Encheres BD 728x90
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...   BD Encheres 468x60
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




... a posté 2141 avis et 454 séries (Note moyenne: 2.95)

Voir mes avis Voir mes avis
Voir graphs Voir mes graphs
Voir mes coups de coeur Voir mes coups de coeur
Comparez vos goûts! Comparez vos goûts !
Mes nouveautés Mes nouveautés
Mes trophées Mes trophées

Afficher ces séries dans la liste du menu Afficher ces séries dans la liste du menu
Tri : Afficher :

Nom série  Literary Life  posté le 27/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis partagé sur ce recueil de billets (je préfère ce terme à celui de gags) publiés à l’origine dans une revue littéraire anglaise. Certains m’ont franchement fait rire, d’autres m’ont totalement laissé froid, d’autre encore m’ont tout simplement laissé dubitatif. Et si le début m’a fait craindre le pire, j’avoue avoir bien apprécié plusieurs billets placés en fin de ce recueil, terminant ma lecture sur un bon sentiment. Je n’irai pas jusqu’à recommander l’achat mais je ne vous inciterai pas non plus à fuir l’objet.

L’idée de départ est proche de celle d’ « Animal lecteur » sauf que l’auteure ne se limite pas à la seule librairie mais diversifie ses personnages avec, outre une librairie et son personnel donc, des écrivains, des éditeurs ou des critiques. Plus original, encore, nous croiserons un détective privé ou un médecin et son infirmière attitrée, tous spécialisés dans les cas littéraires. Ceci permet une approche diversifiée du monde littéraire mais cela reste un billet d’humeur (d’humour dans la majeure partie des cas). A faible dose, cela doit passer tout seul. Regroupés dans ce recueil, c’est plus indigeste. La différence d’inspiration en fonction des semaines se fait fortement ressentir et Posy Simmonds a dû clairement avoir des semaines « sans » (ce qui est bien compréhensible).

Côté dessin, c’est efficace et assez expressif. On reconnait la patte de l’auteure de « Tamara Drewe » même si les planches ne sont pas peaufinées.

Nom série  L'Outremangeur  posté le 27/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Un bon polar, tout en ambiance et très typé « années 80 », je trouve.

L’atout principal vient de la carrure de son personnage central et de la manière très parcimonieuse dont le drame qui le ronge (ou, plus exactement dans le cas présent, qui le gonfle) nous est divulgué. L’intrigue n’est donc pas là où on l’attend d’ordinaire dans un polar. D’enquête, il ne sera d’ailleurs pas question et le cas auquel notre héros sera confronté sera réglé en deux temps, trois mouvements (c’est même trop facile à mon goût, surtout que nous n’aurons droit à aucune explication quant à la logique suivie par notre inspecteur pour déterminer le coupable sur base d’une simple photographie).

J’avoue avoir été happé par le récit, très fluide, très humain et titillé par la curiosité, je n’ai cessé ma lecture que le mystère éclairci.

Pour son originalité, cet album mérite d’être lu. A cause de ses facilités, je ne parlerai pas de chef-d’œuvre mais si vous le trouvez d’occasion, l’achat n’est pas une mauvaise affaire.

Pas mal, quoi…

Nom série  La Bataille  posté le 27/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Le projet était osé : raconter en trois tomes une seule bataille napoléonienne. De plus, nous resterons uniquement du côté français, mais nous nous intéresserons au sort de divers acteurs, du plus simple au plus prestigieux.

Le fait de sauter ainsi d’un personnage à un autre dynamise bien le récit et lui apporte une dimension très humaine. A contrario, j’ai parfois eu du mal à suivre les développements stratégiques de cette bataille. Quelques vues d’ensemble supplémentaires auraient été bienvenues pour ma part.

Après lecture, ce que j’en retiens, c’est que si Napoléon Bonaparte était un grand stratège et un meneur d’hommes, il n’en était pas moins un boucher envoyant le petit peuple à une mort assurée pour sa gloire personnelle et son ego surdimensionné. Sa froideur fascine et effraye à la fois.

Côté dessin, rien à redire malgré la profusion de personnages et de tenues différentes. C’est parfois un peu délicat mais, avec un minimum de concentration, j’ai suivi cette intrigue sans me perdre entre tous ces acteurs.

Pas mal, en somme. Pas parfait mais pas mal ! Achat conseillé si vous êtes fan de cette période. Sinon un simple emprunt suffira, je pense.

Nom série  Jeune fille en Dior  posté le 27/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne pensais vraiment pas autant apprécier cet album. Mes précédents essais de lecture d’œuvres d’Annie Goetzinger s’étaient soldés par autant d’échecs mais le thème même de l’album semblait tellement taillé pour elle que je me suis laissé tenter.

Et j’ai bien fait ! La lecture est fluide et agréable. Le récit permet de pénétrer dans l’univers du « grand couturier » Christian Dior juste après la seconde guerre mondiale et d’en apprendre un peu plus sur le mode de fonctionnement de ce genre de maison. Bon ! C’est quand même très édulcoré et très propre sur soi mais on sent la passion, l’amour même de l’auteure pour cet univers.

Le dessin de l’artiste est toujours aussi froid, un aspect un peu atténué ici par une colorisation pastel qui, sans réellement apporter de la chaleur, n’accentue pas son côté glacé. Le trait est fin et élégant, maniéré serais-je tenté de dire, mais dans le bon sens du terme. Le style, la classe, l’élégance sont mises en avant quitte à ce que les mannequins se retrouvent avec des pieds positionnés tels ceux de petits rats de l’opéra prêts à faire le grand saut.

La lecture est très fluide, le texte laisse beaucoup de place au dessin qui est, ici, vraiment mis en avant. Les personnages sont tous bienveillants, compétents, talentueux : un univers de poneys roses à longue crinière (mais en plus classe, quand même) !

A lire ! A l’occasion si vous n’êtes pas spécialement attiré par l’univers de la mode. Absolument, si cet univers vous attire et si vous êtes sensible à l’imagerie des années ’50. Achat conseillé pour cette dernière catégorie de lecteurs. Quant à moi, l’emprunt m’a suffi mais je ne regrette vraiment pas ma lecture !

Nom série  Yallah Bye  posté le 27/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Cet album nous propose de suivre la guerre du Liban de 2006 sous un angle très humain puisque nous la subirons en compagnie d’une famille française retournée en vacances sur la terre du grand-père. Et s’il ne s’agit pas à proprement parler d’une histoire vraie, ce que l’auteur nous relate est tout de même très proche de sa propre histoire, le cahier conclusif étant assez éloquent de ce point de vue. Nous sommes donc face à une fiction… bien réelle.

Cette approche très humaine permet aux auteurs de donner à ce conflit une dimension fort empathique. Le lecteur se sent proche des personnages principaux et se dit que, finalement, à lui aussi, cela pourrait arriver. c'est l'atout et la force principale de cet album : avoir réussi à me rendre très proche une guerre du Moyen-Orient.

Le scénario est bien construit dans le sens où l’un des enfants (l’ainé) est resté sur le territoire français. Cette particularité permet d’aborder d’autres aspects de ce type de drame. Entre le père, qui se sent coupable d’avoir « abandonné » son peuple pour émigrer en France et désireux de se racheter, la mère paniquée ne voulant qu’une chose : quitter ce territoire en guerre, le jeune fils enfermé dans sa bulle et la petite fille pas totalement consciente du drame qui l’entoure, tout un panel de sentiments nous est proposé. Et cela sans compter les autochtones !

Le résultat est plutôt convaincant. L’album est agréable à lire et aborde beaucoup de sujets graves tout en gardant une certaine bonne humeur. Le peuple libanais semble à la fois fataliste et convaincu que rien de grave ne peut lui arriver. En fait, la population de Tyr semble tellement habituée à ces bombardements qu’elle relativise énormément. Nous sommes alors totalement plongés dans le quotidien d’un peuple habitué à la guerre, et qui vit, coûte que coûte.

Certains aspects géopolitiques sont abordés mais ce n’est vraiment pas le sujet principal du récit.

Je regrette quelques passages plus hystériques (mais on le deviendrait à moins) mais je ne peux que conseiller la lecture. De plus, le dessin est vraiment agréable à lire, bien typé, vif et expressif dans une veine semi-réaliste très bien maîtrisée.

Pas mal du tout, vraiment !

Nom série  Le Cycle de Cyann  posté le 22/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Avis partagé sur cette série dont les deux premiers tomes m’avaient enthousiasmé à leur sortie. Dessin léché, scénario de sf classique (l’enfant rebelle envoyée en mission sur une planète éloignée par sa famille, histoire de s’aguerrir et de gagner en maturité – mais ce scénario ira en se complexifiant au fil des tomes), langage travaillé (expressions folkloriques mais aussi noms de famille à la structure originale), faune riche en profondeur, univers multiple et sensualité à fleur de peau.

Après deux tomes, j’étais donc conquis. Malheureusement, les tomes suivants allaient quelque peu me refroidir. Le troisième était encore agréable à lire quoique déjà bien plus simpliste (de prime abord) tandis que les deux suivants me donnaient le sentiment que l’auteur s’égarait dans un délire difficilement compréhensible.

Et puis vient le dernier tome. Un tome qui explique et donne tout son sens aux deux précédents, qui apporte un nouvel éclairage sur le tome 3 et qui est parfaitement cohérent avec les deux premiers. C’est vraiment du grand œuvre !

Il n’empêche qu’à la relecture, j’ai quand même dû me forcer sur les tomes 4 et 5. Ils ne me plaisent pas, même si ils permettent ce superbe final. C’est trop embrouillé, trop nébuleux sur le moment même. Et c’est la raison pour laquelle j’hésite tant dans ma cote entre le 4/5 et le 3/5.

J’opte pour le 3/5 avec coup de cœur (spécialement dédié aux deux premiers tomes et au tome conclusif) et je vous invite à lire cette série jusqu’à son terme même si, comme moi, vous éprouviez un sentiment de lassitude sur les tomes 4 et 5.

Nom série  Abymes  posté le 21/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Bon, ben clairement, j’ai pas été subjugué.

Le premier tome m’a encore bien plu mais le fait de répéter le même processus sur trois tomes donne un côté répétitif dérangeant. De plus, j’ai trouvé le troisième tome assez nombriliste dans sa démarche. Alors, oui, c’est du gros délire, c’est osé de se mettre ainsi en scène, mais comme, fondamentalement, ce qui est raconté fonctionne sur le même principe que les deux premiers tomes, je me suis demandé l’utilité de le faire (ou de faire les deux autres, au choix).

Le deuxième tome, quant à lui, ne m’a pas accroché du tout car il est bien trop proche du premier, même dans son fil narratif.

En gros, et même si j’ai trouvé que les mises en abyme étaient bien maîtrisées (et ça reste un exercice casse-gueule à la base), je n’ai pas été séduit par la série. Elle s’apparente trop à un exercice de style à mon goût. Avec une fin qui veut tout expliquer mais qui tombe dans la sf philosophique (un genre dont je ne suis vraiment pas fan).

Au niveau du dessin, les trois auteurs livrent un travail soigné, chacun dans son genre.

Nom série  L'Incroyable Histoire de la Sauce Soja  posté le 21/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Intéressant auteur que celui-ci.

Tout d’abord, il y a son style graphique qui, dans un premier temps, m’a fait croire que ce recueil de courts récits était l’œuvre d’un collectif. A y regarder de plus près, il y a bien une ligne directrice qui se dégage mais l’auteur s’adapte à son sujet et n’hésite pas à exploiter différentes facettes de son style en fonction de ses besoins.

Vient ensuite l’originalité des récits. C’est très personnel, étrange, parfois abscons mais jamais gratuit. Ces récits m’ont parfois emporté ailleurs, m’ont parfois donné à réfléchir, m’ont souvent intrigué.

De là à acheter l’album, il y a une marge mais je conseille la lecture et, à titre personnel, je pense que je vais suivre les prochaines productions de cet auteur.

Nom série  Les Larmes du Seigneur Afghan  posté le 21/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Ce récit s’est révélé pour moi une œuvre majeure de la bande dessinée d’investigation. Il relate de la manière la plus fidèle possible le voyage d’une journaliste belge et de son cameraman au cœur même de l’Afghanistan, dans le village d’un chef de guerre qui a combattu les Talibans.

Je crois sa lecture salutaire et je serais d’avis de l’imposer dans nos écoles pour permettre aux jeunes de comprendre toute la complexité de la situation dans les rapports Orient/Occident. En quelques pages, les auteurs nous font comprendre pourquoi nous sommes en train de perdre cette guerre face à la radicalisation… et principalement de la faute de nos propres dirigeants.

« Nous créons nos propres monstres » a été ma pensée première en refermant ce livre, et c’est vrai que ce que nous raconte Pascale Bourgaux est consternant, entre cette employée de l’Otan incapable de s’adapter aux us d’un pays musulman et ce directeur d’école afghan, maudissant les Américains et incapable d’en reconnaitre le drapeau sur la liste des donateurs qui ont financé son école. Il y a un tel gouffre d’incompréhension, un tel décalage entre les envies de tous de vivre simplement en paix et la manière dont les efforts de beaucoup sont détournés au profit de quelques-uns. Et cette difficulté si humaine de reconnaitre ses torts ! C’est rageant, c’est consternant, c’est déprimant, c’est révoltant… c’est tellement vrai !

Inutile d’en dire plus. Pour moi, c’est vraiment un récit à lire. Et même si le style graphique n’est pas à mon goût (trop proche de la peinture), et bien d’une part, je m’en fiche face à la force du propos et, d’autre part, il offre quand même un magnifique tableau sur une grande illustration d’un Afghan dansant, une mitraillette posée à ses pieds.

Nom série  Trahie  posté le 21/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Nouvelle adaptation d’un polar suédois, et une nouvelle fois, je suis happé par le récit, attendant dès à présent le deuxième volet avec grande impatience !

Pourtant, le début de ma lecture m’a fait craindre le pire, car plusieurs personnages nous sont présentés et leurs traits ne sont que peu différenciés. Il m’aura donc fallu un peu de temps pour bien cerner chaque acteur et bien différencier chaque histoire. Oui, chaque histoire en effet, car la structure du récit nous fait rebondir sur trois fils conducteurs distincts, fils qui finissent par se rejoindre à la fin du premier tome mais qui égarent volontairement le lecteur durant celui-ci. Ceci dit, l’emploi de différentes gammes chromatiques permet de nous faire comprendre que l’on passe d’un fil à un autre.

C’est très bien conçu, bien raconté et les personnages deviennent vite touchants ou détestables selon les cas (et, cerise sur le gâteau, parfois même les deux en même temps). La thématique centrale, comme l’indique le titre, est la trahison et prend différents aspects dont le principal est celui de la femme trompée par son mari. Une fois de plus, dans ce type de roman scandinave, ce qui distingue ce récit d’un autre tient à la personnalité, à l’humanité (avec toute sa fragilité mais aussi sa hargne ou sa folie) des personnages. Les auteurs parviennent à nous en faire partager les pensées, et par là même leur intimité.

Ce polar est donc avant tout psychologique. Ce premier tome n’offre pas d’enquête, pas de course poursuite, pas de coup de feu et s’il y a bien un meurtre, j’ai presque tendance à dire que celui-ci est secondaire face à ce que le deuxième tome pourrait nous offrir. Tout est dans l’ambiance, dans la tension, avec cette certitude que ces trahisons entraineront leurs victimes vers la folie. Car dans ce récit, il devient vite évident que, si drame il y a, les coupables seront les premières victimes… et inversement.

Les pions sont placés, la mécanique est lancée. Il nous reste plus qu’à regarder ce qui va se passer, dans notre position de lecteur/voyeur… et je dois bien avouer que j’aime ça !

Nom série  Les Derniers corsaires  posté le 15/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je me joins aux enthousiastes car j’ai moi aussi beaucoup aimé ce classique récit historique de sous-mariniers durant la seconde guerre mondiale.

J’ai apprécié la structure et le découpage en chapitres équilibrés qui ont fait en sorte que j’avais toujours envie de continuer ma lecture. La narration très old fashion m’a également bien plu. Elle donne à l’album un petit côté vieillot assez sympathique.

J’ai aimé la présentation des personnages dont le principal (si tant est qu’il y en a un) évolue au fil des planches. J’ai grandement apprécié la manière dont les auteurs nous font comprendre ses sentiments et le développement de ses capacités (tant stratégiques que comme marin ou même de meneur d’hommes).

Le dessin, même s’il ne m’a pas tapé dans l’œil au premier regard, m’a lui aussi bien plu. Il a un côté immédiat et pourtant travaillé qui ne cadre peut-être pas spécialement avec la thématique de l’album… mais qui fonctionne fichtrement bien ! La colorisation est certes un peu terne mais cela donne (à nouveau) un petit côté vieillot à l’album qui ne m’a pas été désagréable.

Enfin, le dernier chapitre, où l’on sort de la bande dessinée pour découvrir un récit bâti sur des lettres retrouvées, est très touchant et rend aux personnages toute leur humanité, toute leur vérité… et les fait entrer dans la légende.

Très plaisant.

Nom série  Le Voyage Improbable  posté le 15/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je vais finir par dire que je n’aime plus Turf. Ce premier tome m’est en tous les cas apparu très quelconque, voire gonflant dans le chef de certains personnages et d’un humour répétitif usant à force.

Pourtant, l’idée de départ est très bonne, je trouve. Et cet univers me semble être taillé sur mesure pour l’auteur. Mais voilà, assez paradoxalement (si l’on songe au sujet du livre), ça ne décolle jamais. Certes, çà et là on retrouve un peu de la candeur qui faisait la force de La Nef des fous mais cela tourne vite à la caricature. Surtout au niveau de personnages qui soit ne semblent dotés que d’un trait de caractère, soit sont totalement amorphes.

Et le dessin est à l’image du scénario. De prime abord avec ce trait rond et ces couleurs vives, l’ensemble tape joyeusement à l’œil. Mais à y regarder de plus près, je me suis fait la réflexion qu’il était très répétitif. Où sont ces changements de style qui m’avaient émerveillé dans la Nef ? Où sont ces créations originales ? L’univers s’y prête, pourtant, mais même quand les personnages croisent un satellite, celui-ci ressemble à un mine marine des plus inesthétiques.

Je suis déçu… Contrairement à Magasin Sexuel (que j'ai abandonné après le premier tome), je lirai sans doute la suite car l’auteur a quand même réussi à titiller ma curiosité mais je passerai sans doute par l’emprunt plutôt que par l’achat.

Nom série  Complainte des landes perdues - Les Chevaliers du Pardon  posté le 08/06/2011 (dernière MAJ le 15/01/2015) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce nouveau cycle de La Complainte des landes perdues, avec l’arrivée au dessin de Delaby en remplacement de Rosinski, reste agréable à lire. Esthétiquement, je le préfère même au premier cycle. Le trait est peut-être un peu moins nerveux mais il gagne en précision et en lisibilité. De toute façon, que ce soit l’un ou l’autre, c’est du très haut niveau !

Pas mal du tout, en somme. Et une série que j’ai eu bien du plaisir à relire. J’en conseille donc l’achat même si la seconde moitié de la série tarde à montrer le bout du nez. Heureusement, ces histoires peuvent se lire indépendamment (mais par couple) et le deuxième tome offre une fin acceptable (même si j’aimerais connaître la suite de ces aventures).



Après lecture des quatre tomes, ma cote ne change pas. Finalement les deux tomes centraux sont ceux que j'ai préférés tandis que le quatrième m'est apparu un peu faiblard. Une fois de plus, Dufaux me semble avoir eu du mal à conclure son récit.

Mais dans l'ensemble, c'est quand même plaisant, ça charcute gaiement, il y a quelques créatures qui en jettent du point de vue esthétique, le scénario tient la route et est cohérent avec le premier cycle. Pas mal, donc.

Nom série  Aëla  posté le 15/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il a beau être très lisible, le dessin est quand même assez limite et je n’aurais, à titre personnel, jamais acheté ces albums suite à un simple feuilletage en librairie. C’est donc via un emprunt que j’ai découvert la série… et c’est bien mieux ainsi, car après lecture de ces trois tomes, je n’ai pas spécialement envie de les posséder.

Ceci dit, ça se laisse lire. Les deux premiers tomes forment un diptyque et le troisième nous offre une histoire indépendante qui vient bien dans la continuité de celui-ci. L’histoire est riche en rebondissement mais les personnages manquent de charisme à mes yeux. Le tout m’est apparu un peu mou du genou et trop classique dans son déroulement.

Pas révolutionnaire mais j’ai déjà vu pire. J’aurais dit « pas mal » si le dessin m’avait plu mais comme ce n’est pas le cas...

Nom série  La Lune est blanche  posté le 15/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Je vais peut-être y aller fort mais cet album est pour moi une référence dans le domaine documentaire/carnet de voyage. Après « Voyage aux îles de la Désolation » et « Un printemps à Tchernobyl », l’auteur me semble en effet avoir atteint un équilibre parfait entre émotion, contemplation et documentation.

Le récit est très intéressant à plus d’un niveau. Historiquement puisque l’histoire de la conquête du Pôle Sud y est abordée. Techniquement, car les aspects techniques et logistiques actuels constituent l’essence même du récit. Graphiquement car l’auteur s’en donne à cœur joie sur certaines planches et je ne peux qu’être ébahi par sa maîtrise de cet univers de glaces. Et lorsqu’il s’efface au profit de son frère photographe, les images proposées sont d’une qualité équivalente et s’intègrent parfaitement au récit. Humainement puisque cet album nous présente un bel aréopage de scientifiques passionnés et de techniciens passionnants (et inversement).

Ajoutez à cela le côté intime de la narration, où Emmanuel et son frère se dévoilent et nous offrent cette histoire de fraternité et de respect.

Sans oublier l’intérêt écologique de ce type de document, rendant compréhensibles par tous les objectifs de ce type de démarche scientifique.

Et puis, il y a la dernière case : du grand œuvre ! J’ai adoré et j’en garde la tête à l’envers.

Culte ? Oui, culte !

Nom série  Frères de Terroirs (carnet de croqueurs)  posté le 02/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
N’est pas Davodeau qui veut…

Et ce récit s’inspire décidément bien trop des Ignorants pour que j’évite de les comparer. On retrouve en effet une thématique gastronomique, une confrontation entre personnes passionnées venues d’univers différents, une volonté de reproduire ces rencontres avec le plus de spontanéité et d’humanité possible, un amour indéniable de la terre et des petits artisans.

Malheureusement, ce récit est très décousu. Les auteurs cherchent à garder au maximum l’aspect original des dialogues mais, à certains moments, j’ai eu le sentiment que ces personnages ne s’écoutaient pas tant chacun semblait suivre sa propre discussion sans s’occuper de ce que l’autre racontait. L’incruste de petits encarts destinés à nous présenter plus en détail certains d’entre eux ne fonctionne pas non plus, tant l’emplacement choisi m’a souvent semblé inapproprié, coupant par là même le fil d’un récit déjà haché.

Le dessin est volontaire brut, à nouveau pour intensifier ce sentiment de prise directe avec le sujet. Mais il m’est apparu souvent très raide et peu vivant, ce qui est en totale contradiction avec l’objectif visé.

Au final, les auteurs n’ont pas réussi à me faire partager leur passion, Yves Camdeborde m’est apparu trop centré sur lui-même et oublie trop souvent à mes yeux de s’effacer devant ces producteurs qu’il voudrait nous présenter (certaines de ses interventions semblent tellement sorties de nulle part qu’on en vient à se demander s’il avait écouté la conversation jusque là). Le découpage de Jacques Ferrandez, à force de vouloir restituer les conversations telles quelles, en devient trop haché.

J’ai fini le bouquin mais je regrette mon achat. Même les recettes parfois proposées en fin de chapitre ne m’ont pas convaincu tant elles me semblent éloignées de moi et de mes moyens financiers ou logistiques (des recettes à 50gr de truffe fraiche par personne, c’est sûrement très bon mais faut pas déconner, idem pour le Homard breton bleuté que tu dois vendre un rein si tu veux t’en offrir pour toi et tes convives, quant au beurre, je me vois mal faire la trotte jusque Saint-Malo pour m'en procurer).

Une déception même si je pense que les auteurs étaient sincères dans leur démarche.

Nom série  Ceux qui me restent  posté le 02/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’ai trouvé le début du récit très bien pensé. C’est la première fois qu’un auteur parvient aussi subtilement à me faire partager le sort de son personnage, surtout sur une thématique aussi sensible et impalpable que celle mise en avant ici.

Par la suite, j’ai été gêné par le côté très dilué tant de la narration que du dessin. Je trouve que ce dernier s’étale de trop et finit par diluer le propos. Ce choix est certainement volontaire et je peux comprendre les auteurs puisqu’il y a un rapport entre le fond et la forme… mais à force de tourner les pages sans rien en retirer sinon une ambiance générale, j’ai fini par m’ennuyer.

Le dessin en lui-même n’est vraiment pas ma tasse de thé. C’est trop laissé à l’état d’ébauche avec une volonté artistique qui, pour moi, n’est pas en pleine adéquation avec la lisibilité nécessaire à une bande dessinée. Le découpage est trop évasé, certaines cases n’apportent rien au récit, j’ai même trouvé certaines planches aussi vides que laides (mais comme, bien souvent, il n’y avait quasiment rien à lire, leur survol n’était pas vraiment pénible).

Enfin, si vous désirez tenter l’aventure, j’espère que vous pourrez découvrir cet album de la même manière que moi, à savoir en ignorant tout du thème même du récit. C’est, je pense, la meilleure manière pour apprécier pleinement l’idée de départ qui, à elle seule, justifie la lecture de l’album.

Nom série  Le Songe de Siwel  posté le 02/01/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Ce récit ne m’a convaincu qu’à moitié. L’idée majeure autour de laquelle il se construit n’était pas évidente à mettre en pratique et les auteurs, malgré tout leur savoir-faire, leur foisonnante imagination et toute leur bonne volonté, n’ont pas réussi à me la proposer d’une manière totalement convaincante (du moins, à mes yeux).

Par ailleurs, les références à l’Alice de Lewis, au Lapinot… de Lewis aussi, et à d’autres, m’ont intrigué et de ce fait m’ont poussé à voir plus loin mais sans jamais que je trouve cela passionnant. Amusant, certes, distrayant, ok, captivant, non !

Le dessin est épuré et sympathique, avec ses traits faussement enfantins et des couleurs choisies en fonction des ambiances souhaitées.

Ca reste donc original et intrigant mais la fin m’est apparue assez décevante, car je n’ai pas été pleinement convaincu par le concept même de l’album (très ambitieux, il est vrai).

Nom série  The Garden of Words  posté le 11/12/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Evanescent. C’est le premier mot qui me vient à l’esprit si je devais décrire cet album. Evanescent, aéré… au point de parfois me paraître vide. En effet, l’auteure prend tellement son temps pour nous décrire les sentiments de ses personnages que les réflexions de ceux-ci, qui tiennent bien souvent en une seule phrase, s’étalent sur 4 ou 5 pages, ce qui donne à l’album un côté contemplatif -pas désagréable- mais aussi un certain inconfort de lecture lorsqu’il s’agit de rattacher les wagons de ces bribes de phrase.

Ceci dit, l’histoire est touchante et le mystère est bien dosé. Le personnage principal, jeune étudiant japonais fasciné par la chaussure féminine au point d’en dessiner à chaque moment perdu, aurait pu n’être qu’une caricature. Pourtant, il m’est apparu assez réaliste. Idem pour « sa » mystérieuse inconnue, personnage énigmatique et romanesque à souhait.

Ce récit s’apparente donc à un pur roman graphique romantique et devrait séduire les amateurs (et -trices) du genre. A titre personnel, je regrette la scène larmoyante finale qui tranche fortement avec le reste du récit, bien plus en retenue et en non-dits. J’ai, par contre, apprécié cette petite incursion dans la littérature japonaise, avec ce poème énigmatique dont le sens ne se révèle qu’au fil des lectures.

Pas mal, donc. Pas un chef d’œuvre, trop lent et trop étiré par moments, mais bien raconté, plutôt bien illustré (si l’on oublie que le héros a une fâcheuse tendance à loucher sur certaines cases) et avec une intrigue bien menée.

Je ne regrette pas ma lecture et, si vous êtes fan du genre, je vous invite à y jeter un œil. Notez enfin que cette histoire bénéficie d'une sortie sur trois supports différents puisque, outre ce manga, vous pouvez également la découvrir sous forme de roman ou de dessin animé. A vous de choisir (ou pas).

Nom série  Maxence  posté le 11/12/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Une série historique de plus, serais-je tenté de dire. En tous les cas, elle ne m’a pas marqué plus que cela, malgré un dessin agréable et une narration assez fluide.

Le problème est qu’elle m’a été présentée comme conseillée par Historia (gage de rigueur historique, en principe). Alors, voir notre héros se balader avec un tigre laisse quand même quelque peu pantois. Un guépard, à la limite, j’aurais dit « oui ». Mais un tigre !! A ce train-là, Corentin sera vite lui aussi conseillé par Historia pour sa rigueur historique. Et c’est d’autant plus regrettable que l’univers byzantin mis ici à l’honneur me sortait de ma routine. Le cadre, en effet, est, je trouve, très intéressant, de prime abord.

Par ailleurs, il y a dans le récit quelques grosses facilités (notre héros parvient par exemple à neutraliser une bonne dizaine de personnes en deux cases : sur la première, il surgit devant eux en tuant un garde – sur la deuxième, il s’en va et tous ses ennemis sont attachés… Ahhhhhhhh, elle est belle, l’ellipse !!) J'ai également été surpris par la présentation des clans qui s'opposent. Cela se résume à deux couleurs : les Bleus d'un côté (proches de Justinien) et les Verts de l'autre. Cette présentation m'est apparue aussi schématique qu'étrange. Historiquement, elle est peut-être juste (sûrement, même) mais j'aurais aimé que les auteurs nous les présentent non comme deux clubs de supporters mais bien comme deux couches sociales (les Bleus étant les nantis proches du pouvoir et les Verts regroupant le petit peuple et les artisans).

Avec de telles incongruités, il m’est difficile de faire la part entre réalité historique et fiction. La série perd donc de sa crédibilité à mes yeux même si elle semble reposer sur des faits historiques réels. Le personnage central n’est plus qu’un héros de péplum basique et je tourne les pages avec une certaine déception. Je pense cependant qu’un autre lecteur, plus jeune et qui cherche avant tout le divertissement, trouvera au contraire la série bien foutue.

Erreur de casting donc pour ma pomme mais le soin accordé à l’album justifie quand même un (petit) 3/5.

Page précédente Page Précédente   1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 108 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque