Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4953 avis et 1915 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  DMZ  posté le 31/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis loin d'être aussi convaincu que les aviseurs précédents. Sur de bonnes critiques, j'ai voulu voir ce que j'allais penser de cette série. J'ai acheté le premier tome : je l'ai trouvé plaisant et pas inintéressant, mais je ne suis pas séduit. Et comme j'ai lu ici et là que les 2 tomes suivants étaient moins bons, je m'arrête là.

Il y a de l'idée dans ce comics, celui d'imaginer ce que pourrait devenir une mégalopole américaine en cas de guerre civile et comment les habitants en plein sur la ligne de front allait organiser leur vie et leur ville pour survivre et vivre malgré tout. Il se crée là un monde à part, vivant en autarcie un microcosme où une société se crée, pas forcément ultra-violente et désespérée comme on pourrait l'imaginer, mais tout simplement débrouillarde, avec ses anecdotes, ses personnages, etc...

Mais je n'ai pas accroché au récit. Ca ne m'a pas intéressé et je n'y trouve aucune intrigue à même de me captiver. Je note juste l'aspect réflexion sociale et le soupçon de futurologie, cela ne manque pas d'idée, mais... Bof... Dans ce domaine, je lui préfère de très loin une oeuvre comme Transmetropolitan que je trouve nettement plus intelligente.

Ce n'est pas un mauvais comics, loin de là, mais je crois que la suite se fera sans moi, à part si elle me tombe sous les mains.

Nom série  Vixit - Tueur de Ville  posté le 30/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai été agréablement surpris par cette BD.
La couverture me laissait craindre un mélange de Mad Max et de Ranxerox, une histoire bourrin dans un univers SF. Et c'est vrai qu'à voir le décor et les personnages, notamment le héros, gros baraqué à la coiffure punk, on n’est pas très loin d'un monde post-apocalyptique façon années 80.
Mais le scénario s'est révélé à mes yeux nettement plus dense et plus intéressant que je le craignais.

Et c'est surtout le dessin qui m'a étonné. Il est carrément bon en ce qui concerne les décors et paysages. Le trait est maîtrisé et l'encrage élégant. Les couleurs sont un peu ternes mais sont également de bon niveau.
Les personnages aussi ne sont pas trop mal foutus. Mais je leur reproche leurs allures de poseurs (on croirait parfois être sorti d'un concours de body-building) et leurs visages de grossiers rustres à tous, même en ce qui concerne la seule femme du groupe.

Quant à l'histoire, elle se résume de manière assez simple, une sorte de vengeance d'un fantôme pas vraiment mort qui veut éliminer toute une équipe isolée du monde civilisé. Mais elle est bien menée et présente quelques points de réflexion pas inintéressants. C'est un récit façon film SF/fantastique américain avec pas mal d'action et de morts, mais ce n'est pas un mauvais scénario.
Une bonne lecture de divertissement.

Nom série  Bab El-Mandeb  posté le 30/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD se présente comme une histoire vraie, un récit directement issu des journaux intimes des différents protagonistes et d'une chronique du narrateur/auteur. Je n'ai pas su trouver l'information m'indiquant si c'est véridique ou s'il s'agit d'une fiction. Quoiqu'il en soit, elle m'a permis d'en apprendre nettement davantage sur la situation dans le nord-est de l'Afrique en 1935 et sur les prémices de la guerre entre l'Italie fasciste et l'Ethiopie du Negus.

Le format, la mise en page, le décor et le dessin font immanquablement penser à Hugo Pratt. Micheluzzi n'a pas tellement à rougir de la comparaison car sa technique est bonne et son récit intéressant. Il manque cependant la pointe de poésie et de fantaisie de l'auteur de Corto Maltese.

La lecture est intéressante mais un peu pesante. L'intrigue est complexe et prend le temps de se mettre en place. Ce n'est pas toujours facile à suivre dans les premiers temps. Et par la suite, cela manque un peu de rythme.
Mais c'est intéressant, bien mené et dense. Une lecture que les amateurs d'Histoire devraient apprécier à sa juste valeur.

Nom série  Hors d'atteinte  posté le 29/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce petit album souple de 64 pages mélange deux thématiques, celle du super-héros et celle du roman graphique intimiste. Et c'est essentiellement cette dernière qu'il favorise.

C'est une histoire d'amour brisée entre une femme et un ancien boxeur. Ce dernier n'arrive jamais à trouver le bonheur et se complait dans la tristesse, même auprès de celle qui l'aime sans hésiter. Huit ans après qu'il l'ait quittée, prétextant un amour impossible, la femme, désormais mariée à un autre, ouvre sa porte et découvre, ensanglanté, son ancien amant dans le costume du super-héros masqué dont toute la ville parle depuis des mois.
Ces retrouvailles sont ponctuées de flash-backs permanents et plutôt bien amenés. C'est une lecture bien construite, plaisante à lire et assez simple à suivre.

Le dessin, s'il fallait le comparer à un autre, me rappelle un peu celui de Frederick Peeters. Il est plaisant sans être marquant.

Malgré un scénario dont l'ensemble se révèle un peu vain à mon goût, il a su instiller en moi de belles émotions, un peu de tristesse, de l'attachement, de la compréhension ou plutôt de la compassion. C'est un récit assez beau même s'il est plutôt sombre. Et son contenu est original, surtout pour raconter une histoire d'amour ou plutôt son impossibilité.

Nom série  Les Cathares  posté le 29/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'étais doublement intéressé par cet album.
D'abord parce que je connais mal l'histoire des Cathares et que je voulais en apprendre davantage. En cela, la mission est plutôt réussie car j'ai pu découvrir une suite d'évènements arrivés entre 1209 et 1244 en Occitanie. Et aussi grâce au dossier en texte illustré en fin d'album.
Ensuite parce que je voyais Convard et Juillard en tant qu'auteurs, connus respectivement pour Le Triangle Secret et Les 7 vies de l'épervier.

Mais premier point notable, leurs rôles sont inversés par rapport à leurs oeuvres maîtresses.
C'est Convard qui est ici au dessin. Son trait est trop inégal. Il offre des paysages parfois très réussis et quelques belles compositions. Mais ses personnages sont trop figés, trop changeants et le plus souvent difficiles à différencier. Si bien que l'ensemble manque sincèrement de technique et de régularité.
Et c'est Juillard qui est au scénario, et il faut avouer qu'il n'était pas très doué à l'époque. La narration est très hachée, le rythme chaotique, il s'attache à nombre de détails sans importance plutôt qu'à la trame principale de l'épopée des Cathares. Et au final, je n'ai presque rien compris à ce récit. D'une case à la suivante, on peut sauter du coq à l'âne, les évènements s'enchainent sans être bien cadrés et compréhensibles, les moments clés sont parfois narrés en un petit texte narratif et j'ai eu l'impression de ne quasiment rien voir du véritable récit des cathares, juste des à-côtés sans intérêt ou presque.

Bref, frustration et inintérêt ont finalement gâché ma lecture de cette BD qui manque de maîtrise et pêche par sa narration. Pas un bon exemple de BD historique à mes yeux.

Nom série  Johan et Stephan (Oncle Zigomar)  posté le 29/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
D'ordinaire, j'aime bien les récits franco-belge à l'ancienne et en ligne claire, mais je n'ai vraiment pas accroché à cette série.

Graphiquement, on croirait un mélange de Tintin et de Bob et Bobette au niveau du trait. C'est bien normal venant de Bob de Moor. Mais les compositions et les mises en page, par contre, n'ont rien de terrible. On est loin du génie narratif de Hergé ou encore de l'esthétique de E.P. Jacobs.

Quant aux histoires, là encore, on se croirait en train d'observer un mélange artificiel de Bob et Bobette (surtout concernant l'oncle Zigomar qu'il est difficile de ne pas comparer à l'oncle Lambique), de Tintin et de Blake et Mortimer. Nombre de scènes et d'images semblent même être des clins d'oeil très directs à ces séries, voire peut-être même un peu de repompage.
Malgré ces références qui pourraient être un gage de qualité, les récits sont sans saveur aucune. Ce sont des histoires jeunesse emplies de naïvetés, de grosses facilités scénaristiques et qui se résument bien trop vite à une suite de péripéties sans rythme ni construction. Ce n'est ni drôle ni captivant. Il se dégage en outre un esprit désuet et trop ethno-centré (pour ne pas dire raciste parfois) qui m'a déplu.
Si bien que j'ai eu bien du mal à achever la plupart des albums que rapidement je me mettais à feuilleter plutôt qu'à suivre tant je décrochais.

Nom série  Alta Donna  posté le 28/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD semble ciblée pour les jeunes et peut-être plus particulièrement les collégiennes, mais elle se laisse néanmoins lire sans déplaisir et avec le sourire par les plus âgés.

Le dessin et le format sont de nette inspiration manga, avec une touche issue de l'univers de l'animation. Les couleurs acidulées, les personnages expressifs et les décors simples mais efficaces contribuent à donner une ambiance très agréable aux planches. C'est mignon et très fluide à la lecture sans jamais tomber dans l'exagération graphique pénible.

Le décor et les personnages sont également très plaisants. Le récit se déroule à la manière d'un shojo, avec une narration rythmée mais qui prend son temps pour s'installer, chaque album faisant environ 130 pages. On s'attache bien vite à la jeune héroïne qui est mignonne et assez drôle. Et on s'intéresse aussi assez rapidement à sa petite vie de collégienne dans une ville balnéaire aux allures italiennes.
Passé cela, l'intrigue principale qui se met en place n'est pas mauvaise mais peine un peu à captiver. L'histoire de ces deux nouveaux collégiens dont on imagine très vite qu'ils viennent d'un autre monde et qui sont poursuivis par des êtres venus d'ailleurs n'est pas menée de manière très accrocheuse. Et malgré l'action et le léger suspens que cela engendre, je me suis finalement davantage intéressé à la simple vie de la jeune Nola et de son entourage qu'à ces évènements.

Quoiqu'il en soit, je trouve qu'il s'agit là d'une BD de qualité à destination des collégiens ou collégiennes et à même de plaire aux autres également car l'héroïne et le dessin sont charmants.

Nom série  DareDevil - L'Homme sans peur  posté le 27/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce récit, "Man without fear", vient tout juste d'être réédité dans l'album 8 de la série des Incontournables Marvel édités par Panini. Et c'est vrai que pour découvrir le personnage de Daredevil, cette histoire est vraiment incontournable puisqu'elle récapitule tout l'essentiel de ce qui compose le background du héros de Hell's Kitchen. Sa jeunesse, l'accident qui l'a rendu aveugle mais qui a aiguisé ses sens, son enseignement aux arts martiaux, la mort de son père, sa rencontre avec Foggy Nelson, son amour avec Elektra, l'avènement du Caïd et tout ce qui va finalement amener Matt Murdock à endosser le costume rouge de Daredevil.
C'était précisément le récit que j'attendais, ayant été un peu déçu à l'époque quand je ne l'avais pas trouvé dans l'album DareDevil - Jaune. Car je souhaitais en apprendre plus sur ce personnage, connaître ce qui forme sa mythologie dans l'univers Marvel.

Le dessin de John Romita Jr est bon et très efficace comme à son habitude.
Le récit de Miller est fluide et bien raconté, ne sombrant pas dans l'obscurité ou l'abstrait comme dans Elektra qui m'avait déplu. C'est une narration claire qui accroche le lecteur du début à la fin.
Voilà donc LE récit essentiel pour découvrir tout ce qui forme la légende de Daredevil. Bien fait et plaisant à lire, c'est un bon comics.

Nom série  Daredevil - (cycle de Brubaker et Lark)  posté le 26/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce nouveau cycle fait suite au cycle de Underboss, Ed Brubaker et Michael Lark prenant la relève en tant qu'auteurs à la suite de Bendis et Maleev.
Tout au long d'Underboss, Matt Murdock s'était acharné à nier auprès du public le fait qu'il était Daredevil malgré les révélations aux médias faites par ses ennemis. De nouveaux soupçons vont cependant permettre au FBI d'envoyer Murdock en prison le temps qu'un procès, sans cesse repoussé, décide si oui ou non il n'est autre que le justicier d'Hell's Kitchen. Le but du directeur du FBI est de jeter Daredevil en pâture à ses pires ennemis réunis pour se débarrasser de lui, au mépris de la loi s'il le faut.
Néanmoins, coupé du regard du public et donc d'éventuels témoins, Matt Murdock n'aura finalement plus rien à cacher et va pouvoir défouler toute sa colère envers les criminels, transformant la prison en véritable enfer où il fait régner la peur. Mais seul contre tous, il aura besoin d'aide.

La trame du premier tome de ce cycle est bonne. Elle a en outre la qualité d'être bien racontée, avec une intrigue dense et de nombreux rebondissements. Les personnages célèbres et intéressants s'accumulent en outre dans cette prison, tels que le Punisher, le Caïd ou encore Bullseye, tous ayant bien évidemment leurs interactions avec Daredevil.
C'est donc une bonne lecture très bien menée.
Je regrette juste que l'aspect "Daredevil se défoulant sur les criminels" et l'action qui en découle soit un peu éludé pour laisser la place à beaucoup de dialogues et de réflexions. Mais c'est dans la continuité de Underboss : Daredevil est un super-héros mature qui réfléchit beaucoup et dont la vie n'a rien de la légèreté d'un Spiderman par exemple.

Je préfère en outre le dessin de Michael Lark à celui de Maleev. Le trait reste toujours un peu trop sombre et pas tellement ma tasse de thé mais ce n'est pas moche et c'est efficace.

Ceci étant dit, après un premier tome très sympathique, les 2 tomes suivants sont un peu plus plats. Ils mettent en scène tout un périple européen assez inutile finalement autant pour Daredevil que pour la trame globable du récit, toute une machination bizarrement montée pour en venir à faire en sorte que Matt Murdock plaide pour faire libérer le Caïd de prison. A cela s'ajoute les petits soucis sentimentaux de Murdock qui n'est plus tellement sûr de la force de son amour pour Milla, la jeune aveugle rencontrée lors du cycle de Bendis et Maleev.
Pas très passionnant, hélas, nettement moins que le premier tome en tout cas.

Bref, c'est là un cycle de bon niveau pour Daredevil mais qui vaut surtout par son premier tome et peut-être éventuellement par la façon dont il clot définitivement le cycle de Bendis et Maleev au bout de son troisième tome.

Nom série  Premières fois  posté le 25/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un album strictement pour adulte de qualité, rien à redire. Les auteurs regroupés dans ce recueil sont de bons auteurs qui mettent avec sincérité leurs talents au service d'histoires tout sauf gratuites.

Le niveau du dessin est au minimum bon pour chaque récit. Certains sont même très jolis, avec des planches en noir et blanc claires et aussi belles que fluides à la lecture. A tel point que j'étais un peu déçu de ne pas toujours trouver directement le nom de l'auteur sur chaque histoire afin de mettre un nom sur certaines planches qui m'ont vraiment plu sans que je puisse reconnaître leur dessinateur.

Les histoires sont courtes mais se tiennent toutes bien. Elles abordent des sujets variés, à chaque fois des "premières fois" mais ce simple postulat de départ permet des récits qui n'ont souvent rien à voir les uns avec les autres dans le ton et le contenu.

Malgré toutes ces qualités, je ne suis pas tombé complètement sous le charme. L'aspect érotique fonctionne souvent bien, d'autant plus que ces personnages ont, pour la majorité d'entre eux, l'air véritablement naturels et crédibles. Certaines scènes sont donc d'autant plus émoustillantes.
Mais pas toujours... Une petite portion de ces histoires m'a laissé assez indifférent. Pas vraiment d'émoustillement et peu de curiosité. Il faut dire que, comme trop souvent en érotisme, certaines scènes jouent la carte de la relation dominant/dominé et ça ne m'excite pas du tout en amour. Et puis certaines, comme celle sur la poupée gonflable, m'ont paru un peu glauques.

Quoiqu'il en soit, c'est là une bonne BD pour adultes, le genre qu'on peut exposer sans honte car non seulement le dessin est beau mais les récits sont en plus sincères et sans aucune arrière pensée nauséabonde.

Nom série  Pitchi Poï  posté le 24/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
D'emblée, j'ai envie de comparer cette BD à la série Le Vent dans les Saules : parce que le public visé est la jeunesse dans les deux cas, à cause de leurs personnages animaliers et aussi à cause ou grâce à leurs dessins tout aussi soignés et colorés.

Les planches de Pitchi Poï sont très jolies et on sent la somme de travail qu'elles ont dû impliquer pour la plupart. La mise en page n'est pas en reste, certaines compositions sont tout à fait réussies. Les couleurs sont également très belles. C'est tout aussi agréable à lire qu'à regarder.
Je suis cependant un peu moins sous le charme de ces planches que sous celui des pages de Plessix car je trouve le trait un peu moins fin et son encrage me manque parfois. Mais c'est un peu injuste de faire ainsi une telle comparaison.

Les scénarios sont plaisants et mignons. Ils ne manquent pas de rythme et d'intérêt, se laissant aussi bien lire par un adulte que par un enfant.
Je n'ai pourtant pas totalement accroché. Je trouve que cela manque un peu trop souvent de subtilité. Les réactions des personnages sont outrées, presque caricaturales parfois. Leurs sautes d'humeur me paraissent parfois trop artificielles. Le personnage de Norbert le Cochon, cliché du "méchant acariâtre, fourbe et envieux mais en fait pas si méchant que ça" ne me plait pas, notamment. Et du coup, cela rabaisse la qualité des récits qui auraient, à mon sens, gagné à être un peu moins échevelés.

Quoiqu'il en soit, c'est une bonne BD jeunesse, très belle et agréable à lire.

Nom série  La Licorne  posté le 24/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Même si la trame fantastique/action de cette série est assez classique, le décor historique, les créatures représentées et les personnages sont eux nettement plus originaux. C'est ce qui fait la force et l'intérêt de cette BD.

Le dessin n'est pas en reste car il est très esthétique. Créatures, paysages et personnages sont tous de bon niveau. Seules quelques expressions de visages outrées et un peu immatures m'ont rebuté par moment. La colorisation ajoute à l'effet d'ambiance de ces planches et est aussi de belle qualité. Je lui reprocherai juste le fait de rendre certaines cases pas toujours très lisibles par manque de contraste.

J'ai été relativement vite happé par cette intrigue de fantastique et de danger dans l'univers des médecins d'ancienne et nouvelle génération du 16e siècle. Les héros sont particulièrement originaux. De même que ces créatures qu'ils côtoient, les primordiaux, à l'aspect aussi étrange que leurs pouvoirs. Beaucoup de mystères et une action haletante captivent aussitôt le lecteur que je suis.
Je ne suis cependant pas totalement tombé sous le charme à cause d'un excès, à mon goût, de scènes gore. C'en est presque parfois un cours d'anatomie, visages écorchés, membres arrachés, squelettes mis à nu. C'est bien là toute l'ambiance de ce récit, certes, mais de nombreuses scènes m'ont paru un peu excessives et le sang coule trop vite à flot pour moi.

Je lirai cependant la suite avec intérêt.

Nom série  Sept Missionnaires  posté le 22/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Même venant d'Alain Ayroles, je n'attendais pas grand chose du scénario de cette BD. Mais il faut décidément le dire, le scénariste de De Cape et de Crocs et de Garulfo est vraiment formidable. Il a réussi à transformer un album unique de 56 pages à l'histoire bornée par les règles bien précises de la collection "Sept..." en un récit dense, long à lire, original, drôle, attachant et doté de très bons personnages.

Le dessin de Luigi Critone n'est pas très marquant mais il est joli. Les visages des personnages sont ce qui m'a le plus plu dans ce graphisme : ils ont des bouilles qui correspondent parfaitement à leurs caractères et à ce qu'ils représentent. Les couleurs aussi sont bonnes mais je les ai trouvées parfois un peu froides.

Ce que j'ai retenu surtout de ma lecture, c'est un vrai plaisir.
La représentation des 7 pêchés capitaux en chacun de ces 7 moines est très réussie et elle m'a plu par son mélange de finesse et de simplicité caricaturale. Du coup, les personnages interagissent d'excellente manière entre eux.
Le récit ensuite est dense et très agréable. Il est parsemé d'humour qui m'a parfois vraiment fait éclater de rire.
On s'attache vraiment très vite à ces 7 héros et à leur intrigue au pays des vikings.
C'est drôle, joli, prenant et très plaisant. C'est admirable de voir un aussi bon récit tenir en un one-shot de 56 pages là où d'autres l'auraient dilué en plusieurs tomes.
Une très bonne BD !

Nom série  Ubu Roi  posté le 21/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne connaissais pas du tout la pièce Ubu Roi, à part de réputation évidemment, et j'espérais bien la découvrir avec cette BD. Eh bien, j'ai bien l'impression après lecture que ça ne m'aurait guère plu de voir cela au théâtre.

Je n'avais déjà pas tellement accroché à l'adaptation de Macbeth par Casanave. Le dessin ne m'y plait que moyennement. Je sais que cet auteur est capable de belles prouesses graphiques, décors pleins d'âme et personnages pleins de vie, mais son style me semble régulièrement trop brouillon dans cette BD.

Quant au récit, c'est trop burlesque mais aussi souvent trop gras à mon goût, et ce n'est ni assez drôle ni assez marquant pour moi. Je comprends la sensation qu'a pu faire cette pièce à l'époque de sa sortie, en 1896, mais depuis il est paru tant et tant de récits absurdes, délirants ou burlesques que celui-ci parait bien fade et inopérant à mon goût. J'ai même trouvé le récit assez longuet dès le second acte, l'effet de surprise et l'intérêt m'ayant quitté.

Je n'accroche pas à cette pièce ou peut-être à son adaptation BD ici présente, mais en tout cas j'ai peiné pour achever cette lecture.

Nom série  Amère patrie  posté le 21/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Période historique intéressante et concept original, j'aime bien l'introduction de ce récit. Il a la bonne idée de mettre en parallèle la jeunesse puis le début de la vie d'adulte d'une jeune campagnard français et d'un chasseur-pêcheur sénégalais à partir de 1906 et jusqu'aux prémices de la première guerre mondiale. Ces deux héros semblent avoir vécu des évènements non pas similaires mais proches dans l'adversité. Et c'est intéressant de redonner ainsi vie à deux contrées aussi éloignées telles qu'elles étaient au tout début du 20e siècle et de voir à quel point la vie d'un côté peut rappeler la vie de l'autre. Les deux récits abordent en outre curieusement le sujet des droits de la femme, aussi bien bafoués en Europe qu'en Afrique à l'époque.

On sent évidemment que les deux héros vont se retrouver sur les champs de bataille d'Europe à partir du second tome et je suis curieux de voir la suite pour savoir où tout cela va nous mener.

Nom série  Ciao Jessica  posté le 21/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'aime assez en général les recueils d'histoires courtes. Si certaines de cet album tendent un peu vers le policier/thriller, elles sont en majorité teintées de fantastique voire de science-fiction. Cela devrait d'autant plus me plaire.
Mais non...

Pourtant le dessin n'est pas mauvais. Dans un style réaliste parfois un poil figé, il offre de jolis paysages américains. La colorisation est intéressante également. Les couleurs sont bien choisies, mais un peu entachées à mes yeux par des veines grisées un peu trop présentes et qui donnent de bizarres effets de transparence aux personnages. Le tout manque en outre un peu de profondeur.

Mais c'est surtout le contenu de ces récits qui m'a déçu. Aucune histoire ne m'a marqué ni charmé. Les scénarios sont le plus souvent prévisibles et presque tous vains ou décevants. Certaines conclusions m'ont franchement pris de court, au mauvais sens du terme, me demandant l'intérêt de raconter une histoire pour en arriver à une telle fin, aussi... inutile.

Bref, je n'ai pas accroché même si cela aurait dû être mon genre d'histoire.

Nom série  Le Maître des brumes  posté le 19/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand on entame cette BD, on pense immédiatement aux séries de médiéval fantastique et d'heroic-fantasy telles qu'il en paraissait dans les années 80 dans le Journal Tintin, à la manière d'Aria ou encore de Tetfol du même dessinateur. Le Maître des Brumes fait cependant rapidement preuve d'une certaine maturité et d'un univers imaginaire très fouillé dont le lecteur a la perpétuelle impression de ne toucher qu'une portion d'un tout nettement travaillé. Bien des mystères, des anciennes légendes et autres noms célèbres sont évoqués pour donner vie à ce monde qui finalement ne sera jamais nommé.

Le dessin est de belle qualité. Eric sait y faire pour représenter des contrées marécageuses, des forteresses improbables, des guerriers sans âge... Scènes d'action comme paysages sont tout aussi réussis. Et si les décors se font parfois assez épurés, c'est pour paraitre plus grandioses et soignés à d'autres moments.
Le style est un petit peu désuet tout de même. Cela se ressent dans la colorisation du premier tome même si cela s'améliore un peu par la suite. De nombreuses plages de blanc laissent de drôles d'impressions dans ces couleurs dont on a parfois du mal à déterminer l'atmosphère.

Quant à l'histoire, elle n'est pas mal et gagne surtout en intérêt grâce à ce background détaillé et assez mature. Le premier tome est assez classique avec la quête d'un héros à la recherche de sa fiancée disparue et une prophétie qui s'annonce, avec bien des complots en trame de fond. L'intrigue se complique à partir du second tome avec la mise en avant des véritables serviteurs du Maître des Brumes qui gardera son mystère jusqu'au troisième tome. L'ambiance de ces deux derniers tomes est plus noire, proche de l'ambiance décadente et mortelle d'un Brek-Zarith dans Thorgal. La magie y est cependant nettement plus présente.

Et c'est parfois justement le souci de ce récit : trop de magie, trop d'imprévus pour le lecteur qui ne sait plus toujours très bien où il en est, qui veut quoi, quels sont les pouvoirs de qui et quelles sont leurs motivations à tous. On est souvent un peu perdu.
D'autant plus perdu que la narration du second tome et d'une bonne portion du troisième est assez décousue, pas toujours très compréhensible. Les auteurs sautent souvent du coq à l'âne, nous présentent plein de personnages, de sous-intrigues, de moments-clés qui finalement se révèlent assez inutiles dans la trame globale.
Tant et si bien que malgré l'originalité du récit et l'avance sur son temps, étant paru à une époque où la fantasy sérieuse pour adulte était assez rare en bande dessinée, j'ai eu du mal à accrocher.

Et pour finir... Eh bien malgré ce que certains sites en disent, la série me semble bel et bien inachevée. La fin du troisième tome attend véritablement une suite qui n'est jamais parue. Alors on peut imaginer qu'il s'agisse d'une fin très ouverte, mais cela ne me convient pas.

Nom série  Chroniques de Pékin  posté le 17/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Depuis les premières parutions de l'éditeur Xiao Pan, j'ai un espoir : découvrir par son biais la Chine et les Chinois tels que vus par eux-mêmes. A quelques exceptions près, je n'ai pas toujours été satisfait. Mais c'est cette fois bien le cas avec ce recueil d'histoires courtes bienvenues en cette période où la Chine fait beaucoup parler d'elle et d'autant plus avec l'arrivée des Jeux Olympiques. Car ce sont bien différentes vues de la vraie ville de Pékin et de ses habitants qui sont représentés ici, dans le cadre des préparatifs des J.O. de 2008. Décor on ne peut plus actuel et d'autant plus authentique que les auteurs sont eux-mêmes pékinois.
Il faut ajouter en outre que chaque histoire est introduite par de petits textes souvent très instructifs d'un journaliste d'Asia Magazine qui rappellent les contextes historique et sociologique abordés par la suite.

J'ai découvert là tout un état d'esprit d'une ville et probablement d'un pays en pleine effervescence, submergés par une joie, une fierté et un espoir qu'on peine un peu à réaliser depuis la lointaine Europe. Ce niveau d'implication a presque de quoi surprendre. De voir la majorité des gens faire la queue pour être volontaire pour aider à l'organisation, faire des prouesses pour tenter de participer d'une manière ou d'une autre... J'en étais même à soupçonner un peu de propagande gouvernementale mais il suinte une telle sincérité des récits de ces différents auteurs que les doutes sont vite écartés. Et puis tout n'est pas toujours rose dans ces récits, même si l'espoir est le maître mot.

Le résultat est souvent très appréciable dans cet album. La découverte de l'ambiance des Hutong (anciens quartiers traditionnels de Pékin) m'a séduit dès la première histoire. Le dessin de nombre de ces récits est de très belle qualité, avec une mention pour les planches très ouvragées de Lu Ming. Mais tous ces graphismes sont dotés d'une vraie personnalité, ce qui est très plaisant.
Et j'ai une fois de plus été grandement séduit par le charme, la poésie et la beauté du trait de Nie Jun (auteur de My street). Son histoire est celle qui m'a le plus plu.

Alors bien sûr, comme dans tout collectif, tout n'est pas de niveau égal et certains récits m'ont laissé sur ma faim voire m'ont un peu déçu ou dérouté.
Mais c'est en tout cas une vraie plongée dans la vie d'une ville et d'un peuple moderne tout entiers soulevés par l'espérance et l'optimisme engendré par un évènement d'ampleur mondiale qu'ils portent tous ensemble aussi haut que possible. Un beau témoignage collectif.

Nom série  L'Inconnu de la Tamise  posté le 16/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Baudoin de Ville était un grand amateur de Hergé et de E.P Jacobs. En ce sens, L'Inconnu de la Tamise semble être un hommage direct à la ligne claire. On y trouve de nombreuses références ou clins d'oeil à Blake et Mortimer et une ambiance assez proche par moment.
Cette série n'en a cependant pas la saveur et la qualité.

Le dessin est propre et soigné. L'encrage est bon et quelques planches ou cases sont très réussies. Mais il y a un peu trop de défauts mineurs qui gâchent l'ensemble. Les personnages sont figés, les perspectives et l'effet de profondeur médiocres, la lisibilité moyenne et la mise en page pourrait être revue car elle m'a plusieurs fois induit en erreur au niveau du sens de lecture des cases.

L'histoire, quant à elle, n'est pas mal quoiqu'elle manque un peu de rythme et de punch. Elle nous fait voyager de Londres au Pérou puis à Bruxelles lors de l'exposition universelle de 1958.
Là aussi quelques défauts mineurs rabaissent l'ensemble, notamment de grosses coïncidences qui ne choquent pas au premier abord mais se révèlent être de vraies facilités scénaristiques quand on y pense.
Dans l'ensemble, cela se laisse lire sans déplaisir mais ce n'est ni très captivant ni très original.

Nom série  L'Empereur de Chine  posté le 15/07/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cet album contient deux histoires, deux contes dont le premier a pour cadre la Chine tandis que le second est plus européen sans origine géographique précise.

Véronique Dorey est plus connue pour être la coloriste de séries telles que Les Contes du 7ème Souffle ou encore Rose Profond. Et indéniablement, elle s'y entend en matière de couleurs. Celles de cette BD sont le point fort de son graphisme. Denses, profondes, joliment illuminées, elles donnent une âme certaine à l'ensemble.
Hélas, elle maîtrise nettement moins le dessin en lui-même. Les décors sont vides, les cases trop épurées, les représentations trop géométriques. C'est froid et pas très plaisant à lire. Certaines scènes manquent en outre de lisibilité pour bien cerner ce que l'on voit, ce qui est un peu dérangeant dans le premier conte où l'on ne sait déterminer ce qui est une maquette de ce qui est réel.

Quoiqu'il en soit, cela ne serait pas bien grave si les scénarios de ces deux histoires étaient bons, mais ce n'est pas le cas.
La première est un conte chinois dans une trame assez classique, sur le thème d'un empereur tellement puissant qu'il peut s'offrir les caprices les plus démesurés. La narration est un peu décousue, pas facile à suivre ni surtout à apprécier à sa juste valeur. Et la fin est assez plate et pas très cohérente.
La seconde est encore plus décousue, à la limite du compréhensible. On y devine à peu près ce qu'il s'y passe mais il faut s'accrocher. Et une fois les choses saisies, leur résumé n'a rien de palpitant.

Je n'ai pris que très peu de plaisir à la lecture de cet album et j'ai hésité à le terminer tant je n'ai pas accroché.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 248 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque