luuna. C'est donc sans passion que j'ai lu cet hommage collectif qui lui est fait dans ce joli album.

Comme toujours dans les ouvrages collectifs, le résultat est inégal. Mais le dessin est globalement le point fort de celui-ci. Sans être jamais exceptionnel, il est de bon niveau pour chaque histoire et parfois très bon.

Par contre, aucun scénario ne m'a vraiment convaincu.
Le premier, plaçant l'univers de Luuna dans un contexte SF décalé, m'a fait sourire.
Celui où Morvan, Munuera et Lerolle adapte Bip-bip et le Coyote à la chasse aux Pipintus est assez amusant (et bénéficie du dessin parfaitement adapté de Munuera).
Mais aucun autre ne m'a marqué outre mesure, certains m'indifférant même complètement.

Les amateurs de Luuna ne seront pas mécontents de cette lecture mais il n'y a là rien d'indispensable, je le crains.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque