Encheres BD 728x90
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...   BD Encheres 468x60
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD...
Accueil de BD-theque : bande dessinée, comics, manga, forum BD, actualité BD... Actualité BD, manga, comics, dates de sortie, rumeurs... Les immanquables BD, manga et comics Les thèmes BD Les interviews BD, comics et manga Les forums BD, comics, manga, loisir hors BD...   Ajouter une série !
0 A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z
Cliquez pour rechercher une série
Recherche avancée
A propos du site :
Message de bienvenue
L'aide en ligne
Les stats du site
Le blog
Le groupe Facebook
 
A voir aussi :
Les liens BD
Le dictionnaire BD
BD-Theque de poche
La boutique en ligne
L'annuaire comics
Les trophées BD




 Tous les avis - 4 et 5 étoiles uniquement Page 1 Page suivante Avis par page : 15 - 30 - 50 - 100
25/05/2016
Green Blood Note: 4/5
Bots Note: 4/5
Underwater - le village immergé Note: 5/5
Alcoolique Note: 4/5
La Conquête de Mars Note: 4/5
Luisa, Ici et là Note: 4/5
24/05/2016
L'odyssée du microscopique Note: 4/5
Trashed Note: 4/5
23/05/2016
Un Juste Note: 4/5
Jeanne d'Arc (Glénat) Note: 4/5
22/05/2016
Etenesh Note: 4/5
Old Pa Anderson Note: 4/5
21/05/2016
Camomille et les chevaux Note: 5/5
Big Man Plans Note: 4/5
Le Confesseur sauvage Note: 4/5
Tyler Cross Note: 4/5
La Grande Epopée de Picsou (La Jeunesse de Picsou) Note: 5/5
20/05/2016
Buffalo Runner Note: 4/5
Enola Holmes Note: 4/5
19/05/2016
Comme un lundi Note: 4/5
Muhammad Ali Note: 4/5
L'Eté Diabolik Note: 4/5
Caramel Note: 5/5
18/05/2016
L'Adoption Note: 4/5
L'Odeur des garçons affamés Note: 4/5
Tocqueville, vers un nouveau monde Note: 4/5
17/05/2016
La Femme aux cartes postales Note: 4/5
La Bande pas dessinée Note: 4/5
Munch avant Munch Note: 4/5
Undertaker Note: 4/5
16/05/2016
Les Chevaliers de la Chouette Note: 4/5
Deadpool - Je suis Deadpool Note: 4/5
Petite mort en un acte Note: 4/5
15/05/2016
La Fille maudite du capitaine pirate Note: 4/5
Jacques Le Gall Note: 4/5
14/05/2016
Entre ici et ailleurs Note: 4/5
Poison City Note: 4/5
Mezek Note: 4/5
13/05/2016
Le Grand Méchant Renard Note: 4/5
Bots Note: 4/5
Glenn Gould, une vie à contretemps Note: 4/5
Panorama Note: 4/5
11/05/2016
Sheltered - Un récit pré-apocalyptique Note: 4/5
Sous le tamarinier de Betioky Note: 4/5
Coïncidence Note: 4/5
10/05/2016
Le Fluink Note: 4/5
09/05/2016
Undertaker Note: 4/5
Sur les ailes du monde, Audubon Note: 4/5
L'Île (Palloni) Note: 4/5
08/05/2016
A Silent voice Note: 4/5
Avis posté par Le Grand A le 25/05/2016 Modifier cet avis Achat conseillé ? Oui
Note Note: 4/5 (Franchement bien)
Accéder à la BD Green Blood Green Blood
Masasumi Kakizaki est probablement un mordu de la culture populaire car entre l’horreur d’Hideout et le péplum fantastique de Bestiarius, il y a eu le western sanglant Green Blood.

L’auteur n’est certainement pas aussi bon scénariste que dessinateur mais il semble bien connaître ses classiques, donc à défaut d’une histoire à l’originalité folle on aura droit à un récit lorgnant sur Gangs of New York du réalisateur Martin Scorsese. On y retrouve presque tout les éléments du film, lutte entre deux gangs pour le contrôle d’une partie de la ville, histoire de famille, une jolie prostitué, un mafieux sadique, des duels, des meurtres, moments d’Histoire intéressants sur l’importance de l’immigration irlandaise dans la construction de ce pays, etc. C’est plutôt bien orchestré sur les trois premiers tomes même si encore une fois on ne sort pas des sentiers battus par d’autres.

La seconde partie en revanche montre que l’auteur a avant tout envie de se faire plaisir, quitte à ce qu’un manque de liant et une impression de décousue entre les différentes chroniques se fasse franchement ressentir. Sur fond d’une quête dans l’Amérique des grands espaces où nos deux frères partent à la recherche de leur salopard de père afin de le liquider (apothéose sergioleonesque), ce second axe permet surtout à l’auteur d’évoquer une histoire des USA comme la traite négrière alors que l’esclavage est supposé avoir été aboli avec la fin de la guerre civile ; l’expropriation des colons de leur terre par les grandes compagnies de chemins de fer et leurs méthodes d’intimidation ; du dernier combat pour la liberté des sioux et leur ultime sacrifice, etc.

Ce qui est intéressant chez Kakizaki c’est que se sont toujours les mêmes thèmes et mêmes idées qui reviennent sur le tapis, ce qui fait que si on a aimé ou détesté telle ou telle série, il en sera probablement de même pour les autres. Il y a une absence de volonté chez cet auteur à se renouveler qui pourrait agacer mais en ce qui me concerne cela ne me gêne pas puisque je me retrouve dans sa philosophie. Ainsi, dans Green Blood comme dans Bestiarius, la fraternité est quelque chose d’essentielle avec ces deux frères prêts à tout l’un pour l’autre. Cela parle beaucoup d’amour familial, d’amitié et de rédemption, les héros qui font face et demeurent unis jusque dans l’adversité et jusqu’à la mort dans le seul but de rendre le monde meilleur et d’enfin vivre dans la paix, blablabla vous voyez le tableau. Des thématiques qui font très shonen mais qui sont placés dans un cadre et une ambiance hyper violente et cruelle qui font qu’on reste dans le seinen.

Un peu comme dans les shonen, les personnages sont très caricaturaux dans leur registre, les méchants sont des archétypes de tueurs sadiques et psychopathes qui « lol » au-dessus du héros en train de crever, les gonzesses sont candides ou un peu peau de vache mais toujours gentilles, belles et redevables, Luke le frère cadet du héros incarne sa bonne conscience avec un tel degré de pureté dans l’innocence qu’il en devient carrément niais. Seul Brad le Grim Reaper est assez intéressant car il développe plusieurs facettes. Cependant que Luke manifestera lui aussi de l’intérêt à partir du tome 3 et le deuxième axe. Cela ne parlera pas à tout le monde, après à chacun de faire un tri en amont pour sélectionner les séries et auteurs avec lesquels on a plus d’affinité. Au moins avec Kakizaki il n’y a pas tromperie sur la marchandise, on sait où on met les pieds.

Et il faut quand même parler du graphisme, parce qu’on est bien d’accord qu’avec Green Blood on ne volera pas bien haut niveau psychologie des personnages et que toute cette histoire sent le déjà-vu mais que malgré tout, cela demeure super cool. Et en plus le dessin déchire tant on touche presque à la perfection. Kakizaki c’est un style ultra réaliste pour les décors et finement ciselé en noir et blanc qui joue sur les ombres comme personne d’autre ne sait le faire, j’apprécie les visages des personnages qui sont comme taillés à coups de serpe et qui font qu’on reconnaît tout de suite la patte de l’auteur. Que dire, je vois du Kakizaki et je dis « encore, encore » tellement je trouve cela « orgasmiquement » beau. Techniquement, il n’y a aucun ratage : planches doubles, cadrages larges, serrés, l’ambiance crade et glauque de New York… tout est bon.

Alors c’est vrai qu’on pourra trouver à redire sur la place des rôles féminins sous-utilisés, de la deuxième partie décousue, de la redondance des thèmes et des dialogues, et d’un épilogue qui aurait gagné à avoir un supplément après que l’on ait été baladé plus de 700 pages à New York et en Amérique. Mais voilà, pour Green Blood comme pour Bestiarius, c’est d’abord une claque visuelle, de l’action, de la tragédie, beaucoup de pathos, tout cela enrobé dans des histoires profondément humanistes, sincères et classiques. Tu kiffes les westerns et les héros badass surréalistes qui se frittent à deux contre cent ? Du sang, des larmes et des belles gonzesses à gros seins toutes choupinettes ? Vas-y, lis Green Blood.
Voir la fiche de cette série
Lire tous les avis sur cette série

www.bdtheque.com - Contact - Ce site nécessite l'utilisation de cookies - Flux RSS
Lien destiné au référencement du site : Liste des séries BD de BD-Theque