Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 1901 avis et 342 séries (Note moyenne: 2.95)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Les Guerrières de Troy  posté le 15/06/2010 (dernière MAJ le 06/11/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je m’étais juré de ne pas craquer … j’ai échoué.

Pourtant Dieu sait si la surexploitation du monde de Troy par Arleston m’énerve. Mais, voilà, je garde de tellement bons souvenirs des débuts de cette aventure (« Lanfeust De Troy » et le premier cycle de « Trolls De Troy » demeurent à mes yeux d’excellentes bandes dessinées) que je n’ai pu résister à cette énième déclinaison.

Et si j’ai craqué, la cause est à chercher du côté du dessinateur. Dany fait en effet partie de ces artistes à la touche personnelle qui me font craquer. J’aime son style tout en rondeurs, j’aime ses femmes pulpeuses aux bouches gourmandes, j’aime ses décors riches de détails, j’aime son trait caricatural, dynamique et lisible.

Donc, j’ai craqué.

Et je le regrette partiellement, car tout l’intérêt de ce diptyque tient dans le trait de Dany, tant le scénario offert par Arleston et Melanÿn est passe-partout. Attention ! Ca se laisse lire et les péripéties ne manquent pas. Le scénario exploite le fait que ces guerrières soient des femmes mais, d’une part, cette utilisation du sexe des héroïnes est faite sans originalité et, d’autre part, il s’agit là de la seule particularité exploitée par le scénario.

Par ailleurs, on sent clairement que les auteurs cherchent à préparer un nouveau cycle en introduisant de nouveaux personnages (ou, plus exactement, en donnant plus d'importance à un personnage secondaire) mais c'est artificiel et, dans l'intrigue présente, superflu.

L'intrigue en elle même est du réchauffé mille fois vu (tiens ! Rien que "L'étoile d'A. Rainier" dans les aventures de Chick Bill exploite ce concept d'une manière plus originale, c'est dire !) Celà reste néanmoins plaisant (surtout grâce au dessin) mais, pour moi, un emprunt est amplement suffisant.

Nom série  Beaux rivages  posté le 05/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Mon avis ne fera que confirmer celui d’Agecanonix : cette série ne sert à rien et n’aboutit à rien. C’aurait pu, en d’autres circonstances, déboucher sur une chouette histoire d’aventure maritime mais, là, on a un peu le sentiment que Cothias ne sait pas quoi raconter. Ca se traine, les personnages sont peu charismatiques, les scènes d’action frisent parfois le ridicule.

Le dessin de Juszezak est déjà intéressant même si les physionomies ne sont pas encore bien maîtrisées. Les silhouettes sont souvent semblables tandis que certains visages sont disharmonieux. Les décors, eux, sont plus que corrects.

Une série sans grand intérêt à une époque où Cothias multipliait les collaborations mais semblait ne plus savoir quoi raconter. La narration reste fluide, cependant… mais ça s’arrête là.

Nom série  L'Appel des Origines  posté le 29/04/2011 (dernière MAJ le 05/11/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une bonne série, très classique par ses personnages et dans sa structure mais plaisante. Le dessin de Gaël Séjourné est très agréable dans son style réaliste soigné et fin et bien mis en valeur par une colorisation tout en nuances.

Les personnages manquent parfois de développement à mon goût et il y a une vraie cassure entre le premier tome et les suivants, qui nous fait abandonner une partie d’entre eux au profit d’autres. Ce qui me donne le sentiment d’un petit côté expéditif par moments. Petit côté expéditif encore accentué par la vitesse à laquelle les sentiments de l’héroïne évoluent au fil du récit.

L’aspect historique est loin d’être absent avec une reconstitution crédible du Harlem époque prohibition dans le premier tome et la découverte de l’Afrique mystérieuse dans les deux suivants. Le souci de véracité pousse les auteurs à intégrer dans leur histoire plusieurs personnages ayant réellement vécu à cette époque. Ces apports sont vraiment bien faits et enrichissent le récit tout en lui gardant une grande crédibilité (on est loin d’un apport artificiel ou fantaisiste).

En clair, c’est du travail soigné jusque dans un final convenu mais convaincant. Pas de grosse surprise mais ce récit devrait séduire tous les lecteurs amateurs de récits classiques et romanesques.

Nom série  Revenants  posté le 04/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album est utile et permet au lecteur de se poser de bonnes questions (du moins, c’est ce qu’il me semble). En clair : je ne peux que conseiller à chacun de le lire.

Ceci dit, cette lecture n’est pas un divertissement. Nous sommes ici devant une œuvre dérangeante. Parler du malaise de vétérans de guerre, un malaise qui pousse plus d’un d’entre eux au suicide (deux cas par jour, à en croire les chiffre), ce n’est pas le sujet le plus joyeux à aborder.

Si j’ai un reproche à faire à ce récit, c’est qu’il n’aura, en définitive, pas réussi à totalement me faire comprendre les causes de ce terrible mal-être. Par pudeur, par respect, l’auteur reste finalement très évasif dans ses descriptions de l’horreur de la guerre. Inondé par des images de journaux télévisés plus barbares les unes que les autres, rien de ce qui m’a été montré ici n’a été de nature à me choquer… et c’est là le problème. Bien sûr, je peux comprendre que vivre ces atrocités est différent que de les voir mais cet album ne me permet pas d’entrer dans la peau de ces victimes de la guerre. Je reste observateur.

Alors, voilà, pour moi, c’est une œuvre à lire, ne fusse que pour son caractère instructif et pour nous rappeler que les victimes de la guerre ne se limitent pas à celles tombées au champ d’honneur, mais elle n’est pas assez poignante pour que je lui accorde un 4/5.

Nom série  Dans la secte  posté le 04/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Témoignage instructif, cet album pèche malheureusement par le manque d’émotion dégagée. La faute peut-être à ce dessin en ligne claire, sympathique au demeurant, mais qui me semble peu adapté à ce type de récit. Le sujet est grave mais le trait invite à la légèreté, et ce décalage bloque sans doute la transmission des émotions.

Reste donc ce témoignage, sincère et réaliste. L’enchainement des événements nous est exposé avec clarté. Les méthodes sournoises employées par la secte sont bien mises en évidence.

En résumé : c’est intéressant, instructif par plus d’un côté mais ce n’est pas le genre d’album que j’aimerais posséder. Pour moi, il s’agit là de l’exemple type de livre que l’on devrait facilement pouvoir se procurer auprès d’une bibliothèque dans le cadre d’un travail scolaire ou pour une motivation personnelle.

Nom série  Blues 46  posté le 04/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un petit polar sympathique même si guère original.

L’atout principal vient à mes yeux du dessin de Stalner, bien soutenu par une colorisation soignée (sa première tentative en couleurs directes, et déjà une réussite). C’est propre, c’est fin, bien découpé, bien rythmé. Les décors sont bien fouillés, les personnages sont facilement identifiables, les femmes sont séduisantes, les méchants ont des têtes de méchants, les gentils ont des têtes de jeunes premiers et même les traitres ont la tête de l’emploi. En clair : c’est ultra-classique mais, dans le genre, c’est parfait.

Le scénario, lui, n’est pas le meilleur qu’il m’ait été donné de lire. Il y a çà et là de grosses facilités. Notamment, un personnage coincé par trois de ses ennemis – en fait, sa main est même plantée dans un buffet - se retrouve deux planches plus loin libre comme l’air… et ceci sans la moindre explication. Comment s’est-il échappé ? On ne le saura jamais et je trouve ce genre d’entourloupe quand même très « limite ».

Les dialogues offrent de temps à autre de bons moments. Malheureusement, j’ai trouvé que certaines citations à la « Audiard » manquaient de naturel. Cela me semble parfois un peu forcé, comme s’il fallait absolument caser ce genre de réplique.

Au final, je dirais que ça se laisse lire… A emprunter à l’occasion mais l’achat ne me semble pas justifié (sauf si vous les trouvez à bas prix et que vous êtes fans du trait d’Eric Stalner).

Pas mal, sans plus…

Nom série  Quai d'Orsay  posté le 04/11/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J’ai abandonné aux deux tiers du deuxième tome, ne trouvant définitivement aucun intérêt à cette lecture.

Il est vrai que mon précédent essai d’une œuvre de Blain s’était elle aussi soldée par un échec, mais après avoir lu l’avis de Pedrolito et en tenant compte du fait que Christophe Blain ne signait pas lui-même le scénario, je me suis dit pourquoi pas ?

Seulement, voilà : je n’ai rien trouvé pour me séduire… Le scénario repose sur la politique politicienne avec des gens qui parlent pour ne rien dire devant un parterre de collaborateurs admiratifs. Je n’ai trouvé cela ni drôle (j’ai du sourire à deux reprises sur les quelques 150 pages lues) ni touchant (tous les personnages m’énervent, sans exception) ni instructif (on se retrouve dans le bureau d’un ministre qui cherche la formule ultime pour plaire à son lectorat, pour garder son pouvoir ou, exceptionnellement pour défendre une cause qui le touche personnellement… un politicien, en somme… entouré de ses collaborateurs qui en bons chiens fidèles bavent d’admiration devant lui tout en s’entre déchirant pour être le favori et ainsi grappiller quelques parcelles d’un pseudo-pouvoir… Rien que du prévisible, en somme).

Je n’ai rien contre la politique… tant qu’elle est au service des gens. Ici, les auteurs me montrent tout ce que je déteste chez bien des politiciens (la grande majorité, en fait). Des excités nombrilistes assoiffés de pouvoir et qui parlent pour ne rien dire ? Merci mais je le savais déjà. Et comme les mêmes auteurs ne parviennent pas à me faire comprendre pourquoi leur héros charme autant ses collaborateurs, et bien, je m’emmerde (pour le dire platement). Non, mais franchement, ces petits cœurs qui apparaissent au dessus de la tête des collaborateurs quand Alexandre Taillard de Vorms sort de leur bureau comme une tornade après les avoir engueulés pour des raisons que seul lui peut comprendre... et souvent totalement abjectes, qu'est-ce que ça signifie ? Pour moi, cela équivaut à dessiner des petits cœurs au-dessus de la tête d'un femme battue après que son mari l'ai rouée de coups... Je capte pas et ne vois rien d'amusant là-dedans.

C'est sans doute là la pierre triangulaire qui m'empêche d'apprécier cette série : tant que je ne comprends pas le plaisir masochiste éprouvé par tous ces collaborateurs, cette fascination pour le pouvoir et surtout pour ce ministre qui m'horripile au plus haut point, et bien je ne peux pas apprécier cette série.

Pour la note, j’hésite entre un « bof » indulgent (pour l’originalité du thème) ou le « pas aimé » pur et simple étant donné que j’ai laissé tomber l’album eu cours de route. Peut-être que le fait que j’ai actuellement un bon paquet de lectures en retard m’a incité à rapidement passer à autre chose, je serai donc indulgent : bof…

Nom série  Les Montefiore  posté le 25/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il était une fois…

Il était une fois un beau prince qui s’était disputé avec son roi de père. Furieux que celui-ci consacre plus de temps aux affaires du palais qu’à son fils (c’est-à-dire à lui-même, si vous suivez), il partit dompter des pur-sang dans une lointaine contrée par-delà les flots azurés.

Il était une fois une belle souillon venue du froid. Encore maladroite et naïve, elle allait vite être prise en main par d’habiles marraines, dont l’objectif était de la rendre belle aux yeux du monde (de préférence, à ceux qui sont pétés de thunes, les autres, c’est pas la peine). Parée de chaussures de vair (logique d’avoir des chaussures fourrées quand on vient du froid), de bas de soie et d’une robe moche mais imaginée par un grand couturier, elle allait rapidement faire chavirer les cœurs grâce à son étrange beauté (tellement étrange qu’objectivement, je la cherche encore, ceci dit en passant, mais je m'égare.. du Nord, logique...), se faire culbuter et repartir en quête d’un autre prince charmant (mais un vrai, cette fois, pas un qui joue au foot, paske les joueurs de foot, c’est des nuls !)

Il était une fois une méchante belle-mère (franchement, vous pensiez y échapper ?) Perfide, sournoise, aux lèvres siliconées, aux seins synthétisés, elle allait jouer de toutes ses armes pour arracher au prince prodigue ce qui lui semblait lui revenir de droit (elle s’était tapé le vieux roi, elle !) Comme il se doit, elle pouvait compter sur son palefrenier pour s’acquitter des basses tâches et autres coups tordus.

Il était une fois un mystérieux ennemi aux aspirations tout aussi mystérieuses. Venu du lointain Orient, il allait tirer les ficelles sans sortir de l’ombre (chinoise, comme chacun le sait).



Il était une fois une telle accumulation de clichés que ma digestion en fut troublée.

Attention ! Hein, c’est finaud quand même. Ҫa se lit facilement, le coup du fils prodigue spécialiste en stock-car permettra de justifier à l’avenir l’une ou l’autre course poursuite dans laquelle il pourra étaler sa maitrise. Les personnages sont facilement identifiables et tellement manichéens qu’il est impossible de s’égarer en cours de route (grosso mode, c’est la petite maison (de riches) dans la prairie VS Dallas, devinez dans quel camp sont les gentils). Enfin, z’ont même réussi à glisser un personnage référentiel (je suppose que vous avez vu ou du moins entendu parler de « Le diable s’habille en Prada », et bien vous retrouverez Meryl Streep dans le même rôle ici), au cas où l’on n’aurait pas compris que nous sommes dans l’univers de la mode, du fric, des garces et des beaux gosses…

Ҫa peut plaire… mais pas à moi.

Nom série  Chaabi  posté le 25/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Chaabi est une série en trois copieux tomes que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire.

On retrouve à la manœuvre le même scénariste que celui qui avait sévi sur Cuervos… et les similitudes sont nombreuses. Les auteurs se penchent en effet à nouveau sur le destin d’un enfant pauvre du tiers-monde. Il maniera les armes à feu et son destin sera tragique. Changement de continent, toutefois puisque nous quittons l’Amérique du Sud à destination de l’Inde.

Et, à nouveau, la sauce prend… et elle prend bien, même ! Reposant sur ce qui me semble être une solide documentation (je ne suis pas un spécialiste de l’Inde mais ce qui est décrit me parait en tous les cas être très réaliste), l’histoire s’articule autour de Chaabi, sorte de messie guerrier. Un enfant au discours d’adulte, à la sagesse de vieillard, déterminé et désillusionné à la fois.

C’est, je pense, la clé de voûte de ce récit. Si vous ne parvenez pas à accepter ce personnage, tout l’édifice s’écroule. Et avec un tel profil, le risque était élevé. Pourtant (et c’est là toute la démonstration du savoir-faire de Marazano), grâce à la structure du récit, Chaabi m’est apparu plausible sans même que j’y prenne gaffe. Faut dire qu’il est finaud, ce scénariste, à nous présenter ce personnage via de multiples témoignages. Chacun apporte sa pierre à l’édifice et chaque passage nous permet à la fois de mieux comprendre qui est Chaabi mais aussi qui sont ses compagnons et pourquoi ils ont décidé de l’accompagner dans cette cause qui semble pourtant perdue d’avance.

Finaude aussi, l’idée de commencer par la fin. Le fait d’apprendre dès les premières pages que Chaabi est mort nous donne d’autant plus l’envie de savoir où et comment c’est arrivé.

Finaude encore, cette idée de créer un personnage de journaliste. Elle permet à la fois de rendre logique l'accumulation de témoignages mais aussi de faire le lien entre Chaabi et les autorités locales (Mayome, la journaliste en question, passant d’un camp à l’autre).

Enfin, j’ai grandement apprécié la personnalité du militaire chargé de mettre un terme au parcours de Chaabi. Loin de céder au manichéisme, les auteurs s’offrent avec ce personnage un leader charismatique, reflet même du Chaabi. Les similitudes entre les deux hommes sont nombreuses (à commencer par l’absence d’illusion couplée à la volonté de garder espoir – deux sentiments antinomiques qui cohabitent en permanence au sein de ce récit). C’est bien amené et cela permet d’enrichir l’œuvre sans même en avoir l’air.

Le dessin de Xavier Delaporte est très efficace sur ce type de récit. Les nombreux personnages sont bien typés, évitant toute confusion en cours de lecture. Le style reste cependant réaliste, sans recours à la caricature pour singulariser ces personnages. Les décors ne sont pas oubliés mais demeurent en retrait. Les puristes trouveront sans doute que le trait manque de finesse mais j’ai surtout retenu que l'artiste disposait de tout le nécessaire pour illustrer cette histoire.

Au final, ce sont là trois tomes que j’ai dévorés. Franchement bien !

Nom série  Wizzywig  posté le 23/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Personnellement, j'ai abandonné ma lecture en cours de route.

Tout d'abord, je ne suis pas fan du dessin. c'est raide, c'est très basique, c'est pas dynamique... c'est laid.

Ensuite vient le sujet. L'informatique et moi, déjà à la base, ça fait deux. Mais les hackers ont quelque chose de fascinant qui aurait pu réellement m'accrocher... s'il y avait eu une finalité en soi. Ici, dans le peu que j'ai lu, il n'est question que de pirater des téléphones publics, histoire de pouvoir passer un coup de fil gratuitement. Franchement, qu'est-ce que vous voulez que ça me fasse ? Ce sujet m'est apparu inintéressant au possible.

Puis vient la narration. Les explications techniques manquent de clarté, je ne comprenais qu'exceptionnellement de quoi il retournait exactement. Je ne sais si c'est dû à la traduction ou au fait que l'auteur part du principe que nous connaissons tous le sujet du piratage et les bases des techniques employées, mais, à titre personnel, je lisais ces passages sans même chercher à les comprendre tant tout cela passait bien haut au dessus de ma tête.

Enfin, les principaux personnages me sont eux aussi apparus sans intérêt.

En résumé : je n'ai pas aimé.

Nom série  Saveur coco  posté le 13/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Renaud Dillies, sans réellement sortir de son univers, vient de me surprendre avec cet album on ne peut plus original.

Ne vous attendez pas à lire une histoire linéaire. L'auteur nous plonge dans un délire poétique et léger dans lequel le dessin et la mise en page sont autant d'accroche-coeurs pour le lecteur que je suis.

C'est beau et ça berce. Ca ravit l'œil et ça amuse. Ca ne raconte pas grand chose et je m'en fous. Ici, ce n'est pas la destination qui importe, c'est la beauté du chemin !

Farfelu et poétique, imaginez Django Reinhardt adaptant Apollinaire dans un bar mexicain et vous vous approcherez peut-être de l'idée...

C'est léger, c'est frais, c'est étonnant. Moi qui avais peur de voir Dillies tourner en rond après son très réussi Abélard, je suis ravi par ce virage en dérapage tout contrôlé. L'auteur parvient à innover tout en restant fidèle à lui même.

Rares sont les albums qui me séduisent principalement par leurs qualités esthétiques. C'est le cas de Saveur Coco car ces dessins auront réussi à m'évader du quotidien. Chapeau bas !

Nom série  Blue note  posté le 13/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Et bien, pour ma part, j'ai franchement bien apprécié ce premier tome.

Je ne m'attendais pas à tomber sur ce type de récit, le titre me laissant penser que la musique allait y jouer un rôle plus important (ce qui sera certainement le cas dans le second tome). Mais force m'est de reconnaitre qu'avec Jack Doyle, les auteurs nous offrent une forte personnalité très attachante. Ce boxeur assoiffé d'honnêteté et pourtant manipulé du début à la fin de ce récit est des plus réussis. Tout aussi réussie, l'ambiance de cette fin de prohibition avec ces bars qui n'ont plus de clandestins que le nom, ces mafieux et autres magouilleurs influents, et ces ruelles humides et dégoulinantes de misère.

Le récit est copieux, tant en nombre de pages qu'en événements. On n'a pas le temps de s'ennuyer même si le soucis d'installer l'ambiance est bien présent et si le rythme narratif est relativement lent.

Je me méfiais du dessin, qui me semblait bien plus brouillon que ce que la couverture laissait croire. A la lecture, j'ai finalement trouvé un style en accord total avec l'esprit de la bd mais aussi très riche dans ses détails. La colorisation limite volontairement la palette des couleurs et opte pour un style "passé". Ce n'est pas mon style préféré mais, dans le cas présent, cela marche plutôt bien.

Au final, et bien je me réjouis de lire le second tome pour découvrir l'autre face de cette pièce en deux actes. Ce premier récit, qui à la limite peut se lire comme un one-shot, m'a mis plus que l'eau à la bouche !!

Nom série  La Peau du Rhinocéros  posté le 13/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Adaptation d'un conte de Rudyard Kipling, cette courte histoire ne m'aura pas marqué outre mesure.

Certes, comme dans Les Taches du Léopard, on retrouve ce ton sympathique mais j'ai trouvé ce récit très basique et finalement très pauvre dans ses péripéties.

Reste l'agréable dessin de Pedro Rodriguez, qui bénéficie de beaucoup d'espace qu'il exploite d'ailleurs on ne peut mieux. Les grandes illustrations se multiplient et le trait cartoonesque de l'artiste plaira à coup sûr aux jeunes lecteurs.

Un conte un peu trop anecdotique à mon goût mais qui, visuellement en tous les cas, devrait plaire aux plus jeunes.

Nom série  Les Taches du Léopard  posté le 13/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sympathique petit album qui devrait ravir plus d'un jeune lecteur.

La narration est enjouée et l'humour est bien présent. Le récit est dynamique et les personnages n'hésitent pas à interpeller tantôt le narrateur, tantôt le lecteur pour accentuer encore ce sentiment de complicité : on est entre amis !

Le dessin de Pedro Rodriguez convient très bien au sujet. On sent qu'il s'amuse à illustrer les différents animaux et la mise en page lui procure beaucoup d'espace, au point de nous offrir régulièrement de grandes illustrations très cartoonesques.

A l'image de La peau du rhinocéros, la maquette du livre est bien pensée avec, dès celui-ci ouvert et juste avant de le fermer, la présentation de l'animal avant et après transformation. Un petit plus ma fois fort sympathique.

Un petit bouquin que l'on ne peut que conseiller pour de jeunes lecteurs. Il ne lui manque qu'une morale plus intéressante pour totalement me convaincre, mais c'est sympa !

Nom série  La Boussole & l'Astrolabe (l'Expédition de La Pérouse)  posté le 13/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une petite déception que cet album.

Jean-Yves Delitte tente ici de nous faire partager le sort tragique d'une expédition autour du monde au temps des vieux gréements. Son récit s'articule autour de trois époques très rapprochées (1793 pour la conclusion du récit, 1786 à 1788 pour l'expédition en elle même, et 1792 pour le sort de l'expédition lancée à la recherche de La Boussole et de L'Astrolabe) et use de flash-backs et de flash-forward pour dynamiser son récit. Pour peu que l'on soit attentif, cette technique ne pose pas de problème à la lecture.

Ceci dit, jamais je ne me suis senti concerné par le sort des uns ou des autres. On saute fréquemment d'un personnage à l'autre et aucun ne dispose d'assez de charisme pour que, tout d'un coup, je m'inquiète de son destin.

Je n'ai pas plus bien saisi les enjeux de cette expédition, ce qui n'a pas amélioré mon intérêt pour ce récit.

Reste le dessin de l'artiste, toujours aussi bon dès qu'il s'agit d'illustrer de majestueux navires anciens... mais toujours aussi limité dans la physionomie de ses personnages. Ce n'est pas la première fois que je le remarque mais j'ai vraiment le sentiment que Jean-Yves Delitte travaille à partir de 3 ou 4 physionomies et visages types qu'il agrémente ici d'un bandeau sur l'œil, là d'une chevelure plus abondante. Ca reste très limité quand même et cette technique empêche d'avoir des personnages qui sortent de la masse. Tous se ressemblent et le risque de confusion est grand.

Un album soigné, très "pro" mais qui ne m'a finalement que peu intéressé.

Nom série  W.E.S.T  posté le 12/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis mitigé pour ma part.

Je n'ai pas spécialement apprécié le premier cycle. Trop confus dans sa narration, trop "facile" dans ses enchainements (franchement, le coup du super tireur qui, avec son pistolet, dégomme le gars qui le vise de loin armé d'un fusil à lunettes via un tir "réflexe" qui passe pile poil au travers de la dite lunette, moi c'est le genre de truc qui me gonfle), trop gros, trop emphatique.

De plus, je m'attendais à lire un western et je me suis retrouvé devant un récit fantastique proche de la caricature.

Ajoutez à cela que je n'ai pas été subjugué par le dessin et que la colorisation n'est pas de nature à empêcher de confondre certains personnages tant les couleurs choisies sont uniformes.

2/5 pour ce premier cycle.


Le deuxième cycle m'a déjà mieux plu. La narration se fait plus claire, les enchainements sont mieux amenés et les différents personnages commencent à être mieux cernés. Je ne crierai pas au génie mais ces deux albums procurent un agréable moment de lecture. Je continue à ne pas apprécier le choix fait au niveau de la colorisation, digne de celle employée pour certains récits du journal de Tintin dans les années 80, mais c'est un choix assumé par les auteurs... Soit !

3/5 sans que je conseille l'achat pour ce deuxième cycle.


Le troisième cycle commence très fort et le tome 5 est de loin mon préféré. Les personnages gagnent en profondeur, en humanité et en complexité. Le fantastique est lui aussi plus complexe, moins facile... plus crédible en somme. Malheureusement, tout cela se termine en un super combat avec super pouvoirs et tout le tralala... Pas du tout ma tasse de thé, ça... Et puis vient une conclusion très convenue, mais qui fonctionne.

La colorisation, ben, j'aime toujours pas mais, pour la première fois, j'aurais tendance à passer outre.

Un bon 3,5/5 pour ce troisième cycle. Un emprunt vivement recommandé et un achat que je ne déconseillerais pas (du moins, si vous n'êtes pas un collectionneur compulsif incapable de résister à l'achat des 4 tomes précédents pour compléter votre bibliothèque).

Une série que je considère donc finalement comme moyenne. Le dernier cycle est de loin le meilleur à mes yeux mais il vaut mieux avoir lu les précédents pour bien l'apprécier (et ça, c'est moche !)

A emprunter à l'occasion, mais sans plus...

Nom série  Hell School  posté le 09/01/2013 (dernière MAJ le 12/10/2013) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Excellent, ce premier tome de Hell School !! Je n’ai qu’une seule envie : connaitre la suite.

Pourtant, à voir la couverture, je ne m’attendais à rien de particulier. Je craignais même de tomber sur une histoire déjà mille fois lue, avec des démons voire des vampires tellement à la mode actuellement. Mais je me fourrais bien profondément le doigt dans l’œil (ouille !) Je n’avais pas tenu compte du nom des auteurs… déjà responsables du très bon « Les Démons d'Alexia », et j’avais tort.

Nous nous retrouvons ici au cœur d’une école chic et select isolée du monde. Rien de vraiment particulier en apparence sinon que, comme dans bien des écoles, un bizutage attend les nouveaux arrivants. Et c’est là que tout s’enflamme car, vous vous en doutez, quelques fortes têtes vont s’opposer à cette tradition… et c’est très mal vu.

Le thème central est donc le rapport à l’autorité des adolescents. Et qu’ils s’y opposent ou qu’ils s’y plient, ces jeunes sont soumis à forte pression. Ajoutez un mystère omniprésent, de nombreux rôles importants (outre nos trois rebelles, un directeur complice, un président de bizutage bouffé par la pression, une élève étrange, un prof de math charmeur, et j’en passe), un récit en constante progression et vous obtenez ce très accrocheur premier tome.

J’ai aimé :

- l’originalité du scénario ;
- le crescendo avec lequel l’angoisse est amenée ;
- le fait que de multiples zones d’ombre viennent titiller la curiosité du lecteur ;
- un excellent dessin dans la plus pure tradition du franco-belge (dans la même lignée qu’un Gazzotti, par exemple) ;
- la complémentarité du trio vedette, dont chacun conserve une part de mystère ;
- la richesse de ce premier tome, qui ne se contente pas de nous introduire le concept ;
- le fait que la série nous soit annoncée d’emblée en trois tomes.

Voici donc une série que je rapprocherais tant au niveau de la qualité d’ensemble, du public visé que de l’ambiance étrange créée de « Seuls ». Et, cerise sur le gâteau, ce n’en est pas un clone !!! Franchement, ce serait dommage de passer à côté.


Après lecture du deuxième tome, ma bonne impression se confirme et j'attends déjà avec impatience le troisième et dernier volet de ce thriller en milieu estudiantin.

J'ai relu mon avis à la fin du premier tome et je ne vois rien à y changer. C'est du tout bon dans ce genre grand public ! De plus, en ciblant une partie de la thématique sur les baptêmes estudiantins, les auteurs ont on ne peut plus tapé dans le mille, puisque le sujet est au cœur de l'actualité (le recteur de l'ULG vient en effet de suspendre les activités de baptême suite à un accident ayant entrainé un oedème cérébral chez une étudiante de médecine vétérinaire).

Moderne et efficace. Prenant dans son intrigue. Truffé de personnages aux profils psychologiques intéressants. A ne pas rater ! Vraiment !

Nom série  Pendant que le roi de Prusse faisait la guerre, qui donc lui reprisait...  posté le 12/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce n'est que moi...

C'est le titre du premier chapitre de ce formidable album et il résume parfaitement son personnage principal, cette gentille vieille maman, modeste et présente, humble héroïne oubliée. Une héroïne qui s'ignore tant son fils occupe ses pensées, tant il squatte son quotidien.

Cet album, c'est avant tout un souffle de vie, simple avec ses bons et ses mauvais côtés mais surtout beaucoup de respect et d'humanité. Pourtant, jamais on ne bascule dans le mélodrame fleur bleue. Le récit est magistralement maîtrisé et ces courtes tranches de vie, ces petits passages tout en retenue, tout en pudique simplicité sont d'une justesse émouvante.

Et puis quel positivisme ! Quelle leçon de vie !

Le risque de se planter était pourtant grand, lorsqu'on ose aborder des sujets aussi délicats que la sexualité chez la personne handicapée mentale ou le refus (légitime) d'un frère ou d'une sœur de s'occuper d'une personne handicapée après la disparition des parents. Zidrou ne contourne pas l'obstacle. Il le traite avec une justesse désarmante, rendant simplement humains ces sujets pourtant encore fort tabous.

Et le dessin de Roger ne fait que renforcer notre immersion dans ce quotidien. Michel, cagoule bien accrochée sur sa tête, pourrait paraître ridicule. Il ne l'est aucunement car ses proches l'acceptent ainsi. Catherine, petite vieille croquée par l'artiste dans un style très caricatural, n'est pas une caricature. C'est Catherine ! Un personnage que je ne suis pas prêt d'oublier. Les émotions passent mais tout est exposé avec retenue et respect.

Les regards que s'échangent ces personnages changent notre propre regard. C'est en cela que nous avons entre nos mains un très grand album.

Simple, juste, humaine, positive, touchante, une œuvre à ne pas manquer !

Nom série  Les Chevaux du vent  posté le 11/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai trouvé là une histoire agréable à suivre, riche d’un contexte géopolitique intéressant, loin d’être avare en rebondissements, peuplée de personnages à la psychologie travaillée et illustrée par un Fournier surprenant.

Un agréable moment de lecture qui manque cependant d'un peu d'originalité pour accéder à la catégorie supérieure (celle des indispensables). A lire cependant, et même à posséder si vous êtes friands de ce genre de récit très humaniste.

Nom série  Mariée par correspondance  posté le 08/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
La grosse qualité de cet album, c’est qu’il se lit bien. C’est fluide et j’ai presqu’envie de dire que l’équilibre entre textes et dessins et tout bonnement parfait.

Ceci dit, l’histoire en elle-même ne m’a pas plus transporté que ça. Et arrivé à la fin de l’album, je me suis demandé s’il y avait une morale ou un sens caché à ce récit. Bien sûr, il y a une réflexion sur l’image et le fantasme, sur la peur et le besoin de l’autre et de nouveaux espaces, mais ça reste soit trop superficiel soit trop confus pour que je suive le cheminement de la pensée de l’auteur (mais, bon sang, où veut-il en venir ?)

Ces personnages sont fondamentalement tellement misérables qu’il m’est difficile de m’y attacher. Par contre, alors que je croyais tomber sur un récit très manichéen, le final a de quoi surprendre… mais sans réellement me convaincre (à nouveau, j’ai souffert du manque d’explications données par l’auteur).

Au niveau du dessin, je n’ai pas spécialement aimé les bouches des personnages féminins mais leurs corps, eux, sont très élégants. Pour le reste, ce dessin convient bien au genre. C’est lisible, un peu raide mais suffisamment expressif pour faire passer les émotions.

De quoi passer un agréable moment de lecture… mais avec des personnages tous plus misérables les uns que les autres (et pas drôles, en plus).

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 96 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque