Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3269 avis et 455 séries (Note moyenne: 2.85)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  One Piece  posté le 06/11/2008 (dernière MAJ le 24/12/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est original de lire un manga sur la piraterie. On suit en effet les aventures d'une bande de pirates qui sont à la recherche d'un fabuleux trésor.

Le problème de la série est sa trop grande longueur (plus de 50 volumes) et surtout une trop grande naïveté dans le traitement de l'histoire. Bref, cela ne semble pas s'adresser à un public plus adulte et donc mâture. C'est rigolo... cependant plutôt pour les enfants dans un genre "délire permanent". D'ailleurs, mon fils adore littéralement ce titre. Je crois que c'est en passe de devenir un véritable phénomène à l'image de Death Note. Ils ont ont même fait un dessin animée !

Cette série est une des plus en vogue au Japon. Je trouve que l'humour est souvent bien lourd avec des personnages plus loufoques les uns que les autres. Je ne suis pas entré dans cet univers d'incessants combats. Cependant, je comprends que cela puisse plaire car cela paraît riche et bien conçu. Le scénario de départ est plutôt simple mais va se complexifier par la suite. L'atmosphère reste toujours bon enfant mais trop déjanté pour moi. Les cases sont plutôt bien fourni en décors. L'ensemble demeure satisfaisant.

Nom série  Djinn  posté le 14/02/2007 (dernière MAJ le 19/12/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La beauté de ces femmes de harem dans la Turquie du début du 20ème siècle; Constantinople, ville magnifique, ayant pour cadre cette histoire. On est très vite happé par une histoire dans une ambiance magique et captivante. Cela nous permet également de découvrir une Istanbul ensorcelante au coeur d'une sensualité orientale.

J’aime bien le scénariste Dufaux que je considère comme l’un des meilleurs car très bien documenté. Il y a le souci du réalisme. Les personnages sont sans concession avec certes un bon brin de libertinage. Un bémol cependant: Dufaux signe à chaque fois la préface de son album et en révèle parfois un peu trop sur l'histoire.
La lecture demeure un peu délicate car il y a l'histoire de deux femmes à des époques différentes qui se superpose. Kim Nelson part sur les traces de sa grand-mère Jade qu'elle n'a pas connue. Le destin de ces deux femmes d'exception va nous tenir en haleine. Un lien spécial semble les lier.

Du très beau dessin également qui suscite l’admiration tant les corps sont parfaitement maîtrisés. Rien de racoleur sauf pour âme charitable préférant baigner dans le manga féminin avec ses petites minettes pré-pubaires! Ici, que de la grâce et du charme pour peu qu'on aime l'exotisme! Bref, on ne tombe jamais dans la vulgarité.

Le second cycle se déroule dans une Afrique dangereuse et torride. C’est tout un autre univers qui est exploré pour la plus grande joie des lecteurs même si cela paraissait déroutant au premier abord. Cette Afrique est inquiétante avec ses sorciers et cette magie noire. Cependant, cette Afrique est également magnifique avec sa beauté sauvage.

Le troisième cycle va nous emmener dans les Indes totalement envoutantes et sensuelles où notre Djinn devra faire l'éducation sexuelle de la future épouse d'un Maharadjah afin de le contrôler à des fins purement politiques sur fond de colonisation anglicane. Chronologiquement, l'action se passe après le premier cycle mais avant le second. Cela m'a un peu perturbé car nous retrouvons des personnages dont on connaît par avance leur sort funeste. Le dessin est toujours aussi soigné avec une mise en couleur tout à fait délicieuse pour les yeux.

Une BD véritablement envoûtante avec un superbe graphisme fin et élégant et un scénario relevant du grand art !

Note Dessin : 4.25/5 – Note Scénario : 4.25/5 – Note Globale : 4.25/5

Nom série  Uchronie[s] - New York  posté le 03/06/2008 (dernière MAJ le 17/12/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai beaucoup aimé cette troisième variation d’Uchronie[s] après New-Byzance et New-Harlem qui décrit l’évolution de cette mégalopole dans 3 univers parallèles. On renoue avec l’excellent niveau du premier opus. Petit à petit, les pièces du puzzle se rassemblent. On commence à avoir une vision assez intéressante de la vie de Zach, le fameux prescient qui peut lire le futur proche.

Le dessin est particulièrement soigné avec un style réaliste ce qui semble très appréciable. Cependant, la vraisemblance de l’histoire en prend un sacré coup. Comment croire une seule seconde qu’un gamin qui sort d’un coma prolongé d’une dizaine d’années puisse s’exprimer très correctement avec un langage d’adulte sans atteinte psychologique notable? Bon, il y a la belle et gentille infirmière métisse qui est présente pour l’aider. Tout de même, les scènes paraissent peu crédibles …

Uchronie est un projet ambitieux où on nous promet la lumière sur ces réalités parallèles dans le 10ème tome. On ne perçoit pas encore tous les enjeux scientifiques et politiques mais c’est prometteur.

On comprend également avec le dernier tome de ce cycle que c’est bien de New-York qu’est parti l’ensemble des intrigues qui vont se succéder dans New Byzance et New Harlem. C’est le lien qui nous manquait pour notre compréhension globale. Comme dit, c’est du dernier tome que tout va dépendre.

Note Dessin : 3.75/5 – Note Scénario : 3.75/5 – Note Globale : 3.75/5

Nom série  La Confrérie du crabe  posté le 30/06/2007 (dernière MAJ le 14/12/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le sujet de la maladie grave chez les jeunes enfants me touche particulièrement pour des raisons tout à fait personnelles. Les auteurs de MangeCoeur renouvellent l'exploit d'un album purement magnifique non seulement dans l'allégorie scénaristique mais également dans le trait graphique. Ils parviennent à créer un savoureux ton étrange et imprévisible.

C'est à la fois poétique, baroque et psychanalytique. Ce rapprochement entre le surnaturel et la cruelle réalité est stupéfiant car pas facile à mettre en oeuvre sans tomber dans des clichés. Aucune niaiserie ! C'est à la fois une épopée fantastique mais également une épopée intérieure contre un mal absolu qui vous glace le sang de terreur. On y croit réellement.

Et puis et surtout : enfin un dessin qui rend ses lettres de noblesse à l'art de la BD !!! Tout y est : une maîtrise dans les précisions du dessin (regardez les expressions des personnages), des couleurs qui sont parfaites pour donner les ambiances voulues. C'est également inventif dans le découpage des cases.

Bref, une merveille sur la forme et le fond ! La "Confrérie du Crabe" peut accéder au rang de chef d'oeuvre. Tout dépendra de la suite. Et cette continuité ne m’a justement pas déçu! Il y a comme un renouvellement de l’histoire à mi-chemin entre le fantastique et l’horreur tout en suivant un cheminement propre bien tracé par les auteurs. L’apparition d’un personnage nouveau y contribue forcément. L’intrigue va gagner en profondeur avec des dialogues bien ciselés. Il y a un niveau aussi bien dans le graphisme que dans le scénario qui impressionne et qui place cette série au-dessus du lot habituel.

Le dernier chapitre qui clos cette histoire lève enfin le voile sur toutes les questions qu'on se posait depuis le début. Il n'y aura point d'aventures ou d'actions mais une quantité énorme d'explications après un second tome qui nous avait balloté à la frontière de l'ésotérisme, du fantastique, voir de l'horreur. Sans doute le lecteur en avait 'il besoin à ce stade de l'histoire. La réussite tient au fait que l'auteur nous livre quelque chose de très convaincant alors que l'exercice n'était pas facile. A découvrir absolument !

Note Dessin : 4.5/5 - Note Scénario : 4/5 - Note Globale : 4.25/5

Nom série  Le Casse - La grande escroquerie  posté le 28/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce n'est pas le meilleur de la collection : c'est certain. Cependant, ce n'est pas non plus le pire ! Il y a des défauts qui sont certes incontestables. Le scénario est par exemple tarabiscoté si bien qu'on a du mal à suivre dans cet enchevêtrement de personnages divers.
Les allers-retour temporels gâchent vraiment le plaisir ainsi que la fluidité de ce récit.

On ne mesure pas réellement l'enjeu du casse : je crois savoir d'après mon interprétation tout à fait subjective qu'il s'agit de voler de grosses quantités de drogues à des parrains de la French Connection sur les docks de Londres à l'occasion des cérémonies du jubilé du couronnement de la Reine et d'un concert rock des Sexpistols : rien que cela ! Je tiens tout de suite à préciser que nous sommes bien dans l'ère qui est un peu antérieure à l'élection de Margaret Tchatcher au poste de Premier Ministre.

Pour les points positifs, on retiendra qu'il y a bien une ambiance très seventies ancrée dans les moeurs. C'est la période des mouvements punks et de la grave crise économique liée au deux chocs pétroliers avec ses millions de chômeurs. On sent poindre une violente critique politique face à la montée de la violence. On comprend surtout ce qui a motivé les anglais à revenir au conservatisme et à casser les syndicats. J'ai bien aimé l'effet boomerang qui se retourne contre le chef de la police fluviale. Nul n'est à l'abri du danger qui guette alors il ne faut pas juger trop hâtivement.

En tout cas, c'est la première fois que je vois brosser un portrait d'une Angleterre d'une période trouble que nous avons déjà un peu oubliée. Cet aspect historique va sauver la bd d'un naufrage programmé. Il est clair qu'elle ne mérite pas autant de mauvaises notes au regard des productions actuelles.

Nom série  Les Guerrières de Troy  posté le 28/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ces derniers temps, je n'ai pas été tendre avec les productions d'Arleston tournant à la quasi-exploitation des univers de Troy. Selon les séries, on observe du bon et du moins bon. Cependant, il peut également se dégager de l'excellent. Cette nouvelle série qui débute en est l'exemple.

J'ai été tout d'abord assez émerveillé par le style graphique d'un vieux dessinateur comme Dany. Je ne connaissais pas réellement son travail n'ayant pas eu l'occasion de lire ses oeuvres. Je l'avais cependant remarqué dans un collectif d'auteur où son dessin m'avait réellement plu. C'est donc avec une certaine joie que je peux admirer son travail d'auteur.

Avec cette série, j'ai eu comme une impression de revenir un peu à la fameuse série Les Feux d'Askell qui a été malheureusement abandonnée. Je retrouve non seulement de jolies femmes impertinentes à souhait mais une sorte d'esprit et d'ambiance qui m'avaient assez passionné à l'époque. Et puis, la lecture fut très agréable de bout en bout.

On suivra cette série avec plaisir même si elle est typiquement commerciale ...

Nom série  Couma Aco  posté le 06/08/2009 (dernière MAJ le 28/11/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Après Passe le temps qui m'a laissé un souvenir peu mémorable, j'ai persévéré pour connaître un peu plus l'oeuvre de cet auteur. Je suis quand même un peu courageux. Ma lecture a été encore plus pénible ! Pourtant, cela paraissait difficile de faire pire. Le charme n'a pas opéré !

Le graphisme semble encore plus austère. Ce dessin noir semble desservir l'histoire. Cela se passe encore dans un village du côté de Nice. Il est toujours question de vieux... Disons-le tout de suite : je n'ai rien contre les vieux. Cependant, il y a en a un qui meugle toutes les deux pages : "A la soup! La Marne, l'Eyser y passerons pas !" en référence à la première guerre mondiale. Non, c'est vraiment trop insupportable ! Sans compter que l'auteur semble prendre un malin plaisir à montrer des bêtes qu'on fusille ou qu'on égorge. A vous de voir !

Quand je pense que cet album a été couronné meilleur album au Festival d'Angoulême en 1992, il y a de quoi laissé songeur. Le jury avait sans doute son avis que je ne partage pas. De là, je ne tirerai aucune conclusion hâtive car il y a des bds primés qui ont également retenu toute mon attention dans le bon sens du terme. Il est vrai que je n'adhère pas à l'univers de cet auteur pourtant reconnu.

Nom série  L'Escadrille des Têtes Brûlées  posté le 27/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La couverture me rappelait les vieilles bandes dessinées d'antan du style Buck Danny ce qui me provoqua tout de suite un bel effroi. Aussi ai-je été agréablement surpris en découvrant un dessin moderne proche de Romain Hugault. Les pages sont très agréables à regarder pour peu qu'on apprécie les avions. Il y a véritablement un souci du détail.

Le titre rappelle bien entendu la vieille série d'autrefois baptisée du même nom "Les têtes brûlées" puisqu'ils ont réellement existé en combattant courageusement en Chine pour stopper l'avancée japonaise durant la Seconde Guerre Mondiale. Cela accroche incontestablement si on les associe aux fameux tigres volants.

Le premier tome porte sur la véritable histoire d'un dénommé Gregory Boyington qui n'apparaîtra d'ailleurs qu'à la 22ème page. Il ne s'agit pas du véritable héros de l'histoire qui introduit d'abord deux jeunes pilotes Steve et Frank. On ne sait pas véritablement ce qui les a motivé à s'engager dans l'"American Volunteer Group" alors qu'on nous montre qu'ils n'y étaient pas favorables.

Pour en revenir à Boyington, on nous le présente comme un grand pilote ayant accompli de nombreux exploits. C'est plutôt une grande gueule imbibée d'alcool qui n'en fait qu'à sa tête.

Bref, on ne s'attache pas au personnage d'autant que les évènnements vont s'accélerer pour se concentrer sur l'action des batailles aériennes.

Au niveau du scénario, cela ne casse pas réellement des briques. N'est pas Régis Hautière qui veut ! Pour autant, c'est plutôt sympathique comme lecture avec un style graphique dynamique comme je les aime. Le point fort sera le respect de la réalité historique avec des scènes de combat enfin crédibles. Il manque un dynamisme d'ensemble car les personnages sont dénués de charisme et de personnalité.

Nom série  Lutte majeure  posté le 21/08/2010 (dernière MAJ le 27/11/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La bataille de Léningrad a été occulté par celle de Stalingrad qui a marqué le tournant majeur de la Seconde Guerre Mondiale avec la victoire des soviétiques. Aussi, cette oeuvre voulait mettre l'accent sur le siège terrible de cette ville qui a fait près de 1800000 victimes aussi bien chez les civils que chez les militaires. Cette seule bataille qui a duré près de 900 jours a été plus meurtrier pour l'Union soviétique que toute la Seconde Guerre Mondiale pour les Etats-Unis, l'Angleterre et la France réunis !

Il est vrai que l'accent sera mise sur un fait civil qui aura plus de poids que l'aspect purement militaire. Il s'agissait ni plus ni moins que d'un concert philarmonique de la 7ème symphonie de Dimitri Chostakovitch à la date même qu'Hitler avait choisi pour envahir totalement la cité de Léningrad c'est à dire le 9 Août 1942. Bref, il s'agissait de donner un message d'espoir au monde entier au milieu de tant de morts, tant d'atrocité et tant de souffrances. C'est également un message de fierté pour dire que Léningrad tenait bon face à l'horreur et la barbarie. Bref, ce n'était pas si absurde que cela ! Il y a des symboles qui sont plus puissants que les armes.

J'ai été profondément touché par le sort de ses habitants qui mourraient de faim au point d'être obligé de manger leur animaux domestiques et même des rats. Je crois qu'il faut s'interresser à ce genre de chose pour apprécier la vie de nos jours.

Le dessin au pinceau et à l'encre de Chine apporte une dimension tout aussi majeure que la partition. La musique adoucit les moeurs. Cela sera d'autant vrai en abordant cette oeuvre abordée sous la forme d'une fiction animalière sans doute pour amoindrir la triste réalité de l'époque meurtrière. Au final, une très belle symphonie !

J'ai eu la bonne surprise en cette fin d'année 2010 de découvrir que ce titre est en compétition officielle à l'occasion du prochain festival d'Angoulême. Je ne m'étais pas trompé sur ce coup de coeur. Ce n'est pas une production commerciale, c'est une oeuvre de qualité !

Nom série  Malouines, le ciel appartient aux faucons  posté le 07/11/2010 (dernière MAJ le 21/11/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J'aime bien les bd d'aviation surtout depuis qu'un certain Romain Hugault et Hugault Romain ont réussi à réhabiliter un genre qui devenait mauribond et un peu vieillot à l'image de ces bd de grand-père. Ici, les auteurs ne sont pas les mêmes mais la démarche semble identique avec un dessin qui se rapproche du style réaliste.

Par ailleurs, on est chez le même éditeur et dans la même collection à savoir Cockpit. On remarquera que les scènes de combat aériennes sont d'assez bonnes qualités mais sans atteindre la patte du maître actuel en la matière. A noter que le présent dessinateur est d'origine argentine.

Il est intéressant d'aborder le sujet de la guerre des Malouines qui n'avait pas encore fait l'objet d'une pléyade de bd. C'est un conflit que l'on ne connaît finalement assez peu. La Grande-Bretagne de Margaret Thatcher s'est battue pour un archipel d'îles semi-désertique en face de l'Argentine qui revendiquait ce petit bout de territoire.

Ce premier tome nous met dans le camp des vaincus à savoir les argentins avec ces pilotes qui partaient avec si peu de carburant qu'ils ne pouvaient pas revenir à leur base d'origine. On les surnommaient les faucons. Il est également intéressant de voir que la chronologie des évènnements est rigoureusement respectée. Ainsi, il est exact par exemple que le 1er Mai 1982, suite à une bataille aérienne, les argentins ont abattu dans la plus grande confusion un de leur propre appareil qui tentait de se poser sur la piste. Et cela ne sera que le début d'actes totalement absurde pour un conflit qu'on aurait pu éviter avec un peu de bonne volonté de part et d'autres. Les victimes sont toujours les soldats. Les gouvernants s'en sortent toujours (ou presque puisque la junte militaire allait payer chèrement cette défaite par la suite).

Bref, cela aurait pû être beaucoup plus palpitant si le scénario était parvenu seulement à "décoller". En effet, cela reste assez plat dans l'ensemble à l'image d'une narration hautement poétique ce qui confère un côté totalement décalé. On verra ce que donne la suite.

Nom série  SinBad  posté le 05/09/2010 (dernière MAJ le 20/11/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je vais être un des rares lecteurs à accorder le 4 étoiles pour cette série. Franchement, cela m'a bien plu alors pourquoi m'en cacher et me rabattre sur un avis d'unanimité ? Le début du récit commence par un certain Aladin devenu sultan grâce à un génie bleu enfermé dans une bouteille... Cependant, on sera surpris de ne pas retrouver la gentille image que nous a laissée Walt Disney (ah la fameuse chanson "le rêve bleu" !).

Non, cet Aladin est plutôt sanguinaire au point de faire assassiner, certes par inadvertance, tous ses enfants mâles ainsi qu'accessoirement ses épouses. Le seul rescapé de cette boucherie sera un enfant abandonné du nom de Sinbad. Ce dernier va vouloir chercher ses origines.

Ainsi, commence une grande aventure savamment bien orchestrée par Arleston qui semble s'éloigner enfin de son monde de Troy. On trouvera certes des trouvailles toujours plaisantes. Le rendu du dessin est bien réalisé. Par ailleurs, on s'attachera assez rapidement à ce personnage qui n'est pourtant pas montré de la manière la plus héroïque. Son côté roublard et bonimenteur me plaît bien. Que dire également de la panthère Azna qui l'accompagne dans son périple ?

Bref, au final, on a droit à une trilogie dont la lecture est très agréable du début jusqu'à la fin. La magie opère véritablement dès les premières pages et on ne lâchera plus la suite car il y a du rythme. L'humour est également très présent. Il y a des paroles et des situations qui m'ont bien fait rire. J'aime également ce décalage constant entre une imagerie très enfantine et naïve et le côté plus sombre de certains aspects de ce récit. Je vous invite vivement à découvrir cette série qui est sans doute la plus réussie d'Arleston depuis un certain Lanfeust.

Nom série  Le Casse - Soul man  posté le 20/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Oui, là c'est franchement bien ! Enfin un casse qui sort un peu de l'ordinaire. J'ai trouvé le développement de l'histoire parfaitement maîtrisé de bout en bout et jusqu'à la dernière page où l'on découvrira la vérité.

C'est presque un duel psychologique qui se joue entre deux hommes tout le long de ce récit mouvementé et qui réserve bien des surprises au lecteur. Qui aura le dernier mot entre ces deux personnages bien campés ? Le suspense sera à son comble.

J'ai admiré la maîtrise totale du scénario certes classique mais diablement efficace. A ce jour, c'est le meilleur de la collection du casse ! Un très bon polar à découvrir !

Nom série  Le Casse - Le troisième jour  posté le 20/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est mon 2ème casse. Celui-ci est un peu particulier dans la mesure où il ne s'agit pas de braquer un coffre-fort mais plutôt le tombeau du Christ au fameux troisième jour. J'ai trouvé l'idée un peu présomptueuse car loin du concept qu'on pouvait attendre.

Par ailleurs, cela agacera certainnement les croyants notamment avec un portrait de Marie-Madeleine peu reluisant. Bref, on joue presque sur le thème de l'offense à la religion. Or, de nos jours, il vaut mieux se méfier des conséquences quand on joue avec le feu ...

Pour autant, cette interprétation a quand même quelque chose d'intéressant car plausible dans l'absolu. Sans doute, le thème aura été mal exploité car il fallait naviguer en eaux troubles. Pour autant, la lecture m'a paru agréable avec des dialogues de qualité. C'est ce que je retiendrai.

Nom série  Haute sécurité  posté le 29/12/2007 (dernière MAJ le 19/11/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Haute Sécurité, c'est le "Prison Break" de la Bd mais du côté des gardiens. Il n'y a rien à redire: j'ai adoré ce moment de lecture ! Haute sécurité est bien plus qu'une histoire de prisonniers.

Ce scénario mêle à la fois l'intrigue policière et quotidien au coeur du pénitencier de Templeton Bay dans l'Orégon. Pour l'instant, tous les scénarios élaborés par Callède ont retenu mon attention et entraîné systématiquement l'achat. Un sans faute!

Une des causes de ce succès tient dans le fait que Callède est très bien imprégné des moeurs de notre époque et de l'air du temps. Il élabore ses récits avec un réel talent. Il peut également nous balader et nous entraîner sur des fausses pistes ; bref, c'est un régal!

Les dialogues sonnent vrai et les personnages ont du caractère. L'univers carcéral est très bien retranscrit. On le vit avec le regard un peu naïf du nouveau gardien Alek. On découvre la triste réalité du système pénitentiaire qui brise des vies. On va également comprendre que la prison peut marquer des hommes même s'ils n'en sont que les geôliers car leurs vies respectives souffrent des répercussions engendrées.

Denses et angoissants, les deux premiers albums qui constituent une histoire, sont à la hauteur de nos espérances car ils nous tiennent en haleine jusqu'au bout. Cerise sur le gâteau, le second cycle s'avère passionnant: point de baisse de régime! Certes, c'est du pur divertissement mais tellement bien réalisé !

Le troisième cycle est sans doute le plus intéressant car on va découvrir un Alek totalement vulnérable en proie à ses démons du passé et qui surtout se laisse aller dans sa vie amoureuse. Je crois que cette série est un véritable coup de coeur.

Dans le détail, voilà ce que cela donne :
Cycle 1: Les gardiens du temple
Cycle 2: Les nouveaux maîtres
Cycle 3: L'ombre d'Ezekiel

Note Dessin: 4/5 - Note Scénario: 4.5/5 - Note Globale: 4.25/5

Nom série  La Saison de la Couloeuvre  posté le 24/01/2010 (dernière MAJ le 14/11/2010) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
La saison de la couloeuvre m'a laissé sur une impression très mitigée. Certes, on ne peut qu'être séduit par l'univers technologique complexe ainsi crée avec cette gigantesque toile d'araignée interstellaire. Cela ne manque pas d'originalité. Le dessin et la disposition des cases ne manquent pas d'audace ainsi que le choix de la couleur dans un graphisme bichrome. Objectivement, c'est du très bon travail.

Oui, mais voilà, je n'apprécie pas plus que ça. Cela m'a semblé trop obscur et trop fugace par moments. Les dialogues sont de haute qualité mais on nous bombarde d'informations diverses et on se perd dans un méandre où l'on perd l'essentiel de vue. Le scénario est beaucoup trop dense.

Visuellement, c'est très beau. Pour le reste, il y a trop d'interrogations qui subsistent. Il y a trop d'éléments déstabilisants ... C'est à la fois complexe et déroutant. On est aux antipodes de la limpidité. Je ne suis pas trop preneur de cette série insolite. D'ailleurs, le 3ème tome qui part dans un délire total a achevé de me convaincre.

Nom série  Ella Mahé  posté le 13/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ella Mahé nous plonge au coeur de l'Egypte, ce pays où vécu l'une des premières grandes civilisations de l'humanité. Ce lieu divin est devenu un véritable enjeux pour tous les archéologues de la planète comme une sorte d'Eldorado.

Pour l'instant, ce récit va se scinder en deux parties temporellement différentes marquées notamment par un graphisme totalement différent. Je dois avouer que j'ai nettement préféré le style graphique du début car le second nous propose directement et sans ménagement la fameuse ligne claire chère à Hergé ou à Jacobs. Bref, il y a carrément un changement de dessinateur et cela se ressent cruellement. On devine cependant qu'il y aura une 3ème partie se déclinant au temps de l'Egypte ancienne sur les traces d'une princesse de la 18 ème dynastie.

Au niveau du scénario, il n'y aura pas grand chose de nouveau. On prend les mêmes ingrédients (une aventure amoureuse, la malédiction du pharaon...) et on recommence ! Cependant, je dois bien admettre qu'il y a une efficacité remarquable dans la mise en place de ce récit romanesque presque intemporelle. On voit que les auteurs le couple Maryse et Jean-François Charles s'y connaissent fort pour raconter des histoires. Il ne reste plus qu'à surprendre le lecteur ce qui ne sera pas chose aisée. Au rayon des bonnes nouvelles: la sortie des 3 prochains tomes sera assez rapide.

Nom série  Légendes de Troy - Nuit Safran  posté le 13/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mon premier réflexe a été de voir si la baronnie de Nuit Safran figurait bien sur la cartographie des mondes de Troy établie par Arleston il y a maintenant près de 10 ans (parmi les 77 existantes sur l'Hédulie). Ce fut le cas à mon grand soulagement. J'aime quand il y a de la cohérence dans l'imagination d'un monde nouveau.

Arleston va même jusqu'à établir une chronologie de Troy que l'on voit pour la première fois dans cet ouvrage et qui restitue chaque série crée depuis. Il faut dire qu'on a un peu du mal à suivre avec la multiplication des séries liées au monde de Troy. J'ai souvent hurlé à l'exploitation commerciale à tout va. Je regrette ce faire-valoir d'autant que la série originelle a réellement apporté un vent de fraîcheur dans le paysage de la bande dessinée en contribuant un peu à son renouvellement.

L'originalité de cette bd réside dans le fait de voir s'y associer un dessinateur de renom à savoir Hérenguel qui est également familier du monde des trolls et autres dragons. Rien à dire sur le dessin qui est conforme à ce que l'on pouvait attendre car c'est tout à fait adapté à cet univers.

Cependant, c'est au niveau du scénario que cela pêche. Après un début intéressant, on part sur du n'importe quoi. Le pire est d'introduire des scènes d'humour là où elles n'ont pas lieu d'être comme quand notre héroïne assiste à la mort en directe de son père le roi. C'est franchement pathétique par moment notamment avec l'introduction des fantômes qui envahissent le castel.

On assiste, impuissant, à la décadence du mythe de Troy. Bref, encore une expérience désagréable que ne parviendra pas à sauver le pauvre Hérenguel malgré sa présence sur cette nouvelle licence qui n'apporte rien.

Nom série  Phoenix  posté le 12/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cette paire d'auteurs que sont Gaudin et Peynet a produit une série que j'avais beaucoup aimée à savoir Le Feul. Ils reviennent avec une histoire d'expérience plutôt étrange dans un univers d'hallucinations zombiphiques mêlées à la réalité. J'ai tout de suite apprécié le dessin ainsi que la colorisation qui nous font entrer dans le vif du sujet.

L'intrigue paraît très intéressante mais on nous livre si peu d'éléments que cela en devient frustrant. A titre de comparaison, Bec dans son Prométhée nous livre un mystère dont on saisit les contours même s'il y a une multiplication de faits étranges. Ici, ce n'est pas le cas d'où un sérieux manque de lisibilité.

Tout semble tourner autour d'un personnage alors que la couverture affiche un groupe d'enfants. Il aurait été par exemple intéressant de voir ce que deviennent ces autres protagonistes qui ont subi la même expérience. Un bon point pour un final plutôt flippant.

En conclusion, nous avons là une bonne série qui démarre bien mais dont on attend beaucoup pour la suite. Il ne suffit pas d'une bonne phrase d'accroche. Il faut assurer derrière au risque de décevoir le lecteur fan de série à la X-Files ou autres joyeusetés flirtant avec le fantastique.

Nom série  Kraa  posté le 12/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis véritablement époustoufflé par ce que je viens de lire d'une qualité indéniable. C'est certainement par le biais d'une alchimie magique entre la richesse intérieure d'un auteur et les attentes inconscientes du public que le création devient succès. Nous ne y trompons pas : nous avons là un petit chef d'oeuvre avec un dessin à couper le souffle et un scénario de haute voltige à l'image de l'ombre de cette aigle royale qui protège à la fois son territoire et son petit frère humain.

Kraa, c'est un titre sobre et poétique, tout simplement sublime. Un pays imaginaire situé entre l'Alaska et la Sibérie, une vallée perdue où vivent les derniers représentants d'une civilisation ancestrale, l'arrivée de l'homme blanc poussé par la convoitise des richesses du sol : ceci semble être le cadre idéal pour une histoire incroyable dont le héros sera un petit indien fasciné par un aigle et capable de communiquer avec lui. D'ailleurs, il est étonnant de voir également que l'aigle est bien le narrateur de ce récit, une fois n'est pas coutume !

Sokal est véritablement au sommet de son art avec cet enchaînement de tableaux réalisés en couleurs directes mais modifiées informatiquement pour donner plus de puissance et d'éclat à ce western des temps modernes. On observera d'ailleurs le soin particulier qu'il apporte à l'aigle Kraa dont la présence irradie de chaque page comme un animal divin.

Le lecteur sera sans doute interpellé dans son for intérieur sur des thèmes comme la protection de la nature face à la course aux richesses au nom du progrès. Certes, il sera encore question de vengeance mais celle-ci semble légitime comme un dernier baroud d'honneur dans un combat perdu d'avance.

Kraa est sans conteste une de ces bds qu'il faut absolument lire et avoir dans sa collection. On suivra avec plaisir ce conte indien magique, parfois cruel mais jamais ennuyeux. Un futur indispensable !

Nom série  Hollywood  posté le 11/11/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Marc Malès est l'un de mes auteurs préférés. J'aime la précision de son trait si caractéristique dans le réalisme et dans son expressivité. J'aime également la noirceur envoûtante de son dessin. Dernièrement, il s'est affranchi de ses différents scénaristes pour publier des oeuvres plus personnelles et plus mâtures qui dépassent largement la moyenne. On retiendra notamment L'Autre Laideur l'Autre Folie, Katharine Cornwell ou encore le dernier Sous son regard que je vous conseille de découvrir également.

Cependant, dans cette oeuvre toute récente, il s'associe à nouveau avec un auteur à savoir Jack Manini dont j'avais déjà remarqué le talent sur sa série Albanie - La Loi du Kanun. C'est une série beaucoup plus commerciale puisqu'il s'agit de raconter en 4 ou 5 tomes l'histoire de l'inventeur du cinéma à savoir Max Lexter et des fameux studios d'Hollywood. Cela commence en 1891 pour se terminer au milieu des années folles. Il est vrai que Marc Malès commence à être le spécialiste des ambiances historiques de l'Amérique de la fin XIXème et début XXème siècle (voir Les Révoltés ou encore Lucy).

Le récit est passionnant à souhait car mêlé à de la réalité historique. On découvre ainsi le vrai visage de Thomas Edison qui n'hésitait pas à s'approprier de la manière la plus abjecte possible des inventions qui n'étaient pas de son fait. Bref, cette saga nous promet non seulement des rebondissements mais également le fait de découvrir ce qu'était le cinéma jusqu'à l'âge d'or d'Hollywood. A ma connaissance, la genèse de l'histoire du cinéma n'a jamais encore été évoqué dans la bande dessinée. Que dire également de la couverture tout simplement magnifique qui donne le ton ? Quand le 9ème art rencontre le 7ème art, cela donne Hollywood ! A visionner et à découvrir !

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 164 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque