Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3679 avis et 548 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Le soldat  posté le 20/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C’est une histoire un peu universelle qui aurait pu se passer au cours de n’importe quelle guerre. Le propos est de s’intéresser à l’engagement du soldat. Ce dernier s’engage dans l’armée car le pays est en guerre et il s’agit de prouver sa bravoure et ne pas être considéré comme un lâche. La mère lui explique que, sur un champ de bataille, il fera moins le malin et cela sera trop tard. Il ne comprend pas et part pour affronter son destin. On sait d’avance comment tout cela va se terminer.

Le cadre choisi par l’auteur sera la guerre de Sécession qui fit rage entre 1861 et 1865 entre le Nord et le Sud des USA. C’est juste un cadre mais le propos ne sera pas tourné vers l’historique. C’est plutôt une introspection.

Une œuvre qui montre que la guerre ne sert pas l’intérêt de l’individu. Pourquoi se faire tuer pour les autres ? Le véritable héroïsme est de refuser de faire comme les moutons pour aller à l’abattoir. Le reste est une question de point de vue.

Bref, nous avons là la version gore des Tuniques bleues.

Nom série  Kemlö  posté le 19/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je reconnais à cette oeuvre onirique de magnifiques dessins en noir et blanc d'une précision étonnante. Cette ville fortifiée ressemble au graphisme de François Schuiten sur Les Cités obscures.

On va suivre une femme Olga qui va être une victime de Kemlö, cette sombre ville citadelle qui va l'avaler. Il n'y aura pas de dialogues mais une narration assez pesante. C'est un style assez particulier qui ne m'a guère convaincu. Reste une atmosphère assez oppressante.

On a l'impression de lire une oeuvre graphique vidée de sa substance. C'est certes une curiosité mais je ne suis pas preneur.

Nom série  Capitaine Trèfle  posté le 19/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il fut un temps où j'aimais bien Dubois (au cours des années 90). Malheureusement, son style d'écriture est resté immuable comme figé par le temps. Il est toujours question de la même rengaine à savoir que les hommes détruisent la magie du monde et que les pauvres elfes sont en train de disparaître. Bref, point d'originalité scénaristique.

Quant à Hausman, no comment. Il est considéré par beaucoup comme un maître de la bande dessinée. Je reconnais que j'ai apprécié le trait volontairement vaporeux. Les couleurs sont très douces comme pour être bercé dans un rêve éveillé. Son style reste le même depuis 40 ans.

Une oeuvre qui plaira aux vieux tenants d'une certaine forme de bd ainsi qu'aux plus jeunes. En tout cas, je ne suis pas de ce public.

Nom série  La Mauvaise Fille  posté le 19/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Une connaissance ayant longtemps vécu au Québec m'a raconté que les femmes se comportaient comme les hommes dans la relation de couple. J'avoue avoir été étonné par cette affirmation. Oui, ce sont elles qui dominent: une véritable société matriarcale !

A lire cette bd, je trouve que les hommes ne savent pas draguer et se comportent minablement pour avouer leur flamme. J'arrive dorénavant grâce à cette bd à saisir le sens de ce qu'il me disait. Depuis et pour la petite histoire, cette connaissance est devenu un véritable coach en amour via internet un peu comme le film avec Will Smith: Hitch, expert en séduction. J'ai franchement pitié pour le protagoniste principal Philippe qui reste célibataire à 30 ans.

Pour en revenir à la bd, cela se passe à deux époques différentes: en 1991 puis en 1931 avec un bond dans le passé. Il y a bien entendu un petit lien entre ces deux récits. Il est dommage que sur la couverture, la femme ait un nez de cochon ce qui ne traduit pas du tout cette oeuvre ayant évité justement le côté animalier. Il manque beaucoup de charme et de grâce et surtout de cohésion. Mais bon, c'est rude.

Bon à savoir pour les français: la mauvaise fille désigne également l'alcool de contrebande dans la langue de la Belle Province.

Nom série  Ferme 54  posté le 19/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le dessin avec cette monochromie violette ne m'a pas particulièrement attiré. La calligraphie est très petite ce qui rend les caractères assez illisibles. Question confort de la lecture, il faudra repasser par d'autres codes. Par ailleurs, les femmes ressemblent à des hommes : c'est à s'y méprendre !

En ce qui concerne le récit, c'est une succession de drames entre la perte d'un petit enfant laissé sans surveillance ou celle d'un pauvre chien abandonné dans une cave. Bref, que des réjouissance à travers cette ferme de colonisation. La guerre ne sera pas évoquée directement. On ne traite pas des sujets qui fâchent.

Nom série  Vapor  posté le 18/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Vapor est une oeuvre réellement inclassable. On croit que c'est de l'humour mais on va se perdre dans un désert où des réflexions métaphysiques prendront le pas. On s'ennuiera ferme tout autant que l'oiseau Nicodème à la recherche de lui-même. Il perdra même son ombre ! Bref, un album intellectuellement ambitieux.

Le dessin sera minimaliste comme pour mieux illustrer le vide et la méditation. Le noir et blanc sera de rigueur dans une ambiance totalement épurée. Tout ce que je n'aime pas ! La couleur et la fantaisie manquent cruellement. Cette fable philosophique n'est pas faite pour moi. Les fans de quête spirituelle d'un volatile pourront être comblés de bonheur.

Nom série  Mars !  posté le 18/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est la première fois que je lis une bd où Fabcaro est au scénario sans être dessinateur. C'est plutôt une sensation agréable même si son trait si caractéristique manque un peu. Je constate qu'il n'est pas en manque d'idées. Il confirme tout son talent à devenir le maître incontesté de la bd d'humour.

Nous suivons en l'occurrence une bande d'astronautes français un peu bêtes avec un président qui souhaite gagner des points de sondage. Toute ressemblance avec un personnage politique connu serait purement fortuite.

La conquête de la planète Mars n'est pas prête d'arriver avec une fusée qui ne décollera point. L'inventivité est de trouver des gags sur 3 cases qui fusent... On ne s'ennuiera pas.

C'est assez loufoque et désopilant dans l'ensemble mais c'est bon.

Nom série  En chienneté - Tentative d’évasion artistique en milieu carcéral  posté le 18/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai beaucoup apprécié la démarche de cet auteur qui tente d'enseigner le dessin dans le milieu carcéral auprès de jeunes détenus encore mineurs. C'est plutôt courageux comme démarche. Par ailleurs, il décrit fort bien la situation désespérante que nous connaissons (manque de place dans les prisons, promiscuité...).

J'ai fait du droit et mon mémoire de DEA portait sur le milieu carcéral. Suite à cette expérience, j'ai fait parvenir avec les camarades de ma promo les livres et codes de droit dont nous ne nous servions plus. Cette initiative visait à permettre qu'ils puissent mieux se défendre devant la Justice en toute connaissance de cause. L'auteur Bast essaye également de transmettre quelque chose à ces jeunes délinquants.

Actuellement, notre société est très fermée sur ces questions et certains pensent que la prison est devenue un lieu de villégiature. Si le peuple avait le pouvoir, la peine de mort serait rétablie et même pour les enfants mineurs. L'heure est à l'extrême répression. Les faits divers comme une nouvelle fillette violée et tuée participe plutôt à la haine et la vengeance. Ces actes sont d'une barbarie sans nom. Cependant, toute société devrait avoir une certaine humanité dans les questions du traitement pénitencier. J'ai eu beaucoup d'admiration pour les parents d'une victime des attentats de Boston qui ont indiqué qu'il ne voulait pas que le coupable encourt la peine de mort. Ils ont tout compris.

Bref, cette bd s'inscrit dans cette mouvance humaniste. Cela pousse à une certaine réflexion qui est nécessaire sur les objectifs de la sanction et les moyens de les mettre en oeuvre en respectant tout simplement les droits de l'homme.

Nom série  Moby Dick (Chabouté)  posté le 18/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il n'y a pas moins de 5 séries au minimum consacrées au Capitaine Achab et à Moby Dick. Malgré tout son talent, Chabouté nous livre une version pas très originale. On a trop vu cette histoire de folie et de vengeance envers un cachalot albinos. On la connait par coeur.

On appréciera par contre son dessin qui marque les esprits. Il arrive à donner une expression hors du commun à ses personnages. Il a également une excellente maîtrise du noir et blanc. Je le dis sans concession : c'est sans doute le meilleur dessinateur du moment au niveau de ce travail graphique.

Bref, cette bd n'apportera rien au roman original. Cependant, Chabouté reste toujours à la hauteur.

Nom série  Virginia Woolf  posté le 17/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je connais juste Virginia Woolf de réputation. C'était une grande de la littérature anglaise du début du XXème siècle. Cette bd me permet de connaître sa vie faite de drames successifs. En effet, elle va perdre assez rapidement toutes les personnes qui lui sont proches: famille et amis. Elle sombrera dans une grave dépression qui la conduira au bord du désespoir un soir d'hiver de l'année 1941 alors qu'Hitler a envahi presque toute l'Europe. La célèbre Mylène Farmer a exprimé toute la mélancolie de cette vie au travers de l'une de ses chansons.

Cependant, cette femme hors du commun incarnait également le dynamisme. Elle a créé une maison d'édition et a rencontré les plus grands de ce monde comme Sigmund Freud et bien d'autres. Elle a fait progresser la cause féministe dans une Angleterre typiquement victorienne.

Le dessinateur Bernard Ciccolini parvient à relever le défi au niveau du dessin tant au niveau de la précision que des couleurs crépusculaires. Dans la même collection "Grands destins de femmes", il a également croqué Coco Chanel.

Encore une fois, cette biographie souffre d'un certain manque de profondeur car les faits ne sont qu'explorés par l'évocation. On n'a pas le temps de comprendre les événements charnières de sa vie et du coup, on reste sur notre faim.

Nom série  En classe with me  posté le 17/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est clair que cela va nous rappeler les souvenirs de nos cours en anglais au collège. Les situations décrites par ce prof paraissent tellement réalistes. C'est traité avec un certain humour qui prêtera juste au sourire.

Il faut savoir que ce prof avait un blog où on pouvait voir ses dessins à travers les sketchs de plusieurs cases. C'est ainsi devenu un ouvrage avec une compilation de plusieurs anecdotes. L'auteur se débrouille plutôt bien au dessin.

Pour le reste, on voit les préoccupations quotidiennes des professeurs obligés de se coltiner des élèves incultes pendant 20 heures par semaine et ne bénéficiant que de 6 mois de vacances par an. Ce n'est pas la bella vita avec des conditions de travail aussi pénibles. Que dire également des réunions avec les parents ? Tout cela sera abordé.

Au final, c'est sympathique car cela se lit avec plaisir mais sans ce petit plus.

Nom série  Les Identités remarquables  posté le 17/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est tout le portrait des années 80 à travers deux jeunes filles qui veulent monter leur propre groupe de rock en commençant par leur chambre d'adolescente. C'est clair qu'avec des titres comme "je suce des queues", elles vont faire fureur. Mais bon, c'était les années 80 où il fallait obligatoirement se droguer pour être in ou se faire remarquer par tous les moyens (voir la coupe de cheveux de Desireless).

Mis à part tout ces excès propre à l'esprit rock, on finira par trouver attachante des deux nanas Tania et Virginie. Cela se finit sans savoir ce qu'il va advenir mais qu'importe car l'essentiel était de goûter l'esprit du temps. Eh oui, il fut un temps où écouter Etienne Daho et ses vies martiennes était encore branché.

Il est dommage qu'aucune mention ne soit faite à la plus grande chanteuse française des 30 dernières années alors qu'elle a survécu aux années 80 à savoir Mylène Farmer. Mais bon, on pourra pardonner car le bon goût n'est pas à la portée de tous. Quoiqu'il en soit, cette BD est teintée d'humour et d'ironie sur cette France qui s'endort alors que de l'autre côté de la Manche, c'est just can't get enough.

Nom série  Mon truc en plus  posté le 17/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est le genre de truc en plus dont on se passerait bien surtout dans notre monde aussi ordinaire. La trisomie reste une terrible épreuve pour les proches. Une fois l'acceptation passée, les choses se déroulent car il le faut bien. Cette bd vient apporter un peu de baume au coeur en nous présentant un petit Pablo presque comme les autres enfants. Certes, il ne quitte pas son disque de Petula Clark (c'est qui ?).

Il est toujours intéressant de voir le regard décalé des enfants par rapport au monde qui les entoure. Il y a une certaine fraîcheur et une innocence que l'on regrette. Pour le reste, je dois dire que le sujet difficile a été bien maîtrisé. Il fallait le faire : une bd d'humour sur une maladie aussi triste.

Nom série  Triangle rose  posté le 16/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’avais entendu que les homosexuels allemands avaient été également persécutés par les nazis. Il faut dire que les adeptes d’Hitler ne juraient que par la pureté de la race aryenne. Le mariage gay et l’adoption d’enfant avec deux papas n’existaient pas. Autre époque, autre mœurs ? Depuis l’Antiquité (et certainement la Préhistoire), cette pratique a toujours existé tout comme la prostitution d’ailleurs.

C’est un sujet très sensible dans une époque où la souffrance des gens peut être exploitée à des fins politiques par une minorité ou un état étranger. Je pense qu’il est nécessaire de rappeler que les persécutions ont concerné également d’autres catégories de personnes. Il est clair que c’est totalement condamnable. On ne devrait pas avoir à souffrir du seul fait qu’on est juif ou homosexuel ou tzigane. Il n’y a pas de monopole à la souffrance que cela soit étoile jaune ou triangle rose.

Cette bd est très bien réalisée. Elle nous dit l’essentiel sur le sujet à savoir la féroce répression des indésirables. Il est regrettable que ce grand-père ne soit pas plus compréhensif vis-à-vis de la nouvelle génération. Je n’ai pas vraiment aimé la fin de cet ouvrage, je n’ai pas apprécié sa réaction malgré toute la souffrance vécue et les rancoeurs. Il est vrai qu’il a commencé sa vie de jeune garçon dans l’insouciance du Berlin des années 20 avant de tomber dans l’horreur à partir de 1933. Encore une fois, je peux comprendre ce malaise.

Il est consternant de s’apercevoir qu’à la Libération, les choses n’avaient pas évolué pour ce qui était considéré comme un délit à réprimer. L’absence d’indemnisation est également choquante. La moitié des 15000 déportés sont morts. Les survivants ont vécu une douloureuse épreuve en n’obtenant pas le titre de déporté car c’était considéré comme normal à cause du fameux paragraphe 175 du code pénal allemand datant de l’époque bismarkienne. En Allemagne de l’Ouest, la légalité de la répression de l'homosexualité par le régime nazi est confirmée par la Cour fédérale constitutionnelle en 1957. Bref, que de chemin parcouru depuis.

En conclusion, une bd prenante, fort bien documenté et malheureusement fort réaliste. Cette oeuvre s’appuie sur un dessin précis et soigné. Cela vaut le détour d’un point de vue historique, c’est certain. Personnellement, j’ai toujours eu en horreur les gens qui nient l’existence d’un génocide ou de ce type d’exaction concernant une minorité. Le devoir de commémoration face à l’Histoire s’impose dans certains cas.

Nom série  Roland et le jeu  posté le 15/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Le Comité Six charge Roland de retrouver Marcel, qui viole les lois de leur univers fractal en interférant à travers le multivers pour l'améliorer. Il part à sa recherche et tente de corriger les interférences qu'il a perpétrées dans chaque univers, mais les passages de Roland dans les différents mondes provoquent eux-mêmes une série de synchronicités qu'il ne peut éviter.

C’est un jeu à la George Orwell où l’espace-temps semble primordial. J’ai bien aimé l’introduction qui augure d’une œuvre assez ambitieuse. Passé le premier chapitre, on est plongé au cœur du Moyen-Age et l’on n’y comprend déjà plus rien. J’ai par la suite eu beaucoup de mal à raccrocher les wagons dans cet univers ésotérique.

Fondamentalement, cette œuvre doit être intéressante. Personnellement, je n’ai pas accroché car c’est très psychédélique. La synchronicité n’aura plus de secret pour vous.

Nom série  Plus fort que la haine  posté le 14/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Qu’est-ce qui est plus fort que la haine du blanc ? L’amour du noir ? Dans une Amérique ségrégationniste et raciste, on pourrait le penser. Les faits pourraient apparaître tellement caricaturaux : le pauvre noir face à l’arrogance du riche WASP. Pourtant, cela correspondait à une certaine réalité qui a poussé les noirs à s’émanciper grâce au mouvement révolutionnaire des Black Panthers ou encore au militant non violent Martin Luther King. Les actions du KKK étaient intolérables d’autant que les membres de la police fermaient les yeux sur ces exactions.

Les dialogues entre le père et le fils sonnent faux au début. Il s’agit pour l’auteur d’expliquer la condition misérable des gens de couleurs. Par la suite, on ne comprend pas très bien les revirements incessants du père en faveur d’un fils révolté contre ce système et qui doit choisir entre la vie et la violence.

La boxe sera perçue comme une sorte de solution pour régler les comptes de manière presque pacifique. Les coups de poing légaux sont préférés aux bastonnades. Elle n’apparaîtra qu’au milieu de l’album avec une fin assez vite expédiée. Le scénario ne fait que reprendre les poncifs du genre sans aucune originalité.

Même si le message de paix me plaît beaucoup ainsi que les valeurs véhiculées, il faut reconnaître une certaine naïveté qui nuit aux propos de cette œuvre tellement généreuse. Les droits civiques ont évolué au point d’aboutir à l’élection de Barack Obama : tout un symbole ! Place désormais aux femmes. Tiens, cela tombe bien car Hillary Clinton va se présenter.

Au final, c’est quand même un bel album dessiné en noir et blanc. Chapeau au dessinateur René Follet âgé de 83 ans, comme quoi !

Nom série  Modigliani  posté le 13/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Modigliani fut un peintre non reconnu de son vivant et qui souffrait de la concurrence d’un certain Pablo Picasso. On va nous conter son histoire dans le Paris Montmartre des années de la Première Guerre Mondiale. Il voulait d’ailleurs s’engager pour défendre la patrie mais fut réformé.

En effet, il souffrait déjà depuis de nombreuses années de la tuberculose. Cette terrible maladie aura raison de lui. Plus surprenant encore sera le sort funeste de sa jeune compagne Anna qui lui fera un enfant juste avant qu’il ne meure. On admirera son indéfectible amour à celle qui a tout supporté dans cette descente aux enfers. Bref, ce sont les dernières années de sa vie qui sont mises en exergue par l’auteur qui avait d’ailleurs fait la même chose avec Stefan Zweig.

On apprend des choses assez intéressantes sur la vie de Modi. Je pense notamment au fait qu’il fut peintre par défaut ne pouvant pas exercer sa passion pour la sculpture. Je pense également à son entrevue avec Auguste Renoir le lubrique.

Pour une fois, cette tranche de vie n’est pas pompeuse. L’auteur a développé un véritable trait de personnalité. On s’attachera également moins aux œuvres produites bien que son célèbre autoportrait y figurera. On sait que cet artiste est très connu pour ses peintures de nus. Les amateurs de peinture risquent d’être déçus mais ce ne fut pas mon cas.

Mention spéciale également pour le dessinateur qui a réalisé un travail remarquable de maturité. Une colorisation réussie. Des cadrages extraordinaires qui s’accommodent de longs textes avec des planches décloisonnées.

J’ai beaucoup apprécié cette œuvre qui décrit parfaitement une certaine ambiance du milieu artistique et bohême de ces artistes venus tenter leur chance dans la capitale. C’est de là que provient la fameuse expression des bobos.

L’artiste fait partie des peintres maudits qui ont versé dans l’excès : alcool, drogue, prostitution. Un tel mode de vie n’est pas très sain pour la santé mais je ne me permettrais pas de juger même si à titre personnel, je ne cautionne pas. Une de ces citations : « Je hais le goût de vivre. Je bois pour m’ôter ce goût de la bouche ». Il n’arrive plus à respirer la vie qui lui est insupportable.

En conclusion, nous avons une biographie parcellaire qui est très réussie. Cela impressionne !

Nom série  Vie de merde  posté le 12/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime bien cette bd d'humour avec ses personnages résolument modernes. Les gags se déclinent autour d'une page. C'est agréable à lire car aéré. Enfin une bd d'humour moderne qui se respecte.

Il faut dire que le rythme de parution a été assez rapide : pas moins de 17 albums et trois best of en 4 ans (2011-2015). Chaque album traite d'un thème différent. Le premier aborde les premières fois en amour, le second s'intéresse au boulot etc...

Ce sont des histoires de vie quotidienne qui sont brocardées avec humour. C'est drôle et croustillant à la fois.

Nom série  Biguden  posté le 12/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est une curieuse bande dessinée qui mélange un peu le trait manga avec les légendes bretonnes pour un résultat tout à fait honorable et original. Il fallait oser mélanger le Japon et ses traditions avec la Bretagne ! L'auteur Stan Silas possède toute l'inventivité pour nous entraîner dans cet univers composé de l'ankou ou des korrigans.

Toute les facettes de la Bretagne seront présentes : même les crêpes ! J'aime bien tout ce folklore savamment orchestré. Il y a beaucoup d'humour dans cette oeuvre même si on sent que plane derrière une tragédie familiale.

C'est une série étonnante qui commence fort bien. L'intrigue est maîtrisée bien qu'on doit un peu reconstituer un puzzle. Il y a l'émotivité et la délicatesse d'une bd jeunesse qui regarde déjà vers l'âge adulte à travers les thèmes explorés.

Nom série  L'Amour ferme les yeux  posté le 12/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il est vrai que l'atmosphère de cette bd est assez austère. L'histoire qui est découpée en plusieurs actes et tranches de vie de deux familles: l'une allemande et l'autre américaine. A l'origine, le père allemand qui a fait partie des jeunesses hitlériennes. De l'autre côté de l'Atlantique, un jeune homme qui ne parvient pas à s'enrôler dans l'armée américaine pour des raisons médicales.

On suit tout cela avec un certain intérêt d'autant qu'on se pose des questions. Le récit est assez fluide.

Quand on arrive à la fin qui retrace la vie de la deuxième génération, on se rend compte d'une supercherie au niveau du scénario. Tout cela pour ça. Ce sentiment va un peu gâcher le rendu sur l'oeuvre.

La carte à gratter est un aspect graphique que j'aime bien. C'est dommage car il manque une certaine densité et consistance à cette oeuvre.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 184 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque