Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 4347 avis et 774 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Bosch  posté le 30/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Nous avons là l'un des titres les plus réussi de la collection sur les grands peintres. Nous suivons deux époques différentes pour expliquer l'oeuvre du peintre flamand Jérôme Bosch spécialisé dans les petites diableries et autres démoneries. C'est l'un des premiers artistes à nous emmener aux confins du fantastique et du surréel.

Bonne idée que d'avoir associée une jeune restauratrice d'art officiant à Gand en 2016 et qui tente de percer le secret du vernis que le peintre a utilisé au milieu du XVème siècle. Cela donne du poids à l'ensemble ainsi qu'une certaine cohérence afin d'expliquer l'inspiration de ce peintre hors norme qui continue de fasciner plusieurs siècles après.

J'ai bien aimé cette simplicité et cet enchaînement qui rend le récit assez vivant. Le côté onirique ne gâche rien pour une fois bien au contraire malgré la folie de ce maître. On va savoir pourquoi les démons d'échappent de ces toiles et ce qu'il va tenter de faire pour les retenir...

Nom série  Trashed  posté le 27/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je n’ai rien contre les travailleurs qui ramassent les ordures. Ces techniciens de surface urbaine ont toute mon admiration. Il n’y a pas de sot métier en ce monde. Ils sont d’ailleurs très utiles à la collectivité.

L’auteur nous fait partager son expérience professionnelle qu’il a connue au début de sa vie d’adulte avant d’entamer des études à l’université qui l’ont conduit par la suite à être un auteur en vogue des deux côtés de l’Atlantique. Mon ami Dahmer a eu droit à de prestigieux prix sans compter les éloges. Bref, c’est un auteur qui est très sympathique dans son style graphique et la manière de raconter les différentes anecdotes.

Malgré cette démarche assez courageuse à savoir le sujet de l’œuvre portant sur les poubelles, je ne peux pas dire que j’ai été enthousiasmé par ma lecture qui s’est révélée franchement ennuyeuse. Certes, il y a un côté éducatif sur le traitement des déchets et cela alerte sur les conséquences d’une société de consommation qui explose et qui ne fait pas du bien à l’environnement. C'est bien de pointer sur les travers. Cela serait mieux de proposer des solutions durables sans renoncer à notre niveau de vie.

Cependant, au-delà de ces aspects, ce fut très long et presque trop long pour décrire les subtilités rencontrées au fil des tournées tout en parcourant les quatre saisons. Je n’ai rien retiré de cette lecture peu ragoutante de 240 pages tout de même. Cela ne décolle jamais. On reste cloué sur la route au milieu des poubelles avec ce côté assez trash qui donne envie de vomir. J’ai également eu du mal avec les visages déformés dessinés par l’auteur et qui font un peu caricaturaux.

Bon, j’avoue que je ne suis pas trop favorable à la critique satirique d’une société de consommation dont je fais partie. Cependant, je trie mes déchets depuis 10 ans, j’ai un composteur, j’achète des sachets solides qui ne se déchirent pas, je vais à la déchetterie pour les encombrants ou les déchets végétaux. Bref, je ne pense pas avoir de leçons à recevoir de ce côté-là. Pour le reste, le signal d’alarme peut être tiré pour les autres mais j’avais l’impression que ce n’était qu’une excuse pour développer un récit très long et sans grand intérêt toujours en ce qui me concerne.

Nom série  La photographe  posté le 25/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un titre qui se situe à mi-chemin entre L'Homme qui marche et Le Gourmet solitaire de Jiro Taniguchi. Inutile de préciser qu'il ne se passera rien de transcendant et l'ennui peut vite guetter. C'est juste des épisodes de la vie d'une jeune lycéenne qui est photographe en herbe.

On visite avec elle tous les recoins du canton de Tokyo mais également les fêtes et événements qui rythment la vie de ses habitants. On découvre un Tokyo insolite comme on n'avait encore jamais vu auparavant. Si vous avez l'intention de visiter cette ville, c'est le manga qu'il faut lire. Autrement, cela nous paraîtra assez fade entre les murmures et les bruits et la qualité de l'air et l'odeur du vent de ces balades citadines.

Je précise également qu'une part belle est faite sur la Tokyo Skytree qui est depuis mai 2012 le monument emblème du Japon. C'est avec ses 634 mètres, la seconde structure artificielle au monde. Je reproche un peu à cette série de se contenter de si peu au point d'être finalement qu'une invitation à faire du tourisme ou à être un carnet de voyage. Il y a certes une intrigue de fond basé sur un concours de photographie mais ce n'est pas assez pour me passionner véritablement.

Le dessin est cependant magnifique. On pourra ainsi admirer les nombreux paysages dont les fameux cerisiers en fleurs qui font la fierté de ce pays entre modernité et tradition. Il se dégage une atmosphère douce et apaisante.

Nom série  Lennon  posté le 23/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai beaucoup aimé cette biographie de John Lennon qui part de sa naissance à son terrible assassinat le 8 décembre 1980. Il faut dire que la bd n'avait pas encore fait sa biographie alors qu'on avait eu droit à celle du producteur des Beatles à savoir Brian Epstein, du 5ème membre Stuart Sutcliffe ou Pete Best ou même du groupe dans son ensemble.

En l'occurrence, nous avons une véritable psychanalyse du personnage et cela valait le coup. Au début, j'ai trouvé cela très prétentieux puis petit à petit, j'ai fini par comprendre où les auteurs voulaient en venir. En réalité, c'est le lecteur qui est dans la position du psychanalyste ce qui nous confère une certaine proximité !

Nous découvrons une histoire qui n'est pas aussi lisse qu'on aurait pu l'imaginer. J'ai toujours considéré les Beatles comme les enfants sages du rock au contraire des Rolling Stones. J'étais loin de m'imaginer toute cette débauche, toute cette violence qui allait jusqu'au délit corporel sans compter sur la drogue. Bref, j'ai aimé la sincérité du propos qui confère à cette oeuvre un caractère unique qui va au-delà d'une simple biographie.

Au final, la lecture de ces 150 pages a été très fluide avec un excellent dessin de Horne. Cela plaira certainement aux fans des Beatles mais pas que, pour peu qu'on soit réceptif au message pacifiste de l'auteur d'Imagine. Lennon fut quand même une des plus grandes légendes du rock et plus célèbre que le Christ !

Nom série  Sherlock Holmes Society  posté le 23/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette série de 4 tomes (pour l'instant) est sans doute la plus réussie des Sherlock Holmes de la collection 1800. Il est vrai que les autres opus n'avaient réussi à me convaincre que moyennement selon les titres. A noter également un rythme de parution très rapide.

Là, nous avons en effet une histoire passionnante couplée à un dessin magnifique. De belles couleurs qui mettent en grâce l'époque victorienne. Il est vrai qu'il y a un aspect qui fait très steampunk. Il y a également une étrange noirceur qui se dégage de cette série où l'on croisera également Mister Hyde.

L'introduction de zombies dans ce récit est plutôt originale. L'intrigue va gagner en profondeur au fur et à mesure de la lecture des tomes. Cela change un peu des enquêtes trop classiques!

Juste une dernière remarque un peu négative mais qu'il faut quand même que je fasse. Je trouve que dans les bulles, c'est une véritable erreur que de couper des mots avec des tirets en plein milieu. Il y a moyen de faire entrer un mot entier et de passer à la ligne. La majorité des bd procèdent ainsi...

Ceci dit, cela n'entame pas la note car cela reste pas mal. Je vais même plus loin en conseillant l'achat !

Nom série  Courbet  posté le 23/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le hasard du calendrier veut que deux auteurs publient en même temps une bd sur le peintre Courbet qui était totalement ignoré jusqu'ici par ce support. Je lirai sans doute plus tard "Le rendez-vous d'onze heure" afin de comparer les deux oeuvres.

La présente bd est d'imaginer une fiction policière à partir d'un tableau célèbre à savoir "L'origine du monde". On découvre un peintre très coquin qui se servait du scandale pour imposer son talent. D'autres artistes l'ont fait après lui et même dans d'autres domaines. On peut penser à Madonna par exemple qui se servait du sexe afin de vendre. Cela marche contrairement à ce qu'on pourrait penser !

Il est dommage que la bd soit assez bavarde avec une intrigue dont le dénouement est très mièvre au vu d'une mise en scène assez élaborée. Il y a également une bonne reconstitution de la vie parisienne vers la fin du Second Empire. On y croise par exemple le poète Baudelaire. Les lecteurs les plus minutieux pourront repérer sans doute les nombreux anachronismes. Il n'en demeure pas moins que le portrait de ce peintre très ancré dans son époque est plutôt réussi.

Nom série  Bob Morane Renaissance  posté le 22/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Les Nouvelles Aventures de Ric Hochet, c'est au tour de Bob Morane de se faire une nouvelle jeunesse. Le voilà propulsé en 2018 sur un futur ayant deux années d'avance sur notre temps. Il est question de l'Afrique et plus précisément du Nigéria.

On nous rappelle à juste titre qu'il n'y a pas si longtemps, un chef d'état européen avait dit que l'homme africain n'était pas assez entré dans l'Histoire. Cette aventure prend un peu à contre-pied de toutes les théories politiques ou historiques. Il est également question d'un casque magique qui transmet plus facilement le savoir. Bref, nous voilà entrés dans l'Histoire du XXIème siècle.

Les nostalgiques regretteront certainement le décalage avec le vieux Bob Morane en criant à la trahison. En ce qui me concerne, nous assistons comme le titre l'indique à une véritable renaissance avec des thèmes assez actuels. Les auteurs ont réussi le pari de faire rattacher ce héros légendaire dans un récit totalement futuriste. Bon point par conséquent.

Le premier tome incite à lire le second. Je regrette juste quelques facilités comme un assassinat politique non argumenté et le fait de tourner dans le spectaculaire. On espère que la suite sera à la hauteur. Bonne impression également pour le dessinateur qui a réalisé un bon travail graphique.

Bref, nous avons une interprétation très éloignée du Bob Morane vintage de Henri Vernes. Ce n'est pas pour me déplaire mais honnêtement, il aurait pu s'appeler autrement qu'on n'aurait pas vu la différence. Renaissance ? Certes mais surtout enterrement...

Nom série  Le Chevalier à la licorne  posté le 22/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai bien aimé ce récit mi-fantastique introduisant la célèbre licorne. Pour le reste, cela se base sur un contexte historique bien précis entre la bataille de Crecy nous opposant aux anglais et la cité des papes à Avignon. Ce one-shot est assez crédible malgré son mysticisme.

Un très bon point pour le dessin très précis ainsi que pour la colorisation très réussie. J'ai rarement vu autant de finesse. C'est très beau graphiquement parlant. Les décors du Moyen-Age sont presque réels.

Au final, c'est assez psychologique avec une histoire assez captivante malgré la simplicité du scénario. Une véritable allégorie sur la violence du guerrier et surtout sur la rédemption.

Nom série  HSE - Human Stock Exchange  posté le 01/03/2014 (dernière MAJ le 21/04/2016) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bienvenue dans un monde où l'homme pourra être côté en bourse s'il remplit certains critères assez drastiques (poids, taux de cholestérol, position hiérarchique dans le travail, patrimoine personnel etc...). Après les personnes morales, c'est au tour des personnes physiques ! C'est également la vision d'un monde futuriste en proie à une grave crise qui laissera la moitié de la population au chômage. Nous avons là un thriller d'anticipation avec un Xavier Dorison au meilleur de sa forme.

C'est vrai que cela fait froid dans le dos tant le réalisme des situations évoquées dans cette série paraît tout à fait crédible. On est pris au jeu petit à petit. On a envie de miser sur notre héros Félix Fox, un gars sans scrupule qui souhaite acquérir la richesse dans un monde où la pauvreté devient la norme. Il s'agit de s'extraire d'une existence misérable. La perspective d'être côté et d'augmenter sa valeur sur le marché boursier est un vrai moteur dans un monde où les bourses classiques s'effondrent.

Cependant, c'est l'actionnaire qui commande car il a parié sur vous. C'est lui qui vous dit quand il faut faire l'amour ou se débarrasser d'une compagne trop dépensière. Eh oui: il y a toujours un prix à payer lorsqu'on s'introduit en bourse. Alors, prêt pour une augmentation de capital ? Seule la loi du marché importe.

Le premier volet de cette trilogie d'anticipation plonge le lecteur dans un monde déshumanisé qui doit répondre aux exigences de l'actionnaire. Le second va encore plus loin car on voit notre héros Félix Fox changer complètement et perdre ses vraies valeurs. Les actionnaires ne régissent pas simplement sa vie professionnelle mais également sa vie sentimentale pour faire grimper la cote. Dans ce monde, les hommes ont le droit de faire avorter leur compagne au nom de l'égalité des droits. On peut saisir les situations à risque en perspective. Bref, notre héros va vite déchanter ! Le final sera d'ailleurs assez remarquable.

Un bon conseil: investissez dans cette bd ! C'est un très bon placement car cela prendra de la valeur. Xavier Dorison a signé là son meilleur scénario. C'est une trilogie qui est tout sauf moyenne ! On ne s'ennuiera pas une seule seconde.

Note Dessin : 3.75/5 – Note Scénario : 4.25/5 – Note Globale : 4/5

Nom série  Adieu Kharkov  posté le 20/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est un gros pavé que voilà. J’ai quand même mis 3 jours pour en venir à bout. La lecture ne m’a pas posé trop de problème au niveau de la compréhension. On suit la vie de la mère d’une actrice française faisant partie de la génération Bardot à savoir Mylène Demongeot. Il est vrai que pour moi, cela n’évoque pas grand-chose étant plus accès sur un cinéma moderne en accord avec mon temps. Et pourtant, elle a joué dans près de 70 films depuis les années 50. Je me rappelle vaguement de la femme de Fantômas ou encore du rôle de Milady dans les 3 mousquetaires.

Maintenant, je trouve toujours intéressant de lire des témoignages de gens qui ont traversé des épreuves. On va beaucoup voyagé : l’Ukraine, la Sibérie, Shanghai, Porquerolles… Il y a également deux ambiances graphiques bien différentes selon que l’auteur traite de la vie de la mère ou de la fille plus brièvement.

On nous dit que c’est un récit d’émancipation de la femme. Je veux bien mais sans vouloir porter un jugement hâtif, on suit le parcours d’une femme Claudia qui n’aime pas les hommes, qui se sert de leur condition et de leur rang pour y arriver socialement et qui se débarrassera d’un homme qui l’a vraiment aimé. Que dire également lorsqu’elle jette son dévolu sur le frère de son mari ? Personnellement, je n’aime pas du tout ce genre de femmes arrivistes et manipulatrices sans coeur. Je suppose que c’était sans doute son seul moyen d’éviter la famine dans la Russie de Staline qui a fait des millions de morts dont ses parents.

Maintenant, d’un point de vue objectif, c’était plaisant à lire et à découvrir. C’est plutôt riche et rythmé. Le romanesque est plutôt mon genre. C’est un portrait de femmes fortes qui est bien réalisé.

Nom série  Q Mysteries  posté le 18/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nous suivons les aventures d'un jeune journaliste Yûto Ogasawara qui doit faire une enquête sur injonction de son chef. Là encore, c'est assez brutal comme donnée. Il n'y a pas de mise en forme ou de préparation psychologique. Bref, c'est peu crédible d'autant que notre héros a la tête d'un collégien et non d'un journaliste en herbe. Il est plutôt insipide ce qui n'incite pas le lecteur à continuer l'aventure malgré un premier tome qui remplit son rôle en guise d'introduction.

C'est véritablement le personnage de Riko avec sa belle chevelure qui intrigue. C'est elle qui semble être douée pour les expertises en tout genre. Elle trouvera toujours le moyen d'analyser en profondeur tout ce qu'on lui montre (ou pas d'ailleurs). Elle possède un très bon sens de l'observation. C'est elle qui porte cette série sur les bras d'autant que les tomes suivants sont plutôt assez intéressants par rapport à ce qui se prépare à savoir l'un des plus gros scandales du Japon contemporain. Les trois premiers volumes marquent le premier cycle autour d'une grande intrigue autour de faux billets.

Au niveau graphique, on notera un trait élégant qui sert plutôt bien ce récit. L'efficacité est de mise. On ne regardera plus la lettre Q de la même façon...

Nom série  Fortress of apocalypse  posté le 17/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Yoshiaki Maeda, un jeune lycéen de 16 ans, est accusé à tort du meurtre d’un agent de police. Il est enfermé pour une durée indéterminée dans une maison de correction, la Shôran Academy. Personne ne croit qu'il est innocent. Personnellement, je crois que cette situation est déjà en soi peu crédible. Mais bon, passons !

Il rencontre ses compagnons de cellule, Masafumi, Iwakura et Noiman, tous plus agressifs les uns que les autres malgré leur jeune âge. Alors qu’il découvre avec horreur l’univers carcéral, violent et impitoyable, des zombies font irruption dans la maison de correction. La descente aux enfers commence pour les détenus, qui ont plutôt intérêt à se serrer les coudes s’ils veulent survivre ! Bref, nous avons là un manga survival d'un monde dévasté par les zombies.

On se croirait presque dans Walking Dead et les épisodes de la prison. Mais visiblement, dans ce manga très actuel, on n'emploie pas le mot zombie. On dit que ces êtres ont été contaminés par un virus et qu'ils ne sont plus humains. Je dois bien avouer que pour l'instant, c'est l'un des meilleurs mangas consacrés aux zombies tant les autres titres ont été plutôt décevants.

Un dessin alléchant et un scénario plein d'action pour un maximum de lecture divertissement. A noter qu'il n'y aura pas de japoniaiserie entre les scènes d'action. Cela mérite d'être souligné tant cette situation est rare. Cela donne en tout cas du cachet à ce seinen.

Nom série  Le Voyage de Phoenix  posté le 17/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien) Découvrez toutes les séries « coup de coeur du moment » de BDTheque! Coup de coeur
Encore une fois après Couleur de peau : miel, cet auteur a réussi à m'émouvoir avec ce voyage du Phoenix. Encore une fois, j'ai été pris aux larmes devant cette histoire dramatique très touchante. C'est encore un véritable coup de coeur car cet album est véritablement sublime.

Il concerne ceux qui ont perdu un être cher, ceux également qui ne sont jamais arrivé à combler le vide laissé par l'abandon, mais également ceux qui arrivent à pardonner les erreurs et enfin ceux qui fuit l'oppression. Oui, cela fait beaucoup de monde et autant de thèmes qui sont traités autour de deux histoires parallèles qui ont quelques points communs.

Le dessin en noir et blanc est de toute beauté avec une délicatesse du trait hors du commun. Jung parvient à entrer dans le coeur des gens grâce à cette sensibilité hors du commun qui se manifeste par de petits détails tel par exemple le nombril d'un enfant adopté qui constitue le dernier lien visible entre la mère et son fils. Il a le don de transcrire magnifiquement les émotions que traversent les personnages que l'on va croiser du Minnesota à la Corée du Sud.

Le voyage de Phoenix nous entraîne certes vers la mort mais également vers une forme de rédemption. C'est tellement beau et puissant !

Nom série  Les Nouvelles Aventures de Ric Hochet  posté le 17/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La vielle série Ric Hochet représentait tout ce que je détestais le plus dans la bande dessinée. Aussi, j'ai adoré qu'un imposteur moins clean lui ravit sa place de héros sans peur ni reproche. Si seulement, les auteurs avaient tenu jusqu'au bout, on aurait sans doute frisé un chef d'oeuvre de reprise. Cependant, l'audace a quand même ses limites. Je sais que ce n'est pas très moral de souhaiter la mort d'un héros mais j'aurais bien fait une exception pour l'homme à la veste en tweed et au pull à col roulé.

J'ai quand même bien apprécié une certaine auto-critique par la nouvelle génération des auteurs (notamment l'excellent Zidrou) qui ne manquent pas de rendre hommage aux tenants de cette série marquée par une extrême longévité. Alors, oui, je vais mettre trois étoiles tout en conseillant l'achat car c'est mérité. C'est un peu comme la série Alix qui a été également reprise dernièrement. Cela fait un peu regretter que Tintin n'aura jamais droit à une nouvelle jeunesse.

Mon prochain sur la liste : les nouvelles aventures de Bob Morane. Il faut bien suivre les modes de faire du nouveau avec du vieux.

Nom série  Un grand Bourgogne oublié  posté le 16/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un grand Bourgogne oublié nous entraîne dans les arcanes du monde du vin. Il s'agit pour un vigneron de retrouver une bouteille mystère dont l'étiquette a disparu. Il va en faire une véritable obsession car c'est le plus grand vin qu'il a bu de sa vie. Cela rappelle certaines intrigues du manga Les Gouttes de Dieu. Mais bon, on est dans un genre un peu différent qui sent le terroir local.

L'idée de départ était assez intéressante. On suit le parcours qui nous conduit même jusqu'à New-York. Cependant, c'est un brin trop long. Il y a cependant une grande finesse dans le dessin. On appréciera quand même ce cru à sa juste valeur. Il reste quand même certains mystères qui ne seront pas dévoilés comme cet Américain qui semble courir après la même bouteille sans qu'on puisse en connaître la raison.

A la fin de cet ouvrage, il y a tout un dossier où le lecteur apprend que le récit s'inspire de faits réels. On retrouve les photos des acteurs et des lieux. Au final, c'est à recommander à ceux qui aiment bien le bon vin.

Nom série  Double Je (Akata)  posté le 16/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un shojo un peu spécial qui flirte entre le drame social et le polar. Tout part d'un drame familial qui sépare toute une famille pourtant heureuse jusqu'ici. Les jumelles Nobara et Kotori vont inverser les rôles afin de vivre leur part de rêve. Il faut dire que si l'une est un modèle de sagesse, l'autre est plutôt espiègle.

Lorsque le drame arrive à nouveau, l'inversion 'est plus possible et notre héroïne sera prise à son propre piège. L'équilibre psychologique sera mise à mal au fil de ces deux drames successifs à 5 ans d'intervalle.

On pourra fermer les yeux sur certaines naïvetés et des coup de sort à vouloir sortir les violoncelles. Que dire également de toutes ces grosses ficelles ? Par ailleurs, on subira encore des japanaiseries avec leurs fameuses grimaces un peu débiles. Bref, on regrettera un sérieux manque de subtilité.

Le premier tome est suffisamment fort pour donner l'envie de continuer aux lecteurs. Encore combien de temps Nobara pourra continuer à se faire passer pour Kotori ? Tel est le fil rouge de cette série. Arrivé au 5ème et dernier tome, on se rend compte que le voyage a été long et éprouvant pour le lecteur. C'est quand même touchant comme shojo.

Nom série  Les Intrus  posté le 16/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je n'arrive décidément pas à aimer cet auteur qui propose des univers qui me paraissent assez stériles. Il y a de la vacuité dans les dialogues et dans les situations présentées. Le mal être contemporain est pourtant exploré sous toutes ses formes.

Le dessin présenté sur un petit format n'est décidément pas adapté car certaines petites pages contiennent 20 cases. Aucune des nouvelles présentées ne m'a particulièrement touché.

Le style graphique est plutôt froid et les personnages peu expressifs ce qui laisse peu de place à l'émotion ou à tout autre sentiment d'ailleurs. C'est franchement ennuyeux à lire. Les inconditionnels de l'auteur pourront se laisser tenter par cette oeuvre mélancolique stylée, les autres peuvent aisément laisser tomber.

Nom série  S.A.M.  posté le 16/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
D'emblée, cette aventure de science-fiction m'a fait penser à la série H.O.P.E. réalisé quelques années plus tôt. Il s'agissait également d'enfants terrés qui tentaient également de survivre dans un monde dévasté occupé par des robots sentinelles. J'ai crû à un mauvais plagiat mais fort heureusement le récit prend une autre direction à savoir la classique amitié entre un jeune et un robot.

C'est fou les histoires où les auteurs tentent d'humaniser les robots. Ils n'ont visiblement rien compris à ce que peut être une intelligence artificielle. Pourquoi ne pas leur confier le pouvoir politique tant qu'on y est.

Pour le reste, c'est plutôt bien dessinée dans un style manga et j'aime beaucoup ce genre d'univers. Le récit est parfois naïf dans les dialogues mais il est destiné plutôt à un public pré-pubère. La série était rangé au rayon jeunesse de ma médiathèque, c'est dire ! Bref, des thèmes assez classiques mais quand même assez bien exploités.

Nom série  Kamarades  posté le 16/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Nos chers kamarades ont fait des millions de mort à travers leur pays et dans le monde pour imposer une idéologie qui partait à la base d'une très bonne intention. Je n'ai d'emblée aucune compassion pour ces gens là qui ont échoué et je vois plutôt rouge. En l'occurrence, on tourne autour du pouvoir avec Lénine et déjà un Staline calculateur, manipulateur et tueur.

Il y a surtout une belle histoire d'amour (presque improbable) entre le soldat Volodia et la mystérieuse Ania sur fond de révolution russe. Or, lorsque l'on sait que la belle Ania n'est autre que la fameuse Anastasia à savoir la descendante directe des Romanov, cela prend une tout autre ampleur.

J'ai bien aimé le récit mais un peu moins le dessin. C'est dommage car ce graphisme anguleux gâche beaucoup de chose. Il n'était sans doute pas adapté pour ce genre de récit. Rien à redire par contre sur le choix de la couleur dont le rouge communiste est prédominant.

Bref, la fin des Romanov est toujours prétexte à de belles histoires tragiques dans le genre du Docteur Jivago avec le regretté Omar Sharif.

Nom série  Alcoolique  posté le 15/04/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Peut-on savoir à l’avance qu’une œuvre ne va pas nous plaire à cause de son genre ? Je dirai que non à moins d’être un voyant ou de très mauvaise foi. Il faut dire que j’aime réellement tous les genres que cela soit dans le domaine de la bd européenne ou pas, du manga ou encore du comics. Il faut toujours se laisser surprendre dans la vie car c’est ce qui fait son charme.

Et là, je dois bien avouer que cette lecture m’a agréablement surpris. Si je m’étais limité au titre de cet ouvrage, je crois que j’aurais pris mes deux jambes à mon cou. Je n’aime pas trop ce qui est lié à l’alcoolisme et ses effets dévastateurs sur les vies des gens. Et pourtant, je suis entré tout de suite dans cette lecture complètement happé par une narration envoutante qui ne m’a plus lâché. C’est un processus assez bizarre en ce qui me concerne car je suis très vite gavé par les mots stériles. Mais là, rien de tel car c’est impeccable et rythmé. Depuis Le Sculpteur, un comics ne m’avait plus autant pris aux tripes. C’est une réussite totale sans complaisance, ni pathos.

On suit le parcours d’un jeune de 16 ans qui se cherche jusqu’à l’aube de ses 40 ans. C’est tout une tranche de vie qui aurait pu arriver à n’importe qui. D’ailleurs, on pourra retrouver des similitudes. Il y a tout d’abord ce meilleur ami qu’il perd petit à petit. Comment survivre à une telle trahison alors qu’il s’est construit avec lui ? Il fait partie de ces gens qui n’aime pas les groupes et qui préfère concentrer sur une amitié exclusive avec le prix à payer quand cela va mal. Et puis, il y a toutes ces femmes qui donnent le tournis au fil de son ivresse qui s’accentue. Bon point pour le héros qui va épargner ses parents et sa grande-tante de son état comme s’il vivait une seconde vie.

Mon regret concerne la fin car on aimerait tant savoir sur ce que le sort lui réserve. Cependant, on le devine aisément à la vu de la dernière image. Le démon de la boisson n’est jamais loin et il nous rattrape comme pour succomber à une maladie lente et sournoise. Tout cela est bien triste mais c'est bien le sort de la plupart des hommes dans un monde qui ne fait pas de cadeau. S’il n’y avait que la trahison de l’ami ou de la femme aimée ! S’il n’y avait que les accidents et la mort de proches que l’on perd définitivement sans pouvoir dire qu’on les aime ! Mais il y a encore les attentats meurtriers comme ceux du 11 septembre qui seront largement évoqués. On vit dans un monde ou prendre l’avion ou le métro ou même aller dans un concert peut s’avérer mortel. Comment ne pas sombrer dans le réconfort de la boisson ? Je suis arrivé à comprendre notre héros qui est dépassé par les événements mais qui essaye de se battre pour se maintenir. Qu’est-ce que j’ai aimé sa sincérité ! Bref, j’ai été touché en plein cœur.

Alcoolique a réussi à m’enivrer sans prendre un bon verre de whisky. La lecture de ce comics est comme une addiction. Je sais que dans mon cas, c’est incurable et que cela ne peut plus se soigner. Alors, il faut profiter de tous les moments présents pour explorer également les faiblesses de l’âme humaine et partir à la recherche de soi-même. C’est bien la lutte qui fait ce que nous sommes. Les auteurs ont tout compris et ont signé ici une œuvre très forte et même mémorable. Un véritable coup de cœur !

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 200 210 218 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque