Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3836 avis et 575 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Promeneurs du Temps  posté le 30/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le graphisme de cette bd n'était pas celui qui m'attirait le plus. Pour autant, le titre avait quelque chose d'intrigant. Il est vrai que la question des voyages dans le temps retient incontestablement mon attention. Il y a eu tellement de théories à ce sujet à commencer par celle d'Albert Einstein qui laissait entrevoir une telle possibilité. Dernièrement, des scientifiques chinois avaient affirmés qu'il était manifestement impossible de voyager dans le temps. Qui a raison ?

Cette œuvre est réalisée par un illustrateur strasbourgeois issu de la fameuse école des Arts décoratifs qui a vu éclore pas mal d'artistes ces dernières années. L'auteur a choisi l'angle d'une enquête policière par rapport à un meurtre assez sordide commit à l'aide d'un compas. Quoi de plus mystérieux pour commencer ! Les difficultés vont aller en s'accroissant.

Pourtant, j'avoue ne rien avoir compris à ce récit qui proposait pourtant une solution à ce paradoxe scientifique et temporel d'où ma relative déception. Je n'aime pas rester sur ma faim.

Nom série  Le Roi du Ring  posté le 30/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai bien aimé cette première partie de diptyque consacré à la vie d'un catcheur. C'est un univers rarement mise en scène sur le support de la bande dessinée au contraire de la boxe par exemple. On suit par conséquent le parcours du jeune Tobias dans les années 80. Ce dernier veut réaliser un rêve en devenant champion de catch.

Cela n'a rien de vraiment original mais on sera vite happé par l'histoire et la fraîcheur qui s'en dégage. Certains passages seront vite expédiés comme la mort de proches. Les auteurs ont voulu manifestement se consacrer qu'à leur champion et dépeindre de manière réaliste les coulisses de ce monde particulier.

Il est cependant dommage de ne pas avoir fait plus adulte car le trait reste enfantin tout comme certaines scènes. Pour autant, je tire un coup de chapeau car c'est leur première oeuvre et ma fois, c'est assez réussi. Il manque juste encore un peu de panache pour faire décoller le récit.

Pour la petite histoire, cette bd est née sous l'impulsion de My Major Compagny qui avait fait connaître un certain chanteur qui a connu le succès. Le principe reste le même mais pour le support bd : les internautes financent de jeunes artistes en l'occurrence un duo d’orléanais, Dimitri Gigault et Julien Rolland. C'est l'éditeur Dargaud qui les a repéré pour publier leur première bd. Connaîtront 'ils également le succès ? L'avenir le dira.

Nom série  Tom et William  posté le 30/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est curieux mais j'ai lu la semaine dernière une série dont le principe était le même à savoir la création de l'esprit d'un monde imaginaire où vont évoluer des personnages. Dans Nocturnes (Lombard), il s'agissait de partir dans un monde imaginé par un écrivain de roman. Ici, cela sera à partir de vieilles bd de super héros un peu démodé comme pour rendre hommage aux illustrés populaires d'antan.

Il y aura bien un postulat de départ qui sera remise en question mais la chute ne sera véritablement pas bien amenée. Par ailleurs, on ne pourra que constater les faiblesses du dessin. Les décors sont par exemple vides alors qu'il y avait de quoi faire.

Bref, c'est parti d'une bonne idée à savoir le pouvoir de l'imagination mais cela a été mal exploitée. Cela reste lisible bien entendu. Les nostalgiques aimeront sans aucun doute.

Nom série  Dwarf  posté le 29/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
De la fantasy pure dans la tradition du combat des nains contre les elfes dans un monde cartographié imaginaire. L'originalité vient sans doute du fait que les animaux conversent comme si de rien n'était.

Malheureusement, la trame demeure classique: un élu marqué par l'infamie doit accomplir son destin pour devenir roi et rétablir l'ordre. C'est dommage car les dialogues sont de hautes volées. On ne s'ennuie pas et on passe même un agréable moment de lecture. Cela plaira sans doute aux lecteurs d'autant que le dessin est assez soigné. L'univers lui-même semble riche et fouillé.

Dans le même genre, je préfère nettement Servitude ou Siegfried. Toutefois, Dwarf mérite d'être lu car cela reste pas mal.

Nom série  Sous notre atmosphère  posté le 26/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je découvre toujours un peu plus les facettes multiples du talent d’Osamu Tezuka à travers ses diverses œuvres. Après la lecture du naïf Métropolis qui marquait le début de sa carrière, j’ai plutôt été surpris par la qualité intrinsèque de ce titre qui traite de la condition humaine. Il est vrai que ces courtes nouvelles viennent d’être éditées en France alors qu’elles datent de la période 1969-1970 où l’auteur marquait un tournant pour se plonger dans des œuvres plus adultes.

Certaines de ces nouvelles ont été prenantes à lire. Elles laissent toujours une impression car les chutes sont fortes avec des effets de surprise comme je les aime. On se remémore facilement la lecture car on a passé un bon moment et cela appelle à une réflexion. Quelque fois, cela vire au fantastique et c’est plus ou moins énigmatique. Bref, il y a une véritable variété des thématiques à travers ces 16 récits.

Je dois avouer que c’est à ce jour mon recueil préféré de ce grand maître qui essayait alors un nouveau genre : le gekiga. J’aime ces ambiances un peu sombres. Même le trait généralement très rond me semble résolument plus mâture. Je n’ai pas été un grand fan de l’auteur mais je trouve que ce recueil de nouvelles est un titre de qualité. Fort heureusement, je n’ai pas éprouvé le sentiment qu’il y avait du bon et du moins bon car l’ensemble reste homogène.

Bref, chaque récit maintient son rang. L’auteur réussit à nous tenir en haleine jusqu’au bout. C’est honnêtement ce que j’ai lu de mieux et cela risque de plaire à un public plus large qu’habituellement.

Nom série  Freaks' Squeele  posté le 25/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est une série bien déjantée qui ne manque pas de panache que voilà. On a droit à un mélange de genres un peu à la manière d'un Harry Potter dans l'Ecole de Poudlard. Ici, cela sera l'université au milieu de monstres et de batailles généralisées entre élèves.

Il y a une forte inspiration manga et cinématographique en même temps, ce qui fait le charme de cette série qui touchera tout d'abord les adolescents. En ce qui me concerne, je n'ai pas trop accroché bien que je puisse concevoir que la série possède des atouts indéniables qui justifieront son succès commercial. Nul doute qu'on aura droit à des séries dérivées pour nous présenter chacun des personnages. Une nouvelle forme de fantasy est née.

L'humour et un agréable dessin ne me suffisent pas. Il me faut plus et je n'ai pas trouvé ce que je cherchais dans cette série un peu trop survitaminée.

Nom série  Métropolis  posté le 24/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Métropolis est un manga one shot d'Osamu Tezuka qui s’inspire directement de l’univers crée par le cinéaste allemand Fritz Lang. La comparaison va s’arrêter là car l’univers du mangaka est purement naïf et déconnecté de toute réalité. Certes, il est bien question d’un petit robot à l’apparence humaine qui évolue dans une grande mégalopole.

Cependant, on ne découvre pas la richesse de l’œuvre du cinéaste en avance sur son temps qui décortiquait la ville basse au peuple et les hauteurs de la ville aux classes dirigeantes. Osamu rend un hommage à l’Occident alors que la période de l’occupation américaine de l’archipel nippon n’était sans doute guère propice à cela. Se faisant, il s’affranchissait de toute rancœur pour épouser un nouveau modèle. On voit d’ailleurs un clin d’oeil assez marqué à Mickey et Disney.

Bref, l’influence est bien celle des comics où il est question de super héros avec de grands pouvoirs. Je dois dire que la fin de ce one shot m’a surpris car ce n’est guère conventionnelle. Le mélange est surprenant. Je pardonnerais toutes les facilités scénaristiques et le côté extrêmement naïf de l’une des premières œuvres de celui qui est aujourd’hui considéré comme l’un des grands maîtres du manga sinon le plus grand.

Nom série  Habibi  posté le 23/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'attendais depuis longtemps une autre oeuvre de Craig Thompson. Il faut dire que Blankets - Manteau de neige fut l'une de mes toutes premières lectures dans le roman graphique. J'avais beaucoup apprécié son talent de conteur. Après des années d'attente, voici Habibi qui nous libre une histoire totalement différente même si l'amour reste le thème central.

Habibi est presque une révolution ultime: celle des sens, de la calligraphie qui épouse avec merveille le dessin au rythme d'un royaume imaginaire sorti des mille et une nuits. C'est le Moyen-Orient dans toute sa splendeur et sa décadence. On voit à l'horizon les problèmes de pollution qu'engendre une urbanisation à outrance. Il y a également le problème du traitement des eaux et de sa rareté.

On pouvait craindre l'enlisement au bout de 600 pages. Ce fut tout le contraire ! C'est un récit qui monte en puissance pour nous délivrer d'un message au-delà des religions. Une œuvre forte et encore une belle réussite qui donne ses lettres de noblesse à la bande dessinée. De belles trouvailles graphiques avec un trait sombre, nerveux et puissant. On atteint presque le chef d'oeuvre annoncé avec un message fort et une conclusion idéale.

Nom série  Tchernobyl - La Zone  posté le 23/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est un émouvant témoignage bien documenté sur la catastrophe de Tchernobyl que nous avons là. J'ai peu lu sur le sujet notamment sur le support de la bande dessinée. Cette bd documentaire a le mérite de nous rappeler ce qui s'est passé en 1986.

Je déplore totalement le manque de sincérité de la part des autorités russes. La crise aurait pu être gérée autrement. On ne voulait sans doute pas gérer une panique à l'échelle mondiale ce que je peux comprendre. Cependant, j'ai été particulièrement choqué d'apprendre que les autorités russes ont dit aux enfants en partance qu'ils reverraient bientôt leurs animaux de compagnie. Le récit vous montrera ce qu'il advient d'eux en réalité...

J'ai aimé ces deux histoires d'une même famille en 3 parties qui se rejoignent dans un ultime lien à la fin. Il y a peu de mots mais des images qui transmettent suffisamment d'émotion sans tomber dans le pathos. Ce poids du silence est bien lourd de sens.

J'ai bien aimé voir la carte mondiale des réacteurs dans le monde. On y voyait que le Japon est le troisième pays à posséder le plus de réacteurs. La catastrophe récente de Fukushima est là pour nous rappeler que le pire est sans doute pour demain. Rappelons que la France est le second pays au monde avec 58 réacteurs. Cela laisse à réfléchir sans nécessairement prendre une position hâtive ou binaire. La réalité est quelques fois plus complexe.

Nom série  Nomade  posté le 23/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'avoue avoir du mal à comprendre l'arrêt de ce spin-off de la série Croisade. C'était pourtant une bande dessinée qui remplissait son quota d'aventures exotiques au pays des mille et une nuits. Il devait y avoir 4 tomes et le second était déjà programmé. Il y a sans doute eu moins de ventes que l'éditeur ne l'espérait par rapport à la série mère.

Le scénario de Dufaux est plutôt basique et un peu en-dessous de ce qu'il a l'habitude de nous livrer. On a droit au beau héros tourmenté qui va connaître un amour fugace auprès d'une belle guerrière. Il y aura une quête pour retrouver un esprit démon et un zeste de fantastique. Oui, une trame classique mais honorable avec une belle beauté des planches.

Nom série  Les Amants de Sylvia  posté le 23/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Futuropolis est pourtant l'un de mes éditeurs préférés. Cela ne veut pourtant rien dire car chaque oeuvre est unique et toutes ne se valent pas. Là encore, il y avait de quoi faire d'autant que le sujet concernant l'assassinat de Trotsky au Mexique par les assassins à la solde de Staline était intéressant.

En fait, c'est la mise en image qui pêche. Une calligraphie non adaptée associée à un dessin approximatif et des couleurs trop chatoyantes ne m'auront guère captivé. Sylvia ne sera finalement que le faire-valoir pour faire entrer le loup dans la bergerie. J'aurais sans doute aimé voir sa réaction par la suite et j'en suis privé tant le récit s'achève de façon radicale. Staline a encore gagné...

Nom série  Nocturnes (Lombard)  posté le 23/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis plutôt étonné par le virage que prend Clarke en réalisant cette histoire intimiste pour la collection Signé chez Lombard. On est franchement loin de l'univers de Mélusine. En cela, c'est plutôt une bonne surprise pour le lecteur qui découvre une facette inédite de son talent. Le thème principal sera un essai sur la création littéraire avec un rôle prédominant pour les personnages.

Les 20 premières pages seront tout de même les plus pénibles car on assiste à différentes scènes sans comprendre car il n'y a pas de fil conducteur. L'auteur aurait dû amener plus vite une explication car il va falloir s'accrocher jusqu'au bout. Puis, l'explication à ces mystères viendra très rapidement au détour d'une case.

Nocturnes est bien un drame intimiste qui se joue autour d'un écrivain en panne d'inspiration car malade d'un cancer. J'ai bien aimé la fin après un début difficile. Celle-ci a fini par rattraper l'ensemble. On aura au final quelque chose d'intéressant et d'original.

Nom série  Le Protocole Pélican  posté le 23/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le Complexe du chimpanzé, précédente série de l'auteur, ne m'avait pas totalement convaincu alors qu'il y avait une excellente idée de départ. C'est un peu la même chose avec cette nouvelle série. Très récemment, un film du génial Christopher Nolan, à savoir Inception, partait du même principe à savoir l'impact d'une idée sur les individus. La psychologie sera donc de mise dans ce thriller où mystère et ambiance coexistent pour le plus grand plaisir du lecteur.

Pour autant, malgré la galerie des personnages, on va surtout se concentrer sur le numéro 4. On multiplie les rebondissements et les pistes dans le second tome comme pour mieux nous prendre à rebours. J'aime incontestablement le ton réaliste de cette histoire mais il manque quelque chose dans la mise en scène pour que cela soit vraiment satisfaisant.

Là où Bec réussit, j'ai l'impression que Marazano semble échouer pour le même type d'histoire basée sur un mystère qui ne sera révélé qu'à la fin. J'ai l'impression de tourner en rond car cela progresse trop lentement. On attendra la suite pour se faire une idée définitive. Espérons que cela sera compréhensible...

Nom série  Ghost  posté le 16/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La couverture de Ghost nous induit un peu en erreur car il ne s'agira pas d'histoire de fantômes au sens littéral du terme. Nous avons encore droit à l'ancien inspecteur du FBI dont une affaire avait mal tourné et qui revient malgré lui aux affaires de la criminelle. Il est marrant de constater ce que peut entraîner l'absence d'un collègue.

On n'y croira pas trop mais on se laisse aller. Le décors est sombre et le thriller se place sur le terrain du psychologique ce qui n'est pas pour me déplaire. Cependant, malgré une atmosphère pesante, cette descente aux enfers s'est faite un peu sans moi.

Il manque tout simplement une trame originale à ce thriller au demeurant bien dessinée.

Nom série  Lucien  posté le 02/02/2009 (dernière MAJ le 15/09/2012) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un look de beauf, un gros bide, une banane ridicule, un perfecto de cuir noir : voilà notre héros Lucien! Sur la vague "les copains d'abord", Lucien est guitariste dans un groupe de rock et il est toujours embarqué dans des plans galère. C'est une vraie ringartitude totalement assumée avec en prime une nostalgie des années 60 puis des années 70 et 80.

On m'a récemment offert un tome de cette collection que j'avais lu et que je n'avais pas aimé au premier abord. Sans doute aurais-je dû persévérer car ces histoires courtes s'avèrent marrantes. On éprouve une petite sympathie pour notre anti-héros. C'est certes rempli de clichés mais on passe un bon moment de détente.

C'est fou ce que la banlieue et les jeunes ont changé quand on lit cette bd qui retrace une tranche de vie d'une certaine époque. Cela peut-être intéressant de se plonger dans cette série ne serait-ce que pour comparer sans en tirer forcément des conclusions. Je remonte ma note à 3 étoiles.

Note Dessin : 2.5/5 – Note Scénario : 2.5/5 – Note Globale : 2.5/5

Nom série  Moi, 20 ans, diplômée, motivée... Exploitée !  posté le 14/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Sans doute parce que je travaille encore dans un service de ressources humaines d’une grande entreprise ou que j’ai connu ce genre de situation à un moindre degré étant plus jeune, j’ai été particulièrement touché par ce témoignage d’une jeune diplômée qui s’essaye pour entrer dans un monde du travail peu accueillant. C’est une situation difficile que d’essayer de décrocher un job lorsqu'on est un jeune diplômé. Quand on a travaillé dur pour obtenir son diplôme et qu’on arrive sur un marché de l’emploi atone, on perçoit comme une sanction imméritée le fait de ne pas pouvoir travailler et de vivre décemment. La précarité devient d’ailleurs la norme chez les jeunes diplômés qui doivent enchainer les stages et dans le meilleur des cas des contrats à durée déterminée.

Cette bd va traiter ce problème de société généralement peu évoqué sur le ton de l’humour. C’est drôle mais on ressent tout de même comme un malaise sur ce qui ne va pas dans le monde du travail. Le taux de chômage des jeunes en France est toujours deux fois supérieur au taux de chômage de l'ensemble de la population. Alors, quand on trouve un stage, c’est le panama ! Pour rappel, un stagiaire est payé dans les environs de 436,05€ en 2012. Ce qui est inacceptable, c’est le fait pour les entreprises de les exploiter sans vergogne au regard de cette gratification misérable qui ne permet pas de payer son loyer.

Ainsi, dans le cas évoqué par l’auteur, il s’agit de travailler par exemple 45 heures sur 3 jours, de rentrer chez soi après minuit quand il n’y a plus de transport en commun, de prendre un taxi que l’employeur ne payera pas, de travailler les dimanches quand il y a un coup de bourre ce qui arrive souvent. C’est vrai qu’il faut avoir le cran d’accepter de donner sans compter sans recevoir en échange (ou si : l’espoir de décrocher le job). La logique financière de ces entreprises est différente de celle du jeune qui pense que le mérite va finir par payer. C’est bien souvent un leurre. On se fout totalement de vos sacrifices sur votre vie privée. Il faut donner sans compter, c’est cela l’esprit d’entreprise !

Les contrats d’avenir qui vont être mise en place par le gouvernement concernent des jeunes qui ont décroché au niveau de leurs études. Pour éviter que ces jeunes issus de quartiers défavorisés ne basculent dans la délinquance, on va leur proposer des contrats de travail pour une durée de 3 ans. C’est très bien sur le principe mais j’ai tout de même une pensée pour ceux qui ont galéré dur pour obtenir leur diplôme et qui vont se retrouver dans la pauvreté faute d’emploi. A ces jeunes là, on ne leur propose pas grand chose car on sait que ce sont de bons citoyens qui ne verseront pas dans la violence. C’est vrai que la plupart d’entre eux quoi sont diplômés trouveront plus facilement du boulot mais dans quelles conditions ? Le déclassement professionnel va concerner un tiers d’entre eux.

Oui, cette bd semble utile pour comprendre ce phénomène et se poser des questions sur l’exploitation par les entreprises de cette précarité. C’est une véritable honte mais qui est masquée par des valeurs de type « travailler plus pour gagner plus » ou encore qu’il ne faut pas vivre de l’assistanat. C’est effectivement digne de travailler mais encore faut ‘il qu’il y ait du travail pour tout un chacun. Ces stages à répétition montrent que les entreprises se font de l’argent en exploitant davantage les personnes alors qu’il pourrait y avoir des contrats à durée indéterminée sur ce type de poste car l’activité est en réalité durable et stable. Quant à moi, il peut-être temps que je change d’activité car on n’a pas toujours le bon rôle dans cette comédie humaine plutôt douteuse. En tout cas, je souhaite que l’auteur ait pu trouver ce qu’elle recherche et qui devrait être un droit.

Nom série  Insiders Genesis  posté le 14/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne connaissais pas du tout la série principale qui met en scène une héroïne dans des aventures plutôt musclées sur fond d’espionnage et de contexte politique particulier à travers le monde. Voilà encore une nouvelle série dérivée qui raconte les débuts et les origines de sa vie consacrée à l’ordre international. On est plongé dans la Colombie du fameux Pablo Escobar, baron du cartel de la drogue et accessoirement bienfaiteur public par la construction d’écoles et d’hôpitaux.

Visiblement, notre jeune héroïne est la fille de l’avocat d’un candidat à la présidence de la république de la Colombie qui est prêt à déclarer la guerre aux mouvements armées qui occupent une partie du territoire pour fabriquer de la drogue en direction notamment des USA. Le contexte était intéressant car il y avait matière à faire. Cependant, le scénario n’a pas véritablement suivi.

Nous avons une série principalement basée sur l’action dont les scènes de courses poursuites occupent une trentaine de page d’un album pour se déplacer d’un point A vers un point B en l’occurrence d’un plateau de télévision vers un restaurant huppé situé en haut d’une tour. C’est purement basique et rien de psychologique. Le dessin rappelle celui d’un Largo Winch mais en moins bon. On est dans une bd qui n’a pas d’âme mais seulement une belle couverture qui attire l’attention. Notre héroïne contient tous les stéréotypes qu’un lecteur avisé ne laissera plus passer tant cela devient insupportable. Pour ma part, je passerais mon chemin sur la suite.

Nom série  Business Football Club  posté le 12/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Business Football Club est une série d’origine française ayant pour cadre la gestion financière d’un célèbre club anglais du ballon rond. La disparition du directeur financier avec une mallette comprenant des documents compromettants sera le point de départ d’une enquête confiée à un détective privé français par la dirigeante du club. Il s’en suivra des péripéties entre Londres et Paris puis le Massif Central pour assurer le dépaysement.

On a l’impression que le football n’est qu’un prétexte pour masquer une banale intrigue policière. Il y a certes des références à des matchs célèbres de l’équipe de France en ce qui concerne la qualification au mondial mais on n’entre pas dans le cœur même ou dans les coulisses du football comme on l’espérait. La série est beaucoup trop légère à l’image d’un dessin typiquement italien et naïf sur les bords.

C’est dommage car il y avait matière à faire quelque chose d’intéressant avec ce cadre. Bref, c’est de l’attrape-nigaud qui assurera tout de même une lecture plaisante mais sans réelle surprise.

Nom série  Les Chevaliers d'Emeraude  posté le 11/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne connaissais pas le roman visiblement best-sellers à travers le monde. La bd semble être le prélude pour expliquer l’apprentissage de ces fameux chevaliers d’émeraude qui vont devoir faire face à l’envahisseur de l’empire noir.

Au niveau du dessin, je n’ai aucun reproche à faire. J’aime le trait si particulier d’Oger même s’il paraît trop enfantin par moment. C’est certainement adapté pour l’occasion.

Je serai plus sévère au niveau du scénario. La scène d’introduction paraît d’un ridicule. Puis, on va enchaîner sur une scène qui paraît des plus simplistes. On assène des vérités du genre : on va être attaqué dans quelques années, je le sais, un point c’est tout. Partant de ce principe, on tombe dans une facilité du récit assez déconcertante. La suite ne sera qu’une succession de pages pour présenter les enfants venant des différents royaumes portant le nom d’une pierre précieuse à quelques exceptions près à savoir le désert ou sa bordure. Bref, c’est sans grand intérêt.

L’évolution des enfants sera d’ailleurs trop rapide et on n’aura pas le temps de percevoir leurs différents caractères. Il y a sans doute trop de scènes inutiles et pas assez de profondeur. Du coup, c’est une bd simple à lire pour des enfants. En ce qui me concerne, je n’ai vu aucune originalité. C’est un mélange de genre qu’on connait déjà trop bien.

Nom série  Des fragments de l'oubli  posté le 11/09/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Encore une de ces bds prise de tête qu’il faut apprécier de lire quand on cherche à sortir des sentiers battus. Je me dis qu’il faudrait certainement appartenir à ce public en quête d’autres choses pour aimer l’étrangeté de cette histoire mettant en scène une fillette un peu paumée dans une ville sans âme.

Le père a d’ailleurs une tête d’oiseau sans que l’on ne sache la raison. On ne sait pas s’il est vivant ou mort. On ne sait où est passé la mère de cette enfant aux réflexions très stranges à la limite d’un effet poétique pour donner l’illusion de la consistance. On rencontrera au détour de ce récit une vieille voisine un peu caricaturale ainsi qu’un copain adepte du pétard. Personnellement, le grunge ne m’attire pas vraiment.

J’essaye de tirer un peu de positif dans tout cela mais je dis tout haut que ce n’est décidément pas mon genre de lecture. J’avoue cependant que la chute finale m’a bien plu car une énigme semble résolue même si cela appelle de nouvelles questions, par exemple sur le voyage temporel. Mais bon, je n’ai pas très envie d’en savoir plus. C’est dire. Des fragments de l’oubli que j’oublierai vite.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 180 190 192 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque