Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD

... a posté 1380 avis et 56 séries (Note moyenne: 3.05)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Traqueurs  posté le 15/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien) Découvrez toutes les séries « coup de coeur du moment » de BDTheque! Coup de coeur
De la belle et bonne aventure comme j'aimerais en lire plus souvent

Et bien, et bien qu'il est rafraichissant de retrouver le souffle de la grande aventure.

Certains esprits chagrins pourraient me rétorquer que tous les poncifs sont au rendez vous. Et alors ?

Que l'on en juge: En ce milieu du XVII ème siècle la guerre fait rage entre l'Angleterre et la Hollande pour le contrôle des routes maritimes. Depuis la mort de son père le jeune Jonas vit avec son oncle et s'adonne aux joies de la Botanique. Quand son oncle lui demande de le suivre pour une expédition au Yucatán le jeune homme y voit une occasion de vivre enfin une grande aventure. Il y a la belle Mara qu'il ne pourra jamais aimer car mariée au capitaine Toledano. Le but de la quête du petit groupe ? Capturer une bête mythique créée par les divinités mayas et gage d’invincibilité pour ceux qui pourront la conquérir. Une griffe de la bête a été ramenée par un homme mystérieusement assassiné, le "cerbère des Dieux" est cependant convoité par d'autres groupes.

Au chapitre des poncifs vous voyez donc que nous sommes gâtés, un jeune premier un peu naïf, une belle inaccessible aux yeux de braises, un capitaine pirate à cheval sur les principes et fortement jaloux, des vaisseaux, un abordage, une jungle moite et hostile et bien sûr des indiens farouches et vindicatifs. Moi je dis génial, j'en redemande même.

David Muñoz au scénario et Tirso Cons au dessin déjà rencontrés sur Le Manoir des Murmures franchissent ici un cap, feuilletant le susdit album je ne peux qu'applaudir ici au fantastique travail de ces deux auteurs. Concernant le scénario celui-ci lorgne franchement vers le fantastique mais il n'est pas prégnant, il faut attendre une dernière planche hallucinante de maîtrise et de beauté qui laisse présager du grandiose pour la suite. Certes tout cela reste assez classique mais dépaysant; de l'Angleterre au Yucatán en passant par les Indes la narration n'en reste pas moins fluide émaillée de flash back. Ce premier tome place l'intrigue sur ses rails, l'approfondissement des personnages reste à venir, (l'oncle présente des cicatrices qui si elles sont du plus bel effet n'en cachent pas moins un soupçon de mystère).

Le dessin de Tirso Cons est particulier dans ce sens où il a tendance à allonger les visages, cela n'est pas gênant, les fonds de cases sont travaillés avec un découpage virevoltant et original. A mon sens l’intérêt principal réside dans la colorisation de Felideus juste parfaite qui donne à l'ensemble une atmosphère en adéquation totale avec le récit.

Un scénario pas le plus original du monde mais où souffle le parfum de l'aventure avec un grand A, que demander de plus ? Quand s'y ajoute un trait plus que virtuose l'on s'approche de la note maximale. Ah cette dernière planche elle promet du lourd.

Nom série  L'Échappée  posté le 15/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Contrairement à mes deux précédents collègues j'ai bien aimé cette histoire d'un homme qui un jour décide de tout laisser tomber, de partir. Il faut malgré tout une certaine dose de caractère voire même une dose certaine pour oser tout laisser tomber de la sorte.

Chacun appréhendera ce récit en fonction de son rapport au monde et surtout à sa vie. Qu'est-ce que cela nous montre ? A mon sens le fait que quoi que l'on fasse il ne sert à rien de vouloir aller contre le destin, l'homme serait immanquablement contraint de se comporter en rapport avec un chemin tout tracé. Ici notre héros quitte une routine pour finalement tomber sur une autre société elle aussi pétrie de codes qui n'est pas sans rappeler un certain village où le héros n'était pas un numéro. Quant au retour à la vie sauvage que d'aucuns idéalisent l'on voit ici qu'elle possède sous des dehors idylliques ses propres limites.

Même si cela se lit vite je trouve que les choses sont bien pensées, elles amènent à réfléchir de manière intelligente sur le sens de la vie ce que l'on veut y mettre et pourquoi. En tout état de cause un album malin, à lire.

Nom série  Bumf  posté le 13/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Comme dit dans l'avis précédent voici un travail très proche de celui de Crumb, auteur qui ne m'avais pas enchanté outre mesure. J'ai trouvé le propos très décousu, il faut dire que la construction de l'ouvrage s'apparente plus à une suite de gag ? genre strip qu'autre chose; je pense que certains peuvent rire ou sourire à certaines planches, pour moi cela n'a pas fonctionné.

Le dessin en lui même me donne une impression de quelconque. A vrai dire tout cela ne m'inspire que très peu à tous les niveaux d’où la taille réduite de cet avis.

Nom série  Le Silence de nos amis  posté le 13/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un récit quasi autobiographique dans une période charnière pour le lutte pour l'égalité des droits civiques au États Unis. De notre côté de l'Atlantique les choses à cette époque sont assez nébuleuses quand à ce qui se passe chez nos voisins américains du moins sur le plan politique.

Donc voila une BD fort intéressante entre chronique sociale et familiale et un récit très axé sur la politique ségrégationniste de l'époque.

Le dessin en noir et blanc est sans esbroufe mais efficace. Bref tout concourt à la lecture de cet épisode méconnu de la lutte des noirs américains sur fond de guerre au Vietnam.

Nom série  Le Chenal  posté le 08/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Comment à travers un clavier faire partager au plus grand nombre une passion, une découverte majeure sur un sujet, la BD, que tous connaissent.

Faut il écrire trois ou quatre avis de suite, inonder les forums adjacents de propos dithyrambiques? Et puis ce posteur on le connait ce n'est pas son style ou son genre habituel, lui c'est plutôt SF et Fantasy. Comment faire pour être cru ?

Mais bon allons au fait " Le chenal" est une BD envoûtante au sens premier du terme, à savoir qu'elle vous prend et ne vous lâche plus, je sais que cela ne se fait pas mais je suis en complet désaccord avec Erik quand il parle de narration pesante; chacun étant cependant libre de penser ce qu'il veut je passe donc mais l'invite et vous par la même occasion à lire avec attention le contenu de ces bulles. Car au fait de quoi s’agit il ?

Alors qu'un vieux marin se meurt d'un cancer un tout jeune garçon sait lui que ce n'est pas le principal car dans le même temps une bête a remonté le chenal de la Charente. Hop là qui dit cancer dit récit plombant plein de pathos ou que sais je ? Rien de cela nous sommes ici à la limite du conte entendu à la veillée et du roman graphique

L'auteur Thierry Boulanger connait son sujet et le lieu ou se passe son récit. Le pertuis d'Antioche. Même pour un breton qui a du mal a passer au sud de la Loire ce nom d'un phare situé à la pointe nord de l'île d'Oléron possède une puissance d'évocation évidente. Antioche, ville de croisade (109 nom entendu dans l'adolescence et qui faisait rêver, synonyme de voyage exotiques donc paré de toutes les vertus de l'aventure et du dépaysement.

Ce qui m'amène d'évidence à évoquer le dessin de cet auteur. Alors un mot un seul Wouaw!!, la claque les gars et filles, forcément vu le sujet des ambiances maritimes à tomber, des pontons, des bateaux, des vasières, ceux qui connaissent la région apprécieront, les autres découvrirons un lieu assez magique. Un bestiaire fantastique mais ô combien crédible, des visages de marins burinés, les détails mais les détails! non c'est véritablement l'ensemble dont se dégage une impression, un sentiment diffus de mystère, de poésie.

Et puis le texte, il est rare en BD de lire quelque chose d'aussi bien écrit, oui il faut prendre son temps car au travers de ce texte c'est toute une chronique de la vie rude et difficile de ces mareyeurs charentais vivant presque à l'écart du monde.

Que dire de plus, les mots sont surfait, coup de cœur forcément, j'attends avec impatience vos retours.

Nom série  Extases  posté le 06/09/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Allez hop!, suite à l'avis dithyrambique de Mac Arthur, homme de goût s'il en est, je ne pouvais passer à côté de ce pavé de J.L. Tripp auteur dont j'avais beaucoup apprécié le trait sur Magasin général.

Sans exhibitionnisme, sans voyeurisme aucun, l'auteur se met à nu et en traversant les décennies 60, 70 et 80 il explore sans caricature excessive et avec humour sa vie affective et sexuelle de la période des premiers émois jusqu'à nos jours alors qu'il est un adulte fait, tant sexuellement,( quoique!!), que sur le plan social. J'ai d'ailleurs beaucoup apprécié dans ce récit à la première personne les allusions à son travail d'auteur de BD, les premiers pas dans Métal Hurlant, ( désolé aucun souvenir de cet auteur alors que je dévorais ce magazine étant ado ), jusqu’à sa collaboration avec Régis Loisel.

Notons que cet album semble être un premier tome et qu'une suite est à prévoir. Cela m'amène au point que J.L. Tripp vit et nous montre une sexualité d'ado, de jeune adulte et d'homme dans une période ou le sida n'existait pas. Un sexe pratiquement sans entrave, libéré, ouvert aux expériences en tous genres. Gageons que ce fléau sera évoqué dans une deuxième partie, ceci pour dire que ces années sans sida sont aujourd'hui difficilement appréhendées par les nouvelles générations.

Quel que soit l'âge auquel on lit cette BD il me semble que le propos est intergénérationnel, dans la somme d'anecdotes relatées, les situations présentées il parle à chacun et chacune d'entre nous, en ce sens je suis bien d'accord avec l'avis précédent qui en fait sans doute un ouvrage de références tout aussi salvateur et bien plus digeste que moult théories fumeuses que l'on nous assène depuis trop longtemps, au rang desquels je place la religion, la psychanalyse et quelques fumisteries sectaires.

Alors oui le sexe c'est bien il faut en user et en abuser, ça ne rend pas sourd!!. Même conseil pour cet ouvrage à lire d'urgence.

Nom série  Sanguine - L'insoumise  posté le 13/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ben les aminches, voilà une guerrière que je n'aimerais pas croiser au coin d'un bois surtout si elle est de mauvais poil.

Issue d'une tribu de chasseresses du fin fond de l'Afrique, Senga est une jeune fille insoumise qui, parce qu'elle refuse l'excision, est obligée de fuir sa tribu. Elle prend la route du Nord où elle rencontre un guerrier aveugle qui lui apprend son art. Arrivée dans une cité des confins de l'Empire Romain, elle devient aspirante gladiatrice.

Si l’héroïne de cette BD était un homme, on crierait au truc bourrin mais là il s'agit d'une femme qui n'a rien de faible. En effet ça balance du lourd, ça gicle le sang et la sueur de partout. Au dessin, Sergio Alcala nous propose un trait nerveux à la limite du crayonné. Ce trait hyper dynamique compense le manque de précision et c'est surtout la colorisation, genre sanguine, qui donne tout son potentiel au dessin.

Du côté du scénario, nous avons un personnage central fort et original qui ne manque pas de charisme. Cette histoire est suffisamment prenante pour que j'attende la suite avec une petite impatience.

Nom série  Au Queur des citadelles  posté le 13/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est au cours d'un petit mais costaud festival cher à mon cœur que j'ai fait la connaissance de Nago l'auteur de cette BD. Petit un, ce mec est charmant et possède une culture bédéphile fort intéressante. Deuxièmement il sait ce qu'il doit évidemment pour son dessin fortement inspiré par des auteurs comme Andréas et P. Druillet. Le bougre a plus que retenu la leçon de ces maîtres dans l'art de dessiner des architectures fabuleuses.

Si je devais résumer l'histoire disons qu'un petit groupe venu des confins du grand extérieur arrive à la dernière citadelle à la recherche d'un médicament rare. Cette citadelle est habitée par une faune plus que bigarrée.

D'emblée ce qui frappe à la lecture c'est l'immense virtuosité de l'auteur ; le scénario finalement assez simple fourmille cependant de bonnes idées. Lewis Carroll n'est jamais très loin et notre curiosité est aiguisée par les découvertes que nous allons faire au détour d'un escalier. Un coup d’œil à la galerie devrait vous convaincre d'aller faire un tour dans cette citadelle même si la chose n'est peut être pas très facile du fait du tirage limité (1000 exemplaires) de cette œuvre. Coup de cœur évident pour moi.

Nom série  Berlinoir  posté le 13/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Comme le dit l'avis précédent il y a du Sorel dans le dessin de cette série annoncée comme toujours en cours. On peut cependant douter qu'un jour une suite arrive sachant que le tome 2 date de 2003!

Quoiqu'il en soit ces deux tomes peuvent former un récit complet et qui se tient. Il est question ici d'un gouvernement de vampires, mais plus que cela j'y vois une allégorie du nazisme, les deux auteurs, allemands, ont peut être voulu exorciser de vieux démons. Au delà de ça je trouve personnellement la réflexion sur le pouvoir assez intéressante, pour autant ce diptyque n'est pas une réflexion philosophique sur les dictatures, le tout est mâtiné d'une enquête policière dans un Berlin très années trente dont l'atmosphère est bien rendue. En préface le dessinateur rend d'ailleurs hommage à F.W. Murnau et T. Browning.

Pour en revenir au dessin qui s'il "imite" Sorel n'en possède pas moins sa personnalité,, une mise en page classique, presque trop sage avec de jolies cases sur une architecture berlinoise qui mêle bâtiments réels et fantasmés.

Je ne suis pas déçu de mon achat à petit prix sur un vide grenier. Si cette histoire ne renouvelle pas le genre "vampirique" elle a le mérite d'être bien foutue et divertissante, à l'occasion je conseillerais la lecture.

Nom série  Créature  posté le 13/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La créature de Frankenstein aura inspiré les auteurs de romans ou de BD; encore une énième version qui envisage le retour de celle ci vers la civilisation, encore qu'elle n'est pas la plus mirifique qui soit. Le dessin est fort sympathique c'est même l'atout principal de la chose.

Grand amateur de ce genre de littérature je n'ai malheureusement pas pu m'empêcher de faire la comparaison avec l'album grandiose de Steve Niles et Bernie Wrightson, Frankenstein - Le monstre est vivant, qui au delà du dessin que l'on connait propose un scénario finalement assez convenu même si l'aspect psychologique des habitants de ce trou perdu dans le grand nord est bien rendu. Ne boudons cependant pas notre plaisir l’œuvre est bien construite, peut être manque t'elle de maturité.

Nom série  50  posté le 13/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Alors les gars et les filles on s'accroche! Pas la BD la plus fluide que j'ai eu l'occasion de lire, les auteurs nous balancent un thriller psychologique du meilleur effet. Sont en effet convoqués les deux théories suivantes : celle du rasoir d'Occam et du chat de Schrödinger, si vous n'avez pas bac plus douze ne cherchez pas à comprendre. Pour autant cette histoire se lit bien, manque peut être un poil de souffle. Non ce qui pêche avant tout c'est la fluidité de l'ensemble et j'avoue qu'il a fallu que je m'y reprenne à deux fois pour bien piger le dénouement.

Hormis ça , et c'est déjà pas mal, le Dessin d'A. Sentenac est vraiment sympa en totale adéquation avec le sujet. Ce noir et blanc, plus exactement ce grisé, colle bien à l'ambiance, c'est d'ailleurs ce dessin qui fait que je donne cette note. A lire tout de même si l'on aime l'univers "Seven" ou "Hannibal Lecter".

Nom série  Les Chevaliers d'Héliopolis  posté le 13/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Mouais pas mal mais vraiment de justesse. Ben oui j'ai encore fait un achat un brin compulsif. Ce qui me gêne dans l'affaire c'est le grand n'importe quoi du scénario. Vus me direz avec Jodo j'aurais du m'en douter, mais là c'est le pompon comme disait l'autre. Louis XVII est un hermaphrodite!!!!! Non content de cela voilà t'y pas qu'il se retrouve au sein d'une mystérieuse académie où il devient une sorte "d'Assassin's creed" du pauvre étant obligé de combattre une sorte de singe, si, si, dont il vient à bout en se mettant nu face à lui et en lui lâchant cette phrase dont on dirait du Van Damme dans le texte: "De toutes les armes, la beauté est la plus dangereuse". Quant à la connerie s'il elle pouvait tuer... mais là je m'égare.

Là tu stoppes ta lecture, tu vas te faire un café, tu respires un grand coup et on s'y remet. Je vous passe les pérégrinations du gars qui se retrouve en fin d'album à devoir se battre en duel avec trois fines lames et je veux pas spoiler mais allez voir chez votre libraire préféré, c'est là aussi grandiose!!

Bon pourquoi pas mal alors ? Ben à cause du dessin de Jérémy qui lui n'est vraiment pas mal, pas grandiose mais le mec à du se poiler grave quand Jodo lui a dit "donc le singe est techniquement battu car il voit un hermaphrodite à poil". La suite sans moi.

Nom série  Faith  posté le 13/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Hey, Hey!!!

Mais dites moi que voilà une très bonne surprise, enfin une super héroïne qui n'est pas gaulée comme un mannequin anorexique, qui assume ses rondeurs. Et puis petit détail jouissif comme Faith le dit elle même ses parents ne sont pas morts dans un tragique accident, ils ne lui ont pas légué des milliards, un sabre laser ou une liste de noms ou encore une lettre d'acceptation à Poudlard. Une fille ordinaire quoi, qui ne nous assomme pas à longueur de cases avec ses problème existentiels, généralement politiquement corrects, chiants. Évoluant dans un univers familier, journaliste le jour, mais pas la reine du scoop à sensation, Faith fréquente les conventions BD, une star forcément idiote, bref des aventures pas prise de tête, pleines de rythme. Des dialogues pas idiots, une voix off pas trop envahissante, cette série est rafraîchissante. Le dessin est lumineux s'éloignant un poil des conventions du comics pas trop de pages et de cases explosées qui offrent donc une lecture aisée.

Notons pour les aficionados la présence de "Archer" autre super héros des éditions Valiant.

En résumé une série bien fichue qui casse un peu les codes, j'en fait mon coup de cœur dans le genre. Bien sûr j'irai voir la suite.

Nom série  Demba Diop  posté le 25/06/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un sentiment un brin mitigé à l'issue de ma lecture. Ce Demba Diop me semble en effet un peu trop sage, alors certes c'est un album réservé au jeune public, il n'empêche que j'aurais aimé que la question du recrutement des engagés Sénégalais ou autres soit plus approfondi. De même la guerre "proprement" dite est juste survolée.

Pour autant cet album a le mérite d'exister et de mettre en lumière la participation de ces troupes coloniales à la grande guerre. Je serais un peu moins dur que mes petits camarades précédents en ce qui concerne le dessin que je trouve plutôt pas mal même s'il n'est pas mon style préféré.

Achat conseillé en soutient d'un cours d'histoire.

Nom série  Batman (DC Renaissance)  posté le 25/03/2015 (dernière MAJ le 25/06/2017) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne suis pas un grand connaisseur de Batman et c'est sur les conseils d'un ami que j'ai entrepris d'essayer de boucher ce trou dans ma culture. Très franchement je suis plutôt satisfait de mes découvertes dans l'univers de Gotham, même si j'avoue qu'il est parfois difficile de s'y retrouver pour le néophyte.

J'ai bien aimé cette Cour des hiboux, côté dessin je trouve que Capullo fait vraiment un très bon boulot avec un trait anguleux vraiment sympa accompagné d'une colorisation également parfaite et puis en cours de route mon plaisir a vraiment été gâché par le changement de dessinateur. Non pas que celui ci soit mauvais mais ce n'est pas le même style, traits gras et couleurs plus flashy, que je n'ai pas franchement apprécié.

Au niveau de l'histoire j'ai apprécié le fait que Batman ne soit pas un surhomme, l'intrigue le montre en position de faiblesse tant physique que psychologique. Un bon point pour moi et s'il n'y avait pas eu ce changement de dessinateur en cours de route ma note aurait sans doute été plus élevée.

Pour une de mes premières approches de Batman je ne suis pas déçu.

Majoration après lecture du dernier tome:

Cet album fait suite à "La cour des Hiboux" et "La nuit des hiboux". Disons le tout de go, ça décoiffe! Notre vilain préféré de retour d'une longue absence revient sur le lieu de ses méfaits. Il a cependant subi un gros changement puisqu'il est passé entre les mains du taxidermiste qui s'est amusé à lui façonner un nouveau visage parfaitement hallucinant. Mais le joker aimerait bien retrouver sa vieille dépouille de visage qui est gardée au commissariat de Gotham. Qu'à cela ne tienne, une attaque sur le central et tout rentre dans l'ordre. Le Joker est maintenant fin prêt pour assouvir se vengeance contre Batman. Son but?, capturer la "famille" du héros masqué. C'est ainsi que Nightwing, Batgirl, Robin, Redhood, Red Robin sont kidnappés afin de jouer un rôle macabre dans la farce du Joker.

Depuis longtemps nous savons que le Joker est un individu dont l'égo est assez surdimensionné, aussi son grand œuvre dans cette histoire ne saurait être parfaite sans qu'il y convie les supers vilains que sont le Pingouin, Double face et le Sphinx. en victimes collatérales le fidèle Alfred et la commissaire Gordon ne seront pas épargnés.

Scénario parfaitement huilé, diabolique avec n'en déplaise aux puristes, un Joker hallucinant et halluciné qui vole largement la vedette à notre Batman. La noirceur du vilain, certes enrobé dans son humour si particulier, en devient lumineuse de machiavélisme. Je ne reviendrais pas à ce propos sur le débat qui agite le monde et qui affirme souvent que le méchant est souvent bien plus intéressant que le gentil mais ici c'est un véritable plaisir. Nous adorons détester le Joker! Pour renforcer ce que je dit j'invite les futurs lecteurs à se pencher avec attention sur la partie finale lors de la confrontation entre Batman et le Joker est à ce niveau fort éclairante.

Il y a peu j'avais avisé "La cour de Hiboux" et mon pas mal se transforme donc, je passe à la note supérieure sans remord tant les petits reproches que j'avais apporté n'ont plus lieu d'être; cela me permet d'enchainer sur le dessin de Greg Capullo parfaitement maitrisé qui nous offre des cases magnifiques dans un découpage somptueux.

A lire absolument et si possible dans l'ordre indiqué plus haut.

Nom série  Le Sang des Valentines  posté le 24/06/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un De Metter première période qui pêche un peu au niveau du dessin, cependant et c'est paradoxal certaines planches sont très belles dans un style peintures assez classiques.

Pour ce qui est de l'histoire j'ai été moyennement convaincu c'est un récit que j'ai l'impression d'avoir lu ou vu des centaines de fois, tout n'est pas à jeter à certains moments il y a quelques moments de grâce mais trop peu pour faire mon bonheur.

Nom série  Lady Mechanika  posté le 24/06/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai découvert le steampunk grâce a Le Régulateur et quelques cos play vu ici et là à l'occasion de festivals. Le look est sympa quoique un peu chaud en ces périodes de canicule et quelques jeunes femmes portaient fort bien le corset (fantasmes, fantasmes).

Bien que n'étant pas un grand connaisseur du genre je dois avouer qu'il se prête bien à une interprétation graphique et il est donc normal que la BD s'en empare.

Alors notre lady Mechanika ? Belles couvertures, l'intérieur propose des dessins de belles factures, une colorisation comics c'est donc encore une fois vers le scénario qu'il faut se tourner pour voir les petits trucs qui ne fonctionnent pas au poil. Du texte, du texte pas très loin du verbiage qui au final paume le lecteur.

Enfin il y a le look de la dame, peut être affole t'elle l'ado prépubère mais moi elle m'a gavé plus qu'autre chose. Attention que l'on ne me prête pas d'obscures intentions mais le plan du chemisier tendu à se rompre, le dit chemisier déchiré de partout sauf "là". Allez m'en irais sans doute pas voir la suite moi

Nom série  Katanga  posté le 24/06/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Décidément F. Nury aime les personnages de salauds. Après nous avoir conté les méfaits du sieur Joseph dans Il était une fois en France le voila qui s'attaque à l'histoire romancée du Katanga, province africaine de l'ancien Congo Belge qui n’intéresserait personne si son sous sol ne regorgeait de divers minerais hautement rémunérateurs sur les grands marché du capitalisme.

Et alors là mes aïeux, c'est du lourd, du très très lourd. Entre des potentats africains, des représentants de consortiums européens et une bande de mercenaires tous plus pourris les uns que les autres nous naviguons dans des eaux ou la bassesse, le cynisme, l'irrespect de la vie de l'autre sont érigés en vertu cardinales.

N'en déplaise à certains mais Monsieur Joseph était loin d'être un parangon de vertu et j'avoue qu'à par sa chance éhonté je ne lui ait jamais rien envié. Ici , pfiou!! la bande de mercenaires même si elle est menée par un gars qui possède un vague air de Lino Ventura, gars à priori sympathique, ne trouve là non plus pas vraiment grâce à mes yeux.

Le pire dans tout cela me direz vous, ben c'est que tout ces personnages ont bien existé. Comme le précise l'auteur cela reste une œuvre de fiction mais franchement sans tomber dans le complotisme à outrance vous ne pensez que des saloperies de ce genre ce passe ou se sont passées un peu partout dans le monde. Subtil Monsieur Nury , le seul personnage à peu près fréquentable est un voleur, notre brave Charlie sur lequel je ne miserais pas trop d'argent pour la suite.

Or donc me direz vous, ben c'est du tout bon, du genre qui vous colle le bourdon sur le genre humain et vous incite soit à devenir pacifiste et à vivre en ermite, soit un bon gros bourrin qui dégomme tout ce joli monde pour faire place nette.

Un premier tome superbement maitrisé tant au niveau du scénario que du dessin à trognes; si ma note n'est pas supérieure c'est que je veux éviter tout emballement précipité et donc attendre la suite pour me prononcer. Pas comique mais du tout bon quand même.

Nom série  Ghost in the shell  posté le 09/06/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ben non en fait je ne dois pas être dans la cible, je n'ai pas tout compris. De temps en temps nous apercevons la petite culotte de la demoiselle, là c'est pas du fan service mais du ados service et outre ses courbes généreuses ben y a pas grand chose à se mettre sous la dent.

Et puis que c'est bavard entre les réflexions pseudo techniques en bas de pages que j'ai très vite sautées le reste des dialogues qui pourraient servir d'explications ne fait que rendre le truc encore plus nébuleux. Bref c'est la plupart du temps assez incohérent.

Au final un dessin classique de ce style mais sans grande fulgurance, un scénario surement chiadé mais trop souvent incompréhensible. Il faut sans doute lui préférer la version animé plus poétique mais là encore prendre son temps pour regarder.

Nom série  Emmanuelle  posté le 04/06/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Elle a morflé la "belle" Emmanuelle, parce qu'en fait concentrons nous sur la BD de monsieur Crepax. Putain qu'il a vieilli ce dessin, c'est limite hideux. Ouais, OK, il y a quelques fulgurances dans l'éclatement des cases, des dessins "dédoublés" mais au final ce qui sans doute ce voulait être un album qui donne quelques chaleurs aux ados boutonneux se révèle en fin de compte d'une indigence crasse qui ne doit faire baver que quelques psychopathes au fond de leurs cellules capitonnées, encore qu'avec un coup de Lexomil ou de Risperdal, la bistouquette ramollisse un gros brin.

Bref au même titre que nos 50 nuances de gris actuel, Emmanuelle fut un must dans les années 70 mais dans ces années là, d'autres choses, d'un autre ordre valaient bien plus d’intérêt. Crepax n'est pas Serpieri pour ce qui est des corps de femmes, donc dessin très moyen, scénario inspiré de Madame Arsan un peu pitoyable, la demi érection évoquée par le sieur Agecanonix ne m'a personnellement pas effleuré une seconde.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 69 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque