Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4909 avis et 1900 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  It's your world  posté le 03/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La particularité de ce manga et ce qui a probablement amené Kana à le publier est qu'il est le seul à ma connaissance à raconter l'histoire d'une famille japonaise qui vient s'installer en France, à Paris plus précisément. Voilà qui attise la curiosité du lecteur : comment une auteure japonaise va-t-elle représenter la France et les Français, comment ses personnages vont-ils juger ce pays, et quelle histoire va-t-il bien pouvoir se passer dans ce contexte ?

Le choc des cultures est plaisant. La France y est représentée avec un certain réalisme, ni trop cliché ni trop fantasmée. On y découvre avec le personnage principal et sa famille une foule de petits détails qui séparent ces deux cultures, japonaises et françaises. Des détails qui vont du simple croissant au petit déjeuner jusqu'aux calendriers scolaires et des fêtes, en passant par les comportements sociaux et les relations entre les gens.

Malheureusement, tout cela n'est pas présenté de manière très palpitante ni très marquante. Le rythme est rapide, les jours et les semaines passent très vite dans le récit. Et on ne s'attache ni tellement aux personnages ni à ce qu'ils vivent.
Il faut avouer en outre qu'il ne se passe pas grand chose. Deux petites intrigues amoureuses semblent pointer leur nez mais sans être vraiment convaincantes ni touchantes.
Tant et si bien qu'on lit ce manga avec le léger intérêt de découvrir la vision de la France par une auteure japonaise et ses personnages, mais outre cela il n'y a pas de véritable intrigue suffisante pour accrocher le lecteur jusqu'à présent.

Nom série  Pattes d'éph & col roulé  posté le 03/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La collection Shampoing de Delcourt est véritablement devenue experte en adaptation de blog BD en albums. Pour tout vous dire, celui-ci, une fois de plus, je l'ai tout d'abord découvert sur Internet et n'ait mis qu'un long moment à me motiver à le relire au format papier. Simplement parce que contrairement à d'autres blogs qui se focalisent sur l'humour, celui-ci est davantage autobiographique. Fred Neidhart y revient sur sa jeunesse, sa pré-adolescence dans les années 70, avec une sincérité qui touche parfois au dramatique.

Années 70, Goldorak à la télé, le magazine Lui dans les kiosques, et à cette image un jeune Fred à mi-chemin entre son enfance et son adolescence. Il est difficile de résumer cet album car par la façon dont l'auteur s'y livre, il aborde de nombreux thèmes. C'est surtout toute une ambiance qu'il arrive à faire revivre. Il a éveillé en moi des souvenirs de ma propre jeunesse, souvenirs pas toujours glorieux. Quand on est jeune, on est aussi un peu con, on cherche à épater les copains, on fréquente des gars qu'on n'aime pas vraiment mais qui nous fascinent parce qu'ils sont plus vieux ou ont l'air plus cools, on cache des choses, on a honte de soi mais on fait aussi de belles conneries.
Cette atmosphère de nostalgie et de sincérité a attiré en moi des sentiments mitigés, sourires par moments, troubles et un peu de rejet à d'autres.

A plusieurs passages, j'ai en outre été méfiant car je n'arrivais pas à déterminer la part de vrai du faux dans ces récits d'enfance. Il faut dire que connaissant Fred comme amateur de canular, j'ai eu beaucoup de mal à me convaincre de la véracité de certains passages, notamment le décès d'un des personnages à un moment donné. Face à ce doute et cette impression inconsciente que ce que je lisais était peut-être par moment inventé et donc artificiellement glauque, je n'ai pas toujours apprécié ma lecture autant que j'aurais pu le faire avec un oeil vierge.

Mais passé ce trouble, objectivement, Pattes d'éph & col roulé est une bonne BD, qui souffle le chaud et le froid dans la mémoire du lecteur, lui remémorant des moments joyeux, dérangeants ou simplement nostalgiques de sa propre jeunesse, surtout s'il a comme Fred et moi été jeune dans les années 70 et 80. A noter cependant que nous parlons ici davantage de souvenirs de garçons, la lecture devrait moins toucher les filles, si ce n'est attiser peut-être leur curiosité.

Nom série  Guerrero  posté le 01/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai eu du mal à accrocher à cette BD. Il faut dire que la narration est un peu décousue dans les premières pages. Et qui plus est, je n'appréciais pas vraiment le dessin.

Techniquement, le graphisme est bon. Il est surtout doté d'une vraie personnalité et d'un trait souple et élégant. Il arrive en outre à donner aux Mayas un aspect qui rappelle finement la façon dont eux-mêmes se représentaient dans leurs sculptures et peintures.
Mais je n'aime pas l'aspect d'ensemble des planches et des cases. Les couleurs, toutes en rouge et brun, me rebutent un peu par leur aspect fouillis, lâché. Les arrière-plans trop souvent vides donnent une impression d'irréel au tout, à tel point que j'ai au départ cru à un cauchemar éveillé plus qu'à un récit historique. C'est peut-être voulu et cela colle avec les impressions du narrateur dans les premières pages, mais cela ne tient plus vraiment par la suite quand Guerrero s'intègre dans la vie Maya et y trouve le bonheur.

Quant au récit, l'aspect décousu de la narration au départ finit par s'arranger. Mais je n'ai pas réussi à totalement entrer dans le récit. Les interludes avec les religieuses fanatiques qui hurlent aux tréfonds de l'âme de Guerrero ne m'ont pas tellement convaincu. Le message est clair, conflit de civilisations et de façons de penser à l'intérieur même de l'esprit du héros, mais la façon dont cela est représenté ne m'a pas tellement plu.

J'ai cependant grandement apprécié la façon dont on découvre comment cet espagnol a véritablement été adopté, accepté puis assimilé par la population Maya. Malgré les atrocités de leurs sacrifices rituels, ce peuple y est représenté de manière humaine et attachante, avec ses qualités et ses défauts. Une belle manière de redonner vie à cette civilisation éradiquée par Cortez et ses suivants.

A noter pour la curiosité, qu'une autre BD portait déjà sur ce même personnage, Guerrero - La flèche et le feu, abordant probablement les choses sous un angle beaucoup plus académique et moins "sensuel" que cet album de Marazano et Le Gendre.

Nom série  Sock monkey  posté le 01/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'ai lu que le second tome, en couleurs, de cette série.
Alors que j'ai entamé ma lecture d'un oeil circonspect, j'ai fini par tomber sous son charme.

C'est un récit assez étrange, qui met en scène des jouets vivants qui vivent des aventures pleines d'absurde dans un décor onirique. Ambiance, mise en page et thématiques m'ont un peu rappelé Little Nemo ce qui est un beau gage de qualité pour moi.

Le dessin est soigné et je l'ai trouvé très beau dans ce qu'il représente et dans ses compositions. Je dois dire aussi que je suis heureux d'avoir découvert cette BD par son tome colorisé car ces couleurs un peu désaturées sont très bonnes et je trouve que le trait en noir et blanc du premier tome a nettement moins de charme.

Le scénario est assez loufoque, partant d'un voyage onirique pour atteindre une symbolique presque psychologique. Mais j'ai été touché par la simplicité du tout, par la poésie qui se dégage de bien des passages. C'est un beau voyage graphique, une histoire qui se forme et se déforme comme dans un doux rêve.
Je regrette juste l'aspect un peu vain de ce récit presque sans queue ni tête. Et le prix élevé de chaque album comparé à la rapidité de la lecture m'a un peu rebuté.
Mais n'hésitez pas à essayer de lire cette BD et peut-être tomberez-vous, comme moi, sous son charme.

Nom série  Astro City - Héros Locaux  posté le 30/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Astro City est une ville imaginaire des USA créée par le scénariste Kurt Busiek. Sa particularité est d'être peuplée de nombreux super-héros et des super-vilains qui vont avec. On y retrouve un équivalent des Fantastic Four, de Spiderman, de Superman, de la JLA, autant de héros typiques dont le lecteur habitué de comics sait déjà presque tout à l'avance. Du coup, pas besoin de s'attarder sur leurs aventures et combats quotidiens pour le bien et contre les méchants.
C'est bien le choix qu'a fait Kurt Busiek puisqu'il a créé Astro City dans le but d'aller au-delà du mythe classique des super-héros et pour s'attacher plutôt aux habitants eux-mêmes d'Astro City et d'imaginer comment ces derniers vivent dans une ville où ils ne peuvent être que spectateurs de combats de titans entre des personnages aux super-pouvoirs qu'ils admirent, détestent ou craignent.

Depuis, Kurt Busiek a créé tout un background pour cette ville et ses nombreux super-personnages et, toujours assisté d'Alex Ross pour le dessin des couvertures et de Brent E. Anderson pour les planches, il a créé de nombreuses histoires concernant les états-d'âme des super-héros, des retours en grâce de super-vilains (comme dans le très sympathique Astro City - Des ailes de plomb) et la vie au quotidien des simples habitants d'Astro City.
Héros Locaux est un recueil de quelques-unes de ces histoires courtes permettant au lecteur de découvrir un peu mieux la ville, son histoire et de nombreuses anecdotes sur ses citadins.

Les couvertures d'Alex Ross sont impressionnantes de réalisme, comme à son habitude. Le dessin de Brent Anderson pour sa part est de bon, voire très bon niveau. Réaliste aussi, il n'oublie pas d'être fluide et agréable à lire.

Les récits de cet album sont très variés, mettant en scène des personnages diversifiés : un réceptionniste d'hôtel qui accueille les nouveaux arrivants dans la ville, une créatrice de comics qui dessine des histoires de "vrais" super-héros, un acteur-cascadeur qui passe bientôt aux yeux du public comme un super-héros qu'il n'est pas, un avocat qui a la lourde tâche de protéger un caïd de la mafia, une conseillère de mairie qui va vivre une difficile relation amoureuse avec un super-héros, une jeune citadine qui quitte à regret sa ville pour la campagne, un vieux héros qui doit reprendre contraint et forcé son rôle vingt ans après sa retraite, etc...
Les scénarios sont originaux et très bien construits. Sans jamais être spectaculaires, ils sont intelligents et intéressants. Ils amènent une vraie profondeur et un vrai intérêt à cette ville d'Astro City et ses habitants que je connaissais à peine.

Une très bonne lecture, d'excellent niveau tant en ce qui concerne le scénario que le graphisme, et qui me donne bien envie de relire Astro City - Des ailes de plomb et de découvrir le reste des parutions concernant cette ville particulière.

Nom série  Auto Bio  posté le 29/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est vrai qu'elle est bien amusante, cette BD. Et surtout, on ne s'attend pas à voir Cyril Pedrosa, dessinateur de Ring Circus et Trois ombres, prendre aussi bien place dans le domaine de l'autobiographie humoristique à la manière d'un Trondheim ou d'un Chauzy.

Il met ainsi son excellent dessin, dynamique et efficace, au service de gags en une ou deux planches où il se met en scène, lui et sa famille, en tant que convaincus du "bio" et de l'écologie, avec tous les désagréments que cela implique et qu'ils s'imposent à eux-mêmes.

Le ton est décalé, sincère, souvent vraiment drôle. L'auteur se présente de manière attachante, sous l'aspect d'un militant vert qui doit composer avec sa famille, ses proches et son entourage. Ce sont surtout les moments où l'écologie ou la motivation de sa femme et de ses enfants l'emmènent trop loin et lui font hésiter entre la bonne vieille société de consommation si pratique et les... emmerdes du bio et de l'anti-gaspillage. Au final, il est militant, certes, mais on se rend compte très vite qu'il pense comme n'importe qui et qu'il doit souvent composer avec ses propres principes. Et c'est bien cela qui le rend le plus attachant et le plus proche de nous, en tant que lecteur.

Je n'ai pas toujours été plié de rire mais cela m'est arrivé quelques fois au cours de cette lecture. Pour le reste, je l'ai trouvée sympathique et agréable. Une BD plaisante qui met le sourire et fait passer un bon moment, apportant un oeil neuf sur l'auteur Cyril Pedrosa.

Nom série  Les Aigles de Rome  posté le 29/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une BD qui nous place de belle manière dans la Rome d'Auguste (peu avant et juste après la naissance de J-C). Nous y découvrons deux jeunes héros batailleurs, un romain de mère germanique et un pur germanique. Tous deux vont être éduqués ensemble à l'art de la guerre, du combat et à devenir de vrais légionnaires romains. Rivaux au départ, ils vont devenir frères et faire un pacte de sang. Mais derrière cette alliance se cache un trouble mystère, celui des vraies intentions du jeune germanique qui semble masquer son jeu et à qui une prophétie a promis la chute de Rome.

Le décor de l'empire romain est ici réaliste et vivant. Les forêts de Germanie sont froides et dangereuses. Les campagnes d'Italie sont sous influence romaine. Et Rome est ici digne du roman Néropolis, avec ses dangers et ses dépravations.
Le dessin de Marini met tout cela en valeur de belle manière. Rien de spectaculaire mais du vrai bon boulot graphique, qui fait plaisir aux yeux et donne une vraie nouvelle vie à ces décors antiques.

J'ai juste été un peu décontenancé par un rythme de narration rapide, parfois un peu haché. L'histoire est dense et les années passent vite, ce qui n'est pas une mauvaise chose, mais j'ai eu un peu de mal à m'attacher aux personnages et à leurs intrigues du coup.
Je demande cependant à voir la suite car c'est un bien bon premier tome.

Nom série  Neverwhere  posté le 28/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note approximative : 3.5/5

J'ai lu ce comics moins de six mois après avoir lu le roman de Gaiman. J'y ai retrouvé une adaptation très fidèle du livre, ne cherchant aucune ellipse ni aucun raccourci : tout ce qui est dans le roman s'y retrouve ou presque. C'est donc un album épais au récit dense et varié.

Le dessin est particulièrement soigné. Réaliste, il met en image de très belle manière chacun des personnages et des décors si imaginatifs du Londres d'En Bas. Quoique le tout manque un peu de personnalité, c'est beau et on sent que les graphistes, dessinateur comme coloriste, ne se moquent vraiment pas des lecteurs. Il y a là du beau boulot !
Ceux qui ont lu le livre pourront ainsi mettre une image sur les personnages et les créatures. En ce qui me concerne, je suis plutôt satisfait du résultat même si j'avoue n'avoir pas compris, en lisant le roman, que le visage du Marquis de Carabas ressemblait à cela. Par contre le Chasseur, la Bête et l'ange Islington me plaisent bien. Et je m'imaginais vraiment Croup et Vandemar comme ça.

Quant au scénario, comme dit plus haut, c'est l'adaptation directe et sans nouveauté du roman. C'est donc un bon récit, original et plein d'un imaginaire d'urban-fantasy rafraîchissant pour qui ne connait pas Neil Gaiman. Très bonne histoire, très bons décors, très bons personnages.
L'ennui maintenant, c'est qu'ayant bien en tête le bouquin, je n'ai guère vu là qu'une redite de ce que j'avais déjà lu avec les images en plus. Pas de nouveauté.
Qui plus est, je n'ai pas su ressentir les mêmes émotions qu'à ma lecture du roman. Certains passages, comme la traversée du Pont de la Nuit, m'ont nettement moins marqué dans cette adaptation. Et la fin du roman qui avait su me toucher et m'émouvoir se révèle nettement plus plate dans ce comics.
Affaire de goût ou défaut typique d'une adaptation sur un autre support quand vous connaissez l'original.
Ca reste quand même du bon boulot et si vous ne connaissez pas, je vous en conseille la lecture.

Nom série  Les 40 commandements  posté le 28/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les 40 commandements, voilà clairement une série de BD dans la veine commerciale des Le Guide de... et consorts. C'est le genre de BD qu'on trouve en super-marché et qu'un ignorant de la BD qui n'a pas d'autre idée de cadeau va acheter par facilité pour offrir par exemple à un futur marié, à un divorcé, à un jeune parent ou qui sait à une femme enceinte, pourquoi pas, soyons fou.
Malgré cela, cette série là n'est pas aussi détestable que d'autres du même acabit.

Tout d'abord parce que le dessin de Gaël est de bon niveau, maîtrisé et convenant parfaitement à des gags en une image. La façon dont l'humour est mis en image est efficace et souvent percutante.
Ensuite parce que même si certains gags sont convenus et tombent plutôt à plat, il y en a d'autres qui sont véritablement drôles ou qui permettent un sourire sincère. Et surtout, ils ont l'avantage de coller au thème de leur album et de ne pas être de simples recyclages de blagues passe-partout.

Je n'achèterai pas un album de cette série ni pour moi ni pour un cadeau, mais la lecture n'en est pas désagréable et globalement amusante.

Nom série  Mon Gras et moi  posté le 28/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Hum. Je n'ai pas apprécié cette lecture. Quand je dis ça, je ne donne pas un avis objectif sur les qualités de cette BD, je donne un avis sur mon ressenti. Cette lecture m'a plombé. Je l'ai trouvée déprimante. Tellement vraie mais déprimante.

Au rayon des qualités de cette BD, il y a beaucoup de choses. Techniquement, la narration et le dessin fonctionnent bien. Ensuite, le sujet abordé est assez rare dans le domaine de la BD, surtout abordé avec autant de sincérité et de vécu. Et mine de rien, cet album est très instructif pour ceux qui n'ont pas de tels soucis de poids : on apprend beaucoup de choses sur des désagréments liés au poids auxquels on ne penserait même pas, sur l'atteinte au mental que cela peut engendrer, sur les sentiments que peuvent entraîner n'importe quelle petite phrase ou n'importe quel comportement des autres. Bref, on en apprend beaucoup sur la souffrance des obèses et sur leurs espoirs.
Enfin, moi, avec mon simple excédent de poids et mes poignées d'amour, j'ai appris des choses. Mais je suppose que les lecteurs ou lectrices véritablement obèses doivent au contraire retrouver une part de leur vécu dans cet album. Je ne sais pas si cela leur ferait du bien ou pas, mais ils devraient en tout cas s'y retrouver.

Par contre, malgré quelques pointes d'espoir et des petites touches d'humour, j'ai ressenti trop d'obscurité dans cette lecture. L'obésité comme une maladie irréversible, la culpabilité, le regard des autres, la souffrance psychologique et physique, le rejet, le sentiment ambigu d'haine/amour envers son propre corps, le fait que la narratrice n'arrive jamais à s'en sortir... J'ai trouvé ça très, trop, déprimant. Ca m'a miné.
Je suis conscient qu'il s'agit d'un récit sincère mais je ne prends pas de plaisir et je ne vois que moyennement d'intérêt à lire ce genre de récit.

Nom série  Sept guerrières  posté le 28/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mouairf... Sans que j’aie vraiment détesté cette lecture, j'ai le sentiment d'y voir un dessin très moyen mis au service d'un petit scénario heroic-fantasy sans originalité.

Le dessin pêche au niveau de la technique. Il a les défauts du style d'un Michael Turner (Witchblade) sans en avoir les qualités esthétiques. Ce défaut majeur, ce sont les visages qui sont tous lisses et identiques, obligeant le lecteur à tenter de reconnaître les différentes guerrières par leurs simples coiffures, et encore même celles-ci se ressemblent.
A cela s'ajoutent d'autres manquements, comme l'encrage trop fin qui rend les cases peu claires, et aussi le fait que le dessinateur ne sait visiblement pas du tout dessiner l'eau et les bateaux. Les passages sur la rivière font vraiment bizarres et laids à force d'essayer des artifices informatiques pour tenter de représenter le cours d'eau.

Quant au récit, son résumé est d'une grande simplicité, digne d'un petit scénario de jeu de rôles qui ne marquera pas tellement ses joueurs. Ce ne serait pas bien grave s'il était bien raconté mais il fait preuve de nettement trop d'incohérences et de facilités scénaristiques. Prenons l'exemple des protagonistes qui doivent s'enfuir de la cité assiégée par des tunnels pleins de pièges inconnus (d'où sortent-ils ces pièges d'ailleurs ?). Pourquoi passer par cet endroit mortel alors que pendant ce temps-là, la copine du prince les rejoint plus rapidement et sans soucis par la surface ? Et ces guerrières, comment font-elles pour bondir hors de l'eau comme des dauphins pour sauter à bord d'un bateau ennemi ?
Ce sont tout plein de ces moments qui font tiquer le lecteur par leur incohérence, leur facilité ou le comportement incompréhensible ou exagéré des personnages, toujours pour faciliter la vie du scénariste. C'est décevant.

Bref, même si je n'ai pas lu cette BD sans trop de déplaisir, ce n'est qu'un petit divertissement plein de défauts à mes yeux. Nous sommes à des lieues par exemple du soin et de la qualité de l'album Sept Missionnaires pourtant paru dans la même collection.

Nom série  Natty  posté le 27/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'originalité de cette série est la façon dont elle prend pour décor une adaptation de l'Inde et de sa mythologie. C'est une sorte de conte de fées à l'indienne, avec une jolie princesse, des princes prétendants mi-hommes mi-animaux, une cité-palais merveilleuse qui grimpe jusqu'aux nuages, et des intouchables loin dans les bas-fonds obscurs de cette dernière. C'est original et l'ambiance de fantasy indienne est plutôt bien retranscrite, même si le ton de la BD s'adresse plutôt aux adolescent(e)s qu'aux adultes.

Le dessin est tout à fait plaisant. A vrai dire, le trait de Melvil manque encore de maîtrise. Il est sympathique mais fait preuve de défauts disséminés par-ci par-là notamment au niveau des anatomies et de quelques visages changeants voire ratés.
Mais le tout est très bien mis en valeur par l'excellente colorisation de Kness. Ses couleurs pastels et chatoyantes associées au décor et à la jolie héroïne ne sont pas sans rappeler ceux de Sky-Doll à mes yeux.
En définitive, malgré des petits loupés au niveau du trait et des détails, c'est une jolie BD qui rayonne par sa couleur.

L'héroïne, la princesse Natty, est assez attachante. Son animal de compagnie, sa vache domestique, m'a aussi bien plu et m'a amusé.
L'intrigue, pour sa part, est assez basique. Il s'agit d'une histoire cliché d'une princesse qui refuse un mariage forcé, s'enfuit de son palais et découvre, après quelques frayeurs, l'amour dans les bas-fonds de sa propre ville.
La série a l'avantage de tenir en deux tomes seulement, mais il faut avouer qu'à moins d'une grande surprise du scénariste, on a vite deviné la suite des évènements une fois le premier terminé. A noter d'ailleurs que les albums sont dotés d'un nombre de pages particulièrement élevé : pas moins de 80 pages par tome, surprenant pour ce type de récit un peu jeunesse si souvent contraint au 48cc.

Non, ce qui m'a surtout plu, je le répète, c'est ce décor de mythologie indienne adaptée à un récit entre le conte de fées et la fantasy, avec une touche d'humour. C'est assez réussi et original. Cela associé au dessin et aux couleurs a su me séduire et je lirai la suite avec plaisir.

Nom série  Root  posté le 27/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série de la collection "Tchô !" souffle le chaud et le froid pour moi. Je lui reconnais des qualités et une certaine originalité mais elle n'a su que rarement me faire rire alors que c'est son but, en théorie.

J'aime bien le dessin de Xavier Henrion. J'apprécie sa personnalité, son aisance et le dynamisme qu'il donne à ses personnages. Il y a une petite touche de manga dans son style. C'est moderne et pas désagréable du tout.
Les couleurs, elles, sont techniquement maîtrisées et bien faites, mais je trouve qu'elles manquent d'harmonie. Trop de mélanges de tons et pas assez de signature visuelle ni d'ambiance.

Le cadre de la série ne détonne pas parmi les autres BD de la collection "Tchô !". Cette histoire de jeune barbare et de son petit dragon rappelleront sans doute Raghnarok de Boulet. Mais le cadre est sympa et l'ambiance plaisante. Le ton est au délire, ne se souciant vraiment pas de justesse historique pour mettre en scène des shamans amateurs de poussins, des barbares débiles soucieux de leur fierté, un village de pêcheurs souffre-douleur qui se moque un peu de ces mêmes barbares idiots et autres chenilles-dragons à l'appétit vorace.

C'est sympathique, certes mais j'avoue avoir eu bien du mal à rire dans les premières pages. A vrai dire, j'ai vraiment éclaté de rire sur deux gags, celui des poissons-chaussettes et de la langue-embrasse-moi. Mais à côté seuls quelques autres gags m'ont fait sourire tandis qu'une trop grosse majorité m'a laissé plutôt indifférent.

Du coup, ne serait-ce mes deux éclats de rire, le dessin réussi et l'ambiance plaisante du tout, j'aurais trouvé cette série médiocre. En définitive, je ne la trouve pas si mal mais je n'en conseille guère l'achat.

Nom série  Celle que...  posté le 25/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une série qui fait immédiatement penser à un manga à la française, une sorte de shojo dans un décor de collège et de lycée tel qu'on les connaît en Europe. Cette impression tient à plusieurs facteurs : le format tout d'abord qui est celui d'un album de petite taille et épais, promettant une bonne heure de lecture par album au moins. Et cela tient aussi à la narration et au dessin de Vanyda qui est d'inspiration japonaise.

Le graphisme de cette dernière se démarque cependant du manga tout venant. Il a une vraie personnalité, à mi-chemin entre franco-belge et asiatique. Il est en tout cas tout à fait plaisant à lire.
Je lui reproche juste la similitude entre les visages de nombre de ses personnages qui les rend difficiles à différencier surtout quand on est plongé immédiatement dans le bain de cette histoire aux multiples intervenants.

Le scénario nous plonge dans une ambiance de collège, avec le brevet en vue et le passage au lycée pour l'année d'après. Le lecteur sera placé dans un véritable contexte adolescent, celui de jeunes filles qui n'ont d'autres soucis que de s'amuser entre elles, de regarder les garçons, de sortir parfois et peut-être de boire de l'alcool, de ne pas trop se planter en cours et si possible de vivre l'histoire d'amour cachée qu'elle n'ose avouer. D'autant plus que cette période de la vie, vers 14-15 ans, est propice aux questionnements, aux petites bêtises de jeunesse, à l'apprentissage de la vie en société et à la recherche de sa propre identité.
En cela, le public cible est plutôt jeune. L'auteur s'adresse manifestement en priorité aux adolescentes, probablement déjà lectrices de shojo, qui sauront s'identifier très rapidement aux personnages et au décor qu'elle côtoie dans leur propre vie. Mais le lecteur adulte retrouvera un cadre réaliste, à même de lui rappeler nombre de souvenirs de jeunesse.
Seul petit défaut, en une année scolaire par album et de nombreuses pages, il ne se passe finalement pas grand chose de très remarquable. Il s'agit juste de la vie de tous les jours d'adolescentes normales, sans aventure ni extraordinaire. Mais ça reste prenant car tout cela est bien attachant.

Attachant à la manière de l'héroïne principale que Vanyda a réussi à rendre sympathique malgré sa réserve et sa timidité. On a envie de la voir réussir sa vie, de la voir surmonter sa peur de déclarer sa flamme à son amour secret. Par contre, j'ai un peu moins accroché avec sa bande de copines. Elles sont réalistes mais, du coup, elles font parfois preuve d'erreurs de jeunesse ou de méchanceté adolescente qui dégrade leur capital sympathie.

C'est un récit un peu fleur bleue mais finalement tout à fait réaliste qui nous plonge ou nous replonge dans l'ambiance de collège et de lycée, avec nostalgie pour certains et avec plaisir pour d'autres.

Nom série  Epinoche  posté le 24/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 2.5/5

Ce petit album est aussi étonnant par son contenu que par sa narration.
Cette dernière est très cinématographique. Le récit est étiré en longueurs, les scènes étant découpées instants après instants avec un rythme qui pourrait rappeler le manga si l'album n'était pas nettement plus court.

Le dessin est assez simple et ne plaira pas à tout le monde mais il ne manque pas de personnalité à mes yeux. Pas désagréable à lire.

Le récit quant à lui est un peu bizarre. Il met en scène un artiste solitaire dont l'art consiste à créer des petits bonshommes en papier toilette et à se creuser la tête pour les mettre en scène de manière... évocatrice. Ses seuls soucis sont son chat, sa chérie comme il l'appelle, qui n'a qu'une envie, jouer et détruire ses créations, et son copain Yanni qui insiste pour qu'il sorte de son appartement et vienne le voir pour discuter.
Le ton est étrange et oscille entre l'intimiste, le légèrement trash et l'absurde. J'ai eu bien du mal à cerner l'ambiance du récit et surtout l'éventuel message que l'auteur pourrait chercher à faire passer. J'ai eu au final un sentiment de récit vain, vite lu, vite oublié. Et un peu bizarre...

Nom série  U.S.S.  posté le 24/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est la couverture et le titre aux consonances SF qui m'ont attiré vers cet album. Le graphisme a ensuite achevé de m'intéresser.
Le dessin de Luca Rossi s'apparente un peu à celui de Mignola : même trait anguleux et mêmes aplats contrastés de noir. C'est un style que j'aime bien. Mais je dois dire que la technique n'est pas du niveau de l'auteur de Hellboy et j'ai trouvé l'ensemble moins esthétique et finalement pas si agréable à l'oeil ou à la lecture.

Mais cela ne serait pas grave si le scénario m'avait plu. Et ce n'est pas le cas.
Cette BD se scinde en trois chapitres qui sont en fait des récits totalement indépendants, réunis uniquement par leur décor SF, leur ambiance sombre et l'apparition d'une étrange station service dans les deux premières (l'ai-je loupée dans la dernière ?).
Mais...
Je n'ai quasiment rien compris à la première histoire. Sa narration est non seulement très décousue mais surtout elle mélange en permanence flash-backs, visions et hallucinations. Tant et si bien que j'ai eu beaucoup de mal à déterminer ce qui est ''vrai'' de ce qui est ''imaginaire''. Et je n'ai pas capté du tout la fin.
La seconde histoire est plus linéaire quoiqu'encore assez décousue et peu agréable à lire. Quoiqu'il en soit, son scénario ne m'a guère charmé.
Quant à la dernière histoire, elle est à nouveau décousue et peu claire au niveau de la narration. Même après lecture, j'ai eu du mal à en comprendre des passages et la motivation du personnage principal. Et la fin est glauque sans que j'en comprenne l'éventuel message.

En résumé, je n'ai pas aimé ma lecture même si je trouve le graphisme valable et l'ambiance assez originale.

Nom série  Croisade  posté le 24/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Au vu de la couverture et du décor de cette BD, je m'attendais à y trouver une série dans la lignée du Troisième Testament. Sur ce plan là, j'ai été déçu car Croisade s'est révélée à mes yeux nettement plus fade.

Plus fade au niveau du dessin car même si j'apprécie son soin, ses décors et la finesse de son trait, je trouve que les personnages se ressemblent tous un peu trop, ce qui m'a parfois embrouillé. Les planches ne percutent pas vraiment par leur force évocatrice à mon goût. Mais il est difficile de faire de reproche aux grandes scènes de batailles et de charges que le dessinateur nous offre, ne lésinant pas sur les détails et la composition.

Le scénario non plus ne m'a pas tellement convaincu. A vrai dire, j'ai eu le sentiment qu'il aurait pu se dérouler dans n'importe quel décor de fantasy et que le choix de le placer au milieu des croisades est presque artificiel. En effet, l'intrusion de fantastique est trop présente pour ce décor historique à mon goût. Ca n'a pas la saveur d'un thriller ésotérique médiéval tout en n'apportant pas grand chose de neuf au thème de l'affrontement heroic-fantasy classique.

Quoiqu'il en soit, cela reste une BD de qualité, avec un dessin tout à fait valable et un scénario bien construit qui se lit bien. C'est juste que l'ensemble ne marque pas mon esprit et ne fait pas preuve pour le moment de suffisamment d'innovation pour se démarquer des nombreux récits fantasy ou médiéval-fantastique qui lui ressemblent.

Nom série  Les Carrés  posté le 23/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne suis pas amateur de polar mais j'ai bien accroché à celui-là. En effet, le premier album de cette série se révèle dense et varié, divertissant et intéressant de bout en bout.

Son intrigue est originale, se basant sur une quête de peintures disparues depuis le début du 20e siècle et en profitant pour nous emmener en Afrique Centrale à la rencontre d'un ancien nazi, puis nous confrontant à un dictateur africain en asile en France. Pas de grand spectacle à l'hollywoodienne ici mais plutôt un héros simple et humain, au physique de jean Reno, qui suit ses enquêtes avec professionnalisme en essayant de moins souffrir du deuil de son ex-compagne.
J'ai vraiment apprécié le fait que le scénario avance vite, nous emmenant dans des situations assez novatrices mais toujours bien construites et réalistes.

J'ai eu pourtant un peu de mal avec le dessin qui fait preuve de visages assez médiocres dont un gros raté à mes yeux dès la première planche. Mais finalement, je me suis plutôt attaché à ce graphisme qui a su peut-être pas vraiment me séduire mais au moins faire oublier ses petits défauts pour laisser la place à son efficacité et sa simplicité.

Ce qui m'empêche de trouver cette Bd franchement bien, ce sont les quelques facilités scénaristiques un peu trop présentes au long de ce premier tome. Le copain bouquiniste qui a pile les informations qui manquent au héros, ce dernier qui s'intègre en un clin d'oeil à la vie africaine à Bangui, qui trouve dans l'annuaire un ancien nazi en fuite, les rencontres aussi faciles avec ce dernier et le tortionnaire africain. Tout se déroule de manière un peu trop arrangeante.
Mais c'est aussi cela qui permet d'avoir une intrigue rapide et dense alors je ne vais pas me plaindre plus que ça.

Une bonne BD policière, originale et pleine d'entrain. Je lirai à coup sûr la suite et peut-être ma note sera-t-elle révisée à la hausse.

Nom série  Green Manor  posté le 04/11/2003 (dernière MAJ le 22/06/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bon, j'hésite entre 3/5 et 4/5, mais comme c'est une BD récente et de qualité, je vais la soutenir.
Déjà l'esthétisme et le dessin sont bons : c'est une BD qu'on a plaisir à posséder et à feuilleter.
Ensuite, les scénarios des petites histoires sont originaux et très bien construits et on se prend au jeu d'essayer de deviner la fin des histoires car à chaque fois il y a une révélation ou un retournement de situation bien sympa.
Bref, ça se lit très bien et c'est bien agréable de voir des scénarios de cette qualité.
Néanmoins, le souci avec ce genre de BD "à révélation en fin d'histoire", c'est que quand on connaît la fin, on n'a pas tellement envie de la relire. Ca se lit donc une fois avec plaisir, mais seulement une fois, à moins d'avoir tout oublié entretemps...

Nom série  Le Peuple des endormis  posté le 22/06/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'étais intrigué par le résumé de cette BD, présentant un personnage de Marquis assez atypique et un périple en Afrique à l'époque du Roi Soleil, c'est ce qui m'a amené à la lire. Au final, j'ai eu ce à quoi je m'attendais mais je ne suis pas tombé sous le charme.

Il y a beaucoup du séjour africain de la série Les Passagers du vent dans cette histoire. On y retrouve de nombreux points communs tant dans le déroulement que dans les décors. Si ce n'est qu'au lieu d'esclaves, ce sont des animaux sauvages que l'équipage français y vient chercher. Cela me rappelle aussi A la recherche de la Licorne, d'ailleurs, sur le même sujet mais deux siècles plus tôt. Mais il faut croire qu'à l'époque, tous les périples africains tournaient au désastre.

A l'image du dessin et des couleurs, le récit est sombre. Les personnages sont tous plus ou moins illuminés et dangereux. Pourtant le personnage de Dunan m'a assez plu, il est plutôt amusant et humain avec ses faiblesses et sa fierté souvent tournée en dérision.
Mais je ne sais pas si les blancs de l'époque étaient aussi pourris vis-à-vis des noirs mais c'en est assez désespérant. Et même entre blancs : on les sent si personnels, si imbus d'eux-mêmes et insouciants du bonheur ou de la simple vie des autres. Ce récit reflète une noirceur qui me déplait assez. Et du coup, cela manque de réalisme à mon goût car je n'aime pas ces caricatures des défauts de l'âme humaine.

J'ai lu malgré tout ce récit avec un certain intérêt mais sans être jamais vraiment sous le charme. Et je ne le relirai pas.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 246 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque