Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4836 avis et 1874 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Pan'Pan Panda  posté le 31/07/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pan'Pan Panda est un manga pour la jeunesse.
Il met en scène une petite fille japonaise vivant avec un panda qui joue un rôle ambigu vis-à-vis d'elle, à la fois celui de grosse peluche et celui de papa gâteau. Nous les suivons au fil d'histoires courtes présentant leur vie au quotidien avec des sujets abordés aussi complexes que "qu'allons nous manger ce soir ?" ou encore "quelle couleur dois-je choisir pour mon foulard ?". Et au fur et à mesure s'ajoutent des personnages supplémentaires, d'autres enfants et autres habitants de la résidence qu'ils habitent.

C'est très mignon, un peu trop peut-être car cela tourne facilement au mièvre. Ça se lit bien, c'est sympathique, mais sans plus. Mes enfants de 7 et 11 ans l'ont lu, rigolant bien sur le titre du manga lui-même et sur l'incongruité de la présence de ce gros panda dans la vie de la petite héroïne, mais sans être guère passionnés par son contenu.

Nom série  Ultimate Fantastic Four  posté le 16/07/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est par le biais des Ultimate Fantastic Four que j'ai découvert les séries Ultimate à partir de 2004 quand Panini a commencé à en publier les fascicules vendus en kiosque. Et ce n'est que 10 ans après qu'ils les éditent enfin en albums.

Ultimate, c'était une revisite des origines et un rajeunissement de tous les super-héros les plus célèbres de l'univers Marvel pour leur faire vivre de nouvelles aventures et attirer des lecteurs d'une nouvelle génération pour qui les débuts des Spider-man et autres X-Men faisaient partie d'un passé un peu trop lointain. En résumé : on prend les mêmes et on recommence tout en version plus moderne.

Dans le cas des Fantastic Four, cette version Ultimate passe tout d'abord par un vrai rajeunissement des personnages. Reed Richards, Ben Grimm, Jane/Susan et Johnny Storm sont ici à peine sortis de l'adolescence. Quant à l'événement qui va leur donner leurs pouvoirs fantastiques, il n'a rien à voir avec les rayons cosmiques de l'histoire originale et propose à la place une histoire de dimension parallèle pas franchement plus crédible.

Chaque tome de cette intégrale Marvel Deluxe présente un arc différent, formant une histoire à peu près indépendante, et chaque arc dispose de scénaristes et dessinateurs différents, même si certains auteurs réapparaissent régulièrement.
Le premier arc présente les origines des Fantastic Four et embraye sur leur combat contre un Homme-Taupe qui m'a peu convaincu. Le second arc présentera ensuite leur première confrontation avec celui qu'ils vont connaitre sous le nom de Fatalis et le récit est un peu plus consistant mais toujours assez superficiel. Et ainsi de suite...

C'est l'une des choses qui m'ont gêné dans cette lecture : sa superficialité. C'est un récit plutôt orienté vers les adolescents, avec de l'action, des dialogues qui survolent souvent les choses et des intrigues peu profondes.
Le graphisme, même s'il évolue d'un dessinateur à l'autre, est très formaté. Il est maîtrisé mais peu enthousiasmant et ne marque vraiment pas les esprits.

Globalement, je conseille cette série à ceux qui cherchent une série de super-héros et d'action divertissante et pas prise de tête, mais pas à ceux qui y aimeraient y trouver une revisite du mythe des super-héros ni une série originale et complexe.
Pour faire simple, si vous voulez découvrir les aventures des Fantastic Four, mieux vaut lire leurs aventures originales plutôt que celles de l'univers Ultimate.

Nom série  Before Watchmen - Dr Manhattan  posté le 11/07/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'attendais un peu trop de cet ouvrage (c'est ta faute, Alix ! ). J'y ai trouvé une bonne BD mais pas aussi marquante ou originale que je l'espérais. Minutemen reste mon album préféré parmi les Before Watchmen.

Qu'on ne s'y trompe pas, c'est un bel ouvrage.
Le graphisme un peu rétro d'Adam Hughes est très classe et très agréable.
La mise en page et la narration sont impeccables, même si l'effet-miroir de la fin m'a un peu agacé : je n'aime pas du tout devoir retourner un album pour pouvoir le lire, et j'ai même un peu hésité sur le sens de lecture à appliquer.
Le scénario est bien mené et pas inintéressant. Moi qui aime le concept d'uchronie, j'étais servi.

Mais je trouve qu'on reste un peu trop à la surface des choses avec ce récit. J'attendais qu'une intrigue se forme, pas juste un long mélange de monologue et d'expérimentations quantiques. Oui, il y a bien un histoire et comme elle implique le docteur Manhattan, la fin du monde y est presque banalement mise en scène, mais autant ce qui arrive ici au Docteur Manhattan n'est pas inintéressant autant j'espérais un récit... je ne sais pas... plus terre à terre, impliquant davantage les Watchmen et ayant davantage d'impact sur la profondeur de leurs aventures telles que racontées par Moore et Gibbons (ce qui m'avait franchement plu dans le récit sur les Minutemen). On reste trop dans l'abstrait à mon goût.
Je n'ai en outre pas accroché aux considérations et réflexions du Docteur que je trouvais parfois un peu embrouillées ("mon moi du futur se souvenait maintenant ici et là de mon moi du passé ici et présent qui pensait au futur qui... heu... hein ?") alors que pourtant voyages dans le temps et uchronies sont vraiment un sujet que j'apprécie en général.
La fin m'a également paru un petit peu rapidement expédiée.

En définitive, c'est une bonne lecture, j'ai même hésité à lui donner une note un peu meilleure, mais je trouve qu'il y avait matière à faire quelque chose de plus marquant autour du Docteur Manhattan et des Watchmen.

Nom série  Kiki et Aliène  posté le 09/07/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Kiki et Aliène est une série jeunesse d'humour qui peut se lire à tout âge car l'humour est assez sympathique.

C'est l'histoire de 2 extraterrestres qui débarquent discrètement sur Terre dans leur soucoupe volante et découvrent au jour le jour les coutumes, animaux et objets typiquement terriens... le plus souvent en étant complètement à côté de la plaque.

Le dessin est simple et efficace. Les gags sont plaisants car assez variés, même si on retrouve une thématique assez récurrente. En effet, le plus souvent, il s'agit de mettre en scène les deux protagonistes qui comprennent complètement de travers l'utilisation de l'un ou l'autre des objets terrestres : prendre une poubelle ou une tondeuse pour un véhicule de transport, ne rien comprendre au fonctionnement d'une machine à laver, au fonctionnement d'un supermarché, etc...
Ce n'est pas hilarant mais les gags sont parfois assez bien trouvés et amènent facilement le sourire. Et on ne s'ennuie pas.

Bref, c'est une agréable lecture aussi bien pour les jeunes que pour les moins jeunes.

Nom série  L'Année du dragon  posté le 08/07/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'Année du Dragon, c'est une tranche de vie d'un jeune homme, Franck, célibataire et vivant d'un emploi temporaire de surveillant de centre aéré, tiraillé entre sa situation personnelle, son attirance pour deux femmes et la maladie de son père.

Les auteurs sont deux aux commandes de ce roman graphique. Se partageant le scénario, ils se partagent aussi le dessin. Les planches sont réalisées en majorité par Vanyda dans son style d'influence manga réaliste même si on le constate un peu moins ici que dans L'Immeuble d'en face. Et dès que l'imagination du héros le fait partir en rêves et autres métaphores où il prend la forme d'un bon gros dragon à l'image du titre de la série, c'est le dessin plus rond et légèrement humoristique de François Duprat qui prend la relève. Le cocktail graphique est sympathique.

Le récit quant à lui n'est pas désagréable mais je n'ai pas été passionné. Le héros, notamment, est assez agaçant avec son comportement oscillant en permanence entre déprime et agressivité. Il est certes réaliste mais il est difficile de comprendre à le voir ainsi comment les femmes qui l'entourent peuvent s'attacher à lui. Et à son image, j'ai trouvé le récit un peu mou, un peu morne mais aussi un peu répétitif.
Il n'est pas ressorti grand chose à mon goût de cette lecture même si elle reste assez plaisante.

Nom série  Super Crooks  posté le 07/07/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il s'agit là d'un récit divertissant mettant en scène des super-vilains réunis dans un casse façon Ocean's Eleven, sauf qu'il s'agit pour eux de s'en prendre à deux autres super-vilains nettement plus dangereux.

C'est une histoire sympa mais qui n'est pas exempte de grosses facilités (le pouvoir de certains d'entre eux, et notamment de la fille, parait nettement plus puissant et pratique que ceux des méchants quand on y pense).

Le graphisme est de bon niveau même s'il est parfaitement formaté au type comics de super-héros et donc ne sort pas du tout du lot.

C'est une lecture qui fait bien passer le temps, bien rythmé et efficace. Rien à redire si ce n'est que le scénario très "à l'américaine" ne marquera pas forcément les mémoires.

Nom série  Le Tirailleur  posté le 07/07/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette bande dessinée est un bon témoignage en bande dessinée. Il raconte la vie d'un marocain, engagé plus ou moins volontaire dans l'armée Française de 1939 aux années 50. Les conditions de cet engagement, comment il a vécu la seconde guerre mondiale d'abord comme un prisonnier puis comme soldat libérant l'Italie et la Provence, la suite de son engagement durant la guerre d'Indochine, et enfin son retour au pays et à la pauvreté.

C'est un témoignage intéressant, même s'il recoupe de nombreuses manières le scénario du film "Indigènes". Il est soutenu par un agréable dessin et une narration assez efficace. J'ai juste été un peu gêné par les changements dans le texte narratif qui est parfois à la première personne du singulier parfois à la troisième personne. Tout aussi intéressante et instructive qu'elle soit, le récit ne m'a en outre pas passionné car l'émotion n'y est que moyennement passé à mon goût.

Par contre, j'ai été nettement plus touché par le récit en texte et en photos de la visite de l'auteur dans le village marocain du personnage principal. Les photos du vieil homme, de son entourage et de ses proches sont belles, et le passage où celui-ci raconte presque pour la première fois à sa famille sa vie de soldat est assez fort.

Nom série  Zelphy  posté le 06/07/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note : 2.5/5

Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un pur Space Opera dans la veine classique et presque démodée du genre, à savoir dans la lignée des Star Wars et autres Albator.

Dans une galaxie sous le joug de ce qui ressemble fort à une dictature militaire, un jeune garçon (âgé de 19 ans mais avec un physique de pré-adolescent) s'embarque aux commandes d'un petit vaisseau de pirates, aux côtés d'un chat-pirate et d'un robot quasi indestructible. Les Gardiens de l'Aion le poursuivent pour l'empêcher de réveiller la mystérieuse Zelphy qu'ils redoutent tout autant que les étranges pouvoirs surnaturels du héros.
Stations spatiales, combats de vaisseaux, combats d'armures, hyperespace, créatures spatiales, robots, pouvoirs étranges et pirates de l'espace : tout y est.
Mais tout a aussi un sacré air de déjà-vu.

Le récit se structure (pour les 2 premiers tomes parus en tout cas) sous la forme de chapitres contenant des aventures plus ou moins indépendantes, ce qui donne un aspect un peu décousu au scénario. On sent que l'auteur veut mettre les choses en place et qu'une fois arrivé à la fin du second tome, les choses sérieuses vont commencer, mais il n'est pas aisé de se sentir impliqué dans ce récit et de s'attacher à des personnages un peu stéréotypés dont on ne voit que la surface. Les péripéties sont également assez convenues et manquent de maturité. On croirait régulièrement lire une histoire destinée aux jeunes adolescents alors qu'il s'agit à l'origine d'un Seinen.
La narration n'est en outre pas toujours très claire et certaines scènes d'action demandent à être relues pour être bien comprises.
A noter aussi un léger abus de noms imprononçables pour faire science-fiction.

Heureusement, le tout est soutenu par un dessin d'excellente facture. Très soigné, il excelle autant pour les personnages que les décors futuristes et les vaisseaux spatiaux. Il est cependant un peu plombé par un fan service trop manifeste, à coups de tenues ultra-moulantes, sexy et un peu ridicules pour les personnages féminins.

Ce manga ne m'a pas vraiment enthousiasmé pour le moment. Il a cependant quelques bonnes bases, graphiques notamment, pour devenir bon. Il lui manque juste un scénario un peu plus accrocheur et moins convenu. A voir par la suite puisque ce n'est qu'à la fin du tome 2 que la série mérite enfin le nom qu'elle porte.

Nom série  Kanopé  posté le 01/07/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dans le domaine de la BD de science-fiction environnementaliste, le scénario de cette BD n'est pas foncièrement original. Ce sont pas mal d'idées déjà vues dans diverses œuvres, qu'il s'agisse de romans de SF ou de bandes dessinées plus ou moins connues. Néanmoins l'ensemble est agréablement mis en place et tient bien la route.
C'est un récit bien mené, rythmé, à la lecture fluide et plaisante, doté d'un dessin de belle tenue.
Le scénario ne surprend pas mais il est divertissant et doté d'un fond intéressant et d'une bonne morale. Les personnages se révèlent en outre sympathiques et crédibles même si le héros est un peu désagréable au départ.
Ce n'est pas une lecture qui marquera ma mémoire par son originalité mais j'ai passé un agréable moment à la lire.

Nom série  My lovely hockey club  posté le 23/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Quand j'ai emprunté cette série, j'étais curieux de découvrir un shojo sur le thème du Hockey. La virilité de ce sport me paraissait contraster avec la mièvrerie dont font preuve nombre de shojo.
Mais en fait, le titre de ce manga est une vraie escroquerie car de hockey (sur gazon en l’occurrence), on n'en entendra quasiment jamais parler pour de vrai.
En fait, c'est bien simple : les membres du club du hockey de ce manga font à peu près tout sauf du hockey.

Ce sport est ici un alibi pour l'existence d'un tout petit club lycéen qui passe son temps à profiter de la vie en accumulant les voyages touristiques et gastronomiques dans tous les coins du Japon, utilisant comme prétexte des rencontres sportives toujours avortées au dernier moment ou simplement des vacances ou des périodes de fête. A lire ce manga, on dirait que les étudiants Japonais sont en vacances perpétuels. Et comme ses membres le disent assez rapidement, le club de Hockey ferait mieux de s'appeler Club de Voyage et d'oublier leurs entraînements déjà fort peu intensifs.
Au passage, on y suit la romance compliquée (shojo oblige) entre le beau, très riche mais aussi un peu couillon président du club et la mignonne mais ultra-paresseuse Hana qui a été intégrée de force dans ce club qui finalement lui conviendra très bien.
Et le tout est composé d'une grosse dose d'humour, souvent idiot, régulièrement délirant.

C'est un peu une série fourre-tout : intrigues lycéennes, découverte du Japon et de sa gastronomie, sport (très très vaguement), romance et humour.
C'est une lecture divertissante et assez amusante mais à la trame scénaristique un peu décousue et pas toujours très prenante.
J'ai mis un peu de temps notamment à m'accrocher aux protagonistes, et notamment à l'héroïne qui agace un peu par l'aspect répétitif et convenu de sa gourmandise et sa paresse extrêmes. L'auteure a un peu de mal à leur donner une personnalité autre que complètement superficielle.

Au final, c'est un manga plaisant, qui amène le sourire et quelques rires, mais ne dépasse pas le stade du simple divertissement dont on peut lire quelques tomes sans avoir de réelle envie de lire la suite et dont les situations et l'humour peuvent se révéler un petit peu répétitive à la longue.

Nom série  Les Chroniques de Sillage  posté le 22/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai lu les deux premiers tomes de cette série et je ne suis pas très motivé à l'idée de me procurer les suivants.
Ce sont donc des histoires courtes mettant en scène Nävis et ses proches histoire de donner un tout petit peu plus de profondeur à l'univers de Sillage et aux histoires vécues par son héroïne. A chaque fois, les scénaristes sont les auteurs de Sillage tandis que ce sont des dessinateurs différents pour chaque histoire ou presque. Certains sont connus, d'autres pas du tout.
Cela donne un patchwork graphique très inégal mais plutôt en dessous de la moyenne dans son ensemble en ce qui me concerne. Certains styles sont bien sans plus, d'autres m'ont franchement déplu.
Quant aux histoires, même si certaines sont agréables, l'ensemble est très anecdotique et s'oublie aussi vite qu'elles sont lues.
Il faut vraiment être un fan complet de la série originelle pour y trouver plus qu'un intérêt pour passer le temps.

Nom série  Une vie à écrire (Hollywood Boulevard)  posté le 18/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L'histoire de deux jeunes protagonistes qui débarquent à Hollywood. L'un est un fils de paysan gentil mais naïf qui croit pouvoir faire fortune en écrivant des scénarios de film. L'autre est une belle jeune femme désabusée, arrivée là par hasard et qui pourrait bien réussir comme actrice si elle s'en découvrait vraiment l'envie et le talent. Malgré des trajectoires différentes, ils vont s'attacher l'un à l'autre et être tous deux confrontés aux magouilles d'un producteur sans scrupule.

La mise en scène du Hollywood des années 30 est plutôt bien rendue même si elle comporte une part de fiction et même si des films, acteurs et studios imaginaires y côtoient les véritables de l'époque. Les protagonistes sont intéressants et relativement originaux. Le jeune homme y est réaliste dans sa relative naïveté même s'il a les pieds sur terre et le conflit entre sa gentillesse et l'opportunité qui lui est offerte. Et la jeune femme détonne en étant loin d'être la starlette qui rêve d'étoiles, bien au contraire.
Le graphisme est pour sa part bien agréable. J'ai apprécié la petite touche stylistique inspirée par Mucha dans certaines cases et dans les illustrations de fin d'album (je parle de l'album "Une vie à écrire").

C'est une histoire intéressante et plaisante à lire.
J'ai néanmoins été un peu refroidi par quelques petits défauts narratifs.
Il y a d'abord l'aspect légèrement embrouillée dont le scénario fait preuve avec les allers-et-retours des intrigues parallèles des deux personnages à partir de leur arrivée à Hollywood.
Il y a enfin et surtout une fin que j'ai trouvée un peu trop rapide, avec quelques facilités. Je n'ai notamment pas du tout été convaincu par le retournement de situation finale venant de la journaliste : son comportement me semble totalement incohérent alors qu'elle doit parfaitement savoir les risques qu'elle prend en faisant son choix et les conséquences qu'il impose. Quel avenir aura-t-elle sans plus de témoins pour appuyer ses menaces ?

Bref, autant j'ai apprécié le graphisme, le cadre et les personnages de cette histoire qui sort un peu des sentiers battus, autant j'ai trouvé qu'elle manquait parfois un peu de consistance et la fin m'a un peu déçu. Ça reste quand même une sympathique lecture.

Nom série  Rencontre sur la Transsaharienne  posté le 17/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Son titre résumé simplement le récit de cet album : c'est bien le récit d'une rencontre dans le cadre original de la route Transsaharienne qui traverse le désert du Nord au Sud entre Algérie, Niger et Nigéria.
D'un côté, trois jeunes européens un peu naïfs qui descendent vers le Sud dans l'espoir d'agir pour l'Humanitaire. D'un autre côté, deux jeunes Africains qui remontent vers le Nord dans l'espoir d'émigrer en Europe. Et enfin deux jeunes et riches émiratis qui viennent dans la région pour une grande chasse organisée par leur oncle.

Le sujet a l'air un peu bateau, d'autant plus quand le titre et la présentation des personnages semble déjà raconter toute l'histoire. Mais Pierre Christin réussit à rendre ces trois groupes de personnages attachants et à donner véritablement l'envie de les voir se rencontrer et échanger tous ensemble, et non pas un à un seulement pour éviter tout manichéisme ou mièvrerie. Ils sont à la fois proches et différents, sans qu'aucun prenne le pas sur l'autre.

Le graphisme de Sébastien Verdier est réaliste et bien agréable. Il convient très bien pour représenter à la fois les personnages et des décors d'Afrique désertique et de route empoussiéré. L'ambiance du décor est en outre bien rendue et assez dépaysante.

Mais j'en aurais aimé davantage.
Davantage de ce décor, davantage de cette rencontre. Celle-ci se déroule en effet abruptement aux deux tiers de l'album, les pages précédentes prenant du coup des allures de longue introduction. Puis les personnages se découvrent rapidement dans le feu d'une action qui leur est imposée puis se séparent à peine moins rapidement. Certes ils se retrouvent plus tard mais l'histoire est déjà quasiment finie et on arrive à la fin de l'album avec, à mon goût, un sentiment de trop peu. Les protagonistes étaient bons, j'aurais vraiment aimé qu'ils se découvrent et échangent davantage et qu'on puisse en profiter. Il y avait aussi sûrement de quoi exploiter davantage encore ce décor du Sahara, sans pour autant tomber dans le classique "désert de la soif" heureusement évité ici.
Je me sens un peu frustré mais ça reste néanmoins un album agréable, bien mené et dont je conseille la lecture.

NB: à noter le format réduit de cet album qui surprend un peu par rapport au grand format habituel des albums Aire Libre. Ça ne m'a cependant pas dérangé du tout et je trouve ce format agréable à la prise en main et à la lecture.

Nom série  Les Croqueuses  posté le 16/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une petite BD d'humour sur le thème des femmes et de la drague. Je l'ai trouvée sympa même si elle n'est pas hilarante.
L'ambiance est agréable, les situations variées.
J'ai apprécié notamment la mise en scène que j'ai trouvée bien maîtrisée et amenant bien les gags.
Certains m'ont fait rire, d'autres simplement sourire, d'autres encore m'ont laissé froid. J'ai été un peu rebuté par une présence un peu trop nombreuse de gags autour des prouts, même si paradoxalement c'est l'un d'entre eux qui m'a fait le plus rire.
Ce n'est pas une BD mémorable et sûrement pas un indispensable, mais c'est une lecture que j'ai trouvée plutôt plaisante pour passer le temps.

Nom série  Grot le gobelin amoureux  posté le 14/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD raconte l'histoire légère d'un gobelin canaille et sale qui tombe un jour amoureux d'une jolie fée et décide de changer pour la séduire.

Le dessin est dans un style naïf et personnel à la fois, agrémenté d'ombrages intéressants rappelant un peu le fusain. Le tout est coloré dans une palette dé-saturée également assez originale.

L'histoire est agréablement menée mais j'ai trouvé qu'elle s'étirait un peu en longueur, au fil des étapes un peu répétitives de la transformation du héros gobelin. C'est une lecture assez agréable mais je n'ai pas été captivé tout du long.
J'ai par contre été agréablement surpris par la conclusion du récit et sa morale qui n'est pas bête du tout.

C'est cette conclusion et la personnalité du graphisme qui font que je trouve cet album pas mal. Mais c'est à mes yeux un achat dispensable car je doute le relire et mes enfants n'ont pas accroché pour leur part.

Nom série  La Peau du Rhinocéros  posté le 14/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La Peau du Rhinocéros est un petit conte animalier de Rudyard Kipling du type de celui où il expliquait l'origine de la trompe des éléphants. Sur un ton humoristique, il raconte ici comment la peau des rhinocéros est devenue rugueuse et plissée et d'où vient leur mauvaise humeur permanente.
Le dessin est simple, coloré et agréable. La narration fluide.
C'est une sympathique lecture mais trop vite lue à mon goût et pas férocement amusante. J'ai juste bien aimé le maillot de bain du rhino quand il va se baigner.
Hormis cela, c'est une lecture peu mémorable à mes yeux, même si ma fille l'a également trouvée sympa.

Nom série  La Propriété  posté le 13/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je découvre à l'instant que cette série a gagné le Prix Spécial du Jury au dernier festival d'Angoulême. J'en suis un peu surpris car autant c'est une BD intéressante et agréable, autant elle ne sort quand même pas vraiment du lot.

Elle met en scène une jeune femme et sa grand-mère, Israéliennes toutes deux, qui viennent en Pologne dans le but initial de réclamer la propriété familiale qui leur a été spoliée plusieurs dizaines d'années auparavant, durant la Seconde Guerre Mondiale. Traumatisme pour la grand-mère qui revient là pour la première fois et prend de plein fouet les souvenirs de ce qu'elle y a vécu, même si elle a quitté le pays avant le début de la guerre. Découverte de la ville et de ses habitants pour la jeune femme mais aussi difficile soutien apporté à sa grand-mère dont elle ne comprend pas bien le comportement qui cache visiblement quelque chose. Sans compter cet ami de la famille rencontré, par hasard ou non, dans l'avion vers Varsovie et qui depuis colle un peu trop aux basques de la jeune femme.

C'est une lecture intéressante car elle présente avec sincérité une famille israélienne en voyage à l'étranger et en même temps sur les traces d'un passé resté en partie mystérieux. Le caractère des deux femmes est bien rendue. L'une accumule les stéréotypes de la vieille juive, que ce soit vis-à-vis de l'argent mais aussi de la rigueur de comportement, tandis que l'autre est plus moderne et un peu tiraillée entre deux cultures, celle de sa grand-mère et la culture occidentale. Les deux sont rendues attachantes même si on a un peu de mal à comprendre au départ pourquoi la grand-mère est aussi peu communicative et réagit aussi bizarrement.
La narration est très fluide et on ne s'ennuie pas du tout.
Le dessin est un peu simple mais efficace, même si je ne suis pas très fan de son trait un peu faible techniquement, notamment en ce qui concerne les expressions des visages et les lèvres dès qu'elles sont un peu pulpeuses.

Au final, c'est une lecture plaisante, bien menée et pas inintéressante. Un bon album, même s'il ne mérité pas forcément un prix à Angoulême.

Nom série  Le Bestiaire amoureux (Grand Vampire)  posté le 12/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'étais persuadé d'avoir déjà lu ou au moins feuilleté les albums de Grand Vampire, mais c'est en lisant l'intégrale Vampire qui les regroupe tous ainsi que des dessins et planches inédites que j'ai constaté que ce n'était pas le cas.

Ce fut une lecture relativement plaisante, pas véritablement ma tasse de thé mais pas ennuyeuse. Le ton de la série est assez original puisqu'il mélange un peu tout : fantastique, gothique, enquêtes policières, aventures mais avant tout et surtout histoires romantiques ou de coucheries. La narration est également étonnante puisqu'elle semble parfois non linéaire, comme improvisée, avec parfois des digressions ou des sauts du coq à l'âne qui font qu'on ne sait jamais trop où on va aller et à quelle thématique s'accrocher.

J'ai (approximativement) retenu une citation de l'un des albums de cette série : "l'amour, c'est comme la nourriture, il ne faut pas s'en tenir au même plat tous les jours, il faut varier les repas". En effet, les personnages de cette série partagent une morale amoureuse très libre où il semble idiot d'être fidèle et de ne pas embrasser le ou la première venue dès qu'il ou elle nous plait, qu'on soit déjà en couple ou pas, d'ailleurs ça n'a aucune importance l'important c'est d'"aimer". Sauf que cette vision égoïste de l'"amour" n'est pas la mienne et qu'elle a plutôt tendance à m'agacer au départ puis à me lasser sur la longueur.
C'est un état d'esprit que j'ai retrouvé dans la majorité de l'oeuvre de Sfar. Et comme c'est un auteur qui aime à étaler sa philosophie dans ses œuvres, avec beaucoup de dialogues métaphysiques ou donnant des leçons de vie, je n'y accroche pas.

De même qu'on retrouve l'état d'esprit typique de Sfar dans cette série, on y retrouve aussi énormément de personnages de ses autres œuvres : Professeur Bell, Paris-Londres, Petit Vampire, La Fille du professeur, Le Petit Monde du Golem, un chat rappelant celui de Rabbin, des clins d'oeil à la musique Klezmer... et j'en ai peut-être encore manqué. On dirait que l'auteur cherchait à se créer un univers imaginaire que se partagerait une grande partie de ses récits. Je trouve ça assez sympa même si ça donne aussi l'impression qu'on n'est que témoins superficiels de bribes de vie de personnages qui nous échappent, comme un recueil de private jokes.

A côté de cela, le graphisme n'est pas ma tasse de thé non plus. Il est en fait très variable. Majoritairement, c'est le trait tremblotant et peu soigné d'un Sfar qui cherche à aller à l'essentiel pour raconter son histoire. Ce trait là, je ne l'aime pas, il ne me séduit pas, surtout quand dans les planches les plus récentes, il s'apparente de plus en plus à des croquis volontairement gribouillés et aux couleurs improbables. Quelques fois pourtant, il fait montre d'une belle maîtrise et prouve son talent de dessinateur par quelques corps, visages ou décors très bien rendus. D'autres fois, il change aussi de technique, le temps d'une case ou plus, et ça peut aussi donner de beaux résultats. Et puis dans les inédits et dessins à la fin de l'intégrale, on trouve quelques planches plus anciennes ou dessins préparatoires au style beaucoup plus classique qui prouvent que Sfar a vraiment de la technique et qu'il aurait pu, s'il l'avait voulu, fournir des planches bien plus soignées, voire réalistes. Mais il ne le veut pas... ce n'est pas ou plus sa philosophie... Tant pis si moi, ça ne me convainc pas tellement.

En définitive, une lecture pas désagréable, assez variée, mais à laquelle je n'accroche pas vraiment.

Nom série  Léonard & Salaï  posté le 04/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Léonard & Salaï met en scène la biographie de Léonard de Vinci à partir de 1490, date de l'entrée à son service du jeune Gian Giacomo Caprotti da Oreno, dit Salaï. La bande dessinée met ici l'accent sur la vie intime de Léonard et notamment sa romance ambiguë avec Salaï, présenté très ouvertement comme étant son amant en plus d'être son modèle et un disciple singulièrement insolent.

C'est ainsi qu'on les suit dans leurs errances entre Milan, Mantoue, Venise, Florence puis probablement en France dans le second tome. On y aperçoit les différentes grandes œuvres sur lesquelles le génie créateur a travaillé et peiné durant ces années, ses difficultés personnelles, ses conflits et les différents exils ou contrats qui se sont succédés pour lui. On y découvre notamment que malgré son immense talent, sa vie artistique n'a pas été des plus faciles.
Mais au-delà de cet aspect historique et artistique, la thématique de ce diptyque est en priorité la relation amoureuse entre Léonard et Salaï, romance bientôt rendue plus complexe avec l'apparition d'un troisième élément, le jeune Francesco Melzi, à la fin du premier tome.

L'accent est également mis sur le graphisme. C'est en effet un dessin à quatre mains. Benjamin Lacombe entame le story-board, ensuite aidé par Paul Echegoyen. Puis ce dernier dessine les décors. Et enfin Benjamin Lacombe y inclut les personnages puis ajoute la colorisation.
Décors et couleurs sont inspirés par l'oeuvre de De Vinci et par les illustrations d'époque. C'est ce qui m'a le plus séduit dans cet ouvrage. Les paysages, vues en extérieur et décors intérieurs sont beaux et très soignés.
A l'inverse, j'ai hélas été rebuté par la représentation des personnages. Je n'accroche pas du tout au style de Benjamin Lacombe qui leur donne des allures proches du manga avec des corps très androgynes et des visages aux yeux de biche démesurés. Je me suis trop souvent cru en train de lire un pauvre yaoi caricatural alors que le même récit, avec exactement la même narration mais avec des personnages plus réalistes m'aurait nettement plus charmé.
A noter aussi, et c'est important, que les pages de la bande dessinée sont régulièrement entrecoupées par des grandes illustrations en une ou deux pages directement inspirées de célèbres tableaux de De Vinci avec l'insertion de la touche personnelle de Benjamin Lacombe. Là aussi je n'apprécie pas trop les yeux énormes des personnages mais j'ai néanmoins trouvé très belles la majorité de ces peintures. Elles sont très soignées et on y sent l'admiration de l'auteur pour l'oeuvre de De Vinci. Elles apportent surtout une belle touche esthétique et d'ambiance supplémentaire à l'ouvrage.

Au final, même si j'ai eu un peu de mal avec le côté légèrement yaoi du récit causé par le style graphique des personnages et par une légère mièvrerie dans la relation entre Léonard et Salaï, c'est une histoire intéressante et instructive qui nous est contée là, et le graphisme vaut le coup d’œil pour ses représentations personnelles des œuvres de De Vinci et pour ses décors.

Nom série  Sortie des artistes (Lucie Lomova)  posté le 04/06/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sortie des artistes est une enquête policière dans la veine la plus classique du genre. Il y a un peu d'Agatha Christie dans son ton avec une touche de modernité plus actuelle. Le récit prend en outre pour cadre le monde du théâtre, des acteurs et des critiques.

C'est une lecture sans grande surprise mais plutôt agréable. On suit la déroulement son enquête avec plaisir, même si l'on s'y perd un peu dans les personnages dans les premières pages. Le format à l'italienne est un peu original pour un tel type de récit même s'il n'apporte pas grand chose au final si ce n'est un album agréable en main. Le graphisme, quant à lui, est tout aussi classique, s'approchant parfois presque de la ligne claire, avec une certaine rondeur dans le trait.

C'est une lecture plaisante, qui ne marquera pas les esprits par son originalité ou sa force, mais elle fait passer un bon moment et tient bien la route.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 137 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque