Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...  
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD
Plus fort que la haine Fiche série - Histoire - Série - Galerie - Les Avis (5) Découvrez les immanquables du même genre  Discuter de cette série sur le forum  Les gens qui ont aimé cette série ont aussi aimé…  Afficher cette série dans la liste du menu  Editer cette série 
Cliquez pour lire les avis 1 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 2 étoile(s).
(0)
Cliquez pour lire les avis 3 étoile(s).
(3)
Cliquez pour lire les avis 4 étoile(s).
(2)
Cliquez pour lire les avis 5 étoile(s).
(0)
Nombre d'avis5
Note moyenne3.40 / 5
Pour l'achat40%

Commandez cette série sur Amazon France, la livraison est gratuite !
Commandez la BD Plus fort que la haine sur bdfugue.com ! Achetez cette BD en ligne sur Priceminister.com

Avis posté par Sloane Infos posteur le 10/01/2018 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Je ne vais pas m'appesantir sur le dessin en noir et blanc qui offre un rendu somptueux à l'ensemble. Je réalise en le voyant qu'un autre auteur que j'aime beaucoup Vincent Gravé, possède lui aussi cette patte avec le noir et blanc.

Que dire du contexte dans lequel se déroule ce récit ?. J'ai glissé ici ou là dans mes avis tout le bien que je pense de ces bons gros rednecks des années 40 ou 50, me semble que leurs descendants ont conservé quelques gènes!!

Justement cette période et son ambiance "amicale " est je trouve parfaitement rendue, d'abord au travers des dialogues entre le père et le fils, les exactions du KKK et enfin le choix de la boxe comme moyen d'essayer de s'en sortir.

Non , en fait les mots me manque un peu, j'ai un peu l'impression d'avoir pris un uppercut en pleine face. Livre à faire lire qui en quelques dessins, encore une fois magnifiques, en dit plus que de longs discours.

Avis posté par Erik Infos posteur le 14/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Qu’est-ce qui est plus fort que la haine du blanc ? L’amour du noir ? Dans une Amérique ségrégationniste et raciste, on pourrait le penser. Les faits pourraient apparaître tellement caricaturaux : le pauvre noir face à l’arrogance du riche WASP. Pourtant, cela correspondait à une certaine réalité qui a poussé les noirs à s’émanciper grâce au mouvement révolutionnaire des Black Panthers ou encore au militant non violent Martin Luther King. Les actions du KKK étaient intolérables d’autant que les membres de la police fermaient les yeux sur ces exactions.

Les dialogues entre le père et le fils sonnent faux au début. Il s’agit pour l’auteur d’expliquer la condition misérable des gens de couleurs. Par la suite, on ne comprend pas très bien les revirements incessants du père en faveur d’un fils révolté contre ce système et qui doit choisir entre la vie et la violence.

La boxe sera perçue comme une sorte de solution pour régler les comptes de manière presque pacifique. Les coups de poing légaux sont préférés aux bastonnades. Elle n’apparaîtra qu’au milieu de l’album avec une fin assez vite expédiée. Le scénario ne fait que reprendre les poncifs du genre sans aucune originalité.

Même si le message de paix me plaît beaucoup ainsi que les valeurs véhiculées, il faut reconnaître une certaine naïveté qui nuit aux propos de cette œuvre tellement généreuse. Les droits civiques ont évolué au point d’aboutir à l’élection de Barack Obama : tout un symbole ! Place désormais aux femmes. Tiens, cela tombe bien car Hillary Clinton va se présenter.

Au final, c’est quand même un bel album dessiné en noir et blanc. Chapeau au dessinateur René Follet âgé de 83 ans, comme quoi !

Avis posté par Gaston Infos posteur le 04/04/2015 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
2.5

J'ai lu cet album parce que j'aime le dessin de René Follet (un grand qui mériterait plus de reconnaissance à mon avis) et de ce coté là je ne fus pas déçu. Son noir et blanc est excellent et c'est un vrai régal pour les yeux. On ne dirait pas du tout qu'il a plus de 80 ans !

En revanche, le scénario est moyen. Il y a de bonnes scènes et le personnage principal est attachant sauf que je trouve que le récit est un peu banal. C'est une énième histoire qui dénonce le racisme et la violence et le scénariste n'apporte rien de nouveau à ces thèmes. Et puis le ton me semble parfois un peu trop optimiste. Le récit est cousu de fil blanc et vaut surtout pour son excellent dessin.

Avis posté par montane Infos posteur le 29/12/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
J'avais été quelque peu déçu par la précédente collaboration entre Bresson et Follet dans L'affaire Dominici et je m'attendais au pire...
J'ai pourtant été agréablement surpris pas cette histoire qui se situe dans l'Amérique des années 30, en pleine ségrégation raciale, dans le Sud du pays. Un jeune "Afro Américain" pour reprendre la terminologie officielle employée de nos jours, victime du racisme ouvertement affiché de son employeur est renvoyé de son travail avec son père pour avoir osé de rebeller. Autour de lui les maisons de ses semblables sont brulées par le Ku Klux Klan, et certains membres de sa communauté son pendus. Alors que sa mère l'incite à se maitriser et à accepter sa triste condition, il se voit donner l'occasion de libérer la haine qu'il porte en lui par d'autres blancs qui perçoivent très vite ses talents athlétiques: ce sera sur un ring de boxe qu'il pourra les exprimer. Ce sport qui deviendra son gagne pain, lui permettra de changer de vie et de s'extraire de sa condition, et nous le retrouverons quelques années après dans une Amérique plus apaisée, comme il l'est lui même devenu.
Bresson réussit à nous raconter une belle histoire qui ne verse pas dans le manichéisme, malheureusement, celle ci (comme dans l'affaire Dominici) aurait mérité bien plus que 48 pages. C'est un format beaucoup trop court pour retranscrire la psychologie des personnages, et nous faire traverser tout un pan de l'histoire des Etats-Unis. Cela conduit le scénariste à faire un saut dans le temps pour retrouver le héros une fois père de famille, après avoir combattu durant la grande guerre; mais ces moments là sont beaucoup trop vite évoqués, alors que de plus amples développements semblaient nécessaires.
Et puis il y a aussi le dessin de Follet, toujours au lavis, qui reste d'une grande qualité , même si son coup de crayon est sans doute moins précis qu'il ne l'était. Mais peut-on vraiment reprocher cela à un dessinateur de 84 ans? Ce coup de crayon autour du noir et du blanc semble réellement adapté à la noirceur du récit. Continuer à dessiner, et à bien dessiner à cet âge là reste une vraie performance pour ce grand dessinateur qu'est René FOLLET.
Si ses fans seront de nouveau ravis par cette histoire, nulle doute que d'autres pourront l'être également.

Avis posté par Eric2Vzoul Infos posteur le 08/12/2014 Modifier cet avis Achat conseillé ? Non
Note Note: 3/5 (Pas mal)
Je vais être honnête : si j'accorde 3 étoiles à cet album, c'est parce que je suis littéralement amoureux du dessin somptueux de René Follet.

Le vieux maître (il va sur ses 84 printemps) me fait toujours rêver. Son trait est d'une souplesse extraordinaire et il manie le pinceau comme personne. Ici il travaille au lavis et le résultat est époustouflant.

Pourtant, il faut bien reconnaître que le scénario n'est pas vraiment à la hauteur.
Bien sûr, c'est bourré de bonnes intentions, avec un message que nul ne peut refuser : « la haine et la violence ne sont jamais de bonnes solutions »…
Peut-être que je suis cynique, mais toute cette morale optimiste et bien pensante me semble bien mièvre, dans l'esprit du patronage chrétien qui inspirait l'Oncle Paul (Les belles histoires de) dans les années 1950.
La réalité du racisme dans l'Amérique des années 1930 mériterait un traitement plus cru. Et même si Rosa Parks et Martin Luther King sont passés par là, l'actualité récente m'incite à me méfier du message lénifiant distillé par le scénario.

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque