Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 5002 avis et 1928 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Capitaine  posté le 07/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La collection Puceron de chez Dupuis a fait des émules. Voici la collection Petit Bonum, elle aussi destinée aux enfants à partir de 4 ans, avec des bandes dessinées muettes et pouvant être lues aussi bien par les petits que par les parents qui leur font la lecture.

Capitaine m'a séduit par son originalité.

Le dessin a un style bien à lui. Il mélange des personnages et objets franco-belges classiques avec des décors parfois presque géométriques ou abstraits. L'ensemble est étonnant et assez sympathique.

L'album est scindé en histoires courtes, presque des gags en une page par moments. Le ton est un peu spécial, parfois gentiment enfantin, d'autres fois plutôt orienté vers l'humour absurde ou le jeu sur l'image.

Je ne suis pas persuadé que les enfants, surtout les plus jeunes, tomberont très facilement sous le charme, mais en tant que lecteur adulte je l'ai bien apprécié et je salue l'originalité pour une publication jeunesse.

Nom série  Tatoo  posté le 07/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La collection Puceron de chez Dupuis a fait des émules. Voici la collection Petit Bonum, elle aussi destinée aux enfants à partir de 4 ans, avec des bandes dessinées muettes et pouvant être lues aussi bien par les petits que par les parents qui leur font la lecture.

Tatoo est un petit chat noir et de bonne humeur. Chassant une souris, il va se retrouver plongé au milieu d'un zoo et sera baladé de cages en cages, côtoyant girafes, singes, crocodiles, serpents et autres lions.
L'histoire est très orientée petite jeunesse, compréhensible et amusante pour un lectorat de 4 ans, voire moins. Ca se lit bien, avec le sourire.

On reconnait les couleurs chaudes et éclatantes d'Olivier Supiot (Le Dérisoire, Marie Frisson,...) mais le dessin, plus simplifié, m'a moins séduit que dans d'autres de ses albums. Les couleurs elles-mêmes manquent un peu d'harmonie mais elles sont telles qu'elles plairont sans aucun doute aux jeunes enfants.

En définitive, c'est une BD qui convient bien aux tous jeunes lecteurs mais je trouve, à titre personnel, qu'elle manque un peu d'originalité et de quelque chose qui la démarque de banales lectures jeunesse.

Nom série  L'Assassin Royal  posté le 06/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ca m'a fait plaisir de redécouvrir le récit de l'Assassin Royal. Je n'avais pas relu les romans depuis quelques ans et l'adaptation est plutôt réussie ici.

La couverture est assez impressionnante, quoiqu'un peu pompeuse. Le graphisme n'est pas en reste à l'intérieur de l'album et chaque planche a un bel aspect. Les couleurs sont également très réussies.
J'ai apprécié de mettre une image sur les visages des personnages et les paysages que j'imaginais à la lecture. Je suis juste surpris du faciès du Fou que je n'imaginais pas ainsi (mais il semble que j'avais mal lu le roman) et un peu déçu par le visage d'Umbre dont l'aspect grêlé n'est pas des plus réussis. Pour le reste, je suis satisfait.
Tout n'est pas visuellement parfait à mes yeux cependant. Tout d'abord, les décors me semblent un peu arides : trop de lignes droites, d'espaces vides. C'est austère et d'un niveau inférieur aux avant-plans et personnages. En outre, je trouve que les visages de nombre de personnages se ressemblent un peu trop. Entre autres, Fitz, la jeune Molly et le Fou semblent avoir exactement la même structure faciale.

Quant au scénario, c'est l'adaptation directe du roman. Mais comme dans la majorité des adaptations, l'ensemble parait très condensé, un peu trop condensé à mon goût. Certains passages sont racontés tellement vite qu'on n'a pas le temps de les savourer et de les bien comprendre. A plusieurs moments, j'ai eu l'impression que si je n'avais pas lu le livre, je n'aurais pas compris ce qu'il se passait.
Le Fou, par exemple, n'est quasiment pas présenté, et il faut le savoir pour le reconnaitre quand il vient faire sa prémonition à Fitz, prémonition qui d'ailleurs semble complètement inutile puisque les auteurs ne font pas du tout le rapprochement entre elle et les évènements ultérieurs avec le chien.
C'est un exemple parmi d'autres.

Globalement, je suis convaincu que quelqu'un qui n'a pas lu le livre manquerait une très grosse portion des explications et de la saveur du récit. Autrement dit, cette BD ne se suffit pas à elle-même, du moins pas pour approcher la valeur du roman original. Ca n'en reste pas moins une mise en image sympathique et plaisante pour qui veut relire ce qu'il a déjà lu.

Nom série  Emmanuelle  posté le 05/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je me souviens de l'effet émoustillant du film Emmanuelle quand je l'avais vu en secret, étant préadolescent. Et c'est vrai que quand j'y repense, c'est l'un des rares scénarios érotiques que je trouve vraiment intéressant et excitant, la plupart de ce que j'ai vu ou lu depuis étant souvent assez pitoyable.
Mais cette adaptation en BD ne m'a pas convaincu.

Tout d'abord, je ne suis clairement pas amateur du style de Guido Crepax. Il est vrai qu'il a un graphisme très esthétisant mais il est nettement trop marqué par la mode des années 70 à mon goût. Les cadrages sont trop serrés et les postures des personnages souvent ridicules tant ils posent. Et globalement je n'aime ni son encrage trop fin, ni son abondance de traits, ni le résultat d'ensemble de ce graphisme.

Quant à l'histoire, elle se base bien évidemment sur l'intrigue du film. Mais les enchainements passent mal, les situations semblent tomber comme des cheveux sur la soupe, les situations sont peu vraisemblables. Après les deux premiers chapitres, j'ai eu l'impression que le récit devenait une suite de scènes sexuelles sans lien entre elles, sans cohérence avec les dialogues du départ.

Bref, ce n'est pas une adaptation qui m'a plu.

Nom série  Shutter Island  posté le 05/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
N'étant pas très amateur de polar/thriller, c'est bien du fait des avis dithyrambiques ci-dessous que j'ai acheté cette BD. Je l'avais déjà feuilletée auparavant mais ça n'avait pas suffi à me convaincre. Mais du coup, c'est aussi le fait d'avoir lu les avis ci-dessous qui m'a un petit peu gâché mon plaisir car mes sens de la déduction étaient aux aguets et j'avoue ne pas avoir été tellement surpris par la fin que je devinais depuis un petit moment. Je m'attendais à quelque chose de plus innovant, quelque chose du niveau d'un film comme Sixième Sens ou d'une BD d'Andreas qui vous retourne le lecteur comme une crêpe.
Mais ne nous y trompons, c'est clairement une bonne BD, au-dessus de la moyenne.

Le dessin est d'un très bon niveau technique. Son réalisme et sa colorisation donnent une ambiance qui colle excellemment avec le récit. J'avoue avoir eu un peu de mal au départ car je trouvais que les personnages se ressemblaient trop. Mais on s'y fait et cela ne gâche pas la lecture.

Quant au scénario, c'est vraiment le point fort de cette BD.
On pourrait le séparer en deux parties. Une première qui est un pur thriller, avec une atmosphère lourde, du réalisme et une enquête mystérieuse. Cette partie va glisser tout doucement vers quelque chose de... différent, plus ambigu... mais je ne veux pas en dire plus.
A la fin de ma première lecture, j'avoue avoir été circonspect. Différents passages ne me semblaient vraiment pas clairs, et je trouvais l'explication finale assez incohérente, trop artificielle.
Mais j'ai ressenti le besoin de relire aussitôt l'album et plus particulièrement ses moments clés. Et après ce réexamen consciencieux, j'ai eu la confirmation que le scénario était vraiment cohérent de bout en bout. Et le final du récit n'en devient que plus fort et plus réussi.

Bref, oui, c'est une très bonne BD, un très bon scénario et un dessin qui y colle très bien. Mais n'étant pas grand amateur de polar/thriller, j'ai été moins charmé par cet album que d'autres ont pu l'être avant moi.

Nom série  Le Maître de Jeu  posté le 04/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Après lecture des deux cycles de cette série, je n'ai pas accroché. Mais il faut dire aussi que je ne suis fan ni des scénarios de Corbeyran d'ordinaire, ni de l'univers des Stryges.

Premier mauvais point, le dessin ne m'a pas plu d'emblée.
Sur les premiers tomes, je trouvais que le trait de Charlet n'était globalement pas mauvais mais je lui reprochais différentes choses. D'abord, son inégalité et la résurgence de tics graphiques proches du fanzinat manga. Ces derniers contrastaient trop avec la recherche de réalisme du reste des planches et avec l'ambiance, et ça ne me plaisait pas du tout. Je trouve également les cadrages trop rapprochés, trop étouffants, comme si l'auteur cherchait la facilité en s'évitant des vues d'ensemble et trop de décors.
Paradoxalement, j'ai davantage accroché à partir du tome 4 quand Charlet se décomplexe et présente un style véritablement plus proche du manga et moins réaliste.
Je n'aimais pas non plus la colorisation du premier cycle. J'ai trouvé qu'elle gâchait régulièrement l'aspect d'ensemble des planches, leur donnant souvent un aspect amateur. Mais une fois de plus, cela s'est arrangé pour moi à partir du tome 4.
C'est précisément après ce tome 4 que le dessinateur change et laisse la place à Horne, dont le style est plus proche du comics, et dont le réalisme s'accorde plus aisément avec l'ambiance du scénario. Mais à nouveau, ce n'est pas vraiment mon genre graphique.

De toute façon, je n'ai pas non plus accroché au scénario.
Le premier cycle ressemble ni plus ni moins à un très banal film d'horreur avec la trame cliché d'un groupe de personnes coincé sur une île coupée du monde, un monstre qui les tue les uns après les autres et un grand secret qui se révèle fort décevant à mon goût. Le tout est saupoudré d'un peu de mythologie des stryges, mais rien de convaincant ni intéressant. La seule chose qui ait attisé ma curiosité dans ce cycle, c'était la promesse d'une partie de jeu de rôles intrigante mais dont on ne verra finalement pas le début du commencement. Et à ce propos, j'ai eu bien du mal à comprendre cette idée de "meilleur joueur de jeu de rôles du circuit", comme si les rôlistes s'opposaient les uns aux autres sur des "plateaux" (?) de compétition.
Le second cycle m'a davantage accroché au départ car les personnages m'étaient désormais connus et agencés les uns avec les autres. Mais l'intrigue globale n'a pas su me captiver. Les stryges ou plutôt leurs hybrides n'y sont que des grosses bêtes dangereuses mais rien de vraiment mystérieux ou envoutant. Et la structure du récit n'est pas assez prenante ni originale à mon goût.
Bref, j'ai lu ce récit sans passion et il m'est déjà à moitié sorti de l'esprit.

Nom série  Comment ne rien faire  posté le 04/10/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Parce que j'aimais bien Shenzhen et autres Pyongyang, mais aussi parce qu'on m'indiquait sur le forum que cet album était difficilement trouvable, je l'ai acheté quand il m'est tombé sous la main. Mais j'en suis déçu.

Cette BD annonce bien la couleur : il s'agit d'un recueil d'histoires courtes de l'auteur, publiées de manière dispersée dans divers magazines québécois ou français depuis une dizaine d'années. Et dans ces cas-là, soit nous avons un recueil de perles trop malheureusement oubliées, soit il s'agit simplement de bandes dessinées trop quelconques pour avoir mérité leur propre publication en album auparavant.
C'est hélas le dernier cas, ici.

Certes, j'ai retrouvé avec un léger plaisir le personnage et le style de Guy Delisle qui avait su me séduire dans ses plus gros albums. Son style est toujours frais et fluide, avec une sympathique touche d'humour.
Mais l'ensemble, ici, ne casse vraiment pas trois pattes à un canard. Ca fait trop fourre-tout. Le style graphique est différent d'une histoire à la suivante et il ne me plait pas toujours. Les histoires se rapprochent toutes par un certain sens de l'absurde mais aucune n'est vraiment marquante ou particulièrement drôle. Beaucoup m'ont laissé sur un sentiment de futilité, d'inutile et de vain. Je n'ai pas été surpris, pas été vraiment amusé, pas été charmé.
Je sors donc déçu de mon achat.

Nom série  Jeannette Pointu  posté le 30/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je viens seulement d'avoir l'occasion de lire cette série dans un style franco-belge bien classique. Mais ça n'a pas collé pour moi. Je suis d'autant plus déçu que, sur la base de mes bons souvenirs de Docteur Poche, j'étais persuadé que j'allais apprécier cette autre série du même auteur.

Je n'ai pas de reproche à faire au dessin. J'aime bien le style de Wasterlain et il me rappelle de bons souvenirs de lecture de jeunesse.

Je n'ai pas de réels reproches à faire non plus à la base des intrigues de chaque tome. C'est le genre de récits d'aventure et d'exotisme aux quatre coins du monde comme je les apprécie d'ordinaire.

Mais c'est l'ensemble qui ne m'a pas charmé.
L'héroïne n'est pas charismatique à mon goût. Déjà, je n'aime pas trop sa bien-pensance parfois moralisatrice. Ensuite, faire d'elle une super femme capable de toutes les prouesses, escalade, deltaplane, pilotage, voile, etc... c'est classique dans le genre mais ça la rend assez agaçante. Tout comme le fait qu'elle se balade n'importe où avec ses articles de presse d'où elle tire les bonnes infos au bon moment.
Le fait de placer les récits dans l'actualité tend aussi à détruire l'intemporalité des classiques franco-belges comme je les aime, et cela donne un aspect engagé et du coup parfois un peu naïf aux intrigues.
Mais l'essentiel de mes reproches vont surtout à la structure des récits. Le rythme me semble médiocre. Les scénarios se composent trop souvent d'une suite de petites péripéties, sans grand suivi, sans réelle cohérence. Ce qui fait que je n'ai que très rarement accroché aux histoires et que j'en garde un souvenir de constructions artificielles et sans saveur.
C'est dommage...

Nom série  Ortie West  posté le 29/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une Bd un peu déjantée dans un style que n'auraient pas renié Cromwell et sa bande (Anita Bomba, etc...). Le décor, une ville paumée au fin fond du désert américain et ses rares habitants bien décidés à rester oubliés du reste du monde. Mais, pas de chance, c'est sur leur ville que tombent les évènements les plus imprévus.

Le premier tome oscille allègrement du côté de la SF avec le crash d'une soucoupe volante et une course-poursuite jusque dans la jungle mexicaine pour trouver un vaisseau de secours au gentil pilote extra-terrestre qui a été recueilli par Ortie West.
Le second tome joue un peu plus la carte du fantastique avec une histoire de baguette magique donnée par les anges et d'un savant fou qui transforme les gens en poupées vivantes.

Le ton est à l'aventure matinée d'humour et d'action. L'ambiance est un peu délirante, avec des personnages hauts en couleurs. Le dessin est sympathique quoique les personnages masculins se ressemblent un peu trop souvent de visage.

Malgré cela, je n'ai pas réellement accroché. La faute à un rythme de récit pas tout à fait au point à mes yeux. Les personnages sont souvent trop bavards, tranchant avec l'aspect dynamique du dessin et de l'intrigue. L'auteur ne cherche également surtout pas le réalisme dans son récit mais cela rend parfois les choses confuses, voire lassantes (à la manière des méchants dans le premier tome qui, comme dans un dessin animé, sont sans arrêt pris dans des accidents et autres explosions mais ne meurent jamais et poursuivent sans relâche les gentils). L'humour ne passe également pas toujours bien à mon goût.

J'ai lu les deux histoires indépendantes de cette série comme un divertissement assez amusant, mais cela manque d'accroche et de rythme malgré une certaine originalité de ton.

Nom série  L'Ordre de Cicéron  posté le 29/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai eu l'impression de suivre un téléfilm français en lisant cette BD. Décor, intrigues, personnages, tout m'y a fait penser. Un environnement d'affaires et de procès judiciaires, un conflit familial ruminé depuis la seconde guerre mondiale, une bataille entre une grosse boite américaine et un petit poucet français, une trahison à tous les niveaux par une femme sans scrupule. J'avoue ne pas avoir trouvé l'ensemble très novateur.

J'ai également trouvé que certains passages étaient un peu faciles. Tout se retourne trop vite contre le pauvre De Veyrac. Les complots judiciaires et les batailles de business apparaissent assez caricaturaux.

MAIS

C'est bien foutu. L'intrigue est joliment ficelée, sans réelle originalité mais bien prenante comme il faut. Ulcéré par la trahison de la s....e de service, on a envie de voir comment le jeune français va s'en tirer et surtout comment elle, l'infâme traitresse, va payer pour ce qu'elle a fait. Et j'ai noté une belle relance de l'intérêt du récit par le coup de théâtre de la fin du second tome.

Une série qu'on ne lâche pas une fois entamée, comme un bon téléfilm.

Nom série  Relayer  posté le 29/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une BD qui su me séduire par son ambiance à mi-chemin entre la SF, le steam-punk et l'onirisme.
C'est un récit un peu difficile à appréhender au premier abord. Le décor tient à la fois de la science-fiction et du loufoque. L'intrigue oscille entre sérieux et irréel. J'ai régulièrement eu l'impression de partager le rêve du personnage principal, balloté dans un scénario complexe où beaucoup de choses s'emmêlent, entre critique des dangers de la science et troubles souvenirs d'enfance.
Cette ambiance associée au dessin et à la palette de couleurs un peu spéciaux de Vincent Gravé mont un peu fait penser à Naciré et les machines, avec effectivement d'autres influences de ci de là pour former un cocktail un peu spécial mais qui a su me séduire.
Ce n'est pas un chef d'oeuvre à mon goût, les quelques incohérences, transitions brutales ou confusions dues à l'aspect "onirique" du tout ont de quoi rebuter parfois, mais ce fut pour moi une lecture plaisante.
A savoir maintenant si la série verra bien un jour sa fin éditée, chez Carabas ou encore chez un nouvel éditeur...

Nom série  Space Ship EE  posté le 26/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voilà un manga vraiment spécial.
Il mélange allègrement ambiance poétique, voire onirique, science-fiction et vie au quotidien, dans un récit qui se permet toutes les libertés.

Le dessin lui aussi est très marquant. Et à vrai dire, je ne l'aime pas.
En matière d'illustratrice, Aya Takano a un style bien à elle, plutôt esthétique, avec des personnages aux corps enfantins et androgynes, une ligne, des couleurs pastels et un univers bien reconnaissables.
Mais le passage à la BD n'a pas du tout fonctionné pour moi.
Pour commencer, le noir et blanc ôte une grande partie de ce qui faisait la force de ses illustrations. Et ensuite, son trait fait trop brouillon. Il faut vraiment y accrocher pour ne pas se faire la réflexion que n'importe qui pourrait gribouiller comme ça. Les seuls indices me permettant de reconnaître là l'oeuvre d'une vraie artiste graphique sont son style tout de même reconnaissable et des cadrages assez originaux. Pour le reste, je trouve ça laid et souvent difficilement compréhensible.

Quant à l'intrigue, elle est étrange et un peu trop dispersée. Pas toujours facile à suivre, elle amorce des choses qu'elle laisse en plan, des mystères sans résolution, des évènements et des comportements dont je n'ai vu ni la finalité ni ce qu'ils apportent à l'ensemble. Et tout cela se termine comme cela avait commencé, sans que j'ai l'impression d'avoir suivi un récit cohérent et construit. Il s'est juste instauré une ambiance bizarre mêlée de SF, d'onirisme et de poésie. Mais tout cela est trop vain à mon goût.

D'autres que moi pourraient peut-être accrocher mais ce n'est pas mon cas.

Nom série  Les Armes du Méta-Baron  posté le 25/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je suis plutôt amateur des scénarios de Jodorowsky et de son univers Space-Opera. L'Incal, Avant l'Incal et les premiers tomes de La Caste des Méta-barons sont de très bons souvenirs pour moi, mettant en place un univers complexe, varié et original. Mais ce nouvel album, Les Armes du Méta-Baron, combine à mes yeux les défauts les plus manifestes des derniers tomes de La Caste des Méta-barons et de la série Les Technopères.
Jodo tombe dans les travers que je lui reproche régulièrement, ceux qui consistent à oublier toute crédibilité à son récit pour en faire un pamphlet mystique à base de surenchères fantastico-oniriques et de rites initiatiques à toutes les sauces.

Et quel dommage, car une fois de plus, Jodo a su s'entourer de bons, voire très bons dessinateurs.
Le trait de Janjetov est sans défaut, si ce n'est que ses personnages me rappellent trop Les Technopères. Cette simple similitude graphique avec une série qui m'a fortement déçu suffit à me troubler.
Le trait de Charest est impressionnant de travail. Son graphisme est fortement assisté par ordinateur, proche de l'image de synthèse par moment. Ses personnages sont un peu figés, notamment de visages, mais l'ensemble est très esthétique. Dommage que le découpage et la mise en page narrative ne soit pas du même niveau, rendant nombre de planches confuses et difficiles à lire.
Et il est un peu étrange aussi de voir de nettes différences entre les représentations de l'un et l'autre de ces deux dessinateurs. La méta-nef, par exemple, n'a rien à voir suivant qu'elle soit dessinée par Janjetov ou par Charest. C'est tout simplement un autre vaisseau alors que ce n'est pas sensé être le cas dans le récit. A croire qu'ils ont travaillé en parallèle sans savoir ce que faisait l'autre, impliquant de telles incohérences graphiques.

Au final, on a un bel album, joli à feuilleter ou à admirer, mais qui ne tient pas la route au niveau du scénario. Non seulement je le trouve creux et vide, mais en plus je suis gavé de ces délires mystiques dont Jodo nous arrose dans nombre de ses bandes dessinées récentes, resservies encore et encore de manière tellement similaire.
Il faut vraiment aimer ça, et ce n'est plus mon cas depuis sa première série du genre, Le Lama blanc.

Nom série  Undercurrent  posté le 24/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Undercurrent pourrait se traduire dans cette oeuvre par le terme de Vague à l'âme. Car c'est bien ce que l'on ressent dès les premières planches de ce manga.
Une femme qui laisse son esprit et son corps voguer sur les flots mélancoliques du désarroi.
Son mari a disparu la laissant seule s'occuper des bains publics qu'ils géraient ensemble avec l'aide de sa tante. Elle s'interroge. Qu'est-il arrivé à son mari ? Pourquoi ? A-t-il fui ? Le connaissait-elle vraiment finalement ? Saura-t-elle surmonter l'épreuve ?

Mais cette femme, Kanae, est une femme de tête. Elle ne va pas se laisser abattre. Cela on l'apprend dès l'entame du récit et on sait dès lors que ce dernier ne va pas sombrer dans le pathos.

C'est un beau récit, un beau roman graphique. Tout en finesse, il impose sa vision réaliste mais très touchante de la vie. D'autant que le dessin est de belle qualité, simple mais plaisant et soigné.
On peut peut-être reprocher l'aspect un peu apathique de certains personnages, notamment Hori, l'intérimaire qui vient aider Kanae aux bains et qui va jouer un rôle important dans la reconstruction psychique de cette dernière. Mais les comportements de chacun finissent par s'expliquer dans la conclusion du récit. Conclusion qui n'a rien d'anodine d'ailleurs.

Tout cela est bien construit. Les personnages sont bons, crédibles et parfois originaux. Malgré peut-être quelques longueurs, il impose avec douceur des moments très forts émotionnellement. L'auteur se permet même quelques passages humoristiques. Le genre de lecture qui marque un peu l'âme et dont on se souvient après coup.
La fin est très ouverte et laisse un peu sur sa faim l'amateur de happy-end que je suis.
Mais c'est vraiment un beau manga adulte et subtil.

Nom série  Bohémond de Saint-Gilles  posté le 22/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quoique d'aspect un peu vieillot, Bohémond de Saint-Gilles est une bonne BD d'aventure et d'Histoire. Le décor des premières croisades est soigneusement recréé et nous sommes amenés à découvrir une Europe et une méditerranée de l'époque sous un regard assez exotique, avec confrontations entre Chrétiens et sarrasins, certes, mais aussi entre le Doge de Venise, les chevaliers du Temple, les normands et autres au coeur même de la chrétienté.

On devine dans le graphisme ce qui fera le style actuel de Juillard. Mais nous sommes encore loin de son meilleur niveau technique. Les cadrages sont très classiques, les personnages un peu figés, les visages cantonnés le plus souvent à des vues de face, de profil ou de légers 3/4. C'est loin d'être laid, mais ce n'est pas très remarquable.

Et le scénario non plus n'est pas très remarquable. Les histoires sont plutôt bien construites, avec l'intérêt historique qu'elles apportent et des intrigues efficaces à base de rebondissements et de complots. Mais tout cela ne sort guère du lot des aventures historiques classiques. Pas novateur, pas très captivant, juste plutôt bien fait. Et un peu désuet de nos jours...

Nom série  Miguel de Alhama  posté le 22/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Quelle déception ! L'espoir d'en apprendre plus sur la prodigieuse Tenochtitlan (ancien nom de la ville de Mexico à l'apogée de l'empire Aztèque) et sur les circonstances de la chute de cet empire m'avait attiré vers cet album. Mais le résultat n'est vraiment pas à la hauteur de mes espérances.

Pour commencer, le dessin est très moyen. Il fait preuve de beaucoup d'imprécisions et de défauts techniques. Il a des airs quasiment amateurs par moment. Et la mise en page ainsi que la narration visuelle sont souvent ratées.

Quant au récit, il nous plonge beaucoup trop vite au coeur du sujet. Première page : boum, l'empereur Moctezuma se fait tuer. Deuxième page, l'action commence. Avant cela, aucune présentation du contexte, rien, strictement rien. Qui a tué l'empereur ? Dans quelles circonstances ? Que font Cortes et ses hommes dans son palais ? Que s'est-il passé auparavant ? Quelles sont les factions en présence ? Il faut tout deviner ou savoir (pour peu que l'on s'y connaisse précisément en Histoire mais dans ce cas-là la lecture de la BD devient inutile) car rien ou presque ne sera expliqué.
La narration est complètement embrouillée. Les dialogues sont confus, bourrés de fautes et de mots manquants ou en trop. J'ai régulièrement eu l'impression d'avoir manqué des cases, des pages entières, voire tout un épisode précédent qui aurait peut-être été publié dans un magazine quelconque mais pas en album.
Au final, le premier tiers de l'album est quasi incompréhensible tant il est confus, le second tiers est plus simple mais pas très intéressant, et la fin redevient de nouveau complètement embrouillée dès que l'action reprend.

C'est vraiment trop mal raconté à mon goût. C'est d'autant plus dommage que les auteurs ont quand même réussi à donner vie à un peuple aztèque assez crédible et historiquement détaillé.
Une suite était annoncée, nommée Eldorado, mais elle ne verra pas le jour...

Nom série  Nanami  posté le 19/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série est clairement destinée en priorité à un public d'adolescente. Les influences légèrement manga du dessin et le type d'intrigue rappellent certains shojos fantastiques.

Il s'agit d'un récit léger à mi-chemin entre vie collégienne, fantastique et fantasy. Les amateurs de manga ne seront pas trop surpris par ce scénario où une jeune collégienne est soudainement plongée dans un univers d'heroic-fantasy. L'originalité, cependant, est qu'elle n'y va pas seule, qu'elle revient régulièrement à la vie ordinaire mais aussi qu'il y a un mystère qui plane sur l'existence de ce monde parallèle, sur son gardien aveugle et sur les autres personnages qui, avant l'héroïne, ont aussi été amenés à y être plongés.

Pour le reste, c'est une lecture relativement plaisante et suffisamment prenante pour plaire à tout public. De même, le dessin, quoiqu'un peu chiche sur les décors, est agréable à la lecture. Pas de grande surprise à l'affiche mais une série sympathique et à même de plaire pour de bon à un lectorat adolescent.

Nom série  Le Diable des sept mers  posté le 18/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce qui marque dès l'ouverture de cette BD, c'est la force et la beauté des planches. Hermann est là à son tout meilleur niveau. Faisant preuve d'une colorisation directe puissante comme à son habitude, il donne véritablement vie à ses personnages et décors, qu'il s'agisse de bayous brumeux, de ports enfumés, d'îles tropicales ou bien sûr de la mer elle-même et des vieux gréements. Véritablement rien à redire, Hermann s'est donné à fond sur le graphisme de cet album et le résultat est brillant. Moi qui lui reproche d'ordinaire des visages un peu trop similaires d'une série à l'autre, il a même su apporter du neuf dans ce domaine aussi.

La vision des mythiques pirates tels qu'Yves H. et son père nous la présentent ici est assez originale. Déjà, le récit s'entame dans une plantation de Caroline du Sud, relativement loin des Caraïbes donc. Mais surtout, le scénario se révèle très dense et menée tambour battant.
C'en est même assez déroutant. D'une intrigue autour d'un mariage secret, on saute à une mystérieuse vengeance de Barbe Noire envers un riche propriétaire terrien, puis on part sur les flots, avec île déserte, combats maritimes, des morts, des trahisons, une chasse au trésor. Presque un condensé de tout ce que les histoires de pirates peuvent offrir.

Et à vrai dire, c'est bien là mon souci à l'heure actuelle. Je n'ai pas su cerner distinctement la logique du scénario. Trop dense, il me semble abandonner régulièrement en chemin des intrigues brièvement lancées avant d'être oubliées à regret. On s'y perd même un peu au fil des personnages successifs dont certains disparaissent parfois brutalement. Le récit semble en outre s'élargir en ajoutant des pointes de fantastique sur la fin, fantastique dont la surprenante dernière page du premier tome semble indiquer qu'il prendra une part plus importante dans la suite... ou pas.
Un peu déroutant...
Mais tellement plaisant par la beauté du graphisme et par la densité du récit.

Nom série  L'Etoile Ming  posté le 18/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà une lecture assez originale quoique grandement oubliée de nos jours. Cette BD tient à la fois de l'amateurisme et du petit bijou d'humour décalé, involontaire ou pas.

Un auteur dont je ne connais rien, un éditeur au nom amusant, Phoque Editions, publiant visiblement en association avec Dargaud, un décor historique original et une mise en page déroutante. Voilà qui a de quoi attiser ma curiosité.

Le dessin est très inégal.
Parfois, notamment en ce qui concerne tous les personnages humains ou mammifères, il fait preuve d'un réel amateurisme. Les visages sont plutôt laids, les anatomies approximatives, les effets graphiques (je pense par exemple à un homme ensanglanté à un moment donné) souvent complètement ratés.
Mais d'autres fois, sur des décors de nature, il est de bon niveau. Je trouve notamment que les scènes d'ambiance dans le brouillard ou la pluie sont très réussies. Quel dommage que tout ne soit pas du même niveau. A croire que l'auteur est plus illustrateur que dessinateur de BD.

La mise en page compense les défauts du graphisme. Elle est originale, parfois loufoque. L'album est scindé en chapitres dont le titre récapitule les évènements à venir et fait le compte des morts et blessés à prévoir. Les planches intègrent parfois des vignettes humoristiques ou décalées. La narration joue sur des symboles de combats entre insectes ou animaux pour représenter les guerres de factions du récit. Et la BD se conclue sur de faux articles de journaux ou parodies de BD (l'allusion à Tintin est évidente) permettant au lecteur de se faire une idée plus vaste mais aussi assez amusante de la situation géopolitique de l'époque. Déroutant et assez drôle au final.

Le cadre historique et géographique est le point qui m'a le plus intéressé. J'y ai découvert une Indochine que je ne connaissais pas, celle d'avant la seconde guerre mondiale, alors même que tous les ingrédients de la future Guerre d'Indochine étaient en place.
Les français installés en colons ou en protectorats de Cochinchine au Tonkin. Les colons anglais voisins en concurrence avec la France. Divers royaumes locaux comme celui du Siam, de Thaïlande ou du Cambodge, le plus souvent en guerre larvée ou pas les uns avec les autres. La chine en conflit interne entre communistes et pro-militaires du Guomintang. Des pirates chinois ou tonkinois qui n'hésitent pas à s'attaquer quasi militairement aux trains. Et pour finir cette secte dangereuse et un peu folle imaginée par l'auteur, l'Etoile Ming, dont l'objectif est globalement la mort du général en chef chinois du Yunnan.
Un véritable bazar politique et militaire que va nous faire découvrir par la manière forte Jean-Luc André, en les faisant tous se combattre dans le premier tome de cette série, autour d'un convoi ferroviaire traversant les zones humides et montagneuses du Tonkin.

Mais l'auteur ne se borne pas à nous présenter l'histoire avec sérieux et ennui. Il y ajoute une pointe d'humour un peu décalé. Les morts se succèdent à une vitesse effarante, pour des raisons parfois presque loufoques. L'auteur joue en outre avec l'Histoire, ajoutant des détails anachroniques ou des inventions de son imagination ou sortie d'idées d'anticipations de l'époque, comme ce canon à éclair que le commando pan-Thaï veut utiliser contre le train du roi du Siam.

Bref, même si cette BD pêche par trop d'amateurisme dans le dessin et par la complexité sciemment abusée de son intrigue, elle est originale, amusante et finalement bien intéressante historiquement parlant. Un petit ovni dont je ne déconseille vraiment pas la lecture.

Nom série  Paroles de poilus  posté le 17/09/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un collectif de qualité mais je ne suis pas convaincu par l'intérêt du format BD pour cela.

C'est en effet un recueil de lettres de poilus, une correspondance authentique de soldats sur le front vers leurs proches ou dans leur journal intime. Cela prend parfois la forme de poèmes mais le plus souvent ce sont des adresses directes en langage familier à leurs épouses, familles et autres. On y trouve même une lettre officielle vers une administration civile, comme quoi même durant la guerre, la vie et ses petits tracas continuent.
Sur le plan historique, c'est très intéressant. C'est surtout cette authenticité et la découverte de la petite biographie de chacun des auteurs de ces lettres qui apportent un plus à cet ouvrage.

Le dessin est variable d'un dessinateur à l'autre mais il est le plus souvent de bon niveau. Certaines planches, notamment celles du récit d'intro et de conclusion avec Pétain, sont très réussies.

Mais je n'ai pas vu souvent l'intérêt d'illustrer ces lettres de poilus.
Certaines histoires tiennent plus de la suite d'illustrations accompagnant le texte sans que l'on puisse facilement passer de l'un à l'autre. Certains auteurs ont même fait le choix de rendre finalement le texte quasiment illisible, préférant peut-être que le lecteur lise la lettre typographiée avant de regarder leurs images. Ce choix-là ne m'a pas plu.
Seuls quelques récits à mes yeux réussissent bien à amalgamer texte et BD en un tout qui apporte vraiment une raison à cette adaptation. Ceux-là m'ont bien plu.
Les autres m'ont paru dispensables. La version en texte et sans image m'aurait suffi bien souvent. Même si je dois admettre que, sans l'aspect BD, je n'aurais probablement pas lu un tel ouvrage de sitôt.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 251 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque