Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 5049 avis et 1955 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Mon année  posté le 22/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette BD m'a bien plu, je la trouve jolie et intelligente, mais je n'ai guère été touché. J'ai l'impression que je me sens trop distant du cas de cette enfant trisomique et les auteurs n'ont pas réussi à me faire ressentir suffisamment d'empathie envers elle pour que l'émotion passe vraiment.

Je ne nie pas qu'il y a beaucoup de bonnes choses.
D'abord le dessin de Taniguchi que j'aime bien même si les expressions de ses personnages sont un peu répétitives et si ses décors de paysages lointains m'apparaissent assez plats. Les couleurs pastel sont également un peu trop délavées à mon goût.
Et puis elle est quand même bien attachante cette petite Capucine. J'aime notamment l'idée utilisée pour représenter par des dessins d'enfants la façon dont elle ressent les émotions des gens. J'aime aussi la révélation sur la "nature" du Doudouroudou en fin de premier tome. Amusant.

Bref, j'ai suivi de manière agréable les aventures au quotidien de cette jeune trisomique et les difficultés de ses parents.
Par contre, la tentation romantique qui semble apparaitre pour le père me parait un peu déplacée et sans grand intérêt : si le scénario va dans ce sens, je ne suis pas tellement sûr de suivre...

Nom série  Venturi  posté le 21/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Malgré une couverture ne payant vraiment pas de mine, j'ai été agréablement surpris par les premières planches de cet album. J'ai tout d'abord été intéressé par le décor : la Chine des années 20, en pleine confrontation entre seigneurs de la guerre et sous la domination des puissances étrangères manipulatrices. Puis il y avait aussi le dessin que j'ai trouvé agréable. Les décors n'étaient pas mal du tout et les couleurs à l'aquarelle avaient un petit côté Bourgeon que j'aime bien.

Mais ce même dessin est nettement moins convaincant concernant les personnages dont les visages, changeants, sont bizarrement râblés la plupart du temps.
Et puis surtout, malgré mon envie de me plonger dans ce récit exotique, j'ai été rebuté par une narration confuse et mal foutue. A force de flash-backs mal mis en place, le scénariste m'a rapidement perdu. Tandis que je raccrochais les wagons, je sortais de plus en plus d'une ambiance historique et aventureuse qui, pourtant, aurait pu être très sympathique.
Et puis est venue la fin très abrupte de ce premier tome, elle aussi mal foutue. Cela donne l'impression d'une série qui s'entamait mais dont on a obligé les auteurs à clore le récit au bout d'un tome au cas où les ventes ne seraient pas significatives. Et comme ce fut visiblement le cas, la série s'arrêtera au seul premier tome, qui peut se lire comme un one-shot finalement très moyen.

Nom série  Angel voice  posté le 21/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Angel Voice emprunte à beaucoup de mangas sportifs similaires. A l'instar de Slam Dunk, ce n'est non pas un mais plusieurs bagarreurs relativement incompétents en matière de foot qui sont recrutés dans une équipe dont on imagine qu'avec de telles personnalités, elle ira loin. A l'instar d'Evil Heart ou de Coq de combat, c'est par le sport que des adeptes de la violence vont trouver une certaine forme de rédemption.

Classique et sans grande surprise, ce manga se révèle pourtant très efficace et captivant. Il utilise pour cela la trame de base d'un bon nekketsu : des personnages très charismatiques, qu'on a grandement envie de voir se rencontrer, oeuvrer ensemble et gravir peu à peu les échelons de la compétition.

Le dessin est de belle qualité. Réaliste, il utilise une forme amoindrie de "super-deformed" pour accentuer les passages humoristiques. Les visages ne deviennent en effet pas complètement cartoonesques le moment venu, l'auteur se contente d'effacer les nez et d'élargir fortement les bouches. L'effet est un peu étrange et m'a parfois dérangé car, à la chevelure près, certains personnages sont difficilement reconnaissables dans ces moments-là. Hormis cet effet graphique auquel il m'a fallu m'habituer, le reste du graphisme est très soigné et agréable.

Le récit est prenant. Il laisse apparaitre certains passages violents, voire sanglants, dans les premiers chapitres. Mais il parait probable que ceux-ci disparaissent pour laisser la place au sport au sens le plus noble et entrainant du mot. L'humour est bien rendu par les comportements de ces grands échalats qui se démènent pour dribbler et pour dompter leurs personnalités querelleuses. Ils se révèlent tous attachants et intéressants.

C'est un manga qui paraitra peut-être un peu trop viril parfois pour plaire à un lectorat féminin mais je m'y suis bien laissé prendre et je lirai la suite avec envie.

Nom série  Hokusai  posté le 21/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A quelques mois d'intervalles, Kana a publié deux albums portant sur la vie et l'oeuvre du célèbre maître de l'estampe, Hokusai. Folles passions se focalisait les dernières années de sa vie tandis que ce gros one-shot qu'est Hokusai aborde quasiment tout son parcours.

Shotaro Ishinomori fait preuve d'un graphisme qui rappelle grandement celui de Tezuka. Le Tezuka plus ou moins réaliste, pas celui qui se permet des visages cartoonesques et déformés pour ajouter de l'humour et de la légèreté à son récit.

Ce manga est d'ailleurs un peu trop sérieux. Il aborde avec grand respect la vie d'Hokusai en se basant sur certaines étapes charnières de son parcours. C'est intéressant et très instructif pour qui ne connait pas l'artiste, néanmoins mon ressenti est mitigé.
On découvre en effet davantage les problèmes identitaires et les soucis caractériels d'Hokusai que la force et la particularité de son art. On y apprend, si on ne le savait pas déjà, de quelle manière surprenante il a régulièrement changé de nom pour tenter à chaque fois de reprendre les choses à zéro ou s'imposer d'une autre manière. On y observe sa passion charnelle pour les femmes et le grand nombre de ses conquêtes à tout âge. On y constate son caractère difficile et ce qu'on pourrait considérer comme des caprices d'artiste.
Mais, hormis le respect qu'il entrainait pour lui et pour son oeuvre, l'ouvrage n'en explique guère les spécificités, la nouveauté ou la force.

Heureusement, et de fort belle manière, le manga est parsemé d'exemples de ses oeuvres, dont la majorité sont superbes et en même temps très instructives sur la vie et l'état d'esprit japonais de l'époque.
Et même si la narration n'est pas toujours très claire, notamment en terme de chronologie, le lecteur découvrira pour de bon la vie d'Hokusai du début à la fin. C'est intéressant et agréablement raconté. Le personnage apparait sous un jour réaliste, plutôt sans concession, ce qui ne le rend pas vraiment charismatique mais en tout cas très humain.
Instructif et à lire si vous voulez en apprendre plus sur cet artiste qui aura marqué le monde de la peinture et de l'estampe sous le nom d'Hokusai.

Nom série  Tokyo Home  posté le 19/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Tokyo Home est un bel album aux couleurs attirantes et dont la couverture cartonnée est agréablement crénelée. Ne serait-ce que physiquement parlant, c'est un plaisir de le tenir en main.
Il surfe sur la vague des amatrices de mangas, celles qui, abreuvées de shojo et d'univers otaku dans leur jeunesse, abordent maintenant la fin de l'adolescence et la début de la vie adulte. Ce one-shot met en effet en scène une étudiante de 17 ans qui fait le pas, suite à une dispute familiale, d'aller vivre au Japon, auprès de son père. Le moyen pour elle et pour les lecteurs et lectrices de découvrir le Japon tel qu'ils l'ont fantasmé dans leurs lectures, leurs animés et tout ce qui entoure le grand amour des français pour le Japon traditionnel et moderne.

Je dois dire que la première moitié de cet album m'a un peu exaspéré par l'abondance de clichés dont il fait preuve. Certes l'aspect carnet de voyage permet de retrouver ou découvrir certains détails justes et bien spécifiques au Japon du 21e siècle mais il y a aussi beaucoup d'éléments qui sentent le déjà-vu et la fan-attitude envers une certaine vision du Japon. C'est à peine si l'héroïne ne lance pas un "kyaaa !" ravi quand elle mange ses sushi et ses bento.
L'arrivée en tant que nouvelle dans le lycée avec l'attention immédiatement posée sur elle, les garçons qui tombent sous le charme de la petite française, l'inévitable petite peste avec sa bande de pêteuse qui la désignent comme rivale à abattre, elle qui s'en sort parce qu'elle est jolie, gentille et finalement bonne en tout (judo, cuisine, sport, etc...)... Trop cliché !
En outre, j'ai eu un peu de mal à trouver naturel le comportement du père assez excentrique de l'héroïne. Certes c'est partiellement expliqué dans le récit mais j'ai trouvé qu'il était beaucoup trop détaché et lointain de sa fille qu'il laisse se débrouiller toute seule la plupart du temps.

Néanmoins, à partir de la moitié de l'album, j'ai commencé à accrocher. L'intrigue se révèle nettement moins prévisible que je l'imaginais. Les personnages se font attachants. Et on se sent de plus en plus dépaysé tandis que l'héroïne fait son nid au Japon et qu'elle s'y fait amis et habitudes.
Le dessin, un peu kawaï, joue en faveur de l'ambiance optimiste et de la légèreté du récit. Malgré quelques décors un peu moyens, il est agréable et la mise en page est très fluide.
L'aspect romantique est également bien présent dans le scénario mais il évite la simplicité d'un grand amour peu crédible. L'aspect mature de cette partie du récit joue en faveur de son agréable personnalité.
Et au fur et à mesure de la lecture, il nous vient l'envie de faire comme l'héroïne, de tenter nous aussi notre chance au Japon pour voir si l'on peut y trouver les choses qui nous ont plu dans l'univers fantasmé des manga et des animés.

Nom série  L'Ecole Marcel-Torgnol  posté le 18/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette petite série ne paie pas de mine mais est assez plaisante.

Au format souple, avec un papier un peu gris, elle présente un ensemble de planches en noir et blanc. Le dessin est très simple dans une veine de livres illustrés pour la jeunesse.

Chaque album se structure en histoires courtes composées chacune d'une première page en illustration accompagnée d'un court texte d'introduction puis d'une dizaine de planches de BD.
Le sujet de ces récits est très variable, restant parfois très terre-à-terre tandis que certains lorgnent vers le fantastique amusant ou le fabuleux poétique. Il s'agit parfois de se moquer gentiment des professeurs, de raconter les frasques des enfants ou de mettre en scène, parfois à la manière d'un conte, un thème lié à l'école ou à l'un ou l'une des élèves en particulier.
Ces histoires sont entrecoupées de doubles pages humoristiques mêlant images et textes sur le sujet des élèves, des professeurs et de l'école.

Rien de très surprenant dans cet ensemble mais des personnages assez attachants, quelques passages amusants et une abondance de jeux de mots parfois bien trouvés. Une lecture agréable même si je doute le relire un jour.

Nom série  Le Diable Amoureux et autres films jamais tournés par Méliès  posté le 17/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note : 3.5/5

Ce n'est pas la meilleure oeuvre que Vehlmann et Duchazeau ont pu produire en commun mais je salue son originalité et sa qualité.

Les auteurs mettent en scène un univers de fables modernes, mêlant au décor parisien du début du 20e siècle des éléments de fantastique et de rêve. Le ton est assez particulier, avec une ambiance un peu freaks qui vient des éléments de cirque ou du spectacle qu'affectionnaient Méliès. Les récits sont parfois de simples contes, parfois des histoires absurdes, un peu loufoques et avec une touche de noirceur. Par-ci par-là l'humour pointe avec vigueur et c'est trés appréciable.

Le dessin de Duchazeau n'est pas au niveau de ses plus belles oeuvres (je pense à Les Vaincus par exemple) mais il est beau et convient bien à ces fables un peu décalées et à ce décor mi-historique mi-onirique.

J'ai donc apprécié cette lecture et sa particularité. Néanmoins, ce ne sont pas des histoires très mémorables et les auteurs ont réalisé des oeuvres plus marquantes que celle-ci.

Nom série  Nävis  posté le 16/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Depuis le temps que je connais la série Sillage, j'avais l'impression de connaître déjà cette série dérivée mettant en scène la jeune Nävis en gamine un peu turbulente vivant au milieu des animaux de sa jungle adotpive. Ce n'est pourtant qu'hier que j'en ai fini l'intégrale parue. Et ça m'a bien plu même si je crois ne pas être tellement le public visé.

En effet, le ton de cette série est plutôt destiné à la jeunesse. Nävis est une mignonne gamine énergique et volontaire. Elle crie beaucoup, est rigolote et pas très obéissante. En même temps, elle a bon coeur et veut aider son entourage, les animaux qu'elle rencontre, même si cela finit souvent en bêtises qu'elle doit ensuite corriger.
Les histoires sont amusantes, dynamiques mais aussi un peu naïves. C'est mignon, quoi, même si le danger rôde souvent.

J'ai été allergique au dessin de Munuera dans la série Spirou et Fantasio où je le trouvais agaçant avec le sentiment que les personnages avaient trop la bougeotte. Il convient par contre parfaitement à la série "Nävis" où l'accent est justement mis sur la pêche de l'héroïne et où les monstres et les personnages animaliers sont bien plus plaisants à mes yeux que les visages humains tels que les dessine Munuera.

Ce fut donc pour moi une lecture légère, pas très mémorable mais agréable. Qui plus est, les lecteurs de Sillage pourront découvrir par-ci par-là quelques indices disséminés sur les origines mystérieuses de Nävis.

Nom série  Dreamwar  posté le 16/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
C'est avec une vraie curiosité que j'ai été poussé vers cet album. Imaginez en effet la rencontre entre la Justice Ligue of America et Authority, Superman qui rencontre Appolo, Batman qui dialogue avec Midnighter, etc... C'est alléché par de telles possibilités que je me suis procuré Dreamwar.

Mais Dreamwar, ce n'est pas un crossover JLA/Authority, c'est un crossover complet DC/Wildstorm. Et c'est dans ce genre de circonstances qu'on se rend compte combien on peut être largué quand on ne suit pas TOUTES les publications de ces deux univers de comics. En effet, pour apprécier cette histoire à sa juste valeur, il vaut mieux connaître côté DC non seulement la JLA mais aussi tous les membres des Teen Titans, de la Légion des Super-Héros et une poignée de grands super-méchants de ces dernières années, et côté Wildstorm non seulement les irrévérencieux membres d'Authority mais aussi ceux de Stormwatch, des WildCats et de Gen13... mais hélas pas de Planetary...
En ce qui me concerne, je préfère concentrer mes lectures sur quelques super-héros phares et surtout pas sur l'effet de masse de tous ces groupes de super-héros disparates. Du coup, ne connaissant qu'une poignée des membres de toute cette foule autrement que de nom ou de vague réputation, j'ai manqué une grande partie de l'intérêt que pouvaient apporter leurs apparitions et leurs interactions.
Premier souci.

Mais le vrai point qui m'a déçu dans cette histoire, c'est la facilité du scénario. Je vais vous révéler un spoiler qui est rapidement dévoilé dans le récit : ce qui a permis un tel crossover ici, c'est l'action d'un garçon dont le rêve est capable de donner vie aux personnages de DC dans l'univers Wildstorm. C'est ainsi qu'il a décidé de faire apparaitre les super-héros les plus forts de DC mais aussi quelques super-méchants importants (comme doomsday de La Mort de Superman, l'absorbeur de soleil de JLA : Extinction ou encore le Joker) pour combattre ceux de son monde. Un gros fantasme de fanboy donc. Mais c'est sans aucune crédibilité et d'une facilité crasse. On est dans un monde manipulé par un rêveur donc tout est possible du moment que ça arrange le scénariste.
Cela entraine des confrontations invraisemblables, où tout le monde se met sur la gueule sans autre raison que le fait d'avoir été manipulé par ce fameux Chimera, mais aussi quelques incohérences que le scénariste voudra sûrement expliquer comme normales car finalement issues de l'esprit d'un fanboy.
Sans parler de la fin qui est complètement abrupte et superbement bidon.

Un gros gâchis d'une rencontre entre deux univers qui aurait pu être excellente. Je n'ai trouvé que des bribes des espoirs qui m'avaient poussé à lire ce comics : quelques discussions amusantes entre Superman et les membres d'Authority, le combat entre Midnighter et le Joker, quelques rencontres attendues ou intéressantes entre super-héros de même acabit... Mais tout est tellement survolé et rabaissé par un scénario abracadabrant aux allures de fan-fiction qu'il est impossible d'y prendre véritablement plaisir. C'est frustrant car il y avait matière à faire quelque chose d'excellent.

Nom série  Les Enfants du Capitaine Grant, de Jules Verne  posté le 15/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette BD m'avait déjà tapé dans l'oeil par la beauté de son graphisme. Les planches sont en effet superbes. Ce sont de belles peintures de paysages exotiques, de villes, de vieux gréements, le tout réhaussé d'excellentes lumières romantiques. La texture de la colorisation est particulièrement agréable à l'oeil. Certes, l'auteur abuse un peu des levers et couchers de soleil, mais ça n'en est pas moins beau.
Mon seul regret concerne les personnages animaliers et surtout la monotonie de leurs epxressions et leurs bouches constamment ouvertes. Ces détails gênants gâchent la perfection du reste des planches, dommage.

Quant au scénario, je m'en souvenais vaguement par ma vision il y a une vingtaine d'années du film adapté du roman de Verne. Il ne s'agit pas de la meilleure oeuvre de ce dernier mais, comme la majorité d'entre elles, elle excelle par le dépaysement et le sentiment d'aventure qu'elle procure.
J'ai bien été pris par le récit, heureux d'être transporté dans les décors grandioses de l'hémisphère sud et notamment des Andes et la Pampa argentine. Certes le hasard s'acharne un peu artificiellement sur les héros ce qui ne rend pas le tout très crédible mais c'est bien plaisant à lire. J'ai trouvé le récit un peu condensé suite à son adaptation en BD mais il reste fluide et agréable. Il manque juste un petit peu d'émotion, comme s'il était survolé un peu trop superficiellement.
J'ai tout de même pris plaisir à lire cette superbe BD dont je recommande la lecture aux adolescents et aux adultes.

Nom série  Rédemption  posté le 23/04/2009 (dernière MAJ le 14/06/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La ville perdue dont on ne peut plus sortir, c'est une thématique assez classique du récit fantastique. Ce qui la rend un peu plus originale, ici, c'est la nature de ses habitants. Ceci étant dit, pour ce premier tome, cette nature n'a pas encore servi pour de bon. J'attends donc encore de voir ce que ça va donner et où veut en venir l'auteur.

Pour l'instant, c'est une lecture plaisante qui m'a offert un bon moment de divertissement et me donne plutôt envie de lire la suite.
Le dessin ne me plait qu'à moitié. Je le trouve assez changeant, tant au niveau des personnages, qui ont des faciès souvent un peu déformés, que des décors (je pense notamment au Messerschmitt qui me donne l'impression d'être différent à chaque point de vue).
La narration est bonne et on accroche vite au récit.

Hélas, le seul premier tome est trop léger. Il ouvre toutes les pistes pour une suite de bon niveau mais celle-ci ne verra jamais le jour puisque la série a été abandonnée. Du coup, impossible de conseiller l'achat de cet album orphelin.

Nom série  Pulp story  posté le 13/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Malgré un aspect initial de série de gare porno médiocre, je trouvais les premières pages de cette BD assez émoustillantes. C'est très cru, sans crédibilité aucune, mais au moins les filles étaient mignonnes et avaient l'air d'en vouloir.
Mais quand ont commencé les premières scènes de torture, j'ai décroché immédiatement.

Résumons-nous. Pulp story, c'est une BD XXX qui pompe complètement le scénario du film Pulp Fiction. Les deux protagonistes sont des copies des Samuel et Vincent du film, à la différence près que Samuel est ici blanc. Parce qu'un héros noir ne plairait pas au public populaire italien ? On retrouve dans la BD des scènes rappelant de très loin celles du film. Mais dans l'ensemble, le scénariste reconstruit complètement sa propre histoire et ça n'a plus grand chose à voir si ce n'est d'essayer de jouer sur le succès et les idées de Tarantino.
Le dessin est très moyen. Les scènes de sexe sont relativement bien dessinées mais les personnages eux, sont très changeants et souvent laids. Quant à la narration graphique, elle est très médiocre.
Mais comme je le disais plus haut, ce que je n'ai vraiment pas aimé, ce sont les scènes de torture complètement gratuites. Je suis habitué aux scènes de viol dans les BD de cul un peu minables. Celle-ci n'en manque pas et, comme d'habitude dans ces nullités, les victimes finissent par aimer ça et à en redemander... du moins dans l'esprit malade de ces scénaristes. Mais à cela s'ajoutent de véritables scéances de torture physique avec pinces, aiguilles et fer chaud. Il y en a que ça excite ? Pas moi.
Minable.

Un deuxième tome était prévu en album mais il n'aura vu le jour qu'en version kiosque.

Nom série  A Story of war  posté le 13/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album est devenu une rareté et j'ai été ravi de le trouver, complètement par hasard, dans une boutique d'occasion.

Son format assez spécifique rappelle à dessein les vieux périodiques de BD petit format, et plus particulièrement à mes yeux ceux des éditions EDI Europ qui se spécialisaient dans les récits de guerre. Sa couverture souple et fine le rend fragile et comme les vieux périodiques, le papier a tendance à jaunir. Ce n'est pas idéal pour la conservation mais ça en fait un album de caractère.

Mais avant tout, il s'agit d'une oeuvre d'Alec Séverin. Cela signifie que le dessin en est exceptionnel. Il ne paie pas de mine pourtant car vu le nombre de pages assez élevé et l'aspect d'ensemble un peu cheap, on dirait que l'auteur a fait le choix de dessiner relativement vite. Même si elles contiennent régulièrement quelques cases plus soignées, dont certaines mêmes très joliment peintes à l'encre, la majorité des planches présentent un aspect assez peu détaillé, avec un encrage proche du crayonné. Mais ce trait, aussi vif qu'il paraisse, est parfaitement maîtrisé. Al Séverin est un véritable champion de l'anatomie. En quelques traits faussement chaotiques, il brosse des corps d'hommes et de femmes pleins de vie et de mouvement. Il est sacrément doué, c'est impressionnant !
C'est très beau et les vrais amateurs de dessin sans aucune esbrouffe seront ravis.

Le scénario, pour sa part, est plaisant mais moins marquant que je l'aurais souhaité. Une longue histoire remplit quasiment tout l'album tandis que deux petits récits indépendants servent de bonus et de conclusion. Les personnages sont intéressants. La narration est fluide. Tout se déroule bien, l'ambiance y est. Mais l'intrigue ne sort pas tellement du lot et ne marque pas vraiment la mémoire.
C'est un peu dommage car avec un tel dessin, une très bonne histoire histoire aurait pu faire de cet ouvrage un album culte. Mais j'ai néanmoins pris plaisir à sa lecture et à admirer ses planches et la variété des graphismes talentueux qu'Al Séverin est capable de nous offrir.

Nom série  Cha  posté le 13/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Si l'intention des personnages et des auteurs est louable, cette BD m'a régulièrement agacé au cours de sa lecture.

Pour commencer, j'ai eu du mal avec son dessin. Je le trouve trop amateur. Et ce sont surtout les faciés des personnages que j'ai trouvés laids, plus particulièrement celui du vieux héros, ce Julien aux yeux si globuleux sensés plus profonds, plus charismatiques ou je ne sais quoi.

Puis ensuite, il y a le message qui est assené trop lourdement, trop artificiellement. Les héros sont des champions de la vie, de l'anarchie, de la lutte des classes ou du combat des gentils contre les méchants. Car c'est vraiment ce dernier point manichéen qui m'a paru définir le mieux définir le récit. Julien le rebelle se trouve des ennemis partout :"ils" sont contre lui, contre le peuple, contre la vie. "Ils", ce sont tous les technocrates, hommes de pouvoir, personnes installées, médecins et autres empêcheurs de vagabonder en rond. Vive la liberté, et tant pis si pour ça on doit voler l'argent d'innocentes tenancières de pressing pour jouer ensuite les sauveurs dans un village menacé par "ces salauds de types en costume-cravate".
Si seulement, les auteurs avaient su rendre leurs protagonistes attachants mais ce n'est pas le cas. Le jeune dont j'ai déjà oublié le nom a vraiment une fonction de faire-valoir tandis que le vieux Julien est pénible dans son exhubérance, son assurance absolue dans ses idées implacables et le soutien sans faille des scénaristes qui lui permettent d'accomplir tous ses caprices.
Naïf et manichéen, le message, même s'il est juste sur le fond, est amené lourdement et de manière bancale. Tout m'a paru artificiel. Les personnages se définissent aussitôt du côté des gentils, libres, souriants, solidaires, heureux de vivre et insouciants du lendemain, ou du côté des méchants, aigris, profiteurs et dirigistes. Et les péripéties s'enchainent, comme une suite de bonnes oeuvres auxquelles les gentils héros vont pouvoir participer, de coups d'éclat pour assener encore et encore leur message, mais le tout sans suivi et surtout sans aucune crédibilité. Et bien sûr, les méchants policiers vont mettre fin au beau rêve.

Nom série  In bed with Sonia X  posté le 13/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bof...

Il y a quelque chose de bien dans cet album, c'est le dessin de Casotto. Elle a un sacré coup de crayon pour ses personnages, hommes et femmes. Et même si on retrouve un peu toujours les mêmes visages d'une histoire sur la suivante, les corps des femmes sont très jolis. Le seul problème, ce sont les poils. Visiblement, Casotto aime les femmes nature, très nature. Aisselles fournies, touffes débordant de tous les côtés, etc. Je n'aime pas ça, ça me refroidit complètement.
Autre problème, les expressions des personnages ont l'air surjouées, n'ayant souvent pas grand chose à voir avec le déroulement du récit. Casotto doit probablement travailler sur la base de photos et de modèles mais, du coup, elle n'arrive pas à rendre naturelles les poses et les expressions faciales.

Mais de toute manière, le vrai souci, ce sont les scénarios. Ils sont plutôt nuls, bancals et parfois ridicules. Qui plus est, les dialogues sont ratés et la narration confuse. C'est suffisamment pénible à lire pour qu'on en vienne rapidement à ne plus regarder que les images.
Du coup, ce n'est guère émoustillant, l'objectif n'est donc pas atteint.

Nom série  Jeunes mariés  posté le 11/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Du pur shojo comme je n'aime pas.

Ce récit s'entame sur un postulat sans aucune crédibilité : une adolescente dont la mère vient de mourir se retrouve du jour au lendemain mariée à un jeune milliardaire un peu sadique. Pouf, comme ça, sans qu'elle ait son mot à dire.
Ca enchaine direct dans les gros clichés. La famille ultra riche avec porrari (oui, l'auteure a trouvé rigolo de mélanger une porsche et une ferrari), demeure avec innombrables domestiques, jet, yacht et autres îles désertes privées. Le gars qui joue les méchants mais en fait on sait qu'il va devenir gentil et qu'il est amoureux de l'héroïne. La pauvre orpheline dévouée mais pleine de personnalité qui subit le courroux des jaloux mais finira immanquablement par séduire tout son entourage. Etc etc...
L'auteure y ajoute un secret de famille aussi peu crédible que le reste, un amour impossible entre les deux parents des héros qui décident de le vivre par procuration par le biais de leurs enfants.
Et le gros mystère de la série : est-ce que oui ou non le héros est amoureux de l'héroïne, vivront-ils heureux et auront-ils plein d'enfants !? Ah, quel suspens !

De son côté, le dessin est très moyen et doté de tous les tics des mauvais shojo : décors vides, étincelles, étoiles et autres tramages en guise d'arrière-plans, yeux titanesques et surtout une mise en page dans tous les sens très peu pratiques pour une lecture fluide.

Si seulement c'était drôle... Mais l'humour, même si l'auteure essaie vainement d'en insérer par-ci par-là, n'est vraiment pas assez présent pour faire passer la pilule d'une série qui embaume trop lourdement l'eau de rose.

Je ne mets pas la note minimale car la narration reste correcte et permet de lire la série jusqu'au bout. Du coup, ce manga a quelques chances de plaire aux jeunes filles romantiques et pas trop regardantes sur la qualité de l'intrigue. Mais je ne fais pas partie de cette communauté.

Nom série  A girls  posté le 11/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je l'avoue sans honte, ce sont les reproches faits ci-dessous par Pasukare sur le côté racoleur de ce manga qui m'ont attiré vers lui. Comme les dessins de la galerie me paraissaient bien foutus, je me suis dit que je n'allais pas me priver pour rincer un peu l'oeil. Et effectivement, quand on est un garçon, cet étalage de filles sexy et de petites culottes n'a rien de désagréable du tout.
Bon, ok, c'est lourdingue. C'est clairement du racolage car même si cela s'intègre dans le scénario, il y a une vraie exagération des situations coquines et ça fait tout sauf naturel. Mais comme c'est joliment dessiné, je l'accepte malgré tout... Hum...

Pour en revenir à l'intrigue, la similitude avec le film The Island m'a sauté aux yeux. A tel point que j'ai eu l'impression d'avoir déjà vu et de deviner la grosse majorité de l'intrigue de ce début de série. Même si la narration est bonne et les personnages attachants, je n'ai donc pas trop été captivé. D'autant que les réactions de certains personnages, comme les parents (?) du héros sont un peu bizarres et que certains passages manquent de crédibilité.
Puis vers la fin du premier tome apparait une thématique autour de la synchronicité entre certains personnages, ce qui apporte un peu de nouveauté sans m'intéresser plus que ça pour le moment.

Malgré une intrigue déjà vue et un racolage actif quoiqu'agréable pour des yeux masculins, j'ai tout de même trouvé la lecture divertissante, assez bien menée, et la curiosité me poussera sûrement à lire la suite quand elle sortira.

Nom série  Miss Annie  posté le 11/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
A l'exception d'un mini-récit publié dans Spirou avec la même dessinatrice, c'est la première fois que Frank Le Gall n'est que scénariste d'une BD et laisse le dessin à sa co-scnéariste. En tant qu'amateur du dessin de Le Gall, j'avoue avoir été un peu surpris.

Le dessin de Flore Balthazar est pourtant fort agréable. Son trait est classique et sobre mais joli et efficace. Je tique cependant un peu sur certaines cases moins réussies que les autres. Et c'est bien dommage car cela touche au sujet même de cette bande dessinée, les chats. En effet, je trouve que leurs sauts manquent de naturel dans leurs représentations. De même, lors de la bagarre générale sur les toits par exemple, j'ai trouvé les scènes d'action et les chats en eux-mêmes assez laids. Dommage. Heureusement, le principal est réussi puisque l'héroïne, Miss Annie, et sa copine souris sont bien représentées, aussi mignonnes l'une que l'autre.

Il existe beaucoup de récits mettant en scène des chats, racontant leur simple quotidien avec l'oeil affectueux d'un amateur de félins. Les auteurs citent Webster le chat, de Wodehouse, mais il y a eu également un certain nombre de bandes dessinées et de mangas sur le sujet depuis quelques années.
Le scénario de Miss Annie, pour sa part, n'apporte que peu de nouveauté. Il s'agit de suivre avec tendresse l'adolescence d'une petite chatte domestique, entre sa vie au foyer de ses maîtres et sa première découverte de l'extérieur et des autres chats. L'humour est léger, la lecture plaisante. Il est facile de s'attacher à la petite Miss Annie mais aussi à sa timide compagne, la souris Keshia. Tout cela est mignon avec une conclusion un tout petit peu plus aventureuse.
C'est une agréable lecture tous publics qui ne marquera probablement pas les esprits mais qu'on suit avec plaisir et légèreté.

Nom série  Aliens  posté le 11/06/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bof bof...
Ce récit se place dans une continuité qui m'est inconnue. Cela se passe visiblement après une invasion d'aliens sur Terre avec le massacre que cela implique, invasion finalement repoussée. Hormis ce fait classé historique, l'intrigue du premier tome de ce qui s'annonce comme une série d'histoires complètes est très basique et se rapproche du second film de la série, Aliens le retour. Un vaisseau s'approche d'une planète dont on a perdu le contact avec les quelques colons miniers et va évidemment découvrir les rares survivants confrontés à une multitude d'aliens.

Les meilleurs scénarios mettant en scène les aliens sont ceux se passant en huis-clos avec si possible un unique alien qui se cache et la peur que la simple connaissance de sa présence implique. Mais ici, on est dans le pire cas de scénario : plein d'aliens qui attaquent de tous côtés et une séance de tirs au pigeon avec gros flingues et humains qui se font tuer les uns après les autres. Le gros classique tellement cliché qu'il en est devenu parfaitement lassant.
Le scénariste ajoute quand même, histoire d'étayer un peu son récit déjà-vu, une histoire de temple mystérieux qui hypnotise les humains et les amène dans les bras des aliens. Une énigme bidon mais qui attise quand même la curiosité du lecteur désireux de comprendre le fin mot de l'histoire.
Sauf qu'il n'y aura aucune explication, et même pas de conclusion à l'histoire, car le récit se termine très abruptement, avec une fin pliée en deux pages donnant la féroce impression d'intrigues abandonnées en plein vol.

A cela s'ajoutent une narration un peu bancale, des personnages sans intérêt et interchangeables, et un dessin certes correct mais ultra formaté et refroidi par des couleurs informatiques sans charme. Autant dire que c'est une lecture décevante.

Nom série  Le Grand Duc  posté le 18/12/2009 (dernière MAJ le 10/06/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Note 3.5/5

Voilà indéniablement une très bonne bande dessinée d'aventure historique et d'aviation.
Le sujet abordé et le décor sont originaux et intéressants. Les personnages ne manquent ni de personnalité ni de potentiel.
Le dessin est très soigné, surtout pour les avions, les personnages quand ils ne sont pas vus de près paraissant très légèrement figés. Les couleurs froides sont malgré tout très jolies et collent bien avec l'ambiance et le décor.

Seuls quelques détails m'ont légèrement déçu. D'abord la mise en scène un peu cliché du jeune nazi arrogant et jaloux dont on voit venir de trop loin qu'il va causer des emmerdes au héros. Et ensuite la mise en scène de la fille du héros, au physique de poupée blonde, dont j'ai trouvé la façon de parler à son père vraiment artificielle et assez peu crédible. J'avoue que je me serais passé de cet élément de l'intrigue globale.

Mais dans l'ensemble, même si je n'en garde pas un souvenir exceptionnellement fort, j'ai été captivé par ma lecture et je demande vraiment à savoir comment tout cela va se finir.

Addendum :
Après lecture du tome 2, ma note baisse d'un demi-point car j'ai été un peu moins pris par la lecture. Les personnages m'ont paru manquer de charisme, au point de les confondre parfois. Et surtout, j'ai cru, à tort visiblement, que les dernières pages amenaient une conclusion définitive au récit, conclusion dramatique et assez forte mais un peu trop abrupte. Je me suis demandé quel intérêt il y avait à suivre les héros de ce récit si c'était pour les lâcher aussi brutalement. J'attends donc la suite et le tome 3 pour me forger une opinion définitive.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 250 253 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque