Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4953 avis et 1915 séries (Note moyenne: 2.86)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  La Rubrique Scientifique  posté le 12/04/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série porte assez bien son nom puisqu'elle se rapproche volontairement de certains épisodes de la Rubrique-à-Brac, ceux où le Professeur Burp nous présentait des animaux de manières toutes plus délirantes les unes que les autres. Ici, tous les sujets, allant du plus anodin au plus intergalactique, sont abordés par le professeur Boulet et son assistante. C'est déjanté et les sujets abordés sont jeunes et souvent assez proches d'une certaine culture geek que je partage. J'aime bien le concept.
Le dessin est également sympa même si Boulet y simplifie son style qui peut, par ailleurs, être nettement plus beau dans certaines de ses autres oeuvres.

Pourtant, je n'ai pas été totalement charmé. En effet, je n'ai pas tellement ri. C'est amusant mais rarement hilarant, pas comme Boulet sait l'être dans ses Notes par exemple. C'est peut-être parce que le public visé est ici un peu plus jeune et que l'humour s'en retrouve plus formaté.
En outre les mises en page de certaines planches sont un peu fouillis, avec une abondance d'informations et de recherches de gags à droite à gauche qui embrouillent un peu ma lecture et réduisent mon plaisir. Il y a certaines pages où j'aurais préféré moins de gags plus percutants plutôt qu'une profusion de tentatives d'humour qui ne fonctionnent parfois pas tellement.

Globalement, je passe quand même un bon moment de divertissement à parcourir un album de cette série, mais je n'y ris pas à gorge déployée.

Nom série  Bloody Mary (Teulé)  posté le 11/04/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ca faisait un moment que j'avais repéré cette BD comme étant l'un des rares grands prix de la critique ACBD qui n'étaient pas encore enregistrés sur BDtheque. L'ayant acquis il y a quelques mois, j'ai cependant mis un temps fou avant de la lire. Le dessin ainsi que le sujet visiblement noir me rebutaient.
Et je n'avais pas tort, je n'ai finalement pas aimé.

Le dessin est franchement repoussant. Ce n'est d'ailleurs pas vraiment du dessin à mes yeux mais plus de la retouche photo. Visiblement, chaque planche est composée de photos prises par l'auteur, ou récupérée je ne sais où, puis tramées avec un encrage sale. Les personnages sont figés, sans vie, laids à en devenir détestables. L'usage de l'itération iconique est également récurrent, accentuant à mes yeux le sentiment d'économie de moyens artistiques. Et les rares fois où l'on n'a pas droit à un simple photo, quand l'auteur y ajoute un petit bout de dessin de sa main ou quand il fait un peu de montage photographique, c'est encore plus moche.

Le récit est adapté d'un roman de Jean Vautrin. C'est un récit noir avec une banlieue HLM pour décor, un flic extrêmiste, un immigré noir mal dans sa peau, une schyzophrène obsédée par la mort de sa soeur, et d'autres paumés dont les interactions vont, on s'en doute rapidement, tourner au drame sanglant. "Chacun sa pente", comme le déclare l'un des personnages. En effet, tous les personnages de ce récit ont un grain, une folie parfois sordide, parfois juste pitoyable. Ca sonne vraiment artificiel de voir une telle accumulation de dérangés du ciboulot et autres haineux extrêmistes.
La narration est en outre pénible. Le texte est écrit à la manière littéraire légèrement underground qui faisait école dans la fin des années 70, débuts 80. Un argot littéraire à base de métaphores poétiques, d'onomatopées et de tournures de phrase soit-disant figuratives. "Un style comme ça ! Voyez ? Bahihi bahaha ! Joli parlé rose. Banlieue et noi's d'Af'ique, bwana. Et la folie comme un soleil éblouissant..." Assez lourdingue.

Malgré ces reproches, ma note n'est pas minimale car la trame du scénario n'est pas si mauvaise et parce qu'il y a quand même quelques originalités indéniables dans ce récit, sa structure, son graphisme et ses personnages. Mais il faut s'accrocher ou franchement aimer le genre pour apprécier.

Nom série  Edgar Poe - Le Chat Noir  posté le 08/04/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Sans trop pouvoir définir pourquoi, je n'avais pas été convaincu par les adaptations de nouvelles de Lovecraft réalisées par le même auteur et publié par le même éditeur. Pour cette série d'adaptations de nouvelles d'Edgar Poe, je ne suis pas plus convaincu mais je mets plus facilement le doigt sur ce qui m'a déplu.

Ce bel album bien cartonné recueille moins d'une dizaine de nouvelles. Dans cette liste, il y en a deux qui font partie de mes préférées parmi les Histoires Extraordinaires de Poe. Il y en a trois autres, par contre, que je ne connaissais pas du tout. Je dois avouer que ces dernières ne sont d'ailleurs pas terribles et j'ai l'impression que la lecture de leurs oeuvres originales m'aurait probablement laissé assez indifférent.

Mais de toute manière, ce qui ne va pas ici, c'est leur transposition en BD. Le résultat est franchement décevant, surtout quand on a lu les romans.
Pourtant le dessin est de bonne qualité. Noir, réaliste, assez classe malgré de légers défauts techniques, il aurait parfaitement pu coller à l'ambiance fantastique et rétro des contes de Poe. Mais la mise en page est ratée. L'agencement des cases est fait de telle manière qu'on ne sait jamais dans quel sens les lire, parfois de gauche à droite, parfois l'inverse, avec des bulles de narration que j'ai régulièrement lu dans le désordre. Ca gâche tout.
Quant aux adaptations en elles-mêmes, elles sont relativement fidèles mais n'arrivent pas à faire ressortir l'ambiance pesante et émotionnelle de l'oeuvre littéraire. Les intrigues tombent à plat le plus souvent.
A cela s'ajoute une narration trop présente et souvent redondante avec les illustrations, qui oblige le lecteur à faire le choix entre lire le texte ou bien regarder les images.

Globalement, c'est honnête, mais décevant. Ca ne m'a même pas donné envie de relire les nouvelles de Poe qui m'avaient tant plu à l'époque. Dommage car il y avait de quoi faire nettement mieux avec un tel dessin et de tels scénarios.

Nom série  Roxalane  posté le 07/04/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série, qui commence comme un bon gros nanar, gagne en intérêt et en qualité au fil des albums.

J'ai failli lâcher l'affaire au premier tome. Le lecteur est plongé d'emblée et sans introduction dans de l'heroic-fantasy de série B, une suite de péripéties, de magie et de combats mystiques sans queue ni tête. Le dessin y apparait très approximatif et les auteurs se font un malin plaisir de dénuder sans arrêt l'héroïne pour rendre l'ensemble plus aguicheur. Cela va jusqu'à une scène lesbienne complètement gratuite qui tombe comme une perruque dans la soupe. Les personnages sont caricaturaux au possible, les noms sont empruntés et déformés de l'univers de Lovecraft et une grosse part de l'intrigue est très inspirée quant à elle des mythes Arthuriens. A cela s'ajoute un mysticisme de bazar avec pouvoirs magiques, symbolisme exacerbé et rites initiatiques à passer pour évoluer entre la réalité et un monde spirituel infernal. Tout cela sans aucune crédibilité, avec une narration hachée et mal foutue, comme une pièce de théâtre mal surjouée où les évènements et personnages sont tout sauf naturels.

Cependant, tome après tome, la série s'améliore doucement.
D'une fantasy de gare pour le premier tome, on passe à un médiéval-fantastique teinté de beaucoup de mysticisme pour le tome 2, puis à un médiéval-fantastique presque attaché au monde réel et notamment à la thématique des Croisades à partir du 3e tome.
Parallèlement, le dessin se fait plus net, plus assuré et plus agréable à l'oeil.
Le récit ne perd pas tous ses défauts et l'héroïne continue à se balader à poil à presque toutes les pages, mais l'intrigue devient nettement moins bancale et plus intéressante.
Bref, ça devient lisible et on en vient même à être assez pris par l'histoire.

A lire pour le divertissement, donc, mais pour l'acheter, il aurait fallu que le premier tome soit complètement refait et éviter le côté bassement racoleur de trop nombreux passages.

Nom série  Les Madeleines de Mady  posté le 06/04/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Et voilà une nouvelle adaptation de blog en format papier publiée chez Delcourt. Quoique pour une fois, ce n'est pas dans la collection Shampooing mais dans un format plus classique, cartonné, de 80 pages tout de même.

Les Madeleines de Mady, je les ai découvertes récemment, en entendant parler de la publication de cet album. C'est un blog qui rappellera à beaucoup celui de Pénélope Bagieu mais aussi de quelques autres blogueuses moins célèbres sur la toile. Madeleine est issue du monde de la communication et la création de son blog est presque un hasard, un simple essai au départ qui n'a dû sa longévité qu'au succès qu'il a rapidement gagné.
Elle s'y met en scène comme une charmante jeune femme, bien dans son époque, urbaine, probablement parisienne, adepte de soirées entre amis, de conseils shopping, de séries télé... et elle a un chat qu'elle appelle Moustache ! Gros clichés jusque là, me direz-vous. D'autant que le ton est assumé : c'est souvent assez gnan-gnan, un peu fleur bleue et la "touche féminine" est parfois appuyée au point de rebuter les mâles ou les filles qui en ont ras-le-bol des quelques déjà-vus que ça implique.

Mais Mady apporte quelques petites choses en plus.
D'abord son ton est résolument humoristique et souvent drôle. Elle ne se prend pas au sérieux et se tourne même régulièrement en dérision.
Ensuite, comme son titre l'indique, son blog et donc son album aborde entre autres, superficiellement il est vrai mais tout de même, le sujet des souvenirs de jeunesse, repensant à certaines anecdotes amusantes ou touchantes de son passé.
En outre, le personnage d'elle-même qu'elle met en scène est très attachant. Mais comment ne pas tomber sous le charme d'une jolie fille un peu geek, pas vrai ?
Et puis il y a le dessin que j'apprécie beaucoup. Le trait est frais, aéré, légèrement d'inspiration manga pour les visages. Certes il a un style assez proche de pas mal de graphistes publicitaires pour publics féminins, dans la lignée des Colonel Moutarde et autres Pénélope, mais j'aime bien, c'est agréable à la lecture et joli à regarder.

Maintenant, est-ce que je conseillerais l'achat de l'album alors que le blog est disponible gratuitement ? Oui, non, j'hésite. L'album apporte du contenu supplémentaire indéniable : de nombreux inédits, notamment une longue introduction où Mady se présente et présente indirectement son oeuvre, pas mal de dessins refaits et une remise en page totale pour adapter le blog à la BD. En outre, il y a le plaisir d'avoir un objet de belle qualité entre les mains pour une meilleure lecture et relecture. Indéniablement, pour les fans du blog, la BD vaut le coup d'être achetée. Pour les autres, le prix et le risque de ne pas tellement vouloir le relire un jour pourrait les inciter à s'en tenir au blog.

Nom série  Géronimo  posté le 01/10/2007 (dernière MAJ le 06/04/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après lecture de la série complète :

Etienne Davodeau s'associe à Joub (tous deux déjà auteurs de Max et Zoe) pour réaliser une série sur un jeune homme, coupé du monde par son oncle réfractaire à la société moderne, qui va découvrir celle-ci avec l'aide d'une bande de trois adolescents pleins de vie. La collaboration entre ces deux auteurs donne quelque chose d'à la fois proche et différent des oeuvres solo de Davodeau : on y retrouve en effet l'aspect social et amateur de ruralité de l'auteur des Mauvaises gens et Chute de Vélo, mais Joub apporte de son côté un aspect beaucoup plus frais, plus destiné à la jeunesse.

Le graphisme est lui aussi un mélange des deux genres. Les planches de Géronimo nous offrent à la fois la patte de Davodeau et de Joub tant pour les décors et personnages que pour les couleurs. C'est un graphisme assez frais et plaisant à lire mais je dois dire que je regrette un peu la simplification dont il peut parfois faire preuve. C'est le cas par exemple du visage de l'un des jeunes héros qui, sur certaines cases, est presque ramené à la seule trame d'un smiley chauve pas très convaincant.

L'histoire, quant à elle, part sur un postulat intéressant. Un peu dans la mouvance des histoires de déscolarisation des enfants dans les sectes et autres mouvements opposés à la société, il présente un jeune homme ingénu que les circonstances vont amener à découvrir le monde moderne avec ses trois jeunes nouveaux amis.

Si l'ensemble de la série est plaisante à lire, je l'ai cependant trouvée un peu légère sur le contenu.
Je déplore notamment l'aspect cliché du personnage de Géronimo traité à la manière d'un "bon sauvage" gentil et naïf. Il en devient agaçant dans sa manière de se faire excuser toutes ses frasques par son sourire permanent et on sent un côté artificiel dans la façon dont les auteurs semblent parfois l'aider à se sortir des mauvais pas.
Une scène m'a particulièrement peu convaincu, celle où il écoute pour la première fois de la musique dans des écouteurs : sa réaction immédiatement hyper-enthousiaste m'a paru très stéréotypée et peu crédible. Idem pour le coup de scooter et c'est sans parler du coup de "magie indienne" du dernier tome.
Il en est de même des garçons qui font découvrir la vie moderne à Géronimo et deviennent ses amis : leurs côtés rebelles souriants, déconneurs et parfois franchement dans l'illégalité et le je-m'en-foutisme sonnent un peu faux par moment.

La réflexion sociale sur le fait d'être coupé du monde, de ses bons comme de ses mauvais côtés, mais aussi de ne pas exister aux yeux de la loi, se révèle tout de même intéressante. Certains points sont abordés avec justesse et la décision de l'oncle qui a imposé ce mode de vie à son neveu est traitée sans manichéisme. Le lecteur est amené à réfléchir et éventuellement à revoir son point malgré quelques préjugés initiaux.
Le récit apporte de la nouveauté au thème pourtant usité de l'"enfant sauvage" ou de l'"indigène découvrant la société occidentale moderne". Il est dommage que l'intérêt de cette réflexion soit un peu amoindri par le côté superficiel et pas toujours crédible dont font souvent preuve les jeunes héros de cette série.

Nom série  Pandora Box  posté le 04/04/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai lu cette série par le biais des deux petites intégrales parues récemment chez Dupuis. Comme je déteste les grandes pages vides, j'aime bien ce format réduit qui rend les dessins d'autant plus denses et détaillés tout en restant très lisibles. En outre, je trouve assez agréable de tenir ces albums de petits format mais épais entre les mains.

Malgré l'alternance de différents auteurs de tome en tome, les styles graphiques qu'ils ont choisi d'utiliser sont très similaires et, sans y prendre garde, j'ai eu l'impression d'un dessin presque identique pour chaque album. Le niveau technique est en tout cas bon à chaque fois et j'ai apprécié ces dessins qui me rappelaient parfois celui de Ralph Meyer (IAN).

Quant au récit, il s'agit d'histoires d'anticipation un peu inquiétantes pour notre avenir à la manière d'une série comme SOS Bonheur ou Des lendemains sans nuage. Didier Alcante surfe sur des sujets d'actualité : clonage, dopage, sécurité alimentaire, réalité virtuelle, épidémies, terrorisme, manipulations financières, etc... Chaque histoire est indépendante, à l'exception des tomes 6 et 7, et du dernier tome qui forme un épilogue à l'ensemble et clot plus particulièrement l'histoire du premier tome. Le rendu est convaincant et assez varié même si le ton légèrement alarmiste est à chaque fois de rigueur. Les scénarios sont denses et assez prenants. Ca se lit bien malgré quelques petites facilités scénaristiques et quelques passages un peu convenus.
Une lecture d'anticipation appréciable.

Nom série  Agence touristes  posté le 29/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Dans la collection "Drôles de métiers", voici les agences touristiques. Et voilà une série de plus d'humour à la chaine, sans passion.

C'est malheureux car ce n'est pas drôle. Le travail de commande se ressent trop. Certaines séries de ce type sont réussies car de vrais professionnels ou habitués du ou des métiers abordés y ont participé, mais là on sent des gags recyclés, des clichés, des a priori de gens du commun qui n'ont qu'une vague idée du travail d'agent touristique.
Tant et si bien que les gags n'ont vraiment pas réussi à me faire rire, à peine quelques sourires vite oubliés.

Par contre, je trouve le dessin sympa. J'aime bien ce style et ces couleurs un tout petit peu désaturées. Même s'il est très classique dans son genre, il arrive à me rendre les personnages plutôt sympathiques.
C'est tout ce qui fait que je ne trouve pas cette BD simplement nulle.

Nom série  Une vie chinoise  posté le 29/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Depuis le temps que j'attendais de lire ce genre d'ouvrage ! Quand sont apparues en France les premières BDs chinoises, chez Xiaopan notamment, j'espérais pouvoir découvrir la Chine de l'intérieur et notamment son histoire durant la longue période où le pays fut fermé et inaccessible aux occidentaux. Des mots comme Révolution Culturelle, petit Livre Rouge et Grand Bond en Avant résonnaient pour moi dans un grand flou où je mélangeais un peu tout. Et surtout je n'en avais qu'une vision de livre d'Histoire, avec des noms et des dates mais rien de concret à ressentir.
Ce n'est qu'avec cette série parue chez Kana que j'ai enfin un aperçu de la vie intime d'un jeune chinois durant ces décennies, de 1950 à nos jours.

C'est vraiment très instructif. J'ai enfin pu différencier toutes les phases de ces évènements dont certains paraissent aberrants de nos jours, mouvements populaires aux conséquences catastrophiques, dénonciations collectives, camps de rééducation, guerres civiles larvées ou non...
En vivant au plus près de la jeunesse de l'auteur, on découvre aussi comment étaient (dé)formés les esprits populaires et ceux des enfants qui devenaient eux-mêmes des instruments du parti.
Et pourtant l'auteur ne manque pas de montrer le côté humain et attachant de tous ces personnages, leurs défauts, leurs qualités, leurs relations teintées d'amitié, de rivalité, d'amour familial et de romances enfantines.

Le dessin est très personnel, mélangeant quelques décors dans un style d'anciennes peintures chinoises avec des personnages plus modernes. J'ai trouvé ce graphisme très agréable et souvent beau malgré quelques scènes d'action un peu confuses.

Bref, c'est une très bonne bande dessinée, intéressante et bien construite, idéale pour découvrir, comme son nom l'indique, la vie d'un authentique chinois de 1950 à nos jours.

Nom série  Sorcières - Hypathie  posté le 29/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album est le second de la collection Sorcières, une série de one shots entièrement réalisés par des femmes et portant sur le thème annoncé de la sorcière à travers les âges. Et comme pour le premier tome nous sommes très loin du cliché de la sorcière avec son balai et ses maléfices. Il n'y a pas de place pour le fantastique dans ce récit.

C'est en effet une histoire authentique qui nous est contée, celle d'Hypathie, l'une des premières femmes libres de l'ère Chrétienne, une scientifique et philosophe dirigeant l'école néoplatonicienne d'Alexandrie en 415 après J-C. Intelligente et belle, elle était aimée du peuple et influente auprès du préfet local représentant l'autorité de Rome. Cependant, son enseignement d'ouverture d'esprit, de logique et d'entente entre les religions ira à l'encontre des ambitions du patriarche dominant la population chrétienne de la ville. Ce dernier fera alors tout pour saper son pouvoir jusqu'à faire d'elle la première "sorcière" déclarée par l'église.
C'est là un sujet original et intéressant. Les auteures redonnent vie à la ville d'Alexandrie vers la fin de l'Empire Romain d'occident et mettent en scène une femme d'exception très charismatique. Tout le déroulement politique, religieux et social des évènements est crédible et bien mené. Le récit ira même jusqu'à donner une nouvelle explication à la destruction de la grande bibliothèque d'Alexandrie.
Le dessin est assez personnel au niveau de son encrage mais soigné et très agréable.

Au rayon des regrets, je trouve les transitions abruptes, parfois trop elliptiques. La narration manque un peu de clarté et le lecteur peu attentif risque de manquer un enchainement logique ou chronologique entre certaines scènes.
Autre remarque, le comportement du jeune disciple d'Hypathie parait artificiel tant ses retournements de veste sont rapides et peu en adéquation avec la psychologie du personnage telle qu'elle nous est évoquée au préalable. C'est d'autant plus dommage que c'est avec lui que se conclue le récit de manière assez touchante.

Quoiqu'il en soit, j'ai trouvé là un beau récit aussi instructif qu'original. Il aborde la réalité historique tout en faisant un lien direct avec celles que l'Eglise nommera plus tard sorcières et qui n'avaient pour seuls torts que d'être des femmes libres.

Nom série  Sorcières - Bianca  posté le 29/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album ouvre le bal de la collection Sorcières, une série de one shots entièrement réalisés par des femmes et portant sur le thème annoncé de la sorcière à travers les âges. Le sujet paraitrait cliché si l'on imaginait de sulfureuses tentatrices ou de vieilles rebouteuses avec leurs maléfices et leurs redoutables malédictions. Mais ce n'est pas le cas ici, les sorcières de ces récits ne méritent de porter ce nom que par leur propre volonté ou par la réputation que certains ont bien voulu leur donner.

Pas d'éléments de fantastique donc pour cet album se déroulant durant l'âge d'or de la Sérénissime Venise, en pleine période de carnaval. A l'aide d'un très agréable dessin aux contours doux et joliment colorisés, Alexine, You et Elvire de Cock nous content une histoire de secret de famille, celle d'une matriarche qui se dit douée de dons de voyance et domine sa famille en attendant l'héritière à même de reprendre le flambeau de ses "pouvoirs". Est-elle vraiment sorcière ou s'en est-elle persuadée ainsi que son entourage ? Le mystère demeurera.

La lecture est agréable. On regrettera l'aspect prévisible de plusieurs révélations qu'on voyait venir dès les premières pages. Quelques transitions manquent également de clarté et je regrette le côté un peu artificiel des retournements de situations de la fin de l'album. Il n'empêche que cette conclusion prend une tournure assez inattendue même pour celui qui croyait avoir tout deviné à l'avance.
Les auteures rendent vie de belle manière à la Venise des doges et à ses habitants. Le tout est d'ailleurs rehaussé par la belle colorisation. Les psychologies des personnages sont relativement simples mais on s'y attache facilement.
C'est donc là une agréable entrée en matière pour une collection qui se révèle assez intéressante.

Nom série  Ouest terne  posté le 26/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note : 2.5/5

Cet album se compose d'histoires courtes de 3 à 10 pages. La première d'entre elles a été dessinée avant la première publication en magazine d'un Ramaïoli encore tout débutant. Une autre a été gracieusement scénarisée par Jean Giraud pour aider le jeune dessinateur à trouver un éditeur. Quant aux restantes, elles datent de différentes époques dans la carrière de l'auteur.

Le dessin est donc changeant, allant du style soigné mais figé et doté de pas mal de défauts techniques du premier récit jusqu'à une autre histoire où Ramaïoli semble tenter, vainement, d'user d'un trait plus proche de celui de Moebius. La majorité des autres planches sont dans la veine de L'Indien Français, graphiquement correctes et plutôt jolies pour les décors mais régulièrement déficientes au niveau des visages des personnages.

Quant aux scénarios, il s'agit d'histoires western sans surprise. L'auteur tente parfois la voie de l'humour mais ça tombe un peu à plat. Une autre histoire, plus sérieuse, pêche au niveau de la narration, certaines planches étant particulièrement embrouillées et pénibles à suivre. Ramaïoli présente également deux récits, sur la fin, qui traitent de faits historiques avec une dose de cynisme et un réalisme désabusé, abordant pour l'une Buffalo Bill et pour l'autre la condition des esclaves lors de la guerre de Sécession.

J'ai lu cet album il y a deux heures à peine et je viens de le feuilleter de nouveau pour me rappeler le contenu de certains de ces récits, c'est dire s'ils ne m'ont pas marqué. Mais bon, elles m'auront diverti pendant le quart d'heure qu'aura duré leur lecture.

Nom série  Combustion spontanée  posté le 25/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un humour absurde servi par un dessin assez sombre d'aspect et une narration pince-sans-rire. Il y a un peu de Goossens dans le ton mais l'atmosphère est moins délirante et le décalage plus discret.
La narration un peu bavarde m'a fait moyennement accrocher aux récits, aussi courts soient-ils. Et même si j'ai souvent souri, j'ai rarement ri. Ce n'est pas suffisamment percutant et original à mon goût.
Cela reste toutefois de bon niveau et le dessin a une certaine classe et une certaine personnalité, j'en conseille donc la lecture aux curieux.

Nom série  Le Capitaine Fracasse de Théophile Gautier  posté le 23/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je remercie cette série et ses auteurs de m'avoir fait découvrir l'histoire du Capitaine Fracasse. J'avoue à ma grande honte que je ne connaissais le roman que de nom et m'imaginais, à son titre, qu'il s'agissait d'un récit de pirates. Il n'en est rien du tout. Il s'agit d'un étonnant cocktail mélangeant l'aventure de cape et d'épées, la commedia dell'arte, une romance mouvementée et les ambitions théâtrales d'un gentilhomme sans le sou.

Le récit est dense, je l'ai trouvé original et surtout prenant. N'ayant aucune idée du contenu du roman, je ne saurais dire si l'adaptation est bonne mais je l'ai trouvée en tout cas très plaisante, me donnant en permanence l'envie de savoir la suite. Il y a bien le langage soutenu et fleuri qui m'a légèrement gêné au départ car je trouvais que les dialogues manquaient de naturel, mais je m'y suis rapidement fait et il faut dire que les textes sont parfois bien jolis.

Seul le dessin m'a laissé une impression mi-figue mi-raisin. Bien qu'ils soient un peu changeants de visages, les personnages sont de plus en plus réussis au fil des tomes tandis que le trait du dessinateur semble s'affirmer. Par contre, les décors m'ont déçu. Trop lisses, trop plats, parfois simplement laids, leur côté raté m'a un peu empêché de me plonger dans l'histoire, de m'y croire. J'aurais accepté avec plaisir un dessin à quatre mains, avec un dessinateur pour les personnages et un autre assurant les décors.

Quoiqu'il en soit, le troisième et dernier tome qui vient de sortir se termine par une fin où tout est bien qui finit bien. Cela parait visiblement un peu édulcoré mais ça me convient de voir ces attachants personnages trouver une agréable conclusion à leurs péripéties artistiques, aventureuses et romantiques.

Nom série  Bois Willys (Ziblyne et Bettie)  posté le 22/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Cet album est un gros bazar délirant dont il ressort avant tout le désir de l'auteur de se faire plaisir graphiquement en présentant des pin-ups sexy et de belles voitures américaines lancées à toutes vitesses sur les routes. Le tout est dans une ambiance polar noir des années 40 avec un peu d'espionnage, de SF et surtout beaucoup d'érotisme gratuit.

Il existe deux éditions de cette histoire, la première publiée en couleurs sous le titre Bois Willys tandis que la seconde fut ensuite en noir et blanc et partiellement redessinée sous le titre Zybline et Bettie. C'est la première version que j'ai lue.

Le seul point relativement fort de cette BD est son dessin. Et encore, il est très inégal. Quoique les perspectives soient parfois étranges, les décors et les véhicules sont plutôt soignés et réussis. Les filles sont jolies mais on les dirait complètement recopiées à partir de dessins de pin-ups déjà existants. Mais les personnages manquent complètement de naturel et sont anatomiquement ratées dès qu'il s'agit de les montrer en action. Et je ne parle pas de certains hommes qui, eux, sont représentés de manière complètement ratée. Ils sont parfois tellement laids qu'on dirait un besogneux travail d'amateur.
Au final, l'auteur semble essentiellement doué pour le travail d'illustration. Les cases où ses pin-ups prennent la pose ou encore les page crayonnées les présentant en position suggestive entre chaque chapitre sont assez jolies à regarder. Le reste, bof bof...

Mais alors l'histoire, elle, est complètement imbuvable. Ca part dans tous les sens dans un délire qu'on devine humoristique tant il est abracadabrant. La narration est nulle et encore plus embrouillée du fait d'une mise en page qui oblige à lire certaines cases de gauche à droite et d'autres de droite à gauche. Le scénario n'a aucune cohérence, aucun suivi, et on devine rapidement que seule la possibilité de montrer ses pin-ups nues ou en sous-vêtements sexy intéressait l'auteur.

Un gros gloubi-boulga dont le côté érotique est gâché par un dessin par trop inégal.

Nom série  Azumanga Daioh  posté le 20/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est peut-être bien le premier yonkoma que je lis, j'étais curieux de découvrir ce genre de manga inspiré des comic strips américains. Et je dois dire que celui-là est sympa.
Il met en scène un lycée pour filles et a pour héroïne aussi bien les étudiantes que les professeurs. Bien vite sont présentées des personnages aux caractères bien marqués et assez attachants. Tout se joue bien sûr sur la confrontation entre eux, sur les réactions des uns et des autres et sur la façon dont ils s'entendent. C'est frais et souvent amusant.

J'aurais pu davantage accrocher. Pour commencer, je dois dire qu'un simple tome entier composé de tant de pages de strips, c'est un peu indigeste : j'estime qu'il vaut mieux lire ce manga par petites doses plutôt. Ensuite, le dessin ne m'a pas aidé à différencier les personnages, d'autant plus que les enseignantes sont dessinées de manière presque aussi jeunes que les élèves. J'en suis venu à vérifier si oui ou non elles portaient un uniforme pour vérifier si le personnage mis en scène était un professeur ou non. Ca réduit l'efficacité de certains gags. Et puis surtout, il y a une petite portion de gags à côté desquels je suis complètement passé parce qu'ils font référence à une culture typiquement japonaise que je ne connaissais pas malgré le grand nombre de manga que j'avais déjà lus.

Bref, l'humour fut pour moi un peu inégal dans cette série mais globalement c'est plaisant et souvent assez drôle.

Nom série  Chiffon  posté le 20/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Si je m'étais fié seulement aux couvertures de ces albums, je n'aurais pas franchement eu envie de lire cette série. Les couleurs me rappelaient celles d'albums de Garfield ou de Snoopy que j'aime très moyennement et le titre et le brave toutou me donnaient l'impression d'une série jeunesse.
Mais en fait, c'est vraiment sympa et le public est résolument adulte même si ça peut aussi amuser les plus jeunes.

Il s'agit de mettre en scène Chiffon, un chien au caractère très canin mais qui n'hésite pas aussi à se prendre pour un humain parfois. Son comportement est très sympa. L'auteur arrive à raconter des histoires très différentes sur le seul thème du chien et de ses maîtres. Il y a un peu de l'imagination d'un Calvin et Hobbes dans cette variété de gags et dans l'efficacité de l'humour.
Qui plus est, le dessin est assez excellent et très maîtrisé.
Bref, c'est du strip comics de très bonne qualité.

Nom série  Supernain  posté le 20/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Autant cette BD se laisse lire, autant je lui trouve des défauts qui m'empêchent d'en conseiller l'achat.

J'apprécie son ambiance un peu déjantée, sa recherche d'humour, ses couleurs pêtantes et son graphisme assez proche du dessin vectoriel. Le personnage de Supernain est sympathique et j'aime bien le côté parodique de ce récit de super-héros combattant les super-vilains.

Mais d'une part, si le côté un peu naïf du récit confirme qu'il s'adresse à la jeunesse, il y a pas mal de gags et de clins d'oeil un peu plus adultes qui leur échapperont probablement mais qui, inversement, ne sont pas tellement plus drôles pour un adulte.
Et surtout, il y a beaucoup de passages qui manquent de clarté. Je ne parle pas des quelques gags qui ont visuellement du mal à passer, manquant d'efficacité. Je parle plutôt de certains évènements qui paraissent incohérents ou peu compréhensibles. Pourquoi Roger Super devient-il soudainement méchant ? Qu'est-ce que c'est que ce point faible avec les sonneries de réveil ? Pourquoi ci pourquoi ça ?... J'imagine qu'il ne faut pas trop se poser de questions, ça fait partie d'un délire ambiant où les facilités scénaristiques et les retournements de situation sont légion, mais du coup l'incompréhension récurrente m'a un peu gâché la lecture, m'empêchant d'être plongé dans le récit et de simplement en rire.

Néanmoins, cela permet de passer un petit moment de divertissement pas désagréable et accessible aux jeunes lecteurs

Nom série  Je veux un chat !  posté le 20/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pas mal. C'est une histoire mignonne pour les jeunes enfants de 4 à 9 ans, je dirais.
Ca raconte l'histoire d'une petite fille qui voudrait absolument un animal à la maison, n'importe lequel. Mais sa maman lui explique tous les défauts que ça impliquerait. Heureusement, grâce à une baguette magique, va pouvoir rêver ce que ça donnerait pour de bon, avec avantages et inconvénients.
Le dessin est simple mais agréable et assez amusant parfois aussi.
Le récit se lit vite et n'est pas très original mais il amène le sourire.
Sympathique même si cela ne reste pas longtemps en mémoire.

Nom série  La Source d'éternité  posté le 20/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Cela commence comme une médiocre aventure de série B. On est directement plongé au coeur de la jungle équatorienne au coeur d'une expédition dont on ne sait pas trop d'où elle sort et dont on apprend par bribes qu'elle est à la recherche d'une source d'immortalité dont on a aucune idée non plus de la provenance.
Les héros sont des jeunes adultes cool à la mode des années 80, la plus représentative étant la gonzesse de service, évidemment copine du héros, brune à la coiffure en feu d'artifice typique de l'époque et qui exhibe autant que possible sa superbe poitrine opulente et déplacée au coeur d'une expédition amazonienne.

Le premier tome n'est vraiment pas terrible. Bourré de clichés et d'incohérence, il est mal raconté mais reste encore suffisamment linéaire et clair pour se laisser lire sans sourire. Le dessin est très moyen mais n'est pas trop mauvais. A noter une drôle d'habitude des personnages de faire régulièrement des doigts d'honneur à leurs collègues ou au public. Méthode de communication entre jeunes adultes rebelles des années 80 ?
Mais alors avec le deuxième tome, cela devient carrément n'importe quoi. Déjà, la nouvelle colorisation choque tant elle est moche et rend le dessin complètement embrouillé. Mais surtout le scénario part dans un délire mystique complètement incompréhensible. On saute d'une scène à la suivante sans rien y comprendre, des personnages apparaissent sans qu'on sache qui ni pourquoi. Et le voyage en quête de la mythique Agharta se retrouve encombré de son inévitable discours illuminé et presque sectaire.
Ca devient tellement pénible à lire que j'ai complètement décroché et n'ai pu faire autrement que feuilleter les dernières pages.

La série n'aura de toute manière jamais de fin, abandonnée probablement faute de public et, ça, je peux bien le comprendre.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 220 230 240 248 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque