Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4995 avis et 1926 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le Journal de Julie  posté le 04/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'héroïne de cette BD porte le même nom que le magazine Julie, destinée aux jeunes filles de 9 à 13 ans, dans lequel elle est pré-publiée. Il s'agit de gags en une planche au ton très féminin, mettant en scène la vie de pré-adolescentes modernes dont les préoccupations tournent autour des copines, de la mode ou encore des garçons. J'imagine que cela doit refléter l'état d'esprit du magazine et de ses jeunes abonnées.

L'auteure, PrincessH, a un graphisme proche de l'illustration publicitaire. Elle semble d'ailleurs vouer un grand respect à une célèbre dessinatrice du même domaine, Colonel Moutarde. Son trait s'en rapproche un peu et est également stylé, esthétique et dynamique. L'expressivité de ses personnages est un peu limitée, mais dans l'ensemble c'est un dessin que j'apprécie.

Les gags ne sont pas très drôles ni originaux et cela m'empêche de vraiment conseiller cette lecture. Néanmoins j'ai trouvé l'ensemble plutôt plaisant. J'ai bien aimé l'atmosphère se dégageant de la vie de ces petites pré-ados qui sont un peu caricaturales et futiles mais assez attachantes à la longue. Certes la série est plus adaptées à des jeunes filles qu'à adultes mais c'est une lecture divertissante.

Nom série  Le Teckel  posté le 02/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voilà un récit original prenant pour cadre le milieu de la "force de vente itinérante" en milieu pharmaceutique : pour être clair, les commerciaux d'une grosse entreprise en médicaments qui font le tour des médecins d'une région pour les inciter à préconiser leurs produits à leurs patients.

C'est original car l'histoire prend un tour à mi-chemin entre roman graphique et humour, avec même une touche petite touche de thriller sur la fin. Roman graphique car c'est un récit réaliste mettant en scène des situations crédibles et intéressantes. Humour car c'est aussi la rencontre entre deux personnages très opposés, un jeune cadre gay et propre sur lui face à un vieux briscard, ancien légionnaire, au comportement très brusque et rétrograde. Et enfin thriller car il y a une histoire de manipulation et de gros sous derrière tout ça.

Ce personnage du Teckel est assez édifiant, caricatural sans jamais pourtant tomber dans l'invraisemblance. On pourrait y croire. Il est intéressant et bien construit et il finit par se rendre presque attachant. La mise en scène du bout de chemin réalisé par les deux héros de ce récit est agréable et on se demande où l'auteur veut en venir. La fin manque un tout petit peu de clarté pour moi, au moment de la révélation clé, mais elle apporte son lot de surprise et tient bien la route.

Une bonne lecture, bien racontée et qui sort des sentiers battus.

Nom série  Un ocean d'amour  posté le 02/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est probablement parce que j'ai été poussé à la lecture de cet album par les nombreux avis favorables à son sujet que j'en ressors légèrement déçu, car du coup je m'attendais à mieux. Je ne suis que légèrement déçu, ne nous y trompons pas, cela ne veut pas dire que c'est un mauvais album bien au contraire.

Je l'ai trouvé très sympathique, avec un graphisme plein de personnalité, une histoire plaisante et des personnages attachants.
Le dessin est l'un des points forts de cet album, notamment grâce à de belles planches en couleurs directes. Les personnages ne m'ont pas enthousiasmé mais certains paysages beaucoup plus. Cela joue souvent sur une très belle utilisation de la lumière et de la couleur.
L'histoire est agréable mais je lui ai trouvé un léger manque de rythme. J'ai senti la longueur de l'album, sans vraiment m'ennuyer mais sans être 100% captivé. L'humour m'est paru également assez inégal, certains points m'amusant bien (comme la mouette), d'autres tombant un peu à plat à mon goût (comme la mode de la dentelle).
La narration muette ne m'a pas complètement convaincu. Certains passages, comme les interactions entre le pêcheur et son matelot, ne m'ont pas toujours paru évidentes.

Je retiens quand même un album bien agréable et beau que je conseillerais sans hésiter.

Nom série  Carnation  posté le 10/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il y a une douzaine d'années paraissait Sainte Famille, récit autobiographique de Xavier Mussat où il racontait son contexte familial et la façon dont il avait impacté son être et son état d'esprit. Avec Carnation, il revient de nouveau dans l'autobiographie, cette fois pour raconter une relation amoureuse complexe et destructrice qu'il a vécu dans les années 90 alors qu'il vivait à Angoulême.

Je n'ai pas lu Sainte Famille mais je comprends à le lire que l'auteur a (ou avait à l'époque du récit) l'esprit plutôt tourmenté par un contexte familial difficile, ne sachant pas trop où il souhaitait aller, se posant beaucoup de questions et réfléchissant beaucoup sur les choses de la vie. Ses deux ouvrages sont ainsi des sortes de psychanalyses ou du moins des tentatives d'exorcisme de ses tourments par le récit, en livrant sa vie et son âme au public.

Je ne sais pas si l'idée initial de cet album était uniquement d'adresser l'histoire de sa relation amoureuse avec une femme elle aussi très compliquée nommée Sylvia. Au départ, cela ressemble plus à un récit autobiographique au sens plus général, où il raconte sa vie dans les années 90 à Angoulême, à une époque où il a travaillé avec bonheur sur le graphisme du film Kirikou avant de traverser ensuite un passage à vide professionnel et sentimental. Ce n'est qu'au bout d'une longue introduction que Sylvia apparaît, comme une rencontre de plus après celles racontées durant les pages précédentes, et il n'est pas évident tout de suite que l'histoire et la vie du narrateur va vraiment finir par tourner autour d'elle.

Le graphisme en noir et blanc évolue en cours d'album, qui semble avoir été réalisé sur plusieurs années. De simplement agréable mais un peu hésitant au départ, il devient de plus en plus maîtrisé et esthétique au fil des pages. Le visage sans arrêt morose du héros m'a cependant lassé de bout en bout.

C'est donc l'histoire d'un amour compliqué, fait de rejets, de recherches de sentiments, d'humeurs inégales et de frustration sexuelle. C'est tout sauf le grand amour, et sûrement ni gai ni léger. On peut même douter qu'il s'agisse d'amour mais bien plutôt d'une relation entre deux personnes, avec du sexe et des émotions, mais guère d'amour.
Cette atmosphère morne, légèrement glauque et en perpétuel questionnement psychologique, avec forces métaphores et symboles graphiques, m'a plutôt ennuyé je dois dire. Je ne me suis pas attaché aux personnages, le récit n'a pas su m'approcher de leur vie et de leurs émotions, et je n'ai ressenti aucune empathie. Seule une certaine curiosité et un peu de voyeurisme m'a poussé à aller jusqu'au bout. Mais j'en suis ressorti avec un sentiment de déception et d'indifférence.
Ce n'est pas ma came.

Nom série  Le Vent des Khazars  posté le 10/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mélange de récit historique et de thriller, cette série (adaptation d'un roman de Marek Halter) remplit la louable intention de nous faire découvrir l'Empire Khazar, royaume juif d'Asie Centrale datant du Xe siècle ayant eu à lutter contre Byzance, les Russes et les Arabes et dont la majorité des traces ont été effacés par l'Histoire et les envahisseurs.

Nous suivons en effet un récit sur deux époques. D'une part, l'histoire d'un juif Séfarade traversant l'Europe de la seconde moitié du Xe siècle avant d'arriver chez les Khazars pour délivrer un message de son Grand Rabbin à leur roi, le Kaghan, dans le cadre de manigances politiques et militaires des ennemis de l'Empire Khazars. Et d'autre part, celle d'un écrivain juif français de nos jours que les événements vont amener à s'intéresser de près aux Khazars et à se rendre en Azerbaïdjan pour retrouver leurs traces dans un contexte d'attentats contre des installations pétrolières.

Le graphisme est soigné et agréable. Il donne vie de jolie manière à une civilisation Khazar très belle, peut-être un peu trop embellie d'ailleurs.
L'adaptation du roman est excellente car à aucun moment on ne sent la lourdeur de la transcription d'un livre, et le récit est dense sans être condensé, gardant un rythme agréable.
L'histoire est intéressante mais je n'ai pas été franchement captivé. Les motivations des personnages ne pas toujours très claires et j'ai eu un peu tendance à les suivre sans trop m'y attacher.
Je suis néanmoins content d'avoir lu une histoire plutôt bien menée qui m'a permis de découvrir ces fameux Khazars.

Nom série  Klaw  posté le 05/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série a, à mes yeux, le cul entre plusieurs chaises.
Au premier abord, cela ressemble à une série pour lycéens où un garçon se découvre des pouvoirs cools (se transformer en tigre) et qui vont changer sa vie. De souffre-douleur de tout le monde et d'amoureux sans espoir d'une fille trop populaire pour lui, il va prendre sa revanche sur la vie en devenant super fort et respecté. Le schéma des débuts de Spider-man, quoi.
Sauf qu'à côté de cela vient s'ajouter ensuite une histoire de pouvoirs magiques ancestraux asiatiques et de combats entre des familles qui a des allures de scénario de série manga.
Puis ensuite, et surtout dans le tome 3, il y a un véritable aspect histoire de super-héros avec apparition d'un super-vilain et une ambiance davantage comics.

C'est donc un peu un fourre-tout d'influences et, si cela pourrait plaire à de jeunes lecteurs, je ne suis pas convaincu. Il y a trop de clichés et de facilités à mon goût. Cela sonne trop artificiel malgré quelques rebondissements plus réalistes comme des personnages qu'on croyait durer longtemps qui meurent plus facilement qu'on l'imaginait. Au rayon de l'artificialité, j'ai très peu apprécié à quel point le jeune lycéen se comporte soudainement comme un adulte très sûr de lui, et encore moins ce qui se passe concernant son "meilleur ami" lui aussi lycéen. Pas plus que les haines soudaines entre anciens amis ou membres de la même famille. Ce n'est pas crédible et ça donne parfois l'impression de se prendre trop au sérieux, de faire dans la tragédie facile.

Dans les faits, j'ai été peu captivé par le premier tome et la première moitié du second. Arrivé à ce stade, j'ai trouvé que la suite reprenait du poil de la bête et de l'intérêt jusqu'à s'approcher de la fin du tome 3, car la conclusion de celui-ci m'a à nouveau paru un peu facile.
Le tome 4 est sensé être le premier d'un nouveau cycle mais j'ai trouvé la rupture plus évidente entre les tomes 2 et 3 qu'entre les 3 et 4. Il n'y a pas le même grand saut chronologique entre les deux qui m'avait assez déstabilisé, et même si l'histoire y part de nouveau davantage sur une base "conflit entre familles magiques" que le genre "comics de super-héros" du tome 3, on y est quand même dans la continuité directe au niveau de l'intrigue.

Quoiqu'il en soit, de l'ensemble je retiendrai un graphisme de belle qualité. Il m'a parfois un peu agacé au niveau narratif car certaines scènes d'action manquent de fluidité et de consistance, et aussi parce qu'au début du tome 3, j'étais complètement perdu dans les personnages avant de comprendre que le héros pouvait changer de visage à volonté. Mais dans l'ensemble, c'est du boulot de pro de quelqu'un qui a l'air d'avoir travaillé dans l'animation. J'ai d'ailleurs cru initialement qu'il avait fait l'école Disney italienne.

Bref, je suis mi-figue mi-raisin. Il y a des choses qui m'agacent, et d'autres qui me plaisent. Et il m'a fallu attendre la deuxième partie du second tome pour commencer à apprécier le récit. Mais dans l'ensemble, c'est plus une série pour adolescents que pour moi. Donc l'achat pour eux peut-être, et une lecture pour passer le temps pour moi, pas plus...

Nom série  X-Force - Sexe + violence  posté le 04/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tout est dans le titre : Sexe et Violence... mais surtout violence. Ce comics est un récit adulte, assez noir et défoulant, mettant en scène Wolverine et une héroïne nommée Domino dans une intrigue pleine d'hormones et d'hémoglobine. La place n'est pas à la réflexion : d'emblée nous sommes placés dans une situation où les héros sont menacés par la Guilde des Assassins d'une part et par les ninjas tueurs de la Main d'autre part, et comme aucun des deux n'est du genre à jouer la prudence, ça va bastonner et tuer dans tous les sens. Et au passage, les deux héros laisseront parler leurs hormones et baisant dès qu'ils ont quelques minutes de libre, ce qui est plutôt rare en fait.

Je ne connaissais ni X-Force ni cette fameuse Domino. Seul le personnage de X-23 qui apparait un peu m'était connu et c'est tout. Mais cela n'a pas grande importance dans ce récit de pure action.
Le graphisme est notable car il est réalisé par un graphiste illustrateur au style proche de la peinture. Ce n'est pas franchement ma tasse de thé mais c'est assez joli, même si certaines cases manquent un peu de clarté et même si la narration n'est pas parfaite.
L'intrigue n'est pas des plus compliquées et présente beaucoup de facilités, mais ce n'est pas désagréable de voir Wolverine se lâcher pour de bon.
Cet album ne casse pas des briques mais il est divertissant, pêchu et fait passer le temps.

Nom série  Rose et Isabel  posté le 03/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Rose et Isabel est un récit assez original, pas vraiment dans son intrigue mais surtout dans la manière dont elle est racontée. Il s'agit de l'histoire de deux soeurs qui partent à la recherche de leurs frères, soldats de la guerre de Sécession qui ne donnent soudain plus de nouvelles et pour lesquelles elles craignent le pire. Mais ce qu'il faut savoir, c'est que ces soeurs ont été élevées dans l'art du combat par leur père, combat au sabre ou à l'arc. Et elles se révèlent de véritables tueuses, presque des super guerrières, capables de massacrer des troupes entières à deux seulement.

C'est en cela que cette lecture m'a un peu surpris car, alors que le contexte et le décor sont réalistes et historiques, il y a presque un récit de super-héroïnes quand on voit ces deux jeunes filles tailler leur route dans le sang en sautant à des hauteurs et se déplaçant à des vitesses surnaturelles, tirant à la perfection des pluies de flèches et s'en sortant la plupart du temps sans dommage.
Et à côté de cela, il y a l'aspect plus sombre d'une des sœurs qui se laissent aller trop facilement à la folie du combat tandis que l'autre essaie de lutter contre cela et de ramener sa sœur à la raison.

Le récit est un peu noir mais bien rythmé et assez intéressant à lire. Il manque trop de crédibilité et présente trop de facilités pour me satisfaire mais je l'ai trouvé plutôt plaisant, même sil ne marquera pas vraiment ma mémoire.

Nom série  Ogrest  posté le 03/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'attendais pas grand chose de cette série car je ne connais pas l'univers de Dofus et je m'imaginais une série commerciale, un peu gamine et bas de gamme. Mais en fait, j'ai bien aimé, et si la suite est du même tonneau, je pourrais même dire que c'est franchement bien.

Déjà j'apprécie beaucoup le graphisme. De style manga, il est très maîtrisé et agréable, et les personnages sont très sympas visuellement. Pour autant il ne néglige pas les décors comme dans beaucoup de mangas de basse qualité : ils sont ici soignés et jolis également.

L'histoire aussi est sympa.
Il m'a fallu un peu de temps à m'imprégner de cet univers de Dofus, où l'on croise des poupées vivantes, des dieux, des Dofus qui donnent des pouvoirs étranges, des alchimistes, etc... Je n'ai pas encore tout bien saisi mais je me suis assez vite laissé porter par le récit.
J'ai eu aussi un peu de mal avec le personnage d'Ogrest au début car je trouve pénible les histoires mettant en scène des gamins turbulents et gaffeurs mais à qui on pardonne tout car ils sont mignons. Mais avec ce qui lui arrive en cours de récit, j'ai fini par le trouver plus intéressant et attachant. Je garde quand même ma préférence pour les personnages qui l'entourent, à savoir Otomaï et Dathura.
Je lirai la suite avec plaisir.

Nom série  Sauvage  posté le 03/02/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime bien le cadre historique et géographique de cette série qui se déroule aux côtés des légionnaires français envoyés Mexique à l'époque de l'Empereur Maximilien. C'est une époque qui a inspiré beaucoup de récits et des pages historiques glorieuses tout autant que sanglantes telles que Camerone et on y est plongé dans une intrigue d'aventure au ton restant léger malgré la violence des événements.
Le dessin de Meynet y est très agréable et lumineux. Il est doué autant pour les personnages que pour les décors.

L'histoire est parfois légèrement confuse avec des dialogues et relations entre nombreux personnages que j'ai trouvé parfois un peu légèrement embrouillés, notamment car l'époque était compliquée. Mais j'ai trouvé ça plutôt intéressant et assez bien mené malgré tout. J'ai aussi apprécié le réalisme de l'ensemble et le fait que les personnages peuvent mourir facilement ou subir les conséquences d'actes inconsidérés.

Cette série mêle Histoire, aventure, récit guerrier et un peu de mystère. Lecture sympathique.

Nom série  Les Vengeurs - Les plus grands héros de la Terre  posté le 30/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce diptyque est une revisite de la création et des premiers pas des Vengeurs, le groupe de super-héros le plus mythique des éditions Marvel. Une revisite de plus car entre les refontes, les hommages, les versions Ultimate et autres Nouveaux Avengers, ça commence à en faire un petit nombre que je lis. Néanmoins, cette série là est sympathique et de bonne qualité.

Le graphisme est doté d'une certaine personnalité, avec son trait épuré et légèrement anguleux. Il n'est pas exceptionnel mais il a une certaine élégance légèrement rétro.
L'histoire commence au moment où Iron Man réunit les futurs Vengeurs pour officialiser la création de leur groupe, voyant cependant Hulk refuser et se rebeller contre eux. Puis, alors que les héros peinent à se faire accepter du grand public et de l'administration, ils vont retrouver le corps congelé de Captain America et faire de lui un atout de poids dans leur groupe. S'ensuit les vrais débuts des Vengeurs tels qu'on les connait le mieux, avec la rencontre contre de nouveaux ennemis célèbres ainsi qu'un ennemi surgi du passé qui va tourmenter l'esprit de Captain America.

Dans cet ensemble, il n'y a qu'une fausse note à mes yeux qui est la présence envahissante et difficilement compréhensible de Rick Jones, compagnon de Hulk, qui s'incruste carrément et dont je me suis longtemps demandé ce qu'il faisait là avant de comprendre que c'est essentiellement pour son rapport ultérieur avec Captain America qu'il avait été introduit.
L'insistance d'Iron Man à obtenir des autorisations spéciales du gouvernement est aussi un peu étrange. J'imagine que vu les capacités des Vengeurs et les capacités techniques, médiatiques et financières de Tony Stark, il y aurait probablement été possible de s'en passer.

Au niveau narratif, le rythme est rapide et il y a beaucoup d'ellipses et de sauts temporels. C'est un peu surprenant au début car ça donne une légère impression de résumé d'histoire, de combats se terminant un peu en queue de poisson. Mais ça permet aussi de faire évoluer rapidement la situation des Vengeurs, tant en termes de relations entre eux que vis-à-vis du public, et c'est là l'un des thèmes principaux du récit.

Une lecture sympathique mettant assez bien en valeur les Vengeurs dans une histoire plutôt intelligente où l'action ne prend pas le pas sur la réflexion.

Nom série  Azimut  posté le 30/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Univers original, personnages sympathiques, créatures imaginatives, situations amusantes et ambiance loufoque mais qui tient la route : un beau cocktail qui fait une chouette lecture. C'est le genre de bande dessinée qu'on parcourt avec envie pour découvrir quelles nouvelles idées vont nous inventer les auteurs et où ils vont bien pouvoir nous mener.

Le graphisme est à la hauteur et contribue à l'atmosphère de l'ensemble. J'ai eu un tout petit peu de mal avec sa colorisation en couleurs directes dont les effets d'aquarelle étaient trop visibles sur les toutes premières planches, mais ce sentiment a très vite disparu par la suite au profit du plaisir de lecture.

La série est prévue en 4 tomes et les deux premiers sont très plaisants. Il reste à espérer que l'intrigue tende vers une belle conclusion et nous aurons là une série de grande qualité.

Nom série  Jeu de dames  posté le 29/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le résumé de l'album indique qu'il s'agit d'un roman d'espionnage mais cela ne se voit pas à la lecture du seul premier tome. Et pourtant l'histoire se termine en deux tomes, donc j'imagine que les choses vont se révéler rapidement dans le second.

L'intrigue met en scène un jeune scientifique allemand qui a vu son grand amour mourir alors qu'ils étaient tous deux résistants durant la seconde guerre mondiale. Récupéré par les Américaines pour rejoindre l'équipe de Von Braun pour la création des premières fusées spatiales américaines, il est bouleversé le jour où il rencontre une américaine ressemblant énormément à sa femme disparue. Tandis que des liens se nouent entre eux, de mystérieux événements semblent se tramer autour de lui.

Comme dit plus haut, rien n'indique dans le premier tome que le récit parle d'espionnage. On imagine d'abord que l'américaine est en fait réellement son ancienne épouse déguisée mais on n'en voit pas la raison et une scène vient contredire cette hypothèse. Et dans tous les cas, que pourraient espérer d'éventuels espions en s'en prenant à ce scientifique là ? Je suppose que nous le saurons à la lecture du second tome.
En attendant, je reste sur ma faim. Le récit est dans un cadre qui m'intéresse, celui de l'après-guerre et des débuts du programme spatial américain, mais la narration est un peu trop rapide et hachée à mon goût. Il se passe beaucoup de choses et cela permet d'avancer vite dans le récit, mais cela donne aussi l'impression de survoler les choses et empêche de s'attacher aux personnages et aux événements.
Alors à voir si la suite saura mieux me convaincre.

Nom série  Big questions  posté le 29/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mais quel est donc ce pavé très épais de près de 600 pages ? Que contient-il ? De quoi ça parle ?

Il s'agit d'une oeuvre somme, regroupant des planches réalisées par Anders Nilsen sur une quinzaine d'années, l'ensemble formant un tout cohérent et qui raconte l'histoire de... petits oiseaux dans une grande plaine.

A la manière d'un Lapinot et les Carottes de Patagonie, on peut suivre ici l'évolution du style de son auteur, avec des premières pages au trait très approximatifs tandis que d'autres sont nettement plus soignées, esthétiques et maîtrisées. Sauf que l'époque où chaque planche a été réalisée ne coïncide pas avec leur ordre dans l'album qui est celui du récit. On voit donc s'entrecouper des pages de beauté et de niveaux techniques différents sans que cela gêne la lecture.

L'histoire qui a ainsi été imaginée puis consolidée avec le temps et les épisodes intermédiaires est celle d'une communauté de pinsons. Ceux-ci alternent les dialogues très terre-à-terre ("J'ai faim ! Je mangerai bien une de ces miettes de donuts qui traînent par terre !") et des prises de conscience beaucoup plus philosophiques voire mystiques. Certains d'entre eux ont notamment le culte facile et ils s'en créent successivement deux, l'un envers une bombe non explosée qu'ils prennent pour un œuf tombé du ciel, puis envers un pilote dont l'avion s'est écrasé sur la cabane des deux seuls autres habitants humains des environs.

C'est le genre d'ouvrage "arts et essais" dont on peut craindre qu'il soit abscons ou ennuyeux. Mais j'y ai trouvé une légèreté dans le ton, une originalité dans les situations et un certain humour dans les dialogues qui m'a assez amusé et m'a permis de parcourir avec plaisir les centaines de pages, pour beaucoup muettes, de ce gros album. Il y a une légère frustration dans certaines situations qui restent inexpliquées (j'aurais aimé comprendre les motivations du serpent et aussi pourquoi personne ne vient secourir le pilote) mais, malgré le fait qu'il soit constitué d'éléments créés à des dates diverses au cours des quinze années de sa création, il y a un vrai début et une vraie fin, donc une vraie histoire plutôt plaisante au final.
Je n'en conseille cependant pas vraiment l'achat car son prix est trop élevé à mon goût.

Nom série  Spider-Man - La Mort de Jean DeWolff  posté le 27/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album publié par Panini contient deux histoires de Spider-Man datant des années 80. Ce sont deux bonnes histoires, elles valent le coup d'être lues même si elles ne sont pas indispensables.

Le première met en scène la confrontation avec un nouvel ennemi, le Rédempteur, un homme masqué et mystérieux qui tue des civils innocents car il estime qu'ils aident d'une manière ou d'une autre des criminels. Juge, prêtre, journaliste, policier et notamment la fameuse Jean DeWolff, amie de Spider-Man dont la mort ouvre le récit dès les premières pages. L'histoire est donc l'enquête pour trouver qui est ce mystérieux assassin et l'empêcher de faire davantage de victimes. Peu d'action, beaucoup d'interrogations, c'est un récit mature et pas trop hollywoodien, ce que j'apprécie. Il a la particularité de mettre en scène au même niveau Spider-Man et Daredevil, et j'apprécie les rencontres entre ces deux personnages. C'est d'ailleurs dans ce récit qu'ils vont dévoiler mutuellement leurs identités secrètes. L'intrigue présente également une remise en cause des actes du super-héros, donnant une leçon à Spider-Man pour lui rappeler qu'il ne doit jamais se croire au dessus de la loi.

La seconde histoire se déroule un an plus tard et met en scène le retour du Rédempteur. Mais il ne revient pas comme un ennemi qui veut se venger, mais bien dans une optique de... rédemption. L'homme qui se cachait sous le masque se sent coupable et combat intérieurement la folie qui l'a poussé à devenir un meurtrier. Spider-Man, lui, n'a pas oublié le danger qu'il était, lui en veut encore et, alors qu'il doit combattre de son côté un vrai méchant en la personne d'Electro, il doit refouler sa méfiance et sa propre envie de lui faire du mal.
Là encore, c'est un récit adulte et intelligent, avec une fin assez sombre et réaliste. C'est agréable et bien mené.

Sur la forme maintenant, le dessin est plutôt bon même s'il parait un peu daté de nos jours. Il est dans le style comics réaliste des publications des années 80. A noter un problème d'édition venant de chez Panini car, sur une poignée de pages dans l'album que j'ai lu, les bulles de dialogues laissaient transparaître en bleu clair les textes en langue italienne en dessous des textes français, rendant l'ensemble difficilement lisible.

Nom série  A Game of Thrones  posté le 26/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Autant je suis fan de la série TV, autant je n'ai pas eu le temps ni le courage de lire les romans. Je me demandais du coup si l'adaptation en BD allait m'apporter des détails ou des différences que la série ne pouvait pas offrir. Au final, mouais bof, pas mal.

Déjà en termes de contenu, l'intrigue étant très dense, il était impossible de raconter l'histoire rapidement, et un album BD correspond globalement à 2 épisodes de la série seulement. N'espérez donc pas voir rapidement les événements de la saison 5 en BD, j'imagine que ce comics sera abandonné longtemps avant cela.

Ensuite le contenu est fidèle au récit de la série TV, avec quelques scènes en moins et peu de choses en plus. Au niveau des scènes en moins, par exemple, je trouve que les personnages sont moins bien présentés. Dans le premier tome, par exemple, autant les Stark sont détaillés, autant la présentation des Lannister est quasi inexistante et on ne les voit pour de bon que quand ils entrent en action et après. Au niveau des choses en plus, il y a quelques explications géo-politiques et historiques mais elles sont superficielles même si souvent bienvenues.

Personnellement, c'est surtout le graphisme qui me déçoit. Le dessinateur parait jeune et manque de maîtrise technique. On voit qu'il sait plutôt bien dessiner les visages et les corps mais que son talent se limite à ça. Ses décors sont soit vides soit médiocres et les perspectives souvent ratées. Ses animaux sont inégaux, avec des loups peu convaincants et des chevaux plutôt laids. Ses personnages ont en outre tendance à fortement se ressembler, la majorité ressemblant à des mannequins lisses et sans personnalité, et il ne sait pas leur donner de l'âge. Lady Catelyn par exemple a l'air presque plus jeune que ses enfants. En gros, ça ressemble à du graphisme de comics pour adolescents, et ça contraste désagréablement avec la noirceur et la complexité de Game of Thrones.

Je ne suis pas convaincu mais j'apprécie la fluidité de cette lecture et de retrouver les intrigues de Westeros. Alors lire cette série pour passer le temps et se remettre en mémoire des passages du récit de G.R.R. Martin, OK, mais l'acheter, non.

Nom série  L'Arabe du futur  posté le 26/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Riad Sattouf nous offre là son autobiographie, le récit de sa jeunesse tout d'abord en Libye puis ensuite en Syrie.
On y retrouve son style, racontant avec un certain cynisme les petites anecdotes du quotidien et la misère humaine dont peuvent faire preuve beaucoup de personnes. Comme lorsqu'il nous présente la réalité de la région parisienne ou des lycées dans ses autres ouvrages, il met en scène ici des situations ou des fait assez édifiants pour un lecteur occidental sur les sociétés libyenne et syrienne de l'époque (années 70 et 80). Ça donne parfois l'impression qu'il exagère mais j'imagine que ce doit être assez vrai puisque beaucoup de ses témoignages m'ont rappelé ma propre jeunesse en Afrique. A force de le lire, je trouve quand même qu'il a tendance à un peu trop donner des airs et des comportements de débiles ou de cas sociaux à la majorité de ses personnages.

Outre le côté instructif et le léger humour, j'ai apprécié la sincérité avec laquelle il présente son père. Visiblement, celui-ci l'a marqué, plus que sa mère qui semble manquer de personnalité dans sa vision. Il affiche dans son récit les contradictions de son personnage, à la fois moderne et ouvert, mais aussi avec beaucoup de comportements rétrogrades voire racistes. C'est le paradoxe du monde arabe de l'époque, et il est probablement encore vivace de nos jours avec le retour de l'intégrisme islamique.

Je n'ai pourtant pas été passionné. Peu d'émotions se dégagent de cette bande dessinée. C'est intéressant mais pas toujours captivant et c'est léger mais assez peu drôle. Une lecture sympathique, quoi.

Nom série  Fritz Haber  posté le 23/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série est la biographie très bien documentée et détaillée d'un homme dont je ne savais rien, le chimiste qui, entre autres, a inventé le gaz moutarde pour l'utiliser dans les tranchées durant la Première Guerre Mondiale. Au long des tomes, nous découvrons les débuts de ce scientifique dans l'Allemagne de la fin 19e / début 20e siècle, puis son implication durant la guerre. Juif ne souhaitant pas se convertir pour faciliter sa carrière dans un Allemagne antisémite, profondément nationaliste malgré son pays qui le rejette, très ambitieux et carriériste malgré de nombreuses années durant lesquelles les institutions allemandes et le monde scientifique lui mettront des bâtons dans les roues, on découvre un personnage au caractère très fort et complexe. Et c'est ainsi aussi qu'on voit comment il a été moteur pour proposer ses gaz mortels dans le cadre de la Grande Guerre.
C'est instructif.

Mais j'ai également trouvé la lecture un peu pénible, ou du moins laborieuse.
Il y a d'abord le graphisme qui est très personnel. En couleurs sépias, il a des allures de vieilles photos jaunies, mais il résulte un fort effet de flou de sa technique (à l'encre ?) très humide. Il y a certaines cases du premier tome pour lesquelles je n'ai même pas su déchiffrer ce qui était présenté. Du coup, je suivais plus l'histoire avec le texte qu'avec l'image. Paradoxalement, c'est bien dommage car certaines cases sont très jolies. A noter cependant que le style s'affine et devient plus précis et moins flou au fil des albums.
Ensuite, c'est un pur récit historique, une biographie dans tout ce qui cela implique de détails parfois ennuyeux et de manque d'émotion dignes d'un documentaire. Autant le personnage de Fritz Haber est complexe et intéressant, autant je n'ai pas été enthousiasmé par ma lecture qui ne m'a transmis que son côté instructif et pas davantage.

Nom série  Versailles  posté le 23/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série en 3 tomes a l'originalité de proposer des variations sur un même thème, le Château de Versailles, sa cour et deux amoureux, par le biais de 3 histoires complètes au ton très différent.
La première nous plonge dans un cadre post-apocalyptique étrange où Versailles semble vivre comme au temps de sa gloire si ce n'est que les serviteurs sont des robots humanoïdes et que les habitants du château ne peuvent surtout pas sortir de ses frontières. Qu'y a-t-il au-delà des limites du parc ? Qu'est devenu la Terre ?
La seconde est nettement moins orientée science-fiction, malgré des voyages dans le temps aux teneurs fantastiques et une tentative de modifier le cours de l'Histoire, et se révèle un peu plus classique sur le fond. Elle nous présente néanmoins de manière originale le déroulement historique des événements qui verront la fin de la royauté jusqu'à la décapitation de la reine Marie-Antoinette.

C'est Eric Liberge qui est au dessin. Autant j'aime son style esthétique, autant je le trouvais trop embrouillé et difficile à lire dans une oeuvre comme Monsieur Mardi Gras Descendres. Heureusement il est ici beaucoup plus épuré et plus clair à la lecture. Le graphisme se révèle un peu sec et légèrement raide à mon goût, mais c'est plutôt joli.

Les histoires, sans me surprendre particulièrement, à part la révélation de la fin du premier tome, sont agréables, plutôt prenantes et rendent bien hommage au Château de Versailles, à son ambiance et à son histoire. C'est une bonne lecture et j'apprécie le fait que les intrigues des albums soient si différentes les unes des autres, cela donne davantage de profondeur et d'intérêt à la série à mes yeux qu'une simple histoire complète, tout en attisant ma curiosité sur quel va être le cadre narratif du troisième tome.

Nom série  La Vie secrète des jeunes  posté le 23/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Plus que la vie secrète des jeunes, ce sont des portraits de la misère humaine que recueillent ces albums à mes yeux. Des jeunes il y en a, mais aussi des adultes, des vieux, des riches, des pauvres, et surtout beaucoup de cons. Sérieusement, c'en est à désespérer de la race humaine. Et j'ai trouvé ça également très édifiant, avec un peu de scepticisme car quand on voit la quantité d'anecdotes pathétiques observées par Riad Sattouf et rapportées ici, j'ai du mal à croire que ce soit à ce point là.
Riad Sattouf a le don pour représenter des personnages qui me débectent. J'imagine qu'il a une certaine affection pour ces racailles, ces snobs, ces jeunes décérébrés et autres parents indignes qu'il met en scène, mais je ressens un vrai rejet envers eux pour ma part.
D'un autre côté, les anecdotes présentées sont véritablement surprenantes ou amusantes la plupart du temps. J'ai rigolé quelques fois, même si sur tout un album ça devient un peu lassant, alors trois encore plus.
Ce ne sont pas des albums que j'achèterais ou conseillerais, mais leur lecture à petite dose est assez sympa.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque