Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 5417 avis et 2062 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Zhong Guo  posté le 13/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pas très convaincant. Je n'aime pas trop ces histoires d'espionnages avec trahisons à répétitions où on ne sait jamais qui joue quel jeu et pour le compte de qui. Quand à cela s'ajoute des clones, des souvenirs trafiqués et des programmes mentaux, l'embrouille devient telle que le scénariste a les mains libres pour toutes les facilités qui l'arrangent. Et moi ça me dérange. Ou en tout cas, ça n'arrive pas à m'enthousiasmer.

Alors certes, comme toujours avec Hermann, le dessin est très maîtrisé. Il n'y a que les voitures qui ne me plaisent pas ! Quel intérêt d'imaginer des voitures anti-gravité ? Ce n'est pas crédible. Et leur design tout lisse est moche.
J'ai par contre bien apprécié la Chine futuriste imaginée là, très moderne mais toujours manipulée par un omniprésent Parti communiste.

Mais dans l'ensemble, j'ai trouvé l'ensemble trop confus, trop facile et pas assez crédible à bien des moments.

Nom série  Coyote Bill  posté le 12/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je découvre seulement aujourd'hui cette BD. Je me demande qui était le public visé par les auteurs de Nabuchodinosaure avec cette série assez délirante. En effet, l'humour est parfois assez enfantin, et en même temps les gags sexuels et plus adultes sont nombreux.

J'ai cru avoir une bonne surprise en entamant la lecture des deux ou trois premières pages. En effet, j'ai trouvé le dessin de qualité. Souple et rond comme un dessin jeunesse, mais en même temps soigné et détaillé. Les couleurs aussi sont bonnes.
En outre, les quelques premiers gags m'ont un peu surpris et plutôt fait rire.

Mais très vite, le délire et les gags deviennent lourdingues, vraiment lourdingues. Le sourire a rapidement quitté mon visage et je me suis mis à m'ennuyer. Les enquêtes ne sont évidemment que des prétextes mais l'humour à qui elles laissent la part belle ne m'a plus fait rire. Ca manque vraiment de finesse.

Nom série  La Veuve blanche  posté le 11/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le graphisme et le style des récits de Paul Gillon me font toujours penser à certains médiocres téléfilms français ou italiens de seconde partie de soirée : des personnages superficiels, un peu d'action et une grosse dose d'érotisme aguicheur. Parfois c'est accrocheur, mais dans le cas présent, c'est plutôt mauvais.

L'intrigue est bizarre. Elle manque complètement de crédibilité et comme, à la fin, elle ne trouve pas d'explication, elle m'apparait vraiment gratuite. Le comportement mystérieux de cette Valérie se révèle incompréhensible. Un destin capricieux ? Bof.
J'ai détesté la facilité scénaristique avec laquelle les gens tombent tous sous son charme. En parlant des personnages, ils sont plus caricaturaux les uns que les autres, c'en est parfois ridicule comme en ce qui concerne ces maffieux italiens. Et puis, c'est quoi cette construction de scénario avec un type qui mène sa grosse enquête (sans qu'on sache trop pourquoi) pendant les 4/5e de l'album puis on l'oublie complètement sur le dernier 5e pour mettre en scène un autre gars qui n'a rien à voir. Et pouf, ça se termine comme ça, sans explication. Juste la touche dramatique finale, toujours aussi gratuite et facile.

Bref, il y a des choses qui se tiennent dans cette BD. Ca se laisse lire si on n'est pas allergique aux passages racoleurs. Mais l'intrigue est médiocre, construite avec trop de facilités, et pourra très facilement décevoir son lecteur.

Nom série  L'île des téméraires  posté le 11/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'Île des téméraires raconte un épisode historique méconnu de la seconde guerre mondiale. Tout le monde a entendu parler des kamikazes, ces pilotes d'avions suicide. Mais bien peu savaient que le Japon avait tenté la même chose avec des torpilles pilotées par des volontaires prêts à donner leur vie pour faire exploser les navires ennemis.

Ce manga très adulte nous présente certains de ces volontaires, engagés alors même qu'ils ignoraient tout des kaiten, ces engins suicide. Le héros est confronté à cette dure décision qu'il a pris sans savoir. Il s'interroge sur sa motivation, sur la situation, mais aussi sur ce qui a amené certains hommes, deux ingénieurs dont l'un qu'il va être amené à côtoyer, à créer ces torpilles suicide en sachant leur but réel et en se sachant eux-mêmes volontaires pour en être les futurs pilotes.
Tout un album sur le thème du don de soi, de l'abandon de sa propre vie au profit d'une question supérieure, dans le cas présent la nation japonaise. Une ambiance psychologique bien spécifique au Japon de cette époque.

Ce manga est bien raconté et servi par un dessin typiquement Seinen de qualité. Le récit est intéressant et instructif.
Je suis cependant frustré pour plusieurs raisons. La première est le fait que les émotions peinent à passer en ce qui me concerne, le côté tragique et fort de la situation de ces volontaires n'arrivant hélas pas tellement à me toucher tel qu'il est présenté ici. La seconde est l'aspect assez court de ce one-shot et la fin un peu abrupte qui me laisse encore assez interrogatif. Et pour finir, je suis déçu qu'aucun texte accompagnatif ou aucun épilogue n'explique la suite des évènements concernant ces kaiten dont on ne sait finalement pas du tout avec ce manga s'ils ont jamais vraiment servi et pour quel résultat. Dommage.

Nom série  Daredevil - L'intégrale Frank Miller  posté le 09/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je découvre encore davantage Daredevil, cette fois par le biais de l'intégrale des récits scénarisés par Frank Miller (et en majorité dessinés par lui aussi). Je n'accroche toujours pas véritablement au personnage mais ces aventures sont assez prenantes et divertissantes.

Frank Miller apporte à l'univers Marvel son style personnel assez sombre, adulte, qui s'accommode bien de son dessin sec et assez anguleux. Ces récits ont cependant été publiés dans des magazines plutôt destinés aux adolescents au début des années 80, et ils ne sont donc pas exempts de quelques légèretés et quelques facilités dont faisaient preuve beaucoup d'histoires de super-héros à l'époque. Certains scénarios semblent racontés en quatrième vitesse pour tenir dans le faible nombre de pages qui leur est imparti.

Mais d'autres récits sont nettement plus intéressants, leur intrigue s'étirant sur plusieurs épisodes. Cela concerne bien évidemment Elektra le plus souvent. A ce titre, j'ai été heureux de pouvoir découvrir sa relation avec Daredevil puis sa première mort (j'ai toujours trouvé ça minable chez Marvel de s'amuser à tuer des personnages pour évidemment toujours les ressusciter quelques mois ou années plus tard). A ce propos, j'ai été surpris de la rapidité du meurtre d'Elektra. La scène puis sa mort dans les bras de Matt Murdock se déroule en quelques pages à peine, indiquant semble-t-il que l'évènement avait nettement moins d'importance aux yeux de Frank Miller que celle qu'il prendra par la suite face aux réactions des fans. Intéressant.

Dans l'ensemble, j'ai plutôt apprécié ma lecture sans être jamais totalement captivé ni sous le charme. Quand je lisais un tome de l'intégrale, je n'avais pas tellement envie de lâcher ma lecture, mais quand il s'agissait de s'y remettre je n'étais pas plus motivé que ça. Un bon divertissement, quoi. Mais je reste finalement assez peu amateur de Daredevil et de son univers.

Nom série  L'Appel de l'Espace  posté le 07/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette bande dessinée ne manque clairement ni d'originalité ni d'ambition, surtout pour l'époque de sa parution.

Will Eisner part du postulat d'un signal manifestement extra-terrestre capté par un radiotélescope américain pour développer une complexe histoire sur les conséquences mondiales et très humaines de cet évènement. Le contexte est celui de la fin des années 70, en pleine guerre froide et à la sortie du mandat de Nixon donc à une époque où les USA tiennent fortement et sans détour à garder leur hégémonie mondiale. Ce décor géopolitique empli d'espions de tout poil parait un peu vieillot de nos jours mais il ne manque pas d'intérêt, d'autant qu'il est abordé avec objectivité, désillusion et une pointe de causticité par Eisner.

Le dessin est impressionnant, comme toujours avec Eisner. Son trait est souple, dynamique et clair. La liberté et la maîtrise de sa mise en page sont épatantes. Ce style parait indémodable.

Un tel scénario aurait dû me captiver. Malheureusement, j'ai en partie succombé à sa complexité. J'ai en effet eu l'impression d'observer un arbre dont le branchage se ramifiait de plus en plus au fil des pages, chaque branche amenant de nouveaux personnages, de nouvelles sous-intrigues et de nouvelles possibilités. Ces ramifications se croisent, s'entrecroisent, me faisant perdre un peu le fil à certains moments. Il devient en effet compliqué de comprendre et se souvenir des motivations de chacun.
Du coup, certains passages essentiels me paraissent un peu incohérents. Pourquoi chercher à atteindre au plus vite une planète déjà habitée comme si l'atteindre permettait de la conquérir ? Quel est le véritable but de la Multinationale ? Qu'a-t-elle à gagner à ses énormes et coûteuses machinations ? Quel est le but du héros finalement et pourquoi empêche-t-il tout départ de fusée en pensant qu'ils impliqueraient une guerre mondiale ? Quel est le véritable avantage d'envoyer ces mutants végétaux dans l'espace ?

Ce sont ces petites complexités pourtant essentielles dans le récit qui m'ont empêché d'être complètement pris dans l'histoire (sans parler des quelques incohérences scientifiques comme le fait qu'en 1977, un scientifique puisse affirmer en quelques secondes qu'un signal provienne d'une planète de la taille de la Lune dans un système situé à 6 années lumière de la Terre, ou encore qu'une fusée puisse atteindre cette dernière en seulement 10 années). Trop de ramifications et de personnages, cela m'a un peu fatigué. J'aurais aimé que l'auteur se focalise sur une trame principale pour son récit. Et évidemment, ma curiosité est frustrée de ne pas avoir pu découvrir à quoi ressemblait cette probable civilisation extra-terrestre.
Du coup, même si cet album est gros et dense, je trouve son prix (neuf) un peu élevé par rapport au plaisir que j'ai éprouvé à sa lecture.

Nom série  Histoires à la con !  posté le 05/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'arrive pas à mettre la note minimale à cette BD car je reste toujours curieux de voir jusqu'où l'imagination débridée de Carali va l'emmener. Malgré le côté récurrent des gags sexuels très trash, Carali réussit malgré tout à être relativement varié.

Mais malgré cela, j'ai trouvé cet album très médiocre. Carali utilise vraiment ses BDs comme des sortes de défouloirs psychanalytiques, étalant des fantasmes bizarres, trash et violents. L'ennui, c'est qu'ici ils ne sont vraiment pas drôles, contrairement à l'album Quand est-ce qu'on baise ? où j'avais rigolé quelques fois.
En outre, la majorité des gags utilisent le personnage d'Aimé que je trouve très désagréable : violent, agressif, égocentrique, pénible.
Quand à cela s'ajoute un dessin plutôt moche, ce n'est clairement pas un album que je conseillerais pour découvrir Carali.

Nom série  Zeppelin  posté le 05/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voilà des histoires courtes de SF comme celles qui ont fait la gloire de Métal Hurlant dans les années 80. Mais celles-ci sont vraiment médiocres.

Le dessin est correct mais les scénarios sont clichés, déjà vus. Un peu noirs, pessimistes et mystérieux comme c'était la mode à l'époque, les chutes tombent vraiment à plat et sont sans aucune originalité pour peu qu'on ait lu un peu de récits SF auparavant.

Vraiment bof...

Nom série  Rebel  posté le 05/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai rigolé à bien des moments à la lecture de cette BD tant elle a des aspects amateurs par moment, des aspects qui se rapprochent d'une BD d'adolescent trop influencé qui se prend un peu au sérieux. Les influences ici sont très évidemment cinématographiques : Mad Max et New York 1997. Mais le résultat est globalement risible.

Les dessins sont souvent mauvais. Je me souviens d'une planche où je me suis demandé si les personnages que je voyais étaient des êtres humains ou des mannequins de supermarché.
Le design est très kitsch, complètement pompé de Mad Max et assimilé, avec des couleurs pétantes en bonus.

Le background n'est pas très crédible. La société humaine a subi une guerre civile et a des allures post-apocalyptiques. Mais ça n'empêche pas les gangs de voyous d'avoir des véhicules designés à la perfection en usine pour leurs combats.
Et ce sont surtout les dialogues qui m'ont fait rire. Narration grandiloquente et ridicule. Traduction française inappropriée : parler d'explosions dignes d'un 14 juillet ou du service public et d'EDF dans un New-York post-apocalyptique, ça fait aussi bizarre que de voir Wolverine éructer des "Crénom' d'boudiou de peuchère !".

Malgré ces reproches, j'ai trouvé quand même une certaine âme, une certaine sincérité dans ce récit. On sent que l'auteur y a mis un peu son coeur et, malgré le côté ridiculement cliché du héros, on finit par s'y attacher un peu. C'est kitsch, assez nul, mais pas si désagréable au final.

Nom série  Ice Haven  posté le 04/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai décidément bien du mal à apprécier les oeuvres de Daniel Clowes.

Et pourtant, j'ai aimé la forme de celle-ci. Sa structure en histoires courtes façon comic strips a séduit mon âme de collectionneur de BD. Le dessin clair et contrasté à l'ancienne me plait aussi, même si les visages perpétuellement mornes des personnages me lassent rapidement. Et le tout au format à l'italienne constitue un bel ouvrage.

Mais l'histoire ne m'a guère captivé. Qu'y ai-je trouvé d'intéressant ? L'ambiance morose, presque insupportable, d'une ville paumée dont le lecteur et les habitants semblent vouloir s'échapper, englués dans la monotonie. Comme dans Ghost World et David Boring, Daniel Clowes arrive à faire ressentir de manière assez réussie le malaise et le mal-être des personnages.
Mais à part ça, c'est chiant. Le fil rouge de l'enlèvement du gamin ne mène nulle part. Les personnages sont tous aussi désagréables les uns que les autres. Ils sont hypocrites, misanthropes, égocentriques, frustrés, et n'arrivent pas à communiquer. C'en est pénible.

La forme est bonne, l'ambiance recherchée est atteinte, mais... et après ?

Nom série  Correspondances  posté le 03/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai trouvé cet album collectif assez original. Original en effet car sur le thème du métro Toulousain, je craignais des histoires nettement moins originales, comme on en voit souvent sur des collectifs dont on sent les auteurs un peu restreints par le thème.
Cet album comporte 3 histoires, et sur les deux premières au moins, je me suis interrogé pendant un moment sur le rapport avec le métro avant de constater qu'effectivement, ce dernier s'incluait bien dans le récit.

J'ai beaucoup aimé ces deux premiers récits. Autant le dessin de Tripp m'a franchement plu, autant le dessin de Cabanes, comme très souvent avec lui, m'a épaté. J'ai trouvé ça très beau.
La première histoire est un peu une fable à morale sur un homme qui fuit sa propre réussite sociale pour se retrouver au milieu de la nature au coeur d'un parc toulousain. Joli.
La seconde est dans la lignée de la série Dans les villages, reprenant les deux jeunes héros de la série phare de Cabanes dans une histoire à l'ambiance aussi folle que cette dernière. Amusant, dépaysant et superbe visuellement.

Je connaissais déjà la troisième histoire, de J-C Denis et Dupuy/Berberian, car c'est elle qui a formé par la suite l'introduction de l'album Un peu avant la fortune. Même si elle est assez amusante, je l'ai trouvée un cran nettement en dessous des deux premières. Le dessin n'est vraiment pas du même niveau, trop simplifié en comparaison des deux premiers auteurs, et surtout l'ambiance n'a plus du tout la même poésie, la même originalité.

C'est néanmoins un collectif que je trouve de bon niveau avec deux très bonnes histoires et une correcte.

Nom série  Living in a happy world  posté le 02/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce manga est un shojo pur jus mais il a le triple avantage de se lire agréablement, de ne pas être trop mièvre et de se terminer en deux tomes seulement.

Le dessin est sobre. Pas d'abondance de visages super-déformés, une utilisation mesurée d'étoiles, plumes et autres feuilles mortes en arrière plan. Le trait est simple, sans fioriture, les décors vides sans que cela soit trop gênant.

Le récit s'annonce assez nunuche au premier abord, avec une jolie jeune fille qui tombe amoureuse de son beau jeune professeur, mais le déroulement n'est pas idiot et finalement assez sympathique à lire même pour un lecteur adulte. La narration est claire, sans cet aspect fouillis dont font preuve beaucoup de mauvais shojo. Le ton est fleur bleue mais sans tomber dans le gnangnan. Et il y a quelques sujets intéressants qui sont abordés comme la relation entre un élève et son professeur qui ont presque le même âge ou le harcèlement à l'école ou dans la rue.

C'est frais, romantique, raconté avec sobriété, c'est un shojo qui plaira aux adolescentes et qui se laisse lire pour les autres.

Nom série  Les Foot Furieux  posté le 01/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n'ai pas aimé cette série d'humour. Outre le fait que je ne la trouve pas drôle, je lui trouve une sale ambiance. Une ambiance qui reflète peut-être la mauvaise ambiance du foot pro. Car de pros, il en est question ici, des entraineurs qui gueulent, des directeurs qui virent, des joueurs qui s'engueulent et se marchent sur les pieds, des supporteurs souvent brutaux... Ca donne pas envie.

Concernant le dessin, vous connaissez peut-être le style de Gürsel car il a dessiné quelques images humoristiques qui circulent sur le net (dont la plupart sont regroupées dans la BD Sea sex and sun. C'est un trait franco-belge assez typique, pas mauvais même si je n'accroche pas.

Le problème essentiel, c'est que je trouve les gags vraiment mauvais. En moyenne, j'ai dû rire une fois par album, et encore guère plus qu'un sourire. Les autres fois, les chutes tombent complètement à plat, prévisibles ou simplement lourdingues. Quand en outre je n'aime pas l'ambiance, comme dit plus haut, je ne prends pas de plaisir à la lecture de cette bande dessinée.

Si je ne mets pas la note minimale c'est parce que ça reste lisible, les gags, malgré quelques répétitions, sont relativement variés, et bon... mon rejet de cette BD vient peut-être aussi de mon rejet du foot en lui-même.

Nom série  Toile Cirée  posté le 01/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tiens ? Je suis surpris des avis très négatifs ci-dessous. Pour ma part, même si cette BD n'a rien d'un indispensable, j'ai trouvé sa lecture divertissante.

J'ai apprécié 2 choses en elle : le fait qu'elle ne se prend pas au sérieux d'une part, et la qualité de ses dialogues d'autre part. Il y a pas mal de bons mots dans les textes de cette BD et je les ai appréciés même si les discussions entre personnages en ressortent souvent assez artificielles. Mais comme le reste, je pense que l'auteur ne s'en soucie guère car toute son histoire n'est pas bien sérieuse et il en joue.

Ca commence comme une banale enquête, un récit un peu cliché pas très enthousiasmant. Mais dès l'apparition de l'usine de toiles cirées, on se dit que les choses ne sont pas communes. Et effectivement, la fin est assez surprenante et délirante. J'ai trouvé ça amusant.

Il ne faut pas chercher dans cet album une enquête policière complexe et rondement ficelée. C'est un récit un peu absurde, légèrement déjanté, qui joue des classiques et se moque de lui-même. Sympathique.

Nom série  Cimes  posté le 01/08/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Curieux au départ, j'ai été dépité par l'aspect abscons de cette bande dessinée muette. A vrai dire, en préjugeant totalement, j'ai l'impression de voir ici le travail d'un étudiant sortant des Beaux-Arts décidé à produire une oeuvre concept au message sibyllin où seuls comptent l'atmosphère et l'univers graphique.

C'est vrai que le dessin est intéressant. Réalisées au crayon très gras pour un résultat s'apparentant à du fusain mouillé, chaque case doit se laisser déchiffrer en une demi-seconde, ce qui n'arrange pas trop la fluidité de la lecture. Mais une fois ce rapide travail mental effectué, on réalise qu'en quelques ombres, quelques taches, l'auteur arrive à représenter des paysages, des personnages et des visages finalement assez soignés. Je ne suis pas fan, l'aspect d'ensemble est trop brouillon et "sale" pour me plaire, mais il y a là de la technique et une certaine réussite.

Quant au scénario... il est abstrait. C'est l'histoire d'un village perdu dans les montagnes, de son église, de ses habitants et d'une fanfare étrange qui semble mener peu à peu chaque villageois au bord d'une falaise d'où ils se jettent et vont finir par nourrir les vautours.
Et ?
Et ça se termine assez abruptement sans apporter la moindre explication. Il doit y avoir un message qui m'a échappé ou alors il suffit de se laisser porter. Mais je n'ai tout simplement pas réussi à apprécier, ni l'ambiance ni l'éventuelle idée.
Je me suis ennuyé, à la recherche de quelque chose que cette oeuvre ne cherchait probablement pas à m'offrir.
Pas ma came...

Nom série  Puddingham Palace  posté le 31/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Découvrant directement cette série en album et non pas dans le journal Spirou, j'ai mis un certain temps à en comprendre le concept, comprendre pourquoi cette famille royale côtoyait autant d'animaux. Donc leurs sujets sont des animaux, c'est bien ça ? Ce qui permet derrière d'aligner les uns après les autres tous les gags qui passent par la tête du scénariste concernant les animaux, leur donnant autant que possible des comportements humanisés, et leurs rapports avec les humains.

Le dessin est dans une veine humoristique à gros-nez très classique, presque déjà vue. Il n'est cependant pas désagréable à lire.

Cependant, les gags sont vraiment poussifs. Il n'y en a pas un que je n'ai pas senti très lourdement amené et artificiel. Je ne peux pas affirmer qu'ils soient vraiment prévisibles, mais ils sont ficelés avec une telle lourdeur qu'ils en sont un peu pénibles, et en tout cas vraiment pas drôles. Et les personnages ne sont guère attachants non plus.

Bien dommage pour une série d'humour.

Nom série  Castel Armer  posté le 30/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'arrive pas à me faire une opinion définitive sur cette série. Car dans un certain sens, je suis séduit, et d'un autre côté j'ai pris peu de plaisir à la lecture.

J'ai été attiré par les couvertures, notamment la première dont le style réaliste me rappelait un peu Le Mercenaire. Le graphisme des planches est cependant très différent.
Le dessin de Reculé me parait très inégal. D'un côté, je trouve très réussis ses décors mais aussi les personnages quand ils sont dans des poses figées ou qu'on voit peu leurs visages. Hélas ces visages, quand on les voit pour de bon, sont très changeants, souvent laids, ça gâche fortement la qualité des planches. De même, la composition des planches manque de clarté et embrouille parfois la lecture.
J'aime par contre beaucoup les couleurs, sans doute parce qu'elles me rappellent celles d'Hermann par exemple pour Les Tours de Bois-Maury qui partage avec Castel Armer un décor médiéval similaire.

Concernant le scénario, les intrigues sont assez classiques dans le domaine de l'aventure médiévale. Trahison, vengeance, amour par delà les dangers, errances de chevalier déchu... D'ordinaire, j'aime bien ce genre de récit, surtout s'il fait revivre de jolie manière les décors du moyen-âge.
Mais là, j'ai trouvé la narration un peu trop confuse et parfois pénible à suivre. Le rythme est irrégulier, certains passages sont trop verbeux, et de nombreuses transitions sont trop abruptes. Et je trouve les comportements des personnages assez bizarres, pas toujours cohérents voire compréhensibles. Ce n'est pas agréable à lire et j'ai dû me forcer pour ne pas décrocher trop souvent.
Dommage car il y avait un certain potentiel.

Nom série  Benjamin et Benjamine  posté le 30/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Décidément, avant d'exploser dans la série Astérix, Goscinny et Uderzo avaient produit pas mal de séries au moindre succès. Je ne connaissais absolument pas "Benjamin et Benjamine" pas plus que le magazine du même nom dans lequel Christian Godard les avaient imaginés avant de laisser la main. L'album de Claude Lefrancq m'a permis de les découvrir par le biais de deux histoires complètes. Une suite devait paraître avec au moins une autre aventure mais l'éditeur a disparu avant cela.

Il s'agit de deux jeunes héros sans grande originalité, un garçon, une fille, à qui il arrive un peu n'importe quel type d'aventures, le plus souvent par hasard au détour d'une rencontre dans la rue ou dans leur jardin. Le genre de série jeunesse typique des années 50.

Elle se démarque cependant par ses auteurs. Le graphisme d'Uderzo est reconnaissable au premier coup d'oeil. Couleurs, encrages, lettrages et personnages sont dans le style qui a fait sa renommée dans Astérix. Il est amusant de noter que les récits de cet album contiennent aussi souvent des avions plutôt réussis qui rappellent en même temps qu'Uderzo a aussi dessiné par la suite Tanguy et Laverdure.

Les aventures de Benjamin et Benjamine ne sont cependant pas des plus palpitantes.
Les deux héros sont d'une grande platitude. Benjamin est sans charisme, plus souvent spectateur qu'acteur, et son côté sourcilleux n'est pas des plus sympathique. Quant à Benjamine, elle a un vrai rôle de potiche, n'apportant presque rien au récit si ce n'est un alibi de présence féminine.
Les récits sont des aventures assez basiques même pour l'époque. On y retrouve des éléments d'autres bandes dessinées et rien qui sorte vraiment du lot. Courses poursuites, méchants sans intérêt, rebondissements clichés...
Heureusement, il y a la narration et l'humour de Goscinny qui permettent de remonter le niveau. J'ai rigolé à quelques passages notamment concernant les détails sur la flotte militaire de la Carambie, les moutons sous le lit, ou encore la reprise exagérée des révolutions/contre-révolutions à répétition probablement en clin d'oeil à l'album l'Oreille Cassée de Tintin. Gosinny crée aussi régulièrement de bons personnages secondaires, meilleurs que les deux héros en tout cas.

Pour l'histoire de la bande dessinée et la biographie des auteurs d'Astérix, cet album unique est intéressant et pas désagréable à lire. Mais c'est loin d'être un indispensable.

Nom série  Le Tengû Carré  posté le 30/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un conte comme David B. en a le secret. Le décor en est celui du Japon de l'ère Meiji peuplé de créatures du folklore nippon. Renarde et champignon démons, tengû, manteau qui rend invincible, manteau qui rend invisible, et d'autres ingrédients encore pour former une fable pleine d'action et de magie.

Le graphisme est dans le style naïf qu'affectionne David B. et que j'aime bien aussi. J'apprécie sa rondeur, son contraste et l'esthétique de certaines scènes volontairement denses comme celles de combats.

L'histoire est agréable à lire. Elle est un peu longue et légèrement confuse du fait de l'abondance de personnages et des intrigues qui se mêlent mais elle est divertissante.

Une bonne lecture.

Nom série  Le Crépuscule des Dieux  posté le 30/07/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis sur la série :

Mon avis sur cette série est impacté par le fait que j'étais déjà tombé au préalable sous le charme du Siegfried d'Alex Alice. Le récit du Crépuscule des Dieux est plus vaste, s'entamant avant les évènements de Siegfried et ayant une vue plus élargie, notamment par la connaissance de ce qu'il se déroule en Asgard en même temps que sur Midgard. Néanmoins, je trouve que cela réduit la dimension dantesque, mystérieuse et impressionnante du récit. J'avais été subjugué par l'aspect (à juste titre) Wagnérien de l'oeuvre d'Alice, tandis qu'ici je n'y vois qu'un récit d'heroic-fantasy certes complexe et bien foutu, mais d'une moindre envergure émotionnelle.

Le dessin ne m'a que moyennement convaincu aussi. Techniquement, il est très bon, de même que sa colorisation. Mais je l'ai trouvé trop lisse, donnant un aspect assez immature aux personnages, le type d'aspect qu'on trouve davantage dans une bande dessinée pour public adolescent que pour un public adulte. En outre, même si le travail des couleurs est techniquement impeccable, les planches manquent régulièrement d'harmonie et d'unité chromatique à mes yeux. A mon sens, la couleur n'est ici qu'un outil, pas une force capable de sublimer le dessin.

Je suis injuste dans mon avis car si j'avais lu cette série sans à-priori, je l'aurais trouvée objectivement très bien, avec très peu de reproches à lui faire. Elle est très instructive car on y découvre la légende de l'Anneau des Nibelungen de son début à sa fin, affichant sans détour la grandeur et la complexité de ce mythe impressionnant.
Mais comme j'avais déjà au préalable été transportée très puissamment par Siegfried, je n'ai pas su ici être autant touché ni captivé par cette série que j'estime, à titre personnel, un cran en dessous hélas.


Avis sur le tome 0 :

Cet album est le prologue de la série le Crépuscule des dieux de Djief et Jarry. Autant il donne furieusement envie de lire la série en question, autant il peut également se lire comme un one-shot.

Il met en scène les premiers instants de la légende de l'Anneau des Nibelungen. La fuite du Nibelung Alberic sur Midgard, sa rencontre avec les Loreleï, son vol de l'Or Céleste, la forge de l'Anneau, comment Wotan va venir s'en emparer de nouveau, la transformation du géant Fafner en dragon, la malédiction du Nibelung et comment Wotan va croire s'en débarrasser en créant la lignée qui mènera à Siegfried.
Un album très dense donc mais passionnant et très bien écrit.

J'avais été époustouflé par le dessin de la série Siegfried d'Alex Alice, traitant du même thème. Le graphisme de Gwendal Lemercier tient bien la comparaison. Sans être aussi épatant, il n'en est pas moins très beau et joliment travaillé. C'est de la bel ouvrage, esthétique et efficace à la fois. Il est en outre accompagné d'une colorisation de qualité.

L'histoire est prenante, bien racontée et très instructive pour qui connait mal la légende germanique.
On y réalise vraiment à quel point ce mythe a influencé Tolkien pour sa création du Seigneur des Anneaux. Les auteurs insistent d'ailleurs un peu exagérément sur ce point sur la couverture qui n'est que partiellement représentative du contenu.

En tout cas, c'est un très bon album et un très bon prologue me donnant encore plus envie de lire Le Crépuscule des Dieux ou de relire et continuer Siegfried.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 260 270 271 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque