Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1613 avis et 343 séries (Note moyenne: 2.98)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Crapule  posté le 02/08/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai suivi la parution des strips dans les bonus du spirou mag (réservés aux abonnés) et j’ai eu plaisir à les retrouver en album.

J’aime le trait dépouillé de JL Deglin et le choix de la bichromie est réussi. On reste dans le style "tranche de vie". On voit donc l’arrivée quasi-imposée d’un chat chez une dame qui n’en a cure au départ. Mais sa sensibilité vis-à-vis de cette petite boule de poil va toutefois la pousser à le garder. Cela va conduire à des situations cocasses qui tournent plus d’une fois à l’avantage du félin. Mais sa maîtresse ne s’en laisse pas conter et arrive parfois à prendre l’ascendant. Tout le sel de ces courtes histoires tourne autour de cette dualité et c’est plutôt bien vu dans l’ensemble.

Je ne suis pas "chat" mais celui qui possède un animal domestique quadrupède s’y retrouvera plus d’une fois.

Nom série  Intempérie  posté le 16/07/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
L’histoire de la fuite en avant de ce garçon qui va croiser le chemin d’un vieux berger solitaire est prégnante.

Les dialogues sont effacés pour laisser parler le trait de Javi Ray. Un trait simple, précis et incroyablement vivant. On peut d’ailleurs y déceler quelques similitudes avec celui de Mathieu Bonhomme. Le récit met donc bien en évidence la peur et les tourments qui tenaillent ce jeune fugueur dans l’aridité des plaines espagnoles. Pas beaucoup d’endroits pour se cacher et la quête de l’eau devient vite vitale. Tout cela, on le ressent, tout comme la pression mise par ses poursuivants.

Un récit dur et implacable.

Nom série  Père ou Impairs  posté le 18/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Sans pourtant rien attendre de cette bd, j’ai été agréablement surpris puis conquis par ce couple père/fille plutôt singulier.

Il est question ici de partage intergénérationnel par le jeu, un papa souhaitant immerger sa fille dans son monde de geek peuplé de super-héros, de star wars et autres Goldorak. Evidemment ce monde est peu compatible avec celui des princesses et autres barbies. L’auteur joue sur ce décalage pour amener des situations cocasses, tendres ou encore amusantes. La construction des strips me fait penser à ceux de Calvin et Hobbes où les objets inanimés prennent soudain vie dans l’imaginaire des protagonistes. Il y a un peu de running gag mais c’est suffisamment frais et varié que pour ne pas lasser. Quant au dessin, il est relativement dépouillé mais assez percutant dans le style. J’aime.

Une belle découverte.

A noter que cet album a été réédité en format à l’italienne et enrichit de 48 pages sous le titre plus explicite "le père des étoiles".

Nom série  Le Corps à l'ombre  posté le 12/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
David De Thuin a toujours cultivé le décalage entre son trait enfantin et les propos plus adultes de ses histoires.

Les contours animaliers ne sont pas une constante chez lui mais ils sont quand même bien ancrés dans sa production. Son usage dans le cas présent me semble dispensable car cela n’apporte pas grand-chose au récit. Pire même, cela embrouille le lecteur avec les membres d’une même famille qui ne sont pas de la même espèce. Ainsi, une poule accouche d’une grenouille. Allez comprendre …

La trame est centrée sur Drazig (la grenouille), confronté à la perte récente de sa mère et à la réapparition d’un tueur en série, qui va mener l’enquête sur les meurtres qui ébranlent sa ville. J’ai apprécié la construction psychologique du récit qui met bien en avant le côté tourmenté de l’ado qui se voit impliqué dans l’affaire à l’insu de son plein gré. Maintenant, l’histoire met un peu de temps à décoller et j’ai rapidement découvert l’identité du sérial killer. Toutefois, ses motivations profondes ainsi que le lien avec notre grenouille détective sont dévoilées au compte-goutte. L’épilogue est plutôt bien trouvé et inattendu. Mention spéciale pour le choix du titre qui a plusieurs interprétations possibles.

Une bd à découvrir si l’occasion se présente mais pas un incontournable.

Nom série  Dieu point zéro  posté le 08/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis du même avis que NoirDésir.
J’en attendais plus de ce duo.

Côté dessin, pas de déception. Le trait de Boris Mirroir, alliant souplesse et simplicité, est toujours aussi bon. Côté scénario, les idées sont là, le principe est intéressant mais l’humour est insuffisamment présent. On reste sur sa faim.

Pas une mauvaise bd en soi mais son achat est dispensable.

Nom série  La Route de Tibilissi  posté le 05/06/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le graphisme et les décors ont éveillé ma curiosité, le 4e de couverture a fait le reste !

Chauvel, qui n’est pas un inconnu, propose un récit à la fois insolite et déroutant. L'environnement n'est pas daté mais il est clairement d’inspiration moyenâgeuse avec des incrustations d’éléments de HF et SF mélangés comme en témoignent la présence d’un robot (Trois-Trois), d’un drôle d’animal (Doubie), de dragons et de loups cracheurs de feu. Le rythme est lent mais pas soporifique. Chauvel place le lecteur au plus près des protagonistes. On a l’étrange sensation de faire partie du groupe, de vivre avec eux, de ressentir leurs peurs. Le final est clairement inattendu et permet de mieux comprendre les épreuves vécues par les deux orphelins ainsi que la présence de ce patchwork d’influences variées.

Kosakowski , dont c’est le premier album, propose un trait brut mais travaillé et lisible. On y sent certaines influences des comics. Après coup, à voir où vit notre dessinateur, je comprends mieux cette influence ressentie. Mention particulière aussi à Lou, le coloriste, pour ce travail difficile réalisé avec les décors neigeux.

Un bel album traitant d’un sujet dur et malheureusement intemporel.

Nom série  Marsupilami - Des histoires courtes par...  posté le 22/05/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je rejoins l’avis de Ro sur bien des points. Je vais donc éviter les redites.

J’étais dubitatif sur le premier recueil mais la qualité graphique du second, associée à l’affiche des auteurs contributeurs, m’a poussé à y jeter un œil de plus près.

Comme tout rassemblement d’histoires courtes d’auteurs d’horizons variés, il y a de bon et du mon bon (cela reste subjectif bien sûr et dépend de la sensibilité de chacun). L’avantage est d’avoir un panel hétéroclite d’aventures de notre mascotte jaune à pois noirs qui le dépoussière quelque peu. Les angles abordés sont divers avec du comique, de la SF, de l’aventure ou encore du tragique … mais ce sont les histoires privilégiant l’émotion et l’amitié qui m’ont le plus touché.

A réserver aux fans.

Nom série  Une vie de Saint  posté le 16/04/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec un humour potache et légèrement anticlérical, cette bd ne dénote pas du catalogue de Fluide Glacial.

Apapucio est un saint autoproclamé qui se fond dans les seins des siens sans pour autant y toucher, au grand dam de son père. Opportuniste dans l’âme, ses miracles atteignent rarement sa cible ou, lorsque c’est le cas, ils ne donnent pas l’effet escompté. Satan et Dieu s’amusent de la niaiserie du jeune Apapucio qui n’égale que sa bêtise. Les histoires ne se valent pas toutes et le final tombe parfois à plat. Toutefois, force est de reconnaitre que l’ambiance générale n’est pas déplaisante. De plus, cette bd bénéficie du trait enlevé et souple d’Alfonso Lopez qui ne semble pas avoir persévéré dans le métier (dommage).

Pas essentiel mais à lire si vous tombez dessus.

Nom série  Clopin  posté le 14/05/2007 (dernière MAJ le 14/04/2018) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bof.
L’intérêt principal de cette bd réside dans le fait que c’est une des toutes premières de Vicomte et qu’il en a réalisé très peu au bout du compte.

Au niveau du style, on est bien loin de Balade au bout du monde ou de Sasmira. Le trait est plus rond et orienté vers l’humour. L’encrage ressemble à celui d’Hislaire sur Bidouille et Violette ou encore de Claude Laverdure. Bref, il s’agit d’un témoignage caractéristique d’une certaine époque (fin 70, début 80). Si les intentions sont louables, le récit reste d’une platitude extrême. C’est son côté premier degré qui rend la bd complètement démodée. C’est bien gentil et empli de bonnes intentions mais cela ne suffit pas pour y susciter un quelconque intérêt.

Bref, un album qui est complètement dépassé par rapport à ce qui peut se faire aujourd’hui.

Nom série  Deux ans de vacances  posté le 29/03/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Voici une robinsonnade julevernienne qui m’était inconnue et dont l'adaptation se fera en 3 tomes. A noter qu’une adaptation mangatisée est apparemment sortie l’an dernier chez Nobi Nobi (pas lu).

Ce premier opus est un round d’observation qui pose l’intrigue et présente les protagonistes. La narration reste scolaire et relativement linéaire. Curieusement, bien qu’il se passe pas mal de choses, j’ai l’impression que le suspense est lissé, que l’histoire manque de relief, de tension palpable. Sans doute la faute (en partie) au titre qui est castrateur car il enlève une bonne partie du suspense. On sait que les enfants s’en sortiront … au bout de 2 ans passés sur cette île. Maintenant, ils vont vivre des choses, comme le laisse supposer ce premier opus. Côté dessin, j’aime bien le trait de Hamo même s’il reste consensuel.

Achat conseillé ? Oui, mais ... attendons la suite (qui ne tardera pas d'ailleurs).

Nom série  Piège sur Zarkass  posté le 29/03/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série, inspirée de l’univers de Stephan Wul, me tentait depuis un moment. C’est le prix réduit de l’intégrale qui m’a décidé à passer le pas.

Clairement, cette série n’atteint pas le niveau des autres surfant sur la même vague "sciencefictionnesque". Autant j’ai bien apprécié le contexte global (les femmes au pouvoir, la faune zarbi) ainsi que les avatars de nos deux exploratrices durant leur périple, autant j’ai trouvé le final vain et éthéré. La "grande révélation", ce fameux piège, m’est passé par-dessus la tête. A moins que j’ai zappé un truc important ? Bref, tout ça pour ça. Maintenant, le trait de Cassegrain casse la baraque et l’univers développé mérite le détour avec de belles trouvailles. Ainsi, la forme séduit mais le fond déçoit.

A lire, mais achat facultatif (préférez alors l’intégrale).

Nom série  Hillbilly  posté le 29/03/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Première série que je lis de Powell.

Le sujet traité et le graphisme plus qu’à l’avenant m’ont rapidement séduit. J’aime bien l’idée de ce vagabond "aveugle" combattant les sorcières et autres démons avec sa hache empruntée au diable. Le chapitrage court représente autant d’histoires mettant à chaque fois un peu plus en lumière les idéaux de Rondel accompagné de son ours mal léché, mais discret. Chaque récit en soit n’a rien d’exceptionnel mais l’auteur arrive à insuffler une tension assez prenante, voire trippante par moment. Bref, le fond est correct mais la forme, en particulier l’ambiance, est d’une maîtrise quasi sans faille.

Lecture validée …

Nom série  La Saga d'Atlas et Axis  posté le 19/02/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je regarde du coin de l’œil cette série depuis la sortie du premier opus. Il faut dire qu’elle propose des planches aguicheuses avec un graphisme à l’avenant. De plus, les décors sont grandioses et de toute beauté. Par contre, en feuilletant les albums, j’ai toujours eu peur d’être déçu par l’histoire. Enfin, outre cette appréhension, le prix m’en a toujours tenu à l’écart … jusqu’à la parution récente de l’intégrale à prix tout doux.

Mes craintes se sont confirmées à la lecture de l’intégrale. C’est un petit pavé qui rassemble les quatre opus. L’auteur a du chien et possède un bon coup de patte. Par contre, le scénario n'est clairement pas à la hauteur. J’ai l’impression d’avoir observé deux fourmis (Atlas et Axis) qui s’activent en vain dans une fourmilière (Pandora) : ils bougent beaucoup pour des broutilles. En effet, le ressort narratif manque cruellement de consistance, chaque opus faisant l’objet d’une mini quête rondement menée sans l’once du moindre suspens (puisque nos deux héros canins s’en sortent toujours, ce qui n’est pas forcément le cas de leurs compagnons croisés sur la route). Il y a quand même un fil rouge, celui de Khiméra, l’os magique à l’origine d’une prophétie. Mais le mystère entourant ce fameux os se révélera au final bien fade et convenu. A noter qu’on ne compte plus les moutons explosés, les membres coupés et les corps transpercés par des flèches … les plus jeunes lecteurs pourraient donc être impressionnés malgré un dessin à priori leur étant destiné.

Voici donc une petite perle graphique qui ne brille malheureusement pas par son scénario (ordinaire et poussif). Pourtant, on ne peut nier l’implication de l’auteur dont on sent qu’il a mis beaucoup de sa personne dans cette série. La déception en est que plus grande encore ...

Nom série  Ryle & Louis  posté le 15/02/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une bd sur Ryle … la consécration, enfin !

Je ne pouvais évidemment pas passer à côté.

Même si, dans mes souvenirs, le Ryle que je connais est plus discret et peu porté (en public) sur l’opulence des poitrines de la gente féminine, force est de constater une (petite) ressemblance capillaire avec notre héros de papier.

Plus sérieusement, ce manga présente un propos original mais dont la narration est formatée pour des ados pré-pubères en mal de nichons sensations. Je ne fais donc pas partie du public cible, raison pour laquelle j’ai eu du mal à me fondre dans le récit. L’histoire se passe dans un moyen-âge fictif centré sur le royaume imaginaire de Reims. Il y est question de la disparition mystérieuse de la famille royale et d’un carnage provoqué par des non moins mystérieuses épées volantes. Un sujet qui titille donc la curiosité mais l’extravagance de Ryle dénote avec la gravité de la situation. Côté dessin, c’est du type nippon. Je ne suis pas grand connaisseur de ce style avec les hommes ayant des silhouettes efféminées et les femmes des obus à la place des seins. Il doit y avoir manifestement un complexe récurrent du côté du soleil levant.

Je lirai toutefois la suite car il parait que Ryle s’assagit dans le tome 2.

Précisons que la série est annoncée en trois tomes, c’est assez rare que pour être souligné.

Nom série  Ulysse 1781  posté le 14/02/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Contrairement à d’autres, c’est le travail d’Hérenguel qui m’intéresse davantage que celui de Dorison.

Ma réserve quant à son achat dénote de mon appréciation globale mais s’explique de la manière suivante : On se trouve devant un premier cycle qui doit en appeler d’autres. Comme la suite se fait attendre, je n’en conseille pas l’acquisition pour le moment. Par contre, l’ancrage de l’odyssée d’Ulysse à une période charnière de l’histoire naissante des USA est une idée intéressante et plutôt bien exploitée finalement. Le travail narratif, de qualité, souffre peu la critique. Le suspense et l’action sont au rendez-vous et mis en images par le trait nerveux et expressif d’Hérenguel. Malgré un petit côté brouillon, je trouve la lisibilité des planches satisfaisantes.

Bref, une bonne entrée en la matière mais qui, en l’état, reste un peu vaine.

A noter que si suite il y a, elle se fera sans Herenguel.

Nom série  Les Ignorants  posté le 07/02/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Les livres de Davodeau ne m’attirent pas plus que cela. Pourtant, quand j’en lis, je ne me heurte à rien de rédhibitoire. Je crois que la bd docu et partisane m’intéresse peu en fait. Et le dessin transparent de l’auteur a du mal à accrocher mon regard.

Les échanges entre deux ignorants, l’un auteur de bd et l’autre viticulteur, permettent de mieux appréhender leurs métiers respectifs. Bien des analogies sont d’ailleurs pointées entre ces deux professions. J’ai apprécié la qualité de la narration et la sincérité de la démarche. On se trouve devant des aventures humaines où le goût du travail bien fait et la satisfaction du client priment sur le reste.

Par contre, je trouve que les informations distillées sont partielles et partiales … Quel intérêt un viticulteur a de se faire contrôler par Ecocert si ce n’est pas pour valoriser sa production en agriculture biologique (AB) ? Certes, l’intention de vendre ses vins parce qu’ils sont bons et non parce qu’ils sont bio est louable mais il pourrait très bien travailler comme en bio sans se faire agréer et éviter des coûts superflus. En fait, ce qu’oublie de dire le vigneron, c’est qu’il touche des aides "AB" sur son vignoble. Bref, ce sympathique vigneron est donc en quelques sortes un "chasseur de primes". Mais il n’est pas un simple bio. Il est un bio qui pratique la biodynamie. Ce principe reste nébuleux : on observe des résultats (souvent peu objectivés) sans en comprendre les mécanismes. C’est quelque chose de quasi mystique voire ésotérique : "heureux celui qui croit en la biodynamie sans en connaître les principes". Enfin, la question du souffre (les fameux sulfites) est soulevée et fait débat. Tous s’entendent pour diminuer la dose mais reconnaissent leur nécessité pour empêcher un vin de tourner au vinaigre. Certes, certains s’en passent totalement mais les résultats sont plus aléatoires.

Toutefois, j’ai apprécié l’honnêteté de l’auteur de montrer qu’un bio possède un pulvérisateur et traite ses vignes (même si ce sont des substances chimiques différentes qu’en agriculture conventionnelle). Pour beaucoup, un produit alimentaire bio, c’est "non traité". Ce n’est évidemment pas le cas …

Bref, un achat que je ne conseillerai pas mais un prêt en bibli (ou comme idée cadeau), pourquoi pas ?

Nom série  Capitaine Mulet  posté le 07/02/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album présente une identité visuelle forte en accord parfait avec le sujet traité.

Le graphisme épuré se nourrit des gravures du moyen-âge, permettant au lecteur de se lover dans ce récit pour le moins atypique. En effet, il est question de Mulet, explorateur ingénu investi d’une mission intéressant les affaires du Roy. Il s’agit surtout d’un enquiquineur notoire dont la cours souhaite se défaire. Mais sa bêtise n’a d’égal que sa détermination. Aidé par son second, Bienvenu, il va prendre possession d’une terre nouvelle et fonder "Fonculotte" à son propre compte et non celui du Roy. S’en suit des aventures plus rocambolesques les unes que les autres. La lecture est intéressante malgré quelques longueurs. Par contre, l’analogie faite avec Don Quichotte me parait plutôt ténue. Certes, il y a des points de convergence mais Mulet n’est pas "habité" à l'image de Don Quichotte. Reste une lecture plaisante que je vous conseille.

A noter que le soin particulier apporté à confection du livre en fait un objet qualitatif rare qui en justifie son prix.

Nom série  Moi René Tardi prisonnier de guerre au stalag IIb  posté le 29/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne lis pas beaucoup de Tardi.
C’est un tort.
Je devrais.

Pour apprécier cette série, il faut la prendre pour ce qu’elle est, ça évitera bien des désillusions.

C’est un témoignage, celui du père de l’auteur, qui raconte son quotidien comme prisonnier de guerre (P.G.) puis son retour chaotique en France. Il s’agit donc d’avantage d’une bd documentaire qui relate des faits patiemment consignés puis restitués de manière chronologique. Pour rendre le récit plus vivant, Tardi a eu l’intelligence de se projeter dans le récit de son père afin de lui donner la réplique et le faire parler. Il y expose en parallèle, lorsque cela est opportun, des faits de guerre contemporains mais qui ont été connus que plus tard.

C’est un récit dur dont ses propos factuels peuvent présenter un petit côté rébarbatif. Pourtant, ce récit m’a passionné. Je comprends Tardi d’avoir voulu en savoir plus, d’essayer de comprendre par où était passé son papa et ce qu’il avait vécu. Je ne peux m’empêcher de faire l’analogie avec le carnet de notes que j’ai hérité de mon grand-père et qui était P.G. lui aussi. Grâce à ces témoignages, on redécouvre la grande histoire par la petite porte, celle ouverte par sa famille.

Un récit instructif et édifiant qui permet d’apprendre des choses qu’aucun manuel scolaire, ni livre d’histoire, n’a relaté car le quotidien des P.G. n’intéresse pas grand monde malheureusement.

Nom série  Boni  posté le 29/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Boni, ce sont des strips formatés pour égailler les pages d’une revue (en l’occurrence le spirou mag). Un peu à l’image de la série Le Piou, c’est chouette de lire quelques strips qui servent d’intermède.

Boni, c’est un peu comme un trou normand sans le repas ou une cerise sans le gâteau. On l’aime bien mais avec autre chose sur le côté à se mettre sous la dent. Bref, avec cet album, on frise l’overdose car ça tourne en rond. Le dessin est quant à lui sympa et très expressif. En cela on peut remercier l’ami Bruno qui fait du bon boulot pour remodeler le faciès de Boni !

Distrayant mais à petite dose.

Nom série  Le Bleu est une couleur chaude  posté le 29/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Qui n’a pas entendu parler de cette bd ?
Personne sur BDT j’imagine. Pourtant, je ne l’avais jamais lue jusqu’à maintenant.

Je suis content qu’on m’ait donné l’occasion de le faire car la lecture en vaut la peine. J’ai toutefois un peu de mal avec le graphisme mêlant une pointe de semi-réalisme avec des tonalités inspirées du manga (expression du regard), le tout rehaussé par un trait esquissant quelques maladresses. C’est sans doute aussi ce qui fait son charme et en est la raison de son succès.

L’histoire, quant à elle, n’est pas joyeuse même s’il y est question d’amour entre deux êtres. Il ne s’agit pourtant pas d’un amour impossible, mais plutôt de sentiments complexes et compliqués. Il y est question de la découverte de soi, de l’acceptation de ce que l’on est et ressent avant de pouvoir s’épanouir et profiter pleinement de la vie. Mais les barrières sont nombreuses (aaaah, le regard d’autrui) et, finalement, Clémentine n’atteindra pas cet idéal. C’est quand même une vision pessimiste qui verse un peu dans le mélo. C’est un choix assumé de l’auteur même si j’aurais préféré plus de nuances.

Voilà, un sujet d’actualité traité sans fard mais avec un brin de noirceur.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 81 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque