Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3491 avis et 511 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  La Demeure des Gomez  posté le 18/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai bien aimé cette chronique sociale de Prado qui concerne notamment le marché de l’immobilier. En l’occurrence, nous avons une petite famille qui a fait le mauvais choix lors d’une affaire successorale et qui se retrouve avec un petit terrain de 2000m2 avec une petite bâtisse en pleine campagne. On se rend compte que ces petits gens ont les pires difficultés à faire quelque chose de leur terrain afin de le rentabiliser. Ils ne peuvent pas construire, par exemple, un petit abri de jardin de 2m2 sans voir la police du bâtiment débarquer et leur infliger une amende pour défaut de permis de construire.

Cela pourrait être marrant si de telles situations ne trouvaient pas une certaine résonance dans la réalité. Ainsi, on m’a demandé moi-même en tant que propriétaire d’une petite maison de présenter des plans d’architecte pour une pergola dépassant une surface de 20m2 au sol (il s’agissait de 6 poteaux en bois à planter dans le sol). Il fallait également l’accoler obligatoirement à la propriété du voisin.

Bref, on se rend compte que les règlements municipaux sont complexes et relèvent d’une logique presque stalinienne. J’ai laissé tomber pour ma part devant le zèle d’un fonctionnaire. On vous rétorquera qu’on ne peut pas construire n’importe quoi même chez soi. Pour autant, le maire laissera des constructions laides et hideuses de promoteurs véreux envahir le beau paysage. Et c’est exactement ce qui va se passer dans cette bd. On embête les petits gens avec des tracas administratifs en gardant bien les yeux fermés pour les gros.

L’auteur traitera également des objets archéologiques que l’on trouve parfois sur le terrain et qui appartiennent à l’Etat avec tous les ennuis que cela procure. Il y aura également une critique du tourisme de masse qui s’agglutine sur des plages bondées avec un littoral rempli de gros immeubles. C’est introduit par petite touche très subtilement dans l’histoire.

Au final, je pensais que la morale serait sauve et que les méchants seraient punis. Cependant, là encore, la réalité est beaucoup plus mesquine. C’est une bd à lire car peu évoquent le problème de l’immobilier. C’est toujours intéressant. En l’espèce, Prado a bien traité le sujet à mon sens. Dernier détail : je n'aurais jamais rangé cette oeuvre dans la catégorie "humour". La demeure des Gomez est plus une chronique sociale qu'autre chose. Et cela n'a rien de vraiment marrant.

Nom série  Ma Voie de Père  posté le 17/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’avais plutôt bien aimé les précédentes œuvres de l’auteur qui nous faisait plonger dans le Japon médiéval quand il y avait un code de l’honneur chez les samouraïs. On s’apercevait que l’auteur avait de bons principes et s’y tenait dans une certaine forme de rigidité morale qui force le respect.

En l’espèce, j’ai beaucoup moins apprécié malgré le fait que j’ai trouvé la démarche plutôt courageuse à savoir de faire une autobiographie moderne et donc de rompre avec son style habituel. L’auteur se décrit dans la vie de tous les jours. Il se montre sous un côté plutôt sympathique qui rompt totalement avec l’image qu’on se faisait de lui en instaurant une relation de proximité avec le lecteur. C’est presque trop familier à mon goût avec les commentaires de ce que pense mémère.

Et puis, il y a ce côté beaucoup trop moralisateur que je n’ai pas vraiment apprécié. Et surtout, cette rouste qu’il donne à son fils pour lui faire comprendre certaines choses censées. Je ne suis pas adepte de cette méthode dure qu’il nous propose de suivre dans la voie du père. Je me fais sans doute une autre idée de ce que doit être la paternité…

Pour toutes ces raisons idéologiques et philosophiques, je n’accorderais pas plus de 2 étoiles à cette œuvre.

Nom série  Le Mystère de la chair  posté le 15/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Dans ce recueil de nouvelles totalement indépendantes les unes des autres, l'auteur Junji Ito nous offre une nouvelle plongée dans l'angoisse et l'horreur. Cependant, c'est à se demander si cette surenchère dans la terreur produit un résultat de qualité. Cela ne semble pas tout à fait le cas. En effet, j'ai de nette préférence pour d'autres auteurs beaucoup plus subtils.

Néanmoins, il faut reconnaître tout de même un certain talent pour une mise en scène efficace.
Je suis certainement troublé également par un certain manque de constance dans les oeuvres de cet auteur. Cela tourne souvent au grotesque avec cette montée en puisance du malsain et de l'immonde.

Or, en l'occurence, ces récits constituent les premiers écrits de l'auteur. C'est trouble comme à chaque fois mais certaines nouvelles sortent un peu du lot comme l'accord ou les éphémères.

Nom série  Le Journal de Soïchi  posté le 15/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Junti Ijo est le maître du manga d'épouvante ou en tout cas, il essaye de l'être ! On a droit à une histoire de gamin maléfique, un peu dans le genre du film Damien: la malédiction.

La première histoire commence à nous donner un peu la chair de poule, histoire de rentrer dans l'ambiance.

Cependant, plus on avance dans les chapitres, plus la crédibilité en prend un sacré coup pour devenir totalement grotesque à la fin. Une ambiance gore pour des histoires abracadabrantes.

Il est clair que l'auteur nous a habitué à beaucoup mieux. Cependant, l'éditeur semble râcler les fonds de tirroir et voilà le résultat...

Nom série  La Petite Amie du Prince  posté le 15/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il y a près de 2 milliards de télespectateurs qui ont suivi récemment le mariage du Prince William et de la belle Kate Midleton. Cette nouvelle est pourtant sortie en 2006 au Japon et tombe désormais sous le feu de l'actualité d'autant que les toutes premières pages évoquait justement le cas du Prince William comme un coeur à prendre en profitant de son passage dans une école. Bref, si vous voulez épouser un beau prince charmant, il faut s'inscrire dans l'école qu'il va fréquenter et ne plus le lâcher car la concurrence est rude. Votre avenir sera alors assuré pour le meilleur ou pour le pire ...

En l'occurence, il s'agit de beaux princes arabes qui sont en visite au Japon. La particularité est que l'aîné des princes héritiers, c'est à dire le futur roi, est plutôt de type occidental car le père fut un peu volage dans le passé. On n'y croit pas une seule seconde. Qu'importe ! Le propos n'est pas là mais dans la relation entre une jeune fille qui rêve de se marier avec un prince. Depuis le mariage du siècle, je crois qu'une telle chose est possible même pour une roturière.

Un shojo bien romantique et certainement trop classique mais qui fait écho aux rêves de toutes les petites filles. Dommage que la fin soit si abrupte...

Nom série  Psychometrer Eiji  posté le 14/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est certes une histoire à la Monster cependant sans égaler ce chef d'oeuvre du manga polar. Pour le reste, il faut bien avouer que la lecture de ce récit de thriller psychologique a été plutôt haletante et plaisante.

Néanmoins, il faudra tout de même fermer les yeux sur toutes les invraissemblances à commencer par l'idée de départ de l'alliance entre un lycéen et une enquêtrice de la brigade criminelle. La très jolie inspectrice parvient à voir le don dont il est question chez ce jeune et beau garçon pour l'aider à retrouver un dangereux psychopathe qui s'en prend à de jeunes filles innocentes.

Bref, une fois qu'on aura accepté tout ceci, on ne pourra que se laisser entraîner par un scénario passionnant avec cette enquête minutieuse avec ses raisonnements plutôt surprenants. Un peu d'humour, un peu d'action et un peu de réflexion : le tout forme un bon cocktail savamment dosé. Dommage que cela s'éternise ...

Nom série  Hot Gimmick  posté le 14/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La couverture n'est pas vraiment attirante et ne reflète en rien la qualité de ce shojo. Il faudra passer ce premier obstacle pour découvrir une série qui ma foi est intéressante avec du rythme et des rétournements de situations imprévisibles. Narita est le personnage central de cette histoire, une fille qui est toujours prête à aider les autres et à commencer par sa soeur qui se fourre sans le savoir dans des ennuis.

Ce manga est vraiment plaisant à lire. Cependant, il ne sera pas aussi hot que cela. On découvre plutôt l'univers des shataku, ce genre de résidence fermée genre HLM construit par une compagnie à l'usage de ses employés. Cela peut vite devenir un enfer en ayant pour voisin tous les collègues et surtout les supérieurs hiérarchiques de ses parents. La moindre gaffe et le père de notre héroïne pourrait se retrouver muté perdu à l'autre bout du pays. Il y a toute une dimension sociale plutôt instructive à découvrir.

L'auteur nous offre une histoire d'amour et de haine, où les méchants et les gentils ne sont pas toujours ceux que l'on croît et où l'on mesure le poids de la hiérarchie japonaise.

Nom série  Dengeki Daisy  posté le 12/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Il est rare que je lise un shojo qui sort du lot. Il faut bien essayer plusieurs genres différents pour se faire une idée. C'est ce qu'il y a de bien dans le genre du manga qui permet toute cette diversité. On sera véritablement loin du niaiseux dégoulinant de bons sentiments.

Là nous avons une histoire intriguante avec des personnages vraiment attachants notamment l'héroïne entre force et faiblesse. On est véritablement pris par ce côté obscur de ce manga qui semble allier émotion et suspense. Finalement, cela peut toucher des lecteurs au-delà des fans du genre !

Nom série  Le jardin de lierre  posté le 12/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je pense que je me suis sans doute trompé de lecture en choisissant ce titre parmi la centaine de mangas à ma disposition. C'est du yaoi qui intéressera sans doute les amateurs du genre.

En effet, je n'ai pas trouvé l'histoire très intéressante, ni un univers qui aurait pu me convaincre même en ayant un esprit très ouvert. Par contre, le dessin possède un trait qui me convient. Les histoires d'amour genre boy's love s'enchaînent sans qu'il y ait véritablement de personnages attachants.

Ce qui m'a repoussé littéralement, c'est la nouvelle de cage dorée qui raconte l'histoire incestueuse entre un oncle et son neveu. C'est au-delà de ce que je peux supporter. Est-ce une oeuvre faite pour déranger les lecteurs ? Sans doute mais cela ne sera absolument pas ma tasse de thé.

Nom série  Après l'amour, la sueur des garçons a l'odeur du miel  posté le 12/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Encore une fois, je ne vais pas y aller par 4 chemins. On pourra certes indiquer que l'auteur dénude les sentiments humains avec sensibilité et sensualité au cours de ces cinq histoires différentes dans une vision poétique et décalée du quotidien. Je dirai qu'avec un titre aussi pompeux et bizarre, je ne pouvais m'attendre qu'à une bd sans relief, mièvre et des sentiments à l'eau de rose. Pari gagné !

Ce recueil de 5 nouvelles parle en effet de filles, d'espoirs, de questions, d'amours et surtout de tendresse :
- Après l'amour, la sueur des garçons a l'odeur de miel : son étrange cousine lycéenne s'installe chez Elle et Elle se pose des questions.
- A propos de Kusako : Kusako est une fille sortie de terre que Moeko rencontre en promenant son chien.
- Grande soeur : Grande soeur est somnambule, trentenaire et célibataire. Mais que peut-elle bien trouver à la vie ?
- Le pays où il pleut : Kaya ne va plus à l'école, ne sort plus de sa chambre. Kumi vient la voir parce que c'est son amie mais aussi parce qu'elle craque pour son frère.
- Ice tea : C'est l'été et trois collégiens se balladent en pensant à l'une de leurs profs.

La réalisation par l'auteur n'a absolument pas été convaincante avec des personnages à la limite de l'insipide. On flirte même avec le yuri avec toujours le même thème à savoir le désir. Tout ceci m'est apparu si hermétique tout en dégageant une douceur apaisante, je le concède. Un manga qui semble être spécialement fait pour les femmes et par une femme ce qui expliquera sans doute mon désintérêt.

Nom série  Le Gourmet solitaire  posté le 11/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je préviens d’avance que ce n’est pas parce que j’accorde un 4 étoiles à cette œuvre que ma critique sera d’une douceur exemplaire. Cette œuvre de Taniguchi est de toute façon la plus décriée comme en témoignent les nombreuses mauvaises notes qui abondent. Les lecteurs n’apprécient pas les bds où il ne se passe quasiment rien. Il leur faut de l’action et une montée en adrélanine. Tout l’art de Taniguchi est de parler de ces petits moments qui comblent notre existence et d’en faire une montagne. C’est clair que ce décalage entraîne inévitablement une avalanche de mauvaises notes qui ne reflète en rien la qualité du travail mais témoigne juste d’une attente non comblée.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que l’auteur joue dans ce registre qui s’éloigne un peu de ces deux chefs d’œuvre que sont Le Journal de mon père ou encore Quartier lointain. Déjà, Le Promeneur empruntait la même démarche sur le fait de savourer ces petits instants qui passent. La comparaison ne peut qu’être préjudiciable au gourmet solitaire. Et pourtant, tout le talent de l’auteur est présent. Il nous montre une dimension qu’on a rarement l’occasion de voir et cela s’appelle tout simplement vivre …

En l’occurrence, on rentre par exemple dans un restaurant au hasard d’une rue. On se demande ce que l’on va commander comme plat. On regrette parfois notre choix. Souvent, on est agréablement surpris. Bref, chaque chapitre nous livrera un plat différent ainsi qu’une expérience différente. Ce sont de petites sommes d’impressions qui font la richesse de cette œuvre très singulière qui se déguste comme un bon mets.

Je regrette cependant que le personnage principal soit si imbu de sa personne d’une certaine manière. On se concentre sur ses seules envies, sur ce qu’il pense de son environnement, des commerçants qu’il croise, de la satisfaction qu’il éprouve ou pas. On a l’impression que tout lui est dû. Ce qui m’horripile, c’est le fait de savoir le prix de chaque plat comme si c’était un élément primordial. Je rencontre cet aspect mercantile dans beaucoup de mangas. J’ai l’impression qu’un japonais ne sera vraiment heureux que quand il aura le maximum de plaisir pour le plus bas prix possible. On ne pense jamais au restaurateur qui s’esquinte dans sa cuisine et qui aura une très faible marge. La valeur travail n’est guère récompensée dans ce contexte.

Par ailleurs, cela doit être une habitude très japonaise que de dîner tout seul dans un lieu de restauration. Pour ma part, cela ne me viendrait pas à l’esprit. C’est quand même très nombriliste comme approche. Il est clair qu’il y a le mot « solitaire » dans le titre. On voit qu’il essaye de s’occuper comme il le peut et il réussit très bien comme cela. En conclusion, je n’ai pas trop apprécié ce personnage que constitue le gourmet solitaire. Il m’a souvent donné envie de le gifler. Mais bon, ce n’est qu’une bd.

Nous avons là une excellente bd dans la tradition de ce que Taniguchi sait faire de mieux à savoir transmettre des émotions. C’est un travail bien réalisé. On ne s’ennuie pas contrairement à ce qu’on pourrait croire. Cela m’intéresse que de savoir ce qu’un personnage ressent quand il mange un sushi dans un lieu imprégné d’une certaine ambiance. Une vraie bd d’atmosphère en somme. A déguster tout de même avec modération !

Nom série  Le Pavillon des hommes  posté le 10/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une terrible épidémie s’est abattue sur le Japon de l’ère Edo. Cependant, il s’agit d’une espèce de purge discriminatoire. Seuls les hommes sont touchés. Près de 80 ans après le début de cette épidémie, il ne reste pas beaucoup d’hommes. Or, ce qui est rare est cher.

Le pouvoir politique du shogunat est passé dans les mains des femmes. Seules les plus riches femmes ont le pouvoir d’avoir un mari. Le pavillon des hommes est un harem qui est réservé au Shogun. Les hommes ne sont là que pour satisfaire ses plaisirs. Cette inversion des rôles donne lieu à des situations pour le moins cocasses mais qui nous font réfléchir sur le rôle des hommes et des femmes dans la société.

C’est vrai que le scénario part sur un récit proche de « Y Le Dernier Homme ». Cependant, le traitement est totalement différent. Je regrette certaines confusions dans le scénario ainsi qu’un certain manque d’audace car tout cela reste très voire trop soft. Pour le reste, on passera un agréable moment de lecture avec le sentiment que cela aurait pu être meilleur.

Nom série  Sky Hawk  posté le 09/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
On ne présente plus Taniguchi. Sa biographie est déjà assez fournie avec quelques beaux chefs d’œuvre. L’originalité de cette bd tient au fait que l’auteur s’essaye au genre du western en revisitant l’histoire de la conquête de l’Ouest. Cette fameuse conquête est passée malheureusement par le massacre des tribus indiennes. Les dernières résistent farouchement autour du lieu sacré des montagnes de la région des Black Hill. L’auteur s’inspire directement des films Little Big Man ainsi que Danse avec les loups.

Maintenant, j’ai plusieurs reproches à faire à cet one shot malgré d’indéniables qualités graphiques et narratives. Les deux héros, anciens samouraïs, sont totalement interchangeables et hermétiques. On ne saurait les distinguer. Ils traversent littéralement cette histoire sans laisser véritablement leur marque. On se demande d’ailleurs pourquoi l’auteur a choisi son titre en fonction du nom indien de l’un et pas de l’autre. Il n’y a pas de véritable émotion qui passe à travers leurs personnages beaucoup trop héroïques et lisses pour être véridiques.

Je n’ai pas aimé cette façon de se rattacher à la grande Histoire pour présenter d’obscurs samouraïs japonais comme les tombeurs du fameux général Custer. Ce n’est pas rendre hommage aux indiens. En gros, on nous explique que c’est grâce à des samouraïs japonais de l’ère d'Edo que les derniers résistants indiens ont été aussi coriaces. La pilule est beaucoup trop grosse à avaler.

Pour le reste, ce fut une lecture agréable avec de magnifiques paysages de l’Ouest à contempler. Il manque une véritable saveur qui aurait fait la différence. La lecture par exemple de Martha Jane Cannary a été beaucoup plus instructive. Visiblement, l’auteur semble avoir pris goût au genre puisqu’il indique en postface qu’il aimerait bien refaire un western. Espérons qu’il soit beaucoup plus inspiré ou du moins original.

Nom série  Café Dream  posté le 08/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Les Gouttes de Dieu, voilà un manga qui va nous expliquer les subtilités du café en long, en large et en travers. On pourra reprocher qu'il surfe avec le succès de ce titre, mais après tout il faut bien accepter la diversité de ce nouveau genre qui va se décliner avec tout ce qui peut exister dans la gastronomie mondiale.

Pour ma part, je suis plutôt un grand amateur de café surtout depuis l'explosion du système des capsules. J'apprécie beaucoup le mokka par exemple. J'ai pû apprendre grâce à ce manga que le grain de mokka est originaire du Yémen et d'Ethiopie. Et puis, il y a des recettes intéressantes ainsi que des informations sur le comment déguster au mieux un bon café.

On s'amusera également dans ce combat entre le fils qui souhaite moderniser les affaires d'un père traditionnellement attaché au thé et pour qui le café est le breuvage du diable. Bref, c'est un débat d'un autre temps ! Café dream sera en fait à déguster à petites doses pour une saveur optimale !

Nom série  Jin  posté le 08/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Qu'il est rare d'avoir un bon manga entre les mains. Il y en a tellement qu'on peine à remarquer ce qui relève de l'excellence. Pourtant, le petit format ne met pas vraiment en valeur la qualité de cette histoire. Mine de rien, ce manga se révèlera fort intéressant.

Nous avons un chirurgien qui opère un patient atteint d'une drôle de tumeur au cerveau. Peu après, il va se retrouver près de 133 ans en arrière dans un Japon quasi médiéval qui n'a pas ouvert son regard sur le monde. Seuls les hollandais ont foulé cette terre sacrée et font commerce depuis quelques siècles déjà. Cependant l'ère edo va bientôt se terminer avec l'ère meiji qui succèdera.

C'est dans ce contexte de bon en arrière spacio-temporel que ce médecin va essayer de pratiquer son art. Il sauvera des vies et en perdra d'autres inéxorablement. On va découvrir un pan de l'histoire de ce pays qui a tellement souffert de par son histoire. On regrettera que notre héros ne se pose pas plus de question sur ce qu'il lui arrive. On dirait que ce n'était qu'un prétexte tant il s'adaptera vite à de nouvelles conditions de vie.

Un titre à découvrir à la fois pour ceux qui aiment la médecine et ceux qui aiment l'histoire.

Nom série  Crash  posté le 08/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai plutôt trouve ce diptyque très sympa à la lecture. Il s'agit d'un portrait d'un mannequin dans le milieu de la mode et des photographies pour les magazines. On aura droit à un véritable récit sentimental sur fond de business. Un univers souvent sujet à de gros fantasmes qui nous est décortiqué.

En effet, j'ai bien aimé le thème qui met en avant les relations de pouvoir et les liens unissant les milieux de la publicité. C'est finalement une critique assez acerbe de ce qui existe en coulisse.

Se double également une intrigue entre la relation d'une jeune homme encore immature et en construction et une femme de pouvoir beaucoup plus mûre. Il n'y aura pas véritablement de fin à cette histoire car il s'agit plutôt d'une photographie à un moment donné de l'existence de deux personnes. A découvrir à l'occasion !

Nom série  Wild animals  posté le 08/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je me suis également ennuyé à la lecture de cette série qui promettait de faire toute la lumière sur les années correspondant à la Révolution culturelle en Chine. Nous avons droit en réalité à l'histoire d'une bande de gamins qui fait très clichés.

C'est plutôt bien dessinée mais cela n'apporte pas grand chose au niveau du scénario plutôt bancal dans une société pourtant en pleine reconstruction. Une narration compliquée à souhait ne sera pas là pour faciliter les choses au niveau du plaisir de la lecture.

Ma vraie note serait plutôt 2.5 étoiles.

Nom série  Hallucinations  posté le 08/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Junti Ito est le spécialiste des mangas d'horreur et de fantastique. Avec ce titre, il va nous faire vivre les hallucinations d'un jeune garçon qui vît seul dans une grande maison, ses parents travaillant à l'étranger.

L'auteur utilise un procédé qui oscille entre réalité et folie afin de plonger le lecteur dans l'angoisse. Pour une fois, il y a une dimension psychologique qui manquait dans les recueils de cet auteur. Petit à petit, on pourra se faire une idée plus précise de ce qui se passe.

J'aime la lisisbilité du trait de l'auteur. C'est simple et cela s'enchaîne parfaitement bien avec toutjours un même fil rouge. Les fans de cet auteur seront sans doute comblés avec ce one shot.

Nom série  La Femme limace  posté le 08/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Du même auteur, j'avais pourtant apprécié Gyo. En l'occurence, il s'agit de différente nouvelle fantastique. Il faut croire qu'une femme puisse se transformer en quelques temps en limace. Pourquoi pas, après tout si on a l'esprit large ? Encore faut 'il que cela puisse apporter quelquechose au lecteur. Or, cela ne sera pas réellement le cas.

Il y a un point commun à toutes ces nouvelles: c'est la transformation de l'être humain en quelquechose d'organique. La tuyauterie gémissante ou la maison bio seront le point d'orgue à cette idée déclinée à toutes les sauces. Il faut savoir se renouveller...

Nom série  Duds Hunt  posté le 08/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'ai décidé de lire une série d'une dizaine de mangas d'un coup avec des titres choisis au hasard. Finalement, je m'oblige un peu à lire ce genre qui ne m'attire pas spécialement étant déjà attaché à 3 séries que je dois suivre régulièrement. Le problème avec les mangas, c'est leur diffusion tous les 3-4 mois avec une cinquantaine de tomes.

Quand on trouve un one shot en mangas, cela relève de l'exploit. En l'occurence, j'ai découvert Duds Hunts qui est une histoire qui fait penser au film Fight club avec Brad Pitt. Un jeune homme autrefois délinquant se ronge de l'intérieur en étant sur le point d'exploser vis à vis de son patron. Il lui faut un défouloir. Cela sera la découverte d'un nouveau jeu via Internet pour se libérer de son stress. Il se rendra compte à quel point il est manipulé. Il n'y aura rien de véritablement transcendant mais la lecture sera agréable de baston en baston.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 175 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque