Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Jimmy Corrigan Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (20) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Commandez cette série en V.O. sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(2)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(3)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(6)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(4)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(5)
Nombre d'avis20
Note moyenne3.35 / 5
Pour l'achat50%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Jimmy Corrigan sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par canarde Infos posteur le 17/07/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je comprends qu'on considère ce coup de folie alambiqué et rigide comme une BD culte.

Son caractère autiste, sa logique absurde, son univers médiocre et inlassable (super héros microscopiques qui tapissent le pauvre cerveau du personnage, petit bureau étriqué perdu dans un open space, chambre minable, paysages et pages ultra-géométriques, personnages désespérément laids), sa durée, sa rigueur dans le trait et la mise en page ont de quoi susciter une certaine admiration. Mais aussi une sorte de dégoût.

Je conseille à ceux qui veulent vraiment essayer d'entrer en contact avec cet ovni de la BD de commencer la chose par les deux bouts. Soit lire les 4 premières pages, puis les 4 dernières, et ainsi de suite, en avançant par paquets de 4 vers le milieu. Cela pour éviter d'abandonner pendant ce long début déprimant. C'est par la fin que le désir de comprendre peut naître, il me semble... Le chantier de la foire exposition, avec ses architectures néoclassiques, blanches, symétriques, ses visiteurs à moustaches en tortillon et à costumes et grandes robes, interrogent de nouveau : que sommes nous en train de lire, les époques se télescopent... et notre imaginaire dérouté cherche son chemin.

C'est une énigme où la médiocrité et la sensibilité sont indissolublement liées... Un casse-tête des plus hype !

Avis posté par Noirdésir Infos posteur le 20/01/2017 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Voilà une œuvre relativement clivante, si j’en crois la dispersion des notations. Et je crois que je vais me ranger du côté des déçus.

Je vais commencer par ce qui m’a le moins rebuté. Je reconnais à Ware une certaine originalité quant à la construction de son histoire – j’avoue même avoir dû faire quelques efforts pour me faire au découpage de ses « cases », mais ça passe au bout d’un moment.

Hélas, cette originalité devient pour moi totalement vaine si elle n’est pas au service, ou tout du moins en accord avec une histoire, quelque chose qui me captive.

Et c’est là que le bât blesse ! En effet, si la grosse dose autobiographique (voir précisions données par Ware en postface) avait de quoi la nourrir, je n’ai pas du tout accroché à cette histoire, découpée en petites anecdotes plus ou moins longues (ceci étant dû à la publication en revue). Pas de rythme, peu de dynamisme, sur 300 pages, ça fait long ! Et surtout si comme moi vous n’êtes pas emballés par le graphisme (certes lui aussi très travaillé, volontairement terne et figé). Tout concoure à me rendre la lecture insipide. Il y a à la fois un travail d’épure, mais contrebalancé par une surcharge de cases, de toutes tailles, pour dérouler la vie d’un homme.

Et ce d’autant plus que le personnage principal, sorte d’alter ego de l’auteur, n’est pas de ceux qui déclenche l’empathie. Il y a trop de renoncements chez lui.

Bref, une mise en forme relativement originale mais dont certains aspects ne me conviennent pas, et une histoire dont je me suis désintéressé bien avant la fin : je n’ai fini que très laborieusement ma lecture, l’ambiance un peu oppressante, autour d’un personnage à la pauvre vie dépiautée sous nos yeux, achevant de me convaincre que je ne suis pas fait pour ce genre d’œuvre.
Note réelle 2,5/5.

Avis posté par djé! Infos posteur le 18/05/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
Quelle déception que cette lecture! Au vu des critiques, je m'attendais à quelque chose de percutant et novateur. Certes ce deuxième point est présent au travers de la mise en page, qui est même remarquablement bien faite ( beaucoup de cases et une disposition qui peut sembler anarchique mais dans laquelle le sens de lecture n'est pas perturbé).

Quant au côté percutant, amateur d'action abstenez-vous! Quelle lenteur! J'ai eu l'impression de vivre une bd en temps réel (bon, j'exagère un peu). Mais je n'ai trouvé aucun intérêt dans cette histoire de loser solitaire sexuellement frustré à la recherche son père. Et pourtant, j'apprécie énormément les anti héros. Alors me direz-vous peut-être n'ai-je pas tout compris? Peut-être, mais il me faudra beaucoup de temps avant de me faire un second avis....

Avis posté par raistlin Infos posteur le 12/03/2012 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
BD surprenante et différente, qualités qui me font lui donner cette note. Achat conseillé mais lecture sans préjugé incontournable ! En effet, l'histoire prend son temps, le rythme est lent, renforçant l'inertie du personnage principal, et c'est un gros pavé.

Les premières pages peuvent décourager. Ou éveiller la curiosité. Petites cases quasi-omniprésentes, images décrivant secondes par secondes parfois quelques infimes détails, alternance passé-présent pour faire ressortir les similitudes ou les changements, un sens de la précision et de l'image très particulier. Dérouté au tout début, limite déçu, je me suis retrouvé happé par le récit une fois habitué à cette façon de dessiner et décrire les évènements. Surtout qu'ensuite le récit intéresse davantage, au moment où celui-ci bascule avec les flashbacks, la rencontre de ce père inconnu. J'ai aimé ensuite cette lecture, placé comme un observateur neutre, témoin de plusieurs époques, des pensées de Jimmy, de son mal-être. Pas d'empathie particulière avec le personnage principal car il agace même parfois, mais c'est tout ce mini-univers qui arrive à fasciner par le biais d'un récit structuré par toutes ces petites cases, ce rythme contemplatif et descriptif.

Une forme vraiment intéressante en ce qui me concerne. Et un fond qui ne l'est pas moins, malgré cet anti-héros un peu sans saveur. Mais finalement, c'est aussi ce qui rend le récit si homogène pour une histoire basée sur l'expérience personnelle de son auteur. Voilà une BD différente, et à essayer vraiment et sincèrement (sans a priori donc) pour lire quelque chose de différent du reste de la production parfois tellement standardisée...

Avis posté par Gaston Infos posteur le 30/09/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
J'étais content de finalement pouvoir lire cette bande dessinée qui semblait imaginative. De plus, le fait que cet album soit très long était parfait pour moi qui fais tous les jours de la semaine des grands trajets en autobus. Tout semblait parfait, mais, au final, je suis déçu de ma lecture et je suis bien content de ne pas avoir acheté ce livre dispendieux.

Je ne me suis jamais intéressé à la misérable vie de Jimmy ou de son père. Tout m'a paru lent et ennuyeux. Je n'ai d'ailleurs pas tout lu, m'étant arrêté au passage où le père et Jimmy discutent sur la vie romantique de ce dernier et que le père croit que son fils a une petite amie. La lecture était trop pénible pour que j'aie envie de continuer.

Sinon, ils sont où les trucs révolutionnaires dans ce bouquin ? Je n'ai vu qu'une mise en page sans intérêt avec plein de cases sur la plupart des pages. J'ai vu des mises en pages plus spectaculaires chez des auteurs comme Fred ou Tezuka.

Avis posté par Yaglourt Infos posteur le 23/07/2011 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Pour résumer l'avis un peu général :
La forme est brillante, ludique, originale.
Le fond... nous fait toucher le fond avec ces pitoyables personnages dont on suit la vie misérable au jour le jour.
Disons qu'il faudra au lecteur une certaine dose de patience et de masochisme pour supporter l'apathie et l'antipathie des Corrigan de père en fils...
Le grand drame de cette oeuvre démesurée est que ses personnages sont inintéressants, font des choses inintéressantes et sont condamnés à ne jamais pouvoir évoluer (une sorte de malédiction familiale).
Un certain sentiment de gâchis à la fin de la lecture.

Avis posté par Totoro Infos posteur le 06/03/2010 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Un peu comme "La maison des feuilles" de Danielewski en littérature (le roman culte par excellence de ces 10 dernières années), "Jimmy Corrigan" affole un peu exagérément le monde de la bd ; je ne vois pas pourquoi ce serait indépassable, cela n'a aucun sens de le prétendre ; je suis persuadé que les fanatiques de "Jimmy Corrigan" desservent dommageablement cette oeuvre en la portant au pinacle et en créant chez le nouveau lecteur une impatience qui risque bien souvent d'être déçue.

Néanmoins, je n'hésite pas lui à mettre 5 étoiles. C'est une oeuvre réellement impressionnante ; certes, les 100 premières pages sont quelque peu déconcertantes, et beaucoup de lecteurs ont dû lâcher trop tôt ; c'est aussi une bd qui s'apprécie, page par page, partie par partie, et surtout dans son ensemble exceptionnellement cohérent. C'est donc avant tout une bd à relire pour en apprécier pleinement la richesse graphique et la rigueur narrative.

Et puis, si on n'aime pas, je comprends qu'on ait la rage d'avoir payé un tel prix : c'est d'ailleurs un prix scandaleux, pour une édition pas très bien faite...

Avis posté par Ems Infos posteur le 23/06/2009 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 1/5 (Vraiment pas aimé !)
Désolé, mais quand ça ne passe pas....
Je me suis fait une bonne centaine de pages en me forçant.
Il n'y a rien dans cette BD qui me plaise ou du moins m'invite à insister davantage.
La lecture fut pénible comme rarement ce fut le cas et ce malgré la fragmentation de la lecture...
Le personnage principal m'indiffère, les autres aussi, le dessin est original mais trop répétitif à mon goût. La mise en page est audacieuse mais le trop petit format ne lui rend pas hommage.
Le scénario manque de rythme (c'est peu dire).
Non vraiment pas !!!
Je n'ai pas réussi à dépasser le tiers de la BD et je n'ai vraiment pas envie de retenter cette triste expérience de si tôt.
D'ici cet hypothétique miracle je note en fonction de mon ressenti : 1/5 car il n'y a pas moins.

Avis posté par Doña Hermine Infos posteur le 25/07/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J’avise cet album de mémoire, après une lecture, d’une (longue) traite il y a 2 ans. Le souvenir qu’il m’en reste est celui d’un album extrêmement dense, d’une atmosphère pesante, d’une impression constante qu’il n’y avait aucun espoir de vie meilleure pour ce pauvre Jimmy, tant il était empêtré dans sa névrose.

La lecture de cet album, hors norme à plus d’un titre mais je ne vais pas y revenir, d’autres l’ont très bien décrit avant moi, a été assez éprouvante, car dès les premières planches, en raison sans doute, des parti-pris graphiques de Chris Ware, on est totalement immergé dans le morne quotidien de Jimmy Corrigan, et lorsque l’on referme le volumineux album, après plusieurs heures de lecture, on est comme contaminé par cette névrose, cette inaptitude à vivre, ressentir et exprimer des sentiments, dont souffrent à des degrés divers trois générations de Corrigan, et on met plusieurs heures avant de ressortir de cette chappe de plomb qui semble inhiber les moindres faits et gestes de Jimmy Corrigan. A ce titre, le scénario, pas toujours facile à suivre (les vies des trois hommes alternent et se croisent, il me semble) est d’une grande intelligence dans son approche psychologique des personnages. Tout y sonne juste. Par ailleurs, il me semble que le contexte historique n’est pas laissé pour compte, ce qui aère un peu le récit.

Au début de l’album, j’avoue avoir ressenti une vive antipathie pour le morose, apathique et timoré Jimmy, j’avais envie de le secouer, mais au fil des pages, sans vraiment m’attacher à lui, j’ai commencé à avoir un peu mal pour lui, et, sans vouloir dévoiler la fin, je dois dire qu’elle m’a serré le coeur. Voilà, il s’agit donc d’une oeuvre forte, passionnante, bien qu’un peu froide et austère à l’image de la vie de son personnage principal, qui ne plaira sûrement pas à tout le monde, mais qui mérite d’être lue.

Avis posté par Ro Infos posteur le 30/01/2006 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 3.5/5

Cette BD a d'énormes qualités et originalités : je suis presque navré que toutes ces qualités soient utilisées pour raconter une telle histoire.

Dès le départ, j'ai adoré le dessin et la narration.
L'expérience narrative innovante de Jimmy Corrigan est très réussie à mes yeux. Je l'ai découverte en passant une bonne demi-heure à lire et déchiffrer ne serait-ce que la couverture dépliable de l'album aux éditions Delcourt. J'ai aimé l'aspect ludique d'une telle construction et d'un tel agencement d'informations visuelles. D'ailleurs, l'aspect ludique s'en ressentait d'autant plus pour moi que le dessin me rappelait le style d'icones informatiques, de jeux tels que Sim City ou autres animations Flash. On se perd parfois dans la somme d'informations qui nous sont transmises ainsi mais j'ai personnellement beaucoup apprécié cette narration, même si elle implique un certain surnombre de cases et de pages pour raconter un récit qui, sous une forme de BD classique, contiendrait davantage d'ellipses et moins de détails.
J'aime également beaucoup le dessin et la colorisation. J'adore cet aspect épuré et iconique. Certains décors, tout simples, m'ont vraiment touchés. La petite ville de province, les décors de Chicago sous la neige, et surtout l'exposition universelle m'ont vraiment charmé. Malgré un certain manque de perspective par moment, je trouve que la plupart des planches sont vraiment excellentes. Il n'y a que les personnages que je n'aime pas tellement, tous moches, gras et manquant d'esthétisme à mes yeux.

Et ce sont ces mêmes personnages, et bien sûr celui de Jimmy Corrigan lui-même, qui ont plombé mon plaisir de lecture, comme beaucoup d'autres lecteurs de cette BD à ce que je vois. Son apathie, ses traumatismes, son absence totale d'estime personnelle sont irritants et déséspérants au possible. Ce n'est plus des claques qu'on veut lui donner mais c'est une vraie haine et une violence qu'il m'inspire, plus que de la pitié.
Malgré cela, le récit aurait pu être vraiment captivant car tellement bien raconté - si ce n'est quelques digressions fantasmatiques assez dispensables à mes yeux-. Mais cet énorme pavé littéraire qu'est Jimmy Corrigan se révèle raconter une histoire relativement courte au final, toute entière portée sur la démonstration de la médiocrité d'une famille de père en fils, sur les relations catastrophiques entre des pères successifs et leurs fils, sur l'incapacité de Jimmy à se prendre en main et à transformer sa vie en autre chose qu'une suite de peurs, de traumatismes et d'impuissance morale. C'est un récit plat, frustrant, déséspérant, qui progresse très peu en tant de pages d'album. Une grande quantité d'information passe du livre vers le lecteur, et avec elles une certaine dose d'humour malgré tout, mais tout cela ne mène quasiment à rien, rien d'autre que de comprendre à quel point Jimmy gâche sa vie.
J'aurais tellement aimé qu'un tel dessin et une telle narration raconte quelque chose de plus passionnant.

Un bel ouvrage dont je conseille l'achat aux grands amateurs de BD malgré son prix très élevé (l'édition Delcourt est un vrai petit bijou), mais dont le récit n'est pas à la hauteur de l'innovante narration à mes yeux.

Avis posté par Carottebio Infos posteur le 07/10/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 2/5 (Bof, sans plus)
J'ai eu un mal fou à terminer cette histoire. La raison est triple:
- Je ne supporte pas cet anti-héros. Il est ni drôle, ni très bête, ni bagarreur, ni méchant, ni beau, ni... Il est affligeant, d'une nullité totale.
- Dessin pas beau, même après 300 pages de lecture.
- Beaucoup trop long!!!!!! (Vous me direz, quand on n'aime pas ça sera toujours trop long! Oui mais 400 pages de BD, y a de l'abus quand même)

2/5 parce que malgré tout, y a tout de même une (en réalité 3) histoire qui tient debout et une certaine sensibilité.

Donc BD à lire pour les curieux et les patients.

Avis posté par Spooky Infos posteur le 27/01/2005 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Note approximative : 3,5/5
Dès que j'ai vu cette BD, je me suis précipité dessus, en ayant entendu le plus grand bien, notamment ici.
Il y a beaucoup de choses bien dans Jimmy Corrigan : c'est une histoire poignante, bien racontée, qui puise parfois dans des choses qu'on peut tous avoir vécues. Le dessin est très particulier, figé, expressif, mais extrêmement travaillé.
Mais ces qualités ont leur revers. C'est long, parfois un peu chiant (contemplatif), il y a parfois des "blancs" narratifs qui ne se justifient pas vraiment. On a un peu l'impression que ça aurait pu être raconté en deux albums de 46 pages... Quant au dessin, eh bien il est justement figé, trop froid...
Mais le plus important, c'est que Chris Ware invente la BD, enfin, les comics, par le biais de ce format, de ce type de narration, tous novateurs. Je tire d'ailleurs mon chapeau à l'équipe des traducteurs/adaptateurs, car ce devait être un sacré boulot, qu'ils ont su mener à son terme, et avec brio.

Mais malgré ces qualités, ce vent nouveau, je n'ai pas su être touché par Jimmy Corrigan. J'ai passé un bon moment de lecture, mais guère plus.

Avis posté par Altaïr Infos posteur le 24/09/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Jimmy Corrigan est une BD qui m'avait toujours fait peur. Cet espèce de pavé, au dessin si géométrique et au découpage si particulier, avait quelque chose d'effrayant mais d'intrigant en même temps. Je ne l'avais pas achetée à l'époque, n'étant pas sure d'en apprécier le contenu visiblement spécial.
Et puis on me l'a prêté et j'ai enfin pu attaquer la bête.
Les 50 premières pages m'ont fait l'effet d'un exercice de style intéressant mais un peu rebutant, à digérer à petite dose. J'avais très peur que l'histoire n'ait ni queue ni tête.
Puis l'histoire se met en place, mais là encore, je n'arrrive pas à lire plus de trente pages d'affilées...
Et arrivée au tiers du bouquin, j'ai été littéralement happée par cette histoire terrible et émouvante. Je crois que les brimades dont est victime le grand-père enfant me marqueront longtemps.
Et la narration si hermétique au premier abord s'est révélée en fait d'une richesse incroyable, absolument parfaite vis à vis du propos, en imposant le rythme de lecture qui sied à chaque scène. Le dessin, simpliste au premier abord, se révèle en réalité extrêmement fin et précis, totalement maîtrisé, beau dans son genre.

Par contre, c'est une BD assez terrible parce qu'elle sent le vécu, ce qui est d'ailleurs confirmé par la postface de Chris Ware... c'est sans doute pour ça qu'elle sonne si juste, mais ça donne des frissons dans le dos !

Bref, n'allons pas par quatre chemins, Jimmy Corrigan est un chef d'oeuvre. Un peu exigeant pour le lecteur dans ses 100 premières pages, mais ça vaut le coup de faire l'effort.

Avis posté par Alix Infos posteur le 11/07/2004 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
J’étais un peu passé à coté de "Jimmy Corrigan" à sa sortie, sans doute repoussé par son prix exorbitant. Et puis récemment, j’ai lu au dos de "Blankets", autre grosse pointure du comics americain : « …probably the most important graphic novel since Jimmy Corrigan ». Assez pour me convaincre d’investir dans ce pavé.

Pavé surtout connu pour son côté expérimental, presque OuBaPien : découpage original, narration expérimentale au possible, page à découper/coller… Pourtant ce genre d’esbrouffe me laisse assez froid. Je dois avouer que le contenu d’une BD est pour moi beaucoup plus important que sa forme. Alors oui "Jimmy Corrigan" est un bel objet et innove sur plein de points, mais si l’histoire n’avait pas suivi, ça n’aurait été pour moi qu’un beau gâchis.

L’histoire, elle, met du temps à démarrer. Ou plutôt c’est moi qui ai mis du temps à y rentrer. J’ai trouvé les 50 premières pages rébarbatives, confuses et lentes. Puis petit à petit, je me suis acclimaté à cette ambiance malsaine, à cette routine de looser, à cette famille tellement pitoyable qu’on en viendrait presque à les aimer. Et à partir de ce moment, impossible d’arrêter ma lecture avant la dernière page. J’étais tout simplement touché par le ton très juste employé par Chris Ware, qui apparemment base son histoire sur son expérience personnelle. Comme le dit Piehr plus bas, l’utilisation des silences est parfaite. J’ai eu le cœur serré pendant plusieurs heures après avoir terminé ma lecture, ce qui est sans doute le plus beau compliment que je puisse faire à ce genre d’œuvre.

Une belle BD sur les difficultés engendrées par les relations familiales… toutes les relations familiales. On y retrouvera sans doute tous des bouts d’expérience personnelle. A lire, mais seulement à condition que vous soyez prêt à vous investir, à faire l’effort d’entrer dans cette histoire à première vue froide et ennuyeuse.

Dernière remarque à propos du prix : certes, c’est cher, mais il vous faudra bien 6-7 heures pour en venir à bout, c’est à dire beaucoup plus que pour une BD traditionnelle de 48 pages. Je ne suis donc pas trop d’accord quand je lis que « 45 euros pour cette BD, c'est de l'arnaque». Notez que si vraiment le prix vous pose problème, et que vous êtes habitué à lire en anglais, vous pouvez vous tourner vers la VO couverture souple, facilement trouvable sur Amazon pour un prix très abordable. (Par exemple ici)

Avis posté par Davidovitch Infos posteur le 22/05/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Je vais tenter de faire bref. Donc. Euh... par où commencer ? Tout d'abord ce n'est sans doute pas, comme l'a affirmé le NY Times, la BD la plus achevée de tous les temps, loin s'en faut (et Tintin au Tibet alors???). Cependant, je considère que Jimmy Corrigan est une sorte d'achèvement, car je ne vois vraiment pas ce qui pourrait se faire de mieux, dans le même genre (et là chacun pour soi pour essayer de trouver à quel genre appartient cette BD). Même si la narration est un peu déroutante au début (je n'ai par exemple toujours pas compris ce que Jimmy foutait dans un avion p.13), je trouve que ça se lit très bien, et d'une manière qui m'a moi même surpris : pendant mes 6h non-stop de lecture, j'ai eu l'impression de ré-apprendre à lire une BD, sensation très agréable au demeurant. Car (pour moi) Ware est as de la découpe scénographique, notamment sur les transitions très habiles entre les différentes histoires (à différentes époques). Bon j'ai pas le bagage technique pour juger sur les effets utilisés, mais au final je trouve que ça rend vraiment bien, avec mention spéciale pour les ptites schématisations généalogiques, excellentes. Et le point fort, c'est que tous ces passes-passes graphiques sont AU SERVICE de l'histoire (l'"explication généalogique" de la fin, un grand moment), je n'ai pas trouvé qu'il s'agissait là de pure esbrouffe, pour reprendre l'expression de quelqu'un.

Et bien entendu je ne mettrais pas 5/5 si l'histoire ne m'avait énormément plu. Et pourtant on ne peut pas dire que ce soit haletant, ni même folichon. Je dois même dire qu'on finit vraiment par trouver ce crétin de Jimmy hautement agaçant, tant il est incapable ne serait-ce que de répondre à une question simple. Mais je me suis laissé porter. L'histoire de son grand-père est par exemple particulièrement émouvante. Un autre point que j'ai remarqué sans doute parce que je vis aux Etats-Unis, c'est que l'Amérique profonde est vraiment bien rendue : la ville ultra-morne de Waukosha, les vieux fast-food, les gros amerlocs qui vont aux fraises, c'est saisissant de vérité ! (brrrr... mais bon toute l'Amérique n'est pas comme ça heureusement) D'ailleurs pour en finir avec l'Amérique, la VO de cette BD (même format que l'édition Delcourt) vaut environ 23$ sur amazon.com (faut voir combien coûte la livraison jusqu'en France). De plus ils viennent de sortir une nouvelle édition souple à 17$ (avec deux pages en plus à la fin ouah c'est du bonus comme dans les DVD). Peut-être que ça arrivera en France à un prix plus abordable. C'est tout le mal que je souhaite à cette BD d'exception.

Désolé j'ai oublié de faire bref.

Avis posté par ThePatrick Infos posteur le 06/03/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Jimmy Corrigan, sans être complètement novateur et exceptionnel, est un album très original, et le moins que l'on puisse dire c'est que son auteur va jusqu'au bout de son concept : couverture dépliante double face remplie de choses ; conseils aux lecteurs en 2ème de couverture, façon "contrat d'assurance", écrit en tout petit et dans tous les sens ; mentions légales intégrées à l'histoire (dans l'histoire, vers la page 30...) ; etc. Tout est lié à l'oeuvre, le souci du détail et de l'utilisation du médium poussés très loin.
Les planches sont d'apparence très particulière. Format à l'italienne atypique, la plupart des cases sont minuscules (environ 2cm de côté) et disposées de façon assez originale. La lecture en est d'abord gênée, puis on comprend le fonctionnement et elle devient fluide. Bon, point noir, les textes sont minuscules, et même avec de très bons yeux (ou lunettes), la fatigue visuelle arrive rapidement (et en plus il faut tenir les 380 pages...).
Les "interludes" -- maison à découper et monter soi-même, avec conseils d'assemblage par exemple -- sont sympathiquement bienvenus, drôles, et modifient assez profondément le rythme du récit, interrompant l'immersion du lecteur dans l'histoire. On remarquera quand même que si jamais quelqu'un voulait vraiment les découper, il ne pourrait monter que partiellement les objets, puisque les pages sont imprimées en double face. Eh oui !
Le ton général de l'album est extrêmenent cynique, et même un peu glauque parfois. On le constate dès le tout début (conseils de lecture) : l'humour de Chris Ware est (ici) très particulier, mais aussi très prenant. De fait, l'ambiance est englobante, on est aspiré dans cet univers.
Le fait d'entremêler rêves, fantasmes, et histoire(s) sur 4 générations donne un résultat dense, qui pose malheureusement parfois problème pour s'y retrouver...
Je ne parlerai pas du dessin, au style très particulier, un peu rebutant au début, mais très efficace.
Au final, cette oeuvre originale et intéressante ne m'a cependant pas complètement convaincu : sans parler d'indifférence, je suis resté relativement détaché du total looser qu'est Jimmy Corrigan. De plus, le prix de cet album est tout simplement rédhibitoire.

On notera tout de même le soin extrême apporté à l'adaptation de l'ouvrage en français. Chris Ware tient en effet à contrôler toutes les versions, et Delcourt en a apparemment quelque peu bavé : traductrice + graphiste ont bossé un an pour adapter avec un grand soin l'oeuvre originale.
Chris Ware lui-même -- pourtant très exigeant -- s'est déclaré très satisfait du résultat.
(pour plus de détails, voir le Pavillon Rouge de décembre 2002)

Avis posté par Arni Infos posteur le 18/02/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Etonnant...Voilà ma réaction après quelques bonnes heures de lecture...L'histoire met en scène un personnage fort particulier, timide et réservé et tout au long de l'aventure, on suit sa vie, une vie simple mais en même temps complexe...
Très riche sur le plan de la mise en scène malgré un dessin fort épuré et d'un style fort géométrique, Jimmy étonne par sa richesse et son originalité.
Je ne suis pas déçu de l'avoir lu mais il n'est pas facilement accessible au lecteur habituel... L'auteur doit certainement être une personnalité assez complexe tout comme sa création...
De nombreux détails dans chaque case démontrent l'utilité de chaque cadrage et tous les éléments de mise en scène ont leur importance malgré l'aspect fort simpliste de la réalisation...
Quelques reproches néanmoins: la taille du lettrage qui semble presque illisible par moment et la complexité de la mise en scène qui nuit parfois à la fluidité de la lecture. En effet, le chemin de lecture n'est pas toujours évident. Bref, Jimmy impressionne mais n'est pas sans reproche...

Avis posté par Piehr Infos posteur le 10/02/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
IMPRESSIONNÉ par les divers avis jubilatoires de mes confrères bien-aimés, votre serviteur, non sans un sentiment exacerbé de répulsion qu'a engendré le prix rédibitoire de l'ouvrage primé comme meilleur album 2003 à Angoulème, s'est lancé dans l'acquisition et la lecture de celui-ci.

DUBITATIF lors des 50 premières pages, perdu dans le Maelström d'une mise en page hors du commun, l'ouvrage peut troubler, voir déplaire : vision relativement nouvelle, voire révolutionnaire, de la BD en général, tout cela semblait surtout particulièrement banal dans les faits.

PUIS,

FORCENÉ, motivé par le simple fait de connaitre une expérience nouvelle dans le monde la bande dessinée, continuant ma lecture pour comprendre et apprécier, tout s'éclaircit soudain pour faire place à une oeuvre originale, sensible, mais surtout diablement efficace dans sa narration. Incroyable sur ce plan, étant considéré que les faits et événements rencontrés par le héros sont d'une banalité affligeante, et subits de manière médiocre : Jimmy Corrigan est un looser, un vrai de vrai, et le lecteur ne s'attachera pas à lui. Il suivra sa petite vie sans importance, et dévorera les centaines de pages que constitue ce bouquin.

ENFIN,

ENRICHI de la lecture de cet album, je découvre tout de même une incroyable lenteur dans les propos, les situations, les événements. Mais tout cela est si intelligement raconté, et l'utilisation des silences tellement optimale, que tout passe assez bien. Pas d'ennui, aucun, pour une aventure qui aurait tout aussi bien pu se dérouler en une centaine de pages - c'est la grande force de Jimmy Corrigan : nous faire prendre le temps d'apprécier l'intégralité de l'oeuvre.
Le découpage est affolant, alternant case d'une demi page et planches surchargées. Le sens de lecture n'est pas toujours clair au début, mais on s'y fait très vite pour découvrir une fluidité que j'ai rarement connue (dans Outlaw, par exemple).

Le dessin est minimaliste et vraiment original, tout en ligne clair au style vraiment très personelle, style "3D isométrique". Lignes de fuites toujours similaires de case en case, tout est normé dans ce tome, du découpage au remplissage, de la mise en couleur au déroulement de l'action.

Bref... une drôle d'expérience... pas culte, mais à lire, évidemment !

Avis posté par Cassidy Infos posteur le 16/01/2003 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Pour commencer, désolé d'être ainsi bassement matérialiste, mais je tiens vraiment à le dire : 45 euros pour cette BD, c'est de l'arnaque. Je sais bien qu'il y a 380 pages, mais il y en a autant dans l'intégrale "Watchmen" qui, pour le même prix, est presque deux fois plus grande que "Jimmy Corrigan"... Y a comme un problème, là, non ?
Ce prix est d'autant plus critiquable que, dans l'intro du bouquin, on se moque d'un lectorat abruti qui préfère lire des BD débiles plutôt que des choses plus intelligentes... Ben excusez-moi, hein, mais tant que les BD "intelligentes" sont à 45 euros pendant qu'à côté, Oseille Productions fait une promo sur "Glandefeu aux sports d'hiver", "Le Pays des Amazones à gros seins" et "Captain Bourrin dans l'espace" à 3 euros pièce, je comprends que le prolo de base préfère s'acheter de la BD "commerciale" plutôt que de claquer le prix de 6 places de cinéma ou de 10 livres de poche dans une seule petite BD...

Pour continuer dans le négatif, pour moi, "Jimmy Corrigan" n'est pas une oeuvre majeure, révolutionnaire et indispensable... Quand je lis qu'un critique a écrit qu'il s'agissait sans doute de "la BD la plus aboutie de tous les temps", je me dis que le pauvre n'a dû lire que les strips de "Hagar Dunor" et "Garfield" publiés dans son journal avant de s'attaquer à "Jimmy Corrigan"... Des audaces, des originalités au niveau de la forme, c'est pas la première fois qu'on en voit, et "Jimmy Corrigan" n'est pas vraiment plus impressionnant que ce que font les OuBaPiens. Je ne nie pas qu'il y a un gros travail sur la forme, qu'on ne voit pas un truc pareil tous les jours, qu'il y a des effets assez classe au niveau de la mise en page, des jeux sur la symétrie axiale ou centrale, ce genre de choses, mais... Est-ce que ça fait une bonne BD, ça, franchement ? Concrètement, ça apporte quoi ? On peut dire d'une BD qu'elle est géniale juste parce que les cases de la page X sont agencées de façon exactement inverse à celles de la page X', hein, franchement ? Ou parce que les planches A, B et C suivent une construction strictement identique ? Ben, pour moi, non. La BD, c'est pas des mathématiques. Désolé si ça vous paraît irrespectueux envers l'auteur, mais pour moi, tout ça, c'est de l'esbroufe, c'est pour épater le chaland, pour faire le malin.
Le dessin lui-même me paraît des plus classiques, c'est de la bonne vieille ligne claire bien proprette, c'est remplie de jolies formes géométriques ; ok, tout ça ne manque pas d'élégance, mais honnêtement, ça non plus ne m'impressionne pas plus que ça.

Mais, mais, mais, tout ce que je viens de dire ne m'empêche pas de trouver que "Jimmy Corrigan" reste une bonne BD. Parce qu'il y a de bons personnages, que le ton est juste et touchant, et puis pour quelques autres raisons plus personnelles dont je m'abstiendrai de vous parler. Bon, comme d'habitude, je suis bien embêté, j'arrive bien mieux à parler de ce que je n'aime pas que de ce que j'aime, mais malgré ce qui m'agace dans cette BD, j'ai vraiment accroché, et si je n'avais pas été interrompu de force, j'aurais tout lu d'une traite.
Précisons quand même que c'est une BD extrêmement noire et triste, sur le destin de 4 générations d'inadaptés sociaux maladroits et malheureux ; pas vraiment le genre de truc qu'on lit pour se détendre après une dure journée de boulot.

Alors maintenant, comment noter tout ça... Difficile de cocher la case "Achat conseillé ? NON" et de mettre quand même 4/5... Difficile de cocher "Achat conseillé ? OUI" pour une BD à 45 euros que je trouve certes de bonne qualité, mais quand même pas géniale et indispensable...
Alors oui, je vous conseille de lire "Jimmy Corrigan", mais pour ça, demandez à votre bibliothèque municipale de l'acheter, parce que NON, je ne veux pas vous conseiller de donner autant de votre beau grisbi à Monsieur Delcourt.

Avis posté par ArzaK Infos posteur le 06/12/2002 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 5/5 (Culte !)
Une bd rare, ça faisait longtemps qu’un comics ne m’avait pas autant impressionné ! Depuis Watchmen, en fait. Même si ici, on est dans un genre résolument différent. C’est une histoire intime, familiale. Mais traitée d’une manière toute particulière. Tout, dans ce livre est hors norme : son format (à l’italienne), sa couverture qui est une liseuse dépliable géante, son dessin, qui évoque les pictogramme des mode d’emploi, son découpage qui environne parfois les 30 cases par planches, et sa drôle de manière d’articuler les cases par des conjonction « mais » « car » « ensuite »… On pourrait croire à un simple exercice de style, mais cela va beaucoup plus loin que ça. Chris Ware semble réinventer à lui tout seul et pour lui tout seul, la bande-dessinée. Comble de l’ironie, il livre même au début un mode d’emploi et des « instructions générales » dans lesquels il présente son art du pictogramme comme entièrement nouveau et déclare, sous des faux airs intellos : « Le langage de la bande dessinée peut être considéré comme le point culminant de plus de 2000 ans d’évolution de la civilisation, et comme la plus haute expression de l’accomplissement humain à venir. » Rien que ça ! Et le pire, c’est qu’à la lecture de cet intégrale des aventures de Jimmy Corrigan, on a presque envie de le croire.
Je n’irai pas par quatre chemins : c’est un chef d’œuvre ! Un truc rare, le genre de truc qu’on ne lit que quelques fois dans sa vie de bédéphile. Le talent incomparable de Chris Ware tient dans ses contradictions, ce gars est capable de vous raconter une histoire d’une tristesse absolue et de vous faire rire en même temps. Exemple : le petit Corrigan (grand-père) est très triste parce que sa grand-mère est morte, pour un gosse de 9 ans, c’est la première confrontation avec la mort. Et « paf » la lecture est interrompue par la présence d’une page qui nous présente la maison montable du petit garçon. On peut découper les formes, les coller et ça formera la maison en 3d. Comble de l’ironie, on peut même monter le petit corbillard et le petit cercueil de la grand-mère qui vient de mourir. J’étais scié par autant de cynisme.
Bref, vous aurez compris, qu’il faut lire ce « Jimmy Corrigan » ! J’ai ri, j’ai pleuré, j’ai vibré à la lecture de ce comics hors norme. C’est un peu cher, mais c’est une édition intégrale, entièrement fidèle à l’originale ! Merci, monsieur Delcourt !

Attention néanmoins, si vous n'êtes pas un lecteur aventureux et prêt à découvrir une oeuvre exigeante, méfiez-vous, il faut une bonne centaine de page d'acclimatation pour se faire au style de Chris Ware. On entre dans le jeu ou pas. C'est comme ça, les chefs d'oeuvre!

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque