Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 985 avis et 340 séries (Note moyenne: 3.39)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Black Dog, les rêves de Paul Nash  posté le 04/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis fan du travail de Dave McKean (j’ai lu presque tous ses albums). Je me suis donc naturellement jeté sur « Black Dog », histoire inspirée des œuvres de Paul Nash, peintre surréaliste britannique connu principalement pour ses tableaux représentant l’horreur des tranchées de la première guerre mondiale (voir sa page Wikipédia).

Les thèmes abordés sont sombres, on y parle évidement de la guerre, de ses traumatismes physiques mais surtout mentaux, de sa folie… mais McKean en profite pour revisiter des thèmes plus universels, la famille, le rôle de l’art, la cruauté aléatoire de la vie… l’ensemble est très onirique, énigmatique voire impénétrable, et je dois avouer que mon niveau de compréhension a fluctué selon les chapitres (et ceci après deux lectures quand même).

Graphiquement, c’est superbe, et c’est « du McKean », à savoir un patchwork élégant de dessins, peintures, collages, photographies etc… c’est spécial, c’est sûr, mais moi j’adore.

Une lecture difficile mais satisfaisante. Un album complexe, que certains trouveront sans doute un peu trop « intello ». Mais la réflexion est intéressante, et la mise en image superbe. Une nomination à Angoulême 2017 méritée selon moi.

Nom série  Mémoires de Viet kieu (Quitter Saïgon)  posté le 25/02/2007 (dernière MAJ le 04/12/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je me permets d’écrire un avis par tome, ces derniers étant relativement indépendants.

Tome 1 - Quitter Saïgon

Un de mes bons amis ici en Angleterre est un immigré vietnamien. Lui et sa famille ont fui leur pays natal pour l’Angleterre, la France, les USA… J’ai essayé d’aborder le sujet plusieurs fois, mais sans succès, de toute évidence ça n’a pas du être joyeux comme expérience.

Et justement dans ce bouquin, j’ai retrouvé des témoignages de gens dans la même situation délicate : être forcé de quitter son pays natal, sa culture, ses amis, en espérant trouver une vie meilleure ailleurs. Le sujet m’intéresse, et il est bien traité par Clément Baloup. C’est touchant, bien raconté, avec assez de détails mais sans trop en faire…
En plus le dessin est superbe.

J’ai vraiment passé un excellent moment de lecture…



Tome 2 - Little Saïgon

Ce deuxième tome est magistral… et je pèse mes mots : 250 pages grand format de témoignages plus touchants les uns que les autres. L’auteur a cette fois-ci eu la place pour s'étendre, que ce soit graphiquement ou narrativement, et nous parle non seulement des difficultés qu’ont eues les protagonistes à fuir le Vietnam, mais aussi de leur intégration douloureuse dans leur terre d’accueil, du fonctionnement de ces quartiers presque autarciques que l’on nomme « Little Saïgon»… Le ton est très humain, très juste, et la narration est fluide et parfaitement maitrisée. J’irai jusqu’à dire que ce recueil de témoignages n’a rien à envier aux meilleurs reportages de Joe Sacco, selon moi le pape du genre.

Un album remarquable, qui m’a beaucoup intéressé et touché, et que je recommande à tous les amateurs du genre.



Tome 3 - Les Mariées de Taiwan

Dans ce 3eme tome, l’auteur s’intéresse aux jeunes Vietnamiennes victimes d’un phénomène qui commença à la fin des années 90, lorsque plusieurs agences matrimoniales virent le jour au Vietnam pour organiser des rencontres avec des hommes taiwanais. Le sujet est un peu lugubre, avec ces femmes issues de familles pauvres (souvent paysannes) parachutées dans un pays inconnu et mariées à des hommes pas toujours très recommandables. Ceci dit, le ton est très juste et évite de tomber dans les clichés : certaines femmes souffrent de ce trafic, alors que d’autres refont leur vie à Taiwan, sont heureuses et épanouies, et permettent à leur famille de mieux vivre.

Un album un peu dérangeant, mais fascinant, et une nouvelle fois superbement mis en image !



Tome 4 - Les linh tho, immigrés de force

Clément Baloup continue son travail de recherche considérable sur le Vietnam et sa relation compliqué avec la France, en adaptant le roman du journaliste Pierre Daum « Immigrés de force, les travailleurs indochinois en France (1939-1952), Actes Sud, 2012 ». Au programme : les 20.000 travailleurs indochinois embauchés de force dans les années 1940, pour venir travailler en métropole pour “participer à l'effort de guerre”… Le propos est captivant, et la mise en image sublime, mais signalons quand même des textes très (trop) présents, la faute au format (témoignages textuels, publication originale en roman).

Nom série  Cyparis, le Prisonnier de Saint-Pierre  posté le 21/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
« Cyparis, le Prisonnier de Saint-Pierre » est un premier album pour Lucas Vallerie, jeune auteur martiniquais.

Lucas raconte tout un pan d’Histoire de la Martinique du début du 20ème siècle, avec la présence administrative des colons français, mais aussi et surtout cette éruption volcanique catastrophique de 1902, la plus meurtrière du siècle. Il y a tellement à en dire, notamment sur le rôle et la passivité de l’administration française. Notons aussi que cette catastrophe marqua un tournant décisif pour la vulcanologie, qui devint une science à part entière suite aux nombreux relevés effectués sur place et aux conséquences catastrophiques sur la population, mais aussi la faune, la flore, le commerce etc.

Et Cyparis, alors que vient-il faire dans cette galère ? Il est l’un des deux rescapés de la catastrophe, car il était protégé par… les murs de sa prison ! On découvre son destin cocasse, notamment après les faits.

L’auteur en profite pour « croquer » sa Martinique, et qu’elle est belle… Le trait est maitrisé, et les couleurs vives et lumineuses. Dépaysement garanti !

Un premier album, vraiment ? Un succès ! et un auteur à suivre…

Nom série  Capitaine Tikhomiroff  posté le 21/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dans Soleil brûlant en Algérie, Gaétan Nocq nous racontait la guerre d’Algérie vue à travers les yeux d’Alexandre Tikhomiroff (dit Tiko )… dans « Capitaine Tikhomiroff », il s’intéresse cette fois à la Révolution d’Octobre vécue par le père de Tiko.

J’ai trouvé ce témoignage intéressant et instructif. On y découvre avec effroi le quotidien des soldats de l’Armée Blanche, essayant tant bien que mal de survivre face aux troupes de l’Armée Rouge. Tous les coups sont permis, y compris les changements de camp temporaires !

L’auteur présente le contexte historique succinctement, et j’ai dû faire un peu des recherches sur Wikipédia pour clarifier certains détails. Dommage que ces éléments ne soient pas intégrés à l’histoire, mais bon, rien de grave.

La mise en image est élégante, avec des couleurs (aquarelles ?) du plus bel effet.

Une lecture prenante, et un album à découvrir.

Nom série  Wytches  posté le 31/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce « comics » m’a beaucoup plu.

Il est certes d’un classicisme à toutes épreuves (une histoire de créatures démoniaques, une petite bourgade américaine, une famille au passé troublé, une malédiction), mais très efficace, et remarquablement raconté. Le fil narratif est clair, malgré les allers-retours temporels qui présentent l’intrigue actuelle mais aussi le passé de la famille Rooks. La fin m’a beaucoup plu, le dénouement contient une révélation bien vue qui a réussi à me surprendre !

Le style graphique surprend un peu, avec ces pages éclaboussées de taches de couleurs (du sang ?) pour ajouter un coté lugubre à l’ensemble… j’ai trouvé le dessin beau et lisible.

Un album efficace dans le genre horreur, malédiction et sorcières… les amateurs de Stephen King devraient apprécier !

A noter qu’il s’agit d’un « one-shot » regroupant les 6 comic-book originaux, et que l’histoire se suffit à elle-même, contrairement à ce que laisse entendre l’autre avis ci-dessous. Aucune suite n’est prévue à ma connaissance.

Nom série  Les Cent Nuits de Héro  posté le 19/10/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Magnifique !

J’ai peur que les mots me manquent pour faire honneur à cet album, surtout après le superbe avis de Blue Boy.

La narration alterne entre la trame principale (Héro et Cherry racontant des contes pour gagner du temps) et les contes en question, un peu à la façon des 1001 nuits. Les contes en question sont prenants, poétiques, et tintés d’un féminisme qui ajoute du poids et une certaine originalité au récit. Ici, les deux héroïnes sont lesbiennes, amoureuses, et n’ont pas besoin de prince charmant. Les protagonistes masculins sont pour la plupart possessifs et odieux. Le ton est pourtant très juste, et ne tombe pas dans les clichés féministes.

Le dessin typé « nouvelle vague » est superbe, les planches sont belles et la mise en page souvent originale. L’album lui-même est de qualité, grand format, couverture cartonnée… vraiment un bel objet, que j’ai beaucoup de plaisir à revisiter et feuilleter.

Un coup de cœur !

Nom série  Lloyd Singer (Makabi)  posté le 30/07/2012 (dernière MAJ le 27/09/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je continue ma découverte de l’œuvre de Luc Brunschwig avec cette excellente série policière parue originellement sous le nom « Makabi » chez Dupuis. L’auteur a déclaré récemment qu’il trouve que la BD franco-belge a souvent du mal à concilier les genres « grand public » (policier etc.) avec des personnages aux personnalités complexes… on a soit l’un, soit l’autre, mais rarement les deux. Son but avoué avec cette série est de (au moins partiellement) combler cette lacune.

Et de ce côté pas de doute, mission accomplie : Lloyd Singer est sans doute l’agent FBI à la psychologie la plus complexe sur la scène de la BD franco-belge. De nombreux retours dans le passé nous présentent son enfance, sa situation familiale compliquée, et parviennent à nous expliquer ses frustrations et justifier ses réactions souvent passionnées voire incontrôlées. Ces éléments s’intègrent le plus naturellement du monde à des histoires policières prenantes et bien construites. Si le 1er cycle démarre la série en douceur, le 2eme m’a littéralement scotché, il y avait longtemps que je n’avais pas englouti 3 albums en une journée !

Le 3eme cycle semble plus dense, et les évènements du dernier tome semblent se précipiter un peu… Je me demande s’il a été raccourci de 3 à 2 tomes pour cause de ventes faibles ? L’auteur confirmera peut-être sur le forum. Ce dernier cycle est malgré tout aussi intéressant et prenant que les autres, avec une mise en avant de la famille de Lloyd, et une révélation finale que je n’ai pas du tout vu venir !

Une série prenante et attachante.

Nom série  Emilie voit quelqu'un  posté le 01/10/2015 (dernière MAJ le 21/09/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je mets mon avis à jour à l’occasion de la lecture du tome 2.

Je suis fan des albums de Théa Rojzman (Le Carnet de rêves, Mourir (ça n'existe pas)). On la retrouve ici en tant que scénariste uniquement, chez un nouvel éditeur qui plus est (Fluide Glacial).

Le sujet est sérieux : la dépression chez une femme de 30 ans, et la psychanalyse. Mais le traitement est léger, voire humoristique, sans pour autant sacrifier le contenu. Des pages « éducatives » s’intercalent en effet dans l’histoire pour nous en apprendre plus sur certains concepts. Le personnage d’Emilie est très attachant, et le ton de l’histoire très juste.

Le 2eme tome est selon moi encore meilleur. Il se pose dans la continuité du premier, mais ajoute de la profondeur aux protagonistes, au travers les séances de thérapie d’Emilie, mais aussi grâce aux déboires personnels de sa vie (famille, avis, travail). Il en résulte une galerie de personnages variés et vraiment attachants.

La mise en image d’Anne Rouquette est parfaitement adaptée, et sert admirablement le propos.

Une série « roman graphique » vraiment sympa, dont je lirai certainement la suite. L’histoire est écrite par une femme, et met en scène une femme, mais est suffisamment universelle pour ne pas se cantonner à un certain public. A mettre entre toutes les mains donc !

Nom série  Pawnee  posté le 15/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il semble y avoir un consensus en rapport aux BDs de Prugne : un dessin magnifique, mais des histoires un peu légères.

Pas de discussion possible sur le dessin. Dans Pawnee, l’auteur s’est surpassé, et les planches sont un véritable régal pour les yeux. Des couleurs aquarelles magnifiques transcendent un dessin précis et maitrisé. Un carnet de croquis en fin d’album enfonce le clou et propose de nombreuses illustrations toutes aussi belles les unes que les autres.

Quant à l’histoire, cela dépendra de vos gouts et de vos attentes. Moi, j’aime bien ce genre d’aventures, les grands espaces, les fusillades, les courses poursuites, les indiens… ce n’est pas très recherché, certes, ni terriblement original, mais les multiples destins sont habillement racontés, les déboires des protagonistes m’ont tenu en haleine, et j’ai trouvé le dénouement beau et satisfaisant. Et puis l’auteur s’est clairement bien documenté, et campe son intrigue dans un contexte historique intéressant.

Une chouette aventure, bien dans le ton des autres albums de cet auteur.

Nom série  Gung Ho  posté le 29/10/2013 (dernière MAJ le 13/09/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai une véritable fascination pour les histoires post-apocalyptiques, que ça soit en jeu vidéo (Fallout 3), films (I am Legend), romans (Metro 2033) ou BDs. Malgré la noirceur évidente j’adore constater que l’humanité survit malgré tout, et la liberté résultant de l’effondrement de l’ordre sociale doit sans doute titiller le rebelle enfoui en moi.

« Gung Ho » et son graphisme élégant avaient donc tout pour me plaire, surtout que les premiers avis étaient très positifs. Mais je ressorts mitigé de ma lecture des 3 tomes parus à ce jour. L’univers mis en place est intéressant, mais l’intrigue elle-même assez légère. L’auteur choisit plutôt de centrer sa narration sur les jeunes de la colonie et leurs relations. Le ton est donc très ado, ça drague, ça aime pas les règles, ça fume et joue de la guitare etc. L’ensemble est malgré tout prenant, j’ai englouti les 3 albums d’une traite.

Je suis fan du dessin d’aspect synthétique. Il est certes à des années lumières de l’approche traditionnelle « crayonné, encrage et couleurs directes », mais il est précis et maitrisé, et puis surtout j’adore son esthétisme et je le trouve parfaitement adapté à ce genre d’histoire.

Voilà, une série un peu trop « ado » pour moi, mais prenante et à la mise en image originale… je lirai la suite.

Nom série  Urban  posté le 19/09/2011 (dernière MAJ le 12/09/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je réécris mon avis après la lecture des 4 tomes parus à ce jour.

Du grand art ! L’histoire est prenante et remarquablement écrite. Chaque tome apporte de nouveaux éléments et ajoute une couche supplémentaire au récit sans pour autant l’alourdir. L’univers mis en place, ses personnages, leur passé, leur personnalité, tout est parfaitement maitrisé. Les révélations successives m’ont tenu en haleine, et l’attente jusqu’à la parution du cinquième et dernier tome va être longue !

Le dessin de Ricci est magistral. Il fourmille de détails, et la composition des planches est très réussie… les couleurs lumineuses contribuent à l’ambiance futuriste et technologique.

Un sans-faute pour le moment… vivement le dénouement !

Nom série  La Mémoire dans les poches  posté le 25/06/2006 (dernière MAJ le 09/09/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Je réécris mon avis suite à la lecture de l’intégralité de la série…

Je l’ai attendu, ce tome 3… tellement que j’avais peur d’être déçu… et bon sang, quel album. Cela faisait longtemps qu’une BD ne m’avait pas fait un tel effet.

La série débute en fable sociale sympathique, avec cette famille de banlieue difficile qui aide de leur mieux les plus démunis (notamment au travers l’apprentissage du français). Puis l’intrigue prend des allures d’enquête dans un deuxième tome où le fils se lance à la recherche de son père disparu… un voyage qui le mènera en Algérie. Un deuxième opus sympathique, mais qui surprend un peu par son ton très diffèrent.

Et puis… plus rien pendant 8 ans ! Luc s’est clairement expliqué sur divers forums (dont celui de bdtheque), les personnages de ce tome 3 sont fortement inspirés par ses propres parents, et les évènements tragiques racontés ici ont déclenché chez lui un épisode dépressif… rien que ça ! C’est donc fébrilement que j’ai entamé ce tome, me demandant ce que j’allais y trouver… et bien la réponse est simple : de l’émotion. Beaucoup d’émotion… l’histoire de Sidoine et Rosalie se mêle à l’Histoire avec un grand « H », et on découvre avec effroi des secrets de familles terribles, et les évènements tragiques qui ont fortement marqué Sidoine lors de l’occupation allemande pendant la seconde guerre mondiale. Cet album est magistralement écrit, et transporte habillement le lecteur d’une époque à une autre pour dévoiler les subtilités de l’intrigue, sans jamais perdre le lecteur.

Le dessin de Etienne Le Roux est sublime, et ses couleurs un peu délavées donnent vraiment du cachet aux planches… mention spéciale pour les couvertures, toutes aussi sublimes les unes que les autres.

Je me laisse emporter par les émotions, et attribue la note maximale à cette série, ma préférée de cet auteur avec Holmes. Ce tome 3 me rappelle pourquoi j’aime tant la bande dessinée… Merci Luc, merci Etienne.

Nom série  Oualou en Algérie  posté le 06/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
« Oualou en Algérie » est une enquête pleine d’humour, malgré un background historique assez sérieux (guerre civile en Algérie, islamisme).

Nadir Oualou rentre « chez lui » contre son gré, à la recherche d’une fillette disparue. Les situations cocasses abondent, à commencer par des retrouvailles un peu forcées avec sa famille. L’intrigue est prenante et bien narrée, j’aime la façon dont les personnages successifs introduisent des éléments nouveaux à l’enquête. La fin est un peu surprenante, mais satisfaisante.

Le dessin tout en rondeur renforce le coté humoristique de l’album.

Bref, pas l’album de l’année, mais une aventure sympathique et rigolote, qui nous fait découvrir l’Algérie et son histoire récente troublée.

Nom série  La Nef des fous  posté le 22/06/2002 (dernière MAJ le 04/09/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Réécriture complète de mon avis suite à la sortie (un peu inattendue en ce qui me concerne) du 8eme tome, et à une relecture de l’ensemble de la série.

Je suis ravi de constater que tant d’années après la parution du tome 1, et tant d’années après ma première lecture, la magie fonctionne toujours. J’adore le monde mystérieux mis en place, les personnages loufoques, les dialogues truculents, l’humour fin, le dessin détaillé et coloré, et de manière générale, la créativité dont fait preuve l’auteur. Certains passages sont mis en scène avec brio, j’allais citer le passage du grille-pain, mais ça a déjà été fait plus bas !

Le dénouement de l’histoire en fin de tome 7 est satisfaisant et bien amené, même si l’ensemble aurait finalement pu être bouclé en 4 ou 5 tomes (il y a quand même quelques longueurs).

Quant au 8eme opus, il relance un deuxième cycle pour le moment « juste bien ». L’écriture est toujours aussi bonne, le dessin toujours aussi magistral, et on retrouve avec plaisir les personnages auxquels on s’était tant attachés (même si le grand coordinateur semble sonner « faux » dans ce volume). Mais il ne s’agit que d’un tome d’introduction qui pose les bases d’une nouvelle intrigue… reste à voir comment Turf va maintenir notre intérêt, maintenant que le mystère de la Nef est révélé… A suivre !

Nom série  Prof. Fall  posté le 03/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Acheté au détour d’une rencontre sympathique lors du festival d’Angoulême 2017, « Prof. Fall » est un véritable OVNI. Adaptée d’un roman de Tristan Perreton initialement publié en 2005, cette BD est inclassable, tout simplement.

L’histoire débute en chronique urbaine oppressante et angoissante, avec la vie de Michel, fonctionnaire dépressif obsédé par la chute, sur fond de béton et de cité dortoir Lyonnaise. Et puis l’intrigue prend un tournant décisif lorsque le protagoniste croise Domingues, un proxénète et ancien mercenaire… s’en suit des visions lugubres du passé de Domingues, et notamment de sa « carrière » en Afrique. Ces visions sont-elles réelles, ou induites par les médicaments, l’alcool et de manière plus générale la dégringolade psychologique de Michel ? Notez que le ton est très glauque voire écœurant.

Ma lecture fut parfois difficile… l’album est imposant (176 pages grand format, textes en voix-off très présents) et le fil narratif est parfois difficile à suivre (volontairement j’imagine, pour refléter le chaos mental du protagoniste principal). Je trouve par exemple certains passages sur l’Histoire de l’Afrique coloniale un peu longuets et académiques. Je n’ai cependant jamais décroché, et je suis ressorti assez marqué de ma lecture…

Un OVNI donc.

Nom série  Les Fantômes de Ermo  posté le 03/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce premier volume assez épais (160 pages) représente la première moitié de l’intégrale d’une série initialement parue en autoédition.

J’aime beaucoup les albums de Bruno Loth, qui mêlent souvent histoires humaines et Histoire avec un grand « H ». On suit ici les péripéties d’une troupe de théâtre lors de la montée du fascisme en Espagne dans les années 30 et du basculement dans la guerre civile. Le background historique est donc riche et intéressant, mais présenté de façon très humaine, au travers les yeux d’une galerie de personnages riches en couleurs. L’auteur saupoudre son récit d’une touche de fantastique, ce que j’ai trouvé un peu incongru, mais bon, pourquoi pas. Les « intrigues » sont prenantes, bien narrées et parfaitement mises en images.

Un petit dossier sur la guerre civile espagnole conclut cet album instructif et distrayant. Une chouette découverte.

Nom série  On Mars  posté le 03/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai craqué sur la couverture… ce genre d’achat impulsif m’arrive rarement, mais un rapide feuilletage et le résumé en quatrième de couverture et hop, l’affaire était pliée, surtout que j’avais vraiment envie de lire une histoire de science-fiction.

« On Mars » ne m’a pas du tout déçu. Il ne s’agit que d’un tome d’introduction, qui ne fait que poser les bases de l’intrigue et présenter les protagonistes, mais cette histoire de colonisation pénitencière m’a beaucoup plu, malgré des thèmes un peu classiques et des personnages un peu cliché.

Le dessin est absolument magnifique, le boulot sur les personnages et leurs accoutrements est vraiment bluffant et détaillé. Les vues martiennes sont aussi très belles, et mises en valeur par des couleurs rougeâtres du plus bel effet. Un carnet de croquis en fin d’album montre l’étendu du talent de Grun.

Voilà, c’est du solide, à defaut d’être diaboliquement original. Vivement la suite !

Nom série  Bob Leclerc (Les Aventures de)  posté le 23/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Présentée en tant que série terminée en 2 tomes, « Les aventures de Bob Leclerc » semblent pourtant comporter un volume précédent intitulé « Vers les Mondes Lointains », paru en 2008 chez Paquet. L’histoire se lit quand même en deux tomes, malgré un début un peu abrupt. Je me suis permis de rajouter l’album original à la fiche. Cet avis porte sur les deux tomes aux éditions Mosquito.

L’histoire est assez classique (les humains contre les Martiens), et se pose clairement en hommage à la science-fiction « classique » : Jules Verne (De la Terre à la Lune), Arthur C. Clarke (2001, l'Odyssée de l'espace), etc. On y retrouve le même rythme lent, les explications scientifiques méticuleuses (voire laborieuses), et de manière générale l’histoire ne plaira guère aux amateurs d’action ou de récits haletants. D’autant plus que les albums sont très longs (208 pages pour le tome 1 et 176 pages pour le second).

Le tout baigne dans une ambiance très « vintage », que cela soit au niveau du contexte (les années 50), de la forme (le dessin, sur lequel je reviendrai, la narration textuelle un peu lourde), et même sur le faux racisme d’époque à la Tintin au Congo (on y parle des « jaunes »). Le tout fait qu’on a vraiment l’impression que la BD à été écrite dans les années 50 ou 60.

Ajoutons à cela un humour surprenant, au travers des détails rigolos dans certaines cases, des personnages et des répliques cocasses (ah, le scientifique alcoolique), et de manière générale une surenchère technologique exagérée (voir le trajet vers la base secrète en tout début de tome 1).

Je finirai par le dessin, qui est magnifique, et vraiment unique. Les visages des personnages sont très particuliers (avec ces regards souvent vides), et les décors fourmillent de mille détails. Certaines vues du cockpit sont à tomber par terre (voir la galerie).

Un OVNI, qui m’a beaucoup plu, même si j’imagine que ce ne sera pas la tasse de thé de tout le monde.

Nom série  Comme une odeur de Diable  posté le 16/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Claude Seignolle est un écrivain français spécialisé dans les histoires fantastiques inspirées des croyances populaires. Cet album sort pour fêter ses 100 ans (et oui, il est toujours de ce monde quand j’écris ces lignes), et propose 5 histoires mises en image par Laurent Lefeuvre (Fox-Boy, Tom et William).

Les histoires sont variées, et toutes ne m’ont pas autant marqué. J’ai beaucoup aimé la première, « Celui qui avait toujours froid », qui est terriblement humaine, et « L'homme qui savait d'avance », que j’ai trouvée touchante et originale. Les autres sont un peu trop classiques pour moi (le loup garou, le vampire etc.), mais de manière générale j’ai passé un excellent moment de lecture. L’adaptation est réussie, malgré des textes un poil trop présents (problème récurrent de ce genre d’adaptation roman/BD).

Et puis il faut dire que ces histoires sont transcendées par le dessin de Laurent. Le noir et blanc est absolument magnifique, très détaillé, un peu dans le style des grands maitres italiens que Mosquito publie régulièrement.

Un album à recommander aux amateurs de fantastique/horreur.

Nom série  S'enfuir  posté le 11/07/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Quel calvaire interminable… et je ne parle pas de la captivité de Christophe, mais bien de la lecture de cet album.

Je comprends bien l’approche artistique : nous faire ressentir la durée de la captivité, et l’isolement de l’otage… mais reste que pour moi, simple lecteur, c’est loooong. Il ne se passe rien pendant des centaines de pages, et les innombrables « il ne s’est encore rien passé aujourd’hui » du protagoniste deviennent presque ironiques voire comiques. Cette attente fait que quand il se passe enfin quelque chose sur la fin de l’album, la pression est insoutenable, et je dois avouer que j’avais le cœur qui battait la chamade lors des dernières pages !

Donc mission accomplie : l’auteur a parfaitement retranscrit les mésaventures de Christophe… on s’ennuie avec lui pendant une durée interminable, puis on s’affole avec lui sur la fin. Cela fait-il un bon album BD ? Pas pour moi… j’ai vraiment dû me forcer pour en venir à bout.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque