Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1163 avis et 420 séries (Note moyenne: 3.04)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le Chant des Stryges  posté le 15/04/2007 (dernière MAJ le 04/08/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Est-il encore besoin de présenter le chant des Stryges ? A mon avis non, car on a là la série phare de son auteur. En 20 ans d'existence elle est devenue un incontournable du genre, et je pense qu'elle a clairement marqué de son empreinte la BD fantastique. D'ailleurs de nombreuses séries parallèles et spin-off son venus enrichir l'univers des Stryges au fil des années.

3 cycles de 6 albums, ce fut long mais ça y est on connait le dénouement.

La série démarre sur les chapeaux de roues et les premiers tomes plantent un décor des plus intéressant. Un héros charismatique associée à une jolie héroïne, une bonne dose d’action, et surtout un scénario très bien ficelé qui joue avec des mystères palpitants. La référence à X-files est on ne peut plus appropriée. L'aspect fantastique est suggéré au début, et monte crescendo au fil du premier cycle. C'est extrêmement bien fichu, et ça donne une histoire prenante.
La fin du premier cycle est bien trop ouverte et ne répond pas vraiment à nos interrogations, mais au contraire en rajoute.

Il y a par la suite quelques longueurs et les tomes sont inégaux. Les revirements de situations un peu nombreux, tout comme les traitres. On ne sait plus qui sont les gentils, qui sont les méchants, qui est avec les Stryges, qui est contre. C'est sans doute nécessaire pour une série aussi longue, mais parfois on s'y perd un peu. Le second cycle est d'ailleurs assez bavard en anecdotes et les aventures de Kevin contre les Stryges deviennent un peu trop secondaires. Les changements de coloristes ne font pas que du bien à la cohérence d'ensemble et les tomes 9 et 10 piquent un peu les yeux.
Par contre, que cette fin de second cycle est bien vue. Habilement préparée depuis le début, à part de très minces indices on ne la voit pas vraiment venir. Elle redistribue les cartes, elle prépare à merveille le dernier cycle qui s'annonce forcément sous un autre angle.

J'ai également pris beaucoup de plaisir avec le 3e cycle. On est très loin de l'intrigue du début, les enquêtes de Kevin pour découvrir les mystères aux frontières du réel et du fantastique sont oubliées. Mais l'intrigue est tout de même intéressante. Quel sort attend les hybrides ? les humains ? les Stryges ? Que va faire Debbrah ? Plein d'éléments qui tiennent à nouveau en haleine. Le final du 17e tome est spectaculaire et tranchant. Pour moi la série aurait pu s'arrêter là. Le 18e tome est un peu différent et constitue une sorte d'épilogue en fin de compte.

Le chant des Stryges est une série fleuve avec des hauts et des bas, qui aura réussi à me tenir en haleine pendant toute la durée. Une série que je suis content de posséder dans ma bibliothèque, que je recommande volontiers aux amateurs de fantastique. Mais 18 tomes, je ne la relirais pas tous les ans

Nom série  Il faut flinguer Ramirez  posté le 08/07/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cela fait un moment que je n'avais pas été autant emballé par une BD, voilà une lecture qui fait vraiment plaisir ! C'est simple, il y a tout dans cette BD. Un dessin en tout point excellent, des cadrages dynamiques au possible, un scénario aux petits oignons, des touches d'humour, de l'action juste ce qu'il faut, un personnage principal énigmatique qui est une merveille d'originalité à lui tout seul.

Imaginez donc, le meilleur réparateur d'aspirateur de sa firme, installé dans cette ville paumée d'Arizona. Employé modèle, prêt à tout pour satisfaire les exigences de son boss, jamais un mot plus haut que l'autre... Bon normal notre bonhomme est muet :-)
Sauf que ce portrait est une façade derrière laquelle se cache un ancien homme de main de la mafia mexicaine qui n'a pas trouvé mieux comme couverture. Autant dire qu'il est hautement recherché par ses anciens collègues. Et quand 2 d'entre eux vont croiser sa route, cela va faire quelques étincelles.

Clairement j'avais l'impression de lire du très bon Tarantino. Un polar à tendance loufoque, des enchainements de scènes aux rebondissements aussi improbable que bien vu. Quelques personnages secondaires truculents pour venir compléter le décor. Une juste dose d'action, des dialogues excellentissimes qui amènent par moment une touche d'humour décalé. Un découpage efficace de l'histoire, quelques excellentes fausses pubs viennent se glisser aussi ça et là dans l'album... Bref, j'ai beau cherché je ne vois pas un défaut à cet album.

Bravo monsieur Pétrimaux pour cet univers génial, j'applaudis des deux mains et j'attend la suite avec impatience.

Nom série  Lloyd Singer (Makabi)  posté le 19/01/2011 (dernière MAJ le 08/07/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis initial sur un cycle et demi en 2011

Initialement parue chez Dupuis sous le titre Makabi, cette série pourtant très bien ne paraissait pas spécialement connue et n'avait sans doute pas eu la reconnaissance qu'elle mérite. Aujourd'hui Bamboo lui offre une seconde vie et on ne peut que souhaiter que la série rencontre enfin le succès qu'elle mérite.

Car elle est originale, tout d’abord grâce à son héros qui ressemble à tout sauf à un héros de polar. D’ailleurs il a beau être le personnages principal des premières pages, difficile d’imaginer à ce moment qu’il sera le héros de notre histoire.

Ensuite ce qui démarque encore cette BD, c’est que contrairement aux habitudes, « les gentils » ne sont pas tout le long dans une situation catastrophique et il s’en sortent par une pirouette miraculeuse au dernier moment. Non parfois, on a l’impression que Lloyd gère vraiment la situation, et qu’il est à son avantage. Et ça passe vraiment très bien.

Enfin l’intrigue est assez bien ficelée, elle se lit avec intérêt. Le dessin est lui pas mal, les visages sont un peu rondouillards, un peu trop scolaires peut être. En tout cas il colle bien à l'ambiance de la série.

Petite révision après avoir lu les 8 tomes en 2018

J'ai été moins emballé par la partie que je connaissais déjà. Vraisemblablement parce que je connaissais déjà une partie des secrets de Lloyd et que l'effet waouh n'a pas eu lieu lorsque j'ai refait connaissance avec Makabi. Cela dit j'ai trouvé le premier cycle toujours aussi sympa : un polar original de part son héros à l'opposé des standards du genre et une enquête prenante et bien menée.

J'ai un ressenti un peu différent sur la partie que j'ai découverte lors de ma seconde lecture. La vie personnelle de notre héros, ses relations de famille et les troubles liés à leur passé prennent de plus en plus le pas sur l'intrigue policière. Notamment le troisième cycle, qui est simplement une psychanalyse en profondeur de la famille singer. J'ai trouvé des longueurs dans les flash back et de moins en moins d'intérêt lors des séances de psy pour décrypter le pourquoi de la soeur de Lloyd est anorexique. L'intrigue policière est quasiment anecdotique, même si pourtant la révélation finale est bien vue et constitue une belle surprise.

Nom série  Jack Cool  posté le 20/06/2017 (dernière MAJ le 08/07/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Premier bon point, visuellement j'ai trouvé cette série assez réussie. Le découpage pas toujours rectiligne, mais toujours bien lisible, ainsi que les couleurs nous plongent bien dans l'ambiance sixties. Le dessin est lui aussi efficace et que ce soit le détective, ou Jésus-Gris, ils ont des bonnes têtes.

Coté scénario c'est également assez bien construit. Le détective privé sollicité au début de l'histoire est mis de coté ensuite pour se concentrer sur les aventures psychédéliques du personnage central et sa vie au sein d'une communauté de hippie. Le détective fera son retour un peu plus tard pour une seconde enquête qui va évidemment recouper la première. C'est bien amené et intéressant à suivre.

A coté de ça il y a un suspens sympa sur le secret que cache notre nouveau hippie sous son gant noir. Même si la réponse n'a rien de sensationnel, ça tient en haleine une partie de l'histoire. Autre bonne idée, d'avoir ancré ce récit au coeur d'éléments réels et la présence d'un vrai gourou du LSD.

Le second tome apporte les réponses aux questions soulevées dans la première partie. Ce qui se cache sous le gant noir, et bien sur les enquêtes de notre cher détective. Tout cela est toujours étroitement lié avec les pérégrinations sous LSD de notre groupe de joyeux hippies. Ces séquences apportent indéniablement un décalage un peu fun à l'intrigue.
Enfin, mention spéciale à la pirouette finale que je n'avais pas vu venir et qui bonifie le scénario avec un final original.

Polar et acide, un mix qui prend bien et donne une histoire tout à fait sympathique.

Nom série  Moins qu'hier (plus que demain)  posté le 17/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dans la lignée de Zaï Zaï Zaï Zaï et Et si l'amour c'était aimer ? Fabcaro enchaine les albums à l'humour absurde. Cette fois il passe au format un gag par page au lieu de nous livrer une histoire complète. Mais le résultat est le même : des situations à la con, parfois banales, souvent grotesques mais toujours accompagnées de dialogues cinglants pour le plus grand bonheur de nos zygomatiques.

Chaque page raconte une scène de couple : une dispute, un moment romantique, un rdv. Et en 1, 3 ou 6 cases, Fabcaro nous régale avec des dialogues aux petits oignons dont il a le secret. C'est drôle, mais que c'est drôle. Les pages où j'ai éclaté de rire sont nombreuses et celles où le gag est un peu moins bon m'ont quand même fait sourire. Il n'y a rien à jeter.

Le Fabcaro de ses débuts était déjà pas mal, mais depuis quelques albums il s'impose pour moi comme une référence incontournable de la BD d'humour.

Nom série  Et si l'amour c'était aimer ?  posté le 24/05/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dans le même esprit que Zaï Zaï Zaï Zaï que j'avais adoré, Fabcaro fait une nouvelle fois mouche avec son humour absurde. Des dialogues irréels et tellement décalés qui me font marrer, j'adore. Il a une façon hyper efficace de détourner des scènes banales en les saupoudrant de dialogues basés sur des clichés et des absurdités, souvent hors contexte. Cette recette fonctionne vraiment bien pour le plus grand plaisir des zygomatiques.

Le style roman photo qui accompagne cette histoire à l'eau de rose est lui aussi excellent. Bref du tout bon.
Cela dit, je crois que j'en attendais un peu plus, et visiblement un peu trop. L'avis de Mac Arthur notamment me faisais espérer des fous rires encore plus gros que ceux que j'avais eus à la lecture de Zaï Zaï Zaï Zaï. Ce ne fut pas le cas et j'ai préféré et plus rigolé avec cet autre album.

Du coup j'ai aimé, c'est certain, mais j'hésite un peu entre 3 et 4. Disons, franchement pas mal, et chaudement recommandé dans tous les cas !

Nom série  Undertaker  posté le 18/02/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai vraiment adoré le premier tome. Le personnage du croque mort est génial et original à souhait. Charismatique, énigmatique, on sent tout de suite qu'il cache des choses qu'on a hâte de découvrir. L'intrigue apporte vent de fraicheur et renouveau au western. Un sans faute pour ce début de série.

Si j'ai aimé la suite, je serais tout de même légèrement moins enthousiaste (au point d'hésiter entre 3 et 4 étoiles). Une fois que notre héros a livré quelques secrets de son passé, il perd un peu de son charme et de son coté original, à mes yeux en tout cas. C'est aussi un peu le cas de l'intrigue dans le second cycle ou lors de son duel-poursuite avec le vilain docteur Jeronimus Quint, on s'évertue à le faire passer pour le vilain méchant qui sème la mort derrière lui. Plus que le terrible ogre au final. On se retrouve dans une histoire de vengeance coute que coute où le "rôle" de croque mort passe au second plan.

Les personnages secondaires sont importants et bien trouvés. Le dessin est vraiment excellent. Et bien sur l'histoire est très plaisante, même si comme indiqué ci dessus, je trouve qu'elle baisse en qualité en livrant ses secrets. Au final Undertaker est un western original et prenant qui apporte son petit quelque chose au genre et qui mérite amplement son succès.

Nom série  Brigade Verhoeven  posté le 31/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Adaptée de romans à succès, cette série a tous les atouts pour ravir les amateurs de polar. Le travail d'adaptation est réussi, la pagination suffisamment élevée permet un bon développement de l'histoire. Celle-ci se conclue en un tome, ce qui évitera une longue attente pour connaitre le dénouement.

L'intrigue du premier tome, Rosie, est prenante et bien menée. Il est question d'un forcené qui a posé des bombes un peu partout en ville, et qui demande un passeport, un billet d'avion et une grosse somme d'argent pour ne pas les faire exploser.

Tout le sel du récit se situe dans l'enquête menée par le commissaire Verhoeven qui va tenter de déjouer les plans de ce fou. Le temps est compté, ce qui donne un récit rythmé. L'enquête est crédible, il faut à la fois investiguer sur la psychologie du poseur de bombes, son passé, ou ses relations pour essayer de comprendre ses motivations et déjouer son plan. Il faut la coordination avec d'autres services de police, comme les démineurs ou l'anti terrorisme. Bref ça marche et ça donne une histoire qui se lit d'une traite.

Coté dessin c'est également pas mal du tout. L'ensemble est harmonieux et bien lisible, même quand il y a un peu d'action. Yannick Corboz met ses pinceaux et son talent au service de l'histoire.

Je lirais les tomes suivants avec plaisir, si les auteurs décident d'adapter les autres romans.

Nom série  Fondu au noir  posté le 30/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Fondu au noir, c'est un polar dense, avec une intrigue riche, complexe et ambitieuse. Celle-ci s'étale sur près de 400 pages et Ed Brubaker, le scénariste, s'est donné les moyens de son ambition : nous proposer une histoire longue et dense qu'il prend le temps de développer.

J'ai entendu de bonnes critiques sur cet album, malheureusement en ce qui me concerne je n'ai pas réussi à accrocher sur la durée. L'ambiance est prenante, ce Hollywood des années 40 qui met en scène un certain âge d'or du cinéma : les premières stars prêtes à tout pour réussir, les producteurs véreux, prêts à tous les coups bas pour un peu de gloire et surtout gagner toujours plus d'argent.

Le décor est planté de belle manière et le premier chapitre met l'eau à la bouche. Le meurtre d'une jeune actrice découverte dans sa salle de bains par un homme qui ne se rappelle pas de la soirée tellement il était ivre. A partir de là il va falloir remonter le fil du temps pour comprendre.

Mais suite à cette entrée en matière prometteuse, l'histoire se disperse sur des sous intrigues mettant en scène d'autres personnage, d'autres lieux, d'autres dates. Il y aura des recoupements, mais ils tardent à venir, on a largement le temps de se perdre dans les méandres de toutes ces histoires. Les protagonistes sont tellement nombreux qu'il faut sans cesse se référer au trombinoscope du début pour situer qui est qui. Plus on avance plus c'est compliqué.

Trop de personnages secondaires, trop de petites histoires à coté de la grande. Au final un récit un peu trop compliqué à suivre. Dommage.

Nom série  Solo (Delcourt)  posté le 21/09/2014 (dernière MAJ le 30/12/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le début

Solo est assurément une BD qui sort des sentiers battus. L'action prend place dans un univers post apocalyptique, met en scène des personnages animaliers et fait la part belle à la violence. Tuer pour manger, tuer pour ne pas être mangé telle est la philosophie ici. Clairement ça ne plaira pas à tout le monde mais cette série mérite malgré tout un coup d'oeil.

D'abord pour son graphisme qui est vraiment excellent. Les personnages sont expressifs dans un style légèrement cartoon des plus agréable. Le trait est dynamique et très lisible, l'encrage et les couleurs sont au diapason, on se régale les yeux au fil des pages. Le choix de faire des personnages animaliers est judicieux car non seulement le dessinateur s'est éclaté à les mettre en images mais en plus cela fonctionne très bien avec l'histoire.

Le personnage de Solo est assez remarquable. On a un vrai héros charismatique à la personnalité complexe. A la fois réfléchi et violent, on découvre progressivement toutes les facettes de son caractère. Ses doutes et ses pensées rythment le récit. Le début de son histoire est touchant, et il devient vite attachant. C'est un héros qu'on prend plaisir à suivre.

Son parcours pour survivre dans ce monde hostile est semé d’embûches, de violence et de combats. Sur la longueur ça fait pas mal de coups d'épées, de balles tirées et d'hémoglobine qui coule. De quoi sans doute en rebuter certains. Il y a parfois aussi des passages où je ressentais des longueurs, j'aurais voulu voir l'intrigue avancer plus rapidement, avoir peut être moins d'états d’âmes en voix off et plus de péripéties. Mais au final je m’aperçois qu'on a besoin de ces variations de rythmes pour équilibrer le récit et pour pouvoir cerner notre héros.

J'ai souvent tendance à décrocher rapidement avec les histoires de survival post apocalyptique car je trouve qu'elles se ressemblent trop. Ce n'est pas du tout le cas ici, ce qui est très bon signe.


Le tome 2 enfonce le clou. C'est toujours aussi excellent. On est dans le même univers où survivre est le mot d'ordre principal. Mais on a ici un opus moins orienté vers l'action, le récit prend le temps de se tourner vers les sentiments des personnages. Enfin de ceux de Solo évidemment.
Et quelle justesse de ton ! L'amour, les doutes, le sens de la vie, autant de questions existentielles que se posent le héros, qui trouvent tout à fait leur place dans ce récit, et qui sont loin d'être dénuées de sens. Ces questionnements sont bien écrits, crédible et touchants.

Mais au final

Les tomes sont assez longs, plus de 100 pages, et le problème de la série c'est qu'elle ne tient pas la longueur sur 3 tomes. Snif. Autant j'ai adoré au début, autant pour être honnête il faut bien reconnaître que le 3e tome est assez longuet. Beaucoup de voie off, et surtout toujours le même schéma qui se répète : Solo fait une rencontre hostile, il y a baston, et il finit par découper son adversaire. Au début c'était pas gênant car on découvrait l'univers et on ressentait vraiment cette tension : manger ou être mangé. Mais après 300 pages ça manque vraiment de surprise.

Graphiquement, rien à ajouter de plus, Oscar Martin est un dessinateur très talentueux : c'est magnifique et je me suis régalé du début à la fin.

Solo, c'est presque un sans faute, vraiment dommage que l'histoire n'arrive pas à se renouveler et à nous surprendre sur la durée. J'hésite entre 3 et 4 étoiles au final. 3,5/5.

Nom série  Cheval de bois, cheval de vent  posté le 05/12/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Lupano signe un joli conte pour enfant dans la collection Les Enfants Gâtés chez Delcourt. La particularité de cette collection est de proposer des albums très grand format avec une pagination assez faible (24 pages en général).
Cet opus s’inscrit tout à fait dans cette ligne éditoriale.

L’histoire est légère et assez amusante. Il y est question de l’anniversaire d’un monarque, sorte de despote à la tête d’un royaume imaginaire. Petite particularité du souverain c’est un véritable enfant, pour ne pas dire un attardé. Il se déplace uniquement sur son cheval de bois, enfin il se déplace quand une tripotée de serviteurs porte ledit cheval et se déplace avec. Notre gamin couronné accorde une importance folle à souffler les bougies de son immense gâteau, sauf que tout ne va pas se passer comme prévu. Deux gamins qui se déplacent sur un cheval de vent vont lui voler son gâteau. Se met alors en place une course poursuite dans les allées du royaume.

C’est divertissant, plutôt bon enfant. Il faut évidemment lire ce conte avec toute la naïveté et l’innocence d’un enfant. Mais vu comme ça, le récit est plutôt efficace. Le tout est remarquablement mis en image, avec un style original, des grandes cases et un découpage qui permettent de voyager avec nos héros au rythme de cette poursuite à dos de chevaux.

Pas mal, pour l’achat à vous de voir si la pagination réduite justifie l’investissement.

Nom série  Gaspard et la malédiction du Prince-Fantôme  posté le 28/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cette BD est clairement orientée jeunesse. On suit les aventures du jeune Gaspard dans les couloirs du musée du Louvres. Passionné de mythologie égyptienne il va entrer en contact avec une petite fille que seul lui peut voir. Elle est en réalité un fantôme, coincée depuis 2000 ans, à la recherche de ses affaires. Notre jeune héros va tout faire pour l’aider à les retrouver et lui permettre de rentrer chez elle, même si cette mission pourra s’avérer dangereuse.

Les jeunes ados pourront assez facilement s’identifier à Gaspard et devrait arriver assez facilement à plonger dans cette histoire. Il apprendront au passage quelques détails sur la mythologie égyptienne et peut être retiendront ils le nom de tel ou tel dieu. Mais à part ça, c’est assez léger niveau intrigue. On a du mal à s’enthousiasmer lorsque notre jeune héros se voit révéler les clés du mystère par des dieux réincarnés en animaux. Les quelques tentatives pour faire de l’humour tombent un peu un plat (comme par exemple lorsque l’un des dieux prend la forme d’un pigeon et que les autres se moquent gentiment de lui).
Dans la même lignée on n’est absolument pas inquiet lorsque notre héros en culotte courte doit affronter la terrible ombre qui hante les couloirs du musée. L’issue ne fait aucun doute, c’est une chose, mais en plus le combat n’est pas palpitant et gagné bien facilement par Gaspard. Ça manque clairement d’un souffle épique pour rendre l’ensemble plus prenant.

Au final c’est donc assez léger. Le cadre est sympa, surtout si il permet aux jeunes lecteurs d’apprendre quelque chose. Mais globalement cette histoire est un peu trop quelconque pour remporter l’adhésion, celle d’un adulte en tout cas.

Nom série  Annie Sullivan & Helen Keller  posté le 26/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
J'ai hésité avant me lancer dans cette lecture car ce dessin simpliste n'est vraiment pas ma tasse de thé. Mais fort de quelques contres exemples passés, j'ai sauté le pas car il m'est déjà arrivé d'avoir le même a priori négatif avant d'attaquer d'autres lectures, et de finir celles-ci en étant totalement conquis par le propos. Et ce fut tout particulièrement le cas quand le sujet traité est difficile. Ce qui est le cas ici. Ce qui aurait du être le cas ici. Mais là ça n'a pas fonctionné.

Hellen est une enfant sourde et aveugle. Quelle galère ! Quelle vie peut avoir une gamine de 6 ans avec de tels handicaps ? C'est ce que je pensais découvrir ici à travers un récit touchant et je m'attendais, enfin j'espérais ressentir des émotions assez fortes.

Hélas rien de tout ça. J'ai trouvé ça froid. Très froid. C'est très tourné sur l'éducation que lui donne sa préceptrice. Comment celle-ci lui apprend l'alphabet des signes, comment elle lui apprend des mots et enfin comment elles arrivent à communiquer ensemble. Et là où je m'attendais à un truc à faire chialer, j'ai lu un documentaire froid. Des gaufriers de 16 cases succèdent à d'autres gaufriers de 16 cases. Niveau palette de couleurs c'est basique et tristounet. Certes, dans certains enchaînements, le dessinateur arrive plutôt bien à nous faire passer les difficultés de compréhension et d'expression. Cette représentation du monde des aveugles est sans doute la chose la plus réussie de l'album.

Mais c'est tout. Niveau émotion faudra repasser. La petite fille n'est pas attachante, la nounou encore moins. Les nombreux flash-back qui illustrent son enfance difficile et justifient son caractère "spécial" deviennent trop nombreux et lassants au fur et à mesure du récit.

Malgré la dureté de la situation il n'y a aucun sentiment qui ressort de ce récit, c'est un comble. J'ai trouvé que ça manquait cruellement d'émotions et j'ai eu du mal à lire l'album jusqu'au bout.

Nom série  Un certain Cervantès  posté le 25/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bof bof même.
Les tribulations de ce Cervantes du 21e siècle, un vétéran d'Afghanistan mutilé et marginal, qui combat le système sous toutes ses formes, sont bien parsemées de quelques idées sympathiques mais globalement je me suis ennuyé pendant 200 pages.

Je ne saurais pas dire exactement ce qui fait que je ne suis pas arrivé à me passionner pour son histoire. Les clins d'oeil à Don Quichotte sont sympas, mais malgré ça j'ai trouvé chaque péripétie prévisible, et l'histoire se répète à l'infini. Cervantes se rend dans un nouveau lieu, se rebelle contre quelque chose ou quelqu'un (un banquier, l'autorité, la censure, le racisme, etc...) il fout le bordel, éventuellement se bat un peu, trouve un peu d'aide et hop il reprend la route avec les flics toujours un peu plus sur sa trace.

C'est linéaire, répétitif et sans surprise. Il y a une bonne idée de départ plutôt originale, mais au final je reste sur ma faim.

Nom série  Le Livre des livres  posté le 19/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Comme à son habitude Marc-Antoine Mathieu signe un ouvrage hors norme. Le temps passe, et il arrive encore à jouer avec le support BD, à trouver des idées innovantes, et à surprendre. Voici une nouvelle preuve de sa créativité, si il y en avait encore besoin.

Il propose avec ce livre des livres ... un recueil de couvertures. Oui, un album entier ne contenant que des couvertures d'albums. L'objet est déroutant, grand format, épais, lourd, chaque page étant une vraie couverture cartonnée. Il nous propose une compilation de premières et quatrièmes de couvertures.

Bien sûr il pousse le jeu avec son style habituel : il signe l'ensemble des oeuvres par des auteurs aux patronymes tous issus d'un anagramme de Marc-Antoine Mathieu. C'est dingue le nombre de noms et prénoms qu'il arrive à former juste à partir des siens. Chaque couverture est labellisée d'une maison d'édition dont le nom, le logo et la typographie sont un clin d'oeil à un éditeur existant.

Dit comme ça, cet ovni va susciter la curiosité. Mais en fait, malheureusement, une fois qu'on a dit ça on a tout dit. Car une fois la surprise passée, on reste sur notre faim. C'est vite lu, ça n'appelle pas spécialement d'autres lectures, éventuellement un feuilletage anecdotique à l'occasion. Mais ça fait bien peu pour un livre à 28 euros. C'est un objet que je verrais plus dans une exposition que dans les étagères de la bédéthèque de monsieur tout le monde.

Je suis admiratif de tant d'imagination, mais je préfère les autres créations de l'auteur.

Nom série  Dead Inside  posté le 18/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dead inside c'est une enquête de police somme toute assez traditionnelle. Le meurtre que tente d'élucider l'inspectrice en charge de l'affaire a eu lieu dans une prison. Et l'intrigue se déroulera en grande partie entre les murs de celle-ci, les suspects étant déjà tous enfermés à l'intérieur.

Cette enquête est bien menée, il y a des rebondissements intéressants, généralement assez bien amenés et l'intrigue tiendra en haleine les amateurs de séries policières qui cherchent une lecture pas prise de tête. On regrettera quand même quelques clichés dont on se serait bien passé : l'inspectrice pas aimée par sa hiérarchie, qui ne prête que peu d'intérêt à ses premières découvertes, on lui mettrait presque des bâtons dans les roues pour classer l'affaire rapidement. C'est un peu dommage car ça n'était pas utile.

L'intrigue policière est bonne, elle se suffisait bien à elle même sans être obligé de passer par là. Idem pour la grosse scène d'action finale, on aurait pu s'en sortir un peu plus subtilement ça n'aurait pas été moins bien. Au final, ce sont des détails, ça ne gâche pas le plaisir de suivre l'enquête mais ça transforme un potentiel "franchement bien" en un "pas mal".

Nom série  La Mille et unième nuit  posté le 18/11/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Cette mille et unième nuit nous offre une relecture et une revisite d'un conte bien connu, celui de Shéhérazade. Ici elle conte nuit après nuit à son mari des histoires et légendes qui le tiennent en haleine d'un jour à l'autre.

Cette partie introductive n'est pas très palpitante et n'offre pas vraiment un moment de voyage au lecteur. C'est poussif, la narration en voie off alourdit l'ensemble et plombe un peu le rythme. Il est difficile d'accrocher. La suite de l'histoire nous entraînera sur la route d'un roi lion et d'un vieil homme dont la femme et le fils ont été transformés en âne et en singe. On s'éloigne de l'histoire originale de Shéhérazade, mais cet autre pan de l'intrigue n'est guère plus palpitant que le début.

Au final l'album m'est plutôt tombé des mains qu'autre chose, et j'ai peiné à avancer dans cette lecture. Le dessin sans fausse note, ne parvient pas à rehausser le faible intérêt de l'intrigue et ne m'a pas vraiment fait voyager au pays des mille et une nuits.

Nom série  A la vie à la mort  posté le 25/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le premier tome de cette nouvelle série retrace l’histoire de Pierrot le fou, un célèbre gangster des années 40, chef de fil du gang des tractions-avant. La biographie de ce personnage a déjà été abordée dans plusieurs autres œuvres, en BD notamment. On est un peu à la frontière du polar et du documentaire historique. Je dirais que cette version a un côté un peu froid.

Si on se place du coté polar, l’histoire manque clairement de suspens. On a une suite plus ou moins chronologique des faits d’armes et des coups d’éclats du bonhomme. Mais jamais, absolument jamais on a peur qu’il se fasse attraper, qu’il se prenne une balle ou tout autre mésaventure qui viendrait un peu secouer la quiétude du lecteur. Si on se place du côté du documentaire, il y a trop d’anecdotes qui s’enchainent sur un rythme élevé et on ne rentre pas en profondeur dans le fond des choses.

Reste le dessin très plaisant. J’affectionne beaucoup ce que fait le dessinateur, Gaël Séjourné. Et une fois encore il rend une copie impeccable. Au final cette histoire se lit comme un polar d’action, la lecture est fluide, les planches sont bien jolies, mais le tout ne me marquera pas outre mesure.

Nom série  SHI  posté le 21/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Dès la première BD de Homs que j’ai lue, à savoir sa toute première (Secrets : L'Angélus) je suis tombé sous le charme de ce dessinateur. Et ses productions suivantes ont continué de me ravir les pupilles. C’est donc avec un intérêt non négligeable que je me suis plongé dans Shi. D’autant plus que le prolifique Zidrou au scénario est loin d’être le premier venu.

Le résultat est à la hauteur des attentes. Visuellement c’est splendide, comme d’habitude. Le trait est élégant, les détails soignés, les cases hyper lisibles même lorsqu’il y a des cadrages ou des découpages un peu originaux. J’adore ce style, c’est un régal. Les personnages principaux, en plus d’être séduisants, sont bien trouvés. Ils ont un caractère bien trempé et un coté mystérieux bien plaisant. D’un côté la jeune Japonaise et son bébé mort dont on se demande bien d’où elle vient et ce qui lui est arrivé. De l’autre Jennifer, qui tient tête aux nombreux protagonistes masculins et qui semble aussi avoir quelques écorchures liées à son passé.
Ces 2-là forment une belle association. Et les premières péripéties liées à leur rencontres sont prometteuses.

Très plaisant. J’ai hâte de lire la suite.

Nom série  La Drôle de vie de Bibow Bradley  posté le 21/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai lu cet album il y a quelques semaines déjà et son souvenir commence à s’estomper. Pourtant j’ai bien aimé cette histoire. Il y est question de la vie d’un homme, de son enfance dans un village perdu au milieu des bouseux qui passent toutes leurs journées au comptoir du même bar, à raconter les mêmes histoires. C’est dans ce climat médiocre qu’il recevra les félicitations pour chacune de ses mauvaises notes à l’école, et des cadeaux lorsqu’il redouble... Ce début est bien amusant.

La suite nous emmène sur des chemins plus ou moins surprenants : son passage à l’armée, et puis sa vie d’agent de la CIA. Les virages pris par l’histoire sont un peu inattendus et ça fonctionne pas mal. Quand il se retrouve à infiltrer une communauté de hippies, c’est loufoque juste ce qu’il faut pour dérouter le lecteur, et l’amuser sans toutefois faire perdre la crédibilité de l’intrigue.

Le dessin est correct mais pas forcément dans un style qui me plaît particulièrement.
En conclusion, cet album est pas mal, il lui manque un petit quelque chose de marquant qui permettrait d’en garder un souvenir durable.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 59 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque