Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 3549 avis et 517 séries (Note moyenne: 2.84)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Marie des Dragons  posté le 25/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est encore une série des plus classiques sur le mode d'une fille qui recherche à se venger pour le mal fait à sa famille. Bref, une grosse impression de déjà vu.

Toutefois, je dois admettre que le savoir-faire de l'auteur a permis de susciter assez d'intérêt pour suivre le parcours de Marie de son enfance tragique à sa vie d'adulte en guerrière aguerrie. On aura droit à une histoire bien ficelée et captivante malgré un essoufflement au 3ème tome.

L'uchronie est cette fois-ci médiévale. Après la science-fiction, c'est toujours aussi intéressant de voir ce procédé qui modifie l'histoire dans un certain sens. A noter un travail irréprochable sur le plan de vue graphisme par Thierry Démarez. Les décors sont plutôt maîtrisés avec un gros souci du détail.

J'avoue avoir été un peu déçu par la fin un peu bâclée à mon goût. Nous n'aurons pas toutes les réponses. Une série fantastico-médiévale dans la moyenne.

Nom série  Space Reich  posté le 25/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est vrai que la couverture est accrocheuse. On est tout de suite intrigué par cette uchronie qui voit l'Allemagne Nazie vainqueur de la Seconde Guerre Mondiale et qui va se lancer dans la course à l'espace. Face à eux, l'Amérique isolationniste. A noter que les russes seront les grands absents de ce duel.

On est dans la même veine que Wunderwaffen à ceci près que les nazis l'ont finalement emporté. Bref, c'est presque une réplique à cette série. Cela manque singulièrement de subtilités. Les nazis font vendre. On a droit à une histoire à sensation qui joue sur une certaine fascination un peu morbide et malsaine.

Il est vrai que Wunderwaffen a rencontré un certain succès (autour de 20000 exemplaires vendus pour le dernier tome) ce qui a incité l'éditeur a poursuivre l'aventure. Vers l'infini et au-delà !

Space Reich a été storyboardé par Maza et dessiné par un dessinateur serbe, Marko. Je dois avouer qu'il se débrouille plutôt bien. La colorisation est réalisée en Inde, par un atelier graphique spécialisé qui fait la démonstration de sa maîtrise de l’outil informatique.

Cependant, je dois admettre qu'il y a quelques idées intéressantes et que cela se lit assez agréablement. Un réel effort a été effectué par le scénariste pour rendre crédible cette histoire. On peut se poser la question: à quand les nazis sur Mars ?

Nom série  La Dynastie des Dragons  posté le 25/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je n'aime pas trop les oeuvres de Civiello mais je dois reconnaître que le dessin m'a été plutôt agréable. Aurait-il changé sa technique pour la rendre plus fluide et un peu moins photographié ? Par ailleurs, il n'est pas aux commandes pour le scénario confié à Hélène Herbeau. Le récit s'inspire des légendes de la Chine impériale. Là également, il change de registre pour passer de la culture celtique à une trilogie asiatique ce qui n'est pas plus mal.

Je n'ai pas aimé le découpage qui rend les scènes pas très fluides. Il faut du temps au lecteur pour s'adapter et surtout pour suivre le fil de l'histoire. La compréhension ne sera pas chose aisée en l'occurrence. Par ailleurs, toutes les deux pages, il faut se référer à un lexique car les noms chinois sont difficiles à comprendre pour le lecteur occidental. A la longue, cela devient plutôt pénible.

Pour le reste, c'est un conte qui nous plonge dans la culture chinoise ce qui est toujours aussi intéressant. A noter un superbe combat de dragons. Comme dit, il ne faut jamais réveiller un dragon qui dort ou sinon gare...

Nom série  Crusades  posté le 25/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Crusades est incontestablement une très bonne trilogie avec une intrigue qui s'écarte des codes du genre entre spiritualité et occultisme. On est élevé à un grade au-dessus. Il est vrai que le marché est réellement inondé par les templiers.

Il y a tout d'abord le graphisme de ce dessinateur chinois qui fait des merveilles avec un trait dynamique et expressif. Les couleurs ne sont pas en reste. Bref, la qualité est au rendez-vous.

Pour autant, ce titre n'est pas très connu. Il n'y a pas eu de grande publicité lors de sa sortie. Les auteurs ont sû construire un récit avec des personnages qui ont du charisme et qui s'inscrivent dans une réalité historique bien définie. Et puis, cette audace de se rapprocher d'un démon de style Alien ou Prédator a retenu toute mon attention.

On pourra sans doute regretter les nombreux flash-back qui rende ce récit très difficile à appréhender par moment. Il faut impérativement suivre le fil au risque de se perdre dans ces catacombes et ne plus se relever. C'est le gros point noir de cette série...

Au final, on a une oeuvre ésotérique tout à fait originale et d'une richesse plutôt rare.

Nom série  Ainsi se tut Zarathoustra  posté le 25/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il est des auteurs que je ne connais pas et que je suis toujours heureux de découvrir. Nicolas Wild en fait partie. Ce n'est pas seulement par le fait qu'il soit un ancien élève du célèbre atelier d’illustration des Arts Déco de Strasbourg et qu'il soit originaire de la même région. Ce fils de pasteur a beaucoup voyagé et notamment au Moyen-Orient avec une expérience des plus intéressantes.

J'ai bien aimé son style qui me rappelle celui de Guy Delisle mais en mieux car il amène les choses de manière plus subtiles sans aucun jugement dans une espèce de neutralité qui nous laisse maître de penser. En tout cas, ce fut le cas avec cette oeuvre qui me fait découvrir une religion que je ne connaissais absolument pas.

L'extrait du cylindre de Cyrus en 539 avant Jésus-Christ indique: "J'ai accordé à tous les hommes la liberté d'adorer leurs propres dieux et ordonné que personne n'ait le droit de les maltraiter pour cela. j'ai ordonné qu'aucune maison ne soit détruite. j'ai garanti la paix, la tranquillité à tous les hommes. J'ai reconnu le droit à chacun de vivre en paix dans le pays de son choix...".

Bref, quand je lis cela, je ne peux m'empêcher de penser à tout ce qui se passe dans le monde au nom des religions, à tous ceux qui en meurent entre les maisons rasées sur la bande de Gaza ou les journalistes de Charlie Hebdo qui tombent à coup de kalachnikov etc... Voilà une religion très pacifiste qui apporte la joie et le bonheur. Voilà une religion d'amour et de paix. Et pas que dans les mots ! Bon, en même temps, laisser les morts de faire dévorer par les vautours, c'est space !

Il me tarde de découvrir le fameux Kaboul Disco du même auteur car c'est l'oeuvre qui l'a fait découvrir du grand public.

Nom série  Retour au collège  posté le 23/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
L’auteur a été traumatisé par ses années collège. Il n’est pas le seul. Lorsqu’on est en avance sur son âge question maturité et qu’on a affaire à des gars boutonneux dont le vocabulaire ne frise pas haut, je ne peux que faire preuve de compréhension. Ce sont certes des années ingrates ! Ce retour au collège est par conséquent une espèce d’expiation pour tenter de comprendre le mécanisme d’une certaine souffrance ou du moins d’une appréhension. Bref, nous avons tous un peu vécu la même chose entre ces professeurs bizarres et ceux qui nous faisaient poiroter dans les couloirs pendant une demi-heure avant de commencer ce qu’on pourrait appeler un court. Grassement payés pour pas grand-chose ou du moins pour supporter nos chères têtes blondes.

En l’occurrence, l’auteur va tenter une sorte d’expérience sociale qu’il va nous faire partager et j’ai bien aimé cette démarche. Il s’agit de se brancher sur un collège de riches c’est à dire l’un des plus en vue de la capitale. Il va découvrir que les gosses de riches sont parfois pires dans leur comportement que ceux des gosses des quartiers défavorisés. Pourquoi ce phénomène ? Ils sont élevés dans la culture du fric et n’ont aucun respect pour les autres à commencer par leurs propres camarades de classe. Et ceux qui tiennent ces établissements font partie de cette caste dans ce qu’on pourrait véritablement appeler un apartheid ? Je ne vois pas d’autres mots pour définir la triste réalité sinon à temporiser pour justifier l’inégalité. Il y a des champions pour cela. J’ai découvert cette différence en étant surveillant d’externat afin de financer mes études de droit. J’ai travaillé dans une ZEP puis dans le collège le plus riche de ma ville de province. J’avoue avoir préféré la mentalité de la ZEP, moi qui ai pourtant en horreur les vulgarités de la banlieue. Bref, j’ai remarqué qu’il y avait plus de respect dans les classes défavorisées. C’est mon expérience personnelle et il semblerait qu’elle soit partagée par l’auteur.

Autour de moi, les personnes mettent leurs enfants dans des écoles privées afin de leur promouvoir un meilleur avenir loin, très loin de la masse des écoles publiques qui souffrent. C’est une forme de discrimination par l’argent ; bref un abominable système que j’aimerais voir disparaître. Je sais que cela ne sera pas réalisable à cause d’une mentalité de merde. Au-delà de ce débat, cette œuvre nous montre les limites. Faut-il alors tous les mêmes dans un même panier en considérant que c’est l’âge ingrat ? Je considère que lorsqu’on a la chance de pouvoir apprendre dans de bonnes conditions, il faut s’en montrer digne. Or, question dignité, on pourrait aisément passer notre chemin au vu des exemples cités et montrés par l’auteur. L’atmosphère du collège est très bien reconstituée.

J’ai un peu regretté la fin car une fois les choses en place, c’est déjà fini. Il y a comme un parfum d’inachevé ou de bd trop courte. On aurait aimé une analyse plus poussée également. L’auteur ne dit pas ce qu’il pense. Il le suggère. C’est déjà une bonne démarche que je salue.

Nom série  L'Assassin Royal  posté le 22/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Moi non plus, je ne connaissais pas les romans de Robin Hobb. Je constate tout simplement que le médiéval fantastique attire de plus en plus d’auteurs. Cela ira en croissant depuis le succès de la fameuse et grandiose série « Game of thrones ». Là, c’est quand même un peu la même chose à savoir les intrigues de palais mais sans les dragons. Pour autant, le fantastique n’est pas totalement absent puisqu’il est question de rentrer dans la pensée des gens ou des animaux afin de les manipuler.

L’assassin royal est un adolescent qui doit subir un apprentissage que l’on va suivre au fil des tomes. Les informations seront distillées au compte-goutte. Je regrette que le passage à l’action ne soit pas plus détaillé alors que c’est l’objet même de la série, un peu comme si on n’avait pas voulu salir l’image de notre héros. Je crois que le procédé est trop facile et finalement ce n’est pas assez convaincant. Par ailleurs, les personnages sont beaucoup trop fades alors qu’on pourrait deviner une certaine complexité. Enfin, le graphisme n’est franchement pas à la hauteur à l’exception des couvertures attirantes (ce n’est pas le même dessinateur).

Pour autant, c’est une série qui va doucement et qui instille petit à petit une certaine atmosphère. Il y a un côté assez constructif et plutôt intelligent dans la mise en scène au milieu des complots et des trahisons au sein d’un royaume. L’art et le vif n’auront plus aucun secret pour vous si vous découvrez cette série. De l'avis général, il vaut mieux se plonger dans le roman qui reste le support idéal.

Nom série  Fais-moi plaisir  posté le 07/08/2009 (dernière MAJ le 21/01/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
C'est la première fois que je lis une bd de cet auteur. Je dois bien avouer que je ne suis pas un spécialiste de ce genre d'humour. Ce que je sais par contre, c'est que cela ne m'a même pas fait sourire une seule fois. C'était peut-être trop demander ! Il n'y a rien de gracieux, ni de subtil. C'est gras et trash à l'image des dialogues parfois très crus. Cela fait dans la provocation gratuite. Et dire qu'il doit certainement y avoir un public pour ce type de publication érotique !

Question graphisme, c'est pas trop mal. Les personnages sont bien travaillés. A part cela, je suis sans doute un peu réfractaire au genre. Cependant, je me dis qu'il doit y avoir mieux.

Ajout à l'avis initial du 21 janvier 2015
Cet auteur fait partie des victimes de l'attentat ayant touché Charlie Hebdo le 7 janvier 2015. Rien ne justifiait cette horreur et même la provocation gratuite ressentie comme un blasphème. J'ai appris par la suite que cet auteur était un peu spécialisé dans le genre de bd d'humour mettant en scène des femmes dans un genre coquin. C'était quelqu'un de bien et je peux aisément le croire. Cela m'a fait un petit choc de relire cet avis car je n'ai pas aimé. Je ne le changerai pas car cela serait hypocrite de ma part. Je dis simplement que je n'aime pas car je ne suis pas le public visé. Ce titre sera certainement réédité et sera un must. Sur Amazon, les oeuvres de Wolinski s'arrachent comme des petits pains. Il aura fallu attendre sa mort. La vie continue et ... le commerce aussi !

Nom série  Ad Astra  posté le 21/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je suis plutôt un passionné d’histoire. Cependant, la bd peut l'aborder de deux manières. L’une est très académique en citant les dates et les faits ; l’autre est de nous faire vivre leur épopée du point de vue du personnage historique concerné. Depuis Cesare, je m’aperçois que le manga peut être un très bon support.

En l’occurrence, on va s’intéresser au combat d’Hannibal Barca contre Scipion, Carthage contre Rome. Il faut savoir que le général Hannibal fut l’un des plus grands stratèges de l’histoire qui a inspiré des hommes comme Napoléon par exemple. Il fut également le plus grand danger pour la civilisation romaine grâce à une incroyable audace qui le poussa à traverser les Alpes réputées infranchissables par son armée composée également d’éléphants.

La lecture s’est révélée très agréable. Je vais accorder 4 étoiles bien que cela mérite 3.5. Le gros point noir se situe dans le fait qu’il y a des scènes totalement surréalistes comme un nouveau-né qui parle par la grâce du dieu Baal. On sent que l’auteur s’est vu pousser des ailes pour nous donner une interprétation très libre de l’Histoire. Pour autant, la description de ce personnage est plutôt fascinante car l’auteur a réussi le pari de le rendre charismatique. On va se rendre compte qu’il n’est pas le héros mais l’ennemi parfait. L’auteur va alors nous faire découvrir son adversaire à savoir Scipion. Là encore, il va le représenter en beau blond aux yeux bleus ce qui fait très romain. Bref, l’exagération va en rebuter plus d’un.

L’auteur ira jusqu’à s’excuser dans la préface pour ses audaces et ses raccourcis. C’est dommage car tout le reste tient. C’est presque parfait. Il aurait fallu qu’il soit conseillé par un historien pour atteindre la qualité d’une série comme Cesare d’ailleurs chez le même éditeur Ki-oon. La comparaison n’a normalement pas à avoir lieu car nous sommes avec Ad Astra dans le pur divertissement. Moi, ce que je retiens au final, c’est que c’est réellement passionnant.

Nom série  Red Team  posté le 20/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Lorsque j’aborde le comics dans le genre polar, c’est toujours avec un peu d’appréhension. Je sais en lisant les quelques premières pages si cela va me plaire ou pas. Lorsque je m’ennuie, je perds mon intérêt pour l’œuvre. Quelques fois, l’auteur nous assène beaucoup trop d’informations d’un coup ce qui est lourd à digérer pour la suite. J’ai appris à me méfier des scénarios à la Garth Ennis.

En l’occurrence, on entre tout de suite dans le vif du sujet. Il faut un peu s’accrocher au début pour ne pas perdre le fil. Cependant, par la suite, c’est un peu l’apothéose progressive. Bref, je suis passé de l’interrogation et des doutes à une certaine admiration pour la qualité d’écriture de ce scénario. Que dire également de ces magnifiques planches. Les personnages sont très bien dessinés. Ils sont réalistes avec un trait impeccable. On pourrait les rencontrer au bureau.

J’avoue avoir été séduit par l’intelligence du propos. Nous avons quatre personnes faisant partie des forces de l’ordre et qui appliquent une justice expéditive en justifiant leurs actes. Après la dream team, nous avons la red team mais dans un autre genre. Visiblement, ils vont se faire doubler et cela se terminera assez mal. Je ne suis pas arrivé à comprendre parfaitement leurs motivations.

En conclusion, un excellent polar très efficace avec un dessinateur hors-pair à suivre.

Nom série  Salaire net et monde de brutes, chroniques ordinaires du travail temporaire  posté le 19/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’ai beaucoup aimé cet ouvrage sur un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Il s’agit d’une expérience vécue par les auteurs Sébastien Marnier et de sa compagne Elise Griffon qui a d’ailleurs été à l’Ecole de Charlie Hebdo en ce qui concerne le dessin. C’est traité de manière humoristique afin de faire passer la pilule plutôt amère.

Dans le contexte économique difficile que nous connaissons, les diplômés (c’est-à-dire les bac+5) n’ont pas forcément d’emploi dans leurs branches. Ils sont obligés d’accepter des petits boulots pour survivre. C’est alors que commence les galères car ces boulots de substitution ne sont guère enviables entre se déguiser en bouteille d’orangina ou être secrétaire d’une directrice en mode hystérique ou pire encore en faisant le téléphone rose. Les patrons sont véritablement odieux et les clients insupportables. Les machines peuvent vous écraser les doigts. Bref, tout cela pour un salaire net de misère.

Je dois être sensible car j’ai connu moi-même tout cela avant d’être enfin cadre. Je m’en suis sorti mais pour combien d’échecs dans la société en générale ? Il faut bien comprendre que lorsqu’on choisit la voie de l’université, il faut choisir en fonction des disponibilités sur le marché. Ainsi un bac + 5 en droit général vaudra plus pour un employeur qu’un bac + 5 en cinéma même avec une thèse sur David Lynch. Et puis, il est vrai que la moustache à la Charlie Chaplin pour l'auteur, cela ne le fait pas !

Je trouve courageux la démarche de ces auteurs qui ont accepté ces petits boulots de misère. Il ne faut pas oublier qu’à côté de cela, il y a une grande masse de gens qui ne veulent pas travailler en acceptant ce type d’emploi. J’ai d’ailleurs connu ce qu’on pourrait aisément nommé un parasite sans diplôme qui refusait systématiquement du boulot après 6+ ans de chômage car il voulait absolument devenir fonctionnaire sans passer de concours bien sûr. Et vous savez quoi ? Cela a bien fonctionné à force car l’année dernière, il a décroché un super poste à l’université. Depuis qu’il a obtenu sa titularisation, il est en arrêt de travail très fréquemment et inutile de préciser que ce n’est pas une flèche dans son travail. C’est cette double France qui est actuellement à l’œuvre. Les gens en ont réellement marre.

Après 10 ans de travail précaire, ces auteurs ont également pu s’en sortir. Je suis très heureux pour eux. Quelque chose ne tourne plus rond dans cette société qui produit de plus en plus d’inégalités. Le patrimoine cumulé des 1% les plus riches du monde dépassera en 2016 celui des 99% restants. Il est clair que tout est un problème économique à la base. Il s’agit de donner du travail à des millions de gens avec un salaire net correct afin d’éviter les dérives comme par exemple des attentats sanglants. Ce n’est malheureusement que le début !

Nom série  Cachés  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
C'est une bd d'une auteure australienne sur un sujet fort délicat. J'avoue avoir été assez surpris par la maturité de cette oeuvre qui nous fait découvrir le portrait de personnes handicapées mentalement à la manière d'un documentaire.

C'est un regard assez touchant du monde des handicapés. L'auteure anime un atelier d'art plastique et fait découvrir cette activité à ces adultes handicapés en ambulatoire pour les sensibiliser. Il y a beaucoup de pudeur et de respect malgré la déficience mentale qui conduit à des situations parfois drôles mais parfois inquiétantes.

Mirranda Burton est prise de doutes dans des interrogations fort légitimes qui ne trouvent pas de réponses immédiates. En tout cas, la démarche est de se concentrer sur leurs créations car c'est une forme de communication. Bref, c'est une mission réussie.

A noter que cette oeuvre a été consacrée meilleur roman graphique australien en 2011.

Nom série  Storm Dogs  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Storm Dogs nous entraîne sur une planète plutôt hostile où les morts sont de plus en plus violentes. Une équipe d'aventuriers est chargée d'enquêter dans un milieu plutôt hostile où les pluies sont acides.

J'ai senti qu'il y avait beaucoup de potentiel dans cette nouvelle série de science-fiction mais pas de véritable concrétisation en terme de lisibilité. Dans le même genre, j'ai beaucoup plus apprécié un Siberia 56 d'un Bec plus en phase avec la construction du scénario. Là, cela devient complexe au fur et à mesure que le récit avance. On passe d'un personnage à l'autre sans faire les liens qu'il faudrait.

On a comparé Storm Dogs à un western futuriste sans doute pour son côté colon qui explore de nouveaux territoires. Je n'ai réellement pas eu cette impression.

Bref, un titre moyen en ce qui me concerne car cela n'a pas véritablement pris. Cependant, je reconnais objectivement certaines qualités indéniables.

Nom série  Le Vent des Cimes  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Le vent des cimes est l'une de ces belles histoires d'amour tragique qui marquent à tout jamais comme un vieux film romantique du genre Out of Africa. Cela se passe dans les Andes à l'époque des pionniers de l'aéropostale.

Jack vit de sa passion: le métier d'aviateur pour acheminer le courrier postal à l'autre bout du monde. En même temps, il est amoureux d'une belle voltigeuse aérienne à savoir Rachel. Ils doivent se marier mais le destin en décidera autrement.

J'ai littéralement dévoré cet ouvrage de 181 pages. Il y a une fluidité extraordinaire comme un avion qui glisse à travers les nuages. C'est inspiré d'un fait réel qui est arrivé au pilote Henri Guillaumet en 1930 où il s'écrase contre une montagne andine. Cependant, le développement sera un peu romancé et sera différent du dénouement que les passionnés d'aviation connaissent.

C'est une oeuvre magnifique que voilà et joliment dessinée. J'ai surtout aimé la belle histoire d'amour. Les autres pourront toujours admirer le courage de ces pionniers de l'aviation civile.

Nom série  Chaque chose  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Chaque chose doit être à sa place, chaque chose compte disaient les anciens. Julien Neel, auteur de la série prolifique Lou ! a su trouver les mots pour retranscrire les vacances inoubliables qu'un petit garçon a passées avec son père. Le petit garçon a grandi et se trouve être au chevet d'un père mourant. On s'aperçoit que l'auteur qui change de registre a pu bien s'adapter en étant moins dans un style sucré doré.

L'humour est tout de même présent à petites doses comme ce médecin qui aurait pu très bien jouer dans la planètes des singes. Le thème principal reste l'amour filial comme l'hommage d'un fils à son père. J'avoue qu'on referme cet ouvrage avec beaucoup de nostalgie. A noter également une excellente mise en scène. Bref, un auteur de talent qui promettait à l'époque et qui n'a manifestement pas déçu près d'une décennie après.

Nom série  Journal d'une bipolaire  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je suis toujours preneur pour lire des récits qui nous font découvrir la maladie afin de mieux l'appréhender le cas échéant. La bi-polarité était encore inconnue du grand public il y a peu de temps. Nous suivons en l'espèce le parcours autobiographique d'une jeune femme Camille en proie à des troubles de l'humeur puisqu'elle passe de phases euphoriques au désespoir le plus total pouvant conduire à des tentatives de suicide.

Ce sont souvent des gens normaux, totalement intégrés, que l'on peut croiser tout les jours comme une collègue par exemple. Cela touche souvent l'entourage qui doit avoir beaucoup de courage pour faire face à cette situation malheureuse. Le pire de cette maladie est le fait de ne pas parvenir à la détecter à temps.

Je constate comme Camille que ces personnes sont souvent plus intelligentes que la moyenne, qu'elles passent souvent des concours administratifs de haut rang pour intégrer notre administration. Ainsi, je me rappelle que le responsable hiérarchique de mon épouse était malheureusement atteint de bipolarité. C'est alors la première fois que j'avais entendu parler de cette affection d'ordre psychologique liée à un dysfonctionnement au niveau du système nerveux central. Lorsque des malades occupent des rangs assez importants dans l'Administration, je vous jure que cela peut causer des dégâts importants...

Pour le reste, c'est un témoignage authentique qui peut nous toucher. Cependant, j'avoue avoir été sans doute plus marqué par d'autres témoignages du même genre dans d'autres oeuvres comme La Parenthèse par exemple. Peut-être que c'est dans le style d'écriture.

Nom série  Mano en mano  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'aime beaucoup le trait d'Ana Mirallès mais en l'espèce, je n'ai pas retrouvé la grâce qu'elle a pu déployer sur une série comme Djinn.

Il y avait pourtant une excellent idée de départ à savoir le suivi d'un billet de 20 euros qui passe de mains en mains. Nous suivons à chaque fois le nouveau possesseur du billet dans une Espagne en proie à la crise.

Cependant, l'argent ne dort jamais. Il circule très vite ce qui fait que nous n'arrivons pas à nous attacher au personnage et de découvrir leur histoire. Cela fait galerie de personnage comme mon fils pouvait collectionner les pokemon. Non, cela ne le fait pas car on s'ennuie ferme !

Nom série  Le Chien qui louche  posté le 18/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avec les années, je suis devenu beaucoup moins réceptif aux oeuvres d'Etienne Davodeau. Et pourtant, c'est notamment par cet auteur que j'ai découvert le genre roman graphique à la française. Il faut dire que depuis, j'ai fais plein d'autres découvertes qui correspondaient mieux à mes aspirations.

Nous avons une oeuvre qui rend hommage à la république et au Louvre ou les deux à la fois. l'angle choisi sera celui de l'un de ses gardiens Fabien qui aime son métier mais également sa nouvelle compagne dont la famille ne sera pas facile à maîtriser en raison de leur arrogance de riches propriétaires. Ainsi un tableau représentant un chien qui louche doit absolument entré au Louvre comme une marque de reconnaissance. C'est futile et même indécent par rapport à notre époque où tant de gens souffrent. Moi, je ne les ai pas trouvé sympathique...

Maintenant, ce récit loufoque est parfaitement maîtrisé. Le dessin est toujours aussi bon. La lecture s'avère agréable car très légère. Et nous découvrons sous un autre jour le plus grand musée du monde. Que demander de plus ? Un chien qui louche ?

Nom série  Death Mountains  posté le 17/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un épisode tragique de la conquête de l'Ouest que je ne connaissais pas et qui a été intitulé le Donner Party. Cette expédition comprenait 81 pionniers américains en route pour la Californie en 1846. Malheureusement, l'expédition a été bloqué par la neige dans la Sierra Nevada. Ils tentent alors un raccourci qui se révélera fatale pour la plupart d'entre eux.

Cette histoire nous est conté par un Christophe Bec qui s'éloigne de son répertoire habituelle de récit fantastique. C'est assez linéaire et finalement sans grande surprise même si cette épisode a contribué à la légende de la conquête vers l'Ouest. On sait bien que cela n'a pas été facile pour la plupart des colons. La moralité ultime est que seule la survie prime sur le reste. On n'est pas tous obligé d'adhérer...

Nom série  Babylone  posté le 17/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'aime beaucoup le mythe de Babylone. Dieu détruit par jalousie ce que l'homme essaye de construire dans sa grandeur. Les promoteurs immobiliers n'ont qu'à bien se tenir ou sinon gare à la colère divine. Très peu pour moi que cette morale à deux euros ! J'admire en effet les plus grandes tours au monde. J'admire la technologie et le progrès qui font construire des tours visuellement très belles et plus grandes encore.

L'absence de dialogue ne m'a pas dérangé mais encore faut 'il qu'il y ait une certaine fluidité des cases qui nous permettent d'en saisir le sens. Cela ne sera pas le cas en l'espèce où l'incohérence règne en maître. Reste le noir et blanc et ses nuances dans une construction d'ensemble. Egalement pas assez convaincant. On pourra passer son chemin et visiter s'il le faut l'Empire State Building pour rendre hommage aux architectes.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 110 120 130 140 150 160 170 178 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque