Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
V pour Vendetta Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (63) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Commandez cette série en V.O. sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(1)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(5)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(15)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(17)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(25)
Nombre d'avis63
Note moyenne3.95 / 5
Pour l'achat82%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD V pour Vendetta sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

1 2 Page Suivante Page suivante 
Avis posté par FrenchKamit Infos posteur le 13/08/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Alan Moore, véritable pape du comic britannique, est un auteur dont je n'avais rien lu jusqu'à présent, j'avais tout au plus vu une adaptation cinématographique de Watchmen (2009 par Zack Snyder) que j'avais moyennement appréciée.

V pour Vendetta est ma première incursion dans sa bibliographie. Dans cette BD-Roman longue de 335 pages, qui lorgne même vers le théâtre par son découpage en actes, nous nous retrouvons dans un Royaume-Uni post-atomique, mis en coupe réglée par un régime totalitaire et corrompu dirigé par un parti fasciste, Norsefire. Télé et radio surveillance, manipulation des masses, terrorisme d'Etat, tel est le lugubre triptyque quotidien pour une population apathique et réduite à l'état de larbins. Un peu plus et on se croirait dans 1984 de Georges Orwell ! Moore y a sûrement trouvé une puissante source d'inspiration.

Les Britanniques sont donc devenus un peuple zombie et soumis au diktat d'une bande de politicards xénophobes qui exercent leur contrôle par le biais d'organes de surveillance perfectionnés : l'Oeil, la Main, le Nez, l'Oreille et la Voix. Tous ? Non ! Car un mystérieux frondeur anarchiste résiste encore et toujours à l'oppresseur en multipliant régulièrement les actes d'éclats dans la clandestinité. Il laisse souvent sur le lieu de ses méfaits un dessin représentant la lettre V, il porte un étrange masque au sourire figé, et lorsque besoin est, il se claquemure dans son repaire, les métros abandonnés de Londres.

Un mélange entre Batman et Arsène Lupin, entre le justicier et le chenapan.

Moore excelle dans l'art de créer une société dystopique crédible et ce Royaume-Uni là fait froid dans le dos, avec son cortège de maux incurables : discrimination, racisme (Noirs, juifs, asiatiques), fractures sociales, etc.
La BD se lit comme un thriller/polar, l'histoire prend la forme d'une enquête et d'une chasse à l'homme entre V et les forces de police, et chaque rebondissement permet de faire avancer l'intrigue, ainsi que d'en apprendre plus sur le passé troublé de l'homme au masque. C'est d'ailleurs tout ce mystère et toutes ces incertitudes qui entourent sa personne qui le rendent captivant et qui en font un personnage réussi. Tout au long de l'aventure la curiosité et l'envie d'en connaître davantage nous saisit, et l'on se pose une foultitude de questions. Qui est-il ? D'où vient-il ? Que lui est-il arrivé par le passé qui ait pu réussir à le transformer en féroce zélateur de l'anarchisme ?
Son élan révolutionnaire, son activisme et ses appels au peuple m'ont d'ailleurs rappelé le fameux discours de la servitude volontaire de la Boétie, que je conseille à tout le monde.

V pour Vendetta est une oeuvre de qualité même si elle souffre d'un dessin quelconque, fade et impersonnel. BD littéraire, Alan Moore en a fait une ode à l'anarchie par le biais du protagoniste qui agit comme son ventriloque (car Moore est un ardent défenseur de l'anarchisme, entre autres choses). Je n'irais pas jusqu'à lui mettre la note maximale, malgré son statut d'oeuvre culte, mais c'est définitivement une bd à lire.

Avis posté par Noirdésir Infos posteur le 21/03/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C’est une série dont j’avais beaucoup entendu parler – la plupart du temps en bien. Je viens donc de la lire. Mon avis va être positif, mais peut-être pas autant que certains avis précédents.

L’univers dépeint par Alan Moore est celui d’une société fasciste, totalitaire, qui s’inspire du « 1984 » de Georges Orwell et d’exemples « réels » développés par les Nazis. Dans cet univers oppressant – oppression accentuée par le côté très sombre du dessin et des actions souvent nocturnes, la liberté ou la révolte tente de se frayer un chemin au travers des quelques failles du système.

Personnage central et incarnation de cette révolte, V. Qui est-il ? On ne le sait. Il poursuit une vengeance personnelle, mais aussi a une vision et une action émancipatrice pour la société. Dieu ? Ange exterminateur ? Un illuminé ? En tout cas un personnage ambigu, multifacettes, qui se cache derrière son masque souriant pour mener des actions violentes et appeler les habitants de ce qui reste de l’Angleterre de l’après frappes nucléaires à se révolter, à se libérer.
.

Personnage énigmatique que ce V, qui cite les poètes élisabéthains, prône l’anarchie (son masque souriant est d’ailleurs devenu un symbole – souvent édulcoré, de la révolte antisystème, parmi les « anonymous »), mais est aussi capable de faire souffrir la jeune femme qu’il a recueillie.

Cette série est intéressante, c’est certain, mais je n’y ai pas reconnu le chef d’œuvre que beaucoup y ont vu. D’abord le dessin n’est pas toujours très lisible (ce qui accentue les choix graphiques « assombrissant » l’ambiance) au point de rendre parfois difficile la lecture. Et il a quand même pas mal vieilli je trouve.
Ensuite l’histoire elle-même aurait mérité d’être resserrée. Quelques longueurs je trouve – même si ce n’est pas rédhibitoire
Ceci étant dit, c’est quand même une série à découvrir, et que l’on peut envisager d’acheter !

Avis posté par sloane Infos posteur le 11/12/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Attention dans la notation de cette série ! En effet, voilà une histoire qui peut se lire selon différents angles. D'un premier abord, disons basique, un homme masqué se rebelle contre une autorité franchement dictatoriale. Deuxième lecture, des références à Guy Fawkes qui a planifié l'assassinat du roi Jacques 1er afin de rétablir le catholicisme en Angleterre en 1605, arrêté, torturé, il se jettera du haut de l'échafaud pour ne pas subir les outrages qui suivent.

Et puis la lecture qui, l'on peut dire, a donné ses lettres de noblesse et l'engouement pour cette histoire, le contexte du moment où elle est sortie. Les années Thatcherienne, une Angleterre en crise où la vie est très compliquée pour les classes moyennes. Cette histoire surfe donc avec des préoccupations de l'époque.

Alors cette rébellion nous fait plaisir à voir, nous sommes d'accord avec le combat de V contre tous les abus, le contrôle, ce qui nous empêche de penser librement. Certes, certaines choses et manières d'aborder les faits sont parfois sujettes à caution mais, par les dieux, que cela fait du bien. V est ambigu, pas très clair, mais il déboulonne, il est iconoclaste, anarchiste (quoique), mais, surtout, il ose dire se rebeller contre l'ordre établi.

Au final, malgré un dessin moyen, c'est la force du propos qui l'emporte et rien que pour cela il faut lire cette série. Le visage de V a été depuis repris par de nombreux combats à travers le monde, ce qui montre tout de même la force du sujet, parfois galvaudé, mais oh combien emblématique d'une certaine forme de résistance ou du moins d'une forme de conscience.

Pour tout cela une BD hautement recommandable, même si le dessin n'est pas le meilleur qui soit.

Avis posté par Thobias Infos posteur le 22/05/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Une réussite totale que l'on doit à Alan Moore qui est à mon humble avis le meilleur scénariste de bande-dessinée après Alejandro Jodorowsky. Il est parvenu à créer un personnage particulièrement ambigu, mystérieux et fascinant: que pense réellement V? Difficile à dire. La noirceur de dessin retranscrit parfaitement cette atmosphère glauque et aseptisée qui lorgne vers 1984 d'Orwell.

Avis posté par gruizzli Infos posteur le 05/01/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Ah, cette saga anarchiste de Alan Moore ... La première lecture fut très retardée pour la simple raison que le graphisme me semblait atroce, et j'avoue qu'après plusieurs lectures il reste le principal problème de cette série. Il est lisible, bien qu'il m'ait fallu un temps d'adaptation à chaque lecture, mais contient de gros points noirs, notamment dans la reconnaissance des visages. Plusieurs fois je n'ai reconnu les personnages que quand un autre l'interpelait. C'est surtout le cas des personnages secondaires qui prennent de l'importance ensuite.

Mis à part ce petit détail, j'ai adoré tout le reste. La BD est parfaite, dans la trame, dans les idées, dans le développement, dans les personnages, l'histoire, tout est bien fait. Tout est parfait. J'ai aimé chaque discours, chaque dialogue, la justesse des propos et aussi des idées. Certes, je suis assez d'accord avec et certainement moins objectif que je ne le voudrais, mais il faut reconnaitre à Alan Moore l'incroyable prouesse dont il fait ici preuve, avec tout son talent habituel, construisant un monde complet, le faisant évoluer, jouant du caractère de chaque personnages, arrivant à retomber sur ses pieds mais également à développer son idée principale : l'anarchie.

D'ailleurs je ne peux que admirer la façon de mettre en scène cette anarchie, V jouant le rôle de Dieu omnipotent et omniprésent qui reconstruit un monde débarrassé de ses dirigeants. L'idéologie est très forte et confère une dimension supplémentaire à l'ensemble du récit. Sans compter toutes les tares humaines exposées, le point de vue sur l'homme est assez sombre.

Sans trop m'épancher de détails, la BD est selon moi excellent, extraordinaire, unique en son genre. Alan Moore à réussi son pari, et la BD reste un incontournable, bien au-delà de son adaptation cinématographique -qui reste pourtant bonne aussi-, et qui vaut largement qu'on s'y attarde. Pour moi, un incontournable de la BD.

Avis posté par Agecanonix Infos posteur le 22/12/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je ne sais pas ce qu'il y a avec Alan Moore, tous ces engouements excessifs sur un auteur ou une série de BD finissent par m'agacer, car c'est souvent fondé sur pas grand chose ; il suffit qu'un seul album soit décrété par une sorte d'élite comme vraiment extraordinaire, pour que d'un seul coup, toute une oeuvre le soit. Non, je regrette, tout ce qu'a fait Moore n'est pas obligatoirement bon, il y a des récits qui ne sont pas tous du même calibre. Celui qui nous occupe m'a certes intéressé, étonné et parfois surpris, mais faut arrêter... c'est loin d'être un chef-d'oeuvre. C'est un bon récit politique aux dérives sournoises, qui dresse un portrait abrupt de l'Angleterre des années 90 (le comics étant paru rappelons-le en 1982 dans un mensuel britannique).

C'est donc ce qui m'a plu surtout : le postulat de cette histoire ultra subversive, bien plus que le dessin de Lloyd qui n'est pas foncièrement mauvais, mais qui ne s'accorde pas tout à fait avec la gravité du propos ; ce graphisme est pourtant accrocheur, dans le style des comic books américains, avec une abondance de bulles et de gros plans et des cadrages cinématographiques qui font ressortir la noirceur de l'intrigue, mais il est parfois peu appliqué et se complaît dans une dominante de noir. Pour moi, c'est l'histoire qui est la grande force de cette bande, elle explore un futur très proche, avec une Angleterre sous régime fasciste, à la manière de Big Brother comme dans le roman déjà visionnaire d'Orwell, 1984. Ici, l'appareil d'Etat surveille tout, le pays est plongé dans le chaos où la répression brutale et les humiliations sont courantes, le peuple est résigné. Un homme ose s'élever contre cette tyrannie, un mystérieux justicier du nom de V, vêtu en costume du XVIIème siècle et affublé d'un masque au rictus joyeux, en référence à un personnage de l'Histoire anglaise peu connu pour nous Français, Guy Fawkes, artisan de la Conspiration des Poudres qui eut lieu à Londres en 1665 contre le roi Jacques Ier, et qui avait prévu de faire sauter le Parlement ; Fawkes fut pris au moment où il allumait la mèche (j'ai vu la scène en personnages de cire au Musée Tussaud de Londres). Une belle référence donc, et surtout un personnage ultra charismatique que ce V qui est la trouvaille la plus géniale de ce comics.

Qui est V ? V comme visage ? il n'en a pas. V comme vengeance ? en tout cas, il rallume l'espoir en tentant de détruire le régime totalitaire et en commettant des actes terroristes, semant ainsi la panique parmi les autorités, tout en se passionnant pour les métaphores shakespeariennes et les citations bibliques.
Ma note concerne donc l'ensemble du récit que je trouve quand même trop long et gonflé par endroits de passages qui ralentissent le rythme ou n'apportent rien, sans compter quelques détails invraisemblables, mais ça reste de loin le meilleur scénario de Moore, dont l'adaptation ciné n'a fait que décupler son succès ; elle est plus réussie que le comics, car plus fluide et plus directe, tout en conservant l'esprit de la série et le mystère du personnage de V incarné par un Hugo Weaving sensationnel qui parvient à captiver sans que l'on voit son visage.
Un comics à lire mais dispensable à l'achat.

Avis posté par zébu Infos posteur le 31/10/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Suite à un cataclysme nucléaire, l'Angleterre tombe sous la coupe d'une dictature qui fait régner la censure et une discipline rigoureuse.
Un homme va se dresser contre ce régime totalitaire et fachiste.

Une fois de plus Moore n'a pas son pareil pour nous dépeindre un monde assez proche du notre dans lequel évolue des personnages à tel point torturés et haut en couleur que l'on ne peut qu'accrocher immédiatement à l'histoire.
Il est clair que le personnage du héros est de loin le plus emblématique et charismatique de la série ; d'ailleurs il représente des valeurs trés fortes (anarchisme, vengeance, révolte contre l'ordre établi) et qui sont chères à l'auteur.
Personne ne peut rester de marbre face à ce héros qui symbolise autant de chose.

De plus, comme dans Watchmen, le récit se déroule sous la forme d'une sorte d'habile puzzle géant dont la construction met en avant tout le talent et l'ingéniosité déployés par l'auteur.

Hélas ce récit, sur le fond trés brillant, possède aussi quelques imperfections.
En effet, il manque parfois de rythme mais surtout il s'avère plutot complexe demandant une attention permanente pour en saisir tous les rouages et subtilités ; en cela le film du même nom reste beaucoup plus fluide et compréhensible tout en gardant parfaitement l'esprit de la BD.

Et puis les dessins font beaucoup trop années 80 et semblent avoir bien mal vieillis.

Bref, comme Watchmen V pour Vendetta reste une oeuvre majeure et incontournable de Moore car malgrés quelques petits défauts le récit est impressionant de subtilité et d'ingéniosité.

Avis posté par PAco Infos posteur le 05/04/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Ahhhhhhhhhhhhh ! Voici ENFIN le choc que j'attendais en m'attaquant à l'une des œuvres d'Alan Moore. Car jusqu'ici, les quelques lectures que j'avais entrepris ne m'avaient pas pleinement convaincu. Du talent, certes, mais rien de transcendant, tout au moins à la hauteur de la réputation de cet auteur.

C'est donc avec "V pour Vendetta" que le courant a fini par passer, façon électrochoc. Pas tant celui qu'on vous fait subir sous le coup de la torture à coup de gégène dans les roubignoles, mais plutôt celui d'un défibrillateur qui vous sort d'un état de quasi mort clinique. La liberté nait-elle forcément dans la douleur ? Bonne question... que V se charge de mettre en pratique pour nous...
En tout cas, à force de chercher, on finit par s'en prendre une. Et des baffes comme ça je suis prêt à cracher sur mon agnosticisme et me convertir au catholicisme pour tendre l'autre joue toutes les 2 pages s'il le faut ! - Bon, ça demande quand même réflexion... :p -

Oui Moore a du talent. Il sait construire pour mieux tout faire sauter ensuite et la couverture du cinquième tome nous en exprime toute l'essence. Patience, temps, adresse, pour construire quelque chose qu'une pichenette finira par mettre à terre en un temps ridicule. Et derrière l'apparente simplicité de ce puzzle, c'est Moore qui se joue de nous et place ses pions pour donner à son récit toute la force nécessaire. Moore caché derrière ce masque souriant de nous balader au fil de son histoire ? On se demande...
Moore pose en tout cas cette série comme un efficace réquisitoire contre le totalitarisme et le panurgisme. Et ce qui parait une simple vengeance personnelle au début fini par révéler un tout autre dessein où l'individualisme s'efface au profit d'une société rendue à elle même. C'est fort. Très fort !

Et pour mettre tout ça en image, c'est David Lloyd qui s'y colle. Je reconnais que j'avais un peu peur d'une déception à la Watchmen ; le dessin avait pris le pas sur l'histoire lors de ma lecture, et je suis passé complètement à côté de cette série. C'est sans doute pour ça que j'ai tant repoussé cette lecture, de peur d'être une nouvelle fois déçu face à une série tellement encensée.
Ici, rien de tel. Si le dessin a quand même un peu vieilli, il se prête parfaitement au propos de Moore, avec ce côté sombre et charbonneux qui rends le décor de Londres très crédible et renforce l'oppression qui domine tout au long du récit. Et puis ce personnage de V et son masque : Quelle réussite ! On comprends d'ailleurs aujourd'hui pourquoi les membres du réseau anonymous ont reprit ce symbole comme emblème.

"V pour Vendetta" rentre donc ainsi dans mon modeste panthéon personnel des BD que j'estime "cultes". Je ne vous en recommande que plus chaudement la lecture !

Avis posté par McClure Infos posteur le 10/01/2013 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Enfin je viens de terminer la lecture de V pour Vendetta. Depuis le temps que j'en entends grand bien, le top 10 de la BD etc.... Ben je rejoins MichelMichel, tout ça pour ça.

Graphiquement, je rejoins l'avis de nombre d'aviseurs, à savoir que c'est vraiment passé et que c'est vraiment par moment une purge que de poursuivre la lecture tant ce dessin dessert, à mon avis, l'histoire. Et le double hic, c'est que comme l'histoire, à mon sens, s'ampoule complètement et devient de plus en plus difficile à suivre et nécessite, à partir du livre 2 une concentration de tous les instants, et bien c'est à ce moment précis qu'un graphique léger et facile permettrait de s'accrocher. Mais là, au même moment, les 2 éléments constitutifs d'une BD deviennent simultanément ennuyeux, j'ai vraiment fortement lutté pour terminer. Et pour moi, c'est éliminatoire.

L'histoire elle démarre bien, un bon scénar d'anticipation, avec sa civilisation dictatoriale dans une Angleterre que l'on connaît bien, à une époque suffisamment contemporaine pour qu'on s'y accroche. Et ce livre premier, s'il nécessite un petit moment pour nous capter totalement, démarre vraiment bien. J'ai aimé la mise en place des personnages, des institutions, de cette lutte qui démarre. Toutes les thématiques sont bien traitées.

Puis vient l'enlèvement d'Evey, et j'ai commencé à lâcher doucement mais sûrement. De nombreux bavardages, les citations à outrance etc...on en vient à espérer qu'après cette "libération" de la jeune femme le récit reprenne le rythme qui était le sien au départ mais non, Moore s'englue dans plusieurs situations parallèles qui n'amènent pour certaines rien à la trame. Et les dernières pages ne prennent pas le sens que j'aurais souhaité. Disons enfin que j'ai lu des romans d'anticipation qui m'ont laissé bien meilleur impression.

Je n'irai pas jusqu'à dire que le bouquin est dispensable dans la mesure où la critique sociale est bonne mais le traitement est trop imparfait à mes yeux. Une chose est sûre, si j'ai coché plusieurs "classiques" sur ma liste du père noël, celui ci n'en fera pas partie, je n'ai pas envie de m'y replonger du tout.

Avis posté par Superjé Infos posteur le 01/11/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Après Watchmen et From Hell, voici la troisième œuvre la plus populaire d'Alan Moore que je lis...
D'ailleurs, en petit aparté, j'ai mis la même note aux trois albums (un 3/5, que j’arrondirai à 3.5/5 pour les trois albums), et en voyant ceci, je trouve quand même que si dans ces trois histoires, le(s) sujet(s) est(sont) totalement différent(s), le scénariste les traite de manière assez similaire... Si vous appréciez l'une d'entre elle (et tout le monde sait que Moore est adulé par de nombreux lecteurs), il y a de grandes chances pour que vous appréciez les autres.
Donc dans 'V' (et comme dans From Hell ou Watchmen) le reproche que la grande majorité des lecteurs font, c'est le dessin. Il est vrai que Moore a le chic pour ne pas mettre en valeur son histoire en choisissant des dessinateurs aux styles très ancrés dans leur époque, donc avec un dessin qui vieillit plutôt mal... Néanmoins, moi, dans ces trois œuvres, au bout de 10 pages, j'ai fait totalement abstraction du dessin, il ne m'a absolument pas dérangé... Et même si il manque beaucoup de lisibilité (surtout pour différencier les protagonistes de l'histoire -au bout d'un moment j'ai abandonné, ce qui rend la compréhension de l'histoire beaucoup plus ardue- ou les différents lieux) je préfère 10 000 fois ce style de dessin, très sombre mais néanmoins très esthétique (et même les couleurs, je les trouve jolies), aux dessins (eux aussi maitrisés, là n'est pas le problème) de The Watchmen...

Maintenant que j'ai rajouté ma couche à propos du dessin, voyons voir le scénario...

Partant d'une idée intéressante, Moore arrive rapidement à tenir en haleine son lecteur. Mais comme dans les deux autres œuvres que j'ai précédemment citées, tous ses tics ressortent vite : de sérieux problèmes de narration (jamais aidé par le dessin, donc), une foultitude de références culturelles, dont je suis sûr que Moore a les clefs et les maitrise, mais tous ses lecteurs n'ont pas la même culture (suffisante) ; des moments d'innovations narratifs cassant le rythme de l'histoire, etc... Et au fil des pages, mon intérêt pour l'histoire s'est un peu émoussé, pour, une nouvelle fois finir sur une fin, dont (en plus de ne pas la trouver particulièrement passionnante), si j'ai plus ou moins compris le déroulement, j'ai vraiment du mal à en saisir le message.

Une œuvre de Moore de temps en temps, c'est sympa, plutôt profond et dense, mais il ne faut pas que j'en lise trop d'un coup, au risque d'être lassé par son style. Néanmoins, je serais curieux de voir l'adaptation cinématographique de V, ou de la relire dans pas si longtemps.

Avis posté par yatz Infos posteur le 27/07/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Cette bd est culte, qu'on l'aime ou pas, c'est comme un film, elle a le statut de culte et personne ne peut plus rien n'y faire.

En même temps elle le mérite, et même si la lecture et parfois dure, la faute à un style un peu vieux, beaucoup de "voix off", des dessins eux aussi vieux et souvent sombres et un nombre de pages énorme.
C'est pour moi un monument de la BD, qui m'a fait réfléchir pendant toute la lecture à beaucoup de choses : un gouvernement totalitaire et fasciste, la suppression et la répréhension de la culture sous toutes ses formes, le résistant et ses actes qui font qu'on le condamne mais qu'on ne peut s’empêcher de l'apprécier.

Cette bd est à lire, et en entier afin, au minimum, de se faire un avis en tout connaissance de cause.

Avis posté par Michelmichel Infos posteur le 27/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je repars avec un goût amer de cette lecture, car cet album fait partie de la triste série des "tout ça pour ça". C'est à dire ces albums dans lesquels l'auteur nous allèche copieusement à coups de mystères et de surprises, mais qui ne sont pas suffisamment expliqués et exploités.

Finalement, ce n'est qu'une basse histoire de vengeance, et sur le héros qui est si charismatique, on n'en apprend que trop peu.
Il y a aussi quelques facilités scénaristiques, comme l'absence d'explication sur l'origine de tout le matériel dont dispose V. Pareil lorsqu'il arrive à pirater "le destin"...
J'ajoute que dans une société hyper-surveillée j'ai trouvé bizarre que son antre soit inconnue de la police politique.

Dans l'édition que j'ai achetée, Alan Moore s'excuse auprès du lecteur, en disant que le début de sa BD est laborieux, l'inexpérience...etc. Et bien pour moi, c'est exactement l'inverse, plus j'ai avancé et plus je me suis ennuyé. L'histoire tient bien en haleine jusqu'à l'enlèvement d'Evey, puis on tombe un peu dans une nuée de textes et répliques politico-philosophiques, alors que jusque là, l'action nous laissait peu de répit.
J'ai cru que l'arrivée du policier dans le camp de concentration allait faire revivre la flamme qui m'avait animé au début de ma lecture, mais que nenni...

Côté dessins, c'est has been, bien sûr, mais je suis de ceux qui privilégient largement le scénario. Pour comparer à une autre œuvre majeure de Moore, Watchmen, dont le dessin est un peu défraîchi lui aussi, la colorisation est beaucoup plus sombre et m'a semblée moins digeste.
J'ajoute que je me suis un peu perdu dans la valse des hauts-fonctionnaires du parti, et donc j'ai du à plusieurs reprises retourner dans les pages pour identifier de qui on parlait.

Je conseille quand même l'achat, car j'ai tout de même passé un bon moment, et que je pense que c'est une œuvre suffisamment complexe pour susciter l'envie d'une relecture.

( 128 )

Avis posté par Jérem Infos posteur le 17/11/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Motivé par les dizaines de commentaires dithyrambiques sur cette série, j'ai emprunté l'intégrale de V pour Vendetta à la bibliothèque. Et je l'avoue avec un peu de honte, je me suis beaucoup ennuyé.
J'ai apprécié le concept uchronique de cette Angleterre fasciste mais les dessins vieillots et sombres, la narration lente et peu dynamique, ainsi que la fin sans surprise ont eu raison de ma résistance. De plus, V ne manque pas d'allure mais l'idée qu'un homme seul (vengeur et poète) puisse faire tomber un régime m'a paru grotesque.
En fait, j'ai l'impression que V pour Vendetta était une vraie bombe à sa sortie mais aujourd'hui elle a sans doute très mal vieilli.
Au final, je suis déçu de ne pas avoir apprécié ce monument de la BD à sa juste valeur.

Avis posté par Chirroiteu Infos posteur le 26/05/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette BD a pas mal de défauts, par exemple une fin tellement prévisible que je ne l'avais pas prévue, mais aussi des moments un peu chiants.
V pour Vendetta n'est donc pas une BD parfaite, mais c'est la même chose pour toutes les BD. A part ça les dessins m'ont fait éjaculer des yeux, l'histoire est super bien foutue, super originale. Pour résumer Alan Moore et David Lloyd sont des génies.

Avis posté par Blue boy Infos posteur le 20/03/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
J’aurais adoré mettre cinq étoiles à cette BD orwellienne qui, aux côtés du cultissime Watchmen du même auteur, fait également figure de référence dans le domaine des œuvres d’anticipation. Cette BD a d’ailleurs tout comme le film inspiré le cybermouvement des Anonymous, ces derniers ayant repris le masque de V comme symbole de leur action. Certes, l’atmosphère oppressante y est très bien rendue grâce à un trait noir et épais, mais qui a peut-être le défaut de noyer les expressions des (trop ?) nombreux personnages et les rendre ainsi moins identifiables. Cela ne facilite pas la lecture, car le scénario en lui-même est déjà complexe, pour ne pas dire compliqué, et souffre d’un manque de rythme évident - même si certains passages restent très forts.

Malgré ces défauts, il n’en reste pas moins qu’on a là quelque chose de puissant et subversif, ne serait-ce que par les messages de résistance disséminés au fil des pages à l’encontre des systèmes totalitaires, qui même derrière nos façades de démocratie, ne sont jamais bien loin, toujours prêts à réprimer ce qu'ils perçoivent comme une menace potentielle. Quant au masque porté par V, il peut être interprété de deux façons : il sert à la fois à conserver l’anonymat face à un pouvoir répressif mais représente aussi l’immortalité des idées, que jamais le plus féroce des régimes ne parviendra à supprimer.

Dommage encore une fois que la lecture de cette BD soit parfois fastidieuse, et à cet égard, on se tournera plus volontiers vers le film qui en est inspiré, beaucoup plus ludique et plus fluide, et qui conserve parfaitement l’esprit de la BD. A lire tout de même donc, mais pas forcément à acheter.

Avis posté par Yannis Infos posteur le 04/08/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Moore est mon scénariste de comics préféré et V est l'oeuvre que je préfère.
Le charisme du personnage et le mystère qui l'entoure levé lentement dans l'oeuvre et pas totalement y sont pour beaucoup. V intrigue, nous horrifie et nous fascine c'est indéniable.
De plus, la société qui nous est dépeinte (critique de l'Angleterre de Thatcher) nous est malheureusement encore vaguement familière. En effet, l'état ultra-sécuritaire, liberticide et cherchant des boucs-émissaires peut être l'aboutissement d'un processus enclenché par certains de nos dirigeants.
Tout un chacun devrait avoir lu cette oeuvre au moins une fois dans sa vie, cela permettrait sans doute à certains de prendre un certain recul sur l'actualité et sur nos sociétés.

PS : Il existe un film réalisé par les frères Wachowsky (Matrix). C'est un film correct qui se laisse regarder mais qui n'arrive pas à la cheville de la BD

Avis posté par Balgar Infos posteur le 26/04/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Mais que fais-tu ? Que vas-tu pouvoir dire après 47 avis ? L'œuvre n'a-t-elle pas assez été suffisamment présentée et discutée ?

Et bien suite à la lecture des fameux avis précédents (si si, tous), j'ai pensé que je pouvais apporter un autre (et modeste) éclairage de V pour Vendetta. Notamment sur le personnage de V.

Je ne le considère pas comme un homme qui se lève contre l'ordre fasciste né d'une catastrophe apocalyptique. Comme il se plait à se décrire face à ceux qui veulent le tuer, il est une idée. Il est surtout plusieurs incarnations. Il est la vengeance, cette Vendetta qui touche tous ceux qui ont participé à l'extermination d'une partie de la population. Il est la liberté face au régime oppresseur, mais aussi la liberté face à la mort, face à son être, il est l'individu libre. Il est l'initiateur et l'instructeur de cette liberté, il l'est de manière violente, à l'image de sa propre libération. Il est la destruction de l'ancienne société, l'instigateur du chaos, celui qui fera place nette pour les nouveaux hommes et les nouvelles femmes libres. Il est, dans un sens, une allégorie (partielle) de l'anarchie. C'est pourquoi ce personnage est difficile à cerner et que l'on ne peut pas s'y identifier: il est une allégorie dont la seule facette humaine vient des œuvres (littéraires, cinématographies, musicales, théâtrales) qui l'entourent. Dès lors, le scénario, dans sa construction et son aboutissement, se révèle très cohérent et très fin.

Je trouve que cette BD est culte, non seulement à cause de l'atmosphère extrêmement bien rendue, du très bon scenario original, du travail des mises en scènes, de la qualité des profils psychologiques des personnages, mais surtout à cause de sa richesse dans les réflexions philosophiques et sociétales qui s'intègrent complétement à l'histoire. Alors évidemment, ces dernières choses font que nous ne sommes pas devant la BD la plus abordable qui existe...

Avis posté par GiZeus Infos posteur le 26/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Eh bien, quelle claque, quel talent. Je suis tellement subjugué que je ne sais par où commencer ni quoi dire.

Alors je vais débuter par le dessin. C'est là l'occasion de faire quelques reproches d'ordre purement esthétique. La première fois que j'ai lu V pour Vendetta, j'ai eu un mal fou à distinguer les personnages. Je trouvais que les couleurs baveuses n'aidaient pas à la compréhension. Une relecture plus tard, ces défauts se sont estompés. Cependant, et puisque je parle du physique des personnages, je ne peux m'empêcher d'évoquer l'allure de V. En lisant l'interview de Moore à la fin de l'intégrale, on se rend compte que les auteurs ont accouché de V dans la douleur, que l'on est loin d'une vision subite. Quoiqu'il en soit, son masque lui confère une aura énigmatique qui aimante instantanément le regard vers sa personne.

D'ailleurs, Lloyd et Moore font tout pour attiser le suspens autour de sa personne. De sa vie, on en saura peu, mais ce peu est déjà énorme et sert à merveille le récit. Il prendra alors toute sa force lors du dernier acte. Mais le logis de V dévoile également sa personnalité. Ne serait-ce que par le nom, "Le Pays de fait ce qu'il te plait" ou encore "Le Musée des Ombres", accentue sa force de caractère, et le rendent ainsi plus attachant mais aussi plus complexe. Mais V ce n'est pas seulement un personnage haut en couleurs, c'est également l'incarnation d'une idée forte, difficile à porter, surtout lorsque l'on évolue dans un environnement liberticide. Cette idée c'est l'anarchie. Non pas l'anomie comme l'on pourrait si naïvement le croire, qui est comme le dit Moore le chaos, mais au contraire l'ordre sans maître. J'émettrais cependant un léger reproche sur cet engagement. Bien que je partage ses idées, Moore aurait pu approfondir un peu plus le concept qu'il défend, car il y a bien plus à dévoiler. Mais soit, passons sur ce fait mineur, qui est l'occasion pour moi de vous inciter à lire La Zone de Dehors d'Alain Damasio.

Mais le propos anarchisant de V pour Vendetta n'est pas tout ce qui fait le sel de cette histoire. J'en retiendrai également une aventure très prenante, construite avec minutie et ne laissant pas de place au hasard, une narration de haut vol, qui, avec une économie de moyens, parvient à dire le plus en exprimant le moins, et qui confère ainsi à certains passages un second niveau de lecture.

J'opposerai tout de même un bémol sur quelques points. Certaines scènes sont tout de même grossièrement exploitées, tout du moins pour un auteur tel que Moore. La forme du message est bien trop flagrante et loin de la subtilité d'une oeuvre telle que Watchmen. Mais à part quelques petites pertes de vitesses, parfois au niveau du rythme (livre 2) et les autres défauts évoqués plus haut, ne passez pas à côté de cette fabuleuse série.

Avis posté par Gaston Infos posteur le 12/02/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
3.5/5

Encore une réussite signée Alan Moore ! Au début, j'avais un peu peur de lire ce one-shot à cause des critiques sur le dessin et aussi parce que je trouvais que le thème avait déjà été assez exploité par d'autres. Mais ma curiosité était plus forte et j'ai bien fait. Je ne vois pas en quoi le dessin est moche. J'aime beaucoup les couleurs qui ont été utilisées. Je trouve que ça donne une atmosphère particulière à l'histoire.

Comme c'est souvent le cas avec Moore, la narration et le découpage sont les points forts du récit. C'est tout simplement remarquable. J'aime surtout lorsque ce génial scénariste fouille la psychologie des personnages. Leurs motivations sont bien montrées et je les comprends parfaitement, même ceux qui sont abominables. Le thème de la liberté et très bien exploité et le mystérieux V est un personnage charismatique et intéressant.

Seul ombre au tableau : Evey. Je trouve que les passages qui la mettent en vedette sont sans intérêt. J'ai l'impression que les auteurs veulent tellement qu'on s'attache à elle que ça a eu un effet contraire sur moi...

Avis posté par Erik Infos posteur le 17/06/2007 (dernière MAJ le 13/11/2009) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai été un peu surpris par la lecture en édition intégrale de ce "V pour Vendetta" dont j'avais pu apprécier le film. Bizarrement, j’avais beaucoup plus apprécié la bd s’agissant du film « The Watchmen » du même auteur Alan Moore. En l’espèce, c’est un peu le contraire !
Pourtant, l'adaptation n’est pas totalement différente de ce que j’avais pu voir et apprécié dans le film. Il est vrai que l'effet de surprise se soit un peu estompé.

Je n'ai pas ressenti un lien très fort unissant notre héros masqué à Evey, la BD faisant une plus large part aux membres du parti et leur épouse avec des sous-intrigues qui ralentissent un peu le propos de l'histoire.

Par ailleurs, je trouve le trait du dessin pas assez précis et la colorisation ne me satisfait pas du tout. Cela a gâché un peu mon plaisir. Pour autant, à bien regarder de près, on s'aperçoit que c'est plutôt d'un réalisme efficace. Alors, pourquoi pas au final ?

Rien à redire du côté du scénario parfaitement maîtrisé par Alan Moore qui décortique à merveille les rouages d'une société fascisante dominée par la peur des masses ou de leur indifférence. La destruction d'un état fasciste par un héros masqué restera quand même l'un des plus beaux scénario imaginé par le maître incontesté Alan Moore.

J'adhère complètement à la manière dont il dénonce tout ces travers sans concession. C'est pour moi une lecture très enrichissante et instructive sur le plus beau thème : notre liberté.
C'est une bd qui fait réfléchir sur l'asservissement des masses et pourquoi il faut toujours être vigilent face à l'oppression. En tout cas, elle fait partie de ma culture personnelle comme une référence.

Note Dessin: 3/5 - Note Scénario: 4.5/5 - Note Globale: 3.75/5

Avis posté par Arion Infos posteur le 25/06/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Mon premier contact avec l'Oeuvre de Moore... Sans verser dans le fanatisme décérébré, force est de constater que peu d'auteurs, toute littérature confondue, m'auront autant retourné que ce fils de Northampton. Cette première approche, je la dois au film éponyme, il y a de cela trois ans à présent. Diablement émoustillé par le personnage de V, je décide aussitôt de passer outre mes pauvres a priori esthétiques et viens m'abreuver à la source originelle... Dieu merci !

De quoi parle cette BD (ou roman graphique, on s'en fout...) ? Et bien de tout. De nous-mêmes d'abord. Du monde dans lequel nous vivons et des idéaux que nous faisons brûler dans la nuit, comme des phares inaccessibles. De nous-mêmes surtout. Qui est V ? C'est toi. Enfin, moi. Tout le monde et personne. Qu'est-ce ce que c'est alors ? Une certaine quête de perfection. Un accomplissement. Le stade où il y a plus de réponses que de questions, où les questions SONT les réponses.

V est la folie. Latente en chacun de nous. La création infinie qui explose les murs de notre prison. Le monde dictatorial contre lequel se bat V existe déjà maintenant. Il existe en nous. C'est la somme de nos préjugés, de notre peur. Tout ce qui nous limite, nous emprisonne dans des rôles trop bien connus, derrière des masques sordides qui prétendent être nous. D'où la tripotée de personnages (pour la plupart absents du film, simplification oblige) qui, d'une façon ou d'une autre, incarnent les vicissitudes de notre société, théâtre de marionnettes qui se prend trop au sérieux, oublieux que la vie est un jeu.

Inspecteur enfermé dans un boulot qui lui a présenté trop de cadavres, mari frustré sexuellement, femme maltraitée, tous des enfants fragiles, orphelins d'une guerre qui les a mis à nu. Si seul, si vide. Mais le Parti est là et son dictateur qui ne croit plus en l'Amour. L'ordre et la paix mais par pitié plus d'amour ! Défoulez-vous sur les "nègres", les "tapettes", les handicapés... NON ! hurle V. Voilà le magicien, l'acteur maudit qui vient rire au nez et à la barbe de tous ceux qui continuent d'avoir peur, tous ceux qui prennent trop au sérieux la grande Illusion, tel un bodhisattva goguenard.

V est le stade ultime de l'Homme, l'Homme libre, l'Homme sans Ego, celui qui est devenu tous les "ils" et toutes les "elles", l'Infini des possibles incarné en bouffon shakespearien.

Pour servir ce propos vertigineux, un dessin aux contours parfois inexistants, comme si les personnages étaient réduits à des taches de couleur, se fondant et se mélangeant aux décors ténébreux qui tentent de les dévorer. Un dessin exigeant, servant pourtant parfaitement le fond de l'histoire, au réalisme prêt à basculer à tout instant dans le conte de fées. Des couleurs pastels qui sont comme les cendres d'un grand brasier prêt à défigurer le ciel nocturne de notre apathie.

Voilà ce qu'est V pour Vendetta : un chemin, une voie parfois drôle, parfois inquiétante. Un formidable appel à la Vie grimé en "simple" bande dessinée. Une oeuvre majeure de la littérature mondiale. Voilà ce que c'est... pour moi ! Ce pourra être tellement d'autres choses... pour toi !

Avis posté par Steftheone Infos posteur le 08/03/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
A ce niveau là, ce n'est plus une BD mais un véritable roman !!! J'ai littéralement avalé les 272 pages de cette œuvre magistrale, ne pouvant m'arrêter car trop impatient de connaitre la suite...

Pour ne pas répéter ce qui a déjà été dit maintes fois, je dirais juste que l'histoire et la mise en scène est énormissime, vraiment très fouillée avec des personnages principaux et secondaires jouant chacun un rôle primordial dans le déroulement de la chute du pouvoir totalitaire.
Le tout est emprunt de lyrisme et de poésie nous emmenant irrémédiablement vers la destinée du héros V (si on peut le qualifier de héros).

Comme beaucoup l'on fait remarquer, la faiblesse de cette œuvre se situe au niveau du dessin et de la colorisation. Le trait est selon moi trop épais et ne permet pas parfois de bien distinguer les personnages. La mise en couleur trop fade et parfois bâclée à mon goût (Helen Meyer a tantôt les cheveux blanc tantôt blonds ???) n'est vraiment pas à la hauteur de ce chef d'œuvre. Dommage car je trouve que le dessin de chaque bulle est parfaitement choisi et permet un suivi limpide de l'histoire. Le plaisir reste toutefois largement présent.

Une œuvre majeure du genre, à lire absolument. Un 4/5 en raison du dessin et de la mise en couleur, le tout restant globalement superbe. Je vais d'ailleurs m'empresser de parfaire ma culture en allant me procurer les autres œuvres de Monsieur Moore...

Originalité : 5/5
Histoire : 5/5
Dessin : 3,5/5
Mise en couleur : 3,5/5
NOTE GLOBALE : 17/20

Avis posté par Nijal Infos posteur le 28/01/2007 (dernière MAJ le 20/05/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Il n'est pas question que je polémique sur les qualités de "V pour Vendetta". D'autres s'en sont admirablement chargés avant moi.
Est-il seulement besoin de rappeler que "V pour Vendetta" est l'oeuvre d'Alan Moore, sans doute le plus grand auteur britannique de bandes dessinées, qui est en outre le créateur de Watchmen et de From Hell?
Faut-il se souvenir que cette oeuvre a concrétisé la renaissance de la bande dessinée outre-manche, autrefois simple copie du comic américain, et qu'elle a fait l'objet d'une adaptation cinématographique assez récemment?

"V pour Vendetta" nous entraîne dans les arcanes d'un système totalitaire qui a complètement fait mainmise sur la Grande-Bretagne, après une guerre mondiale placée sous le signe du feu nucléaire. Face à ce "monstre froid" étatique et oppressant, un seul résistant: V. Comme nous le fait remarquer l'Ymagier, rien de bien originel dans ce postulat, qui nous ramène à l'éternelle lutte de l'oppressé contre l'oppresseur.

Alan Moore se complaît ainsi dans une description méthodique - et il faut bien l'admettre: absolument réussie- d'un Etat qui voit tout, entend tout, sait tout, contrôle tout, les esprits comme les vies. Une sorte de régime néo-nazi poussé, dont l'auteur nous fait pourtant percevoir les failles. Un léviathan idéologique totalitaire certes, mais comme tous ceux qui l'ont précédé tout au long du XXième siècle, un "géant aux pieds d'argile".

On peut aussi voir dans "V pour Vendetta" une peinture noire mais pleine d'espoir de la nature humaine.
Noire, car les aspects les moins reluisants de l'âme humaine sont ici mis en exergue: la barbarie en premier lieu, mais plus original, la résignation des citoyens qui ont accepté de remettre leurs destins dans les mains d'un Etat qui leur a volé leur liberté. Et dans les quelques tranches de vies présentées, toujours ces petits vices proprement humains: l'ambition, la cruauté, l'indifférence...
Mais pleine d'espoir, car sous la chape de plomb idéologique, le désir de liberté est toujours niché au plus profond de l'âme humaine. Il suffit d'un détonateur -ici V en l'occurrence- pour ranimer ce "souffle vital", qui pousse chacun à prendre en main son destin.
Mais alors, "V pour Vendetta", ode à l'anarchie? Je ne crois pas, mais il faut bien admettre que cette réflexion travaillée reste sujette à polémique, ce qui ne peut la rendre que plus intéressante.

Et que dire de V? Qui est-il vraiment? A vrai dire, on ne le saura jamais. De même, les raisons qui l'ont poussé à s'attaquer ainsi à l'ordre établi restent obscures. Derrière ce masque se cache un homme, un tragédien, un bouffon. Je dois avouer que la personnalité complexe de ce "fou calculateur" m'a parfois effrayé. Mais à force de grandiloquence, on finit par s'en lasser. Il n'empêche que V reste un des personnages les plus énigmatiques de la bande dessinée.
Mais pour moi, le personnage le plus intéressant est celui du Commandeur. Aussi incroyable que cela puisse être, ce dictateur mégalomane et fasciste surprend d'abord, et finit même par émouvoir.

Si cette BD est au début véritablement passionnante, le fait que l'histoire s'étire en longueur l'handicape vraiment. Alan Moore veut faire de cette histoire une oeuvre profonde, ce qui enfonce parfois le récit dans des paraboles qui nuisent à sa fluidité. On se demande où l'auteur veut en venir, et arrivé à la fin, on se demande encore où l'auteur veut en venir! Et que dire de ces longues digressions théâtrales, tout bonnement pénibles! Que dire de ces baisses de régime au niveau du rythme?

Bref, pour moi dans "V pour Vendetta", l'efficacité a été quelque peu sacrifiée sur l'autel d'une certaine recherche esthétique et philosophique. De même, il ne faut pas prêter au scénario toutes les qualités possibles et imaginables, car les réflexions d'ordre historique m'ont paru un tant soit peu brouillonnes. Cela dit, cette BD reste vraiment au-dessus du lot.
Mais quel dommage, pour une oeuvre aussi profonde et admirable dans sa construction comme dans sa réflexion -malgré les bémols-, d'avoir laissé la narration parfois encombrer le propos, au risque de laisser le lecteur au bord de la route...

Avis posté par fonch001 Infos posteur le 01/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai découvert "V pour vendetta" par le Cinéma (merveilleuse Nathalie Portman...).
Ce film m'a enchanté. Je me suis donc dit que j'allais tenter l'expérience de l'oeuvre originale.
Et cela malgré le graphisme que je n'apprécie pas du tout (il me fait penser à Pichard --Paulette--) et surtout une colorisation blafarde et parfaitement inutile car le N&B aurait sans doute rendu un meilleur hommage aux dessins.

Finalement, ce graphisme particulier (sans "trait" apparent) je m'y suis fait. Mais pas à la couleur qui m'a continuellement gâché du plaisir...

J'ai retrouvé la même histoire bien sûr entre les 2 supports, mais pas les mêmes sensations.

J'avais trouvé le film emmené, sans longueur, un peu dense par moment et surtout assez lisse et magnifique, envoutant par ses images comme ses dialogues. J'ai envie de dire que j'ai trouvé tout le contraire dans le Comics. Un rythme lent mais inexorable, une profondeur plus importante et une lecture plus grande, amenant plus de réflexions mais un décorum moins attrayant, tant graphiquement que du point de vue du pessimisme général ou des dialogues.

Au final je trouve les 2 supports complémentaires tant ils racontent de façon différente une même histoire.

Avis posté par Tomeke Infos posteur le 07/12/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je vais tenter de donner un justificatif personnel de mon appréciation de cette oeuvre de Moore, en essayant de ne pas répéter les avis précédents...

Je commence par le point négatif : le dessin et les couleurs. Là où je trouvais ces deux éléments parfaitement choisis et adaptés dans From Hell, dans le cas présent, je les trouve beaucoup plus brouillons et fades, sans toutefois suffire à me dégoûter ; attention, on parle là d'un ouvrage de Moore, patience, cela doit en valoir la peine !

Effectivement cela en vaut la peine, je suis resté stupéfait devant l'anticipation proposée, devant la mise en place complète de ce régime totalitaire, devant ce complot politique visant à établir une main mise dictatoriale sur les médias, sur l'armée et sur la vie quotidienne de ces anglais, victimes de leur indifférence au sort qui les attend.

Jusqu'à... "V" et sa conspiration personnelle des poudres !

Un homme se dresse devant ce gouvernement ; notre "héros", loin d'être classique, est bien plus complexe et théâtral que ceux que nous connaissons. Sa personnalité est bien exploitée, je rejoins néanmoins certains avis quant à la longueur de plusieurs chapitres, mettant en scène des personnages secondaires dont, pour certains, on se serait bien passé, parfois dans un souci de clarté du récit.

Avant l'achat, je pense qu'il faut feuilleter quelques planches, si cela vous semble acceptable, croyez-moi, vous ne serez pas déçus par le reste.
Dire que je ne connais Moore que depuis 3 ans... Nom de Zeus, honte sur moi !

"Souviens-toi, souviens-toi de ce 5 de novembre, de ses poudres et de sa conspiration, souviens-toi de ce jour souviens-t'en, à l'oubli je ne peux m'y résoudre..."

Avis posté par nix Infos posteur le 03/09/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Cette bd ne me quittera plus ! D'une intensité à me couper le souffle, elle m'a happé dès les toutes premières pages. Le scénario est époustouflant, d'un rythme soutenu et agrémenté de symboles d'une puissance folle. C'est simplement jouissif. Bien entendu, les passages poétiques ont été parfois difficiles à digérer à la première lecture ? Ce sera sûrement plus digeste à la prochaine.

Côté dessin : chapeau! Celui-ci m'a longtemps rebuté. En quelques planches, il m'a séduit. Il sert superbement le propos d'Alan Moore et contribue énormément à l'ambiance dégagée de cette bd hors norme.

Seul bémol (que je retrouve d'ailleurs plus d'une fois chez ce scénariste) : la toute fin ! Quelqu'un peut-il me l'expliquer ? Mais bon, j'étais déjà ravi avant de l'atteindre et elle ne m'a pas gâché le plaisir.

Avis posté par Guillaume.M Infos posteur le 27/06/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
La guerre nucléaire a détruit le monde. L'Angleterre a survécu mais ne s'en est pas sorti indemne... la dictature s'est installée et le pouvoir tient le peuple par la peur et la propagande. Un homme s'oppose cependant à ce régime. Un homme sans nom, sans visage, sans racine. Un homme qui se souvient du monde avant la dictature et qui veut à tout prix rendre le pouvoir au peuple. Il n'a pas de nom mais se fait appeler V.

Rarement une BD n'aura aussi bien retranscrit la dictature. On se sent oppressé, presque menacé. Le scénario est très solide et, comme dans Watchmen, d'une grande densité. La lecture de ce pavé est donc assez lente.
V me fait beaucoup penser à Batman. Comme l'homme chauve-souris, il a compris que pour lutter, il faut devenir un symbole. Un être humain peut être tué. Un symbole, lui, ne meurt pas. Il hante ses victimes et marque les esprits. Cet aspect me plaît beaucoup.
Le récit est divisé en trois actes. Le premier est tout simplement incroyable de rythme, d'action, de révélations. Un 5/5 complètement mérité. Le second est le moins bon. On se perd un peu dans des histoires parallèles sur les membres du parti dirigeant et l'intérêt est beaucoup diminué : note 3/5. Le troisième est franchement bien avec un dénouement parfait. On ne pouvait pas imaginer mieux : note 4.25/5.

Le dessin ne me plaît guère. Certaines planches sont belles mais la majorité me déplaisent. Le trait est trop gras et j'ai beaucoup de peine à reconnaître les personnages, ce qui retire une part de plaisir à la lecture. S'ajoute à cela une colorisation atroce. C'est fade et mal posé. Elle constitue sans aucun doute le point faible de la série.
Malgré ces points négatifs, je reconnais que le dessin nous plonge dans l'ambiance. Il est très immersif.

Au final, "V pour Vendetta" est un excellent comics mais qui ne plaira pas à tout le monde en grande partie à cause de son dessin peu accessible.
Je recommande l'achat mais feuilletez l'album avant pour être sûr.

Avis posté par Gabriel Infos posteur le 14/01/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Les mots me manquent pour exprimer ce que m'a apporté la lecture de "V".
C'est une oeuvre excellente, voire la meilleure de tout ce que j'ai lu, et pourtant je suis un grand lecteur.

Moore, débordant de génie, nous a écrit une oeuvre extraordinaire.
Lloyd met en images le scénario de Moore, comme personne n'aurait pu le faire. On a beau être en 2007, je ne trouve, en aucun cas que les couleurs sont "dépassées", bien au contraire, le dessin et les couleurs sont prenants et sincères.

Ce qui me désole, c'est tous ceux qui passent à côté de cette oeuvre, ou ceux qui la notent mal, car ceux-là passent à côté de quelque chose.

Avis posté par L'Ymagier Infos posteur le 11/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
"V" fait sa première apparition dans le magazine anglais "Warrior" de Mars 1982.
"V" ?... un inconnu qui porte un masque étrange ; celui du visage de Guy Fawkes, héros de légende, qui a essayé de faire sauter le Parlement londonien au 17ème siècle.

Une bonne série de politique-fiction censée se passer en 1997 ; série qui met en scène une Angleterre qui a laissé s'installer un Etat fasciste. Et cet Etat n'admet aucun avis contraire contre SON ordre établi. Mais, tel un Zorro du 20ème siècle, notre "V" va jouer les vengeurs.

Si ce n'était le contexte de l'Angleterre fascisée, on retrouve le même thème dans de nombreuses autres histoires (Astérix contre les Romains ; n'est-ce pas la même chose ?... entre autres...).
Bon postulat, oui, mais sans plus.
J'aime pourtant assez le graphisme expressionniste de Lloyd, lequel met bien en scène cette sorte de "fable" étrange, attirante même, ce malgré son contexte -avis personnel- de "déjà vu" ailleurs.

Fable étrange et attirante, c'est vrai, qui parfois fait penser au film "Brazil" de Terry Gillian ( un membre des ex Monty Pythons) ; une sorte de voyage dans l'absurdie.
Dernier attrait : cette sorte de "renouveau" de la BD anglaise -peu connue d'ailleurs- souvent calquée sur les anciens comics "made in USA" dont elle usait et abusait en les fond et forme.

"V" ?... une série à part, pour laquelle je cote réellement 3,5/5.

Avis posté par Pacman Infos posteur le 10/12/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
C'est un 3/5 à l'arraché. J'ai vraiment du mal avec Alan Moore. J’ai trouvé Watchmen plutôt réussi sans être génial, je n'ai jamais pu finir From Hell, et pour V pour vendetta, j'ai eu aussi pas mal de difficultés à terminer.

Bien sûr, il y a une analyse assez réussi des systèmes totalitaires et des rouages qui leur permettent de fonctionner, mais il y a des passages trop longs, trop hermétiques, l'action retombe, on subit la leçon de V et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce n'est pas toujours clair.

La fin n'en est pas vraiment une, à mon sens, et on se dit : s'être obstiné à aller jusqu’à la fin pour ça...

Avis posté par pierig Infos posteur le 16/08/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Comme certains, ça faisait longtemps que l’envie de découvrir "V pour Vendetta" était présente sans pour autant franchir le pas, la faute à un graphisme et des couleurs hideux. Le film m’ayant beaucoup plu, cela me décida à emprunter les 6 tomes. Ma première impression sur les dessins et les couleurs se confirma. J’ai beaucoup de mal avec le trait de Lloyd (discontinu et confus) et ses ambiances trop sombres. Les couleurs sont franchement hideuses, je n’ai pas d’autres mots pour les qualifier. Sans doute que le N & B aurait été préférable (comme d’autres l’ont suggéré dans leur avis).

La construction du récit est le point fort de la bd. Moore impressionne par la rigueur qu’il s’est imposé pour écrire ce récit et la richesse de celui-ci. Cette série est une caricature des travers de notre société en pointant du doigt le totalitarisme omnipotent et la servitude du peuple. Je reconnais à Moore son indéniable talent scénaristique mais, contrairement au film, je n’ai pas trop accroché à la bd suite à une lecture laborieuse et quelques longueurs. Au risque de me répéter, il est vrai que le rendu des planches n’arrange pas les choses.

Il faut avoir lu cette série qui est un "monument" mais je ne pense pas m’y replonger de si tôt . . .

Avis posté par iannick Infos posteur le 07/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Au vu des excellents avis sur cette série de la majorité des internautes, j’avais à cœur de découvrir « V pour Vendetta » d’autant plus que sa version cinématographique venait de sortir. Ma lecture soulève plusieurs remarques :

Premier constat : Le dessin et la colorisation me rebutent beaucoup, je pense même qu’une version noir et blanc de cette série aurait plus préférable à cette mise en couleurs « démodée » même si je trouve que le trait de David Lloyd n’est pas assez lisible pour moi.

Deuxième constat : Je n’aime pas le début. Il y a trop d’invraisemblance dans le scénario. Pour exemples, je ne comprends pas pourquoi l’Afrique est la cible de plusieurs bombes atomiques, est-ce que des terroristes se sont amusés là-bas ? Je trouve bizarre aussi que les habitants de Londres ne soient pas irradiés malgré l’explosion d’une bombe à proximité de cette capitale, de même que la ville n’ait pas été plus atteinte par la hausse des eaux comme le reste de l’Europe… je suis conscient qu’Alan Moore a fait cette introduction de cette façon pour planter le contexte mais je trouve tout de même très dommage que ce début soit irréaliste.

Troisième constat : Je n’aime pas les longues séquences « théâtrales » pour démontrer l’horreur et les travers d’un régime totalitaire, c’est vraiment surréaliste de voir que « V » ait pu reconstituer tout seul des énormes décors sans se faire dévoiler…

Quatrième constat : Je déteste « V ». A un moment de l’histoire, un personnage clé de la série lui dit en gros qu’elle en a marre de ses devinettes… j’ai eu ce même sentiment à la différence près que je l’ai ressenti pratiquement dès le début de ma lecture au point de vouloir tourner les pages à la va-vite pour revenir au cœur de l’intrigue.

Pour conclure, je ne pense pas que je m’étais vraiment préparé à la lecture de ce comics. Je m’attendais à découvrir un triller sur fond d’espionnage avec beaucoup d’action, j’ai finalement lu une BD qui met le lecteur en garde contre le fascisme, les extrêmes en mettant en scènes de nombreuses séquences de tension psychologique. Personnellement, j’aurais adhéré à ce scénario si ces séquences avaient été suffisamment réalistes, ce ne fut pas le cas… dommage !

Avis posté par hipopom Infos posteur le 05/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'ai lu cette bd avec beaucoup beaucoup d'appréhension ! C'est simple ça fait presque deux ans que je l'avais chez moi sans l'avoir lue... A chaque fois que je l'ouvrais, le choc des couleurs me donnait la nausée.

Bon, il faut bien le dire, les couleurs sont vraiment immondes ! Je ne sais pas si c'est parce que la bd est vieille ou autre chose, mais ça m'a longtemps refroidi. Mais je n'ai pas regretté l'effort d'hier (en même temps j'avais 4h de voiture donc c'était tip top).

Le dessin est réussi parce qu'il réussit à me plonger dans l'Angleterre fasciste de ces années, surtout il transmet bien l'étrangeté de V et l'ambiguitë des différents personnages qui sont très expressifs. Les prises de vue et les scènes de mouvement sont vraiment vivantes.

Mais le gros point fort de cette bd est le scénario, qui est peaufiné et vraiment chiadé. La structure, la narration montrent bien que l'auteur sait toujours où il va, tout se construit lentement, tout se révèle peu a peu et au final on obtient un bel édifice. Surtout il ne sombre pas dans la caricature des régimes fascistes, et réussit à rendre vraiment crédible cette Angleterre proche de 1984. On sent les multiples inspirations, littéraires ou historiques, et la fusion est aboutie. Le personnage de V est fascinant, il a une prestance, un attrait fou.

Donc vraiment je ne regrette pas de m'être forcé et je conseille tous de faire un effort, ça en vaut vraiment la peine.

Avis posté par pol Infos posteur le 23/03/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ca faisait un moment que j'avais envie de lire cette série. Je les ai enfin empruntées à la bibliothèque, et hop ni une ni deux je commence ma lecture. Avec un peu d'appréhension car tout le monde à l'air d'accord pour dire que le dessin est pas terrible... et première impression positive, c'est pas si moche.

J'ai rapidement accroché, l'histoire est bonne, prenante même. Le régime fasciste décrit est bien imaginé, avec ses services, l'oeil, le nez, la voie, etc... Et V, notre héros s'applique à démonter ce système, par des coups d'éclat judicieusement orchestrés. Pas mal d'action, un début assez prometteur, c'est comme ça que je décrirais les 2 premiers tomes qui m'ont bien plu.

Et après ? ..... Plus grand chose malheureusement. Des pages et des pages pour mener une réflexion sur ce régime fasciste, la torture, la manipulation des gens...... Plus d'action, ou si peu. Plus j'avance dans ma lecture et plus le dessin me rebute. Sur certaines planches, on dirait que l'encre a "bavé", le rendu est triste. De plus en plus de personnages interviennent, des flics, leurs femmes, j'ai du mal à tous les distinguer dans les scènes obscures...

Peut-être que je suis en train de rater quelque chose ? V pour Vendetta n'est pas une BD d'action mais peut être une BD intellectuelle ? Ces longues pages où l'histoire ne semble pas avancer m'ennuient, je ne comprends pas où va la BD, je ne comprends sans doute pas non plus la réflexion que l'auteur veut imposer aux lecteurs. Bref les tomes 3, 4 et 5 me lassent. Je lis bien sûr le dernier, et heureusement la fin est pas trop mal. Je suis peut-être le seul à ne pas l'avoir vue arriver, mais je ne l'ai pas cherchée une seule seconde...

Au final je suis déçu, j'en attendais peut-être trop, mais cette série est pour moi "sans plus" donc 2 étoiles. Elle ne fera pas partie de ma BDthèque, par contre c'est vrai que l'intégrale est proposée à un prix très attractif.

Avis posté par Bert Infos posteur le 03/02/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
A quelques semaines de la sortie ciné, qui sera forcément décevante (déjà, par refus du Maître, elle n'est que "from the graphic novel illustrated by David Lloyd"), quelques pistes pour trouver "V pour Vendetta", la merveilleuse-grandiose-majestueuse-fantastique-inégalable oeuvre du grand Alan Moore, géniale et s'y replonger une 25e fois :
1 - c'est Alan Moore qui l'a écrit
2 - c'est Alan Moore qui l'a écrit (t'écoutes un peu ?)
3 - l'Oeuvre aborde un des thèmes fondamentaux de la BD : la lutte contre l'oppression (Tintin, Spirou, ...)
4 - l'histoire mis en place par Moore tient formidablement bien la route : cette Angleterre néo-fasciste, ses camps, son Destin, tout est crédible
5 - c'est le meilleur hommage qu'on puisse trouver à l'un des livres les plus importants du monde : 1984
6 - le système fasciste inventé par Moore est absolument jubilatoire dans son fonctionnement : la main, l’œil, le nez, l'oreille, la voix... C'est aussi une façon géniale de placer le lecteur devant un système politique complexe, mais finalement facile d'accès pour lui.
7 - Les réflexions sur l'âme humaine, les modes de pensée sont très profondes et à plusieurs degrés. Ce qui renforce complètement et de manière très forte l'ensemble.
Un exemple : lorsque le Dr (l'ex-copine de Finch) raconte dans son journal sa vie au camp, on découvre peu à peu, mais à travers ses yeux l'horreur de ses actes. Elle lâche une petite phrase anodine au début, mais lourde de sens en y prenant du recul, lorsqu'elle commence à administrer ses "traitements" aux prisonniers. Ca donne quelque chose comme : "Bizarrement l'appartenance aux races n'a pas l'air d'avoir d'influence sur les effets secondaire du traitement". Boom ! En une toute petite sentence placée dans la bouche du bon personnage, Moore nous démontre très simplement toute l'horreur idéologique que peu faire naître un régime fasciste et raciste, même chez les "intellectuels", en nous présentant des êtres touchés par la cause fondamentale du mal, la perte totale d'ampathie...
8 - La narration est exemplaire.
Au global, avec cette théâtralité dans la construction de l'histoire, qui est une mise en abîme superbe avec le goût pour le théâtre du personnage principal. L'unité de lieu, Londres, donne d'ailleurs l'impression d'une scène de théâtre.
Dans chaque case et chaque dialogue toutes et tous formidablement bien écrit.
L'épisode "Valérie" est à ce titre exemplaire. C'est le plus dur à lire, mais aussi le plus riche, vraiment. Je me demande encore comment Moore peu aussi bien faire ressentir au lecteur la "libération" d'Evey à ce point. Comme si lui aussi il l'avait vécu.
9 - Moore prend toujours garde à ne pas se laisser emporter par son propos. Exemple, même si V est un "terroriste", il n'utilise jamais les méthodes d'oppression de ce contre quoi il lutte. Ainsi il ne pratique pas l'assassinat politique : [spoiler] le commandeur meurt sous les balles d'un(e) autre...
10 - C'est culturellement bourré de références très pointues (la plupart sur la culture anglaise), et j'ai pas encore tout vu.
11 - Le dessin et les couleurs qui me peinaient un peu au début, sont très en phases avec la noirceur du propos, comme par exemple avec l'arrivée des couleurs chaudes dans l'épisode de la "liberté retrouvée" (de dire des gros mots) de la petite fille.
12 - Moore (c'est aussi pour ça que je l'aime) a le don pour placer de grande phrase qui relève tout l'ensemble. Quelque chose comme ça à un moment : "Il est très dangereux de bâtir son pouvoir sur le silence des masses. C'est très fragile le silence : ça se brise au premier cri."
13 - j'ai dit que c'est saint-Alan qui l'avait écrit ?

Avis posté par Alienbeings Infos posteur le 26/08/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Bien loin de moi le devoir de mettre obligatoirement une note extraordinaire à cet ouvrage, je n'aurais de toute manière pas le choix. Après avoir lu nombre de critiques, je décide enfin de livrer mes impressions en espérant ne pas déranger qui que ce soit.

V for Vendetta... Quel titre; quelle idée aussi dangereuse soit-elle. Pour nous pauvres lecteurs laissés à l'abandon, en tête-à-tête avec ce concept. Celui de raconter une histoire et d'essayer de nous l'exposer concrètement sur du papier. Certes les couleurs sont froides, ternes mais à l'image de ce qu'on a voulu que l'on ressente en lisant. Du début à la fin, nous restons scotchés case après case, laissant parfois derrière nous quelques lecteurs n'aspirant pas à cette atmosphère de vérité froide et terriblement crue. On sent également les influences des plus grands en parcourant notre chemin (Georges Orwell, thanks). Mais ce qui nous pousse à aller plus loin est qu'il demeure des questions auxquelles nous n'avons pas de réponse. La remise en question de notre propre condition, se demander si un jour je ne pourrai pas moi-même devenir "V"...
Une vision qui tente de réparer les lois de notre conditionnement. Un message dans des dessins qui ne se veulent pas trop explicites. Des réponses qu'on ne trouve qu'une fois s'être interrogé, après avoir lu cette magnifique BD.

PS: l'expérience continue avec cette adaptation cinématographique qui me laisse pour l'instant perplexe sur l'incidence du message qu'elle pourrait faire passer.
Ne tuons pas la culture et lisez d'abord cette bande dessinée...

Avis posté par Dakhan Infos posteur le 25/07/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Une BD qu'on pourrait classer comme roman graphique. Car on sent avant tout un scénario très puissant, et c'est en lui que réside tout l'intérêt de cette série. Il est original, complexe, travaillé dans les détails, prenant, et plutôt bien servi par un dessin sombre de qualité (bien que discutable du point de vue de la colorisation).
C'est une SF/anticipation teintée d'une forte critique de l'homme. Ca fait plaisir de lire une BD qui ne néglige pas le scénario au profit de différents aspects racoleurs. Mais attention, c'est très intellectuel, farci de texte et ça ne déborde donc pas d'action.
Bref, du Alan Moore classique. C'est tellement supérieur à tant de soupes qu'on nous sert que la note maximale s'impose.

Avis posté par cac Infos posteur le 10/05/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Depuis le temps que je voulais lire quelques trucs du fameux Moore, c'est chose faite. Et c'est très bon comme je m'y attendais un peu même si le contenu de cette histoire n'est pas 100% Moorien je suppose. Angleterre, dictature, ça fait aussi référence aux camps de concentration pour homo et black, tout ce qui va pas, et voilà le vengeur masqué qui surgit. A vrai dire j'ai vu des tas de références possibles au cours de ma lecture, mais ça ne gâche pas trop le plaisir. J'ai le sentiment d'avoir eu un intérêt décroissant au cours de ma lecture, au départ assez accroché pour finir presque en train de compter combien de pages il restait. C'est peut-être du à ce phrasé du vengeur assez exaspérant (et heureusement que j'ai pas lu ça en VO, j'ai déjà eu du mal en français), ou au fait que j'étais un peu perdu dans les personnages et qui complote avec qui etc. car je n'ai pas lu cette intégrale d'une traite.
Bref assurément un must dans le genre bd orwellienne malgré ses petits défauts.

Avis posté par legonz Infos posteur le 13/04/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Une des BDs les plus noires que j'ai jamais lue. Il est difficile de trouver dans l'ensemble de ce bien bel ouvrage une case qui respire autre chose que le désenchantement, la noirceur ou le pessimisme. Tout cela est glauque et cynique à souhait : bref, ça fait froid dans le dos (brrrr!!)

L'histoire, quant à elle, est une sorte de "resucée" (po joli comme terme, mais j'en trouve pas d'autre...) de 1984, remise au goût du jour (m'enfin, tout cela reste excessivement intemporel tout de même). Moore a réussi à éviter le piège du canevas classique "héros gentil et sa belle qui veulent sauver le monde du totalitarisme", en insufflant au personnage principal un aspect sombre et inquiétant aussi bien dans son attitude que dans ses actes : moi j'aime beaucoup son côté "on ne peut pas faire la révolution sans faire péter quelques monuments", ça doit être mon petit côté Arlette qui ressort.

Concernant le dessin, je trouve qu'il est en parfaite adéquation avec le message délivré, rien à redire là-dessus pour ma part ; même si ce n'est pas le plus beau coup de crayon qui soit, il est très expressif et singulièrement angoissant.

Une lecture vivement conseillée donc, même si j'ai décroché une ou deux fois du récit. Un ouvrage qui doit, à mon sens, se trouver dans toute bonne BDthèque qui se respecte.

Avis posté par steamboy13 Infos posteur le 29/10/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Je vais faire court avec V pour VENDETTA, tout d'abord je précise que: CE QUE JE DIS ICI EST UNE VISION PUREMENT PERSONNELLE.

D'habitude les scénars de Moore sont des genres de comédies (in)humaines alors que V est une histoire centrée sur son personnage principal, du coup je ne parlerai pas de celui ci de peur d'en dire trop, le titre est déjà très révélateur et est à prendre grandement en considération pour la lecture.

L'univers maintenant est, c'est une constante chez l'auteur, réussi, envoûtant, prenant etc...
Et pourtant le truc du: Monde totalitaire et facho ça sort pas vraiment des sentiers battus. Alors pour être original Moore au lieu d'essayer de nous décrire une réalité froide nous fait le coup de la mise en scène, le personnage de V ersatz de la COMEDIA D'EL ARTE quasi invincible et surhumain, trouve naturellement sa place dans un décor de théâtre. Une petite précision sur V tout de même: Paradoxalement, malgré son omniprésence, il est plus un "esprit de libération" qu'un véritable personnage, son visage figé, ses citations éloquentes, sa façon de parler par énigme à sa petite protégée (histoire de la guider sans pour autant lui imposer une voie) lui donnent un coté abstrait, irréel.

Venons en au style de dessin, l'effet peinture et figé des personnages, parfaitement assumé, est là pour bien souligner l'espèce de lourdeur d'esprit de la populace qui a été prompte a cautionner un régime sécuritaire. Pour ce qui est des environnements, le style graphique utilisé illustre parfaitement la sensation d'oppression et de malaise vécue par les différents protagonistes.

Pour conclure je dirais que V est une des meilleures créations de Moore.
Donc oui je conseille fortement la lecture, et oui c'est une BD culte.

1 2 Page Suivante Page suivante 

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque