Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Le Ciel au-dessus de Bruxelles Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (21) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(5)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(8)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(2)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(5)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(1)
Nombre d'avis21
Note moyenne2.48 / 5
Pour l'achat28%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Le Ciel au-dessus de Bruxelles sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par Sloane Infos posteur le 02/05/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Pas franchement convaincu le gars et c'est le moins qu'on puisse dire. Ici et là j'ai lu que j'avais entre les mains une œuvre provocatrice, limite subversive. Alors quoi, j'ai cru comprendre que certaines scènes de sexe explicites avaient choqué. Si ça c'est de la subversion ça veut dire qu'il y a encore du boulot! Oui on voit un sexe en érection et une vulve qui se fait pénétrer. La belle affaire, et v'là t'y pas qu'en plus c'est une sorte de faux juif qui ose faire ça avec une beurette comme le dit lui même l'auteur. Vite ressortons les pincettes, les vierges de Nuremberg et cramons les en place publique à 20h30 après la météo en lumière infra rouge que comme dans le loft l'on puisse apercevoir un bout de soutien gorge qui fume!! Vous l'aurez compris cet aspect des choses ne m'a pas véritablement perturbé. De là à me qualifier de sodomite, de suppôt de je ne sais quel Satan il y a un pas qui sépare la civilisation de la barbarie, n'en déplaise aux beaux esprits.

Cette bande comme je le signale avec ma note ne m'a donc pas dérangé outre mesure, c'est en fait la manière un peu manichéenne d'aborder les choses qui m'a posé problème. Si l'on rajoute à cela une sombre histoire de réincarnation entre l'époque Babylonienne et la nôtre cela devient facilement indigeste, laissez infuser et rajoutez un soupçon de modernité (quoique) avec une chanson emblématique d'une époque et d'un style de vie et vous aurez une lecture qui à trop vouloir dénoncer se prend les pieds dans le tapis. Et puis le genre Peace and Love, s'il est généreux dans l'esprit me fait souvent chier dans la forme. Lecture dispensable qui est rattrapée par le dessin très joli d'Yslaire.

Avis posté par McClure Infos posteur le 20/03/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je suis comme la majorité des posteurs, si à mon sens le but avoué est honorable, son traitement est trop provocant en ce sens qu'il est malsain.

S'il voulait nous donner une leçon d'humanisme néo 68arde voir woodstockienne, il fallait s'inscrire dans cette ligne, mettre aux prises un juif et une arabe ou l'inverse, faisant l'amour sous les projecteurs de CNN et Al Jazeerha sur une colline de Cisjordanie par exemple. Au lieu de quoi on a un hébreux qui n'en est pas un, un viol qui tait son nom, une coucherie cachée de tous donc pas en adéquation avec ce qui est ciblé, les policiers sont forcément racistes, bref, on a droit à toutes les provocations faciles mais sans en avoir de sens réel.

Graphiquement, c'est très beau, comme toujours, mais là ça manque la cible.

Avis posté par Gaston Infos posteur le 09/03/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Ce n'est pas la meilleure série de Yslaire. D'ailleurs, je ne comprenais pas trop où Yslaire voulait en venir et il a fallu que je lise sa postface pour comprendre qu'il voulait protester contre la guerre en Irak en montrant une histoire d'amour entre un juif (enfin, il n'est pas vraiment juif !) et une musulmane. Il dit s'être inspiré de John Lennon et Yoko Onno qui ont fait l'amour devant tout le monde pour protester contre la guerre au Vietnam.

Le problème c'est que l'amour entre Lennon et Onno était sincère alors que durant la moitié de l'histoire la musulmane n'aime pas le juif et il la force à avoir une relation sexuelle. On dirait plus un violeur qu'un amoureux et j'ai bien envie de lui casser la figure même s'il est un ange si j'ai bien compris son histoire.

Et puis le reste est inintéressant. Je n'ai pas trop compris où la musulmane devait se faire exploser et en quoi cela devait aider la cause de son frère, l'accent du juif m'a énervé tellement c'est chiant et les scènes de sexe ne sont pas très émoustillantes.

Avis posté par pierig Infos posteur le 05/12/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Cette bd est sans conteste provocatrice et, qui plus est, sur un sujet brûlant (au propre comme au figuré).

On peut saluer la démarche d’Yslaire qui, à l’instar d’un Lennon en son temps, marque aujourd’hui le 9e art d’un "peace and love" entre 2 communautés diamétralement opposées. Sauf qu’au lieu d’amour, il s’agit davantage d’un mélange de sexe contraint, subi puis désiré. Personnellement, j’ai trouvé ça sans intérêt et assez creux. Je comprends que l’auteur ait voulu à sa manière s’exprimer sur le sujet (la guerre en Irak) mais je n’y adhère pas.

De bd provocatrice, je la trouve racoleuse et déplacée.

Avis posté par pewi Infos posteur le 10/09/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai beaucoup aimé le graphisme du dessin ainsi que le rôle central donné à la couleur en tant que vecteur d'émotions.
Par contre je n'ai pas du tout apprécié l'utilisation des photos. J'ai trouvé qu'elles enlaidissaient considérablement le travail et rendaient le scénario moins fluide.
J'ai trouvé l'histoire sans grand intérêt bien que l'idée d'utiliser la métempsychose me paraisse particulièrement pertinente pour éclairer les conflits multimillénaires au proche orient.

Avis posté par Ems Infos posteur le 15/11/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Après la lecture des 2 tomes.
Je ne sais pas pourquoi je faisais un blocage sur cette série.
Elle est remplie de symboles. L'ensemble parait hétéroclite mais il est bien homogène.
Les personnages de cette fiction font référence à beaucoup de clichés certes : juif / arabe, Adam et Eve, Roméo et Juliette... Mais le véritable sujet est la guerre, en l'occurrence la guerre d'Irak ici.
Yslaire oppose l'amour physique de ces 2 êtres, que tout oppose, avec des images retravaillées du conflit. Il y a également des références initiales à la shoah, à la Palestine, etc...
Les deux personnages sont comme des fantômes et surtout des victimes des ces conflits qui les opposent dans chacune de leurs réincarnations.
Cette BD est abstraite sur bien des points et reste tributaire de l'interprétation qu'en fera le lecteur.
Je ne suis pas convaincu que les scènes de sexe étaient nécessaires.
Globalement j'ai apprécié cette lecture pour le dessin si esthétique mais aussi pour les prises de risques du scénario.
Je conçois que certains n'aient pas aimé "Le Ciel au-dessus de Bruxelles", personnellement je vais convertir l'emprunt en achat.
Pris au premier degré, la déception risque d'être au rendez-vous. Il faut prendre du recul pour ce genre de projet.

Avis posté par Erik Infos posteur le 25/07/2007 (dernière MAJ le 03/07/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Les premières pages de ce récit m'ont fait froid dans le dos. J'en ressentis beaucoup d'émotion, le tout accentué par un dessin quasi-sublime d'Yslaire comme à son habitude.

Traiter du terrorisme n'est pas un thème facile surtout en BD. Cela reste une menace d'actualité. Par ailleurs, quand on aborde le sujet d'une liaison amoureuse entre un juif et une musulmane, on peut vite être taxé de stéréotisme comme si l'idée même était hors de propos. Je trouve cela particulièrement injustifié envers l'auteur car cette bd véhicule un véritable message de tolérance.

C'est vrai que ce côté "peace and love" peut avoir un côté agaçant surtout quand il est couplé à la chanson "Imagine " de John Lennon. On est surpris également de voir à quel point Fayda succombe très facilement. J'ai presque eu du mal à croire à sa subite prise de conscience. C'est un peu trop irréel à mon goût pour être crédible. Mais peut-être que le message voulu par l'auteur s'est affranchi de toute contrainte, cédant ainsi à trop de facilité.

En conclusion, je dirais que c'est un album émouvant et original à la maîtrise graphique vraiment exceptionnelle.

Note Dessin: 4.5/5 - Note Scénario: 4/5 - Note Globale: 4.25/5

Avis posté par iannick Infos posteur le 21/02/2008 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Il fallait bien que ça arrive un jour, « Le ciel au dessus de Bruxelles » est la première bd des éditions Futuropolis (depuis sa réapparition il y a quelques années) à me décevoir (fortement).

Je pense qu’il est inutile que je précise ce que je n’ai pas aimé dans cette série puisque je me reconnais totalement dans la chronique faite par Nijal.
En gros, « Le ciel au dessus de Bruxelles » m’est apparue comme une bd où les personnages sont stéréotypés (opposition juif/musulman), où des invraisemblances incroyables parsèment l’histoire, où les mauvaises idées reçues sur la religion et ses pratiquants sont rapidement atteintes et où le message du respect des uns envers les autres passe mal.

En clair, ce qui sauve cette série (en deux tomes), c’est le magnifique travail graphique de Yslaire. Ses personnages sont très expressifs, l’héroïne m’est apparue très sensuelle. La mise en couleurs emploie des tons vraiment très agréables à l’œil.

Ce qui est dommage avec cette histoire, c’est qu’avec un tel traitement graphique, Yslaire aurait pu réaliser une excellente bd !
Je pense que cette histoire aurait été plus convaincante si l’auteur avait réalisé une série basée essentiellement sur une relation amoureuse classique et simple entre un juif et une musulmane sans y mettre les références sur la shoah et les kamikazes musulmans.
A la rigueur, Yslaire aurait bien pu concevoir une série érotique très sensuelle (dans la même trame que le film L’amant de Jean Jacques Annaud) s’il voulait vraiment garder les scènes très chaudes du « Ciel au-dessus de Bruxelles » ; du moins, ses messages du genre « Faisons l’amour et non la guerre ! » et basés sur la tolérance auraient mieux passé…

Je n’irai donc pas jusqu’à mettre « le ciel au-dessus de Bruxelles » parmi les bds que j’ai détestées le plus parce que j’y ai adoré le dessin d’Yslaire.
Cependant, j’avoue que cette histoire entre un juif et une musulmane m’est tombée des mains ! A la rigueur, je trouve même inquiétant que des stéréotypes contenus dans cette bd soient encore présents dans la tête des gens.
Je me demande si, en réalisant « Le ciel au-dessus de Bruxelles », Yslaire a voulu volontairement provoquer les lecteurs (dans le mauvais sens d’ailleurs) en y intégrant la shoah et l’intégrisme islamique ; si c’est le cas, c’est réussi !

Avis posté par Nijal Infos posteur le 17/02/2008 (dernière MAJ le 18/02/2008) Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
A bien des égards, "Le ciel au-dessus de Bruxelles" m'a fait beaucoup réfléchir. A la fin de la lecture du dernier tome, je ressentais une sourde mais hésitante répulsion envers ce qui venait de me sauter à la figure. Mettre des mots sur mes sentiments à l'égard de cette BD n'a pas été chose aisée.
Mais tout d'abord, petite parenthèse sur la couverture du tome 1 : Yslaire semble reprendre trait pour trait une très célèbre photographie de Paris -Les Amoureux- d'un non moins célèbre photographe décédé il y a peu, Robert Doisneau (Merci Katz).

Au niveau de l'aspect graphique, cette BD n'est pas déplaisante. Le trait est précis, mais suffisamment brouillon pour conférer une certaine personnalité "brut-de-décoffrage" au dessin. L'utilisation d'une palette de couleurs pastel est judicieuse, avec une utilisation du jeu de lumière et des ombres assez réussie ; le traitement graphique dans son ensemble sert donc à merveille une ambiance faussement mélancolique (qui ne tardera pas à virer au pornographique, nous le verrons).
Cependant, que faut-il penser de l'usage de plusieurs polices de caractères différentes pour indiquer la langue parlée par les protagonistes ? Si la trouvaille est habile, elle se retourne contre l'auteur. Habile car cela permet de montrer qu'un personnage parle une autre langue (par exemple quand Fadhya parle arabe), tout en le comprenant nous-mêmes ; mais risqué car à la limite de l'illisible, et surtout le "système" perd de sa cohérence car quand Edwin parle, on peut avoir l'impression qu'il parle hébreu ou que sais-je encore, alors qu'il parle français. Bref, un beau mic-mac que tout cela (et je ne parle même pas des images informatisées sinon on n'a pas fini).

Venons-en maintenant au fait, c'est-à-dire l'histoire proprement dite.
Alors, si on résume, c'est un Juif (qui l'est sans vraiment l'être), qui porte plusieurs noms (?), et qui arrive à Bruxelles en 2003 en pleine manifestation anti-guerre en Irak, après avoir été abattu dans un camp de concentration durant la Seconde Guerre Mondiale (??). Il rencontre une jeune femme voilée qui est en fait une kamikaze et qui est destinée par son frère (!) à se faire sauter devant la Commission Européenne pour protester contre la guerre (???), et il l'aborde comme s'il la connaissait déjà (?!). S'ensuit une relation amour-haine...
Bref, vous l'aurez compris, à première vue, du grand n'importe quoi.

A première vue seulement ? Oui et non (c'est là que ça se corse).
Car il apparaît bien que derrière cette histoire de fantôme sur le retour (qui n'est pas celui que l'on croit ahah) et d'accélération temporelle, dont d'ailleurs je n'ai rien compris (si tant est qu'il y avait quelque chose à comprendre), Yslaire brandit son bâton de pélerin, comme pour nous hurler : "La guerre, c'est pas bien !"
Et pour nous le prouver, il nous fait cette hallucinante mais bien réelle analogie, qui va enfler et exploser dans le tome 2 : aux images de guerre sorties tout droit de CNN et autres Al Jazeera, l'auteur oppose les ébats pantagruéliques de nos deux tourtereaux. Ce ne sont pas de simples scènes d'amour -ça aurait été encore quelque peu légitime-, mais de la pornographie, carrément vulgaire qui plus est. Et heureusement que certains passages sont racontés plutôt que montrés (il y a dû y avoir de la censure de la part de l'éditeur). C'est dommage de sombrer dans une telle vulgarité, parce qu'il aurait été tellement plus subtil de peindre les sentiments amoureux : le moment où Fadhya tombe amoureuse de Edwin est ainsi tellement touchant.
Mais ce qu'on est censé comprendre, c'est qu'à l'obscénité soi-disant purement formelle des ébats amoureux s'oppose l'obscénité véritable de la guerre. Certes oui. Mais comme Spooky, on serait tenté de répondre : "mais on s'en fout un peu, non ?"
Je rajouterais même que ce qui est véritablement obscène là-dedans, ce sont les partis-pris initiaux de l'auteur pour nous persuader de la justesse de son propos, qui en lui-même est tout à fait honorable.

Ainsi, on a droit à une accumulation de clichés qui, sous couvert d'un propos fort, actuel et "engagé", passent de fait assez bien.
Les policiers belges sont tournés en ridicule, et la "beurette" (comme Yslaire le dit lui-même) obligée par son frère islamiste de jouer à la kamikaze, que dire... Mais à un cliché en répond un autre, car le plus agaçant, ça reste encore ce personnage de Juif (non-juif), "forcément victime" comme le dit Cassidy, et qui semble posséder la science infuse (ainsi que le don de réminiscence psychique). Une vraie tête à claques.

Bref, même si le parallèle entre la guerre en Irak et la prise de Babylone dans l'Antiquité est intéressant -quoique peu évident-, "Le ciel au-dessus de Bruxelles" ne semble se résumer qu'à une énième variation, gargantuesque si elle en est, sur le thème "faisons l'amour pas la guerre". Pas de quoi fouetter un chat...

Avis posté par sagera Infos posteur le 09/11/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
En lisant ce diptyque, j'ai éprouvé le même sentiment que pour XXe ciel.com. Le traitement général, fait surtout penser à un clip bercé par le timbre monocorde d'une voix off et dont le rythme rapide, tente de nous faire partager l'urgence du propos. Au bout du compte, je trouve le procédé plutôt efficace, même si on peut toujours reprocher à Yslaire ses parti-pris et certains des clichés qu'il récupère (la place du voile, les flics belges, John Lennon et Yoko Ono...).

Cela dit, les qualités de cette bd, c'est surtout dans la démarche de l'auteur que je les ai trouvées. A l'heure où le politiquement correct et la peur d'évoquer seulement l'islam de manière critique font rage, composer une histoire d'amour entre une musulmane et un juif (dans tout ce qu'elle peut avoir d'affectif et de charnel), est plus qu'un véritable engagement. C'est un acte de courage et d'espoir qui est tout sauf anodin.

Le message d'Yslaire est puissant et provocateur aussi. Rien n'est plus obscène que la guerre et le fanatisme. Montrer un couple qui s'aime et se déchire en même temps, séparé par ses peurs et le déterminisme culturel, n'est pas malsain. C'est un miroir tendu vers notre humanité.

Maintenant, pour parler du traitement graphique. Il illustre bien le propos. Yslaire maîtrise plutôt bien le mélange entre dessins et photos.

Tout ceci participe donc à faire de cette bd, un très intéressant moment de lecture.

Avis posté par Quentin Infos posteur le 23/07/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Tome 1 :

«Le ciel au dessus de Bruxelles» reprend certains aspects du XXe ciel.com, par exemple en mélangeant images d’archives et dessins, en inscrivant l’origine de l’album dans un camp de concentration, ou en faisant référence aux anges et aux étoiles. Il existe une certaine filiation entre les deux albums. Mais alors que le XXe ciel faisait le tour des grands événements du siècle passé, le dernier album d’Yslaire s’inscrit dans l’actualité de l’après 11 septembre et raconte la rencontre improbable d’un Juif mort dans un camp de concentration et d’une beurette qui débarque à Bruxelles pour se faire exploser au milieu d’une manifestation contre la guerre en Irak. La relation d’amour et de haine qui se développe entre les deux protagonistes changera-t-elle le cours de l'histoire? Malgré certains aspects irritants (des policiers Bruxellois un peu trop clichés, un lettrage pseudo-arabe ou cyrillique dont on ne sait pas très bien s’il fait référence à d’autres langues ou à des accents, un traitement informatique des images qui n’est pas toujours des plus réussi, une notion du temps quelque peu farfelue, etc.), l’album accroche cependant l’intérêt du lecteur par le thème choisi, et surtout par la manière dont il est traité. Il s’agit du premier album de BD dont «l’héroïne» est une femme voilée, nourrissant des pensées terroristes. Une des rares BD francophones à traiter des jours qui ont succédés au 11 septembre et précédés la guerre en Irak. Yslaire marche sur des œufs mais s’en tire admirablement bien, sans trop de clichés ni de mélo, avec un peu de la triste mélancolie qui se dégageait du XXe ciel, et en prime une intrigue qui se développe mine de rien et laisse attendre la suite avec impatience. Il reste à souhaiter que le deuxième tome ne décevra pas les espoirs nourris lors de la lecture du premier.

Tome 2 :

Dans ce second et dernier tome, la provoc entamée dans l’album précédent est poussée à son paroxysme : l’obscénité des scènes d’amour et de sexe répond à celles de mort et de guerre qui s’étalent sur les écrans de TV ; les barbelés et les militaires d’un checkpoint Israéliens referment la BD qui s’ouvrait sur les barbelés et les tortionnaires d’un camp de concentration. Injustice face au palais de justice, ceinture d’explosifs et ceinture de chasteté, larmes contre foutre, mort contre orgasme, Yslaire fait son John Lennon et décline sa propre version de « faites l’amour, pas la guerre » avec un Roméo Juif, une Juliette Musulmane, et une fin toute Shakespearienne. Ce second tome fait beaucoup plus que répondre aux attentes en refermant les ouvertures du premier tome. Il réussit à créer la surprise en leur donnant un sens nouveau et en les inscrivant toutes dans une même ode à la paix, à l’amour et à la tolérance. Yslaire choque et provoque, mais avec une impudeur si décente et un respect si profond de ses personnages qu’on lui pardonne tout. Il signe ici, à mon avis, son meilleur album, et un des albums marquants de 2007.

Avis posté par pol Infos posteur le 19/04/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne peux même pas dire que je suis déçu car à vrai dire je n’en attendais pas mieux. Et si malgré cela, je l’ai quand même lu, c’est plutôt parce que le hasard me l’a mis entre les mains. J’ai évidemment trouvé les dessins superbes, mais cela ne compense pas le manque d’intérêt que j’ai éprouvé pour l’histoire. Un peu comme dans "XXème ciel.com".

Sur le chemin d’une manif contre la guerre dans le monde, une jeune musulmane va croiser la route d’un homme bien étrange. C’est lent, je ne vois pas quel est le but de l’histoire, et surtout ce n’est pas franchement passionnant. Et je crois qu’on touche le fond avec la scène d’amour entre le mec et la terroriste qui est tellement improbable et peu crédible…

J’aurais adoré qu’un dessin aussi joli serve de meilleures histoires, dommage.

Avis posté par cac Infos posteur le 14/02/2007 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Sujet complètement inattendu, je n’avais pas lu de résumé ni d’avis sur l’album et la quatrième de couverture est muette.

Avec un dessin mélangeant photos et crayonné, Hislaire évoque dans un récit teinté de fantastique et de modernité le début de la guerre en Irak. Avant cette deuxième guerre du golfe, on retrouve quelques heures plus tôt à Bruxelles 2 personnes, un homme et une femme avec un portable T810, qui n’auraient jamais dû se croiser de part leur culture et convictions religieuses. Le sujet est assez brûlant dans le climat actuel de tension entre communautés.

Mais ensuite on trouve ça un peu caricatural. Les premières pages peuvent faire penser à un récit sur les camps de concentration nazis (ouh là là 5 étoiles direct) et en fait la réincarnation / résurrection d’un juif mort (on en a connu un autre) dans un camp vient dépuceler et déshonorer une musulmane intégriste kamikaze embrigadée par sa famille.

J’ai lu ça comme un one shot, apparemment il y aura une suite. On peut se demander comment ça va tourner. Hislaire va ramener la paix sur Terre. Peace guys…

Avis posté par Spooky Infos posteur le 06/08/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne m'attendais à rien de particulier en ouvrant cet album, mis à part à trouver un ouvrage qui provoque beaucoup de discussions, et la polémique.
Finalement, je l'ai trouvé assez creux, cet album. Un Juif -qui ne le reconnaît qu'à demi mots- couche avec une musulmane sur le point de déposer une bombe. Oui, bon, et alors ? Qu'y a-t-il d'original, d'intrigant, de provocateur là-dedans ?
L'audace présumée de l'auteur a-t-elle provoqué l'ire des organisations juives de France (ou de Belgique) ? Une guerre sainte a-t-elle été décrétée sur la tête du protéiforme Yslaire ? Même pas. Et vous savez pourquoi ? Parce que la bande dessinée n'a aucun impact sur la société. Parce que son histoire, celle de Fadya et de Erwain n'a rien de choquant. Enfin quoi, on s'en fout, non ?
Yslaire se pose en anti-guerre à tout crin, essayant de parsemer son oeuvre de messages à portée universelle. Mais les donneurs de leçon ne me font plus rien. Pour le coup, je trouvais son XXe ciel.com plus abouti...
Alors bien sûr, son dessin est très beau, il tend vers du Bilal (qui fait aussi dans le message politique, d'ailleurs), mais tout ça ne sert finalement à rien.

Avis posté par Cassidy Infos posteur le 03/08/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Je n'avais déjà pas particulièrement apprécié le très prisé Sambre, mais c'est sûr qu'à côté de ce machin, c'est un chef-d'oeuvre.

Nous avons donc de méchants musulmans (faire de "méchant musulman" un pléonasme n'est plus du lepénisme mes amis, non non non, paaaaas du tout, c'est courageux-provocateur-politiquement incorrect maintenant) qui utilisent leur soeur voilée forcément vierge et soumise (mais oui je vous assure, les musulmans sont comme ça. Et ces Noirs, qu'est-ce qu'ils sont paresseux ! Mais ils ont le rythme dans la peau, faut admettre) pour commettre un attentat (car quand ils ne volent pas les autoradios des honnêtes gens, ils ne savent faire que ça, c'est bien connu) anti-Bush lors d'une manif anti-guerre en Irak (euh... faudra m'expliquer la logique de ça, à l'occasion, hein ?), mais heureusement un Juif forcément victime (puisque fantôme/ange décédé dans un camp d'extermination) va venir lui expliquer qu'on est tous frères et que, si tous les gars du monde voulaient bien se donner la main, il y aurait la paix sur la Terre. Pour ce faire, il va la violer lui faire découvrir les sublimes plaisirs divins du sexe et de l'amour.

Deux jeunes gens qui tirent un coup dans une chambre d'hôtel, voilà grosso modo l'intrigue hyper développée de ce premier tome censé constituer la moitié de l'histoire. Ca promet pour la suite.

Ah mais oui mais attention, hein, quand même, n'allez pas bêtement croire que c'est juste une BD nulle dont le propos oscille entre clichés racistes et naïveté digne d'une dissertation d'élève de 4ème sur le thème "Pour ou contre l'intolérance ?", hein ! Hola nooooon pas du tout ! Ca parle d'un Juif qui baise une musulmane vierge, tu t'rends compte la provocation de la mort, bien fait pour ces cons de bougnoules saletés d'intégristes ! Espérons que le tome 2 aille encore plus loin, je ne sais pas moi, par exemple avec des bouddhistes tibétains qui sauveraient la nana d'une tournante en banlieue organisée par ses frères barbus, avant de la baiser en groupe avec Give Peace a Chance en fond sonore. Et pi c'est contre la guerre et pour l'amitié entre les peuples et ça parle de l'actualité et de la religion et de l'Holocauste, alors, c'est vous dire si c'est forcément profond. Dommage que ce soit un peu illisible quand même, avec l'usage de 3 ou 4 polices de caractères différents dans les bulles de dialogues, dont certaines pénibles à lire.

Bon bref, ils ont beau s'abriter derrière le label Futuropolis, décidément chez Soleil la tendance à publier de la daube n'est pas prête de changer.

Avis posté par Alix Infos posteur le 05/07/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Eh ben, le moins qu’on puisse dire, c’est que ce 1er tome ne fait pas l’unanimité.

Ce qui est sur, c’est que cette histoire ne laisse pas indifférent : thèmes engagés (guerre en Irak, situation dans les territoires occupés, attentats suicides…), un peu de provoc’ facile (un juif qui couche avec une musulmane vierge), le mélange est explosif. Reste qu’il ne se passe finalement pas grand chose dans ce 1er tome, et en finissant la dernière page, j’avais un peu l’impression d’avoir lu une simple introduction (alors qu’on est sensé être à la moitié de ce diptyque quand même !).

Le mélange politiquo-fantastique est un peu bizarre, mais a le mérite d’être original. Reste que pour le moment, on ne comprend pas tout, espérons que le 2eme tome apportera son lot d’éclaircissements.

Ah oui et puis le coup d’insérer des phrases en allemand dans du français pour bien nous rappeler que les personnages parlent en allemand, ou d’écrire du français dans une police très typée arabe (et du coup illisible, voir galerie) pour nous rappeler que les personnages parlent en arabe, m’a un peu cassé les pieds. Je ne suis pas auteur, mais il doit bien exister des techniques un peu plus efficaces pour représenter différentes langues dans une BD non?

Un mot sur le dessin : il est magnifique, mais je ne suis pas friand de cette technique qui consiste à créer des cases à partir de copier-coller de morceaux d’autres cases. Je trouve ça un peu « cheap » et paresseux. Sur certaines pages, seule la 1ere case est originale… toutes les autres en sont tirées (avec des effets de zoom ou de couleur). Yslaire avait déjà (ab)usé de cette technique dans le dernier tome de Sambre.

Moi je vous conseille d’attendre le 2eme tome avant d’investir…

Avis posté par godzy022 Infos posteur le 01/06/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Sans surprise, Yslaire nous gratifie d'un dessin pour le moins abouti. C'est un dessinateur reconnu, pas de souci à ce niveau, et j'ai acheté sa nouveauté les yeux fermés, si je puis dire.

Et là, c'est la déception. L'histoire est pour le moins étrange ; creuse, je ne sais pas, mais pas facile à suivre, c'est sûr. Yslaire aime s'éloigner des narrations traditionnelles (cf XXe ciel.com). Pourquoi pas? Mais le fait est qu'ici, je n'ai pas du tout adhéré à ce délire mystico-fantastico-contemporain.
Sans doute l'intention y est-elle. Je sens d'ailleurs un potentiel intéressant. Peut être la suite relèvera t-elle l'intérêt de l'oeuvre?
Ce qui est sûr, c'est que je la lirai AVANT l'achat cette fois.

Avis posté par bab Infos posteur le 29/03/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Je ne connais pas le style d’Yslaire en général, mais j’ai apprécié son dessin dans cet album. Les traits sont travaillés, le style des personnages me plait. C’est beau.
Là où je n’ai pas accroché, c’est sur l’histoire. Je l’ai trouvée creuse. Traiter d’un sujet d’actualité pour le moins sensible sur la guerre en Irak, les extrémistes musulmans et les conflits juifs/musulmans ne suffit pas à donner de la profondeur à un scénario.
Les motivations/convictions de Fadya ne sont pas très palpables, vu la facilité avec lesquels Jules les brise, ou en tout cas les ébranle.
En fait on est très proche des clichés de base sur les juifs, les musulmans.
Le concept est intéressant mais il ne se passe rien pendant tout l’album. Peut-être est-ce une forme de « bed in » du scénario auquel Yslaire fait allusion dans son récit ?
Cette bd peut être potentiellement intéressante si elle gagne en fond dans les tomes suivant.
A suivre…

Avis posté par Steril Infos posteur le 21/03/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Le dessin de l'album est sympa, c'est du Hislaire.
Par contre, je n'ai pas du tout accroché à l'histoire. Le mélange fantastique/politique fonctionne assez mal, les personnages et leurs motivations m'apparaissent totalement rocambolesques. La manière dont le contexte de l'intégrisme islamique est caricaturé ne m'a pas plu du tout.

Les deux avis ci-dessous, assez élogieux, parlent surtout d'une chose : le fait que l'histoire est osée vu le contexte actuel. Franchement, cette histoire ne tient pas fort debout, et la rencontre, puis la coucherie, d'un juif (ou d'une espèce d'incarnation fantastique de quelque chose d'autre, mais qui passe tout de même pour un juif) et d'une musulmane prête à se faire sauter (le jeu de mots est mauvais, mais il ose, Yslaire) avec une ceinture d'explosifs au milieu d'une manifestation pacifiste, contre la guerre en Irak, à Bruxelles (bien débile aussi celle-là, non?), même si c'est original et un peu décalé, ne suffit pas à rendre cette histoire intéressante à mes yeux.

Bref, en un mot comme en cent, j'ai pas aimé et j'ai trouvé cet album très creux.

Avis posté par Piehr Infos posteur le 20/03/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Une chose est sûre, Bernard Yslaire n'a pas la langue dans sa poche..

Pour une fois qu'il traite de sujets d'actualités très chauds (surtout au vu de toute la polémique qu'ont engendré les caricatures autour du prophète Mahomet dernièrement dans la presse), il met les deux pieds dedans. En effet, qu'elle obscure relation que cette rencontre d'un Juif et d'une Musulmane !

L'atmosphère est lourde et glauque dans le refus de la jeune terroriste, mais aussi dans les non-dits qui passent très bien par le trait de l'auteur. C'est saisissant, intrigant et finalement assez dérangeant : certains artistes sont morts pour moins que cela...

Le trait, similaire à celui de XXe ciel.com, permet de souligner les similitudes entre ces deux séries.. L'ange Stern, mais aussi l'univers noir des camps nazis, tout nous rapporte à la série en 4 tomes, véritable témoignage du XXème siècle, que je vous invite à découvrir si ce n'est déjà fait.

J'aime assez finalement, même si la "fin" de ce premier tome me dérange de par la morale qui s'en dégage. En effet, une double lecture est possible.. dont une que je ne partage pas vraiment, politiquement parlant. Attendons la suite !

Avis posté par ArzaK Infos posteur le 16/03/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Yslaire est culotté. Alors que l’affaire des caricatures a montré a quel point les points de litiges entre monde occidental et le monde musulman et/ou islamiste tournaient autour de question du statut de l’image, lui, il nous sort cette bd. Même résumer cette bd est un exercice d’équilibriste qui flirte avec le politiquement incorrect. L’histoire commence dans les camps de la mort nazis. On assiste à la mort d’une de leur victime. On retrouve ce juif (sous la forme d’un ange ?) en plein Bruxelles en 2003, au plus fort des manifestations pacifistes contre la guerre en Irak. Là, il aborde une jeune femme voilée avec un pull « no war » qui cache, il le sait, une ceinture d’explosifs. L’homme entraîne la candidate kamikaze dans une chambre d’hôtel, il la dépucelle, non sans lui avoir quelque peu forcé la main… Oui, vous avez bien lu, un juif ôte la « pureté » de la kamikaze… ce qui l’empêchera de commettre son acte ? Wait and see… Assez jubilatoire, non ?

Voilà, ça n’a l’air de rien, mais je rappelle tout de même que le cinéaste néerlandais Theo Van Gogh a terminé sa vie dans le caniveau une balle en pleine tête pour le même type de provocation. Evidemment, une bd, ça fait toujours moins de bruit qu’un film ou un roman. Il n’y aura sans doute pas d’affaire Yslaire… Mais quand même, je serais curieux de voir si ça fera du bruit ou non…
Y’aura peut-être juste quelques pères-la-morale qui vont tenter d’expliquer à Yslaire qu’il ne faut pas faire de provocation facile et de lui montrer comment baisser son froc devant les islamistes. A l’instar de Jacques Chirac faisant la morale à Charlie hebdo, là où on attendait tout de même d’un chef de l’état qu’il défende d’abord un principe aussi central que celui de la liberté d’expression…

Difficile de voir où cette bd va nous mener, ce n’est qu’un début et c’est plutôt court. On frôle le politiquement incorrect et ça fait du bien. Marre de ces pincettes médiatiques permanentes genre « Halala vous ne pouvez pas dire du mal de l’Islam… »… Yslaire lui, nous rappelle que le Coran contient quelques lignes bien guerrières…

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque